Navigation – Plan du site
Articles

Prendre soin des détenus quand on est surveillant de prison ?

Pratiques professionnelles dans un espace de collaboration institutionnalisée avec des professionnels psycho-socio-sanitaires
Take care of prisoners when you are a prison guard? Professional Practices in a collaborative Space with Psychosocial workers and Health Professionals
Caroline Protais

Résumés

Cet article entend décrire et qualifier l’évolution du travail des surveillants de prison au contact de professionnels psycho-socio-sanitaires dans une unité consacrée au traitement des addictions de certains détenus volontaires. Dans une première partie, la manière dont des compétences du registre psychologique sont transmises aux surveillants de prison sera analysée. Dans une seconde partie, sera décrite et analysée la multiplication d’attitudes de care chez les surveillants de prison de l’unité. Dans une troisième partie, nous montrerons que les conséquences de la collaboration entre les deux types de professionnels sont une pacification des rapports, se traduisant par une modification des représentations et de nouvelles modalités relationnelles avec les détenus.

Haut de page

Texte intégral

1. Introduction

  • 1 Les références proposées ici ne sont qu’indicatives, tant la littérature est importante sur le suje (...)
  • 2 Nouvelle forme de gouvernance s’appuyant sur des personnes en charge de mettre en place des techniq (...)
  • 3 « R. Castel évoquait un ordre post-disciplinaire pour interroger les transformations du champ médic (...)
  • 4 Instrument de pouvoir dans la prison post-disciplinaire qui vise à résoudre des intérêts contradict (...)

1Une importante littérature met en évidence les transformations, à l’international, de la pénalité en prise avec l’idéologie néo-libérale. Elle identifie l’infiltration de la privatisation, du « managérialisme », et de « l’économisme » dans le système pénal en général (Garland, 1996 ; Rose, 2000 ; Kaminski, 20021), mais aussi pénitentiaire (Cliquennois, 2006, 2013 ; Chantraine, 2006). Le droit serait alors poussé vers une logique croissante de productivité, de prévention de la récidive et de gestion des risques (Cliquennois, 2006, 2013), notamment avec l’arrivée de la « nouvelle pénologie » (Feeley, Simon, 1992, 2003) qui introduit des instruments d’évaluation des risques (logique actuarielle) et des programmes de prise en charge des détenus adaptés en fonction des profils. Dans ce contexte, l’impératif de responsabilisation et d’empowerment des personnes est central : il « intègre les notions néo-libérales de choix et de renforcement du pouvoir d’agir afin que les personnes prennent le contrôle sur leur propre vie » (Moore, Irai, 2012, 293). Il permet ainsi « la gouvernance à distance »2 (Rose, 2000) des justiciables et donne lieu à une nouvelle forme de pouvoir « post-disciplinaire »3 où l’« ordre communicationnel »4 constituerait un des garants du fonctionnement de l’institution (Chantraine, 2006). Ces évolutions font bien souvent l’objet d’une approche critique post-foucaldienne : sous couvert de prendre en compte l’intérêt des personnes, elles renforceraient des fins de normalisation et de contrôle conformes à l’ordre établi (Hannah-Moffat, 2007 ; Cruikshank, 1996 ; Chantraine, 2006). Elle servirait ainsi des objectifs de légitimation du pouvoir (Cliquennois, 2006) et de reproduction de l’appareil pénal (Kaminski, 2002).

  • 5 Cet article propose aussi une revue complète de la bibliographie sur le sujet à la fin des années 1 (...)
  • 6 Voir l’analyse d’une tentative de mise en place de mesures visant à instaurer la « sécurité dynamiq (...)
  • 7 Les modules de « respect » s’organisent autour d’un cadre de vie communautaire entre les détenus et (...)
  • 8 À Neuvic et Mont de Marsan.

2Jusqu’à la fin du XXe siècle, la justice française est restée, dans une certaine mesure, étanche à la logique managériale. Toutefois à partir de la fin des années 1990 et des années 2000, des sociologues (Vigour, 20065 ; Mouhanna, Bastard, 2007), rendent compte d’une inflexion de la pratique judiciaire à la suite de la recomposition de l’État et de son imprégnation par la logique de marché (Bézes, 2009). Bien que la pratique pénale en contexte pénitentiaire ait été peu imprégnée de la logique actuarielle et des nouveaux outils de mesures de la dangerosité et de prévention de la récidive, des recherches récentes témoignent de l’infiltration progressive de ces méthodes dans les pratiques de certains professionnels, comme les conseillers pénitentiaires d’insertion et de probation (Dubourg, Gautron, 2014 ; Larminat, 2015 ; Renard, dans ce même numéro). Depuis le milieu des années 2000, des tentatives inscrites dans une perspective de « normalisation carcérale » (Icard, 2016, reprenant Kaminski, 2010) d’un côté6, l’apparition de régimes différenciés « où tout un éventail de techniques psychologiques sont converties en programmes pour prendre en charge les exclus » (Rose, cité par Moore, Hirai, 2012, 293) d’un autre, voient le jour. En 2015, le module de « respect »7, revendiquant un principe de responsabilisation des détenus grâce à un système de gratifications et de prévention de la récidive (Faget, Faget, 2017), est expérimenté dans deux centres de détention8. L’Unité de réhabilitation pour usagers de drogues en détention (Urud), qui a ouvert ses portes en juin 2017, est inscrite dans le même type de philosophie pénale : elle vise les délinquants présentant des conduites addictives, inscrits dans une démarche d’arrêt du produit. Elle leur propose un travail sur l’addiction et recherche la sortie de la délinquance (ou « désistance »), dans un cadre communautaire et de soutien par les pairs. L’objectif de responsabilisation des personnes et de renforcement du pouvoir d’agir sur elles-mêmes et leur avenir y est sous-jacent. Ce programme expérimental en France fait l’objet du présent article.

  • 9 La sécurité dynamique est définie comme : « une approche préventive du maintien de la sécurité inte (...)

3Récents en droit pénal français, ces dispositifs ont été encore peu investis par les sciences sociales et notamment par la sociologie carcérale. Au-delà d’analyses macro-sociologiques et critiques appréhendant ces dispositifs comme le signe d’une transformation de la pénalité en France, peu d’enquêtes ont étudié leur mode de fonctionnement et leurs effets directs sur le travail des surveillants de prison, sur les détenus ou la relation carcérale. Valérie Icard (2016) a certes observé le devenir d’une tentative de mise en place de mesures visant à instaurer la « sécurité dynamique »9 dans une maison centrale française. Cependant, celle-ci étant mise en échec, elle n’a pu étudier son impact concret sur le métier des agents pénitentiaires. Un élément saillant qui vient expliquer la faillite de cette proposition est la crainte des surveillants d’une mise en péril de leur autorité et de l’autonomie normative qu’ils jugent nécessaire pour pouvoir négocier l’ordre avec les détenus en marge du règlement pénitentiaire « officiel ». Notre étude est singulière car, au même titre que l’évaluation des modules de respect réalisée il y a peu (Faget, Faget, 2017), elle montre que l’institutionnalisation d’un ordre communicationnel et d’espaces de gestion des conflits dans des régimes différenciés établissant une sélection des détenus et des agents est acceptée par les surveillants impliqués et fait évoluer leurs pratiques professionnelles.

  • 10 Définie comme « savoirs et savoir-faire » propres à une qualification professionnelle.

4Nous opérerons ainsi un pas de côté par rapport à un pan de la littérature macrosociologique d’inspiration critique produite sur la question, certains travaux restant inspirés peu ou prou des théories du contrôle social post-années 1960. Ce dernier concept a fait l’objet de nombreuses critiques, certaines pointant ses apories théoriques (Carrier, 2006), là où d’autres considèrent qu’il s’avère peu à même de rendre compte d’une réalité empirique complexe et équivoque : de l’expérience des personnes et de l’ambivalence de pratiques professionnelles dialectiques, marquées tant par le contrôle que des ambitions humanistes et émancipatrices (Bouquet, 2012 ; Protais, 2016). Notre objectif dans cet article n’est pas d’adopter une posture de surplomb sur l’évolution du système de gouvernance dont le dispositif étudié serait le reflet, mais de décrire la manière dont il est construit, investi et vécu par les acteurs, et notamment son impact sur le métier de surveillant, les effets perçus sur leur quotidien professionnel et l’évaluation de leur travail par les détenus concernés par le dispositif. Se décalant par rapport aux approches macro-sociologiques, notre contribution s’inscrit dans le cadre d’une sociologie des pratiques professionnelles, interrogeant l’évolution de la professionnalité10 (Mathey-Pierre, Bourdoncle, 1995) des surveillants de prison exerçant dans un cadre spécifique. Cet article ne s’inscrit toutefois pas dans un questionnement sur l’existence d’un processus de professionnalisation ou la constitution d’un segment professionnel à part entière (Bucher, Strauss, 1961 ; Baszanger, 1990) traditionnellement endossé par la sociologie des groupes professionnels (Demazières, Gadéa, 2009). Trois ans après l’ouverture des premiers modules de respect et un an après l’ouverture de l’Urud, les surveillants sont davantage au stade de l’expérimentation de pratiques nouvelles, sans avoir développé de conscience de groupe en tant que telle.

  • 11 Robert Castel (1981), notamment, donne une coloration critique au concept de psychologisation, appr (...)

5L’entrée par la professionnalité permettra ainsi d’observer le devenir des pratiques des surveillants dans un contexte global de psychologisation de la prison (Rostaing, 2008 ; Lancelevée, 2016a, 2016b) défini comme un « recours croissant aux savoirs et aux professionnel (le)s du psychisme pour décrire et résoudre des problèmes saisis à un niveau individuel plutôt que social » (Lancelevée, 2016b, 92). Reprenant ce concept dans une perspective empiriste11, Corinne Rostaing montre que cette tendance se diffuse auprès des détenus comme auprès des personnels qui sont également visés par l’élargissement de l’offre de prise en charge « psy », mais aussi au cœur des pratiques professionnelles des surveillants. C’est cette troisième dimension que cet article entend approfondir, en suivant la voie ouverte par Camille Lancelevée (2016a, 19) étudiant « ce que le monde psy fait à la prison » et plus précisément au métier de surveillant de prison. Partant du principe que la psychologisation de l’univers carcéral n’est ni « homogène », « ni univoque » (Lancelevée, 2016b, 92), nous observerons son déploiement dans le contexte spécifique d’un régime différencié : de petite taille (il accueille 10-20 détenus) ; dont le recrutement est basé sur le volontariat, orienté vers le travail sur la consommation de produit psychoactif ; et qui donne lieu à l’institutionnalisation d’une collaboration avec des professionnels psycho-socio-sanitaires au sein de groupes de parole et de temps de « débrief » communs. L’objectif est de décrire les effets de la psychologisation des pratiques dans un cadre de collaboration quotidien entre les différentes professions. L’intérêt de cette étude est renforcé sur un terrain marqué par un « virilisme » régulièrement décrit par les sociologues de la prison étudiant les modes de relation entre détenus (Welzer-Lang et al., 1996, Chantraine, 2004), mais aussi la culture professionnelle des surveillants de prison (Malochet, 2005). Comment sont reçues des pratiques donnant une place centrale au souci de l’autre, inscrites dans un « travail émotionnel » (Druhle, 2000, Hochschild, 2003) constant à l’Urud, compétences traditionnellement renvoyées au genre féminin (Gilligan, 1982, Drulhe, 2000, Bessin, Lechien, 2002), dans un univers professionnel où elles sont hautement stigmatisées (Malochet, 2005) ?

