Navigation – Plan du site

AccueilTous les volumes30ArticlesOpinion publique et institution j...

Articles

Opinion publique et institution judiciaire pénale : quel cadrage par les magazines télévisés ?

Public Opinion and Criminal Justice Institution: What Framing by TV Magazines?
Charlotte Bocian, Constance Lhoest et Françoise Vanhamme

Résumés

Selon une perspective de criminologie culturelle, cette contribution s’intéresse aux émissions télévisées en tant que sources de l’information du public. Elle interroge leur contribution dans la formation de la défiance envers l’institution judiciaire pénale telle qu’elle est suggérée dans les sondages. L’étude consiste à mettre en évidence le cadrage (mise à l’agenda) auquel procèdent deux magazines TV français qui relatent des affaires judiciaires célèbres, Faites entrer l’accusé et Non élucidé. Les données de l’analyse sont les propos qui y sont tenus par les proches de victimes d’homicide. L’analyse identifie un cadrage principal mobilisant le pathos, et élabore quatre foyers de sens qui montrent son lien avec la défiance dans le public.

Haut de page

Texte intégral

1. Introduction

  • 1 Nous ne notons pas le titre de l’épisode par discrétion, car il contient le nom de famille de l’int (...)

1Alors que l’auteur du meurtre de son père n’est toujours pas identifié malgré huit ans d’enquête, cette jeune fille confie aux spectateurs du magazine télévisé Non élucidé (France 2, émission du 2 octobre 20111) :

Moi j’ai envie de croire à la justice et pas à une justice personnelle. Je n’ai pas envie de me faire une vengeance, j’ai juste envie que la personne qu’on soupçonne soit mise en examen, qu’il y ait un procès et que des jurés décident si oui ou non il est coupable. […] Même si on le reconnaît non coupable, au moins j’aurai tout fait pour, et la justice aura fait ce qu’elle avait à faire. (01:33:20)

2En filigrane, cette affirmation suggère une série de préoccupations envers la justice pénale. Parviendra-t-elle un jour à désigner un coupable ? Fait-elle vraiment tout ce qu’elle peut ? Finalement, accomplira-t-elle sa fonction de rendre la justice ? La personne dit néanmoins avoir « envie [d’y] croire ».

  • 2 Par « défiance », nous entendons le fait de ne se fier qu’avec prudence, par distinction avec « méf (...)
  • 3 Bien que l’appartenance du ministère public à l’autorité judiciaire reste une question controversée (...)

3Bien que ces propos teintés de défiance2 réfèrent à une expérience personnelle, ils font néanmoins écho à un lot d’opinions critiques à l’égard de la justice pénale, qui perdurent dans le public malgré l’attention croissante portée à sa qualité par l’institution elle-même ainsi que par la législation qui l’encadre (De Fraene et al., 2005 ; Larchet, 2019). La présente contribution vise à enrichir la compréhension de ce phénomène de défiance, en explorant la source dans laquelle la population s’informe principalement des faits criminalisés et de leur traitement judiciaire : les émissions télévisées. Comment celles-ci peuvent-elles contribuer à ces opinions de défiance envers l’institution judiciaire pénale ? Pour notre propos, nous incluons dans cette institution les juridictions criminelles de l’instruction et du fond, le ministère public3, ainsi que leurs acteurs.

4En posant cette question, notre recherche s’inscrit dans la perspective de la criminologie culturelle (CCU), qui appréhende le crime et son contrôle en tant que phénomènes culturels (Ferrell et al., 2018). Par culture, la CCU entend l’ensemble des façons de penser, de sentir et d’agir, qui sont partagées dans un groupe social et le constituent symboliquement en une collectivité distincte. Cet aspect consensuel et statique de la définition est cependant complexifié en raison des relations conflictuelles qui caractérisent la vie collective. Des rivalités surgissent ainsi entre différents groupes pour maintenir, instaurer ou renverser des significations afin d’asseoir leur propre légitimité, ce qui confère à la culture son aspect dynamique. Les différentes postures à l’égard de la justice pénale peuvent de ce fait s’insérer dans de tels enjeux de sens, dans une lutte de pouvoir qui concerne la légitimité de l’institution et de l’organisation sociale qui la porte (Bevier, 2015 ; Nagels, Vanhamme, 2022).

5Suivant cette perspective, la CCU s’intéresse aux images, significations et émotions associées aux pratiques transgressives et à leur contrôle, que ce soit par les groupes déviants eux-mêmes (crime as culture), par les agences pénales qui définissent les infractions et y réagissent (culture as crime) ou encore par le reste du corps social, qui oscille entre fascination et répulsion pour le crime (Ferrell et al., 2015 ; Presdee, 2000). Ces intérêts mènent la CCU à porter une attention particulière aux médias (Ferrell et al., 2015). En effet, les technologies développées par nos sociétés postmodernes les ont rendus omniprésents, de sorte que leur rôle accru dans la production de nos représentations ne peut être ignoré (Dowler et al., 2006). En confrontant ensuite ces différentes représentations et en examinant les interactions entre elles, la CCU vise à ouvrir une réflexion large sur le sens social du crime et celui de son contrôle ainsi que sur la dynamique sociale qui les sous-tend (Young, Brotherton, 2014). Ainsi, « la criminologie culturelle explore l’immense salle des miroirs dans laquelle les images créées et consommées [par ces différents groupes] rebondissent sans fin les unes sur les autres » (Ferrell, 1999, 397, n.t.). Notre projet, qui explore des médias (des émissions télévisées) et leur impact, qui porte sur une agence de contrôle du crime (l’institution judiciaire), et qui vise à faire rebondir entre elles différentes significations à son sujet qui traversent le groupe social (opinion publique, télévision), rejoint ainsi la CCU.

6Nous ne prétendons pas que les médias exercent une influence directe sur la formation des opinions (Langelier, 2006). Nous inspirant des théories de la mise à l’agenda et du cadrage (Roy, 2020), nous considérons plutôt qu’ils contribuent à cibler et définir des problèmes et en amorcent l’interprétation par les indices qu’ils soumettent au récepteur. Dans cette optique, la présente contribution explore la couverture médiatique de l’expérience judiciaire des proches de victimes d’homicide. Quelles images des attentes de justice et quelles appréciations des réponses de l’institution judiciaire (telles que formulées par ces personnes) trouve-t-on sélectionnées, mises en exergue ou reléguées à la télévision ? Quelle relation avec l’opinion publique ce cadrage suggère-t-il ? Notre corpus prend pour base deux émissions télévisées françaises à forte audience en francophonie. L’enquête est qualitative, documentaire et s’appuie sur les propos de ces personnes tels que transmis par les émissions.

7L’article commence par identifier sa problématique à partir d’un examen critique des enquêtes d’opinion sur la justice et des sources dans lesquelles la population s’informe. Il cerne ensuite le cadre conceptuel sur lequel repose notre investigation de la couverture médiatique, soit le cadrage issu de l’approche de la mise à l’agenda, et en déduit son dispositif méthodologique. Les deux sections suivantes présentent les données produites selon une stratégie d’induction (Blais, Martineau, 2007) dans les 48 épisodes examinés ; l’une explore les attentes et expériences des proches de victimes d’homicide dès l’enquête judiciaire et l’autre, celles relatives au procès. Elles mettent progressivement en lumière des cadres de sens prédominants, en déduisent un cadrage principal et en montrent d’autres, nettement minorisés. Sur la base de ces caractéristiques de la couverture médiatique, les conclusions proposeront une réflexion sur les voies d’influence potentielle des émissions sur la défiance envers la justice dans l’opinion publique.

2. Une défiance culturelle envers l’institution judiciaire pénale

8Les études portant sur l’opinion publique à l’égard de la justice ont été peu fréquentes durant la dernière décennie. Cependant, comme celles qui les ont précédées, elles dégagent toutes une tendance non négligeable à la critique, plus précisément à l’égard de la justice pénale et en son sein, en particulier envers l’institution judiciaire (Larchet, 2019). Concernant celle-ci, ces travaux sondent en général deux concepts interreliés, la confiance dans les tribunaux et l’appréciation de leur fonctionnement. Bien que les auteurs ne définissent pas toujours le contenu de ces concepts de la même façon, nous retiendrons ici que la confiance concerne la légitimité de l’institution et sa capacité à remplir ses fonctions déclarées (soit ce qu’elle fait), et que le fonctionnement couvre l’activité des tribunaux, ses interactions et son intégrité (soit comment elle le fait) (Cotter, 2015).

9Puisque notre enquête s’intéresse à des médias français, nous examinons ci-dessous les sondages d’opinion produits en Occident francophone, cible principale de leur audience. En Belgique, environ deux personnes interviewées sur cinq déclarent manquer de confiance dans le système de justice et les tribunaux (39 %) et éprouver une insatisfaction envers leur fonctionnement (43 %), sans précision toutefois de ce qu’il en est pour la justice pénale en particulier (CSJ, 2015). Du côté suisse, les travaux d’A. Kuhn (2017) interpellent le manque de confiance de l’opinion publique dans la mesure des peines. L’auteur constate que lorsque la population est mise en situation de juger des cas concrets, la majorité se montre moins punitive que les magistrats alors que dans le même temps, elle considère souvent ces derniers comme « laxistes ». En France, si la moitié (52 %) des répondants s’affirment confiants dans le système judiciaire en général (Cretin, 2014), deux tiers (64 %) se disent insatisfaits en ce qui concerne plus spécifiquement la justice pénale et ses tribunaux (Larchet, 2019). Les trois quarts (72 %) des Français consultés estiment en outre que la justice fonctionne mal (Cretin, 2014). Enfin, alors que 57 % de Canadiens affirment avoir confiance dans le système de justice et les cours, toutes sections confondues (Cotter, 2015), ils sont peu (14 %) à accorder une grande confiance dans les tribunaux de juridiction criminelle. Environ un quart des interviewés (entre 20 et 30 % selon les critères de la mesure) se disent insatisfaits de leur rendement (Ibrahim, 2020). Suivant ces différents travaux, les principales critiques du public envers l’institution judiciaire pénale se rejoignent globalement et soulèvent, sur le plan de la confiance : son inefficacité à contrôler la criminalité, en raison notamment d’une clémence inadéquate des peines et de moyens insuffisants ; son manque d’indépendance ; et un coût limitant son accessibilité. Sur le plan du fonctionnement, ce sont : son opacité dont la complexité de ses procédures et son langage ; sa distance dont une communication déficitaire avec les justiciables ; sa lenteur ; et l’inéquité dans le traitement des justiciables.

10Ces mesures de l’opinion publique doivent cependant être considérées avec prudence. Rappelons d’abord que « l’opinion publique n’existe pas » en soi (Bourdieu, 1973), étant produite par les études qui la dégagent de l’agrégation d’opinions individuelles (Brenni, 2021). Ensuite, les participants aux enquêtes sont soumis à des questions qu’ils ne se posent pas nécessairement (Larchet, 2019) ; le caractère non mûri de leurs réponses peut rendre celles-ci instables (Kaciaf, 2016). En outre, les personnes interviewées peuvent avoir des parcours très diversifiés, de sorte que les bases sur lesquelles elles fondent leurs réponses le sont tout autant en termes de connaissance du sujet abordé (Cartuyvels, Van Campenhoudt, 2005 ; Bradford, Myhill, 2015). Les critiques portent enfin sur la formulation brève et abstraite des questions posées, qui neutralise les nuances (Kaciaf, 2016) et favorise une posture d’insatisfaction (Kuhn, 2017).

