Navigation – Plan du site
Articles

Catégorisations et pratiques d’affectation en maison d’arrêt

Classifications and Spatial Divisions Inside Short-Term Prison
Manon Veaudor

Résumés

À partir d’une étude ethnographique en maison d’arrêt, cet article propose de comparer les modes catégorisation de la population recluse en fonction du contexte local et institutionnel. Cette contribution montre en premier lieu que la manière d’appréhender les populations dites à risques prend forme différemment sur ces terrains. Il en résulte des agencements spécifiques de l’espace de détention. Elle montre ensuite deux façons de concevoir et d’officialiser les placements en maison d’arrêt, qui dépendent à la fois de l’expérience du personnel, du poids de la direction et des représentations partagées dans l’établissement à propos d’un environnement qualifié de « sensible ». En dégageant des logiques communes de répartition, entre contention, évitement et regroupement de certaines populations, l’article invite à replacer l’étude de l’espace carcéral dans l’édifice local de priorités.

Haut de page

Notes de l’auteur

L’auteure remercie Olivier Milhaud, David Scheer, Jacques de Maillard et les évaluateur·rice·s anonymes de cet article pour leurs précieuses remarques et relectures, ainsi que Camille Lancelevée pour la discussion éclairante d’une première version de ce texte.

Texte intégral

1. Introduction

1En prenant pour point de départ la question des rapports prison-ville, ce texte envisage les catégorisations ordinaires du personnel pénitentiaire et leurs effets sur les pratiques d’affectation. La porosité des frontières entre la prison et les quartiers défavorisés fait l’objet depuis une vingtaine d’année d’une abondante littérature. En dépit de contextes historique et politique variables d’un pays à l’autre, l’idée d’un continuum entre la prison et les zones urbaines socialement et spatialement reléguées, où se concentrent les minorités ethniques, a fait date (Wacquant, 2001, 2010). En replaçant l’espace clos de la prison dans son écosystème environnant (Combessie, 1996), des études sur les établissements pénitentiaires en France montrent que ceux pour courtes peines « recrutent » prioritairement parmi les quartiers relégués des centres villes (Marchetti, Combessie 1996 ; Bony, 2015). Ce constat a ainsi nourri des interrogations sur les liens et les formes de solidarités nouées par-delà les murs (Bony, 2015, voir également Cunha, 2008 sur la situation de femmes incarcérées au Portugal). Plus spécifiquement, des travaux sur l’expérience carcérale révèlent combien la peine de prison s’inscrit durablement dans les trajectoires « de galère ». Pour les détenus issus de milieux défavorisés, l’enfermement peut constituer une étape « inéluctable » de leur parcours, marqué par la continuité du rapport aux autorités répressives (Chantraine, 2004). De même, si la prison constitue une peine de mise à distance physique et relationnelle pour les détenus, l’enfermement n’apparaît pas vécu de la même manière selon son bagage scolaire, professionnel ou encore financier. Ainsi, des logiques de distanciation à l’égard des jeunes de quartier émanent de la part de certains prisonniers (Milhaud, 2017). Enfin, plus récemment, des auteurs mettent l’accent sur le rôle de ce continuum carcéral dans la consolidation d’amitiés ou d’inimitiés en prison, partie intégrante de « liens pré-carcéraux » pour les détenus issus des quartiers populaires (Le Caisne, 2008 ; Cuhna, 2008 ; Bony, 2015).

2Ces recherches apportent un éclairage précis sur les logiques d’identification et sur les stratégies d’adaptation des prisonniers. Elles révèlent l’expression de « loyautés » ancrées dans le territoire du quartier ou de la ville en prison jusqu’au sein d’établissements pénitentiaires particulièrement strictes (Crewe, 2009, 314-326). En revanche, peu de choses sont dites sur l’appropriation de ce « continuum » par les autorités pénitentiaires et leurs agents. Alors que Claude Faugeron invitait à interroger ensemble les modalités de gestion de la pauvreté dans les banlieues et en milieu carcéral (Faugeron, 1996, relevé par : Chantraine, 2004), il nous semble que sous cet angle, une étude plus poussée des pratiques de surveillance carcérale reste à faire. Dès lors, ce sont les modes d’appropriation par l’institution de ces sociabilités, réelles ou supposées, qui nous intéressent ici. L’analyse aborde pour cela un aspect spécifique de la surveillance : la gestion de l’espace, comprise comme l’affectation et la répartition des détenus au sein des établissements pénitentiaires, en unité de détention ou en cellule.

  • 1 Les gradés de détention, aussi appelés « chefs » de bâtiment ou d’unité, regroupent le personnel de (...)

3Il s’agit dès lors de réinvestir la question des rapports entre « prison » et « quartier », sans en faire la dimension exclusive de l’étude, en insistant sur les modes de traduction dont elle fait l’objet par les acteurs institutionnels dans leurs manières d’identifier, trier et surveiller les populations. La présente contribution n’aborde que le point de vue des acteurs institutionnels, plus spécifiquement ceux en charge du maintien de l’ordre : surveillants d’étage, gradés de détention et personnel de direction1. Cet article s’inscrit ainsi à la croisée d’une sociologie des catégorisations professionnelles et de l’action publique « par le bas ». Il vise à saisir comment les agents de l’État définissent et gèrent des « groupes cibles du contrôle » au sein d’une institution contraignante (Darley et al., 2010, 146) progressivement marquée par des discours et des dispositifs de gestion des risques (Rose, 2000 ; Chantraine, Cauchie, 2005).

4Dans cette perspective, nous suggérons une approche qui ne rende pas seulement compte des représentations ordinaires dont sont l’objet les jeunes de quartier mais interroge, au-delà, le statut et la portée des qualifications en présence. Il importe en cela de retracer les différents descriptifs mobilisés par le personnel faisant référence plus ou moins directement à l’univers extérieur des détenus. Dire d’un détenu qu’il se comporte comme un jeune de banlieue, pour reprendre des descriptions fréquemment entendues, peut ainsi renvoyer par euphémisme à un profil type (le « perturbateur »). En catégorisant les personnes selon des « attributs », comme un comportement il s’agit de projeter une conséquence possible sur le maintien de l’ordre. De ce point de vue, « ce n’est pas la connaissance de personnes en particulier qui génère cette projection, mais le savoir et l’habitude d’avoir affaire à ces “types” de personnes » (Jayyusi, 2010, 67). Mais ce mode de qualification n’est pas le seul. Le personnel pénitentiaire peut aussi déduire d’un ensemble d’informations relatives au « coin » de l’intéressé, à l’infraction commise et à ses fréquentations, des indices permettant de jauger un risque de trouble. Dans ce cas, le personnel pénitentiaire substitue des marqueurs individuels précis à une référence vague autour d’une jeunesse des banlieues. En maison d’arrêt, l’univers extérieur auquel appartient la personne détenue, c’est-à-dire ses réseaux présumés (relationnels, délictueux) et les risques « d’embrouilles » qui lui sont associés, peuvent influencer les choix d’affectation. Si cette hypothèse constitue le fil directeur de ce texte, il nous faudra la nuancer au regard du contexte local des établissements, mais aussi en fonction des priorités que les surveillants entendent donner à leurs missions.

5Ce texte montre que dans un contexte de forte concentration de zones dites « sensibles », de surcroît dans un établissement l’effet du « quartier » s’avère paradoxalement marginal sur les pratiques d’affectation. À l’inverse, celui-ci oriente davantage les choix du personnel pénitentiaire dans l’autre prison, de taille relativement plus petite et située en agglomération moyenne (voir ci-dessous). Nous développerons en ce sens deux logiques d’assignation et de surveillance à l’œuvre en maison d’arrêt. L’article aborde en premier lieu l’organisation des sous-espaces de la détention qui, en dépit de préconisations légales foisonnantes, reste profondément ancré dans des pratiques locales. Il examine ensuite le travail de catégorisation au sein des commissions d’affectation, dont la mise en place relativement récente vise à officialiser les choix d’encellulement individuel. Enfin, la dernière partie étudie les logiques de peuplement au-delà des procédures formalisées, à travers l’observation des échanges quotidiens entre surveillants et détenus en prison.

2. Présentation des terrains d’enquête

  • 2 Les noms des établissements pénitentiaires et des villes ont été modifiés.

6Cet article s’appuie sur une enquête par observations directes et par entretiens semi-directifs d’environ neuf mois. Elle a été menée dans deux maisons d’arrêt en France entre 2015 et 2016. La maison d’arrêt de Touges2 a été construite à proximité d’une agglomération moyenne, surnommée ci-après Villelieu et constitue une structure relativement plus petite que le second terrain : plus de trois cents personnes y sont détenues et le turn-over des personnels, y compris de la direction, s’avère moins marqué que sur l’autre site (Coudine). Cette dernière prison détient, par comparaison, plus de mille personnes au moment de notre enquête pour une capacité près de deux fois inférieure. Près d’un quart sont étrangères, soit plus que la moyenne nationale, chiffre qui recouvre une grande diversité de nationalités d’après le rapport d’activité interne. Ces deux maisons d’arrêt s’organisent en quatre unités. Dans chacune d’elles, deux unités sont associées aux « profils calmes » de la détention (généralement les personnes affectées à un poste de travail ou inscrite en activité) tandis que les deux autres, aussi les plus peuplées, pâtissent d’une réputation dégradée (unités « bruyantes », des « inoccupés » ou selon, des « emmerdeurs »).

