Navigation – Plan du site

AccueilTous les volumes24ArticlesLes personnels pénitentiaires à l...

Articles

Les personnels pénitentiaires à l’épreuve de l’organisation des activités culturelles : le cas des conseillers d’insertion et de probation

Staff Prison to the Test of the Cultural Activities Organisation’s: the Case of the Integration and Probation Counselors
Kaoutar Harchi

Résumés

Le présent article analyse la relation qui lie le groupe socio-professionnel des conseillers d’insertion et de probation (CIP) aux dispositifs culturels mis en place en situation carcérale. Notre ambition consiste à comprendre la manière dont la définition du métier de CIP, les perceptions qu’en ont les agents exerçant ce métier ainsi que les pratiques de cet exercice modulent voire conditionnent les possibilités d’émergence et de développement des dispositifs culturels. Veillant à ne pas isoler cette relation de l’ensemble des principes complémentaires concourant à la réalisation d’activités culturelles en prison, notre réflexion s’est donnée pour finalité la compréhension de l’action culturelle en situation carcérale à l’aune d’une sociologie des travailleurs pénitentiaires. L’article s’est appuyé sur une enquête sociologique de terrain associant observations participantes et entretiens semi-directifs. Au terme de cette enquête il s’avère bien que c’est aux niveaux institutionnel, individuel et organisationnel que les interférences majeures entre le professionnel et le culturel se produisent.

Haut de page

Texte intégral

1. Introduction

1À propos de la relation qui unit l’institution carcérale et les mondes des arts et de la culture, Gérard Soulier note que « la référence culturelle majeure de notre société est celle d’hommes libres ». Alors, poursuit-il, « lorsqu’il s’agit d’introduire des activités en prison, il ne peut s’agir que de culture aseptisée. L’idée d’activité culturelle neutralisée est antagonique à l’idée de culture » (Soulier, 1985, 46). Or, en considérant les programmes publics conduits en France depuis la fin des années 1980, il apparaît que la vigueur d’une telle dichotomie est allée en s’affaiblissant. En témoigne, notamment, l’engagement d’une vaste politique de démocratisation culturelle des espaces carcéraux, à travers laquelle la population des détenus a été jugée prioritaire (Donnat, 1991 ; Dubois, 1993 ; Delalande, 2018). Au sein des prisons françaises, depuis environ quarante ans, des dispositifs culturels spécifiques ont donc vu le jour visant à favoriser l’éclosion, le déploiement et la valorisation des compétences sensibles de chaque personne incarcérée (Arnaud, 2015). L’appréhension civique de la culture en tant qu’instrument d’intégration, vivement encouragée par des politiques de modernisation de l’institution pénitentiaire (Scheer, 2013), a amplifié la circulation des biens, des personnes et des projets, entre l’intérieur et l’extérieur de la prison. La prise en charge de ces aspirations culturelles a alors été assurée par les pouvoirs publics au moyen de conventions liant le ministère de la Justice à celui de la Culture (Saurier, Barbier, 2012). S’il y eut une tension originelle entre prison et culture, celle-ci s’est, au gré des interventions de l’État, grandement déplacée : de l’interrogation quant à la légitimité de faire, nous sommes passés au doute né de la difficulté de savoir qui fait quoi, comment et à quelles fins.

2L’organisation des activités culturelles a ceci de particulier qu’elle est contrainte par le cadre carcéral dans lequel elle tente de s’intégrer (Fabiani, 1995 ; Rostaing, Touraut, 2015 ; Wheeldon, 2015). Dans les faits, cela se manifeste par l’existence d’une diversité d’acteurs du pilotage des activités culturelles : l’administration pénitentiaire libre d’accepter ou de refuser un projet, les structures culturelles issues de la société civile, la Direction régionale des affaires culturelles (Drac) qui finance certains projets ainsi que le Service pénitentiaire d’insertion et de probation (Spip) qui propose et suit la mise en place des activités culturelles in situ. Si des recherches empiriques ont informé avec précision les modalités de conduite de projets culturels en situation pénitentiaire à l’échelle nationale et internationale (Fabiani, 1995 ; Siganos, 2008 ; Rostaing, Touraut, 2012 ; Saurier, 2018 ; Dunphy, 1999 ; Duguid, Pawson, 1998), bien plus rares sont celles à avoir porté leur attention sur les acteurs centraux de l’action culturelle en prison, à savoir les conseillers d’insertion et de probation (CIP).

3Le présent article ambitionne d’analyser la relation déterminante qui lie le groupe socio-professionnel des CIP aux dispositifs culturels mis en place en situation carcérale. Notre objectif consiste à comprendre la manière dont la définition du métier de CIP, les perceptions qu’en ont les agents exerçant ce métier ainsi que les pratiques de cet exercice conditionnent les possibilités d’émergence et de développement des dispositifs culturels. Veillant à ne pas isoler cette relation de l’ensemble des principes complémentaires concourant à la réalisation d’activités culturelles en prison, notre réflexion se donne pour fil directeur la compréhension de l’action culturelle en situation carcérale à l’aune d’une sociologie des travailleurs sociaux chargés de sa réalisation.

4L’analyse de l’incidence des fonctions professionnelles de CIP sur les modalités de développement et d’organisation des activités culturelles s’appuiera sur des données d’étude, fruit d’une enquête de terrain réalisée entre 2016 et 2018, au sein de trois maisons d’arrêt du Nord de la France renommées, dans le respect des demandes d’anonymisation explicitement formulées par les enquêtés, Durennes, Bagnet et Mirand. Le recueil de ces données s’est fondé sur la technique d’immersion progressive et quotidienne (Horvat, 2013) au sein des espaces de détention (Le Caisne, 2000 ; Fassin, 2015). Par cette présence régulière, nous avons cherché à créer avec les détenus, les surveillants et les personnels administratifs, une relation de confiance. Une confiance qui a permis la réalisation d’observations ethnographiques multisituées des activités culturelles. À Durennes, il nous a été possible de suivre la mise en place d’une exposition d’aquarelles peintes par les détenus avec le soutien d’une association locale de bénévoles. À Bagnet, il s’est agi d’observer un atelier de conversation littéraire accueillant des écrivains. À Mirand, nous avons observé des séances de découverte de la pratique théâtrale. Parallèlement à cela, nous avons pu conduire une série de trente entretiens semi-directifs auprès des participants. Les données recueillies lors de l’enquête ont fait l’objet d’une analyse sensible aux difficultés méthodologiques liées à la nature de l’institution observée (Cliquennois, 2006 ; Harchi, 2018) et ont été étudiées à l’aide de la technique d’analyse de contenu caractérisée par les phases successives de préanalyse, de catégorisation des éléments extraits et d’interprétation. De plus, nous situerons notre propos au carrefour de la tradition francophone des pratiques culturelles – sensibles à la question de la production artistique, des hiérarchies sociales, des innovations technologiques (Donnat, 1991, 2005 ; Coulangeon, 2010 ; Fleury, 2006) – et du courant anglophone de la Cultural Criminology – qui envisage la relation entre dynamique de production culturelle et lutte contre les phénomènes de déviance sociale (Ferrell, 1999 ; Hayward, 2009).

5Afin de comprendre de quelle(s) manière(s) le métier de CIP et les façons dont il est incarné s’articulent à la mission culturelle des Spip et, plus encore, à celle de réinsertion des détenus, nous centrerons notre attention sur trois niveaux d’analyse : institutionnel, individuel et organisationnel. Aussi, dans une première partie, nous reconstruirons les spécificités de la profession de CIP dans le but de mettre en évidence le caractère historiquement ambivalent de ses missions ainsi que les tensions qui les traversent. Dans un second temps, nous observerons la manière dont les CIP comprennent et s’approprient la fonction culturelle qui leur incombe en esquissant une typologie du rapport pratique de ces derniers aux projets culturels conduits. Enfin, nous étudierons l’(in)efficience des tentatives régulières d’amélioration des dispositifs artistiques en nous intéressant à la manière dont les CIP procèdent à l’auto-évaluation critique de leur travail.

2. Une profession sous tension : entre contrôle de l’exécution des mesures pénales et accompagnement des probationnaires vers un retour à la vie sociale

6La partie qui suit précise les principaux éléments de l’histoire sociale de la profession de CIP, elle-même liée à celle des services pénitentiaires d’insertion et de probation. Ainsi, c’est dans le cadre de ce processus de professionnalisation que s’ancre un certain nombre de transformations majeures parmi lesquelles, notamment, ce passage d’un travail social vers un travail pénal (Mary, 1997). Un passage qui ne va pas sans susciter critiques, résistances et ambivalences.

2.1. Modalités socio-historiques d’émergence des services pénitentiaires d’insertion et de probation

7À l’origine, l’initiative sociale en prison obéit à la logique du don généreux fait aux plus nécessiteux. Durant la guerre, sous l’occupation allemande, l’administration pénitentiaire française rencontre de graves difficultés (Pédron, 1993). D’une part, elle voit sa population se transformer ; ce qui la contraint à s’adapter à l’émergence de nouveaux besoins sans pourtant disposer de moyens supplémentaires. D’autre part, elle s’expose à une grave crise sanitaire (Jaladieu, 2013) à laquelle la réforme dite Barthélémy – du nom du garde des Sceaux Joseph Barthélémy (Martinez, 1998) – tente de répondre. Dès 1943, les assistantes sociales et les infirmières du Secours national et de la Croix rouge, actrices historiques du travail social pénitentiaire, tentent de pallier l’indignité des conditions d’emprisonnement en apportant aux hommes détenus de la nourriture et des vêtements.

  • 1 Cité par Claude Faugeron et Jean-Michel Le Boulaire (1988, 329).

8Nommé directeur de l’administration pénitentiaire le 30 septembre 1944, Paul Amor annonce, le 29 juin 1945, l’institution d’un service social au sein de chaque prison française. Ce service social est pensé comme « un lien fraternel entre le condamné et la société, le condamné et sa famille, en même temps qu’un instrument actif du relèvement du détenu et de son reclassement à la libération1 ». Sans toutefois y parvenir systématiquement, ce dispositif tend à confier les missions sociales d’ordre familial et matériel à « une assistante sociale-chef qualifiée d’inspectrice générale à l’administration pénitentiaire, [à] une assistance sociale inspectrice générale à l’administration centrale, [et à] une assistante sociale inspectrice régionale dans chaque direction régionale, [ainsi qu’à] une assistante sociale dans chaque établissement » (Faugeron, Le Boulaire, 1988, 329). Ce corps professionnel rattaché à l’État est alors progressivement rejoint par celui des juges d’applications des peines – JAP (missionnés dans le suivi des condamnés en prison et à l’extérieur de celle-ci) ainsi que par le groupe des éducateurs sociaux pénitentiaires chargés de « l’observation et de la rééducation des détenus en vue d’un reclassement social », selon les termes du décret du 21 juillet 1949.