11Sur la base de ces arguments, ce qui peut être retenu des sondages rapportés plus haut, c’est à tout le moins qu’un trait culturel de défiance envers la justice pénale traverse la collectivité de façon non négligeable et persistante. Ce trait mérite d’être investigué au-delà de ces sondages pour les raisons que nous venons d’évoquer. Une première question se pose alors : le public puise-t-il les informations sur lesquelles se forment de telles opinions ? Elles proviennent essentiellement des médias de masse. Plus précisément, la principale source informative de la population sur les questions criminelles est la télévision (ou ses rediffusions sur internet), avant la presse quotidienne, la radio et les réseaux sociaux (Baranauskas, Drakulich, 2018 ; Boyadjian, 2020). C’est pourquoi il nous a semblé pertinent de nous intéresser aux émissions télévisées portant sur les interactions entre l’institution judiciaire pénale et « son public » à l’audience – en l’occurrence les proches de victimes d’homicide, nous y reviendrons. Comment sont-elles susceptibles d’alimenter ce trait culturel de défiance envers la justice pénale ?

12Se pose ainsi une seconde question : comment se forme l’opinion des spectateurs sur la justice ? À cet égard, soulignons que ce qu’ils puisent dans ces communications médiatiques, ce sont surtout des informations contenues dans le message du média : cela signifie que les interprétations qui le colorent ouvertement n’exercent pas nécessairement une influence directe sur leur opinion. D’ailleurs, ce que le récepteur en retient le mène souvent à renforcer ses propres positions préalables (Roy, 2020). Le spectateur ne peut donc pas être vu dans une optique behavioriste selon laquelle le message reçu déterminera son attitude. Il est en effet capable de sélectionner, interpréter et juger les contenus de la communication (Noelle-Neuman, 1989). La réception du message dépend de nombreux facteurs individuels, dont notamment : les opinions préalables et les croyances du récepteur ; son milieu et son niveau d’éducation ; son état psychologique et physique au moment de la réception ; ou encore la crédibilité qu’il accorde à l’émetteur (Boullier, 2004 ; Langelier, 2006).

13Cependant, ces variables individuelles du spectateur ne suffisent pas pour circonscrire la réception du message et le lien de celle-ci avec le monde social. Sur un plan sociocognitif, les conversations que le spectateur aura sur le sujet peuvent contribuer à la formation de son opinion (Boullier, 2004). Par ailleurs, la réception est canalisée par la structure de la communication et le sens que celle-ci insuffle, qui se situent cette fois sur le plan de l’émetteur (Hassenteufel, 2010) ; c’est cet aspect que nous allons investiguer. Comme déjà évoqué, il s’inscrit dans la criminologie culturelle en raison de son intérêt pour le sens que les médias contribuent à construire à propos de l’institution judiciaire.

3. Une enquête sur le cadrage médiatique

  • 4 Ces concepts ont un caractère polysémique et restent sujets à débat quant à l’espace conceptuel qu’ (...)

14L’importance de l’agencement de la communication a été introduite par les travaux de McCombs et Shaw (1972) sur la mise à l’agenda et complexifiée ensuite par les théories du cadrage. Ci-dessous, nous en exposons les concepts tels qu’ils ont encadré notre projet4, ainsi que la méthodologie de l’enquête qu’ils ont suscitée.

3.1. Cadrage médiatique et définition d’une question d’intérêt public

15Les théories de la mise à l’agenda forment un courant conceptuel qui réfute le déterminisme dans la réception des communications médiatiques, tel que les études sur la propagande des années 1940-1950 l’avaient envisagé (Bregman, 1989). Prenant ainsi acte du fait que les médias de masse ne parviennent pas à dire aux personnes ce qu’elles doivent penser, son hypothèse de départ est qu’en revanche, ils parviennent avec plus de succès à leur dire à quoi penser (McCombs, Shaw, 1972). Leur faculté d’attirer l’attention sur certains aspects spécifiques d’une question d’intérêt public constitue le principe de la mise à l’agenda. La portée de cette mise en relief – appelée : « saillance » – réside dans sa capacité d’orienter la perception de la question (Bregman, 1989). Sur le plan individuel, l’insistance de la couverture médiatique sur un point de vue, un attribut, un écueil, etc., de la question traitée lui attribue de l’importance et contribue de ce fait à sensibiliser les récepteurs à cet aspect en particulier (Bregman, 1989 ; Roy, 2020). Sur le plan collectif, la popularité perçue d’un point de vue peut favoriser ou limiter l’expression franche de l’opinion d’une personne ; une vision perçue comme dominante et valorisée tendra davantage à se répandre, qu’elle corresponde à une réalité ou relève d’exagérations, de préjugés voire de mensonges (Noelle-Neuman, 1989 ; Chong, Druckman, 2007). Dans les deux cas, la mise à l’agenda contribue ainsi à créer du sens et une réalité (Chong, Druckman, 2007). Selon cette optique, les médias sont donc bien plus qu’un simple canal d’information : ils participent activement à la construction des questions d’intérêt public (Roy, 2020) – l’exercice de la justice pénale en fait partie. Rappelons toutefois encore que cette dynamique dépend aussi de l’acteur social, comme nous l’avons déjà mentionné.

  • 5 Borah (2011) rappelle qu’E. Goffman est l’un des initiateurs de ce concept de cadre. Il l’a défini (...)

16À la suite de cette première théorisation de la mise à l’agenda, s’est développé le concept de cadrage. Offrant une perspective plus complexe, celui-ci permet de dépasser la quantification de la saillance et mène à analyser qualitativement le contenu du traitement médiatique d’une question (Kosicki, 2006). Son point de départ est que toute question peut être présentée sous divers angles mais que la couverture médiatique n’en adopte que certains, constituant un cadre d’interprétation spécifique5. Ainsi, dans le même temps qu’elle insiste sur certains points de vue, elle en éclipse d’autres, les relègue au second plan voire les ignore complètement (Roy, 2020). Le concept de cadrage vise donc la mise en évidence de certains aspects d’une question qui ont été retenus parmi une série d’interprétations disponibles, de façon à promouvoir une définition particulière du problème au détriment d’autres. Il comporte de ce fait une dimension de lutte pour la définition du sens et de la réalité (Borah, 2011 ; Lemarier-Saulnier, 2016), optique qui rejoint l’argumentaire de la criminologie culturelle (voir ci-dessus). Ce cadrage dépend en effet également de la culture de la société qui le porte ainsi que des luttes idéologiques et politiques qui la traversent (Lemarier-Saulnier, 2016). À cet égard, notons finalement qu’il peut également advenir dans une couverture médiatique que des cadres concurrentiels proposent des considérations alternatives ou divergentes. Un tel cadrage multiple invite davantage les récepteurs à réfléchir et délibérer (Bregman, 1989 ; Chong, Druckman, 2007). Leur réflexion variera, rappelons-le encore une fois, selon leurs intérêts et caractéristiques propres.

17Pour notre projet, il s’agit donc de chercher ces cadres dans les émissions télévisées, les points de vue qu’elles présentent de façon majeure et mineure, et dans les deux cas, les alternatives de sens soumises au spectateur. Nous n’envisageons donc pas d’investiguer l’intentionnalité du cadrage du côté des médias, ni par ailleurs d’identifier des mécanismes psychologiques de réception du côté du public. Selon les concepts que nous venons de présenter, nous nous attacherons aux caractéristiques du message lui-même afin d’en identifier les types de cadrage. Et en concordance avec notre posture de criminologie culturelle, nous entendons mettre ces constats en relation avec la défiance du public envers la justice pénale telle que pointée par les sondages d’opinion, faisant ainsi « rebondir » entre elles ces différentes images des agences de contrôle du crime (Ferrell, 1999). Précisons que par « images », nous entendons ici les représentations porteuses de sens ; selon notre projet, seuls les propos émis sont examinés, et non la mise en scène des émissions.

3.2. Émissions télévisées de faits divers et exploration inductive du cadrage

  • 6 Bien que les avocats des victimes parlent au nom de leur client, leurs commentaires n’ont pas été r (...)
  • 7 Selon nos travaux précédents, le recours au système de justice pénale en cas d’acte criminalisable (...)

18Ce sont effectivement les points de vue des personnes lésées, tels que transmis par les émissions, qui nous intéressent. En effet, l’on peut considérer que les réflexions des téléspectateurs s’inspireront davantage de leurs propos que de ceux des acteurs judiciaires6 (tels que relatés) selon une association par proximité (Bouvier, 2019). Cette prévalence peut émerger d’une relative identification aux circonstances de la vie de ces justiciables (Boullier, 2004 ; Chong, Druckman, 2007), d’une familiarité avec leur expression orale ou encore du voisinage de leurs référents culturels (Borah, 2011). Plus précisément, nous ciblons des proches de personnes décédées par homicide et ce, pour trois raisons. D’abord, parce que le public semble plus susceptible de s’identifier aux malheurs qu’ils subissent qu’à l’expérience directe d’un acte criminel qu’il n’aurait jamais éprouvé. Ensuite, parce qu’en cas de mort infligée intentionnellement, l’intervention de la justice est en principe inévitable. Le choix de proches de victimes d’homicide permet d’éviter, dans l’échantillon, une concentration de justiciables déterminés à recourir à la justice pénale, au détriment de ceux qui l’auraient évitée, ainsi que ses conséquences7. Et enfin, parce que les expériences de ces proches avec la justice apparaissent dans une variété d’émissions télévisées.

19Considérant que le contenu des journaux télévisés quotidiens relatif aux faits divers est souvent bref voire lapidaire, nous nous sommes plutôt tournées vers des magazines télévisés qui relatent en détail des affaires criminelles. En concordance avec l’intérêt de notre recherche pour les médias de masse, nous avons retenu deux émissions destinées au grand public, à large audimat, et diffusées depuis plus d’une décennie, ce qui témoigne de leur succès. Toutes deux ont été créées par la chaîne française de télévision France 2, la plupart ont été retransmises en Europe francophone ainsi qu’au Canada et nombre d’entre elles peuvent être visionnées sur YouTube ou d’autres chaînes publiques de l’internet. La première traite d’affaires dont l’auteur présumé de l’homicide a été trouvé et jugé (sauf s’il est décédé avant la fin du procès). Il s’agit de Faites entrer l’accusé (Fela), émission créée en 2000 par C. Gerin. La seconde porte en revanche sur des affaires non résolues et qui sont de ce fait susceptibles d’introduire d’autres commentaires et attentes de la part des proches : c’est Non élucidé (Nelu), créée en 2008 par A. Poivre d’Arvor et S. Brunaud, interrompue en 2015 et diffusée depuis 2019 (saison 7) sur RMC Story. Toutes deux retracent le cheminement d’affaires criminelles plutôt fameuses, de l’historique des événements à l’enquête et au traitement pénal, allant donc jusqu’au procès pour Fela et restant au stade de l’instruction pour Nelu. Toutes deux donnent aussi la parole à des professionnels judiciaires ainsi qu’aux proches de victimes qui commentent leur expérience avec la justice pénale (Villez, 2005). À cet égard, quoique certaines affaires traitées dans ces émissions aient connu un retentissement médiatique plus important que d’autres, cet aspect n’a pas été considéré pour notre sélection. Nous avons en effet gagé que pour des fins d’audimat, les productions télévisées procèdent à une dramatisation d’intensité équivalente dans chaque reportage et que les caractéristiques de cadrage des différents épisodes ne sont donc pas un corollaire de ce retentissement.

