Navigation – Plan du site
Articles

Quelle(s) forme(s) de spécialisation(s) dans la prise en charge des criminels sexuels ?

What form(s) of specialization(s) for sex offender rehabilitation?
Tristan Renard

Résumés

En France, depuis le milieu des années 1990, la problématique publique de la criminalité sexuelle a occasionné la mise en œuvre de politiques pénales spécifiques articulant à la fois une logique proprement punitive et une logique sanitaire psychiatrique dans une finalité de prévention des risques de récidive. En ce sens des dispositifs spécialisés ont été élaborés à la fois du côté de la psychiatrie et du côté de l’administration pénitentiaire. Ces dispositifs ont par la suite été étendus à d’autres catégories pénales posant la question de la spécialisation des acteurs y intervenant : de quoi sont spécialistes ces professionnels ? Pour illustrer cette question nous avons mis la focale sur deux dispositifs : l’injonction de soins et les Programmes de prévention de la récidive. Il s’agit de montrer comment, dans les politiques pénales, ces deux dispositifs ont été portés par des acteurs qui se sont saisis du problème de la criminalité sexuelle dans une logique de segmentation professionnelle. Si ces deux dispositifs ont par la suite été chacun déspécialisés, sur le terrain une offre de soins s’est structurée peu à peu dans une logique de spécialisation. Mais reste posée la question de la spécialisation des professionnels eux-mêmes : ainsi au-delà des savoirs formels, se développent des formes de compétences spécifiques et plus informelles. Nous avons identifié trois compétences : la compétence architecturale, la compétence relationnelle et la compétence de neutralisation. Celles-ci participent d’une évolution des pratiques des acteurs et interrogent au final les formes transversales de redéfinition des professionnalités au-delà des frontières professionnelles.

Haut de page

Texte intégral

1. Introduction

1.1. Éléments d’introduction

1En France, depuis le milieu des années 1990, le problème public de la criminalité sexuelle a entraîné la mise en œuvre de politiques pénales spécifiques articulant une logique punitive et une logique thérapeutique dans une finalité affichée de lutte contre la récidive. Cette articulation s’est traduite notamment par une augmentation conséquente des soins pénalement ordonnés bien qu’il soit difficile d’obtenir un chiffrage précis (Gautron, 2016). De la même façon, au-delà de l’implication croissante des acteurs de la santé mentale dans le champ pénal, on peut souligner, du côté des professionnels de la probation, l’émergence de dispositifs visant à transformer les criminels en individus plus conformes aux normes sociales à travers différentes méthodes d’intervention (travail en groupe, entretiens individuels) dans une perspective criminologique. À ce titre, certains auteurs soulignent les conflits de rationalités qui existent désormais au niveau des pratiques de probation où cohabitent des logiques pénales, éducatives, sociales, de gestion des risques, managériales mais aussi sanitaires (Razac et al., 2014). Même si cette pluralité des rationalités concerne globalement le champ pénal (Milburn, 2007), la problématique de la criminalité sexuelle semble avoir été, à l’instar de ce qui s’est construit en Belgique (Cartuyvels, 2012), un moteur particulier du développement d’une pénalité spécifique de défense sociale reposant à la fois sur l’expertise diagnostique des professionnels et sur leur capacité à travailler sur les risques à travers des prises en charge axées sur les dimensions psycho-sociales des individus. En effet les dispositifs spécialisés initialement sur les criminels sexuels ont par la suite été élargis à d’autres catégories pénales.

  • 1 Comme dans le cadre de la libération conditionnelle, d’une surveillance judiciaire ou de sûreté.
  • 2 Ce dispositif est néanmoins plus fragile que ne l’est l’injonction de soins dans la mesure où sa mi (...)
  • 3 Référentiel « Programme de prévention de la récidive », DAP, 2010.

2Deux dispositifs sont emblématiques de ces évolutions. Le premier est l’injonction de soins, inscrite dans la loi du 17 juin 1998 relative à la prévention et à la répression des infractions sexuelles ainsi qu’à la protection des mineurs. Ce dispositif, prévu initialement pour les auteurs d’infractions à caractère sexuel et dans le cadre d’une mesure de suivi socio-judiciaire a depuis été élargi à d’autres catégories criminelles et est désormais prononçable dans le cadre de différentes mesures1. Il repose sur le principe d’un contrôle drastique du suivi des soins médicaux ou psychologiques par la justice à travers la figure du médecin coordonnateur. Celui-ci est chargé de superviser la réalité et la pertinence du suivi à travers des entretiens réguliers avec le condamné qui donnent lieu à la production de rapports à destination du juge de l’application des peines. Ainsi l’injonction de soin organise un partage potentiel d’informations et de responsabilités (en matière de signalement) entre les acteurs de la justice et ceux de la santé. Le second dispositif est celui des programmes de prévention de la récidive (PPR)2, promulgué en 2007 par la Direction de l’administration pénitentiaire. Issu d’une expérimentation locale il se traduit par la mise en place de groupes de parole, en milieu ouvert ou fermé, qui sont animés par des conseillers pénitentiaires d’insertion et de probation (Cpip). S’inscrivant dans les théories cognitivo-comportementales3 ces groupes visent à faire réfléchir les probationnaires aux « conséquences de leur conduite, les amener à mieux se connaitre et leur donner la possibilité d’adapter leurs comportements aux règles de vie en société ». Des psychologues sont chargés de superviser l’intervention des Cpip. À l’instar de l’injonction de soins, les PPR ont été, dans un premier temps, initiés dans le cadre des infractions à caractère sexuel avant d’être élargis à d’autres catégories d’infractions.

3De manière plus générale l’économie de ces dispositifs se rattache à celle de la gestion des risques analysée par Robert Castel (1981), caractérisée par un traitement des problèmes sociaux reposant sur la gestion des particularités individuelles. Cette perspective repose à la fois sur l’administration autoritaire de populations à risques, et le développement d’une gestion des fragilités individuelles à partir de la diffusion d’une culture psychologique de masse et de techniques d’intensification du « potentiel humain » (Castel, 1981, 14). Cette logique se structure sur le principe d’une sérialisation des populations et « le savoir médico-psychologique devient ainsi l’instrument d’une politique de gestion différentielle des populations plus que de soin (ou dans la version critique, de répression) » (Castel, 1981, 115). La sociologue Nathalie Gourmelon (2012), a d’ailleurs analysé la prise en charge pénitentiaire des délinquants sexuels sous cet angle en la rattachant aux réflexions sur la « nouvelle pénologie » développées par Malcom Feeley et Jonathan Simon (1992). Elle souligne les deux dimensions saillantes de cette perspective : une gestion des risques de cette population à partir de l’émergence d’outils statistiques et probabilistes, et une responsabilisation des délinquants à travers une prise de conscience de leurs déficiences et une réadaptation de leurs comportements. Cette dernière dimension est particulièrement présente dans les deux dispositifs auxquels nous nous intéressons puisqu’ils visent tous les deux à promouvoir un « travail sur soi » à travers différentes techniques. Cette promotion du « travail sur soi » renvoie, par ailleurs aux analyses en termes de « gouvernement des corps » développées par Didier Fassin et Dominique Memmi (2004) et en particulier sur les techniques de subjectivation qui s’affichent davantage comme incitatives que coercitives mais dont la finalité reste la normalisation des individus ; ou encore à celles sur le « gouvernement de la précarité » articulant des principes de responsabilisation individuelle et de garantie des droits individuels (Fassin et al., 2013).

  • 4 Assemblée nationale, séance du 30 septembre 1997.

4Au-delà de ces aspects généraux, le principe même d’une sérialisation de la population des criminels sexuels prend appui sur l’idée qu’ils seraient différents des autres criminels, présentant des risques spécifiques qu’il s’agirait de gérer. Cette différenciation ontologique repose sur le rattachement de cette criminalité au domaine flou de la pathologie. Ainsi, lors des débats parlementaires sur la loi du 17 juin 1998, la députée socialiste Christine Lazerges déclara à l’Assemblée nationale, à propos du délinquant sexuel que « majeur le plus souvent, malade le plus souvent, il est néanmoins lourdement et dramatiquement délinquant ; c’est ce paradoxe qui conduit à innover en matière de sanctions ». De son côté, Jean-Luc Warsmann, député RPR, affirma qu’« il s’agit d’une délinquance d’origine pathologique essentiellement, ce qui entraîne pour nous des conséquences très claires en matière de récidive »4. Cette pathologisation de la criminalité sexuelle puise sa légitimité tout autant dans le développement d’une médicalisation de la sexualité possédant des racines anciennes (Lantéri-Laura, 1979) et qui tend à se développer au cours du XXe siècle (Bozon, 2009), que dans la peur sécuritaire, construite à travers la médiatisation de faits divers sordides de crimes sexuels, notamment de pédophilie aux cours des années 1990 (Ambroise-Rendu, 2014), alimentant une longue histoire de fascinations et de peurs publiques pour des figures criminelles aux frontières de la folie et du crime (Renneville, 2003).

5Mais ces données générales n’épuisent pas les raisons pour lesquelles ces dispositifs se sont construits et développés. En effet, partant du principe de l’hétérogénéité du champ pénal et des principes de son évolution (Carrier, 2010) ainsi que de sa relative autonomie (Faget, 1992 ; Bourdieu, 1986), qui suppose notamment que toute évolution extérieure soit retraduite dans des enjeux endogènes à celui-ci, nous voulons montrer que la politique pénale en matière de criminalité sexuelle en France doit beaucoup aux enjeux professionnels qui se sont noués autour de cette question. De fait, au-delà des politiques publiques, la construction et la mise en œuvre de ces dispositifs ont mobilisé des professionnels qui se sont emparés de la problématique pour des motivations, des objectifs et des résultats divers. Ces dispositifs, en premier lieu parce qu’ils se sont construits sur le principe d’un particularisme criminel ont induit la question de la spécialisation des professionnels y travaillant ou, du moins, celle de la spécificité de l’intervention auprès de ce public.

  • 5 Reconnaissance qui passerait par exemple par l’existence d’un parcours universitaire spécialisé.

6Cette question de la spécialisation mérite cependant d’être éclaircie. Il n’existe pas en France de spécialité professionnelle constituée et reconnue5 sur la question des criminels sexuels ou sur la question plus générale des violences sexuelles. Nous parlons donc ici de spécialisation dans le sens où ces dispositifs ont été le point de départ de dynamiques professionnelles telles que définies par les sociologues Didier Demazière et Charles Gadéa, pour désigner des « processus d’émergence, de différenciation, d’autonomie d’activités professionnelles, et, plus largement, des mouvements diversifiés, ambigus et contradictoires de transformation des activités professionnelles » (Demazière, Gadéa, 2009, 20). Nous emploierons donc cette notion de spécialisation dans un sens générique de différenciation professionnelle. Celle-ci peut être de deux ordres : elle concerne tout d’abord la division du travail qui est à la fois technique mais aussi morale (Hughes, 1997) dans le sens où elle implique des formes de hiérarchisations professionnelles ; mais elle peut être également, plus organisationnelle et politique, avec l’apparition de segments professionnels, terme désignant les groupements qui émergent à l’intérieur d’une profession (Bucher, Strauss, 1992) et qui y défendent des intérêts particuliers ou des conceptions différentes du métier. La prise en charge des criminels sexuels relève de ces deux dimensions puisqu’elle repose d’une part sur une division du travail interne aux groupes professionnels concernés mais aussi externe dans la mesure où elle articule des interventions de professionnels de champs différents ; et que d’autre part certains des acteurs engagés dans ces dispositifs ont développé des visions hétérodoxes de leur métier et de ses finalités en inscrivant notamment ceux-ci dans la lutte contre les risques de récidive criminelle. Pour autant la portée et les contours de ces différenciations professionnelles posent question par le fait même que les dispositifs ont été généralisés à d’autres catégories criminelles. Ces différenciations se limitent-elles à l’objet de la prise en charge (les violences sexuelles) et à ses spécificités, ou bien se déterminent-elles plus globalement par une capacité à gérer les risques de récidive et de dangerosités criminelles ? Dans le premier cas elle se constitue en espace de savoirs et de techniques spécialisés sur un domaine spécifique et circonscrit, renvoyant à l’aspect propre d’une spécialisation professionnelle, tandis que dans le second elle se constitue comme une modalité particulière d’intervention mais plus générale et indépendante de son objet, pouvant renvoyer au concept d’intervention thérapeutique développé par Bastien Quirion, dans le contexte canadien, pour désigner « l’ensemble des actions visant à développer, chez l’individu pris en charge par les institutions correctionnelles, des aptitudes ou des habilités supplémentaires qui pourront conduire à des changements ou des modifications dans la vie de ces individus » (Quirion, 2007). La réponse à ces questions ne peut être univoque ou définitive car les processus de différenciations professionnelles qui se sont construits autour de la criminalité sexuelle entremêlent des acteurs divers et à des échelles différentes.

