Navigation – Plan du site

AccueilAppels à contributionsAppels closGenre et carrières délinquantes

Genre et carrières délinquantes

Numéro thématique coordonné par
Pauline Picot et Xavier de Larminat

Argumentaire

Depuis les travaux fondateurs de l’École de Chicago (Becker, 1985), le concept de carrière a nourri de multiples façons les recherches relatives à la déviance ou à la délinquance. De la formation des bandes (Mohammed, 2011) à l’analyse des pratiques (Mauger, 2009) jusqu’à la compréhension des sorties de délinquance (Farall et al., 2014), il a contribué à souligner le caractère processuel des comportements qui transgressent les normes, en lieu et place d’une vision binaire et contingente centrée sur le passage à l’acte. À travers l’attention portée aux mécanismes d’étiquetage, de stigmatisation et de différenciation dans la production et l’application de la loi, le concept de carrière a souligné la nécessité de prêter attention à la réaction sociale à l’égard des différentes sortes d’illégalismes (Robert, 1973). En cela, le concept de carrière permet d’articuler des dimensions temporelles et institutionnelles indissociables dans l’appréhension du rapport entre des normes et des comportements.

Au-delà de ce champ d’étude, le concept de carrière est aussi couramment utilisé depuis Hughes (1958) en sociologie du travail (Hatzfeld, 2004 ; Arborio, 2013) et de l’engagement (Agrikoliansky, 2017 ; Fillieule, 2020). Or, si certains de ces travaux l’articulent avec des analyses des rapports de genre (Guillaume, Pochic, 2007 ; Laufer, 2004 ; Rétif, 2013), la conjugaison de ces deux approches reste encore rare en sociologie de la délinquance et des institutions pénales, du moins dans le monde francophone. En effet, contrairement au monde anglophone dans lequel il existe depuis les années 1970-1980 un courant de recherche féministe en criminologie qui s’est doté de revues dédiées (Feminist Criminology ; Women & Criminal Justice), les publications francophones qui s’efforcent de problématiser, voire théoriser les rapports de genre dans le champ des études pénales sont restées marginales (Ricordeau, 2019). Le présent dossier comportera une revue de littérature approfondie des travaux anglophones et francophones, sous l’angle des sorties de délinquance au prisme du genre. On peut cependant saluer le rôle pivot des chercheuses canadiennes qui se sont depuis longtemps efforcées de faire dialoguer recherches féministes anglophones et francophones, comme en témoignent le dossier de Déviance et Société intitulé « Femmes et droit pénal » en 1992 (Déviance et Société, 1992), et la même année celui de la revue Criminologie « Les femmes et le contrôle pénal, questions féministes » (Criminologie, 1992).

Le constat, largement partagé, de la très longue invisibilité des femmes dans les travaux sur la criminalité et la pénalité (Parent, 1992) a principalement donné lieu à des publications centrées sur les femmes : on compte désormais de nombreuses recherches empiriques sur les femmes perçues comme déviantes. On peut ainsi citer un dossier de 2009 dans la revue Interrogations qui porte sur les « Formes, figures et représentations des faits de déviance féminins » (dont un article porte sur la délinquance juvénile), et un dossier dans Champ Pénal en 2011 sur « le contrôle social des femmes violentes ». Au cours de la dernière décennie, divers travaux en histoire, sociologie ou science politique ont été consacrés aux femmes violentes (Cardi, Pruvost, 2012 ; Bugnon, 2015 ; Boutron, 2019), aux adolescentes placées en institution (Lemercier, 2017 ; Blanchard, 2019) ou aux majeures condamnées (Barbier, 2016 ; Bugnon, 2018) et incarcérées (Chetcuti-Osorovitz, 2021 ; Joël, 2017).

