Navigation – Plan du site

AccueilAppels à contributionsAppels closTraiter l’indiscipline : les prat...

Traiter l’indiscipline : les pratiques disciplinaires et leurs reconfigurations contemporaines

Numéro thématique coordonné par
Fabrice Fernandez et Dahlia Namian et Nicolas Sallée

On a longtemps considéré en sciences sociales le rôle moral de la discipline – « sa raison d’être », écrivait Émile Durkheim – comme un moyen de régulariser les conduites, d’inculquer le respect des règles « impersonnelles et abstraites » afin de faire en sorte que chacun « s’habitue à se dominer et à se contenir » (Durkheim, 2012). « L’esprit de discipline », selon lui, devait ainsi venir en nous non pas tant par crainte de la punition que par respect de l’autorité morale.

Dans Surveiller et punir (1975), Michel Foucault a apporté au concept un éclairage distinct, en appréhendant la discipline comme une microphysique du pouvoir, agissant sur les corps pour normaliser les conduites. Il décrit alors l’émergence, dans l’ombre du droit pénal et des libertés formelles, d’une machinerie fine du pouvoir qui, au moyen d’un réglage de l’espace et du temps, vise à produire des individus « dociles et utiles » (Foucault, 1975, 233). Dans son approche, la discipline était non seulement constitutive de la prison et, plus fondamentalement, de la technique pénitentiaire, mais aussi d’un ensemble d’institutions qui ont formé, jusqu’au milieu du 20e siècle, ce qu’il nommait « l’archipel carcéral » (Foucault, 1975, 304) : écoles, pensionnats et orphelinats, asiles, casernes militaires, etc. Quinze ans plus tard, Gilles Deleuze (1990) diagnostiquait la crise des institutions disciplinaires et « l’installation progressive et dispersée d’un nouveau régime de domination ». Ce régime, qui substituerait aux « vieilles disciplines opérant dans la durée d’un système clos » (Deleuze, 1990, 5-6) des modalités de contrôle œuvrant dans des circuits diffus et ouverts, viserait moins à corriger les individus qu’à traquer et tracer leurs risques, ou les inciter à se contrôler eux-mêmes. Ce célèbre texte de Deleuze sur les « sociétés de contrôle » s’inscrit dans un ensemble de travaux qui, depuis le début des années 1980, a analysé les chemins par lesquels la discipline s’est transformée pour être soit dépassée par l’avènement d’un « ordre post-disciplinaire » (Castel, 1981), soit reconfigurée par l’émergence de nouvelles formes de gouvernementalité ou de conduite des conduites (O’Malley, 1992 ; Barry, Osborne, Rose, 1996 ; Chantraine, 2006). Au-delà de leurs distinctions, ces réflexions ont en commun d’avoir fait état de mutations à l’œuvre dans les modalités de pouvoir visant à réguler les conduites.