9Au regard de la hiérarchie de la valeur sociale des métiers juridiques, le travail de juge d’application des peines et celui d’éducateur pénitentiaire apparaissent, à l’origine, dotés d’un faible degré de légitimité professionnelle qui tient, tout à la fois, au caractère peu sélectif de leur recrutement ainsi qu’aux tâches de gestion qui leur incombent, perçues comme basses (Ferlay, 2011). L’enquête conduite par Yasmine Bouagga auprès des CIP nous apprend alors que ceux « entrés dans la pénitentiaire comme éducateurs dans les années 1970 […] ont principalement appris leur métier “sur le tas”, se créant des méthodes de travail dans un contexte parfois hostile » (Bouagga, 2012, 321). Une hostilité liée à l’épreuve que constitue le partage de l’espace du travail social en situation de forte proximité professionnelle (Doumeng, 2015).

10L’indifférenciation générale que la terminologie « travailleur social » fait peser sur des pratiques professionnelles pourtant diversifiées car rattachées à un régime de valeurs propre aux parcours de formation des individus est liée au fait que « le travail social n’a pas de langue professionnelle propre » (Dubet, 2012, 16). Or, la formation d’un souci d’humanisation de la peine, qui emprunte le chemin de l’individualisation – entendue comme « le choix de la peine applicable à l’individu » (Salas, 2001, 203), – a progressivement induit des formes spécialisées et différenciées du travail social, telles que l’élargissement des missions des éducateurs alors chargés « de l’observation et de la rééducation des détenus en vue de leur amendement et de leur reclassement social, du contrôle et de l’assistance des condamnés mis à l’épreuve, des libérés conditionnels et des interdits de séjour assistés », selon le décret du 21 novembre 1966.

11Dits désormais « délégués à la probation », les éducateurs, situés au pôle socio-éducatif du travail pénitentiaire, fusionnent avec les comités de probation et d’assistance aux libérés – historiquement créés à Bobigny puis à Nanterre, le 18 août 1970 – et agissent de facto sous l’autorité des juges d’application des peines (Larminat, 2015). Ce gain de légitimité professionnelle est confirmé par le décret du 13 avril 1999 qui remplace officiellement le service socio-éducatif par la création du Service pénitentiaire d’insertion et de probation (Spip), déconcentré de l’administration pénitentiaire et auquel on reconnaît, notamment, la mission de « participer à la prévention des effets désocialisants de l’emprisonnement sur les détenus, de favoriser le maintien des liens sociaux et familiaux et d’aider à préparer la réinsertion sociale » (art. D. 460). Ce travail de prévention continue n’en demeure pas moins inscrit dans un cadre statutaire plus large car « bien que les travailleurs sociaux […] disposent d’une autonomie qui formellement les définit comme des professionnels, leur situation de travail revêt une spécificité au regard de ce qui constitue habituellement la situation de ces derniers : leur activité se définit largement comme une activité d’exécution, l’exécution des peines prononcées par les tribunaux, c’est-à-dire une activité d’administration judiciaire » (Chauvenet et al., 2001, 80).

2.2. Effets ambivalents de la professionnalisation des conseillers d’insertion et de probation

12La revalorisation professionnelle des anciens éducateurs pénitentiaires associée à la marginalisation progressive des anciennes assistantes sociales est interprétée par Yasmine Bouagga comme « l’indicateur d’une préoccupation politique pour la question de la réinsertion » (Bouagga, 2012, 322). Notre pleine souscription à cette analyse ne peut néanmoins aller sans préciser que ce souci objectif et manifeste du social a, en actes, contribué à éloigner les CIP du quotidien carcéral des détenus pour les rapprocher des juges qu’ils secondent dans leur prise de décision.

13Les plus anciens CIP enquêtés conservent une mémoire vive de ce déplacement vers un nouveau territoire professionnel (Abott, 1988). Un déplacement favorablement perçu mais qui ne manque pas de faire naître des doutes. Ainsi, dans notre population, nombreux sont ceux qui évoquent une certaine « fierté à rencontrer régulièrement le juge d’application des peines », « une liberté de travailler comme [ils le sentent] ». Et de poursuivre leur récit en interrogeant, malgré tout, ce « travail tourné vers l’extérieur de la prison », cette « aide indirectement apportée au détenu » ou encore « un soutien par la procédure, le suivi de la réglementation au détriment de l’humain, du contact ». Les plus jeunes CIP de notre population, quant à eux, tendanciellement formés au sein de filières juridiques et mus par un sentiment vocationnel de moindre force, prennent pour acquis leur présence au pôle judiciaire du travail. Ils sont dès lors moins portés à questionner leur relation à la population des détenus. Car, a-t-on pu nous dire, « notre connaissance de la loi est importante », « un CIP ne peut pas être partout » ou encore « la charge de travail contraint à faire des choix […], à hiérarchiser les priorités ».

  • 2 À la suite de la demande unanime des enquêtés, les prénoms de ces derniers ont tous été modifiés af (...)

14La mise en récit orale de ce passage du social vers le pénal ouvre la voie à la description des pratiques professionnelles des CIP. Pratiques qui ont connu, au cours du temps, de profondes mutations. En effet, la circulaire du 19 mars 2008 a conduit les CIP à s’éloigner du mode traditionnel d’accompagnement à l’insertion afin de tendre vers un travail d’évaluation du risque que la remise en liberté du détenu pourrait induire. La mission de prévention de la récidive est dès lors entrée en conflit avec la mission historique d’insertion et a consacré « des formes de prise en charge […] plus impersonnelles, appuyées sur un outillage technologique » (Bouagga, 2012, 326). Interrogée à propos des tâches quotidiennes à accomplir, Jeannie2, 33 ans, CIP à Mirand, répond : « C’est simple, on court tout le temps. On doit être dedans et dehors, avec le juge mais aussi avec le détenu ». Paul, 43 ans, CIP à Durennes, pour sa part, précise : « Il faut être au four et au moulin, c’est certain. Cela veut dire être doux et ferme, faire confiance et se méfier, être optimiste mais toujours imaginer le pire ». Ces propos mettent en lumière le peu de clarté définitionnelle du métier de CIP dont les compétences, faiblement décrites par la tutelle étatique, obéissent à des logiques contradictoires (Cliquennois, 2009).

15Dès lors, le rapport des CIP à la population incarcérée en a été affecté. « À un moment, on s’est rendu compte qu’être devenus des sortes d’experts du droit, ça voulait dire de nouvelles responsabilités, une nouvelle charge, des pesanteurs supplémentaires […]. Le juge d’application qui vous délègue son travail, parce qu’il est débordé par les dossiers à traiter, ça a entraîné une situation inédite pour les CIP », déclare Romane, 32 ans, CIP à Bagnet. Jean, 35 ans, CIP à Durennes, ajoute : « Je suis plutôt favorable aux réformes du métier de CIP. On ne peut pas se contenter d’assister les détenus. La famille, la santé, bien sûr c’est important, fondamental, mais moi je crois que je suis plus efficace si j’utilise le droit pour former, pour éduquer, indiquer avec plus de force au détenu ce qui est le meilleur pour lui ». Les positions de Romane et de Jean corroborent l’analyse proposée par Yasmine Bouagga selon laquelle le champ du droit dans lequel s’inscrit désormais le métier de CIP opposerait « les tenants d’un travail social situé du côté du care, dans un pôle compassionnel, aux tenants d’un travail de probation situé certes du côté correctionnel de la répression, mais affirmé comme étant le plus honnête et de ce fait plus bienveillant vis-à-vis des détenus » (Bouagga, 2012, 328). Une fois ceci établi, il importe de considérer l’existence, en actes, de formes d’ajustement continu des CIP face aux situations rencontrées. Soit un mouvement d’aller et de venue entre chaque pôle du champ professionnel, « entre une fonction d’accompagnement et une fonction de contrôle » (Milburn, Jamet, 2016). Il importe alors de souligner la complexité qui caractérise ce mouvement de passage d’une fonction à l’autre qui, pour être équilibré, nécessite des formes de surinvestissement des CIP. En effet, à la suite de la consultation des dossiers d’une population donnée de condamnés, Antoinette Chauvenet, Catherine Georgeon, Christian Mouhanna et Françoise Orlic, ont pu constater qu’« un des domaines d’intervention les plus importants et les plus systématiques des CIP concerne la recherche d’un emploi, en particulier pour les jeunes condamnés » (Chauvenet et al., 2001, 88). Ce travail concret des CIP, agrégé à celui de l’accompagnement aux soins médicaux, à l’aide juridique et encore au maintien des liens familiaux, est, selon les CIP enquêtés, réalisé à condition que « toutes les questions liées à la peine et à la paperasse qui va avec » soient en voie de résolution.

3. Le rôle culturel des conseillers d’insertion et de probation

16Sur le plan national, de nombreuses initiatives externes ont pour fonction d’assurer la mise en œuvre de projets culturels à destination des personnes placées sous main de justice. Ainsi, différentes figures d’intervenants se succèdent en détention, régulièrement ou ponctuellement, organisées ou non en association, et rappellent la pluralité des modalités d’intervention culturelle, en situation carcérale (Siganos, 2008 ; Branders, 2018). Ainsi, bien que les CIP ne possèdent guère le monopole des activités de culture, nous tendrons, dans la partie qui suit, à comprendre ce que les CIP pensent et font dans le domaine de l’action culturelle. Pour cela, nous observons la place que la question culturelle tient dans les expériences formatrices des CIP. De là, une esquisse de la typologie des rapports des CIP aux activités culturelles est proposée. Enfin, nous veillons à mettre en évidence les difficultés matérielles et symboliques rencontrées par ces opérateurs dans la conception et la mise en place des actions.

3.1. L’action culturelle dans le parcours de formation des conseillers d’insertion et de probation

17Le groupe professionnel des CIP est saisissable par un certain nombre de caractéristiques sociales que les enquêtes de Laurent Gras conduites en 2008 puis en 2014, avec Marie Lapeyronie, permettent de mettre en évidence. Tout d’abord, remarquent-ils, le recrutement des CIP par l’École nationale d’administration pénitentiaire (Enap) se divise en trois périodes : « une première, instable, jusqu’au début des années 2000 ; puis une seconde, marquée par une forte croissance jusqu’en 2007, suivie par une troisième période avec des effectifs globalement importants mais en baisse » (Gras, Lapeyronie, 2014, 10). De plus, les promotions de CIP sont depuis 2002 majoritairement composées de femmes : entre 60 à 80 %. Par ailleurs, le concours de CIP, ouvert aux titulaires d’un Bac + 2, aux mères de trois enfants et aux fonctionnaires justifiant quatre années d’ancienneté, attire à lui des étudiants surdiplômés en droit, « les CIP recrutés possédant le plus souvent au moins un Bac + 4 » (Gras, Lapeyronie, 2014, 10). Phénomène qui s’accentue statistiquement avec l’avancement dans le temps. Plus encore, la socialisation professionnelle en partie entamée lors du stage de formation a pour effet d’engendrer une expérience de la désillusion qui reconfigure le rapport au futur métier. Cette expérience induit des démissions progressives avant l’obtention du diplôme final : la découverte d’une distance entre savoir théorique et pratiques professionnelles, la confrontation aux représentations sociales négatives de la prison ou encore le sentiment d’être privé d’une relation directe aux détenus au profit d’une bureaucratisation des missions assignées en sont les causes principales.

