Navigation – Plan du site

AccueilTous les volumes25ArticlesUne sociohistoire de la médiation...

Articles

Une sociohistoire de la médiation animale en prison : de l’émergence à l’institutionnalisation en France

A Sociohistory of Prison-Based Animal Programs: from Emergence to Institutionalization in France
Julie Rodrigues Leite

Résumés

Les dispositifs de médiation animale se développent dans les prisons françaises depuis la fin des années 2000. À partir d’une approche socio-historique, cet article se focalise sur les origines de cette médiation et l’imbrication de différentes logiques de soin, de réinsertion, de responsabilisation traversant le système carcéral. L’article analyse deux processus : d’une part, l’émergence des dispositifs de médiation animale dans les prisons américaines et françaises pour comprendre des phénomènes de circulation transnationale et interinstitutionnelle et, d’autre part, l’institutionnalisation de ces pratiques dans les prisons françaises.

Haut de page

Texte intégral

Je tiens à remercier les évaluateur·trice·s anonymes ainsi que les coordinateur·trice·s de ce numéro qui, par leurs suggestions et leurs précieux conseils, m’ont permis d’améliorer cet article. Je remercie également Marc Bessin, Ivan Garrec, Marianne Le Gagneur et Océane Sipan pour leurs nombreuses relectures. Enfin, je remercie Céline Béraud et Jérôme Michalon dont les remarques lors du comité de thèse ont conduit à de nettes améliorations.

1. Introduction

1L’historiographie nous rappelle que, dès sa naissance au XVIIIe siècle, la prison est soumise à de nombreuses réformes (Foucault, 1975 ; Artières, Lascoumes, 2004). Face à la critique d’inhumanité, d’« institution dégradante » (Rostaing, 2021), les gouvernants du système carcéral prétendent outrepasser les objectifs répressifs et punitifs de la prison pour en intégrer d’autres comme celui de réinsertion. Dans un contexte de modernisation de l’État et des administrations publiques débuté dans les années 1980 (Avril et al., 2005), l’administration pénitentiaire se trouve tiraillée entre des réformes sécuritaires et des tentatives d’humanisation, de « bien punir » (Bouagga 2015 ; 2016). Le tournant des années 1970-1980 marque un décloisonnement relatif de la prison rendu en partie visible par la multiplication des intervenant·e·s extérieur·e·s supposé·e·s œuvrer pour l’individualisation de la peine, une meilleure préparation à la sortie et in fine, la lutte contre la récidive. Dès lors, une nouvelle image de la personne incarcérée est promue au sein du système carcéral : au centre de sa peine, active et responsable (Hannah-Moffat, 2005 ; Quirion, 2009 ; Cliquennois, 2013).

  • 1 Je me réfère ici à la fois à la définition de Michel Foucault du dispositif comme étant un « réseau (...)
  • 2 Dans son livre, Jérôme Michalon regroupe ces pratiques sous l’expression « soin par le contact anim (...)
  • 3 Voir le site de la Fondation : https://fondation-apsommer.org/.
  • 4 Le nombre connu des établissements pénitentiaires pratiquant la médiation animale n’est valable qu’ (...)

2Les dispositifs1 de médiation animale que cet article analyse s’inscrivent dans cette dynamique d’ouverture relative de la prison et d’individualisation de la peine. La médiation animale est le terme choisi2 pour parler de « l’ensemble de ces pratiques hétérogènes visant la mise en relation d’un animal vivant et d’un être humain en situation de souffrance (liée à une maladie et/ou à un handicap) en vue d’un bénéfice pour ce dernier » (Michalon, 2014, 15). Ces médiations sont réalisées par des prestataires extérieurs qui interviennent en prison avec leurs propres animaux. Elles peuvent prendre des formats divers : de la coprésence entre prisonnier·e·s et animaux — chiens et petits rongeurs — lors de groupes de parole ou bien des médiations équines dans lesquels les prisonnier·e·s sont censés apprendre à gérer leurs émotions et améliorer leur communication. Selon la Fondation Adrienne et Pierre Sommer3, actrice clef qui a cartographié les dispositifs de médiation animale en France, ils ont été présents dans un tiers des établissements pénitentiaires français4.

  • 5 Les pages consacrées à la médiation animale sur le site du ministère de la Justice mettent en avant (...)

3Tantôt qualifiés d’« activités », tantôt de « thérapies », de « programmes », d’« animations », ces dispositifs comptent parmi les interventions sociales non directement pénales en prison. On les retrouve liés à divers pôles en fonction des établissements pénitentiaires : soin, culture, programmes de prévention de la récidive ou sport. À mesure qu’ils se multiplient et qu’ils s’ouvrent à divers publics en détention, la liste des objectifs affichés par l’administration pénitentiaire s’étend : lutter contre les effets de l’incarcération, apaiser les tensions en détention, prévenir les suicides, lutter contre l’isolement, empêcher la récidive et favoriser la réinsertion5.

4Apparus dans les années 1970 dans les prisons américaines, les dispositifs de médiation animale voient le jour en France en 2008. Les intentions des acteur·trice·s qui les mettent en place — occuper, soigner, réinsérer — varient grandement selon les contextes. Que s’est-il passé pendant ces quarante années qui séparent les premières initiatives nord-américaines de celles françaises ? Comment se sont construits ces dispositifs de médiation animale outre-Atlantique et avec quels objectifs ? Quelles ont été les conditions de leur diffusion en France ?

5Les travaux de recherche croisant médiation animale et étude de la prison présents dans la littérature s’insèrent dans une logique de promotion de ces dispositifs en proposant des protocoles d’évaluation et la définition de bonnes pratiques à des fins de reproductibilité dans d’autres établissements (Britton, Button, 2005 ; Furst, 2006 ; Cooke, Farrington, 2016 ; Allison, Ramaswamy, 2016 ; Jalongo, 2020). Ces travaux sous-tendus par une logique actuarielle visant à prédire le comportement des individus et gérer les risques, largement dominante dans le champ pénal américain (Feely, Simon, 1992 ; Harcourt, 2005), se concentrent sur le lien entre la participation à un tel programme de médiation animale et la baisse du taux de récidive.

6En adoptant une perspective socio-historique, cet article explore le développement de tels dispositifs et leur double circulation : interinstitutionnelle avec le passage de la médiation animale de l’hôpital à la prison, depuis des objectifs de soin vers des objectifs de réinsertion, et transnationale avec la diffusion du dispositif de l’Amérique du Nord vers la France. Il s’agit de documenter pour la première fois une histoire des médiations animales dans les prisons françaises afin d’identifier les stratégies de légitimation qui ont conduit certains dispositifs à s’institutionnaliser.

7Ce travail s’ancre dans la lignée des travaux de sociologie carcérale qui se sont intéressés à la place du soin en prison (Bessin, Lechien, 2000), plus particulièrement aux hybridations des pratiques pénales (Larminat, 2014 ; Lancelevée et al., 2019) ainsi qu’à l’évolution des rapports entre surveillant·e·s et surveillé·e·s (Chauvenet et al., 1994). À la manière d’une sociologie de l’action publique (Delpeuch, 2009), cet article examinera le processus de diffusion des dispositifs de médiation animale, les transformations et ajustements qu’ils véhiculent. Les mécanismes à l’œuvre dans cette diffusion, les acteur·trice·s qui y prennent part éclairent les changements institutionnels de la prison. Analyser la médiation animale comme une pratique hybride, représente ainsi un angle privilégié pour comprendre les évolutions contemporaines du monde carcéral ainsi que la porosité des logiques — de soin, de réinsertion, de responsabilisation — qui cohabitent en son sein.

8L’article aborde en premier lieu la genèse de ces dispositifs aux États-Unis et en France et les conditions de leur diffusion afin de comprendre les logiques communes et singulières sur lesquelles reposent ces dispositifs. La seconde partie resserre la focale sur le contexte français et porte sur la réception de ces dispositifs en s’intéressant à deux stratégies de légitimation mises en œuvre pour les institutionnaliser : d’une part, la participation du personnel pénitentiaire et, d’autre part, l’évaluation des dispositifs.

  • 6 J’ai observé les groupes de parole une demi-journée par semaine pendant 18 semaines. Lorsque je me (...)

Méthodologie et terrain

Les analyses que je présente sont issues d’un travail de recherche socio-anthropologique mené de l’automne 2018 au printemps 2020. Mon travail de thèse consiste en une ethnographie de ces dispositifs et se propose d’investiguer la médiation animale comme une nouvelle forme d’intervention et d’accompagnement des personnes incarcérées.

J’ai observé une cinquantaine de séances de médiation animale au sein de sept établissements pénitentiaires : des groupes de parole accompagnés d’animaux mais aussi des médiations équines à l’intérieur et à l’extérieur de la prison, dans le cadre de « permissions de sortir ». Ces observations soulignent la grande hétérogénéité de ces pratiques de médiation animale (Michalon, 2014). J’ai suivi à plusieurs reprises les mêmes groupes de parole et des médiations équines de manière plus ponctuelle, sur plusieurs journées6. Les structures dans lesquelles je suis allée dépendent de trois Directions interrégionales des services pénitentiaires (DISP) en France métropolitaine et couvrent plusieurs régimes de détention (masculine et féminine) : deux centres pénitentiaires, quatre maisons d’arrêt et un établissement pour mineurs. La variété des établissements rend compte de l’étendue de ces pratiques de médiation animale sur l’ensemble du territoire français.

