Navigation – Plan du site

AccueilTous les volumes24ArticlesRéalisation de deux expositions p...

Articles

Réalisation de deux expositions partagées au sein d’un établissement pénitentiaire

Regards croisés : musée et institution pénitentiaire
Realization of Two Exhibitions Within a Prison. Intersecting Perspectives: Museum and Penal Institution
Vincent Gille et Julien Maréchal

Résumés

Les programmations culturelles franciliennes à destination des détenus se sont considérablement densifiées au cours des douze dernières années. Cette dynamique a notamment été rendue possible grâce à l’implication du secteur associatif, des artistes et des institutions culturelles dans leur désir de toucher les publics sous main de justice. Parmi les différentes collaborations qui ont vu le jour, plusieurs ont reposé sur le principe des expositions temporaires, contribuant à réinventer les conditions des interventions et les rôles que les personnes détenues peuvent endosser à l’occasion des actions culturelles qui leur sont proposées. Cet article cherche à exposer et faire discuter deux regards professionnels différents sur deux expositions développées au centre pénitentiaire sud francilien entre 2012 et 2016, Le Voyage et Les Misérables.

Haut de page

Texte intégral

1. Introduction

1Depuis la signature du premier protocole d’accord entre les ministères de la Justice et de la Culture et de la Communication, en 1986, la proposition culturelle à destination de la population pénale a considérablement évolué pour concerner la quasi-totalité des champs artistiques. Le tissu culturel, institutionnel et associatif francilien a permis le développement d’actions riches sur les plans humain et artistique, offrant un choix aux personnes détenues : être un simple spectateur, dans le cadre de diffusions de spectacles, concerts ou projections de films ; prendre part à un processus créatif en présence d’un artiste, au cours d’un atelier au nombre de séances variable. Chaque action a pour objet de montrer à la personne détenue que son bagage personnel et culturel a sa place dans la société, que les institutions culturelles françaises lui sont ouvertes comme à tout autre citoyen, et que la culture a vocation d’aider à une meilleure compréhension de soi et des autres.

  • 1 Au mois de décembre 2016, les projets d’exposition réalisés dans des établissements franciliens éta (...)
  • 2 La création de projets « participatifs » concerne de nombreux secteurs culturels : spectacle et mus (...)

2Les programmations culturelles franciliennes se sont considérablement densifiées au cours des douze dernières années. Cette dynamique a notamment été rendue possible grâce à l’implication toujours plus poussée du secteur associatif, des artistes et des institutions culturelles dans leur désir de toucher les publics sous main de justice. De fait, le monde muséal occupe une place éminente dans les structures culturelles partenaires de l’administration pénitentiaire. Parmi les différentes collaborations qui ont vu le jour au fil des ans, plusieurs ont reposé sur le principe des expositions temporaires1, contribuant à réinventer les conditions des interventions et les rôles que les personnes détenues peuvent endosser à l’occasion des actions culturelles qui leur sont proposées2.

3En Île-de-France, la démarche a pris une dimension toute particulière au centre pénitentiaire sud francilien (Seine-et-Marne). Les deux expositions temporaires conçues par des personnes détenues qui ont vu le jour et ont été installées entre 2012 et 2016, Le Voyage et Les Misérables, se sont partiellement inspirées de projets antérieurs, notamment ceux conduits à la maison centrale de Poissy (Yvelines) sous l’impulsion du musée du Louvre. Elles ont néanmoins poussé la logique un peu plus loin que les propositions antérieures en proposant, d’abord et surtout, de faire venir non plus des reproductions mais des œuvres originales. Elles ont par ailleurs partagé beaucoup plus largement la conception du projet avec les personnes détenues et elles les y ont associées à toutes les étapes de la réalisation de l’exposition. Ce faisant, de telles actions répondent également mieux aux objectifs fixés par les différents protocoles culture – justice : la culture est un droit et représente un vecteur d’insertion en permettant une meilleure maîtrise de la langue et un lien renforcé entre l’individu et son cadre de vie.

4Notre article cherche à exposer deux regards professionnels différents sur ces derniers projets : l’un issu de l’institution muséale et l’autre de l’institution pénitentiaire. Les points de vue comparés de professionnels sont rares, voire inexistants, attestant en cela la complexe rencontre entre le monde de la culture et celui de la prison. S’engager dans l’exercice relève alors d’un processus de réflexivité contrôlé – notamment par le regard de l’autre. Cet exercice diffère à la fois du travail scientifique et de l’évaluation post projet que suppose toute action culturelle et artistique en détention. On verra comment ces points de vue de l’intérieur se rencontrent, mais aussi parfois s’éloignent sans jamais diverger et comment ils conduisent à l’expression de solutions et de perspectives politiques.