18C’est dans le cadre spécifique de ces trajectoires sociales que la pratique professionnelle des CIP orientée vers le culturel est à situer. L’une des premières manières d’identifier le rôle culturel des CIP et de mesurer son étendue consiste à repérer, en amont, les mentions qui y sont faites dans la définition officielle que l’État donne de cette profession. Pour cela, nous nous sommes reportés à la fiche métier CIP proposée par le ministère de la Justice. Une consultation de ce document révèle l’absence des termes « culture » ou « culturel ». Tout au plus, pouvons-nous lire, dans la partie intitulée « Les fonctions » : « Ils [les CIP] aident à la préparation à la sortie de prison. Il s’agit de faciliter l’accès des personnes incarcérées aux dispositifs d’insertion et de droit commun (logement, soin, formation, travail). Pour ce faire, les CIP développent et coordonnent un réseau de partenaires institutionnels et associatifs3 ». Une consultation de la fiche extraite du Répertoire interministériel des métiers et de l’État (Rime), relative au métier de CIP, conduit au même constat initial d’absence. Tout au plus, dans la partie décrivant les « activités principales », nous pouvons relever les éléments suivants : « La réalisation du suivi individuel des personnes dans leur parcours éducatif, la conception et mise en place d’actions et d’interventions dans le cadre de ce parcours4 ». La notion d’activités culturelles, non spécifiée directement dans ces définitions de cadrage, semble avoir été fondue dans des ensembles génériques plus vastes tels que la construction de « réseau de partenaires institutionnels et associatifs » ou encore la « conception et mise en place d’actions et d’interventions ». Ces éléments tendraient à mettre en évidence la faible considération statutaire des actions culturelles en prison dans la définition du métier de CIP (Siganos, 2008).

  • 5 Initiée dans un contexte marqué par la modernisation de l’action culturelle de l’État, sous l’impul (...)
  • 6 Le ministère de la Justice, représenté par Robert Badinter, et celui de la culure, représenté par J (...)
  • 7 Ce second protocole complète celui précédemment cité en insistant sur quatre éléments nécessaires a (...)
  • 8 La première circulaire, datée du 14 décembre 1992, traite du fonctionnement des bibliothèques en dé (...)

19Une autre façon d’appréhender le rôle culturel des CIP est de repérer les références qui y sont faites dans le programme de formation de l’Enap. Précisons immédiatement que cette école ne forme que peu à la question culturelle. Néanmoins, des efforts intéressants sont à considérer. En effet, à la suite de la mise en place d’une politique culturelle volontariste5 destinée aux populations incarcérées – à l’aide du protocole du 25 janvier 19866, du second protocole d’accord du 15 janvier 19907 ainsi que des circulaires ministérielles du 14 décembre 1992 et du 30 mars 19958 – une convention pluri-annuelle d’objectifs entre le ministère de la Culture et l’Enap a été signée, en 2007. Celle-ci appelait alors à l’initiation des agents pénitentiaires aux enjeux culturels. Nathalie Noël et François Courtine, responsable du département « Évaluation et animation scientifique, culturelle et sportive » de l’Enap, reconnaissaient, en des termes fort intéressants, la responsabilité de l’école face à la question culturelle : « L’Enap a pour mission de veiller à la qualité de la formation des personnels pénitentiaires dont la vocation n’est pas seulement la surveillance ou la garde mais […] aussi gérer des relations humaines et contribuer à tisser des liens essentiels avec la société civile » (Noël, Courtine, 2007, 44). De là, a été créé, au sein de l’Enap, un pôle de ressources des activités culturelles en prison qui, selon les mots de Nathalie Noël, est « l’activité la plus visible et par définition la plus spectaculaire, [celle] qui rythme les moments forts [de l’Enap] » (Noël, Courtine, 2007, 45). Et de poursuivre : « L’action culturelle, ainsi positionnée, permet de s’adresser simultanément à une grande diversité de métiers au sein de l’administration pénitentiaire […]. C’est la filière des personnels de surveillance, de fait la plus importante et la plus en contact avec les personnes détenues qui retient toute notre attention » (Noël, 2007, 45). Il est intéressant de remarquer la manière dont l’Enap, au cours du processus de sensibilisation à l’action culturelle, a prioritairement ciblé le groupe des surveillants de prison alors que nous aurions pu penser que ce serait davantage le groupe des CIP qui ferait l’objet d’une telle attention, le Spip étant l’acteur central de l’élaboration des actions culturelles. Questionné à ce propos, Georges, 34 ans, CIP à Durennes et formé à l’Enap dès 2008, affirme : « je pense qu’à l’école, le but ce n’était pas tant de former directement à l’action culturelle, ce serait vraiment trop, mais de convaincre ceux qui n’y croient pas ou pas beaucoup que ça peut servir à quelque chose […]. Donc plutôt les futurs surveillants, par exemple ». La fonction sécuritaire dont sont chargés les surveillants de prison (Chauvenet et al., 1993 ; Carlier, 1997 ; Macholet, 2009) conduit tendanciellement ces derniers à percevoir les activités culturelles comme autant de situations où l’ordre carcéral risque d’être perturbé (Siganos, 2008). Ainsi, la désignation des élèves se destinant à la surveillance pénitentiaire comme public premier de l’initiation aux enjeux culturels aurait eu pour fonction de reconfigurer favorablement ce rapport contrarié. Vers les années 2007-2008, la formation en matière de culture dispensée par l’Enap semblerait donc avoir en partie été indexée aux caractéristiques socio-professionnelles du groupe des surveillants de prison. Par conséquent, la formation dispensée aurait visé, à l’origine, moins à transmettre des compétences dans le domaine des projets culturels que convaincre de la vertu de la culture, « à saisir tout le bénéfice de l’action culturelle en matière d’intégration, d’immersion et d’ouverture sociale » (Noël, 2007, 45).

20Une manière d’observer l’évolution de la considération portée par l’Enap à la question culturelle consiste à consulter son rapport d’activité culturelle 2014-20159. L’objectif alors affiché par l’Enap était de « permettre, par leur variété, une multiplicité de regards et d’expériences ouvrant la réflexion des élèves sur leur identité, leurs pratiques professionnelles, la prise en charge des personnes placées sous main de justice10 ». De là, le pôle transversal de ressources des activités culturelles en prison – renommé « groupe culture » – a été défini comme « garant de la mise en œuvre de la convention […] et lieu de réflexion, d’échange et de décision11 ». Tant dans le cadre de la formation initiale que de la formation continue, des actions culturelles variées ont alors été mises en place. Leur objectif est résumé en ces termes : « L’approche des différents modes d’expression artistique permet de venir en complément de la formation à partir d’un autre point de vue, par exemple sur la thématique du maintien des liens familiaux […]. Passer de propositions événementielles à des modes d’expression plus confidentiels et intimistes favorise alors la rencontre vers les autres, la confrontation sur des registres professionnels et émotionnels12 ». Ainsi, à partir de leurs pratiques culturelles amateures, les élèves de l’Enap (toutes catégories confondues), soutenus par le « groupe culture », ont été encouragés à s’investir, en actes, dans des projets culturels conduits à l’échelle locale. Parallèlement à cela, en 2014, les élèves du département de probation et de criminologie ont bénéficié d’enseignements intitulés « Culture : outil de prévention », « Coordonner une action culturelle auprès des personnes détenues sous mains de justice » ou encore « Les activités culturelles », d’une durée totale de vingt heures.

21Plus encore, la consultation de la plaquette de formation initiale de la 21e promotion d’élèves CIP (2016-2018) révèle quatre occurrences du terme « culture » dont deux attirent plus particulièrement notre attention. Tout d’abord, sont décrits, dans le module 5, les dispositifs de prise en charge des personnes placées sous main de justice dans lesquels « la culture » est présentée comme « outil de prévention13 ». Puis, dans une partie titrée « Un environnement juridique et des politiques d’insertion à davantage maîtriser », nous lisons : « Les quatre politiques sectorielles (accès aux droits, à la santé, au logement, à la formation) considérées comme décisives pour le succès de l’insertion ou de la réinsertion des personnes placées sous main de justice (auxquelles s’ajoutent le sport et la culture) sont actionnées et coordonnées en faveur des 250 000 personnes placées sous main de justice par l’administration pénitentiaire14 ».

22Si, en 2008, Florine Siganos interprétait la faible part consacrée à la culture dans la formation des CIP comme « révélatrice […] de la nouveauté de l’action culturelle » (Siaganos, 2008, 82-83), près de dix années plus tard, nous constatons l’affirmation croissante d’une politique volontariste de l’Enap en matière de sensibilisation à l’action culturelle. Cette politique fait le pari que les élèves, parmi lesquels les CIP, placés en situation de récepteurs de la culture deviendront, au terme de leur formation, des producteurs de projets culturels, en prison. Mais cela sans que le passage d’une position à l’autre ne soit davantage théorisé ou, du moins, explicité par l’institution à l’origine de cette politique.

3.2. Esquisse d’une typologie des rapports des conseillers d’insertion et de probation à l’action culturelle

23Cette faible institutionnalisation de l’enjeu culturel questionne, en conséquence, le rapport subjectif que les CIP nourrissent à l’égard de ce dernier. À cet égard, l’étude du projet de découverte théâtrale, mis en place au sein de la maison d’arrêt de Mirand et né de l’initiative d’une association locale qui avait déjà, cinq ans auparavant, conduit une action culturelle auprès des détenus, s’avère éclairante.

24Après que la direction de l’établissement pénitentiaire se soit bien assurée que la tenue d’une telle action ne contreviendrait pas à l’organisation interne de la prison, que le Spip en ait défini les objectifs et précisé les moyens matériels alloués, Karima, 39 ans, CIP depuis 12 ans, a pu informer les détenus de cette nouvelle action. Pour cela, elle a affiché une note sur le tableau d’information central et demandé, de vive voix et par écrit, au chef de détention, aux surveillants de prison ainsi qu’au responsable de l’unité locale d’enseignement d’en avertir « quelques détenus […], les plus motivés ».

