Navigation – Plan du site

AccueilTous les volumes25IntroductionEnquêter sur le gouvernement de l...

Introduction

Enquêter sur le gouvernement de la prison

État des lieux et perspectives
Investigating Prison Government. A review and Perspectives
Corentin Durand, Valérie Icard et Manon Veaudor

Texte intégral

1« La prison doit changer, la prison va changer ». Prononcée par Nicolas Sarkozy en 2007, cette phrase a par la suite inspiré le titre d’un ouvrage, lequel se complétait d’un sous-titre dénonciateur : Échec carcéral : les quatre vérités (Vasseur, Mouesca, 2011). Publié en 2011, ce pamphlet était signé par deux figures de la dénonciation publique des conditions de détention : Véronique Vasseur, autrice du retentissant Médecin-chef à la prison de la Santé en 2000, et Gabriel Mouesca, ancien président de l’Observatoire international des prisons et militant politique basque ayant connu de longues années d’incarcération. Cette mise en écho rappelle que la réforme de la prison reste au cœur des controverses publiques, tantôt pour la réclamer, tantôt pour la célébrer, tantôt pour déplorer son échec. Il ne faut sans doute pas s’en étonner : la réforme de la prison est contemporaine de sa « naissance » et cherche inlassablement à mettre à distance les nombreuses critiques dont elle fait l’objet (Foucault, 1975). Dans la lignée des travaux de Michel Foucault, cette dépendance au changement de la prison a souvent été analysée comme le signe de son immuabilité, disqualifiant a priori la capacité transformatrice des réformes qui la visent. Pourtant, le changement résiste. Il s’impose dans le discours des acteurs, mais également dans les observations des chercheur·euse·s. Ces transformations sont en effet au cœur d’une riche littérature scientifique, et tout particulièrement de travaux empiriques développés dans les deux dernières décennies. Ils ont notamment documenté la féminisation et les modifications du recrutement des personnels pénitentiaires (Malochet, 2004, 2007 ; Rambourg, 2013), l’intrusion de nouveaux et nouvelles professionnel·le·s dans l’enceinte des établissements (Milly, 2004 ; Rostaing, 2008 ; Salle, 2016a ; Le Bianic, Malochet, 2017 ; Tomczak, Buck, 2019 ; Leroy, 2019), l’hybridation de pratiques sociales, sanitaires et pénales (Larminat, 2014 ; Lancelevée et al., 2019), les transformations de l’espace carcéral (Scheer, 2013 ; Milhaud, Scheer, 2020), la densification du droit pénitentiaire (Rostaing, 2009 ; Durand, 2014 ; Bouagga, 2015 ; Devresse, Galembert, 2016), la bureaucratisation du travail des surveillant·e·s (Chauvenet et al., 1994 ; Crewe, 2011b ; Durand, 2018), les évolutions des métiers de direction (Dubois, 2016), le renouvellement des doctrines sécuritaires et la prégnance de la gestion des risques (Cauchie, Chantraine, 2005 ; Vacheret, Cousineau 2005 ; Cliquennois, 2013 ; Razac et al., 2014 ; Icard, 2016) ou encore le développement du renseignement pénitentiaire et de la lutte contre les extrémismes violents (Chantraine et al., 2018 ; Martin, Jefferson, 2019).

2Ce numéro fait l’hypothèse que ces transformations ne sont pas réductibles aux seuls « principes fondamentaux » qui, selon Michel Foucault, « constituent depuis 150 ans bientôt les sept maximes universelles de la bonne “condition pénitentiaire” » (Foucault, 1975, 274). Au-delà de cette réforme monotone, la prison est traversée par des évolutions qui ne peuvent être simplement décrites comme cycliques ou pendulaires. Le développement de travaux interrogeant l’avènement d’un nouveau paradigme punitif a de ce point de vue amplement renouvelé la réflexion sur les modalités contemporaines de contrôle, dans lesquelles l’État n’intervient plus seul (Garland, 2001). Sans vouloir retracer les débats, déjà bien balisés, autour du « virage punitif » (Carrier, 2010) ou « néolibéral » (O’Malley, 2018), on peut repérer dans ces travaux plusieurs propositions de conceptualisation pour saisir l’influence des techniques d’évaluation du risque sur le parcours pénal et judiciaire des prisonnier·e·s (Feeley, Simon, 1992 ; Harcourt, 2005), ou encore la redéfinition du rôle de la prison dans les « circuits excluants » d’un nouvel État social configuré autour de la gestion des risques (Rose, 2000, 330). L’accent y est mis sur les mutations exogènes qui traversent la prison – qu’elles soient d’ordre pénal (massification du recours à l’incarcération, allongement des peines, responsabilisation des personnes poursuivies, inclusion des victimes à différents stades de la procédure pénale, etc.), économique et social (baisse des pensions et des redistributions de l’État providence) ou liées à la nouvelle gestion publique (rationalisation des budgets, délégation de la gestion carcérale au privé, etc.). Dans ce prolongement, des recherches empiriques ont rendu compte des mutations internes, ou endogènes, de la prison, auxquelles ces mouvements participent. Celle-ci est en effet aujourd’hui décrite comme soumise à des tensions, résultant d’injonctions parfois contradictoires. Sont notamment soulignés des processus qui oscillent entre ouverture et fermeture de l’institution (Rostaing, 2009 ; Darley et al., 2013), entre préoccupations sécuritaires et entrée des droits (Devresse, Galembert, 2016), décarcéralisation et extension de la contrainte carcérale (Devresse, 2012 ; Larminat, 2014), gestion des risques et prise en compte des « besoins » des personnes (Hannah-Moffat, 2005), standardisation européenne et spécificités nationales (Cliquennois, Suremain, 2017) ou fonctionnement bureaucratique et pénétration de la logique néolibérale (Salle, 2016a).

3L’objectif de ce numéro est alors de renouveler les questionnements sur les transformations du gouvernement de la prison, en proposant d’une part un retour critique sur les outils théoriques et méthodologiques dont nous disposons pour réévaluer certaines évolutions déjà connues, et en documentant d’autre part des changements plus récents et peu étudiés. Pour cela, la notion de gouvernement sera appréhendée dans une double dimension : gouvernement de l’institution et gouvernement des populations. La prison est une institution gouvernée, sur laquelle s’exerce la conduite de l’action publique, le contrôle d’instances juridictionnelles et la pression de mouvements sociaux (Jacobs, 1980 ; Adler, Longhurst, 1994 ; Cliquennois et al., 2015 ; Durand et al., 2017). Elle organise et règlemente en retour le régime des peines et des privations des personnes enfermées.

