Navigation – Plan du site

AccueilTous les volumes23IntroductionTerritoires frontaliers, contrôle...

Introduction

Territoires frontaliers, contrôles migratoires et acteurs non policiers

Borderlands, Migration Controls and Non-Police Actors
Daniela Trucco

Texte intégral

1L’objectif de ce numéro thématique de Champ Pénal/Penal Field est de contribuer à la compréhension du contrôle migratoire, en portant la focale sur les lieux frontières et sur les acteurs non policiers (citoyens, autorités locales, « passeurs », etc.) qui contribuent, à l’échelle locale, à façonner le déploiement et le fonctionnement des dispositifs frontaliers. Il nait d’un travail collectif démarré par l’organisation et la tenue, en avril 2018 à l’Université de Nice, d’un colloque international intitulé « La fabrique locale de la frontière : regards comparatifs et interdisciplinaires » et dont les résultats, en termes d’apports et d’échanges théoriques et empiriques, vont au-delà des seules contributions rassemblées ici. Celles-ci ont été choisies dans un souci de variété des terrains, des cadres disciplinaires et des acteurs analysés, et de cohérence autour d’un questionnement commun sur les lieux d’enfermement et de « mise en attente » des étrangers en milieu frontalier.

2Dans un contexte international qui remet fortement les frontières sur le devant de la scène, sur fond de « crises » – sanitaire, terroriste, migratoire – multiples, la recherche en sciences sociales est appelée à prendre du recul et à normaliser l’objet frontière, non tant pour en relativiser la violence ou la saillance politique, mais afin d’ouvrir la boite noire à une étude scientifique rigoureuse, appuyée par des outils d’analyse rodés. En s’intéressant à la fabrique locale du contrôle migratoire en territoire frontalier, ce numéro s’insère au croisement de deux domaines de recherche généralement distincts : les études frontalières et les études sur les politiques migratoires locales. Il adopte une perspective interdisciplinaire – alliant anthropologie, science politique et géographie – et a la particularité de s’intéresser à des acteurs non institutionnels peu étudiés, replaçant ainsi les dispositifs de contrôle dans une dimension de complexité, politisation et conflictualité à l’échelle locale. De cette manière, et à partir de matériaux ethnographiques riches et récents venant de terrains frontaliers européens variés (l’île de Malte, Calais, Vintimille, la frontière franco-italienne des Hautes-Alpes), les contributions ici recueillies ouvrent à l’approfondissement et au décloisonnement des études sur l’enfermement et l’encampement des étrangers, et plus largement des savoirs sur le contrôle migratoire.

3La littérature internationale et européenne sur les contrôles migratoires a mis en lumière des transformations importantes, touchant tant aux lieux qu’aux modes de contrôles, ainsi qu’aux acteurs les mettant en place. La pénalisation des migrations et la criminalisation des migrant·e·s « indésirables » (Bigo, 1998, 2001 ; Palidda, 1999 ; Nagels, Rea, 2010), l’affirmation de l’enfermement des étranger·e·s comme moyen ordinaire de contrôle (Pillant, Tassin, 2015 ; Fischer, 2017 ; Babels, 2017), le caractère à deux visages du contrôle, associant dispositifs sécuritaires et dispositifs humanitaires (Agier, 2008 ; Cuttitta, 2015a ; Pallister-Wilkins, 2015), sont désormais des traits établis. Aussi, si les études migratoires ont traditionnellement adopté une perspective centrée sur l’État-nation (Darling, 2017), une attention pour la dimension locale des phénomènes de mobilité humaine et des politiques qui les gouvernent s’est progressivement imposée dans la recherche internationale (Caponio, Borkert, 2010 ; Gulasekaram, Ramakrishnan, 2015 ; Filomeno, 2017). Néanmoins, ce qu’on a appelle le tournant local des études migratoires (Zapata-Barero et al., 2017) a touché en priorité les études portant sur les processus d’inclusion, le transnationalisme et la citoyenneté (post)nationale (citizenship studies) et dans une moindre mesure celles portant sur les politiques de contrôle, sélection et sanction des mobilités (border studies). En effet, si les recherches sur l’inclusion des immigrés de longue durée et de leurs descendants à l’échelle locale sont nombreuses, favorisant des comparaisons à la fois intra- et internationales (Penninx, 2004 ; Williamson, 2018), celles concernant les réfugiés, les demandeurs d’asile et les migrants illégalisés ont commencé à se développer aux États-Unis et en Europe dans le contexte de la crise de l’accueil (Lendaro et al., 2019) débutée en 2015 (Kos et al., 2016 ; Doomernik, Glorius 2017 ; Spencer, 2018). Par ailleurs, un certain nombre de travaux ont commencé à mettre au jour le rôle d’acteurs autres que les autorités centrales des États-nations dans la mise en place et la mise en œuvre des contrôles migratoires et des politiques liées à l’accès, et au refus d’accès, des étrangers sur les territoires nationaux (Pallister-Wilkins, 2017).