2. Le regard de l’institution muséale

5La mission première des musées a trait aux œuvres qu’il conserve, étudie et diffuse, soit dans ses propres murs, soit en dehors. Dans ce dernier cas, le déplacement d’œuvres originales ne se fait généralement que vers des institutions et des lieux qui peuvent les accueillir dans des conditions optimales (environnement, sécurité) et dans des cadres scientifiquement balisés (dépôt ou expositions temporaires). Hors ces cas de figure, les musées ne se risquent généralement pas à laisser sortir leurs œuvres. Élargir cette mission à publics « lointains et empêchés », laisser partir leurs œuvres dans un établissement pénitentiaire, représente donc pour les musées une gageure, tant sur le plan matériel que sur le plan scientifique.

6C’est à ce difficile pari que s’est confronté le premier directeur du centre pénitentiaire sud francilien (CPSF), Pascal Vion quand il a désiré que l’une des salles de l’établissement tout juste ouvert, qui n’avait pas d’affectation, devienne, selon sa propre expression, une « annexe du Grand Palais ». Jean-Paul Cluzel, directeur de la Réunion des musées nationaux, a accepté de relever avec lui ce défi et proposé que soit montée une exposition à l’intérieur du CPSF. Un an et demi plus tard, à l’automne 2013, ouvrait la première exposition, dont le thème était Le Voyage, et qui regroupait une centaine d’œuvres originales prêtées par les musées Guimet et du Quai Branly, le musée des Beaux-Arts de Rouen et de Rennes, le Museum national d’Histoire naturelle, etc. Elle sera suivie en 2016 d’une seconde exposition sur Les Misérables réalisée cette fois-ci en partenariat avec Paris Musées, établissement public qui regroupe l’ensemble des musées de la Ville de Paris. Cette seconde exposition réunissait des œuvres de la Maison de Victor Hugo, du musée d’art moderne de la ville de Paris, de la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé mais aussi des photographies d’artistes contemporains. On notera ici que l’impulsion qui a permis ces deux expériences est née de deux initiatives individuelles qui ont été capables, à un moment donné, d’entraîner des équipes.

7Le premier et principal obstacle à lever était celui de l’infrastructure nécessaire à l’accueil, dans des conditions optimales, d’œuvres d’art originales. La salle disponible à l’intérieur du centre pénitentiaire a donc fait l’objet d’études (hygrométrie et température) et d’un aménagement adéquat – construction de cimaises, fournitures de vitrines, pose d’un réseau de grilles pour accueillir des spots permettant de contrôler le niveau d’éclairement – sans quoi aucun musée n’aurait accepté de prêter des œuvres de ses collections. Paris Musées prenant le relai de la Réunion des musées nationaux (RMN) a pu réutiliser ces aménagements, qui sont désormais pérennes. Ces deux expériences ne pourront s’étendre à d’autres établissements que si ces derniers peuvent aménager en leur sein des espaces « muséo-compatibles ».

8Le second point était celui du projet culturel et scientifique. Concevoir et réaliser une exposition mobilisant des œuvres d’art nécessite un peu d’expérience, un certain savoir-faire et le respect de procédures intellectuelles – construction d’un projet à partir d’une thématique donnée, recherche et choix des œuvres, argumentation des demandes de prêts – et matérielles – règles strictes quant au transport, à l’assurance et à l’installation des œuvres. Il a donc fallu faire appel aux équipes habituées à produire des expositions et des catalogues au sein de la RMN et de Paris Musées et, par ailleurs, mobiliser un « commissaire scientifique » à même de mener le projet en encadrant un groupe de « commissaires détenus » tout au long de sa préparation.

  • 3 Un « petit journal » pour Le Voyage et un petit livret pour Les Misérables. Les deux projets ont do (...)
  • 4 Les expositions sont en règle générale réalisées par un ou deux commissaires. Un commissariat colle (...)

9Car le projet initial n’était pas d’apporter à l’intérieur de la prison une exposition « clé en main ». L’objectif était de concevoir cette exposition avec un groupe de personnes détenues qui endosseraient successivement toutes les responsabilités d’un commissaire d’exposition : choix de la thématique, conception et détermination du parcours, choix des œuvres, travail sur la scénographie, sur le catalogue3, et, pour finir, médiation. Dans les deux cas, des groupes d’une dizaine de personnes ont donc été constitués, sous l’égide du coordinateur culturel du Service pénitentiaire d’insertion et de probation (Spip), sur la base du volontariat – équipe composée exclusivement d’hommes pour le Voyage et équipe mixte pour Les Misérables4.

