Navigation – Plan du site

AccueilTous les volumes22ArticlesLa force des dispositions

Articles

La force des dispositions

Mobilités sociales, genre et devenirs policiers
The Enforcement of Previous Dispositions. Social Trajectories and Gender Socialisation of Police New Recruits
David Pichonnaz

Résumés

Cet article étudie la manière dont des dispositions incorporées avant l’entrée dans la police contribuent à façonner la manière dont les nouvelles recrues dans ce métier acquièrent leurs manières de le penser et de le pratiquer. Il montre, d’une part, que les pertes de statut ou les stratégies d’ascension sociale échouées antérieurement ont pour effet de rendre les nouvelles recrues davantage sensibles au pouvoir de coercition auquel elles sont habilitées, alors perçu comme pourvoyeur de statut. Par ailleurs, les policières interrogées ont un rapport plus distant avec les outils coercitifs, et ont moins tendance à aligner leurs pratiques sur celles des hommes que dans d’autres contextes nationaux, phénomène que l’on peut mettre sur le compte de l’élévation de leur niveau de diplôme. La socialisation de genre se matérialise en outre par des constructions différenciées de la masculinité parmi les policiers, qui sont associées à des visions du métier également différentes.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1. Introduction : une étude des contrastes dans les socialisations policières

  • 1 Le terme de « recrues » utilisé dans ce texte présente l’avantage d’être épicène : nous nous en ser (...)
  • 2 Il va de soi que l’on ne peut déduire avec précision, à partir de conceptions antagoniques du métie (...)

1Les travaux pionniers portant sur les forces de l’ordre ont construit le concept homogénéisant de « culture policière », décrivant un réservoir de pratiques officieuses considérées comme s’imposant aux individus qui entrent dans cette profession (Skolnick, 1966 ; Westley, 1970). Égratignant par la suite le succès de ce paradigme, considéré comme « condamnatoire » (Waddington, 1999, 293), nombre de travaux ont montré, dans des contextes nationaux variés, les importantes divisions observables au sein du groupe professionnel, élaborant pour certains des typologies de policières et de policiers (Sklansky, 2007 ; O’Neill et al., 2007 ; Paoline, 2003 ; Terrill et al., 2003 ; Chan, 1997 ; Monjardet, 1996 ; Manning, 1980). La mise au jour de ces variations de profils, y compris au sein même des services ou des unités spécialisées, appelle à étudier plus avant les mécanismes conduisant les professionnel·le·s à développer des investissements professionnels et des pratiques du métier contrastées. L’hypothèse que cet article souhaite explorer est celle de l’impact des socialisations antérieures des policières et policiers, et plus particulièrement celles des nouvelles recrues1, sur leurs visions du métier2. Il s’agit donc d’étudier le possible transfert, dans l’espace policier, de dispositions sociales intériorisées avant l’entrée dans la profession. Les analyses proposées s’inscrivent dans une perspective ayant émergé il y a une dizaine d’années en sociologie du travail, considérant que la socialisation professionnelle se doit d’être appréhendée comme une socialisation secondaire, s’exerçant sur des individus déjà « dispositionnellement constitués » (Darmon, 2018). Bien que différents travaux récents aient posé les jalons d’une telle approche sur différents terrains empiriques, celle-ci n’a jamais été appliquée à la police. Comme d’autres métiers relationnels du service public pourtant, le travail policier consiste, au moins en partie, à s’appuyer sur des compétences, attitudes ou visions du monde qui peuvent avoir été acquises en dehors du travail (Pichonnaz, Toffel, 2018). C’est la prise en compte de cette « transférabilité » des dispositions (Bourdieu, 2003, 200‑201) qui nous semble à même de contribuer à une meilleure compréhension du travail policier.

2La piste de l’impact des socialisations antérieures a été explorée à propos d’autres métiers, notamment relationnels. Ces travaux ont montré que l’origine sociale, et donc la socialisation familiale, mais également la socialisation scolaire et les trajectoires de mobilité sociale avaient un impact fort sur le travail. L’investissement dans le métier, lui-même dépendant des trajectoires sociales, produit, par exemple dans le cas des aides à domicile, un désintérêt pour certains types de client·e·s, plus souvent considéré·e·s comme manquant de valeur ou d’intérêt (Avril, 2014), ou des approches plus coercitives dans le cas du travail aux guichets de la CAF (Dubois, 2010). À propos des fonctionnaires de l’immigration, Spire (2008) indique que la trajectoire sociale est essentielle pour appréhender la loyauté envers les prescriptions contrôlantes imposées par la hiérarchie vis-à-vis des candidat·e·s à un permis de séjour. Dans un tout autre domaine, Benquet montre que l’on ne défend pas les mêmes pratiques en caisse d’hypermarché selon qu’on occupe ce poste après une trajectoire ascendante interrompue ou, au contraire, qu’il s’agit d’une situation transitoire visant à financer des études (Benquet, 2013). Les socialisations familiales impactent quant à elles la façon dont les assistantes et assistants sociaux jugent les pratiques éducatives des parents (Serre, 2009), celle dont les enseignant·e·s réagissent à l’agressivité des élèves dans un quartier dit « difficile » (Balland, 2012), ou encore les dispositions ascétiques ou « mathématiques » activées dans le monde de la finance (Bouvet, 2018). Il est ainsi rare qu’une institution, ou un espace professionnel, parvienne à « convertir » (Darmon, 2016, 117) entièrement les habitus antérieurs des nouveaux et nouvelles entrantes : même la socialisation militaire produit des effets différenciés selon les dispositions préalables des nouvelles recrues (Guillaume, 2018 ; Coton, 2017).

3Sur la base d’une étude de terrain menée auprès de policières et policiers récemment entrés dans le métier en Suisse, qui s’intéressait à la formation et aux « devenirs policiers » (Pichonnaz, 2017), nous adoptons une approche similaire à celle des travaux cités ci-avant, dans le but de mieux comprendre la variation des profils professionnels rencontrés. Il ne s’agit pas ici de défendre l’idée que les socialisations antérieures expliquent à elles seules les manières différenciées de devenir policière ou policier, mais de montrer que leur prise en compte permet de mieux appréhender certaines variations, en particulier en ce qui concerne le rapport à l’autre et à la contrainte qu’affichent les nouvelles recrues.

  • 3 L’élévation du niveau de diplôme des recruté·e·s a été observée dans différents contextes nationaux (...)
  • 4 Le système policier suisse, à l’instar des contextes britanniques et américains, est fortement déce (...)
  • 5 Coulangeon et al. (2012) appréhendent les variations des visions du métier à partir des réponses do (...)

4Le cas étudié présente des spécificités contextuelles rendant peu probable une socialisation professionnelle totalement uniformisante. D’une part, les profils aujourd’hui recrutés dans les corps de police du pays sont socialement diversifiés. Si, historiquement, les policiers étaient des hommes issus des catégories populaires, les femmes sont aujourd’hui plus souvent recrutées, et les individus issus de milieux plus favorisés et davantage diplômés ne sont plus rares (Pichonnaz, 2017 ; Pichonnaz, Surdez, 2012)3. D’autre part, en raison de la présence de forces réformatrices au sein de l’espace policier suisse, la formation initiale des recrues est traversée de tensions entre les modèles professionnels enseignés, dont certains remettent en cause l’orthodoxie professionnelle (Pichonnaz, 2018). Ce contexte, associé à la fragmentation de l’espace professionnel découlant du fédéralisme helvétique4, offre aux nouvelles et nouveaux entrants de nombreuses opportunités de se saisir de modèles professionnels alternatifs. Cela peut expliquer en partie les raisons pour lesquelles nous concluons, en tout cas sur certains éléments de visions du métier, à un poids important des socialisations antérieures, alors que Coulangeon et al. (2012), sur la base d’une étude par questionnaire menée en France, arrivent à des résultats en partie contradictoires : ils concluent en la force de la socialisation professionnelle, qui tend selon eux à convertir les dispositions antérieures des policières et des policiers. Il nous semble que ces divergences résultent de spécificités méthodologiques et d’objectifs de recherche différents. L’analyse proposée par ces auteur·e·s prend pour base le constat d’une corrélation forte entre les postes occupés et les visions du métier. Cependant, de l’aveu même des chercheur·e·s, cette démarche ne permet pas de contrôler les effets de recrutement : les individus peuvent occuper des positions ajustées à leurs dispositions antérieures. Seules des données issues d’entretiens biographiques permettent de contourner ce biais, ce que nous nous proposons de faire5. Le fait que notre étude porte sur les nouvelles recrues pourrait faire penser que leur socialisation professionnelle est inachevée. Les études longitudinales menées en France (Monjardet, Gorgeon, 2005) et au Québec (Alain, Grégoire, 2006) contredisent ce point : elles montrent la persistance des conceptions variables du métier policier au fil des années.

5Après une présentation brève des données d’enquête (point 2), l’analyse de l’impact des dispositions importées se concentrera sur deux aspects des visions du métier des nouvelles recrues. D’une part, l’article explore les liens entre les trajectoires de mobilité sociale et les manières de se positionner par rapport à la population, le degré d’investissement moral dans le métier (point 3). D’autre part, la socialisation de genre apparaît comme ayant un impact sur la manière dont les nouvelles et nouveaux entrants se positionnement à propos des compétences et moyens coercitifs dont dispose la police (point 4).

2. Données et méthode : des « entretiens ethnographiques »

  • 6 Nous ne révélons pas les dates exactes afin de préserver l’anonymat de la cohorte.