J’ai complété mes observations par des entretiens semi-directifs individuels avec des prisonnier·e·s (N = 25) aux profils sociaux, pénaux et carcéraux variés et des professionnel·le·s (N = 28). Cette dernière série d’entretiens sert de matériau principal dans cet article. Parmi les professionnel·le·s, j’ai interrogé des promoteur·trice·s de la médiation animale et personnel pénitentiaire : surveillant·e pénitentiaire, conseiller·e pénitentiaire d’insertion et de probation (CPIP), chef·fe d’établissement, directeur·trice des services pénitentiaires d’insertion et de probation (SPIP), chef du département des politiques d’insertion, de probation et de prévention de la récidive (DPIPPR) et responsable nationale du partenariat associatif à la Direction de l’administration pénitentiaire (DAP). Ces entretiens me permettent d’écrire une histoire française des dispositifs de médiation animale. De plus, j’utilise des extraits de mon carnet de terrain qui permettent de voir comment cette institutionnalisation s’incarne à travers certain·e·s acteur·trice·s. En outre, mon analyse repose sur une « littérature grise » composée de documents issus des sites internet du gouvernement, divers rapports, cahiers et brochures de la fondation Sommer.

2. Sur les traces de la médiation animale en prison : expérimentations aux États-Unis et en France

9Comment les dispositifs de médiation animale sont-ils passés d’une logique de soin à une logique de réinsertion voire de responsabilisation ? Les finalités de ces dispositifs sont-elles identiques aux États-Unis et en France ? L’étude de leur circulation transnationale, commencée au début des années 2000, nous renseigne sur les différent·e·s acteur·trice·s qui portent cette innovation et veulent la voir prospérer dans les établissements pénitentiaires français. Mais, quelle appropriation peut-on alors analyser ? Que reste-t-il des dispositifs initiaux ?

2.1. Les prison-based animal programs entre soin, réinsertion et responsabilisation

  • 7 Un des traits caractéristiques des débuts de la médiation animale concerne la rencontre accidentell (...)
  • 8 Traduit en français par « médecine des preuves », l’EBM se développe dans les années 1980-1990.

10Si l’on peut dater l’histoire des interactions entre prisonniers (de guerre) et animaux à la Seconde Guerre mondiale (Strimple, 2003), la première expérience « à succès » reste celle menée au Oakwood Forensic Center (aussi appelé Lima State Hospital for the Criminally Insane) au milieu des années 1970 et racontée par David Lee (1984), travailleur social dans cet établissement. L’histoire souvent mobilisée pour évoquer cet « imprévu fondateur »7 (Michalon, 2014, 51) — soit la rencontre accidentelle entre humains et animaux qui donne naissance à des programmes plus structurés — est qu’en 1974 « un groupe de patients dépressifs et suicidaires d’un quartier ont pris ensemble le risque d’être punis en cachant un oiseau sauvage blessé dans un local ménage et en le nourrissant de restes du réfectoire » (Lee, 1984, 231 [ma traduction]). Même si l’oiseau ne survit pas à ses blessures, David Lee trouve cette expérience suffisamment significative et les changements d’attitudes assez soudains, pour que celle-ci se poursuive et que l’établissement accueille des animaux en son sein. En 1975, l’établissement se lance dans une expérimentation qui marquera les débuts des Prison Animal-based Programs (PAPs) en accueillant durant trois mois, trois perruches ainsi qu’un aquarium dans l’établissement. Les PAPs proviendraient du lien existant entre humains et animaux (Hines, 2003) et de son potentiel thérapeutique. Quelques années plus tard, en 1981, impulsée par le modèle de l’Evidence Based Medecine8, une étude comparative débute entre un groupe de patients incarcérés avec des animaux et l’autre sans, afin d’analyser les potentiels bénéfices de cette présence animale. Les résultats semblent sans équivoque et les bienfaits en termes de santé mentale en ressortent : « les patients ayant un animal de compagnie ont eu besoin de deux fois moins de médicaments, ont connu une réduction considérable des incidents violents et n’ont pas fait de tentative de suicide pendant l’année de comparaison » (Lee, 1984, 232 [ma traduction]). David Lee souligne une nouvelle fois la réussite du programme dont la première ambition est thérapeutique auprès de personnes atteintes de dépressions chroniques et ayant des pensées suicidaires.

  • 9 Dans son étude (1999), Véronique Servais interroge le « pouvoir thérapeutique » des dauphins auprès (...)
  • 10 Disponible en ligne : https://www.youtube.com/watch?v=XNPKxU2_zR0&t=64s.
  • 11 La citation originale « if you can’t get God in your life, bring a dog in there, because the word “ (...)

11En 1981, une autre initiative pionnière voit le jour dans le champ des PAPs. Menée par Kathy Quinn (1942-2020), elle marque l’entrée de la médiation animale en prison. Kathy Quinn, devenue sœur dominicaine, incarne à elle seule ces « belles histoires » (Servais, 1999) qui accompagnent ces dispositifs de médiation animale supposés être vecteurs de changements9. Dans une interview diffusée sur les réseaux sociaux en 201910, Sœur Quinn effectue un jeu de mots entre Dieu « God » et les chiens « dog »11, exprimant explicitement la place des chiens dans le domaine du sacré en leur conférant des missions et qualités particulières, de guérison notamment. Convaincue des bénéfices apportés par la relation humain-chien et éducatrice canine elle-même, Sœur Quinn s’associe avec un vétérinaire, le Dr Leo Bustad, et lance un programme d’éducation canine en prison au Washington Correction Center for Women (WCCW) à Gig Harbor (Strimple, 2003 ; Deaton, 2005). Ce programme, le plus ancien aujourd’hui et probablement l’un des plus structurés, comporte une forte dimension éducative (Furst, 2006) et insiste sur les habilités sociales acquises à partir de ces programmes.

12Ce programme marque le passage d’objectifs thérapeutiques de soin psychologique et physiologique de l’individu à des objectifs de réinsertion, sociale et professionnelle pour éviter la récidive. Cette circulation du soin à la réinsertion est visible dans d’autres programmes comme les activités sportives. Dans son ouvrage Le sport en prison (2005), Laurent Gras montre que les vertus thérapeutiques du sport — meilleure hygiène des personnes incarcérées, lutte contre les effets de la sédentarité, nette amélioration de la santé mentale et physique — ont servi, dans un premier temps, à promouvoir ces activités et leur mise en place. Mais, dans un second temps, l’administration pénitentiaire a mis en avant la réinsertion comme finalité possible de l’activité sportive qui servirait de passerelle entre le dedans et le dehors et préparerait davantage les personnes incarcérées à leur sortie. Comme pour les dispositifs de médiation animale, il s’agit de trouver des « fonctions institutionnelles » (Gras, 2005) qui permettent de légitimer ces activités.

13À travers ce programme au WCCW, les femmes incarcérées se forment à de nouvelles compétences comme socialiser les chiens, prendre soin d’eux ou les toiletter (Jalongo, 2020), qui sont valorisables sur le marché professionnel à leur sortie. En plus d’apprendre de nouvelles aptitudes professionnelles, elles offrent une réparation à la « communauté », fragilisée par les délits et crimes dont elles sont accusées, en éduquant des chiens issus de refuges avant qu’ils soient remis à des personnes en situation de handicap. En cela, la médiation animale se rapproche ici plus d’une forme de justice restaurative que d’un programme « correctif » en se concentrant davantage sur une justice pénale comme répondant à des objectifs de réparation et non aux actions individuelles des personnes jugées délinquantes (Jalongo, 2020, 6).

14En 1981, le Prison Pet Partnership voit le jour marqué par une logique, que je qualifie « de réparation », qui suppose qu’une personne se répare autant qu’elle contribue à réparer la société. Avec cette logique, un discours religieux porté par les intervenant·e·s, prêchant le pardon, résonne en toile de fond de ces dispositifs. Depuis, ce programme s’est largement développé à travers les États-Unis et plus de 700 chiens ont été éduqués par des personnes incarcérées avant d’être placés dans des familles comme chiens d’assistance. Cette initiative et d’autres qui suivirent comme Cell Dogs ou Puppies Behind Bars, ont recours à la rhétorique selon laquelle humains et animaux ont tous deux droit à une seconde chance.

15La logique de responsabilisation occupe une place de choix dans les PAPs comme dans les travaux qui s’intéressent aux interventions correctionnelles. En ce sens, on peut dire que l’évolution des PAPs suit celle des rhétoriques rattachées à l’intervention correctionnelle. Bastien Quirion (2012) note un changement survenu ces trente dernières années au sujet des rhétoriques de l’intervention : les rhétoriques de réforme et de réadaptation ont laissé peu à peu place à celle de la responsabilisation qui consiste en l’émergence d’une « nouvelle grammaire de l’individu qui contribue à produire des individus autonomes et responsables dont la principale force est d’être en mesure de démontrer une certaine autonomie par rapport aux institutions traditionnelles de prise en charge » (Quirion, 2012, 347‑348). Cette nouvelle grammaire de la responsabilisation se retrouve parfaitement dans un programme appelé TAILS — Teaching Animals and Inmates Life Skills — qui met en lien des prisonniers et des chiens de refuges, particulièrement stigmatisés comme les pitbulls. Les prisonnier·e·s travaillent certaines habilités sociales comme l’empathie et la patience et se retrouvent responsables de la rééducation des chiens en vue de leur prochaine adoption. Aujourd’hui, cette logique de responsabilisation, étroitement liée à la notion de réparation, qu’on pourrait qualifier d’utilitariste car ces dispositifs « servent à la communauté », s’impose aux États-Unis. La diversité des programmes en témoigne : tantôt des chiens éduqués pour devenir des chiens d’assistance tantôt des chevaux sauvages dressés pour réguler leur nombre et réduire leur impact sur la biodiversité.

16Les études sur les PAPs témoignent de ce déplacement du soin à la réinsertion. Si auparavant les études s’intéressaient aux supposés bienfaits de la médiation animale notamment sur la santé des personnes incarcérées, elles prennent aujourd’hui racine dans une logique actuarielle centrée sur la gestion des risques. Dans cette lignée, plusieurs d’entre elles (Moneymaker, Strimple, 1991 ; Cooke, Farington, 2014) mesurent l’impact de tels programmes et s’intéressent à la corrélation entre la participation à un PAP et la baisse du taux de récidive.

