Navigation – Plan du site

AccueilTous les volumes24ArticlesDe l’impossibilité d’évaluer les ...

Articles

De l’impossibilité d’évaluer les dispositifs culturels en prison ?

Retour d’expérience sur la réception critique d’une étude
Is it Impossible to Evaluate Cultural Devices in Prison? Feedback on the Critical Reception of a Research
Corinne Rostaing et Caroline Touraut

Résumés

Cet article propose un retour réflexif sur une expérience de recherche qualitative portant sur une action culturelle menée par un musée au sein d’un établissement pénitentiaire pour longues peines. L’étude processuelle réalisée à partir d’une approche multi-située a rendu compte du sentiment de réussite institutionnelle du partenariat engagé, des satisfactions des détenus et des personnels de surveillance mais aussi de leurs frustrations, des accrocs dans le déroulé du projet et des tensions. Lors de la réception du rapport, le musée nous a fait part d’une demande de reprise en profondeur de ce travail, tant sur la forme que sur le fond. À la suite de la réaction muséale, une réflexion a été engagée sur les difficultés à mener une évaluation d’actions culturelles et à questionner les méthodes permettant de saisir ce qu’ils produisent. Outre l’intérêt d’une démarche scientifique extérieure et d’une perspective qualitative à partir des points de vue de toutes les personnes impliquées, elle a permis de souligner l’importance d’appréhender les effets sur des temporalités plurielles et les apports que permet le croisement d’une sociologie de l’art et d’une sociologie de l’expérience carcérale.

Haut de page

Texte intégral

1. Introduction

  • 1 L’évaluation reste très protéiforme et suscite de vifs débats sur les différentes disciplines qui p (...)

1La question de l’évaluation est relativement récente en France1. Elle s’est étendue depuis le début des années 1990, à tous les champs de l’intervention publique afin de justifier et rationaliser les dépenses publiques (Duran, 1999). Confrontée à des résistances comme l’explique J. P. Saez (2016, 126) pour des raisons diverses (logique du contrôle, jugée superflue ou trop coûteuse), elle s’est pourtant imposée comme nécessaire (Bezes, 2009). Le raisonnement gestionnaire constitue « le cadre de référence » et « les procédures de quantification du monde social sont devenues indispensables à l’activité de gouvernement » (Ogien, 1995, 172). Le secteur artistique et culturel intègre progressivement ce mouvement (Dubois, 1999) qui tend à faire de l’évaluation un élément constitutif de ses actions. L’évaluation poursuit un double objectif : « non seulement de rendre compte des modalités d’allocations de ressources (l’exigence élémentaire du contrôle) mais aussi d’interroger les résultats obtenus au regard des objectifs énoncés initialement (l’évaluation à proprement parler) » (Lauret, 2017, 85). Quelques principes pour une évaluation valable peuvent être formulés tels que : modestie du questionnement, complémentarité des éclairages (Nicolas, Gergaud, 2016, 12).

  • 2 Voir notamment : Saurier, 2018 et 2020 ; Rostaing, Touraut 2012 ; 2015.
  • 3 Des livres de témoignages réflexifs sont proposés par des animateurs d’activités culturelles : Chap (...)

2Cependant, les formes de créations artistiques hors des lieux habituels des « mondes de l’art » (Becker, 1988) mettent à l’épreuve ces modalités d’évaluation. « Aux lieux légitimés, viennent s’ajouter d’autres espaces de diffusion tels que les entreprises, les prisons, les hôpitaux, le domicile, etc. Cette diversité de lieux pose autrement la question des publics en termes d’accessibilité, de pratiques et d’usages. » (Langeard, 2016, 88). Fruit d’un mouvement de démocratisation de la culture vers des publics dits empêchés, se sont développés, après la signature du premier protocole en 1986 entre le ministère de la Justice et le ministère de la Culture et de la Communication, de multiples micro-projets culturels (Siganos, 2008) dans les lieux de privation de liberté. Certains ateliers (musique, théâtre, lecture, peinture, etc.) ont même fait l’objet d’études2 ou de témoignages3. Des projets plus coûteux font de plus en plus l’objet d’évaluation, comme cela a été le cas pour cette étude processuelle, d’une durée de 18 mois, que nous avons menée sur une action de création et d’exposition réalisée à l’initiative d’un musée au sein d’une prison accueillant des personnes condamnées à une longue peine. Le musée a commandité une étude et c’est dans ce cadre que nous avons suivi la mise en œuvre de l’action et analysé la réception de l’exposition à partir d’une approche multi-située. Nous avons relayé le fort sentiment de réussite institutionnelle du partenariat entre l’administration pénitentiaire et le musée, éprouvé par une grande partie des professionnels impliqués. Nous avons mis au jour les satisfactions des personnes détenues mais aussi leurs frustrations. Or, lors du rendu du rapport, le musée nous a demandé de manière virulente de reprendre en profondeur ce travail qui ne leur convenait pas tant sur la forme (le rapport a été jugé beaucoup trop long – 290 pages) que sur le fond (manque de visibilité des principaux résultats de leur point de vue).

  • 4 Le terme « effets » nous semble plus neutre que celui d’apports ou bienfaits, connotés positivement

3Cette situation déplaisante nous a conduites à engager une réflexion sur les difficultés à mener une telle évaluation. En effet, si les actions culturelles en prison constituent une fenêtre incontestable sur l’extérieur (Dumanoir, 1994), nous souhaitons revenir sur l’intérêt et la possibilité de mener à bien leurs évaluations. Partant de ce retour d’expérience, nous questionnons ici les conditions d’évaluation des effets4 produits par les dispositifs artistiques, voire plus largement par toutes les actions socio-culturelles ou sportives, menés en prison, et les méthodes permettant de saisir et de rendre compte de leurs impacts. Que faut-il évaluer ? Faut-il mesurer la satisfaction des concepteurs du dispositif et/ou celle des personnes détenues et/ou celle du public visé ? Comment restituer alors d’éventuelles appréciations différenciées ? Quels sont les objectifs que chaque acteur attend de l’action engagée et vis-à-vis desquels il jauge de sa réussite ou de ses failles ? Dans quelle temporalité les effets d’une telle action « sur » les détenus participants ou le public peuvent-ils être encore effectifs ? L’évaluation de dispositifs artistiques, socio-culturels, ou sportifs qui se réalisent en prison a-t-elle des spécificités par rapport à celles portant sur une action se menant hors les murs ?

4Dans un premier temps, nous reviendrons sur le déroulé de l’étude afin de proposer une réflexivité compréhensive des tensions générées lors de la remise du rapport, celles-ci paraissant éclairer les malentendus pouvant exister dans la démarche d’évaluation. Ensuite, nous analyserons les enjeux spécifiques et les difficultés que pose l’évaluation, dégageant ainsi les jalons des prérequis permettant de la mener à bien.

2. Réflexivité sur une expérience d’évaluation

5Mener une réflexivité sur l’étude suppose de présenter dans un premier temps le dispositif mis en œuvre ainsi que la méthodologie adoptée. Caractériser le dispositif étudié permet en effet de mieux appréhender les difficultés que soulève son évaluation. Destinée à un public marginalisé, elle a été présentée par le musée comme un projet d’exception qu’il a beaucoup investie. Pour en analyser les effets, nous avons réalisé une étude empirique visant à comprendre les perceptions qu’en a eues chacun des acteurs de la prison. L’approche compréhensive des situations carcérale et professionnelle, sur des temps distincts, nous a permis de donner sens aux expériences relatées. Cette approche processuelle et multi-située a aussi permis de mettre en avant l’ambivalence des rapports des acteurs au dispositif engagé.

2.1. Une action compassionnelle

6L’action menée était considérée par les partenaires engagés, et plus particulièrement par le musée, comme une action d’envergure. Elle comprenait une double dimension (artistique et culturelle) et visait différents objectifs. Même si elle ciblait un public assez large, elle impliquait directement que très peu de détenus.

2.1.1. Un projet culturel et artistique en prison

7Le projet a été initié par le musée qui l’a très largement financé. Il a donné lieu à un partenariat avec l’établissement pénitentiaire, le service pénitentiaire d’insertion et de probation et le musée.

8Le projet impliquait un groupe de 10 détenus. Le dispositif comprenait une double dimension, à la fois culturelle et artistique. Culturelle d’abord puisque cette action visait à monter une exposition dans la cour de promenade de l’établissement en présentant dix reproductions grandeur nature d’œuvres du musée choisies par chacun des dix détenus participants. Artistique ensuite puisqu’ils devaient produire, à partir de ce tableau, des créations textuelles exposées à côté de la reproduction de l’œuvre du musée.

9Les détenus ont ainsi participé à six ateliers avec un écrivain visant à accompagner leur production artistique, et à trois ateliers animés par un scénographe afin de les impliquer dans la construction de la scénographie de l’exposition. Les concepteurs, soucieux de faire une « vraie exposition », ont réalisé un catalogue, remis en dix exemplaires à chaque participant.

2.1.2. Au service des détenus ?

10La richesse du contenu (ateliers, exposition, catalogue), sa durée (un an), la multiplicité des acteurs mis en présence et l’ampleur de l’investissement financier (65 000 euros) révèlent l’envergure du dispositif culturel, toujours présenté par les partenaires institutionnels comme un « projet d’ampleur » ou « un projet d’exception ».

11L’action observée relève de ce que Daniel Jacobi nomme « les médiations compassionnelles ». Il les distingue des médiations pédagogiques et des médiations culturelles, pour décrire les actions mises en œuvre par de grandes institutions culturelles à destination de publics écartés, empêchés, éloignés. La médiation compassionnelle est « donc une médiation qui ne concerne que des effectifs réduits quantitativement, qui va coûter cher et suppose de disposer de médiateurs compétents » (Jacobi, 2018, 72).

12Souvent « vitrine » des structures institutionnelles, ces médiations concernent toujours des participants et des publics très peu nombreux (Jacobi, 2018, 68), ici dix détenus. Et l’exposition dans la cour de promenade ne pouvait être vue que par un public réduit, les personnels et détenus de l’établissement. Elle n’en constituait pas moins une action d’envergure qui a fait l’objet d’une grande médiatisation par le musée et ensuite d’une exposition au sein du musée, ce qui n’était pas initialement envisagé par ses concepteurs.