4Néanmoins, il n’existe pas encore de recherche systématique sur les dimensions locales des politiques frontalières et sur le rôle des acteurs locaux dans leur fabrique. En particulier, si les travaux existants mettent au jour un certain nombre d’éléments touchant aux contrôles en territoire frontalier comme la banalisation de l’enfermement des étrangers et la multiplication des camps, la spectacularisation des contrôles ou encore l’essor d’une économie de l’humanitaire et de la sécurité frontalière, ils peinent à saisir la dimension plurielle et conflictuelle ainsi que les dynamiques de (dé)politisation qui entourent la fabrique locale de la frontière. Le numéro thématique vise à combler ce fossé.

1. Les nouvelles études frontalières : les transformations des contrôles migratoires

5Les études frontalières dites renouvelées ou critiques (pour un état de l’art synthétique voir Duez, Simonneau, 2018) offrent plusieurs outils pour penser la dimension locale de la frontière.

6En premier lieu, ces études ont mis en lumière une dynamique générale de déterritorialisation de la frontière, entendue comme une dissociation croissante entre ses fonctions et son emplacement sur les cartes géographiques (Mezzadra, Neilson, 2013). La multiplication des moyens, des moments et des lieux de contrôle, au-delà et en-deçà des frontières territoriales, ont fait parler d’une frontière désormais pixélisée (Bigo, Guild, 2003), portative (Amilhat-Szary, Giraut, 2015), diffuse et potentiellement partout (Balibar, 2009). Les statuts et les barrages juridiques se sont également multipliés comme autant de frontières non territoriales (Cuttitta, 2015b). Ainsi, l’établissement d’un visa européen, la constitution d’une base de données biométriques, la multiplication des guichets en charge de l’accès à des titres de séjour de plus en plus rares et précaires participent à la construction d’une « forteresse Europe » aux murs apparemment invisibles. Enfin, la frontière ainsi dématérialisée et diffuse paraît capable de suivre la personne ciblée où qu’elle aille et à tout moment, s’incarnant dans l’expérience vécue de l’illégalisation et de la déportabilité quotidienne (De Genova, 2002 ; Le Courant, 2010). L’ensemble de ces transformations plaident pour une diminution de la saillance des frontières territoriales, à tel point d’en annoncer la fin par dissolution.

7Néanmoins, et c’est le deuxième apport crucial des études frontalières récentes, la dématérialisation et la déterritorialisation des frontières se sont accompagnées d’un contre-chant apparemment paradoxal : une attention croissante à certains lieux « faisant plus frontière que d’autres » (Cuttitta, 2014) où les contrôles se matérialisent et se mettent davantage en scène. Ainsi, dans un tournant visuel (Amilhat Szary, 2012) et un processus de spectacularisation de la frontière (Cuttitta, 2012 ; De Genova, 2012), la ligne de démarcation interétatique fait l’objet de plusieurs formes de matérialisation sécuritaire comme les murs, les check-points ou encore les barbelés. Ces constats poussent à sortir d’une vision en termes de fin ou retour des frontières pour enquêter de plus près les processus de frontiérisation, défrontiérisation et refrontiérisation (Newman, 2006 ; van Houtum, 2012 ; Duez, Simonneau, 2018) comme l’ont fait un certain nombre d’études (Walters, 2002 ; Cuttitta, 2014, Trucco, 2019). La frontière s’étend aussi et s’épaissit au sein d’un territoire plus vaste que la seule ligne de démarcation inter-étatique mais qui reste néanmoins adossée à celle-ci. Elle se reterritorialise ainsi, transformant le paysage en paysage frontière – borderscape, borderland, Grenzsaum – où les barrières, les barrages, les empêchements se multiplient dans les espaces urbains comme ruraux. Si la frontière transforme le territoire, elle se fait à son tour façonner par les spécificités – géographiques, sociologiques, économiques et démographiques – de ce dernier, soit-il urbain, insulaire ou rural (Brunet-Jailly, 2007).

8En troisième lieu, enfin, les études frontalières récentes ont mis au jour une délégation croissante de la part de l’État de l’exécution des contrôles et de la mise en place des différents dispositifs liés aux fonctions frontalières, à des acteurs non étatiques, supra- ou infra- nationaux (Pallister-Wilkins, 2017). D’une part, les études sur les acteurs privés de la frontière ont permis de mettre à jour le rôle attribué aux acteurs privés dans les dispositifs de contrôle et d’enfermement des étrangers (Bacon, 2005 ; Bassi, 2015 ; Flynn, Cannon, 2015 ; Flynn, 2017), et de saisir les logiques économiques (Rodier, 2012 ; Andersson, 2014 ; Pillant, 2015 ; Arbogast, 2016), militantes (Pette, 2014) et professionnelles (Le Bourhis, 2001 ; Guiraudon, 2002 ; Darley, 2014 ; Tassin, 2014) agissant dans les coulisses du contrôle migratoire. D’autre part, la recherche a aussi mis en lumière le fait que, loin de tout monopole étatique, une multiplicité d’acteurs politiques divers participent avec leur action – le borderwork théorisé par Chris Rumford (2008, 2013) – dans la mise en place de la frontière. Cela passe notamment par une demande sociale de contrôle (Simonneau, 2017) mais aussi par la contestation et le détournement, poussant les contrôles à se replacer ou à faire évoluer leurs moyens. Non seulement faut-il prendre en compte l’autonomie migratoire et l’autodétermination des migrant·e·s qui mettent en place différentes tactiques de contournement, mais aussi une pluralité d’acteurs que l’on qualifie généralement de « passeurs » malgré le fait que cette étiquette cache une grande pluralité de situations. Les zones frontalières sont le lieu où émerge un assemblage d’acteurs et de ressources, offrant des services aux migrants en transit illégaux et leur permettant de rester et de poursuivre leur voyage (McMahon, 2019). Des installations alternatives apparaissent, comme les camps ou les abris autogérés, dans lesquels des biens communs peuvent être produits et partagés (Papadopoulos, Tsianos, 2013) ; aussi, des réseaux de solidarité facilitant le passage des frontières prennent forme dans ces zones, comme des gares de nouvelles voies ferrées souterraines (Della Porta, 2018 ; Queirolo Palmas, Rahola, 2020). Les territoires frontaliers sont ainsi des lieux privilégiés pour des mobilisations No Border ou pro-fence et plus généralement des mobilisations solidaires ou hostiles aux étrangers (Monforte, 2015 ; King, 2016 ; Rosenberg et al., 2018 ; Simonneau, Castelli Gattinara, 2019), ce qui participe également de l’augmentation d’acteurs non étatiques qui les investissent. En ce sens, les territoires frontaliers sont des terrains de bataille « dans lesquels différents acteurs sont en compétition sur la base d’intérêts économiques, de liens sociaux, de valeurs morales et de croyances politiques variées » (Ambrosini, 2020, 197).

