Navigation – Plan du site

AccueilTous les volumes27ArticlesSocialisation à la marge : fragil...

Articles

Socialisation à la marge : fragilités et résiliences des enfants et jeunes en situation de rue au couvre-feu à Bamako

Socialization at the Margin: Fragilities and Resilience of Street Children and Young People Under Curfew in Bamako
Moriké Dembélé et Ahmadou Maiga

Résumés

À l’instar de la longue fermeture et de perturbation des institutions d’éducation et de socialisation scolaire (écoles, universités et instituts), les mesures préventives de la Covid-19 ont ébranlé les espaces de socialisation non institués comme la rue, notamment avec l’établissement du couvre-feu. L’objectif de cet article est de comprendre l’impact du couvre-feu sur les enfants et les jeunes en situation de rue, notamment en termes de fragilité et de résilience. Des enquêtes de terrain structurées autour des focus group constitués selon le principe d’identité d’âge, de sexe et d’espace et conduites par les pairs, ont lieu au centre-ville et à la périphérie de Bamako. Les résultats des analyses effectuées montrent que le couvre-feu a désorganisé et affaibli les espaces et circuits de socialisation non instituée dans les rues de Bamako. Les enfants et jeunes en situation de rue ont témoigné de différents types de fragilités et de capacités de résilience, variables selon l’âge, le sexe et le milieu d’existence.

Haut de page

Texte intégral

1. Introduction

1.1. Les travaux antérieurs sur les enfants et jeunes en situation de rue

1Les enfants et jeunes de la rue font l’objet d’une attention soutenue dans les recherches scientifiques. Ces acteurs sociaux, marginaux mais visibles partout dans nos villes, prennent ainsi une part importante dans les productions scientifiques concernant les transformations sociales et urbaines qui marquent notre époque. Ainsi, à la suite de l’Amérique latine (Perez Lopez, 2009 ; Cavagnoud, 2014) et de l’Asie (Stoecklin, 2000 ; Cavagnoud, 2014) le phénomène d’enfants et jeunes en situation de rue s’est développé en Afrique à la faveur de l’urbanisation grandissante qui s’y manifeste (Combier, 1994 ; Maiga, Wangre, 2009 ; Laisney, 2010). Les enfants et jeunes de la rue sont considérés comme des marginaux qui menacent l’ordre social, familial ou public. La criminalisation du phénomène est ainsi apparue.

2Les travaux scientifiques sur les enfants et jeunes de la rue peuvent être répartis en trois générations d’études et de recherches : la première concerne des recherches sur le mode de vie dans la rue (Combier, 1994 ; Lucchini, 1996 ; Maiga, Wangre, 2009). Elle a plutôt été fondée sur la description des souffrances endurées par les jeunes dans la rue. La deuxième génération porte sur les possibilités de socialisation qu’offre la rue pour les enfants et les jeunes qu’elle accueille (Parazelli, 2002 ; Chassey, 2011). La troisième génération concerne les stratégies de sortie de rue, ces dernières apparaissant comme un long processus non linéaire. L’idée est que de nombreux enfants et jeunes font de la rue un lieu de socialisation transitoire pour entrer dans l’âge adulte, rejetant les milieux traditionnels de socialisation et de normalisation (Douville, 2004 ; Colombo, 2011 ; Chassey, 2011 ; Lupitshi Wa Numbi, 2013 ; Champy, 2014).

3Les notions de fragilité et de résilience sont entrées dans le langage professionnel de l’assistance sociale aux personnes en difficulté à la suite de leur apparition dans le milieu médical. Elles désignent différents niveaux dans une sorte de continuum. Ce sont des notions dynamiques qui expriment à la fois un processus mais également un état plus ou moins éphémère. De manière plus spécifique, la notion de fragilité désigne un état d’affaiblissement, de perte, il est souvent synonyme de vulnérabilité et de précarité (Thomas, 2008). Elle traduit l’idée de manque de force ou d’endurance, donc de résistance face à son environnement. La fragilité des enfants et des jeunes en situation de rue, renvoie à leur faible capacité de résistance aux mesures restrictives de la mobilité urbaine en contexte de Covid-19. Ces enfants et jeunes sont fortement dépendants de la mobilité urbaine (alimentation, mendicité et autres activités de survie), contrairement à bien d’autres catégories sociales fragiles, leurs possibilités de recours compensatoires sont très limitées, ce qui accroît considérablement leur fragilité.

4Quant à la notion de résilience, intimement liée à celle de la fragilité, elle renvoie à la capacité de surmonter les obstacles et les difficultés, de survivre aux moments de fragilité grâce aux ressources mobilisées et à leur efficacité. À l’origine, la résilience est un concept d’origine physique, transféré en sciences sociales (Dauphiné, Armand, 2007), elle désigne la résistance aux chocs, aux événements traumatiques. De ce point de vue, la notion de résilience restitue aux personnes vulnérables et en grande difficulté, la part d’acteur qu’elles méritent dans le processus de retour à une vie normale. Pendant très longtemps, cette part d’acteur est restée ignorée chez les enfants et jeunes en situation de rue dans les politiques d’aide et d’assistance conçues en leur faveur (Lupitshi Wa Numbi, 2013).

5Beaucoup d’études les présentaient comme des personnes qui subissent passivement leur sort sans avoir de sérieuses et réelles prises sur leur destinée. Mais depuis les travaux de Michel Parazelli (1996, 2002), on comprend davantage leur pouvoir d’agir et leur possibilité de s’intégrer socialement, de sortir de la marginalité. La notion de résilience aide à mieux comprendre l’enfant ou le jeune en situation de rue, non pas comme une victime expiatoire, mais comme un acteur non négligeable de sa destinée en contexte de Covid-19. Elle témoigne de la capacité à s’adapter aux situations les plus imprévisibles et parfois avec des ressources insoupçonnées (Manciaux, 2001). Quoique discutée, et faisant très peu de consensus dans sa définition (Bertrand, Doray, 2014), la notion de résilience reste néanmoins très pertinente et prolifique sur le plan heuristique. Dans le cadre de cette étude, la notion de résilience renvoie à la mobilisation de ressources de diverse nature, soit pour s’adapter aux mesures du couvre-feu, soit pour les contourner.

6Malgré l’abondance des travaux scientifiques sur les enfants et jeunes de la rue en Afrique et ailleurs, très peu d’études ont porté sur leurs modes de vie et les ajustements et adaptations qu’ils sont censés opérer en contexte d’urgence sanitaire, de restriction des libertés de circulations. On peut néanmoins se souvenir de l’étude de Amina Karray et al. (2016) portant sur la résilience chez les enfants des rues après le terrible tremblement de terre en Haïti. De nombreux rapports d’organisations non gouvernementales signalent également les rafles de police qui concernent les enfants et jeunes en situation de rue dans les grandes villes (Morelle, 2006). Les études sont encore très rares sur les conséquences directes du contexte spécifique de la survenue de la Covid-19 et des nombreuses mesures préventives de restriction de la mobilité urbaine, notamment le confinement et le couvre-feu.

1.2. Contexte et enjeux de l’étude

  • 1 L’Indépendant (quotidien d’informations générales du Mali) n° 4975 du jeudi 28 mai 2020, p. 6.