  • 8 Pour Fela, la sélection de base retenait cinq épisodes par deux ans d’émissions : le premier et le (...)

20L’échantillon s’est construit à partir des listes des épisodes rapportés sur l’encyclopédie collaborative en ligne Wikipedia. Il en comprend en tout 48 épisodes. Pour Fela d’abord, nous avons retenu environ quatre épisodes par deux ans d’émissions pour les saisons 1 à 6 (de 2000 à 2006) puis de 14 à 20 (de 2013 à 2020), soit un total de 258 :

  • Saisons 1 et 2 : La Josacine empoisonnée (Fela 1) ; Marie-Élisabeth Cons-Boutboul. Secrets de famille (Fela 2) ; Simone Weber. La « diabolique » de Nancy (Fela 3) ; Richard Roman. Le procès d’un innocent (Fela 4).

  • Saisons 3 et 4 : L’assassinat du petit Grégory (Fela 5) ; Christine Malèvre. La mort au bout de l’aiguille (Fela 6) ; Marc Dutroux. Le démon belge (Fela 7) ; Christian van Geloven. Criminel sexuel (Fela 8) ; Guy Georges. Le tueur de l’Est parisien (Fela 9).

  • Saisons 5 et 6 : Action directe. L’assassinat de Georges Besse (Fela 10) ; Alfredo Stranieri. Voleur de vies (Fela 11) ; Jamila Belkacem. L’empoisonneuse (Fela 12).

  • Saisons 14 et 15 : Guet-apens au haras (Fela 13) ; Christophe Khider (Fela 14) ; L’inconnu du puits (Fela 15) ; John Szablewski. Du mensonge au meurtre (Fela 16).

  • Saisons 17 et 18 : Agnès Marin. La mort au collège (Fela 17) ; Luka Rocco Magnotta. Le dépeceur de Montréal (Fela 18) ; Bruno Cholet. Le faux taxi (Fela 19) ; Tony Meilhon. La mauvaise rencontre de Lætitia (Fela 20).

  • Saisons 19 et 20 : Trahison sanglante (Fela 21) ; Yoni Palmier. Le tueur de l’Essonne (Fela 22) ; Nicolas Charbonnier. L’étrangleur de Strasbourg (Fela 23) ; David Lefèvre. Le tueur des marais (Fela 24) ; Mohamed Faleh. Le tueur à la hache (Fela 25).

21Pour Nelu ensuite, nous avons retenu environ six épisodes par deux ans d’émissions jusqu’en 2020 (saison 8), soit un total de 23 :

  • Saisons 1 et 2 : Affaires : Jonathan Coulom (Nelu 1) ; Christelle Blétry (Nelu 2) ; Marine Boisseranc (Nelu 3) ; Sabine Dumont (Nelu 4) ; Sylvain Alloard (Nelu 5) ; Céline Bloch (Nelu 6).

  • Saisons 3 et 4 : Affaires : Francis Imbard (Nelu 7) ; Belluardo-Chide (Nelu 8) ; Les disparues de Perpignan (Nelu 9) ; Olivier Fargues (Nelu 10) ; Drouvin-Kubala (Nelu 11) ; Paquita Parra (Nelu 12) ; Xavier Dupont de Ligonnès (Nelu 13).

  • Saisons 5 et 6 : Affaires : Patricia Bouchon (Nelu 14) ; L’énigme de la mort du gendarme Jambert (Nelu 15) ; Gaëlle Fosset (Nelu 16) ; Jean Moritz (Nelu 17).

  • Saisons 7 et 8 : Affaires : Sylviane Kaas (Nelu 18) ; Anaïs Marcelli (Nelu 19) ; Michelle Laforge (Nelu 20) ; Marie-Michèle Calvez (Nelu 21) ; Ghislaine Leclerc (Nelu 22) ; Céline Giboire (Nelu 23).

22Deux questions sont posées au corpus sont : 1) Dans les émissions télévisées Faites entrer l’accusé et Non Élucidé, qu’expriment les proches de victimes d’homicide sur leurs attentes envers l’institution judiciaire et sur les réponses que celle-ci leur a apportées ? 2) Dans ces propos, quels sont les points de vue dominants, divergents, éclipsés ? L’analyse s’attache ainsi à interpréter la diversité et la complexité des points de vue présentés par les émissions, et à les articuler en logiques, types de raisonnements ou modèles, selon une démarche qualitative (Lessard-Hébert et al., 1997). Pour s’assurer des interprétations, les trois chercheuses se sont concertées tout au long du processus d’analyse afin de coordonner les encodages et discuter des interprétations émergentes.

  • 9 Selon cette optique, les avis relatifs aux policiers et à leurs initiatives autonomes n’ont pas été (...)

23Dans une première phase, nous avons exploré le sens des propos des proches tels que présentés dans les documentaires télévisés, soit leurs attentes envers l’institution judiciaire, et comment ces dernières étaient rencontrées à leur avis. Selon notre délimitation de la notion d’« institution judiciaire » (voir plus haut), nous avons retenu de ces commentaires ce qui concerne les juridictions d’instruction et de fond, le ministère public, leurs acteurs et leurs activités, ainsi que l’« enquête » lorsque les commentaires visent sa direction et sa gestion par un magistrat de l’instruction ou du parquet9. En outre, considérant qu’ils contextualisaient les points de vue et permettaient de mieux en cerner le sens, nous avons également pris en compte les énoncés des familiers portant sur leurs attitudes et comportements singuliers relatifs à l’événement, c’est-à-dire sans référence directe à la réaction pénale.

24Le processus d’analyse s’est inspiré de la démarche inductive générale qui part des données brutes et vise à en dégager progressivement les caractéristiques essentielles du phénomène à l’étude – à ce stade, les points de vue des proches de victimes d’homicide (Blais, Martineau, 2007). Une grille d’encodage et d’analyse a été élaborée pas à pas, à l’aide de la base de données Claris FileMaker Pro. Avant tout, nous avons noté les propos signifiants de ces familiers ainsi que leur contexte d’apparition (Que disent-ils et dans quelles circonstances ?). Ces propos ont été retranscrits comme ils ont été entendus – ils paraîtront tels quels dans les extraits présentés ci-après. Une fiche a été produite par commentaire signifiant, pour un total de 294 enregistrements. Puis nous avons condensé ces données en leur attribuant une étiquette synthétisant le contenu du propos (De quoi parlent-ils ?), chaque fiche pouvant renvoyer à une ou plusieurs de ces étiquettes. Une centaine d’items ont ainsi été dégagés. Ceux-ci ont ensuite été triés et regroupés en thèmes (De quoi est-il question ?) puis organisés en catégories (Quelles attentes de justice sont commentées, et avec quelle connotation envers l’intervention judiciaire ?). Ces catégories, progressivement induites des données comme nous venons de l’expliquer, sont :

    • 10 Plusieurs items peuvent avoir été cochés dans une même fiche, si le propos noté contient différente (...)

    les attentes informelles, c’est-à-dire les souhaits et besoins individuels ou sociaux hors justice pénale (219 fiches10) ;

  • la délégation aux autorités pénales, c’est-à-dire les positions envers l’intervention à venir ou passée (127 fiches) ;

  • le sens du verdict, c’est-à-dire les attentes envers la condamnation de l’auteur (68 fiches) ;

  • les objectifs de la sanction, c’est-à-dire les effets attendus de la peine (29 fiches) ;

  • la mesure de la peine, c’est-à-dire les bases de sa proportionnalité (12 fiches).

25Dans un second temps, nous avons examiné ces résultats pour identifier les cadrages opérés par les émissions. Quelle(s) catégorie(s), ou thématique(s) partielle(s) dans une catégorie, prédominent ? Selon quel agencement, à quel point, avec quelles nuances, points de vue opposés ou alternatifs ? Et de même, quelles catégories sont reléguées au second plan ? Progressivement, certains cadres de sens prédominants ont émergé, et ont finalement mené à identifier le cœur du cadrage dans les documentaires télévisés consultés. Nous en avons alors tiré nos conclusions sur les caractéristiques de la couverture médiatique et proposons pour terminer une réflexion sur la relation entre ces conclusions et l’opinion publique sur la justice pénale telle qu’elle apparaît dans les sondages.

26Les deux sections qui suivent présentent l’ensemble de cette analyse répartie selon les attentes et l’expérience au stade de l’enquête judiciaire puis celles au stade du procès. Les extraits présentés ont été sélectionnés pour leur typicité. La référence à l’émission, à l’épisode et au minutage du propos mentionné est notée à leur suite. Par souci de discrétion, et bien que les émissions consultées soient publiques, nous avons choisi d’occulter dans ces extraits les noms des personnes de même que toutes les autres indications qui permettraient d’identifier trop aisément celles-ci en cours de lecture.

4. Enquête judiciaire et attentes de vérité

27Concernant l’enquête, les épisodes consultés mettent en exergue toute une série de thèmes qui s’organisent aisément autour d’un point central issu de la catégorie des attentes informelles (la plus fournie dans la base de données) : le besoin pressant de comprendre ce qui s’est passé. Celui-ci fonde en outre l’appréciation de l’enquête, telle qu’elle est rapportée. Cette afférence permet ainsi de modéliser une logique d’ensemble qui cerne le cadrage de l’institution judiciaire au stade de l’enquête.

4.1. Comprendre ce qui est arrivé

28Le spectateur entend en effet presque systématiquement les proches de victimes d’homicide exprimer leur volonté de connaître les raisons qui ont mené à ce décès et ses circonstances (a, b, c). Découvrir le responsable en apparaît plutôt la prémisse (b, c). Cette attente est formulée comme un impératif de nature fondamentalement privée (voir « je », « nous », « on »), avant toute considération judiciaire :

(a) C’est là qu’ils m’ont dit comme quoi c’était mon frère. Et là, sur le coup, on n’est pas… on était abasourdis. Maintenant, nous, ce qu’on voulait savoir, c’est ce qui [lui] était vraiment arrivé. (Fela 24, 00:09:24)

(b) Moi, j’aimerais savoir qui a fait ça et pourquoi. À la limite, c’est presque bête, mais pour moi le pourquoi est plus important que qui. (Nelu 8, 01:28:54)

(c) Le plus dur à vivre, c’était de ne pas savoir qui avait tué et pourquoi. On devait savoir pourquoi quand on aurait su qui c’était. (Fela 9, 00:22:00)

29Selon le concept des deux magazines, certains familiers ont été invités à expliquer davantage cet intérêt. L’on peut ainsi comprendre que ces informations sont nécessaires en tant que devoir d’humanité – de respect, de mémoire – envers la victime décédée : par l’attribution d’une symbolique à sa disparition (a, b), par compassion pour ce qu’elle a enduré (b, c). C’est déjà une manière de lui rendre justice (d) – nous y reviendrons :

(a) Moi je pense que oui, ça me permettra de faire le deuil de savoir qui et pourquoi [...]. Pour moi, l’espoir, c’est ce qui permet de tenir le coup parce que c’est pas normal que quelqu’un décède comme ça comme un animal sans savoir les raisons. (Nelu 11, 01:02:40)