2. Le « tournant local » des études migratoires : le rapport entre territoire et contrôles migratoires

9Si les études migratoires sont tributaires d’une certaine « pensée d’État » (Sayad, 1999), leur objet d’étude étant largement défini par les États-nations, une littérature sur la dimension locale des politiques migratoires a récemment émergé (Caponio, Borkert, 2010 ; Filomeno, 2017), se concentrant principalement sur les mesures ciblant les migrants résidents et touchant à leur processus d’intégration (Penninx, 2004 ; Scholten, 2013 ; Schiller, 2015 ; Williamson, 2018). Les recherches sur les politiques concernant les demandeurs d’asile ou les immigrés « illégalisés » n’ont tourné au local que dans une mesure plus limitée (Ramakrishnan, Wong, 2010 ; Doomernik, Glorius, 2016 ; Spencer, 2018). Quelques études ont été publiées sur la mise en œuvre locale des politiques nationales de dispersion, des politiques d’accueil des demandeurs d’asile et des politiques locales affectant les sans-papiers, montrant comment et pourquoi différentes localités ont réagi différemment à des défis similaires (Lidén, Nyhlén, 2015 ; Kos et al., 2016). Ces études ont largement mis au jour les processus de privatisation des services publics liés à l’accueil et à la prise en charge des demandeurs d’asile, et la délégation implicite ou explicite des responsabilités des pouvoirs publics aux organisations non gouvernementales (de Graauw, 2016 ; Darling, 2017 ; Mayblin, James, 2018 ; Bassi, 2019 ; McMahon, 2019). Une série de travaux ont exploré la manière dont les villes traduisent les politiques et mesures de contrôle des migrations de l’État-nation en modes spécifiques de contrôle local des frontières (Lebuhn, 2013) devenant ainsi des sites de frontières (Darling, 2017). Des recherches se sont ainsi penchées sur la question de ce que font les villes aux personnes migrantes et inversement (Babels, 2018). Si une attitude générale a été observée parmi les autorités locales consistant à « fermer les yeux » sur la présence de sans-papiers et à déléguer la responsabilité au tiers secteur, deux tendances opposées ont été mises en lumière en ce qui concerne les politiques locales par rapport aux politiques nationales. Alors que certaines autorités locales ont fait preuve de plus de tolérance et même soutenu les sans-papiers (de Graauw, 2016 ; Boudou, 2018 ; Kaufmann, 2019), d’autres ont conçu des interventions qui renforcent le caractère d’exclusion des politiques nationales (Gilbert, 2009 ; Chand, Schreckhise, 2014 ; Marchetti, 2020) via une gamme d’outils du pouvoir local tels que des actes municipaux imposant des amendes aux propriétaires qui louent à des sans-papiers, ou permettant de retirer les licences des entreprises qui embauchent des travailleurs sans papiers. À ce propos, Varsanyi parle de politiques locales de contrôle migratoire through the back door (2008).

10Par rapport au débat sur les marges et les tendances du gouvernement local des questions migratoires, les territoires frontaliers se situent dans une position particulière. Ils présentent en effet des particularités non négligeables.

11En premier lieu, les territoires de frontière sont caractérisés par des économies frontalières souvent basées sur des mobilités, marchandes et/ou humaines, cette fois-ci bien désirables et qu’il est question de préserver tout en les séparant et les protégeant des mobilités moins « désirables » (Hamman, 2013). Ainsi, la fonction de tri propre à la frontière prend toute sa signification lorsqu’on porte la focale de l’analyse à l’échelle locale : d’une part, la nature de ces flux explique en grand partie les différences que l’on observe dans la façon dont les contrôles frontaliers se mettent en place d’un territoire à l’autre ; d’autre part, c’est bien la représentation et l’éventuelle compétition de ces intérêts différents qui sont à l’origine de la manière dont les enjeux migratoires sont débattus, politisés et gouvernés dans les territoires frontaliers.