7Pour aborder ces questions nous nous inscrirons dans la sociologie des professions développée par le sociologue Andrew Abbott (1988, 2003) pour qui l’étude des professions ne peut se faire en les isolant les unes des autres dans la mesure où « tout ce qui survient au sein d’une profession a des répercussions sur les professions voisines et se traduit soit par des développements soit par des défaites » (Abbott, 2003, 28). Les professions cherchent ainsi à conquérir ou à défendre des territoires (compris comme la légitimité à exercer un ensemble de tâches) face à la concurrence interprofessionnelle mais également face à certains auditoires que sont les publics ou l’État. À ce titre, des logiques de collaboration peuvent également se tisser entre professions ou avec les auditoires, qui, bien que ne poursuivant pas nécessairement les mêmes buts, peuvent s’allier de manière circonstancielle. Pour Andrew Abbott la particularité du travail professionnel, entendu comme l’application d’un savoir abstrait à des cas concrets (Abbott, 1988), s’incarne dans trois opérations : le diagnostic, l’inférence et le traitement. Le diagnostic concerne la construction et la mobilisation de savoirs formels tandis que l’inférence constitue la spécificité du travail professionnel dans l’articulation de savoirs formels et d’une efficacité pratique. En France cette problématisation a notamment été développée par Florent Champy (2009) à travers le concept de pratique prudentielle, désignant la capacité à traiter des cas incertains et particuliers sans avoir recours à des formes de routines ou à l’application mécanique de savoirs formels. Le travail des soignants et des Cpip relève, en partie, d’activités de type prudentiel, bien que la part de ces situations et de cette dimension du travail ne doive pas être surévaluée vis-à-vis de situations plus routinières qui constituent le gros du travail. Des contraintes organisationnelles, comme l’accroissement de l’activité bureaucratique chez les Cpip (Milburn, Jamet, 2014), entravent en effet cette capacité prudentielle. Néanmoins dans cette perspective théorique, nous chercherons à montrer comment – initialement autour de la criminalité sexuelle – se sont délimités des territoires d’interventions spécifiques, comment des formes d’expertises professionnelles ont été revendiquées et mobilisées à dessein et enfin comment des formes de compétences spécifiques ont été développées par les acteurs professionnels.

8Notre analyse s’organisera par conséquent selon les différentes échelles d’action à partir desquelles cette question de la spécialisation s’est posée. Celle-ci ne s’est pas déployée de la même façon ni à partir des mêmes enjeux selon que l’on s’intéresse aux politiques publiques ou aux acteurs professionnels. Ainsi nous commencerons dans une première partie par analyser la façon dont cette question a été construite dans l’élaboration des dispositifs et des politiques publiques. Il s’agira de montrer la diversité des acteurs, des logiques et des facteurs dans la construction de dispositifs spécialisés, mettant en jeu les territoires professionnels. Puis nous analyserons les formes de compétences spécifiques développées chez les acteurs professionnels engagés dans ces mêmes dispositifs. En effet, les formes d’incertitude qui entourent ces acteurs dans l’intervention auprès de publics criminels conduisent au développement de compétences particulières propres à l’activité prudentielle, qui pourraient conduire à penser que la différenciation professionnelle ne se joue pas tant sur les savoirs formels spécialisés, construits sur les violences sexuelles, que sur des savoirs expérientiels développés par les acteurs dans leurs pratiques. De manière plus générale, il s’agira de comprendre comment ces dynamiques professionnelles peuvent être analysées de manière transversale comme participant à l’émergence d’un espace commun entre psychiatrie et justice.

1.2. Méthodologie

9Cet article est issu d’un travail de thèse reposant sur l’analyse de la construction des dispositifs d’injonction de soins et des programmes de prévention de la récidive (PPR) et de leur mise en œuvre dans trois villes françaises. Ainsi, 59 entretiens semi-directifs ont été effectués auprès de professionnels concernés par ces dispositifs (psychiatres, psychologues, infirmiers, conseillers pénitentiaires d’insertion et de probation, juges de l’application des peines) et par ailleurs un matériau ethnographique (entretiens informels, observations de formations et de réunions institutionnelles) a été recueilli à partir du travail, débuté par un contrat Cifre de 2011 à 2014 et poursuivi par un emploi pérenne, dans un Centre de ressources pour les intervenants auprès d’auteurs de violences sexuelles (Criavs) dans une quatrième ville. L’observation participante nous a permis d’accéder à de nombreuses scènes de cet espace professionnel : des interactions informelles et affinitaires aux rencontres nationales (congrès, journées d’études et de formations). De manière plus générale cette place nous a conduit à décaler notre regard des scènes pouvant être considérées comme centrales dans l’activité professionnelle (les consultations ou les lieux de prises de décision) aux scènes plus informelles dans lesquelles se déroulent nombre d’interactions et où se construisent les relations entre acteurs qui participent tout autant de leur réalité sociale professionnelle (réunions, entretiens informels, comptes rendus téléphoniques, etc.)

2. L’enjeu de la spécialisation dans la construction des dispositifs

10Quels ont été les ressorts de la spécialisation professionnelle dans les dispositifs consacrés aux criminels sexuels ? Le sociologue Patrice Pinell, dans un article sur les processus de spécialisation dans le champ médical (Pinell, 2005) soutient l’hypothèse qu’il n’existe aucune cause déterminante susceptible d’expliquer en « dernière analyse » la spécialisation. Les causes peuvent être différentes (scientifiques ou techniques, politiques, institutionnelles) selon les spécialités constituées et leur agencement est toujours complexe. Si l’on élargit la question des spécialisations professionnelles au-delà du champ médical, le propos reste pertinent. En effet les formes de spécialisation dans la prise en charge des criminels sexuels obéissent à des facteurs pluriels intervenant à des moments et dans des espaces sociaux différents. L’analyse de cette question à propos de la construction de l’injonction de soins et des PPR montre l’ambivalence du principe de spécialisation sur ce sujet.

2.1. L’injonction de soins : déspécialisation du dispositif et spécialisation de l’offre de soins

  • 6 Les personnes détenues pour des faits de viols et d’attentats aux mœurs représentent 1 118 personne (...)
  • 7 Suite à la loi du 1er février 1994 instituant une peine incompressible et relative au nouveau Code (...)

11Les premières formes de spécialisation autour des criminels sexuels ne sont pas médicales mais pénitentiaires et judiciaires. En effet à partir de la fin des années 1980, du fait d’une hausse des personnes incarcérées pour ce type de faits6 et en raison du profil particulier de ces détenus (Alvarez, Gourmelon, 2007) l’administration pénitentiaire les oriente vers des établissements pénitentiaires particuliers dans une logique avant tout gestionnaire : « cette spécialisation résulte moins d’un choix délibéré de l’administration pénitentiaire que d’une pratique d’affectation qui s’est imposée tantôt en raison des caractéristiques particulières de ces centres (exploitations agricoles pour Casabianda et Mauzac), tantôt en raison des besoins propres de la population affectée (isolement par rapports aux autres détenus) » (Alvarez, Gourmelon, 2007, 20). Cette spécialisation est progressivement officialisée, mais d’abord dans une logique sanitaire par un décret qui, en 19947, préconise une orientation spécifique des criminels sexuels dans des établissements leur permettant d’accéder à des soins médico-psychologiques, puis en 2008 à la suite de la loi relative à la rétention de sûreté et à la déclaration d’irresponsabilité pénale pour cause de trouble mental où une liste de vingt-deux centres pénitentiaires est établie vers lesquels sont orientés les condamnés pour des infractions à caractère sexuel. Ensuite, à partir du milieu des années 1990, se développe une spécialisation judiciaire, justifiée par des préoccupations publiques autour de cette figure criminelle réduite le plus souvent à celle du « pédophile » (Ambroise-Rendu, 2014) ou du « violeur et meurtrier d’enfants » (Doron, 2010). Elle repose sur deux éléments : une répression accrue et une spécialisation de la réaction sociale, certains auteurs évoquant même la mise en œuvre d’un « régime pénal spécial » (Lameyre, 2000).

12C’est de cette dynamique que naît l’intérêt de certains psychiatres pour la prise en charge de ce public. Cet intérêt est corrélé à une évolution institutionnelle importante que constitue l’entrée de la psychiatrie publique en prison en 1986 avec la création des Services médico-psychologiques régionaux (SMPR). Cette présence de psychiatres en milieu carcéral fait polémique au sein de la profession (Bellanger, 2014 ; Collectif Contrast, 2015) ce qui contribue à nourrir une réflexion sur les pratiques cliniques et institutionnelles. L’arrivée de la psychiatrie permet également de mettre en lumière la présence importante de malades mentaux en prison ainsi que la prévalence de certaines problématiques comme l’alcool ou la toxicomanie. Mais au-delà de ces thèmes classiques de santé publique, des soignants commencent à s’intéresser également aux raisons de la présence de personnes en détention et développent des expériences de prises en charge dont certaines sont orientées vers les criminels sexuels (Igas, 1992). La problématique des crimes sexuels au début des années 1990 et l’augmentation du nombre de personnes incarcérées pour ces faits poussent les autorités publiques (ministère de la Santé et ministère de la Justice) à agir et à constituer en 1991 un groupe de travail santé/justice sur cette question, dans lequel sont présents des psychiatres travaillant en prison. Une importante recherche est ensuite confiée entre 1993 et 1996 au psychiatre Claude Balier, chef du SMPR de la maison d’arrêt de Varces, dans l’objectif d’évaluer les possibilités thérapeutiques auprès de cette population. Cette recherche associe plus d’une vingtaine d’équipes psychiatriques pour la plupart de SMPR et aboutit, entre autres, à la création en 1996 de l’Artaas (Association pour la recherche et le traitement des auteurs d’agressions sexuelles). On peut y lire l’émergence d’une segmentation professionnelle car au-delà de la question des crimes sexuels, c’est la compatibilité entre une logique de soins et une finalité de lutte contre la récidive criminelle que défendent ces professionnels. Cette dynamique offre aux autorités publiques des interlocuteurs face aux problèmes posés par la criminalité sexuelleet les préconisations faites par ces psychiatres, dans ledit « rapport Balier », seront quasiment toutes reprises dans la loi du 17 juin 1998 instaurant l’injonction de soin.