17À l’issue de ce portrait historique, l’on saisit bien les origines du soin dans le développement de la médiation animale en prison. Si les premiers objectifs visés étaient thérapeutiques, ils ne tardent pas à s’accorder aux objectifs de réinsertion. Par ailleurs, le fait d’être (de nouveau) responsable, devient une finalité recherchée par ces dispositifs, signe d’une nouvelle logique, de plus en plus centrée sur l’individu, promue par l’institution carcérale. L’émergence de ces dispositifs dans le contexte français provient d’une diffusion de l’Amérique du Nord vers la France. Il s’agit maintenant d’analyser les conditions de circulation de ces dispositifs en identifiant les acteur·trice·s qui y ont participé.

2.2. De l’Amérique du Nord à la France : itinéraire d’un dispositif

18Que s’est-il passé pendant ces quarante années qui séparent la première initiative de médiation animale américaine de celle française en 2008 ? Pour le comprendre, il nous faut analyser la circulation transnationale des dispositifs de médiation animale en s’intéressant aux acteur·trice·s qui ont contribué à leur diffusion ainsi qu’aux stratégies mises en œuvre au cours de celle-ci. Les dispositifs de médiation animale n’ont pas fait l’objet d’une importation au sens strict mais plutôt d’une diffusion, ce qui renvoie ici au « processus par lequel une innovation est communiquée par certains canaux au fil du temps parmi les membres d’un système social » (Rogers, 1983, 5). Dans The Diffusion of Innovations (1962), Everett Rogers définit quatre éléments nécessaires à une diffusion : 1) une innovation, c’est-à-dire une idée, une pratique ou un objet perçu comme nouveau par un individu ou par une unité d’adoption, 2) un ou des canaux de communication, c’est-à-dire le moyen par lequel les messages passent d’un individu à un autre, 3) la dimension temporelle présente dans toute diffusion et enfin 4) un système social comme étant un ensemble d’unités reliées les unes aux autres pour atteindre un but commun. La médiation animale, alors comprise comme une innovation peut être analysée sous l’angle de la sociologie de l’action publique (Delpeuch, 2009) et des policy transfer studies (PTS) ( Dolowitz, Marsh, 1996 ; 2000). Celles-ci ont largement étudié ces phénomènes de diffusion même si elles n’ont pu rendre compte de la complexité du phénomène négligeant ainsi les phénomènes de traduction (modes de réception des éléments transférés) et d’hybridation (manière dont se lient les éléments transférés aux éléments existants) accompagnant les transferts de politiques publiques (Hassenteufel, Maillard, 2013).

19L’étude de cette diffusion témoigne d’une certaine ouverture de la prison et de sa porosité avec le monde extérieur, s’inscrivant dans la création de partenariats, notamment avec le monde associatif, comme le souligne l’extrait de terrain ci-dessous :

J’ai été invitée par la Fondation Sommer à une projection privée dans un cinéma luxueux du 8e arrondissement de Paris. Le film à l’écran est celui de Laure de Clermont-Tonnerre, Nevada, qu’elle présente en visio depuis les États-Unis. Il raconte l’histoire de Roman, un homme incarcéré dans une prison du Nevada, qui va participer à un programme de réhabilitation sociale en dressant des chevaux mustangs. À la suite de la projection, des allié·e·s de la médiation animale de la première heure font un retour sur leurs expériences des médiations animales en prison. Boris Albrecht, directeur de la Fondation, déplore l’absence d’une personne rattachée au ministère de la Justice, qui s’était dit très intéressée par l’initiative. On y entend toutefois des intervenant·e·s en médiation animale, une professionnelle en charge des partenariats associatifs à la Direction de l’administration pénitentiaire, un chef d’établissement qui a systématiquement mis à l’œuvre des dispositifs de médiation animale dans les établissements qu’il a dirigés et un psychologue clinicien qui revient sur les bénéfices de telles actions pour les personnes incarcérées et le personnel de surveillance. Dans le public se trouve Marie Claude Lebret, fondatrice d’Handi’Chiens, dont on salue l’initiative de départ avec les chiens d’assistance et qui se dit heureuse de voir se développer ces actions en prison dont elle loue les effets positifs visibles dans le film.

(Extrait de carnet de terrain, le 8 octobre 2019)

20À propos de cette projection qui rassemble les promoteurs de la médiation animale en France, l’on peut noter la place centrale occupée par les associations. Dans Panser avec les animaux. Sociologie du soin par le contact animalier (2014), Jérôme Michalon étudie le contexte d’émergence de la communauté Human-Animal Interactions (HAI) et comment celle-ci se traduit par la création d’associations et de partenariats avec des centres universitaires qui s’intéressent à la question du lien entre humains et animaux et promeuvent l’importance de cette relation inter-espèce. Lors de cette projection où est réunie l’« élite de la médiation animale », au vu de leurs caractéristiques sociales (classes moyennes, supérieures et capitaux culturels et économiques) des acteur·trice·s présent·e·s : il s’agit des membres actif·ve·s de la communauté HAI française : d’un côté, l’association Handi’Chiens et de l’autre, la Fondation Sommer.

21La première association française responsable de la diffusion de la médiation animale dans les prisons françaises est celle fondée en 1989 par Marie Claude Lebret, Handi’Chiens. Dans notre entretien, elle raconte sa rencontre avec les chiens d’assistance via un reportage télévisé :

J’ai vu un reportage télévisé en 1986 qui présentait les chiens d’assistance aux États-Unis. Et là, j’ai été subjuguée vraiment par le travail de ces chiens avec une personne handicapée en fauteuil roulant […]. Et la conclusion de l’émission, c’est qu’il n’y avait rien de fait en France concernant le chien d’assistance et que toute initiative serait la bienvenue […] j’ai pris contact avec l’association AFIRAC [Association française d’information et de recherche sur l’animal de compagnie] pour avoir un peu plus d’informations sur l’éducation de ces chiens.

(Entretien avec Marie Claude Lebret, fondatrice d’Handi’Chiens, 9 décembre 2020)

22Soutenue par l’AFIRAC, Marie Claude Lebret, alors professeure de biologie zootechnie en lycée agricole, se rend par intermittence aux États-Unis entre 1989 et 1990 pour suivre les enseignements de Bonita Bergin, fondatrice de la Canine Companion for Independance. Cette dernière lui apprend la méthode pour éduquer les futurs chiens d’assistance. De ce voyage, elle revient avec deux chiots dont un qui servira d’« ambassadeur » afin de faire connaître les chiens d’assistance en France. Depuis, la liste des chiens au service des humains s’est élargie : chiens d’éveil, d’assistance, détecteurs de crises d’épilepsie et d’accompagnement social — ceux que l’on retrouve en prison. Marie-Claude Lebret n’est pas la seule parmi les personnes que j’ai rencontrées à être allée se former outre-Atlantique. C’est aussi le cas de Raphaëlle, intervenante en médiation animale (IMA) dans plusieurs prisons, partie au début des années 2000 à l’Institut de zoothérapie du Québec pour devenir zoothérapeute. Bien qu’ils se soient développés depuis, ces cursus n’existaient pas en France. Leur importation en France confirme que cette diffusion s’explique en partie par la circulation des êtres partis se former outre-Atlantique. En effet, la diffusion passe d’abord par un temps d’observation du modèle de l’innovation à l’étranger, d’apprentissage d’une technique et de sa mise en place dans le nouveau contexte.

23Si Handi’Chiens contribue au départ de manière indirecte à la diffusion de la médiation animale dans les prisons françaises en introduisant des chiens d’assistance en France qui ouvriront la voie aux chiens d’interventions, présents en prison, la Fondation Sommer garantit, quant à elle, son soutien financier pour la mise en place de tels dispositifs. Fondée en 1971, la Fondation Sommer a trois missions : informer, éduquer et soutenir. Depuis 2008, date à laquelle apparaissent pour la première fois les dispositifs de médiation animale dans les prisons françaises, la Fondation soutient financièrement leur mise en œuvre et informe sur ces pratiques en publiant des cahiers et des brochures dont plusieurs ont pour objet la médiation animale en prison. Boris Albrecht, directeur de la Fondation, revient en entretien sur l’appropriation de ladite innovation :

  • 12 À des fins d’anonymisation, les lieux et les prénoms ont été changés.

Je suis allé aux États-Unis, j’avais rencontré deux trois personnes [qui intervenaient en prison] lors de la conférence de l’IHAIO [International Human Animal Interaction Organization] à Chicago. Je me suis dit il faut qu’on arrive éventuellement à faire la même chose en France, mais il faut adapter ces systèmes. Quand je suis revenu, je me suis dit « qui a l’expérience ? ». Les chiens guides chez nous n’ont pas l’expérience des prisons, ils ne savent pas ce que c’est, ça va être compliqué à mettre en place. Et l’on s’est adressé à Handi’Chiens. Ils étaient plus sensibilisés et on a proposé à la prison de Montignes12.

(Entretien avec Boris Albrecht, directeur de la Fondation Sommer, le 3 septembre 2019)

24De nouveau, on trouve la présence d’un réseau d’acteur·trice·s, déjà constitué, de la communauté HAI à travers l’IHAIO. Pour assurer la diffusion de telles pratiques, il ne reste plus qu’à trouver des partenaires qui pourront toutefois « adapter ces systèmes en France » et Handi’Chiens représente un allié de choix pour la Fondation Sommer.

25Comme on l’a vu, cette diffusion a été principalement menée par des associations et fondations qui promeuvent le développement de ses pratiques à l’intérieur et en dehors du champ carcéral. Elles agissent comme des « entrepreneurs de morale » (Becker, 1985) dans le champ des médiations animales en véhiculant des normes et une idéologie selon laquelle être respectueux·se des animaux signifie être bon. L’administration pénitentiaire française ne semble pas avoir occupé de rôle spécifique dans cette diffusion, toutefois, l’étude de l’émergence de ces dispositifs dans les prisons françaises va montrer la manière dont ils ont été réceptionnés. La diffusion des dispositifs induit-elle alors une transformation ou une évolution de leurs objectifs ?

2.3. Expérimentations locales de médiation animale en France : de la vulnérabilité à la responsabilisation des prisonnier·e·s ?