6Pour construire notre analyse, nous partirons de la définition opérationnelle du concept de psychologisation proposée par Olivier Schwartz (2011), pour lequel la psychologisation est un processus impliquant un accroissement des « grilles de lecture de la réalité (modes d’appréhension des individus mettant l’accent sur le vécu psychique et sur ce qui fait de ceux-ci des personnes singulières) », « des types de préoccupations (attention portée aux formes psychiques du bien-être et du mal-être) », des « types de langage » et des « types de pratiques (recours aux professionnels du « psy » pour des conseils) » (Schwartz, 2011). Nous montrerons dans une première partie que la transmission de compétences « du registre psychologique » (Lancelevée, 2016b, 103) aux surveillants de prison de l’Urud s’enracine dans deux éléments importants : un principe collaboratif construit autour d’un projet centré sur le « travail sur soi » à l’égard du produit ; un transfert de savoir-faire et de compétences par formation et mimétisme. Nous verrons également que la « réflexivité sur les pratiques » des surveillants (Rostaing, 2008) est institutionnellement permise et développée dans le cadre des groupes de parole et des moments de « débrief » avec le personnel psycho-socio-sanitaire. Nous montrerons dans une deuxième partie que le « développement des compétences relationnelles » des surveillants (Rostaing, 2008) passe plus concrètement par une attitude compréhensive du comportement des détenus et de ses ressorts individuels, mais aussi par la multiplication d’attitudes de care, conçu comme une « myriade de gestes ayant trait au soin, à la compréhension et au souci des autres » (Dorlin, 2011, 117). Si C. Lancelevée (2016b) met en évidence des attitudes « fragiles », « précaires », au titre qu’elles ne sont pas perçues par les bénéficiaires du care comme telles, mais aussi qu’elles ne reposent que sur les compétences spécifiques des agents, nous montrerons à l’inverse, que le contexte d’institutionnalisation d’une collaboration dans le cadre spécifique de l’Urud a des effets de diffusion de savoir-faire et de compétences probablement plus importants que ce qui a pu être observé ailleurs. Nous verrons dans une troisième partie que la collaboration entre les deux types de professionnels produit, comme l’avait escompté Corinne Rostaing, une pacification des rapports, se traduisant très concrètement par une modification des représentations et de nouvelles modalités relationnelles s’appuyant sur les techniques proposées par le « monde psy » (Dodier, Rabeharisoa, 2006) pour gérer la relation avec les détenus.

  • 12 Les détenus bénéficiaires de l’Urud sont appelés soit « résidents » soit « urudiens ». Nous utilise (...)

7À un niveau méthodologique, cet article est tiré d’une enquête réalisée par l’Observatoire des drogues et des toxicomanies et financée par la Direction de l’administration pénitentiaire (DAP). Elle a été réalisée sur 10 mois entre septembre 2017 et juin 2018. La commande de départ était de dresser un bilan de fonctionnement de l’Urud juste après son ouverture. Le dispositif méthodologique est de nature qualitative, et repose sur la complémentarité des approches afin d’obtenir une vision d’ensemble du dispositif sur une durée de 10 mois. Un travail d’observation ethnographique initial intensif (de douze journées pleines) a permis d’avoir une vision globale du fonctionnement du programme à un instant T. Il a été complété de 31 entretiens avec ses principaux acteurs (porteurs institutionnels, détenus accueillis, surveillants travaillant à l’Urud, équipe encadrante psycho-socio-sanitaire). Ces entretiens ont été réalisés à différents moments de l’enquête afin d’obtenir une vision dynamique du dispositif : l’équipe encadrante a été interrogée en début et en fin d’enquête ; les détenus, dits « résidents » ou « urudiens »12 en début et fin de cycle, sachant que le programme mis en place à l’Urud propose des cycles de 6 mois. Un entretien a été réalisé avec un résident dont la prise en charge a été interrompue avant la fin du cycle.

8Cette étude permet le recueil d’éléments concernant les modalités d’interaction au sein de l’Urud que nous détaillons dans la suite de l’article. Ils étaient présentés dans les entretiens avec les surveillants et les détenus comme contrastant fortement avec le climat en détention classique, donnant d’emblée à ces éléments un statut de « spécificité ». Notre terrain n’ayant pour autant pas été construit pour effectuer une comparaison avec l’univers carcéral « classique », les ambitions de cet article seront modestes : il s’agit de rendre compte d’un ressenti commun.

2. Un dispositif atypique en France permettant le transfert d’une « culture psychologique » aux surveillants de prison

  • 13 Benoît Bruyère (2011) met en exergue l’évolution sémantique du terme « secret » apparue avec le Nou (...)

9Refaire l’historique de l’Urud permet de comprendre comment s’est développé et a pris corps en France un dispositif spécifique imprégné d’une logique pénale managériale proposant des programmes spécifiques individualisés pour contrôler les risques pénaux des individus. C’est en allant puiser dans des philosophies pénales en vogue outre-Atlantique qu’est né un espace permettant une collaboration resserrée entre les surveillants et les professionnels psycho-socio-sanitaires honorant ces objectifs nouveaux –– les promoteurs de ce dispositif travaillant dans le cadre d’un « secret partagé »13 (terme employé par les acteurs). Quels sont les effets concrets de ce type de dispositif ? La mise en place d’un espace quotidien qui réduit la distance physique et psychologique entre surveillants et détenus et dans lequel le travail émotionnel est constant, participe à un transfert/déploiement de pratiques, savoir-faire, permettant le développement inédit des compétences relationnelles d’une majorité des surveillants de l’Urud, caractéristique d’un nouvel ordre « communicationnel » se diffusant dans les établissements pénitentiaires français.

2.1. Une communauté thérapeutique en milieu carcéral inscrite dans des objectifs de prévention des risques sanitaires et pénaux

  • 14 La responsabilisation du condamné et l’individualisation des prises en charge sont désormais reconn (...)
  • 15 Ce type de conceptions, largement répandu à l’heure actuelle dans les pays anglo-saxons, prend son (...)

10C’est à la directrice de l’administration pénitentiaire en 2015 que revient l’initiative de fonder le programme. Conformément aux évolutions législatives de 2009 et 2014 (Pottier, 2010)14 qui acte l’objectif de réduction des risques et d’empowerment des personnes, son idée est de mettre en acte le principe d’individualisation de la peine en adaptant les réponses proposées par l’administration pénitentiaire à la « personnalité », au « profil » du délinquant. L’inspiration vient de pays où les programmes inspirés de la nouvelle pénologie sont présents depuis de nombreuses années, où la tradition criminologique et de défense sociale est historiquement plus développée qu’en France15 et où de nouveaux courants de philosophie pénale, tels la justice thérapeutique, réparatrice, restaurative (Jaccoud, 2007 ; Zehr, 2012) prennent davantage d’ampleur. La directrice de l’administration pénitentiaire entend ainsi promouvoir la même idéologie que les modules de « Respect » créés à la même époque, dont les objectifs sont « à la fois de répondre à la violence […] et au souci criminologique concomitant de donner un sens à la peine dans une perspective bien comprise de prévention de la récidive » (Faget, Faget, 2017, 7). La directrice de l’administration pénitentiaire entend ainsi mettre en place un programme de prise en charge contractualisé, avec un système d’étapes et de gratifications venant sanctionner l’évolution favorable du détenu. Partant du constat que la détention reste « un temps vide » (Chantraine, 2004), elle souhaite « activer » le délinquant en renversant une conception de la peine qu’elle estime dominante en France jusqu’à cette période : « le détenu est mis face à un plateau technique de prise en charge, de formation, d'activités éducatives… et lui il doit construire son projet ». En venant « chercher les détenus sur le terrain de l’opportunisme », l’administration pénitentiaire tente ainsi de proposer une « opportunité positive » au détenu.

11Ce constat est partagé par la directrice des services pénitentiaires de Bordeaux qui investit et porte le projet à partir de 2015. Elle ajoute également au projet une dimension professionnelle et organisationnelle courante dans ce type d’initiatives (Icard, 2016) : remobiliser des surveillants dont la pratique serait routinisée et enfermée dans la dimension sécuritaire de leur métier. La direction interrégionale a ainsi pour idée de revaloriser la fonction et le métier de surveillant de prison grâce à un dispositif visant la « réinsertion ».

12Le modèle choisi est celui de « l’unité sans drogue » : quartier isolé de la détention, où des détenus s’engagent à l’abstinence, tout en se soumettant à une prise en charge intensive. La directrice de la DAP ainsi que le référent médical national, responsable opérationnel du projet au niveau du ministère, ont tous deux visité des dispositifs équivalents, l’une en Espagne et l’autre au Royaume-Uni, et en sont revenus convaincus. Pour étoffer le projet, le médecin de la DAP propose de mobiliser des outils qui ont fait la preuve de leur efficacité en termes d’effets sur la récidive et de réduction de l’usage des produits (Protais, 2018) en envisageant celui de la communauté thérapeutique. Le principe est celui d’un programme intensif, organisé autour d’ateliers thérapeutiques quotidiens et un mode de vie communautaire fonctionnant sur le soutien des « pairs-aidants ». Le directeur du Centre d’éducation et d’information sur les drogues (CEID) désigné pour mettre sur pied le projet propose un programme de 6 mois, en trois phases permettant de tracer, selon lui, une trajectoire sociale de sortie de l’addiction : 1) la phase d’« induction », visant l’intégration du nouveau résident ; 2) la phase « intensive », proposant un travail exclusivement focalisé sur le produit ; 3) la phase de « responsabilisation », où la personne travaille son projet de réinsertion sociale tout en prenant des responsabilités au sein du programme et en intervenant en soutien des autres patients.

2.2. Un espace de collaboration resserrée entre professionnels psycho-socio-sanitaires et pénitentiaires

13Le centre de détention de Neuvic a été choisi pour accueillir l’Urud pour diverses raisons : l’administration pénitentiaire y expérimentait un module « Respect », l’établissement se présentait donc comme « ouvert » aux initiatives « novatrices ». S’il ne disposait pas d’un service de soin psychiatrique en son sein (ou Service médico-psychologique régional), le service d’addictologie intervenant dans la structure (le CEID) était réputé pour avoir des relations cordiales avec le médecin-chef de l’unité sanitaire et ne pas adopter de posture idéologique oppositionnelle à l’égard de l’administration pénitentiaire comme il est courant de le constater en France (Lancelevée, 2016a), ce qui pèsera dans l’élaboration du dispositif, nous allons le voir.

14Avant son ouverture en juin 2017, une « équipe-projet » réunissant différents acteurs du site du centre de détention de Neuvic – destinés à être directement impliqués dans le programme (le chef de détention, la direction du Service pénitentiaire d’insertion et de probation de Dordogne, la direction du CEID de la Dordogne, le médecin-chef de l’unité sanitaire) – est chargée de penser plus précisément l’unité. En préalable, elle a défini deux objectifs principaux à la prise en charge : l’amélioration de la qualité de vie du résident ; l’entrée dans un parcours de « désistance ». Le dispositif s’inscrit donc bien dans des objectifs soignants et pénaux, même si le premier est considéré comme prioritaire et le second découlant du premier.

15La prise en charge vise dans un premier temps des personnes volontaires pour arrêter la consommation de produits, ne faisant l’objet ni d’un diagnostic clinique de psychose, ni de perversion, ni de psychopathie et ayant un reliquat de peine inférieur à 6 mois, pour que le programme s’inscrive dans un processus de préparation à la sortie d’incarcération. Les personnes prises en charge sont recrutées par une commission pluridisciplinaire constituée d’un conseiller pénitentiaire d’insertion et probation (Cpip), d’un personnel socio-éducatif et d’un surveillant. Le médecin valide le profil clinique de la personne en aval de ce premier processus. Les détenus inclus dans le programme sont également susceptibles d’en sortir, soit volontairement, soit sur avis de la commission en cours de cycle. Ces ruptures de prise en charge concernent environ 30 % des personnes accueillies au moment de notre venue.

  • 16 Ils sont encadrés par un professionnel socio-sanitaire (le plus souvent, un éducateur). Quoique var (...)
  • 17 Cet atelier est inspiré du programme canadien du même nom (Lafortune, Blanchard, 2010). Il s’appuie (...)

16L’Urud s’organise autour : de groupes de parole centrés sur le « travail psychologique » autour du produit et le développement des capacités psycho-sociales (appelés « espaces collectifs de médiation » ou « ECM »16) ; de temps d’accompagnement individuel (dont les entretiens avec la psychologue) ; d’activités sportives et culturelles ; d’activités mises en place par le Service pénitentiaire d’insertion et de probation (Spip) (formation sur le rôle du juge d’application des peines, du Spip, programme « parcours »17, etc.). Bien que les activités servant des objectifs pénaux soient présentes, elles ne sont toutefois pas majoritaires, et la majeure partie du travail effectué concerne l’addiction et le rapport psychologique au produit, la réinsertion sociale du condamné venant ensuite. La rencontre des logiques se situe ainsi moins au niveau du travail sur soi réalisé avec les résidents dans un partenariat personnel socio-sanitaire et Cpip, que dans le mode de fonctionnement concret de l’Urud qui engage une collaboration quotidienne avec les surveillants.

17L’Urud est en effet une unité placée à l’étage d’une aile de la prison, spécialement aménagée pour accueillir le programme : elle dispose à ce jour de deux salles d’activités, d’un espace extérieur qui lui est exclusivement réservé et d’un encellulement individuel. Le personnel psycho-socio-sanitaire intervenant sur le site, constitué de deux éducateurs à temps plein et un à mi-temps, une infirmière, une psychologue à mi-temps y est présent 5 jours par semaine de 9 heures à 17 heures. Les deux Cpip viennent plus ponctuellement, essentiellement pour les ateliers qu’ils ont mis en place, ou pour des rendez-vous individuels concernant le projet de sortie d’un des résidents. Un médecin est également présent une demi-journée par semaine, mais il réalise ses consultations à l’unité sanitaire. À l’inverse, un surveillant (sur les neuf travaillant à l’Urud) est présent en continu sur l’unité et un autre est chargé des entrées et sorties dans le bâtiment contenant l’unité.