13Pour autant, l’émergence d’une segmentation professionnelle ne se traduit pas dans un premier temps par une volonté d’organiser des dispositifs de soins spécialisés à l’inverse de ce qui pouvait se faire à l’Institut Pinel de Montréal où depuis 1979 une unité est spécifiquement dédiée à la prise en charge de personnes présentant des déviances sexuelles. La conférence de consensus de 2001 organisée sous l’égide de la Fédération française de psychiatrie recommande d’ailleurs : « plutôt que de créer une filière spécifique de traitement des agresseurs sexuels, d’organiser la prise en charge de ces patients au sein du dispositif sectoriel de prise en charge psychiatrique, en articulant l’action thérapeutique au moyen d’un réseau incluant notamment les praticiens libéraux, avec un partenariat socio-éducatif » (Fédération française de psychiatrie, 2001, 581). Des expériences de soins spécialisées sur ce public existent alors localement et de manières relativement éparses. De la même façon, et en dépit du fait que l’Artaas défende une approche d’inspiration psychodynamique, la conférence de consensus défend le maintien de la diversité des approches thérapeutiques en l’attente de données probantes. La raison principale avancée pour l’absence d’organisation d’un dispositif spécialisé de prise en charge est le potentiel effet de stigmatisation inhérent à celui-ci.

14La spécialisation partielle de la prise en charge intervient quelques années plus tard face aux difficultés rencontrées dans l’application du dispositif. Une circulaire du 13 avril 2006 du ministère de la Santé préconise la création de centres de ressources interrégionaux mais dans l’esprit des conclusions de la conférence de consensus : il s’agit de faciliter l’application de l’injonction de soins en formant et en aidant les professionnels concernés, et en les mettant en réseau. L’offre de soins ambulatoire des secteurs de psychiatrie reste l’option principale, même s’il est recommandé de favoriser des organisations intersectorielles afin de proposer des modalités thérapeutiques adaptées. Le principe d’une spécialisation évolue avec l’élaboration d’une seconde circulaire le 8 août 2008 relative à la campagne tarifaire 2008 des établissements de santé et dans lesquels une partie intitulée « le plan de prévention de la récidive » régionalise les centres ressources en y ajoutant une mission en matière de prise en charge adaptée des patients, notamment les cas les plus complexes. Dans la même lignée, la loi du 25 février 2008 liste vingt-deux établissements pénitentiaires qui deviennent fléchés afin d’accueillir des criminels sexuels du fait de l’offre de soins psychiatriques existante. Des moyens supplémentaires sont alloués afin de développer des prises en charges spécialisées en intra-carcéral. C’est ainsi qu’à partir de la fin des années 2000 des dispositifs de soins spécialisés sur les criminels sexuels se développent dans la majorité des régions françaises.

15Cette évolution vers un dispositif spécialisé résulte de plusieurs éléments. En premier lieu, le fait que l’intégration des personnes condamnées à l’injonction de soins dans les secteurs classiques de psychiatrie se heurte à plusieurs obstacles : les réticences à accueillir ce public marqué du double stigmate de l’incarcération et de la violence sexuelle et la réalité de l’offre de soins en état de saturation. Ces problèmes étaient d’ailleurs déjà soulignés lors de la conférence de consensus. En second lieu, cette spécialisation doit aussi au contexte politique, puisque la loi de 2008 fait suite à « l’affaire Evrard », du nom d’un individu qui, alors qu’il faisait l’objet d’une mesure de suivi socio-judiciaire à sa sortie de détention, enlève et viole un petit garçon de 5 ans. Ce fait divers a été l’occasion de débats politiques vigoureux et de surenchère pénale à la suite desquels a notamment été créée la rétention de sûreté. C’est donc un ensemble d’éléments hétérogènes qui concourt à la structuration progressive d’une logique de spécialisation thérapeutique autour des criminels sexuels.

  • 8 Loi du 12 décembre 2005 relative au traitement de la récidive des infractions pénales.
  • 9 Loi du 5 mars 2007 relative à la prévention de la délinquance.
  • 10 Loi du 9 juillet 2010 relative aux violences faites spécifiquement aux femmes, aux violences au sei (...)

16Paradoxalement cette spécialisation progressive d’une offre de soins se construit alors que le dispositif, lui, se déspécialise à travers différentes lois qui vont l’ouvrir à d’autres infractions comme les violences graves (meurtres, tortures et actes de barbarie, crimes d’enlèvement) et les destructions de biens8, les actes de violences conjugales ou sur des mineurs de 15 ans9 ou encore le délit de menace au sein du couple10. Pour autant, cet élargissement du dispositif en dehors des crimes sexuels a eu un impact faible puisqu’en 2011 sur 3 800 injonctions de soins, 10 % concernent des personnes condamnées pour des infractions non sexuelles.

2.2. Les programmes de prévention de la récidive (PPR) : les criminels sexuels comme « moteurs symboliques » dans la construction du dispositif

17À l’origine des PPR, il y a une expérimentation menée au service pénitentiaire d’insertion et de probation (Spip) d’Angoulême par quelques précurseurs au tournant des années 2000 dans un contexte spécifique à la fois au niveau local et au niveau national. En effet, à la fin des années 1990, le champ de la probation est en pleine mutation puisqu’en 1999 sont créés les services pénitentiaires d’insertion et de probation (Spip). Cette création est le résultat de la fusion de deux services préexistants : les comités de probation et d’aide aux libérés (CPAL) qui intervenaient en milieu ouvert et les services socio-éducatif (SSE) qui concernaient le milieu fermé. Cette fusion a reposé sur un ensemble d’évolutions structurelles qui ont touché à la fois au profil des personnes recrutées (avec une prédominance de professionnels issus des filières du droit), et à l’organisation du travail (les Spip quittent l’ancienne tutelle des juges de l’application des peines) et aux logiques professionnelles (avec une polarisation juridique de l’activité au détriment des aspects sociaux) (Bouagga, 2012 ; de Larminat, 2014). C’est dans ce contexte que se construit une expérience de groupe de parole de criminels sexuels au Spip d’Angoulême. Cette expérience se développe à partir de la collaboration entre le service et une psychologue. Celle-ci intervient au départ sur de l’analyse des pratiques, puis très vite, en supervision sur des dossiers qui posent problème aux agents de probation. Ces dossiers sont alors en grande majorité des dossiers de criminels sexuels. Les difficultés vis-à-vis de ce public sont variées : elles relèvent à la fois de la nature des faits incriminés et de la thématique de la sexualité qui mettent à mal les positionnements professionnels. Elles relèvent également des mesures dont le criminel fait l’objet (les obligations de soins) et principalement de l’impossibilité à en évaluer la réalité et la pertinence comme le décrit ce DPIP-adjoint :

On s’est rendu compte qu’il ne se passait pas grand-chose avec nous dans les entretiens individuels. On échangeait tranquillement, les gens répondaient aux convocations et justifiaient l’obligation de soins, il n’y avait aucun problème. Dossier parfait. Mais quand on demandait comment ça se passait avec le soignant ils disaient « formidable, comme avec vous… » [rires].

18C’est à partir de ces difficultés que vont être expérimentés des groupes de parole. L’idée même des groupes de parole de criminels sexuels n’était pas nouvelle à l’époque puisque ce type de prise en charge existait dans d’autre pays comme le Canada ou la Belgique. Il existait également en France dans un cadre thérapeutique avec le psychiatre Roland Coutanceau au Centre médico-psychologique de la Garenne-Colombes. Mais le modèle dont s’inspirent les acteurs est celui du Centre de recherche action en sexo-criminologie (Crasc) de Bruxelles. Le Crasc est un centre créé au cours des années 1980, au sein duquel sont développées des prises en charge en groupe de prévention de la récidive qui concernent à la fois des personnes sous contrainte judiciaire, mais aussi des personnes « volontaires » (en dehors de tout cadre judiciaire mais venant le plus souvent sous la contrainte de leur famille). Ces personnes ont pour point commun d’être concernées par des problématiques de violences sexuelles. Le mode de traitement est qualifié de « guidance » et repose sur des inspirations cognitivo-comportementalistes avec des axes de travail sur la compréhension de la chaîne d’actions menant au passage à l’acte, l’analyse des distorsions cognitives (les « erreurs de pensée ») et l’acquisition d’habiletés sociales. Ce type d’approche ne se revendique pas comme thérapeutique en tant que tel et est plutôt conçu comme une première étape avant un travail sur soi plus en profondeur. L’objectif général et propre à cette modalité de prise en charge de « guidance » étant la « responsabilisation » des individus.

19C’est essentiellement sur ce modèle que l’équipe du Spip de Charente construit son dispositif de prise en charge. Les premiers groupes de parole n’ont véritablement été expérimentés qu’à partir de l’année 1999-2000 à la suite d’une période de réflexion dans le service d’Angoulême et concernent des individus condamnés pour des infractions à caractère sexuel. Leur structuration s’est faite au fur et à mesure des séances car les acteurs n’avaient pas de programme précis en tête, si ce n’est quelques idées de séances. Le principe général était de faire quelque chose de très cadré sur la forme, avec par exemple une attention portée au strict respect des horaires, la ritualisation des rôles des deux animateurs (deux Cpip, un qui parle et l’autre qui reste en retrait), ou encore l’élaboration d’un contrat d’engagement avec les participants. La première séance était d’ailleurs consacrée à définir et expliquer le cadre du groupe de parole aux participants. Ensuite l’enchaînement des séances était organisé selon une logique thématique : une séance consacrée au rappel de la loi, une autre aux victimes, une autre aux faits. Celles-ci donnaient lieu à une séance de débriefing systématique avec les membres du Spip en présence de la psychologue. Le nombre de séances était programmé à l’avance et constituait un cycle à part entière.

20L’expérience est fragilisée au départ puisqu’elle se met en place contre l’avis de la direction régionale et que la psychologue est payée sur des financements destinés à d’autres dispositifs. Mais l’arrivée d’un nouveau directeur du Spip en 2002 change la donne : celui-ci fait des groupes de parole un objectif prioritaire et pérennise le financement auprès de l’administration pénitentiaire. Cette priorisation s’explique par l’investissement idéologique de ce directeur :

Les Spip ont été créés en 1999 et ça donnait une structure possible à ces services. Avant les services étaient indéfinissables. C’était une première en France qui permettait de travailler sur le passage à l’acte. L’idée c’est qu’on avait des gens en charge et donc il fallait travailler sur cette question et parce que pour ce public ce n’est pas une question d’insertion sociale au sens classique du terme. Les délinquants sexuels entrent en plein là-dedans car on n’est pas délinquants sexuels parce qu’on est chômeur.

21Cet investissement idéologique repose sur plusieurs éléments que sont le refus d’une étiologie déterministe, qu’elle soit sociale ou pathologique, de la délinquance sexuelle, au profit d’une étiologie plus libérale, mettant l’accent sur la responsabilité individuelle ; et une volonté d’autonomie professionnelle au niveau des Spip. D’ailleurs, quelques années plus tard, cette expérience devient un dispositif promu par la Direction de l’administration pénitentiaire (DAP). Cette transition s’explique par deux raisons : la trajectoire professionnelle du directeur du Spip de Charente et les évolutions du métier de Cpip impulsées par la DAP. En effet l’ancien directeur du Spip de Charente est nommé comme sous-directeur adjoint des personnes placées sous-main de justice à la DAP entre 2006 et 2010 et participe activement à la promotion et à l’inscription de ce dispositif dans l’orientation nationale des services de probation. Les groupes de prévention de la récidive obtiennent le titre de programmes de prévention de la récidive à partir d’une note du directeur de l’administration pénitentiaire le 16 juillet 2007 et sont, par la suite, mis en place progressivement au niveau national. Les PPR, promus en 2007, s’inscrivent dans un ensemble d’évolutions réglementaires et législatives qui touchent à la fois aux politiques pénitentiaires et au métier des Cpip (Brillet, 2009 ; Gourmelon, 2012 ; Moulin, Palaric 2014) avec notamment la mise en avant d’une orientation criminologique qui se structure progressivement au cours des années suivantes (Bouagga, 2012 ; de Larminat, 2014) tout en restant source de controverse dans la profession.