26En 2008, la médiation animale acte sa naissance dans les prisons françaises à travers deux expérimentations introduites parallèlement dans deux établissements situés dans des Directions interrégionales des services pénitentiaires (DISP) distinctes : la maison d’arrêt de Valissan et le centre pénitentiaire pour femmes de Montignes. Que ce soit dans l’un ou l’autre établissement, les directions donnent leur feu vert aux professionnel·le·s de la médiation animale pour répondre au problème du risque suicidaire. L’institution carcérale connaît en effet un taux record de suicides, sept fois plus élevés qu’en population générale (Duthé et al., 2014). En réaction à cette statistique préoccupante, la médiation animale fait partie des réponses institutionnelles « pour empêcher la mort » (Cliquennois, Chantraine, 2009).

27Bien que les profils se soient élargis depuis, la mise en place de la médiation animale a d’abord été pensée pour des personnes dites « vulnérables » présentant un risque suicidaire important. Raphaëlle, comme d’autres intervenantes en médiation animale (IMA), a exercé la médiation animale dans des établissements de soin avant d’intervenir pour la première fois en 2008 à la maison d’arrêt de Valissan. Dans notre entretien, elle raconte le contexte dans lequel elle a débuté ses interventions :

C’était hyper explosif comme d’habitude, on retrouvait une surpopulation en prison […]. Mais il y avait eu une vague de suicide dans la région, chez les mineurs. Donc doublement impactant pour eux. Et lui [le directeur adjoint] avait malheureusement décroché un des jeunes ici à Valissan. Et c’était devenu une espèce de chantage au suicide. Le jeune qui n’avait pas ce qu’il voulait, menaçait de se suicider et le surveillant avait le choix, soit de céder et là, c’était la porte ouverte à tous les chantages, soit de ne pas céder avec le risque de le retrouver pendu le lendemain. […] Il m’appelle en me disant « écoutez, on essaie. On n’a plus que cette solution ». On cherchait, il cherchait l’apaisement, c’était vraiment le maître mot : l’apaisement. Et la prévention du suicide.

(Entretien avec Raphaëlle, IMA, 11 avril 2020)

28Cet appel à l’aide insiste sur la situation urgente à laquelle la médiation animale est supposée apporter des réponses. Il est fréquent que la médiation animale soit présentée par ses promoteur·trice·s au sein de l’administration pénitentiaire comme « l’ultime possibilité de prise en charge » là où d’autres solutions échouent comme le classement au travail de la personne incarcérée c’est-à-dire l’affectation du·de la prisonnier·e à un poste de travail en prison, une prise en charge psychologique ou encore le maintien des liens familiaux. Si l’ouverture à d’autres profils a rapidement été envisagée, les personnes dites « vulnérables », avec des « tendances suicidaires » restent privilégiées, comme le raconte un surveillant :

— [Julie] Le profil qui serait le plus intéressant pour la médiation animale avec tout ce que vous en dites [il m’interrompt].

— [Guy] [Il baisse sa voix] Les profils vulnérables. Ceux qui sont vulnérables, ceux qui sont influençables, faibles psychologiquement. Excusez-moi du terme, mais ceux qui ont des tendances suicidaires […] ça leur apporte beaucoup.

(Entretien avec Guy, surveillant brigadier, 22 mai 2019)

29La seconde expérimentation fondatrice pour la médiation animale dans les prisons françaises est celle menée par Bénédicte au centre pénitentiaire de Montignes. Alors psychologue dans l’établissement, aujourd’hui IMA, Bénédicte pense la médiation animale à partir d’un cas individuel, celui de Dorine, incarcérée pour une peine de 18 ans. Dans un texte sur la genèse du projet de médiation animale dans cet établissement, le cas de Dorine est exposé et fidèle aux vignettes cliniques, Bénédicte la surnomme « la femme qui ne voulait pas mettre le pied dehors » en référence au risque suicidaire élevé à l’approche de sa sortie de prison. Bénédicte explique alors comment à partir de cette situation individuelle, elle a pensé un projet intitulé « Autonomisation par le média du cheval » qui permettrait à un plus grand nombre de femmes incarcérées d’entrer dans un « processus d’autonomisation, de valorisation de soi et l’appropriation du parcours de vie en détention ».

30Avec ces deux premières expérimentations françaises, l’on voit que ces dispositifs viennent élargir l’éventail des interventions possibles auprès des personnes incarcérées et proposer de nouvelles solutions à des situations, à première vue, sans issue. Les deux cas précédemment exposés montrent que le premier objectif était la prévention du suicide. En effet, il s’agit plutôt de proposer ces programmes aux personnes les plus isolées en détention et les moins investies dans leur parcours pénitentiaire. La médiation animale permettrait donc aux professionnel·le·s de la prison (surveillant·e·s pénitentiaires, membres du SPIP) de saisir un public situé aux confins de la prison, peu autonome et qui échappe ordinairement à la prise en charge institutionnelle. Souvent qualifiées de « vulnérables », les personnes regroupées derrière cette catégorisation sont loin d’être un groupe homogène comme en témoigne cet extrait :

— [Julie] Qu’est-ce qu’il y a derrière vulnérable ? Moi j’avais l’impression que c’étaient des personnes qui avaient des risques suicidaires ?

— [Mickaël] Aussi…

— [Julie] Donc c’est quoi ?

— [Mickaël] C’est des gens dépressifs, on va dire des gens qui sont plus surveillés.

  • 13 Sont qualifiées ainsi les personnes qui sont incarcérées pour la première fois en prison.

— [Julie] Et des primaires13 ?

— [Mickaël] Oui. Des auteurs d’infractions à caractère sexuel (AICS) aussi.

(Entretien avec Mickaël, surveillant gradé, 11 octobre 2019)

31Les personnes catégorisées « AICS » par le personnel pénitentiaire ou de « pointeurs » pour utiliser un terme vernaculaire sont en bas de la hiérarchie des personnes incarcérées. Depuis l’étude de Gresham Sykes (1958), les travaux centrés sur la prison comme « sous-culture » ou « culture » se sont multipliés et ont révélé une certaine hiérarchie de valeurs (Caisne, 2004). Les personnes définies « AICS » se trouvent en bas de cette hiérarchie et se trouvent être particulièrement isolées en détention. Souvent recluses pour leur propre sécurité, atteintes de troubles psychiques, elles sont le public cible pour la prévention du suicide et de facto, privilégiées pour les dispositifs de médiation animale.

32Avec ces dispositifs, il y a l’espoir que les prisonnier·e·s « (re)mettent un pied à l’étrier » selon une expression souvent entendue sur le terrain et qu’ils et elles se responsabilisent en étant moins dépendantes de l’institution. Léa, une CPIP, me fait le récit de Tony, incarcéré depuis 10 ans, catégorisé « AICS ». Pour Tony, la médiation animale est le seul lien qu’il ait en détention et pour Léa, elle représente l’unique moyen d’échanger afin de construire un projet de sortie et lui assurer sa réinsertion socio-professionnelle. Léa me dépeint son portrait et l’impact qu’a eu la médiation animale sur lui :

Il ne sortait pas en promenade. […] Il voulait être enfermé dans sa cellule jusqu’à la fin de sa peine […]. Aujourd’hui, il ne lui reste plus que la médiation animale. […] C’est son seul contact affectif et non pas humain, mais d’être à être vivant […] Moi quand je le vois physiquement marcher dans la rue [le chemin qui va de bâtiment en bâtiment], il est droit et il marche quasiment au milieu. Avant, il était à un centimètre du mur, il baissait la tête, il était voûté. Physiquement, on voit vraiment une différence et ce que je vois c’est que le changement correspond avec la médiation animale.

(Entretien avec Léa, CPIP, le 15 avril 2019)

33L’histoire de Tony n’est pas une histoire isolée, au contraire, d’autres, semblables, sont racontées par de nombreuses intervenantes et servent à promouvoir la médiation animale. Il est fréquent de s’entendre conter ces « belles histoires » (Servais, 1999) par les professionnel·le·s de la médiation et/ou de la prison qui insistent sur la transformation souvent radicale des personnes ayant participé à ces dispositifs. La médiation animale aiderait à maintenir les rares liens qui restent aux personnes dites « vulnérables ». Toutefois, elle ne doit pas simplement rompre l’isolement en détention mais amener des changements de comportement chez la personne incarcérée. Ainsi, l’objectif en participant à un tel dispositif, est de sortir du « cercle infernal », sous-entendu délictueux, criminel pour entrer dans un « cercle vertueux » afin de préparer sa sortie :

On ne voulait pas que la médiation animale soit une action finie, c’est-à-dire « je participe à une randonnée équestre. Une fois que les chevaux sont de nouveau aux box et que moi, je suis rentré en détention, ça s’arrête et ce qui me reste c’est : j’ai participé à une rando ». Non c’est plutôt : « comment je vais rebondir sur cette randonnée pour pouvoir repartir sur un autre projet, m’inscrire cette fois-ci à l’école, parce que j’ai envie d’en savoir un peu plus ou je me suis découvert une passion pour les chiens et pour les chevaux et ça peut peut-être me donner des idées de formation ? »

(Entretien avec Arnaud, chef DPIPPR, le 8 octobre 2019)

34Selon les IMA et plus généralement les personnes qui promeuvent les bienfaits de ces dispositifs, il est présumé que la participation à un tel dispositif entraînerait un ensemble de changements chez les prisonnier·e·s et de multiples investissements à l’égard de leur parcours pénitentiaire comme l’inscription à une formation ou l’entrée dans un parcours de soins. Ces changements devraient mener sur le chemin de la « désistance » — terme employé par certaines IMA — de sortie de la délinquance et/ou de la criminalité (Mohammed, 2012) et les soutenir dans la construction d’un projet de sortie, remettant la notion de responsabilisation au centre. L’objectif est de rendre la personne actrice et responsable de son temps en détention. Pour répondre à cette attente institutionnelle à l’égard de la responsabilisation des personnes incarcérées, la médiation animale s’appuie sur le parcours d’exécution des peines (PEP).