6Le point de départ de notre étude a consisté en une observation directe de l’enseignement prodigué dans une école de police en Suisse, l’Académie de Savatan, de manière intermittente durant toute la formation (une année) d’une cohorte de nouvelles recrues (164 heures de cours et d’exercices observés, répartis sur 33 journées). Cela nous a permis, parallèlement à l’observation des enseignements, de nouer des contacts avec les élèves durant les pauses et moments informels pour, ensuite, conduire des entretiens approfondis. Les analyses présentées ici sont basées principalement sur ce corpus d’entretiens, menés avec des policières et des policiers appartenant à différents corps de police des cantons de Vaud et du Valais (partie francophone du pays), ayant en commun d’être fraîchement entrés dans la profession et d’appartenir à la même promotion. Les entretiens, conduits au début des années 20106, ont eu lieu à trois moments : durant la fin de la formation, après une année, ou après deux ans de pratique. L’idée initiale était d’effectuer deux entretiens avec chaque recrue, ce qui n’a été possible qu’avec une partie d’entre elles. L’échantillon comprend 21 recrues : 10 ont été rencontrées une fois, 11 l’ont été deux fois, soit 32 entretiens conduits au total (Tableau I).

Tableau I. Chronologie des entretiens conduits

Fin de formation

Une année de pratique

Deux ans de pratique

Entretiens uniques

2 entretiens

4 entretiens

4 entretiens

Entretiens répétés

6 entretiens

--->

6 entretiens (avec les mêmes recrues)

5 entretiens --->

5 entretiens (avec les mêmes recrues)

Totaux

8 entretiens

9 entretiens

15 entretiens

7L’échantillon a été composé en prenant soin de faire varier les corps de police d’appartenance, le genre, l’âge, l’origine sociale, le type de parcours et les métiers antérieurs des interviewé·e·s. En pouvant nous appuyer sur des liens d’interconnaissance préalables et donc sur une confiance importante accordée par les enquêté·e·s, nous avons pu conduire des entretiens longs et approfondis, selon des modalités proches de « l’entretien ethnographique » (Beaud, Weber, 2010), notamment en donnant le plus possible à ceux-ci l’allure d’une discussion ordinaire.

3. Investissement moral dans le métier et trajectoires de mobilité sociale

  • 7 Voir par exemple : Loi sur la police cantonale valaisanne de 1953, Loi sur la police cantonale vaud (...)
  • 8 Le terme « délinquant », très fréquemment utilisé par les acteurs et actrices, présente peu de pert (...)

8La police a pour mandat officiel le « maintien de l’ordre »7, une finalité qui recouvre tant l’ordre politique et judiciaire que les normes sociales et morales. Policières et policiers ont pour mission de faire appliquer les lois et règlements, mais également de « maintenir » ce que les textes officiels qualifient parfois de « tranquillité publique ». Si les nouvelles recrues intègrent une institution qui se situe dès lors du côté de la préservation de l’ordre, cela n’est pas vécu et investi de la même manière par chacune d’entre elles. Les nouvelles et nouveaux entrants s’identifiant le plus à ce rôle de conservation de l’ordre font preuve de ce que l’on peut appeler un fort « investissement moral » dans le métier : ce sont des individus qui accordent une grande importance à l’objectif de maintien de l’ordre politique et moral qui peut être associé à leur métier. Ces individus se perçoivent comme appartenant aux « gentils » ‒ une catégorie indigène souvent opposée à celle de « méchants » ‒, c’est‑à‑dire comme étant moralement supérieurs aux justiciables. Le degré selon lequel policières et policiers associent leur métier à une entreprise de moralisation façonne plus généralement leur « rapport à l’autre » (Monjardet, 1996), c’est-à-dire leurs perceptions des personnes n’appartenant pas à la police, et en particulier de celles et ceux catégorisés comme « délinquants »8. Différents travaux ont montré qu’une identité professionnelle moralisatrice et un rapport distant à la population étaient deux postures courantes dans le monde policier, constitutives de la « culture policière » (Crank, 2004 ; Waddington, 1999). Nous observons cependant à ce sujet de grandes variations parmi les policières et policiers nouvellement entrés dans le métier. Pour mieux les comprendre, il nous est apparu opportun de nous intéresser à leurs trajectoires de mobilité sociale antérieures, et de tenir compte en particulier des expériences de pertes de statut dont elles et ils ont pu faire l’expérience.

3.1. Des investissements moraux contrastés

9Les entretiens conduits avec les jeunes policières et policiers montrent des positionnements fort différenciés en ce qui concerne leur investissement moral dans le métier et, de manière corollaire, leur rapport à la population. Aux États-Unis, Muir (1977) a évoqué il y a longtemps ces variations, sans qu’elles aient été explorées par la suite, bien que l’investissement moral dans le métier ait fait l’objet d’analyses, dans le monde anglo-saxon, pour montrer son influence négative sur le rapport à l’autre des policières et policiers (Crank, 2004 ; Reiner, 1978). Dans l’échantillon étudié ici, l’on peut identifier deux tendances parmi les recrues interrogées. D’une part, des individus présentant une forte distance vis-à-vis de la population, une perception négative de celle-ci et un sentiment de mener ce qui peut s’apparenter à une « croisade morale » (Becker, 1985) contre les personnes qualifiées de « délinquantes ». À l’opposé, une partie des individus se considère comme appartenant à la même « communauté morale » (Fassin, 2011, 313) que les justiciables, y compris celles et ceux ayant commis des infractions. Bien qu’il s’agisse d’un continuum, et que certaines recrues puissent adopter des positions intermédiaires, il est frappant de constater l’ampleur des contrastes, et le caractère marqué des positions affichées. Le fort investissement moral et la distance importante vis-à-vis de la population s’expriment, pour une partie des recrues, d’abord par un sentiment de singularité :

[À propos de l’entrée dans le métier] : Je trouvais beau les policiers en uniforme. Et puis les horaires irréguliers aussi, c’est ça qui m’attirait : travailler la nuit, ne pas être comme les autres.

  • 9 Les indications temporelles concernent le moment de l’entretien (fin de formation ; après 1 an de p (...)

(Stéphanie Besse, 2 ans)9

[Après avoir raconté une situation de poursuite en véhicule] : Il y a des trucs comme ça, on aimerait bien que certaines personnes [parmi nos proches] les vivent. Parce que c’est super impressionnant, mais ils ne pourront jamais.

(Thomas Grand, 1 an)

10Ce sentiment de singularité est associé à un rapport à l’autre fondé sur un principe de distinction, en particulier face aux personnes commettant des infractions, comme l’exprime ce jeune policier :

[En entrant sur le « terrain »] j’ai été surpris de la débilité des gens. Il y a quand même des sacrés cons. Je suis surpris des fois de la violence des gens […]. Je te dis, la race humaine, elle est complexe. Il y a des trucs qui te semblent aberrants : les violences domestiques, je comprends pas comment on peut taper ses enfants. Et ça arrive. Je comprends pas comment tu peux en arriver au point de te foutre sous un train. Je sais pas comment tu peux faire ça. T’ouvrir les veines des trucs comme ça. Je comprends pas comment tu peux passer ta vie à glander et à te shooter, par exemple.

(Jules Thorens, 2 ans)

11Ces policières et ces policiers affichent en outre une sensibilité forte au respect de leur autorité :

Il faut aussi savoir être déterminé [pour être policier], montrer qui c’est qui décide. Les gens, c’est pas eux qui vont décider, ils font pas ce qu’ils veulent une fois qu’on les arrête.

(Lucien Paccot, 2 ans)

12Le justiciable qui n’accepte pas sa faute remet non seulement en cause l’autorité policière, mais également les visées moralisatrices de son action. Pour ces individus, le « client idéal » (Becker, 1952) est celui qui accepte sa faute. L’investissement moral se matérialise ainsi par une forte incompréhension lorsque l’autorité policière est contestée :

Il n’y a pas tout le monde qui ose s’attaquer à l’uniforme. […] Pour s’attaquer, […] il faut déjà être bien culotté, s’en foutre de l’autorité tout court. Moi, clairement, j’aurais jamais craché sur un uniforme. Mais je veux dire : t’arrêtes [certains] gars, ils en ont rien à foutre !

(Thomas Grand, 2 ans)

13Notre étude se concentre sur les premières années de pratique du métier, mais d’autres travaux ont montré que ce sentiment de distinction sociale et morale a tendance à se renforcer lorsque les policières et policiers avancent dans leur trajectoire professionnelle (Alain, 2011, 395).

14De manière contrastée, une autre partie des nouveaux et nouvelles entrantes ne développe pas un tel rapport aux usagères et usagers, marqué par une distance à la fois morale et sociale, ou dans un degré moindre. Elles et ils affichent ce que Muir avait appelé une « conception unitaire de l’humanité », en ne rejetant pas une partie de celle-ci dans une catégorie d’immoralité (Muir, 1977, 178). Cela se matérialise par la défense d’une position d’égalité et non de singularité ou de supériorité morale par rapport aux justiciables :

Il faut pas se croire mieux que les autres. Pour moi, c’est un mauvais flic, ça. L’uniforme n’y change rien. La personne, elle est telle qu’elle est […]. C’est pas parce que [le policier] a un uniforme ou un flingue à la ceinture qu’il vaut plus, ou qu’il mérite mieux que les personnes qu’il arrête. Il faut s’en rendre compte et l’accepter.