10Plutôt que de se placer dans la position dominante d’un savoir imposé et directif, le commissaire scientifique et les équipes de production et d’édition de la RMN et de Paris Musées ont choisi de partager leur expérience et leur savoir-faire avec le groupe de commissaires détenus Ce point est capital : il ne s’est pas agi, en l’occurrence, d’un « travail dirigé » ou d’une pseudo-initiation, mais d’une aventure menée de concert, respectueuse de l’expression et de la sensibilité de chacun, d’un véritable dialogue, entre les commissaires détenus et les professionnels qui n’étaient pas là pour imposer des choix techniques ou scientifiques ni pour limiter les envies mais pour bâtir ensemble l’exposition. Producteurs, scénographes, graphistes, secrétaires de rédaction, attachées de presse, chacun est venu offrir son expérience et sa sensibilité, aider, guider, soutenir et porter le projet commun (Saurier, 2020). Les échanges, en conséquence, ont été nombreux, vifs, riches, et très peu conflictuels – la prise en compte des contraintes liées aux œuvres (contraintes de présentation, de manipulation, refus de prêt, contraintes budgétaires, etc.) faisait partie intégrante de la démarche.

  • 5 Voir par exemple sur Le Voyage les articles de Philippe Dagen, Le Monde, 12 octobre 2013 : https:// (...)
  • 6 Des témoignages de commissaires-détenus de l’exposition Le Voyage figurent dans l’étude de Delphine (...)

11Une fois montée, l’exposition est ouverte à l’ensemble des personnes détenues de l’établissement, aux familles des commissaires détenus, à l’ensemble du personnel de l’établissement (personnel de surveillance, administratif, de santé) et aux groupes invités par la direction ou le Spip. Personne cependant ne visite l’exposition seul : tous les groupes sont conduits et guidés par les commissaires détenus qui assurent ainsi la médiation de leur travail. Ce dernier point est capital car c’est en assurant cette médiation que les commissaires détenus parachèvent ce travail, à leurs propres yeux et aux yeux des autres, quels qu’ils soient, journalistes5, autres détenus, familles, médecins, juges, avocats, personnel pénitentiaire, policiers. Pour les commissaires détenus, en termes d’image de soi et de dignité, le véritable bénéfice s’obtient et se mesure à ce moment-là, quand ce travail qui s’est mené dans l’ombre pendant un an apparaît au grand jour6.

12Par rapport au coût moyen d’une exposition dans des musées parisiens (de quelques centaines de milliers à plusieurs millions d’euros), le coût global de chacune de ces deux opérations n’est pas démesuré : 150 000 euros pour la première, 75 000 euros pour la seconde. La première a été entièrement financée par le mécénat de la Fondation Carasso – ce qui a permis en particulier l’aménagement initial de la salle – et la seconde exposition par Paris Musée avec un apport de l’administration pénitentiaire, via son échelon régional – la direction interrégionale des services pénitentiaires de Paris.

13D’un strict point de vue d’organisation – gestion des listes d’œuvres, demandes de prêt, gestion des transports, de la scénographie, de l’installation, des assurances, de l’éclairage – il n’y a pas eu de différence notable avec d’autres projets menés dans des lieux plus « classiques ». Les musées sollicités, à une ou deux exceptions près, ont tous joué le jeu et prêté des œuvres parfois rares et fragiles.

14Du point de vue du commissaire « scientifique » qui a accompagné les deux projets, quelques points doivent être soulignés. Le premier a trait à la durée : entre le choix de la thématique et l’ouverture de l’exposition, il s’est écoulé un an, voire plus. À raison d’une séance hebdomadaire de travail, cela représente un investissement important. Ce délai d’un an est indispensable, car il permet aux commissaires détenus qui découvrent ce travail d’en prendre réellement la mesure et d’entrer un peu dans le fond des choses, d’avoir de réelles discussions à propos des œuvres qu’ils choisissent, de rédiger les textes du catalogue, etc. Cela permet également au groupe de se constituer et de se souder, et à chaque commissaire de s’approprier réellement à la fois le sujet et les œuvres. Le principal obstacle rencontré durant cette phase de préparation est l’impossibilité dans laquelle se trouvent les commissaires détenus d’avoir accès, via internet, aux bases de données des musées dans lesquelles ils pourraient aller chercher directement les œuvres. Ceci oblige le commissaire « scientifique » à opérer une première sélection d’œuvres parmi lesquelles les commissaires détenus vont finalement faire leur choix. Même si cette sélection est large et tient compte des discussions préalables, c’est, pour les commissaires détenus, une démarche qui ne peut être réalisée « en direct ».