(b) Il y a pas un jour où je n’y pense pas. Est-ce qu’elle s’est rendu compte, est-ce qu’elle a eu peur, est-ce qu’elle a eu mal, à qui elle a pensé... ça je ne saurai jamais. Puis il y a des questions que je me pose aussi depuis 25 ans. Qui ? Pourquoi ? Puis celles-là, je veux avoir des réponses. Je lâcherai pas. […] Je peux pas envisager de continuer de vivre comme ça. […] Parlez, dites, dites ce que vous savez. Il n’est jamais trop tard pour le faire et puis dites, ben, pour la mémoire de [ma sœur] quand même [pleurs]. (Nelu 21, 01:25:16)

(c) Le jour où vous voyez arriver des plongeurs et une équipe de gendarmes avec des chiens, vous comprenez qu’on ne cherche plus votre fille, en tout cas plus en un seul morceau. Et à partir de là, vous êtes juste dans l’attente de savoir jusqu’à quel point elle a morflé. (Fela 18, 00:34:55)

(d) Le deuil se fera, quand on saura. […] C’est une des choses les plus dures à vivre avec. C’est pourquoi, comment et qu’est-ce qu’il s’est passé réellement. On veut du concret. Sortir du flou. Pouvoir, voilà, qu’il repose en paix. Et que la justice soit rendue. (Nelu 1, 01:19:34)

30Les explications offertes montrent combien les proches sont la proie d’incertitudes (a) qui produisent des pensées lancinantes (b) et font travailler l’imagination (c). Selon leurs propos, apprendre ce qui s’est passé devrait apporter un apaisement à leurs tourments :

(a) C’est dur de pas savoir parce qu’on est toujours, on est comme au premier jour, on pense toujours, toujours à ça. Je voudrais savoir avant de mourir, mais je sais pas si je saurai, j’y arriverai peut-être pas. À rien savoir. Vous croyez qu’on saura un jour ? Je sais pas… Ça peut pas arrêter comme ça, ça peut pas. (Nelu 12, 01:25:50)

(b) Je pense jamais à [ma fille] autrement qu’en se faisant assassiner, c’est aussi pour ça que je veux savoir pourquoi… pourquoi et qui l’a assassinée, parce que je pense que quand on connaîtra l’auteur, j’aurai des souvenirs de [ma fille] d’avant. Je voudrais tellement pouvoir penser à [elle] autrement qu’en se faisant assassiner. (Nelu 2, 01:26:50)

(c) Je trouve en ce qui me concerne que le pire, c’est de ne pas savoir… Lorsqu’on sait, même si c’est une horreur difficile à expliquer, heu… on se fait moins de nœuds au cerveau si je peux me permettre l’expression. (Fela 9, 00:22:20)

31Le téléspectateur découvre en outre que tant que la lumière sur l’événement n’est pas faite, la crainte d’une menace spécifique (a) ou générale (b) peut tarauder les proches. Dans ces cas, l’ignorance de « qui » prend de l’importance et peut favoriser l’émergence d’une méfiance généralisée (c).

(a) Qui a fréquenté [les deux victimes défuntes] peut, dès demain, se retrouver, de la même manière, trucidé. (Nelu 8, 01:28:00)

(b) Le plus dur à vivre, c’était de ne pas savoir qui avait tué et pourquoi. […] Et de savoir que c’était une personne qui courait toujours… Peut-être quelqu’un qu’on croisait, qu’on pouvait croiser dans la rue, c’est vrai qu’il y a une impression de malaise. (Fela 9, 00:22:00)

(c) Ne pas avoir de réponses, ça a quand même des conséquences terribles. Enfin, je sais pas, c’est difficile d’avoir confiance en l’être humain sans savoir ce qu’il s’est passé, pourquoi… On est vachement méfiant quoi. (Nelu 14, 01:20:23)

32Même s’il est d’ordre privé, ce besoin de savoir se reporte néanmoins sur l’intervention judiciaire.

4.2. En attente de réponses

33Certains épisodes offrent en effet un lien clair entre ce besoin et l’attente que la justice, toutes agences confondues, mène une enquête soutenue (a), minutieuse (b) et indépendante (c) :

(a) C’est impossible de faire un deuil complet quand on sait pas ce qu’il s’est passé, il faut aider l’enquête, il faut que ça continue d’avancer, les parents de [la victime décédée] ont besoin de savoir, [sa sœur] a besoin de savoir. (Nelu 23, 01:22:54)

(b) Une grande partie [de l’enquête] a été faite et il en manque, certainement, puisque de toutes façons, quatre ans après, on n’a toujours rien. De nouvelles investigations sont en cours… Tout n’a pas été fait, forcément, vu qu’on n’a toujours pas la réponse à la question que l’on se pose depuis quatre ans : qui, pourquoi ? […] Mon avocat est en permanence à côté de nous. On demande beaucoup et je pense qu’on demandera de plus en plus au juge d’instruction, au procureur. Il faut qu’on fasse la lumière sur cette affaire. (Nelu 3, 01:31:04)

(c) [Le juge d’instruction a été dessaisi pour raison de suspicion légitime alors qu’il était justement apprécié pour son enquête]. Et ça, pour moi, ça voulait dire qu’on voulait étouffer tout car le juge [nom], il voulait savoir tout. (Fela 7, 01:22:43)

34Concernant l’enquête, les documentaires visionnés présentent différentes appréciations de sa qualité. Les propos reflètent de temps en temps une estimation que l’enquête se déploie adéquatement (a), bien plus souvent que des manques se sont produits (b), et parfois que des dérives sont à blâmer (c) :

(a) Les gendarmes se rendent compte aussi que la disparition est inquiétante… Donc heu, avis de recherche, battue, donc heu a été organisée aussi entre la gare de [ville] et notre domicile de l’époque pour voir si on retrouvait pas un corps… Et voilà, l’enquête est déclenchée, les juges… (Nelu 9, 00:47:01)

(b)J’ai adressé une lettre au procureur de la République, une lettre désespérée : « Monsieur le procureur, nous avons tout fait, nous avons cherché, nous avons enquêté, la gendarmerie et le commissariat sont informés, faites quelque chose, aidez-nous, est-ce que nous pouvons déposer plainte, la gendarmerie a des dossiers, faites diligenter une enquête ». J’attends encore la réponse. (Fela 11, 00:16:49)

(c) Mais là, on en veut à la justice, c’est clair. On se dit s’ils avaient fait leur boulot convenablement heu… on n’en serait pas là. Ça confirme ce qu’on avait dit. On avait raison de se dire qu’ils nous cachent des choses, ils savaient et ils n’ont pas fait. (Fela 7, 01:05:04)

35C’est un juge d’instruction qui dirige en principe les enquêtes pour homicide. Au fil des épisodes, les appréciations à l’égard de cette charge varient. Elles réfèrent encore ici, parfois, à une activité adéquate mais plus souvent, à des manques (a) ainsi qu’à des dérives (b, c) :

(a) [Le premier juge d’instruction] a été d’une grande absence pendant trois ans. [...] Je me demande comment ça peut durer pendant trois ans et que personne dans le système n’ait la capacité de signaler ça. Moi je lui en veux parce qu’il ne s’agit pas juste des trois ans, il s’agit des trois premières années heu... qui sont essentielles et qui ne peuvent pas être rattrapées, même avec la meilleure volonté des juges qui ont suivi. (Nelu 8, 01:21:52- 01:23:57)

(b) C’est énorme quand même. C’est juste complètement dingue. Au fait, ils ont trouvé la coupable idéale et puis l’enquête a été menée à sens unique. Alors oui, la femme de ménage n’avait pas porté secours à ma mère ; oui, elle avait menti et elle l’avait volée ; mais ça ne faisait pas d’elle une criminelle. (Nelu 20, 00:58:17)

(c) Moi je n’accepte pas le non-lieu. […] Moi, si demain on vient, on me dit voilà, [nom] est innocent par rapport à ça, par rapport à ça, je dirai, bon, c’est vrai, il est innocent. Mais aujourd’hui, il y a rien qui me dit qu’il est innocent. Rien. [Le juge d’instruction] voulait acquitter [nom], il le dit [...]. Il devait avoir des intérêts bien particuliers. […] Je crois que tout le monde avait un intérêt à ce que [nom] soit innocenté. (Fela 4, 00:55:55)

36En cohérence avec ces éléments de sens émergents, la qualité de la communication des autorités judiciaires avec les proches apparaît comme un impératif : elle répond au besoin de savoir ce qui s’est passé. Le spectateur découvre ainsi des familiers qui attendent l’information et d’autres qui la réclament lorsqu’elle ne vient pas à suffisance selon eux. Leurs propos relatent surtout des réponses clairsemées (a), qui éconduisent (b) ou mettent à l’écart (c) :

(a) La première chose qu’on a fait, nous, la famille, c’est de faire confiance à la police. Et avec le temps qui passait, ben, après, c’est vrai que la police ne nous donnait pas beaucoup d’informations, personne ne revenait vers nous. […] On a voulu poser des questions, la juge nous a répondu « vous posez vos questions à votre avocate et votre avocate me les transmettra »... Là, j’ai trouvé ça un peu horrible parce que ne pas être capable de répondre à la famille en face, je trouvais ça un peu lamentable. (Nelu 23, 00:54:55)

(b) Le [commissaire de police] nous a expliqué tout ce qui avait été fait comme recherche. Et puis bon ben, l’entretien se passe et en partant il nous dit « mais arrêtez de vous faire du mal, votre fille était suicidaire » comme l’air de dire « foutez-nous la paix et partez donc avec le mot suicide ». (Nelu 23, 01:08:58)

(c) Les enquêteurs, la juge, ont invoqué cet argument : puisque vous travaillez avec les médias, puisque vous en parlez trop, etc., puisqu’il y a des interventions publiques, eh ben nous, on vous dira rien… Mais de toute façon, on ne nous disait déjà rien avant donc heu… C’était vraiment eux, c’était leur prétexte pour encore moins donner. (Fela 7, 00:17:27)

37Le spectateur est en outre informé que nombre de proches mènent leur propre enquête en complément de l’action de la justice (a), et a fortiori si celle-ci leur semble insatisfaisante (b) ; un enquêteur privé peut même être engagé (c) :

(a) J’avais fait une sorte de petite enquête de mon côté après la mort de papa et j’ai rencontré des anciens hommes de main, entre guillemets, heu, de [nom]. Ils ont jamais voulu m’avouer directement que c’était [lui], mais ils me l’ont fait comprendre en me disant heu, la personne à qui tu penses, c’est bien celle-là qui a fait ça. (Nelu 7, 01:20:28)

(b) On avait l’impression [que les enquêteurs] cherchaient des corps et ils cherchaient d’abord des coupables, et là, on était en désaccord avec eux parce nous, nous cherchions les petites et nous étions convaincus qu’elles étaient vivantes. (Fela 7, 00:10:40)

(c) Quand l’association a un peu d’argent, on mandate un détective privé et ça, on continuera de le faire tant qu’on pourra quoi, tant que la vérité sera pas connue des familles. (Nelu 2, 01:15:13)

38De tels commentaires sur l’expérience de l’enquête mettent d’autant plus en exergue le thème du besoin impérieux d’obtenir des réponses aux questions qui taraudent les familiers.