(Lisa Stanor, fin de formation)

Chaque fois que j’ai quelqu’un en face de moi, ça reste quand même un être humain, je ne vais pas… J’essaie de traiter d’égal à égal. Même si c’est des crêpes… […] C’est mon opinion, pour le moment. Après on verra, j’ai des collègues qui ont beaucoup changé par rapport à ça.

(Joëlle Chapuis, 2 ans)

15Ces professionnel·le·s peuvent critiquer leurs collègues qui affichent leur fierté d’appartenir au métier, comme le fait Vanessa Comte :

[Pour être une bonne policière], il faut savoir écouter les gens, parce que quand même certains [collègues], ils croient qu’ils ont chié le Pérou parce qu’ils ont un uniforme. Alors que… Je sais pas moi… On est sur un pied d’égalité.

(Vanessa Comte, 1 an)

16Ce type de recrue ne s’estime pas en position d’adopter une attitude normative ou de « faire la morale » aux justiciables :

Quand il y a un type qui sort d’une discothèque et qui pisse dans la rue, eh bien je vais le contrôler, je vais le dénoncer [= lui mettre une amende]. Mais je vais lui dire : « Vous avez fait ci, avez fait ça, vous savez que vous avez pas le droit. C’est pas criminel, mais ma foi, c’est pas vu pas pris, là vous êtes pris, vous avez joué, vous avez perdu. » Et puis ça s’arrête là.

(Benjamin Joly, 2 ans)

— Je trouve que ça sert à rien d’encore taper sur les doigts, de leur faire la morale [aux justiciables]. J’évite. Si tout à coup je sens que je suis en train de le faire, je me dis « non, non ». En plus on a affaire à des gens qui sont plus âgés que nous, donc faire la morale à des personnes c’est pas mon rôle.

Mais tu peux faire la morale à des plus jeunes ?

— Mais non, c’est pas mon métier et puis ça apporte rien, certains ça leur passe là, ça leur passe sur le côté.

(Alain Morand, 2 ans)

17Cet investissement moral plus faible se manifeste également par un rapport plus distancié au rôle répressif de la police. Ces policières et policiers estiment que : « On ne peut pas attraper tout le monde » (Benjamin Joly). La métaphore ludique du « pas vu, pas pris » est souvent mobilisée par cette catégorie de professionnel·le·s.

3.2. L’impact des trajectoires de mobilité sociale

  • 10 Les institutions policières suisses exigent que les personnes recrutées aient appris un autre métie (...)

18En comparant les trajectoires des recrues, l’on constate que les individus les plus investis moralement ont, pour la plupart, soit perdu un statut avant leur entrée dans le métier, soit échoué une stratégie d’ascension sociale qui visait à s’extraire de leur milieu d’origine (Tableau II). Le premier cas de figure consiste en un déclassement intergénérationnel : le niveau de diplôme atteint et le métier exercé antérieurement à l’entrée dans la police étaient largement moins prestigieux et rémunérateurs que ceux des parents10. Dans les individus cités plus haut, c’est le cas de Thomas Grand dont le père est avocat et de celui de Lucien Paccot, fils d’ingénieur. Ces deux policiers sont devenus artisans ou employés non manuels peu qualifiés avant leur entrée dans la police. Ces emplois, qui ne sont pas présentés comme relevant de choix – T. Grand explique avoir choisi son premier métier administratif « Parce que je savais pas dans quelle branche je voulais m’orienter. » – ne les ont pas satisfaits. Ces deux individus n’ont pas cherché à modifier le cours de leurs parcours professionnels en faisant des études et ne possédaient pas de ressources leur permettant de progresser hiérarchiquement au sein de leurs entreprises. Dans les deux cas, l’armée a joué un rôle important dans leur orientation professionnelle, contribuant, pour le cas de T. Grand en particulier, à renforcer un rapport à l’autre marqué par un fort sentiment de singularité, et donc de distance sociale :

Quand tu es avec les militaires, mais je rencontre ça aussi avec la police, tu es dans un autre monde, parce que tu as une optique un peu différente. Les militaires, c’est beaucoup plus marqué, parce que tu es vraiment un groupe, dans lequel tu arrives à te comprendre, tous les gens te comprennent. Tandis que, quand tu as des congés, tu as l’impression que personne te comprend.

(Thomas Grand, 2 ans)

19Le sentiment de distance vis-à-vis de la population, et l’aspect moralisateur qui lui est associé, entrent également en résonance avec les aspirations d’individus ayant, antérieurement, non pas subi un déclassement intergénérationnel mais échoué une stratégie d’ascension sociale. Pour certains d’entre eux, celle-ci était basée sur l’accumulation de diplômes. L’entrée dans la police constitue alors la possibilité de « prolonger le cours interrompu d’une trajectoire escomptée » (Bourdieu, 1979, 166), pour des individus qui avaient tenté sans succès de s’extraire de leur milieu d’origine en préparant un diplôme mieux reconnu que celui de leurs parents, dans le but d’atteindre des positions de cadres. Parmi les individus cités plus haut, c’est le cas de Jules Thorens, dont la perspective négative sur les justiciables violents, suicidaires ou toxicomanes s’exprime également sur les « petits jeunes » :

Quand tu as un attroupement de jeunes et que tu dois aller les contrôler parce qu’ils font des nuisances ou ils fument des joints, quand tu arrives tu sens déjà qu’il y a une tension. […] Disons forcément ils te voient arriver, toi t’es flic… C’est comme ça : ils resteront débiles. C’est une situation qui va pas évoluer. Bon après quand ils auront cinq ans de plus et qu’ils comprendront que la vie c’est pas forcément de jouer à la racaille, peut‑être que là, ils vont évoluer.

(Jules Thorens, 2 ans)

20Ce jeune policier, dont les parents exercent un métier manuel peu qualifié, a cherché à s’extraire de son milieu d’origine en entamant des études supérieures de commerce, en filière professionnelle. C’est à la suite d’un échec dans cette voie, dû selon lui au fait qu’il a « trop profité de sa jeunesse » et « fait des conneries », qu’il s’est réorienté vers la police. Il explique avoir choisi des études commerciales en raison des perspectives de salaires que cela garantit, mais également du « pouvoir » associé aux postes de « managers ». Dans une discussion informelle, à l’école de police, il nous dit être « frustré » de ne pas avoir pu continuer cette formation et exprime ses regrets de ne pas avoir de diplôme à faire valoir en cas de reconversion professionnelle. Si l’on peut poser que sa perspective négative sur le monde est en partie liée à sa stratégie d’ascension sociale échouée, l’on peut attester avec davantage de force que sa vision des « jeunes » en particulier est marquée par sa trajectoire sociale :

J’ai fait des conneries mais pas des grosses conneries. Si tu me cherchais, tu me trouvais. Maintenant, et bien déjà, j’ai vieilli. Ensuite je connais un peu plus mes limites aussi [imposées par son métier].

(Jules Thorens, 2 ans)

21Ce policier n’est âgé que de trois années de plus que les jeunes dont il parle plus haut, qui selon lui « ont 20 ans » mais « resteront débiles ». Sans qu’il soit possible de déterminer précisément ses propres appartenances en matière de contre-culture juvénile, l’on peut noter qu’il évoque certaines pratiques répandues parmi les jeunes hommes des milieux populaires, qu’il a lui‑même accomplies, que ce soit la consommation de cannabis ou son implication dans des « bagarres ». Il emploie donc, à d’autres moments de l’entretien, les mêmes mots pour parler de lui‑même que des « petits jeunes » qui selon lui provoquent la police. Ainsi, lorsqu’il les accuse de ne pas avoir « évolué », on peut penser qu’il fait implicitement référence à son propre parcours.

22Finalement, le cours interrompu de la trajectoire ascensionnelle peut résulter de l’échec de l’acquisition du statut de travailleur indépendant, à laquelle l’entrée dans la police vient se substituer, comme dans le cas de Marc Corboz, cité plus haut et dont on verra qu’il se pense largement comme étant en croisade contre les « délinquants » :

— Si j’étais pas allé à la police, je me serais mis à mon compte.

— Dans la police tu as le sentiment que tu peux être ton propre patron ?

— Ouais, parce que c’est nous qui décidons. Si on veut en arrêter un, on l’arrête.

(Marc Corboz, 1 an)

