Navigation – Plan du site

AccueilTous les volumes24IntroductionArt et culture en prison : la pos...

Introduction

Art et culture en prison : la possibilité d’une rencontre ?

Expériences, organisations, évaluations
Art and Culture in Prison: a Possible Meeting? Experiences, Organisations, Evaluations
Delphine Saurier, Caroline Touraut et Emmanuelle Lallement

Texte intégral

1L’art et la culture en prison se développent depuis maintenant plusieurs décennies en France sous l’égide des politiques publiques et se déclinent distinctement sur le territoire selon les contextes organisationnels. D’apparitions sporadiques à une présence régulière, l’art et la culture s’immiscent dans tous les lieux d’incarcération, faisant écho aux préoccupations des institutions culturelles pour les publics spécifiques. Le sujet maille donc organisations carcérales et culturelles, tout en suscitant intérêt et interrogation de la part des médias comme des chercheurs. Si la littérature de recherche consacrée à cette thématique se développe en France, elle reste néanmoins l’objet d’intérêts souvent isolés et ponctuels : il n’existe pas vraiment de collectif de chercheurs sur le sujet, ni de chercheur dont il serait l’objet central de recherche. On retrouve cette situation au niveau international, les analyses scientifiques – peu nombreuses – sont essentiellement le résultat de projets menés en Europe, en Amérique du Nord, en Australie et en Afrique du Sud.

  • 1 Il faut retenir notamment le colloque « Usages de la culture, population pénale et entreprises », o (...)
  • 2 Ce colloque a été organisé conjointement par le ministère de la Culture, Audencia business school e (...)

2En France, les actions culturelles menées en prison ont d’abord fait l’objet de quelques rapports (notamment, Soulier, 1985 ; Anselme et al., 2001 ; Chavigny, Lieber, 2005 ; Saurier et al., 2011 ; Rostaing, Touraut, 2011), mais cette littérature grise est rarement publiée et reste donc peu accessible. De plus, les domaines culturels concernés par les travaux sont restreints comparativement à leur diversité sur le terrain : on trouve plus récemment la lecture (Fabiani, Soldini 1995 ; Rippol, 2005), l’audiovisuel (Anselme, 1997 ; Anselme et al., 2001), la musique (Andrieu, 2000, 2011 ; Lassus et al., 2015), ou le patrimoine et les expositions (Saurier, 2020). À leurs côtés, se trouvent de rares ouvrages s’intéressant à un ensemble d’actions culturelles et artistiques (Chapoutot, 1993 ; Siganos, 2008) afin d’en analyser les conditions organisationnelles et les limites, le rôle des intervenants culturels, la réception de tels projets ou encore les impacts en matière d’insertion sociale. Enfin, la décennie 2010 a vu se développer un effort de mise en commun des réflexions avec le développement de séminaires, de colloques et de numéros spéciaux de revues scientifiques1. Ce présent numéro de Champ Pénal/Penal Field souhaite s’inscrire dans ce mouvement puisqu’il prolonge la réflexion engagée lors du colloque « Culture, art et prison »2 organisé les 29 et 30 novembre 2017, au Musée national d’histoire de l’immigration (Paris). Les chercheurs, les professionnels de la culture et de la justice et les artistes réunis à cette occasion ont interrogé les processus de construction de ce qui est désigné comme « l’art et la culture en détention ».

3Les questions de recherche esquissées jusqu’à présent sont nombreuses et portent principalement sur les effets de l’art et de la culture sur les détenus (Andrieu, 2005 ; Caulfield et al., 2016 ; Frigon, 2015 ; Lassus et al., 2015), sur les organisations (Anderson, 2015 ; Doga, 2016 ; Rostaing, Touraut, 2016) et sur le sens de la peine et de la prison (Cheliotis, 2014 ; Cheliotis, Jordaniska, 2016 ; Giles et al., 2016 ; Hewish, 2015 ; Visser, 2013 ; McKean, 2003). Néanmoins, le chemin à parcourir est encore long : les chercheurs qui se sont intéressés à cet objet sont essentiellement des sociologues et plus marginalement des psychologues, particulièrement sur la question de l’art-thérapie. De plus, la démarche employée est le plus souvent empirique, cherchant à observer l’objet dans ses modalités de fonctionnement, engageant bien souvent un regard plus militant que réflexif. En se tournant vers les modalités de développement des projets, l’analyse repose sur le postulat de départ que le projet artistique et culturel a sa place en détention. Le chercheur ne peut alors que constater le caractère humanisant, voire salvateur de l’art, et éventuellement son instrumentalisation par les institutions.

4Ce numéro de la revue Champ Pénal/Penal Field ambitionne de donner à voir une diversité d’approches et des pistes moins empruntées. Ainsi s’entrecroisent au travers des textes des points de vue et des analyses qui nourrissent la réflexion sur la manière dont le champ pénal fait l’objet de pratiques et de discours qui, relevant du domaine artistique et culturel, n’en sont pas moins fondateurs des différents « vécus » du milieu carcéral, du point de vue des détenus comme des professionnels de la prison et de la culture. Les articles constituent autant de regards sur la prison contemporaine qui vont au-delà de la seule dialectique entre critique et justification, entre création et détention, entre sociologie de l’art et sociologie de la prison. Cette voie empruntée repose sur quatre critères organisateurs. D’abord, ce numéro fait montre d’une dimension pluridisciplinaire, les articles envisageant un ensemble de questions traitées du point de vue de la sociologie, des sciences de l’information et de la communication, de l’architecture, de la philosophie, de l’histoire, de l’art et des sciences politiques. Ensuite, les contributions offrent toutes un fort ancrage empirique, rendant justice à la diversité des activités artistiques et culturelles, tout en questionnant les modalités d’approche d’un tel objet. Pour continuer, ce numéro permet d’établir un dialogue entre scientifiques et praticiens : si professionnels de l’art et de la culture et chercheurs se retrouvent côte à côte, c’est bien parce que l’idée est d’observer ce qui se joue sur le terrain des expériences artistiques et culturelles, avec les forces et les faiblesses d’une telle posture « embarquée ». Ainsi, les expériences sensibles, éphémères, sont-elles autant prises au sérieux que les expérimentations les plus institutionnelles, éclairant la diversité des réalités carcérales. Enfin, la diversité des objets culturels étudiés (théâtre, photographie, littérature, etc.) fait écho à la pluralité des terrains, faisant de ce numéro un espace de discussion à la fois des politiques culturelles (sur les conditions, les enjeux et les effets de la médiation) et des politiques pénales (sur les conditions et les enjeux de la réinsertion).