  • 7 Il n’a pas été tenu, pour les deux expositions, de comptabilité précise du nombre de visites organi (...)
  • 8 Pour la seconde exposition, les visites des personnes détenues d’un bâtiment de détention ont été s (...)

15Ces deux expériences se sont menées en bonne entente avec l’établissement pénitentiaire pour qui ces projets, notamment au moment du vernissage et des visites après l’ouverture, bousculent les habitudes et les règles quotidiennes de fonctionnement. Toutes les difficultés n’ont pas été surmontées, même si, de l’une à l’autre, des améliorations ont été apportées en particulier dans la planification préalable de l’ensemble des visites de l’exposition7. On peut regretter que, hormis des engagements individuels forts, l’ensemble du personnel pénitentiaire ne s’implique pas davantage dans ces projets. Incrédulité ou indifférence, au mieux, réprobation parfois, les réactions sont variées. Si ces réticences ne gênent pas trop le bon déroulement du projet pendant toute la durée de sa préparation, il en va autrement quand il s’agit d’organiser et de permettre les mouvements lors des visites de l’exposition8. Il y a là un travail d’information et de communication à effectuer en amont, par l’administration de l’établissement, par le Spip mais aussi par le partenaire extérieur, qui a été sans doute insuffisamment mesuré et anticipé. Il y a également des synergies et des passerelles à trouver entre ces projets lourds et ambitieux et d’autres projets culturels menés pendant les mêmes périodes dans l’établissement – par exemple, les activités scolaires.

3. Le regard de l’institution pénitentiaire

16Il n’était pas dit que des projets aussi conséquents et empreints d’une logistique pouvant aller à l’encontre du fonctionnement d’un établissement pénitentiaire voient le jour. De fait, les partenaires culturels ont dû appréhender et intégrer les contraintes inhérentes aux conditions d’intervention propres à la détention pour mener à bien les deux initiatives sans en dénaturer le principe et les fondements. Entre autres exemples : pour chaque séance de travail, fournir la liste détaillée des personnes extérieures à l’établissement et de leur matériel bien en amont pour établir des autorisations d’accès ; se familiariser avec les différents services et leurs personnels évoluant au CPSF, une chose d’autant plus complexe que ces interlocuteurs peuvent changer régulièrement ; appréhender le rythme de l’établissement – les horaires des activités, les procédures à respecter pour faire venir les participants, les retards fréquents des personnes détenues pour de multiples raisons, etc. Assimiler ces différentes notions demande du temps et de la patience, au risque de remettre la bonne tenue de l’action en question.

17Les facteurs facilitants n’ont toutefois pas manqué. La direction de l’établissement a fait de son mieux pour rendre les conditions d’intervention aussi fluides que possible. En détention, plusieurs surveillants ont joué un rôle essentiel pour faciliter la mise en place, particulièrement lors de l’installation des expositions et de la mise en œuvre des temps de visite. Les commissaires-détenus ont, eux, toujours répondu présents. Toutefois, l’élément déterminant fut certainement la durée des deux projets, qui a ancré les actions dans la vie quotidienne du site et a permis de faire preuve de pédagogie envers une partie de la population pénale et certains personnels pénitentiaires qui considéraient que ces expositions ne les concernaient pas ou entravaient leurs missions.

18Curieusement, la dimension particulière du Voyage et des Misérables n’a pas véritablement posé problème. Les doutes étaient pourtant permis tant les demandes des partenaires étaient exceptionnelles : besoin d’un espace d’exposition répondant aux normes muséographiques, venue et installation en détention pendant plusieurs semaines d’œuvres issues de collections publiques ou particulières, envie des partenaires culturels de communiquer intensément sur et autour de chaque exposition.

  • 9 Cela fut le cas lors de la rénovation de la salle d’exposition ou de son aménagement (formations bâ (...)