7L’apparition soudaine du Coronavirus ou Covid-19 a profondément agité le monde. Il a ébranlé de profondes convictions et des fondements idéologiques jusque-là considérés comme inébranlables. Les habitudes sociales fortement ancrées ont été bouleversées donnant ainsi un nouveau visage aux relations humaines marquées par la distanciation sociale mais également par l’interdépendance entre tous les pays à l’échelle de la planète. Tous les secteurs de production ont été secoués. En Afrique, si la pandémie est encore restée dans des proportions plus ou moins éloignées des prévisions pessimistes annoncées de manière précoce, elle a laissé déjà des traces indélébiles dans plusieurs domaines de la vie publique. Le journal malien L’Indépendant1 titrait « 2,3 millions d’enfants d’Afrique en besoin de protection » dans le cadre de la Covid-19 rendant davantage vulnérables ceux qui l’étaient depuis fort longtemps. Dans nombre de pays africains, à la suite des pays européens durement éprouvés, de crainte d’une propagation incontrôlée de la maladie, les gouvernements ont pris de nombreuses mesures préventives de protection sociale contre la Covid-19. Ces mesures, considérées pour beaucoup d’observateurs comme des répliques des modèles expérimentés ou en expérimentation dans certains pays européens fortement touchés, ont eu des conséquences sur les populations déjà fragilisées par leurs conditions d’existence.

8En effet, nous avons assisté à une panoplie de mesures restrictives de la liberté de circulation allant de la fermeture des bars et restaurants, des écoles et universités et à l’établissement d’un couvre-feu de 21 h 00 à 5 h 00 du matin. Ces mesures, censées ralentir la chaîne de contamination, en diminuant les contacts interpersonnels, réduisent également pour de nombreuses populations les chances de gagner des ressources qui assurent leur survie quotidienne. Ces populations, composées de personnes très vulnérables, ont bénéficié de très peu d’attention politique, médiatique et humanitaire : les petits employés de restaurants, les jeunes vendeurs ambulants aux alentours des centres de commerce, les professionnels du sexe, les très jeunes mendiants, etc. Toutes ces catégories ne sont pas éligibles aux programmes gouvernementaux d’aide et d’assistance d’urgence au titre de la Covid 19. Les enfants et jeunes de la rue constituent une composante non négligeable de cette population déjà fragilisée par leurs conditions d’existence. Ces différentes catégories sociales, incapables de verbaliser publiquement leurs souffrances et de revendiquer auprès des autorités étatiques des formes de compensation, sont restées inaudibles, ignorées, hors de toute protection sociale dans le cadre des mesures gouvernementales de compensation.

  • 2 L’agglomération de Bamako concentre 12,5 % de la population totale du Mali (un Malien sur dix vit à (...)
  • 3 CNDIFE-DNPEF Rapport d’enquête sur les enfants en situation difficile et ceux en conflit avec la lo (...)

9On observe, à l’image de la démographie galopante dans la ville de Bamako2 (Dembélé, Traoré, 2017), une augmentation des enfants et des jeunes en situation de rue. Ils ne constituent pas toujours une population homogène, mais ils partagent tous un mode de vie marginal et développent des stratégies de socialisation non instituée, de survie plus ou moins légales. Combien sont-ils ? Difficile de les dénombrer avec certitude (Dembélé, Traoré, 2017), les chiffres qui circulent, qu’ils émanent des services publics ou des organisations non gouvernementales, manquent de fiabilité et surtout d’actualité3. Deux faits importants sont susceptibles de faire évoluer les chiffres d’enfants en situation de rue dans la ville de Bamako. Le premier fait concerne la crise sécuritaire au nord et au centre du Mali (Tamboura, 2016 ; Tounkara, Gaye, 2019). Cette crise sécuritaire a entraîné un déplacement massif de populations vers les autres régions, notamment Bamako qui accueille un nombre important de déplacés (Agaly, 2018). Beaucoup d’enfants et de jeunes déplacés ont regagné la rue, de manière directe ou indirecte, de manière prolongée ou temporaire, pour assurer leur survie. Le deuxième fait est relatif à la fermeture de tous les établissements scolaires. Beaucoup de scolaires rejoignent temporairement les espaces urbains et y développent diverses activités et services marchands pendant les périodes vides du calendrier scolaire (Traoré, Idrissa, 2016).

10La ville de Bamako concentre ainsi un nombre important d’enfants et de jeunes en situation de rue. Comment ont-ils vécu le couvre-feu à Bamako ? Comment chaque sous-catégorie d’enfants et jeunes en situation de rue a-t-elle vécu le couvre-feu ? Quelles ont été leurs stratégies d’adaptation et avec quelle efficacité ? Quelles sont les difficultés qu’ils ont connues ? Ont-ils développé des types de solidarité interpersonnelle pour les surmonter ? De quels types d’assistance ont-ils bénéficié ? En quoi ceux-ci correspondaient-ils à leurs besoins ? Comment peut-on envisager une assistance spécifique à ces populations fortement diminuées du fait de leur condition d’existence ? Quelles mesures spéciales peut-on envisager afin d’atténuer prochainement leur souffrance ?

2. Approche et dispositif méthodologique

11La recherche sur l’impact des mesures préventives de la Covid-19 sur les enfants et les jeunes en situation de rue s’appuie sur une approche essentiellement qualitative. D’un point de vue théorique, la présente recherche s’inspire du paradigme de l’enfant ou du jeune acteur dans une perspective interactionniste. Elle se réfère aux travaux de recherche antérieurs qui considèrent les enfants et jeunes en situation de rue comme des acteurs non négligeables de leur propre socialisation, de leur existence et qui agissent en fonction de leurs intérêts (Lucchini, 1996 ; Danic et al., 2006 ; Lupitshi Wa Numbi, 2013).

2.1. La collecte des données

12S’inspirant largement du bricolage méthodologique expérimenté dans une étude similaire (Dembélé, Traoré, 2017), les enquêtes de terrain sont réalisées à partir d’un protocole innovant et adapté aux enfants et jeunes en situation de rue. Elles mettent en jeu la collecte des données par les pairs dans des focus group. En effet, des enfants et jeunes en situation de rue, identifiés et formés, ont enquêté leurs camarades à l’aide d’entretiens libres de type conversationnel dans des focus group de taille moyenne (4 à 7 personnes). La collecte des informations engage alors les enfants et jeunes participants en tant que partenaires de recherche actifs.

2.2. Identification et passation des entretiens auprès des enfants et des jeunes

  • 4 Il s’agit d’étudiants en master ayant pris des cours de méthodologie qualitative de recherche par n (...)

13Les participants ont été identifiés par la méthode de la boule de neige et les entretiens enregistrés sur support numérique. L’accès aux enfants et jeunes est négocié à partir d’un protocole développé dans l’étude de référence citée ci-dessus. Les entretiens sont conduits en deux phases et ont concerné toutes les catégories d’enfants et de jeunes en situation de rue. La première phase a été conduite par les enquêteurs professionnels4 et vise à la collecte d’entretiens individuels auprès des enfants et des jeunes en situation de rue en vue de repérer les plus aptes à conduire des entretiens de groupe. La deuxième phase est conduite par les pairs en situation de rue (focus group). Les focus group sont constitués par des catégories d’identité unique : les plus jeunes ou cadets (-10 ans), les jeunes juniors (10 à 15 ans) et les seniors (+ 15 ans). Ces trois catégories sont constituées uniquement de filles ou de garçons.

14Pour chaque catégorie d’âge constituée, deux focus group sont composés, l’un au centre-ville et l’autre à la périphérie, de façon à intégrer les enfants et jeunes de la rue des quartiers périphériques. Dans nombre d’études sur les enfants et les jeunes de rue, les enquêtes ont lieu uniquement autour du centre commercial de Bamako (Dembélé, Traoré, 2017 ; Dembélé, Diabaté, 2020) alors que ces enfants et jeunes sont également présents dans les grands quartiers populaires à la périphérie. L’idée sous-jacente est de comparer leurs fragilités et résiliences au couvre-feu imposé dans le cadre des mesures préventives de la Covid-19.

15Le nombre de participants au focus group varie entre 5 à 8 enfants ou jeunes. Les discussions ont été enregistrées sur carte mémoire à partir de téléphones portables. Elles ont duré entre 60 à 90 minutes et portaient sur les difficultés vécues engendrées par le couvre-feu ainsi que sur la capacité à s’y adapter tout en restant dans les situations de rue.