1. L’émergence d’une politique culturelle en prison

5C’est une longue histoire que celle de l’art et de la culture dans leurs liens avec la détention qui permet de parler désormais de politique culturelle en prison.

[…] aujourd’hui où, dans les discours politiques venus de presque tous les bords, on ne cesse de promouvoir la construction de nouvelles prisons, il s’avère nécessaire, si on ne peut empêcher ce projet inepte qui ne résout rien pour la société, de faire en sorte que dans ces nouveaux lieux d’enfermement qui verront le jour, on puisse amener autant de livres qu’il y aura de portes, de serrures, de grilles, de remparts et de miradors, de parpaings dans les murs car là où l’esprit a abdiqué, il faut aussi que l’esprit puisse trouver à renaître.

(Claudel, 2017, 103)

6Par ces mots, en 2017, Philippe Claudel souligne tout autant l’ineptie de la politique immobilière actuelle du monde carcéral, que l’insuffisante présence des livres dans les prisons françaises. Une situation du livre qui, pourtant, n’a pas à rougir face aux autres objets de culture : il est historiquement comme politiquement premier en prison (Fabiani, Soldini, 1995).

1.1. Dans l’épaisseur du temps : des actions isolées à la convention Culture/Justice

  • 3 Cette réalité contrastée sur le territoire national, tient notamment au fait que la politique cultu (...)

7De fait, dans certaines prisons, il n’existe pas encore de lieu-bibliothèque, pas d’espace dédié à la culture, pas de programmation culturelle. Mais cette situation ne rend pas justice à l’effort politique concernant le développement de la culture en détention. En effet, certains ouvrages, comme le collectif de Lectures de prison 1725-2017 (Claudel, 2017), nous rappellent la place du livre octroyée par les pouvoirs en place dès la création de la prison pour peine, en raison de ses valeurs éventuellement morales et structurantes. Puis, aux côtés du livre, des « activités socio-éducatives » comme les clubs ciné se développent dans le courant du XXe siècle. Enfin, la coopération du ministère de la Justice et des Libertés avec celui de la Culture et de la Communication se concrétise sous la forme de trois protocoles d’accord Culture-Justice (1985, 1990, 2009) qui ont pour objectif d’encadrer l’introduction de la culture en prison, complétés par des circulaires d’application en 1992 et 1995. Le champ de l’action culturelle est étendu en 1997 à tous les domaines artistiques et culturels. C’est dans ce cadre que des conventions ont été signées entre des institutions culturelles et des établissements pénitentiaires, formant un maillage plus ou moins dense sur l’ensemble du territoire français3. Ces partenariats nombreux et protéiformes engagent des acteurs culturels et pénitentiaires à des échelons très différents (en établissement, en Direction interrégionale des services pénitentiaires, en centrale).

8Au cours de l’année 2020, une réflexion collective, via la tenue de groupes de travail, a réuni les acteurs de la pénitentiaire et de la culture afin de travailler à une réécriture du protocole afin de l’actualiser. Les axes de réflexion ont été multiples : les espaces culturels ; l’inscription du « volet culture » dans le projet d’établissement/de service ; les partenariats avec les collectivités territoriales et les structures culturelles du territoire ; les enjeux de formation des professionnels tant du monde culturel que pénitentiaire ; les liens entre projets/actions culturel(le)s, formation professionnelle et travail pénitentiaire des personnes détenues notamment. Ce travail montre particulièrement bien comment le développement de la culture s’inscrit dans un mouvement plus large du monde culturel vers des publics dit empêchés et dans un mouvement de réforme de la prison vers une reconnaissance des droits des détenus.

1.2. Des histoires de légitimité institutionnelle

9La rencontre des politiques culturelles et carcérales a l’avantage de consolider à la fois le rôle social des institutions culturelles et l’humanisation en marche du milieu carcéral (Bouagga, 2015). Prosaïquement, la population carcérale a le double intérêt d’être un public que les institutions culturelles classent dans la catégorie des « publics captifs » (comme les scolaires ou les personnes hospitalisées) et d’être une population au capital culturel très faible. De ce fait, intervenir à destination de cette population garantit la performativité de l’institution culturelle en termes de démocratisation sociale, alors même que l’institution culturelle peine à démontrer et justifier ses effets concernant sa mission de démocratisation culturelle (Germain-Thomas, 2020). Que l’action culturelle en prison touche deux ou bien cent personnes, elle est effective en termes d’accès à la culture pour un public qui est présent et aurait beaucoup à découvrir. De plus, l’action culturelle offre un cadre diamétralement opposé à celui de la prison : elle incite aux échanges, à l’expression personnelle, à la collaboration, aux débats et à l’expression de la contestation. Elle ouvre un espace considéré comme positif de construction des individus et des collectifs, mettant un voile sur les réalités du quotidien carcéral. Certes, la vie en détention est difficile – ce que ne cessent de dénoncer les organisations non gouvernementales concernant le cas français –, mais les prisons s’engagent toujours plus dans le grand mouvement d’ouverture vers l’extérieur initié dans les années 1980.

10L’action des acteurs des deux champs est encouragée par ce surcroît de légitimité, tout en étant l’un des matériaux de la construction de cette légitimité. En effet, ces dispositifs culturels en prison font l’objet de publicisations diverses : dans des rapports et des supports de communication internes des organisations impliquées, sur les sites internet des institutions culturelles, dans les bilans annuels de celles-ci à destination des financeurs, dans des articles de presse, des émissions radiophoniques. Ces supports créent une image, une fantasmagorie de la culture en prison (Saurier, 2020) reposant sur l’idée d’actions artistiques et culturelles de natures émancipatrice et salvatrice pour les personnes détenues. Le beau en prison et la production d’un discours sur l’évasion par l’art dans un lieu de détention ne conduisent alors plus à réfléchir sur la prison et son sens dans la cité. Au contraire, l’existence de la prison n’est pas questionnée : il s’agit plutôt de montrer combien l’art et la culture sont à même d’accompagner les missions carcérales, justifiant par là même les deux institutions à la fois.