7L’étude de terrain a porté sur les pratiques quotidiennes de surveillance, mises en perspective avec les propos des acteurs institutionnels. Une question directrice a orienté l’étude de terrain : comment les représentations liées aux localités extérieures de la prison, en particulier autour des quartiers populaires prennent-elles forme, et quelle place occupent-elles dans les pratiques de surveillance ? Les entretiens semi-directifs avec les agents de surveillance et la direction, dont nous rendrons compte ici (voir ci-dessous), ont tourné autour de trois thématiques : leur fonction et les conditions de prise de poste dans l’établissement, leurs perceptions de l’établissement et de la population détenue et les modalités de surveillance. Les possibilités de circulation dont nous disposions nous ont permis de compléter ces données par des échanges informels dans plusieurs secteurs de la détention : au quartier arrivants, durant les « mouvements », en commissions pluridisciplinaires uniques, au moment de réunions entre les agents, etc. Cette présence a toutefois pu susciter une méfiance légitime chez certaines personnes, que nous nous efforcions de lever en explicitant le cadre de l’étude (« extérieur à l’administration »).

8Enfin, la maison d’arrêt de Coudine se situe en région parisienne. Son département d’implantation compte de forts taux d’immigration et de pauvreté. La maison d’arrêt de Touges est située dans le Sud de la France. Nous détaillons ci-dessous des données socio-démographiques de trois quartiers mentionnés au cours de l’enquête.

9Les quartiers de la Plaine et de l’Étoile se caractérisent ainsi par une surreprésentation des personnes en situation de précarité par rapport à la population de Villelieu de même qu’une proportion importante de personnes issues de l’immigration ou de nationalité étrangère (Tableau I).

Tableau I. Caractéristiques socio-démographiques de trois quartiers de recrutement de la maison d’arrêt de Touges

  • 3 La Plaine regroupe à lui seul deux quartiers infra-communaux au sens de l’Insee (Iris) dont les don (...)

Agglomération

Villelieu

Quartier

Étoile

Quartier de la plaine (Hautes-Plaines)3

Quartier de la Plaine (Basses-Plaines)

Cartographie de la politique de la ville

Quartier prioritaire la ville (QPV)

QPV

QPV

Démographie

– Environ 3 000 habitants

– Part de la population immigrée : 36,8 %

– Part de la population de nationalité étrangère : 26,7 %

– Environ 12 500 habitants

– Part de la population immigrée : 39,6 % et 42,6 %

– Part de la population de nationalité étrangère : 25,8 % et 31,5 %

– Environ 1 500 habitants

– Part de la population immigrée : 36,2 %

– Part de la population de nationalité étrangère : 28 %

Indicateurs de pauvreté

– Taux de pauvreté : 45,2 %

– Taux de chômage des 15-64 ans : 20,5 %

– Taux de pauvreté : 40,5 %

– Taux de chômage des 15-64 ans : 25,5 % et 21,7 %

– Taux de pauvreté non précisé

– Taux de chômage des 15-64 ans : 23,9 %

Source : Insee 2013 et htpp://www.geoportail.gouv.fr.

3. L’organisation locale des compartimentations en maison d’arrêt

10Comme dans les établissements pour peine (destinés aux longues peines), les modalités de placement des prisonniers proviennent d’une multitude de motifs. Si la question du caractère officiel ou officieux des répartitions se pose, nous verrons que la distinction a ses limites. Les pratiques reposent davantage sur des combinaisons multiples de motifs, mises en ordre et réévaluées au regard des priorités locales.

3.1. Un encadrement juridique croissant des critères d’affectation

  • 4 Circulaire du 14 janvier 2009 relative à la poursuite de l’implantation progressive des RPE (règles (...)

11Les modalités d’affectation au sein des établissements pénitentiaires font l’objet d’une attention grandissante de la part des pouvoirs publics. Sous le double effet des recommandations européennes visant à prévenir les risques de suicides et de recours juridiques croissants contre les conditions de détention, les services centraux de l’administration pénitentiaire ont cherché à encadrer plus fermement la « prise en charge » des détenus arrivants. Des secteurs spécifiques, appelés « quartiers arrivants », ont récemment été instaurés pour prévenir les suicides en prison (Chauvenet, Rambourg, 2010). Les personnes qui entrent en prison sont ainsi placées dans une unité isolée du reste de la détention durant une huitaine de jours. Elles suivent, durant cette phase une série d’entretiens individuels avec les différents personnels de soin, d’insertion et de probation et de surveillance notamment, afin d’évaluer leurs « besoins »4 ainsi que les risques auto (pour elles-mêmes) ou hétéro-agressifs (pour l’institution). Ainsi, l’observation et l’évaluation des détenus arrivants guident désormais l’affectation future en unité de détention.

  • 5 Circulaire du 18 juin 2012 relative aux modalités de fonctionnement de la commission pluridisciplin (...)

12La création de tels secteurs contribue à codifier davantage les décisions d’affectation. La mise en place de la commission pluridisciplinaire unique (CPU) « arrivants » (ou commission d’affectation) s’inscrit pleinement dans ce mouvement : le choix de placer un nouvel entrant dans une cellule ou une unité de détention doit faire l’objet d’une évaluation partagée entre les différents intervenants en détention, avant d’être consigné dans un logiciel de gestion de la détention. Obligation est faite (article D. 93 du code de procédure pénale) aux agents de respecter la séparation des prévenus et des condamnés. D’autres modalités de séparation sont mentionnées, sans valeur prescriptive, comme celle des primo-arrivants, en principe isolés des personnes ayant déjà connu une peine de prison ferme. Ainsi, chaque nouvel entrant se voit attribuer une cellule en fonction, théoriquement, de son statut pénal, de son âge, de son état de santé et de sa « dangerosité » supposée. Sur ce point, les textes affirment qu’une « évaluation de [la] dangerosité [des détenus] et de leur vulnérabilité, au sens pénitentiaire de ces termes » précède l’affectation5. Ce « sens pénitentiaire », défini nulle part dans les textes, laisse la possibilité à chaque agent d’en déterminer le sens. Les préconisations légales délimitent en cela des motifs d’affectation, dont les contours, quoique flous, génèrent des catégorisations officielles.

13Il reste qu’au-delà de ces critères réglementaires, les surveillants doivent concilier respect des droits et maintien du « bon » ordre (Bouagga, 2013). Les dilemmes auxquels ils font face dans la gestion quotidienne des cohabitations les incitent en effet à établir des critères informels tout aussi décisifs à leur écoute : limiter les écarts d’âge trop importants en cellule, isoler les personnes âgées et handicapées (Touraut, Désesquelles, 2015), séparer les fumeurs des non-fumeurs ou encore éviter les cohabitations entre deux personnes de confessions religieuses différentes.

  • 6 Voir la circulaire de 2009 précitée.

14On le voit, l’encadrement des critères et des choix d’affectation à l’intérieur des prisons entend répondre à des impératifs peu conciliables. Le premier est relatif au respect des droits et à la transparence des décisions prises par l’administration. Les décisions d’affectation à l’issue du parcours « arrivants » sont désormais consignées par écrit et motivées. Un second objectif, clairement appuyé par les recommandations européennes6, renvoie à la prévention du suicide : en adaptant l’affectation aux « besoins » et aux demandes individuelles, il s’agit de contenir un potentiel agressif. Enfin, ces deux logiques sont systématiquement associées, si ce n’est conditionnées, dans les textes à la nécessité de prévenir les profils « à risques » en milieu carcéral. Ce point nous semble en effet essentiel pour saisir les modalités d’affectation de l’administration pénitentiaire. La diffusion d’une rhétorique du risque à travers les textes qui traitent de l’orientation des détenus arrivants conforte localement la mobilisation de motifs subjectifs dans le travail de catégorisation et de répartition des prisonniers. Autrement dit, il s’agit de regarder ce que la « pensée du risque » (Rose, 2000, 332) fait aux pratiques routinières d’affectation en maison d’arrêt, en posant l’hypothèse que les procédures relatives au parcours « arrivant » confortent un système catégorisation construit localement autour des figures du « risque » et de « vulnérabilité ».

15Les groupes « à risques » prennent forme autour des quartiers populaires dans l’établissement de taille relativement petite (Touges) tandis que les surveillants projettent une forme de vulnérabilité, dans l’autre prison, sur les populations dites étrangères.

3.2. Un agencement dans des priorités locales

16L’émergence de critères formels n’exclut pas en pratique la mobilisation de motifs officieux bricolés localement. Ces derniers résultent aussi bien de demandes répétées de placement de la part des détenus que de jugements de la part du surveillant. Ceux-ci dépendant de ce qu’il perçoit du comportement, de « l’attitude », de la personnalité ou encore de l’« origine » présumées des personnes enfermées. Les travaux en maison d’arrêt comme en établissement pour peine soulignent en cela l’importance d’un « savoir » empirique forgé par les surveillants, constitutif d’une multiplicité de critères dans les affectations (El Magrouti, 2007 ; Bouagga, 2013 ; Cliquennois, 2013). Nos observations le confirment. Cela ne signifie pas, pour autant, qu’il y ait des aménagements similaires de l’espace de réclusion d’un site à l’autre. L’agencement des logiques officieuses de peuplement varie fortement selon le contexte local. Nous souhaitons insister sur cette dimension encore peu exploitée dans les travaux sur la prison en relevant le poids variable des motifs d’affection. L’étude comparée relève deux facteurs explicatifs : le territoire, d’un côté, c’est-à-dire le site d’implantation des maisons d’arrêt, et les contraintes institutionnelles propres aux établissements de l’autre.