16La finalité recherchée est d’intégrer toutes les catégories d’enfants et de jeunes en situation de rue, de libérer la parole et la libre expression chez tous les participants à la collecte des données. La démarche d’enquête, bâtie à la fois sur les pairs enquêteurs et le focus group, s’est révélée extrêmement fructueuse, en témoigne la quantité d’informations obtenues (Tableau I).

Tableau I. Focus group selon le nombre de participants et le milieu de collecte

Focus group

Sexe

Centre

Périphérie

Total

Cadets

Filles

5

0

5

Garçons

5

7

12

Juniors

Filles

5

0

5

Garçons

6

8

14

Séniors

Filles

6

0

6

Garçons

5

6

11

Total

32

21

53

Sources : données de l’enquête juin 2020

  • 5 Marché à quatre grandes portes (en langue nationale bamanan).
  • 6 Cette pratique, assimilable à une forme d’exploitation des enfants, est interdite au Mali (Code des (...)

17Cette double répartition, par âge et par espace d’existence, montre que les enquêtes de terrain ont concerné 32 enfants et jeunes du grand centre commercial, communément appelé « marché Dabanani5 » et 21 enfants et jeunes des quartiers populaires. Il faut noter que dans le quartier périphérique, aucun focus group de filles n’a pu être enregistré. À cet endroit, les jeunes filles en situation de rue sont généralement des guides de personnes adultes notamment des aveugles et autres handicapés ou encore des tutrices d’enfants jumeaux. Ces jeunes filles sont chargées de conduire ces personnes dans la ville pour que ces dernières puissent demander l’aumône, la charité, les jeunes filles recevant en retour une rémunération6. Dans l’un comme dans l’autre cas, elles ne sont pas indépendantes, les mobiliser pour une telle enquête nécessitait l’accord de leur employeur. Ce qui, de toute évidence, est difficile à obtenir. C’est pourquoi, l’étude a concerné uniquement les jeunes filles du centre commercial, plus libres, exerçant beaucoup de petits métiers pour assurer leur survie.

2.3. Analyse de contenu multigrade et intégrée des informations recueillies

18Dans le cadre de cet article, seuls les résultats issus des discussions au sein des six focus group sont présentés et analysés. Dans un premier temps, l’analyse a porté sur les données de chaque focus group et mention est faite des discours individuels au sein des groupes. Cette première étape a abouti à une synthèse sur chaque focus group. Ensuite, dans un deuxième temps, une analyse binaire et spatiale a permis de comprendre les constances mais également les différences en termes de fragilités et de résiliences entre les enfants et les jeunes du centre commercial et ceux du quartier de la périphérie. Enfin, dans un troisième temps, une analyse transversale de toutes les synthèses établit les tendances majeures convergentes à propos des fragilités et des résiliences.

19Les nombreux extraits de discours cités dans le texte sont compilés, à partir de l’enregistrement sur carte mémoire de téléphone portable. Ce sont des morceaux de texte assortis des discussions, non pas de façon linéaire, mais de façon inter-coupée. Ce sont des discours directs qui juxtaposent les propos de différents participants au focus group. Ces discours anonymisés sont mis dans un ordre qui n’est pas forcément celui de leur production au moment de l’enregistrement.

3. Analyse des discussions au sein des focus group

20En trois mois, le couvre-feu a bouleversé la vie des enfants et des jeunes en situation de rue à Bamako, il a perturbé leurs habitudes, leur mode de vie et déstabilisé leurs relations sociales de soutien, voire de survie. Les informations empiriques collectées lors des focus group ont montré les difficultés qu’ils ont vécues ainsi que les diverses adaptations qu’ils ont expérimentées pendant toute la durée du couvre-feu. Le couvre-feu, instauré en mars 2020, ne tenant pas compte de leurs conditions d’existence et de leurs besoins spécifiques, a accru leur fragilité et limité leur capacité de résilience.

3.1. Dans le quartier périphérique

21Les enfants et les jeunes ont évoqué de nombreuses difficultés liées au couvre-feu qui ont accru leur vulnérabilité. Toutefois, les différents groupes d’âge constitués n’ont pas vécu toujours les mêmes difficultés ou ils ne les ont pas vécues avec la même intensité. En effet, dans le quartier périphérique, le focus group des cadets (-10 ans), est entièrement composé de jeunes talibés mendiants (7 sur 7) affiliés à un marabout dans le cadre de l’enseignement religieux. À cet effet, ils sont amenés à mendier pour se nourrir mais également payer à leur maître une somme d’argent de 250 F à 500 F chaque soir à leur retour à la maison. Traditionnellement, ces marabouts se déplacent à travers le pays avec leurs jeunes talibés et quand ils arrivent à Bamako, ils habitent généralement la périphérie où les coûts de location sont moins onéreux, où ils peuvent même habiter des maisons inachevées gratuitement. Les discussions au sein de ce focus group ont mis en avant trois difficultés ou contraintes qui ont accru leur vulnérabilité pendant le couvre-feu. La première difficulté relative à la fermeture plus tôt que prévue des restaurants où ils bénéficiaient de la générosité des clients qui leur cédaient le reste de leurs plats mais aussi des gérants qui leur servaient les aliments préparés invendus.

Les restaurants sont fermés très tôt, ils ne préparent pas beaucoup et ils ne reçoivent même pas beaucoup de clients alors que c’est là où nous on mange avant de rentrer à la maison, et puis nous devons aussi chercher à apporter un peu de nourriture, en réserve pour le matin. Avec la situation, tout cela s’est arrêté d’un trait […] pendant longtemps, nous rentrions à la maison sans manger et sans réserve pour le matin […]. Parfois, l’argent que nous donnons au maître arrive à manquer. Au départ, il nous grondait et ne nous croyait pas, mais par la suite, il a compris que le problème ne vient pas de nous. À cause de ça, notre maître nous dit de rentrer vite après le crépuscule. Il a aussi toléré l’argent incomplet que nous lui donnons chaque soir. […] Les premiers jours, moi je ne comprenais pas beaucoup, mais j’ai constaté que les gens sont rentrés vite, et il n’y a pas beaucoup de personnes là où l’on vient pour manger et éventuellement compléter l’argent pour le maître. Ce jour, nous sommes tous rentrés à pieds, pas de véhicules de transport en commun, rien, tout est vide sur les trottoirs. Nous on a marché de Badalabougou jusqu’à chez nous et nous étions rentrés très tardivement. Après quelques jours, j’ai compris que les gens doivent rentrer plus tôt chez eux.

(Focus group des cadets, quartier périphérique)

22Les jeunes enfants talibés constituent une composante non négligeable des enfants de la rue. Ils se distinguent des autres par leur affiliation à une école coranique, et leur soumission à un maître coranique. Partant, ils sont tenus de revenir chaque soir à la maison, même s’ils peuvent parfois dormir avec les autres dans les intersites de la ville. Ces très jeunes talibés mendiants opèrent dans les quartiers de proximité et ne s’éloignent pas trop de leur résidence, de crainte de se perdre dans la ville. Lors du couvre-feu, leur grande difficulté concernait l’accès à la nourriture le soir, comme mentionné dans l’extrait ci-dessus. Ils sont restés longtemps sans comprendre les enjeux du couvre-feu, puis ils s’y sont adaptés progressivement, en gardant une partie de la nourriture du jour pour la nuit, mais également en arrivant à négocier auprès de leurs maîtres une réduction de leurs cotisations quotidiennes.

23Quant aux « enfants juniors », ils constituent un groupe très peu homogène. Composé généralement d’enfants en rupture familiale précoce, ou encore en rupture avec leur maître coranique, cette catégorie se distingue de la catégorie des « cadets » par le fait qu’ils s’éloignent des quartiers de leur résidence. Ils exercent différents métiers et deviennent mendiants occasionnellement quand ils viennent à manquer de ressources vitales. Même s’ils n’arrivent pas toujours au centre commercial, comme les « séniors », ils sont le plus souvent itinérants, n’ayant pas toujours de résidence fixe. Ce focus group « juniors » a identifié d’autres difficultés qui ont fragilisé leur existence en situation de rue. Parmi ces difficultés, on peut citer la restriction à la mobilité et l’abandon des espaces de rencontre et d’échange.