1.3. De la variabilité des objectifs et des projets

11Assurer le droit à la culture, soutenir le développement personnel, accompagner la resocialisation : tels sont les grands objectifs que les textes officiels assignent depuis les années 1980 aux actions culturelles, et dont les organisations culturelles et pénitentiaires se prévalent. Ce cadrage idéologique prête à interprétations, aussi les concrétisations sont particulièrement hétérogènes et touchent l’ensemble des secteurs artistiques et culturels (arts plastiques, écriture, vidéo, photographie, arts vivants, patrimoine, etc.). Des ateliers hebdomadaires d’arts plastiques côtoient des conférences uniques d’histoire de l’art, des ateliers d’écriture tantôt se superposent, tantôt alimentent des dispositifs nationaux de promotion des littératures (comme le concours de BD Transmurailles), des permissions de sortie autorisent d’assister à un concert de musique classique pour un soir, quand d’autres permettent aux détenus de se produire sur une scène de théâtre devant un public : durée, format, rapport à l’extérieur, volume des personnes ciblées (détenus, mais aussi personnel de l’administration pénitentiaire, famille, partenaires extérieurs, etc.) varient (Saurier et al., 2011).

12Ces variations s’expliquent par le projet de prison porté par le directeur, le profil de la personne en charge de la culture au sein du Service pénitentiaire d’insertion et de probation, la dynamique culturelle sur le territoire, les politiques déployées par les directions interrégionales de l’administration pénitentiaire et les Directions régionales des affaires culturelles (Drac), et encore la nature du partenariat qui porte le projet culturel. En effet, travailler avec un professionnel bénévole de la culture, avec un artiste isolé ou avec une institution culturelle de renom implique une mobilisation autour du projet culturel et une valorisation différenciée. Ces situations locales inégales se développent à la faveur d’une politique nationale volontariste autant guidée par – que soumise à – des événements dramatiques (comme les attentats qui ont conduit à la mise en place des Plans de lutte anti-terroriste 1 et 2 dont ont bénéficié les actions culturelles) et à des pressions d’organisations ou d’institutions (le Conseil de l’Europe, l’Observatoire international des prisons, le Contrôleur général des lieux de privation de liberté, etc.), tout en étant contraintes et freinées par des situations organisationnelles (comme la surpopulation en maison d’arrêt) et des réalités budgétaires.

2. La mise en œuvre des politiques culturelles face à de nombreuses contraintes

13La réalisation de projets artistiques et culturels dans les établissements pénitentiaires est fondamentalement engageante, elle nécessite l’instauration d’échanges nourris entre les professionnels de la culture et ceux de la prison. L’enjeu est de convenir d’une action qui respecte les normes spécifiques au monde carcéral et les ambitions artistiques portées par les acteurs du monde culturel. La création en prison doit s’adapter aux règles de fonctionnement de cette institution qui reposent sur des logiques sécuritaires et punitives, elle doit faire avec des bâtiments peu adaptés, des horaires contraints, des moyens faibles, etc. En retour, l’institution carcérale qui s’engage dans une action culturelle doit nécessairement accepter de voir bousculer certaines pratiques professionnelles, questionner quelques cadres normatifs pour rendre la création possible. La mise en œuvre des dispositifs culturels en prison rencontre alors souvent des difficultés, imprévus et limites que les personnes engagées dans leur réussite s’efforcent de dépasser ou de contourner. Des malentendus peuvent également émerger car les ambitions des partenaires ne sont pas toujours similaires, les uns investissant les projets dans une visée de démocratisation culturelle et les autres lui associant un objectif de réinsertion. De plus, les concepteurs peuvent avoir une perception des actions très différentes des bénéficiaires du projet tant dans ses objectifs que du point de vue de l’expérience de leur mise en œuvre. Les recherches empiriques en sciences humaines et sociales visent alors à saisir la difficulté du processus d’articulation permanent entre des attentes, des règles, et des contraintes inhérentes à l’activité culturelle et celles propres aux institutions carcérales ; entre les ambitions des concepteurs des actions et les volontés des personnes détenues ; entre les acteurs de la culture et ceux de la prison.

2.1. Culture et rencontre du public en prison : une pluralité de sens

  • 4 Colloque « Usages de la culture, population pénale et entreprises », organisé par Audencia, en part (...)
  • 5 Colloque « Culture, art et prison », organisé par Audencia, en partenariat avec le ministère de la (...)

14L’essentiel des actions culturelles en prison fait l’objet de retours d’expériences très positifs. Les personnes qui les initient comme celles qui les réalisent soulignent la qualité des rencontres qui s’y sont nouées et la créativité des personnes détenues. Les artistes mettent en exergue la richesse que revêt la découverte d’un univers carcéral qui questionne nombre de leurs stéréotypes et préjugés. Les contraintes liées aux logiques de sécurité sont souvent lues comme des défis encourageant la créativité. Du point de vue des personnes détenues, la culture viendrait suspendre pour un temps les épreuves quotidiennes de la détention. La liste des bénéfices qu’ils en retirent est souvent riche : liens avec l’extérieur, connaissances sur l’art, découverte de soi, confiance, respect de consignes de travail rigoureuses, implication dans un collectif, etc. Les deux colloques organisés sur l’art et la culture en prison en 20144 et 20175 ont pu ainsi témoigner de la manière dont la culture en prison est essentiellement appréhendée de manière positive, l’analyse critique apparaissant peu dicible et audible.

  • 6 Ces effets sont analysés notamment par Andrieu, 2005 ; Caulfield et al., 2016 ; Frigon, 2015 ; Lass (...)