  • 18 Sur neuf surveillants affectés à l’Urud, seuls deux ne participent pas aux activités.

18Aux débuts de la conception du programme, il existait un flou sur le rôle attribué aux surveillants. L’équipe-projet avait envisagé une intervention séquencée des différents types de professionnels : l’équipe psycho-socio-sanitaire animant les ECM, les surveillants supervisant les activités sportives, les Cpip, les ateliers visant le travail de désistance (accompagnés éventuellement d’un surveillant). Mais le nouveau directeur de l’unité depuis septembre 2016 (que nous appellerons Jean dans la suite de cet article) a mis en place un travail collaboratif plus poussé entre les différents intervenants. Son idée était en effet de créer « une supervision, non seulement avec les Cpip, mais aussi avec les neuf surveillants, enfin les sept qui travaillent avec nous, pour qu’on discute de clinique »18. Cette conception du travail en commun est également en accord avec ce qu’il considère comme l'un des principes régissant le socle théorique des communautés thérapeutiques, abolissant les notions de spécificités techniques revendiquées par certaines catégories de professionnels et envisageant un possible transfert de compétences : des soignants vers les patients (envisagés dès lors comme des « accompagnants pairs »), et par extension vers toute autre catégorie d’accompagnants, dont les surveillants. Cette proposition s’est nourrie également d’impératifs pratiques : le temps de présence du CEID étant réduit du fait des contraintes pénitentiaires (9 h-17 h), il fallait qu’un relais puisse être établi avec l’équipe pénitentiaire pour que l’esprit communautaire se déploie. Les agents de surveillance ont ainsi été pleinement intégrés à la communauté thérapeutique du centre pénitentiaire de Neuvic. L’ensemble des professionnels encadrants de l’Urud travaillent désormais de concert à un objectif d’ensemble marqué par la prévention des risques pénaux et l’empowerment des personnes.

  • 19 En septembre 2017, les Cpip commençaient à participer aux ECM, nous y reviendrons, mais elles étaie (...)

19Une « méthodologie de travail » collective, dans laquelle des éléments communs sont partagés et discutés collectivement, s’est mise en place dans le quotidien du programme malgré des réticences de départ. D’une part, les surveillants (mais aussi les Cpip, quand ils en ont le temps) participent massivement aux activités thérapeutiques19. Il existe d’autre part un outil d’échange écrit d’informations partagé par les personnels socio-sanitaires, la psychologue, et les surveillants pour relayer les informations importantes sur chaque résident. De même, les temps de débrief au quotidien incluent les différents types de professionnels présents à temps plein sur l’unité et les Cpip, lors de leur passage. Seuls les entretiens individuels ne sont pas des espaces partagés. Si les personnels socio-éducatifs, psychologues et soignants de l’unité expliquent avoir une certaine réserve vis-à-vis du personnel d’encadrement pénitentiaire concernant des éléments de vie rapportés par les résidents dans ce contexte confidentiel, tous se disent prêts à partager ces informations lors de discussions sur des cas « faisant problème » à leurs yeux. De même, les entretiens médicaux sont réalisés en présence d’un éducateur et de l’infirmière, ce qui engage un partage d’informations entre ces trois types d’acteurs à l’occasion des discussions qu’ils ont concernant les patients, avant et après la consultation. Ainsi, les personnels d’encadrement, quelle que soit leur identité professionnelle, se disent unis par un « secret partagé » : « Ce qui est dit à l’Urud reste à l’Urud ».

2.3. Un possible transfert de compétences

20Ce mode de fonctionnement inclusif et collaboratif mis au service du travail des résidents sur leur rapport aux « drogues » permet un transfert de connaissances, de pratiques et de compétences propres au monde « psy » vers les surveillants.

21Bien que les travailleurs sociaux soient majoritaires et occupent des fonctions dirigeantes au sein de l’Urud (notamment Jean et Séverine), la prise en charge qu’ils proposent aux résidents est pleinement imprégnée des techniques « psy », à l’instar de ce qu’ont montré de nombreux travaux évoquant la psychologisation du travail social (Fassin, 2004 ; Dodier, Rabeharisoa, 2006, Lancelevée, 2016a). Le récit de vie qui est une manière de revisiter le rapport à soi et aux événements heureux et malheureux de sa biographie est une tâche inaugurant le parcours d’un « urudien ». De même, plusieurs ateliers inspirés des « thérapies de groupe » plus ou moins revisitées, s’appuient sur la verbalisation de l’émotion et de la remémoration d’événements douloureux de l’existence. Ainsi, une partie des ateliers vise une analyse de l’état psychique lié à la consommation et la mise en place de « stratégies » permettant de remplacer la fonction prise par le produit dans la vie des personnes. Si les ateliers se font en groupe, l’utilisation du collectif sert donc à des fins individuelles : il permet d’avancer dans un travail sur soi. Ainsi, le quotidien de l’Urud est traversé par un regard porté sur les détenus en tant que personne, leurs états intérieurs, la compréhension de leur motivation à consommer, leur devenir en tant qu’individu, ce qui constitue un des critères définis par Olivier Schwartz comme faisant partie d’une « culture psychologique ».

  • 20 Hochschild (2003), dressant une généalogie du concept distingue deux dimensions : le contrôle des a (...)

22Cette immersion des surveillants dans un univers où le travail émotionnel, visant « à aider les autres dans leur confrontation à des problèmes émotionnels » (Druhle, 2000)20, est constant, participe au transfert de compétences. Une participation modulable aux ateliers, laissant au surveillant le choix de se positionner soit comme participant, soit comme encadrant, soit comme observateur, permet un transfert de savoir-faire par mimétisme ou par participation. Les temps de débrief constituent également des moments d’échanges au cours desquels les professionnels socio-psycho-sanitaires confrontent leurs points de vue sur les détenus. Enfin, l’intégration à l’Urud a été précédée d’une formation d’un jour et demi, où ont été présentées les principales théories médicales et psychologiques sur l’addiction aux surveillants. Bien que ces derniers s’approprient différemment ces connaissances, ils font régulièrement référence à ces journées, expliquant avoir beaucoup appris, notamment sur le fonctionnement de ce qu’ils perçoivent à présent comme une « maladie ».

2.4. Un espace qui réduit la distance entre les différents intervenants et avec les détenus

23Le planning des urudiens est occupé de 9 heures à 17 heures par des ateliers divers qui se font en groupes. Conformément au fonctionnement collaboratif énoncé précédemment, ils présentent la caractéristique de réunir autant que possible (selon les disponibilités et les envies de chacun) des professionnels d’identités différentes : infirmiers, psychologues, éducateurs, surveillants, Cpip. Tous obéissent à des principes de fonctionnement identiques même si leurs objectifs sont susceptibles de varier en fonction des intervenants qui les dirigent.

  • 21 Ces activités sont encadrées par une réunion inaugurant la journée (« morning ») et une autre la cl (...)

24Une première caractéristique de ces ateliers est la réduction de la distance physique entre les différents participants et notamment entre les détenus et les intervenants. Durant notre enquête, les activités s’effectuent quasiment toutes dans la même salle, spécialement dédiée. À 9 heures, au moment du « morning »21, tout le monde prépare la salle et dispose un ensemble de chaises en rond les unes à côté des autres. Chacun s’assoit, les intervenants étant répartis entre les résidents, y compris les surveillants ou les Cpip, s’ils sont présents. Cette disposition fait vivre symboliquement le groupe, tout en engageant une proximité physique importante entre les membres. La salle étant petite, les chaises sont bien souvent disposées les unes contre les autres, et une fois assis, il n’est pas rare que les corps se touchent. Certains ateliers engagent ainsi une réduction de la distance physique, même si nous verrons par la suite que nombreux sont les surveillants de l’Urud qui se protègent d’une proximité physique jugée problématique. Nous avons personnellement participé à deux activités : l’une où une personne est dirigée comme un pantin par une autre. Dans son principe, ce type d’atelier suggère qu’un surveillant puisse être guidé par un détenu, ce qui inverse symboliquement les rapports de force. La seconde activité est assez proche de la première : tous les membres de l’atelier se rangent en ligne les uns derrière les autres. Le premier doit faire deviner par un mime une idée à son voisin et ainsi de suite. Là encore la distance physique est réduite.

25Concernant la distribution de la parole au sein des ECM, il serait naïf de considérer que la parole est équitablement répartie entre les différents membres des ateliers. L’inégalité d’expression entre les détenus participants est un fait : des rapports de pouvoir se jouent constamment entre eux, mais aussi avec les intervenants. Les relations entre les encadrants et les résidents restent caractérisées par une asymétrie bien connue et mise en évidence par les sociologues du monde médical et de la santé mentale (Castel, 1981 ; Freidson, 1984), l’objectif restant que les urudiens (et non les intervenants) se dévoilent et travaillent sur eux. Le groupe de parole semble toutefois s’organiser selon un idéal de juste répartition de la parole et d’implication de chacun, ce qui engage un minimum de dévoilement de soi de la part de l’ensemble des participants, sous peine de rompre le contrat implicite unissant chacun des membres du groupe. « Il faut que chacun donne un peu de soi », explique un surveillant interrogé. L’un des buts constamment recherchés par les éducateurs est d’éviter que des résidents ne monopolisent le débat et que d’autres s’enferment dans la discrétion. Leur travail est alors de trouver l’équilibre entre le fait de proposer à chacun un espace d’expression tout en ne transformant pas l’espace en une injonction à la parole vécue de manière violente et intrusive par les bénéficiaires. De même, les éducateurs invitent les encadrants présents à participer aux ateliers afin de mettre en confiance les détenus présents. Si nous verrons plus tard que cette implication est encadrée par des stratégies de préservation de soi opérantes, les intervenants présents « jouent toutefois le jeu » et acceptent de se livrer. Ainsi, lors d’un ECM consistant à exprimer son ressenti sur une photo, une des éducatrices évoque un souvenir d’école qui l’a beaucoup marquée, convoquant un sentiment de honte et de déception. Lors d’un « morning », un surveillant explique qu’il est fatigué car il est sorti la veille avec des amis. « À l’Urud, on s’expose plus [comprendre davantage] », note un surveillant interrogé.

3. Les « compétences relationnelles » des surveillants de l’Urud : un des effets visibles du développement de l’ordre communicationnel dans les prisons françaises

26Reprenant la thèse de l’un de ses ouvrages fondateurs, Corinne Rostaing (1997) définit la dimension missionnaire du métier comme « caractéristique des surveillants qui acceptent de négocier facilement les règles, donnent la priorité à leurs relations aux détenus et ont un faible recours aux sanctions. Ce type de rapport idéal typique au travail se distingue du rapport statutaire pour ceux qui font une application stricte du règlement, ont un rapport autoritaire aux détenus et recourent fréquemment à des sanctions » (Rostaing, 2014, 310). De fait, l’Urud valorise et encourage cette dimension missionnaire. Les surveillants y développent des compétences et des modes d’appréhension et de gestion des détenus qui, selon eux, contrastent fortement avec l’exercice classique du métier où ces éléments y sont beaucoup moins développés. Dans un univers où le travail émotionnel prend une place importante, les surveillants développent une approche compréhensive des détenus ainsi que des attitudes de « care » visant le mieux-être du résident. Ils y développent également des stratégies de « protection de soi » renégociées.

3.1. Retrouver le goût pour le métier de surveillant

27Investir la dimension sociale du métier de surveillant n’était pourtant pas une condition spécifique de recrutement à l’Urud. Dans un univers qui donne une place centrale aux valeurs de virilité, les surveillants interrogés ne présentent d’ailleurs pas la dimension missionnaire du métier comme motif principal de leur investissement dans le métier ou au sein de l’Urud. Ils valorisent davantage la construction d’une virilité acceptable dans le goût qu’ils ont pour leur travail :

Voilà, c’est des parcours originaux, aussi… […] les mecs que j’avais vus aux informations à la télé. Pas impressionné mais être fier de pouvoir approcher des gens comme ça. Voilà, on s’affirme en tant qu’homme, aussi. […] Et ça m’a servi dans la vie extérieure dans le sens où, c’est pas que j’étais peureux, mais j’étais pas tranquille quand il y avait des bandes de jeunes dans la rue ou dans les banlieues, et là, je rentre maintenant tranquille parce que je sais tout de suite, ce que je vois à l’intérieur, on le voit à l’extérieur et je suis vachement plus à l’aise.