4Une attention particulière sera portée pour cela aux circulations qui façonnent les transformations contemporaines de la prison : circulations transnationales, circulations inter-institutionnelles, circulations entre secteurs d’activité. Il s’agit de décloisonner l’étude de la prison en l’inscrivant dans des évolutions sociales plus larges et en retraçant la diffusion et l’intégration de normes, de modèles d’action, d’instruments et d’expériences à l’institution pénitentiaire. Laissant ouverte la question de la malléabilité historique de l’institution, les contributions regroupées dans ce numéro visent à rendre compte de la richesse des recherches récentes sur ces questions, afin de saisir l’épaisseur des mutations des modalités de gouvernement, des formes de pouvoir et de gestion des populations en prison. Pour analyser les transformations et les circulations à l’œuvre, nous proposons de distinguer – pour mieux décrire leur complémentarité – trois niveaux d’analyse. En articulant une réflexion qui permette de penser la prison au plus près des rationalités pénitentiaires, des dispositifs organisationnels et des pratiques et expériences des acteurs, l’objectif est de saisir en actes les reconfigurations contemporaines du gouvernement carcéral.

1. Penser le changement par les rationalités

5Une manière classique d’aborder la question des recompositions du gouvernement de la prison est de s’intéresser aux rationalités qui le structurent. Elle emprunte à l’analyse de la manière dont la construction de savoirs pénologiques et criminologiques a permis la naissance de la prison proposée par Michel Foucault (Foucault, 1975), ou plus exactement celle d’un projet pénitentiaire largement fantasmé (Faugeron, Le Boulaire, 1992). La notion de rationalité – comme celles, voisines, de « paradigmes » (Lascoumes, 2006) ou de « discours » (Carrabine, 2000) – est ici envisagée dans une acception large : elle désigne des ensembles cohérents de discours et de symboles et permet de penser la manière dont ceux-ci structurent des pratiques. Penser les recompositions du gouvernement de la prison suppose alors de décrire ce qui change dans ces systèmes de pensée, de quelle façon ces changements s’opèrent et comment ils se traduisent dans les pratiques. La diversité des travaux pouvant se rattacher à une analyse du changement pénitentiaire par l’étude de ses rationalités peut alors s’ordonner à la nature des discours qui les constituent – savants, politiques, administratifs, médiatiques, etc. – et à la caractérisation de la manière dont ces rationalités pèsent sur les pratiques. Se dessinent ainsi deux approches théoriques pour penser le changement du gouvernement de la prison contemporaine.

6Un premier ensemble de travaux pense l’émergence ou l’échec d’innovations face à ce qu’Alvaro P. Pires a décrit comme la rationalité pénale moderne dominante. Les savoirs savants produits sur la pénalité et la prison formeraient un « système de pensée » qui partage un socle cognitif commun : l’évidence de l’enchaînement entre un comportement fautif et une réaction punitive d’une part, et celle du caractère nécessairement afflictif de cette réaction d’autre part. Ces deux évidences structureraient et légitimeraient le système pénitentiaire depuis la fin du XVIIIe siècle (Pires, 2001). En mobilisant la notion d’innovation (Cauchie, 2005), plusieurs travaux ont tenté de penser les conditions d’une transformation significative de cette rationalité pénale moderne. La force de la théorie d’Alvaro P. Pires est en effet de ne pas confondre changement et transformation : les principes de la rationalité pénale moderne – la promotion d’une vision hostile, abstraite, négative et atomiste de la protection de la société et de l’affirmation des normes – peuvent se conforter, y compris malgré des changements apparents. Jean-François Cauchie et Dan Kaminski considèrent que « pour qu’une “nouveauté” soit conçue comme “innovation”, il faut à tout le moins qu’elle promeuve une vision moins hostile, moins abstraite, moins négative et moins atomiste de la protection de la société et de l’affirmation des normes » (Cauchie, Kaminski, 2007, 9). Il s’agit alors de comprendre qui sont les acteurs qui portent ces innovations – ou qui les prétendent comme telles – et d’interroger la manière dont ces discours mettent en tension, subvertissent ou confortent les grands principes du gouvernement pénal et pénitentiaire. Cette perspective permet d’interroger de manière critique les réformes pénitentiaires et les nouveautés théoriques, comme l’a fait Xavier de Larminat autour des transformations des rationalités sur la probation (Larminat, 2013). La contribution de Barbara Bauduin dans le présent numéro s’inscrit également dans cette approche : elle interroge la dimension novatrice de la rétention de sûreté par rapport à la prison, en scrutant finement les logiques d’isomorphisme à l’œuvre.

7Un second ensemble de travaux identifie au contraire une pluralité de rationalités à l’œuvre et s’attache à décrire les mutations qui résultent de leur mise en tension. Par exemple, Michael Adler et Brian Longhurst s’intéressent à la pluralité des discours en présence sur les finalités et les moyens du gouvernement de la prison (Adler, Longhurst, 1994). Ces discours, définis comme des ensembles cohérents d’idées et de symboles, sont des ressources dans les luttes qui opposent divers groupes d’acteurs. Leur diversité est rapportée par les auteurs à une grille de lecture à deux entrées : les discours de finalités, qui définissent la source de la légitimité du pouvoir pénitentiaire, et les discours de moyens, qui localisent les modalités de ce pouvoir. Chaque acteur articule singulièrement ces deux registres. Des professionnel·le·s de la détention à la Cour européenne des droits de l’homme, ces acteurs forment des stratégies pour défendre des visions distinctes de l’incarcération et de son fonctionnement. L’attention porte alors sur la lutte entre des discours portés par différents acteurs et qui entrent en compétition (Adler, Longhurst, 1994, 31‑33). La description du champ des luttes entre les acteurs du champ pénitentiaire est alors moins pensée comme une succession d’innovations plus ou moins réussies, mais plus comme une forme de tectonique où des rationalités concurrentes se font face et cherchent à s’imposer (Goodman et al., 2017). D’autres travaux documentent également la pluralité des rationalités sans les rattacher directement à des acteurs précis. Il s’agit alors de penser les tensions, les dilemmes, voire les contradictions qui parcourent – et mettent en mouvement – le gouvernement pénitentiaire. Olivier Razac, Fabien Gouriou et Grégory Salle étudient des textes législatifs et administratifs de référence et d’entretiens avec des membres du personnel pénitentiaire d’insertion et de probation. Ils mettent ainsi en évidence six rationalités incompatibles de la probation en France, à l’intersection desquelles prétend se situer le mot d’ordre politique de « prévention de la récidive » (Razac et al., 2014). Dans une autre veine théorique, le programme de recherche sur les économies morales contemporaines (Fassin et al., 2013), composé notamment de travaux sur la prison, a cherché au niveau des discours médiatiques et des politiques publiques une « structure de valeurs » dont les tensions et les polarités « constituent un cadre de l’action auquel les agents se conforment, qu’ils se réapproprient ou qu’ils détournent » (Bouagga, 2015, 185).

8Ainsi, les contributions de ce numéro ont à cœur de saisir les concurrences et les reconfigurations des rationalités qui soutiennent la peine d’enfermement et ses transformations (Feeley, Simon, 1992 ; Harcourt, 2005). Au-delà d’une analyse statique des rationalités pénales, les concurrences et les imbrications normatives (Bezes, 2020), telles qu’elles sont portées par les différents acteurs de l’élaboration des réformes pénitentiaires, sont au cœur des réflexions (Devresse, Galembert, 2016 ; Rubin, Phelps, 2017). Les circulations et adaptations de mesures réformatrices entre ces groupes donnent lieu à des formes de « traduction » (Schoenfeld, 2010), d’« hybridation » (Hassenteufel, Maillard, 2013) ou d’« institutionnalisation » (Charbit, 2018). On repose ainsi la question de la manière dont les référentiels contemporains de l’action publique sont reçus et redéfinis dans le secteur carcéral (Froment, Kaluszynski, 2011).