12Un deuxième aspect à prendre en compte est l’attention médiatique, associative et politique dont ces territoires font l’objet et qui rend plus difficile la mise en place de politiques discrètes et empruntées au pragmatisme, qui caractériseraient le gouvernement local des questions migratoires (Penninx, Martiniello, 2004 ; Jørgensen, 2012 ; Schiller, 2015). La pluralité d’acteurs sur place et la saillance symbolique de ces lieux rendent les aspects idéologiques et conflictuels des enjeux migratoires difficiles à écarter.

13Un dernier élément, crucial, à considérer pour comprendre la fabrique locale des politiques migratoires en territoire frontalier est le cadrage des enjeux en termes de « migration de transit ». En effet, la catégorie de « transit » est non seulement légalement et sociologiquement floue mais elle est aussi loin d’être politiquement neutre (Düvell, 2012 ; Del Biaggio, Campi, 2013 ; Semprebon, Pelacani, 2020) : la criminalisation de la migration « de transit » conduit à un glissement de responsabilité vers les pays, les régions, les villes qui ne l’empêcheraient pas (Düvell et al., 2014). Celui-ci constitue une pression politique ultérieure sur les épaules des autorités locales pouvant justifier un durcissement des conditions de non-accueil et d’exclusion des personnes illégalisées sur leur territoire, afin d’éviter l’accusation d’appel d’air, corolaire de la criminalisation des mobilités « indésirables ». Par ailleurs, les marges d’action des autorités locales concernant les migrants « en transit » ne sont pas clairement définies et établies, ce qui contribue à légitimer la non-intervention et le déni de la part de celles-ci (Marconi, 2019). Inaction qui n’est pas moins violente (Davies et al., 2017) dès lors que les personnes qui s’installent temporairement dans les villes frontalières sont exposées aux risques d’expulsion, de transfert forcé (Tazzioli, 2020) et de violence policière (Marconi, 2019), de relations de voisinage potentiellement tendues avec les résidents (Guenebeaud, 2015). Le droit à l’accueil étant limité à ceux qui demandent une protection internationale, la conséquence la plus frappante est que la seule option qui reste pour les migrants en transit est de s’abriter dans des lieux et camps informels, qui se sont multipliés sur toutes les routes migratoires européennes, de Lesbos à Calais, de Lampedusa et Trieste à Vintimille, Côme et Brenner (Babels, 2017 ; MSF, 2018). La présence visible de personnes illégalisées dans l’espace public est donc le principal enjeu des collectivités locales, qui peut être considéré comme un problème et une nuisance, d’une part, mais aussi comme une revendication politique et une ressource politique de l’autre, laissant ainsi place à la politisation et aux conflits : les débats et décisions locales autour de la visibilité des migrants et des revendications de mobilité et de participation constituent ce que Darling a appelé la « politique de la présence » (2017).

3. Spécificités et apports du numéro

14Ce numéro thématique vient renouveler et compléter la réflexion de la revue Champ Pénal/Penal Field sur la thématique du contrôle migratoire et frontalier entamée avec le volume VII/2010 « Le traitement de l’immigration, entre logique administrative et logique pénale » dirigé par Mathilde Darley et Nicolas Fischer, vis à vis duquel il souhaite adopter une position de continuité et de dialogue. Dans le sillage du dossier thématique de 2010, ce numéro adopte un regard ethnographique, une approche interdisciplinaire, et une appréhension relationnelle au contrôle migratoire, considéré comme le résultat de l’action et des interactions entre une pluralité d’acteurs. L’approche constructiviste et interactionniste est approfondie avec une attention portée aux dimensions spatiales et territoriales des contrôles, d’un côté, et aux dimensions symboliques et politiques de l’autre. Sont mobilisés à cette fin des outils d’analyse multiples, issus de la sociologie de la déviance (Becker, 1985) et du vigilantisme (Favarel-Garrigues, Gayer, 2016 ; Simonneau, 2016), de la sociologie de l’action collective (Mathieu, 2005) et de l’action publique locale et multi-niveau (Caponio, Jones-Correa, 2018).

15L’ensemble des contributions réunies dans ce dossier contribuent à nourrir un certain nombre de débats cruciaux au sein des border studies et de la littérature sur le contrôle migratoire.

16En premier lieu, elles nourrissent les études sur l’enfermement et l’encampement des étrangers. Elles ont la particularité d’appréhender camps et centres de rétention comme outils de l’action publique locale et comme résultats d’un travail politique impliquant différents acteurs collectifs et individuels, des personnes illégalisées elles-mêmes aux « passeurs » en passant par les habitants, engagés à plusieurs degrés dans le maintien ou le contournement de l’ordre. Ouvrant à la comparaison, les articles du numéro mettent au jour les conditions de la création, de la légitimation et du bon fonctionnement des outils de réception et de confinement des étrangers, ainsi que les facteurs locaux permettant de rendre compte de leur diversité ou de leur degré différencié d’efficacité.