35Expérimenté localement à la fin des années 1990 puis généralisé à l’ensemble des établissements, le PEP « devient le moyen de structurer le parcours d’exécution de peine des personnes incarcérées par une prise en charge globale et pluridisciplinaire. Cette démarche globale permet de responsabiliser la personne détenue et de limiter les effets désocialisants de l’incarcération en la rendant actrice du temps passé en détention en fonction des possibilités qui lui sont offertes » comme le prévoit la circulaire du 21 juillet 2000. Pour les programmes les plus structurés de médiation animale, le PEP sert de support, comme en atteste le cas de Bénédicte qui promeut la médiation animale comme un « moyen d’accompagner la peine », un outil « d’insertion » et non thérapeutique. L’usage du vocabulaire spécifique à la prison, la connaissance du milieu carcéral de la part des IMA indiquent une pénitentiarisation du discours des intervenantes extérieures. Il existe entre le PEP et la médiation animale une interdépendance : la médiation représentant un moyen d’application du PEP. Cette interdépendance crée une absorption des logiques de responsabilisation et de réinsertion par ces dispositifs et une assimilation des objectifs pénitentiaires par les professionnel·le·s de la médiation.

36Comme aux États-Unis, les objectifs des médiations connaissent des évolutions. D’abord thérapeutiques, ils s’insèrent de plus en plus dans une logique de réinsertion intrinsèquement liée à la responsabilisation. En revanche, la logique de réparation, caractéristique des dispositifs étasuniens, n’apparaît en France que plus récemment et dépouillée du registre religieux. Au centre pénitentiaire de Montignes, un programme d’éducation canine est en cours de création avec l’association Handi’Chiens dans lequel deux femmes incarcérées seraient choisies pour être famille d’accueil d’un futur chien d’assistance et assurer son éducation la première année. Comme le souligne, Nathalie Richard, responsable nationale du partenariat associatif en charge de la médiation animale :

On n’a pas du tout de programme comme il existe aux États-Unis avec des élevages de chevaux… […] Nous n’avons pas les architectures pénitentiaires et l’espace pour le faire, donc on n’en est pas encore là. Il y a des choses qui se mettent en place : des chenils, des projets d’éducation de chiens avec Handi’Chiens comme on fait à l’extérieur.

(Entretien avec Nathalie Richard, responsable du partenariat associatif, le 5 octobre 2021)

37L’expression « on n’en est pas encore là » et des échanges informels sur des dispositifs en cours de création laisse entrevoir une possible convergence (Hassenteufel, Maillard, 2013) entre les dispositifs américains et français. Revenir sur les premiers pas de la médiation animale aux États-Unis et en France a permis d’identifier un schéma similaire. Les dispositifs de médiation animale prennent d’abord racine dans les établissements de soin avant d’émerger en prison. Cette origine du soin se retrouve alors dans les premiers dispositifs, dans les prisons françaises, qui ont alors des objectifs thérapeutiques clairement identifiés tels que la prévention du suicide. Peu à peu, la dimension thérapeutique qui servait, dans un premier temps, à légitimer l’existence de ces dispositifs est remplacée par un nouvel argument propre à l’institution carcérale : celui de la réinsertion. Alors que la logique de réparation n’était pas centrale, il semblerait que les dispositifs français l’intègrent petit à petit, sans pour autant relayer le discours religieux présent aux États-Unis. J’analyserai ci-dessous la manière dont ces dispositifs ont été reçus dans les prisons françaises. Quelles ont été les stratégies mises en place pour les légitimer voire conduire certains dispositifs à s’institutionnaliser ?

3. Réception de la médiation animale en France : entre stratégies de légitimation et institutionnalisation

38À partir d’entretiens réalisés avec des personnes pionnières dans le champ de la médiation animale en prison, j’ai pu reconstruire une histoire empirique de ces dispositifs. Si sa reconstruction peut paraître linéaire, elle ne l’est qu’a posteriori car l’instauration de la médiation animale a connu des résistances. Mais des stratégies ont été mises en place pour légitimer ces nouvelles pratiques dans les établissements pénitentiaires et permettre leur institutionnalisation dans un certain nombre de prisons françaises. L’une d’entre elles est d’inclure le personnel pénitentiaire dans les dispositifs de médiation animale et l’autre est d’évaluer les effets de la médiation animale, recenser les initiatives existantes et formaliser ces dispositifs pour les développer.

3.1. Quand la médiation animale participe à la gestion de la détention

39Dès ses débuts, la médiation animale en prison a rencontré des difficultés similaires à celles survenues dans les établissements de soin, notamment des inquiétudes sur l’hygiène, la sécurité et l’accessibilité des locaux. Au-delà de ces craintes habituelles, la médiation animale a suscité une levée de boucliers de la part des syndicats de surveillant·e·s pénitentiaires, comme ce fut le cas pour d’autres innovations telles que les sports de combat en détention ou encore le droit de former des comités de détenus (Charbit, 2018). La médiation animale — et particulièrement la médiation équine trop vite associée à l’équitation — a été perçue comme un « cadeau » de la part de l’administration pénitentiaire pour les prisonnier·e·s alors que les surveillant·e·s pénitentiaires eux-mêmes ne se sentent pas valorisé·e·s dans leur travail et n’ont pas les moyens financiers de « faire du cheval ».

40Au moment de la mise en place de la médiation animale, Arnaud, chef DPIPPR, reçoit un tract par mail de la part des syndicats qui s’y opposent, il raconte :

— [Arnaud] Aujourd’hui, on est entre deux forces syndicales qui sont dans une espèce de surenchère sécuritaire. C’est à celui qui sera le plus méchant, donc là…

— [Julie] Mais qu’est-ce-que vient faire la médiation animale là-dedans ?

— [Arnaud] Parce que la médiation animale, c’est lutter aussi. C’est travailler sur un certain nombre d’idées reçues, de préjugés. On a affaire, si tu les écoutes, à des féroces criminels et au lieu de répondre à ces féroces criminels par un acte sécuritaire, on va leur répondre en leur permettant de faire des câlins à un toutou, alors que ce n’est pas ça.

(Entretien avec Arnaud, chef DPIPPR, le 8 octobre 2019)

41Légitimer les dispositifs de médiation animale passe d’abord par un travail autour des représentations. Le « manque de connaissances », « les préjugés » des personnels pénitentiaires à l’égard de la médiation animale apparaissent comme des freins à son instauration comme le souligne aussi la responsable nationale du partenariat associatif. Pour y remédier, une des stratégies de légitimation semble être d’inclure le personnel de surveillance dans ces dispositifs de médiation animale.

42La mission de réinsertion qui leur est confiée depuis la loi du 22 juin 1987, argumente en faveur de la participation du personnel de surveillance à ces dispositifs. Depuis les années 1980, le métier de surveillant·e pénitentiaire se transforme (Chauvenet et al., 1994). Dans un contexte de normalisation du milieu carcéral, d’ouverture relative, ce que Gilles Chantraine nomme le « post-disciplinaire » (Chantraine, 2006), les surveillant·e·s pénitentiaires profitent de cette reconfiguration carcérale pour redorer le blason de leur profession et contrer le stigmate du « porte-clefs » que leur apposent souvent les prisonnier·e·s et les milieux anti-carcéraux. Selon une recommandation du Comité des ministres du Conseil de l’Europe datant de 2003, le maintien du contrôle en prison doit recourir à la sécurité dynamique : « celle-ci peut se définir comme une approche préventive du maintien de la sécurité́ interne en détention, qui repose sur le développement de « relations positives » entre le personnel pénitentiaire et les personnes détenues » (Icard, 2016, 434).

43À la manière des modules de respect étudiés par Valérie Icard qui viennent transformer le travail quotidien des surveillant·e·s de prison, les remettre « dans le circuit » (2016), les dispositifs de médiation animale partagent ce souhait : les surveillant·e·s ainsi que d’autres membres du personnel pénitentiaire sont « mis·e·s dans la boucle » selon une expression maintes fois entendue sur le terrain. Cela signifie qu’ils et elles sont informé·e·s de l’existence de ces actions et que leur participation aux séances est même attendue. Toutefois, leur participation est variable selon le format des dispositifs. Pour les groupes de parole, le personnel ne gère que les mouvements (arrivée et départ de l’activité) et il n’est donc présent qu’au début et à la fin de la séance. Quant aux médiations équines, la présence de surveillant·e·s est exigée pour veiller à la « sécurité des intervenantes et des chevaux » comme le rappelle un surveillant. Enfin, les surveillant·e·s ont un rôle central dans les permissions de sortir : ils et elles sont des participant·e·s à part entière de l’activité et en charge de son bon déroulement.

44Afin de développer des « relations positives » entre le personnel pénitentiaire et les personnes incarcérées en vue d’une amélioration des conditions de détention et ainsi participer au maintien de l’ordre, un travail autour des représentations est réalisé grâce à la présence de tiers, les médiatrices. En effet, il s’agit de travailler autour de la figure stéréotypée de la personne surveillée d’un côté et de la personne surveillante de l’autre : la personne incarcérée se réduisant aux actes pour laquelle elle est incarcérée, associée à la violence et à l’incivilité et la personne qui surveille, comme quelqu’un qui abuse de son pouvoir et un simple porte-clés. En effet, une des ambitions de la médiation animale en intégrant les surveillant·e·s est de déconstruire les représentations négatives de la part des deux parties comme l’explique Raphaëlle :

Il y avait un changement au niveau relationnel, même dans la discussion c’est-à-dire qu’aux yeux du jeune, le surveillant reprenait un visage humain en lui disant « moi aussi j’ai un chien, de cette race-là etc. » et inversement, le jeune avait une facette qui était pas dévoilée jusque-là et ça permettait justement ce changement de regard, ce qui était vraiment intéressant et assez impactant là tout de suite […] Et donc l’impact au niveau de la détention s’est fait sentir très rapidement au niveau des surveillants […] il y avait une espèce de temporisation de la détention.