2.2. Une évaluation qualitative, processuelle et multi-située

2.2.1. Une commande du financeur

13Le dispositif culturel conçu par le musée intégrait, dès son origine, une étude d’évaluation attendue par cette institution. Le musée, qui en était le commanditaire et le financeur, a publié un appel d’offres dont le cahier des charges de cinq pages indiquait qu’il s’agissait de réaliser « une étude qualitative » devant répondre aux objectifs suivants : « comprendre et décrire les effets du projet sur les participants, mais aussi sur les personnes directement ou indirectement impliquées dans le processus (professionnels, intervenants, personnels, détenus, etc.). Par exemple : Quels sont les aspects les plus positifs et les points d’amélioration possibles, selon chacun des acteurs en présence ? Quelles sont la perception et la réception du projet du point de vue des personnes non impliquées dans le projet (professionnels, personnels, personnes détenues) ? »

  • 5 Cette approche théorique s’inscrit dans la perspective sociologique d’E. Hughes (1996), d’H.S. Beck (...)

14Après la présentation d’un projet de recherche, nous avons exposé notre méthode au musée devant un jury de huit personnes et notre proposition a été retenue. Nous avons initié cette évaluation en adoptant une approche qualitative dans une perspective empirique et interactionniste5 visant à analyser l’ensemble de l’action engagée, en temps réel, pendant la préparation de l’exposition et incluant la réception de celle-ci. Comme l’écrit Langeard (2015, 70), « l’évaluation in itinere a le mérite de rendre visible la mise au travail d’un processus collectif entre acteurs politiques, institutionnels, associatifs et artistiques qui génère bien des zones de frottement entre des cultures professionnelles différentes, des missions et des intérêts parfois divergents ».

2.2.2. Une approche compréhensive et interactionniste

15Deux méthodes qualitatives principales ont été mobilisées. D’abord, des observations ont été menées durant les ateliers, les réunions entre les concepteurs autour du catalogue, les rencontres entre les détenus participants et le directeur du musée et l’inauguration de l’exposition dans la prison. Le partage de ces moments clés a constitué autant d’occasions d’échanges informels essentiels à la compréhension de ce qu’ils se produisaient entre les acteurs impliqués. « Puisqu’il s’agit de mettre en valeur un processus collectif, l’objectif est d’impliquer les différents protagonistes dans la démarche évaluative afin de saisir toute la richesse du processus et de prendre en compte non seulement les effets sur les personnes mais aussi sur les manières de travailler ensemble. » (Langeard et al., 2015, 120).

16Nous avons également réalisé trente-sept entretiens semi-directifs, dont un collectif, avec les détenus participants, les concepteurs et les personnels impliqués. L’étude a permis d’analyser l’expérience vécue par chacun des participants à cette action en saisissant leur réflexivité à des temps distincts, au début et à la fin des ateliers, puis deux mois après l’inauguration de l’exposition. Cette perspective longitudinale a permis d’observer des modifications dans les regards portés sur ce dispositif. Trois thématiques ont été essentiellement abordées : la première concernait l’appréciation des moments préférés du dispositif, ses aspects positifs et les difficultés rencontrées. La deuxième thématique portait sur son articulation avec leur trajectoire d’incarcération afin de le replacer dans leur vie carcérale. Et le troisième axe visait à inscrire l’expérience dans une analyse en termes de « carrière morale » au sens d’Erving Goffman (1968, 179) qui visait à étudier « les modifications qui interviennent dans la personnalité du fait de cette carrière et aux modifications du système de représentations par lesquelles l’individu prend conscience de lui-même et appréhende les autres ». Il s’agissait de comprendre dans quelle mesure la participation à une action culturelle pouvait contribuer à enclencher des processus de (re)constructions identitaires et à modifier les représentations que le participant a sur lui-même et sur le monde qui l’entoure. Nous avons organisé une réunion d’évaluation collective plusieurs mois après l’inauguration de l’exposition afin d’observer l’évolution des relations au sein du groupe des détenus participants et d’analyser les retours sur une situation commune passée.

17En nous situant du point de vue des partenaires engagés, nous avons également saisi les représentations des concepteurs du projet, des personnels (muséaux ou pénitentiaires) impliqués dans sa mise en œuvre et des intervenants animant les ateliers (le scénographe et l’écrivain). Partant de là, nous avons décrit le travail entre deux institutions peu habituées à coopérer (Rostaing, Touraut, 2011) et se situant dans deux économies morales, l’une honorable, l’autre dégradante (Rostaing, 2021).

  • 6 L’enquête s’est terminée en 2011 par la diffusion d’un questionnaire auprès des détenus et auprès d (...)

18Enfin, nous avons analysé les perceptions des publics visés par l’exposition à savoir les autres personnes détenues et les personnels de surveillance6. Le public doit être entendu comme pluriel (Becker, 1988 ; Quéré, 2003 ; Rostaing, Touraut, 2015), il est à penser comme un ensemble d’entités composites où chaque récepteur individuel se caractérise par des « horizons d’attentes » singuliers (Fabiani, 2002).

  • 7 Notre article (Rostaing, Touraut, 2015) développe plus précisément la question de la hiérarchisatio (...)

19La multiplication de ces perspectives accumulées et des temporalités distinctes a permis de rendre compte des points de vue adoptés dans l’évaluation, partant du préalable qu’aucun ne peut être considéré comme exhaustif. En effet, l’analyse est toujours nécessairement située : « Aucune réalité ne se donne à voir d’elle-même en dehors de la sélection d’une perspective de recherche. On le sait, une manière de voir est aussi une manière de ne pas voir. Du même coup, l’évaluation ne peut mettre au jour que des schèmes de causalité partiels. » (Duran, 2010, 15). Selon le regard privilégié, le travail prend une orientation distincte : si la perspective adoptée est celle des participants, la recherche s’affilie à une sociologie de l’expérience, si c’est celle des concepteurs ou des artistes, l’étude s’inscrit dans une perspective de sociologie de l’action, ou si c’est celle du public, la recherche propose alors plutôt une sociologie de la réception. La complexité du travail mené réside dans la volonté de combiner ces approches et de refuser de s’engager dans une hiérarchie des crédibilités (Becker, 2006)7.

2.3. Réception critique de l’étude par le commanditaire

20La réaction du musée à notre rapport a été vive et les critiques nombreuses. L’étude attendue ne répondait pas aux attentes du commanditaire qui ont été alors clairement exprimées. S’il nous a toujours été dit qu’il n’y avait pas de contraintes particulières sur le format du document, le rapport a été considéré comme étant beaucoup trop long. Il fallait en fait un document court susceptible d’être lu par le directeur de musée à l’emploi du temps chargé, et un texte simplifié, diffusable au plus grand nombre. Surtout, les résultats de l’étude ont été remis en question avec virulence, les personnels regrettant de ne pas parvenir à s’en saisir. Le document a été considéré comme « inexploitable ». Comment comprendre une telle réaction ? D’abord, l’évaluation proposait une vision trop nuancée de la réussite de l’action, soulignant l’ambigüité des points de vue et pointant ce qui avait suscité des tensions. Ensuite, nous avons compris que notre approche était perçue comme « trop carcérale » et enfin, que notre étude était en décalage avec les attendus de légitimation.

2.3.1. Des résultats jugés trop ambivalents

21À partir du constat de la satisfaction des directions des institutions muséale autant que carcérale et de l’ambivalence des retours des détenus participants comme des publics sur l’action menée, le bilan que nous avons tiré de cette action a été jugé « trop ambivalent ». Comment synthétiser les effets de l’action quand les discours à son propos peuvent être contradictoires, opposés, voire distincts dans le temps ? À l’instar de nombreux travaux sociologiques, les résultats de l’étude présentaient trois spécificités.

22D’abord, les points de vue divergeaient d’un groupe d’acteurs à l’autre. Par exemple, les détenus n’ayant pas participé au dispositif ont eu des discours beaucoup plus négatifs que ceux des détenus participants, estimant que ce dernier, même s’il était réussi d’un point de vue esthétique, était essentiellement un « coup de com’ » visant à restaurer l’image de l’administration pénitentiaire par un « vernis de réinsertion » et que le musée se donnait ainsi « une bonne conscience ». Par ailleurs, même les acteurs ayant des positions similaires ont exprimé des positions diverses. Par exemple, si l’un des intervenants était pleinement satisfait de l’exposition, un autre s’est montré de plus en plus critique. Estimant que la dimension artistique avait trop laissé sa place aux enjeux institutionnels de réussite du partenariat, il a refusé de se rendre à l’inauguration de l’exposition, son absence étant un marqueur fort de sa désapprobation.

23D’autre part, les perceptions des uns et des autres ont été fluctuantes dans le temps. Des détenus participants ont eu une opinion souvent très favorable lors de son démarrage estimant qu’il était très valorisant pour eux de participer à une action avec de telles ambitions, avec un musée si connu et de s’enrichir avec des connaissances culturelles. Puis ils ont développé une réflexion de plus en plus critique face à des contraintes jugées trop nombreuses et changeantes, un calendrier trop serré ou le refus par le musée d’accepter certaines de leurs demandes qu’ils considéraient être des choix artistiques. Ils ont dès lors exprimé une véritable frustration vers la fin de l’action, considérant que leur création artistique n’avait pas été valorisée comme il se doit dans l’exposition. Au moment de l’inauguration, l’amertume était grande. Même le montage a été jugé imparfait et décevant pour la majorité des participants, y compris par ceux qui étaient pourtant très satisfaits lors des premiers ateliers :

— L’installation des tableaux a été très mal finie. Oui, ça a été fait à la va-vite. L’après-midi, on s’est retrouvé pour faire le montage, c’était un gros bazar. […] ça m’a extrêmement déçu.

Vous n’êtes pas satisfait du montage ?

— Non, parce que je trouve que ce n’est pas fini. Ça fait taulard.

(Jean-Pierre, détenu participant)

24Quelques mois après la fin du dispositif, les perceptions étaient encore plus divergentes, certains étant restés amers, quand le discours d’autres valorisait un projet hors norme qui les avait enrichis, malgré le constat de quelques insatisfactions.