17En deuxième lieu, les contributions ici réunies contribuent à nourrir les débats sur le retrait ou le redéploiement de l’État (Hibou, 1998, 2013) à la frontière. En interrogeant les processus de délégation, diffusion, médiation et négociation des contrôles migratoires, tels qu’ils s’effectuent à plusieurs frontières européennes, ils s’intéressent à des scènes et des acteurs multiples. Concernant les acteurs associatifs et humanitaires, les contributions de ce numéro ont la particularité de s’intéresser à ceux moins étudiés tels les habitants des lieux frontaliers et lesdits « passeurs » qui contribuent à façonner le camp et les relations entre le camp et le territoire.

18En troisième lieu, elles contribuent à saisir les dynamiques de (dé)territorialisation et (dé)politisation des contrôles migratoires, dans la mesure où elles replacent la frontière dans ses caractéristiques proprement spatiale et politique (Simmel, 1999) tout en les questionnant.

19Les articles de Camille Guenebeaud et Daniela Trucco se penchent sur les mobilisations des habitants de territoires frontaliers et donnent à voir comment le renforcement des dispositifs frontaliers s’accompagne de différentes formes de demande sociale de frontière, mais aussi de contestation ou de négociation, émanant d’acteurs locaux : collectifs de riverains, associations catégorielles, élu·e·s locaux·ales. S’appuyant sur des terrains distants, à la fois spatialement et temporellement, ces deux articles – le premier portant sur la ville de Calais entre 2013 et 2016, le deuxième sur la ville de Vintimille entre 2015 et 2017 – permettent de dégager des traits communs dans les répertoires d’action comme dans les registres de légitimation au sein des mobilisations « des résidents » demandant la fermeture de lieux d’accueil pour migrant·e·s. Complétant les approches centrées sur les habitants et la diffusion du contrôle migratoire dans les espaces frontaliers, l’article de Léa Lemaire examine de façon originale les pratiques quotidiennes de mise à distance, de discrimination et d’entrave perpétrées par les habitants de l’île de Malte à l’égard des migrant·e·s sorti·e·s des centres de rétention, en montrant à quel point l’empêchement ne se limite ni aux lieux et temps de la rétention ni à la mise en place de barrières matérielles.

20L’article de Yasmine Bouagga replace le curseur sur l’autonomie et l’action des personnes illégalisées, en ouvrant l’objet camp cette fois-ci par l’intérieur et montre comment se réalisent, au sein de celui-ci, l’apprentissage de l’illégalité ainsi que la mise en place de tactiques de contournement diverses. En interrogeant l’organisation sociale du campement connu comme la « jungle » de Calais, il prend en compte le rôle des acteurs solidaires et des dits « passeurs » dans les processus qui font et défont la frontière à l’échelle locale. Dans cette même direction, l’article de Cecilia Vergnano analyse les formes de facilitation et soutien à la mobilité mises en place à la frontière franco-italienne des Hautes-Alpes, dans un contexte où la militarisation de la frontière et la criminalisation de la solidarité se sont sensiblement accrues. Il se focalise en particulier sur les habitants « solidaires », les élu·e·s locaux·ales et la société civile locale, contrecarrant une représentation dominante qui voudrait que les « natifs » soient généralement opposés aux « nouveaux arrivants » étrangers.

21Mettant en lumière les ressorts socio-politiques locaux, pluriels et potentiellement conflictuels, des politiques de contrôle et tri migratoire, les articles réunis dans ce numéro contribuent ainsi à tracer la voie d’un nouveau programme de recherche sur la production locale de la frontière.

Haut de page

Bibliographie

Agier M., 2008, Gérer les indésirables – Des camps de réfugiés au gouvernement humanitaire, Paris, Flammarion.

Ambrosini M., 2020, The Local Governance of Immigration and Asylum: Policies of Exclusion as a Battleground, in Cinalli M., Jacobson D. (Eds.), Migration, Borders and Citizenship Between Policy and Public Spheres, Basington, Palgrave Macmillan, 195-215.

Amilhat Szary A.-L., 2012, Que montrent les murs ? Des frontières contemporaines de plus en plus visibles, Études internationales, 43, 1, 67-87.

Amilhat Szari A.-L., Giraut F. (dir.), 2015, Borderities: The Politics of Contemporary Mobile Borders, Basingstoke, Palgrave Macmillan.

Andersson R., 2014, Illegality, inc.: Clandestine Migration and the Business of Bordering Europe, Oakland, CA, University of California Press.

Arbogast L., 2016, La détention des migrants dans l’Union européenne, un business florissant, Migreurop.

Babels, 2017, De Lesbos à Calais : comment l’Europe fabrique des camps, Paris, Le passager clandestin.

Babels, 2018, Entre accueil et rejet : ce que les villes font aux migrants, Paris, Le passager clandestin.

Bacon C., 2005, The Evolution of Immigration Detention in the UK: The Involvement of Private Prison Companies, Refugee Studies Center, Working Paper No. 27.

Balibar É., 2009, Europe as borderland, Environment and Pllaning D: Society and Space, 27, 2, 190-215.

Bassi M., 2015, Politiques de contrôle et réalités locales : le cas du centre d’accueil (pour demandeurs d’asile) de Mineo en Sicile, L’Espace Politique, 25, 1, [en ligne] https://journals.openedition.org/espacepolitique/3354.

Bassi M., 2019, Lampedusa: a Bordered Island, in Caponio T., Scholten P., Zapata R. (Eds.), Routledge Handbook of the Governance of Migration and Diversity in Cities, London, Routledge, 343-352.