23Ces parcours s’opposent à ceux des recrues présentant un investissement moral atténué et un rapport à la population moins distant. Cette seconde catégorie d’individus n’a, pour la plupart, pas subi de perte de statut, ayant suivi une trajectoire d’ascension ou de reproduction sociale avant leur entrée dans le métier. Elles et ils sont parvenu·e·s à s’extraire de leur milieu d’origine antérieurement ou étaient engagé·e·s dans une trajectoire de reproduction sociale. Parmi les leviers d’ascension sociale antérieure, le plus important est le capital scolaire. Les cas de figure sont variés : des individus ont obtenu un bac alors qu’ils sont issus de milieux d’employé·e·s non manuel·le·s peu qualifié·e·s (ce qui est relativement peu courant en Suisse), c’est le cas de Lisa Stanor citée plus haut. D’autres ont mené des études universitaires alors que leurs parents n’avaient pas dépassé le Bac. Joëlle Chappuis, citée plus haut également, a grandi avec des parents exerçant un métier non manuel peu qualifié. Elle a achevé deux apprentissages, et obtenu quelques années plus tard un diplôme dans un domaine technique, ce qui constitue une trajectoire ascensionnelle. Elle déclare s’être présentée aux examens de policière « sur un coup de tête » et pour accompagner une amie, en pensant « ne pas être prise » : « Honnêtement, peut‑être que si j’ai été prise, c’est que j’étais bien détendue. Je m’en foutais un peu en fait ! » Elle postule d’ailleurs parallèlement pour une formation d’ambulancière : « Mais là, c’était plus réfléchi. » Ces éléments indiquent que l’entrée dans le métier ne correspond pas ici à une recherche de statut, ni à un attrait pour la protection de l’ordre politique et de la morale traditionnelle. L’ascension sociale antérieure peut également être liée à la mise en couple : certains policiers issus de familles d’employé·e·s peu qualifié·e·s partagent leur vie avec des personnes appartenant à des catégories sociales privilégiées, bien dotées en capital scolaire et exerçant des professions dans le domaine socio-sanitaire. C’est le cas de Benjamin Joly, cité plus haut, dont la partenaire est kinésithérapeute. Il était, avant cette mise en couple, engagé dans une trajectoire de reproduction sociale, exerçant le même métier technique peu qualifié que son père, pour lequel il avait effectué un apprentissage, sa mère étant employée de commerce. Or, le fait qu’il mentionne avoir accepté de participer à notre enquête parce qu’il a des amis étudiants à l’université, et qu’il pratique l’escalade de manière assidue, indiquent que sa mise en couple a toutes les chances d’avoir été un levier d’ascension sociale. Finalement, d’autres policières et policiers dont l’investissement moral est atténué suivaient des trajectoires de reproduction sociale avant leur entrée dans le métier, comme Vanessa Comte, fille d’ingénieur ayant réussi son Bac juste avant de rejoindre l’école de police, ou Alain Morand, employé manuel dans la même branche industrielle que son père.

Tableau II. Trajectoires sociales des enquêté·e·s selon leur investissement moral dans le métier

Distance morale à l’égard de la population

Peu de distinction morale entre police et population

Cité·e·s ci-avant

Marc Corboz

Stratégie de mobilité sociale ascendante échouée (parents employés non manuels peu qualifiés ; échec dans la création de sa propre entreprise)

Vanessa Comte

Reproduction sociale (père avec Bac ; elle-même Bac)

Jules Thorens

Stratégie de mobilité sociale ascendante échouée (issu d’un milieu ouvrier ; échec formation supérieure)

Alain Morand

Reproduction sociale (métier antérieur manuel, le même que son père)

Thomas Grand

Déclassement intergénérationnel ; expérience de l’armée

Benjamin Joly

Ascension sociale (métier antérieur technique peu qualifié, le même que son père, mais compagne exerçant métier qualifié de la santé)

Lucien Paccot

Déclassement intergénérationnel

Joëlle Chappuis

Ascension sociale (statut professionnel antérieur mieux reconnu que celui des parents ; intéressée à la base par un métier de la santé)

Lisa Stanor

Ascension sociale (parents peu qualifiés ; Bac)

Autres enquêté·e·s

Laure Dubey

Perte de statut social avant l’entrée dans la police (période de chômage mal vécue)

Louis Bovet

Ascension sociale (métier antérieur de même statut que son père, mais compagne exerçant métier qualifié)

Maxime Rey

Stratégie de mobilité sociale ascendante échouée (issu d’un milieu ouvrier ; échec formation supérieure)

Carine Fonjallaz

Reproduction sociale (père ingénieur ; elle-même diplôme de l’éducation supérieure)

Robert Droz

Perte de statut social avant l’entrée dans la police (période de chômage très mal vécue)

Patricia Valin

Reproduction sociale (père avec Bac ; elle-même Bac)

Les positions sont intermédiaires ou les données à propos des trajectoires sociales manquent pour six enquêté·e·s

3.3. Arrêter des délinquants pour « se sentir supérieur » : la police comme statut

24L’enquête montre donc que l’investissement moral, et le rapport distant à la population qui lui est associé, s’observe parmi les recrues ayant vécu ce que l’on peut appeler des déconvenues sociales avant leur entrée dans le métier : une stratégie échouée d’ascension sociale, un déclassement intergénérationnel. Il aurait fallu évoquer également les pertes de statut liées à l’expérience du chômage, autre cas que l’on retrouve dans l’échantillon (Tableau II). Les profils moins investis moralement sont associés à des trajectoires antérieures de reproduction sociale, ou d’ascension, dès lors sans perte de statut ni échec d’une stratégie ascensionnelle.

25L’entrée dans un métier est invariablement associée à des espoirs de profits, tant pratiques que symboliques. Hughes rappelle judicieusement que « le métier d’un homme est l’une des composantes les plus importantes de son identité sociale » (Hughes, 1996, 76) – elle doit dès lors (pour les femmes aussi) être replacée dans les stratégies et les trajectoires de mobilité sociale individuelles. Les différents investissements moraux observés sur le terrain policier peuvent être analysés, en premier lieu, comme étant le résultat d’un rapport différent au statut que peut pourvoir la détention d’un pouvoir de coercition et l’habilitation à détecter et sanctionner des infractions. Ce statut, et l’identité positive qui l’accompagne, est d’autant plus solide que la population est vue comme socialement différente et moralement inférieure. Marc Corboz, cité plus haut, associe ainsi explicitement la catégorisation morale des justiciables au prestige social :

Ce qui est motivant, c’est qu’on arrête tout le temps… Je veux pas dire que des connards, mais on arrête tout le temps des gars : conduite sans permis, conduite sous « stups », des toxicomanes, des bagarres, des brigandages, des vols par effraction… On arrête la délinquance, quelque part. Donc nous, ça nous valorise de faire ça. […] Et c’est vrai qu’on a tous les droits. C’est… Pas valorisant… c’est quand même… On se sent quand même bien, on se dit… On arrête tout le monde, on fait ce qu’on veut, oui quand même c’est la classe, quoi, on se sent quand même supérieur aux autres.

(Marc Corboz, 1 an)

26De manière ici manifeste, le fait de se sentir moralement supérieur à la population et la croisade morale contre les « délinquants » sont associés à un sentiment de réussite sociale, comme la valorisation du capital combattant dans l’armée peut contrebalancer des trajectoires scolaires marquées par des déceptions (Coton, 2017). Les policières et policiers investis moralement sont d’ailleurs plus prompts à relever la confrontation avec des situations « impressionnantes », des interventions « tellement belles », et livrent fréquemment ce que Van Maanen (2003) a appelé des « histoires de guerre », des récits de situations périlleuses dont elles et ils exagèrent parfois de manière manifeste le danger qu’elles représentent. Exhiber de « belles » arrestations et l’affrontement du danger, ainsi que l’usage de la violence, peut en effet fonctionner comme capital symbolique en dehors de l’espace policier. Ces individus ont dès lors tendance à faire usage des affrontements violents, réels ou supposés, comme outils de valorisation.

27L’association entre déconvenues sociales et investissement moral peut être, en second lieu, analysée en sollicitant les apports de la sociologie politique. Les déconvenues sont en effet connues pour renforcer les visions négatives du monde et la stigmatisation de celles et ceux qui sont perçus comme déviants. Les personnes se sentant menacées de déclassement soutiennent les mesures visant à punir les « non conformes », dans un processus qui « permet implicitement de se classer soi-même, du bon côté » (Staerklé et al., 2007, 148‑149). Surdez et Plomb (2006) décrivent comment la relégation et la dévalorisation des « assistés » (« drogués », « chômeurs », « handicapés »), et surtout des « requérants d’asile » et des « étrangers », procède d’un processus de requalification pour des individus subissant un sentiment de déclassement. Nous observons en effet que l’expérience antérieure de déconvenues est associée non seulement à un plus grand investissement moral dans le métier, mais également à une vision plus pessimiste du monde social (Pichonnaz, 2015). La trajectoire de mobilité sociale apparaît ainsi être une instance de socialisation essentielle pour appréhender l’engagement moral dans le métier de policier. Il faudrait cependant compléter et affiner l’analyse en intégrant d’autres expériences sociales. Nous avons vu que la socialisation militaire pouvait renforcer le sentiment de singularité et que l’expérience des contre-cultures juvéniles, si elle est associée à une stratégie d’extraction de ce milieu, peut susciter une posture de distance sociale. L’enquête montre également que la socialisation primaire en milieu rural prédispose les nouvelles recrues à percevoir les « délinquants » des milieux urbains auxquels elles sont affectées comme particulièrement distants, tant l’expérience de grandir à la campagne leur paraît incomparable à celle de la ville. D’une manière plus générale, l’analyse gagnerait en profondeur à intégrer les effets des socialisations familiales et scolaires sur le rapport à la réussite sociale et à l’autorité. Si nos données ne nous permettent pas d’explorer plus avant ces pistes, elles nous renseignent en revanche sur les liens entre socialisation de genre et rapport à la coercition.