(Entretien avec Gérard, 49 ans, surveillant)

28Si Gérard reste discret sur les détenus « célèbres » qu’il a rencontrés dans son passé pénitentiaire, comme Régis, il valorise la confrontation avec ceux qu’ils appellent des « bonhommes ». Se faire respecter par eux est présenté comme un enjeu de métier, au sein duquel ils auraient appris à ne pas avoir peur, à rester calmes tout en sachant être fermes et tenir une ligne de conduite établissant un juste équilibre entre respect du détenu et suivi du règlement pénitentiaire. D’ailleurs, conformément aux codes de virilité dominants en détention, l’Urud est au départ mal vue, en tout cas par leurs confrères masculins, car elle est perçue comme un monde où le mode de gestion du détenu le plus légitime serait renvoyé à l’univers féminin (Malochet, 2005) : « Tu fais du social !, c’est ce que disent les mecs », explique Gérard, 49 ans. Cet argument est renforcé par la stigmatisation dont fait l’objet, aux dires des surveillants interrogés, le détenu toxicomane de la part de leurs collègues, perçu comme un « irrattrapable », potentiellement semeur de trouble en détention.

Parce que, les mecs, ils plongent, ils plongent, ils plongent, ils sont toujours dans le trafic. Donc, pour eux, c’est déjà peine perdue, ça sert à rien de passer du temps. Mais, pourquoi pas, il faut laisser une chance à tout le monde !

(Entretien avec Delphine, 42 ans, surveillante)

29Le directeur pénitentiaire de l’établissement a ainsi essayé d’attirer ses agents en promettant 13 heures de travail d’affilée réparties sur 3 jours (au lieu de 39 heures sur 5 jours, soit 8 heures de travail quotidien), et c’est bel et bien la raison principale pour laquelle la majorité des surveillants interrogés ont souhaité investir l’unité. La dimension sociale du métier apparaît pourtant en filigrane des discours des surveillants interrogés. La « lassitude » du métier, avec en toile de fond une critique de ce qu’ils perçoivent comme une accentuation de sa dimension « sécuritaire », y est très présente.

30Les travaux d’Antoinette Chauvenet et al. (1994) montrent que l’institution pénitentiaire est aux prises avec plusieurs contradictions ne favorisant pas la dimension sociale du métier et ressurgissant sur le vécu qu’en ont les agents : 1) la montée en charge de l’objectif de prévention des désordres en même temps qu’une prise en compte croissante des droits des détenus ; 2) la plus grande place donnée à l’objectif de sécurisation des établissements pénitentiaires, en même temps que le souci pour la réinsertion de ses occupants ; 3) le processus de bureaucratisation de plus en plus important, en même temps que la nécessité (soutenue par l’administration) de gérer la détention dans le dialogue en autonomie. Au quotidien, les surveillants déplorent une réduction des leviers pour produire l’ordre dans un contexte de dépossession croissante des tâches relevant du travail de réinsertion du condamné (déléguées à d’autres types d’intervenants) ; une saturation de leur tâche pour sécuriser l’étage en assurant de manière croissante les mouvements ; mais aussi une bureaucratisation de l’activité s’accordant très mal avec une demande de relationnel accrue dans un contexte de surpopulation carcérale ; et un sentiment d’absence de reconnaissance du travail par leur hiérarchie. Ainsi, les surveillants interrogés mettent en avant tant une lassitude du métier, avec comme toile de fond les différents éléments précités, que des situations de violences institutionnelles au sein desquelles ils ne se sentent ni soutenus ni reconnus.

31Ces contradictions institutionnelles sont par ailleurs renforcées par les orientations politiques récentes de l’administration pénitentiaire qui ne semblent pas favoriser la dimension missionnaire du métier. Si l’activité de réinsertion a pu être largement promue à l’École nationale d’administration pénitentiaire (Enap) au début des années 2000, « ce qui prime désormais dans la formation des surveillants, c’est la volonté de normaliser les pratiques et les représentations des élèves en les ordonnant à la seule dimension sécuritaire de leur activité » (Malochet, 2009, 44).

32Face à ces conditions, une majorité des surveillants aurait été attirée par l’Urud pour investir leur métier « autrement ». Certains valorisent même le dispositif comme une dernière opportunité d’évolution professionnelle avant la bifurcation :

Ça me permet d’évoluer un petit peu, puis de voir autre chose. C’est bien. Ça évite aussi de rentrer dans une certaine routine parce qu’en détention classique, on a tendance à rentrer dans la routine, on sait ce qu’on a à faire, c’est comme dans n’importe quel boulot. Et moi, j’aime bien quand ça bouge. C’est peut-être pour ça aussi que je passe les concours pour passer supérieur. J’ai échoué le dernier coup, mais bon… Partir ne me dérange pas. Maintenant, l’Urud est un bon palliatif parce j’ai été sur le point de partir. Mais, en fin de compte, le fait de rentrer à l’Urud et de s’y investir nous fait patienter. Ça nous redonne un petit coup de booste.

(Gérard, 49 ans, surveillant)

33Face à un dispositif stigmatisé dans le reste de la détention, certains formulaient pourtant des réticences concernant les modalités de travail en collaboration avec une équipe psycho-socio-sanitaire et la proximité avec les détenus que le dispositif impliquait. L’adhésion à l’Urud s’est donc construite progressivement pour devenir majoritaire chez les surveillants de l’unité. Aux débuts du dispositif, l’équipe d’addictologie avait invité le personnel pénitentiaire à participer aux activités thérapeutiques, sans obligation. Ceux qui sont venus par sympathie initiale pour le programme se sont tout de suite investis, les autres progressivement. Désormais, sept surveillants sur les neuf travaillant à l’Urud participent aux ECM et, pour l’équipe du CEID, leur implication est notable. « Il n’y a que les cons qui ne changent pas d’avis… », conclut Régis, surveillant âgé de 45 ans.

3.2. Une focalisation sur l’individu pris en tant que personne et la multiplication des pratiques de care

34Joan Tronto (2009) envisage le care non seulement comme une disposition, mais aussi comme une pratique, ouvrant l’usage du concept à la sociologie. Là où les premiers travaux sur cette thématique (Gilligan, 1982) rattachent ce type de pratiques au genre féminin, les sociologues travaillant sur les professionnels pénitentiaires en contact avec des acteurs soignants ou décidant de prendre en compte les problèmes de santé mentale des détenus ont déjà témoigné de la présence de ce type d’attitudes chez les surveillants de prison (Rhodes, 2004 ; Cartuyvels et al., 2012 ; Lancelevée 2016a, 2016b). Ces perspectives sont intéressantes, puisqu’elles permettent de révéler la multiplication de ce genre d’attitudes dans un univers où les codes classiques de la virilité prennent une dimension paroxystique (Chantraine, 2004) dans le contexte précis de la diffusion d’une culture psychologique auprès des agents pénitentiaires. De la même manière, l’Urud, placée dans un établissement pour hommes, voit se multiplier des attitudes de care (voir Encadré 1) et la majorité des surveillants y intervenant semble s’y reconnaître. Ce genre de posture manifeste une tendance à la psychologisation des rapports sociaux en prison, le care impliquant de la part des surveillants un mode d’appréhension des détenus centré sur le vécu psychique des personnes prises dans leur singularité, tout en en témoignant une attention particulière à leur bien-être (ou réciproquement à leur mal-être).

35De fait, ces pratiques obéissent en tout point à la définition qu’en donne Joan Tronto (2009). Elles s’appuient d’abord sur la reconnaissance d’un besoin d’aide, ou en tout cas d’une condition particulière, susceptible de justifier l’intervention d’un tiers :

Sauf que quand on discute avec eux, quand ils font leur récit de vie, on se rend compte que, déjà, on a une vie bien « cool » par rapport à certains, bien rose, que même si on a eu des difficultés, par rapport à ce qu’ils ont vécu, et surtout la façon dont ils ont commencé dans leur vie, on est petit.

(Delphine, 42 ans, surveillante)

36Si le besoin d’aide n’est pas clairement verbalisé dans cette citation, bon nombre d’intervenants et de surveillants à l’Urud soulignent les « traumatismes » vécus par les résidents : violences physiques, morales et sexuelles attirent leur attention, ouvrant la porte à une prise en charge possible.

37Ensuite, les surveillants s’accordent sur une modalité d’intervention commune, le soutien et la compréhension plutôt que la sanction :

À l’Urud, on pourrait faire dans le répressif, mais, après, on va en tirer quoi ? On peut rien en tirer. Gueuler toute la journée : « Fais pas ci, fais pas ça ! », c’est facile, ça je sais faire. Même celui qui fait un pas de travers, je peux lui rentrer dedans, c’est pas un souci. Par contre, les gars, ils évoluent pas.

(Régis, 45 ans, surveillant)

  • 22 Le système se fonde sur des fautes de différents degrés. Le dispositif est envisagé aux articles R. (...)

38La réaction des surveillants à l’usage de stupéfiants dans l’unité incarne tout à fait bien cette nouvelle manière de faire. Aux commencements de l’Urud, surveillants et éducateurs se sont mis d’accord sur des modalités d’intervention commune. Les personnels de l’administration pénitentiaire s’inquiétaient de savoir comment ils devaient réagir à la consommation d’un détenu, dès lors qu’elle est passible de sanctions en milieu carcéral classique22. La réponse de l’équipe a été de promouvoir la compréhension des motifs, plus que la sanction :

Il y en a un qui m’a dit : « Je suis désolé, hier j’ai fumé un joint, j’ai craqué… ». Avant, ils l’auraient jamais fait parce qu’ils savent que, derrière, il peut y avoir des sanctions disciplinaires. Mais même nous, on est rentrés dans un cadre qui est autre.

(Delphine, 42 ans, surveillante)

39Au-delà des modalités de réponse, les surveillants réalisent un « travail matériel » au sein duquel ils « vont au contact des objets du care » (Tronto, 2009, 249), des destinataires, en l’occurrence des détenus. Cet « aller vers » se déploie dans l’ensemble des scènes de l’Urud : dans les espaces collectifs des activités puisqu’ils y participent volontairement, mais aussi dans le colloque singulier entre le surveillant et le détenu (voir exemple 4 l'encadré ci-dessous), et au sein des discussions d’équipe avec les autres professionnels socio-éducatifs. Aussi, à l’Urud, le care se manifeste de différentes manières : compréhension et empathie pour le vécu du détenu (voir l’exemple 2) ; souci de son bien-être et de son évolution favorable (voir exemples 3 et 4) ; conseil (voir exemple 2) ; valorisation et soutien (voir exemples 1, 2, 3 et 4). Ces attitudes de care impliquent également une attitude spécifique des surveillants qui sourient aux détenus, blaguent avec eux…

40Enfin, le travail des surveillants est bien reconnu comme tel par les bénéficiaires (voir exemple 4) : « Enfin, on voit qu’il prend soin de moi. Voilà, ça réchauffe », dit un détenu interrogé en référence à un des surveillants de l’unité. Lorsque Camille Lancelevée (2016b) décrit les pratiques professionnelles dans les bâtiments « longues peines » d’une prison allemande, elle met en évidence des pratiques de care « précaires », au titre qu’elles ne sont pas reconnues comme telles par les destinataires. À cet égard, le cas de l’Urud semble singulier : beaucoup de détenus, qui considèrent évoluer positivement au sein de l’Urud, voient dans le rapport qu’ils ont réussi à nouer avec certains agents pénitentiaires, une aide, renforcée par leur présence continue sur l’unité. Paul, ou encore Flavien témoignent de moments de discussion réconfortants qu’ils ont pu avoir avec des surveillants, les soirs de « coups de mou ». L’institutionnalisation d’une collaboration resserrée dans un cadre restreint, réduisant les distances entre les êtres semble ainsi produire des effets plus généraux, ne reposant pas que « sur les dispositions éthiques des agents en présence et sur leur volonté de faire participer les personnes détenues aux décisions qui les concernent » (Lancelevée 2016b, 108). De fait, si les « dispositions éthiques » jouent clairement un rôle – nous avons vu que quelques surveillants (deux) résistent à ce genre d’implication, invoquant une proximité avec les détenus dans laquelle ils ne se reconnaissent pas –, l’Urud dans son mode de fonctionnement, semble pousser les surveillants « un peu plus » vers le care. D’ailleurs, si au temps de notre venue les agents n’étaient pas sélectionnés sur leur motivation, l’instauration prochaine de ce type d’inclusion devrait contribuer à amplifier les tendances observées.