25Troisièmement, les résultats étaient marqués par la forte ambivalence des discours. Pour les détenus participants, certains aspects ont été grandement appréciés : la qualité et le professionnalisme des intervenants, le travail d’interprétation d’une œuvre artistique, la dynamique collective qui s’est installée dans les ateliers avec une véritable entraide entre les détenus participants ou les connaissances artistiques acquises. Ce projet leur avait offert un temps d’évasion où ils ont eu le sentiment d’échapper partiellement aux nombreuses contraintes carcérales. Ils ont cependant tous regretté que la priorité ait été donnée à la mise en valeur des reproductions d’œuvres du musée, que ce soit dans le catalogue ou dans l’exposition. Dans celle-ci, l’emplacement de leur création littéraire, au bas de la reproduction grandeur nature de l’œuvre muséale et dans un petit encadré, a confirmé pour eux que l’exposition visait d’abord à présenter les œuvres du musée. La plupart d’entre eux ont également évoqué la déception de ne voir exposer qu’une partie de leur travail.

Sous le tableau, on va mettre un petit texte, mais comme c’est 900 caractères, c’est limité, tout ce qu’on a écrit, il n’y aura pas tout, il n’y aura qu’une petite partie ! […] Je trouve ça dommage que tout le monde ne pourra pas mettre tout ce qu’il a fait.

(Marc-André, détenu participant)

26Cette perception s’est aussi illustrée à travers les nombreuses critiques sur l’inauguration de l’exposition. Celle-ci a été organisée en présence de nombreuses personnalités du musée, de l’administration pénitentiaire et de la mairie. Plusieurs journalistes comptaient aussi parmi les invités mais les détenus de l’établissement, à l’exception des dix participants, n’ont pas été autorisés à accéder à « leur » cour de promenade où elle se tenait.

27Les points de vue des personnels pénitentiaires ont également été empreints d’ambivalence : pour la plupart, ils ont estimé ce projet utile, affirmant que l’art est essentiel à la vie de la prison, mais ils ont pu déplorer son coût et regretter vivement de ne pas y avoir été associés. Ils n’ont par exemple pas été conviés, ni informés de l’inauguration. De même, ils ont mal vécu le fait que le catalogue ait été distribué à l’ensemble des détenus mais à aucun personnel.

— Même la plaquette, de la découvrir à l’étage... Il y en aurait eu en salle d’appel, ça aurait été sympa.

Parce que vous n’étiez même pas au courant…

— Non.

(Surveillant 2)

28Enfin, des détenus non participants ont pu souligner que l’exposition était « jolie », selon leurs termes, mais sans estimer qu’elle avait des effets significatifs pour eux.

29Se pose donc la question de la hiérarchie des crédibilités, évoquée par Howard Becker (2006), afin d’éviter les pièges d’une hiérarchie des légitimités, celle des acteurs ou de l’institution. Si nous avons eu le souci de retranscrire avec la même importance les propos de chacune des personnes impliquées en signifiant leur posture d’énonciation et de les valoriser avec autant de soin, il a fallu résister au fait de ne pas octroyer une place trop grande dans l’analyse au regard que portent les partenaires institutionnels sur le projet au détriment des perceptions qu’en ont les personnels de l’administration pénitentiaire ou encore celles des personnes détenues.

2.3.2. Un prisme carcéral trop fort

30Notre souci de toujours inscrire et comprendre les regards des personnes détenues et des personnels dans les expériences carcérales des uns, et dans les enjeux professionnels des autres, dans un univers marqué par une sociabilité propre, des contraintes spécifiques et des tensions particulières ne répondaient pas aux besoins du musée qui souhaitait surtout évaluer l’impact de leur action du point de vue de la culture dont nous n’étions pas spécialistes.

31Notre rapport a présenté le processus à l’œuvre en rendant compte de ce qui s’est joué aux différentes étapes, au croisement entre le monde de la culture et celui de la prison. Au lieu d’adopter le seul point de vue muséal, il a tenu à montrer les attentes divergentes et les contraintes spécifiques de chacun. Il a nuancé les apports, soulignant les sources de satisfactions, pointant les frustrations qui ont pu émerger et les limites des effets produits dans un contexte carcéral. La prise en compte de la situation carcérale a été perçue comme trop hégémonique par rapport à l’expérience culturelle, alors que le contexte carcéral et le statut de détenus ont un réel impact sur le vécu de l’action.

32Spécialistes du monde carcéral (Rostaing, 1997, 2021 ; Chauvenet et al., 2008 ; Béraud et al., 2016 ; Touraut, 2012, 2019), nous avons replacé cette participation au cœur de la vie carcérale. Notre travail ne s’est donc pas limité à mettre en lumière la « scène » (Goffman, 1973), à savoir le résultat de l’exposition, elle a aussi révélé les coulisses, c'est-à-dire un ensemble d’ajustements à la suite des tensions avec les détenus participants, la pression temporelle sur le processus de création pour respecter la date prévue de l’exposition ou le montage de l’exposition en urgence. Ainsi, le vernissage a été – du point de vue des personnes détenues et des personnels pénitentiaires – un « ratage » alors qu’il a été « une vraie réussite », « un moment fort » pour les concepteurs et partenaires. De même, le coût de l’exposition, financé par le musée, a été jugé très excessif, en rapport aux conditions de détention des détenus et il semble avoir été un frein à la visite des autres détenus. Certains d’entre eux ont évoqué l’indécence de la part du musée d’engager une action d’un tel montant alors que les détenus ne disposaient même pas d’eau chaude dans leur cellule, que le chauffage dysfonctionnait constamment, qu’ils étaient en attente depuis des mois de la réparation des espaces de douches, etc.

33Si l’évaluation a reconnu des apports pour les institutions, des bienfaits pour les participants et de la satisfaction d’une partie du public, elle les a nuancés au regard de la complexité d’articuler des mondes aussi différents et de concilier les enjeux des uns et des autres.

2.3.3. Une étude en décalage avec des attentes de légitimation

34Les échanges avec les personnels du musée ont permis de réaliser combien nous avions sous-estimé leurs attentes en matière de légitimation d’un projet présenté comme innovant et leur souci de le valoriser auprès du directeur du musée en tant qu’action phare de la politique de démocratisation. Selon Jacobi, « le compassionnel est une irremplaçable vitrine. Du point de vue de la fréquentation, son effet n’est que marginal. Mais du point de vue de la justification de l’utilité sociale de l’institution, cela n’a pas de prix ! » (Jacobi, 2018, 72). Sans doute, nous n’avions pas suffisamment intégré les enjeux du musée vis-à-vis du mécénat par exemple. En effet, l’action était financée par un mécène et l’évaluation était probablement pensée par le musée comme un support visant à inciter de nouveaux mécènes à leur octroyer des fonds pour se réengager dans de nouveaux projets d’ampleur. Aujourd’hui sur le site du musée, la seule page de présentation du dispositif se termine ainsi :

Au regard de la richesse et du succès de cette expérience humaine et artistique, de nouveaux projets de collaboration sont en cours de réflexion.

Cette réalisation, qui illustre parfaitement la vocation du musée à s’inscrire dans la société civile et à faire partager ses collections par le plus large public, n’aurait pu avoir lieu sans le généreux soutien de X, fidèle mécène auquel le musée Y renouvelle sa gratitude.

Entreprises, retrouvez ici tous les projets qu’il vous est possible de soutenir.

35Ainsi, la réaction du musée face au rapport d’évaluation a permis de mettre en exergue le fort décalage entre la démarche scientifique qui avait été la nôtre et leurs attentes implicites de reconnaissance, de légitimité voire de publicité. L’étude qualitative visait à « rendre compte de la complexité des processus à l’œuvre et à servir de support à l’analyse des effets » (Langeard et al., 2015, 120). Elle n’avait pas pour ambition de produire une mesure de la performance, selon des critères économiques ni à mesurer un niveau de réussite. Ce qui était en question, c’était davantage la compréhension des effets sociaux et symboliques d’une action culturelle et artistique, effets qui ne se traduisent que très partiellement par une mesure globale de succès ou d’échec du dispositif.

36Face aux critiques, nous avons accepté de produire un document synthétique de cette étude, d’une trentaine de pages, répondant en partie à des demandes de modifications de la part du musée, sans pour autant revenir sur la richesse des résultats ni lisser leur ambiguïté. Nous n’avons jamais eu de retour du musée sur ce document. Alors même qu’une telle étude qualitative ne pouvait représenter d’effet ou risque pour l’institution muséale, la situation vécue était proche de celle évoquée par Gaxie et Laborier (2003, 217) : « Certains chargés d’évaluation racontent comment ils se sont vu enjoindre de modifier leurs analyses et leurs conclusions, perçues comme des menaces inacceptables pesant sur les orientations d’une politique pertinente et adaptée. Cette dépendance aux intérêts conduit à préconiser l’appel à des évaluateurs indépendants mais limite d’emblée l’efficacité de leurs appréciations. Comme Jean Leca le soulignait dès 1993 : « Plus une opération ou un système d’évaluation sont rattachés à un décideur puissant, plus leur autonomie peut être menacée ». Jean-Marc Lauret (2017, 85) s’interroge à son tour sur la démarche permettant d’« éviter que les recherches et la présentation de leurs résultats soient orientées vers des fins de légitimation des politiques menées, loin de l’exigence de rigueur intellectuelle qui devrait être la règle en la matière ». Et il conclut que la démarche évaluative « ne doit pas être réduite au statut d’élément clé d’une politique de communication ».

37C’est ainsi que les citations les plus élogieuses sur le projet ont été reprises dans un document produit par le musée tandis que les extraits plus critiques ont été « oubliés ». Notre rapport n’a finalement pas été diffusé et son contenu a fait ainsi l’objet d’un traitement différencié selon les parties. Tirer les leçons d’une telle expérience suppose de revenir sur le processus d’évaluation. En quoi les tensions lors de la réception de ce rapport sont-elles révélatrices des difficultés à procéder à une évaluation des dispositifs culturels en prison ?