Dans un livre récent consacré aux mutations du traitement des déviances juvéniles en France et aux États-Unis, l’historien Guillaume Périssol (2020) traque ainsi les signes, des années 1940 aux années 1960, du « basculement dans une nouvelle épistémè » : à la verticalité des systèmes de discipline, se serait progressivement substituée, dans des sociétés d’après-guerre marquées par une double crise de la tradition et de l’autorité, l’horizontalité d’un modèle de contrôle plus souple et insidieux, centré sur la « liberté surveillée » plutôt que sur la prison (sur ce point, voir aussi de Larminat, 2014 ; Sallée, 2020). Ce glissement paradigmatique s’est accompagné, en parallèle, de diverses injonctions à l’humanisation des institutions et des pratiques de régulation des conduites. Si les « milieux d’enfermement » dont Gilles Deleuze évoquait la crise n’ont pas disparu, ils composent aujourd’hui, entre leurs murs comme en dehors, avec une pluralité de dispositifs qui témoignent de la place croissante accordée aux droits et à la reconnaissance des personnes enfermées, accueillies, accompagnées, soignées, éduquées ou réhabilitées (Fassin et al., 2013 ; Roy et al., 2018). L’intégrité physique et mentale, la confidentialité et le consentement (Brossard, 2017), de même que l’attention envers les émotions (Fernandez et al., 2015), la souffrance (Moreau, Larose, 2013) et la singularité des personnes (Martuccelli, 2010), font désormais partie de la grammaire formelle des institutions, appelées à s’émanciper de pratiques jugées d’un autre temps. Mais la discipline, en tant que mode de régulation des conduites, ne disparaît pas pour autant dans ce nouveau cadre (Otero, 2021). Elle prend de nouvelles formes ou adopte un nouveau langage (Cohen, 1985), témoignant de la capacité de certaines institutions à draper dans des « habits neufs » (Sallée, 2021), et plus respectables, leurs pratiques pourtant les plus controversées (Chantraine, Sallée, 2013 ; Otero et al., 2017). Elle est aussi, et parallèlement, l’objet d’une formalisation croissante, dont témoigne la centralité désormais accordée aux « conseils » ou autres « commissions de discipline » dans les écoles (Geay et al., 2009), le sport (Penin et al., 2011 ; Demazière, Nuytens, 2018) ou les institutions pénales, en particulier les prisons (Bouagga, 2015 ; Fernandez, 2015 ; Durand, 2019). Cette formalisation peut également toucher directement les acteurs (gestionnaires, intervenants) susceptibles d’être rappelés à l’ordre des « bonnes pratiques » professionnelles s’ils dévient des règles censées désormais encadrer leur travail.

S’il ne fait donc pas de doute que la discipline existe encore, comment se manifeste-t-elle et se justifie-t-elle aujourd’hui ? Quels en sont les règles et les acteurs, les mots et les finalités, les modalités et les effets ? Conserve-t-elle, pleinement ou au moins partiellement, le sens que leur donnaient Émile Durkheim ou, dans un autre registre, Michel Foucault ? Si tel n’est pas le cas, quels concepts permettent de la saisir au plus proche de ce qu’elle est, ou de ce qu’elle est devenue ? Pour répondre à cette série (loin d’être exhaustive) de questions, nous proposons de la prendre à rebours et rassembler un ensemble de contributions consacrées, sous des angles disciplinaires, méthodologiques et analytiques variés, aux modalités concrètes de traitement de l’indiscipline.

De la discipline au traitement de l’indiscipline

L’indiscipline (du latin disciplina, dérivé de discipulus : « disciple », lui-même de discere : « apprendre ») renvoie à un ensemble de conduites, volontaires ou non, dont il est estimé qu’elles dévient des règles, consignes ou instructions (plus ou moins codifiées) jugées nécessaires au maintien d’un ordre institutionnel simultanément conçu comme un ordre moral et normatif. Ces conduites peuvent être le fait d’individus perçus soit comme « inattentifs », « maladroits » ou « ignorants » des diverses règles, soit comme « réfractaires », « résistants » ou « rebelles » à toute instruction ou toute éducation, soit carrément comme « incorrigibles », « impénitents », « incurables », « intraitables », voire « irrécupérables ». Si les conduites jugées indisciplinées sont le plus souvent perçues négativement, elles peuvent aussi, sous certaines conditions, permettre de s’émanciper de règles anciennes, obsolètes ou contre-productives, pour faire émerger positivement de nouvelles pratiques, normes ou idées. L’étude de la discipline par le traitement de l’indiscipline implique dès lors, en amont, d’examiner les conditions d’émergence et de formalisation, ou de contestation et de transformation des règles qui définissent et redéfinissent, en des lieux, à des époques et dans des champs variés, les frontières du tolérable et de l’intolérable.

Ce numéro spécial vise donc à réunir des contributions qui, à partir de données empiriques solides et clairement identifiées (archives, observations, entretiens, données statistiques, etc.), étudient les modalités de traitement de l’indiscipline dans des institutions aux mandats variés, qu’elles soient chargées de punir ou de soigner, d’accompagner, d’éduquer, de réhabiliter, de réinsérer, d’instruire, etc. Les propositions pourront s’inscrire dans des champs disciplinaires variés, ou croiser plusieurs de ces champs : histoire, sociologie, criminologie, science politique, anthropologie, géographie, travail social, etc.