4. Rapports aux outils coercitifs et à la contrainte : le poids de la socialisation de genre

28Le genre structure grandement les rapports entre l’institution policière et les justiciables, l’orthodoxie policière entretenant des liens serrés avec la masculinité virile (Darley, Gauthier, 2014 ; Mainsant, 2014 ; Pruvost, 2007). L’habilitation à faire usage de la force est, en particulier, une caractéristique du métier entrant en résonance avec les définitions de ce que l’on peut qualifier de « masculinité virile » ou « hégémonique » (Connell, 2005), les représentations dominantes de ce que signifie « être un (vrai) homme ». Pourtant, l’on peut se demander si les évolutions de la profession, notamment sa (très relative) féminisation (Jobard, Maillard, 2015, 89‑93) et les réformes visant l’introduction d’une plus grande proximité avec la population, peuvent remettre en cause l’association souvent faite entre un « bon » policier et un « vrai » homme. La littérature française montre, à ce sujet, que les policières ont tendance à très peu remettre en question la hiérarchie dominante des compétences, valorisant celles habituellement attribuées « naturellement » aux hommes (par exemple force physique et morale, résistance, capacité à s’imposer) au détriment de celles habituellement attribuées aux femmes (par exemple capacité de dialogue et à prendre soin, expression des émotions, sollicitude). Pruvost (2007) a finement décrit des phénomènes d’indifférenciation des genres dans la police française, montrant comment les femmes n’étaient pas cantonnées à des tâches perçues comme féminines et pouvaient passer par des processus de « virilisation ». Ce processus est encore plus important dans les unités dont les missions sont resserrées autour de l’usage de la force, où la virilisation des femmes est un passage obligé pour obtenir l’assentiment des hommes, à condition néanmoins de « ne pas introduire de bouleversement fondamental de l’ordre des genres en présentant des “garanties de féminité” principalement déduites de [l’] apparence » (Darley, Gauthier, 2014, 76). En bref : « Être policière, et surtout le rester, c’est accepter de jouer le jeu masculin » (Boussard et al., 2007, 78). Cependant, lorsque l’on regarde non pas les tâches et leur répartition, mais la manière de les accomplir, les travaux montrent une différenciation sexuée. Pruvost observe que les femmes « se décrivent comme moins agressives » et peuvent jouer un « rôle civilisateur » découlant de leur socialisation féminine (Pruvost, 2007, 203). S.E. Martin, dans une étude portant sur le cas états-unien, distingue les policewomen des policewomen, montrant que, si les premières adhèrent à l’orthodoxie viriliste centrée sur la force et la détection des infractions, les secondes la remettent en question en mobilisant davantage de compétences non coercitives. Même si elle n’approfondit pas l’étude des socialisations antérieures, S.E. Martin montre que les policewomen ont été moins socialisées aux modèles traditionnels de féminité, et ont plus souvent fait l’objet d’une socialisation familiale marquée par la dureté, tout en ne vivant pas de trajectoire ascensionnelle avant leur entrée dans le métier. La « virilisation » des policières n’exclut donc pas des exceptions, et son ampleur dépend à n’en pas douter des contextes nationaux ou organisationnels. Dans les brigades spécialisées dans la lutte contre le proxénétisme, Mainsant montre par exemple que les policières peuvent, au contraire de leurs collègues masculins, davantage s’appuyer « sur le care et l’égalité avec les prostituées, et non sur des rapports patriarcaux de “protection” ou de séduction » (Mainsant, 2014, 19). Certaines unités spécialisées, mais aussi plus largement certaines institutions policières plus ouvertes aux approches communautaires, à la « police de proximité », constituent des contextes plus favorables au recrutement de personnes davantage enclines à la sollicitude ou à la mobilisation de compétences alternatives à la coercition.

29L’objectif de la présente section n’est pas d’évaluer la proportion de femmes ou d’hommes défendant des modèles professionnels hétérodoxes dans les institutions policières étudiées, ou de mesurer la proportion de policières « virilisées » en comparaison des policewomen. Il s’agit plutôt de montrer que la socialisation de genre, c’est-à-dire l’intériorisation de dispositions traditionnellement associées à la masculinité ou à la féminité, impacte grandement les manières de percevoir le métier et de construire l’identité professionnelle, tant des policiers que des policières. Il nous semble en effet opportun d’inclure les deux sexes dans la réflexion sur l’impact de la socialisation de genre, pour montrer que l’adhésion ou la résistance à l’orthodoxie professionnelle trouve en partie ses racines dans la socialisation antérieure à l’entrée dans le métier. Un tel effet a été d’ores et déjà montré sur les cas du travail d’aide à domicile ou d’éducation sociale, métiers relationnels dans lesquels la socialisation de genre impacte considérablement les pratiques professionnelles, notamment en ce qu’elle façonne les rapports à l’autorité, à la violence, à la souffrance d’autrui ou encore la mise en œuvre de pratiques de sollicitude (Kuehni, Bovey, 2018 ; Avril, 2014).

4.1. Usage de la coercition et masculinité virile

30Si l’on regarde du côté des hommes interrogés, on peut constater que leur rapport au pouvoir coercitif et à l’usage de la force dépend de leur socialisation de genre. Des divergences apparaissent en effet entre ceux ayant le plus intériorisé des modèles de la masculinité virile, qui sont majoritaires dans notre échantillon, et les autres hommes. Les nouvelles recrues ayant été socialisées aux définitions viriles de la masculinité placent en effet la coercition et la contrainte physique au centre de leur définition du métier. Ils accordent, en particulier, une importance primordiale à la détection des infractions et affichent une préférence pour l’imposition coercitive de solutions aux problèmes complexes qu’ils rencontrent. Pour ces hommes, la figure de l’« assistant social » se situe à l’opposé de l’idée qu’ils se font de la réussite sociale, tout en étant ressentie comme une atteinte à la masculinité :

On est policier, on n’est pas des assistants sociaux. C’est important, parce qu’à force de s’égarer [en mobilisant des compétences « psychologiques »], on perd de la crédibilité. On peut pas tenter une médiation pour tout, à un moment donné il faut que les gens se confrontent à leurs responsabilités. Je tiens là un discours typiquement peut‑être policier ou assez carré, mais il faut reconnaître qu’il faut tenir sa place.

(Robert Droz, 2 ans)

31La perte de « crédibilité » que redoute ce policier découle de la centralité que le pouvoir coercitif occupe dans son identité professionnelle et ses intérêts. Qualifiant son discours de « typiquement policier », il relève son caractère orthodoxe. Ailleurs dans l’entretien, il affirme que l’usage des alternatives aux outils répressifs revient à « baisser son pantalon », ce qui marque bien son association avec la construction et le maintien de la masculinité. Ces policiers valorisent fortement les tâches relevant de la détection des infractions, souvent qualifiées de « traque » ou de « chasse » :

Ce que j’aime, c’est la traque, la chasse. Tout ce qui est « stup », par exemple. Traquer, chercher les dealers et tout, moi j’aime chasser.

(Jules Thorens, 2 ans)

32L’analogie avec la « chasse » a pu être analysée comme une référence à une « masculinité guerrière » (Darley, Gauthier, 2014, 76), la détection des infractions entrant en résonance avec la virilité. Les indicateurs d’une socialisation antérieure à cette identité masculine, pour ces policiers, sont les références à la « dureté » des milieux qu’ils ont traversés, l’engagement récurrent dans des affrontements physiques dans leur jeunesse (les « bagarres ») et la pratique de sports virils tels que le football. S.E. Martin relève la proximité entre l’expérience du football et l’orthodoxie policière, mentionnant notamment l’usage contrôlé de la violence, la solidarité intra-groupe, l’expérience de la douleur physique ou encore l’autoritarisme de l’encadrement (Martin, 1980, 116). Robert Droz mentionne quant à lui une autre instance de socialisation à la virilité, celle de son métier antérieur :

— Je viens d’un milieu très masculin, très dur, qui est celui de [domaine artisanal], où c’est : « T’es pas bien physiquement pour aller sur le chantier, pour porter des charges ? Eh bien change de métier, barre‑toi ! » C’est ça : très dur. C’est un métier où il y a très peu de femmes.

Plus dur que la police, tu dirais ?

— Oui. La police, c’est moins misogyne. Il y a plus de femmes dans la police.

(Robert Droz, 2 ans)

33La « dureté » est l’élément le plus souvent cité par les études sur les caractéristiques attribuées par les hommes aux définitions hégémoniques de la masculinité (Frosh et al., 2002 ; Duret, 1999). L’adhésion aux valeurs viriles s’exprime également par l’apprentissage d’une attitude consistant à être du côté des dominants :

Le monde, il est violent. En tant que jeune, il y a toujours des mecs qui vont t’emmerder. C’est normal, c’est standard. Alors maintenant c’est : soit tu baisses la tête et puis tu ramasses, soit et bien… tu dis non. [Avant que j’entre dans la police], s’il y en a un qui venait me faire chier, et bien effectivement je répondais. Si tu me cherchais, tu me trouvais. […] J’aime pas me faire commander par les autres, c’est un peu bizarre [pour un policier] !

(Jules Thorens, 2 ans)

34L’intériorisation de ce qu’il convient d’appeler une disposition virile apparaît, de manière manifeste, comme précédant l’entrée dans la police. Ces policiers vivent en outre les tâches relevant de la prise en charge de la souffrance d’autrui comme une obligation dont ils souhaitent se débarrasser au plus vite. Ils manifestent, dans leur discours, ce qui peut être interprété comme un manque de compétences en la matière :

Il y en a certaines [victimes de violences conjugales] qui sont plus… affectées que d’autres, qui commencent à pleurer devant toi et tout. C’est clair, il faut un peu de compassion quand même, il faut pas être froid non plus. C’est pas facile. Tu as envie de lui dire plein de choses, mais il y a des trucs que tu peux pas lui dire. C’est pas à toi de lui dire : « Il faut le quitter. »

(Maxime Rey, 1 an)

35Il apparaît, en particulier pour ce policier, que ces tâches entrent en contradiction avec la manière dont il gère ses propres difficultés :

Personnellement, je suis une personne, pas… froide, mais… Je suis très sociable, j’aime bien parler avec les gens et tout, mais quand j’ai un problème, je vais pas le dire, je vais le garder pour moi.