22Le dispositif, qui à l’origine s’est construit sur la prise en charge de la population des criminels sexuels, est ensuite élargi à d’autres infractions, même si la priorisation des PPR auprès de cette population est affirmée par le référentiel produit par la DAP en 2010, (essentiellement en ce qui concerne ceux effectués en milieu fermé dans les établissements fléchés depuis la loi de 2008). D’autre part, le comité de pilotage, qui se met en place en 2007, favorise les PPR qui concernent les criminels sexuels, comme le raconte cet ancien directeur du Spip de Charente et sous-directeur adjoint à la DAP :

On a commencé par les délinquants sexuels oui, mais dès le début, on a dit que ça évoluerait. Mais il nous semblait plus judicieux que les services débutent par cette thématique. Beaucoup voulaient commencer avec d’autres populations et nous croyaient pas quand on disait que c’était plus facile. L’intérêt des auteurs d’infractions à caractère sexuel c’est qu’ils trouvent un intérêt évident au groupe parce qu’ils ne peuvent pas parler de leur problème autrement. Le groupe c’est un cadre protecteur qui permet d’en parler. Et puis, ils sont disciplinés et donc on évacue un tas de problèmes : ils viennent aux réunions, etc. Ils ont une cohésion d’ensemble qui fait que les constructions de groupes sont relativement faciles avec eux.

23Ce dispositif est vivement critiqué par des acteurs différents. Tout d’abord au niveau des Cpip qui contestent les orientations criminologiques nouvelles du métier dans lesquelles s’inscrit le dispositif, mais également par des acteurs de la psychiatrie en milieu pénitentiaire qui, lors de réunions entre la DAP, critiquent ce qu’ils considèrent comme une pratique thérapeutique pour des professionnels non agrémentés. Mais d’autres acteurs du soin s’investissent dans le dispositif puisqu’au sein du comité de pilotage sont présents la psychologue intervenant au Spip de Charente et le docteur Roland Coutanceau au titre de l’AFTVS (Association française des thérapies des violences sexuelles). Il n’en reste pas moins que la DAP adopte une attitude défensive à cet égard puisque par certains aspects les PPR sont définis dans le référentiel en négatif du soin. Ainsi, il est signalé que l’objectif du dispositif est « une modification du comportement par l’apprentissage et non par l’exploration des causes profondes comme en thérapie » ou encore que « l’ensemble de ces axes de travail visent à travailler sur les comportements conscients et non les fantasmes qui relèvent d’une démarche de soins » (Direction de l’administration pénitentiaire, 2010, 9).

  • 11 Source : entretien avec une rédactrice de la DAP en charge de l’accompagnement des services dans la (...)

24Ainsi à l’instar de l’injonction de soins, le dispositif qui s’était spécialisé au commencement sur les criminels sexuels se déspécialise, soulignant que la spécificité du dispositif réside dans sa modalité et non sur son objet. Mais à l’inverse de l’injonction de soins, l’offre de PPR sur le terrain se déspécialise de manière effective puisqu’en 2011 sur 190 projets de PPR seuls 53 étaient spécifiquement destinés à des auteurs d’infractions sexuelles11. En ce sens, les PPR sont un instrument parmi d’autres des nouvelles orientations données au métier de Cpip notamment en matière d’intervention criminologique. Dans cette optique la criminalité a fonctionné comme un moteur dans la construction puis la mise en place du dispositif. Autre différence notable : la nature revendiquée de l’intervention, qui est thérapeutique dans le cadre de l’injonction de soins et éducative pour les PPR.

25Quoiqu’il en soit, dans les deux cas, la spécialisation sur les criminels sexuels a joué un rôle dans l’élaboration et la valorisation de nouvelles logiques professionnelles qui s’apparentent ainsi à des formes de segmentation. Cette question reste néanmoins ambivalente dans les contours légaux et l’application des dispositifs et l’est d’autant plus lorsque l’on se penche sur les professionnels eux-mêmes.

3. Quelles spécialisations chez les professionnels intervenant dans les dispositifs ?

  • 12 Soit de manière collective, quand dans un service l’animation des PPR est tournante mais que l’ense (...)
  • 13 D’autres publics qui sont très majoritairement, dans notre corpus, des détenus.

26Au-delà de la question des formes de segmentations professionnelles induites par les dispositifs élaborés autour de la question de la criminalité sexuelle, se pose celle de la spécialisation des acteurs y intervenant. Celle-ci peut tout d’abord s’appréhender en termes d’intensité. L’engagement des acteurs dans ces dispositifs est extrêmement variable. Ainsi certains peuvent n’y consacrer qu’une part de leur activité : c’est le cas, par exemple, des Cpip pour lesquels l’animation des PPR ne constitue qu’une proportion maigre de leur travail bien que certains s’y soient spécialisés12 ; ou celui de soignants dont l’engagement dans des soins spécifiques peut coexister avec une activité auprès d’autres publics13. D’autres acteurs, au contraire, travaillent exclusivement auprès du public des criminels sexuels. C’est le cas notamment des soignants qui travaillent dans les centres ressources tout en intervenant dans des dispositifs de prise en charge spécialisée et qui peuvent donc être, à ce titre, considérés comme pleinement spécialisés. Mais la spécialisation de ces professionnels ne pourrait se résumer à une dimension quantitative car elle concerne avant tout la nature de leur travail. Comme le soulignent certains travaux sociologiques, les contours traditionnels des pratiques inhérentes à ces groupes professionnels ont été soumis à un ensemble d’évolutions au contact des criminels sexuels et à travers les dispositifs mis en œuvre (Gourmelon, 2012 ; Brie, 2014).

27Au-delà, la logique d’une spécialisation des professionnels renvoie en premier lieu à celle de la production et à l’usage de savoirs formels spécialisés et reconnus. En ce qui concerne les soignants, nombre de savoirs ont été produits sur le sujet des violences sexuelles dans le domaine de la psychopathologie (Balier, 1999 ; Ciavaldini, 2003 ; Coutanceau et al., 2016). Pour les Cpip, la problématique est différente, puisqu’il n’existe pas de savoirs propres sur la question des violences sexuelles, et que cette question renvoie plus généralement au développement des enseignements criminologiques au sein de leur formation initiale depuis les années 2000 (de Larminat, 2014). Pour autant, les éléments de spécialisation doivent être analysés à un autre niveau. En effet, et de manière générale, l’exercice professionnel ne peut se résumer à l’application mécanique de savoirs formels et se construit plutôt dans l’articulation de différentes formes de connaissances (Freidson, 2001). Ainsi les professionnels, dans leur activité, mobilisent des connaissances formelles autant que des connaissances « pratiques » ou « ordinaires ».

  • 14 Au sens défini par Hillau (1994) pour qui la compétence « est en permanence l’évaluation sociale d’ (...)

28Ainsi l’expérience de ces acteurs et les savoirs qui s’y construisent sont des éléments importants pour saisir les formes de spécialisation qui concernent ces professionnels. En effet ces savoirs expérientiels fonctionnent comme des compétences14, dans une double dimension à la fois pratique, dans le travail, mais aussi symbolique, dans la reconnaissance de leur professionnalité. Celles-ci sont des éléments communs de spécialisation entre ces groupes confrontés à des problématiques communes liées à la prise en charge des criminels sexuels : articulation des dispositifs thérapeutiques et répressifs, préoccupations et expositions publiques autour de la dangerosité et la récidive des publics pris en charge, difficultés à intervenir auprès d’un public contraint. Ces problématiques constituent des enjeux transversaux à partir desquels s’élaborent et se valorisent certaines compétences.

29Nous avons identifié trois compétences qui permettent de saisir ces évolutions et les formes de spécialisations plus discrètes qui s’y développent : la compétence de coordination identitaire, la compétence de contrainte relationnelle et la compétence de neutralisation émotionnelle. Précisons que la mise en relief de celles-ci résulte d’une part des entretiens que nous avons menés avec les professionnels mais également de l’observation des formations dispensées par le Criavs et des interactions entre professionnels de la santé et de la justice. À ce titre ce recueil de données se distingue de ce qui serait une ethnographie du travail, et relève plus d’une analyse des formes de valorisation professionnelle par des acteurs de terrains en situation d’interaction avec d’autres professionnels ou avec le chercheur enquêtant. Il est vrai que l’enjeu pour les acteurs consiste souvent à présenter une façade acceptable de leur travail en valorisant certains aspects de celui-ci tout en dissimulant le « sale boulot » (Hughes, 1997). Néanmoins la façon dont est présentée l’activité professionnelle nous renseigne sur les aspects normatifs de celle-ci et sur les signes de reconnaissance de la professionnalité de ces acteurs dans un contexte d’inflexion des pratiques. La présentation de ces trois compétences constitue ainsi plus une typologie des pôles d’inflexions qu’une restitution ethnographique.

3.1. La compétence de coordination identitaire

  • 15 Le rôle de médecin coordonnateur est de faire l’interface entre le médecin ou psychologue traitant (...)

30Par compétence coordination identitaire, nous désignons la capacité pour un professionnel à s’orienter au sein du dispositif en essayant de maintenir une identité professionnelle. Cette capacité repose sur plusieurs aspects : une connaissance des aspects légaux et déontologiques du dispositif, autrement dit son architecture, mais également la capacité à entretenir un réseau de connaissances interpersonnelles à l’intérieur de celui-ci. Cette compétence n’est pas propre à la prise en charge des criminels sexuels mais elle comporte certaines spécificités sur ce sujet. La première est le contexte d’inflation législative en matière de politique pénale et en particulier en ce qui concerne les soins pénalement ordonnés (Gautron, 2016) qui ont principalement visés les criminels sexuels. Ainsi les contours même de l’injonction de soins ont régulièrement été soumis à des modifications, induisant un flou cognitif, tandis que son application concrète se fait parfois dans un certain flou lié à l’organisation du travail et dû notamment aux décisions des juges de l’application des peines qui font en fonction de la démographie médicale locale ou encore aux pratiques hétérogènes des médecins coordonnateurs15, comme en témoigne ce médecin traitant travaillant dans un dispositif de soins spécialisés dans l’accueil des auteurs de violences sexuelles :

La plupart du temps pour des patients on ne sait pas s’ils sont en obligation ou en injonction de soins. On leur demande qu’ils nous amènent leur jugement ou une pièce un petit peu, bon… Et des fois ils veulent ou ils ne veulent pas la ramener. Des fois ils la ramènent et il y a marqué clairement injonction de soins et ça s’est transformé, on ne sait pas par quelle magie, en obligation de soins et il n’y aura pas de médecin coordonnateur et l’inverse est vrai aussi. Donc il y a quand même un petit bordel. Un petit flou.

  • 16 Le médecin ou psychologue traitant peut ainsi informer le médecin coordonnateur, le Jap ou encore l (...)

31La deuxième raison concerne le fait que les dispositifs consacrés aux criminels sexuels ont mis en lien des groupes professionnels qui n’obéissent pas nécessairement aux mêmes règles déontologiques et légales, notamment en matière de secret. Or le dispositif d’injonction de soins prévoit la circulation d’informations spécifiques16. Dès lors, les implications médico-légales du dispositif comportent des zones d’incertitude puisque les professionnels doivent se repérer à travers différents cadres déontologiques et légaux qui mettent parfois en conflits certaines finalités professionnelles. Cette dimension complexifie les situations de prises en charge où la temporalité et la logique juridique s’entremêlent à celles des soins, comme le montre cette situation où un médecin traitant raconte le fait que son patient, qui refusait jusque-là le traitement anti-androgène, lui demande de le lui prescrire car il passe de nouveau en procès :

C’était en janvier, il devait être jugé en mars et ça a été reporté. Enfin bref. Moi je lui ai dit : « Écoutez, ce n’est pas un traitement d’urgence, il y a tout un bilan à faire et puis il y a quinze jours vous m’avez dit non ». Comme ça j’ai gagné un peu de temps. Et moi dans ma tête, c’était : il doit être jugé et en fonction du jugement il part en prison ou il ne va pas en prison. Et à ce moment-là je lui prescris le traitement s’il en veut toujours. Et s’il part en prison… eh bien quand il sortira il me rappellera et s’il veut le traitement je lui donnerai. Voilà, ce n’est pas à moi à mettre en place ce traitement pour que son avocat il dise : « Voyez ! Maintenant depuis il a fait des progrès ». Enfin voilà, on sent que c’est un gros souci pour nous.