15Ce constat global et très largement partagé de la culture en prison pose néanmoins question. Il ne s’agit pas là de remettre en cause la légitimité et les bienfaits du développement des actions culturelles en prison, mais de souligner que ces retours d’expériences émanent principalement des institutions culturelles elles-mêmes (le ministère de la Culture s’est doté d’un Observatoire des politiques culturelles) ou des professionnels et artistes impliqués dans les projets mis en œuvre, eux-mêmes dans une certaine mesure contraints par leurs institutions et attendus professionnels, mais aussi leurs propres représentations sur les bienfaits de la culture en général, et le pouvoir de l’art et de la culture en termes d’émancipation et de socialisation. Ils reposent également essentiellement sur des évaluations qui sont le fruit d’une injonction des politiques publiques, dont les méthodes d’investigation divergent de celles à l’œuvre dans les recherches de sciences humaines et sociales. Aussi, si les constats positifs ne sont pas à délégitimer6, les recherches empiriques invitent à centrer plus particulièrement le regard sur les expériences des personnes détenues et à rendre compte des « effets pervers » (Boudon, 1977) que peuvent produire les actions culturelles ou tout du moins des risques dont elles sont porteuses.

  • 7 Ce type de questionnement est posé dans le numéro « Culture en prison : un outil de domination ? » (...)

16La littérature sociologique a déjà largement mis en exergue le fait que le développement des activités culturelles dans une perspective de démocratisation culturelle peut produire des effets de « violence symbolique » à l’égard de leurs bénéficiaires et décrit les limites de la « médiation compassionnelle » (Jacobi, 2018). Elles peuvent s’accompagner d’une bienveillance condescendante qui s’avère souvent dévalorisante pour le public visé. Les personnes détenues, considérées comme des « publics éloignés », des « publics empêchés » peuvent dans cette perspective être appréhendées comme étant dépourvues de culture. Or, s’ils peuvent être distants de certains arts ou pratiques culturelles privilégiés par les catégories sociales les plus privilégiées, ces publics peuvent affectionner d’autres activités culturelles, et avoir des connaissances riches sur d’autres dimensions culturelles7. L’incarcération ne les prive pas d’activité culturelle, le temps de la peine pouvant permettre à certains détenus de découvrir ou reprendre une pratique artistique (peinture, dessins, sculpture de petites pièces etc.).

17Par ailleurs, la politique culturelle en prison peine à garantir un accès à la culture à tous les détenus et reste aujourd’hui susceptible de produire ou reproduire des inégalités sociales comme territoriales. En effet, les activités culturelles, notamment les plus ambitieuses dans les moyens alloués, n’impliquent souvent qu’un nombre très restreint de détenus et souvent ceux-là mêmes qui sont les moins éloignés de la culture, les plus diplômés et qui occupent une position considérée comme favorisée en détention. Les médiateurs culturels assument cette sélection, soucieux de voir aboutir sans trop de peine les projets mobilisant des moyens importants, des institutions culturelles considérées comme prestigieuses et qui bénéficient d’une communication institutionnelle, voire médiatique importante. Les personnes détenues, moins dotées socialement, sont plus souvent orientées vers des activités qualifiées de socio-culturelles, moins valorisées, considérées comme plus occupationnelles et plus régulièrement animées par des artistes non professionnels. De plus, les projets culturels en détention dépendent des dynamiques et moyens de la politique culturelle territoriale qui varie fortement selon les régions. De même, l’accessibilité des établissements est un facteur déterminant pour la mise en place de projets culturels. Les personnes détenues incarcérées dans les établissements pénitentiaires les plus éloignés des centres-villes, avec des possibilités d’accès réduites et inscrits sur des territoires où la politique culturelle dispose de peu de moyens financiers et humains bénéficieront d’une offre d’activités culturelles moindre que les établissements de la région parisienne par exemple. Ainsi, les détenus ne bénéficient pas d’un égal accès à la culture.

18Enfin, les activités artistiques et culturelles mises en œuvre en prison s’inscrivent dans un contexte institutionnel où les rapports sociaux sont particulièrement complexes. Principalement destinés aux personnes détenues, les projets culturels peuvent accroître une certaine amertume de la part des personnels pénitentiaires qui regrettent de ne pas susciter autant d’attention et peinent parfois à comprendre le sens des projets. Si de nombreux personnels ne remettent pas en question la légitimité du développement de la culture en prison, ils déplorent la surcharge de travail que les projets induisent au regard des mouvements supplémentaires des détenus qu’ils imposent, celle-ci pouvant donner lieu à des formes de résistance (volontaires et involontaires). Ils peuvent aussi regretter ne pas être informés des projets qui se déroulent dans leur établissement alors même qu’ils estiment que leur réalisation repose aussi sur leur capacité à assurer les conditions de sécurité au cours de leur réalisation.

2.2. Des contraintes organisationnelles

19Les actions culturelles et artistiques en prison rencontrent de nombreuses contraintes organisationnelles qui peuvent être sources d’insatisfactions voire de frustrations pour leurs concepteurs ou leurs bénéficiaires. Les modalités d’écriture des protocoles et autres lettres de cadrage pour définir les finalités comme le modus operandi des projets sont particulièrement laborieuses. L’obtention de subventions, la répartition des tâches et des responsabilités, le montage du budget financier constituent des opérations qui ne sont pas aisées à mener. Fruit de partenariats entre plusieurs structures institutionnelles aux exigences spécifiques et aux hiérarchies propres, la signature des conventions est souvent longue et fastidieuse.

  • 8 Voir à ce sujet le numéro « La prison au travers de l’espace architectural », (Milhaud, Scheer, 202 (...)

20L’architecture des bâtiments et les espaces de détention8 peu adaptés aux activités culturelles limitent aussi les possibles de la culture en prison. Les établissements pénitentiaires disposent en effet rarement de salles propices aux créations artistiques et les lieux culturels sont peu équipés : l’espace est trop réduit, l’éclairage mauvais, l’insonorisation inadaptée, les moyens techniques quasi inexistants.

21Les activités culturelles font aussi face à des contraintes temporelles fortes qui peuvent avoir des impacts directs sur la continuité du projet et/ou l’assiduité des personnes détenues. Les activités doivent se réaliser sur le temps d’ouverture des cellules et s’efforcer de ne pas se superposer aux horaires de travail, des parloirs, des promenades ou encore aux rendez-vous que les détenus peuvent avoir avec leur avocat ou des personnels médicaux. Ces contraintes temporelles participent souvent à l’instabilité des groupes et à l’assiduité des détenus qui sont pourtant nécessaires à certaines actions. Une partie d’entre elles ne trouvent d’ailleurs pas leur public : des séances peuvent réunir un nombre très faible de participants, déconcertant les professionnels ayant œuvré à leur mise en place. En outre, les temps de présence dans un établissement pénitentiaire varient fortement d’un détenu à un autre et imposent des réflexions sur la temporalité des projets : s’ils sont prévus sur plusieurs mois, il est nécessaire d’impliquer des personnes dont on présuppose qu’elles ne seront pas libérées, sachant qu’elles seront toujours susceptibles d’être transférées vers une autre prison avant que le projet n’aboutisse. Les personnes détenues incarcérées pour des petites peines ou celles qui sont prévenues ne seront donc pas retenues, celles-ci ne pouvant dès lors bénéficier que d’actions culturelles ponctuelles.