19Ces différents éléments semblent n’avoir pas constitué de problèmes aux yeux de l’administration pénitentiaire. Peut-être ont-ils même renforcé son souhait de voir ces projets aboutir. Il en allait de l’image des services, de leur capacité à apparaître modernes et à développer des actions abouties et transdisciplinaires. Sur le terrain, cadres et agents ont ainsi dû se pencher sur des questions qui ne leur étaient pas familières et tout particulièrement les conditions à réunir pour pouvoir exposer des œuvres dans un cadre répondant aux normes muséales ou le besoin que ces expositions deviennent des projets d’établissement, à même de concerner l’ensemble de la population pénale. Cela a été le cas dans certains domaines qui ont vu des complémentarités inédites se mettre en place telles que la contribution des personnes détenues participant à des formations professionnelles à différentes étapes des manifestations9.

  • 10 Un soin particulier a été pris au cours des projets pour donner un maximum d’informations aux perso (...)

20Il a également fallu convaincre les participants de ces projets du fait que les expositions allaient réellement avoir lieu. Leur caractère hors du commun et leurs échéances lointaines ont généré leur lot de doutes. Le rythme hebdomadaire des sessions de travail, les rencontres régulièrement organisées avec différents corps de métier du monde muséal et l’intégration de deux participants aux réunions de travail organisées au sein de l’établissement pour faire le point sur l’action en cours et appréhender ses prochaines étapes ont tous été des facteurs essentiels. En contrepartie, il a fallu éviter à tout prix certains écueils comme déposséder les commissaires-détenus du projet ou leur donner le sentiment qu’ils se retrouveraient instrumentalisés par l’administration ou le partenaire culturel. Un autre enjeu a été de prendre en compte une forme d’incompréhension au sein de la population pénale ou des personnels pénitentiaires face aux budgets importants consacrés à ces deux projets. Dans tous les cas, un effort particulier a été consacré pour que soient clairement évoquées ces différentes questions avec quiconque doutant de la légitimité des démarches engagées10 (Rostaing, Touraut, 2015).

21Les professionnels qui se sont le plus fréquemment retrouvés confrontés à ces interrogations furent Vincent Gille, en sa qualité de commissaire « scientifique » de l’exposition, et le coordinateur culturel du Spip 77 au CPSF – une situation logique au sens où chacun incarnait le projet à sa manière. Sur une base quasi-quotidienne, ils ont fait l’interface entre les parties prenantes des projets et ont contribué à faire se rencontrer des logiques de travail ou de perspectives parfois très éloignées. Ils ont également traduit sur le terrain les souhaits a priori évidents exprimés par les partenaires culturels en termes de médiatisation et validés par l’administration, avec le concours essentiel des directions de l’établissement et du Spip. La venue d’un journaliste au sein d’un établissement pénitentiaire n’est jamais simple à appréhender. L’organisation de conférences de presse en plein cœur du CPSF a pu générer une tension importante chez les personnels et plus encore pour les commissaires-détenus.

22La prise de parole de ces derniers à l’occasion de la présentation des expositions aux journalistes spécialisés invités pour l’occasion a dû respecter le Code de procédure pénale et les droits des personnes détenues concernées. Le choix de s’adresser à la presse a été laissé à la libre appréciation des commissaires-détenus. Tous ont signé un document précisant quelle était leur décision en la matière, la forme sous laquelle leur nom apparaîtrait dans les articles s’ils venaient à être évoqués ou cités, et leur choix concernant les prises de vues (avec ou sans floutage). Les services pénitentiaires avaient la charge de faire respecter ces choix et de veiller à ce que les questions des journalistes ne portent que sur l’exposition inaugurée ou la culture en détention et pas sur les faits commis par les participants.

  • 11 Cendrine Borzyki, Hors les murs, journal d’un voyage immobile, postface d’Alain Guyard, Paris, édit (...)

23La dimension prise par la communication fut, d’ailleurs, l’objet des principales interrogations au sein de l’administration. Ce fut particulièrement le cas du Voyage, le partenaire culturel ayant prévu la diffusion de nombreux contenus en lien avec l’exposition : une BD-reportage proposée à la vente11 ou encore des interviews de quelques commissaires-détenus sous forme de pastilles sonores et proposées sur le site internet de la RMN-GP.

  • 12 Par exemple : à la maison d’arrêt de Villepinte, une représentation de « Tempête sous un crâne », d (...)

24Finalement, la partie la plus délicate des projets n’a pas été leur lancement ou l’entretien de la dynamique de travail mais plutôt la difficulté de les faire vivre après les vernissages. En effet, les inaugurations ont chacune été de vraies réussites, mettant formidablement en valeur le travail réalisé et le rôle primordial des commissaires-détenus. Les expositions ont, en revanche, touché une faible partie de la population pénale. Cette déception a été atténuée dans le cas des Misérables par la réalisation d’une version itinérante de l’exposition pour en faire profiter d’autres établissements pénitentiaires franciliens, avec le concours de Vincent Gille et en lien avec d’autres manifestations culturelles organisées spécifiquement12.