Becker H.S., 1985, Outsiders : études de sociologie de la déviance, Paris, Métailié.

Bigo D., 1998, L’immigration à la croisée des chemins sécuritaires, Revue européenne des Migrations Internationales, 1, 14, 25-46.

Bigo D., 2001, Migration and security in Guiraudon V., Joppke C. (Eds.), Controlling a New Migration World, London, Routledge, 121-149.

Bigo D., Guild E., 2003, Le visa. Instrument de la mise à distance des « indésirables », Cultures et Conflits, 49-50, 82-95.

Boudou B., 2018, De la ville-refuge aux sanctuary cities : l’idéal de la ville comme territoire d’hospitalité, Sens-Dessous, 1, 21, 83-89.

Brunet-Jailly E., 2007, Borderlands: Comparing Border Security in North America and Europe, Ottawa, University of Ottawa.

Caponio T., Borkert M. (Eds.), 2010, The Local Dimension of Migration Policymaking, Amsterdam, Amsterdam University Press.

Caponio T., Jones-Correa M., 2018, Theorising Migration Policy in Multilevel States: The Multilevel Governance Perspective, Journal of Ethnic and Migration Studies, 44, 12, 1995-2010.

Chand D., Schreckhise W., 2014, Secure Communities and Community Values: Local Context and Discretionary Immigration Law Enforcement, Journal of Ethnic and Migration Studies, 41, 1-23.

Cuttitta P., 2012, Lo spettacolo del confine. Lampedusa tra produzione e messa in scena della frontiera, Milan, Mimesis.

Cuttitta P., 2014, “Borderizing” the Island. Setting and Narratives of the Lampedusa “Border Play”, ACME: An International E-Journal for Critical Geographies, 1, 32, 196-219.

Cuttitta P., 2015a, La frontière Lampedusa. Mises en intrigue du sécuritaire et de l’humanitaire, Cultures & Conflits, 99-100, [en ligne] DOI : https://doi.org/10.4000/conflits.19101.

Cuttitta P., 2015b, Territorial and Non-territorial: the Mobile Borders of Migration Controls in Amilhat Szari A.-L., Giraut F. (Eds.), Borderities: The Politics of Contemporary Mobile Borders, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 241-255.

Darley M., 2014, Le bon, la brute et le migrant ? Le rôle négocié des acteurs religieux dans un dispositif policier d’enfermement des étrangers en Allemagne, Sociologie du travail, 56, 4, 472-492.

Darley M., Fisher N. (dir.), 2010, Le traitement de l’immigration, entre logique administrative et logique pénale, Champ pénal/Penal field, 7, [en ligne] https://journals.openedition.org/champpenal/7718.

Darling J., 2017, Forced Migration and the City: Irregularity, Informality, and the Politics of Presence, Progress in Human Geography, 41, 2, 178-198.

Davies T., Isakjee A., Dhesi S., 2017, Violent inaction: The Necropolitical experience of refugees in Europe, Antipode, 49, 5, 1-22.

De Genova N., 2002, Migrant “Illegality” and Deportability in Everyday Life, Annual Review of Anthropology, 31, 419-447.

De Genova N., 2012, Border, Scene and Obscene, in Wilson T., Hastings D. (Ed.), A Companion to Border Studies, Hoboken, Wiley, 492-504.

De Graauw E., 2016, Making Immigrant Rights Real: Nonprofits and the Politics of Integration in San Francisco, Ithaca, Cornell University Press.

Del Biaggio C., Campi A., 2013, Regards sur les migrants de longue distance en Grèce, L’Espace Politique, 20, 2, [en ligne] https://journals.openedition.org/espacepolitique/2675.

Della Porta D. (Ed.), 2018, Solidarity Mobilizations in the “Refugee Crisis”: Contentious Moves, Cham, Palgrave Macmillan.

Doomernik V., Glorius B., 2016, Refugee Migration and Local Demarcations: New Insight into European Localities, Journal of Refugee Studies, 29, 4, 429-439.

Duez D., Simonneau D., 2018, Repenser la notion de frontière aujourd’hui. Du droit à la sociologie, Droit et Société, 1, 98, 37-52.

Düvell F., 2012, Transit migration: A blurred and politicised concept, Population, Space and Place, 18, 4, 415-427.

Düvell F., Molodikova I., Collyer M. (Eds.), 2014, Transit migration in Europe, Amsterdam, University Press.

Favarel-Garrigues G., Gayer L., 2016, Violer la loi pour maintenir l’ordre. Le vigilantisme en débat, Politix, 3, 115, 7-33.

Filomeno F.A., 2017, Theories of local immigration policy, Palgrave Macmillan, Basingstoke.

Fischer N., 2017, Le territoire de l’expulsion : la rétention administrative des étrangers et l’état de droit dans la France contemporaine, Lyon, ENS.

Flynn M., 2017, Detained beyond the sovereign. Conceptualising non-state actor involvement in immigration detention, in Conlon D., Hiemstra N. (Eds.), Intimate Economies of Immigration Detention. Critical Perspectives, London, Routledge, 15-31.

Flynn M., Cannon C. (Eds.), 2015, The Privatization of Immigration Detention, London, Routledge.