32La capacité des professionnels à se repérer dans ces temporalités et ces aspects déontologiques et légaux différents, et parfois concurrents, est primordiale pour la maîtrise de leur activité puisqu’elle leur permet de situer leurs décisions en fonction de ces éléments. Cette citation montre ainsi le risque de dépossession du temps thérapeutique auquel peuvent être confrontés les soignants vis-à-vis de la temporalité judiciaire. Ces derniers mettent en œuvre des tactiques pour s’en dégager a minima en mobilisant des connaissances qui relèvent essentiellement des normes juridiques et déontologiques et sur lesquelles s’appuie leur capacité à exercer leur autorité professionnelle.

33L’apprentissage de ces connaissances se déroule selon différentes modalités. Pour beaucoup, cet apprentissage se fait sur le tas par l’expérience professionnelle ou par la participation à des réunions santé-justice où parfois sont présentés les différents services ou dispositifs. Ainsi sur les 38 professionnels de santé interrogés, 23 avaient travaillé ou travaillaient encore au sein d’un service de psychiatrie en milieu pénitentiaire. Leurs connaissances ne relevaient donc pas de formations spécifiques mais d’expériences professionnelles au cours desquelles ils avaient appris les particularités inhérentes aux temporalités judiciaires et pénitentiaires ainsi que l’identification des différents acteurs et de leur rôle. Huit autres professionnels avaient suivi des « formations secondaires » à travers des diplômes universitaires médico-légaux. Mais l’acquisition de ce type de connaissances se déroule également à travers l’activité des Centres ressources (Criavs) instaurés en 2008. Celui dans lequel nous avons mené nos observations participantes, les acteurs, exclusivement soignants à l’exception du sociologue, formaient d’autres professionnels du soin mais aussi des Cpip sur différentes thématiques comme « l’inceste », « le traitement sanitaire des auteurs de violences sexuelles » ou encore « les soins pénalement ordonnés ». Ces formations comprenaient différents éléments pédagogiques : cliniques, sociologiques et systématiquement une description des dispositifs et de leurs implications déontologiques et légales. De la même façon l’équipe se déplaçait dans des Services pénitentiaires d’insertion et de probation (Spip) pour des réunions thématiques qui concernaient bien souvent des dispositifs particuliers, et pas seulement sanitaires, comme les soins sans consentement ou encore le fichier judiciaire automatisé des auteurs d’infractions sexuelles (Fijais).

34L’apprentissage de l’architecture des dispositifs constitue un enjeu important chez les professionnels et la maîtrise de ces connaissances est un élément de reconnaissance professionnelle qui peut amener certains à être sollicités au nom de cette compétence comme nous le décrit cette psychiatre travaillant dans un dispositif de soins spécialisés :

En fait c’est vrai que dans l’idéal pour tous nos collègues ça serait bien qu’ils soient tous suivis chez nous parce que ce n’est pas facile de suivre ces personnes sur le secteur psychiatrique et même en libéral ce n’est pas facile. Parce qu’il y a la question de l’implication médico-légale. Qu’est-ce que l’injonction ? C’est quoi l’obligation ? Ils ne savent pas forcément. Ils ne savent pas forcément dans quelle mesure ils engagent leur responsabilité.

35Au-delà de ces sollicitations entre « pairs », la reconnaissance de cette compétence peut conduire également à des pratiques d’orientation de patients condamnés de la part de certains juges d’application des peines (Jap), quitte parfois à outrepasser le circuit de décision prévu par la loi, comme en témoigne ce Jap :

  • 17 Nom modifié.

Je fais, et mes collègues aussi, un truc qui n’est pas trop prévu c’est que lorsque l’on reçoit un cas, on va dire lourd, et qu’il est le premier à nous dire qu’il veut bien voir un psy mais qu’il ne sait pas qui, on l’envoie nous-même, le jour où on le reçoit, à aller consulter le service du docteur Bonchamps17. Sachant que c’est peut-être le service du Dr Bonchamps qui va peut-être le garder et qui va peut-être le renvoyer sur d’autres. Mais en tous les cas ça nous apporte une garantie quand même. Et comme ça, finalement on squeeze un petit peu le médecin coordonnateur mais ça permet d’enclencher très vite le dispositif adéquat. Je le fais assez rarement mais je le fais vraiment quand je me dis : « Oulala voilà un dossier où le gars il faut vraiment le suivre de près ! ».

36Sur les éléments qui peuvent conduire à ce type d’orientation, une psychiatre du service en question nous explique :

C’est arrivé que ce soit des magistrats qui nous les adressent parce que c’étaient des gens qui avaient un passé pénal lourd ou bien des nouvelles mesures judiciaires comme la surveillance judiciaire ou il y a eu le premier bracelet électronique mobile. Les juges n’étaient pas très rassurés de ces nouvelles mesures et avaient envie qu’il y ait un suivi bien cadré, et donc nous demandait si on pouvait le suivre ici.

37Ces dernières citations nous renseignent sur les critères d’urgence ou d’inquiétude qui guident certaines pratiques d’adresse des juges ou de services de soins (très majoritairement des services de secteur public) vers les soignants spécialisés. Ils peuvent concerner le profil pénal de l’individu (à travers plusieurs aspects comme la répétition des infractions, ou la crainte d’une récidive). Dans ce cas la demande provient essentiellement des juges. Ou bien ce sont des critères qui ont trait à l’implication médico-légale de la situation de suivi (les responsabilités du soignant selon si c’est une obligation ou une injonction de soins ou bien quand se pose la question du signalement à la justice) et dans ce cas la demande provient d’autres soignants.

38Les pratiques d’orientation, décrites par les acteurs ci-dessus, nous montrent les motivations sur lesquelles elles reposent : à la fois la reconnaissance de la maîtrise des dispositifs et de ses implications légales par les acteurs concernés, mais aussi l’identification de ces derniers à travers des réseaux d’interconnaissance. C’est en effet ce dernier élément qui constitue l’autre aspect de la compétence de coordination identitaire. La connaissance de l’architecture idéal-typique du dispositif, comprise comme la compréhension du cadre normatif, se double d’une connaissance de l’architecture concrète de celui-ci, comprise comme l’identification des acteurs locaux participants à celui-ci. Cette identification, pour être fonctionnelle, se construit sur des liens d’interconnaissance à la base de relations de confiance. Sur le plan de la pratique, dans la plupart des prises en charge considérées comme routinières par les acteurs, cette compétence de coordination identitaire est finalement de faible importance. C’est toutefois dans les situations jugées problématiques, et pour lesquelles des décisions doivent être prises, que cette compétence s’avère cruciale. Un exemple en est cette situation, racontée par un psychiatre responsable d’un dispositif de soins spécialisés, où la question du signalement se pose :

Le vendredi après-midi le Spip m’appelle en disant : « Votre patient, il a été vu avec une mineure là où il est hébergé ». Donc là ça veut dire mineur en danger. Et je demande à la justice : « Pourquoi vous m’appelez pour me dire ça ? ». En l’occurrence ils avaient prévenu le juge d’application des peines qui a dit : «  Il faut le convoquer ». Sauf que c’était vendredi après-midi vers quatre heures et que tout le monde le convoquait le lundi ou le mardi. Et en attendant, la mineure, il n’y avait personne qui s’en occupait. Donc là moi j’ai fait un signalement au parquet en estimant qu’une mineure était en danger. Donc j’ai court-circuité l’injonction de soins. Après est-ce que le Jap a le droit en lui-même de dire à des policiers : « Vous foncez au domicile aller constater s’il y a une mineure ou pas » ? En tous les cas moi je n’en ai pas le droit.

39Ce type de situation requiert un raisonnement professionnel prudentiel (Champy, 2009, 85) c’est-à-dire un raisonnement qui ne peut reposer sur une simple application de routines ou de savoirs formalisés mais au contraire sur une délibération conjoncturelle dans laquelle, ici, la compétence de coordination identitaire (la compréhension du dispositif et la connaissance de ses acteurs) joue un rôle primordial. Cette compétence repose également sur la possession de savoirs mixtes qui relèvent tout autant de la connaissance des cadres légaux de la profession que des dispositifs judiciaires.

3.2. La compétence de contrainte relationnelle

40Cette forme de compétence renvoie pour partie à ce qui a déjà été analysé dans la littérature sociologique sous le terme de compétence relationnelle pour désigner la maîtrise, par les professionnels, de l’interaction avec les usagers, afin d’instaurer un lien de confiance. À travers son exercice, se construit une « définition pratique de l’autorité et de l’indépendance professionnelles » (Milburn, 2002). En ce qui concerne les criminels sexuels, la particularité est le fait que ce public se retrouve face aux professionnels de manière contrainte et que, par conséquent, la négociation de la confiance et de l’autorité professionnelle dans l’interaction, que constitue la prise en charge, se déroule sous cet angle. Mais au-delà de cette dimension de contrainte, ce public est souvent présenté, par les professionnels interrogés, comme plus « effacé », voire « soumis », et en même temps moins accessible dans les entretiens. Que ce soit pour les Cpip ou pour les soignants, l’un des objectifs dans les interactions avec leur public est d’instaurer une relation de confiance pour pouvoir mener à bien leurs missions. Cette compétence revêt donc une importance technique particulière mais également symbolique, puisqu’elle participe de la reconnaissance professionnelle par différents publics (les usagers ou les pairs).

  • 18 Le jeu « Qu’en dit-on ? » est un outil développé par des soignants du Centre de santé mentale angev (...)

41L’un des objectifs de la prise en charge consiste à produire une parole et un échange qui vont être identifiés par les professionnels comme une relative relation de confiance. Ainsi, en matière de soins, l’un des objectifs officiels de la thérapie consiste à faire émerger la demande et « à créer les conditions d’une bonne relation thérapeutique (alliance thérapeutique, bonne observance) », comme le préconise la Haute autorité de santé en 2009 (HAS, 2009). Cette demande n’est donc pas un préalable à la relation de soins mais l’un de ses objectifs. Pour les Cpip, la problématique est similaire puisque leurs missions consistent, en partie, à évaluer la personnalité des condamnés et qu’à l’instar des soignants, cette évaluation repose sur la construction de liens de confiance. Faire parler une personne condamnée sur elle-même et éventuellement sur les actes qu’elle a commis nécessite le déploiement de différentes stratégies que l’on retrouve communément chez les soignants ou les Cpip. Ce sont tout d’abord l’usage d’outils qui permettent d’introduire une médiation tierce dans la relation duelle de la prise en charge : des jeux, comme le « qu’en dit-on ? »18 ; des photos vis-à-vis desquelles les participants sont invités à livrer leurs impressions ; ou encore des films ou des carnets d’exercices. Ces outils visent à atténuer la dimension « frontale » de la situation de face-à-face qui peut être vecteur d’inhibition et à favoriser la construction d’une relation entre le professionnel et l’usager, comme le décrit cette infirmière qui travaille dans une équipe mobile intervenant auprès des détenus pour infraction sexuelle :

Pour ce patient j’ai un manuel à destination des AVS [auteurs de violences sexuelles], c’est un peu comme un cahier de devoir. C’est destiné à des gens qui ont des difficultés d’introspection ou qui sont inhibés. Du coup ça leur permet de faire leurs devoirs à la maison, sans qu’il y ait le regard de l’autre. Ça leur laisse du temps pour réfléchir, après ils en font ce qu’ils en veulent ! S’ils ne veulent pas s’en saisir… Mais c’est plutôt un bon outil de médiation je trouve. Le souci majeur des patients, des personnes qui commentent des infractions sexuelles c’est la communication et c’est la relation à l’autre. Donc quel que soit le support, c’est ça la question.