25De la même manière, il n’a pas été simple de donner une suite à des projets qui sont, par nature, exceptionnels. L’utilisation régulière de la salle d’exposition reste délicate du fait de sa localisation au sein de l’établissement (en plein cœur de la détention, rendant son accès limité impossible à des visiteurs extérieurs au CPSF sauf rares cas particuliers). Il n’est, en outre, pas évident de trouver des partenaires désireux de se projeter dans l’organisation de telles manifestations, d’autant que l’ouverture vers d’autres personnes, d’autres services ou d’autres publics est délicate à entreprendre. Il est également compliqué de clore une action et d’engager la suite dans le contexte pénitentiaire tant un projet suit un autre, au point de perdre rapidement de vue les bénéfices immédiats ou à plus long terme d’une action. Mais le fait même que deux expositions aient déjà été montées et qu’une troisième soit prévue pour l’automne 2019 prouve que ces projets ont maintenant trouvé leur place dans la vie de l’établissement.

4. Quelles limites à de telles actions ?

26L’action culturelle en milieu pénitentiaire se trouve confrontée à différentes contraintes, de différentes natures. Sur le plan des infrastructures tout d’abord : les établissements sont rarement conçus pour accueillir des propositions artistiques. Il est même fréquent qu’ils ne disposent pas de salles assez nombreuses pour permettre l’organisation des multiples activités, culturelles, sportives, scolaires ou autres censées s’y tenir.

27La situation humaine au sein des maisons d’arrêt, des centres de détention ou des maisons centrales, est tendue. La surpopulation carcérale et les conditions de détention qu’elle implique ont une incidence forte sur la programmation culturelle. L’ensemble des mouvements en détention prévu sur une journée est rarement assuré. Les listes d’attente pour participer aux activités sont particulièrement longues et peuvent générer un certain découragement, voire une forme de défiance envers l’administration.

28En tout état de cause, la culture n’est pas considérée comme une priorité au sein des établissements pénitentiaires, par les services comme par la population pénale. Pour les premiers, la sécurité des lieux et des personnes prime. Les personnes détenues vont logiquement privilégier le quotidien de leur détention (gagner un peu d’argent via les ateliers de production ou les formations professionnelles rémunérées, entretenir des relations cordiales avec les personnels de l’administration pénitentiaire et leurs co-détenus), leurs perspectives de sortie (par exemple, via un aménagement de peine) et le contact avec leurs proches (par le biais des parloirs ou des permissions de sortir familiales).

29Face à ce contexte, les services pénitentiaires – et plus particulièrement les coordinateurs culturels dans le cas des établissements franciliens – doivent faire preuve d’humilité, sans jamais renoncer à l’enjeu de l’ambition artistique. Ils peuvent fréquemment compter sur l’appui de partenaires impliqués et convaincus de porter une proposition culturelle exigeante et accessible.

30Plusieurs de ces éléments ont affecté les expositions organisées au centre pénitentiaire sud francilien. Toutefois, elles n’ont jamais entraîné, comme cela peut être le cas parfois, l’annulation de séances de travail ou le report de l’action à une date ultérieure. Comme évoqué plus haut, ces projets ont su créer une forme de consensus au sein des services comme chez les personnes détenues qui y ont pris part. Il s’est plutôt agi de repousser certaines limites parmi lesquelles réussir à faire entrer des œuvres originales dans un établissement pénitentiaire et élargir le public de ces expositions – aussi bien en détention qu’en dehors du CPSF. La tenue des deux projets a permis de vérifier que le premier défi était réalisable, qui plus est sur de longues périodes (un mois et demi d’exposition pour Le Voyage ; quatre mois pour Les Misérables). S’agissant des personnes touchées, on peut légitimement penser que l’on peut toujours mieux faire.

5. Une troisième exposition

31Le partenariat noué entre l’administration pénitentiaire, le Spip 77 et l’établissement public Paris Musées, qui avait notamment permis que soit conçue et présentée l’exposition Les Misérables, s’est poursuivi et prolongé. À l’automne 2018, une troisième exposition a été programmée et nous avons tenté de tenir compte des expériences précédentes pour améliorer le processus d’élaboration et de partage. Ceci sur plusieurs points :

  • 13 Sur une population pénale d’environ 600 personnes.