Moi, je pense que ces trois mois ont été très difficiles pour nous, moi je suis à l’autogare, mais je dors dans le garage avec mes amis. Avec le couvre-feu, je ne peux plus aller là-bas, parce que je dois traverser les grandes artères. Une fois, les policiers nous ont pourchassés et nous ont frappés parce qu’il était l’heure du couvre-feu. Moi j’étais même blessé. Finalement, le jour où je vais là-bas, je quitte très tôt l’autogare pour aller dormir avec mes amis. Aussi, depuis le couvre-feu, on ne regarde plus la télé, là-bas dans le quartier, on regarde la télé chez un boutiquier, avec la situation, celui-ci ferme sa boutique, et partout, nous n’avons plus où se distraire. Loin des artères principales, on se regroupait pour jouer aux cartes.

(Focus group des juniors, quartier périphérique)

24Les enfants et les jeunes en situation de rue constituent une population très mobile. Ils parcourent plusieurs quartiers dans la journée. Les lieux de leurs petits boulots sont souvent éloignés des lieux où ils passent la nuit. Comme généralement ils évoluent en bandes, ils n’échappent pas toujours au contrôle policier dans le cadre du couvre-feu. Quand le groupe se disloque, beaucoup de jeunes courent le risque de se faire spolier de leurs maigres ressources par des jeunes délinquants.

Pendant ce moment, d’autres jeunes nous prenaient nos sous par la force parce que pour échapper aux rafles des policiers, il arrive que l’on abandonne les grandes artères éclairées, pour passer par des espaces peu éclairés, mais là aussi, des jeunes délinquants nous guettent et nous rattrapent et nous enlèvent l’argent que nous avons. Parfois, en plus, ils nous frappent […] et ainsi pendant ces mois, nous restons souvent à l’autogare pour dormir avec les apprentis, mais certains vont également vers les mosquées pour dormir. Nous avons beaucoup souffert pendant cette période. […] il y a des enfants qui sont retournés dans leur famille, d’autres sont allés se confiner dans les familles de leur camarade. Quand la nuit tombe, chacun se cherche un asile, cela n’a pas été facile pour nous.

(Focus group des juniors, quartier périphérique)

25Beaucoup d’enfants et de jeunes en situation de rue sont dans des réseaux de solidarité très actifs, notamment les plus âgés d’entre eux. Contrairement aux enfants de la catégorie des « cadets » et des « juniors », la catégorie des « séniors » ne pratique pas la mendicité. Ils travaillent le plus souvent comme porteurs de bagages, comme cireurs de chaussures, comme revendeurs ou petits négociants. En plus de ces activités, ils sont acteurs de la petite délinquance. Huit jeunes ont participé au focus group « séniors » dans le quartier périphérique et populaire. Ils ont évoqué un nombre important de difficultés liées au couvre-feu dans le cadre de la Covid-19.

Chaque nuit, nous on se regroupe à côté de l’avenue principale, d’habitude, on y restait jusqu’à la nuit avancée, et à côté, il y a un vieux qui gardait nos ressources, nos affaires. Ce vieux, ils l’ont chassé d’ici, il est parti jusque dans le quartier auprès du stade du 26 mars. Pendant ce temps, nous ne pouvons plus nous regrouper, chacun se débrouille à côté, les brigades de vigilance du couvre-feu ne voulaient pas nous voir ensemble alors que cela nous protège contre les bandits. Pour éviter que les bandits ne nous dépouillent, beaucoup d’entre nous confient leur argent aux gens de confiance et ne se promènent plus avec de l’argent. Les gens nous prennent notre argent. […] on a demandé à un garagiste un abri pour y passer les nuits, celui-ci a accepté, et depuis nous allons là-bas, pour dormir avec les gardiens et même après le couvre-feu, nous y sommes restés. C’est comme ça.

(Focus group des séniors, quartier périphérique)

26Les discours donnent un aperçu, certes succinct, mais révélateur des différences selon l’âge entre les enfants et les jeunes de la rue en termes de difficultés et de stratégies d’adaptation au couvre-feu. Les besoins de développement et de réalisation sont très différents selon l’âge des enfants et des jeunes. De la même manière, les restrictions à la mobilité à travers le couvre-feu, ne les affectent pas avec la même ampleur. De même, leurs stratégies d’adaptation varient beaucoup.

27Dans le quartier périphérique, les plus jeunes enfants en situation de rue, dénommés « cadets » sont généralement des talibés mendiants. Leurs difficultés majeures sont relatives à l’accès à la nourriture le soir ainsi que, dans une moindre mesure, les cotisations qu’ils sont tenus de verser au maître à leur retour au foyer. Beaucoup d’entre eux ont négocié et obtenu auprès de leur maître une baisse de la cotisation journalière. Ils se sont adaptés progressivement au couvre-feu et réservent de la nourriture durant la journée pour la nuit. Alors qu’auparavant ils se partageaient entre eux le surplus obtenu dans la journée, avec le couvre-feu, chacun garde pour soi jusqu’au soir. De même, ils ont ajusté leurs horaires de retour au foyer et les ont adaptés aux heures du couvre-feu afin d’éviter d’avoir à faire avec les brigades de vigilance.

28Quant aux enfants de la catégorie « juniors », ils ne sont pas tous affiliés à des familles ou encore à des marabouts, ainsi, beaucoup d’entre eux dorment dans la rue. Ils ont connu des rafles de la police, ont été contraints d’abandonner leurs lieux habituels de rencontre et de distraction la nuit. Ces jeunes ont développé des attitudes résilientes, notamment en abandonnant leurs lieux de rencontres habituels des artères principales pour constituer d’autres espaces, bien éloignés, à la périphérie des quartiers peu ou pas éclairés la nuit.

29Quant aux jeunes de la catégorie « séniors », après plusieurs rafles et enfermements, certains groupes ont résisté à la brigade de surveillance du couvre-feu puis ils ont négocié pour rester dans les marges qu’ils occupent depuis toujours tout en restant sur place après l’heure du couvre-feu. Même si certains jeunes « séniors » se sont repliés davantage vers les quartiers de la périphérie, d’autres ont également négocié des formes de retour en famille pour y passer les nuits.

3.2. Au centre commercial

30Les enfants et les jeunes du centre commercial se caractérisent par leur grand nombre, par la diversité de leur occupation mais également par la présence importante de jeunes filles. Six focus group ont été constitués pour mieux comprendre leurs fragilités et leur capacité de résilience face au couvre-feu, instauré dans le cadre la prévention de la Covid-19. L’analyse porte d’abord sur les focus group des jeunes filles, et ensuite sur ceux des garçons.

31Trois focus group ont été établis pour les filles selon le principe de l’identité groupe d’âge. Dans l’analyse de la catégorie « cadets », trois difficultés majeures ont menacé leur existence dans la rue. Les filles cadettes sont majoritairement nées de parents itinérants ou en situation stable de rue depuis fort longtemps. Elles vivent donc avec les parents, parfois ensemble, ou dans des espaces légèrement séparés, mais toujours en contact avec eux. Le couvre-feu a disloqué souvent ces familles ou groupes de familles à cause des rafles de la police.