3. La démarche d’évaluation en question

38L’évaluation des dispositifs artistiques, socio-culturels ou des activités sportives se heurte à plusieurs difficultés, notamment celle de formuler des analyses critiques, celle de « mesurer » les effets et celle d’évaluer leur impact sur la durée. Sans remettre en question la légitimité du développement de telles activités en prison, le processus d’évaluation ne peut se réduire à une démarche de légitimation de celles-ci. Comment expliquer que nombre d’évaluations obtiennent des résultats moins contrastés, voire résolument positifs sur les actions notamment des actions culturelles réalisées en prison ? Les effets ambivalents ou les points critiques des projets sont-ils peu énonçables, voire considérés comme irrecevables ? Par ailleurs, évaluer les effets ne peut se réduire à conclure à la réussite ou à l’échec d’un dispositif, il suppose de mesurer plus largement ce que l’action a produit. Cela suppose aussi de parvenir à identifier en quoi les effets observés ou décrits peuvent être directement rapportés à l’action menée. Enfin, un troisième enjeu se pose : dans quelle temporalité convient-il de procéder à un bilan de ce que produit l’action et comment mesurer son impact dans la durée ?

3.1. Des difficultés à formuler une évaluation critique

39Pourquoi est-il si « délicat » d’énoncer des retours critiques sur les dispositifs culturels, encore plus quand ils sont menés en prison ? Sans doute parce que l’évidence des bienfaits de la culture en prison fait parfois écran à une analyse plus fine des projets à l’œuvre. Mais le fait de les questionner ne remet pas en cause l’importance de voir déployer une politique culturelle ambitieuse. Par ailleurs, les critiques peuvent être compliquées à énoncer en raison de la posture de domination des personnes incarcérées. On peut ainsi s’interroger sur la liberté de parole des détenus et les conditions d’énonciation de leurs avis. Enfin, les liens entre les concepteurs de l’action et les personnes qui procèdent à l’évaluation de celle-ci doivent être questionnés au regard d’une éventuelle dépendance ou d’un intérêt partagé car ils sont souvent à l’origine de résultat convenu.

3.1.1. Dépasser l’évidence des bienfaits de l’art

40Il paraît délicat de rendre compte des limites d’un projet culturel qui a pour ambition de sensibiliser à l’art, d’autant plus quand l’institution muséale qui le met en œuvre a mobilisé des moyens financiers et humains importants. L’évaluation des effets suscités par une action de sensibilisation à l’art est complexifiée par une représentation hégémonique selon laquelle la culture a nécessairement des vertus positives. Un des enjeux des évaluations est alors de parvenir à dépasser, sans néanmoins les invalider, les « évidents » apports de l’art, pour produire des analyses plus nuancées sur ce que crée la rencontre, parfois délicate, entre le monde culturel et la prison. Dans le cadre du projet investigué, deux postulats peuvent être discutés : l’évidence des apports de l’art et de l’initiation culturelle pour les personnes détenues d’abord ; celle de la reconnaissance et de la valorisation découlant inéluctablement de la renommée du musée ensuite.

41L’idée des bienfaits des activités culturelles qui apportent des connaissances et de l’ouverture sur la société extérieure ne pouvant être que bénéfiques est largement partagée et peu interrogée. Il est convenu d’affirmer que l’art soulage la souffrance des détenus, les aide à se connaître et à s’ouvrir sur autrui, enrichit leurs visions du monde et en cela qu’il participe de la préparation à leur réinsertion. Dans l’étude menée, les participants ont décrit l’enrichissement des connaissances culturelles acquises au cours de cette action. De même, nous avons observé que cette expérience a été pour eux une source de valorisation, dans une institution dégradante et stigmatisante, qui fragilise leur identité sociale, atteint leur dignité et fragilise leur confiance (Pollak, 1993 ; Rostaing, 1996, 2021). Placée initialement dans une posture d’acteur central d’un projet où ils étaient invités à s’exprimer, à prendre des initiatives, à être responsables, le dispositif a œuvré à leur reconnaissance personnelle et sociale (Honneth, 2002 ; Ricoeur, 2004). Le fait d’être allés au bout de leur création, d’avoir réussi à se dépasser, leur a permis de gagner de la confiance et de l’estime de soi. Ils se sont sentis « capables » de « faire quelque chose de qualité » puisque leur production a été exposée et présentée dans un catalogue.

Et vous, qu’est-ce que cela vous a apporté ce projet ?

— De la satisfaction personnelle. Oui c’est au niveau personnel. Parfois on se sent ici traités comme des animaux, des sous-hommes et là, cela nous aide à nous donner confiance en nous, c’est un peu de bien-être… c’est nous permettre de se sentir capable de faire quelque chose. C’est vraiment faire les choses pour soi, sans rien attendre en retour, sans attendre de bénéficier des RPS (remise de peine supplémentaire). Oui cela apporte de la confiance, de se savoir capable de faire des choses.

(Jean-Pierre, détenu participant)

  • 8 Hallen et al. (2004, 397) évoquent une « humanising experience which enables prisoners to acquire e (...)

42La mise en visibilité du travail réalisé par les détenus a en effet été particulièrement positive pour eux. Les participants évoquent donc de réels apports souvent constatés dans les actions culturelles ou artistiques : le plaisir, l’expérience relationnelle « humanisante » (Allen et al., 2004, 397)8 et la reconnaissance. Ces apports sont d’autant plus essentiels qu’ils contrastent avec le quotidien carcéral. Ils sont cependant différents de ceux évoqués par les institutions pénitentiaires et culturelles, qui évoquent plutôt la préparation à la réinsertion pour les premières et un changement du rapport à la culture pour les secondes. Les détenus quant à eux insistent d’abord sur le registre de l’émotion et de la valeur humaine apportée par le projet.

43Par ailleurs, outre les bénéfices positifs décrits, les politiques visant la démocratisation de la culture par le déploiement d’actions en faveur de publics éloignés, dits aussi empêchés, pour reprendre les termes des institutions culturelles, peuvent aussi produire des formes de violence symbolique par l’imposition d’un art légitime sur d’autres formes d’art privilégiées par les personnes qu’elles visent (Bourdieu, Passeron, 1970). Au regard des représentations sociales sur les prisons, le risque de condescendance est particulièrement important à l’égard des détenus alors même qu’ils ne sont pas dépourvus de culture (Rostaing, Touraut, 2015 ; Madranges, 2013). Les détenus participants étaient ainsi loin d’être des novices dans le domaine artistique.

44Les évaluations visent aussi à souligner les apports de la culture sans omettre de pointer les potentiels effets préjudiciables sur les détenus quand des projets ou des situations les placent dans des postures vécues comme méprisantes. On a ainsi observé une tendance à la survalorisation, par les acteurs culturels, de la qualité de toute production artistique créée en prison comme si elle porterait un cachet particulier, le poids de la souffrance ou de l’enfermement. Or, une telle appréciation peut être vécue comme condescendante car elle conduit les détenus à penser que les intervenants extérieurs n’avaient pas imaginé qu’ils puissent faire des créations de qualité. En outre, les retours positifs sur les créations ne se sont pas toujours traduits par une égale valorisation de leurs productions. Par exemple, dans le catalogue produit, les détenus ont été très affectés par le fait que les personnels du musée aient imposé qu’aucun de leurs dessins ne figure sur la page en face de celle où était présentée l’œuvre muséale. Ils ont surtout exprimé le sentiment que leurs dessins étaient là fortement dénigrés, comprenant qu’ils faisaient courir le risque d’entacher la beauté des peintures du musée. Par ailleurs, certains participants estimaient leurs productions très médiocres et jugeaient déplacées les valorisations excessives qui en étaient faites par les acteurs du musée, renforçant ainsi leur sentiment d’être considérés avec condescendance.

45La compassion inhérente aux « médiations compassionnelles » (Jacobi, 2018) impacte directement l’analyse de leurs effets. En effet, elle rend particulièrement complexe, pour ne pas dire illusoire, la démarche d’évaluation de la recherche :

Il y a des études et des recherches disons-le tout net qui ne prouvent rien. Quand il y a un public qui est abandonné et dont personne ne s’occupe, dès qu’il y a quelqu’un qui fait une action même minimale, même maladroite, même inadaptée, elle a forcément des répercussions considérables. […] L’évaluateur, quelle que soit sa technicité est face à un dilemme. D’un côté, il craint de montrer au médiateur comme au partenaire qu’en dépit de tout le mal qu’ils se donnent pour mener à bien ces actions, leurs résultats restent mineurs ou marginaux. De l’autre, il risque de s’impliquer à son tour et de manquer de partialité vis-à-vis d’une compassion latente qui lui interdit de juger.

(Jacobi, 2018, 69-70)

  • 9 La notion d’institution honorable opposée à celle d’institution dégradante est développée dans Rost (...)

46La seconde évidence, largement partagée, concerne la valorisation que susciterait nécessairement pour les personnes détenues la participation à un projet culturel lorsqu’il implique une institution culturelle renommée. Se produirait inéluctablement un « effet cascade », c'est-à-dire que le prestige de l’organisation muséale ou d’un artiste associé rejaillirait forcément sur les détenus. Dans notre étude, tous les participants partagent une image très positive du musée et ils ont été émus de voir leur « œuvre » à proximité de celle d’une institution honorable9. La démarche de cette institution très connue consistant à venir à leur rencontre, à « leur faire confiance », a contribué à faire de leur participation une source de fierté.

Souvent ce sont des projets d’écriture que l’on nous propose ou des projets de poèmes ou plus à titre occupationnel on va dire. Et là le musée, on avait ce musée, il est connu dans le monde entier. Et que le directeur du musée vienne nous voir, s’assoit à la table et nous dise : « Vous, je ne vous connais pas et j’accepte de vous faire confiance à tous et je suis pressé de voir vos travaux… » J’en ai parlé à ma famille, j’en ai parlé à ma femme que je vois tous les week-ends et je leur dis que cela nous gratifie, que cela nous honore et mes parents sont fiers que leur fils, même s’il est en prison, participe à un projet avec le musée.