42D’autres stratégies peuvent aussi être mises en œuvre comme le fait d’accueillir le condamné en binôme professionnel afin d’étayer la prise en charge et de jouer sur le rôle de chacun. Cette dimension est systématique dans l’animation des PPR qui sont conduits par deux Cpip qui se partagent les rôles : un dans l’animation et l’autre plus en retrait. Enfin, une dernière stratégie concerne la sélection des individus qui joue un rôle important dans la constitution des groupes. Dans cette optique, les professionnels cherchent à écarter les individus qui pourraient nuire à la dynamique de groupe.

43Au-delà de ces stratégies visant à faire émerger une parole, les professionnels cherchent par différents moyens à établir un « cadre de confiance partagée », c’est-à-dire un cadre où la personne prise en charge pourra produire une certaine parole. Pour cela, ils explicitent le cadre et les enjeux de la relation, comme nous le dit cette psychologue intervenant auprès d’adolescents auteurs d’infractions sexuels :

À ce niveau il faut que l’on soit très clair avec eux car c’est très important. On leur dit que c’est un lieu pour eux qui n’a rien à voir avec la justice ou la pénitentiaire, qu’on est tenu au secret professionnel et que les parents ne seront tenus au courant que de ce qu’on aura décidé ensemble de dire (et donc jamais sans leur accord) mais qu’en effet si des choses sont révélées et que s’il y a un mineur en danger on devra signaler.

44En précisant le cadre de la relation de manière formelle, cette psychologue définit, à l’instar de ce que décrit Philip Milburn pour les avocats et leurs clients, « la situation professionnelle dans sa portée technique – le contenu de l’intervention – mais également dans sa légitimité symbolique » (Milburn, 2002, 56), c’est-à-dire dans la reconnaissance par l’usager de la compétence du professionnel.

45Mais l’établissement du « lien de confiance » relève d’une certaine forme d’ambivalence dont sont conscients la plupart des acteurs. Les paroles de l’usager ou du patient sont produites dans un cadre contraint dont les enjeux peuvent peser sur l’avenir judiciaire de celui-ci. Les professionnels cherchent ainsi à exercer un contrôle des propos de la personne prise en charge vis-à-vis de ce qui peut être perçu comme des risques de manipulation. Ce contrôle peut s’opérer de manière intuitive, à partir de petits indices, comme nous le dit cette psychologue travaillant dans un dispositif de soins spécialisés :

C’est le côté pervers de la personne qu’on a en face de soi qu’on va pouvoir évaluer parfois si on a l’impression de… qu’on ressent en tant que thérapeute, d’être amené sur des chemins manipulés par le patient. On n’a pas une grille qui évalue forcément, même si ça doit exister, il existe des outils pour évaluer tout et n’importe quoi. C’est quelque chose qu’on ressent. Par exemple le patient qui est trop dans la désirabilité sociale, qui va toujours répondre à ce qu’il serait souhaitable, socialement correct.

46Mais il peut également s’opérer de manière externe en récoltant auprès du médecin coordonnateur des éléments du dossier pénal qui permettent de contrôler la véracité de ce qui disent certains patients, comme le raconte ce psychiatre traitant :

C’est quand même informatif. Nous, au niveau clinique… Des fois il y en a qui expliquent bien, qui ont pris du recul, qui arrivent à expliquer. Mais la plupart… Je me souviens d’un gars qui s’était exhibé en se masturbant, je ne sais plus si c’était devant des mineurs ou des majeurs. Et il disait qu’il n’y avait rien de sexuel. Alors je lui ai dit : « Vous étiez en érection » et il m’a dit : « Oui, oui mais il n’y avait rien de sexuel ». Voilà sa position. Alors oui après il y a des théories qui disent que l’exhibitionniste c’est juste pour exister dans le regard de l’autre. Enfin ça passe quand même par le sexuel.

47Dans cet exemple le contrôle, via les pièces du dossier pénal, est justifié pour des raisons de diagnostic clinique mais il se peut également qu’il le soit pour des raisons tenant aux risques criminologiques de récidive de la part de patients minimisant les faits pour lesquels ils ont été condamnés.

  • 19 Qui renvoie aux débats entre la psychanalyse et d’autres courants mais aussi au sein de la psychana (...)

48In fine cette compétence de contrainte relationnelle se déploie dans les stratégies mises en œuvre par les professionnels pour faire exister une « relation de confiance » dans le cadre de prises en charge où la dimension de contrainte est fortement présente. Cette « relation de confiance » mérite pourtant d’être questionnée, notamment parce que, sur une même situation de prise en charge, le point de vue des professionnels n’est pas nécessairement le même que celui des personnes prises en charge (Brie, 2014). Par ailleurs, elle s’inscrit plus globalement dans un cadre où la confiance constitue une forme de valorisation idéologique de la profession soignante. À ce titre, du point de vue des soignants la forme particulière de cette compétence de contrainte relationnelle s’inscrit plus généralement dans une logique thérapeutique plus interventionniste, développée et théorisée par les thérapeutes intervenant auprès des criminels sexuels (Ciavaldini, 2003) et analysée par certains sous l’angle d’une « socialisation autoritaire » (Saetta, 2016). Cette position est souvent assumée par les acteurs de terrain rencontrés qui parfois critiquent ouvertement des positionnements jugés attentistes, comme ce psychiatre d’un centre ressources lors d’une réunion avec des Cpip qui fait mention d’un Centre médico-psychologique (CMP) qui refuse d’accueillir les personnes condamnées à des injonctions de soins pour la raison qu’elles n’ont pas de demande authentique : « C’est une position de bourgeois qui dit : "Viens chez moi. Dis-moi ce que tu demandes et je te dirai comment t’en passer !" ». À travers cette situation on peut souligner la distinction faite par ce psychiatre entre une logique plus interventionniste et une logique plus attentiste19 présentée, selon lui, comme inadaptée aux profils des criminels sexuels. Dans le positionnement interventionniste, la compétence relationnelle se conçoit dans un cadre imposé à la personne prise en charge et partant du principe que la relation de confiance constitue bien plus un objectif de la prise en charge qu’une condition. Dans cette optique les tactiques mises en œuvre relèvent essentiellement de pratiques de « coercition soft » et visent à adoucir la dimension judiciaire et contrainte du dispositif.

49La compétence de contrainte relationnelle de ces professionnels et leurs positionnements s’articulent finalement avec une troisième compétence : la compétence de neutralisation émotionnelle.

3.3. La compétence de neutralisation émotionnelle

50Cette troisième compétence désigne la capacité pour un professionnel à neutraliser les affects provoqués par le public pris en charge et par conséquent à faire œuvre de professionnalisme. Cette dimension renvoie à la notion de travail émotionnel mobilisée notamment par Arlie Hochschild pour désigner le « travail qui vise à produire ou inhiber des sentiments de façon à les rendre « appropriés » à la situation » (Hochschild, 2003), c’est-à-dire conformes à certaines règles de sentiments. Cette compétence se décline sous plusieurs aspects observables.

51Elle désigne tout d’abord le travail de neutralisation émotionnelle des professionnels sur eux-mêmes face à un public qui les interpelle dans leur intimité ou leur positionnement personnel. Cette problématique a été soulignée notamment par Christophe Adam (2011) dans son travail sur les soignants intervenant en milieu carcéral auprès de criminels sexuels en Belgique. Dans ce cadre, si tous les professionnels n’abordent pas la question de la sexualité dans la prise en charge de ce type de public, pour ceux qui le font cela représente certaines difficultés en matière de positionnement professionnel. Ainsi, parler de la sexualité en entretien c’est souvent « exposer son propre rapport à la sexualité » (Adam, 2011, 272) dans la mesure où les positionnements normatifs des acteurs peuvent être sujets à des décalages inattendus ou à des malentendus. Il met également en relief le fait que cela conduit à réinterroger « nécessairement la sphère de la compétence à la fois personnelle et professionnelle » (Adam, 2011, 260) et que dès lors émerge un questionnement sur la façon de pouvoir traiter professionnellement cette question. Les professionnels que nous avons rencontrés n’abordent pas nécessairement la question de la sexualité avec les criminels sexuels pris en charge. Ceux qui le font développent des techniques d’entretien moins frontales comme l’explique cette Cpip, qui après avoir animé un PPR a réajusté ses pratiques d’entretien pour aborder cette question :

Ça a élargi ma palette d’outils en individuel où on est parfois bloqué pour l’échange sur le passage à l’acte. Ça m’a permis de reformuler les choses. Avant je les affrontais vraiment en direct et je pense que j’étais un peu frontale. Là avec ces outils, ce cheminement en entonnoir, je l’utilise vachement en entretien individuel.

52Les outils dont il est question ici se présentent souvent sous la forme de jeux (jeux de l’oie, jeux de cartes) dans lesquels sont présentées des situations vis-à-vis desquelles les personnes prises en charges doivent se positionner. Cette modalité permet aux professionnels de contourner le problème de leur rapport personnel aux normes de sexualité en partant directement de ce que leur disent les individus des situations du jeu. Pour autant la question de la sexualité reste problématique et les professionnels rencontrés font souvent face à des difficultés de positionnement à l’égard de cette question. Cette difficulté n’est pas propre à ces professionnels comme le montrent les travaux de Caroline de Man et Sarah Van Praet (2012) sur les atteintes sexuelles commises par des mineurs en Belgique. Ces auteurs montrent que derrière une même qualification juridique se cache « une grande diversité de réalités » (de Man, Van Praet, 2012, 114) qui vont faire l’objet d’un travail de définition de la part des acteurs mettant en jeu à la fois des normes morales et sexuelles mais aussi des perceptions différentes d’une même situation ; ou encore les travaux de Sybille Smeets qui souligne la difficulté de la réaction policière face à la déviance sexuelle (Smeets, 2012) et sur la façon d’appréhender la question du consentement ou de la violence.

53Mais plus spécifiquement, c’est la nature des actes commis qui suscite des émotions chez les professionnels, dans la mesure où elle peut les affecter moralement, ou les renvoyer soit à leur identité de parents (quand il s’agit de faits commis sur des mineurs) soit à leur identité de genre. Des professionnels interrogés mettent ainsi leur rôle de parents en balance avec leur rôle professionnel pour expliquer les difficultés émotionnelles auxquelles les confrontent les prises en charge de ce type de public. Une Cpip explique, lors d’un entretien, avoir quitté le groupe de Cpip spécialisés sur les PPR car à chaque fois qu’elle allait à la piscine avec sa fille, elle observait avec inquiétude les hommes qui s’en approchaient. Face à ce risque affectif, les professionnels tentent de développer une position de neutralité bienveillante comme en témoigne ce psychiatre :

Bon, on n’est pas là pour porter un jugement. Le jugement a été ou sera porté par la société. Et justement notre position n’est pas forcément évidente. Cette société on en fait partie. Donc je crois qu’il faut quand même se positionner clairement, non pas pour la justice, mais on fait partie d’une société qui, à un moment donné, a jugé de certains actes. Voilà. Et dans le soin on ne va pas dire : « Vous vous êtes pris dix ans, c’est beaucoup trop, c’est dégueulasse ». Voilà, on ne va pas partir là-dedans. Mais à l’inverse, des fois on peut ressentir aussi… Le gars l’a fait trois fois et il a pris deux ans avec sursis. Et on se dit alors que la justice est assez clémente. Donc c’est des trucs que l’on peut ressentir. Il faut essayer de… la personne est là, il faut essayer de l’aider, point.