25Interrogée quant à la répartition de la charge de travail liée à cette action culturelle au sein du Spip, Karima répond : « En réalité, ça dépend. Chacun des CIP a un rapport particulier aux activités culturelles […] C’est vrai que là je fais un peu tout, toute seule. Les autres collègues me disent “c’est bien Karima, tu as du courage”. Je pense, moi, qu’ils n’ont rien compris ». Par ces mots, Karima témoigne de l’inégal intérêt des CIP pour les activités culturelles : « C’est quelque chose qui me vient d’avant l’Enap », explique-t-elle. « J’aime beaucoup les choses culturelles, pas la grande culture, je viens d’un milieu modeste. Mais la culture pour ouvrir l’esprit des gens et les aider à se sentir mieux avec eux-mêmes […]. Moi, par exemple, j’ai fait du théâtre improvisé pendant six ans, ça a changé ma vie. C’est ça que je voudrais que les détenus comprennent ». Nicolas, collègue de Karima, peu enclin à participer au projet de découverte théâtrale, pour sa part, précise : « C’est bien, je suis pour ! À l’école, on nous a dit à quel point c’est important d’offrir aux détenus des moments un peu plus humains […]. Mais pour moi c’est très difficile, c’est une question de temps, je suis débordé par les dossiers, les rapports à finir, les rendez-vous avec la JAP ». Puis, interrogé quant à son rapport général aux activités culturelles, Nicolas répond : « C’est important, oui, bien sûr. Mes parents, par exemple, sont passionnés de peinture. Ils font tous les musées de la région. Moi, mes études de droit m’ont éloigné de tout ça ». Quant à David, collègue de Karima et de Nicolas, il affirme sans ambages : « Moi, je n’y crois pas beaucoup. J’y crois parce que c’est toujours mieux que rien mais la seule question qu’on doit se poser, c’est celle de l’utilité de ces activités. À mes yeux, ça relève encore parfois de l’assistance. C’est pas vraiment ma manière de voir l’accompagnement à la réinsertion des détenus ». Opposé à la perception positive de Karima, et dans une moindre mesure de Nicolas, le point de vue de David a ceci d’intéressant qu’il rappelle, comme Keith Hayward et Marc Schuilenburg ont pu le mettre en évidence dans l’article « To create = To resist. Some thoughts on the concept of resistance in cultural criminology (2014), à quel point la résistance culturelle à l’ordre pénitentiaire nécessite une croyance incorporée tenue et entretenue par un ensemble de représentations intimes et collectives quand bien même l’état des choses tendrait à invalider la pertinence de l’investissement.

26Ainsi, les entretiens conduits avec chacun de ces trois conseillers de Mirand, croisés à ceux conduits par ailleurs avec les conseillers de Durennes et de Bagnet, mettent en lumière trois rapports idéaux-typiques des CIP à l’activité culturelle. Tout d’abord, considérons le pôle des convaincus qui, à l’image de Karima, combine une vision sociale et humaine de la prison à une conception magique de la culture (Fabiani, 1995). Culture qui, à elle seule, permettrait « l’amélioration morale des détenus », selon les mots employés par Karima. Ce rapport éthique à l’action culturelle apparaît s’être tendanciellement formé en dehors du cadre professionnel pénitentiaire, lors d’expériences scolaires, familiales, amicales, conjugales. Cette antériorité contribue à faire de la conviction en les bienfaits de l’action culturelle une catégorie de perception à travers laquelle la fonction de CIP tend continûment à être réévaluée. Et cela afin de faire davantage correspondre les conduites professionnelles attendues aux valeurs, croyances et sentiments éprouvés. Le second pôle réunit les sceptiques qui, comme Nicolas, reconnaissent volontiers la légitimité de l’action culturelle en prison mais pointent la difficulté de l’associer aux évolutions gestionnaires du métier de CIP. De là, une forme d’attitude pragmatique de retrait l’emporte, conduisant les conseillers à se détourner de l’action culturelle afin de satisfaire, au mieux, les missions professionnelles probatoires qui leur reviennent. Ce que Nicolas formule en ces termes : « C’est vrai qu’entre passer plus de temps dehors, avec la JAP, ou être dedans avec les détenus et les artistes, bon, j’ai vite fait mon choix même si c’est dommage que je doive choisir ». Enfin, le troisième pôle rassemble les réfractaires. Ces derniers formulent une critique vigoureuse et définitive de l’action culturelle en la comparant, par la négative, à des formes de « cache-misère », d’« assistanat », auxquelles ils ne souhaitent pas être « associés », selon les mots de David. Cette position, minoritaire au sein de notre population d’étude, est adoptée par des conseillers qui se destinaient notamment à la magistrature. À la suite de leur échec au concours de l’École nationale de la magistrature (ENM), ces derniers n’ont eu d’autre choix que de se réorienter vers le métier de CIP, perçu comme moins prestigieux mais garant d’une stabilité socio-économique. Ainsi, le discours de remise en cause du sens de l’action culturelle en prison, discours d’incroyance générale en la culture en situation d’adversité sociale, est susceptible de côtoyer un discours favorable aux aspects criminologiques des réformes du métier de CIP. Cette posture de sévérité revendiquée est une manière, pour ces conseillers, de s’éloigner du domaine social et de la question de l’insertion afin de se rapprocher du domaine pénal et de la question de la probation, espace de reconquête d’une valeur professionnelle.

  • 15 À ce propos, Laurent Gras, à la suite d’une enquête portant sur la socialisation professionnelle de (...)

27Par ailleurs, ces trois types de rapport des CIP à l’action culturelle croisent les variables sociales du genre, de l’âge et de l’appartenance sociale. Ainsi, nous avons pu établir que le pôle des convaincus regroupait prioritairement des femmes, âgées de quarante ans et plus – ce qui implique une carrière professionnelle ancienne – originaires des classes populaires et dont le capital culturel a été acquis dans le cadre de l’institution scolaire. Le pôle des sceptiques regrouperait tendanciellement des hommes, âgés de trente à quarante, issus des classes populaires à moyennes, qui considèrent l’accès au métier de CIP comme une forme de mobilité sociale ascendante au regard, notamment, de la profession de leurs parents. Enfin, au pôle des réfractaires, nous retrouvons indistinctement des hommes et des femmes, âgés de vingt-cinq ans et plus, originaires des classes moyennes supérieures, dotés d’un fort capital scolaire et qui ont pour caractéristique principale d’exercer le métier de CIP sous le poids d’un intense sentiment de frustration. Ce qui a, par exemple, conduit certains d’entre eux à envisager une reconversion professionnelle dans le domaine de l’avocature15.

28Ces pôles ne sont pas tant à percevoir comme des entités oppositionnelles et fermées mais plutôt comme relationnelles et ouvertes. En effet, dans le cadre professionnel d’un Spip, les CIP travaillent tant bien que mal de concert, unis par la conviction commune de travailler au sein d’une « institution schizophrène » (Ferlay, 2011 ; Bouagga, 2012 ; Larminat, 2015). Dès lors, l’adoption par les CIP d’une posture convaincue, sceptique ou réfractaire pourrait être lue à l’instar d’une réaction de défense aux « ajustements constants liés à l’évolution de leur statut, des cadres que fixe l’institution pour l’exercice de leur fonction ainsi que l’évolution de la nature de leur intervention » (Milburn, Jamet, 2016, 36). Ce qui n’exclut pas, alors, des formes de travail collaboratif et des attitudes d’entraide en matière d’action culturelle, aussi minimes et ponctuelles soient-elles ; ce que Paola Merli a notamment pu mettre en évidence, montrant ainsi que les dispositifs artistiques développés au sein des prisons anglaises mettent en jeu des formes de solidarité professionnelles certaines mais mouvantes, d’intensité variable et non obligatoirement reconduites à travers le temps (Merli, 2002).

3.3. L’action culturelle dans le vécu professionnel des conseillers d’insertion et de probation : à propos de quelques difficultés régulièrement rencontrées

29Aidée par quelques-uns de ses collègues, Karima est parvenue à constituer un groupe de huit détenus qui se sont engagés, par écrit, à participer au projet de découverte théâtrale à raison d’une séance de deux heures par semaine, durant un mois. À ce propos, nous avons attiré l’attention de la jeune femme sur le fait que ceux qui seraient intéressés par ce projet mais éprouveraient des difficultés à écrire seraient de facto exclus de l’action culturelle. « C’est une sélection qu’on est obligés de faire », a-t-elle répondu, gênée. « C’est vrai qu’en vérité on ne s’adresse qu’au haut du panier, ceux qui ont des bases ». S’ajoute à cela le fait que, parmi les détenus aptes à formuler une demande écrite, Karima a été contrainte de refuser ceux présentant des problèmes de santé, en conflit ouvert avec d’autres détenus ou encore soupçonnés de crimes sexuels ou de violences sur enfant. Et cela afin de favoriser « une atmosphère calme, sans danger ». Ainsi, comme le remarque Florine Siganos (2008) à la suite notamment de Mark Kleinman (1998), les activités culturelles en prison n’atteignent qu’une faible frange de la population pénale et celle-ci est loin d’être la plus pauvre socialement et culturellement. Cette faible participation au projet est une constante propre à l’action culturelle en situation carcérale.

30Conscientes de cela, Tonya et Georgina, CIP à Durennes depuis douze et quatorze ans, ont malgré tout fait le choix de solliciter un artiste peintre de la région afin d’initier les détenus à l’aquarelle. « Au début, on avait onze participants. C’était bien parce qu’on a eu le sentiment qu’une cohésion apparaissait entre les détenus […] Mais quatre d’entre eux, qui étaient un peu les éléments actifs, ont été libérés », raconte Tonya. « Et aussi, poursuit Georgina, on ne compte plus les fois où les détenus arrivent avec une heure de retard parce qu’ils avaient rendez-vous avec leur avocat qui était lui-même en retard […] Ou parfois les détenus viennent, ils s’assoient puis au bout de quelques minutes ils demandent à partir parce qu’ils se sentent mal d’avoir vu leurs proches au parloir […] Parfois, il n’y a pas de souci, ils sont là, ils restent mais ils sont ailleurs, ils pensent à ce qui les attend […] On s’est retrouvés, nous, à devoir participer, à devoir peindre pour essayer de combler un peu le vide. Et après, il faut rédiger un rapport, faire remonter le rapport en haut… ». Comme en témoigne ce récit, les caractéristiques propres à la situation de détention sont autant de contraintes qui pèsent sur le déroulement, séance après séance, des projets culturels. Plus encore, l’état émotionnel et physique des détenus associé aux troubles cognitifs que sont la perte de mémoire et la difficulté de se concentrer (Feltz, 1997 ; Lhuillier, 2000 ; Touraut, 2017) réduisent fortement leur degré d’investissement et augmentent nécessairement celui des CIP qui, accompagnés des intervenants culturels extérieurs, doivent endiguer tout risque d’interruption et de faillite du projet.

31Comme nous avons pu le mettre en évidence précédemment, l’investissement de certains CIP dans la mise en place d’actions culturelles ainsi que l’attention portée à leur bon déroulement se fondent sur une valeur forte accordée au travail éducatif et se réalisent sur les marges du travail – « ça dépend du temps qu’on a par ailleurs » – tout en étant considérés par leurs collègues comme un travail marginal – « pour eux, ce n’est pas ça du tout l’essentiel ». De là, surgit la difficulté d’organiser des activités culturelles destinées aux détenus au sein d’une institution encline à rattacher ce type d’actions à une pratique sociale en contradiction avec la prédominance des pratiques pénales.

  • 16 Des éléments supplémentaires sont précisés dans ce texte rédigé par la CGT : www.ugsp-cgt.org.