Attitudes de « care » chez les surveillants de prison

Exemple 1 :

Lors de l’ECM « autour des mots » Séverine [une éducatrice] demande pour combien d’entre eux il est difficile de recevoir des compliments. Trois résidents lèvent le doigt. Julien explique qu’il pense être quelqu’un de bien mais que la détention casse. Jordan exprime un problème de confiance en lui et Paul explique qu’au cours de son parcours de vie, il a fait des choses dont il n’est pas fier et du mal aux autres. Le surveillant prend la parole et dit « tout le monde fait des conneries, mais vous avez tous un truc bon en vous. Après il ne tient qu’à vous de faire bouger les choses en fonction de ça ».

(Extrait du journal de terrain, septembre 2017)

Exemple 2 :

Lors de l’atelier « morceaux choisis », les urudiens reviennent sur le feu de cellule provoqué par Nicolas. L’analyse du groupe est qu’il s’est laissé dépasser par une situation dans laquelle il était l’objet de pressions de la part d’un autre résident, à ce jour exclu du programme. Le surveillant présent prend la parole : « le truc, Nicolas, c’est que tu donnes pour être aimé ». Nicolas acquiesce, le surveillant continue : « tu es un chouette gars… Il faut que tu sois aimé pour ce que tu es et pas pour ce que tu donnes… ».

(Extrait du journal de terrain, septembre 2017)

Exemple 3 :

Je suis content d’être là. Je me prépare pour l’atelier autour des mots, et je suis content d’être là avec vous et de voir vos mines qui vont bien.

(Un surveillant lors d’un « morning », extrait du journal de terrain, septembre 2017)

Exemple 4 :

Lors de mon entretien avec Damien [un détenu], je lui demande ce qu’il pense des surveillants de l’Urud. À propos de l’un d’entre eux, il explique ceci : « Et puis, il y en a un, dernièrement il m’a étonné. Parce qu’en ECM, quand on a fait un lâcher-prise, il a lâché, donc j’étais super surpris. Et celui-là de cet après-midi, c’est son sourire, sa bonne humeur qu’il ramène. Et jeudi midi, il m’a annoncé, que c’était pas [le] surveillant [que j’aimais bien, ce week-end], mais il m’a dit : « Fais attention à toi, va pas perdre ta place ici, pense à moi, je reviens lundi ».

3.3. La posture du surveillant de prison « re-négociée »

41Du fait de leur posture compréhensive et participative, les surveillants disent qu’ils s’« exposent » plus à l’Urud. Ce sentiment de mise en danger accrue, repose sur le fait qu’ils dévoilent des éléments de leur personnalité et de leur vie privée qu’ils disent ne pas avoir l’habitude de montrer en détention classique et qui pourraient potentiellement être réutilisés contre eux dans un contexte conflictuel. Il s’agit alors pour eux de trouver la juste mesure entre se livrer, comprendre les détenus, et garder une certaine distance avec eux. Cette frontière, qui paraît à tous nécessaire, s’inscrit dans un premier enjeu : elle leur permet d'endosser un rôle répressif en cas de besoin, ce qui constitue un élément essentiel de leur métier. Il s’agit là d’un « enjeu de fonction » qui ne pourrait être correctement endossé si le professionnel ne versait par ailleurs que dans l’empathie :

Faut pas que j’oublie l’aspect sécuritaire, quand même. Si ça part au clash, je dois être capable de dire : « Non, tu arrêtes tes conneries, si t’es pas content, tu dégages. » Quand on est trop proches, c’est difficile de dire…

(Régis, 45 ans, surveillant)

42Mais cette frontière nécessaire permet aussi de résoudre une dialectique de posture que tout accompagnant social rencontre dans son métier, et qui se pose au surveillant de l’Urud. Un des principaux conflits internes à l’activité de care selon Joan Tronto réside, dans le fait que « les dispenseurs de soins estiment fréquemment que leur besoin de s’occuper d’eux-mêmes entre en conflit avec la sollicitude qu’ils doivent accorder aux autres » (Tronto, 2009, 252), comme d’ailleurs dans le cadre du travail émotionnel (Drulhe, 2000). Il reste alors à trouver « la bonne distance » (Malochet, 2005) dans ce supplément de social induit par la pratique à l’Urud :

Après, il faut faire attention de ne pas faire trop rentrer l’affect. Parce que c’est compliqué, quand on entend les récits de vie […] les incestes et la maltraitance sur les gosses… C’est compliqué.

(Delphine, 42 ans, surveillante)

43Le premier élément sur lequel l’ensemble des agents interrogés tombent d’accord est d’éviter le contact physique avec les détenus, susceptible de symboliser une proximité « actée » avec eux. Si cette posture implique la censure de la poignée de main en guise de salut, elle invalide également la présence de certains à quelques ateliers :

J’ose assister aux ateliers. Sauf quand ils font les mimes et tout ça, ça pas trop, mais sinon on essaie plus ou moins de participer à tout. […] [À propos des exercices de mimes] C’est qu’ils sont les yeux fermés, ils se touchent et puis : « Qui c’est qui a parlé ? » Voilà, c’est pas la même chose que « choisir ton image » [qui sont des ateliers où les participants expliquent ce qu’un support photo évoque pour eux]. Ça, je le fais, il n’y a pas de souci.

(Delphine, 42 ans, surveillante)

44Le second élément de consensus entre les surveillants est de ne pas participer à des activités engageant un dévoilement de soi trop important :

Le lâcher-prise, j’évite de le faire. Je l’ai fait une fois, mais je ne le fais plus maintenant parce que je me dis que ça va un peu trop loin. Je veux bien lâcher prise, même si j’en ai pas besoin particulièrement, mais c’est surtout que je veux garder un peu de distance, quand même.

(Régis, 45 ans, surveillant)

45La « juste posture » se construit donc dans un savant mélange entre les choses que l’on va dire sur soi pour susciter la mise en confiance du détenu et celles que l’on va garder pour ne pas trop « s’exposer » :

[Régis, surveillant] – On ne lâche pas d’informations sur nos vies. Enfin, hier, j’ai dit que j’étais allé faire la fête avec mes copains, que j’avais passé une bonne soirée, que je suis de bonne humeur, que tout va bien, que je suis fatigué. Mais voilà, je ne m’étale pas, je ne dis pas les lieux où je vais, je garde une réserve.

[Enquêteur] – Est-ce que vous pourriez dire, par exemple : « Moi, ça va pas bien, ce matin, je me suis disputé avec ma femme », ou alors c’est trop perso ?

[Régis] – Ça, je pourrais le dire. Je suis un homme, si j’ai une compagne, il y a rien de…

(Entretien avec Régis, 45 ans, surveillant)

46L’idée est donc de livrer des éléments de vie « anodins », des moments partagés par tous, sans que l’auditoire ne puisse les rattacher à des éléments de personnalité particuliers. La dispute avec la conjointe est ici perçue comme un élément banal, n’impliquant pas de spécificité identitaire. Pour autant, considérant tous que les détenus ont fait la preuve de leur dangerosité potentielle dans l’infraction qui les a conduits en prison, l’ensemble des surveillants interrogés gardent en tête la nécessité de protéger leurs proches, ne parlant pas, par exemple, de leurs enfants.

47Cependant, la proximité devient parfois trop importante pour des surveillants qui éprouvent le besoin de se « protéger » de ce qui leur est confié. À ce niveau, l’équipe psycho-socio-sanitaire peut être mobilisée pour aider le travail de protection, en activant par exemple la verbalisation et la réflexivité dans les moments de débrief d’équipe :

Après, ce qui est bien, c’est que quand on a quelque chose qui nous a contrariés, ils sont là, on débriefe en fin de journée dans leur bureau, ce qui fait qu’il y a une réelle communication.

(Gérard, 49 ans, surveillant)

48À certains moments, lorsque le surveillant ne parvient pas à établir cette limite, la ligne de protection est dessinée par l’équipe du CEID qui intervient volontairement pour la rétablir :

C’est pour ça que quand c’est des ateliers où ça va trop nous mettre en porte-à-faux, où on va trop se donner personnellement, notamment Séverine [éducatrice spécialisée] m’a dit qu’elle préférait que je ne les fasse pas.

(Delphine, 42 ans, surveillante)

4. La modification de la relation carcérale et du rapport au métier de surveillant

49Si Gilles Chantraine (2006) a bien décrit l’avènement de l’ordre communicationnel dans les établissements pénitentiaires canadiens et ses effets macrosociologiques, quelles conséquences sur la détention peut-on mettre en évidence sur la base de l’exemple de l’Urud ? La psychologisation des rapports sociaux en détention constitue-t-elle un mode puissant de résolution des conflits ? Là où Corinne Rostaing (2008) avait présagé d’une pacification des rapports, nous allons effectivement montrer que pour les surveillants et détenus interrogés, les interactions au sein de l’Urud contrastent fortement avec celles de la détention ordinaire. En proposant des espaces d’extériorisation et de gestion des conflits, l’Urud met fin au sentiment de violence caractérisant le ressenti des interactions en détention classique. Il en résulte un sentiment de pacification des rapports et une humanisation des représentations, ainsi qu’une révision positive du rapport au métier de surveillant de prison. La focalisation sur le vécu des acteurs impliqués dans le dispositif dévoile la perception d’une amélioration de la relation carcérale due au fonctionnement institutionnel du dispositif et la mise en mouvement de représentations.

4.1. Un espace de conflictualisation des rapports sociaux en détention

  • 23 Au-delà de la consommation, l’équipe pénitentiaire et sanitaire s’est accordée pour appliquer les r (...)

50À l’Urud, le dialogue comme modalité de gestion des relations est valorisé, sous réserve qu’il ne menace pas la survie du groupe ou la sécurité des résidents23. Lors des ECM, Séverine, l’éducatrice en charge du programme, rappelle régulièrement les règles relatives aux échanges : confidentialité (« ce qui est dit à l’Urud reste à l’Urud »), respect de l’autre, bienveillance, compréhension. Dès que le ton monte entre deux personnes, un rappel de ces préalables à l’interaction est fait. Cette modalité d’interaction constitue un vecteur puissant de gestion des conflits qui conduit à une transformation de la relation carcérale. Elle se déploie d’abord entre les différents membres de l’équipe, entre les détenus, mais aussi entre les encadrants et les détenus pour faire vivre l’esprit communautaire au-delà des spécificités professionnelles, de statuts et de fonctions. Elle se développe sur trois scènes principales : les activités collectives, « morning », « coffee-time » ; les entretiens individuels ; le colloque singulier entre détenus et surveillants. Ces trois scènes constituent des espaces au cours desquels chacun peut être amené à remettre en cause son mode de fonctionnement pour appréhender, dans certains cas, la suite de son passage à l’Urud de manière plus pacifiée. Un résident exprime bien le potentiel des « ECM » pour réguler les conflits entre détenus :

J’ai vu des gars avec des tensions monter à un point que j’étais persuadé, absolument persuadé, qu’ils allaient en venir aux mains ou au couteau. Et le fait qu’au morning les problèmes soient posés, que les éducateurs soient bien encadrants – il y avait des regards, on sentait que les gars allaient se sauter dessus –, en définitive les choses ont été déposées et, en une ou deux journées, tout était complètement désamorcé. Sans la dynamique communautaire, je pense que ça partait à la bagarre et à la violence.

(Entretien avec Fred, 46 ans, résident)

51Ces espaces de parole ont de même des effets très notables sur les relations entre détenus et surveillants. En voici un exemple particulièrement parlant :

[Ce matin, pendant le « morning », Damien est tendu : il appréhende le week-end qu’il devra passer avec un des surveillants, Germain. Une discussion s’engage autour de son appréhension entre les autres détenus et Séverine, l’éducatrice].

[Séverine] – Bon, comment faire pour que ce soit constructif avec ce surveillant ?

[Paul] – Lui, il nous renvoie pas un truc constructif !

[Séverine] – Non mais, y’a plein de situations dans la vie où les gens vous parlent mal. Au travail, avec votre conjoint…

[Jordan] – Non mais avec lui, c’est pas possible !

[Séverine] – Ah non « impossible n’est pas français ! ». Vous vous êtes tous décalés par rapport aux surveillants en venant ici, non ? Qui d’entre vous pensait que la vie communautaire c’était possible avec les surveillants ? Tout le monde peut changer !

[Le surveillant] – Est-ce que vous vous êtes posé la question que, peut-être, il avait pas l’habitude d’être en détention et qu’il avait pas envie de discuter avec vous ?

[Jordan] – Ouais, peut-être qu’il vient d’une aile où il a été maltraité par des détenus…

[Séverine] – Bah surtout qu’il a pas été formé à la manière dont on travaille à l’Urud. Et puis il a aussi sa personnalité… Et lui dire : « pourquoi vous me parlez comme ça, alors que je ne vous agresse pas ? »… Demain, si la boulangère est mal lunée ou que le flic vous tutoie, vous pétez tout et vous revenez ici ? Je vous rappelle aussi, que lors de sa première journée ici, il y a eu un feu de cellule, quand même…

[Les détenus acquiescent]

[Paul] – D’accord, mais il vient pas aux réunions !