54Ce positionnement correspond à la fois à une nécessité technique afin d’assurer la prise en charge et la relation de confiance qui s’y construit, mais il correspond aussi à une dimension idéologique du professionnalisme (Parsons, 1951) à la base de formes diverses de reconnaissance professionnelle. Cette dimension idéologique se rapporte aux règles de sentiments qui concernent les « lignes directrices qui régissent l’évaluation de l’adéquation ou de la non-adéquation entre sentiment et situation » (Hochschild, 2003, 39).

55En travaillant sur les émotions, les professionnels cherchent ainsi à professionnaliser leur objet en se conformant aux règles professionnelles de sentiments. Cela passe par des apprentissages entre pairs visant à construire un positionnement et une attitude qui seront considérés comme « professionnels ». Cette injonction donnée par un psychiatre à une interne lors d’une réunion clinique où sont traités différents cas de patients en témoigne : « Il faut que l’intérêt que vous lui montrez soit suffisamment désintéressé. » Cela passe également par un apprentissage sur le tas comme l’explique cette Cpip ayant animé un PPR :

Ça m’a aidé, car j’ai su comment mieux prendre les choses, aborder les sujets mais aussi mieux respecter la représentation qu’ils peuvent avoir. Quand on se fait des après-midi lourds au greffe à lire les dossiers, il y a des moments où ça vire à l’écœurement. Ce n’est pas que je n’arrivais pas à me détacher de ça en individuel mais maintenant je me sens mieux armée. C’est important d’entendre leur parole.

56Ces différentes situations renvoient au travail émotionnel opéré par les professionnels. Celui-ci désigne « la génération et la gestion de ses propres émotions ainsi que la gestion des émotions des autres » (Druhle, 2000, 18) et à ce titre l’enjeu principal consiste à contrôler la manifestation de ses propres émotions ou au contraire leur dissimulation (Druhle, 2000, 18). Dans la prise en charge des criminels sexuels, les professionnels valorisent la dissimulation, et donc l’apparente neutralisation, des émotions. Ce travail de dissimulation s’opère à travers diverses pratiques comme les supervisions d’équipe ou lors des réunions où parfois s’élaborent des tactiques de mise en scène vis-à-vis d’un patient ou d’un probationnaire. Cette valorisation de la neutralité émotionnelle conduit à des formes de dévalorisation des professionnels qui exprimeraient de manière non conforme leurs émotions comme cette infirmière qui, en réunion d’équipe, exprime sa volonté de se dégager d’une prise en charge du fait de son attirance pour le patient et qui suscite des réactions de désapprobation de ses collègues.

57Si la construction d’une position de neutralité bienveillante participe à la relation de prise en charge, elle joue également un rôle dans les interactions entre professionnels. La compétence de neutralisation renvoie à la capacité à distinguer les situations problématiques ou urgentes de celles qui ne le sont pas. Les soignants des centres ressources effectuent régulièrement ce type de tâches lorsqu’ils se déplacent dans des services à propos de cas problématiques. Dans les interactions avec les professionnels qui les sollicitent ils vont chercher à « dédramatiser » certaines situations ou inquiétudes. Cette compétence rejoint ici la notion de « drame social du travail » (Hughes, 1996, 84) pour désigner la tension existante dans des situations vécues comme urgentes par des individus mais qui relèvent, pour les professionnels concernés, d’une forme de routine. Cette tension est au cœur de tout travail professionnel et est génératrice de conflits : les critères d’urgence ne sont pas les mêmes pour les acteurs de la justice, de la santé ou de la pénitentiaire. La démonstration de cette compétence est d’ailleurs observable au sein des services quand se présente une situation inquiétante ou vécue comme urgente donnant lieu à des remarques du type : « Des fois il sourit et puis il repart en menaçant de faire une tentative de suicide [mais] au final j’ai bien dormi, il ne m’a pas inquiété » ou encore le reproche adressé à de jeunes internes de se « laisser envahir par les inquiétudes des patients ». De manière globale, les professionnels spécialisés mettent en avant une forme de dédramatisation des situations qui leur sont adressées par les autres acteurs professionnels, ce qui leur permet de valoriser un positionnement de neutralité émotionnelle et affective. Cette posture s’inscrit comme un apprentissage qui relève de deux dimensions. D’une part les expériences professionnelles auprès de publics émotionnellement « lourds », notamment en prison, ainsi que d’autre part par une certaine intellectualisation du rapport émotionnel au patient ou au probationnaire à travers la mobilisation d’outils formels que sont les échelles actuarielles ou les tests psychologiques.

58Finalement, ces trois formes de compétences constituent des éléments de spécialisation des professionnels dans la mesure où elles contribuent à l’évolution des pratiques dans le cadre de la prise en charge des criminels sexuels et participent à la reconnaissance d’une spécificité professionnelle. En ce sens, ces trois compétences ne sont pas à appréhender de manière indépendante : elles se nourrissent les unes les autres en formant un continuum de compétences sur lequel se construisent les positionnements et les identifications professionnels. En effet, la compétence de coordination identitaire est pour partie liée à la compétence de contrainte relationnelle dans la mesure où elle favorise la maîtrise des temporalités et des enjeux encadrant l’interaction entre le professionnel et l’usager. De la même façon la compétence de neutralisation émotionnelle nourrit la compétence de contrainte relationnelle, dans le sens où elle est à la base de la position de neutralité bienveillante. C’est donc autour de ces trois compétences que se forme l’espace de la professionnalité des acteurs investis dans les dispositifs de prise en charge des criminels sexuels.

4. Conclusion

59La spécialisation professionnelle autour des prises en charges des criminels sexuels reste une question ambivalente. En effet cette spécialisation concerne tout autant les politiques pénales, dans lesquelles la criminalité sexuelle a constitué un enjeu symbolique fort, que l’impulsion de dispositifs novateurs qui ont par la suite été élargis à d’autres infractions. Cette déspécialisation du contour des dispositifs pose la question de celle des professionnels qui y interviennent : de quoi sont-ils finalement les spécialistes ? Dans le champ de la psychiatrie, la production de savoirs spécialisés, et la très relative déspécialisation en pratique de l’injonction de soins, laissent à penser qu’une spécialisation professionnelle s’est progressivement structurée sur le sujet. À l’inverse dans le champ pénitentiaire la problématique a été englobée dans le domaine des savoirs criminologiques et dans les inflexions du métier de Cpip impulsés par l’administration pénitentiaire. Ainsi au-delà de la spécialisation, c’est la question de l’apparition de segments professionnels qui se pose. Cette notion renvoie à des « identités organisées » (Bucher, Strauss, 1992) c’est-à-dire à des processus de différenciation et de distinction identitaires intra professions où l’identité professionnelle alternative se partage et se révèle dans des cercles de confraternité. C’est bien plus à ce niveau que se sont structurés les enjeux autour de la prise en charge des criminels sexuels avec là aussi des différences entre le champ de la psychiatrie et le champ pénitentiaire. Dans le premier cas cette segmentation s’est traduite dans des structures professionnelles (les Criavs) et des associations professionnelles dédiées (Artaas, Fédération française des Criavs). Dans le second cas, et bien que des orientations professionnelles divergentes ont pu être portées de manière organisée sur le plan syndical (Razac, 2011), la segmentation est bien plus diffuse.

60Pour autant, au-delà de cette différence, des similitudes apparaissent. Tout d’abord, dans la dynamique même des dispositifs. Ceux-ci ont été les instruments et les catalyseurs d’inflexions des finalités et des axiologies professionnelles. De la même façon, les problématiques similaires autour des risques de récidive, de l’implication dans des dispositifs de prise en charge contrainte ou encore l’utilisation de techniques communes dans le souci de produire de la parole et de l’adhésion chez les publics concernés, montrent les formes de rapprochement professionnel. Ainsi, les compétences développées et valorisées lors des entretiens et nos observations montrent que la spécialisation se construit plus globalement sur des formes et des cadres d’intervention particuliers dont la spécificité ne tient pas tant à la question de la criminalité sexuelle que de la construction d’une logique de gestion des risques dans laquelle s’inscrivent ces professionnels. La réalisation pratique de cette convergence professionnelle reste discutable notamment parce que les acteurs sont insérés dans des contextes de travail hétérogènes et soumis à des pressions diverses (réductions budgétaires, quantité importante de travail, injonctions contradictoires), bien loin souvent du volontarisme affiché par les politiques publiques (Gourmelon, 2012 ; Milburn, Jamet, 2014). Pour autant un espace commun semble se dessiner au-delà des différences réelles entre ces groupes professionnels. Un espace au sein duquel des formes de travail, et les reconnaissances qui y sont liées, s’infléchissent autour de certaines compétences qui concernent les différents acteurs et qui contribuent à faire évoluer leur positionnement professionnel.

Glossaire

AFTVS : Association française de thérapie des violences sexuelles

Artaas : Association pour la recherche et le traitement des auteurs d’agression sexuelle

Cpip : Conseiller pénitentiaire d’insertion et de probation

Crasc : Centre de recherche action en sexo-criminologie

Criavs : Centre ressources pour les intervenants auprès d’auteurs de violences sexuelles

DAP : Direction de l’administration pénitentiaire

Fijais : Fichier judiciaire national automatisé des auteurs d’infractions sexuelles et violentes

PPR : Programmes de prévention de la récidive

Spip : Service pénitentiaire d’insertion et de probation

Haut de page

Bibliographie

Abbott A., 1988, The system of Professions. An Essay on the Division of Expert Labor, Chicago, The University of Chicago Press, Chicago.

Abbott Andrew, 2003, Écologies liées : à propos du système des professions, in Menger P.-M. (dir.), Les professions et leurs sociologies, Éditions de la MSH, Paris.

Adam C., 2011, Délinquants sexuels et pratiques psychosociales. Rester clinicien en milieu carcéral, Bruxelles, Éditions Larcier.

Alvarez J., Gourmelon N., 2007, La prise en charge pénitentiaire des auteurs d’agressions sexuelles, Paris, La documentation française.

Ambroise-Rendu A.-C., 2014, Histoire de la pédophilie, XIXe-XXIe siècle, Paris, Fayard.

Balier C., 1999, Psychanalyse des comportements sexuels violents : une pathologie de l’inachèvement, Paris, Puf.

Bellanger H., 2014, Politiques et pratiques de la psychiatrie en prison 1945-1986, Criminocorpus, [en ligne] http://journals.openedition.org/criminocorpus/2730 (27 mars 2018).

Bouagga Y., 2012, Le métier de conseiller d’insertion et de probation : dans les coulisses de l’État pénal ?, Sociologie du Travail, 54, 3, 317-337.

Bourdieu P., 1986, La force du droit. Éléments pour une sociologie du champ juridique, Actes de la Recherche en Sciences Sociales, 64, 3-19.

Bozon M., 2009, Sociologie de la sexualité, Paris, Armand Colin, collection « 128 ».

Brie G., 2014, Des pédophilies derrière les barreaux. Comment traiter un crime absolu ?, Paris, L’Harmattan.

Brillet E., 2009, Une nouvelle méthode d’intervention auprès des personnes placées sous main de justice : les programmes de prévention de la récidive (PPR), Cahiers d’études pénitentiaires et criminologiques, 31.

Bucher R., Strauss A., 1992, La dynamique des professions, in Bucher R., Strauss A. (dir.), La trame de la négociation. Sociologie qualitative et interactionniste, Paris, L’Harmattan, 67-86.