32Au croisement de l’épreuve collective du pilotage des activités culturelles et des difficultés des détenus d’y prendre part, les CIP enquêtés posent fatalement la question des effets et de la signification des actions conduites. Au pôle des convaincus, on a pu entendre à ce propos un double discours. Le premier est un discours public, celui-là même que les CIP, parmi lesquelles Karima, Georgina et encore Tonya, tiennent à leurs collègues et à leurs supérieurs hiérarchiques. Ce discours tend à affirmer la nécessité de poursuivre « l’ouverture de la prison sur la vie de dehors », d’encourager « les gens de dehors à venir voir les détenus […], à parler avec eux » ainsi que de soutenir les initiatives d’« éducation » et d’« instruction » des détenus. Cette vision considère le temps de la détention comme un temps où il conviendrait d’inviter le détenu à « réfléchir sur lui-même […] en se redécouvrant ». Certains CIP tiennent alors à affirmer le lien qui, selon eux, existerait entre la participation – une forme de « mise en contact » – à des activités culturelles et l’extension des possibilités de réinsertion sociale (Rumgay, 1989). Dans cette perspective, l’action culturelle tend à être définie – comme le propose l’Enap – en tant qu’outil positif de prévention favorisant la détection de difficultés des détenus auxquelles les équipes pénitentiaires tâchent par la suite de remédier. Ce discours public semble tout entier cristallisé dans l’espoir du « déclic » qui sous-tend l’imaginaire du miracle culturel. « Ça peut toujours arriver », « il ne faut jamais dire jamais », « c’est déjà arrivé donc ça peut encore arriver, on ne sait jamais », « il faut toujours tenter, au moins un peu », sont autant d’expressions dont usent certains CIP pour énoncer et perpétuer le sens de leurs conduites. Un engagement qui semble d’autant plus affirmé qu’il se rattache à un discours plus vaste, le discours syndicaliste de la Confédération générale du travail16 (CGT), défenseur de la figure du travailleur social (Imbert, 2010 ; Larminat, 2015). Or, aux antipodes de ce discours dit souvent « de vérité », « de courage », il nous est arrivé d’entendre un autre discours, tenu en privé cette fois-ci, dans le cadre restreint mais sûr des relations inter-personnelles. « Si on y regarde de plus près, dit Georgina, on peut vraiment finir par croire que tout ça, vu ce que ça rapporte par rapport à la masse de problèmes, ça ne sert à rien ». De là, émerge une pensée critique de l’institution pénitentiaire dans sa globalité et de ce à quoi elle réduit la question de la réinsertion et de l’action culturelle : « L’occupation, voilà. On occupe les détenus en attendant qu’ils sortent ». Reprendre à son compte la notion d’activité occupationnelle – argument typique de ceux qui n’accordent que peu de légitimité aux activités culturelles en prison – révèle la tension profonde dans laquelle la part de travail dédiée à la culture est élaborée : entre promesse éthique de faire perdurer des formes humanisées de relation à travers l’action culturelle et considération lucide de l’organisation pénale et sécuritaire de la prison.

33Rapporté aux travaux de Jenny Hughes consacrés aux effets des dispositifs culturels sur la conduite des programmes préventifs contre la récidive, ce type de tensions est d’autant plus intéressant à considérer qu’il révèle une tentative de prise de distance des CIP à l’égard de leur institution d’appartenance. Considérant l’action culturelle comme un outil potentiel de remise en cause de l’organisation pénitentiaire, la chercheure anglaise invite à penser les usages extra-culturels que les travailleurs pénitentiaires font des dispositifs de culture. Ainsi, lorsqu’en fin d’entretien Georgina reconnaît s’investir « parfois » dans les activités culturelles « plus de temps qu’il ne faudrait […] pour embêter sa hiérarchie […] et faire jazzer les collègues », cette dernière associe sa pratique d’accompagnement à la réinsertion à une pratique de résistance à l’ordre et au sens institué du travail. Or, cette pratique n’est jamais que discrète, marginale, invisible. Au final, ce qui semble primer malgré l’existence de formes potentielles d’écart est bien une recomposition perpétuelle des logiques d’action guidées par « le maintien de l’orientation philosophique et politique fondatrice de la profession » (Chauvenet et al., 2001, 86).

34apparaît là la principale limite du rôle culturel des CIP. Une limite qui conduit les CIP enquêtés à nuancer leur discours public et plus précisément leurs propos relatifs au caractère salvateur, miraculeux de l’activité culturelle afin d’insister davantage sur les notions d’expérience, de travail, de processus ou encore de parcours. Ainsi, ne pouvant se résoudre à abandonner le pilotage des activités culturelles ni fonder tous leurs espoirs de réinsertion en ces dernières, les CIP œuvrent à construire un équilibre précaire par sa quotidienneté, coûteux par les efforts supplémentaires qu’il implique et incertain par l’impossibilité de prévoir, à l’avance, son effectivité.

4. L’auto-évaluation des actions culturelles : une pratique non instituée

35Notre étude a, jusqu’à présent, consisté à appréhender la relation déterminante qui lie le groupe socio-professionnel des CIP aux dispositifs culturels à travers, d’une part, les tensions inhérentes à leurs missions et, d’autre part, la manière dont leur rôle culturel s’insère, avec plus ou moins d’aisance, parmi ces dernières. Une manière supplémentaire de comprendre ladite relation consiste à interroger l’incidence de la dimension professionnelle sur le développement culturel à partir du travail de jugement critique conduit par les CIP, une fois le projet artistique arrivé à son terme. Pareille approche a pour enjeu de saisir selon quelles modalités les pratiques auto-évaluatives se réalisent et de comprendre si elles favorisent a posteriori le perfectionnement des dispositifs de culture et accroissent les bénéfices pour les personnes détenues.

4.1. Modalités de production d’un retour critique

36Le contexte juridique des années 2000-2004 a fortement été dominé par des préoccupations politiques d’ordre sécuritaire. Ainsi, « entre les présidentielles et les législatives de 2002, le ministre de l’Intérieur, Nicolas Sarkozy, et le ministre de la Justice, Dominique Perben, se livrent à une course de vitesse pour présenter, qui son projet sur la sécurité quotidienne, qui son programme sur cinq ans pour la justice » (Kramer, 2005, 176). Centrée sur la lutte contre le crime organisé, la loi du 9 mars 2004 – dite Perben II – reconfigure, par ailleurs, le régime de l’exécution pénale en impliquant comme jamais auparavant l’administration pénitentiaire et les juridictions. Les Spip sont pour leur part sollicités afin que le suivi des détenus pendant leur détention et au sortir de celle-ci soit approfondi. Selon Florine Siganos, si certains Spip ont craint de voir l’action culturelle disparaître sous le poids de cette charge supplémentaire de travail, d’autres ont jugé que ce serait là une manière opportune de « décharger » les CIP de cette « gestion » (Siganos, 2008, 94).

37Interrogé à ce propos, Damien, CIP en poste à Bagnet dès 2001, se souvient du « climat de tension » qui régnait alors ; ce qui l’a conduit à vouloir légitimer et valoriser davantage son investissement culturel auprès des détenus. « Dans mes études de développement et d’intervention sociale, on nous a mis en garde. Rien ne doit être fait comme ça. Tout doit faire l’objet d’une trace écrite pour qu’on puisse après revenir en arrière, faire des comparaisons, voire ce qui a évolué, stagné ». Accompagné de deux de ses collègues, Damien a ainsi entrepris de « se créer pour [lui] » des outils d’évaluation des activités qu’il conduisait alors. « Ça a pris du temps, au moins une année, voire plus, pour qu’on puisse vraiment avoir des choses sur quoi concrètement s’appuyer. Mais c’est finalement comme ça qu’on a pu apporter la preuve que c’était pas du vent ce travail avec les détenus […]. Ce protocole, après, on a continué à s’en servir […] C’était notre force ».

38Le 30 mars 2009, une convention a été signée par le ministère de la Justice et celui de la Culture et de la Communication afin de convenir du principe d’évaluation des actions culturelles conduites. « À cet effet, précise Morrad Benxayer, la circulaire interministérielle d’application du 3 août 2012, relative à la mise en œuvre du protocole Culture/Justice décline, dans son annexe, une fiche d’évaluation définissant des indicateurs chiffrés pour mesurer l’accès aux pratiques culturelles en détention, l’investissement financier dans le projet culturel et la diversification de l’offre culturelle » (Benxayer, 2015, 23). Ainsi, les directions ministérielles attendent que remontent jusqu’à elles des bilans, principalement quantitatifs, des projets culturels. Seuls ceux réalisés auprès des mineurs impliquent une dimension qualitative (Doga, 2015). Outre l’absence d’indicateurs d’évaluation quantitative et qualitative, signalons que cette fiche auto-évaluative, au moment de nos entretiens, n’était connue d’aucun CIP enquêté.

39Bien que nous ne soyons pas en mesure, à ce jour, d’établir précisément la genèse sociale de la pratique auto-évaluative des activités culturelles conduites par les CIP tant celle-ci est dispersée, nous pouvons néanmoins la réinscrire dans le vaste mouvement d’évaluation des politiques et des programmes publics. À cet égard, la sociologie politique de l’évaluation précise que c’est « à la fin des années 1970, et, surtout, dans les années 1990, que ce phénomène s’incarne pour la première fois dans des institutions formelles de l’État et, parallèlement, les prolégomènes de la naissance d’une identité professionnelle d’“évaluateur”, certes fragile, apparaissent » (Barbier, 2010, 25). À cette même époque, des entreprises de mesure et de jugement des politiques culturelles voient également le jour, dans le but de saisir « leur utilité, [de] maîtriser et éventuellement adapter leur gestion » (Nicolas, Gergaud, 2016, 7). Selon une perspective internationale, Kathleen Thomas, Priyanka Singh et Kristin Klopfenstein (2014) sont de ces chercheurs qui ont le plus fortement insisté sur la nécessité de penser le protocole méthodologique de l’évaluation des dispositifs culturels en amont et autant de fois que nécessaire, pointant notamment l’importance de favoriser une stabilité des critères, une régularité de l’opération ainsi qu’une concertation collective finale. Au regard de ces impératifs globaux souvent perçus avec distance par ceux qui se revendiquent comme acteurs du terrain, la démarche d’auto-évaluation, entendue comme « un autoquestionnement de l’action conduite et de ses effets » (Vial, 1995, 72), présente plusieurs enjeux cruciaux : la prise d’initiative locale, la mise en place d’une réflexion transversale, l’engagement d’un processus d’autonomisation et d’adaptabilité, la confrontation continue des points de vue des membres d’une même équipe, la production d’un jugement de valeur par soi-même ainsi que l’usage immédiat des résultats selon une logique reconfiguratoire à l’échelle micro.