Tous les soirs, les policiers viennent chasser les gens ici, alors, moi je vivais avec ma maman, avec ma sœur aussi, à cause de ces policiers, notre maman est partie en ville avec ma petite sœur. Elle a passé des nuits autour de la grande mosquée, mais finalement, elle a décidé d’aller dans un quartier mais le jour, elle vient ici et on se rencontre. Moi, et d’autres filles, on a trouvé un endroit où dormir, même là-bas, ils [policiers] venaient nous embêter, ils ont fini par nous laisser là-bas, parce qu’on a refusé de quitter en disant « nous, on n’a nulle part où aller ». Mais les gens nous ont aidés pour qu’ils nous foutent la paix. Nous étions très nombreux, 10 ou 13 personnes, il y avait parmi nous de grandes filles, mais nous étions ensemble. […] Et puis pendant la nuit, nous étions obligés de nous coucher très tôt, on ne pouvait plus aller regarder la télé chez les gardiens de nuit, on ne peut plus organiser nos jeux dans la rue, vraiment c’était difficile pour nous. Il y a des cas où les plus grandes filles nous prenaient de l’argent pour nous protéger là où on dormait, parfois ce sont les gardiens. […] Souvent nous ne mangeons pas la nuit parce que tout le monde rentre chez soi très vite après le crépuscule.

(Focus group filles des cadettes du centre commercial)

32Au centre commercial, à la nuit tombée, des générations de familles cohabitent et développent des logiques de reproduction des situations de rue dans les espaces occupés le jour par les commerçants ambulants. Le couvre-feu a souvent mis à mal ces regroupements à fort potentiel de socialisation pendant la nuit. Certains parents se sont retirés du centre commercial avec leurs enfants mais d’autres, comme dans l’extrait ci-dessus, ont abandonné leurs enfants à la rue, parce que les brigades de vigilance du couvre-feu, étaient probablement plus sévères à l’égard des adultes qu’à l’égard des plus jeunes enfants. Le couvre-feu a ainsi perturbé la socialisation à la marge des enfants et des jeunes en disloquant leurs réseaux de soutien et de sociabilité.

33Quant aux filles du focus group de la catégorie « juniors », en plus de partager les problèmes soulevés dans les discussions du focus group des filles « cadettes », la restriction de la mobilité nocturne a été posée comme une préoccupation majeure. Les cinq discutantes du focus group ont mis en avant que :

Dans notre cas, notre travail de nuit a été perturbé. Et cela a conduit à une diminution drastique de nos revenus. Moi, je travaille dans un petit restaurant qui a fermé totalement. Puis, on a plus de clients la nuit. Or voilà d’où nous tirons nos ressources vitales. Beaucoup de jeunes filles comme nous ont abandonné totalement le marché, parce qu’elles n’avaient plus de quoi vivre. En plus, dans ce cas, quand on tombe malade, qui va nous soigner, et nos enfants […] vois ici, nous avons tous des enfants, et souvent même deux. Là, vraiment, nous avons beaucoup souffert pendant ces trois mois […]. Comme on ne travaille pas la nuit comme par le passé, nous sommes presque toutes devenues des débrouillardes au marché le jour. Il y a des fois on gagnait, mais beaucoup de jours, on ne gagnait rien […]. Mais nous étions restées solidaires, moi je partais dormir chez une amie, mais il y en a d’autres qui ont cherché à être employée de maison pendant cette période […]. Oh ça a été dur pour nous, beaucoup sautaient les repas, soit ne mangeaient pas la nuit ou ne mangeaient pas le matin, c’était dur. Tout cela, c’est maintenant le passé, on a repris notre travail […], il y a même des filles qui ont accepté de se marier pendant cette période pour avoir la paix, d’autres rejoignaient leurs copains chaque soir [rire].

(Focus group filles des juniors du centre commercial)

34Parmi les cinq jeunes filles, quatre avaient déjà fait l’expérience de la maternité. Trois d’entre elles ont deux enfants. Bien qu’elles soient jeunes et enregistrées au service AEMO (Action éducative en milieu ouvert) du District de Bamako, ces filles pratiquent la prostitution de façon déguisée comme activité principale. Le couvre-feu a désorganisé ce secteur de manière marquée parce que les lieux y contribuant (bars-restaurants et autres lieux de joie) sont restés fermés, menaçant ainsi la survie de nombreuses filles anonymes en situation de rue dans le centre commercial. Si beaucoup d’entre elles ont développé des attitudes résilientes en changeant d’activités, de domicile, bien d’autres ont peiné à trouver des solutions en raison de l’avènement soudain de la mesure du couvre-feu. Comme pour leurs sœurs cadettes, beaucoup de ces jeunes filles ont connu un affaiblissement de leurs relations sociales, voire interpersonnelles (entre elles et avec les autres) qui participaient à leur socialisation en situation de rue. Les groupes de pairs, très importants dans la socialisation à la marge urbaine, ont vu leur potentiel d’intégration affaibli.

35Enfin, la catégorie des jeunes filles dites « séniors » ne se distingue pas beaucoup de leurs consœurs « juniors » en termes d’activités et de contraintes liées au couvre-feu. Nombre d’entre elles sont des prostituées plus ou moins déguisées. Elles sont organisées en réseaux et exercent d’autres petits métiers de subsistance. Six jeunes filles, de profil identitaire différent, ont animé le débat du focus group des filles « séniors » autour des difficultés rencontrées lors du couvre-feu et de leurs stratégies d’adaptation.

La maladie a causé des problèmes à tout le monde, mais nous davantage. Nous, on n’a pas d’abri, un chez soi, nous dormions à côté des magasins avec la permission des propriétaires, mais, avec la maladie, la mairie a décidé de tout dégager, et personne dans la rue à partir de 20 heures ou 21 heures. […] Pour moi, ce qui m’a fatigué, c’est la fermeture des bars et restaurants de toute la ville. Et puis nos clients sont contraints à rester à la maison, ils ne peuvent pas venir nous rencontrer, ça a été très dur, tout ça là. Et on ne gagnait plus rien. Nos projets sont restés sans suite. […], face à la situation, certaines jeunes filles sont allées en location dans les quartiers en accord avec leurs clients, ceux-ci leur rendent visite le jour. Bien d’autres ont trouvé d’autres solutions en attendant la levée de l’interdiction de circuler la nuit. […] plusieurs fois, moi j’ai été arrêtée par la police et je passe la nuit, le matin, ils finissent par me libérer. Il fallait que je me débrouille. Moi je ne peux pas tout dire, Dieu merci, c’est fini, tout le monde est content maintenant. On est avec les amis, on bavarde chaque soir.

(Focus group des filles séniors du centre commercial)

36On peut constater que le couvre-feu a bouleversé les habitudes de vie de la population marginalisée, comme pour beaucoup d’autres corporations sociales. Pour les jeunes filles « séniors », on peut dénombrer plusieurs sous-catégories. Il s’agit de filles anciennes aide-ménagères, ayant entrepris le petit commerce avant de se retrouver comme jeunes filles en situation de rue, puis prostituées occasionnelles. Il s’agit en outre de jeunes filles, nées de parents marginaux et ayant évolué depuis leur naissance dans les environs du centre commercial. Elles occupent de nombreux petits emplois temporaires dans le marché, comme chargée d’entretien de boutiques, employée dans les petits restaurants du centre commercial, revendeuses d’articles ou d’eau glacée à la criée. Enfin, il y a des jeunes filles qui, pour diverses raisons (maltraitance, grossesse non désirée, refus de se marier, abandon scolaire, etc.), ont fugué de leur famille d’affiliation, pour se débrouiller toute seule dans les marges urbaines, dans le but de préparer leur intégration sociale. En plus de ces trois profils de jeunes filles en situation de rue facilement identifiables à travers leurs trajectoires, il existe d’autres profils mineurs parmi elles, comme celles ayant renoncé à des mariages arrangés par les parents.

37Les préoccupations majeures soulevées par le focus group s’inscrivent dans la continuité de celles de leurs sœurs juniors. À la différence de celles-ci, elles affichent plus clairement leur prostitution sans être des vraies professionnelles du sexe. Elles pratiquent la prostitution en arrière-plan d’autres activités de production mais bien moins lucratives. C’est pourquoi, les effets du couvre-feu se font ressentir plus durement chez elles parce qu’il a perturbé leur activité centrale.

