Navigation – Plan du site

AccueilTous les volumes21LecturesActualité de la criminologie anar...

Lectures

Actualité de la criminologie anarchiste

À propos de deux ouvrages récents
Gwenola Ricordeau
Référence(s) :

Anthony J. Nocella II, Mark Seis, Jeff Shantz (Eds.), Classic Writings in Anarchist Criminology. A Historical Dismantling of Punishment and Domination, Chico/Edinburgh, AK Press, 2020, 228 p., ISBN:978-1-8493-5379-3

Anthony J. Nocella II, Mark Seis, Jeff Shantz (Eds.), Contemporary Anarchist Criminology. Against Authoritarianism and Punishment, New York, Peter Lang, 2018, 144 p., ISBN: 978-1-4331-5802-5

Texte intégral

1La « criminologie anarchiste » est à l’honneur de deux récents ouvrages parus aux États-Unis et coordonnés par les mêmes trois auteurs, Anthony J. Nocella II, Mark Seis et Jeff Shantz. La lecture de Classic Writings in Anarchist Criminology et Contemporary Anarchist Criminology permet de revenir sur ce courant de la criminologie relativement modeste, y compris au regard du seul champ de la criminologie critique.

2Dans Classic Writings in Anarchist Criminology. A Historical Dismantling of Punishment and Domination, Anthony J. Nocella II, Mark Seis et Jeff Shantz ont réuni des extraits de 17 textes d’auteurs « classiques » de la pensée anarchiste occidentale, de Pierre-Joseph Proudhon et Pierre Kropotkine à Emma Goldman, en passant par Alexandre Berkman et Errico Malatesta.

3Parmi les textes retenus, sont évidemment en bonne place les textes de référence de Mikhaïl Bakounine sur l’État et de Pierre-Joseph Proudhon sur la propriété privée. Parmi les autres textes incontournables du recueil figure un extrait de Dans les prisons russes et françaises (1886) dans lequel Pierre Kropotkine se livre à une attaque de la prison restée dans les annales du mouvement anarchiste.

4Classic Writings in Anarchist Criminology présente également le discours d’August Spies lors du procès de ceux qui furent poursuivis suite au massacre de Haymarket Square (1886). La « défense politique » de celui qui fascina le criminologue italien Cesare Lombroso fait écho à un autre texte de l’ouvrage : la lettre que Michael Schwab (un autre condamné à mort dans l’affaire du Haymarket Square) a adressée à Lombroso au sujet de ses écrits sur les anarchistes.

5Figurent aussi dans le recueil un texte de Voltairine de Cleyre qui propose une critique non seulement du système judiciaire, mais plus largement du recours à la punition et qui dépasse la problématique du crime en faveur d’un propos plus général sur les « torts ». Un autre texte d’Alexandre Berkman critique le système judiciaire en pointant notamment les effets du passage par la prison – un phénomène que nous désignerions aujourd’hui par le terme de « stigmatisation ». Enfin, l’ouvrage reprend un texte d’Emma Goldman dont la portée politique reste actuelle. Ce dernier porte sur la prostitution et critique l’hypocrisie des politiques qui consistent à réprimer les femmes tout en prétendant les protéger.

6Qu’ils portent sur la propriété privée, le gouvernement ou plus spécifiquement sur le crime et la prison, les textes réunis dans Classic Writings in Anarchist Criminology donnent un bon aperçu de la manière dont ces questions ont été traitées par les anarchistes jusqu’à l’entre-deux-guerres. Classic Writings in Anarchist Criminology a l’intérêt de montrer comment le crime et plus généralement les normes et la déviance ont été au centre du développement de la pensée anarchiste. Comme le souligne Ruth Kinna dans la préface de l’ouvrage (p. 1), la criminalisation des anarchistes et la répression (incarcération, déportation, etc.) expérimentée par beaucoup de théoricien·ne·s anarchistes (Mikhaïl Bakounine, Pierre Kropotkine, Emma Goldman, etc.) ont certainement contribué à leur intérêt critique pour les questions du crime, de la punition et de la prison.

7Malheureusement, aucun appareil critique n’accompagne les textes réunis dans Classic Writings in Anarchist Criminology. Sans une solide culture anarchiste, il peut être difficile de saisir comment ces textes s’inscrivent dans la pensée des auteur·e·s, dont les idées ont d’ailleurs pu évoluer au cours de leur vie.