4.3. Un cadrage sur les aspects frustrants de l’enquête

39L’observation des émissions a permis d’identifier un ensemble d’attentes portant sur l’enquête judiciaire dans le chef des proches de victimes d’homicide, qui montrent de la cohérence entre elles. Les propos des familiers indiquent en effet une attente informelle, et surtout essentielle, concernant l’événement : savoir ce qui est arrivé, comment, pourquoi et par qui. L’objectif est d’honorer la personne décédée et de calmer leurs propres hantises, ce qui permettrait d’entamer un processus de deuil ; les proches peuvent également avoir peur, et les réponses souhaitées devraient les rassurer. En raison de cette attente, ils espèrent une enquête judiciaire digne de foi, et tendent à y participer de quelque manière, à tout le moins par un partage d’informations fidèles qu’ils s’estiment en droit d’obtenir. Autrement dit, ils se considèrent comme partie prenante à la recherche de la « vérité » et le montrent. La propriété de consistance de cette modélisation, ainsi que son caractère quasi systématique et dénué de contradictions fortes, permettent de considérer qu’il s’agit là d’un cadre de sens prédominant dans ces magazines télévisés – nous y reviendrons.

40En son sein, nos observations mènent à constater qu’une vision défavorable de l’institution judiciaire, dans sa phase d’enquête, est plus fréquemment offerte au spectateur que le contraire. Selon nous, ces deux visions ne peuvent pas vraiment être comprises comme des versions concurrentielles, aptes à favoriser la réflexion et la délibération du téléspectateur (voir plus haut). À cet égard, rappelons d’abord que d’un point de vue médiatique, une information capable de retenir l’intérêt du public sort de l’ordinaire et suscite une émotion (Marcotte, 2008 ; Neveu, 2019). Dans cette logique, il devient compréhensible que des propos de déception, d’incompréhension ou de contrariété soient plus fréquents dans notre corpus que d’autres se félicitant d’une activité normale, ordinaire et prévisible ; qu’il s’agisse d’un choix opéré par les producteurs des émissions ou par les proches eux-mêmes importe peu ici. Or, portant sur l’absence de réaction judiciaire, sur une investigation incomplète, sur une orientation biaisée de l’enquête ou encore sur un faible empressement de l’institution judiciaire à partager l’information, les propos défavorables à l’institution touchent au cœur du cadre de sens identifié et représentent autant de freins à la volonté impérieuse de connaître la « vérité », telle que rencontrée dans les propos des proches. La mention de ces écueils et frustrations peut de ce fait tendre à produire, chez le spectateur, un émoi teinté de sentiment d’injustice. Dès lors, ce sont ces arguments qui sont clairement aptes à retenir son intérêt. Ils sont d’autant plus susceptibles de primer dans un contexte de présentation télévisuelle rapide ne prêtant pas à la réflexion (Dzierlatka, 2020). Leur fréquence assez élevée d’apparition peut également renforcer cette préséance. Pour la phase d’enquête, une représentation défavorable à l’institution semble ainsi vouée à devenir prévalente, et à estomper une mise en concurrence avec la vision inverse.

41Pour la phase judiciaire qui s’ensuit, C. Rossi (2014) rappelle que l’institution a traditionnellement laissé peu de place à la victime, bien que sa reconnaissance semble peu à peu émerger. Comment les attentes des proches et leurs expériences du tribunal sont-elles présentées dans les magazines télévisés consultés ?

5. Procès et attentes d’apaisement

42Au cours de notre analyse des documentaires, il est devenu évident que la présentation des attentes et expériences du verdict et celle de la sentence méritaient un traitement et une synthèse spécifiques. En effet, comme nous allons le voir, la première se rattache au cadre de sens précédemment identifié, et la seconde découvre par contre un cadre a priori plus équivoque.

5.1. Un verdict pour soulager les tourments

43Différents commentaires de proches de victimes d’homicide guident d’abord le spectateur vers l’importance qu’ils accordent à la désignation judiciaire du coupable. L’attente déjà mise en exergue de « savoir qui » (ci-dessus) est ainsi confirmée en tant que prémisse de la vérité sur ce qui s’est passé (a, b), même si celle-ci est partielle (c) :

(a) J’ai besoin de vivre différemment cette disparition, j’ai besoin d’avoir un coupable, j’ai besoin d’avoir des réponses et de savoir ce qui s’est passé. (Nelu 9, 01:27:05)

(b) On attend déjà qu’il soit condamné. On y va aussi parce qu’on est une famille, qu’on est soudés et qu’on veut savoir la vérité, puis qu’ensuite, on puisse faire notre deuil. (Fela 25, 01:10:27)

(c) [Le jugement a déclaré la culpabilité de l’accusée pour plusieurs assassinats, mais pas pour celui de la conjointe de ce proche]. [La condamnée] a sa conscience pour elle. Moi personnellement, j’ai ma conscience pour moi et en tout cas, la satisfaction d’un travail accompli, bon, pour ceux qui sont là au moins, pour les parties civiles qui ont obtenu au moins des réponses. (Fela 6, 01:29:17)

44À cet égard, les propos de plusieurs familiers indiquent qu’ils ont généralement déjà tenté de se forger leur propre conviction quant à la culpabilité ou l’innocence de l’accusé, se montrant à nouveau partie prenante dans la recherche de la vérité sur le « qui ». Les pré-convictions de culpabilité (a) apparaissent plus fréquemment que celles d’innocence (b) – ce qui est somme toute assez prévisible dans le type de documentaire visionné :

(a) C’est vrai que [ce procès] est un aboutissement, c’est vrai que je, je me dis nous y sommes. Nous y sommes, c’est quand même, on est en 1994, [mon frère] est mort en 1985. Donc heu oui, oui c’est un aboutissement. Mais dont l’issue est totalement inconnue. Je suis comme tous ceux qui ont lu le dossier, c’est-à-dire que j’ai la conviction que c’est elle, comme…, mais je sais aussi que nous n’avons pas de preuves. (Fela 2, 01:08:58)

(b) Dès que j’ai le dossier en main, je ne suis pas certaine et je dis sans arrêt à ma nièce, ce n’est pas parce qu’on vole, c’est pas la preuve qu’on a tué. Donc, pour moi, ça m’est égal qui que ce soit, mais je veux que ce soit la bonne personne. Ça, c’est tout ce qui m’intéresse. (Nelu 20, 00:56:32)

45Quelques épisodes montrent qu’en cas de pré-conviction de culpabilité, les proches attendent de l’accusé qu’il apporte des explications et admette sa responsabilité durant le procès (a, b). Il semble cependant que l’intérêt juridique de ces aveux n’est pas au cœur de leurs préoccupations. En effet, du point de vue des familiers, des aveux peuvent légitimer un verdict de culpabilité (a), mais un tel verdict peut tout autant remplacer une absence d’aveux (c). En revanche, un intérêt clair réside à nouveau sur le plan informel : les proches espèrent que ces aveux publics soulagent leurs incertitudes et leurs hantises (voir plus haut) (b, c) :

(a) J’avais la quasi-certitude, et pas seulement moi d’ailleurs mais aussi tous les intervenants aussi bien la police que les magistrats, étaient persuadés qu’il était coupable. Mais quoiqu’il en soit, s’il n’avait pas réitéré ses aveux, il y aurait toujours eu un soupçon de doute dans mon esprit. (Fela 9, 01:29:05)

(b) Si vous voulez, pour moi, c’était un spectacle de cirque et je pèse mes mots. […] Donc heu le moment des aveux, c’était préparé. Il est arrivé en pull blanc, « je suis l’agneau qui vient de naître », alors qu’avant, il était toujours en costume, en pull sombre… Donc tout était artificiel, faux, c’était complètement écœurant et j’ai trouvé ça honteux vis-à-vis des familles, honteux. […] Ceci dit, je suis content qu’il ait avoué, j’ai été soulagé quand il a parlé, mais c’était complètement bidon. (Fela 9, 01:29:37)

(c) [Cette condamnation] est un soulagement, c’est une délivrance, puis… On savait qu’il était dans le déni, mais ça prouvait quand même qu’il mentait du début à la fin. Il reste une part d’ombre, il reste une part d’ombre. [...] On se posera toujours la question : « Qu’est-ce qui s'est passé, qu’est-ce qui s’est passé ? » (Fela 25, 01:16:19)

46Quant au verdict, le spectateur peut percevoir dans différents propos comment il rencontre le devoir d’humanité envers la victime défunte (voir ci-dessus). La solennité du prononcé du verdict (a) et la qualification retenue (b) sont comprises comme des symboles du fait que l’homicide commis et ses circonstances, et par conséquent la disparition, sont inacceptables. À l’inverse, un acquittement peut être compris comme un nouveau déni du droit d’exister, a fortiori lorsqu’une conviction de culpabilité est déjà acquise par le proche (c) :

(a) L’indignation se trouvait un petit peu heu, rassurée, à partir du moment où il était dit solennellement, par la justice de la république, que de tels comportements étaient très graves, inadmissibles et sanctionnés. (Fela 10, 01:28:23)

(b) Préméditation. [Souffle de soulagement]. Voilà. Préméditation. Assassinat. Mais bon, ça va pas nous ramener [mon fils] quoi, ça va pas nous le ramener. (Fela 24, 01:21:56)

(c) Quand le verdict [d’acquittement] de l’appel tombe, je tombe avec. Je m’écroule, mon monde s’écroule. Je suis en état de choc avancé, cet état de choc, je le suis toujours. Pour moi, ce jour-là, la justice a assassiné une deuxième fois ma maman. (Nelu 22, 01:28:07)

47Il ressort de ces observations que la présentation médiatique du verdict souligne l’importance, pour les proches de victimes d’homicide, de la désignation publique du coupable. Cette question du « qui » ne relève pas principalement de préoccupations juridiques ; elle appartient au cadrage prédominant des attentes des familiers, centrées sur la question de savoir ce qui s’est passé. Alimentant ce même cadre de sens, les magazines montrent des attentes d’aveux et d’explications de l’accusé, qui sont susceptibles d’apporter un soulagement à leurs angoisses, incertitudes et peurs consécutives à l’homicide : ceci se rapporte bien, en effet, aux attentes informelles. La connotation qui émane ainsi de cette présentation est qu’un verdict de condamnation rend hommage à la victime et apaise ses familiers. La situation inverse tend à corroborer cette interprétation puisque, lorsqu’un proche est convaincu de la culpabilité de l’accusé, un verdict d’acquittement se présente en tant qu’offense au défunt et accablement pour lui-même. Dans ce dernier cas, le spectateur pourrait s’associer à de tels sentiments et en inférer une marque d’irrespect et de maltraitance judiciaire.

5.2. Une peine infinie

48Par ces voies, le verdict est dépeint à plusieurs reprises comme acte apte à « rendre justice » à la personne défunte. Cette même expression de « rendre justice » s’entend aussi lorsque certains proches commentent la sentence attendue ou déjà prononcée par la cour. Nous explorons son sens ci-dessous, à partir des propos sur les objectifs et la mesure de la peine, tels qu’ils ont été formulés par les familiers de la victime décédée dans l’émission Faites entrer l’accusé – celle-ci faisant état des jugements. Rappelons à cet égard que les catégories « objectifs de la sanction » et « mesure de la peine » sont les moins fournies dans notre base de données. Telles que présentées, les attentes des proches envers la sentence peuvent s’insérer dans une logique de rétribution ou de dissuasion. L’importance du cadre de sens qui en résulte semble cependant équivoque : l’aspect afflictif de ces attentes ressort nettement, mais dans le même temps certains commentaires en suggèrent l’inanité.