22Enfin, les contraintes sécuritaires imposent le respect de procédures nombreuses pour obtenir l’autorisation d’introduire le matériel nécessaire à l’activité engagée (instruments de musique, appareils photos, outils, etc.) et supposent des temps longs lors de leur entrée dans l’établissement. Or celui-ci n’est pas toujours rémunéré pour les artistes. Les règles de sécurité pèsent aussi sur la visibilité des projets dans la mesure où elles limitent les publics susceptibles de voir les créations produites en prison. Le manque d’accessibilité des productions culturelles aux regards extérieurs et plus particulièrement à ceux de leurs proches constituent un des regrets souvent exprimés par les personnes détenues. Néanmoins, quelques dispositifs ont permis l’organisation de représentations en dehors de la prison via l’obtention de permissions de sortie.

2.3. Dissonances et tensions du vécu culturel en prison

23Les projets artistiques suscitent souvent l’engouement des détenus y participant mais ils sont aussi susceptibles de les placer en tension entre des identités et des statuts différents. En effet le passage d’un statut d’artiste octroyé le temps de l’atelier artistique ou culturel à un statut de détenu en en sortant peut être particulièrement éprouvant. Le changement des normes à respecter entre celles promues dans le cadre de l’action culturelle où les détenus sont reconnus comme des personnes à part entière et celles s’appliquant dans la vie quotidienne en détention où ils sont pris dans une gestion collective, de même que la transition entre un espace de création ouvert sur l’extérieur et l’espace clos de la cellule, peut engendrer une forme de dissonance cognitive pour les personnes détenues.

24Les projets culturels promeuvent une forme de liberté de création dont les détenus peuvent prendre plaisir à se saisir. Dans ce contexte, les consignes qui émergent dans l’exercice artistique peuvent être mal vécues par certaines personnes détenues qui les interprètent comme de nouvelles privations de liberté. De même, lorsque les contraintes sécuritaires de l’institution carcérale viennent restreindre les potentialités de la création artistique, les personnes détenues regrettent que l’emprise de la prison s’étende aussi à cet espace de création ouvert qui devait leur permettre de se soustraire un temps au monde carcéral.

25Enfin, les moyens investis dans des projets culturels très ambitieux et onéreux peuvent créer une gêne de la part des détenus quand les conditions de détention apparaissent austères et les bâtiments pénitentiaires délabrés. S’ils peuvent être satisfaits de ne pas avoir bénéficié d’une activité de « seconde zone » ou « au rabais », ils peuvent néanmoins être interpellés par le décalage entre le budget investi dans le projet et le sentiment de ne pas bénéficier de conditions de vie dignes. De plus, les détenus ayant bénéficié de projets culturels ambitieux et médiatisés peuvent se voir reprocher par leurs codétenus d’avoir participé à un « coup de com’ » qui restaure l’image de la prison alors même qu’ils estiment que l’institution n’est pas digne d’éloges ou bien même légitime en soi.

26Ainsi, l’expérience des détenus ayant participé à des projets culturels est souvent empreinte d’ambivalences : si les détenus expriment souvent le sentiment d’avoir pu profiter d’un « moment d’évasion », dans la prison mais en dehors du temps carcéral, ils disent aussi la complexité de jouir d’un temps culturel dans un environnement carcéral marqué par une sociabilité particulière et des épreuves nombreuses.

3. Champ du culturel, champ du pénal : quels espaces de possibles ?

27Toute démarche empirique conduit le chercheur à observer l’ensemble des considérations déployées ci-dessus. Les contributeurs de ce numéro les considèrent selon trois axes de questionnement différents qui organisent le dossier : celui de la réflexivité des pratiques artistiques et culturelles dans le monde carcéral, celui de la rencontre de mondes a priori dissemblables et celui des expériences des personnes détenues. Ainsi se dessine un espace commun aux champs du culturel et du pénal qui, nous l’espérons, est aussi un champ des possibles.

3.1. Réflexivités en monde carcéral

28Si les articles de ce numéro prennent tous appui sur des expériences concrètes, certains se positionnent de manière plus réflexive par rapport à la problématique des liens entre culture et prison. Cette « prise de recul » semble d’autant plus nécessaire pour le champ du culturel qui intervient en prison, que la culture et l’art semblent tour à tour considérés comme indispensables dans un monde lui-même jugé « sans culture » et comme superfétatoires voire forcément subversifs. Faire l’analyse de tels « vécus » conduit souvent à se poser la question de leur réalisation, quelquefois encore de leurs effets sur les détenus, sur les personnels, sur les lieux, voire sur l’institution. Ainsi, depuis le « retour d’expérience » jusqu’à l’affirmation d’une dimension politique, en passant par la construction explicite d’un croisement de regards entre monde culturel et monde de la détention, c’est toute une gamme de postures réflexives possibles qui se fait jour. Les interrogations constantes sur les enjeux et les limites permettent d’éviter la seule posture de la médiation compassionnelle définie par Daniel Jacobi (2018). Elles invitent aussi, sans doute, à des formes de légitimation des actions culturelles menées, à la fois vis-à-vis des critiques qui pourraient être formulées sur le bien-fondé de leur nécessité, mais aussi et surtout en opposition à des formes moins construites d’actions, relevant alors davantage de la sphère socio-culturelle.