(Maxime Rey, 1 an)

36Tout porte à penser que cette « rétention affective et émotionnelle », caractéristique de la masculinité virile (Neveu, 2012, 117), a été intériorisée avant l’entrée dans le métier. De même que les indicateurs mentionnés plus haut d’une socialisation à la masculinité virile, ce mécanisme laisse penser que l’adhésion à l’orthodoxie policière viriliste repose sur des dispositions intériorisées avant l’entrée dans l’institution. C’est ce qu’indique par ailleurs le fait que d’autres hommes et la plupart des femmes interrogées défendent d’autres visions du métier et présentent une identité professionnelle largement en décalage par rapport à celle des hommes cités ci-avant.

4.2. Autres socialisations masculines et femmes policières : des hétérodoxies

37Parmi les policiers interrogés, certains ne disqualifient en effet pas les tâches dites « sociales » au profit de la détection des infractions, y compris celles relevant de conflits domestiques :

Les violences domestiques, je trouve que ça fait partie du métier, ça me dérange pas du tout. On doit aussi être un peu à l’écoute de gens.

(Alain Morand, 2 ans)

38Cette position est hétérodoxe pour un homme. Les interventions lors de conflits et violences domestiques constituent en effet l’exemple paradigmatique des « objets dépréciés » (Lemaire, 2008) posant habituellement problème aux hommes cités dans la section précédente, car relevant du travail « social ». Ce sont des situations complexes qui ne peuvent généralement pas être prises en charge, même dans l’immédiat, en faisant usage du pouvoir coercitif, et qui impliquent, aux yeux des professionnel·le·s les plus orthodoxes, des « clients qui ne devraient pas en être » (Boussard et al., 2006, 219). Le policier cité ci‑dessus, bien qu’issu d’un milieu ouvrier, n’affiche pas une hexis corporelle virile, et ne s’est pas « battu » lorsqu’il était plus jeune. Nos données ne nous permettent pas d’explorer plus avant cette socialisation antérieure. On peut cependant mentionner à ce sujet que, contrairement à la plupart de ses collègues issus des catégories populaires, il est peu sportif. On retrouve un discours similaire chez Benjamin Joly, cité ci-dessus. La partenaire de ce policier exerce, rappelons-le, un métier de la santé, et lui pratique avec assiduité l’escalade, potentiel indice d’une socialisation de genre moins virile, confirmée par son hexis corporelle. Il faudrait pouvoir fouiller de manière plus approfondie le passé de ces hommes pour reconstituer de manière plus détaillée leur socialisation de genre. Le discours de Benjamin Joly à propos des « banlieusards » manifeste cependant bien un rapport moins virilisé à cette figure de justiciable :

Quand on est confrontés à ces jeunes comme on les connaît maintenant, un peu banlieusard ou qui se la jouent comme ça… Il faudrait des cours sur comment entrer en contact avec eux, ce qu’il faut dire ou ne pas dire. Parce qu’on est pas à Paris, mais il y en a quand même qui sont bien connus [de nos services], qui sont bien… Ouais ça va encore, mais qui sont quand même bien récidivistes et tout. Et il faut toujours se gaffer, on sait jamais, on est jamais à l’abri qu’il y en ait un qui sorte un couteau.

(Benjamin Joly, 2 ans)

  • 11 Notre traduction de : « duel of manhood » (Martin, 1980, 181).

39Les hésitations multiples de ce policier peuvent indiquer qu’il fait davantage référence à une crainte qu’à des expériences vécues, qui peut être alimentée par les discours médiatiques, en témoigne la référence à la capitale française dont il n’a pas fait l’expérience directe. C’est davantage la crainte pour son intégrité physique qui domine le discours de ce policier, que la compétition sur un mode viril. Son discours l’éloigne ainsi des « duels de masculinité »11 caractéristiques des relations viriles entre hommes, largement relatés par d’autres recrues, à l’instar de Jules Thorens :

[Dans le métier] t’as une manière de gérer [les provocations] qui est autre [qu’en dehors]. Il faut faire le poing dans la poche. Parce que moi je sais comment je suis : je me suis déjà battu en dehors, j’aurais pas trop de peine à… Mais tu peux pas. Souvent tu te fais insulter, mais tu peux pas… Tu dois réussir à prendre sur toi, et des fois c’est pas facile.

(Jules Thorens, 2 ans)

40Le discours de ce policier montre bien comment un type d’expérience antérieure, les affrontements physiques, absents du passé de Benjamin Joly, impacte la manière de vivre le métier. Les récits des femmes interrogées alimentent également la thèse du poids de la socialisation de genre. Les policières tiennent en effet, de manière étonnamment récurrente, des discours sur le métier les distinguant nettement de leurs collègues masculins socialisés à la virilité. D’abord, elles ne constituent pas la figure de « l’assistant social » en repoussoir. L’une d’elles, après quelques mois d’expérience nous déclarait même : « On est aussi des assistants sociaux à la police ! » (Patricia Valin). Elles placent moins souvent la coercition au centre de la définition de leur métier, et plus fréquemment la relation, les attitudes non agressives :

Par exemple s’il y a des jeunes dans une cage d’escalier, des gens se plaignent, c’est quoi la bonne manière d’intervenir ?

— Déjà il ne faut pas rentrer et dire : « Foutez tous le camp d’ici ! » et arriver avec des grands airs de policier.

(Vanessa Comte, 1 an)

41Une autre policière estime quant à elle que l’école de police ne fournit pas assez de cours de « négociation », en particulier pour faire face aux cas routiniers, alors que « la négociation, c’est ce qu’on fait tous les jours dans le métier » (Patricia Valin), ce qui indique également une éventuelle préférence pour cette alternative à la coercition. Les femmes hiérarchisent en outre les tâches et les compétences évoquées dans leurs récits de pratiques d’une manière qui les rapproche des hommes présentant une identité moins virile :

Les violences conjugales, ça te plaît comme intervention ?

— Oui, ça me plaît. J’ai choisi ce métier parce que j’adore le contact avec les gens. J’estime que notre métier, c’est beaucoup du social contrairement à ce que certains de mes collègues policiers pensent.

Toi ça te gêne pas qu’il y ait du social ?

— Non justement pas c’est…

Il y a quand même du social « chiant » ?

— Oui, il y a quand même du social chiant, mais­ d’un autre côté ça fait partie du métier, si on veut pas faire du social, on fait un autre job. Il y a certains policiers qui ont perdu ça de vue ou qui ne s’en sont jamais rendu compte. Parce que quand je vois certains collègues qui interviennent… Il y a pas que le côté sympa des courses urgentes, courir après les bandits, il y a pas que ça dans le boulot.

(Laure Dubey, 2 ans)

42Les policières peuvent également faire le récit d’expériences lors desquelles l’usage de la coercition est intervenu lorsque la médiation ou la négociation ont été inefficaces. En outre, les femmes ne parlent jamais des tâches de prise en charge de la souffrance comme de quelque chose dont il faut se débarrasser au plus vite, et tant les femmes que les hommes moins virilisés n’utilisent pas le vocabulaire de la « chasse ».

4.3. Une virilisation égratignée ?

43Pour être plus convaincante, il faut admettre que notre démonstration devrait s’appuyer sur une analyse plus approfondie de la socialisation de genre des policières et policiers, en fouillant davantage leur passé familial, conjugal, parental et sportif. Il nous semble cependant que les données dont nous disposons indiquent clairement que cette socialisation joue un rôle important dans l’adhésion ou la résistance à l’orthodoxie policière, plus particulièrement en ce qui concerne la place et l’importance accordée à la détection des infractions, à la coercition et à la contrainte physique dans la conception du métier. Les hommes dont on a pu montrer la socialisation antérieure aux modèles de la virilité sont les plus enclins à accueillir une définition du métier resserrée autour de la contrainte et la détection des infractions, phénomène que l’on ne retrouve pas chez les quelques hommes qui apparaissent moins socialisés à ces modèles et chez les femmes interrogées.

  • 12 Notre traduction de : « none of the women expressed a desire to get into fights as some of the men (...)

44On peut penser que ces femmes résistent davantage aux injonctions à la virilisation en raison de propriétés sociales spécifiques. Fréquemment issues de milieux favorisés, ou en tout cas suivant des trajectoires d’ascension sociale, et bien dotées en capital scolaire, elles sont susceptibles d’avoir intériorisé des dispositions favorisant un moindre conformisme aux modèles défendus par les hommes (Martin, 1980). Un indice important en est le fait qu’elles critiquent souvent explicitement une partie de leurs collègues masculins dans le cadre des entretiens, comme cela émerge en partie dans les extraits présentés ci-avant. On peut dès lors penser que leur socialisation de genre les a moins disposées à adhérer à l’orthodoxie policière. Parmi les policières que S.E. Martin a interrogées aux États-Unis, la chercheuse relève qu’« aucune […] n’exprime un désir de s’engager dans des combats comme certains des hommes le font »12. D’autres travaux ont observé, grâce à des méthodes quantitatives, que les femmes avaient tendanciellement une autre vision du métier que les hommes, notamment au Québec (Alain, 2011). Monjardet et Gorgeon ont observé en France, que, durant leur formation, se dessine « très nettement une partition selon le sexe avec chez les filles une vision plus généraliste du métier, alors que les garçons semblent plus attirés par des facettes plus spécialisées (maintien de l’ordre, “chasse” aux délinquants) » (Monjardet, Gorgeon, 1993, 63). Ces résultats convergeant indiquent que le parcours des femmes recrutées semble impacter différemment leurs visions du métier, en tout cas certaines dimensions, que les parcours des hommes. Ce n’est pas que la socialisation de genre se superpose scrupuleusement à la distinction des sexes : le cas des hommes cités ci-avant ayant des positions hétérodoxes associées à des socialisations moins viriles montre qu’il s’agit bien d’une affaire de genre et non de sexe. On peut néanmoins penser que, comme la police tend à recruter des hommes « virils », elle recrute également des femmes ayant fréquemment intériorisé des dispositions, des attentes de rôles, traditionnellement transmis aux femmes et non aux hommes. Ces dispositions, intériorisées plus souvent par les femmes en raison de la division sexuée du travail domestique, relèvent d’une « éthique du care », une tendance à valoriser des outils tels que l’empathie, la compassion et la sollicitude, au détriment de principes de justice abstraits qui sont caractéristiques de l’éthique masculine (Gilligan, 2008). Cette éthique du care est, par exemple, exprimée clairement par l’une des policières citée plus haut :

— [Un collègue, il] me dit : « Pour moi, un policier qui met pas d’amende, il faut qu’il arrête ce boulot, il est pas fait pour ça ». Pour lui, sortir avec un véhicule de police, c’est déjà faire de la prévention. Et du moment où tu vois quelqu’un qui téléphone au volant ou qui a pas mis sa ceinture, tu es obligé de faire de la répression. Pour lui, c’est comme ça, sans distinction.