Sous un autre angle, un rapprochement entre genre et pénalité s’est également opéré à travers la mise en lumière des violences de genre (Delage et al., 2019), dans le sillage des analyses en termes de « continuum de la violence sexuelle » (Kelly, 2019) et d’enquêtes quantitatives ayant permis de mieux prendre la mesure de ce phénomène de masse (Enveff, 2001 ; Brown et al., 2021). Cela a notamment suscité des travaux relatifs aux politiques publiques en la matière (Boussaguet, 2008 ; Herman, 2016 ; Delage, 2017) et à la régulation de ces infractions par les institutions pénales et médico-sociales (Oddone, 2020 ; Pérona, 2017 ; Saetta, 2016). En revanche, les carrières des hommes auteurs de ce type de violences, et celles des enfants et des femmes qui en sont victimes restent encore peu explorées à ce jour, de même que les enjeux posés par l’appréhension des liens entre victimation et carrières délinquantes, notamment parmi les femmes incarcérées (Potter, 2006 ; Prison Reform Trust 2017).

Enfin, on peut aussi mentionner le développement d’approches féministes du droit, à la faveur des échanges avec les courants des feminist legal studies et legal gender studies, qui recoupent certains enjeux du présent dossier. Ainsi, alors que deux numéros de Nouvelles Questions Féministes sont consacrés aux « lois du genre » en 2009 et 2010 (NQF, 2009 ; NQF, 2010), Coline Cardi et Anne-Marie Devreux introduisent le dossier « Genre et droit : une coproduction » (Cahiers du Genre, 2014) en précisant que « le droit ne produit pas seulement de la discrimination, il produit avant tout de la différenciation et, ce faisant, il produit le genre » (Cardi, Devreux, 2014).

Les recherches féministes sur la criminalité et la pénalité apparaissent ainsi centrales en ce qui concerne l’incorporation des problématiques de genre aux travaux sur la délinquance, souvent aveuglés par la prédominance masculine dans la population pénale et sujets aux biais androcentriques classiques des disciplines majoritairement masculines (Cook, 2016). Pour appuyer cette perspective, le présent dossier comportera une traduction de l’article « Feminism and criminology », publié par Kathleen Daly et Meda Chesney-Lind en 1988.

Le développement de ces travaux à la croisée des études pénales et des études de genre a ainsi permis de problématiser le fonctionnement et les effets des rapports de genre et de dépasser des conceptions – encore très courantes cependant – du genre comme simple variable d’état civil, qui serait transparente et fondée sur une bipartition du sexe biologique conçue comme naturelle et indépassable (Delphy, 2013 ; Mathieu, 2013). Le concept de genre (au singulier) permet en effet « de déplacer l’accent des parties divisées vers le principe de partition lui- même » et vers la « notion de hiérarchie » qui lui est associée (Delphy, 2013, 227). Cependant, nombre de travaux francophones qui mobilisent le concept de carrière tendent à occulter les rapports de genre – alors que les rapports sociaux de classe par exemple font l’objet d’une problématisation explicite – tandis que les travaux anglophones qui proposent une approche genrée de la délinquance mobilisent finalement assez peu le concept de carrière (bien que les recherches qualitatives s’en rapprochent du fait de leur intérêt pour les parcours de vie).

Si la mobilisation séparée des concepts de genre et de carrière a permis d’approfondir et de renouveler la sociologie de la délinquance sous de nombreux aspects, l’originalité de ce numéro de Champ Pénal consiste à croiser ces deux concepts de manière opérationnelle, de manière à en faire fructifier les apports conjoints à partir de travaux empiriques. Il s’agit notamment d’interroger les différentes dimensions des carrières délinquantes au prisme d’une approche relationnelle du genre, qui s’intéresse non seulement aux femmes mais qui cherche aussi à appréhender les hommes comme groupe social genré, spécifique et construit dans et par le rapport au groupe social des femmes (Connell, 2014 ; Thiers-Vidal, 2010). Les recherches féministes ont en effet « largement démontré que les hommes et les femmes ne se laissent pas facilement enfermer dans ces catégories dichotomiques et que pour être valable, l’analyse féministe elle-même doit échapper au piège de la réification des rapports sociaux de sexe » (Parent, 1992).