29Ainsi, l’analyse du retour d’expérience présentée dans l’article de Corinne Rostaing et Caroline Touraut fait état d’un dispositif culturel déployé en région parisienne et interroge la possibilité de son évaluation. À partir de l’analyse de ce qui engage les acteurs, les lieux et les logiques institutionnelles, il s’agit d’une approche critique de la satisfaction des détenus et de la présentation des tensions suggérées par la remise du rapport au commanditaire. Les auteures questionnent ainsi ce que veut dire évaluer une expérience culturelle en milieu carcéral. L’article montre toute la difficulté d’une posture à distance, des enjeux hétérogènes des différents acteurs, et les défis que l’objet culturel en prison posent au principe même de l’évaluation qui tend à quantifier des atteintes d’objectifs énoncés au préalable. L’expérience culturelle des détenus ne peut se comprendre qu’au regard de leur expérience carcérale et selon un temps long.

30À partir d’une expérience concrète d’expositions temporaires conçues par des personnes détenues entre 2012 et 2016, Le Voyage et Les Misérables, et inspirées notamment de projets conduits à la maison centrale de Poissy (Yvelines) sous l’impulsion du musée du Louvre, l’article de Vincent Gilles et Julien Maréchal propose un regard croisé entre l’institution muséale et celui de l’institution pénitentiaire, sous la forme du témoignage. La question des limites de l’action culturelle en milieu pénitentiaire est clairement affirmée, puisque l’article revient sur les questions matérielles, relationnelles, d’organisations, d’accessibilité aux projets et aux expositions, etc. Néanmoins, l’article donne surtout accès aux modalités de résolution des difficultés et aux moyens de l’ancrage et de la pérennisation d’un dispositif culturel au sein d’un établissement pénitentiaire.

31Sous une forme résolument sensible et personnelle, Arnaud Théval propose le récit intimiste de sa résidence à l’École nationale de l’administration pénitentiaire à Agen, expérience qu’il a menée entre 2014 et 2018 et qui a donné lieu à la publication du livre Le tigre et le papillon, l’école de la prison 2014-2018 (Théval, 2019). Le travail photographique sur ce « corps professionnel » en train de se faire (les élèves de l’Enap photographiés au moment de revêtir pour la première fois l’uniforme) introduit un jeu qui n’est pas sans poser problème au sein même de l’institution, mais qui montre combien l’image n’est jamais anodine et renvoie bien à l’identité individuelle mais aussi collective. L’exemple des tatouages qui figurent sur les corps de certains élèves surveillants, provoquant de fortes réactions chez certains, et dont Arnaud Théval livre une fine analyse, témoigne de la démarche à l’œuvre, aussi artistique que politique. Ici la réflexivité sur le travail mené est à la hauteur de l’immersion vécue.

3.2. Rencontre de mondes

32Les contributeurs de cette partie proposent de s’intéresser aux effets sur les organisations pénitentiaires et culturelles : que se passe-t-il en termes organisationnels entre deux univers dissemblables ? Procédures, temporalités, hiérarchies, lieux, langages diffèrent selon les contextes. Il n’est qu’à comparer les terminologies : quand les services pénitentiaires parlent d’activités socio-culturelles auprès (de la population) des détenus, les professionnels de la culture évoquent les projets ou activités culturels en direction de publics éloignés ou empêchés. Une sémantique lourde de représentations institutionnelles et de façons de faire professionnelles. Finalement, que doit-on conclure de cette rencontre ?

33L’article de Kaoutar Harchi se consacre à la manière dont l’identité et les pratiques professionnelles des conseillers pénitentiaires d’insertion et de probation (CPIP) affectent l’organisation des activités culturelles en prison. Il décrit l’existence d’une diversité d’acteurs dans le pilotage des activités culturelles, aussi bien l’administration pénitentiaire, les structures culturelles issues de la société civile, la Drac ainsi que le Service pénitentiaire d’insertion et de probation (Spip) qui propose et suit la mise en place des activités culturelles in situ. Il met plus particulièrement à jour comment l’action culturelle s’inscrit dans le vécu professionnel des CPIP et comment elle se confronte à des difficultés régulièrement rencontrées. Et il met clairement en évidence le continuum à l’œuvre entre d’une part les discours qui ressortent d’un « imaginaire du miracle culturel » et ceux qui penchent vers une plus sombre et plate « activité occupationnelle », entre les convaincus et les réfractaires. Si les freins de l’action culturelle sont ici vus du point de vue des limites du rôle des CPIP, ils sont aussi travaillés au regard de l’évaluation voire de l’autoévaluation dont les CPIP sont acteurs. Et ressort de cet article un questionnement sur la manière dont « légitimer le travail de réinsertion sociale des détenus par la culture se révèle implicitement porteur d’une critique de l’ordre pénitentiaire autant que d’une identité professionnelle flottante ».

34Interrogeant la politique culturelle en matière d’accès au livre et à la lecture à partir du cas des bibliothèques pénitentiaires, Jean-Lucien Sanchez analyse de quelle façon les bibliothèques pénitentiaires se sont progressivement « décarcéralisées » à partir des années 1980 pour s’insérer dans le réseau de lecture publique. En exploitant un fonds d’archives constitué de courriers, de questionnaires et de rapports versés par le Bureau des politiques sociales et d’insertion de la Direction de l’administration pénitentiaire aux Archives nationales, l’auteur observe la mise en œuvre par tous les acteurs institutionnels impliqués de cette politiqueculturelle qui, par définition, fait se rencontrer le monde ouvert de la lecture publique et le monde fermé de la prison. Il montre combien cette politique d’accès à la lecture en prison reste assujettie à de nombreuses contraintes budgétaires, architecturales et institutionnelles. Si bien que « même si l’offre de lecture en prison a connu une amélioration indéniable depuis les années 1980, il n’en demeure pas moins que le bilan à tirer de cette expérience presque vingt ans après sa mise en œuvre est encore très loin de satisfaire aux besoins de la population carcérale » conclut l’auteur de cet article.

35Enfin, par l’analyse d’un cas précis de conception artistique d’un lieu, celui des parloirs de la maison d’arrêt de Villeneuve-lès-Maguelone, Jennifer Yeghicheyan interroge les processus d’ouverture et de perméabilité de l’institution pénitentiaire à l’art. L’auteure analyse « l’art au parloir », à savoir la commande artistique opérée par le biais du programme les Nouveaux Commanditaires pour transformer ces lieux du parloir en lieux muséaux. Ainsi, cette « évasion mentale » proposée aux détenus et à leurs familles est censée contribuer et favoriser la démocratisation culturelle envers ces publics considérés comme éloignés de la culture. Mais « l’art se trouve instrumentalisé » et concourt finalement à légitimer la situation d’enfermement, puisqu’il en propose dans les murs mêmes une sublime négation. « Dépasser un “hors les murs” spatialiste – par l’amélioration des lieux – ou élitiste – les détenus choisis pour les ateliers culturels procèdent de sélections plus ou moins conscientes et restrictives – reste un défi quotidien » conclut l’auteure.