40En ce sens, le récit de Damien, aussi singulier soit-il, met bien en évidence ce besoin de mesurer et de savoir « pour [soi] », en situation d’accroissement constant des missions professionnelles. Ce type de demande a été interprété par Elain Hirst et Daniel Robertshaw (2003), en écho aux travaux conduits par Dominique Fablet sur la population des éducateurs spécialisés (2002), comme une quête de légitimation professionnelle destinée à servir de potentielles demandes d’amélioration matérielle du statut, à mettre en place des formes de revalorisation symbolique des efforts consentis ainsi qu’à impusler des réaménagements de l’organisation interne du travail. Ainsi, les modalités de production d’un retour critique de l’opérationnalité des dispositifs culturels apparaissent à la fois indexées à la nécessité d’élucider ce qui y est fait, pourquoi et comment, au désir d’imaginer des formes renouvelées de collaboration collective ainsi qu’au souhait d’user stratégiquement de cet outil d’étude des pratiques professionnelles.

41« Si le savoir et la technique du professionnel sont convoqués dans les situations concrètes, cela ne permet pas de faire l’économie d’une réflexion et d’une décision ; il faut plus que jamais répondre de ses choix. Les actions du professionnel nécessitent donc une auto-évaluation qui met en rapport l’idéalité et les réalités, les finalités et les modalités […]. Cette démarche d’auto-évaluation est fondée sur une éthique professionnelle d’honnêteté qui implique de se mettre en position de distance critique et de consentir à un effort d’objectivation » (Bouquet, 2009, 35). Cet effort, aujourd’hui encore, est considéré par Damien comme décisif. « Le but est de pouvoir comparer ce qu’on voudrait et ce qu’on fait vraiment […] Mais ça reste difficile, ce sont des choses tellement subtiles, dures à saisir ». Les modalités de production d’une auto-évaluation de l’action culturelle, qui renvoie d’une certaine manière à celles du travail social, semblent ainsi se former « sur le tas », selon « l’intuition », à travers un ensemble de pratiques perçues comme « simples » ou encore « bricolées ». Durant notre enquête, nous avons pu observer des méthodes auto-évaluatives fondées sur la mise en place d’une feuille de présence, la prise de notes durant les séances, la photocopie et la conservation des documents de travail, la distribution de questionnaires aux intervenants culturels ainsi que la rédaction d’un compte rendu final. Et à Mirand, sous l’impulsion de Karima, un bref questionnaire a été proposé aux détenus afin de connaître leurs impressions et, dans la mesure du possible, d’en tenir compte ultérieurement. Pareille manière informelle d’auto-évaluer les dispositifs culturels a été observée par Eléonora Belfiore lors de ses enquêtes sur les pratiques artistiques developpées par les personnels en hôpital psychiatrique ainsi qu’en prison, en Angleterre. Ainsi attire-t-elle notre attention sur le fait que ce faible perfectionnement des techniques évaluatives serait symptomatique du maigre investissement des instances décisionnaires dans la question artistique et culturelle. Pourtant, malgré « cette indifférence organisée [qui] conduit les opérateurs à agir et à penser leurs actions sans le soutien manifeste de leur hiérarchie » (Belfiore, 2002, 67), les personnels pénitentiaires enquêtés persistent à proposer aux détenus des temps dédiés à l’éveil culturel. C’est là l’indicateur d’une capacité à charger cet éveil d’une signification qui outrepasse le cadre strict de la mission pénitentiaire.

4.2. Les enjeux de la pratique d’auto-évaluation

42Formuler un retour critique, incluant une auto-évaluation des modalités de mise en place du projet culturel et des effets produits, revêt, aux yeux des CIP, trois enjeux centraux. Tout d’abord, il leur importe de pouvoir documenter le travail de pilotage de l’action culturelle dont ils jugent la majorité des étapes « invisible » – car conduite seul ou à deux, à trois tout au plus, sur les à-côtés du travail central de probation. L’auto-évaluation ouvre ainsi la voie à une matérialisation de l’ensemble des efforts consentis durant plusieurs semaines, parfois plusieurs mois et plaide en faveur d’une reconnaissance, ne serait-ce que symbolique – « un merci », « un bravo » – par le Spip ainsi que par la direction pénitentiaire. De plus, les CIP s’attachent à auto-évaluer les activités culturelles conduites, aussi, dans ce souci de professionnaliser davantage leurs pratiques. L’approfondissement de cette « capacité d’accumuler de l’expérience dans la réalisation d’une tâche » (Demazière, 2012) leur apparaît décisif quant à la possibilité d’objectiver, par effet de répétition, des critères relatifs au choix de l’intervenant ou de l’association culturelle, à la détermination des moyens nécessaires, à la mutualisation des informations collectées ou encore au repérage des circuits administratifs à emprunter. Ainsi espèrent-ils que cette rationalisation du protocole de montage culturel leur permette de gagner en temps, en maîtrise et en efficacité. Enfin, certains CIP aspirent à une démarche auto-évaluative qui ne se confonde pas avec une logique de résultats centrée sur la finalité mais qui accompagne l’action durant le processus de sa réalisation. L’enjeu consisterait ainsi à favoriser la dimension prospective de l’auto-évaluation ; ce qui permettrait l’adoption d’une position anticipatrice, favorable aux réajustements immédiats en situation de difficultés organisationnelles ou plus simplement d’imprévus. Les enjeux de l’auto-évaluation des actions culturelles ont pour dénominateur commun une volonté d’affirmer la nécessité de faire exister la culture en prison, dans un contexte dominé par la juridicisation – entendue comme « la formalisation juridique accrue des relations sociales, une extension du droit comme modèle et référence pratique pour les relations » (Pélisse, 2009, 73) – du métier de CIP. Le temps d’auto-évaluation ne serait donc pas tant à considérer comme une extériorité au dispositif culturel mais bien comme une forme de prolongement intégré. Selon l’approche adoptée par Walter Davis dans le cadre de son étude des dispositifs musicaux en espace fermé, les démarches auto-évaluatives observées apparaissent, selon lui, d’autant plus importantes qu’elles permettent d’asseoir une pratique méta redoublant l’importance de l’action menée aux yeux de ceux qui en sont les initiateurs, les bénéficiaires mais aussi et surtout les superviseurs hiérarchiques (1997).

43Légitimer le travail de réinsertion sociale des détenus par la culture se révèle implicitement porteur d’une critique de l’ordre pénitentiaire autant que d’une identité professionnelle flottante. Œuvrer à l’organisation de projets culturels en prison, inviter des artistes à s’exprimer et à accompagner les détenus dans leur propre expression, introduire des notions telles que « l’introspection », « le plaisir » ou encore « la découverte », s’inscrit tout à la fois dans une vision civique du culturel et, en partie, dans une pratique de résistance à l’envahissement judiciaire que subit la profession (Chauvenet et al., 2001). Des expressions, régulièrement entendues, telles que « c’est aussi un moment à nous », « on profite des rencontres à notre manière », « ça nous change un peu » ou encore « ça ralentit le rythme », révèlent l’usage que les CIP font tendanciellement d’activités culturelles qu’ils destinent aux détenus, certes, mais dans une certaine mesure, aussi, à eux-mêmes. En organisant des projets de rencontre et en s’y incluant parfois comme public éphémère, les CIP manifestent leur désir de réintroduire un équilibre entre le social et le pénal par le culturel. Cette tension a notamment été étudiée par Philippe Mary à travers l’article « Pénalité et gestion des risques : vers une justice ‘’actuarielle’’ en Europe ? Cette réflexion a largement contribué à mettre en évidence « la pénalisation du social comme effet de la transformation de l’État social et des réponses gestionnaires ou pragmatiques, en tout cas néo-libérales, qui y sont apportées » (Mary, 2001, 46). En ce sens, si le travail culturel conduit par les CIP trouve un sens à leurs yeux, il n’en demeure pas moins que les forces structurelles qui s’exercent tendent à réduire la durabilité des impacts favorables produits. Or, si l’on considère les entretiens conduits auprès des détenus et que nous retenons la démarche originale développée par le chercheur australien John Braithwaite (1989) selon lequel il importe de partir, non de la société pénalisée mais de l’agent en infraction, des formes d’assouplissement du pénal par les dispositifs culturels accompagnées d’expériences resocialisantes apparaissent bien. Ainsi en est-il pour de nombreux détenus qui cherchent à revivre « des situations positives qui [leur] permettent de retrouver la fierté de leur famille », pour reprendre les mots d’un enquêté.

4.3. Les limites du retour critique

  • 17 D’une manière plus générale, rappelons que la reconnaissance des bénéficiaires du travail social co (...)

44De l’aveu même des CIP enquêtés, la démarche d’auto-évaluation des actions culturelles, aussi importante soit-elle, présente malgré tout des limites. Tout d’abord, pour nombre de CIP, cette démarche ne semble pas toujours aller de soi. « J’ai eu beaucoup de mal à me lancer dans l’auto-évaluation des rencontres, concède Rosine, 47 ans, CIP à Mirand. Est-ce qu’il faut vraiment toujours se justifier ? Je ne sais pas, c’est tout de même beaucoup ce qu’on fait déjà pour les détenus ». La réalisation de l’auto-évaluation dans le doute même de son évidence pourrait se comprendre à l’aune de la tradition historique d’un travail social longtemps convaincu de sa nécessité, porteur de sa propre finalité (Janvier, 2010) et qui s’est alors perpétué dans « l’inébranlable certitude d’être dans le vrai » (Karsz, 2004, 73). Si l’introduction d’une possibilité auto-évaluative des projets culturels est apparue à Rosine, et à d’autres encore, comme une manière de légitimer le travail culturel produit, elle semble néanmoins contrevenir à leur vision idéalisée d’un travail social que justifierait, seulement, la noble intention à son origine. Par ailleurs, remarquons que les CIP parvenus à mener l’auto-évaluation jusqu’à son terme par « un travail d’auto-conviction » (Siganos, 2008, 100), mettent régulièrement en avant leur incapacité à juger ce que serait une action culturelle de qualité. « J’ai mis beaucoup de temps à savoir c’est quoi un bon intervenant, comment le repérer et pas trop tard », explique par exemple Jérôme, 36 ans, CIP à Durennes. Les enquêtés déplorent ainsi l’absence d’expérience et de formation dans le domaine culturel et pointent, par conséquent, la limite inhérente à tout travail auto-évaluatif conduit en l’absence d’un corpus de critères et de valeurs stabilisés (Duguid, Pawson, 1998). Plus encore, les CIP investis dans le pilotage de projets culturels manifestent un malaise profond à l’idée de s’évaluer eux-mêmes. S’ils recueillent, parfois, les remarques des intervenants culturels, celles des détenus sont peu prises en compte. « Je le vois un peu comme une violence pour les prisonniers. On vient, on leur montre quelque chose et voilà, au revoir, sans rien savoir, s’ils ont aimé ou pas », affirme Karima. À l’aide de questionnaires distribués aux détenus, la CIP s’est alors attachée à produire une auto-évaluation qu’elle a a posteriori jugée plus « juste » et plus « respectueuse » de leur ressenti. Ainsi, nombreux sont les CIP qui interrogent le statut des détenus en situation d’activités culturelles. Sont-ils encore des détenus ? Deviennent-ils des usagers ? Un public particulier ? Ou un public comme un autre ? (Lessafre, Jutant, 2018 ; Allen et al., 2002). En l’absence de réponses éclairantes, plusieurs CIP disent adopter une conduite professionnelle « minimale », « sans zèle ». Ils se limitent à rédiger le dossier final « et tant pis si [ils] passe[nt] à côté de ce que pensent les détenus17 ». Une dernière limite du travail auto-évaluatif tient à la possibilité même de réaliser ce dernier. En effet, durant les entretiens, les CIP ont précisé que nombre d’éléments observés leur semblaient difficilement descriptibles, qualifiables et quantifiables : « Parfois c’est un sourire que vous apercevez, […] parfois juste un “merci” que le détenu dit en partant alors qu’il était jusque-là comme un rebelle, un muet, […] ou une relation qui va se construire sur le long terme et qui va permettre au détenu d’aller mieux », note Carine, 32 ans, CIP à Bagnet. L’auto-évaluation, telle que pratiquée par les CIP enquêtés, révèle ici sa faible capacité à saisir la dimension symbolique de toute relation sociale et échoue parfois à saisir l’immatérialité des liens créés à travers le temps (Desjours, 2007).