Elles pourront, plus spécifiquement, suivre un ou plusieurs des trois axes analytiques suivants :

1) Les coulisses du traitement de l’indiscipline

Suivant les tendances historiques que nous avons esquissées plus haut, le traitement de l’indiscipline repose sur des règles de plus en plus formalisées, des droits de plus en plus encadrés et des injonctions croissantes au « professionnalisme » (Boussard et al., 2010). Il engage cependant également, et simultanément, un ensemble de règles informelles, moins visibles sinon invisibilisées. Ces règles peuvent se tisser dans la complexité des relations qu’entretiennent les acteurs du traitement de l’indiscipline avec les individus qui leur font face, qu’ils soient détenus, écoliers ou usagers de services divers. Elles peuvent aussi se loger dans les jugements moraux, et socialement différenciés, que portent ces acteurs sur les conduites qu’ils sont tenus d’évaluer, et qu’ils peuvent percevoir, selon un ensemble de facteurs à décrypter, comme plus ou moins légitimes, tolérables ou acceptables (Dubois, 2021 ; Fernandez, 2019). Nous nous demanderons alors comment les mécanismes les plus formels de traitement de l’indiscipline (règlements intérieurs, codes de vie voire conseils ou commissions de discipline, etc.) croisent ces règles informelles et les pratiques qu’elles commandent. Que se passe-t-il dans les coulisses du travail des acteurs chargés de traiter l’indiscipline ? Comment composent-ils avec les règles qui cadrent leurs pratiques ? Peuvent-ils eux-mêmes, s’ils dévient de ces règles, être rappelés à leur indiscipline professionnelle ?

2) Les expériences du traitement de l’indiscipline

Une conduite ne peut être dite « indisciplinée » que parce qu’elle est jugée et désignée comme telle, ou parce que son auteur en revendique lui-même l’étiquette. Partant de cette prémisse constructiviste située au fondement même de la sociologie de la déviance (Becker, 1985), nous pouvons dire que l’indiscipline et, par extension, les conduites et les individus indisciplinés ne préexistent pas au traitement de l’indiscipline. Les pratiques d’identification, de jugement et d’étiquetage qu’implique ce traitement produisent des indisciplinés plus ou moins « chroniques », « récidivistes » et « récupérables ». Il convient alors de se demander comment les individus ainsi perçus s’engagent eux-mêmes dans le traitement qui leur est prescrit, de façon contrainte ou volontaire, en fonction notamment des ressources et des supports dont ils disposent. Quelles expériences en font-ils, et quelles épreuves (Martuccelli, 2015) ou carrières (Goffman, 1968 ; Darmon, 2008) s’en dégagent ? Peut-on repérer des formes d’enrôlement, d’adhésion ou, à l’inverse, de résistance qui, dans les plis du traitement de l’indiscipline et de son « texte public » (Scott, 2009), témoigneraient d’une épreuve spécifique du rappel à la règle ? Si des résistances se manifestent, peuvent-elles aussi prendre des formes collectives qui viendraient problématiser plus largement, et dans des arènes potentiellement variées, les pratiques de traitement de l’indiscipline et de production de la discipline ?