  • 7 Tous les noms et prénoms mentionnés ont été modifiés.

17Parmi les critères informels, le risque d’ « embrouilles » et de « rivalités » de quartier occupe une place importante dans la petite maison d’arrêt (Touges), proche d’une agglomération moyenne. Alors que la présence de quartiers « prioritaires de la politique de la ville » est moins élevée que sur l’autre terrain (voir la présentation des terrains), l’appréhension des zones « sensibles » pèse largement dans le système d’affectation. Dès lors, les critères réglementaires sont en pratique ajustés en fonction des représentations que le surveillant se fait de l’univers géographique, social et relationnel du prisonnier. Il ne s’agit pas de dire que l’encadrement légal n’a pas d’effet, mais que celui-ci est bien plutôt évalué à l’aune d’un ordre de priorités locales. L’explication de l’un des gradés de l’établissement en charge des affectations, Hugues7, rend compte de cet ajustement constant des motifs légaux. Ceux-ci sont mis en balance avec les risques de perturbation et de violence qu’il déduit des milieux urbains environnants :

[Hugues] – À Villelieu, c’est une région particulière. Les habitants de Villelieu s’entendent pas avec les [habitants d’une autre ville]. Et même à l’intérieur de Villelieu, par quartier, ils s’entendent pas. Donc nous en arrivant, c’est une des questions qu’on leur pose. On essaie de les regrouper par étage pour éviter que ça clashe. Sinon, ce serait des bagarres tous les jours.

[Moi] – C’est le critère le plus important, aux arrivants [quartier arrivants] ?

[Hugues] – Non, nous c’est condamné/prévenu. Après il y a l’âge, les moins de 21 ans on les met ensemble. C’est les deux principaux critères. Après, il y a fumeur/pas fumeur. Et aussi, à force je les connais, je sais qui va vouloir être avec qui.

(Hugues, premier surveillant, entretien, mars 2015)

18Hugues combine trois ressorts d’affectation. Le premier est d’ordre légal (statut pénal, âge) incluant des recommandations relatives au « bien-être » en cellule. Le second a trait au contexte extérieur, la variable territoriale renvoyant ici aux « réseaux » relationnels des détenus. Enfin, le dernier est d’ordre expérientiel (« à force je les connais ») et renvoie à une dimension intuitive du travail d’affectation en cellule. La logique d’évitement qu’il soulève répond ainsi à un double objectif : contenir l’ordre et les violences en prison, et par-là même garantir la tranquillité du surveillant au travail.

19Plus largement, il est d’usage dans cette maison d’arrêt de « sectoriser », selon le terme admis, une partie de la détention en fonction des quartiers extérieurs, c’est-à-dire de diviser une partie de la détention autour de ce critère équivoque. Le regroupement d’une partie de la population vise simultanément à les dissocier d’autres collectifs territorialisés perçus comme problématiques. C’est ainsi que deux quartiers de la ville, celui de l’Étoile et de la Plaine, réputés implantés dans des trafics de stupéfiants concurrentiels, sont matérialisés dans (et cloisonnés par) l’espace. On trouve, par opposition, deux autres unités de détention dans lesquelles sont placés les profils dits calmes ou vulnérables d’un côté, et ceux classés à un poste de travail de l’autre.

  • 8 Nous ne disposons pas des données nous permettant de chiffrer la part des personnes concernées par (...)

20Par comparaison, dans la grande prison située en région fortement urbanisée (Coudine), la concentration des « zones urbaines sensibles » dans le département d’implantation neutralise la pertinence de ce critère à l’intérieur des murs. Les chefs de bâtiment autant que la direction s’accordent pour dire qu’ils ne « gèrent pas par quartier ». Cela n’exclut pas certains regroupements, mais ces derniers résultent plus de l’aléa des sollicitations des détenus que de l’anticipation des surveillants. Comme l’explique l’un des chefs de bâtiment : « c’est eux qui se manifestent, moi je prends pas l’initiative » (journal de terrain, septembre 2015). Parallèlement, des règles non écrites d’affectation orientent sensiblement les pratiques parmi lesquelles le comportement (très souvent la maturité supposée), la langue et la nationalité importent. Un comportement « calme », « posé » justifie ainsi un confinement en unité spécifique : « on essaie de gérer par rapport à ça, nous explique un responsable de bâtiment. Les petits jeunes en gros c’est au A1/B1, les plus âgés au B2/A2 ». L’effet du territoire, ici, renvoie moins aux zones dites sensibles qu’à la présence de personnes étrangères (ou supposées comme telles) dont une partie8 est arrêtée dans la zone aéroportuaire du département et transférée le cas échéant dans cet établissement pénitentiaire. D’ailleurs, le fait d’exercer dans un établissement proche des banlieues « difficiles » ne s’accompagne pas d’une lecture des rapports sociaux aussi clivée qu’à Touges. Hormis les « gros profils » (affaires dites de grand banditisme), les prisonniers sont en effet identifiés aux « petites frappes de banlieues » dont l’ampleur des « trafics », pour reprendre la métaphore d’un officier, dépasserait rarement les barres d’immeubles de la cité. Il résulte de ces représentations ordinaires sur le type de délinquance et de population une catégorisation type, celle de « petits jeunes », euphémisme permettant de désigner les minorités ethniques. Ces représentations tendent également à forger des catégories autour de supposées caractéristiques communes liées à l’apparence (la casquette) ou au comportement (les « emmerdeurs », ceux qui « refusent le “non” »). Par ailleurs, en raison de la taille de l’établissement et du département d’implantation, de la fréquence annuelle des incarcérations (plus de 2 500 personnes) et du renouvellement des agents (un tiers environ par an), la connaissance des personnes qui passent par cette prison se cantonne à une idée générale de la population recluse et de son environnement. À cela s’ajoute le constat partagé selon lequel les risques de troubles ou « d’embrouilles » associés à l’univers extérieur sont relativement faibles. L’idée que les agents se font du contexte extérieur, du type de criminalité et des rapports sociaux entre les prisonniers intra et extra-muros vient donc atténuer l’influence de la variable « quartier » dans cette maison d’arrêt.

21En revanche, le critère d’extranéité est un critère prédominant dans cet établissement. Sous l’effet en partie des demandes des détenus, certains gradés admettent être moins regardants sur les critères réglementaires (condamné/prévenu notamment) lorsqu’il s’agit d’affecter des personnes de même langue ou de même nationalité. Ces deux dimensions, qui recoupent dans certaines situations un critère ethno-racial, s’avèrent en effet déterminantes dans les choix d’affectation. La question des personnes d’origine étrangère est d’autant plus prégnante que la diversité des nationalités mentionnées précédemment génère du point de vue de l’institution des problèmes fréquents de cohabitation en cellule. Forgées au fil des échanges avec les reclus, les qualifications liées à la langue à et la nationalité révèlent une confusion fréquente entre nationalité et origine migratoire (El Magrouti, 2007, 181). Celles-ci résultent en effet d’une interprétation hâtive des « origines » qui tend à essentialiser des comportements et des modes de vie.

22Lorsque les chefs de bâtiment doivent intégrer des nouveaux arrivants dans leur secteur ou gérer des demandes de changement de cellule, ils mobilisent ainsi des catégories-types en guise de référent commun. Ils en déduisent, en peu de mots, des cohabitations possibles en cellule : « les gens du voyage » souhaitent être ensemble, de même pour les « Brésiliens » ou les « Chinois », contrairement aux « Blacks » et aux « Roumains ». L’échange suivant en témoigne, où deux gradés d’un même bâtiment évoquent un problème concernant une demande de changement de cellule. Le requérant, M. Camus, sollicite une cellule individuelle et, nous l’apprendrons plus tard, s’est mis en grève de la faim afin de protester contre le refus des chefs de bâtiment rencontrés jusqu’alors :

[Max] – Faut trouver une solution là. Camus, Camus… Non-fumeur. T’as pas un Roumain non-fumeur ? Pour le A2.

Nora désigne un détenu mais pas d’origine « roumaine ».

[Max] – Oui mais tu sais très bien que les Blacks et les Roumains, c’est compliqué ! Puis, voyant que Nora émet un doute : Oh ! T’es daltonienne ou quoi ?!

[Nora] – On s’en fout ! Camus, il fera rien.

[Max] – T’sais que les Roumains ça va pas avec les Blacks !

(Journal de terrain, septembre 2015)

23Ni l’acte de contestation de M. Camus ni l’objet de sa demande n’est en cause. En revanche, cet échange rapporte une interaction courante en maison d’arrêt où les agents alignent, dans la hâte, des références communes en partie racialisées afin de résoudre des problèmes liés aux places de cellule. Ici, la proposition de Nora est contrebalancée par son collègue pour qui la différence culturelle entre les « Blacks » et les « Roumains » fait obstacle à toute conciliation.

24Les dimensions officieuses des affectations dans cet établissement se combinent ainsi à des critères récurrents sur l’« origine », susceptibles de se recouper : ethno-racial (la couleur de peau, l’origine présumée), linguistique ou relatifs à la nationalité. Il en résulte dans cette maison d’arrêt une logique de regroupement qui cible des groupes de population spécifiques, supposés isolés et vulnérables en détention. La séparation des « blédards » et des « Arabes nés en France » dans l’un des bâtiments témoigne par ailleurs d’une triple assignation, nationale, ethnique et territoriale. Au cours d’une conversation dans son bâtiment, Max nous explique :

  • 9 Expression stigmatisante en prison désignant généralement les migrants d’origine maghrébine dans un (...)