8La lecture de Contemporary Anarchist Criminology. Against Authoritarianism and Punishment est davantage stimulante, puisque l’ouvrage a l’ambition de faire entendre des voix de la criminologie anarchiste contemporaine. Il réunit neuf contributions, réparties dans trois sections (« Contemporary Classics on Anarchist Criminology », « Contemporary Voices on Alternatives to Punitive Justice Within Anarchist Criminology » et « Contemporary Prisoner Voices within Anarchist Criminology »).

9La première partie de l’ouvrage rassemble trois contributions que les coordinateurs présentent donc comme des « contemporary classics » de la criminologie anarchiste. Il s’agit en fait de deux articles reproduits (et qui ne sont pas vraiment « contemporains ») et d’un texte original. Ce dernier, écrit par Jeff Shantz, porte sur la fascination du criminologue italien Cesare Lombroso pour les anarchistes dans ses travaux et notamment dans son livre Les anarchistes (1897). Il a un intérêt analytique limité, mais éclaire l’histoire de la criminologie d’un point de vue inhabituel.

10Dans cette section de Contemporary Anarchist Criminology, est reproduit le texte déjà bien connu de Jeff Ferrel « Against the Law: Anarchist Criminology » (1997). Celui-ci est l’un des premiers à utiliser l’expression de « criminologie anarchiste » et il a un caractère programmatique puisqu’il positionne celle-ci par rapport au reste de la discipline.

11Enfin, figure dans cette section une version révisée d’une conférence donnée par Harold E. Pepinsky en 1976, « Communist Anarchism as an Alternative to the Rule of Criminal Law » (1978). L’auteur y propose une critique de la criminologie classique et notamment de la manière dont la dissuasion est généralement pensée.

12La deuxième partie de Contemporary Anarchist Criminology réunit trois contributions contemporaines. Celle de Colleen Hackett et Ben Turk porte sur l’articulation entre les luttes des prisonniers et celles menées pour l’abolition de la prison. Les deux auteurs soutiennent que dans la perspective abolitionniste, qui consiste à rendre l’existence de la prison impossible, ces luttes sont indissociables. Dans son chapitre, Laura Magnani propose de dépasser la critique de la prison du caractère rétributif du système pénal et plaide en faveur de la justice transformative. Enfin, Mark Seis suggère de déplacer la focale de la criminologie des « crimes de rue » pour s’intéresser aux crimes qui détruisent la planète. Son utilisation de la criminologie anarchiste pour comprendre les dégradations environnementales témoigne d’ailleurs de la proximité avec l’antispécisme de la plupart des auteurs qui se réclament de ce courant.

13La troisième partie de Contemporary Anarchist Criminology (« Contemporary Prisoner Voices within Anarchist Criminology ») rassemble les contributions de trois hommes actuellement incarcérés aux États-Unis. David « Wolf Eyes » Rose Sr. offre un plaidoyer pour la justice restaurative qui s’appuie sur une réflexion spirituelle menée d’un point de vue amérindien. Maurice L. Graham décrit l’héritage judiciaire de la Confédération et montre les liens historiques qui existent entre le système esclavagiste et le système carcéral contemporain. Enfin, Sean Swain propose, à partir d’une réflexion sur la déviance, une critique du concept de « crime » en soulignant les incompréhensions qu’il suscite souvent.

14Pris ensemble, Classic Writings in Anarchist Criminology et Contemporary Anarchist Criminology permettent de rendre compte d’un courant de la criminologie largement méconnu. Ils contribuent ainsi à une meilleure connaissance de la riche histoire de la criminologie critique et de ses divers courants. Il est par ailleurs intéressant que des prisonniers soient parmi les contributeur·rice·s de Contemporary Anarchist Criminology car, dans le champ académique, leurs voix se font rarement entendre en dehors de la convict criminology dont la portée critique peut s’avérer limitée. Il est néanmoins malheureux que ces auteurs soient cantonnés à une section qui leur est dédiée alors que les coordinateurs de l’ouvrage indiquent que les prisonniers sont partie prenante de la criminologie anarchiste (p. 6). Ceci peut apparaitre d’autant plus comme une pétition de principe qu’aucun des auteurs prisonniers ne se réfère à la criminologie anarchiste – ni d’ailleurs à l’anarchisme.

15La lecture de Classic Writings in Anarchist Criminology et Contemporary Anarchist Criminology s’avère déconcertante lorsqu’on essaie de saisir ce qui permettrait de définir la « criminologie anarchiste », la singularité de son cadre analytique et les perspectives théoriques qu’elle ouvrirait. La définition qu’en proposent les coordinateurs est assez peu convaincante puisqu’elle repose pour l’essentiel sur ses objectifs politiques : la criminologie anarchiste « is not only about abolition and smashing the state, but about transformative holistic alternatives, which promote healing and accountability » (Contemporary Anarchist Criminology, p. 3).