On pourra ainsi investir à nouveaux frais les apports déjà bien connus des conceptions interactionnistes pour la sociologie de la délinquance, en s’appuyant sur les affinités théoriques et méthodologiques entre ces dernières et les approches féministes du genre et de l’intersectionnalité, dans leur dimension constructiviste partagée. En portant une attention particulière à l’incorporation des normes sociales et pénales, ainsi qu’aux processus d’étiquetage, de régulation et d’adaptation auxquelles elles donnent lieu, le concept de carrière s’avère tout à fait heuristique au moment d’appréhender de manière fine des trajectoires biographiques et de les restituer en prenant en compte le poids des contraintes que font peser les rapports de domination structurels sur les individus (Darmon, 2008 ; Rétif, 2013).

Parmi les thématiques et objets que pourront aborder les articles du dossier, quelques pistes indicatives se dessinent, susceptibles d’être appréhendées séparément ou au croisement de plusieurs d’entre elles :

  • Analyser les socialisations genrées et les carrières délinquantes au prisme des différentes normes de genre de référence selon les contextes sociaux (familiaux, géographiques, de classe et de race, etc.).

  • Interroger les processus d’étiquetage, l’édiction de normes de genre et les processus d’altérisation ou de normalisation au sein du champ pénal, par exemple à travers la

  • « production institutionnelle des normes de genre » (Vuattoux, 2021).

  • Inscrire les carrières délinquantes dans des rapports économiques qui sont aussi des rapports de genre. Par exemple : structure du marché du logement, du marché du travail formel/informel et travail domestique, accès aux ressources financières légales (Sered, Norton-Hawk, 2021).

  • Cerner l’impact sur la construction des carrières délinquantes des processus de pénalisation/dépénalisation de comportements jugés déviants par rapport à l’ordre de genre dominant : par exemple criminalisation de l’homosexualité, de la prostitution, pénalisation ou dépénalisation de l’avortement selon les contextes nationaux, répression des mobilisations féministes et/ou LGBT+ ; mais aussi dialectique entre criminalisation des « déviances » et formes de résistances individuelles et/ou collectives à l’ordre de genre (Gossett et al., 2011).

  • Approfondir les questionnements méthodologiques et théoriques posés par l’analyse des carrières délinquantes au prisme du genre et d’autres rapports sociaux.

  • Les propositions d’articles pourront reposer sur différentes méthodologies et ancrages disciplinaires (sociologie, science politique, anthropologie, histoire…) et sur des terrains variés. Cependant, on attend des travaux qui s’appuient sur des recherches empiriques récentes et qui exposent la méthodologie et les données employées. Des propositions de recensions d’ouvrages (y compris publiés dans des langues autres que l’anglais ou le français) traitant des thématiques du dossier sont également les bienvenues.

Calendrier

Les propositions d’article, d’une longueur de 3000 signes maximum (environ 500 mots), devront comporter un titre, un résumé incluant une problématique, une brève description du dispositif méthodologique, ainsi que les grandes lignes de l’article.

  • Réception des propositions d’article : le 25 février 2022 au plus tard

  • Validation des propositions retenues : le 11 mars 2022 au plus tard

  • Réception des articles finaux : le 17 juin 2022 au plus tard

  • Publication du numéro : premier semestre 2023

Les propositions sont à envoyer à :

picot.pauline[at]orange.fr ; xavier.de-larminat[at]univ-rouen.fr

Les consignes relatives à la mise en forme des articles sont consultables sur le site de la revue https://journals.openedition.org/champpenal/13

Présentation des coordinateur∙ices

Pauline Picot est docteure en sociologie, chercheuse associée à l’URMIS-Université de Paris et à l’Institut Convergence Migrations et post-doctorante au CUREJ à l’université de Rouen. Ses recherches portent sur le militantisme antiraciste en France, entre sociologie de l’action collective et sociologie des rapports sociaux de genre, classe et race.

Xavier de Larminat est maitre de conférences en science politique à l’université de Rouen, rattaché au laboratoire CUREJ. Ses travaux de recherches se situent au croisement de la sociologie des institutions pénales et de la sociologie de la délinquance. Après avoir travaillé sur l’exécution des peines en milieu ouvert, ses travaux portent à présent sur les parcours biographique des personnes judiciarisées

Bibliographie

Agrikoliansky E, 2017, Chapitre 6 - Les carrières militantes : portée et limites d’un concept narratif, in Fillieule O., Haegel F., Hamidi C., Tiberj V. (dir.), Sociologie plurielle des comportements politiques, Paris, Presses de Sciences Po, 167‑192.