3.3. Expériences de détenus

36Car tout n’est pas qu’affaire de politiques culturelles et de politiques pénales, l’expérience vécue reste à documenter pour conclure ce numéro, au-delà des catégories institutionnelles de « publics empêchés » et des construits sociaux de la « réinsertion ». Cette troisième partie se penche donc sur les expériences carcérales et les expériences culturelles et surtout sur le croisement qui s’opère quand il est question de « faire de l’art en prison ». Le seul questionnement sur les supposées répercussions sur les personnes détenues est loin de réduire le phénomène, il s’agit de penser la création elle-même, la manière dont elle peut redéfinir l’espace, le temps voire le sens de la peine. Comment se vit l’activité culturelle et créatrice dans un parcours de détention et quelles en sont les traces au long cours ? L’expérience carcérale peut-elle ouvrir sur une expérience culturelle et selon quelles modalités ? L’expérience culturelle a-t-elle cette capacité à faire évoluer le détenu vers un autre monde que le monde carcéral ou bien à n’en proposer qu’une forme d’échappée, aussi belle soit-elle ?

37Entre rencontre des mondes et expérience de détenus, l’article de Jean-Louis Fabiani, Damien Malinas et Lauriane Guillou analyse le temps des pratiques artistiques dans les parcours de détention. À partir du travail engagé entre le Festival d’Avignon et le centre pénitentiaire du Pontet, depuis la représentation publique de Hamlet libéré lors de l’édition 2017 du Festival d’Avignon, les auteurs se demandent en quoi la rencontre de l’univers carcéral avec celui du Festival d’Avignon, et plus encore de la forme festival, participe-t-elle à remettre les détenus dans un temps social. Entre un événement culturel comme peut l’être un festival de théâtre et le temps de la détention comme celui qui s’écoule dans le centre pénitentiaire, l’expérience théâtrale dans laquelle des détenus-acteurs ont été impliqués permet d’identifier ce que cette rencontre peut créer et comment elle travaille le temps social de la détention. Empruntant au Mondes de l’art d’Howard Becker, les auteurs montrent que toute activité ou action artistique en détention passe par une coopération entre les acteurs et témoigne d’une dynamique communicationnelle particulière dans les situations étudiées. Vue comme « réservoir de potentialités en termes de rencontres artistiques et de carrières de spectateurs dans des parcours de détention », l’expérience artistique longue, fragile mais réelle, laisse toujours une empreinte qu’il s’agit de documenter.

38Natacha Galvez travaille, quant à elle, le matériau des écrits de prison à partir d’un corpus littéraire éclectique qu’elle fait démarrer après la Seconde guerre mondiale. Elle y analyse la place qu’occupe l’écriture pour une personne qui vit une situation d’enfermement punitif. Ce faisant, elle veut saisir dans cette parole qui émerge de la prison vécue la place de la création littéraire elle-même. Elle suit ainsi à partir des textes ce que les détenus écrivent, sur quoi, depuis le procès jusqu’à la publication, comment ils transforment l’expérience carcérale en expérience littéraire et comment cette dernière est érigée en « nécessité vitale » pour ces auteurs.

39En rendant compte de la richesse des réflexions et des échanges qui ont pu se développer dans le cadre du colloque, ce numéro cherche à fixer des connaissances pour mieux participer aux débats à venir sur cet objet qu’est la culture en prison. Objet protéiforme et plurivoque, la culture en prison constitue aussi et surtout un objet interstitiel : à la croisée des chemins du pénal et du culturel, il met en lumière – par un déplacement des projecteurs – et questionne singulièrement ces deux domaines a priori que sont le pénal et le culturel.

Haut de page

Bibliographie

Anderson K., 2015, Documenting Arts Practitioners’ Practice in Prisons: “What do you do in there?”, Howard Journal of Crime & Justice, 54, 4, 371-383.

Andrieu M., 2005, De la musique derrière les barreaux, Paris, L’Harmattan.

Anselme L., Gervasoni J.L., Rostaing C., 2001, Les actions audiovisuelles en milieu pénitentiaire, ARSEC.

Anselme L., 1997, L’action culturelle en milieu pénitentiaire, ARSEC, Direction de l’administration pénitentiaire, ministère de la Culture, [en ligne] https://www.vie-publique.fr/rapport/24724-laction-culturelle-en-milieu-penitentiaire.

Becker H., 1988 (1982), Les mondes de l’art, Paris, Flammarion.

Bouagga Y., 2015, Humaniser la peine ? Enquête en maison d’arrêt, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Le sens social ».

Boudon R., 1977, Effets pervers et ordre social, Paris, PUF.

Claudel P., 2017, Lectures de prison 1725-2017, Bois-Colombes, éditions Le Lampadaire, coll. « Curiosités ».

Caulfield L., Wilkinson D.-J., Wilson D., 2016, Exploring Alternative Terrain in the Rehabilitation and Treatment of Offenders: Findings from a Prison-Based Music Project, Journal of Offender Rehabilitation, 55, 6, 396-418.

Chapoutot A.M., 1993, L’air du dehors : pratiques artistiques et culturelles en milieu pénitentiaire, Paris, Du May.

Chavigny D., Lieber C., 2005, Les bibliothèques des établissements pénitentiaires, rapport, ministère de la Culture et de la Communication.

Cheliotis L., Jordanoska A., 2016, The Arts of Desistance: Assessing the Role of Arts-based Programmes in Reducing Reoffending, Howard Journal of Crime & Justice, 55, 1/2, 25-41.

Cheliotis L., 2014, Decorative Justice: Deconstructing the Relationship between the Arts and Imprisonment, International Journal for Crime, Justice & Social Democraty, 3, 1, 16-34.