Pourquoi t’es pas d’accord ?

— Parce que je trouve qu’avec la personne [en infraction], d’abord tu discutes. Franchement, je dis pas que je suis une grande psychologue mais il y en a certains, je te jure…

(Vanessa Comte)

45Pour cette policière, c’est donc la relation qui qualifie le rôle policier, et non la détection des infractions. Évoquer la « discussion » et non un principe de justice abstrait (la loi) « implique que l’on souhaite se frotter aux autres, à leur point de vue, à leur expérience, dans une logique qui n’est pas celle de l’affrontement viril ou de la compétition – pas celle du genre donc –, mais celle de la rencontre attentive » (Molinier et al., 2009, 27‑28). Même si les données manquent pour comprendre les mécanismes de la socialisation de genre des policières, nous pouvons penser que la récurrence de ses effets, ici un rapport à la coercition, confirmée par la littérature sur les pratiques policières et sur l’éthique du care, indiquent que la socialisation de genre a un impact important sur les devenirs policiers.

5. Conclusion : intégrer les socialisations antérieures dans l’analyse du travail

46Un biais habituel de l’usage du concept de « culture policière » est de considérer celle-ci comme une force contraignante externe aux individus, s’imposant à eux (Chan, 2004, 239). L’analyse dispositionnelle permet quant à elle de mettre au jour des variations dans les processus de socialisation. Bien qu’elle s’intéresse davantage aux effets de la socialisation qu’aux processus d’intériorisation eux-mêmes, notre analyse permet d’affirmer que, si des divisions sont observables au sein de la police, elles semblent bien être le résultat, en tout cas en partie, de dispositions intériorisées antérieurement à l’entrée dans la profession, dont la variation s’explique par des trajectoires sociales et des socialisations de genre différenciées. Ces résultats plaident pour une plus grande prise en compte des trajectoires antérieures dans l’étude des processus de socialisation professionnelle, tant dans la police que dans les autres « métiers relationnels du service public » (Pichonnaz, 2019).

47Les socialisations antérieures ont davantage de chances de jouer lorsque le contexte y est favorable : dans notre cas, une diversification des profils recrutés et la présence de forces réformatrices, y compris dans la formation initiale. Il nous semble également que cet impact peut être plus fort dans les métiers dont la relation est l’outil principal (Demailly, 2008). Lorsque les outils techniques ne permettent pas de lever les incertitudes associées aux relations humaines, les professionnel·le·s mobilisent bien souvent des dispositions ou des compétences intériorisées ou acquises hors du monde du travail. Champy montre à ce sujet que l’activité des professions qu’il appelle « prudentielles », marquée par la nécessité de faire face à de grandes incertitudes, suppose la mobilisation de schèmes de perception politiques (Champy, 2012), dont on peut difficilement penser qu’ils sont indépendants des expériences préalables à l’entrée dans le métier.

48Saisir plus amplement cet impact nécessiterait de prendre en compte d’autres instances de socialisation, au-delà de la trajectoire de mobilité sociale et de la socialisation de genre : socialisation familiale, scolaire, conjugale, sportive, religieuse, politique ou encore militante mériteraient d’être davantage explorées en relation avec les conceptions et pratiques professionnelles. Il nous semble en effet crucial de ne pas isoler les groupes professionnels, et a fortiori les travailleurs et les travailleuses, de l’espace social plus global : les positions occupées à l’intérieur d’un espace professionnel sont toujours aussi des positions et le produit de trajectoires sociales (Pichonnaz, Toffel, 2018 ; Avril et al., 2010).

Haut de page

Bibliographie

Alain M., 2011, Les facteurs de perméabilité aux valeurs traditionnelles du métier de policier. Bilan et leçons d’une expérience de six années de suivi de socialisation professionnelle d’une cohorte de recrues au Québec, Déviance et Société, 35, 3, 385‑413.

Alain M., Grégoire M., 2006, Les processus de socialisation professionnelle des recrues policières québécoises, Rapport de recherche sur les résultats de la troisième phase de l’enquête longitudinale, École nationale de police du Québec.

Avril C., 2014, Les aides à domicile. Un autre monde populaire, Paris, La Dispute.

Avril C., Cartier M., Serre D., 2010, Enquêter sur le travail. Concepts, méthodes, récits, Paris, La Découverte.

Balland L., 2012, Un cas d’école. L’entrée dans le métier de professeur d’une « enfant de la démocratisation scolaire », Actes de la recherche en sciences sociales, 191‑192, 1‑2, 40‑47.

Beaud S., Weber F., 2010, Guide de l’enquête de terrain produire et analyser des données ethnographiques, Paris, La Découverte [1re éd. 1997].

Becker H.S., 1952, Social-class variations in the teacher-pupil relationship, The Journal of Educational Sociology, 25, 451‑465.

Becker H.S., 1985, Outsiders. Études de sociologie de la déviance, Paris, Métailié.

Benquet M., 2013, Encaisser ! Enquête en immersion dans la grande distribution, Paris, La Découverte.

Bourdieu P., 1979, La Distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Minuit.

Bourdieu P., 2003, Méditations pascaliennes, Paris, Seuil [1re éd. 1997].

Boussard V., Loriol M., Caroly S., 2006, Catégorisation des usagers et rhétorique professionnelle : Le cas des policiers sur la voie publique, Sociologie du Travail, 48, 2, 209‑225.

Boussard V., Loriol M., Caroly S., 2007, Une féminisation sur fond de segmentation professionnelle genrée. Le cas des policières en commissariat, Sociologies pratiques, 14, 75‑88.

Bouvet M., 2018, Du « matheux » bourgeois au « Quant » corporate. Les héritiers des classes supérieures scientifiques à l’épreuve de la finance londonienne, Émulations. Revue de sciences sociales, 25, 23‑43.

Champy F., 2012, Activités professionnelles prudentielles et production de la société, in Sainsaulieu I., Surdez M. (dir.), Sens politiques du travail, Paris, Armand Colin, 57-70.

Chan J.B.L., 1997, Changing police culture: policing in a multicultural society, Cambridge/New York, Cambridge University Press.

Chan J.B.L., 2004, Using Pierre Bourdieu’s Framework for Understanding Police Culture, Droit et Société, 56‑57, 327‑347.

Connell R.W., 2005, Masculinities, Berkeley, University of California Press.

Coton C., 2017, Officiers. Des classes en lutte sous l’uniforme, Marseille, Agone.

Coulangeon P., Pruvost G., Roharik I., 2012, Les idéologies professionnelles. Une analyse en classes latentes des opinions policières sur le rôle de la police, Revue française de sociologie, 3, 53, 493‑527.

Crank J.P., 2004, Understanding Police Culture, Cincinatti, Anderson Publishing [1re éd. 1998].

Darley M., Gauthier J., 2014, Une virilité interpellée ? En quête de genre au commissariat, Genèses, 97, 4, 67‑86.

Darmon M., 2016, La socialisation, Paris, Armand Colin [1re éd. 2006].

Darmon M., 2018, « La socialisation secondaire ne s’exerce pas sur une page blanche mais sur une page déjà écrite et déjà froissée par les expériences antérieures ». Entretien avec Muriel Darmon, par David Pichonnaz et Kevin Toffel, Émulations. Revue de sciences sociales, 25, 115‑121.

Demailly L., 2008, Politiques de la relation. Approche sociologique des métiers et activités professionnelles relationnelles, Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion.

Dubois V., 2010, La vie au guichet. Relation administrative et traitement de la misère, Paris, Economica.

Duret P., 1999, Les jeunes et l’identité masculine. Paris, Presses universitaires de France.

Fassin D., 2011, La force de l’ordre. Une anthropologie de la police des quartiers, Paris, Seuil.

Frosh S., Phoenix A., Pattman R., 2002, Young Masculinities. Understanding Boys in Contemporary Society, Basingstoke, Palgrave.

Gautier F., 2015, Aux portes de la police : Vocations et droits d’entrée. Contribution à une sociologie des processus de reproduction des institutions, thèse de doctorat en science politique, sous la direction de Collovald A. et Contamin J.-G., Lille, Université Lille 2.

Gilligan C., 2008, Une voix différente. Pour une éthique du « care », Paris, Flammarion [1re éd. 1982].