(Youssef, détenu participant)

47De même, ils ont été honorés de travailler avec un écrivain et un scénographe professionnel et ils se sont sentis reconnus dans les nombreux échanges qu’ils ont eus avec des personnels du musée et notamment avec son directeur. Néanmoins, nous avons également pu constater les limites de cet effet. D’abord, comme décrit précédemment, ils ont été contrariés par le manque de visibilité de leurs propres travaux dans l’exposition et le catalogue. Ensuite, le sentiment d’être considérés comme des hommes dialoguant d’égal à égal avec les intervenants n’a pas duré, le musée s’étant opposé à certaines de leurs propositions et demandes (Rostaing, Touraut, 2015). Ils ont alors eu l’impression que leur statut de détenu s’est vite réimposé et ce recadrage a été souvent mal vécu. Enfin, pour les détenus n’ayant pas directement participé au projet mais qui ont été pensés simplement comme des cibles de l’exposition, le prestige du musée n’a pas suffi à compenser le « ratage » du vernissage. En effet, n’ayant pas été invités à l’inauguration, ils ont largement rejeté le projet en refusant d’aller voir l’exposition dans la cour de promenade. Loin de se sentir valorisés par la renommée de l’institution culturelle, certains détenus ont considéré ceux qui ont participé à cette action comme des « traîtres » ayant servi à un « coup de pub’ » du musée et de l’administration pénitentiaire. Dans ce contexte, il a été délicat pour les détenus participants de valoriser en prison cette expérience, certes positive pour eux, mais dont les autres détenus se sont sentis exclus.

3.1.2. Contextualiser une parole contrainte

48Les conditions de production des discours sont aussi importantes à considérer : en quoi le contexte de production des bilans dressés par les acteurs sur le dispositif influe-t-il les propos tenus et peut parfois restreindre l’énonciation de critiques ?

49L’évaluation qualitative partant des retours d’expérience a été permise par des entretiens formels réalisés à plusieurs moments du projet mais aussi grâce à de nombreuses conversations informelles, dans ou après les ateliers, voire après la fin du projet, souvent hors enregistrement. Cette parole n’était pas nécessairement plus libre, mais ces modalités variées de captation des perceptions et la fréquence de telles discussions ont sans doute favorisé la construction de discours allant au-delà des évidences décrites précédemment. Cela a notamment été le cas avec un des intervenants. Les retours en transports en commun après les ateliers ont été des occasions d’échanges fructueux sur le travail conduit, parfois marqués par les émotions et l’expression de dilemmes moraux très peu présentes dans les entretiens formels. La temporalité de l’évaluation a dès lors son importance : une étude sur le long cours et une forte présence des évaluateurs dans l’action engagée offrent des conditions de recueil de la parole différentes, enrichissant l’appréciation des situations vécues par toutes les personnes qui y sont impliquées.

50Pour ce qui concerne les personnes détenues, leur parole a été co-produite dans le contexte carcéral, au cours de leur détention, sachant que des perspectives d’aménagements de peine s’offraient pour certains d’entre eux, estimant qu’un retour positif sur l’action pouvait jouer dans les décisions prises par les magistrats en valorisant ainsi une posture complaisante avec ce que l’institution carcérale propose. Leur parole est toujours aux prises de nombreux enjeux de sociabilité mais aussi d’inscription ou de détachement à l’égard de l’image du « bon détenu ». Dans ce contexte, sûrement plus qu’ailleurs, il n’est pas aisé de départager les motivations intimes de l’exposé motivationnel (Strauss, 1992, 54) que les candidats formulent officiellement, de ce qu’ils supposent être des attentes d’autrui. Comme le souligne Huchet et Payen (2008, 311), parvenir à établir la confiance des personnes sollicitées prend du temps : « La règle est ici qu’on cherche à faire dire aux personnes ce qu’elles ont effectivement pensé des manifestations, quand même cette opinion qu’ils ont forgée pendant l’événement n’a pas encore fait l’objet d’une formulation pour eux-mêmes ». La construction de la relation avec les enquêtés est essentielle et la présence continue des chercheuses pendant les différentes étapes du projet a contribué à la construire.

51Le regard des personnes détenues comme des professionnels est aussi à resituer dans un contexte de rareté des activités en prison, comme le montre par exemple une recherche sur la religion en prison (Béraud et al., 2016). Les dispositifs sont forcément appréhendés au regard de l’ensemble des actions proposées dans leur établissement. « Dénoncer l’action culturelle en prison ne signifie pas la rejeter. Au contraire puisque les discours critiques sont surtout des dénonciations de l’insuffisance quantitative et qualitative de l’action culturelle. » (Siganos, 2008, 193). L’action peut être perçue comme d’autant plus positive que très peu d’autres dispositifs sont proposés tout comme les critiques peuvent être une dénonciation plus large de l’insuffisance des projets menés en détention.

3.1.3. S’affranchir de possibles rapports de connivence

52La question du choix des personnes chargées de l’évaluation et leur distance par rapport aux concepteurs des projets a nécessairement des incidences sur le travail mené, ce qui n’est en rien spécifique aux évaluations de projets culturels en prison. La plupart des évaluations sont faites par les institutions ou associations impliquées dans le projet et qui ont souvent participé à sa conception, par des consultants en lien avec le monde culturel ou municipal comme le montre le cas relaté par Friedberg et Urfalino (1984). La confusion des intérêts peut être forte et les rapports de proximité ou de dépendance sous-estimés alors qu’ils impactent insidieusement les résultats. La difficulté à adopter une posture distanciée s’accentue encore quand le projet est initié par des acteurs culturels très reconnus.

53Notre affiliation à la sociologie carcérale nous a offert une liberté qui n’est pas toujours possible dans les évaluations menées par des acteurs proches du milieu culturel. L’absence de liens de dépendance vis-à-vis du financeur et le fait que nous n’envisagions pas mener d’autres recherches avec lui a sans doute offert un espace d’analyse et d’écriture suffisant pour évoquer certains « ratés » ou les insatisfactions de la part des personnes impliquées.

54De fait, les liens d’indépendance à l’égard des initiateurs des projets semblent essentiels à construire afin de ne pas réduire l’évaluation à une simple procédure de légitimation des projets.

3.2. Des difficultés à répondre aux exigences de quantification

55Le processus d’évaluation mesure ce que produit une action engagée. Or, saisir ce qui a pu changer et être créée par l’action culturelle pose de nombreuses difficultés. Trois questions seront ici abordées. D’abord, si les évaluations visent souvent à quantifier les apports des actions culturelles en prison, comment rendre compte, apprécier et valoriser des effets ne pouvant être quantifiables ? Ensuite, l’évaluation se construit en considérant un certain nombre d’objectifs visés par l’action, et il est présupposé que l’enjeu est d’analyser s’ils ont été atteints ou non. Or, comme l’expliquent Gaxie et Laborier (2003, 206), certaines « évaluations ont des objectifs tellement généraux, diffus, voire polymorphes, qu’il est bien difficile d’en apprécier les résultats ». Comment mesurer, dans le cas présent, les effets des politiques de démocratisation culturelle ou encore de réinsertion ? Enfin, se pose la question de l’identification des liens de causalité directs entre une action et des changements qui s’observent. Les effets produits peuvent ne pas être tant liés à l’action culturelle en elle-même qu’au contexte dans laquelle elle se réalise. D’où l’importance en détention d’inscrire les évaluations au cœur de la sociologie carcérale.

3.2.1. Comment mesurer plaisir et reconnaissance ?

56La quantification a pris une place essentielle dans les processus d’évaluation. L’histoire du développement de l’évaluation en France montre la place croissante de la perspective économique qui vise à attester, si ce n’est à prouver, l’efficacité des politiques publiques. L’esprit gestionnaire au sens d’A. Ogien (1995) rend nécessaire la quantification du monde social, que ce soit celle du public ou celle du coût. Dans cette approche, on prend surtout en compte les effets directement induits pour les participants, mais beaucoup moins les effets pour les partenaires. Langeard et al. (2015, 118), à propos du théâtre montrent combien il est pertinent « de porter l’attention aux effets en termes de transformations des pratiques des différents partenaires » en tant qu’il est porteur d’innovation sociale, par exemple dans la capacité de ces projets « à agir comme un activateur de transversalité » entre des partenaires de l’action sociale et territoriale.

57La question du coût semble moins problématique pour les micro-projets qui parviennent à se mettre en place grâce au travail d’un·e intervenant·e et de « bouts de ficelle », que pour les actions d’envergure : comment parvenir à légitimer une action culturelle coûteuse dans un établissement pénitentiaire où les conditions de détention semblent indécentes voire dégradantes au quotidien ?

58Si l’on envisage de quantifier la réussite d’une action culturelle par une mesure de son public, lorsque l’action a lieu en prison, les limites d’une telle entreprise apparaissent très vite. Dans le cas présenté, comment compter ceux qui se sont déplacés pour voir l’exposition, et ceux qui sont juste venus en promenade ? Comment savoir que certains détenus sont venus plusieurs fois et d’autres ne sont pas venus, sans en connaître les raisons ? La réussite de l’exposition, ici dans un lieu de circulation, ne pouvait ainsi être évaluée à l’aune de sa fréquentation. En effet, bien des détenus ont pu traverser la cour de promenade sans jamais se constituer en tant que public de l’exposition.

59Par ailleurs, les actions culturelles produisent inévitablement de nombreux effets qui ne peuvent être statistiquement objectivés. Il est compliqué de « mesurer » des sensations et les émotions produites par l’action. Comment quantifier le plaisir ou la reconnaissance ressentie ? Néanmoins, l’option d’une perspective qualitative pose tout autant de difficultés : « Quant aux approches qualitatives, elles ne sont pas moins problématiques : comment saisir des effets, individuels et collectifs, à court terme et à long terme, sur les représentations, les identités et l’estime de soi et sur le devenir des territoires ? » (Langeard, 2015, 69). Ainsi, les effets sont toujours complexes à évaluer, et seule la pluralité des méthodes peut les décrire, sans pour autant rendre leur appréhension exhaustive.