Carrier N., 2010, Sociologies anglo-saxonnes du virage punitif, Champ pénal/Penal field, VII, [en ligne] http://journals.openedition.org/champpenal/7818, DOI : 10.4000/champpenal.781 (9 novembre 2018).

Cartuyvels Y., 2012, Sexe, normes et déviances : entre fascination et malaise, in Adam C., De Fraene D., Mary P., Nagels C., Smeets S. (dir.), Sexe et normes, Bruxelles, Bruylant.

Castel R., 1981, La gestion des risques. De l’anti-psychiatrie à l’après-psychanalyse, Paris, Éditions de Minuit.

Champy F., 2009, La sociologie des professions, Paris, Puf.

Ciavaldini A. (dir.), 2003, Violences sexuelles. Le soin sous contrôle judiciaire, Paris, In Press Eds.

Collectif Contrast (Doron C.-O., Eyraud B., Lancelevée C., Litzler A., Protais C., Saetta S., Velpry L.), 2015, La création des UHSA : une nouvelle régulation de l’enfermement ?, Déviance et Société, 39, 4, 429-453.

Coutanceau R., Damiani C., Lacambre M. (dir.), 2016, Victimes et auteurs de violences sexuelles, Paris, Dunod.

De Man C., Van Praet S., 2012, Des atteintes sexuelles commises par des mineurs : une analyse de dossiers du parquet de la jeunesse, in Adam C., De Fraene D., Mary P., Nagels C., Smeets S. (dir.), Sexe et normes, Bruxelles, Bruylant.

Demazière D., Gadéa C. (dir.), 2009, Sociologie des groupes professionnels, Paris, La Découverte.

Direction de l’administration pénitentiaire, 2010, Référentiel, programmes de prévention de la récidive.

Doron C.-O., 2010, France. D’une victime à l’autre : le problème de la pédophilie, de l’affaire Dutroux à l’affaire d’Outreau, in Blanchard V., Revenin R., Yvorel J.-J. (dir.), Les jeunes et la sexualité. Initiations, interdits, identités (XIXe XXIe siècles), Paris, Autrement, 265-279.

Druhle M., 2000, Le travail émotionnel dans la relation soignante professionnelle. Un point de vue au carrefour du travail infirmier, in Cresson G., Schweyer F.-X. (dir.), Professions et institutions de santé face à l’organisation du travail. Aspects sociologiques, Rennes, Éditions ENSP, 15-29.

Faget J., 1992, Justice et travail social. Le rhizome pénal, Toulouse, Erès.

Fassin D., Memmi D. (dir.), 2004, Le gouvernement des corps, Paris, EHESS.

Fassin D. (dir.), 2013, Juger, réprimer, accompagner. Essai sur la morale de l’État, Paris, Seuil.

Fédération française de psychiatrie, 2001, Psychopathologies et traitements actuels des auteurs d’agressions sexuelles, John Libbey Eurotext, Montrouge.

Feeley M., Simon J., 1992, The New Penology: Notes on the Emerging Strategy of Corrections and Its Implications, Criminology, 30, 4, 449-474.

Freidson E., 2001, Professionalism. The third logic, Cambridge, Polity.

Gautron V., 2016, Les mesures de sûreté et la question de la dangerosité : la place des soins pénalement ordonnés, Criminocorpus, [en ligne] http://journals.openedition.org/criminocorpus/3195 (26 mars 2018).

Gourmelon N., 2012, La prise en charge pénitentiaire des délinquants sexuels sous le sceau de la gestion des risques et de la lutte contre la récidive, Déviance et Société, 36, 4, 363-387.

Haute Autorité de Santé, 2009, Prise en charge des auteurs d’agression sexuelle à l’encontre des mineurs de moins de 15 ans, Recommandation de bonne pratique, Paris.

Hillau B., 1994, De l’intelligence opératoire à l’historicité du sujet, in Minet F., Parlier M., de Witte S. (dir.), La compétence : mythe, construction ou réalité ?, Paris, L’Harmattan.

Hochschild A.-R, 2003, Travail émotionnel, règles de sentiments et structure sociale, Travailler, 4, 9, 19-49.

Hughes E., 1997, Le regard sociologique, Paris, EHESS.

Inspection générale des affaires sociales, 1992, Promotion de la santé mentale et organisation des soins psychiatriques en milieu pénitentiaire, Paris, La documentation française.

Lameyre X., 2000, La criminalité sexuelle, Paris, Flammarion.

de Larminat X., 2014, Hors des murs. L’exécution des peines en milieu ouvert, Paris, Puf-Le Monde.

Lantéri-Laura G., 1979, Lecture des perversions, histoire de leur appropriation médicale, Paris, Masson.

Milburn P., 2002, La compétence relationnelle : maîtrise de l’interaction et légitimité professionnelle. Avocats et médiateurs, Revue française de sociologie, 43-1, 47-72.

Milburn P., 2007, La fin du disciplinaire ? Rationalité pénale et processus de normalisation au XXIe siècle, in Cicchini M., Porret M. (dir.), Les sphères du pénal avec Michel Foucault. Histoire et Sociologie du droit de punir, Lausanne, Éditions Antipodes.

Milburn P., Jamet L., 2014, Prévention de la récidive : les services de probation et d’insertion français dans la tourmente, Champ pénal/Penal field, XI, [en ligne] http://journals.openedition.org/champpenal/8936 (25 mars 2018).

Moulin V., Palaric R., 2014, Les groupes de parole de prévention de la récidive au sein des Spip, Champ pénal/Penal field XI, [en ligne] http://journals.openedition.org/champpenal/8955, DOI : 10.4000/champpenal.8955 (27 mars 2018).

Parsons T., 1951, The Social System, New-York, Free Press.

Pinell P., 2005, Champ médical et processus de spécialisation, Actes de la recherche en sciences sociales, 156-157, 4-36.

Quirion B., 2007, Les transformations de l’intervention thérapeutique en milieu correctionnel : pérennité de la logique dominante ou innovations pénales ?, Séminaire Innovations Pénales, Champ pénal/Penal field, [en ligne] http://journals.openedition.org/champpenal/1471, DOI : 10.4000/champpenal.1471 (9 novembre 2018).

Razac O., 2011, Mesures de sûreté et travail social pénitentiaire, Champ pénal/Penal field, VIII, [en ligne] http://journals.openedition.org/champpenal/8123, DOI : 10.4000/champpenal.8123 (13 novembre 2019).

Razac O., Gouriou F., Salle G., 2014, « La prévention de la récidive » ou les conflits de rationalités de la probation française, Champ pénal/Penal field, XI, [en ligne] http://journals.openedition.org/champpenal/8932, DOI : 10.4000/champpenal.8932 (27 mars 2018).

Renneville M., 2003, Crime et folie, deux siècles d’enquêtes médicales et judiciaires, Paris, Fayard.

Saetta S., 2016, Inciter des auteurs d’infractions à caractère sexuel incarcérés à se soigner, Champ pénal/Penal field, XIII, [en ligne] http://journals.openedition.org/champpenal/9401, DOI : 10.4000/champpenal.9401 (27 mars 2018).

Smeets S., 2012 Corps de police et corps délictueux : la réaction policière à la déviance sexuelle, in Adam C., De Fraene D., Mary P., Nagels C., Smeets S. (dir.), Sexe et normes, Bruxelles, Bruylant.

Haut de page

Notes

1 Comme dans le cadre de la libération conditionnelle, d’une surveillance judiciaire ou de sûreté.

2 Ce dispositif est néanmoins plus fragile que ne l’est l’injonction de soins dans la mesure où sa mise en œuvre reste relative et difficile, notamment du fait des conditions de travail des Cpip.

3 Référentiel « Programme de prévention de la récidive », DAP, 2010.

4 Assemblée nationale, séance du 30 septembre 1997.

5 Reconnaissance qui passerait par exemple par l’existence d’un parcours universitaire spécialisé.

6 Les personnes détenues pour des faits de viols et d’attentats aux mœurs représentent 1 118 personnes en 1980 et 3232 en 1993 (Alvarez, Gourmelon, 2007).

7 Suite à la loi du 1er février 1994 instituant une peine incompressible et relative au nouveau Code pénal et à certaines dispositions de procédure pénale.

8 Loi du 12 décembre 2005 relative au traitement de la récidive des infractions pénales.

9 Loi du 5 mars 2007 relative à la prévention de la délinquance.

10 Loi du 9 juillet 2010 relative aux violences faites spécifiquement aux femmes, aux violences au sein des couples et aux incidences de ces dernières sur les enfants.

11 Source : entretien avec une rédactrice de la DAP en charge de l’accompagnement des services dans la mise en œuvre des PPR.

12 Soit de manière collective, quand dans un service l’animation des PPR est tournante mais que l’ensemble du service participe aux réunions de débriefe sur le groupe, soit parce que l’animation des PPR est gérée par un groupe à part au sein du service. Ainsi au-delà de l’animation même des séances ce sont des temps collectifs qui sont dégagés pour évoquer les prises en charge de ce public.

13 D’autres publics qui sont très majoritairement, dans notre corpus, des détenus.

14 Au sens défini par Hillau (1994) pour qui la compétence « est en permanence l’évaluation sociale d’un protocole effectif, individuel, de l’action, et à travers cette évaluation, l’appréciation des qualités de l’individu en rapport à une norme sociale d’activité ».

15 Le rôle de médecin coordonnateur est de faire l’interface entre le médecin ou psychologue traitant et le juge de l’application des peines (Jap) : notamment en orientant le condamné vers un médecin ou un psychologue traitant, avec la possibilité de le conseiller, en transmettant éventuellement sur demande de celui-ci des pièces du dossier pénal – via le Jap - ; ou encore en rencontrant tous les trois mois le condamné et d’établir un rapport annuel au Jap, faisant le bilan du suivi de la mesure. Vis-à-vis de ce rôle, certains médecins coordonnateurs s’inscrivent dans une dimension de retrait (se contentant d’orienter le condamné vers l’offre de soins et d’établir des rapports a minima, sans éléments cliniques) tandis que d’autres s’inscrivent dans une démarche proactive en rédigeant notamment des rapports plus fournis.

16 Le médecin ou psychologue traitant peut ainsi informer le médecin coordonnateur, le Jap ou encore l’agent de probation d’une interruption de traitement ou d’un refus de traitement si celui intervient contre l’avis d’un médecin traitant. Celui-ci peut également informer de toutes difficultés survenues dans l’exécution du traitement le médecin coordonnateur qui est habilité à en informer le Jap ou l’agent de probation (article L-3711-3 du Code de la santé publique).

17 Nom modifié.

18 Le jeu « Qu’en dit-on ? » est un outil développé par des soignants du Centre de santé mentale angevin et qui se présente sous la forme d’un jeu de cartes sur lesquelles sont écrites des situations vis-à-vis desquelles les participants sont invités à se positionner. Il vise à faire travailler les individus sur leurs représentations et sur les normes sociales et légales.

19 Qui renvoie aux débats entre la psychanalyse et d’autres courants mais aussi au sein de la psychanalyse (Ciavaldini, 2003).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Tristan Renard, « Quelle(s) forme(s) de spécialisation(s) dans la prise en charge des criminels sexuels ? »
Champ pénal/Penal field [En ligne], 18 | 2019,
mis en ligne le 05 décembre 2019,
consulté le 25 février 2020.
URL : http://journals.openedition.org/champpenal/11436 ; DOI : https://doi.org/10.4000/champpenal.11436

Haut de page

Auteur

Tristan Renard

Sociologue
CRIAVS-Midi Pyrénées, 7, rue du colonel-Driant, 31400 Toulouse, France
tristan.renard[at]hotmail.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Champ pénal

Haut de page
  • OpenEdition Journals