Y’a les blédards9 aussi, de Tunisie, que j’essaie de mettre à part. Les gars du bled […] avec les Arabes [du département], nés en France, ça colle pas trop ».

(Journal de terrain, septembre 2015)

25Dans cette situation, l’idée qu’il se fait de la vulnérabilité des premiers (sans visite, sans mandat, ne parlant pas français) justifie de les regrouper dans la même unité ou dans les mêmes cellules. Ici, l’identification des prisonniers s’entremêle à une dimension sociale (précarité sociale et relationnelle présumée en prison), territoriale (aire géographique) et ethnicisée (les « Arabes »). Ces extraits montrent la complexité des logiques d’assignation des détenus de la part des personnels, qu’il faut replacer, à la suite d’autres études (Bouagga, 2013), dans le contexte des tensions quotidiennes du travail des agents, lesquels doivent faire face aux flots de demandes d’affectation en cellule tout en assurant la paisibilité des lieux. La différenciation hâtive des détenus selon leurs « origines » n’est d’ailleurs pas spécifique au milieu carcéral. Qu’il s’agisse des lieux d’enfermement pénaux ou extra-pénaux (sur les centres de rétention, voir notamment Michalon, 2015 ; Tassin 2016), plusieurs travaux montrent le poids des schémas préétablis à partir desquels les agents déduisent de pratiques culturelles ou cultuelles une impossibilité de cohabiter. Sur nos terrains, les dilemmes quotidiens relatifs aux placements en cellule sont résolus en fonction de ce que le personnel « retient » du contexte territorial mais également des marges de manœuvre qu’ils s’aménagent au sein de la structure. Même dans un contexte dit « à flux tendu », le contournement de critères réglementaires au profit du regroupement des personnes d’origine étrangère est rendu possible.

26À l’issue de ce premier point, c’est bien la complexité des combinaisons de critères qui ressort. Ceux-ci sont constamment jaugés, atténués, réévalués à l’aune des préoccupations locales. Les impératifs réglementaires, indissociables des critères « officieux », sont combinés mutuellement en fonction d’un ordre de priorité spécifique. Dans le premier cas, l’évitement prévaut. Cet impératif est justifié au regard du risque de « règlements de compte ». Il est revanche atténué dans l’autre prison au profit d’une logique de regroupement sur des présupposés de culture, de nationalité et de langue.

4. Définition et mise en ordre des profils en commission pluridisciplinaire unique « arrivants »

27Ce focus sur la multiplicité de critères d’affectation permet de resserrer l’analyse sur le travail de catégorisation au sein des commissions d’affectation, c’est-à-dire dans les instances qui officialisent, à l’issue des premiers jours de l’incarcération, les décisions d’affectation. Après avoir présenté le fonctionnement variable des CPU en maison d’arrêt, nous cherchons à rendre compte des rationalités professionnelles à l’œuvre sur ces terrains.

28Généralisée à l’ensemble des établissements pénitentiaires depuis une dizaine d’années, la CPU a lieu toutes les semaines et met fin, en principe, au parcours « arrivants ». Un ou une représentant·e du personnel de surveillance, de direction, du corps médical, du corps enseignant et du service d’insertion et de probation doivent ainsi en principe débattre du profil de l’intéressé et de la « meilleure » affection possible. Instituées sous le sceau de la collégialité, les CPU font écho à deux caractéristiques de réforme des administrations publiques (Bezès, 2007 ; Baudot, Ould-Ferhat, 2012). Elles mettent l’accent, d’une part, sur l’amélioration des relations « de service » entre l’administration pénitentiaire et les personnes placées sous son contrôle. Les décisions d’affectation doivent être ajustées au plus près des situations individuelles, rappelant l’invocation de la figure de l’ « usager » en contexte de réforme administrative (Baudot, Ould-Ferhat, 2012, 3). En officialisant le rôle décisionnel du chef d’établissement dans la gestion des affectations, elles contribuent, d’autre part, au renforcement d’un échelon hiérarchique intermédiaire.

4.1. Officialiser les affectations, déserter les commissions

29Plusieurs travaux portant sur ces CPU en établissement pour peine (Cliquennois, 2013) comme en maisons d’arrêt (Bouagga, 2013) invitent à nuancer le rôle effectif de ces instances dans les choix d’affectation. Les discussions sur chaque « cas » sont brèves, limitant très souvent le partage d’information aux situations jugées problématiques du fait d’antécédents médicaux, psychiatriques ou suicidaires. Dans cette optique, la CPU consiste moins « en un lieu de prise de décision “pluridisciplinaire” et collégiale » qu’un lieu permettant « de recouper, sur des “cas particuliers” le plus souvent, les informations recueillies à différentes étapes de l’évaluation » (Bouagga, 2013, 137). L’une des directrices de Coudine affirme en ce sens :

La seule chose qu’on regarde c’est les psy. C’est la seule chose qu’on peut faire mais le reste… Ou une personne âgée, on essaiera de [la] mettre sur […] un petit bâtiment. Mais tout le reste, on va pas anticiper. Il y a tellement de flux, c’est plus possible. »

(Entretien, direction, septembre 2015)

  • 10 À Touges, il s’agit d’un système de liste : un des premiers surveillants, Hugues, suggère sur papie (...)

30Sur nos terrains, la question des modalités de répartition des nouveaux arrivants échappe bien souvent aux discussions. Les deux maisons d’arrêt ont d’ailleurs mis en place un système de pré-affectation permettant d’accélérer le déroulement de la réunion10. S’il apparaît clairement que les répartitions individuelles ne sont pas ou peu débattues, l’étude localisée en CPU révèle néanmoins le poids effectif du travail de catégorisation sur les modalités de surveillance. Les répercussions possibles sur la production de l’ordre varient toutefois selon les contraintes de la structure et les risques déduits de l’environnement extérieur.

  • 11 Cette prison est en gestion dite déléguée. Ce faisant, l’entreprise privée gère une partie des post (...)

31Sans surestimer le poids des logiques organisationnelles, notons que la taille de l’établissement pèse sur le fonctionnement concret des commissions. De ce point de vue, la fréquence hebdomadaire des entrées dans la maison de Coudine limite le temps de discussion. Une vingtaine de « dossiers », en moyenne, est mise à l’ordre du jour d’une semaine sur l’autre, soit près de deux fois moins qu’à Touges, ce qui contribue, évidemment, à réduire le temps d’échange. La présentation de la fiche pénale, systématiquement effectuée par le premier surveillant du quartier arrivants, est expéditive, et rares sont les questions ou remarques supplémentaires. Pour les directrices adjointes, la pression du nombre d’« entrées » représente la principale limite au déroulement de la CPU. Jugées inefficaces, la plupart des personnels la déserte, y compris l’équipe de direction. Au moment de l’enquête, seuls le Service pénitentiaire d’insertion et de probation, le surveillant responsable du quartier arrivants et le représentant du concessionnaire privé11 y participent de façon régulière. Inversement, l’autre établissement présente une structure plus petite dans laquelle les personnels dégagent plus de temps pour les CPU. Celle-ci dure environ une heure, souvent plus, pour rarement plus de dix « dossiers ». Les différents intervenants sont représentés, sauf empêchement, de même que l’équipe de direction désigne en son sein une personne référente systématiquement présente qui anime les débats, y prend part et veille sur les tours de parole.

32Ensuite, le lieu d’implantation de la prison peut jouer sur les types de profils qui retiendront l’attention des personnels. En raison de la proximité d’un aéroport, Coudine détient, une part importante de personnes étrangères arrêtées dans cette zone. Dans ce contexte, la question de la nationalité et des langues parlées constitue une information incontournable en CPU, malgré son caractère expéditif. Le surveillant en charge des CPU mentionne ainsi systématiquement l’âge, la situation judiciaire, la ou les langue·s parlée·s du nouvel entrant ainsi que sa nationalité. Il ajoute plus rarement une observation sur son comportement, avant d’enregistrer mécaniquement l’affectation en bâtiment selon sa situation judiciaire (prévenu ou condamné). Par comparaison, la nationalité n’est pas mentionnée sur l’autre site. À Touges, le tour de parole vise en effet à présenter des éléments considérés comme objectifs – l’âge, la situation administrative et judiciaire, la condamnation ou les faits reprochés, d’éventuels problèmes de santé – et d’autres, comme à Coudine, liés au ressenti des personnels – l’« attitude » ou le comportement en entretien, notamment. C’est précisément dans l’échange d’éléments informels que l’on observe la large place prise des informations sur le lieu (le « coin ») d’où viennent les nouveaux entrants. De cette information découle en fait une série de questions, généralement animées par la direction : la personne est-elle susceptible de connaître du monde en détention ? Sera-t-elle au contraire isolée et donc plus sujette « aux pressions » ? Quelle est son inscription, réelle ou supposée, dans des « réseaux » à l’extérieur ou au sein de la prison ? C’est donc moins la question des cohabitations entre personnes de langues ou de nationalités différentes qui importe dans cette CPU, que celle des répercussions possibles du milieu extérieur sur la détention.

33Le contexte de l’établissement (surpopulation, pression des places, temps disponible pour les intervenants) de même que l’investissement de la direction, plus ferme à Touges, jouent donc de manière différenciée sur nos deux terrains. Dès lors, l’encadrement des CPU apparaît d’autant plus modulable qu’il varie selon les configurations des établissements pénitentiaires. Elles restent cependant l’un des lieux où les façons de catégoriser les détenus prennent forme en s’ajustant aux circonstances locales.