3.2.2. Définir des objectifs précis avec indicateurs

60En fonction de quels objectifs le projet doit-il être évalué ? Les ambitions sont généralement plurielles selon les partenaires engagés, selon les acteurs impliqués ou leur niveau de participation à l’action : celles visées en amont par les concepteurs (démocratisation culturelle et réinsertion) sont différentes de celles qui émergent dans le discours des participants (évasion de l’espace carcéral, enrichissement culturel, dynamique de groupe, etc.). Par ailleurs, elles sont souvent impossibles à évaluer si elles ne sont pas associées à des indicateurs précis. Les attendus du projet peuvent in fine être très distincts selon les personnes impliquées. Les effets peuvent apparaître très en décalage par rapport aux objectifs définis par les concepteurs.

61Les projets peuvent avoir des objectifs si ambitieux ou vagues qu’il est délicat de conclure s’ils ont été atteints. L’objectif de démocratisation culturelle est un leitmotiv des actions culturelles ou artistiques. Or, « il est évidemment impossible d’évaluer les effets de “démocratisation” des politiques culturelles si les acteurs concernés ne se sont pas préalablement mis d’accord sur une définition univoque de cette “démocratisation” » (Gaxie, Laborier, 2003, 207). Il en est de même pour l’objectif de réinsertion qui accompagne l’ensemble des activités socio-éducatives, sportives et culturelles. À partir de quel critère peut-on estimer que la réinsertion des personnes détenues a été favorisée par un dispositif ? Par exemple, l’action observée était très fortement investie d’un objectif de réinsertion du point de vue de ses concepteurs et notamment des personnels pénitentiaires. Or les détenus participants ont peu investi le projet en ces termes. Il faut dire que la longueur des peines ne leur permettait guère d’envisager une sortie prochaine. Tout du moins, leur implication dans ce projet ne pouvait les aider, selon eux, à se réinsérer si ce terme est entendu dans un sens strict autrement dit de professionnalisation.

On sait très bien que ce ne sont pas des choses… moi, si je vais sortir, je ne vais pas aller voir… J’ai fait une expo avec le musée, j’ai fait ci…, ils s’en foutent les gens. Moi, j’étais dans le bâtiment. Soit ils vont me reprendre, soit je cherche ailleurs. Mais ce n’est pas ça qui va m’aider à me réinsérer. C’est utopique de croire ça. C’est des histoires. Vous savez, tout ce qui est réinsertion, ce n’est pas avec ça qu’on fait de la réinsertion. Ça, c’est un plus. C’est un plus pour soi. C’est un plus après quand on sort […]. Donc, c’est pour ça, je vous dis, non, pour la réinsertion, ça ne marche pas, mais ça marche pour soi.

(Sébastien, détenu participant)

62L’action peut ne pas avoir répondu à un objectif mais avoir généré de nombreux apports plus inattendus. Dans le projet étudié, des effets positifs non prévus ont pu être relevés comme le plaisir des participants ou la dynamique relationnelle, tant et si bien qu’il n’est pas aisé de statuer sur sa réussite ou son échec. Si les participants ont appris beaucoup au cours des ateliers (familiarisation avec l’écrit, techniques de dessin, connaissances sur l’art, expression de ses émotions, art des échanges et de la négociation), ils considèrent cependant que ces nouvelles compétences acquises ne sont pas directement rattachées à un métier. Ils n’établissent donc pas un lien direct avec une éventuelle insertion professionnelle. Il faut ajouter que ces condamnés à de longues peines ont une faible croyance dans la mission de réinsertion de la prison. Se sentant durablement exclus de la société, ils expriment fatalisme et résignation face aux difficultés que les anciens détenus rencontrent pour (re)prendre place dans la société civile après tant d’années de prison.

Vous pensez que c’est un projet qui va vous aider pour votre réinsertion ?

— Non, la réinsertion, elle est bloquée par trop d’interdits, on ne peut pas faire de la réinsertion en prison, il y a trop de contraintes. Là pour ce projet ils se sont un peu donné les moyens mais ils n’ont pas vraiment les moyens.

(Jean-Pierre, détenu participant)

  • 10 « It is clearly unreasonable to suggest that such projects can be directly responsible for reducing (...)

63Si la réinsertion est entendue dans une acceptation plus large, on peut alors supposer que ce projet, avec l’engagement qu’il a induit, la confiance et l’ouverture d’esprit qu’il a procuré, la mise en valorisation de soi qu’il a généré, les occasions de rencontres et d’échanges qu’il a favorisées, les liens dedans-dehors qu’il a encouragés, s’inscrit pour une grande part dans une préparation large d’un retour à la vie en société. Les apports multiples d’un projet peuvent constituer un pas en direction de la désistance sans être directement responsables de la baisse de la récidive (Cox, Gelsthorpe, 2008 ; Caulfield et al., 2016)10. Il apparaît là toute la complexité pour l’évaluateur de statuer sur les effets des actions sur le parcours de réinsertion, c'est-à-dire d’établir un lien de cause à effet direct entre la participation à un projet culturel et la préparation d’un retour à la vie extérieure.

3.2.3. Analyser les effets à l’aune de l’expérience des acteurs

64La considération de la vie carcérale est essentielle pour comprendre les critiques et les apports identifiés sur le projet car en creux, ces derniers révèlent les composantes essentielles de leur quotidien. Il convient alors de se demander si ce ne sont pas moins les apports de la culture qui s’expriment que les difficultés de la vie carcérale.

  • 11 Trois participants ont été condamnés à la réclusion criminelle à perpétuité, six à des peines entre (...)

65Les actions culturelles menées en prison prennent en effet place au cœur d’expériences carcérales qui peuvent être très différentes. Dans l’étude menée, les personnes condamnées à une peine longue11 ont tous déjà effectué une douzaine d’années de prison. Le projet qui leur est proposé vient rompre la monotonie de la vie en établissement de longues peines (Marchetti, 2001). Autrement dit, ce qui les a sortis le plus de leur quotidien carcéral est présenté dans le dispositif comme un de ses principaux bénéfices. L’action apparaît d’abord comme une activité qui a du sens dans une peine longue ; en outre, elle permet aux participants de s’ouvrir sur l’extérieur avec la rencontre de divers intervenants, ce qui les extrait au moins pour un temps de l’économie des relations carcérales habituelles et rompt avec l’isolement dans lesquels ils vivent la plupart du temps. Enfin, elle est présentée comme source de valorisation et de renforcement de l’estime de soi dans une institution où ils sont souvent pris dans des rapports de domination et des situations humiliantes.

3.3. Des difficultés à apprécier les changements dans la durée

66La « bonne » temporalité pour mener une évaluation, de même que la durabilité des effets observés sont deux questionnements qui se posent avec acuité et dont les réponses restent en débat. Quelle temporalité choisir pour évaluer les effets des actions culturelles ? Faut-il apprécier l’impact des actions durant leur mise en œuvre, au moment de leur finalisation et réception, plusieurs mois ou années après leur achèvement ? Ensuite, de quelle manière saisir comment le temps façonne le regard porté sur sa participation à une action culturelle ? Quelle méthodologie adoptée pour analyser les effets dans une perspective longue et mesurer la durabilité des changements induits par l’engagement dans une action culturelle ?

3.3.1. Ne pas se limiter à des évaluations « à chaud »

67La temporalité de l’évaluation se limite souvent à la mesure des effets immédiats, dans le temps de l’action ou très peu de temps après son achèvement, en dehors de quelques expériences comme celle des chercheurs australiens qui ont mené des entretiens à 6 mois puis 18 mois après la fin du projet musical Good Vibrations (Caulfield et al., 2016, 400). L’écriture du rapport, simultanément au déroulement du projet, ne permet guère de mesurer les effets à moyen ou long terme des actions culturelles. On peut dès lors supposer que certains apports des actions culturelles ne sont pas retranscrits dans les évaluations car ils ne sont pas apparus ou ne sont pas encore conscientisés par les acteurs. Pour les apprécier, il conviendrait de déployer des dispositifs méthodologiques plus ambitieux et beaucoup plus coûteux induisant notamment un suivi de cohorte incluant un groupe témoin n’ayant pas pu bénéficier d’actions culturelles. Comme le constate Saez (2016, 131), les recherches longitudinales qui « seraient les plus pertinentes pour mesurer l’influence de parcours artistiques et culturels d’une population donnée dans la durée, sont quasi inexistantes. »

  • 12 Les effets de Good Vibrations sont positifs sur les relations ou la confiance en soi perdurent pour (...)

68L’évaluation sur un temps long peut aussi conduire à nuancer les apports identifiés à « chaud » comme le montre le travail australien évoqué (Caulfield et al., 2016, 407)12. De même, au cours de notre étude, les entretiens menés pendant le suivi des ateliers et des créations, puis 6 mois après l’inauguration de l’exposition ont permis de voir que certains détenus participants ont apprécié ce projet lors de sa mise en œuvre disant qu’il avait un sens et un vrai objectif à atteindre, mais ils ont ensuite considéré a posteriori cette action comme une « occupation » parmi d’autres dans le temps infini de leur peine. Peut-être qu’une évaluation plusieurs mois après encore aurait conduit à revoir encore l’appréciation de ses effets.

69Au-delà de la question de la fluctuation des regards portés sur l’action, l’enquête inscrite dans une perspective plutôt longue au regard d’autres évaluations conduit à interroger la longévité des effets décrits.

3.3.2. Quelle durabilité des apports d’une expérience située ?

70Certains effets générés par les projets semblent assez limités dans le temps. Dans la recherche effectuée, deux exemples l’illustrent : d’abord le regain de confiance n’a pas produit un changement de soi durable ; ensuite, la dynamique collective créée s’est dissoute rapidement dans un contexte carcéral qui tend à atomiser les liens sociaux.