32Afin de tenter d’impliquer davantage l’ensemble de la détention, le groupe de commissaires-détenus a proposé trois thématiques pour la future exposition. Elles ont été soumises à un vote de l’ensemble de la détention. Les trois sujets proposés étaient La Femme, un regard différent, Le Jardin secret : de soi au monde et L’envol. Il a été recueilli plus de 100 votes13. Le sujet ayant recueilli le plus de suffrages a été La Femme, un regard différent.

33Dans l’idée d’impliquer davantage le personnel de surveillance et administratif, il a été proposé d’intégrer au groupe des commissaires-détenus un·e surveillant·e et un·e employé·e du·personnel administratif. Les commissaires-détenus en ont accepté le principe. Plusieurs mois après cette proposition, nous n’avons toujours pas obtenu de réaction de l’administration et des représentants des personnels concernés.

34Pour cette activité comme pour toutes les autres activités, y compris scolaires, nous rencontrons un réel problème d’assiduité et de disponibilité des personnes détenues. La gestion des mouvements des personnes détenues est toujours compliquée et elle est de fait soumise, parfois, au bon vouloir d’un surveillant. Concrètement, il est rare que les personnes détenues soient présentes à l’heure pour participer aux activités. Ce problème est assez général et pas spécifique au centre pénitentiaire sud francilien.

  • 14 On peut également remarquer une grande variation dans le type de population – âge, niveau d’éducati (...)
  • 15 L’exposition La Femme, un regard différent s’est tenue au centre pénitentiaire sud francilien du 10 (...)

35Enfin, de manière plus générale, on perçoit une difficulté croissante à mobiliser les personnes détenues sur ce projet14. Est-ce dû à la nature de l’offre – difficile et ambitieuse – et/ou à un fossé de plus en plus large entre la population pénale – qui fait de facto partie du « non public » dont parlait Francis Jeanson (2009) – et le monde de la culture ? Il est à craindre que ce fossé aille s’élargissant et que ce type d’action, pour enrichissante qu’elle puisse être, ait de plus en plus de mal à trouver son public, public acteur avec les commissaires-détenus ou public spectateur pour ce qui est des visiteurs de l’exposition, une fois celle-ci ouverte. Il n’y a malheureusement pas de recette miracle pour combler ce fossé. La culture ne « passe » que par l’émotion et le partage, dont les œuvres d’art sont précisément de fabuleux vecteurs, et donc cela n’agit que d’un individu à un autre, puis à un autre, puis à un autre, comme par capillarité. C’est peu et c’est lent, mais c’est ainsi. Il faut persévérer, et persévérer encore15.

Haut de page

Bibliographie

Jeanson F., 2009, Cultures & « non-publics », Paris, Le Bord de l’eau.

Rostaing C., Touraut C., 2015, Exposition en prison et hiérarchie morale des publics empêchés, Culture et Musées, 26, 23-46.

Saurier D., 2020, Exposer en prison. Laboratoire d’une fantasmagorie contemporaine, Paris, La Documentation française.

Haut de page

Notes

1 Au mois de décembre 2016, les projets d’exposition réalisés dans des établissements franciliens étaient les suivants : les deux projets menés par le musée du Louvre à la MC Poissy ; Le Voyage (CPSF, Rmn-GP, 2012-2013) ; exposition d’œuvres issues des collections du Domaine de Chamarande (MA Fleury-Mérogis, Domaine de Chamarande, 2014-2016) ; Cousu main (MAF Versailles, IMA, 2014-2016) ; Les Misérables (CPSF, Paris Musées et Maison de Victor Hugo, 2015-2016). D’autres projets sont en cours de réalisation : La prison de Fresnes, images d’hier et d’aujourd’hui (CP Fresnes, Centre photographique d’Île-de-France, 2015-2016) ; Frontières (CP Meaux-Chauconin, CD Melun, CPSF, MA Fleury-Mérogis, MA Nanterre, MA Osny, Musée national d’histoire de l’immigration, 2016).

2 La création de projets « participatifs » concerne de nombreux secteurs culturels : spectacle et musique, bien sûr, mais également archives, bibliothèques, monuments et sites, etc. Voir le colloque « Participez, Patrimoine et dispositifs participatifs » organisé à l’Institut national du patrimoine les 5 et 6 octobre 2017. Les musées, plus réticents à partager leur savoir et leurs œuvres, s’y mettent peu à peu. Sur la réalisation d’une exposition « participative » avec des élèves, voir l’exposition La Pente de la rêverie, maison de Victor Hugo, 17 novembre 2016-23 avril 2017.