4.2. Cerner le profil ou faire cohabiter

34Comme le montrent les études portant sur les commissions d’attribution des droits, le personnel s’appuie sur des qualifications et des catégories forgées en amont des réunions (Bourgeois, 2015 ; Schlegel, 2017), lors d’entretiens individualisés. Des conclusions similaires ressortent en milieu carcéral. En prison pour mineurs, les évaluations professionnelles consignées par écrit dans un logiciel informatique déterminent fortement les choix d’affectation dans une unité de détention plus ou moins stricte (Chantraine, Sallée, 2014). Le déroulement des CPU en établissement pénitentiaire pour courtes peines témoigne d’une logique similaire. Les personnels opèrent un travail de classification en fonction, d’une part, de leur appréciation subjective, constituée lors de l’entretien en face-à-face ; d’autre part, d’éléments liés à la situation sociale, administrative et judiciaire du détenu ; et enfin, suivant l’idée qu’ils se font du milieu extérieur de la personne. L’étude comparée des commissions d’affectation en maison d’arrêt révèle plus précisément deux rationalités à l’œuvre dans les pratiques de répartition et de contention.

35Au moment de l’enquête, les « cas » sur lesquels s’arrêtent la CPU dans la grande maison d’arrêt (Coudine) portent moins sur les situations médicales ou personnelles problématiques, comme le soulignait l’une des directrices, que sur des situations individuelles jugées atypiques au regard du pays d’origine des détenus. En commission, ce sont surtout les éléments liés à la langue et à la nationalité qui retiennent l’attention des personnels, plus exactement du personnel de surveillance. Ce lieu devient alors un espace d’échange portant sur des critères spécifiques dans le but de faciliter le travail des gradés de bâtiment, du moins ceux présents en CPU. Par exemple, en juin 2015, les personnels s’arrêtent sur la situation d’un détenu nigérian, par ailleurs condamné, et tentent de devancer les compatibilités possibles au bâtiment A :

« Nigérian. Ne parle qu’anglais. Condamné. » Le gradé ne sait ni où il habite, ni s’il est diplômé, ajoute qu’il s’agit d’une petite peine. D’après le représentant de la Sodexo, il veut retourner à Londres. Le gradé s’adresse alors à sa collègue responsable du bâtiment A : « donc si t’as un mec qui parle anglais… ? » – « Yes. Non-fumeur ? » et prend note.

(Journal de terrain, Coudine, 11 juin 2015)

36Malgré le cadre contraignant à Coudine, le recoupement d’information, même succinct, permet de gérer au plus tôt la répartition des nouveaux entrants dont la langue ou le pays de naissance sont perçus comme atypiques. La question se pose en l’espèce à propos d’une personne ne parlant pas du tout français. Le travail de qualification et de classification est effectué au cas par cas – il s’agit de trouver « un mec » parlant anglais, spécifie le gradé du quartier arrivants. L’accent mis sur cet « ailleurs » permet d’accorder des informations parcellaires sur l’état civil avec une connaissance partagée du terrain permettant de présumer des cohabitations possibles en cellule. Les échanges traduisent en cela une conception singulière des répartitions dans l’espace de détention, l’enjeu consistant à trouver et regrouper en cellule les personnes de régions et (ou) de langues communes.

37Sur le second terrain, où les contraintes de place et de temps pèsent moins en CPU (le nombre d’entrées est relativement moins important), la prise en compte de l’univers extérieur des prisonniers et de leur parcours individuel (professionnel, notamment) engendre une interprétation singulière des notions de risque et de vulnérabilité. Il ne s’agit plus seulement de cerner les menaces de trouble mais d’affirmer, en parallèle, une intention disciplinaire. L’étiquetage des « jeunes majeurs » et des détenus dont le parcours laisse supposer une certaine « habitude » de la prison le montre. Le choix d’un placement dans une unité moins stigmatisée du point de vue de l’institution est alors justifié par une ambition « éducative ». Il peut s’agir d’inciter le nouvel arrivant à rompre avec ses anciennes relations ou encore à s’inscrire dans un dispositif de formation (professionnelle, scolaire).

38Ainsi, pour les jeunes détenus, la présomption de nombreuses connaissances au sein de la détention peut constituer un signe de fragilité pour l’administration pénitentiaire. Lors d’une réunion en 2016, les membres font le point sur la situation de deux jeunes détenus du quartier de l’Étoile. D’après les informations échangées à l’oral, ceux-ci auraient demandé une cellule commune au deuxième étage à l’issue de la phase dite « arrivants ». Ayant accédé à leur demande, Hugues, l’un des premiers surveillants, a alors suggéré sur sa liste des pré-affectations un placement dans l’unité correspondante. Constat inhabituel, la direction s’opposera finalement à cette proposition, les jugeant trop jeunes et donc « vulnérables » aux trafics et aux pressions. Nous revenons plus tard, en entretien, sur cette décision prise en commission :

[Demander] d’entrée à monter au deuxième ou au troisième étage pour être dans la cour des grands, avec les leaders et les grands frères entre guillemets, moi je m’y oppose. Et je préfère qu’ils soient isolés dans un premier temps au premier étage, surtout qu’on les oriente plutôt vers le scolaire quand ce sont des jeunes majeurs. Après, c’est aussi une manière de leur dire : « vous n’êtes pas en colonie de vacances, on n’est pas là pour regrouper le quartier et les logiques de quartier ». Quand on peut le faire, on essaie de le faire. En tout cas, moi je me suis un peu fâchée à la dernière CPU parce que selon moi, les pré-affectations avaient été travaillées un peu selon la logique de… enfin, la facilité.

(Direction, Touges, juin 2016)

39Dans l’extrait, sa conception des affectations oscille alors entre une vision disciplinaire tournée vers certains comportements (le « scolaire » plutôt que la « colonie de vacances ») et une vision normative quant aux finalités même de l’institution (qui « n’est pas là pour recréer les logiques de quartier »). La prison doit alors marquer un temps d’arrêt aux sociabilités jugées néfastes plus seulement pour l’ordre interne mais aussi pour l’individu.

40Même lorsque l’affectation n’est pas remise en cause, un processus similaire peut intervenir si tôt que les relations des prisonniers deviennent source de préoccupation. En février 2015, la commission examine la situation d’un détenu initialement incarcéré en mandat de dépôt et condamné la veille pour des faits de violence. Il vient d’un quartier « sensible » de l’agglomération (Basses-Plaines), ce qui sera relevé dans l’échange. Le détenu est décrit par le surveillant comme « très affecté par son incarcération » : il pensait être libéré. Sa demande de placement au quatrième étage est par ailleurs évoquée. D’après la conseillère du Service pénitentiaire d’insertion et de probation (Spip), ce monsieur dit vouloir éviter une personne déjà présente à Touges, qu’il refuse de nommer. Après le tour de parole, la direction fait le point et préconise une orientation vers un dispositif de la Mission Locale, puis ajoute :

  • 12 MPV : mesure particulière de visite. Sigle désignant une mesure de fouille à corps systématique à l (...)

[Direction] – On le met en MPV12 du coup ? Vu qu’il connaît du monde ici et qu’il commençait à traficoter au yoyo ici…

[SMPR] – Il est de Basses-Plaines.

Le lieutenant acquiesce et prend note de la « modalité particulière de visite ».

(Journal de terrain, février 2015)

  • 13 À l’issue de chaque CPU, sont éditées des fiches individuelles types dites d’orientation à destinat (...)

41Dans cette situation, les personnels s’attardent aussi bien sur la demande d’affectation du détenu que sur ses possibles connexions en détention. Ce profil « à risque », car susceptible de « traficoter », fera toutefois l’objet de deux mesures de nature à l’évidence différente : une orientation13 vers un dispositif d’aide à l’emploi dans l’établissement et une pratique de fouilles à corps aux parloirs. Dans ce cadre, la décision module le déploiement de la surveillance. Une logique d’accompagnement s’articule, sans s’y substituer, à un objectif de prévention des trafics. Un processus de qualification similaire ressort d’une autre réunion. Le surveillant du quartier arrivants ouvre la fiche pénale d’un nouvel arrivant sur ces mots :

[Surveillant] – Lui, il connait du monde.

[Direction] – De quel quartier il vient ?

[SPIP] – De G. [une commune limitrophe de Villelieu].

Détenu condamné, était en SME auparavant ; déjà incarcéré à Touges il y a deux ans puis a connu un court séjour en centre de détention. Aucun papier – la « priorité » pour le Spip sera de refaire ses démarches administratives. Il dit vivre chez sa grand-mère.

[SPIP] – Il reconnaît qu’il s’est laissé aller. C’est quelqu’un d’intéressant. Je pense qu’il est très inscrit dans ses trafics et qu’il ne se rend pas compte du reste […] Une herbe folle de G.

(Journal de terrain, février 2015)

42Au terme de l’échange, la direction lui suggérera via le formulaire-type de demander un travail en détention (malgré un doute émis durant l’échange : « cuisinier de métier » d’après l’officier, « maçon » pour la conseillère d’insertion) ainsi qu’une orientation vers l’assistante sociale. L’affectation au troisième étage, elle, sera validée. En l’espèce, le travail de repérage lié à aux fréquentations de cette personne est mis en balance au regard de son parcours professionnel. Ayant acquis des savoir-faire rares dans son métier, la commission l’incite alors à solliciter un poste de travail. L’appréciation positive d’une compétence professionnelle et d’un comportement peut contrebalancer des suspicions de troubles liées à un « réseau » d’interconnaissance. Cette combinaison se traduira par un soutien à une demande de travail, poste rare en prison, et non, par une mesure de contrôle renforcé aux parloirs.