Guillaume M., 2018, « S’en remettre » à l’institution militaire. Les conditions sociales de l’engagement dans l’armée, Émulations. Revue de sciences sociales, 25, 97‑113.

Hughes E.C., 1996, Le regard sociologique. Essais choisis, Paris, Éditions de l’EHESS.

Jobard F., Maillard J. de, 2015, Sociologie de la police. Politiques, organisations, réformes, Paris, Armand Colin.

Kuehni M., Bovey L., 2018, En première ligne. Le personnel face à la violence dans les établissements socio-éducatifs : une question de genre, Regards Sociologiques, 52, 122‑140.

Lemaire É., 2008, Spécialisation et distinction dans un commissariat de police. Ethnographie d’une institution segmentaire, Sociétés contemporaines, 72, 4, 59‑79.

Mainsant G., 2014, Comment la « Mondaine » construit-elle ses populations cibles ? Le genre des pratiques policières et la gestion des illégalismes sexuels, Genèses, 97, 4, 8‑25.

Manning P.K., 1980, Violence and the Police Role, Annals of the American Academy of Political and Social Science, 452, 135‑144.

Martin S.E., 1980, Breaking and entering: policewomen on patrol, Berkeley, University of California Press.

Molinier P., Laugier S., Paperman P., 2009, Qu’est-ce que le care ? Souci des autres, sensibilité, responsabilité, Paris, Payot.

Monjardet D., 1996, Ce que fait la police : sociologie de la force publique, Paris, La Découverte.

Monjardet D., Gorgeon C., 1993, La socialisation professionnelle des policiers. Étude longitudinale de la 121e promotion des élèves gardiens de la paix. Tome I : La formation initiale., Rapport de recherche, Paris, Institut des hautes études de la sécurité intérieure.

Monjardet D., Gorgeon C., 2005, « La culture professionnelle des policiers, une analyse longitudinale », Les Cahiers de la sécurité intérieure, 291‑304.

Muir W.K., 1977, Police. Streetcorner Politicians, Chicago/London, University of Chicago Press.

Neveu É., 2012, Gérer les « coûts de la masculinité » ? Inflations mythiques, enjeux pratiques, in Dulong D., Guionnet C., Neveu É. (dir.), Boys don’t cry. Les coûts de la domination masculine, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 111‑139.

O’Neill M., Marks M., Singh A.-M. (dir.), 2007, Police occupational culture: new debates and directions, Amsterdam, Elsevier JAI.

Paoline E.A., 2003, Taking stock. Toward a richer understanding of police culture, Journal of Criminal Justice, 31, 3, 199‑214.

Pichonnaz D., 2015, L’origine sociale des représentations policières. Expliquer les désaccords policiers à propos de l’évolution de la délinquance, in Witgens S., Grandjean G., Vanhaeren S. (dir.), L’(in)sécurité en question. Définition, enjeux et perspectives, Liège, Presses universitaires de Liège, 177‑191.

Pichonnaz D., 2017, Devenirs policiers. Une socialisation professionnelle en contrastes, Lausanne, Antipodes.

Pichonnaz D., 2018, Contester l’ordre professionnel. Les raisons de l’engagement réformateur policier, in Bajard F., Crunel B., Frau C., Nicolas F., Parent F. (dir.), Professionnalisation(s) et État. Une sociologie politique des groupes professionnels, Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, 211‑238.

Pichonnaz D., 2019, Valeurs, outils et finalités en tensions. Analyser les désaccords dans les métiers relationnels du service public, in Kuehni M. (dir.), Le Travail social sous l’œil de la prudence, Bâle/Lausanne, Schwabe Verlag & HETSL, 141‑154.

Pichonnaz D., Surdez M., 2012, Évaluation de la politique de formation de la police. Enquête par questionnaire et entretiens approfondis auprès des policiers/ères récemment assermenté-e-s, Rapport de recherche pour la Commission externe d’évaluation des politiques publiques de Genève, Fribourg, Université de Fribourg.

Pichonnaz D., Toffel K., 2018, Pour une analyse dispositionnelle des pratiques professionnelles, Émulations. Revue de sciences sociales, 25, 7‑21.

Pruvost G., 2007, Profession : policier, Sexe : féminin, Paris, Maison des sciences de l’homme.

Pruvost G., Roharik I., 2011, Comment devient-on policier ? 1982-2003. Évolutions sociodémographiques et motivations plurielles, Déviance et Société, 35, 3, 281‑312.

Reiner R., 1978, The blue-coated worker. A sociological study of police unionism, Cambridge/New York, Cambridge University Press.

Serre D., 2009, Les coulisses de l’État social. Enquête sur les signalements d’enfant en danger, Paris, Raisons d’agir.

Sklansky D.A., 2007, Seeing Blue: Police Reform, Occupational Culture, and Cognitive Burn-In, Sociology of Crime, Law and Deviance, 8, 19‑45.

Skolnick J.H., 1966, Justice without Trial, New York, Wiley.

Spire A., 2008, Accueillir ou reconduire : Enquête sur les guichets de l’immigration, Paris, Raisons d’agir.

Staerklé C., Delay C., Gianettoni L., Roux P., 2007, Qui a droit à quoi ? Représentations et légitimation de l’ordre social, Grenoble, Presses Universitaires de Grenoble.

Surdez M., Plomb F., 2006, Artisans, avocats, salariés... tous au centre : usages individuels et collectifs de la catégorie de classe moyenne, Carnets de bord, 11, 82-93.

Terrill W., Paoline E.A., Manning P.K., 2003, Police culture and coercion, Criminology, 41, 4, 1003‑1034.

Van Maanen J., 2003, Comment devient-on policier ?, in Monjardet D., Brodeur J.-P. (dir.), Connaître la Police. Grands textes de la littérature anglo-saxonne, Paris, Hors-série des Cahiers de la sécurité intérieure, 129‑154.

Waddington P.A.J., 1999, Police (canteen) sub-culture. An appreciation, The British Journal of Criminology. An International Review of Crime and Society, 39, 2, 287‑309.

Westley W.A., 1970, Violence and the Police: A Sociological Study of Law, Custom and Morality, Cambridge MA, Massachusetts Institute of Technology Press.

Haut de page

Notes

1 Le terme de « recrues » utilisé dans ce texte présente l’avantage d’être épicène : nous nous en servons dans le but d’alléger le texte, et non en référence à l’armée.

2 Il va de soi que l’on ne peut déduire avec précision, à partir de conceptions antagoniques du métier, les pratiques effectives des professionnel·le·s. On peut néanmoins raisonnablement penser que certaines visions du métier ont une plus forte probabilité d’être associées à certaines pratiques qu’à d’autres.

3 L’élévation du niveau de diplôme des recruté·e·s a été observée dans différents contextes nationaux (Gautier, 2015 ; Jobard, Maillard, 2015 ; Pruvost, Roharik, 2011 ; Sklansky, 2007).

4 Le système policier suisse, à l’instar des contextes britanniques et américains, est fortement décentralisé : il est composé, pour 8,5 millions d’habitant·e·s, d’une police fédérale aux prérogatives limitées, de 26 corps de police cantonaux souverains, un par État fédéré, et de plusieurs centaines de corps communaux, dont certains ont les mêmes compétences légales que les polices cantonales.

5 Coulangeon et al. (2012) appréhendent les variations des visions du métier à partir des réponses données par les répondant·e·s à quatre questions seulement, dont une seule mesure, de fait, réellement les visions du monde. En outre, ces items ne concernent pas à proprement parler l’investissement moral ou le rapport à l’usage de la force des répondant·e·s, les deux aspects qui sont au centre de notre étude. Les auteur·e·s construisent trois profils professionnels, dont un, qui réunit 45 % de l’échantillon, est fortement hétérogène. Dès lors, l’étude des corrélations avec les propriétés sociales nous semble fragile.

6 Nous ne révélons pas les dates exactes afin de préserver l’anonymat de la cohorte.

7 Voir par exemple : Loi sur la police cantonale valaisanne de 1953, Loi sur la police cantonale vaudoise de 1975, Loi sur la police cantonale fribourgeoise de 1990, Loi sur la police neuchâteloise de 2007 ou Loi sur la police genevoise de 2014.

8 Le terme « délinquant », très fréquemment utilisé par les acteurs et actrices, présente peu de pertinence sociologique, raison pour laquelle il est toujours indiqué entre guillemets.

9 Les indications temporelles concernent le moment de l’entretien (fin de formation ; après 1 an de pratique ; après 2 ans de pratique). Les prénoms et noms attribués aux recrues ont été modifiés aléatoirement, à l’exception du genre.

10 Les institutions policières suisses exigent que les personnes recrutées aient appris un autre métier auparavant (apprentissage de trois ou quatre ans en alternance au minimum) ou effectué des études post-obligatoires.

11 Notre traduction de : « duel of manhood » (Martin, 1980, 181).

12 Notre traduction de : « none of the women expressed a desire to get into fights as some of the men did » (Martin, 1980, 192).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

David Pichonnaz, « La force des dispositions »Champ pénal/Penal field [En ligne], 22 | 2021, mis en ligne le 16 septembre 2021, consulté le 26 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/champpenal/12960 ; DOI : https://doi.org/10.4000/champpenal.12960

Haut de page

Auteur

David Pichonnaz

Sociologue, Professeur HES assistant
Haute école de travail social, HES-SO Valais-Wallis (Suisse)
Rte de la Plaine 2, 3960 Sierre (Suisse)
david.pichonnaz[at]hevs.ch

Haut de page

Droits d’auteur

© Champ pénal

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search