Becker H., 1985, Outsiders: études de sociologie de la déviance, Paris, Éditions Métailié.

Bereni L., Debauche A., Latour E., Révillard A., (dir.) 2010, Numéro spécial « Quand les mouvements féministes font (avec) la loi : les lois du genre (II) », Nouvelles Questions Féministes, 29, 1.

Biron L. L. (dir.), 1992, Numéro spécial « Les femmes et le contrôle pénal, questions féministes », Criminologie, 25, 1.

Cardi C., Devreux A.-M., 2014, Le genre et le droit : une coproduction. Introduction, Cahiers du Genre, 57, 2, 5-18.

Chetcuti-Osorovitz N., 2021, Femmes en prison et violences de genre : résistances à perpétuité, Paris, La Dispute.

Connell R., 2014, Masculinités : enjeux sociaux de l’hégémonie, Paris, Éditions Amsterdam.

Cook K.J., 2016, Has Criminology Awakened From Its “Androcentric Slumber”?, Feminist Criminology, 11, 4, 334‑53.

Daly K., Chesney-Lind M., 1988, Feminism and Criminology, Justice Quarterly, 5, 4, 497-538.

Darmon M., 2008, La notion de carrière : un instrument interactionniste d’objectivation, Politix, 82, 2, 149-167.

Delage P., Lieber M., Chetcuti-Osorovitz N., (dir.), 2019, Numéro spécial « Violences de genre : retour sur un problème féministe », Cahiers du Genre, 66, 1.

Delphy C., 2013, L’ennemi principal, T.2. Penser le genre, Paris, Syllepse.

Faugeron C., 1992, Numéro spécial « Femmes et droit pénal », Déviance et Société, 16, 3.

Fillieule O., 2020, Carrière militante, in Mathieu L., Fillieule O., Péchu C. (dir.), Dictionnaire des mouvements sociaux, Paris, Presses de Sciences Po, 91‑98.

Gossett C., Gossett R., Lewis A.J., 2012, Reclaiming Our Lineage: Organized Queer, Gender-Nonconforming, and Transgender Resistance to Police Violence, Scholar & Feminist Online.

Guillaume C., Pochic S., 2007, La fabrication organisationnelle des dirigeants, Travail, genre et societes, 17, 1, 79‑103.

Joël M., 2017, La sexualité en prison de femmes, Paris, Presses de Sciences Po.

Laufer J., 2004, Femmes et carrières : la question du plafond de verre, Revue française de gestion, 151, 4, 117‑127.

Mathieu N.-C., 2013, L’anatomie politique, Donnemarie-Dontilly, Éditions iXe.

Parent C., 1992, Au-delà du silence : les productions féministes sur la « criminalité » et criminalisation des femmes, Déviance et Société, 16, 3, 297‑328.

Potter H., 2006, An Argument for Black Feminist Criminology: Understanding African American Women’s Experiences With Intimate Partner Abuse Using an Integrated Approach, Feminist Criminology, 1, 2, 106‑124.

Prison Reform Trust, 2017, There’s a Reason We’re in Trouble » : Domestic Abuse as a Driver to Women’s Offending, Londres, Prison Reform Trust.

Rétif S., 2013, Logiques de genre dans l’engagement associatif : carrières et pratiques militantes dans des associations revendicatives, Paris, Dalloz.

Révillard A., Lempen K., Bereni L., Debauche A., Latour E., (dir.) 2009, Numéro spécial « Le droit à l’épreuve du genre : les lois du genre (I) », Nouvelles Questions Féministes, 28, 2.

Ricordeau G., 2019, Pour elles toutes : femmes contre la prison, Montréal, Lux éditeur.

Starr Sered S., Norton-Hawk M., 2021, Beyond Recidivism and Desistance, Feminist Criminology, 16, 2, 165‑190.

Thiers-Vidal L., 2010, De l’Ennemi principal aux principaux ennemis : position vécue, subjectivité et conscience masculines de domination, Paris, L’Harmattan.

Vuattoux A., 2021, Adolescences sous contrôle, Paris, Presses de Sciences Po.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search