43Ces extraits montrent que la CPU contribue à un ordre carcéral différencié en fonction du milieu social et du parcours personnel des détenus arrivants. Chaque étape de l’évaluation est alimentée par un membre de la commission, qu’il s’agisse du Spip, du personnel de surveillance ou du médical. Ce processus aboutit à des modalités de surveillance différenciées selon le profil « type » auquel est associé le détenu. « Jeune », susceptible d’être « menacé », connu en prison, sans (ou peu) de bagage scolaire et professionnel, tous ces éléments pèsent sur le renforcement de la surveillance, notamment au moment des visites, afin de limiter le risque de « pression » et de « trafics ». Cette logique sécuritaire n’est toutefois pas exclusive. On le voit, plusieurs objectifs entrent en jeu au fil des échanges. Les formes d’accompagnement vers un emploi, en partie conditionnées aux besoins de l’institution, ou les incitations à rompre avec un milieu stigmatisé tendent alors à orienter la commission vers une mission « éducative ». Une double rationalité est à l’œuvre, plutôt d’ordre gestionnaire dans la grande prison, et d’ordre disciplinaire et sécuritaire dans l’autre, ces deux pôles n’étant pas contradictoires mais interdépendants. Constamment réajustés l’un par rapport à l’autre, ils ont des déclinaisons concrètes multiples (un changement d’affectation, une orientation en formation, une mesure de fouille à corps systématique).

44À l’issue des CPU, les choix d’assignation en cellule ou en bâtiment ne résultent donc pas strictement d’impératifs légaux en termes de prévention du suicidaire ou de statut pénal. On voit par ailleurs, là encore, que le contexte territorial dans la petite maison d’arrêt détermine plus fortement que sur l’autre site l’identification et l’orientation des détenus arrivants. Les classifications qui font sens localement contribuent à une rationalisation de l’espace spécifique de part et d’autre, ce que précise la dernière partie à l’appui d’observations menées en dehors des instances officielles.

5. L’à-côté des commissions d’affectation : les pratiques de regroupement et de division des populations enfermées

45Dans la mesure où les CPU « arrivants » tentent de définir a priori des motifs d’affectation, elles accentuent la bureaucratisation des prisons (Chauvenet et al., 1994, 66-67). Cette tentative d’officialisation des affectations au sein même des établissements pénitentiaires rend visible, du même coup, un aspect « éminemment local » de la production de l’ordre en détention (Chauvenet et al., 69) que constituent les modalités de répartition des prisonniers. Il importe néanmoins de dégager les logiques d’affectation au-delà de cette dimension officielle du travail (Avril et al., 2010).

5.1. Des formes d’arrangements négociés

46L’influence des catégorisations par « type » sur les modalités concrètes de répartition des prisonniers n’est pas facilement saisissable, tant celles-ci dépendent des demandes des détenus et des décisions des « chefs » en détention.

47Le système d’affectation au sein des établissements pénitentiaires fait plus particulièrement l’objet de deux types d’approches. La première renvoie à une sociologie de l’ordre négocié en prison. Elle privilégie l’étude des relations sociales en prison, entendue comme une institution dont l’activité vise essentiellement sa « conservation immédiate », soit le maintien d’une détention paisible et non la « transformation » des personnes recluses (Chauvenet et al., 2008, 167-168). De ce point de vue, les choix d’affectation représentent un moyen d’apaisement de la détention, ce que nos observations confirment. En acceptant de placer des « copains de quartier » dans une même cellule ou une aile identique, les chefs de bâtiment pérennisent un système d’ententes tacite avec les détenus afin de prévenir les troubles (Chauvenet, 1998). De même, la souplesse du personnel à l’égard des demandes d’affectation renvoie à un « savoir-faire » accumulé au fil de l’expérience en coursives pour gérer préventivement la détention (Chauvenet et al., 2008). Dans cette perspective, les pratiques d’affectation s’inscrivent dans une gestion négociée, autrement dit relationnelle, du maintien de l’ordre. Comme l’explique un gradé du bâtiment A à Coudine :

[Bilal] – Ça va dans les deux sens. Si tu t’arranges, c’est pas du donnant-donnant, t’exiges pas en retour mais c’est un arrangement. Surtout si tu le mets avec quelqu’un de sa famille, un cousin, un mec de son quartier. Comme ils disent : « il m’a mis bien ».

(Journal de terrain, octobre 2015)

48Pour autant, cet aspect des affectations ne doit pas faire oublier que les échanges entre l’administration et les prisonniers restent fondamentalement asymétriques. C’est le sens d’une récente critique cherchant à replacer l’étude de la fonction première de la prison, celle de surveiller, dans les dispositifs de gestion de l’espace de réclusion (Chantraine et al., 2011). Elle permet d’appréhender deux facettes de la surveillance : une surveillance dite rapprochée, se jouant dans l’interaction entre le personnel et les détenus, et une surveillance « à distance » qui s’appuie sur des dispositifs d’observation et d’évaluation des mouvements et des circulations (caméras, cahier informatisé d’observation). Lues conjointement, ces études nous permettent d’étayer l’analyse de l’organisation de l’espace fonction, pour partie, des lieux d’origine des détenus. Si le processus de regroupement et de division résulte, certes, d’arrangements, il n’en reste pas moins un levier de gestion et de mise en visibilité des groupes à risques. Tout arrangement peut en ce sens être réactivé par le personnel de surveillance à des fins de maintien de l’ordre. Comme le montre l’extrait plus bas, l’ultimatum consistant à menacer un détenu d’un changement de cellule dans un secteur où il déclare avoir des « embrouilles » témoignent d’une surveillance jouant à la fois sur les rapports sociaux en prison et sur un accord antérieur entre l’agent et l’intéressé. En autorisant certains regroupements et en rendant visibles les affinités à travers l’espace de détention, les surveillants aménagent ainsi un levier de surveillance par la menace. Ces pratiques n’annulent pas l’usage de dispositifs de surveillance à distance mais viennent, au besoin, les compléter.

49L’échange ci-dessous dans la maison d’arrêt de Touges montre tour à tour ces enjeux. Le lieutenant présente cette entrevue comme un « entretien recadrage » et « déglinguage », l’intéressé, Monsieur Chelbi, étant suspecté d’avoir été partie prenante d’une bagarre en cours de promenade. Afin de prouver son innocence, ce dernier prend à témoin le premier surveillant ayant accepté de le placer au premier étage à condition qu’il se tienne « bien ». Si ce récit rappelle la transaction dont fait l’objet l’affectation, on voit toutefois progressivement apparaître d’autres enjeux. Le changement d’étage est ici mobilisé (et perçu par le détenu en cause) comme un levier de chantage.

Le lieutenant rappelle les faits commis ce matin à l’encontre d’un détenu et annonce à M. Chelbi un changement d’étage. Ce dernier proteste, jure n’avoir pas du tout pris part à la bagarre sur « le vieux ». Après quelques échanges, la discussion devient plus vive. M. Chelbi se tourne vers Hugues :

[Détenu] – Hugues, tu me connais ! Tu m’as descendu, tu m’as dit « fais pas d’embrouille », [lui assure avoir tenu parole]. Je l’ai pas tapé le vieux !

[Lieutenant] cette fois énervé, le coupe d’une voix forte – Il y a une vidéo, une planche-photo faite. On vous a reconnu Chelbi. Arrêtez votre numéro !

Celui-ci rapporte que le détenu agressé l’a identifié puis lui demande alors le nom des autres personnes. Refus catégorique de M. Chelbi : « J’suis pas une balance ».

[Lieutenant] – En tout cas vu que vous vous voulez pas dire qui sait, on va vous changer d’étage.

[Détenu] – Où ?!

[Lieutenant] – Au deuxième.

[Détenu] – Arrêtez ! Au 2 ?! Vous savez que j’ai des embrouilles. Attendez ! Quand j’fais des embrouilles, vous me foutez ailleurs, c’est normal. Quand j’fais pas d’embrouille, vous m’en trouvez ! Hugues, tu me connais depuis 2012 : je cherche pas d’embrouille ! En promenade, j’ai tourné avec D. Sur la tête de ma mère, je l’ai pas tapé ce vieux ! […].

[Lieutenant] – Le problème c’est qu’on vous a identifié Chelbi.

[Détenu] – On dirait que vous me cherchez des problèmes !

En guise de fin de non-recevoir, le lieutenant affirme le changer de cellule, au deuxième étage.

[Détenu] – Non, je vais me tuer, je vous promets. [Il répète avoir des embrouilles avec des gens du « 2 », raison pour laquelle il a été d’ailleurs changé, promet « de se faire une lame pour buter le moindre gars qui s’approche » tout en menaçant de se tuer.]

[Lieutenant] – Allez chercher vos affaires, vous changez de cellule, OK ? [Silence], on verra si c’est le 2.

[Détenu] – Je vous demande une seule faveur : j’ai donné ma parole à Hugues quand on m’a mis au 1, que je ferai pas de problème. Maintenant vous me changez de cellule, OK, mais je vous demande qu’un seul truc : pas au 2.