(Entretien avec Raphaëlle, IMA, 11 avril 2020)

45Ce changement de regard favorise « l’instauration de relations moins antagonistes avec le personnel de surveillance » comme le souligne l’étude du dispositif « Des Camargues et des Hommes » (Ansorge Jeunier, Villers, 2014, 87). Une forme plus prononcée de ce changement relationnel est perceptible lors des permissions de sortir où les surveillant·e·s se retrouvent sans uniforme, à prendre part aux activités aux côtés des prisonnier·e·s, les tutoyer, les appeler par leur prénom à l’inverse des règles de détention. Dans l’extrait de terrain qui suit, j’assiste à un relâchement des règles entre prisonnier·e·s et surveillant·e·s et des relations « personnalisées » (Rostaing, 1997) entre membres du personnel pénitentiaire et personnes incarcérées, en action :

C’est la fin du premier jour au centre équestre. Charles [surveillant] arrive avec le véhicule de l’administration pénitentiaire pour récupérer tout le monde et repartir en prison. Brigitte, une professionnelle, fait une bise aux prisonnières et lance ainsi le mouvement. Toutes les personnes qui ont participé à la journée s’embrassent. Je sens que c’est délicat pour Bénédicte mais qu’à cela ne tienne, elle leur fait une bise aussi. Une surveillante insiste « quand on retourne en prison, on reprend les bonnes habitudes, pas de bise ni de tutoiement ». Les prisonnières acquiescent à l’unisson.

(Extrait de mon carnet de terrain, le 8 octobre 2019)

46Cette salutation familière qui dépasse voire enfreint les règles de la prison, arrive en fin de journée où les rôles habituellement attribués aux unes et aux autres par l’institution ont été bouleversés. En effet, ces relations personnalisées présupposent un dépassement des rôles et des statuts attribués par l’institution et conduisent à une certaine sympathie, un sentiment de confiance partagé entre des individus singuliers. Ici, ce type de relations est renforcé car ce ne sont ni des prisonnières ni des surveillantes mais des participantes qui ont réalisé ensemble des exercices avec les chevaux et débriefé à l’occasion de moments conviviaux comme les repas. Toutefois, ces relations sont extrêmement fragiles car la dimension institutionnelle peut reprendre le dessus — ce que l’on voit avec le rappel à la règle.

47Lorsque j’interrogeais de manière informelle prisonnier·e·s et surveillant·e·s sur cette proximité nouvelle rendue possible par la médiation animale, ils et elles m’expliquaient qu’une fois revenu·e·s en détention, même si chacun·e reprend son rôle, « ce n’est plus exactement comme avant ». De cette expérience de médiation animale en dehors de la prison dans le cadre des permissions de sortir, il reste des souvenirs heureux ou moins heureux mais très forts, partagés ensemble. Le fait de s’être découvert les un·e·s les autres dans un autre cadre que celui contraint de la prison, a un impact sur la gestion de la détention. Les manières de s’adresser à l’autre sont plus cordiales, ils et elles s’autorisent même parfois quelques impairs en s’appelant par leurs prénoms respectifs. L’impact sur le maintien de l’ordre est subtil néanmoins présent et participe à cette volonté d’instaurer la sécurité dynamique.

48Ce travail autour des représentations est omniprésent dans les dispositifs de médiation animale. Mickaël, premier surveillant à la maison d’arrêt de Guineau, me confie qu’il choisit les surveillant·e·s les plus réfractaires à l’activité pour l’encadrer :

On a eu le cas d’un surveillant qui était assez psychorigide […] Je les force pas. Mais je m’arrange pour qu’ils essaient tous d’y aller une fois ou deux quand même. Et lui, je lui dis « écoute, tu vas y aller, j’ai besoin de toi pour surveiller l’activité », « ok, mais moi je fais rien », je lui dis « tu fais rien, mais tu surveilles quand même. Y’a des intervenantes, y’a des chevaux, tu surveilles quand même l’activité ». En fait, sa volonté n’a pas duré très longtemps parce qu’au bout d’une heure, il s’est mêlé aux autres et il s’est ouvert, il a discuté avec des détenus. Alors que les détenus le prenaient pour un chef psychorigide donc les détenus l’ont aussi découvert. Lui, il a découvert des détenus après on n’est pas là pour être amis non plus. Mais ça permet de travailler dans des conditions un peu plus sereines.

(Entretien avec Mickaël, premier surveillant, 11 octobre 2019)

49Le choix d’un membre du personnel de surveillance plutôt réfractaire à l’activité contribue à la légitimer. En participant plus ou moins activement à la médiation animale, les membres du personnel pénitentiaire sont plus aptes à comprendre les objectifs de réinsertion et se montrent plus réceptifs. Le fait de mettre « dans la boucle » les surveillant·e·s sert non seulement à maintenir l’ordre, à apaiser les relations souvent tendues avec les prisonnier·e·s mais aussi à construire des liens interpersonnels et avoir des souvenirs communs. Faire accepter la médiation animale par le personnel pénitentiaire est une première étape nécessaire à son institutionnalisation souhaitée à plusieurs échelles : de la part des IMA voulant voir leur travail se pérenniser et du côté de l’administration désirant une véritable « politique » en termes de médiation animale. Il convient désormais d’étudier les enjeux actuels qui traversent ces dispositifs.

3.2. Évaluer pour pérenniser les dispositifs : les enjeux actuels de la médiation animale

50À mesure que les dispositifs se multiplient, l’administration pénitentiaire questionne les effets de la médiation animale. Comment justifier sa présence dans les établissements et, surtout, lui allouer des budgets ? Doit-elle être harmonisée et comment la rendre pérenne en prison ? Se recentrer sur les deux DISP (A et B pour les distinguer) dans lesquelles la médiation animale s’est implantée au départ et est aujourd’hui bien installée, permet de comprendre les enjeux qui la traversent. Pour pérenniser la médiation animale en prison, l’administration pénitentiaire doit « s’en saisir » et en faire un « dossier » pour reprendre un vocabulaire administratif. En effet, si la Fondation Sommer engage presque systématiquement les dépenses de « démarrage » de tels dispositifs, l’administration pénitentiaire doit ensuite prendre le relais. Malgré le développement de ces dispositifs, ceux-ci connaissent une situation précaire car leur existence dépend de la direction d’établissement qui valide ou non leur présence, comme l’explique Raphaëlle :

Aujourd’hui un chef d’établissement peut encore décider du jour au lendemain de mettre tout le monde dehors. On est encore tributaires de ça. On travaille vraiment sur ça avec la directrice. Pour elle, ça a vraiment du sens de pérenniser cette action une bonne fois pour toutes. […] Il faut que cela soit le projet d’un établissement. Et qu’aujourd’hui, on a assez de recul pour dire que ça a des impacts importants, qu’on fait partie de l’équipe.

(Entretien avec Raphaëlle, IMA, 11 avril 2020)

51Ce constat de précarité de la médiation animale lié à la rotation du personnel de direction des établissements, est partagé par Bénédicte qui explique que la médiation animale est possible avec certaines cultures d’établissements, moins centrées sur des logiques sécuritaires. Pour être poursuivie, la médiation animale doit être défendue et soutenue financièrement par l’établissement. Toutefois, pour justifier ses dépenses, l’administration pénitentiaire a besoin d’évaluations et surtout de résultats qui vont participer à légitimer ces dispositifs.

52À l’initiative de la DISP A, un comité de pilotage se constitue en 2018. « Très pénitentiaire, très ministère de la Justice » comme le décrit le chef du département des politiques d’insertion et de probation, son but est de faire un état des lieux des actions présentes dans la région et d’identifier les éventuels freins à leur mise en place. Ce premier comité de pilotage suscite l’intérêt de plusieurs acteur·trices prêt·e·s à s’« emparer » de la médiation animale et donne lieu à une seconde réunion, ouverte cette fois-ci aux partenaires. L’objectif de ce deuxième comité de pilotage est d’harmoniser les actions, comme le souligne Arnaud :

Il fallait faire en sorte qu’il y ait une vraie politique interrégionale en matière de médiation animale. Qu’on harmonise l’action. Alors quand je dis l’action, c’est au sens large, parce qu’il n’a jamais été question pour nous d’être dans la standardisation […] On a toujours été vigilants à laisser les structures élaborer leurs projets en lien avec un partenaire qu’ils choisissaient et de voir quel type de médiation animale ils souhaitaient mettre en place. Mais au moins harmoniser : savoir quel type de partenaires on avait à tel ou tel endroit. Et on les a notamment harmonisés en fixant des objectifs interrégionaux, c’est-à-dire que nous on validait l’action dès lors qu’elle visait au moins les objectifs que le comité de pilotage s’était fixés à savoir : travailler sur les violences en détention, travailler les habiletés sociales et puis le troisième que j’oublie tout le temps [il regarde une feuille posée devant lui]… Favoriser le changement.

(Entretien avec Arnaud, chef DPIPPR, le 8 octobre 2019)

53Après cet état des lieux, l’objectif fixé par la DISP A est d’avoir une véritable politique interrégionale en matière de médiation animale. Il s’agit désormais d’harmoniser les pratiques et les objectifs. À la suite de ce comité de pilotage, plusieurs documents sont créés pour définir ce que sont ces dispositifs de médiation animale en prison et cadrer les objectifs comme cette fiche intitulée « Médiation animale – protocole, orientation, évaluation » l’indique. Face à cette formalisation, certain·e·s professionnel·les se retrouvent désemparé·e·s comme Diane, une CPIP, qui m’explique que ce qu’« ils [à la DISP] font c’est très descendant comme fonctionnement, c’est pas très conforme à la réalité » lorsqu’elle évoque les difficultés à remplir de tels documents.