3) Les rapports sociaux constitutifs du traitement de l’indiscipline

Le traitement de l’indiscipline révèle enfin, au cœur de ces pratiques d’identification, de jugement et d’étiquetage, un ensemble de rapports sociaux inégalitaires. L’histoire du traitement de l’indiscipline scolaire, en France, marquée par le passage de la figure du « cancre » à celle du « sauvageon » (Geay, 2003), met par exemple en évidence la surveillance accrue dont ont été l’objet, depuis les années 1980, les conduites des jeunes garçons de classes populaires, renvoyés aux inadéquations de leur « culture » – ou de celle de leurs parents – quand ils sont issus de l’immigration (sur ce point, dans le champ pénal, voir aussi Terrio, 2009). Dans un livre récent consacré au traitement des adolescents et des adolescentes dans les tribunaux pour enfants, Arthur Vuattoux (2021) montrent comment les acteurs des systèmes de justice des mineurs (juges, éducateurs, psychologues et psychiatres, etc.), en évaluant et en qualifiant les formes d’indiscipline qu’ils rencontrent, produisent et reproduisent des rapports de genre naturalisés (voir aussi Chesney-Lind, 1997 ; Myers, 2006 ; Cardi, 2007) qui s’articulent à des rapports d’âge, de classe, de race et de sexualité (Namian, 2020). Ces travaux, parmi d’autres, nous invitent à interroger les rapports sociaux qui se font et, parfois, se défont derrière les pratiques de traitement de l’indiscipline. Comment ces rapports sociaux se manifestent-ils et, sous des conditions chaque fois spécifiques, s’articulent-ils ? Ces rapports sociaux sont-ils invisibilisés, ou à l’inverse problématisés par les institutions concernées ? Les manières de traiter l’indiscipline ne contribuent-elles qu’à reproduire l’ordre social, ou peuvent-elles participer à en redessiner les contours ?

Calendrier

Réception des propositions d’articles (incluant un titre, un résumé et une courte biographie de 3 000 signes max., espace compris, soit approximativement 500 mots) : au plus tard, le 15 janvier 2022

Validation des propositions retenues : au plus tard, le 10 février 2022

Réception des articles finaux : au plus tard, le 10 juin 2022

Les propositions sont à envoyer à : 

fabrice.fernandez[at]soc.ulaval.ca 

dahlia.namian[at]uottawa.ca

nicolas.sallee[at]umontreal.ca

Les consignes relatives à la mise en forme des articles sont consultables sur le site de la revue : https://journals.openedition.org/champpenal/13

Bibliographie

Becker H.-S., 1985 [1963], Outsiders. Études de sociologie de la déviance, Paris, Métailié.

Bouagga Y., 2015, Humaniser la peine. Enquête en maison d’arrêt, Rennes, Presses Universitaires de Rennes.

Boussard V., Demazière D., Milburn P., 2010, L’injonction au professionnalisme. Analyse d’une dynamique plurielle, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Brossard B., 2017, Le travail de déférence. Une perspective goffmanienne sur l’« humanisation » des services dans le secteur sanitaire et social, in Garneau S., Namian D. (dir.), Erving Goffman et le travail social, Ottawa, Presses de l’Université d’Ottawa, 137-158

Cardi C., 2007, Le contrôle social réservé aux femmes : entre prison, justice et travail social », Déviance et société, 31, 1, 3-23.

Castel R., 1981, La gestion des risques. De l’anti-psychiatrie à l’après-psychanalyse, Paris, Minuit.

Chantraine G., 2006, La prison post-disciplinaire, Déviance et société, 30, 3, 273-288.

Chantraine G., Sallée N., 2013, Éduquer et punir. Travail éducatif, sécurité et discipline en établissement pénitentiaire pour mineurs, Revue française de sociologie, 54, 3, 437-464.

Chesney-Lind M., 1997, The Female Offender. Girls, Women and Crime, Thousand Oaks, Sage Publications.

Darmon M., 2008, Devenir anorexique. Une approche sociologique, Paris, La Découverte/Poche.

Deleuze G., 2018 [1990], Les sociétés de contrôle, EcoRev’, 46, 1, 5-12.

Demazière D., Nuytens W., 2018, Que faire avec des matériaux incertains ? Le cas d’une sociologie des violences dans le football amateur, Staps, 122, 4, 31-44.

Dubois V., 2021, Contrôler les assistés. Genèse et actualité d’un mot d’ordre, Paris, Raisons d’agir.

Durand C., 2019, Les reconfigurations de la relation carcérale. Sociologie des espaces de communication entre prisonnier·e·s et autorités pénitentiaires, thèse de Sociologie, Paris, EHESS.

Durkheim E., 2012 [1934], L’éducation morale, Paris, PUF, coll. « Quadrige ».

Fassin D., Bouagga Y., Courant I., Eideliman J.-S., Fernandez F., Fischer N., Kobelinsky C., Makaremi C., Mazouz S., Roux, S., 2013, Juger, réprimer, accompagner. Essai sur la morale de l'État, Paris, Seuil.