(Journal de terrain, février 2015)

50À défaut de preuves visuelles, l’affectation constitue un moyen de pression pour le lieutenant dans l’optique d’obtenir des aveux et des noms. Le changement d’étage imposé traduit de même une sanction non codifiée puisqu’elle apparaît en dehors de toute procédure disciplinaire. L’interaction présentée témoigne plus largement d’un changement d’échelle dans la gestion du système de répartition. D’une gestion individuelle et négociée des affectations, l’institution appréhende la population détenue comme un tout afin de gérer des comportements porteurs d’une menace. Ce changement d’échelle mis en avant par Michel Foucault à propos des formes de gouvernement des individus permet de mettre l’accent sur une logique de normalisation non plus tournée vers les corps et les individus mais sur les menaces auxquelles la population est identifiée, en l’occurrence la population captive. L’affectation dans un étage dans lequel chacun sait, ici, que Monsieur Chelbi est menacé en témoigne. En organisant les zones de détention selon les localités extérieures, l’institution parvient à s’approprier et à retraduire, entre autres risques, les « embrouilles » dont elles sont porteuses en un levier de prévention des troubles d’une part et de sanction infra-légale de l’autre (Salle, Chantraine, 2009). Dès lors, cette normalisation par l’espace n’est pas d’ordre disciplinaire mais intègre « des techniques de rationalisation du hasard et des probabilités » (Foucault, 2004, 61) qu’autorise une appréhension globale de la population détenue.

51Cette conception singulière de l’espace de détention et de la population détenue peut toutefois dépendre de la conception qu’entend donner le ou la surveillant·e de son métier.

5.2. Des stratégies de gestion des populations ancrées dans des conceptions individuelles des pratiques professionnelles

52La question des regroupements par affinités de quartier (ou identifiées comme telles) donne à voir des conceptions différentes du métier de surveillant. La gestion des populations dont témoigne les pratiques d’affectation jusqu’ici doit être replacée dans un savoir situé, localisé, du personnel de surveillance à propos des détenus et des milieux dans lesquels ils évoluent. De telles pratiques professionnelles dépendent d’un savoir-faire forgé dans la pratique (Chauvenet et al., 2008) mais aussi des représentations que se font les surveillants de la population détenue. L’accent sera mis ici sur deux cas individuels.

53Nous avons vu que les séparations des détenus identifiés à leur « quartier » à Coudine sont davantage le produit de sollicitation des détenus que dans la seconde prison. De façon concomitante, certains agents manifestent une forme de distance voire de réticence à l’égard de ce type d’affectation. C’est le cas pour l’un des officiers responsable d’un bâtiment, Swan. Tout juste titularisé au moment de l’enquête, ce lieutenant évoque d’un côté une position de principe s’agissant des répartitions « par quartiers », qu’il perçoit comme une source de « rigidité ». « On n’a pas un quota de place dans les ailes pour tel quartier. Il y aurait trop de rigidité si on faisait ça. » Une autre justification tient à sa façon de travailler et de définir ses missions vis-à-vis des détenus et de ses collègues. Swan a fait des études de science politique avant d’obtenir le concours d’officier. Très vite, il a alors cherché à composer avec « son profil petit bourgeois ». Valorisant moins le rapport de force physique que l’usage de la règle juridique, en particulier avec « les p’tits cons de cités, ceux qui sont dans le rapport de force », il distingue ses ressources de celles de ses collègues :

[Lieutenant] – De toute façon, vous le voyez avec les gradés : lui [en parlant de Bilal] c’est « ouech, tranquille ? Ça va ? ». Y a des cultures qui se rapprochent. Du coup, c’est deux manières de gérer. Y a des détenus qui vont pas comprendre les arguments que j’ai, qui vont pas aller discuter. Je suis dans la persuasion, mais après je suis moins dans le physique donc je vais moins être dans la confrontation. Puis je me suis adapté. Au début, j’avais un ton… « Monsieur », tout ça. Y a des manières de prendre les gens différentes. Vous adaptez la relation.

54Il souligne deux modes d’adaptation à cet établissement. D’une part, son propre ajustement à des personnes détenues dont il dit ne pas connaître les codes ; de l’autre, son souhait d’assumer une relation et une posture différentes de celles de son collègue. La distinction qu’il établit vient alors justifier une pratique des affectations qui lui est propre. S’il admet que les conflits entre détenus sont en partie dus à des rivalités extérieures (« ici, c’est cité contre cité »), il dit ne pas en tenir compte contrairement à son collègue, Bilal. « Faut savoir, et lui il repère très bien ce genre de profil. Surtout quand un gars part… Pour le détenu restant : “t’inquiète, on va te mettre un autre gars de ton quartier.” » L’expérience mais surtout la proximité sociale et relationnelle avec les prisonniers, du moins l’idée qu’il s’en fait, semblent fortement peser sur ses pratiques.

  • 14 Journal de terrain, mars 2015.

55À Touges, le cas de Hugues (voir plus haut), gradé en poste depuis plus dix ans, est intéressant pour comprendre les logiques sous-jacentes à la gestion de la population détenue. En charge d’une grande partie des affectations à l’issue du quartier arrivants, il met un point d’honneur à intégrer les détenus dans le lieu annoncé : « j’ai un principe, je mets là où j’ai dit ». Cette façon de procéder, « droite », lui vaut d’être selon lui apprécié en détention. Nous avons vu que la logique d’évitement des « clans » de quartier est défendue au regard des troubles potentiels qu’ils font peser sur l’ordre interne. La description de son « boulot » y fait écho : c’est toujours pareil, explique-t-il, « j’attends l’incident ». Hugues a alors développé un savoir singulier au sujet sur la population recluse, qu’il dit connaître à « 90 % ». Par exemple, un simple coup d’œil sur le nom de famille des détenus arrivants suffit à savoir d’où ils viennent, tout comme il garde en tête une représentation chiffrée de la « composition » des unités de détention selon les quartiers extérieurs. Ce savoir forgé au fil de ses contacts avec les détenus engendre une conception toute particulière du système d’affectation. Il essaie au-delà « par exemple de 10 cellules » du même quartier de « casser » l’unité en plaçant un « gros profil », c’est-à-dire l’un de « ceux qui se font respecter, qu’ont pris 15-20 ans. Eux, ils vont pas s’emmerder avec les conneries de quartiers »14. Il ressort de sa façon de faire une rationalisation de l’espace carcéral qui participe conjointement au regroupement et à la fabrique de groupes à risque intra-muros.

56Cette logique rappelle fortement des pratiques des street-level bureaucrats dans le secteur de l’attribution des logements sociaux qui, en retraduisant l’objectif de mixité sociale, définissent en pratique des « seuils de tolérance » au-delà duquel il importe de « mixer » les populations, généralement celles issues de l’immigration (Sala Pala, 2006 ; Bourgeois, 2015). Marine Bourgeois observe ainsi que le flou de l’objectif de mixité sociale dans les directives nationales laisse une large marge de manœuvre aux acteurs qui, selon le contexte local de l’agence, stigmatiseront et orienteront davantage des populations pauvres et immigrées. Cette approche souligne combien la gestion locale du peuplement dans le secteur du logement social dépend des critères et des préoccupations retraduits localement. En prison, l’absence d’objectif de « mixité » ne fait pas obstacle à la comparaison. On voit au contraire la capacité d’une institution régalienne à définir des normes de mixité là où, précisément, l’État n’en dit rien. Elles s’articulent à un savoir fondé sur l’expérience individuelle du surveillant dont résulte des classifications ordinaires stables dans le temps.

6. Conclusion

57Alors que l’administration pénitentiaire entend donner priorité aux motifs réglementaires, ceux-ci ne font pas obstacle dans les faits à une mise en ordre locale du système d’affectation en maison d’arrêt. L’article montre que le personnel pénitentiaire, en particulier les gradés, adapte constamment les impératifs légaux aux classifications informelles. Parmi ces dernières, nous avons vu que les catégories d’origine, de quartier et linguistiques jouent un rôle important. L’usage de ces catégories résulte premièrement de contraintes institutionnelles. La surpopulation et la pénurie de place incitent les surveillants à définir à la hâte des référents communs afin de cibler les populations. Par ailleurs, le retrait ou au contraire l’investissement de l’équipe de direction en commission d’affectation peut orienter le processus de catégorisation. Ce choix n’est pas neutre, dans la mesure où il contribue au déploiement différencié de la surveillance dès l’arrivée en prison. Ces classifications dépendent, en second lieu, du territoire d’implantation des maisons d’arrêt, plus exactement des représentations que les acteurs retiennent d’un environnement dit « sensible ».

58Sous cet angle, on montre que le recours aux catégories relatives aux quartiers extérieurs mais aussi aux présupposés de culture, de nationalité et de langue des détenus varie selon le contexte local des prisons. Tout l’intérêt de la comparaison réside dans le fait de ne pas opposer ces terrains, malgré les différences de pratiques. Elle fait au contraire ressortir des logiques communes de peuplement et de surveillance qui ne sont, pour les raisons décrites, pas activées avec la même intensité d’un site à l’autre.