54Un an après le premier comité de pilotage, la DISP A, disposée à instaurer une véritable politique interrégionale en matière de médiation animale, commande une étude auprès d’étudiant·e·s d’un Institut régional d’administration (IRA). L’enquête menée porte sur l’impact de la médiation animale sur le désengagement de la violence et le développement de l’interprofessionnalité. À la suite de cette étude, une dizaine de propositions est formulée pour améliorer les effets de la médiation animale et particulièrement les modalités de l’organisation et du pilotage de ces dispositifs.

55Dans une même logique d’évaluation, une autre initiative se développe au sein de la DISP B : la création d’un référentiel métier pour les IMA. Derrière la prolifération de ces dispositifs, se cachent des craintes relatives au contenu de ces médiations animales et à la qualité des intervenant·e·s. Le référentiel métier viendrait remédier à ces inquiétudes par un meilleur cadrage de cette profession émergeante. Il est défini comme étant un :

  • 14 Extrait du livre blanc, 2021, Médiation animale en prison. Un référentiel pour un nouveau métier, p (...)

Socle commun mais ouvert qui, une fois homologué, ouvrira la voie à une certification et à la création d’une offre de formation spécifique au métier […] Ce cadre permettra à la fois un meilleur repérage des professionnels qualifiés, une sécurisation de l’administration pénitentiaire dans ses choix d’intervenants, ainsi qu’une reconnaissance de la qualification pour ceux qui exercent ce métier et une stimulation pour ceux qui, à l’avenir décideront de s’orienter vers celui-ci.14

56Dans ce livre blanc, les rôles et les fonctions de l’intervenant·e en médiation animale en prison (IMAP) sont clairement identifiés, il s’agit pour elles et eux de déclencher la relation humain/animal, d’accompagner sur le plan psycho-social, de faire le relais avec les établissements, de garantir les besoins fondamentaux de l’animal et enfin, d’être actif·ve dans la communauté de professionnel·le·s.

57En m’intéressant aux évaluations émises par des organes internes comme celle mise en place par le comité de pilotage ou externes comme l’étude menée par l’IRA, j’ai montré que la médiation animale n’est plus au stade de l’expérimentation et qu’une politique plus globale est visée. Le cadrage de la professionnalisation des IMAP par la création d’un référentiel métier contribue à mieux définir ces dispositifs et leurs objectifs en vue de l’homogénéisation souhaitée. Pour Nathalie, responsable du partenariat associatif, cela constitue un triptyque. Ce triptyque repose sur trois questions : qu’est-ce-que la médiation animale ? Comment est-elle mise en place ? Qu’est-ce-qu’un·e IMAP ? :

Tout est arrivé presque en même temps ces cinq dernières années et quelque part, ça fait un triptyque pour la pénitentiaire sur la médiation animale. En gros, ça constitue comme une boîte à outils pour nos différents services déconcentrés sur ce qu’ils peuvent mettre en place. À un moment donné, ça va devenir un automatisme. Dans quinze ans, la médiation animale, ce sera complètement inclus dans nos activités. Il n’y aura aucun souci là-dessus, on ne se posera plus de questions.

(Entretien avec Nathalie, responsable nationale du partenariat associatif, le 5 octobre 2021)

58Si l’institutionnalisation est en cours, la médiation animale est appelée à prospérer et Nathalie est optimiste quant à l’avenir. Les effets des médiations animales ne semblent plus à prouver, les acteur·trice·s paraissent convaincu·e·s. Les résultats de l’évaluation de ces dispositifs ont particulièrement insisté sur le caractère interprofessionnel de la médiation animale, le désengagement de la violence de la part des participant·e·s et ont permis à mieux saisir les contours de la profession d’IMA. Ces évaluations ont surtout légitimé l’existence de la médiation animale auprès de l’administration pénitentiaire dont les dirigeant·e·s cherchent désormais à normaliser ces dispositifs : en faire « un automatisme », une activité comme les autres.

4. Conclusion

59Dans cet article, j’ai montré que les dispositifs de médiation animale ont connu une double circulation : interinstitutionnelle — de l’hôpital vers la prison — et transnationale — de l’Amérique du Nord vers la France. Le caractère hybride de ces dispositifs a été souligné par l’étude des objectifs et de leur mutation dans l’espace et dans le temps. Retracer l’histoire de la médiation animale a permis d’analyser la rencontre entre plusieurs logiques qui traversent le milieu carcéral : de soin, de réinsertion et de responsabilisation. Celles-ci ne s’opposent pas, au contraire, elles s’additionnent, se juxtaposent et donnent lieu à des pratiques hybrides comme les médiations animales. Analyser ces logiques nous renseigne sur les formes de justice promues et sur les modèles sur lesquels ces dernières reposent, qu’il s’agisse du modèle « technico-médical de guérison et de normalisation » (Foucault, 1975 ; Seyler, 1980) ou de celui de responsabilisation et de resocialisation de la personne incarcérée. De la traversée de l’Atlantique, on retient le travail de promotion et la place centrale des associations, proches des milieux universitaires, dont les membres agissent comme de véritables « entrepreneurs de morale ».

60Étudier côte à côte les dispositifs américains et français au moment de leur expérimentation dans les établissements pénitentiaires laisse entrevoir un schéma commun. D’abord, ils viennent répondre à une situation d’urgence et à des problèmes d’ordre sanitaire avant de devenir des programmes visant la réinsertion des personnes incarcérées. La notion de responsabilisation, importante aux États-Unis, gagne récemment du terrain en France et mériterait que l’on s’y attarde davantage.

61À observer la réception de ces dispositifs en France, on voit que la médiation animale a dépassé le stade de l’expérimentation. Son enracinement dans certaines DISP et la professionnalisation vers laquelle tendent les IMAP sont les signes d’une institutionnalisation en cours. Observer son parcours et les stratégies de légitimation qui ont mené la médiation animale à s’institutionnaliser aura permis de porter un regard sur les recompositions du gouvernement de la prison. Portée par des acteur·trices qui maîtrisent les règles carcérales, la médiation animale vient poursuivre certains objectifs des réformes pénitentiaires — comme ceux relatifs à l’individualisation de la peine. Dès lors, les dispositifs de médiation animale, loin d’être antithétiques du contexte carcéral, viennent lui offrir des outils pour poursuivre cette « obsession réformatrice » (Artières, Lascoumes, 2004).

62Si l’on ne présente plus les effets de médiation animale sur le plan thérapeutique car ils ont été maintes fois éclairés à travers la littérature, l’ensemble des acteur·trice·s présenté·e·s ici tentent de l’ériger comme un véritable outil d’intervention sociale en prison venant élargir la palette déjà disponible. Penser les animaux comme des partenaires de cette intervention voire des acteurs de la réinsertion permet de penser les limites de l’intervention humaine sur autrui et les apports d’une intervention autre qu’humaine. En luttant contre les méfaits de l’incarcération, les animaux des médiations sont supposés œuvrer pour des relations plus apaisées en détention et créer des liens, généralement si appauvris par l’incarcération.

Haut de page

Bibliographie

Allison M., Ramaswamy M., 2016, Adapting animal-assisted therapy trials to prison-based animal programs, Public Health Nursing, 33,5, 472-480.

Ansorge Jeunie J., Villers B. de, 2014, Étude d’un dispositif de médiation animale en milieu carcéral. « Des Camargues et des Hommes », Paris, Fondation Adrienne et Pierre Sommer.

Artières P., Lascoumes P., 2004, Gouverner, enfermer. La prison, un modèle indépassable ?, Paris, Presses de Sciences Po.

Avril C., Cartier M., Siblot Y., 2005, Les rapports aux services publics des usagers et agents de milieux populaires : quels effets des réformes de modernisation ?, Sociétés contemporaines, 58, 2, 5‑18.

Becker H., 1985, Outsiders. Études de sociologie de la déviance, Paris, Éditions Métaillé.

Bessin M., Lechien M.-H., 2000, Soignants et malades incarcérés : Conditions, pratiques et usages des soins en prisons, Paris, Groupement d’intérêt public-Mission de recherche droit et justice.

Beuscart J.-S., Peerbaye A., 2006, Histoire de dispositifs (Introduction), Terrains & Travaux, 2, 11, 3-15, [en ligne] https://www-cairn-info.merlin.u-picardie.fr/revue-terrains-et-travaux-2006-2-page-3.htm.

Bouagga Y., 2015, Humaniser la peine ? : Enquête en maison d’arrêt, Rennes, PU Rennes.

Bouagga Y., 2016, Une mondialisation du « bien punir » ? La prison dans les programmes de développement, Mouvements, 88, 4, 50‑58.

Britton D.M., Button A., 2005, Prison Pups: Assessing the Effects of Dog Training Programs in Correctional Facilities, Journal of Family Social Work, 9, 4, 79‑95, [en ligne] https://doi.org/10.1300/J039v09n04_06.

Chantraine G., 2006, La prison post-disciplinaire, Déviance et Société, 30, 3, 273‑288.

Charbit J., 2018, Une institutionnalisation contestée. La participation des personnes détenues à la gestion de la prison, Déviance et Société, 42, 1, 207‑236.

Chauvenet A., Orlic F., Benguigui G., 1994, Le monde des surveillants de prison, Paris, PUF.

Cliquennois G., 2013, Le management des prisons. Vers une gestion des risques et une responsabilisation des détenus ?, Paris, Larcier.

Cliquennois G., Chantraine G., 2009, Empêcher le suicide en prison : origines et pratiques, Sociétés contemporaines, 75, 3, 59‑79.

Cooke B.J., Farrington D.P., 2014, Perceived effects of dog-training programmes in correctional settings, Journal of Forensic Practice, 16, 3, 171‑183, [en ligne] https://doi.org/10.1108/JFP-08-2013-0041.

Cooke B.J., Farrington D.P., 2016, The Effectiveness of Dog-Training Programs in Prison: A Systematic Review and Meta-Analysis of the Literature, The Prison Journal, 96, 6, 854‑876, [en ligne] https://doi.org/10.1177/0032885516671919.

Deaton C., 2005, Humanizing Prisons with Animals: A Closer Look at “Cell Dogs” and Horse Programs in Correctional Institutions, Journal of Correctional Education, 56, 1, 46‑62.