Doga M., 2015, Les ambivalences définitionnelles des actions culturelles en prison pour mineurs, Culture et Musées, 26, 73-94.

Fabiani J.-L., Soldini F., 1995, Lire en prison, Paris, BPI.

Frigon S., 2015, Rencontres littéraires en prison ou comment voyager de l’ombre à la lumière, Canada, Les Presses de l’Université de Montréal.

Germain-Thomas P., 2020, La démocratisation culturelle, illusion ou utopie en devenir ?, Quaderni, 1, 1, 81-95.

Giles M., Paris L., Whale J., 2016, The Role of Art Education in Adult Prisons: The Western Australian Experience, International Review of Education, 62, 6, 689-709.

Hewish S., 2015, Counterblast: A Stretch in Time: Some Personal Reflections on 25 Years of Delivering Arts Projects in Prisons, Howard Journal of Crime & Justice, 54, 2, 212-217.

Jacobi D., 2018, La médiation compassionelle, in Saurier D. (dir.), Usages de la culture et population pénale, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques Sociales ».

Lassus M.-P., Le Piouff M., Sbattella L. (dir.), 2015, Le jeu d’orchestre. Recherche-action en art dans les lieux de privation de liberté, Paris, Presses universitaires du Septentrion.

Le Genepi (dir.), 2017, Culture en prison : un outil de domination ? », 64, Le Passe Murailles.

McKean A., 2003, Report to funders of Refuge by Playing for time Theatre Company, a joint initiative between King Alfred’s College and Clean Break Theatre Company in HMP Winchester.

Milhaud O., Scheer D. (dir.), 2020, La prison au travers de l’espace architectural, 20, Champ Pénal/Penal Field, [en ligne] doi.org/10.4000/champpenal.11599.

Ripoll P., 2005, Un abri livre : expériences en prison, Paris, L’Harmattan.

Rostaing C., Touraut C. 2011, Regards croisés sur une action culturelle en prison. Analyse d’une exposition de reproductions dans une maison centrale, au prisme d’une sociologie de l’action.

Rostaing C., Touraut C., 2016, Différenciation et hiérarchisation des publics : à propos d’une exposition artistique et culturelle en prison, Culture et Musées, 26, 23-44.

Saurier D., 2020, Exposer en prison. Le laboratoire d’une fantasmagorie contemporaine, Paris, La Documentation française.

Saurier D. (dir.), 2018, Usages de la culture et population pénale, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques Sociales ».

Saurier D. (dir.), 2015, Entre les murs/hors les murs, 26, Culture et Musées.

Saurier D. (dir.), Barbier K., Névanen S., 2011, Enquête sur les projets patrimoniaux en direction des personnes placées sous main de justice, Rapport pour le Département de la politique des publics, Direction générale du patrimoine, ministère de la Culture, CESDIP, Audencia Recherche.

Siganos F., 2008, L’action culturelle en prison. Pour une redéfinition du sens de la peine, Paris, L’Harmattan.

Soulier G., 1985, Le décloisonnement de la prison, Psychologie et science administrative, Paris, PUF.

Théval A., 2019, Le tigre et le papillon, l’école de la prison 2014-2018, Paris, Dilecta.

Visser J., 2013, Space and Involvement, Matatu: Journal for African Culture & Society, 43, 161-173.

Haut de page

Notes

1 Il faut retenir notamment le colloque « Usages de la culture, population pénale et entreprises », organisées les 2 et 3 juin 2014 par le laboratoire Audencia Recherche, en partenariat avec le ministère de la Culture et le RT14 de l’AFS (Association française de sociologie) suivi d’une publication collective : Usages de la culture et population pénale (Saurier, 2018) ; Culture et Musées (2015) ; le colloque sur Les arts du spectacle dans les prisons et les hôpitaux, le 23 novembre 2018 par la Maison des Sciences de l’Homme Paris Nord, Saint Denis ; le Colloque Quelles actions autour de la création artistique pour les personnes placées sous main de justice, organisé les 20, 21, 22 juin 2012 à la Friche Belle de Mai, Marseille.

2 Ce colloque a été organisé conjointement par le ministère de la Culture, Audencia business school et le ministère de la Justice (Direction de l’administration pénitentiaire), avec la collaboration du Musée national d’histoire de l’immigration.

3 Cette réalité contrastée sur le territoire national, tient notamment au fait que la politique culturelle en prison se décline sous la responsabilité des directions interrégionales des services pénitentiaires.

4 Colloque « Usages de la culture, population pénale et entreprises », organisé par Audencia, en partenariat avec le ministère de la Culture et le RT14 de l’AFS, à SciencesCom, Nantes, les 2 et 3 juin 2014.

5 Colloque « Culture, art et prison », organisé par Audencia, en partenariat avec le ministère de la Culture et le ministère de la Justice, au Musée national d’histoire de l’immigration, Paris, les 29 et 30 novembre 2017.

6 Ces effets sont analysés notamment par Andrieu, 2005 ; Caulfield et al., 2016 ; Frigon, 2015 ; Lassus et al., 2015.

7 Ce type de questionnement est posé dans le numéro « Culture en prison : un outil de domination ? » (Le Genepi, 2017). Consulter également l’article de Corinne Rostaing et Caroline Touraut (2016).

8 Voir à ce sujet le numéro « La prison au travers de l’espace architectural », (Milhaud, Scheer, 2020).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Delphine Saurier, Caroline Touraut et Emmanuelle Lallement, « Art et culture en prison : la possibilité d’une rencontre ? »Champ pénal/Penal field [En ligne], 24 | 2021, mis en ligne le 22 décembre 2021, consulté le 20 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/champpenal/13042 ; DOI : https://doi.org/10.4000/champpenal.13042

Haut de page

Auteurs

Delphine Saurier

Professeure en Sciences de l’information et de la communication, Audencia, chercheuse associée au GRIPIC
dsaurier[at]audencia.com

Caroline Touraut

Sociologue, spécialiste des prisons, chercheuse associée au CESDIP
tourautc[at]yahoo.fr

Articles du même auteur

Emmanuelle Lallement

Anthropologue, Institut d’études européennes, Université Paris 8, membre du LAVUE (UMR 7218 CNRS)
emmanuelle.lallement[at]univ-paris8.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Champ pénal

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search