9L’approche du changement pénitentiaire par sa ou ses rationalités permet dès lors d’interroger la diffusion de savoirs de gouvernement au cœur de la gestion des prisons, comme l’ont fait les travaux socio-historiques sur les réformes carcérales au XIXe (Kaluszynski, 1997 ; Bourquin, 2007), mais aussi le renouvellement des questionnements sur la naissance de prison sous l’angle de l’histoire globale (Bretschneider, Muchnik, 2020). Dans une perspective contemporaine, l’attention à l’influence et à la diffusion des standards internationaux contemporains (Quéro, 2004 ; Colineau, 2014) a permis de documenter la transnationalisation des normes du « bien punir » (Bouagga, 2016), marquée par la référence prégnante aux droits humains (Jefferson, Gaborit, 2015). Les organisations de contrôle et des juridictions nationales et internationales participent en effet de manière croissante à la diffusion et même à l’imposition de nouvelles normes (Simon, 2014 ; Cliquennois et al., 2015 ; Durand et al., 2017), et font à ce titre l’objet de stratégies contentieuses de la part d’acteurs militants (Bérard, 2013 ). En plaçant l’accent sur le rôle des réseaux réformateurs et les circulations discursives sur les finalités et les moyens de l’incarcération, cette approche documente la diffusion de modèles de gestion carcérale (Salle, 2016c).

10Ce numéro entend enfin contribuer à une direction plus récente de ce champ d’études : la prise en compte de la diversification des acteurs intervenant dans le gouvernement de la prison et celle de la place des circulations entre institutions et secteurs d’activité pour comprendre ses transformations. La compréhension du « champ pénitentiaire » (Salle 2016b) s’est en effet augmentée dans les dernières années de l’analyse des rationalités portées par des entrepreneurs privés dans les années 1980 (Akrich, Callon, 2004), des parlementaires au tournant des années 2000 (Chabbal, 2016) ou encore des « passeurs » (Jobard et al., 2020) internationaux de la prévention de la récidive (Larminat, 2013 ; Bérard, Chantraine, 2017). L’article de Nathan Rivet permet d’identifier de nouveaux acteurs de ces diffusions, notamment des cabinets de conseil qui forment les cadres de l’administration pénitentiaire aux principes de la nouvelle gestion publique. L’article de Julie Leite Rodrigue, en documentant la genèse de la médiation animale en détention, décrit aussi bien la diversité des acteurs – religieux, scientifiques, du travail social – qui contribuent aux États-Unis à cette hypothétique innovation pénale, que le rôle d’acteurs associatifs et de fondations privées dans son importation en France.

2. Changer la prison par les petits nombres : expérimentations, hybridations, circulations

11Dans l’introduction de l’ouvrage Gouverner, Enfermer, Philippe Artières, Pierre Lascoumes et Grégory Salle s’interrogeaient sur les faux-semblants de l’immobilisme pénal et pénitentiaire : « Contrairement à un lieu commun tenace, la prison n’est pas frappée d’immobilisme, mais animée en permanence de mouvements lents, comme si cette fébrilité permettait d’occulter la question de sa raison d’être » (Artières et al., 2004, 14). La prison évolue en marge du débat public et des agendas gouvernementaux. Ainsi, les réformes engagées ces deux dernières décennies relèvent avant tout de changements discrets et incrémentaux (Lascoumes, 2006). Elles témoignent en effet d’une dynamique singulière de changement, tant par la multiplication d’expérimentations sur des échelles réduites de la prison, que par la généralisation de dispositifs sélectifs – programmes, secteurs, unités spécialement aménagées, etc. – destinés à répondre à des problématiques spécifiques. Ce sont ces changements par les petits nombres auxquels s’intéresse ce numéro, en posant la question des formes de l’action publique que ces derniers révèlent, mais aussi ce qu’ils produisent sur la gestion interne de la détention. Le numéro cherche alors à rendre compte des circulations aux frontières d’institutions et de pays divers.

12Ces expérimentations passent le plus souvent, au moins dans un premier temps, par le déploiement de dispositifs expérimentaux – parfois inspirés de « modèles » étrangers – à l’échelle de quelques établissements ou au sein de certains espaces de la détention. Cette logique constitue désormais une modalité centrale des réformes pénitentiaires, et sa mise en œuvre un poste d’observation désormais incontournable des transformations de la prison. Elle a fait l’objet de plusieurs études, portant notamment sur les « modules de respect » (Ballesteros-Pena, 2018 ; Icard, 2019), les « unités de réhabilitation pour usagers de drogues en détention » (Protais, 2019) ou encore les « quartiers d’évaluation de la radicalisation » (Chantraine, Scheer, 2020). D’autres dispositifs restent encore à explorer, comme les « unités pour détenus violents », les « quartiers pour peines aménagées » ou encore les « quartiers spécifiques » propres à certaines politiques d’établissement. En privilégiant la logique de sites expérimentaux, comme le relève Joël Charbit à propos des comités consultatifs des personnes détenues (Charbit, 2018), l’administration pénitentiaire déploie de nouveaux modes de gestion de la détention. Ceux-ci sont fréquemment indexés à des rationalités réformatrices et dotés d’instruments propres, de professionnel·le·s dédiés, de partenariats renforcés et parfois de moyens supplémentaires. Il en va par exemple ainsi des modules de respect, dont la conception vise à incarner des principes de sécurité dynamique et de responsabilisation des détenu·e·s (Icard, 2019). Cette incarnation est cependant l’objet de conflits, comme le montre l’article de Julie Leite-Rodrigues sur les dispositifs de médiation animale. Dans leur mise en œuvre en France, l’objectif de prévention de récidive s’est substitué aux objectifs thérapeutiques de soin psychologique et physiologique initialement promus par ces dispositifs.

13La forme expérimentale a, ces quinze dernières années, donné naissance à la multiplication de dispositifs hybrides aux frontières d’institutions, de cultures professionnelles et de rationalités diverses, parfois difficilement compatibles. Des recherches ont ainsi montré leur entrecroisement au cœur du fonctionnement de ces dispositifs dont l’administration pénitentiaire n’est qu’une partie prenante, aux côtés de l’hôpital public (Contrast et al., 2015 ; Lancelevée, 2016) ou encore de la protection judiciaire de la jeunesse (Chantraine et al., 2011). Ces dispositifs hybrides visent, eux aussi, certains espaces et certaines catégories de la population carcérale, et contribuent à redéfinir les missions d’un nombre réduit de professionnel·le·s en détention. Différent·e·s intervenant·e·s, qu’il s’agisse du personnel soignant, d’insertion et de probation, de surveillance, mais aussi des salarié·e·s de prestataires privés, sont en effet incités à croiser leurs évaluations et à mettre en place des méthodes de travail communes. Quels sont les effets de ces dispositifs sur les professionnel·le·s qui y interviennent ? Constituent-ils un lieu d’hybridation des rationalités et des pratiques, ou bien une reconquête de domaines professionnels desquels l’administration pénitentiaire s’était initialement retirée ? Le cas de la rétention de sûreté étudié par Barbara Bauduin fournit une analyse originale de ces questions. À rebours d’une analyse centrée sur l’importation d’un dispositif allemand, l’autrice montre que l’institutionnalisation du centre socio-médico-judiciaire de sûreté en France a au départ été pensée comme un dispositif de rétention ad hoc entre l’hôpital et la prison, mais que sa mise en œuvre n’est pas parvenue à se défaire de cet entre-deux, condamnant le centre à une forme de vacuité tant des moyens que des finalités.