71Les détenus évoquent la confiance en soi retrouvée, la fierté ressentie de mener le projet jusqu’au bout avec ce niveau de qualité, et l’étude a permis de se demander si ce sentiment avait pu générer de profonds changements identitaires. Le concept de carrière morale a été mobilisé dans une acception large, comme le fait Erving Goffman qui s’intéresse « au cycle des modifications qui interviennent dans la personnalité du fait de cette carrière et aux modifications du système de représentation par lesquelles l’individu prend conscience de lui-même et appréhende les autres » (Goffman, 1968, 179-180). Si les participants reconnaissent les multiples apports qu’ils ont retirés de leur participation, elle ne semble pas susceptible de modifier leur carrière ni avoir impulsé un « moment critique » c’est-à-dire un « moment du développement d’un individu où il faut faire le bilan, réévaluer, réviser, revoir et juger de nouveau » (Strauss, 1992, 196) et ce pour deux raisons principales. D’abord, on peut supposer que les modifications qui interviennent dans la définition de soi auraient été plus conséquentes si des individus plus distants de l’art classique avaient été impliqués dans le groupe (Rostaing, Touraut, 2015). Ensuite, si l’implication dans ce dispositif culturel a pu participer à la vaste entreprise de reconstruction de soi, elle ne semble pas, selon les participants, parvenir à restaurer durablement l’estime de soi, perdue, comme le raconte ce détenu, au moment de son incarcération.

— Peut-être un peu de valorisation… un peu de fierté, je suis un peu fier quand même, j’ai fait quelque chose, j’ai envoyé le catalogue à ma mère et à ma petite sœur, elles ont trouvé ça très bien, donc un petit peu de fierté quand même. Après, de la confiance en soi, non, j’ai perdu toute confiance depuis que je suis en prison, donc… C’est un peu difficile, ce n’est pas ça qui me fera retrouver ma confiance en moi.

Ça ne suffit pas ?

— Non, ça ne suffit pas. Ça peut aider, c’est vrai, c’est sympa de se sentir un peu valorisé par un projet.

(Jean-Pierre, détenu participant)

72Tout laisse aussi l’impression que la vie carcérale a rapidement repris le dessus. Quelques semaines après l’inauguration, les détenus semblent assez désinvestis et le groupe, très lié durant le déroulement du dispositif, n’a pas perduré à la fin de l’action. Il ne semble pas que des relations nouvelles et très dynamiques générées pendant le projet se soient poursuivies ou approfondies lorsqu’il s’est achevé. Le désinvestissement individuel des participants explique en partie la rapide dissolution du groupe.

Mais après, le stage a été fait, le catalogue est fait, on a fait notre travail et puis, voilà. Après, on voit l’intérêt. On en a parlé 2-3 fois. Parmi les 10, j’ai dû en parler à 5-6, mais sans plus et encore. Je ne dirais pas exactement si c’est de la déception ou pas, du je-m’en-foutisme, mais maintenant, c’est fait, je m’en lave les mains, vous voyez c’est un peu ça. Après, les interprétations de chacun sont différentes, mais il n’y a pas plus l’intérêt qu’il y a eu pendant le stage, c’est pour ça que même les conférences, on s’intéresse ou on ne s’intéresse pas.

(Roberto, détenu participant)

73Dans les derniers entretiens, les difficultés de la vie quotidienne en prison ont pris une place importante alors qu’elles avaient été peu évoquées durant les premières rencontres. L’un raconte sa souffrance d’être séparé de son fils dont il est sans nouvelle, un autre revient constamment sur ses démarches judiciaires pour obtenir une confusion de peine et ouvrir un espoir de libération conditionnelle, un troisième parle de ses difficultés pour poursuivre des études en prison.

74Cependant, ces expériences peuvent produire des effets à rebours, et avec le temps, se sont révélées pour quelques-uns comme des moments forts de leur parcours. Ainsi, les effets des projets culturels apparaissent sous des perspectives distinctes selon la temporalité où ils sont évalués et il serait riche d’envisager des approches longitudinales pour les appréhender dans leur multiplicité.

4. Conclusion : aller au-delà de l’évaluation convenue

75L’article, fruit d’une analyse réflexive a posteriori de notre expérience d’évaluation d’un dispositif culturel en prison, a permis de discuter des méthodes pour parvenir à en apprécier les effets. L’évaluation de dispositifs de médiation compassionnelle s’avère particulièrement complexe, d’autant plus quand l’institution culturelle est de renommée, qu’elle a mobilisé des moyens importants et s’adresse à un public particulièrement isolé. Les évidents bienfaits de la culture en prison peuvent dès lors limiter l’évaluation à la seule légitimation du dispositif sans parvenir à saisir plus particulièrement ce qui s’est joué dans le déroulé de l’action, ce que produit la rencontre entre les mondes culturel et carcéral, quelles représentations s’en font les personnes détenues et le public visé sur des temporalités plurielles, etc. Ce retour critique sur notre expérience nous amène à encourager la réalisation d’évaluation adoptant un triple déplacement : d’une perspective quantitative souvent centrée sur les institutions vers une approche qualitative et multifocale ; d’une temporalité à court terme vers des études s’inscrivant dans un temps long ; des évaluations partant du champ culturel, vers des études se situant à la croisée de la prison et de la culture.

  • 13 Pour la France, voir Fabiani, Soldini (1995) ou Siganos (2008) pour ce qui concerne la lecture. Pou (...)
  • 14 Pires considère même dans son article « la nécessité d’adopter volontairement un regard partisan qu (...)

76L’évaluation des dispositifs culturels se limite très souvent à une approche quantitative qui vise à saisir les impacts des actions menées au niveau des institutions et privilégie le regard de leurs concepteurs et des artistes impliqués, sans prendre en compte la réception par le public. Les connaissances alors produites mettent au jour les effets institutionnels généralement positifs des actions conduites dans les lieux d’enfermement ou rendent compte des contraintes carcérales qui jalonnent leur mise en œuvre13. Choisir d’adopter le « regard “d’en bas” de l’échelle sociale » (Pires, 1997, 33) permet de dégager un autre point de vue sur la situation14 et de faire émerger les ambivalences voire les désenchantements que les actions peuvent aussi produire. Nos analyses incitent à multiplier les points de vue en considérant ceux des institutionnels, mais aussi ceux des participants, des personnels, et de toutes les personnes ayant été concernées ou visées par le dispositif. Il convient même de s’efforcer de saisir des regards plus extérieurs afin de saisir ces effets en lien à la société, au-delà des murs (par rapport aux familles ou à l’insertion). Dans notre étude, il aurait été intéressant d’introduire les points de vue des familles de détenus, des habitants de la ville et des citoyens ordinaires afin de saisir pleinement la portée du projet sur la société.

77Le second déplacement proposé est d’ordre temporel. L’expérience invite à encourager des évaluations inscrites dans une temporalité longue. Il importe d’aller voir in situ, de suivre l’action tout au long de son déroulement, si possible depuis sa conception, et durant sa réalisation, jusqu’à sa réception. La perspective à court terme paraît d’autant plus limitée quand l’action concerne des condamnés à de longues peines. La prise en compte d’une temporalité longue vise à considérer l’expérience des détenus dans une perspective longitudinale, à la fois dans le temps du projet (tout au long du déroulement de l’action, lors de sa réception, et même au-delà, plusieurs mois après le projet achevé) et dans le temps de la peine (enchaînement ou non de projets, aide à la réinsertion).

78Enfin, ce retour d’expérience a permis de souligner le poids de l’épreuve carcérale sur l’action culturelle. L’examen de la multiplicité de ces effets permet de mieux saisir les enjeux de considération de la réalité carcérale afin que l’art ou toutes autres activités socio-culturelles puisse pleinement enrichir les parcours des personnes détenues. L’importance de connaître les contraintes vécues par les personnes au quotidien apparaît essentielle afin que la rencontre entre le monde carcéral et le monde culturel ne produise pas des effets dépréciatifs non souhaités. Par exemple, il peut paraître malaisé de justifier un projet coûteux uniquement au regard du plaisir qu’il procure aux participants, dans une institution de punition. Or, au-delà des objectifs de réinsertion ou de démocratisation culturelle, le registre émotionnel semble essentiel tant il participe des bienfaits du développement de l’art en prison. Ainsi, la plupart des apports et des limites de l’expérience culturelle des détenus se comprennent au regard de leur vécu carcéral. Quelle valeur attribuée sinon au fait de « retrouver de l’estime de soi », d’établir les relations « normales » avec des intervenants extérieurs ou d’apprécier d’échanger et de discuter avec les autres participants ? Tous ces éléments montrent combien la prison est une situation anormale, un monde de relations atomisées et un univers de rareté. Dans ce contexte, le constat de la reconnaissance des participants lors d’une action culturelle n’est-elle pas un simple retour à une situation normale où le citoyen serait reconnu à part entière ?

Haut de page

Bibliographie

Allen K., Shaw P., Hall J., 2004, The art of rehabilitation: Attitudes to offenders’ involvement in the arts, London, United Kingdom, Esmée Fairburn Foundation.

Andrieu M., 2011, Réalités musicales en prison. D’un panorama général à l’analyse d’une activité, in Benguigui G., Guilbaud F., Malochet G. (dir.), Prisons sous tensions, Paris, Champ social, 306-327.

Barbier J.-C., 2010, Éléments pour une sociologie de l'évaluation des politiques publiques en France, Revue française des affaires sociales, 1, 25-42.

Becker H.S., 1988. Les mondes de l’art, Paris, Flammarion.

Becker H.S., 2006 (1970), Le travail sociologique, Fribourg, Éditions universitaires de Fribourg.

Béraud C., Galembert C. de, Rostaing C., 2016, De la religion en prison. Enquête sociologique, Rennes, PUR, coll. « Sciences des religions ».

Bezes P., 2009, Réinventer l’État, les réformes de l’administration française (1962-2008), Paris, PUF.

Bourdieu P., Passeron C., 1970, La reproduction. Éléments pour une compréhension du système d’enseignement, Paris, Éditions de Minuit.

Caulfield L.S., Wilkinson D.J., Wilson D., 2016, Exploring alternative terrain in the rehabilitation and treatment of offenders: Findings from a prison-based music project, Journal of offender rehabilitation, 55, 6, 396-418.

Chapoutot A., 1993, L’air du dehors. Pratiques artistiques et culturelles en milieu pénitentiaire, Paris, Éditions du May.

Chauvenet A., Rostaing C., Orlic F., 2008, La violence carcérale en question, Paris, PUF.

Claudel P., 2001, Le bruit des trousseaux, Paris, Stock.

Cox A., Gelsthorpe L., 2008, Beats and bars, music in prisons: An evaluation, London, The Irene Taylor Trust.