45Les principales limites de l’auto-évaluation proviennent ainsi de sa faible institutionnalisation – entendue comme « la typification réciproque d’actions habituelles » (Berger, Luckmann, 2008, 119). Le caractère non obligatoire de l’auto-évaluation des activités culturelles en prison prive les CIP d’une méthodologie partagée et efficiente de travail. La difficile duplication du format auto-évaluatif, l’absence de recherche commune d’outils de mesure innovants ainsi que la déperdition systématique des savoirs constitués localement, fragilisent, au final, le processus de légitimation des dispositifs pourtant initialement visés et, par ricochet, l’action culturelle elle-même.

5. Conclusion

46Au terme de cette réflexion centrée sur la manière dont l’identité et les pratiques professionnelles des CIP affectent l’organisation des activités culturelles en prison, il s’avère, comme nous en faisions l’hypothèse, que c’est aux niveaux institutionnel, individuel et organisationnel que les interférences majeures entre le professionnel et le culturel se produisent. Ainsi, l’observation critique de la formation des CIP, en passant par celle de leurs expériences concrètes en détention, et jusqu’à l’analyse du travail de réflexivité conduit, suggèrent que le rôle culturel de ces agents est continûment limité par un ensemble de contraintes liées à la définition du métier, à ses évolutions et à ses missions. En effet, si les conventions interministérielles en faveur du développement de la culture en prison ont eu un impact sur la maquette pédagogique de l’Enap, il n’en demeure pas moins que la mise en relation des savoirs théoriques et des savoirs pratiques demeure peu opératoire, malgré un engagement réel. Les évolutions propres au métier de CIP, lourdement orientées vers la juridicisation de ce dernier, viennent alors renforcer des rapports à la culture pré-existants, et cela, souvent, au détriment des activités conduites. Bien que l’effort auto-évaluatif des CIP atteste du volontarisme culturel d’une frange des agents, il se heurte inéluctablement à l’absence de consensus méthodologique et de critères communs d’évaluation des activités culturelles. Et, de là, ne favorise guère l’amélioration des dispositifs culturels ou seulement à l’échelle de l’établissement. Ainsi, étape après étape, s’observe un processus cumulatif d’obstacles à la mise en place rationnelle et pérenne d’activités culturelles. Obstacles qui se situent au croisement de la marginalisation de la dimension sociale du travail de CIP, du caractère contradictoire de la définition des fonctions assignées aux activités culturelles en détention et du faible niveau d’organisation instituant la légitimité de ces dernières. Ce cas d’étude permet ainsi de montrer la manière dont les logiques de l’action culturelle sont tributaires des contextes sociaux de leur implantation et doivent leurs chances de réalisation à des maillons individualisés de la chaîne de production. Situés au carrefour de la sociologie francophone des pratiques culturelles et du courant anglophone de la Cultural Criminology, les résulats produits invitent, selon nous, à penser l’institution pénitentiaire comme forme paradigmatique d’étude de la mise en concurrence de l’État culturel, de l’État social et de l’État pénal. En ce sens, les processus de démocratisation culturelle dont la prison fait l’objet depuis plusieurs années s’avèrent être un terrain propice à l’observation des contradictions internes qui traversent les politiques étatiques marquées par l’aspiration simultanée à l’humanisation, à l’insertion et à la punition. Sociologie de la culture et sociologie de la prison s’enrichiraient ainsi mutuellement en s’engageant à comprendre le principe d’individualisation des peines par la culture comme le produit de contradictions euphémisées par l’impératif moral.

Haut de page

Bibliographie

Abott A., 1988, The system of Professions. An Essay on the Division of Expert Labor, Chicago, University of Chicago Press.

Allen K., Hall J., Shaw P., 2002, The Impact of the Arts on Public Attitudes to Imprisonment and Other forms of Punishment, Report to Esmee Fairbairn Foundation Rethinking Crime and Punishment Campaign, [en ligne] http://artsevidence.org.uk/media/uploads/evaluation-downloads/mip-fair-evaluation-2006.pdf.

Arnaud L., 2015, Action culturelle et émancipation par la culture. Un éclairage socio-historique, Informations sociales, 190, 46-56.

Barbier J.-C., 2010, Éléments pour une sociologie de l’évaluation des politiques publiques en France, Revue française des affaires sociales, 1, 25-49.

Belfiore E., 2002, L’art comme moyen de réduire l’exclusion sociale ?, Revue Internationale de politique culturelle, 8, 91-106.

Benxayer M., 2015, Faire vivre la culture en milieu pénitentiaire, La lettre de l’Ocim, 166, 20-27.

Berger P., Luckmann T., 2008 [1966], La traduction sociale de la réalité, Paris, Armand Colin.

Bouagga Y., 2012, Le métier de conseiller d’insertion et de probation : dans les coulisses de l’État pénal, Sociologie du travail, 54, 317-337.

Bouquet B., 2009, Du sens de l’évaluation dans le travail social, Informations sociales, 152, 32-39.

Braithwaite J., 1989, Crime, Shame and Reintegration, Cambridge, Cambridge Univerity Press.

Branders C., 2018, « Je suis détenu ». Les expressions subversives des comédiens incarcérés, Revue interdisciplinaire d’études juridiques, 80, 93-116.

Carlier C., 1997, Histoire du personnel des prisons françaises du XVIIIe siècle à nos jours, Paris, éditions de l’Atelier.

Cliquennois G., 2006, Problèmes méthodologiques inhérents à une recherche sociologique qualitative menée sur les politiques carcérales belges et françaises, Socio-Logos, 1, [en ligne] https://journals.openedition.org/socio-logos/28#tocto3n9.

Cliquennois G., 2009, Tri et affectation des détenus en régime différencié, Sociologie du travail, 51, 78-96.

Coulangeon P., 2010, Sociologie des pratiques culturelles, Paris, La Découverte.

Chauvenet A., Benguigui G., Orlic F., 1993, Les surveillants de prison : le prix de la sécurité, Revue Française de Sociologie, 34, 345-366.

Chauvenet A., Georgeon G., Mouhanna C., 2001, Entre social et judiciaire : quelle place pour le travail social de milieu ouvert, Archives de politique criminelle, 23, 71-91.

Davis W., 1997, Music Therapy Practice in New York City. A Report from a Panel of Experts, Journal of Music Therapy, 34, 68-81.

Delalande F., 2018, L’intervention du ministère de la Culture en prison : acte fondateur ou rénovateur ? Perspective historique, in Saurier D. (dir.), Usages de la culture et population pénale, Paris, L’Harmattan, 75-97.

Demazière D., 2012 (2009), Postface, Formation emploi, 108, [en ligne] http://formationemploi.revues.org/2111.

Desjours C., 2007, Performer le travail, in Bouquet B. (dir.), Les défis de l’évaluation en action sociale et médico-sociale, Paris, Dunod, 67-79.

Doga M., 2015, Public « captif’ » ? Les ambivalences définitionnelles des actions culturelles en prison pour mineurs, Culture & Musées, 26, 73-96.

Dubet F., 2012, Quelques réflexions sur les enjeux contemporains du travail social en contexte institutionnel. Entretien conduit par Isabelle Ruelland, Nouvelles pratiques sociales, 24, 9-19.

Dubois V., 1993, Les prémisses de la démocratisation culturelle. Les intellectuels, les arts et le peuple au tournant du siècle, Politix, 24, 36-56.

Duguid S., Pawson R., 1998, Education, Change and Transformation. The Prison Experience, Evaluation Review, 22, 470-495.

Dunphy K., 1999, A Creative Arts Performance Program for Incarcerated Women, The Arts in Psychotherapy, 26, 35-43.

Donnat O., 1991, Démocratisation culturelle : la fin d’un mythe, Esprit, 170, 65-82.

Donnat O., 2005, La féminisation des pratiques culturelles, in Maruani M. (dir.), Femmes, genre et sociétés, Paris, La Découverte, 89-111.

Doumeng V., 2015, Les nouvelles assistantes sociales des SPIP. Une place à créer, mémoire de recherche et d’application professionnelle, École nationale d’administration pénitentiaire.

Fabiani J.-L., 1995, Lire en prison, Paris, Bibliothèque Publique d’Informations.

Fablet D., 2002, Travail social et analyse des pratiques professionnelles. Les éducateurs et leurs modèles de référence, Recherche et formation, 39, 51-68.

Fassin D., 2015, L’ombre du monde. Une anthropologie de la condition carcérale, Paris, Seuil.

Faugeron C., Le Boulaire J.M., 1988, La création du service social des prisons et l’évolution de la réforme pénitentiaire en France de 1945 à 1958, Déviance et Société, 12, 317-359.

Ferrell J., 1999, Cultural Criminology, Annual Review of Sociology, 25, 395-418.

Feltz F., 1997, Des soins sous contraintes, Revue française des affaires sociales, 1, 85-93.

Ferlay N., 2011, Les travailleurs de l’ombre : enquête sur les travailleurs sociaux de l’administration pénitentiaire, Paris, UGFP-CGT.

Fleury L., 2006, Sociologie de la culture et des pratiques culturelles, Paris, Armand Colin.

Gras L., 2008, La socialisation professionnelle des conseillers d’insertion et de probation. Profil et représentations du métier des élèves de la 12e promotion. Rapport intermédiaire, [en ligne] https://www.enap.justice.fr/sites/default/files/edito/pdf/eleves_etude_thematique_socialisation_professionnelle _cip2008.pdf.

Gras L., Lapeyronie M., 2014, Qui devient conseiller pénitentiaire d’insertion et de probation ? Évolution du profil sociodémographique des CPIP à l’entrée en formation, de 1995 à 2013, Agen, Observatoire de la formation, ENAP [en ligne] https://www.enap.justice.fr/sites/default/files/edito/pdf/eleves_etude_thematique_qui_devient_cpip.pdf.