[Jordan] – Non mais ça c’est son choix.

[Séverine] – Oui enfin bon, je pense que le feu de cellule ça l’a pas trop motivé pour venir aux ECM… Se rencontrer c’est pas facile. Il faut que vous arriviez à créer un lien avec lui.

[Surveillant] – Et puis vous savez on n’a pas l’habitude de la manière dont on travaille à l’Urud, les ECM tout ça… C’est pas ce qu’on nous apprend dans notre formation. Nous ici, on est convaincus, mais c’est pas facile, pour les autres aussi… Comment vous dire, c’est pas dans notre culture de métier… c’est encore mal accepté ailleurs la manière dont on travaille ici. Nous on nous a dit qu’il fallait conserver une distance obligatoire avec les détenus, qu’il y ait aucun contact, ne pas serrer la main, appeler le mec par son nom de famille… Ce qui se passe ici, c’est encore tabou, auprès des détenus aussi, vous le savez bien. Moi je me dis, que bien sûr moi aussi, s’il s’était passé des trucs dans ma vie, j’aurais pu me retrouver en prison, mais y’en a d’autres, ils se sentent protégés par l’uniforme…

  • 24 Du nom d’un atelier dans lequel l’urudien apprend à affirmer son point de vue de manière assurée to (...)

[Séverine] – Moi, je vous propose de vous mettre en mode « affirmation de soi24 » !

[Les détenus rigolent. Ils semblent touchés par les mots du surveillant].

(Extrait du journal de terrain, septembre 2017)

52Ce « morning » ne se présente pas seulement comme un espace où les détenus peuvent exprimer leur réticence à l’égard d’un des surveillants de l’unité. La posture de Séverine, l’éducatrice, mais surtout celle du surveillant, est ici intéressante : ce dernier se positionne en tant que médiateur, témoignant tant de la qualité de la relation qui se noue entre les surveillants et les détenus que de la fonction de ce type de discussion. D’un côté, il vient recevoir la parole des détenus, donc d’un groupe érigé contre son propre groupe, celui des surveillants. De l’autre, il porte en retour la parole de son groupe tout en s’en détachant, permettant ainsi à un espace de compréhension des enjeux de l’autre de voir le jour. Ce qui est d’ailleurs intéressant dans cet exemple, c’est que le conflit n’est pas « désamorcé », ni à la fin de l’échange, ni dans la suite de la vie à l’Urud. Séverine a beau proposer des « styles de comportement » susceptibles de désamorcer les tensions avec Germain, les détenus adoptent davantage une attitude de repli durant le week-end, plutôt que d’essayer d’amorcer le dialogue avec ce surveillant. Le « morning » a donc davantage vocation à exprimer le conflit, différant sa résolution dans le temps. Les différentes scènes décrites permettent donc a minima, et peut-être même davantage, au conflit de se dire, à défaut de se résoudre dans l’immédiat. En ce sens, l’Urud favorise la mise en place d’espaces de « conflictualisation » des rapports sociaux en prison, permettant, nous allons le voir, à la vie en détention de sortir d’une violence, par essence sourde, comme le montre Antoinette Chauvenet :

« Tout système totalitaire prétend ignorer le conflit », écrit ainsi Lefort (1971, 345). Dans cette mesure, nous souscrivons à l’analyse de Wieviorka (2004, 23) qui voit dans la violence le contraire du conflit. Les détenus sont précisément dans la position de ne pouvoir exprimer par le conflit ce qu’ils expriment alors par la violence. En prison, non seulement les lieux de conflictualisation sont absents, mais ils ne peuvent trouver place par définition, compte tenu de la nature du rapport politique au détenu. C’est bien parce que la conflictualisation est impossible, sinon à la surface des relations, que la violence fait irruption.

(Chauvenet, 2006, 383)

4.2. La personnalisation des représentations

53Les relations entretenues avec les détenus dans le cadre de l’Urud sont bien souvent décrites comme opposées aux « relations carcérales classiques ». Les surveillants définissent ces dernières comme des opérations d’étiquetage figeant l’autre, et produisant des relations dichotomiques, voire antagoniques avec les détenus, qui pourraient être qualifiées de violentes en suivant Antoinette Chauvenet lorsqu’elle définit la violence comme « un rapport sécuritaire fondé sur la peur et sur l’absence d’un espace commun d’action et de parole » (Chauvenet, 2006, 373). Elle décrit alors des relations d’opposition et d’hostilité, installant les deux principaux acteurs de la prison dans une attitude défensive l’un par rapport à l’autre, cette dichotomie étant en partie fondée sur un isolement des détenus, ce qui est précisément aboli à l’Urud (voir ci-dessus) :

Les détenus n’appartiennent pas à la même communauté que les surveillants. Il s’agit de se protéger du danger que représentent les détenus en les isolant, et de leur interdire de se rencontrer, d’agir en commun, de représenter un pouvoir. Ce faisant, la mise à distance sécuritaire entre les détenus et entre les détenus et les personnels instaure un principe de division et d’hostilité généralisée dans lequel chacun devient pour l’autre un ennemi potentiel, un étranger. […] La protection de soi devient un bien et une préoccupation essentielle.

(Chauvenet, 2006, 374)

54Ce que les surveillants décrivent de la détention classique peut effectivement être apparenté à une relation dichotomique entre deux groupes en affrontement :

Les insultes, les menaces, les agressions physiques, verbales, la pression… Tout. De toute façon, les détenus ne peuvent pas voir les surveillants, en général.

(Entretien avec Julien, 35 ans, résident)

55Le port de l’uniforme matérialiserait cette ligne de fracture, symbolisant ces relations antagonistes. Ce type de relationnel serait par ailleurs renforcé par un sentiment de transformation de la relation carcérale caractérisée par une disparition du « respect » et le sentiment que les détenus dominent l’ordre carcéral, avec pour conséquence une sollicitation permanente accroissant le sentiment de pénibilité du travail :

C’est des demandeurs, c’est des pleureuses. Ils sont tout le temps en train de pleurer : mon tabac, mon machin… C’est tout le temps. […] On est hyper sollicités. Psychologiquement parlant, c’est très fatigant.

(Régis, 45 ans, surveillant)

56D’ailleurs, si les surveillants se sentent déshumanisés par les détenus et considèrent que ces derniers n’arrivent pas à voir la personne derrière l’uniforme, la réciproque affleure également dans le discours des détenus interrogés, qui se sentent « traités comme des chiens ». En témoigne également la perception que les surveillants ont des toxicomanes en détention classique, comme nous l’avons suggéré antérieurement.

57À l’inverse, l’Urud met en place des relations qui contrastent fortement avec ce qui est précédemment décrit. De fait, les rapports dichotomiques entre les deux principaux groupes décrits par les surveillants et les détenus de l’Urud évoluent vers une personnalisation globale des représentations et des rapports sociaux. Les notions de « personne », d’« homme », d’« être humain » apparaissent régulièrement pour décrire la manière dont a été déconstruit ce qu’ils appréhendent comme une « barrière », un « clivage », entre deux groupes sociaux en confrontation. La tenue « bleue » perd un peu de son marquage symbolique conflictuel ainsi qu’en visibilité. « On fait plus gaffe que vous avez l’uniforme » a pu dire un détenu à un surveillant. Cette humanisation va de pair avec une réduction de la distance ontologique entre les surveillants et les détenus ressentie par certains :

Du coup, on change de façon de voir sur certaines choses. Parce qu’on se dit que, en fin de compte, il n’y a pas de clivage social. Quel que soit le milieu social, ce n’est pas non plus forcément des parents absents, tout le monde peut… Quand on écoute, en tout cas pour les huit qui sont là, on se dit que ça aurait pu nous arriver à nous.

(Delphine, 42 ans, surveillante)

58Le sentiment de partager une commune humanité affleure dans le discours des personnes interrogées à l’Urud et les représentations se modifient. Cette dimension est davantage perceptible chez les détenus, certains n’imaginant pas, avant de venir à l’Urud, pouvoir effectuer des activités engageant autant de proximité avec les surveillants :

[Nicolas] – Au début, je vais pas vous mentir, je suis arrivé ici, je me suis remis en question mais quinze mille fois : « Qu’est-ce que je fais ici ? Mais qu’est-ce que je fais ici ? » Quand j’ai vu les surveillants, ce qu’ils faisaient, les ECM, tout ça, je me suis dit : « C’est pas possible, je vais pas pouvoir ! » […] ce truc qu’ils font, j’étais pas habitué à ça, moi, en détention, donc ça m’a fait un choc. […]

[Enquêteur] – Comment vous voyiez les surveillants avant l’Urud ?

[Nicolas] – Malgré qu’ils étaient là pour faire leur travail, mal. J’ai vu des surveillants qui nous traitaient comme des chiens, on n’est que des numéros, on n’est pas des êtres humains pour eux. Donc, j’ai eu des mauvais vécus avec eux et moi j’ai mis tout le monde dans le même bain.

[Enquêteur] – Est-ce qu’il y en avait qui étaient un peu différents ?

[Nicolas] – Jusqu’à maintenant, j’ai jamais trouvé.

(Entretien avec Nicolas, 39 ans, résident)

59À l’inverse, une majorité des surveillants de l’Urud, notamment ceux investissant la dimension missionnaire de leur métier, avaient déjà bien conscience avant l’Urud des ressorts sociologiques et psychologiques de la déviance. C’est alors davantage la perception des mécanismes de l’addiction qui se modifie chez ces surveillants :

[Delphine, surveillante] – Après, pour certains, il faut être honnête aussi, c’est pas vraiment un choix. Quand on sort des grosses cités… Je ne dis pas que tous ceux qui vivent dans des cités terminent détenus, ce n’est pas ce que je veux dire non plus, mais c’est beaucoup plus compliqué. C’est des milieux ou c’est : marche ou crève. C’est ou tu me fais le guetteur, ou je vais me taper ta sœur. J’extrapole un peu mais c’est un peu beaucoup ça, quand même. C’est beaucoup de pression et, le gamin, il a pas le choix. Et puis, j’ai envie de dire que c’est facile aussi. Les grands frères, ils palpent, ils ont l’argent facile, ils travaillent pas, donc moi je vais faire pareil. C’est le même exemple. Après, oui, ils ont franchi la barrière, mais ça peut très vite arriver de tomber en prison : un accident de la route, vous tuez quelqu’un. Je ne dis pas en état d’ébriété mais au-dessus de la dose, parce que 0,5, on y est vite. Ou alors, j’ai fait tomber un truc, je tue quelqu’un…

[Enquêteur] – Ça, c’est un truc que vous disiez avant le travail à l’Urud ?

[Delphine] – Ah oui ! C’est un discours que j’ai toujours tenu.

[Enquêteur] – En fait, pour vous, la différence...

[Delphine] – Sur vraiment le fait de devenir toxico, ou alcoolique. Comment ils sont devenus addicts, en fait. C’est plus là où j’avais des a priori. […] Oui, c’était plus ça, le milieu social qui était défavorisé… Après, on sait qu’il y a des incestes et tout ça, moi j’en ai connus à l’extérieur. Je connais une jeune fille qui a connu l’inceste, mais ce n’est pas pour ça qu’elle est tombée dans la drogue. Mais quand on entend les récits de vie, on se dit… Voilà, ça ne s’excuse pas mais ça s’explique. Ils ont trouvé ce palliatif là et moi j’essaie de me « mettre à leur place » en me demandant ce que, moi, j’aurais fait.

(Delphine, 42 ans, surveillante)

60Cette évolution des représentations est largement perceptible par les détenus, qui répondent réciproquement par un changement de posture à l’égard des surveillants :

Je trouve qu’ils se lâchent, ils ne font pas attention à leur tenue. J’ai été étonné. C’est là où je m’aperçois qu’en fait, il y a vraiment quelqu’un derrière cet uniforme. Pour eux, ici, à l’Urud, on n’est pas juste des numéros, on est des êtres humains. […] Ils ont tout mon respect […] et je pense… j’espère que eux aussi ils voient qu’on n’est pas que des voyous, comme ils disent, ou des prisonniers ou que des numéros. J’espère que oui, ça leur fait changer sur le regard.