Demailly L., 2013, Le sociologue, l’évaluation et les pièges peut-être évitables, Socio-logos, 8 [en ligne] https://doi.org/10.4000/socio-logos.2773.

Dubois V., 199, La politique culturelle. Genèse d'une catégorie d'intervention publique, Paris, Belin, coll. « Socio-histoires ».

Dumanoir T., 1994, De leur cellule, le bleu du ciel. Le développement culturel en milieu pénitentiaire, Paris, Éditions de l’Atelier.

Duran P., 1999, Penser l'action publique, Paris, LGDJ, coll. « Droit et Société. Série politique ».

Duran P., 2010, L’évaluation des politiques publiques : une résistible obligation, Revue française des affaires sociales, 1, 5-24.

Duran P., Erhel C., Gautié J., 2018, L’évaluation des politiques publiques. Les sciences sociales à l’épreuve, Idées économiques et sociales, 193, 3, 4-5.

Fabiani J.-L., 2002, Le riche territoire de l’arte povera, Sociologie et sociétés, 34, 2, 79-93.

Fabiani J.-L., Soldini F., 1995, Lire en prison : une étude sociologique, Paris, Bibliothèque publique d’information du centre Pompidou.

Friedberg E., Urfalino P., 1984, La gestion des politiques culturelles municipales : de l’inflation culturelle à l’évaluation politique, Politiques et management public, 2, 1, 3-26.

Jacobi D., 2018, La médiation compassionnelle. Propos recueillis par Delphine Saurier, in Saurier D. (dir.), Usages de la culture et population pénale, Paris, L’Harmattan.

Gaxie D., Laborier P., 2003, Des obstacles à l'évaluation des actions publiques et de quelques pistes pour tenter de les surmonter, Être gouverné. Mélanges en l'honneur de Jean Leca, 201-224.

Goffman E., 1968 (1961), Asiles. Études sur la condition sociale des malades mentaux, Paris, Éditions de Minuit.

Goffman E., 1973, La mise en scène de la vie quotidienne. Paris, Éditions de Minuit.

Goffman E., 1975 (1963), Stigmate. Les usages sociaux des handicaps. Paris, Éditions de Minuit.

Hewish S., 2015, Counterblast: A Stretch in Time: Some Personal Reflections on 25 Years of Delivering Arts Projects in Prisons, The Howard journal of criminal Justice, 54, 2, 212-217.

Honneth A., 2002, La lutte pour la reconnaissance, Paris, Éditions du Cerf.

Huchet B., Payen E., 2008, L’action culturelle en bibliothèque, Paris, Éditions du Cercle de la Librairie.

Hughes E., 1996 (1961), Le regard sociologique. Essais choisis. Paris, Éditions de l’EHESS.

Langeard C., 2015, Les projets artistiques et culturels de territoire. Sens et enjeux d’un nouvel instrument d’action publique, Informations sociales, 190, 4, 64-72.

Langeard C., 2016, Des scènes artistiques à l’épreuve de l’évaluation. Ce que révèle l’impératif évaluatif dans le secteur artistique et culturel, L'Observatoire, Observatoire des politiques culturelles, 47, 87-89.

Langeard C., Liot F., Rui S., 2015, Ce que le théâtre fait au territoire. Reconfiguration du public et évaluation, Espaces et sociétés, 16, 107-123.

Lassus M.-P., Le Piouff M., Stabattella L., 2017, Le Jeu d’Orchestre, Recherche-action en art dans les lieux de privation de liberté, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion.

Lauret J.-M., 2017, L’évaluation des politiques d’éducation artistique et culturelle, approche critique et prospective, Quaderni, 92, 85-95.

Madranges E., 2013, Prisons. Patrimoine de France, Paris, Lexis Nexis.

Marchetti A.-M., 2001, Perpétuités. Le temps infini des longues peines, Paris, Plon, Terre Humaine.

Nicolas Y., Gergaud O., 2016, Évaluer les politiques publiques de la culture, Paris, ministère de la Culture – DEPS.

Ogien A., 1995, L’esprit gestionnaire, Paris, Éditions de l’EHESS.

Pires A.P., 1997, De quelques enjeux épistémologiques d’une méthodologie générale pour les sciences sociales, in Poupart J., Deslauriers J.P., Groulx L.-H., Laperrière A., Mayer R., Pires A.P. (Éds), La recherche qualitative : enjeux épistémologiques et méthodologiques, Montréal, Gaëtan Morin, 3-54.

Pollak M., 1993, Une identité blessée, Paris, Métailié.

Quéré L., 2003, Le public comme forme et comme modalité d’expérience, in Cefaï D., Pasquier D. (dir.). Les sens du public, Paris, PUF, 113-134.

Ricoeur P., 2004, Parcours de reconnaissance, Paris, Stock.

Rippol P., 2005, Un abri livre. Expérience en prison, Paris, L’Harmattan.

Rostaing C., 1996, Les détenus : de la stigmatisation à la négociation d'autres identités, in Paugam S. (dir.), L'exclusion. L'état des savoirs, Paris, La Découverte, 354-362.

Rostaing C., 1997, La relation carcérale. Identités et rapports sociaux dans les prisons de femmes, Paris, PUF, Le Lien social.

Rostaing C., 2021, La prison, une institution dégradante, Paris, Gallimard.

Rostaing C., Touraut C., 2012, Processus de création culturelle en prison : une innovation ordinaire ?, Socio-logos, 7, [en ligne] http://socio-logos.revues.org/2658.

Rostaing C., Touraut C., 2015, Exposition en prison et hiérarchie morale des publics empêchés, Culture & Musées, 26, 23-46.

Saez J.-P., 2016, Heurs et malheurs de l’évaluation dans les politiques culturelles, in Nicolas Y., Gergaud O. (dir.), Évaluer les politiques publiques de la culture, ministère de la Culture – DEPS, « Questions de culture », 123-133.

Saurier D., 2018, Usages de la culture et population pénale, Paris, L’Harmattan.

Saurier D., 2020, Exposer en prison. Le laboratoire d’une fantasmagorie contemporaine, Paris, La Documentation française.

Siganos F., 2008, L’action culturelle en prison. Pour une redéfinition du sens de la peine, Paris, L’Harmattan.

Soulier G., 1982, Le développement des activités culturelles en milieu carcéral, Paris, ministère de la Culture.

Strauss A., 1992, Miroirs et masques. Introduction à l’interactionnisme, Paris, Métailié.

Touraut C., 2012, La famille à l’épreuve de la prison, Paris, PUF, Le lien social.

Touraut C., 2019, Vieillir en prison. Punition et compassion, Paris, Champs social, coll. « Questions de société ».

Haut de page

Notes

1 L’évaluation reste très protéiforme et suscite de vifs débats sur les différentes disciplines qui peuvent y contribuer (voir Barbier, 2010 ; Duran, 2010 ; Demailly, 2013 ; Duran et al., 2018).

2 Voir notamment : Saurier, 2018 et 2020 ; Rostaing, Touraut 2012 ; 2015.

3 Des livres de témoignages réflexifs sont proposés par des animateurs d’activités culturelles : Chapoutot, 1993 ; Dumanoir, 1994 ; Claudel, 2001 ; Rippol, 2005 ; Andrieu, 2011 ; Lassus et al., 2017.

4 Le terme « effets » nous semble plus neutre que celui d’apports ou bienfaits, connotés positivement.

5 Cette approche théorique s’inscrit dans la perspective sociologique d’E. Hughes (1996), d’H.S. Becker (1988, 2006), d’A. Strauss (1992) et d’E. Goffman (1968, 1973, 1975).

6 L’enquête s’est terminée en 2011 par la diffusion d’un questionnaire auprès des détenus et auprès des personnels de l’établissement. Ces résultats ne seront pas mobilisés ici, ils ont essentiellement confirmé les analyses qualitatives.

7 Notre article (Rostaing, Touraut, 2015) développe plus précisément la question de la hiérarchisation morale des publics.

8 Hallen et al. (2004, 397) évoquent une « humanising experience which enables prisoners to acquire educational achievements and also improves self-confidence, social skills, and personal development ».

9 La notion d’institution honorable opposée à celle d’institution dégradante est développée dans Rostaing (2021).

10 « It is clearly unreasonable to suggest that such projects can be directly responsible for reducing reoffending — and nor do they seek to be — but it remains important to consider how a variety of experiences can be relevant in shaping the path an offender takes towards desisting from crime. » (Caulfield et al., 2016, 412)

11 Trois participants ont été condamnés à la réclusion criminelle à perpétuité, six à des peines entre 20 et 30 ans et un à une peine inférieure à 20 ans.

12 Les effets de Good Vibrations sont positifs sur les relations ou la confiance en soi perdurent pour l’ensemble des détenus, à l’exception de l’un d’entre eux, au-delà de 18 mois.

13 Pour la France, voir Fabiani, Soldini (1995) ou Siganos (2008) pour ce qui concerne la lecture. Pour le Royaume-Uni, voir par exemple Hewish (2015), qui souligne les difficultés pour les artistes de travailler en prison pour des raisons sécuritaires en lien au terrorisme et au vu des restrictions budgétaires.

14 Pires considère même dans son article « la nécessité d’adopter volontairement un regard partisan qui se définit en fonction du point de vue de celui ou de celle qui se trouve dans la situation la plus désavantageuse » (Pires, 1997, 35).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Corinne Rostaing et Caroline Touraut, « De l’impossibilité d’évaluer les dispositifs culturels en prison ? »Champ pénal/Penal field [En ligne], 24 | 2021, mis en ligne le 22 décembre 2021, consulté le 20 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/champpenal/13090 ; DOI : https://doi.org/10.4000/champpenal.13090

Haut de page

Auteurs

Corinne Rostaing

Professeure de sociologie à l’Université Lumière Lyon-2, membre du Centre Max Weber
Corinne.Rostaing[at]univ-lyon2.fr

Articles du même auteur

Caroline Touraut

Docteure en sociologie, chargée d’études au ministère de la justice (2014-2021) et à l’Observatoire national de la protection de l’enfance (2021-), chercheuse associée au Cesdip
tourautc[at]yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Champ pénal

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search