  • 1 Note de la direction de l’Administration pénitentiaire du 18 juillet 2014 relative aux « orientatio (...)

14Plus largement, la mise en œuvre de dispositifs auxquels seuls quelques détenu·e·s et membres du personnel accèdent, entraîne une démultiplication des régimes différenciés, mais aussi un éclatement des conditions de travail et des expériences de l’incarcération. Difficile, alors, de ne pas s’interroger sur la multiplication de dispositifs expérimentaux à une époque où le nombre de personnes emprisonnées en France n’a jamais été aussi élevé. Les créations ou les réaménagements de postes liés à ce type de dispositifs sont en effet l’objet de cadrages flous (Dubois, Orianne, 2012) et de formations rares, voire inexistantes. C’est le cas du « binôme PLAT » institué par l’administration pénitentiaire à l’issue des premières unités de prévention de la radicalisation (Chantraine, Scheer, 2020), mais aussi de la création d’équipes pluridisciplinaires de prévention des addictions aux drogues dans lesquelles interviennent des membres du personnel pénitentiaire (Protais, 2019). On ne peut manquer de rappeler à cet égard les préconisations d’Isabelle Gorce, alors directrice de l’administration pénitentiaire, en faveur des dispositifs expérimentaux. Elle y voyait, entre autres, un moyen de rompre « l’isolement des surveillants » et de renforcer leur rôle de « premier interlocuteur du détenu à même d’influer sur son parcours de peine »1. On peut ainsi se demander, comme y invite l’article de Gilles Chantraine et David Scheer, si cette dynamique de différenciation et de spécialisation accrue d’une petite partie de la détention véhicule des transformations discrètes du métier de surveillant·e et, plus largement, du gouvernement de la prison.

15Partagé par d’autres champs des politiques publiques (notamment Chelle, 2012 ; Bureau et al., 2013), c’est l’engouement pour les expérimentations lui-même qui interpelle. Pourquoi ce levier d’action publique est-il tant investi par l’administration pénitentiaire ? Faut-il y voir une simple politique de communication à destination du grand public et des tutelles politiques ? Une réponse à moindre coût à la massification de la prison ? Ces expérimentations par les petits nombres sont-elles malgré tout porteuses de transformations plus profondes en détention ? Ces questions interpellent d’autant plus les sciences sociales que cette évolution de l’administration pénitentiaire semble indissociable ces dernières années des programmes de recherche construits pour concevoir, accompagner ou évaluer ces dispositifs. Comment les chercheur·euse·s investissent-ils ce type de demandes ? Quelle posture adopter face aux attentes, voire aux injonctions, portant sur des dispositifs qui font l’objet d’une importante communication, ou au contraire d’un certain secret, de la part de l’administration pénitentiaire (Durand, 2017) ?

3. Saisir les changements par le bas : transformations et circulations des expériences carcérales et des pratiques professionnelles

16Les études sur la prison bénéficient d’une importante tradition ethnographique, privilégiant l’observation directe des lieux ordinaires de détention et les entretiens avec celles et ceux qui y travaillent et y vivent. Ces approches par le bas ont depuis longtemps été utilisées pour penser les changements de la vie carcérale, tant du point de vue du travail des personnels et des transformations du pouvoir discrétionnaire (Liebling, 2000 ; Liebling et al., 2011), que de l’expérience des personnes détenues (Jacobs, 1977) et de celle de leurs proches (Touraut, 2012 ; Ricordeau, 2012 ; Condry et al., 2016). De nombreux travaux ont aussi cherché à mettre en évidence la manière dont les acteurs de la détention intègrent, redéfinissent et résistent aux injonctions réformatrices, qu’il s’agisse de la prise en compte des droits humains (Martin, 2014), de « l’humanisation » des conditions de détention (Fassin et al., 2013 ; Bouagga, 2015), des modalités d’affectation au sein de la détention (Veaudor, 2020) ou encore de la bureaucratisation et de la juridicisation des relations sociales et des pratiques professionnelles (Galembert, Rostaing 2014 ; Durand, 2018). La surspécialisation de petits espaces consolide également des logiques de catégorisations dont les contours dépassent les seuls cadres institutionnels (Veaudor, 2021). Cette modalité n’est d’ailleurs pas propre aux prisons françaises. L’aménagement, au Danemark, de petites unités de détention réservées au traitement des addictions aux drogues a par exemple renforcé les logiques de catégorisation entre détenu·e·s, mais aussi des personnels, fondées sur des présupposés d’origine ethnique (Haller, Kolind, 2018).

17Une première approche par le bas des recompositions du gouvernement de la prison s’attache à la manière dont celles-ci se rendent matériellement descriptibles dans le quotidien de la détention. Qu’elle s’inspire d’une sociologie des instruments de l’action publique (Lascoumes, Le Galès, 2004) ou d’une anthropologie de la matérialité (Latour, 1987 ; Hull, 2012), cette perspective – encore largement inexplorée – permet aussi bien de travailler la manière dont ces artefacts – caméras de surveillance, caillebotis, formulaires ou encore logiciels – traduisent des changements dans les rationalités pénitentiaires, que la façon dont leur matérialité oriente les activités des acteurs de la détention. Les supports et les pratiques d’écriture, en particulier, ont donné lieu à quelques analyses passionnantes sur la manière dont cette activité imposée aux agent·e·s pénitentiaires reconfigure les pratiques professionnelles et les rapports hiérarchiques au sein de l’administration (Janicaud, Lancelevée, 2012 ; Cliquennois, 2013 ; Sallée, Chantraine, 2014). Comment ces nouveaux outils, dispositifs et instruments transforment-ils les relations carcérales ? Quelles en sont les réappropriations observées à l’échelle des pratiques professionnelles ? Observe-t-on des résistances et des contournements ? Participent-ils à une réélaboration de la culture professionnelle et de l’éthos des membres de l’administration pénitentiaire ? En écho à ces questionnements, l’article de Nathan Rivet sur l’institutionnalisation de la gestion déléguée au sein des prisons françaises permet d’observer l’ajustement progressif de l’administration pénitentiaire à des indicateurs de performance qui, au départ pourtant, échappent à son contrôle.