59Dès lors, deux registres de contention par (et dans) l’espace carcéral ressortent. L’un est tourné vers l’évitement de groupes « à risques » tandis que l’autre porte davantage sur le regroupement de personnes perçues comme vulnérables. Bien qu’ils résultent de choix propres à certains gradés et d’échanges avec les détenus, l’étude des commissions montre que ces deux manières d’appréhender la population dépassent le seul cadre des interactions en bâtiment. Une tendance gestionnaire oriente les décisions dans la grande maison d’arrêt (Coudine), amplifiant un critère d’extranéité. Cette perspective est moins sensible dans l’autre prison, où une seconde rationalité s’affirme, à la fois disciplinaire et sécuritaire. Se dégage ainsi une modalité de gestion différenciée des populations en institution fermée selon ce que les acteurs retiennent, déduisent et anticipent de leur parcours, de leur milieu relationnel et de leur milieu social.

Haut de page

Bibliographie

Avril C., Cartier M., Serre D., 2010, Enquêter sur le travail. Concepts, méthodes, récits, Paris, La Découverte.

Baudot P.-Y., Ould-Ferhat L., 2012, L’administration à l’épreuve du savoir, Sociologies, 1, 1-7.

Bezes P., 2007, Construire des bureaucraties wébériennes à l’ère du New Public Management ?, Critique internationale, 35, 2, 9-29.

Bony L., 2015, La prison, une « cité avec des barreaux » ? Continuum socio-spatial par-delà les murs, Annales de géographie, 702-703, 2, 275-299.

Bouagga Y., 2013, Humaniser la peine ? Ethnographie du traitement pénal en maison d’arrêt, thèse de doctorat en Sociologie, sous la direction de Fassin D., Paris, EHESS.

Bourgeois M., 2015, Catégorisations et discriminations au guichet du logement social. Une comparaison de deux configurations territoriales, in Baudot P.Y., Revillard A. (dir.), L’État des droits, Paris, Presses de Science Po, 117-210.

Cauchie J.-F., Chantraine G., 2005, De l’usage du risque dans le gouvernement du crime. Nouveau prudentialisme et nouvelle pénologie, Champ pénal/Penal field, II, [en ligne] http://journals.openedition.org/champpenal/80, DOI : 10.4000/champpenal.80.

Chantraine G., 2004, Par-delà les murs, Paris, Puf/Le Monde.

Chantraine G., Sallée N., 2014, Observer, consigner, tracer. Les usages d’un cahier électronique controversé en établissement pénitentiaire pour mineurs, Sociologie du travail, 56, 64-82.

Chantraine G., Scheer D., Milhaud O., 2012, Espace et surveillances en établissement pénitentiaire pour mineurs, Politix, 97, 1, 125-148.

Chauvenet A., Rambourg C., 2010, De quelques observations sur la mise en œuvre des règles pénitentiaires européennes, rapport de recherche, Agen, ENAP.

Chauvenet A., Orlic F., Benguigui G., 1994, Le monde des surveillants de prison, Paris, Puf.

Chauvenet A., Rostaing C., Orlic F., 2008, La violence carcérale en question, Paris, Puf.

Cliquennois G., 2013, Le management des prisons. Vers une gestion des risques et une responsabilisation des détenus ?, Bruxelles, Éditions Larcier.

Combessie P., 1996, Prisons des villes et des campagnes. Étude d’écologie sociale, Paris, Éditions de l’atelier, Paris, coll. « champs pénitentiaires ».

Crewe B., 2009, The prisoner Society. Power, adaptation, and Social Life in an English Prison, Oxford, Oxford University Press.

Da Cunha M., 2008, Closed circuits: Kinship, neighborhood and incarceration in urban Portugal, Ethnography, 9, 3, 325-350.

Darley M., Gauthier J., Hartman E., Mainsant G., 2010, L’État au prisme du contrôle des déviances : plaidoyer pour une approche ethnographique (présentation du dossier), Déviance et Société, 34, 2, 145-147.

El Magrouti-Outaghzafte F., 2007, La gestion de l’espace carcéral. Analyse sociologique du peuplement en maisons d’arrêt, thèse de doctorat en Sociologie, sous la direction de Duprez D., Lille, Université de Lille I.

Faugeron C., 1996, Introduction : une approche de la prison est-elle possible ?, in Faugeron C. et al. (dir.), Approches de la prison, Bruxelles, De Boeck & Larcier, Paris, Bruxelles, 15-41.

Foucault M., 2004, Sécurité, territoire, population. Cours au Collège de France (1977-1978), Paris, Hautes Études, Gallimard, Seuil.

Jayyusi L., 2010, Catégorisation et ordre moral, Paris, Economica.

Marchetti A.-M., Combessie P., 1996, La prison dans la cité, Desclée de Brouwer.

Michalon B., 2015, L’espace intérieur de la rétention. Policiers et retenus : travailler et habiter dans un lieu d’enfermement des étrangers en Roumanie, Annales de géographie, 702-703, 2, 208-230.

Milhaud O., 2017, Séparer et punir. Une géographie des prisons françaises, Paris, CNRS Éditions.

Rose N., 2000, Government and Control, The British Journal of Criminology, 40, 2, 321-339.

Salle G., Chantraine G., 2009, Le droit emprisonné ? Sociologie des usages sociaux du droit en prison, Politix, 87, 3, 93-117.

Sala Pala V., 2006, La politique du logement social au risque du client ? Attributions de logements sociaux, construction sociale des clients et discriminations ethniques en France et en Grande-Bretagne, Politiques et management public, 24, 3, 77-92.

Schlegel V., 2017, Pauvres, déviants, malades. Travail d’inférence et catégorisations professionnelles dans la régulation de l’accès à l’hébergement des personnes sans-domicile, Terrains & travaux, 30, 1, 185-207.

Tassin L., 2016, Les frontières de la rétention : genre et ethnicité dans le contrôle des étrangers en instance d’expulsion, Critique internationale, 72, 3, 35.

Touraut C., Désesquelles A., 2015, La prison face au vieillissement. Expériences individuelles et prise en charge institutionnelle des détenus «  âgés », Rapport de recherche, Paris, GIP, Direction de l’administration pénitentiaire.

Wacquant L., 2001, Symbiose fatale. Quand ghetto et prison se ressemblent et s’assemblent, Actes de la recherche en sciences sociales, 139, 4, 31-52.

Wacquant L., 2010, Class, Race & Hyperincarceration in Revanchist America, Deadelus, 139, 3, 74-90.

Haut de page

Notes

1 Les gradés de détention, aussi appelés « chefs » de bâtiment ou d’unité, regroupent le personnel de surveillance (dit d’encadrement) titulaire d’un concours de catégorie A ou B, soit principalement : brigadier, premier surveillant, officiers (lieutenant, capitaine, commandant). Le personnel de direction mentionné ici recouvre le chef d’établissement et son personnel adjoint, ayant obtenu le concours de direction des services pénitentiaires.

2 Les noms des établissements pénitentiaires et des villes ont été modifiés.

3 La Plaine regroupe à lui seul deux quartiers infra-communaux au sens de l’Insee (Iris) dont les données sont reportées pour chacun d’eux (nous les surnommons Basses-Plaines et Hautes-Plaines).

4 Circulaire du 14 janvier 2009 relative à la poursuite de l’implantation progressive des RPE (règles pénitentiaires européennes] dans les établissements pénitentiaires (DAP, JUSK0840015C).

5 Circulaire du 18 juin 2012 relative aux modalités de fonctionnement de la commission pluridisciplinaire unique. NOR : JUSK1140048C.

6 Voir la circulaire de 2009 précitée.

7 Tous les noms et prénoms mentionnés ont été modifiés.

8 Nous ne disposons pas des données nous permettant de chiffrer la part des personnes concernées par ces arrestations. En revanche, les sources internes (rapport d’activité, entretiens) mentionnent la présence de soixante à « 94 nationalités » différentes. C’est moins l’exactitude du chiffre qui nous intéresse ici que la précision apportée par les acteurs, témoins de préoccupations latentes quant à cette « diversité ».

9 Expression stigmatisante en prison désignant généralement les migrants d’origine maghrébine dans une situation sociale et administrative (résidant sans-papier sur le territoire) extrêmement précaire.

10 À Touges, il s’agit d’un système de liste : un des premiers surveillants, Hugues, suggère sur papier pour chaque « arrivant » un numéro de cellule, que la CPU valide quasi-systématiquement. À Coudine, la répartition se fait mécaniquement selon le statut pénal du détenu arrivant : une personne condamnée est dirigée vers le bâtiment A, tandis que les prévenus sont orientés vers le B.

11 Cette prison est en gestion dite déléguée. Ce faisant, l’entreprise privée gère une partie des postes de travail et participe aux entretiens « arrivants », d’où la présence de son représentant en CPU.

12 MPV : mesure particulière de visite. Sigle désignant une mesure de fouille à corps systématique à l’issue des parloirs du détenu.

13 À l’issue de chaque CPU, sont éditées des fiches individuelles types dites d’orientation à destination des nouveaux entrants visant à les informer des démarches envisageables, selon leur situation, en détention. Elles sont dénuées de caractère obligatoire.

14 Journal de terrain, mars 2015.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Manon Veaudor, « Catégorisations et pratiques d’affectation en maison d’arrêt »Champ pénal/Penal field [En ligne], 20 | 2020, mis en ligne le 28 mai 2020, consulté le 14 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/champpenal/11746 ; DOI : https://doi.org/10.4000/champpenal.11746

Haut de page

Auteur

Manon Veaudor

Doctorante en science politique
Université Paris-Saclay, UVSQ, CNRS, Centre de recherches sociologiques sur le droit et les institutions pénales, Guyancourt
manon.veaudor[at]gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© Champ pénal

Haut de page
  • OpenEdition Journals