38Les focus group des jeunes garçons en situation de rue dans le centre commercial ont donné lieu à des discussions très intenses sur les difficultés rencontrées et les stratégies d’adaptation adoptées. En effet, le focus group de la catégorie des « cadets » a mis l’accent sur la désorganisation de leurs réseaux traditionnels de soutien, les difficultés de restauration de nuit, ainsi que l’absence d’activités récréatives le soir.

L’un des problèmes que nous avons connu pendant ces mois, c’est la peur. Nous avions peur de nous regrouper la nuit pour jouer et s’amuser ensemble. Nous jouons dans cet espace la nuit sous le lampadaire. Cela intéresse beaucoup tout le monde, nous jouions avec les autres enfants du quartier. […] Mais ceux qui ne voulaient pas jouer regardaient la télé devant les boutiques qui restaient ouvertes longtemps la nuit. Avec le problème de fermeture plus tôt de tous les magasins, plus de distraction. […] il y a un autre problème, certains de nos parents, les personnes adultes, parfois nos grands frères qui nous protégeaient, sont partis à cause des contrôles de police. Alors, nous étions sans protection, c’était dur, nous ne trouvons même pas à manger la nuit. Nous étions tous obligés d’aller autour de la grande mosquée pour trouver refuge la nuit tombée. Là-bas, il y a beaucoup de gens, c’était rempli de monde, tout le monde, il manquait des fois de place, et beaucoup de vols […]. Moi, je suis parti avec ma maman dans le quartier, c’est très loin d’ici. Ainsi, il y a des jours, je ne venais pas au marché.

(Focus group des garçons cadets, centre commercial)

39À l’analyse des discours des plus jeunes enfants en situation de rue, on peut observer que les mois de couvre-feu ont été vécus avec beaucoup de difficultés. On peut noter que malgré les contraintes, ces jeunes enfants sont restés le plus souvent dans les marges urbaines et ont développé des stratégies de résilience au couvre-feu, notamment en se regroupant dans les lieux de culte et avec d’autres types de populations de la rue. Beaucoup d’entre eux, à cause de la spoliation de leurs maigres ressources, sont retournés momentanément dans les familles sans pour autant renoncer totalement aux ressources que la rue leur procurait. Ils venaient toujours y chercher leurs subsistances.

40En ce qui concerne les deux autres focus group des garçons du centre commercial, les discours relèvent du même registre. À la seule différence que ces jeunes sont souvent des jeunes travailleurs qui ont renoncé à habiter dans les quartiers pour former un réseau de sans-abri ou de très précaires au centre commercial.

Comme les policiers ne voulaient pas voir beaucoup de personnes ensemble alors que nous, on voulait rester ensemble, ils nous demandaient de rester sur place et de ne pas bouger. Que bouger la nuit maintenant est interdit à cause d’une maladie. Mais nous on bougeait, s’ils nous voyaient on donnait l’impression d’être sur place. Certains nous comprenaient bien, mais d’autres nous frappaient sans pitié. […] Nous ne sommes pas des mendiants, nous travaillons la journée au marché et la nuit, nous nous retrouvons la nuit, comme en famille, pour bavarder et échanger les idées. Ici, nous sommes des frères, nous avons des intérêts communs à défendre. Nous n’avons pas le même nom de famille, mais nous sommes tous des frères, n’est-ce pas ? […]. Bon voilà, il y a ici beaucoup de groupes de jeunes dans le centre commercial, on se regroupe parce que l’on effectue le même travail ou bien on vient du même coin, ou encore on parle la même langue. C’est tout ça.

(Focus group garçons juniors, centre commercial)

41Les jeunes du focus group « séniors » ont insisté sur leurs démêlés avec la police de vigilance couvre-feu. Aussi, le couvre-feu a réduit leur mobilité et a limité l’accès à des ressources souvent considérées comme vitales.

Les gens travaillent auprès des services de nuit. Et si ces services ferment, comment allons-nous faire ? Je travaille comme serveur dans un restaurant, mais c’est la nuit, je travaille, et puis tout d’un trait, tout est fermé, on n’est même pas au courant. C’est grâce à l’argent que l’on gagne la nuit que beaucoup d’entre nous arrivent à manger et à mettre de côté quelques francs pour le futur […]. Non, nous sommes dans la rue, c’est pour garder quelque chose et faire quelque chose après. Ici, on se débrouille pour vivre mais on pense qu’un jour, on ne sera plus là. On va faire autre chose. […] la difficulté, c’est que les gens ne nous comprennent pas, ils pensent que nous sommes tous des bandits ratés, alors que c’est faux, la police nous voit, ils nous amènent, puis il faut payer de l’argent. Voilà, on ne gagne pas beaucoup, eux aussi nous demandent de l’argent. Si tu ne payes pas tu restes là-bas dans leurs mains. […] il y a des jeunes qui paient pour ne pas dormir à la police, il y a d’autres qui restent toute la nuit, ils finissent par les libérer le matin […]. Nous avons beaucoup souffert pendant ces mois. Moi j’ai utilisé tout ce que j’avais gardé à côté. Ça été vraiment dur. On a tout supporté, et Dieu merci, c’est fini.

(Focus group des garçons séniors du centre commercial)

  • 7 Au sens d’appartenir à la même ethnie ou à la même localité d’origine.

42Les jeunes travailleurs en situation de rue, certes moins nombreux, se distinguent des autres par leur système d’organisation communautaire et d’entraide sociale. Ils évoluent en groupe autour d’un espace où l’un des leurs réside. En effet, lorsqu’ils trouvent par exemple un parent7 gardien d’un immeuble, ils s’y rassemblent et forment un groupe de pairs dynamique. Le couvre-feu a parfois disloqué ces rassemblements qui favorisent les apprentissages sociaux.

4. Discussions des résultats

43Afin de discuter les résultats de cette contribution, dans un premier temps, l’intérêt est porté sur l’importance de l’approche méthodologique, articulée autour du focus group, des critères de sa composition et des pairs enquêteurs. La pertinence du focus group ainsi que sa composition est interrogée. Ensuite, les effets de la Covid-19 sur les populations marginales et fragiles sont analysés et discutés avec les concepts de fragilité et de résilience à la lumière des travaux scientifiques récents.

4.1. Adaptation du protocole méthodologique au contexte de la recherche

44Le protocole méthodologique s’est adapté à la diversité de la population d’enfants et de jeunes en situation de rue dans la ville de Bamako. Il s’est avéré très efficace en raison de la quantité et de la qualité des informations recueillies. En effet, trois éléments combinés du bricolage méthodologique ont participé ensemble à l’efficacité des enquêtes de terrain. Premièrement, le choix du focus group, organisé selon le principe de l’identité de sexe et de l’âge, a été bien accueilli par les enfants et les jeunes en situation de rue. Les discussions ont témoigné de tout l’intérêt qu’ils ont porté sur le dispositif mis en place. Ce choix a, semble-t-il, atténué les obstacles à la libre expression des enfants et des jeunes et a, de ce fait, permis d’accéder à la verbalisation de leur souffrance sur les effets du couvre-feu ainsi que sur les stratégies qu’ils ont développées pour résister et s’en sortir.

45Deuxièmement, comme le montrent les résultats, la prise en compte de la variable « espace d’existence » en termes d’opposition centre-périphérie, a été particulièrement féconde. Les besoins des enfants et des jeunes en situation de rue sont très différents selon leur milieu d’existence : ceux des centres-villes adoptent des modes de vie et des attitudes bien différents de ceux que l’on rencontre dans les périphéries urbaines. Leurs fragilités et leur capacité de résilience varient selon leur milieu d’existence et de travail, comme les résultats des analyses le soutiennent. Enfin, troisièmement, les enquêtes ou interventions par les pairs constituent une option méthodologique pratique fort utile, comme le suggèrent beaucoup de recherches sur les groupes sociaux vulnérables (Bellot et al., 2010 ; Dembélé, Traoré, 2017).