Delpeuch T., 2009, Comprendre la circulation internationale des solutions d’action publique : panorama des policy transfer studies, Critique internationale, 43, 2, 153‑165.

Dolowitz D., Marsh D., 1996, Who Learns What from Whom: A Review of the Policy Transfer Literature, Political Studies, 44, 2, 343‑357, [en ligne] https://doi.org/10.1111/j.1467-9248.1996.tb00334.x.

Dolowitz D.P., Marsh D., 2000, Learning from Abroad: The Role of Policy Transfer in Contemporary Policy-Making, Governance, 13, 1, 5‑23, [en ligne] https://doi.org/10.1111/0952-1895.00121.

Duthé G., Hazard A., Kensey A., 2014, Suicide des personnes écrouées en France : évolution et facteurs de risque, Population, 69,4, 519‑549.

Feeley M., Simon J., 1992, The New Penology: Notes on the Emerging Strategy of Corrections and Its Implications, Criminology, 30, 4, 449-474.

Foucault M., 1975, Surveiller et punir : Naissance de la prison, Paris, Gallimard.

Foucault M., 1994 [1977], Le jeu de Michel Foucault, Dits et écrits, T. II, Paris, Gallimard, 298-329.

Furst G., 2006, Prison-Based Animal Programs: A National Survey, The Prison Journal, 86, 4, 407‑430, [en ligne] https://doi.org/10.1177/0032885506293242.

Gras L., 2005, Le sport en prison, Paris, L’Harmattan.

Hannah-Moffat K., 2005, Criminogenic needs and the transformative risk subject: Hybridizations of risk/need in penality, Punishment & Society, 7, 1, 29‑51.

Harcourt B., 2005, Against Prediction: Profiling, Policing, and Punishing in an Actuarial Age, Chicago, University Of Chicago Press.

Hassenteufel P., Maillard J. de, 2013, Convergence, transferts et traduction, Gouvernement et action publique, 2, 3, 377‑393.

Hines L.M., 2003, Historical Perspectives on the Human-Animal Bond, American Behavioral Scientist, 47, 1, 7‑15, [en ligne] https://doi.org/10.1177/0002764203255206.

Icard V., 2016, Vers une conciliation entre sécurité et droit en prison ? Questionner la sécurité dynamique, Déviance et Société, 40, 4, 433‑456.

Jalongo M.R., 2020 [2019], Prison Dog Programs: Renewal and Rehabilitation in Correctional Facilities, Cham, Springer.

Lancelevée C., Protais C., Renard T., Saetta S., 2019, Introduction : Un renouveau des recherches francophones sur les relations entre la justice et la santé mentale, Champ Pénal/Penal Field, 18, [en ligne] http://journals.openedition.org/champpenal/11213.

Larminat X. de, 2014, Un continuum pénal hybride. Discipline, contrôle, responsabilisation, Champ Pénal/Penal Field, XI, [en ligne] https://doi.org/10.4000/champpenal.8965.

Lee D., 1984, Companion Animals in Institutions, Dynamic Relationships in Practice: Animals in the Helping Professions, Alameda, Latham Foundation, 229-336.

Levinson B., 1962, The dog as “co-therapist”, Mental Hygiene, 59-65.

Michalon J., 2010, Les relations anthropozoologiques à l’épreuve du travail scientifique. L’exemple de l’animal dans les pratiques de soin, Sociétés, 2, 108, 75-87 [en ligne] https://www-cairn-info.ezproxy.campus-condorcet.fr/revue-societes-2010-2-page-75.htm .

Michalon J., 2014, Panser avec les animaux. Sociologie du soin par le contact animalier, Paris, Presse des Mines, coll. « Sciences Sociales ».

Mohammed M., 2012, Les sorties de délinquance. Théories, méthodes, enquêtes, Paris, La Découverte.

Moneymaker J., Strimple E.O., 1991, Animals and inmates: A sharing companionship behind bars, Journal of Offender Rehabilitation, 16, 133-152, [en ligne] https://doi.org/10.1300/J076v16n03_09.

Quirion B., 2009, Le détenu responsable et autonome : la nouvelle cible de l’intervention correctionnelle au Canada, Revue de droit pénal et de criminologie, 3, 36, 818‑835.

Quirion B., 2012, Réformer, réadapter ou responsabiliser le détenu, Déviance et Société, 36, 3, 339‑355.

Rogers E.M., 1983, Diffusion of Innovations, New York, Free Press.

Rostaing C., 1997, La relation carcérale : Identités et rapports sociaux dans les prisons de femmes, Paris, PUF.

Rostaing C., 2021, Une institution dégradante, la prison, Paris, Gallimard.

Servais V., 1999, Enquête sur le « pouvoir thérapeutique » des dauphins, Recherches en Communication, 12, [en ligne] https://orbi.uliege.be/handle/2268/25832.

Seyler M., 1980, La banalisation pénitentiaire ou le vœu d’une réforme impossible, Déviance et Société, 4, 2, 131-147, [en ligne] https://doi.org/10.3406/ds.1980.1042.

Strimple E.O., 2003, A History of Prison Inmate-Animal Interaction Programs, American Behavioral Scientist, 47, 1, 70‑78, [en ligne] https://doi.org/10.1177/0002764203255212.

Sykes G.M., 1958, The Society of Captives: A Study of a Maximum Security Prison, Princeton, Princeton University Press.

Haut de page

Notes

1 Je me réfère ici à la fois à la définition de Michel Foucault du dispositif comme étant un « réseau établi entre un ensemble d’éléments résolument hétérogènes, comportant des discours, des institutions, des aménagements architecturaux, des décisions réglementaires, des lois, des mesures administratives, des énoncés scientifiques, des propositions philosophiques, morales, philanthropiques » (Foucault, 1994, 299) et de Bruno Latour qui l’a prolongé en ajoutant les non-humains à ces « assemblages sociotechniques » (Beuscart, Peerbaye, 2006, 7).

2 Dans son livre, Jérôme Michalon regroupe ces pratiques sous l’expression « soin par le contact animalier ». Dans la littérature, on retrouve les termes de zoothérapie, activités assistées avec les animaux, thérapie par l’animal parfois utilisés de manière interchangeable. Pourtant, un vif débat anime les professionnel·les de la médiation animale qui veulent se dissocier de la zoothérapie qui se présenterait comme une « pratique alternative » (Michalon 2014, 19). Je privilégie le terme de médiation animale, largement employé aujourd’hui et plus inclusif pour parler de ces pratiques associant les animaux dans les institutions qu’elles soient hospitalières, scolaires ou ici, carcérales.

3 Voir le site de la Fondation : https://fondation-apsommer.org/.

4 Le nombre connu des établissements pénitentiaires pratiquant la médiation animale n’est valable qu’à un instant t. Le Cahier « Médiation animale et prisons » édité par la Fondation Sommer indique avoir soutenu depuis une dizaine d’années, une soixantaine de projets dans 188 établissements. La Fondation a procédé à un nouveau recensement au printemps 2021 dont les résultats sont en train d’être analysés. Le Cahier n°4 est disponible en ligne :

https://documentation.fondation-apsommer.org/wp-content/uploads/sites/7/2019/06/cahier4_version-site.pdf.

5 Les pages consacrées à la médiation animale sur le site du ministère de la Justice mettent en avant la dimension de réinsertion : http://www.justice.gouv.fr/prison-et-reinsertion-10036/prison-se-reinserer-grace-a-la-mediation-animale-28323.html et http://www.justice.gouv.fr/prison-et-reinsertion-10036/la-mediation-animale-en-detention-25216.html.

6 J’ai observé les groupes de parole une demi-journée par semaine pendant 18 semaines. Lorsque je me déplaçais pour observer des médiations équines, j’y passais plusieurs jours consécutifs. J’ai pu également assister à deux cycles de permissions de sortie qui comprenaient chacun deux jours dans l’établissement, deux jours dans le centre équestre et deux jours en forêt à l’occasion d’une randonnée équestre.

7 Un des traits caractéristiques des débuts de la médiation animale concerne la rencontre accidentelle entre humains et animaux, ce que Jérôme Michalon (2010) appelle « l’animal contingent ». L’histoire mythique de la médiation animale, connue de la plupart des acteur·trices, raconte la rencontre accidentelle entre un jeune d’ordinaire insensible au monde extérieur et Jingles, le chien du thérapeute, Boris Levinson (1962).

8 Traduit en français par « médecine des preuves », l’EBM se développe dans les années 1980-1990.

9 Dans son étude (1999), Véronique Servais interroge le « pouvoir thérapeutique » des dauphins auprès d’enfants atteints de troubles autistiques, ce que ces « belles histoires » avaient en commun : la transformation de l’animal en héros, la présentation de changements observés chez l’enfant ou l’adolescent·e comme étant des changements instantanés et affectant toute la personne, selon la rhétorique du miracle.

10 Disponible en ligne : https://www.youtube.com/watch?v=XNPKxU2_zR0&t=64s.

11 La citation originale « if you can’t get God in your life, bring a dog in there, because the word “dog” is God spelled backwards » est traduite par « Si tu ne peux pas avoir dieu dans ta vie, amènes-y un chien, parce que le mot chien est dieu écrit à l’envers » [ma traduction].

12 À des fins d’anonymisation, les lieux et les prénoms ont été changés.

13 Sont qualifiées ainsi les personnes qui sont incarcérées pour la première fois en prison.

14 Extrait du livre blanc, 2021, Médiation animale en prison. Un référentiel pour un nouveau métier, p. 54.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julie Rodrigues Leite, « Une sociohistoire de la médiation animale en prison : de l’émergence à l’institutionnalisation en France »Champ pénal/Penal field [En ligne], 25 | 2022, mis en ligne le 23 juin 2022, consulté le 12 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/champpenal/13750 ; DOI : https://doi.org/10.4000/champpenal.13750

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY 4.0

Creative Commons - Attribution 4.0 International - CC BY 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by/4.0/

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search