(Entretien avec Flavien, 25 ans, résident)

4.3. Un autre rapport au métier

61Le sentiment de lassitude et de dévalorisation professionnelle exprimé par quelques surveillants ayant postulé à l’Urud cède alors le pas à une impression de gratification, oscillant entre la perception de se rapprocher de son « cœur de métier », et de le rénover en participant à un dispositif innovant :

Là, j’ai l’impression de faire vraiment mon boulot de surveillant, pas le porte-clés, le maton. Parce qu’on nous implique psychologiquement, voilà. […] Mon travail est valorisé. Du moment où on va me demander : « Qu’est-ce que tu en penses de lui ? », ça veut dire qu’on nous laisse une part de travail où on a de l’observation à faire. […] Je me suis dit que ça pouvait être une autre façon de travailler et d’évoluer dans la prison aussi, parce qu’on est un site pilote ici et, si ça marche, ça va évoluer dans toute la France. Donc, ça va donner la possibilité aux autres surveillants de pouvoir y accéder comme moi. Voilà, mon rôle, il est là, en fait, c’est de faire marcher l’Urud et puis montrer que la prison c’est plus ce qu’il y avait il y a trente ans, ça évolue. […] C’est peut-être la nouvelle prison du futur.

(Gérard, 49 ans, surveillant)

62À l’instar des objectifs de valorisation professionnelle couramment affichés par l’administration pénitentiaire dans la mise en place de ce type de programme (Icard, 2016), l’Urud offre bel et bien à certains surveillants confrontés aux contradictions de l’institution carcérale un espace de revalorisation. Chez certains d’entre eux, un certain brouillage des frontières professionnelles se fait jour : « J’apprends un autre boulot en même temps, en plus, de mon boulot de surveillant » (surveillant 1). Ce processus va chez certains jusqu’à un sentiment d’inversion des rôles :

Séverine [l’éducatrice], c’est la méchante, Jean [le directeur de l’Urud], aussi, et nous on est gentils… c’est royal !

(Régis, 45 ans, surveillant)

63Certains détenus ont effectivement l’impression que le surveillant devient « celui qui écoute » là où l’éducateur est celui qui « rappelle la règle », tout en conservant une attitude compréhensive à l’égard de la consommation. Au-delà de la plaisanterie, cette mutation des pratiques conduit un surveillant interrogé à souhaiter passer de « l’autre côté de la barrière » pour intégrer le métier de travailleur social. Ainsi, l’expérience de l’Urud peut servir à certains, grâce au développement de certains savoir-faire et compétences, de support de conversion professionnelle.

5. Conclusion

64La psychologisation du métier de surveillant de prison dans le contexte spécifique de l’Urud se traduit par le développement d’une professionnalité caractéristique qui tire le métier vers sa dimension missionnaire, institutionnalisant des pratiques de care à destination de détenus appréhendés en tant que personnes. Ils y révisent également le rapport entretenu avec eux-mêmes dans leur sphère professionnelle et renégocient une posture qu’ils estiment « juste », garantissant la perduration de leur mission de surveillance tout autant qu’une attitude compréhensive à l’égard des détenus et de préservation d’eux-mêmes. Ils adoptent aussi un fonctionnement d’équipe au sein duquel le « débrief » avec les autres, le retour sur soi et l’analyse des pratiques prennent une place importante, autant de dispositifs de travail inspirés des techniques d’intervention « psy ». Le programme permet par ailleurs d’instaurer une modalité d’interaction sociale basée sur le dialogue tout en mettant à distance des modalités d’expression violente aussi bien physiquement, que verbalement, grâce à l’institutionnalisation d’espaces de conflictualisation des rapports sociaux. Toutefois, si notre terrain permet un regard rétrospectif sur les neuf premiers mois de fonctionnement de l’Urud, l’analyse gagnerait à être complétée par une nouvelle enquête avec une durée de vie du dispositif plus longue, impliquant des changements d’équipe et une rotation plus importante des résidents. La perspective comparative avec la détention classique n’étant pas celle adoptée dans notre travail, elle pourrait également offrir un complément intéressant, comme le travail réciproque d’analyse des effets de la collaboration interdisciplinaire sur les professionnels psycho-socio-sanitaires.

65Le « pas de côté » proposé dans cet article à l’égard du discours critique dénonçant l’extension d’une nouvelle forme de pouvoir « post-disciplinaire » au sein de dispositifs du même type que l’Urud, pour étudier la manière dont est vécu ce développement de certains savoir-faire teintés d’une « culture psychologique » dévoile des effets proches de ceux observés dans les modules de « respect », où travaillent de concert des professionnels de la détention et du monde de la santé mentale (voir Faget, Faget, 2017, synthèse du rapport, 4). Aussi, il semblerait que les éléments valorisés dans le contexte de l’enquête sur l’Urud, comme les modules de « respect », puissent être testés à l’occasion de l’étude de différents types de dispositifs spécifiques, sélectifs, impliquant des objectifs d’encadrement orientés vers le renforcement des compétences à la resocialisation, l’occupation, la responsabilisation, l’empowerment des détenus, et l’institutionnalisation d’une collaboration resserrée avec les personnels socio-sanitaires.

66Ce « pas de côté » par rapport aux analyses macro-sociologiques sur l’évolution du contrôle pénal des individus ouvre ainsi une réflexion sur les effets multiples et variés de dispositifs inscrits dans le même type de philosophie. Au terme de cette analyse, une question se pose : pourquoi le dispositif est-il bien accepté par la majorité des surveillants, alors que des dispositifs proposant d’instaurer des modes de relations équivalents entre surveillants et détenus ont échoué dans d’autres établissements (Icard, 2016) ? La réponse se situe probablement dans le caractère sélectif du programme. À l’instar des modules « respect », l’Urud reste un « régime différencié » de la détention classique. Il ne se présente pas comme un programme institutionnel de gestion nouvelle de la relation carcérale, comme ceux décrits par Valérie Icard en France ou Camille Lancelevée en Allemagne. À ce titre, son mode de fonctionnement repose et est garanti par la sélection des surveillants comme des détenus. Il offre alors un espace de respiration professionnelle pour ceux qui souhaitent investir leur métier différemment, sans caractère de contrainte et offre un cadre privilégié de prise en charge pour les détenus, contrastant avec le climat en détention classique. En tout état de cause, l’Urud reste un programme limité à quelques professionnels au profil spécifique, voire à « contre-courant », et à certains détenus, réutilisant les visées de conformisation à la norme sociale proposé par le programme dans le sens de leurs objectifs de vie. Si les effets pervers de la psychologisation relevés par Camille Lancelevée dans le cas de l’Allemagne, certains vivant le partenariat psycho-criminologique comme un assujettissement insupportable, ne semblent pas perceptibles chez les bénéficiaires du dispositif (en tout cas chez ceux qui restent sur l’ensemble du programme), c’est parce que l’Urud présente certaines caractéristiques : le caractère non obligatoire et exclusif du programme, mais aussi le fait que la fin de l’incarcération ne soit pas conditionnée par l’inclusion dans le dispositif (comme en Allemagne dans le cas des longues peines). Notre article dévoile alors une psychologisation différenciée en fonction des secteurs de détention, « à étages », ne révélant ses potentialités pratiques positives que pour certains professionnels et détenus « triés sur le volet ». Il ouvre ainsi la description d’autres formes de psychologisation et de leurs effets dans des contextes différents (caractère obligatoire ou non du programme, généralisé ou non, degré et formes de normalisation qu’il exige des participants). Il interroge in fine les effets pervers d’un processus à plusieurs vitesses, dépossédant la détention des agents souhaitant investir tout particulièrement la dimension sociale de leur métier, et permettant d’asseoir la relégation des détenus posant le plus de problèmes en termes de prise en charge pénitentiaire, les « pires des pires », pour reprendre les termes de L. Rhodes (2004).

Haut de page

Bibliographie

Baszanger I., 1990, Émergence d'un groupe professionnel et travail de légitimation. Le cas des médecins de la douleur, La revue française de sociologie, 31-2, 257-282.

Bessin M., Lechien M.-H., 2002, Hommes détenus et femmes soignantes : l’intimité des soins en prison, Ethnologie française, 32, 69-80.

Bézes P., 2009, Réinventer l’État. Les réformes de l’administration française (1962-2008), Paris, Puf.

Bouquet B., 2012, Analyse critique du concept de contrôle social, Vie Sociale, 1, 15-28.

Bruyère B., 2011, Les psychologues et le secret professionnel, Paris, Armand Colin.

Bucher R., Strauss A., 1961, Professions in process, American journal of sociology, 46, 323-334.

Carrier N., 2006, La dépression problématique du concept de contrôle social, Déviance et Société, 30, 3-20.

Cartuyvels Y., Lancelevée C., Bessin M., Cliquennois G., Dugué F., 2012, Ce que la dangerosité fait aux pratiques. Entre soin et peine, une comparaison Belgique-France, GIP Mission de recherche Droit et Justice.

Chantraine G., 2004, Par-delà les murs : expériences et trajectoires en maison d'arrêt, Paris, Puf.

Chantraine G., 2006, La prison post-disciplinaire, Déviance et Société, 3, 30, 273-288.

Chauvenet A., Benguigui G., Orlic F., 1994, Le monde des surveillants de prison, Paris, Puf.

Chauvenet A., 2006, Privation de liberté et violence : le despotisme ordinaire en prison, Déviance et Société, 30, 3, 373-388.

Cliquennois G., 2006, Vers une gestion des risques légitimante dans les prisons françaises ?, Déviance et Société, 3, 30, 355-371.

Cliquennois G., 2013, Le management des prisons, vers une gestion des risques et une responsabilisation des détenus ?, Paris, Larcier.

Cruikshank B., 1996, Revolution Within: Self-government and Self-esteem, in Barry A., Castel R. (dir.), 1981, La Gestion des risques. De l'anti-psychiatrie à l'après-psychanalyse, Paris, Les Éditions de Minuit, coll. « Le sens commun ».

Darmon M., 2011, Sociologie de la conversion. Socialisation et transformations individuelles, in Burton-Jeangros C., Maeder C. (dir.), Identité et transformation des modes de vie, Zurich, Seismo, 64-84.

Debuyst C., Digneffe F., Labadie J.-M., Pires A.P., 2008a, Histoire des savoirs sur le crime et la peine. 1 Des savoirs diffus à la notion de criminel-né, Paris, Larcier.

Debuyst C., Digneffe F., Pires A.P., 2008b, Histoire des savoirs sur le crime et la peine. 2 La rationnalité pénale et la naissance de la criminologie, Paris, Larcier.

Demazière D., Gadéa C., 2009, Sociologie des groupes professionnels, Paris, La Découverte.

Dodier N., Rabéharisoa V., 2006, Les transformations croisées du monde « psy » et des discours du social, Politix, 73, 9-22.

Delpeuch T., Dumoulin L., 1997, « La justice : émergence d'une rhétorique de l'usager », in Warin P. (dir.), Quelle modernisation des services publics ? Les usagers au cœur des réformes, Paris, La Découverte, 103-129.

Dorlin E., 2011, Dark Care : de la servitude à la sollicitude, in Paperman P., Laugier S. (dir.), Le souci des autres. Éthique et politique du care, Paris, EHESS.

Dubourg E., Gautron V., 2014, La rationalisation des méthodes d’évaluation des risques de récidive, Champ pénal/Penal Field, XI, [en ligne] http://journals.openedition.org/champpenal/8947, DOI :10.4000/champpenal.8947 (8 juillet 2009).

Drulhe M., 2000, le travail émotionnel dans la relation soignante professionnelle. Un point de vue au carrefour du travail infirmier, Professions et institutions de santé face à l'organisation du travail. Aspects sociologiques, Rennes, Éditions ENSP.

Fassin D., 2004, Des maux indicibles : sociologie des lieux d’écoute, Paris, La Decouverte.

Faget C., Faget J., 2017, Les modules de responsabilisation des Centres pénitentiaires de Mont de Marsan et Neuvic, Association GERICO [Non publié].

Feeley M.M., Simon J., 1992, The New Penology: Notes on the Emerging Strategy of Corrections and its Implications, Criminology, 30, 449-474.

Freidson E., 1984, La profession médicale, Paris, Payot.

Garland D., 1996, The Limits of the Sovereign State, The British Journal of Criminology, 36, 445-471.

Gilligan C., 1982, In A Different Voice, Cambridge, Harvard University Press.

Hannah-Moffat K., O’malley P. (Eds.), 2007, Gendered Risk, New York, A GlassHouse Book.

Hochschild A.-R., 2003, Travail émotionnel, règles de sentiments et structure sociale, Travailler, 9, 19-49.

Icard V., 2016, Vers une conciliation entre sécurité et droit en prison ? Questionner la sécurité dynamique, Déviance et Société, 4, 40, 433-456.

Jaccoud M., 2007, Innovations pénales et justice réparatrice, Champ Pénal/Penal Field, Séminaire Innovations Pénales, [en ligne] https://journals.openedition.org/champpenal/1269, DOI : 10.4000/champpenal.1269.