Gilbert L., 2009, Immigration as local politics: Re-bordering immigration and multiculturalism through deterrence and incapacitation, International Journal of Urban and Regional Research, 33, 26-42.

Guenebeaud C., 2015, Vivre en voisins à la frontière. Enjeux autour de la présence de migrants sans-papiers dans la ville de Calais, Belgeo, 2, [en ligne], http://journals.openedition.org/belgeo/15476.

Guiraudon V., 2002, Logiques et pratiques de l’État délégateur : les compagnies de transport dans le contrôle migratoire à distance, Cultures & Conflits, 45, 51-63.

Gulasekaram P., Ramakrishnan S.K. (Eds.), 2015, The New Immigration Federalism, New York, Cambridge University Press.

Hamman P., 2013, Sociologie des espaces-frontières. Les relations transfrontalières autour des frontières françaises de l’Est, Strasbourg, Presses Universitaires de Strasbourg.

Hibou B., 1998, Retrait ou redéploiement de l’État, Critique internationale, 1, 151-168.

Hibou B., 2013, Introduction. La bureaucratisation néolibérale, ou la domination et le redéploiement de l’État dans le monde contemporain in Hibou B. (dir.), La bureaucratisation néolibérale, Paris, La Découverte, coll. « Recherches », 7-20.

Kaufmann D., 2019, Comparing Urban Citizenship, Sanctuary Cities, Local Bureaucratic Membership, and Regularizations, Public Administration Review, 79, 3, 443-446.

King N., 2016, No Borders: The Politics of Immigration Control and Resistance, London, Zed Books.

Kos S., Maussen M., Doomernik J., 2016, Policies of Exclusion and Practices of Inclusion: How Municipal Governments Negotiate Asylum Policies in the Netherlands, Territory, Politics, Governance, 4, 3, 354-74.

Le Bourhis K., 2001, Les transporteurs et le contrôle des flux migratoires, Paris, L’Harmattan.

Le Courant S., 2010, Ce que fait la politique de contrôle de l’immigration, Champ pénal/Penal field, 7, [en ligne] http://journals.openedition.org/champpenal/7889.

Lebuhn H., 2013, Local border practices and urban citizenship in Europe: Exploring urban borderlands, City, 17, 37-51.

Lendaro A., Rodier C., Vertongen Y. (Eds.), 2019, La crise de l’accueil. Frontières, droits, résistances, Paris, La Découverte.

Lidén G., Nyhlén J., 2015, Reception of Refugees in Swedish Municipalities: Evidences from Comparative Case Studies, Migration and Development, 4, 1, 55-71.

Marchetti C., 2020, Cities of Exclusion: Are Local Authorities Refusing Asylum Seekers?, in Ambrosini M. et al. (Eds.), Migration, Borders and Citizenship Between Policy and Public Spheres, Basington, Palgrave Macmillan, 237-263.

Marconi G., 2019, Local impacts of the Global North’s blackmail concerning transit migration: The cases of Tijuana and Istanbul, in Caponio T., Scholten P., Zapata R. (Eds.), Routledge Handbook of the Governance of Migration and Diversity in Cities, London, Routledge, 353-363.

Mathieu L., 2005, Repères pour une sociologie des croisades morales, Déviance et Société, 1, 29, 3-12.

Mayblin L., James P., 2018, Asylum and refugee support in the UK: civil society filling the gaps, Journal of Ethnic and Migration Studies, 45, 375-394.

McMahon S., 2019, Making and unmaking migrant irregularity: a border city during Italy’s “migration crisis”, in Caponio T., Scholten P., Zapata R. (Eds.), Routledge Handbook of the Governance of Migration and Diversity in Cities, London, Routledge, 364-374.

Mezzadra S., Neilson B., 2013, Border as a Method or the Multiplication of Labor, Durham, Duke University Press.

Monforte P., 2015, The Border as a Space of Contention. The Spatial Strategies of Protest Against Border Controls in Europe, Citizenship Studies, 20, 1-16.

Nagels C., Rea A., 2010, De la criminalisation des travailleurs sans-papiers, Champ pénal/Penal field, 7, [en ligne] http://journals.openedition.org/champpenal/7865.

Newman D., 2006, Borders and Bordering. Towards an Interdisciplinary Dialogue, European Journal of Social Theory, 9, 2, 171-186.

Pallister-Wilkins P., 2015, The Humanitarian Politics of European Border Policing: Frontex and Border Police in Evros, International Political Sociology, 9, 1, 53-69.

Pallister-Wilkins P., 2017, Humanitarian Borderwork, in Gunay C., Witjes N. (Eds.), Border Politics. Defining Spaces of Governance and Forms of Transgressions, Cham, Springer, 85-103.

Papadopoulos D., Tsianos V.S., 2013, After citizenship: Autonomy of migration, organisational ontology and mobile commons, Citizenship Studies, 17, 178-196.

Penninx R. (Ed.), 2004, Citizenship in European Cities: Immigrants, Local Politics, and Integration Policies, Burlington, Ashgate.

Penninx R., Martiniello M. (Eds.), 2004, Citizenship in European Cities: Immigrants, Local Politics and Integration Policies, Burlington, Ashgate.