4.2. Une socialisation marginale fragilisée

46Les mesures préventives de la Covid-19, notamment le couvre-feu, ont disloqué les espaces de socialisation non institués, non conventionnels, bricolés à l’écart des institutions traditionnelles (Colombo, 2011). Construits autour des groupes de pairs, toutes les catégories d’enfants et de jeunes en situation de rue en ont été affectés en raison de leurs modes de vie. Si le rôle de socialisation du groupe de pairs est reconnu dans la littérature consacrée à la socialisation des jeunes (Hernandez et al., 2014 ; Kindelberger, 2018), il est particulièrement reconnu lorsque l’on a affaire avec les enfants et les jeunes en situation de rue (Bellot et al., 2010). À défaut d’une socialisation instituée pour la construction de leur identité personnelle, les enfants et les jeunes s’appuient sur le groupe de pairs et sur leurs relations sociales de rue pour se construire une personnalité à la marge. Les regroupements nocturnes des enfants et des jeunes sont des moments importants d’apprentissage et de façonnage de leur personnalité. Les brigades de vigilance Covid-19 ont restreint ces espaces de mobilité et ont accru leur isolement social et affectif. À l’instar de la perturbation des institutions de socialisation conventionnelle comme l’école et les universités, les mesures préventives ont troublé également le processus de socialisation non instituée, celui dans la rue. Les groupes de pairs jouant un rôle important dans la socialisation à la marge des enfants et des jeunes sont disloqués et recomposés selon les contraintes du couvre-feu.

47La fermeture des bars et restaurants et la restriction de la mobilité urbaine ont impacté la vie de nombreux enfants et jeunes en situation de rue à travers leurs activités quotidiennes, en particulier les jeunes filles du centre commercial. En effet, le couvre-feu a réduit leurs capacités de mobilisation des ressources nécessaires à leur survie. Les jeunes (filles et garçons) de la catégorie « séniors » ont souvent perdu leur emploi précaire à cause de la fermeture de leur lieu de travail. Pour les jeunes filles prostituées permanentes ou occasionnelles, la fermeture des maisons closes a été durement ressentie comme une perte d’emploi. Ces conclusions convergent avec celles dégagées par A. Karray et al. (2016) dans un article publié sur les « trajectoires résilientes et logiques d’espoir chez les enfants des rues de Haiti » à la suite du tremblement de terre de janvier 2000. Cette recherche a montré la place combien importante de la créativité dans le processus résilient ainsi que le rôle de l’identité groupale. Les conséquences des mesures préventives de la Covid-19 (pertes d’habitation et de moyens de subsistance, séparation d’avec les personnes de soutien, stress affectif) sont comparables à celles de catastrophes naturelles (inondations, incendies, tremblement de terre) ou humaines (conflits armés).

4.3. Une forte capacité de résilience

48Beaucoup d’enfants et de jeunes de la rue témoignent d’une grande intelligence et d’une réelle capacité d’adaptation sociale. Les apprentissages dans la rue sont rapides et l’accès à la maturité s’effectue sans transition. Ainsi, lors du couvre-feu de mars à mai 2020, face aux difficultés de survie, ces enfants et ces jeunes développent des stratégies d’adaptation tout en continuant d’assurer leur existence quotidienne sur les marges urbaines : 1) en termes de logement : se rassembler auprès des mosquées (bénéficier de la protection des adultes sans domicile), aller dans les institutions caritatives d’accueil ou dans des familles, la nuit, ou encore se regrouper en grand nombre dans les lieux publics éloignés du centre urbain ; 2) en termes d’alimentation : renoncer au dîner ou conserver les aliments du matin au soir ; 3) en termes d’accès aux ressources de nuit : divers types de contournement des barrières Covid-19 ; 4) en termes de sécurité : une reconversion des habitudes.

49La littérature est particulièrement abondante à propos de l’ingéniosité et l’endurance chez les jeunes en situation de rue. La rue n’est pas un espace de vie facile (Kahola Tabu, 2008) et les enfants et les jeunes qui y ont élu domicile endurent de nombreuses souffrances qui finissent par les aguerrir plus tôt que prévu. En dehors du contexte de restriction à la mobilité urbaine à cause de la Covid-19, beaucoup de recherches reconnaissent aux enfants et aux jeunes dans les rues la part d’acteur social capables de développer des stratégies et des savoirs faire adaptés à leurs conditions de vie (Lucchini, 1996 ; Parazelli, 2002 ; Dembélé, Traoré, 2017). Toutefois, peu de recherches scientifiques sont déjà réalisées sur l’impact de la Covid-19 sur les populations vulnérables. Beaucoup de rencontres scientifiques ou d’appels à contribution sont annoncés pour fin 2020. Ces productions permettront sans doute de trouver des points de comparaison avec d’autres populations, avec d’autres contextes socioéconomiques et socioculturels.

5. Conclusion

50Les pays pauvres concentrent beaucoup de catégories sociales vulnérables. Face à la pandémie de la Covid-19, certaines catégories sociales sont plus vulnérables que d’autres. Les mendiants, les personnes sans domicile fixe, les enfants et les jeunes urbains et itinérants sont particulièrement vulnérables en raison de leur mode de vie (forte promiscuité, itinérance, alimentation, résidence), de leur bas niveau de culture (peu ou pas scolarisés, peu informés, peu portés sur les règles d’hygiène et de santé) et surtout du manque d’attention sociale. À cause de leur jeune âge (fragilité et faible capacité de résilience) les enfants et les jeunes en situation de rue, forcée ou voulue, constituent une catégorie sociale encore plus vulnérable et à laquelle les autorités publiques portent peu d’attention en période d’épidémie et de pandémie. Ils sont particulièrement vulnérables aux mesures restrictives de la mobilité urbaine dans le cadre de la Covid-19 parce qu’incapables de verbaliser publiquement leurs souffrances et de revendiquer de manière structurée auprès des autorités étatiques et autres intervenants sociaux des formes de compensation du manque à gagner qu’ils subissent.

51L’objectif de cette recherche est de mieux comprendre en période de couvre-feu les fragilités des enfants et des jeunes en situation de rue ainsi que leur capacité de résilience. Ces fragilités et résiliences ne se posent pas en termes de santé publique mais en termes d’impacts sociaux et collatéraux des mesures préventives de la Covid-19. Ces mesures ont fait basculer toutes les couches sociales dans l’incertitude, mais davantage encore les couches les plus vulnérables. Ainsi, le couvre-feu a affaibli les réseaux de soutien et de protection des enfants et jeunes en situation de rue et les a exposés à des atteintes physiques, à la destruction de leurs réseaux primaires de socialisation, limitant du coup leur capacité de résilience dans bien des situations. Les conclusions de cette étude montrent que les effets perturbateurs de la Covid-19 ne concernent pas seulement les instances instituées de socialisation, comme les écoles et les universités, ils se sont manifestés également dans le domaine de la socialisation non instituée. Les enfants et les jeunes de la rue ont vu leurs relations sociales fragilisées, leurs installations perturbées, leurs espaces de jeu et de distraction réduits, leurs systèmes de vie affaiblis. Mais leurs fragilités et leurs résiliences sont fonction de l’âge, du sexe et du milieu d’existence.

52Il reste à analyser rigoureusement l’aide et l’assistance que les organismes étatiques (en particulier le service AEMO) et les associations et ONG humanitaires ont apportées aux enfants et aux jeunes en situation de rue pendant la période de la Covid-19. Une telle analyse peut s’articuler autour de l’hypothèse que les différents types d’aides et assistance correspondaient peu à leurs besoins de survie en situation de rue. En effet, beaucoup d’enfants et de jeunes ne veulent pas quitter la rue car ils ont développé souvent un attachement sentimental très fort aux lieux et places qu’ils occupent. Or, beaucoup d’organismes leur proposent une sortie de rue et une normalisation de leur vie.