18Un second ensemble de travaux, qui connaît une grande popularité dans la littérature anglophone, s’attache à rendre compte des changements du gouvernement de la prison à partir des transformations des expériences des personnes détenues. Cette perspective s’appuie très largement sur l’analyse fondatrice par Gresham Sykes des « souffrances de l’emprisonnement » (Sykes, 2007), et sur l’actualisation qu’en a proposée Ben Crewe (Crewe, 2011a ; voir aussi l’entretien dans ce numéro), comme il l’explique dans l’entretien qui clôt ce dossier. Si la popularité et les multiples déclinaisons de la notion sont susceptibles d’émousser sa valeur heuristique (Haggerty, Bucerius, 2020), elle n’en demeure pas moins un cadre théorique pertinent pour penser les métamorphoses du gouvernement carcéral. Comment les transformations du pouvoir, qui se manifesterait désormais sous des formes plus euphémisées et plus « douces », comme le souligne Ben Crewe dans ce numéro, sont-elles vécues par les personnes incarcérées ? Cela implique-t-il le déploiement de nouvelles stratégies de la part des prisonnier·e·s , afin de s’y adapter ou d’y résister ? Peut-on considérer que cela nécessite des ressources différentes et quelles sont-elles ? Est-ce que ces nouvelles formes de pouvoir bouleversent les hiérarchies et les relations traditionnelles entre les détenu·e·s et, le cas échéant, comment ? Ces questionnements permettraient notamment de renouveler l’analyse de l’introduction progressive d’objectifs de responsabilisation et d’autonomisation des prisonnier·e·s, ce dont témoignent notamment la contractualisation des parcours de peine ou le recours grandissant à des techniques incitatives (Vacheret, 2006 ; Crewe, 2009 ; Icard, 2022). Comment ces objectifs reconfigurent-ils la vie des personnes détenues ? Certaines analyses, pour la plupart menées au sein du système carcéral canadien (Vacheret, Cousineau, 2005 ; Chantraine, 2006), mettent en évidence une dynamique d’individualisation de l’expérience carcérale, esquissant une spécification des « souffrances de l’emprisonnement » qui découlent du paradigme de la responsabilisation.

19Enfin, cette introduction voudrait suggérer une troisième perspective d’analyse par le bas des changements carcéraux. Rares sont en effet les travaux qui étudient la manière dont les circulations et les trajectoires des acteurs façonnent le gouvernement de la prison. Une approche novatrice récente consiste pourtant à tenir compte des parcours des personnels qui intègrent ou quittent l’administration pénitentiaire. Attentifs aux reconversions professionnelles à différents niveaux de l’administration, des travaux invitent à analyser la valorisation de certaines compétences ou d’un « capital bureaucratique » de la part des fonctionnaires pénitentiaires (Salle, 2016a). Symétriquement, on peut questionner l’arrivée d’agent·e·s issu·e·s d’entreprises privées ou bien formé·e·s dans d’autres secteurs d’action publique, comme d’anciens militaires devenus agents pénitentiaires (Moran et al., 2019). Les circulations interinstitutionnelles des acteurs offrent ici des perspectives d’analyse riches des logiques d’importation de pratiques et représentations professionnelles. En parallèle, bien qu’encore trop rares, des études se sont intéressées aux trajectoires de vie des personnes détenues ou sorties de prison qui, bien souvent, cumulent des expériences au sein de différentes institutions : foyers éducatifs, hôpitaux psychiatriques, centres de soin et d’accompagnement en addictologie, centre de rétention administrative pour les personnes étrangères, etc. (Cardi, 2007 ; Fernandez, 2010 ; Aas, Bosworth, 2013). Il s’agit alors de replacer l’expérience de l’enfermement carcéral dans les trajectoires de vie et les dispositions acquises au sein de ces institutions de contrainte et de prise en charge (Delcourt, 2020).

20Les articles de ce numéro prolongent ces réflexions sur deux aspects encore peu éclairés par la sociologie carcérale. Ils questionnent en premier lieu l’influence des intervenant·e·s et des professionnel·le·s non étatiques, issus du secteur associatif (dans l’article de Julie Rodrigues Leite) ou privé (dans celui de Nathan Rivet), sur les remaniements organisationnels de l’administration pénitentiaire. Au-delà, des circulations professionnelles entre différentes sphères (étatiques, associatives, privées), il s’agit de saisir ce que le changement par les petites unités fait au quotidien du travail de surveillance. L’étude de Gilles Chantraine et David Scheer des « quartiers d’évaluation de radicalisation » apporte de ce point de vue une contribution originale à l’analyse des changements du métier de surveillant·e, en montrant que ce travail se réorganise autour de missions nouvelles liées au renseignement pénitentiaire.

21Ces trois dimensions – rationalités, dispositifs organisationnels, pratiques et expériences – ne sont ni exclusives ni organisées de façon hiérarchique ou scalaire. Dans une perspective ouverte par les feedback policy effects (Lerman, Weaver, 2014 ; Spire, 2016) et la sociologie de la réception de l’action publique (Revillard, 2018), il s’agit au contraire de penser les articulations qui peuvent se nouer entre elles. Les dispositifs organisationnels peuvent participer à la construction de nouvelles rationalités pénitentiaires. Leur application combinée dépendra en retour, des pratiques et des expériences auxquelles ils se confrontent. Cette perspective implique dès lors de comprendre, de façon solidaire, comment les pratiques professionnelles redéfinissent la physionomie de ces dispositifs, et plus largement des politiques publiques dans lesquelles ils s’inscrivent.

Haut de page

Bibliographie

Aas K.F., Bosworth M., 2013, The Borders of Punishment: Migration, Citizenship, and Social Exclusion, Oxford, Oxford University Press.

Adler M., Longhurst B., 1994, Discourse, Power, and Justice: Towards a New Sociology of Imprisonment, London, New York, Routledge.

Akrich M., Callon M., 2004, L’intrusion des entreprises privées dans le monde carcéral français : le Programme 13 000, in Artières P., Lascoumes P. (dir.), Gouverner, enfermer. La prison, un modèle indépassable ?, Paris, Presses de Sciences Po, 295‑317.

Artières P., Lascoumes P., Salle G., 2004, Introduction. Gouverner et enfermer. La prison, un modèle indépassable ?, in Artières P., Lascoumes P. (dir.), Gouverner, enfermer. La prison, un modèle indépassable ?, Paris, Presses de Sciences Po, 23‑54.

Ballesteros-Pena A., 2018, Responsibilisation and female imprisonment in contemporary penal policy: “Respect Modules” (“Módulos de Respeto”) in Spain, Punishment & Society, 20, 4, 458‑476.

Bérard J., 2013, La justice en procès. Les mouvements de contestation face au système pénal (1968-1983), Paris, Presses de Sciences Po.

Bérard J., Chantraine G., 2017, Chercher son modèle et trouver son double ?, Politix, 120, 87‑111.

Bezes P., 2020, Le nouveau phénomène bureaucratique. Le gouvernement par la performance entre bureaucratisation, marché et politique, Revue française de science politique, 70, 1, 21‑47.

Bouagga Y., 2015, Humaniser la peine ? Enquête en maison d’arrêt, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Bouagga Y., 2016, Une mondialisation du « bien punir » ? La prison dans les programmes de développement, Mouvements, 88, 50‑58.