49Le premier objectif identifiable, bien que peu fréquemment abordé par les proches, réfère plus précisément à la loi du talion, qui exige que le meurtrier soit puni à la hauteur du mal qu’il a causé. Les tourments vécus et la haine qu’ils suscitent en constituent la première mesure (a). Cependant, cette attente vengeresse peut se voir circonscrite lorsqu’il est question de laisser au tribunal l’exercice de la justice (b). Dans cette logique rétributive, la peine attendue par le proche tend à proscrire du groupe social celui qu’il perçoit comme l’artisan de son malheur :

(a) [Peine : réclusion criminelle de 20 ans]. Moi, j’ai pas obtenu ce que j’aurais voulu, qu’elle paye quoi, qu’elle paye de son geste, qu’elle paye de l’atrocité qu’elle a fait, je suis fortement déçue. [...] Pour moi dans ma tête, je me disais mais quand elle sortira… je sais pas, je la tue, je lui saute dessus, je… […] Elle nous avait cassé la vie et gâché la vie et tout. Pour moi, elle méritait plus de vivre, ou alors de finir en prison, de finir ses jours et de... C’était une trop belle fin pour elle à la limite. (Fela 3, 01:38:03)

(b) [Peine : emprisonnement à perpétuité, sans possibilité de libération conditionnelle avant 25 ans]. Le meurtrier a eu ce qu’il méritait en fonction de ce que prévoit la justice canadienne, mais il y a quelque chose de difficile à accepter pour nous, [nationalité], c’est qu’il n’y a pas de peine de mort, malheureusement. (Fela 18, 01:29:29)

50Le second objectif de la peine, tel qu’il transparaît dans les émissions, vise la dissuasion de tout risque futur. Quoique clairsemé, il apparaît un peu plus fréquemment que le précédent. Rassurés de leurs propres angoisses (voir ci-dessus) par l’arrestation et le défèrement devant la justice de l’accusé (a), plusieurs proches préconisent la protection des autres membres de la collectivité contre toute possibilité de récidive par l’auteur de l’homicide (a) voire par tout autre condamné pour des faits de même nature (b). La peine attendue suit ici une logique d’incapacitation, qu’elle vise la neutralisation ou le contrôle strict :

(a) [Peine : réclusion criminelle à perpétuité]. C’était important de mettre cet individu à l’abri de toute tentation et encore une fois, heu, loin de… de le mettre à l’abri de vos enfants. Et voilà, une certitude, c’est qu’il a été éloigné. (Fela 17, 01:26:47)

(b) [Peine : réclusion criminelle à perpétuité assortie d’une période de sûreté de 30 ans]. Pour moi, c’est fini hein, d’accord. Donc, il faut penser au prochain. Cet acte, il était inhumain, immoral, je peux dire, c’est même, on, c’est impensable de penser à cet acte-là. C’est un mec qui est sorti déjà de prison donc on ne veut plus qu’il ressorte hein. […] On veut tirer profit de notre expérience pour essayer de sauver quelques enfants. Si sur tous les enfants qui doivent être assassinés dans les mois, dans les années à avenir, on arrive à réveiller des consciences qui vont faire que quand on en attrape un, on l’a, on ne le relâche pas, ou on met les conditions pour l’avoir sous la main, le surveiller, il va y en avoir moins, des victimes hein. C’est ça qui est important. Qu’il y en ait de moins en moins. (Fela 8, 00:02:28 et 00:30:41)

51Quel que soit l’objectif présenté, le cadrage de la peine insiste sur une attente de privation de liberté prolongée (a), de préférence définitive (b, c) et en tout cas sans remise de peine (c) :

(a) [Peine : réclusion criminelle à perpétuité assortie d’une période de sûreté de 22 ans]. Notre objectif, c’est que la société soit à l’abri de ce type de prédateur le plus longtemps possible. (Fela 9, 01:33:24)

(b) [Peine : réclusion criminelle à perpétuité assortie d’une période de sûreté de 22 ans]. Ce que j’attends, c’est que l’assassin de [mon amie] aille en prison et n’en ressorte plus. Quand on me demande si je ressens de la haine... je réponds je n’en ai plus. Je l’ai mise de côté, c’est ce [qu’elle] aurait voulu, que je ne ressente pas de haine. (Fela 19, 01:09:57)

(c) [Peine : réclusion criminelle à perpétuité assortie d’une période de sûreté de 30 ans]. Voilà. Et il s’avère qu’on entend parler de gens qui peuvent ressortir, peuvent revivre… Eux, ils peuvent revivre. Alors ça, je ne l’admets pas. On doit garantir, ces gens-là, quand ils sont à perpétuité, condamnés à perpétuité, d’aller jusqu’au bout. (Fela 8, 01:11:24)

52Cependant, ce cadre de sens rencontre une version qui pourrait le défier. D’autres propos suggèrent en effet, justement, son inanité. D’abord, le jugement, pour certains proches, ne compense pas (a), voire avive (b), l’absence du défunt qui pèse toujours lourdement :

(a) [Peine : réclusion criminelle de 15 ans]. [À la lecture du jugement,] je me sens très mal et très malheureuse. Voilà, mais je l’aurais probablement été encore plus si elle avait été acquittée. […] C’est vrai que ça fait des années qu’on vit pour ça et on se dit mais, et alors ? Je veux dire, [mon frère] est mort, [il] est mort. […] Je me dis mais qu’est-ce que j’ai attendu ? C’est tout. Mais c’est vrai que je me dis après, 15 ans de prison, c’est une vraie peine. (Fela 2, 01:20:51)

(b) [Peine : réclusion criminelle à perpétuité assortie d’une période de sûreté de 22 ans]. [Durant le procès,] toutes les semaines, pour moi, [mon fils] était vivant. Parce qu’on, j’ai…, on a parlé de lui toute la semaine et c’est quand ça a été fini que ça a été violent. (Fela 24, 01:22:16)

53Et ensuite, quelques commentaires défendent la nécessité de dépasser les tourments et la souffrance, et de tourner la page :

(a) Mais on vit, on essaye de faire en sorte d’avancer. De mettre toute la haine de côté pour heu, pour avancer. (Fela 15, 01:02:42)

(b) Mais au moins, l’affaire est terminée et tous les gens impliqués peuvent aller de l’avant, commencer un nouveau chapitre de leur vie. Dans ce sens, c’était bien. (Fela 18, 01:29:29)

54De ces observations sur le cadrage de la peine, il ressort que l’émission Faites entrer l’accusé tend à mettre en exergue, quoique dans une série limitée de propos, l’idée d’une peine (pénale) infinie pour répondre à la peine tout aussi infinie ressentie par les proches de victime(s) d’homicide. Un tel cadrage, peu complexifié en raison de sa faible fréquence, met l’accent sur une peine afflictive à infliger au condamné ; de ce fait, l’idée de sanctions alternatives tend à être reléguée à des considérations d’arrière-plan (Pires, 2001). Sur cette base, une sentence nuancée, ou réhabilitative, voire restaurative, risquerait de paraître trop clémente.

55Le fait qu’une vision concurrente apparaisse dans les commentaires évoquant l’inanité de tout soulagement par la peine, est-il apte à défier ce cadrage sur une peine infinie et à ouvrir un espace de délibération chez les spectateurs ? Répondre à cette question demande de reprendre différentes observations de cette contribution. Le sens de la peine dans sa version afflictive, telle qu’elle ressort de nos observations, tend à s’ordonner autour de la souffrance de la victime (Gros, 2001). La vision concurrente, somme toute, ne dément pas cette optique : la question de la souffrance y reste centrale. En outre, l’importance du verdict s’insère, comme noté également, dans le cadrage prédominant des attentes des familiers. Celles-ci, centrées sur le besoin de comprendre ce qui s’est passé, visent précisément à apaiser la désolation et les tourments vécus. Autrement dit, la souffrance apparaît au cœur des différents cadres de sens repérés. Ce cadrage mobilisant le pathos, soit l’appel aux sentiments, à la passion et à l’émotion (Meyer, 2004), peut dès lors être considéré comme majeur dans les émissions examinées. À ce titre, l’inanité d’un soulagement par la peine ne peut même plus être considérée comme une vision concurrente.

6. En conclusion : reflets et effets du miroir « pathos »

56Le pathos est une dimension de la rhétorique visant à emporter l’adhésion de l’auditoire en faisant appel à des sentiments forts (Meyer, 2004). Ce moyen rencontre certes la technique médiatique qui favorise un choix ou une présentation de l’information qui soit apte à susciter une émotion (Marcotte, 2008 ; Neveu, 2019). II semble cependant que ce qui est en cause dans la perspective qui ressort de nos observations, ce n’est ni un choix des informations, ni une manière de les présenter, mais bien une orientation globale des propos des proches de victimes d’homicide. Ils contribuent tous en effet à mettre en exergue la question de la souffrance des familiers.

57Ce cadrage central peut attirer l’attention du téléspectateur sur certains aspects spécifiques de l’activité judiciaire pénale, ce qui est le principe de base de la mise à l’agenda qui fonde notre approche. En effet, d’une part, la dimension affective exerce un rôle important dans la construction des représentations sociales (Piermattéo, 2021). La souffrance mise en relief dans les émissions est donc apte à s’insérer dans les points de vue du public. Et d’autre part, le recours à la rhétorique du pathos favorise un jugement dans le chef du récepteur, à tendance manichéenne (Meyer, 2004). Ces points de vue sont donc dirigés vers une prise de position à tendance dichotomique envers l’intervention judiciaire. Comme nous l’avons déjà noté, cette dynamique n’implique pas que les téléspectateurs adhèrent nécessairement à la vision médiatique de l’institution judiciaire pénale. Mais elle leur suggère où regarder, à quoi penser (et non quoi en penser) (McCombs, Shaw, 1972). Les attentes non rencontrées des proches, les émotions qu’elles suscitent et les représentations défavorables à l’institution qui en émanent peuvent alors favoriser une mise à l’agenda des questions de fiabilité et de qualité de l’intervention judiciaire pénale.

58Suivant la perspective de la criminologie culturelle, nous allons donc explorer la salle des miroirs où les images de la réaction pénale, telles que présentées d’une part dans les magazines télévisés consultés et d’autre part dans les sondages « rebondissent les unes sur les autres » (Ferrell, 1999, 397). Sur la base de nos observations, nous avons ainsi dégagé quatre foyers de sens qui articulent (a) le sujet du pathos qui est au cœur du cadrage (b) l’attente des familiers, (c) les problèmes soulevés dans leur expérience de l’institution judiciaire et (d) l’orientation vers un thème de préoccupation qui émane des sondages à l’égard de cette institution. À cette schématisation, nous ajouterons brièvement quelques apports du savoir criminologique, qui participe également à la production d’images sur notre sujet ; il devient en effet intéressant à ce stade d’explorer les correspondances entre ce savoir et les résultats de notre étude. Si de nombreux auteurs se sont penchés sur la relation entre les victimes et le système pénal, nous n’évoquerons cependant ici que les travaux des auteurs qui, à notre connaissance, ont interviewé durant la dernière décennie, des proches de victimes d’homicide, que ce soit en tout ou en partie, et dont les constats concernent les foyers de sens présentés ci-dessous. Comme pour la revue des enquêtes sur l’opinion publique, nous nous limitons ici aux études produites en Occident francophone, cible principale de l’audience des magazines examinés.