Harchi K., 2018, Épreuves de la méthode qualitative. Le cas d’une enquête en prison, Interrogations, [en ligne] http://www.revue-interrogations.org/_Harchi-Kaoutar_

Hayward K., 2009, Visual Criminology. Cultural Criminology Style, Criminal Justice Matters, 78, 10-18.

Hayward K., Schuilenburg M., 2014, To create= To resist. Some thoughts on the concept of resistance in cultural criminology, Tijdschrift over Cultuur & Criminaliteit, 4, 22-36.

Hirst E., Robertshaw D., 2003, Breaking the Cycle of Failure. Examining the impact of arts activity on young people attending Pupil Referral Units in Doncaster’Darts, Report to Esmee Fairbairn Foundation.

Horvat N., 2013, Le regard critique en situation d’immersion. Observation in situ d’un dispositif de vidéosurveillance, Socio-anthropologie, 27, 59-69.

Imbert F., 2010, Qui sont les travailleurs sociaux ?, Les cahiers dynamiques, 48, 128-136.

Jaladieu C., 2013, La prison politique entre 1940 et 1944 : de la double peine aux camps nazis, Criminocorpus, [en ligne] https://journals.openedition.org/criminocorpus/2554?lang=es#tocto1n2.

Janvier R., 2010, Recommandations de bonnes pratiques professionnelles : entre positivisme et systémie, l’irruption de la complexité, Communication & organisation, 38, 193-206.

Janvier R., Matho Y., 2004, Mettre en œuvre le droit des usagers dans les établissements d’action sociale, Paris, Dunod.

Karsz S., 2004, Pourquoi le travail social ?, Paris, Dunod.

Kleinman M., 1998, Include me out? The New Politics of Place and Poverty, Centre for Analysis of Social Exclusion, London School of Economics, [en ligne] http://eprints.lse.ac.uk/6519/1/Include_Me_Out_The_New_Politics_of_Place_and_Poverty.pdf.

Kramer P., 2005, La loi Perben II et les évolutions de la justice pénale, Études, 402, 175-183.

Larminat X. de, 2015, Entre sentiment et comportement. L’adaptation des agents de probation aux réformes gestionnaires, Droit et société, 90, 303-316.

Le Caisne L., 2000, Prison. Une ethnologue en centrale, Paris, Odile Jacob.

Lesaffre G., Jutant C., 2018, Être public en prison ? Les formes d’appropriation d’une exposition de sculptures en maison centrale, in Saurier D. (dir.), Usages de la culture et population pénale, Paris, L’Harmattan, 99-120.

Lhuilier D., 2000, La santé des détenus et l’enfermement, Espace Éthique La Lettre, 12, 34-38.

Macholet G., 2009, Les surveillants de prison : marges du travail, travail sur les marges, Idées économiques et sociales, 158, 42-49.

Martinez G., 1998, Joseph Barthélémy et la crise de la démocratie libérale, Vingtième siècle. Revue d’histoire, 59, 28-47.

Mary P., 2001, Pénalité et gestion des risques : vers une justice ‘’actuarielle’’ en Europe ? Déviance et Société, 25, 33-51.

Merli P., 2002, Evaluating the social impact of participation in arts activities, International Journal of Cultural Policy, 8, 107-118.

Milburn P., Jamet L., 2016, La compétence professionnelle des conseillers d’insertion et de probation à l’épreuve de la prévention de la récidive, Criminocorpus, [en ligne] http://journals.openedition.org/criminocorpus/3200.

Nicolas Y., Gergaud O., 2016, Évaluer les politiques publiques de la culture : éclairages économiques et méthodologiques, Évaluer les politiques publiques de la culture, Paris, ministère de la Culture, DEPS, 7-16.

Noël N., Courtine F., 2007, « Former pour inscrire l’action culturelle en milieu pénitentiaire. Propos recueillis par Marie-Christine Bordeaux », L’observatoire, 32, 44-47.

Pélisse J., 2009, Judiciarisation ou juridicisation ? Usages et réappropriation du droit dans les conflits du travail, Politix, 86, 73-93.

Pédron P., 1993, La prison sous Vichy, Paris, Éditions de l’Atelier.

Rostaing C., Touraut C., 2012, Processus de création culturelle en prison : une innovation ordinaire ?, Socio-logos, [en ligne] https://journals.openedition.org/socio-logos/2658.

Rostaing C., Touraut C., 2015, Exposition en prison et hiérarchie morale des publics empêchés, Culture & Musées, 26, 23-46.

Rumgay J., 1989, Talking tough: empty threats in probation practice, The Howard Journal of Criminal Justice, 28, 177-186.

Salas D., 2001, Une relecture de l’individualisation de la peine, in Ottenhof R. (dir.), L’individualisation de la peine, Paris, Eres, 197-206.

Saurier D., 2018, Usages de la culture et population pénale, Paris, L’Harmattan.

Saurier D., Barbier K., 2012, L’action culturelle en faveur de la population pénale. Compte rendu d’une recherche sur les projets patrimoniaux en direction des personnes placées sous main de justice, Questions pénales, 25, 1-4.

Scheer D., 2013, Le paradoxe de la modernisation carcérale. Ambivalence du bâti et de ses usages au sein de deux prisons belges, Cultures & Conflits, 90, [en ligne] https://journals.openedition.org/conflits/18743.

Siganos F., 2008, L’action culturelle en prison. Pour une redéfinition du sens de la peine, Paris, L’Harmattan.

Soulier G., 1985, La Culture en prison, quels enjeux ?, Actes du colloque de Reims, Paris, La Documentation française.

Thomas K., Singh P., Klopfenstein K., 2014, Arts Education and the High School Dropout Problem, Rapport d’étude, Université du Colorado, Université du Mississippi, [en ligne] file:///Users/Kaoutar/Desktop/SSRN-id2497021.pdf.

Touraut C., 2017, Vieillir en prison. Épreuves partagées et pluralité des expériences, Ethnographiques, 35, [en ligne] https://www.ethnographiques.org/2017/Touraut.

Vial M., 1995, Nature et fonction de l’auto-évaluation dans le dispositif de formation, Revue Française de Pédagogie, 115, 69-76.

Wheeldon J., 2015, Expanding Cultural Criminology. Definitions, Data and Dissemination, Current Issues in Criminal Justice, 27, 141-162.

Haut de page

Notes

1 Cité par Claude Faugeron et Jean-Michel Le Boulaire (1988, 329).

2 À la suite de la demande unanime des enquêtés, les prénoms de ces derniers ont tous été modifiés afin de garantir leur anonymat.

3 Voir le site : www.metiers.justice.gouv.fr/conseiller-penitentiaire-dinsertion-et-probation-12622/le-metier-12623/#spip, consulté le 19 novembre 2018.

4 Voir le site : www.metiers.justice.gouv.fr/art_pix/RIME_CPIP_2018.pdf, consulté le 19 novembre 2018.

5 Initiée dans un contexte marqué par la modernisation de l’action culturelle de l’État, sous l’impulsion de la présidence de François Mitterand et du ministère de Jack Lang, cette politique culturelle volontariste visait à rapprocher certains publics – jusque-là relégués aux confins de l’attention publique – des territoires de l’expérience artistique. La mise en œuvre du principe de décentralisation, de médiation et de coopération culturelles a permis aux acteurs de terrain, à l’instar des collectivités locales, de prendre part à la définition des projets et d’accroître leur pouvoir décisionnel.

6 Le ministère de la Justice, représenté par Robert Badinter, et celui de la culure, représenté par Jack Lang ont signé, le 25 janvier 1986, un protocole d’accord visant à favoriser l’accès des populations incarcérées aux activités culturelles en s’appuyant sur un vaste réseau d’intervenants extérieurs. Les objectifs alors définis portaient sur la réinsertion sociale des détenus d’une part et sur la valorisation des agents pénitentiaires d’autre part.

7 Ce second protocole complète celui précédemment cité en insistant sur quatre éléments nécessaires au bon déroulement de toute action culturelle conduite en prison : la co-construction de partenariats avec des structures locales, la participation d’acteurs culturels professionnels, la programmation annuelle de cycles d’activités ainsi que la mise en place d’un travail évaluatif.

8 La première circulaire, datée du 14 décembre 1992, traite du fonctionnement des bibliothèques en détention et encourage le développement de programmes de lectures. La seconde, datée 30 mars 1995, rappelle la nécessité de sensibiliser les agents pénitentiaires aux activités culturelles et cela par le moyen de la formation continue.

9 Précisons que ce rapport fait suite à la circulaire du 3 mai 2012 relative à la mise en œuvre des projets culturels destinés aux détenus ainsi qu’à la loi n° 2014-896 adoptée le 15 août 2014 portant sur l’individualisation des peines et renforçant l’efficacité des sanctions pénales à travers le processus de remise de peine aux personnes condamnées qui lisent un livre et font un compte rendu écrit.

10 Voir le site : https://www.enap.justice.fr/sites/default/files/edito/pdf/enap_culture_rapport_activite_2014_2015.pdf, consulté le 19 novembre, p. 3.

11 Ibid, p. 4.

12 Ibid, p. 6.

13 Voir le site : https://www.enap.justice.fr/sites/default/files/edito/pdf/cpip21_plaquette_formation_18oct2016.pdf, consulté le 19 novembre 2018, p. 14.

14 Voir le site : https://www.enap.justice.fr/sites/default/files/edito/pdf/cpip21_plaquette_formation_18oct2016.pdf, consulté le 19 novembre 2018, p. 29.

15 À ce propos, Laurent Gras, à la suite d’une enquête portant sur la socialisation professionnelle des conseillers d’insertion et de probation, remarque « qu’un an et demi après leur entrée en formation, 28 élèves sont sortis des rangs, soit 10 % de la promotion, ce qui est relativement élevé puisqu’à titre comparatif, le taux moyen de démission calculé chez les surveillants en fin de formation s’élève à 5,6 %, soit deux fois moins » (Gras, 2008, 10).

16 Des éléments supplémentaires sont précisés dans ce texte rédigé par la CGT : www.ugsp-cgt.org.

17 D’une manière plus générale, rappelons que la reconnaissance des bénéficiaires du travail social comme sujets légitimes de la relation a résulté d’un processus particulièrement long et lent (Janvier, Matho, 2004). Réinscrite dans une telle perspective, la faible considération du détenu comme partenaire à part entière de l’activité culturelle présente un caractère processuel des plus typiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Kaoutar Harchi, « Les personnels pénitentiaires à l’épreuve de l’organisation des activités culturelles : le cas des conseillers d’insertion et de probation »Champ pénal/Penal field [En ligne], 24 | 2021, mis en ligne le 22 décembre 2021, consulté le 20 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/champpenal/13235 ; DOI : https://doi.org/10.4000/champpenal.13235

Haut de page

Auteur

Kaoutar Harchi

Docteure en sociologie, chercheure associée au Cerlis Paris-Descartes
harchikaoutar[at]yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Champ pénal

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search