Bourquin J., 2007, La Rochefoucauld-Liancourt et le projet de prison d’essai pour jeunes détenus, Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière », Hors-série « Le Temps de l’histoire », 195‑206.

Bretschneider F., Muchnik N., 2020, Pour une vision globale de la prison, Socio. La nouvelle revue des sciences sociales, 14, [en ligne] DOI : https://doi.org/10.4000/socio.10351.

Bureau M.-C., Sarfati F., Simha J., Tuchszirer C., 2013, L’expérimentation dans l’action publique. Usages, pratiques et jugements des acteurs, Travail et emploi, [en ligne] DOI : https://doi-org/10.4000/travailemploi.6070.

Cardi C., 2007, Le contrôle social réservé aux femmes : entre prison, justice et travail social, Déviance et Société, 31, 1, 3-23, [en ligne] DOI : 10.3917/ds.311.0003.

Carrabine E., 2000, Discourse, Governmentality and Translation: Towards a Social Theory of Imprisonment, Theoretical Criminology, 4, 3, 309-331.

Carrabine E., 2004, Power, Discourse and Resistance. A genealogy of the Strangeways Prison Riot, Aldershot and Burlington, Ashgate.

Carrier N., 2010, Sociologies anglo-saxonnes du virage punitif, Champ Pénal/Penal Field, VII, [en ligne] DOI : https://doi-org/10.4000/champpenal.7818.

Cauchie J.-F., 2005, Un système pénal entre complexification et innovations. Le cas ambivalent des travaux communautaires belges, Déviance et Société, 29, 4, 399‑422.

Cauchie J.-F., Chantraine G., 2005, De l’usage du risque dans le gouvernement du crime. Nouveau prudentialisme et nouvelle pénologie, Champ Pénal/Penal Field, II, [en ligne] DOI : https://doi-org./10.4000/champpenal.80.

Cauchie J.-F., Kaminski D., 2007, Éléments pour une sociologie du changement pénal en Occident. Éclairage des concepts de rationalité pénale moderne et d’innovation pénale, Champ Pénal/Penal Field, IV, [en ligne] DOI : https://doi-org /10.4000/champpenal.613.

Chabbal J., 2016, Changer la prison : rôles et enjeux parlementaires, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Chauvenet A., Orlic F., Benguigui G., 1994, Le monde des surveillants de prison, Paris, Presses Universitaires de France.

Chantraine G., 2006, La prison post-disciplinaire, Déviance et Société, 30, 3, 273-288.

Chantraine G., Mary P., 2006, Prisons et mutations pénales, nouvelles perspectives d’analyse, Déviance et Société, 30, 3, 267‑271.

Chantraine G., Cliquenois G., Franssen A., Salle G., Sallée N., Scheer D., 2011, Les prisons pour mineurs. Controverses sociales, pratiques professionnelles, expériences de réclusion, Rapport de recherche, Université de Lille.

Chantraine G., Scheer D., 2020, Performing the enemy? No-risk logic and the assessment of prisoners in “radicalization assessment units” in French prisons, Punishment & Society, 23, 2, 260-280.

Charbit J., 2018, Une institutionnalisation contestée. La participation des personnes détenues à la gestion de la prison, Déviance et Société, 42, 1, 207‑236.

Chantraine G., Scheer D., Depuiset M.-A., 2018, Enquête sociologique sur les « quartiers d’évaluation de la radicalisation » dans les prisons françaises, Rapport de recherche, CNRS.

Chelle É., 2012, Expérimentation sociale : la tentation américaine, Informations sociales, 6, 174, 24-30, [en ligne] DOI : 10.3917/inso.174.0024.

Cliquennois G., 2013, Le management des prisons. Vers une gestion des risques et une responsabilisation des détenus ?, Bruxelles, Larcier.

Cliquennois G., Suremain H. (Eds.), 2017, Monitoring Penal Policy in Europe, Abingdon, Routledge.

Cliquennois G., Cartuyvels Y., Champetier B., 2015, Le contrôle judiciaire européen de la prison : les droits de l’homme au fondement d’un panoptisme inversé ?, Déviance et Société, 38, 4, 491‑519.

Colineau H., 2014, Interroger la diffusion des normes dans l’aide européenne aux pays en transition. Les projets de réforme pénitentiaire, Politique européenne, 46, 4, 118‑140.

Condry R., Kotova A., Minson S., 2016, Social injustice and collateral dammage: The families and children of prisoners, in Jewkes Y., Bennett J., Crewe B. (Eds.), Handbook on prisons, London and New-York, Routledge, 622‑640.

Contrast Collectif, Eyraud B., Velpry L., Doron C.-O., Lancelevée C., Litzler A., Protais C., Saetta S., 2015, La création des UHSA : une nouvelle régulation de l’enfermement ?, Déviance et Société, 39, 4, 429‑453.

Crewe B., 2009, The Prisoner Society. Power, Adaptation and Social Life in English Prison, Oxford, Oxford University Press.

Crewe B., 2011a, Depth, weight, tightness: Revisiting the pains of imprisonment, Punishment & Society, 13, 5, 509‑529.

Crewe B., 2011b, Soft Power in Prison: Implications for Staff-prisoner Relationships, Liberty and Legitimacy, European Journal of Criminology, 8, 6, 455‑468.

Darley M., Lancelevée M., Michalon B., 2013, Où sont les murs ? Penser l’enfermement en sciences sociales, Cultures & Conflits, 90, [en ligne] DOI : https://doi-org./10.4000/conflits.18703.

Delcourt L., 2020, Prison, rue, foyer : une trajectoire à la croisée du pénal et de l’aide sociale, Sciences & Actions Sociales, 13, 1, 82-107.

Devresse M.-S., 2012, Investissement actif de la sanction et extension de la responsabilité, Déviance et Société, 36, 3, 311-323.

Devresse M.-S., Galembert C. de, 2016, Introduction : normativités et réclusion en contexte de demande sécuritaire, Déviance et Société, 40, 4, 375‑389.

Dubois C., Orianne J.-F., 2012, Les politiques publiques comme partitions à construire. L’introduction de la justice réparatrice dans les prisons belges, Gouvernement et action publique, 1, 2, 117-139, [en ligne] DOI : 10.3917/gap.122.0117.

Durand C., 2014, Construire sa légitimité à énoncer le droit. Étude de doléances de prisonniers, Droit et société, 87, 2, 329‑348.

Durand C., 2017, Engagements (et) publics. Éléments pour une sociologie publique de la prison, Criminocorpus, 8, [en ligne] DOI ; https://doi-org/10.4000/criminocorpus.3558.

Durand C., 2018, Un bureau derrière les barreaux. Travail relationnel et pouvoir discrétionnaire dans les audiences pénitentiaires, Sociologie du travail, 60, 3, [en ligne] DOI : https://doi-org /10.4000/sdt.2599.

Durand C., Suremain H. de, Ferran N., 2017, The European Oversight of France, in Cliquennois G., Suremain H. de (Eds.), Monitoring Penal Policy in Europe, Abingdon, Routledge, 37‑53.