Fernandez F., 2019, L’ordre et la peine. Notes sur l’ambivalence morale du régime des agents pénitentiaires, in Sykes G.M., La société des captifs.Une étude d’une prison de sécurité maximale (traduction augmentée sous la direction de Kaminski D. et Mary Ph.), Larcier, coll. « Crimen & Galets rouges », 109-129.

Fernandez F., 2015, Lorsque la prison (se) rend justice. Le traitement contemporain de l’indiscipline carcérale, Déviance et société, 39, 4, 379-404.

Fernandez F., Lézé S., Marche H. (dir.), 2015, Les émotions : une approche de la vie sociale, Paris, Les archives contemporaines.

Foucault M., 1975, Surveiller et Punir, Paris, Gallimard.

Goffman E., 1968 [1961], Asiles. Études sur la condition sociale des malades mentaux et autres reclus, Paris, Minuit.

Geay B., 2003, Du « cancre » au « sauvageon ». Les conditions institutionnelles de diffusion des politiques d’« insertion » et de « tolérance zéro », Actes de la recherche en sciences sociales, 149, 21-31.

Geay B., Oriat N., Fromard L., 2009, La remise en ordre symbolique de l'institution. Les conseils de discipline dans l’enseignement secondaire, Actes de la recherche en sciences sociales, 178, 3, 62-79.

Larminat X. de, 2014, Un continuum pénal hybride. Discipline, contrôle, responsabilisation, Champ pénal/Penal field, XI, [en ligne] DOI : https://doi.org/10.4000/champpenal.8965.

Moreau N., Larose-Hébert K., 2013, La souffrance à l’épreuve de la pensée, Québec, Presses Universitaires du Québec.

Myers T., 2006, Caught: Montreal’s Modern Girls and the Law, 1869-1945, Toronto, University of Toronto Press.

Martuccelli D., 2010, La société singulariste, Paris, Armand Colin.

Martuccelli D., 2015, Les deux voies de la notion d’épreuve en sociologie, Sociologie, 6, 1, 43-60.

Namian D., 2020, Governing homelessness through instruments: a critical perspective on housing first’s policy instrumentation, Critical Policy Studies, 14, 3, 303-318.

O’Malley P., 1992), Risk, power and crime prevention, Economy and Society, 21, 3, 252‑275.

Otero M., 2021, Foucault sociologue. Critique de la raison impure, Québec, Presses Universitaires du Québec.

Otero M., Dumais-Michaud A.A., Paumier R. (dir.) (2017), L’institution éventrée, Québec, Presses Universitaires du Québec.

Penin N., Terfous F., Hidri Neys O., 2011, Quand les footballeuses en viennent aux mains… Le traitement institutionnel des violences des femmes dans le football amateur, Champ Pénal/Penal Field, VIII, [en ligne] DOI : https://doi.org/10.4000/champpenal.8083.

Périssol G., 2020, Le droit chemin. Jeunes délinquants en France et aux États-Unis au milieu du XXsiècle, Paris, Presses universitaires de France.

Roy S., Namian D., Grimard C., 2018, Innommables, inclassables, ingouvernables : aux frontières du social, Québec, Presses de l’Université du Québec.

Sallée N., 2020, Vingt-cinq ans de politiques publiques du traitement pénal de la jeunesse : glissement paradigmatique et dissémination d’une logique de contrôle mondialisée, Agora débats-jeunesse, 86, 3, 97-110.

Sallée N., 2021, Discipline in New Clothes: The Controversial Use of Punishment in a Montreal Youth Rehabilitation Centre for Young Offenders, The British journal of criminology, online first.

Scott J.-C., 2009 [1990], La domination et les arts de la résistance. Fragments du discours subalterne, Paris, Amsterdam.

Terrio S., 2009, Judging Mohammed. Juvenile Delinquency, Immigration, and Exclusion at the Paris Palace of Justice, Stanford, Stanford University Press.

Vuattoux A., 2021, Adolescences sous contrôle. Genre, race, classe et âge au tribunal pour enfants, Paris, Presses de Sciences Po.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search