16Il est d’autant plus difficile de penser la criminologie anarchiste comme un courant ou un champ d’études que les différentes contributions (en dehors du texte programmatique de Jeff Ferrell) mobilisent peu l’expression « criminologie anarchiste » et qu’elles ne la discutent jamais au regard d’autres courants de la criminologie et notamment de la criminologie critique. Par exemple, les quelques références qui sont faites à la « peacemaking criminology » et aux travaux de Harrold E. Pepinsky (notamment 2006), ainsi que la reproduction d’un des articles de celui-ci, ne permettent pas de comprendre quel type de filiation ou de débat critique la criminologie anarchiste entretient avec la « peacemaking criminology ».

  • 1 On peut également mentionner Larry Tifft et Dennis Sullivan (2018).

17L’appellation « criminologie anarchiste » est pour l’essentiel revendiquée par un petit groupe de personnes (surtout des hommes), dont les trois coordinateurs des deux ouvrages recensés ici (Anthony J. Nocella II, Mark Seis et Jeff Shantz) et Jeff Ferrell (1997, 2010)1. Même si leur activité éditoriale est dynamique, les coordinateurs des deux ouvrages semblent donc quelque peu présomptueux en évoquant une « expansion de la criminologie anarchiste » (Contemporary Anarchist Criminology, p. 1) : c’est davantage à la montée en puissance de la criminologie critique et de l’abolitionnisme en particulier à laquelle l’on assiste aujourd’hui.

18L’appel de Joanne Belknap (2015) en faveur d’une « activist criminology » lors de son discours de 2014 à la conférence de l’American Society of Criminology a été reçu positivement par une partie de la profession. Il témoigne du foisonnement de courants, d’appellations et de champs d’étude au sein de la criminologie (« progressive criminology », « queer criminology », « feminist criminology », « cultural criminology », « criminologie radicale », etc.). Ce foisonnement est d’autant plus notable que, simultanément, des voix se font aussi entendre pour abolir la criminologie comme discipline ou pour la redéfinir fondamentalement (comme, par exemple, avec la « zémiologie »).

19Même si l’expression « criminologie anarchiste » ne permet pas de désigner un courant de pensée singulier ou même une avancée théorique notable, la lecture de Classic Writings in Anarchist Criminology et Contemporary Anarchist Criminology contribue à analyser l’étendue des « torts » que causent le colonialisme, le capitalisme ou la destruction de l’environnement – ces phénomènes ayant en commun de ne pas être criminalisés et d’être encore peu pensés par la criminologie.

Haut de page

Bibliographie

Belknap J., 2015, Activist Criminology: Criminologists’ Responsibility to Advocate for Social and Legal Justice, Criminology, 53, 1, 1-22.

Ferrell J., 1997, Against the Law: Anarchist Criminology, in MacLean D., Milovanovic D. (Eds.), Thinking critically about crime, Vancouver, Collective Press, 146-154.

Ferrell J., 2010, Anarchist Criminology, in Cullen F.T., Wilcox P. (Eds.), Encyclopedia of Criminological Theory, Thousand Oaks, SAGE Publishing, 42-46.

Lombroso C., 1897, Les anarchistes, Paris, Flammarion.

Pepinsky H.E., 1978. Communist Anarchism as an Alternative to the Rule of Criminal Law, Contemporary crises, 2, 315-334.

Pepinsky H.E., 2006, Peacemaking: Reflections of a Radical Criminologist, Ottawa, University of Ottawa Press.

Tifft L., Sullivan D., 2018 [2006], Needs-Based Anarchist Criminology, in Stuart H., Lanier M. (Eds.), The Essential Criminology Reader, Boulder, Routledge, 259-277.

Haut de page

Notes

1 On peut également mentionner Larry Tifft et Dennis Sullivan (2018).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gwenola Ricordeau, « Actualité de la criminologie anarchiste »Champ pénal/Penal field [En ligne], 21 | 2020, mis en ligne le 17 décembre 2020, consulté le 21 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/champpenal/12317 ; DOI : https://doi.org/10.4000/champpenal.12317

Haut de page

Auteur

Gwenola Ricordeau

California State University, Chico, USA
gricordeau[at]csuchico.edu

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Champ pénal

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search