Fassin D., Coutant I., Fernandez F., Fischer N., Kobelinsky C., Makaremi C., Mazouz S., Roux S., 2013, Juger, réprimer, accompagner : Essai sur la morale de l’État, Paris, Seuil.

Faugeron C., Le Boulaire J.-M., 1992, Prisons, peines de prison et ordre public, Revue française de sociologie, 33, 1, 3-32.

Feeley M., Simon J., 1992, The New Penology: Notes on the Emerging Strategy of Corrections and Its Implications, Criminology, 30, 4, 449‑474.

Fernandez F., 2010, Emprises, drogues, errance, prison : figure d’une expérience totale, Bruxelles, Larcier.

Foucault M., 1975, Surveiller et punir : Naissance de la prison, Paris, Gallimard.

Froment J.-C., Kaluszynski M. (dir.), 2011, L’administration pénitentiaire face aux principes de la nouvelle gestion publique, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble.

Galembert C. de, Rostaing C., 2014, Ce que les droits fondamentaux changent à la prison. Présentation du dossier, Droit et société, 87, 2, 291‑302.

Garland D., 2001, The Culture of Control. Crime and Social Order in Contemporary Society, Chicago, University of Chicago Press.

Goodman P., Page J., Phelps M., 2017, Breaking the pendulum: the long struggle over criminal justice, New York, Oxford University Press.

Haggerty K.D., Bucerius S., 2020, The proliferating pains of imprisonment, Incarceration, 1, 1, 1-16.

Haller M.B., Kolind T., 2018, Space and ethnic identification in a Danish prison, Punishment & Society, 5, 20, 580-598.

Hannah-Moffat K., 2005, Criminogenic needs and the transformative risk subject: Hybridizations of risk/need in penality, Punishment & Society, 7, 1, 29-51.

Harcourt B.E., 2005, Against Prediction: Profiling, Policing, and Punishing in an Actuarial Age, Chicago, University of Chicago Press.

Hassenteufel P., Maillard J. de, 2013, Convergence, transferts et traduction. Les apports de la comparaison transnationale, Gouvernement et action publique, 2, 3, 377‑393.

Hull M.S., 2012, Government of Paper: The Materiality of Bureaucracy in Urban Pakistan, Berkeley, University of California Press.

Icard V., 2016, Vers une conciliation entre sécurité et droit en prison ? Questionner la sécurité dynamique, Déviance et Société, 4, 40, 433‑456.

Icard V., 2019, La fin du maton ? Transformation de la relation carcérale et rationalisation du maintien de l’ordre dans les modules de respect, Criminocorpus, 14, [en ligne] DOI : https://doi-org/10.4000/criminocorpus.6738.

Icard V., 2022, Gouverner la prison. De la normalisation à la rationalisation de la gestion carcérale : une mise en perspective entre la France et l’Espagne, thèse de doctorat en Science politique, sous la direction de J. de Maillard, Guyancourt, Université de Paris-Saclay.

Jacobs J.B., 1977, Stateville: The Penitentiary in Mass Society, Chicago, University of Chicago Press.

Jacobs J.B, 1980, The Prisoners’ Rights Movement and Its Impacts, 1960-80, Crime and Justice, 2, 429-470.

Janicaud E., Lancelevée C., 2012, Production d’écrits administratifs en prison : dispositif de droit ou de contrôle ? L’exemple des unités de visite familiale et des extractions médicales, in Coton C., Proteau L. (dir.), Les paradoxes de l’écriture : Sociologie des écrits professionnels dans les institutions d’encadrement, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 149‑168.

Jefferson A.M., Gaborit L. St., 2015, Human Rights in Prisons: Comparing Institutional Encounters in Kosovo, Sierra Leone and the Philippines, Palgrave Macmillan.

Jobard F., Geeraert J., Laumond B., Mützelburg I., Zeigermann U., 2020, Sociologie politique des passeurs. Acteurs dans la circulation des savoirs, des normes et des politiques publiques, Revue française de science politique, 70, 5, 557‑573.

Kaluszynski M., 1997, Réformer la société. Les hommes de la société générale des prisons, 1877-1900, Genèses, 28, 76-94.

Lancelevée C., 2016, Quand la prison prend soin ? Gérer les troubles mentaux dans un établissement pénitentiaire allemand pour femmes, Sociétés contemporaines, 103, 3, 91‑110.

Lancelevée C., Protais C., Renard T., Saetta S., 2019, Un renouveau des recherches francophones sur les relations entre la justice et la santé mentale », Champ Pénal/Penal Field, 18, [en ligne] DOI : https://doi-org/10.4000/champpenal.11213.

Larminat X. de, 2013, La probation en quête d’approbation : du consensus politique à l’aveuglement positiviste, Archives de politique criminelle, 35, 1, 45‑60.

Larminat X. de, 2014, Un continuum pénal hybride. Discipline, contrôle, responsabilisation, Champ Pénal/Penal Field, XI, [en ligne] DOI : https://doi-org /10.4000/champpenal.8965.

Lascoumes P., 2006, Ruptures politiques et politiques pénitentiaires, analyse comparative des dynamiques de changement institutionnel, Déviance et Société, 30, 3, 405‑419.

Lascoumes P., Le Galès P. (dir.), 2004, Gouverner par les instruments, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques.

Latour B., 1987, Les « vues » de l’esprit, Réseaux, 5, 27, 79‑96.

Le Bianic T., Malochet G., 2017, Soigner, évaluer, contrôler. Les dilemmes des soignants en milieu carcéral, in Benguigui G., Guilbaud F., Malochet G. (dir.), Prisons sous tensions, Nîmes, Champ social, 221‑248.

Lerman A.E., Weaver V.M., 2014, Arresting Citizenship: The Democratic Consequences of American Crime Control, Chicago & London, The University of Chicago Press.

Leroy A., 2019, Qui oserait passer au feu orange ? Le rôle de l’expertise psychiatrique dans l’ordinaire des demandes d’aménagement des longues peines, Champ Pénal/Penal Field, 18, [en ligne] DOI : https://doi-org/10.4000/champpenal.11366.

Liebling A., 2000, Prison officers, policing and the use of discretion, Theorical Criminology, 4, 3, 333‑357.

Liebling A., Price D., Shefer G., 2011, The prison officer, Abington, William Publishing [2e édition].

Malochet G., 2004, À l’école de la détention : quelques aspects de la socialisation professionnelle des surveillants de prison, Sociologie du travail, 2, 46, 168‑186.

Malochet G., 2007, La féminisation des métiers et des professions. Quand la sociologie du travail croise le genre, Sociologies pratiques, 14, 1, 91‑99.

Martin T.M., 2014, The importation of human rights by Ugandan prison staff, Prison Service Journal, 212, 45‑51.

Martin T.M., Jefferson A.M., 2019, Prison Ethnography in Africa: Reflections on a Maturing Field, Politique africaine, 155, 3, 131‑152.

Milhaud O., Scheer D., 2020, Plaidoyer pour une lecture critique de l’architecture carcérale, Champ Pénal/Penal Field, 20, [en ligne] DOI : https://doi-org/10.4000/champpenal.11621.