Kaminski D., 2002 Troubles de la pénalité et ordre managérial, Recherches sociologiques, 1, 87-107.

Kaminski D., 2010, Droits des détenus, normalisation et moindre éligibilité, Criminologie, 2010, 43, 1, 199-226.

Lafortune D., Blanchard B., 2010, Parcours : un programme correctionnel adapté aux courtes peines, Criminologie, 43, 2, 329-349.

Lancelevée C., 2016a, Quand la prison prend soin : enquêtes sur les pratiques professionnelles de santé mentale en milieu carcéral en France et en Allemagne, thèse de doctorat, Paris, EHESS.

Lancelevée C., 2016b, Quand la prison prend soin ? Gérer les troubles mentaux dans un établissement pénitentiaire allemand pour femmes, Sociétés contemporaines, 103, 91-110.

Larminat X., 2015, Entre sentiment et comportement. L’adaptation des agents de probation aux réformes gestionnaires, Droit et Société, 90,2, 303-316.

Lefort C., 1971, Éléments d’une critique de la bureaucratie, Genève, Librairie Droz.

Malochet G., 2005, Dans l’ombre des hommes. La féminisation du personnel de surveillance des prisons pour hommes, Sociétés contemporaines, 59-60, 199-220.

Malochet G. 2009, Les surveillants de prison : marges du travail, travail sur les marges, Idées économiques et sociales, 158, 42-49.

Mathey-Pierre C., Bourdoncle R., 1995, Autour du mot professionnalité, Recherche et formation, 19, 137-148.

Mistretta P., 2011, L'illusion du consentement du délinquant à l'acte médical et aux soins en droit pénal, Revue internationale de droit pénal, 82, 1-2, 19-39.

Moore D., Hirai H., 2012, Exclus, simulateurs et partisans : les sujets responsables de la justice pénale, Déviance et Société, 3, 36, 291-309.

Mouhanna C., Bastard B., 2007, Une justice dans l’urgence. Le traitement en temps réel des affaires pénales, Paris, Puf.

Osborne T., Rose N. (dir.), Foucault and Political Reason: Liberalism, Neo-liberalism and Rationalities of Government, Chicago, The University of Chicago Press, 231-251.

Pottier P., 2010, Repenser la peine de prison après la loi du 24 novembre 2009, Pouvoirs, 135, 149-158.

Rhodes L.A., 2004, Total confinement. Madness and reason in the maximum, University of California Press.

Rose N., 2000, Government and Control, The British Journal of Criminology, 40, 321-339.

Rostaing C., 1997, La relation carcérale. Identités et rapports sociaux dans les prisons de femmes, Paris, Puf.

Rostaing C., 2014, L'ordre négocié en prison : ouvrir la boîte noire du processus disciplinaire, Droit et Société, 87, 303-328.

Rostaing C., 2008, À chacun son psy. La diffusion des pratiques psychologiques en prison, Sociologies pratiques, 17, 81-94.

Saetta S., 2016, Inciter des auteurs d’infractions à caractère sexuel incarcérés à se soigner. Ethnographie d’un établissement pénitentiaire et d’un service de soins spécialisés, Champ pénal/Penal Field, XIII, [en ligne] https://journals.openedition.org/champpenal/9401, DOI : 10.4000/champpenal.9401.

Schwartz O., 2011, La pénétration de la « culture psychologique de masse » dans un groupe populaire : paroles de conducteurs de bus, Sociologie, 4, 345-361.

Tronto J., 2009, Un monde vulnérable : pour une politique du care, Paris, La découverte.

Vigour C., 2006, Justice : l’introduction d’une rationalité managériale comme euphémisation des enjeux politiques, Droit et Société, 2-3, 63-64, 425-455.

Welzer-Lang D., Mathieu L., Faure M., 1996, Sexualités et violences en prison, Lyon, Aléas Éditeur.

Wieviorka M., 2004, La violence, Paris, Balland.

Zehr H., 2012, La justice restaurative. Pour sortir des impasses de la logique punitive, Paris, Labor et Fides.

Haut de page

Notes

1 Les références proposées ici ne sont qu’indicatives, tant la littérature est importante sur le sujet.

2 Nouvelle forme de gouvernance s’appuyant sur des personnes en charge de mettre en place des techniques d’éducation des délinquants afin de les rendre « responsables » et de les amener à prendre soin d’eux-mêmes.

3 « R. Castel évoquait un ordre post-disciplinaire pour interroger les transformations du champ médico-psychologique. Cet ordre mêle inextricablement un pôle "hyperrationnel" basé sur un mode scientifique positiviste de gestion des risques et un pôle "subjectif" qui s’appuie sur la responsabilisation, l’injonction à l’autonomie et le renforcement des motivations individuelles » (Chantraine, 2006, 285).

4 Instrument de pouvoir dans la prison post-disciplinaire qui vise à résoudre des intérêts contradictoires dans des espaces de discussion institutionnalisés.

5 Cet article propose aussi une revue complète de la bibliographie sur le sujet à la fin des années 1990.

6 Voir l’analyse d’une tentative de mise en place de mesures visant à instaurer la « sécurité dynamique » à la fin des années 2000 (Icard, 2016).

7 Les modules de « respect » s’organisent autour d’un cadre de vie communautaire entre les détenus et les différents intervenants et une maximisation des propositions d’activité. Ils sont destinés à des détenus sélectionnés pour leur bon comportement en détention classique.

8 À Neuvic et Mont de Marsan.

9 La sécurité dynamique est définie comme : « une approche préventive du maintien de la sécurité interne en détention, qui repose sur le développement de relations positives entre le personnel pénitentiaire et les personnes détenues » (Icard, 2016, 434).

10 Définie comme « savoirs et savoir-faire » propres à une qualification professionnelle.

11 Robert Castel (1981), notamment, donne une coloration critique au concept de psychologisation, appréhendant cette tendance comme l’extension du pouvoir des « psy » dans la société, la dépolitisation de la question sociale et l’expansion du libéralisme. Pour plus de détails sur ce point voir Lancelevée, 2016a.

12 Les détenus bénéficiaires de l’Urud sont appelés soit « résidents » soit « urudiens ». Nous utiliserons ces deux termes de manière indifférenciée dans cet article.

13 Benoît Bruyère (2011) met en exergue l’évolution sémantique du terme « secret » apparue avec le Nouveau Code pénal. L’ancien article 378 de ce code avait recours à cette notion, pouvant être définie par le Littré comme « ce qui doit être tenu caché, ce qu’il ne faut dire à personne ». Cette acception ne laissait, selon lui, aucune place à la notion de partage. À l’inverse, le nouvel article 226-13 du Code pénal utilise les termes « d’information à caractère secret ». Ce passage à l’adjectif (défini par le Robert comme ce qui « n’est connu que d’un nombre limité de personnes ; qui est ou qui doit être caché des autres, du public ») serait le signe d’un glissement vers l’idée de secret partagé, conformément à ce qui a été défendu dans les débats parlementaires ayant précédé l’adoption du nouvel article.

14 La responsabilisation du condamné et l’individualisation des prises en charge sont désormais reconnues par la loi (art. 1 de la loi pénitentiaire modifiée par la loi du 15 août 2014 : « le régime d’exécution de la peine de privation de liberté concilie la protection de la société, la sanction du condamné et les intérêts de la victime avec la nécessité de préparer l’insertion ou la réinsertion de la personne détenue afin de lui permettre de mener une vie responsable et de prévenir la commission de nouvelles infractions »). C’est la traduction dans le droit français des orientations des règles pénitentiaires européennes de 2006 et que l’on retrouve dans l’article 717-1 du CPP : « dès leur accueil dans l’établissement pénitentiaire et à l’issue d’une période d’observation pluridisciplinaire, les personnes détenues font l’objet d’un bilan de personnalité. Un parcours d’exécution de la peine est élaboré par le chef d’établissement et le directeur du Service pénitentiaire d’insertion (Spip) et de probation pour les condamnés, en concertation avec ces derniers, dès que leur condamnation est devenue définitive. Le projet initial et ses modifications ultérieures sont portés à la connaissance du juge de l’application des peines. » Ce premier alinéa est complété par deux phrases ainsi rédigées : « leur régime de détention est déterminé en prenant en compte leur personnalité, leur santé, leur dangerosité et leurs efforts en matière de réinsertion sociale. Le placement d’une personne détenue sous un régime de détention plus sévère ne saurait porter atteinte aux droits visés à l’article 22 de la loi n° 2009-1436 du 24 novembre 2009 pénitentiaire. »

15 Ce type de conceptions, largement répandu à l’heure actuelle dans les pays anglo-saxons, prend son origine en Europe dans les mouvements de défense sociale. Pour plus de détails sur ces courants de pensée voir Debuyst et al., 2008a, 2008b.

16 Ils sont encadrés par un professionnel socio-sanitaire (le plus souvent, un éducateur). Quoique variés, ils ont globalement tous une double vocation : cathartique (visant à faire remonter les émotions) et éducative (ou de « remédiation cognitive ») permettant au résident d’acquérir des modes de réaction face à la vie révisés. Le travail sur soi est médié par un support. Ce type d’ateliers est vu par les professionnels comme moins « violent » que les groupes de parole focalisés sur l’introspection. Ils sont réputés spécialement adaptés à des profils de personnalités plus « fragiles », voire à la limite de la psychose, qui ont, pour les professionnels, davantage besoin d’être « étayées ».

17 Cet atelier est inspiré du programme canadien du même nom (Lafortune, Blanchard, 2010). Il s’appuie sur les principes de l’entretien « motivationnel » visant à soutenir la motivation de la personne vers le changement et l’entrée en désistance. À l’Urud, ce module comprend six séances de 2 heures par semaine avec un groupe de huit personnes.

18 Sur neuf surveillants affectés à l’Urud, seuls deux ne participent pas aux activités.

19 En septembre 2017, les Cpip commençaient à participer aux ECM, nous y reviendrons, mais elles étaient moins présentes sur l’unité que les surveillants.

20 Hochschild (2003), dressant une généalogie du concept distingue deux dimensions : le contrôle des apparences sociales, visant le maintien d’une interaction « acceptable » malgré l’émotion (dimension goffmanienne) ; une dimension plus « internaliste » renvoyant à un travail visant « à produire ou inhiber des sentiments de façon à les rendre "appropriés" à la situation » (Hochschild, 2003). Il semble qu’au sein de l’Urud, les deux dimensions soient visées : les résidents sont d’une part amenés à « contrôler » l’émotion via un travail d’extériorisation et de « catharsis » ; ils apprennent également des modalités d’adresse à l’autre permettant de mettre en place des interactions apaisées et constructives.

21 Ces activités sont encadrées par une réunion inaugurant la journée (« morning ») et une autre la clôturant (« coffee time ») destinées à sonder l’état du groupe à ces deux moments clés.

22 Le système se fonde sur des fautes de différents degrés. Le dispositif est envisagé aux articles R. 57-7-1 et suivants du Code de procédure pénale (CPP). Constitue une faute de 1er degré le fait : « d’introduire ou de tenter d’introduire au sein de l’établissement des produits stupéfiants, de les détenir ou d’en faire l’échange contre tout bien, produit ou service ». Quant à la consommation, elle constitue une faute de second degré.

23 Au-delà de la consommation, l’équipe pénitentiaire et sanitaire s’est accordée pour appliquer les règles de sanction disciplinaire qui s’appliquent en milieu pénitentiaire pour les actes d’offre, de trafic de stupéfiants, et toutes autres fautes, menaçant la sécurité des détenus, comme la détention d’armes artisanales, par exemple. Ces actes peuvent donner lieu à l’éviction du résident de l’unité, si l’équipe estime qu’ils menacent la communauté. Il arrive néanmoins que certains restent inclus si le groupe et l’équipe arrivent à créer un espace de dialogue autour de cet acte et que le travail du détenu sur lui-même en est renforcé. Un détenu ayant mis le feu à sa cellule a par exemple été mis en confinement le week-end durant un mois malgré son maintien dans le dispositif.

24 Du nom d’un atelier dans lequel l’urudien apprend à affirmer son point de vue de manière assurée tout en prenant en compte le point de vue et la parole de l’autre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Caroline Protais, « Prendre soin des détenus quand on est surveillant de prison ? », Champ pénal/Penal field [En ligne], 18 | 2019, mis en ligne le 05 décembre 2019, consulté le 18 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/champpenal/11490 ; DOI : https://doi.org/10.4000/champpenal.11490

Haut de page

Auteur

Caroline Protais

Chargée d’études à l’OFDT, chercheure associée au Cermes 3
caroline.protais[at]ofdt.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Champ pénal

Haut de page
  • OpenEdition Journals