3 Un « petit journal » pour Le Voyage et un petit livret pour Les Misérables. Les deux projets ont donné lieu à de petites publications, dont tous les textes ont été rédigés par les commissaires-détenus. Le choix de l’iconographie et la mise en page ont été menés en concertation avec eux. Ces deux publications, hors commerce, ont été données à chacun des visiteurs des deux expositions.

4 Les expositions sont en règle générale réalisées par un ou deux commissaires. Un commissariat collectif est plus compliqué, mais l’expérience montre que cela peut fonctionner.

5 Voir par exemple sur Le Voyage les articles de Philippe Dagen, Le Monde, 12 octobre 2013 : https://www.lemonde.fr/culture/article/2013/10/10/taule-art_3493609_3246.html ; de Sonya Faure, Libération, 26 septembre 2013 : https://www.liberation.fr/societe/2013/09/25/taule-de-maitres_934700 ; sur Les Misérables les articles d’Emmanuelle Lequeux, Le Quotidien de l’art, 29 janvier 2016 : https://www.lequotidiendelart.com/articles/8589-hugo-derri%C3%A8re-les-barreaux.html et Frédérique Roussel, Libération, 11 avril 2016 : https://next.liberation.fr/images/2016/04/10/victor-hugo-barreaux-d-honneur_1445234.

6 Des témoignages de commissaires-détenus de l’exposition Le Voyage figurent dans l’étude de Delphine Saurier précitée. Ces bénéfices peuvent également se constater dans d’autres types d’activités culturelles, en particulier le théâtre et la danse ; voir par exemple Sylvie Frigon « Chairs incarcérées, une exploration de la danse en prison », Remue Ménage, 24 septembre 2009.

7 Il n’a pas été tenu, pour les deux expositions, de comptabilité précise du nombre de visites organisées et du nombre de visiteurs. Au total, de 200 à 250 visiteurs – mais avec sans doute plus de visiteurs « extérieurs » que de visiteurs détenus.

8 Pour la seconde exposition, les visites des personnes détenues d’un bâtiment de détention ont été systématiquement bloquées par les surveillants.

9 Cela fut le cas lors de la rénovation de la salle d’exposition ou de son aménagement (formations bâtiment et peinture) et lors de la préparation du buffet des vernissages (formation cuisine).

10 Un soin particulier a été pris au cours des projets pour donner un maximum d’informations aux personnes détenues sur les enjeux budgétaires des deux projets, et notamment la recherche de financement. L’expérience de l’action conduite à la MC Poissy en collaboration avec le musée du Louvre a joué un rôle certain dans cette démarche : « [Les détenus] se sont par ailleurs beaucoup interrogés sur le financement d’une telle exposition (quel montant ? qui finance ?), regrettant pour la plupart que son coût n’ait pas été investi dans des travaux d’aménagement, au vu de leurs conditions de détention difficiles dans cet établissement ancien ».

11 Cendrine Borzyki, Hors les murs, journal d’un voyage immobile, postface d’Alain Guyard, Paris, éditions de la RMN, 2013. Voir également : https://www.grandpalais.fr/fr/article/hors-les-murs.

12 Par exemple : à la maison d’arrêt de Villepinte, une représentation de « Tempête sous un crâne », de Jean Bellorini, s’est tenue pour faire écho à la présentation de l’exposition itinérante.

13 Sur une population pénale d’environ 600 personnes.

14 On peut également remarquer une grande variation dans le type de population – âge, niveau d’éducation, parcours individuels – rendant la réception aux projets culturels très différente d’un établissement à l’autre.

15 L’exposition La Femme, un regard différent s’est tenue au centre pénitentiaire sud francilien du 10 décembre 2019 au 8 mars 2020.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Gille et Julien Maréchal, « Réalisation de deux expositions partagées au sein d’un établissement pénitentiaire »Champ pénal/Penal field [En ligne], 24 | 2021, mis en ligne le 22 décembre 2021, consulté le 20 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/champpenal/13135 ; DOI : https://doi.org/10.4000/champpenal.13135

Haut de page

Auteurs

Vincent Gille

Conservateur du patrimoine, Responsable des expositions, Maisons de Victor Hugo, Paris
vincent.gille[at]paris.fr

Julien Maréchal

Directeur, La Petite Bibliothèque Ronde, Clamart
julien.marechal.pbr[at]gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© Champ pénal

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search