Milly B., 2004, L’enseignement en prison : du poids des contraintes pénitentiaires à l’éclatement des logiques professionnelles, Déviance et Société, 1, 28, 57‑79.

Moran D., Turner J., Arnold H., 2019, Soldiering on? The prison-military complex and ex-military personnel as prison officers: transition, rehabilitation and reform, The Howard Journal of Criminal Justice, 58, 2, 220‑239.

O’ Malley P., 2018, Neoliberalism, Crime and Criminal Justice, in Cahill D., Cooper M., Konings M., Primrose D. (Eds.), The Sage Handbook of Neoliberalism, Los Angeles, London, New Delhi, Singapore, Washington DC, Melbourne, SAGE Publications, 284-294.

Pires A., 2001, La rationalité pénale moderne, la société du risque et la juridicisation de l’opinion publique, Sociologie et sociétés, 1, 33, 179‑204.

Protais C., 2019, Prendre soin des détenus quand on est surveillant de prison ? Pratiques professionnelles dans un espace de collaboration institutionnalisée avec des professionnels psycho-socio-sanitaires, Champ Pénal/Penal Field, 18, [en ligne] DOI : https://doi-org /10.4000/champpenal.11490.

Quéro L., 2004, Les standards pénitentiaires internationaux, in Lascoumes P., Le Galès P. (dir.), Gouverner, enfermer. La prison, un modèle indépassable ?, Paris, Presses de Sciences Po, 319‑339.

Rambourg C., 2013, La féminisation à l’épreuve de la prison : recompositions et permanences d’un ordre professionnel, Rapport de recherche, Agen, Cirap-Enap.

Razac O., Gouriou F., Salle G., 2014, La « prévention de la récidive » ou les conflits de rationalités de la probation française, Champ Pénal/Penal Field, XI, [en ligne] DOI : https://doi-org /10.4000/champpenal.8932.

Revillard A., 2018, Saisir les conséquences d’une politique à partir de ses ressortissants, Revue française de science politique, 3, 68, 469‑491.

Ricordeau G., 2012, Entre dedans et dehors : les parloirs, Politix, 97, 1, 101-123.

Rose N., 2000, Government and Control, The British Journal of Criminology, 40, 2, 321‑339.

Rostaing C., 2008, À chacun son psy. La diffusion des pratiques psychologiques en prison, Sociologies pratiques, 17, 2, 81‑94.

Rostaing C., 2009, Interroger les changements de la prison. Des processus de déprise et de reprise institutionnelle, Tracés. Revue de Sciences humaines, 17, 2, 89‑108.

Rubin A., Phelps M.S., 2017, Fracturing the penal state: State actors and the role of conflict in penal change, Theoretical Criminology, 21, 4, 422‑440.

Salle G., 2016a, La marchandisation de la gestion carcérale : prison et néolibéralisme, Mouvements, 88, 4, 34‑41.

Salle G., 2016b, Théorie des champs, prison et pénalité. Vers la construction du « champ pénitentiaire », Actes de la recherche en sciences sociales, 213, 3, 4‑19.

Salle G., 2016c, L’utopie carcérale. Petite histoire des « prisons modèles », Paris, Amsterdam.

Sallée N., Chantraine G., 2014, Observer, consigner, tracer. Les usages d’un cahier électronique controversé en établissement pénitentiaire pour mineurs, Sociologie du travail, 1, 56, 64‑82.

Scheer D., 2013, Le paradoxe de la modernisation carcérale. Ambivalence du bâti et de ses usages au sein de deux prisons belges, Cultures & Conflits, 90, 2, 95‑116.

Schoenfeld H., 2010, Mass Incarceration and the Paradox of Prison Conditions Litigation, Law & Society Review, 44, 3‑4, 731‑768.

Simon J., 2014, Mass Incarceration on Trial: A Remarkable Court Decision and the Future of Prisons in America, New York, The New Press.

Spire A., 2016, État des lieux. Les policy feedbacks et le rapport ordinaire à l’État, Gouvernement et action publique, 5, 4, 141‑156.

Tomczak P., Buck G., 2019, The Penal Voluntary Sector: A Hybrid Sociology, The British Journal of Criminology, 4, 59, 898‑918.

Touraut C., 2012, La famille à l’épreuve de la prison, Paris, Presses universitaires de France.

Sykes G.M., 2007 [1958], The Society of Captives: A Study of a Maximum-Security Prison, Princeton, NJ, Princeton University Press.

Vacheret M., Cousineau M.-M., 2005, L’évaluation du risque de récidive au sein du système correctionnel canadien : regards sur les limites d’un système, Déviance et Société, 29, 4, 379‑397.

Vacheret M., 2006, Gestion de la peine et maintien de l’ordre dans les institutions fédérales canadiennes. Contrôle, pouvoir et domination : les « réussites » de la prison, Déviance et Société, 30, 3, 289‑304.

Vasseur V., Mouesca G., 2011, « La prison doit changer, la prison va changer », avait-il dit, Paris, Flammarion.

Veaudor M., 2020, Les « frontières » de l’ordre carcéral. Affectation, négociation des identités et surveillance en maison d’arrêt, thèse de doctorat en Science politique, sous la direction de J. de Maillard, Guyancourt, Université de Paris-Saclay.

Veaudor M., 2021, Pratiques de répartition et gestion de l’ordre : une analyse comparée des décisions d’affectation en prison, Questions Pénales, XXXIV, 2, [en ligne] https://www.cesdip.fr/wp-content/uploads/2022/01/CESDIP-QP-1221.pdf.

Haut de page

Notes

1 Note de la direction de l’Administration pénitentiaire du 18 juillet 2014 relative aux « orientations pour la mise en place d’expérimentations sur l’évolution du métier de surveillant et l’organisation du travail en détention ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Corentin Durand, Valérie Icard et Manon Veaudor, « Enquêter sur le gouvernement de la prison »Champ pénal/Penal field [En ligne], 25 | 2022, mis en ligne le 23 juin 2022, consulté le 12 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/champpenal/13693 ; DOI : https://doi.org/10.4000/champpenal.13693

Haut de page

Auteurs

Corentin Durand

Chercheur post-doctoral au Centre de sociologie des organisations (CNRS, Sciences-Po), membre associé au Centre d’étude des mouvements sociaux (CNRS, EHESS, INSERM) et au Centre Maurice Halbwachs (CNRS, ENS, EHESS, INRAE)
corentin.durand[at]ehess.fr

Articles du même auteur

Valérie Icard

Chercheuse post-doctorale au CESDIP (UMR CNRS 8183, ministère de la Justice, université de Versailles St-Quentin-en-Yvelines/université Paris-Saclay, CY Cergy Paris Université)
valerie.icard[at]cesdip.fr

Articles du même auteur

Manon Veaudor

Chercheuse post-doctorale à l’université Lyon 2, Triangle, membre associée au CESDIP
manon.veaudor[at]univ-lyon2.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY 4.0

Creative Commons - Attribution 4.0 International - CC BY 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by/4.0/

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search