59Premier foyer de sens. (a) Les tourments de l’incertitude dépeints par les proches (b) réclament de savoir ce qui s’est passé et qui en est le responsable. (c) Les écueils évoqués sont une investigation incomplètement menée, une orientation biaisée de l’enquête, ou encore un acquittement incompris voire offensant. (d) Les questions des moyens insuffisants, du manque d’indépendance des agents judiciaires, de l’inéquité dans le traitement des justiciables et de la distance de l’institution apparaissent comme une préoccupation dans les sondages.

60En ce qui concerne la souffrance des personnes, A. Lemonne (2012) met d’emblée en garde contre toute généralisation a priori : la souffrance et le traumatisme des victimes ne sont pas systématiquement de même intensité pour un même type de faits. C. Rossi (2014) tempère de son côté les critiques des proches envers l’activité judiciaire, en soulignant que les maladresses de la justice ne sont pas au cœur de leurs soucis. Ces deux bémols importants ne ressortent guère de notre étude, qui montre justement l’accent mis sur le pathos. Par ailleurs, J. Barbot et N. Dodier (2017) soulignent que pour les proches, l’intérêt principal d’une procédure pénale est l’attente de vérité et le verdict. A. Lemonne (2012) souligne à cet égard la compréhension imparfaite des procédures chez les victimes, ce qui peut contextualiser l’incompréhension d’un verdict d’acquittement.

61Deuxième foyer de sens. (a) Restituer au défunt son humanité est présenté comme un devoir pressant. (b) L’attente qui y correspond est de prendre une part active dans la recherche de ce qu’il a subi. (c) Un problème majeur évoqué à cet égard est la tendance à l’exclusion des proches de l’intervention judiciaire. En particulier, ceux-ci regrettent le faible partage de l’information par les autorités judiciaires et leur mise à l’écart des procédures d’enquête. (d) Le thème de la communication déficitaire avec les justiciables se retrouve dans l’opinion publique.

62Ce devoir envers le défunt a également été identifié dans la littérature. C. Rossi (2014) montre en particulier la pression que le proche ressent à son égard et les conséquences qui s’ensuivent. Il se sent en effet le représentant de la personne tuée. De ce fait, il ne peut en aucun cas laisser tomber les bras dans le cours des procédures, sous peine de sensation de lâcheté et d’insulte à la mémoire du disparu (Latreille, 2012 ; Rossi, 2014). Ce devoir pressant est donc également stressant et peut donc bien être considéré en tant que souffrance. Il induit une nécessité d’enquêter personnellement en complément de l’action de la justice, envers laquelle s’exprime une exigence tout aussi pressante. Une forte volonté de participation active aux procédures et une attente d’information tout aussi vive s’ensuivent (Rossi, 2014 ; Lemonne, 2012 ; Latreille, 2012). A. Lemonne (2012) précise à cet égard que les victimes demandent surtout une mise en œuvre sérieuse des moyens disponibles pour résoudre l’affaire, plutôt qu’une obligation de résultat. Cette nuance est importante car elle induit d’autant plus des attentes de dialogue et d’interaction avec les acteurs judiciaires sur les moyens déployés ; elle n’a cependant pas été identifiée dans notre corpus. Les lacunes communicationnelles de l’institution que les proches ont ressenties, sont constatées dans la littérature de même que dans nos observations et dans les sondages. P. Latreille (2012) pointe à cet égard les incompréhensions du langage juridique qui mettent sous tension la relation des familiers avec les magistrats. J. Barbot et N. Dodier (2017) renforcent ce constat en soulignant que le sens attribué à des termes juridiques par les proches et par les juristes ne se rejoint que très relativement. Cet élément n’est pas non plus mentionné par les proches dans les magazines visionnés (ce qui est sans doute prévisible) mais il se révèle utile pour contextualiser certaines de leurs difficultés communicationnelles avec l’institution judiciaire.

63Troisième foyer de sens (a) Un sujet de souffrance est la mise en suspens du deuil. (b) L’attente des proches est pourtant de tourner la page sur l’expérience dramatique de l’homicide. (c) L’obstacle soulevé est une durée fort longue de l’enquête, (d) à laquelle correspond d’évidence la préoccupation envers la lenteur de la justice trouvée au sein du public.

64Les nombreux espoirs et attentes des proches que l’intervention de la justice résolve leurs souffrances sont également soulignés par A. Lemonne (2012). Comme en contrepartie, J. Barbot et N. Dodier (2017) ainsi que P. Latreille (2012) relatent le vécu du parcours dans les procédures comme une épreuve longue et frustrante. C. Rossi (2014) pointe en outre que l’investissement des proches dans les procédures peut justement avoir comme effet de reporter la clôture de l’affaire, ce qui retardera d’autant le processus de deuil.

65Quatrième foyer de sens (a) La peine des proches de victime(s) d’homicide est infinie. (b) Y répond, dans nos observations, l’attente d’une peine tout aussi infinie, de préférence par l’emprisonnement. (c) Les proches perçoivent la libération conditionnelle et les remises de peine comme des entraves à cette exigence. (d) La préoccupation envers une clémence considérée comme inadéquate par une part du public y correspond.

66À cet égard, J. Barbot et N. Dodier (2017) constatent que la prison est souvent considérée par les proches comme la seule vraie punition. A. Lemonne (2012) observe en outre que l’imposition de la peine représente souvent, pour les victimes, un moyen de répondre à leur propre souffrance, et un espoir de la résorber. Certains proches peuvent ainsi, comme dans nos observations, retirer une satisfaction d’une peine d’emprisonnement sévère et longue (Latreille, 2012). Cependant, C. Rossi (2014) précise qu’ils n’expriment pas pour autant, de façon centrale et en majorité, un sentiment de vindicte, d’autant plus que le crime commis est à ce point ressenti comme irréparable que la justice pénale ne pourrait y répondre. Cette précision est intéressante puisque dans nos observations sur la peine, ce caractère irréparable ne tempère guère les attentes vindicatives. Par ailleurs, la relative incompréhension des procédures (Lemonne, 2012) et l’ignorance de mesures alternatives (Latreille, 2012) peuvent intervenir dans les attentes de peine, a fortiori de son incompressibilité.

67En mettant en relation nos observations avec les sondages, cette schématisation montre que les émissions examinées inscrivent effectivement à l’agenda des thèmes de préoccupations qui sont consistants avec la part défavorable des opinions sur l’institution judiciaire pénale qui ressort des sondages. La littérature scientifique rencontre également les thèmes de cet agenda, ce qui témoigne de l’ambition documentaire et non fictionnelle des productions télévisées que nous avons étudiées. Cependant, plusieurs résultats de ces recherches ne transparaissent pas dans nos observations. Ces absences deviennent significatives dans la mesure où elles voilent des nuances aptes à limiter la possibilité du recours au pathos ainsi que les jugements dichotomiques qui en résultent. Les recherches mentionnées modèrent en effet l’importance des attentes relatives à l’obligation de résultat, atténuent la centralité des critiques envers l’activité judiciaire, relativisent le sentiment de vindicte, et montrent l’interférence d’une compréhension incomplète des logiques juridiques et pénales dans les attentes sur la peine. Le constat de ces absences tend donc à étayer le cadrage principal que nous avons mis en lumière, centré sur le pathos, l’appel à des sentiments forts dénués a fortiori de nuances, visant à emporter l’adhésion de l’auditoire. La perspective de criminologie culturelle que nous avons adoptée a ainsi permis de montrer une voie subtile par laquelle les émissions télévisées consultées participent à l’orientation de la formation des images relatives à la justice pénale dans le public. Si la communion dans la souffrance est un trait culturel de notre époque (Gros, 2001), ses conséquences dans les messages médiatiques méritent d’être relevées et explorées davantage dans des travaux futurs.

Haut de page

Bibliographie

Baranauskas A.J., Drakulich K., 2018, Media Construction of Crime Revisited: Media Types, Consumer Contexts, and Frames of Crime and Justice, Criminology, 56, 4, 679-714.

Barbot J., Dodier N., 2017, Se confronter à l’action judiciaire, L’Homme, 223-224, 99-130.

Bartholeyns F., 2011, Chapitre XI. Expériences de probation : la justice pénale vécue comme trouble, in Vanhamme F. (dir.), Justice ! Entre pénalité et socialité vindicatoire, Montréal, Erudit, 170-187, [en ligne] https://www.erudit.org/fr/livres/hors-collection/justice-entre-penalite-socialite-vindicatoire--978-2-9813073-0-9/.

Bevier L., 2015, The Meaning of Cultural Criminology: A Theoretical and Methodological Lineage, Journal of Theoretical & Philosophical Criminology, 7, 2, 34-48.

Blais M., Martineau S., 2007, L’analyse inductive générale : description d’une démarche visant à donner un sens à des données brutes, Recherches qualitatives, 26, 2, 1-18.

Borah P., 2011, Conceptual Issues in Framing Theory: A Systematic Examination of a Decade’s Literature, Journal of Communication, 61, 246-263.

Boullier D., 2004, La fabrique de l’opinion publique dans les conversations télé, Réseaux, 126, 4, 57-87.

Bourdieu P., 1973, L’opinion publique n’existe pas, Temps modernes, 318, 1292-1309.

Bouvier G., 2019, Les traumatismes vicariants : définition, contexte et propositions de prise en charge, European Journal of Trauma & Dissociation, 3, 3, 163-169.

Boyadjian J., 2020, Désinformation, non-information ou sur-information : Les logiques d’exposition à l’actualité en milieux étudiants, Réseaux, 222, 21-52.

Bradford B., Myhill A., 2015, Triggers of Change to Public Confidence in the Police and Criminal Justice System: Findings from the Crime Survey for England and Wales Panel Experiment, Criminology & Criminal Justice, 15, 1, 23-43.

Bregman D., 1989, La fonction d’agenda : une problématique en devenir, Paris, Hermes, 1, 4, 191-202.

Brenni C., 2021, Questions d’opinions, Les Cahiers philosophiques de Strasbourg, 50, 173-203.

Cacciatore M.A., Scheufele D.A., Iyengar S., 2015, The End of Framing As We Know it… and the Future of Media Effects, Mass Communication & Society, 19, 1, 7-23.

Cartuyvels Y., Van Campenhoudt L., 2005, Comment étudier les attentes des citoyens à l’égard de la justice ?, in Parmentier S., Vervaeke G., Doutrelepont R., Kellens G. (Eds.), Public Opinion and the Administration of Justice, Bruxelles, Politeia, 33-49.

Chong D., Druckman J.N., 2007, Framing Theory, Annual review of political science, 10, 1, 103-126.

Cotter A., 2015, Mettre l’accent sur les Canadiens : résultats de l’Enquête sociale générale : La confiance du public envers les institutions canadiennes, Stat. Canada 89-652-X2015007, [en ligne] https://www150.statcan.gc.ca/n1/fr/catalogue/89-652-X.