Haut de page

Bibliographie

Agaly A.A., 2018, Les élèves déplacés à Bamako : accueil, conditions de vie et performances scolaires, Mémoire de maîtrise Sciences de l’éducation, Université des Lettres et Sciences humaines de Bamako (ULSHB).

Bellot C., Rivard J., Greissler É. 2010, L’intervention par les pairs : un outil pour soutenir la sortie de rue, Criminologie, 43, 1, 171-198, [en ligne] https://doi.org/10.7202/044056ar (consulté le 20 janvier 2018).

Bertrand M., Doray B., 2014, Résilience : les ambiguïtés d’un concept, Le blog d'Olivier Douville [en ligne] https://olivierdouville.blogspot.com/2014/04/resilience-les-ambiguites-dun-concept.html (consulté le 12 mai 2020).

Cavagnoud R., 2014, Enjeux moraux et discussion autour de la figure d'enfants des rues en Bolivie, Autrepart, 72, 59-75.

Champy M., 2014, La rue ne peut pas avoir d’enfants. Retour sur les projets de réinsertion des enfants vivant dans la rue (Burkina Faso), Autrepart, 72, 129-144.

Chassey D.A., 2011, Éduquer dans la rue en Amérique latine. Paroles de professionnels, Paris, Karthala.

Colombo A., 2011, Figures adultes et socialisation des jeunes en difficulté. Le cas des jeunes sortis de la rue à Montréal, Presses de Sciences Po, Agora débats/jeunesses, 1, 57, 37-51.

Combier A., 1994, Les enfants de la rue en Mauritanie, Paris, L’Harmattan.

Danic I., Delalande J., Rayou P., 2006, Enquêter auprès d’enfants et de jeunes : objets, méthodes et terrains de recherche en sciences sociales, Rennes, Presses Universitaires de Rennes.

Dauphiné A., Armand D.P., 2007, La résilience : un concept pour la gestion des risques, Annales de géographie, 2, 654, 115-125.

Dembélé M., Diabaté A., 2020, Affiliation des enfants et jeunes en situation de rue aux associations religieuses d’obédience musulmane à Bamako (Mali), Annales de l’Université de Moundou, Série A-FLASH, 7, 3, 196-223.

Dembélé M., Traoré I., 2017, Enquêter avec et auprès des jeunes en difficulté en contexte africain : une démarche méthodologique par le bas, Sociétés et jeunesses en difficulté, 18, [en ligne] http://journals.openedition.org/sejed/8443 (consulté le 12 janvier 2018).

Douville O., 2004, Enfants et adolescents en danger dans la rue à Bamako (Mali), questions cliniques et anthropologiques à partir d’une pratique, Psychopathologie africaine, 32, 1, 55-89.

Hernandez L., Oubrayrie-Roussel N., Prêteur Y., 2014, De l’affirmation de soi dans le groupe de pairs à la démobilisation scolaire, Enfance, 2, 135-157, [en ligne] https://www.cairn.info/revue-enfance-2014-2-page-135.htm (consulté le 7 juin 2019).

Kahola Tabu O., 2008, La violence quotidienne des enfants de la rue : Bourreaux et victimes à Lubumbashi, Bulletin de l'APAD, 27-28, [en ligne] http://apad.revues.org/3043 (consulté le 30 septembre 2016).

Karray A., Nephtalie E. J, Cenat J., Derivois D., 2016, Trajectoires résilientes et logiques chez les enfants des rues en Haïti, AUTRE, 17, 3, 265-274.

Kindelberger C., 2018, La socialisation parmi les pairs comme facteur de développement, Enfance, 3, 455-469.

Laisney D. (dir.), 2010, Nous venons tous d’une maison. Étude à propos des enfants et jeunes de la rue à Bamako, Samusocial international, Mali, [en ligne] https://samusocial-international.typepad.com/files/etude-mali-rapport-final-vf.pdf (consulté le 14 septembre 2020).

Lucchini R.,1996, Sociologie de la survie : l’enfant dans la rue, Paris, PUF.

Lupitshi Wa Numbi N., 2013, Sortir de la rue. Les trajectoires des jeunes de Lubumbashi en RDC, Paris, L’Harmattan.

Maiga A., Wangre N.J., 2009, Enfants de la rue en Afrique. Le cas du Burkina Faso, Paris, L’Harmattan.

Manciaux M., 2001, La résilience un regard qui fait vivre, Études, 10, 395, 321-330, [en ligne] https://www.cairn.info/revue-etudes-2001-10-page-321.htm (consulté le 11 avril 2019).

Morelle M., 2006, Les enfants des rues, l’État et les ONG : qui produit l’espace urbain ? Les exemples de Yaoundé (Cameroun) et d’Antananarivo (Madagascar), Afrique contemporaine, 1, 217, 217-229.

Parazelli M., 1996, Les pratiques de socialisation marginalisée des jeunes de la rue dans l’espace urbain montréalais, Cahiers de recherche sociologique, 27, 47-62.

Parazelli M., 2002, La Rue attractive. Parcours et pratiques identitaires des jeunes de la rue, Sainte-Foy, Presses de l'Université du Québec.

Perez Lopez R., 2009, Vivre et survire à Mexico. Enfants et jeunes de la rue, Paris, Karthala.

Stoecklin D., 2000, Enfants des rues en Chine, Paris, Karthala.

Tamboura A., 2016, Le conflit touareg et ses enjeux géopolitiques au Mali : géopolitique d’une rébellion armée, Paris, l’Harmattan.

Tounkara A., Gaye B., 2019, Le Djihad à Ké-Macina dans le centre du Mali. Prosélytisme religieux ou enjeux socio-économiques ?, Paris, L’Harmattan.

Traoré Z., Idrissa A., 2016, Activités des scolaires pendant les vacances à Bamako, Mémoire de Maitrise Sciences de l’éducation, Université des lettres et Sciences Humaines de Bamako (ULSHB).

Haut de page

Notes

1 L’Indépendant (quotidien d’informations générales du Mali) n° 4975 du jeudi 28 mai 2020, p. 6.

2 L’agglomération de Bamako concentre 12,5 % de la population totale du Mali (un Malien sur dix vit à Bamako).

3 CNDIFE-DNPEF Rapport d’enquête sur les enfants en situation difficile et ceux en conflit avec la loi, 2005.

4 Il s’agit d’étudiants en master ayant pris des cours de méthodologie qualitative de recherche par nos soins.

5 Marché à quatre grandes portes (en langue nationale bamanan).

6 Cette pratique, assimilable à une forme d’exploitation des enfants, est interdite au Mali (Code des personnes et de la famille 2019).

7 Au sens d’appartenir à la même ethnie ou à la même localité d’origine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Moriké Dembélé et Ahmadou Maiga, « Socialisation à la marge : fragilités et résiliences des enfants et jeunes en situation de rue au couvre-feu à Bamako »Champ pénal/Penal field [En ligne], 27 | 2022, mis en ligne le 11 avril 2022, consulté le 26 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/champpenal/13604 ; DOI : https://doi.org/10.4000/champpenal.13604

Haut de page

Auteurs

Moriké Dembélé

Département Sciences de l’éducation
Faculté des Sciences humaines et des Sciences de l’éducation (FSHSE)
Université des Lettres et Sciences humaines de Bamako (ULSHB)
morikdembele[at]yahoo.fr

Ahmadou Maiga

Département Psychologie
Faculté des Sciences humaines et des Sciences de l’éducation (FSHSE)
Université des Lettres et Sciences humaines (ULSHB)
maigahmadou[at]yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Champ pénal

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search