Pette M., 2014, Association : les nouveaux guichets de l’immigration ? Du travail militant en préfecture, Sociologie, 5, 4, 405-421.

Pillant L., 2015, Les conséquences socio-spatiales des nouvelles modalités du contrôle migratoire à la frontière gréco-turque, L’Espace Politique, 25, 1, [en ligne] DOI : https://doi.org/10.4000/espacepolitique.3369.

Pillant L., Tassin L., 2015, Lesbos, l’île aux grillages. Migrations et enfermement à la frontière gréco-turque, Cultures & Conflits, 3, 99-100, 25-55.

Queirolo Palmas L., Rahola F., 2020, Underground Europe. Lungo le rotte migranti, Milano, Meltemi.

Ramakrishnan S.K., Wong T., 2010, Immigration Policies Go Local: The Varying Responses of Local Governments to Low-Skilled and Undocumented Immigration, in Varsanyi M.W. (Ed.), Taking Local Control: Immigration Policy Activism in U.S. Cities and States, Stanford, Stanford University Press, 73-93.

Rodier C., 2012, Xénophobie business. À quoi servent les contrôles migratoires ?, Paris, La Découverte.

Rosenberger S., Stern V., Merhaut N., 2018, Protest Movements in Asylum and Deportation, Cham, Springer International Publishing.

Rumford C., 2008, Introduction: Citizens and Borderwork in Europe, Space and Polity, 12, 1, 1-12.

Rumford C. (Ed.), 2013, Citizens and borderwork in contemporary Europe, London, Routledge.

Sayad A., 1999, Immigration et « pensée d’État », Actes de la recherche en sciences sociales, 4, 129, 5-14.

Schiller M., 2015, Paradigmatic pragmatism and the politics of diversity, Ethnic and Racial Studies, 38, 7, 1120-1136

Scholten P., 2013, Agenda Dynamics and the Multilevel Governance of Intractable Policy Controversies: The Case of Migrant Integration Policies in the Netherlands, Policy Sciences 46, 3, 217-236.

Semprebon M., Pelacani G., 2020, Dispersal and reception in Northen Italy: comparing systems along the Brenner route, in Glorius B., Doomernik J. (Eds.), Geographies of Asylum in Europe and the Role of European Localities, Springer, Cham, 15-43.

Simmel G., 1999 [1908], Sociologie : études sur les formes de socialisation, Paris, PUF.

Simonneau D., 2016, Entre suprématie blanche et cybersécurité. Mutations contemporaines des pratiques de vigilantisme en Arizona, Politix, 29, 115, 79-102.

Simonneau D., 2017, Incomparable walls? Challenges and construction of a comparison of pro-fence mobilizations in Israel and in Arizona (United States of America), Revue internationale de politique comparée, 4, 24, 349-372.

Simonneau D., Castelli Gattinara P., 2019, Prendre part aux logiques d’exclusion : les mobilisations anti-migrants en France, en Italie et aux États-Unis, Critique internationale, 3, 84, 105-124.

Spencer S., 2018, Multilevel Governance of an Intractable Policy Problem: Migrants with Irregular Status in Europe, Journal of Ethnic and Migration Studies, 44, 12, 2034-2052.

Tassin L., 2014, Accueillir les indésirables. Les habitants de Lampedusa à l’épreuve de l’enfermement des étrangers, Genèses, 3, 96, 110-131.

Tazzioli M., 2020, Governing migrant mobility through mobility: Containment and dispersal at the internal frontiers of Europe, Environment and Planning C: Politics and Space, 38, 1, 3-19.

Trucco D., 2019, La (re)frontiérisation de la ville de Vintimille dans le contexte de la « crise des réfugiés » (2015-aujourd’hui), in Ortolani M. (dir.), Actes du colloque Pridaes XI. L’intégration des étrangers et des migrants dans les États de Savoie depuis l’époque moderne, Nice, Éditions Serre, 329-342.

Van Houtum H., 2012, Remapping Borders, in Donnan H., Wilson T.M. (Eds.), A companion to Border Studies, Owford, Wiley-Blackwell, 405-418.

Varsanyi M.W., 2008, Immigration policing through the backdoor: City ordinances, the “right to the city”, and the exclusion of undocumented day laborers, Urban Geography, 29, 29-52.

Walters W., 2002, Mapping Schengenland: Denaturalizing the Border, Environment and Planning D: Society and Space, 20, 5, 561-580.

Williamson A.F., 2018, Welcoming New Americans? Local Governments and Immigrant Incorporation, Chicago, University of Chicago Press.

Zapata-Barrero R., Caponio T., Scholten P., 2017, Theorizing the “local turn” in a multi-level governance framework of analysis: a case study in immigrant policies, International Review of Administrative Sciences, 83, 2, 241-246.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Daniela Trucco, « Territoires frontaliers, contrôles migratoires et acteurs non policiers »Champ pénal/Penal field [En ligne], 23 | 2021, mis en ligne le 19 mai 2021, consulté le 27 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/champpenal/12449 ; DOI : https://doi.org/10.4000/champpenal.12449

Haut de page

Auteur

Daniela Trucco

Docteure en science politique
Chercheure associée laboratoires ERMES et URMIS, Université Côte d’Azur
daniela.trucco[at]gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Champ pénal

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search