Cretin L., 2014, L’opinion des Français sur la Justice, Infostat Justice, 125, [en ligne] http://www.justice.gouv.fr/art_pix/1_infostat125_20140122.pdf.

Conseil supérieur de la justice (CSJ), 2015, Rapport Baromètre de la Justice 2014, Bruxelles, [en ligne] https://csj.be/admin/storage/hrj/barometre-justice-2014.pdf.

De Fraene D., Lemonne A., Nagels C., 2005, Débats autour de la victime: entre science et politique, Revue de droit de l'ULB, 28, 1, 57-94.

Dowler K., Fleming T., Muzzatti S.L., 2006, La construction sociale du crime : les médias, le crime et la culture populaire, Canadian Journal of Criminology and Criminal Justice, 48, 6, 851-865.

Dupuis E., 2020, Les relations entre la police et le ministère public en Belgique. Recherche qualitative menée au sein d’une police locale, Mémoire de master en criminologie de l’intervention, Louvain-la-Neuve, UCL, Faculté de droit et de criminologie, [en ligne] http://hdl.handle.net/2078.1/thesis:26519.

Dzierlatka B., 2020, L’influence des médias sur la formation de la confiance du public en l’administration de la justice pénale, Les Cahiers de droit, 61, 1, 113-140, [en ligne] https://doi.org/10.7202/1068783ar.

Ferrell J., 1999, Cultural Criminology, Annual Review of Sociology, 25, 395-418.

Ferrell J., Hayward K., Brown M., 2018, Cultural Criminology, in Rafter N., Brown M. (Eds.), The Oxford Research Encyclopedia of Crime, Media, and Popular Culture, Oxford U. Press, [en ligne] https://oxfordre.com/criminology/page/crimemedia/the-oxford-encyclopedia-of-crime-media-and-popular-culture.

Ferrell J., Hayward K., Young J., 2015, Cultural Criminology: An Invitation, London, Sage.

Gros F., 2001, Les quatre foyers du sens de la peine, in Garapon A., Gros F., Pech T. (dir.), Et ce sera justice. Punir en démocratie, Paris, Odile Jacob, 17-138.

Hassenteufel P., 2010, Les processus de mise sur agenda : sélection et construction des problèmes publics, Informations sociales, 157, 50-58.

Ibrahim D., 2020, Perceptions du public à l’égard des services de police dans les provinces canadiennes, Stat. Canada, Juristat 85-002-X, [en ligne] https://www150.statcan.gc.ca/n1/pub/85-002-x/2020001/article/00014-fra.htm.

Kaciaf N., 2016, Critique des sondages. Des controverses scientifiques aux implications politiques, in Rambaud R., Andolfatto D. (dir.), L’opinion publique. De la science politique au droit, Bayonne, Institut Universitaire Varenne, Colloques & Essais, 13-26.

Kosicki G.M., 2006, Reviewed Work(s). Setting the Agenda: The Mass Media and Public Opinion by Maxwell McCombs, The Public Opinion Quarterly, 70, 1, 124-127.

Kuhn A., 2017, La juste peine selon la population et selon les juges. Résultats d’une triple étude empirique, Revue internationale de criminologie et de police technique et scientifique, 4, 17, 392-407.

Langelier R.E., 2006, L’influence des médias électroniques sur la formation de l’opinion publique : du mythe à la réalité, Lex Electronica, 11, 1.

Larchet K., 2019, La Justice pénale et ses critiques : analyse de l’opinion sur la Justice et les tribunaux dans le traitement de la délinquance. Exploitation des enquêtes Cadre de vie et sécurité, Grand angle, 50, [en ligne] https://www.ihemi.fr/sites/default/files/publications/files/2019-12/ga_50.pdf.

Latreille P., 2012, L’expérience des victimes : de la demande de justice au souci de régulation et de gestion des conséquences du crime, thèse de maîtrise en Criminologie, Ottawa, Université d’Ottawa, [en ligne] https://ruor.uottawa.ca/handle/10393/23591.

Lemarier-Saulnier C., 2016, Cadrer les définitions du cadrage : une recension multidisciplinaire des approches du cadrage médiatique, Canadian Journal of Communication, 41, 65-73.

Lemonne A., 2012, L’existence d'une socialité vindicatoire ? Tentative d'analyse à partir du discours des victimes, in Vanhamme F. (Ed.), « Justice ! » Entre pénalité et socialité vindicatoire, Montréal, Érudit, 81-98, [en ligne] https://www.erudit.org/fr/livres/hors-collection/justice-entre-penalite-socialite-vindicatoire--978-2-9813073-0-9/003009co/.

Lessart-Hebert M., Goyette G., Boutin G., 1997, La recherche qualitative. Fondements et pratiques, Paris, Bruxelles, De Boeck Université.

Marcotte P., 2008, La qualité du journalisme vue par ceux qui le pratiquent, Québec, Centre d'études sur les médias, Université de Laval, [en ligne] https://www.cem.ulaval.ca/wp-content/uploads/2019/04/qualitejournalisme.pdf.

McCombs M.E., Shaw D.L., 1972, The Agenda-Setting Function of Mass Media, The Public Opinion Quarterly, 36, 2, 176-187.

Meyer M., 2004, La rhétorique, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? ».

Milburn P., Mouhanna C., 2010, Présentation, Droit et société, 74, 7-16.

Nagels C., Vanhamme F., 2022, Wall Street à Hollywood : une perspective de criminologie culturelle visuelle, Criminocorpus, [en ligne] Crimes et criminels au cinéma, 1. Thèmes et figures, [en ligne] doi: http://journals.openedition.org/criminocorpus/10354.

Neveu E., 2019, Comment se fabrique (mal) l’information ?, in Fondation Copernic (dir.), Manuel indocile de sciences sociales. Pour des savoirs résistants, Paris, La Découverte, 450-460.

Noëlle-Neumann E., 1989, La spirale du silence. Une théorie de l’opinion publique, Hermès. La Revue, 4, 181-189.

Piermattéo A., 2021, Social Representations and Emotions: A Review of Effects in Two Directions, European Psychologist, Advance online publication, [en ligne] https://doi.org/10.1027/1016-9040/a000459.

Pilon J., 2019, La victime d’acte criminel : l'injustice d'une partie évincée du procès, Mémoire présenté en vue de l’obtention du grade de maîtrise en droit pénal, Montréal, Université de Montréal, Faculté de Droit, [en ligne] https://papyrus.bib.umontreal.ca/xmlui/handle/1866/24453.

Pires A.P., 2001, La rationalité pénale moderne, la société du risque et la juridicisation de l’opinion publique, Sociologie et sociétés, 33, 1, 179-204.

Presdee M., 2000, Cultural Criminology and the Carnival of Crime, Routledge, London.

Rossi C., 2014, Les proches des victimes d’homicide face à la justice : le grand malentendu, Les Cahiers de la Justice, 3, 3, 441-460.

Roy R., 2020, The Mass Media & Public Opinion: Analysing Media Effects vis-à-vis Public Opinion Formation, Journal of Arts, Humanities and Social Sciences, 394, 27-33.

Vanhamme F., 2020, Logiques ordinaires de régulation et recours à la police, Criminologie, 53, 1, 305-324.

Villez B., 2005, L’approche française de la série judiciaire, dans Séries télé : visions de la justice, Paris, PUF, 87-112.

Young J., Brotherton D.C., 2014, Cultural Criminology and its Practices: A Dialog between the Theorist and the Street Researcher, Dialectical Anthropology, 38, 117-132.

Haut de page

Notes

1 Nous ne notons pas le titre de l’épisode par discrétion, car il contient le nom de famille de l’interviewée.

2 Par « défiance », nous entendons le fait de ne se fier qu’avec prudence, par distinction avec « méfiance », soit le fait de ne pas se fier du tout : « le défiant craint d’être trompé ; le méfiant croit qu’il sera trompé » (https://www.lalanguefrancaise.com/dictionnaire/definition/defiance).

3 Bien que l’appartenance du ministère public à l’autorité judiciaire reste une question controversée en raison de questions sur son indépendance et son impartialité (Milburn, Mouhanna, 2010 ; Dupuis, 2020), nous l’incluons dans l’institution judiciaire étant donné que le statut judiciaire du procureur peut prêter à confusion dans la population (par ex. : Bartholeyns, 2011 ; Pilon, 2019).

4 Ces concepts ont un caractère polysémique et restent sujets à débat quant à l’espace conceptuel qu’ils couvrent selon les disciplines, discussion qui dépasse le cadre de cette contribution. Pour une revue théorique de leurs définitions, et en particulier celles de cadrage, voir notamment Cacciatore et al. (2015) et Lemarier-Saulnier (2016).

5 Borah (2011) rappelle qu’E. Goffman est l’un des initiateurs de ce concept de cadre. Il l’a défini comme un schéma interprétatif aidant à donner un sens à une suite d’événements.

6 Bien que les avocats des victimes parlent au nom de leur client, leurs commentaires n’ont pas été retenus aux fins d’analyse pour la raison que nous avançons.

7 Selon nos travaux précédents, le recours au système de justice pénale en cas d’acte criminalisable n’est en général mobilisé qu’en dernier ressort, et dans certaines circonstances face auxquelles la personne lésée se sent démunie. Voir Vanhamme (2020).

8 Pour Fela, la sélection de base retenait cinq épisodes par deux ans d’émissions : le premier et le dernier de l’année 1, et le premier, le dernier et celui du milieu de l’année 2, pour obtenir 50 épisodes. Dans Nelu, elle visait tous les épisodes sauf le dernier (50). Dans cette première liste, des ajustements et des compensations en nombre ont été effectués selon la disponibilité fluctuante des épisodes sur internet au Canada ; les émissions de la saison 16 de Fela n’étaient en outre pas disponibles au moment de ce premier échantillonnage. Ensuite, en raison du temps considérable nécessaire au visionnage des émissions et au recueil de données, la liste a été réduite en gardant une émission sur deux. Dans ce processus de réduction, nous avons de plus décidé de concentrer l’échantillon de Fela sur deux périodes (2000-2006 et 2013-2020).

9 Selon cette optique, les avis relatifs aux policiers et à leurs initiatives autonomes n’ont pas été inclus dans l’analyse, quoiqu’ils aient été notés dans le recueil de données pour éclairer le cheminement de l’affaire.

10 Plusieurs items peuvent avoir été cochés dans une même fiche, si le propos noté contient différentes idées signifiantes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Charlotte Bocian, Constance Lhoest et Françoise Vanhamme, « Opinion publique et institution judiciaire pénale : quel cadrage par les magazines télévisés ? »Champ pénal/Penal field [En ligne], 30 | 2023, mis en ligne le 25 février 2023, consulté le 13 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/champpenal/14225 ; DOI : https://doi.org/10.4000/champpenal.14225

Haut de page

Auteurs

Charlotte Bocian

Stagiaire de recherche, étudiante à la maîtrise en criminologie
Université d’Ottawa-Université catholique de Louvain
cboci014[at]uottawa.ca

Constance Lhoest

Stagiaire de recherche, étudiante à la maîtrise en criminologie
Université d’Ottawa-Université catholique de Louvain
clhoe039[at]uottawa.ca

Françoise Vanhamme

Professeure titulaire
Département de criminologie, Université d’Ottawa
fvanhamm[at]uottawa.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search