Navigation – Plan du site

AccueilTous les volumes30ArticlesLa confiance entre détenus et ses...

Articles

La confiance entre détenus et ses implications pour l’expérience carcérale à l’échelle individuelle

Une approche basée sur l’analyse de réseaux
Trust between inmates and its implications for the individual’s carceral experience: a social network approach
Fanny Mignon, Anne-Marie Nolet et Rémi Boivin

Résumés

Face aux défis qu’impose la vie en milieu carcéral, le développement de relations entre détenus est parfois perçu comme une stratégie d’adaptation afin de pallier les difficultés du quotidien. Dans ce contexte, nous proposons d’explorer l’intérêt des liens de confiance entre détenus, une avenue qui a pour le moment été peu explorée en raison de leur rareté dans ce contexte et des règles institutionnelles qui découragent leur développement. Le réseau de confiance de 59 individus avec leurs codétenus a été examiné à l’aide de mesures sociométriques. Les participants étaient répartis dans 14 secteurs de 2 établissements carcéraux provinciaux situés à Montréal (Québec), réservés à une population adulte masculine. Après avoir caractérisé la rareté des réseaux étudiés et la place que prennent les biais relationnels, des tests quantitatifs déterminent si la confiance est reliée aux conflits, aux problèmes relationnels et aux perceptions du climat de groupe tels qu’évalués par les participants. Les résultats indiquent que les relations de confiance n’entrainent pas davantage d’implication dans des conflits ou d’autres problèmes relationnels. En revanche, la confiance est liée au climat de groupe ressenti, car elle améliore notamment les sentiments de cohésion et de sécurité. Les implications pour la compréhension de la vie en détention sont discutées.

Haut de page

Texte intégral

1. Introduction

1Le pénitencier a été représenté comme un lieu social exceptionnel par les sociologues carcéraux (Sykes, 1958), tant en raison de l’incertitude, notamment temporelle, dans laquelle les gens sont placés (Chantraine, 2003 ; Chauvenet, Orlic, 2002 ; Combessie, 2009), que pour les différentes formes de violence subies par les détenus (Chauvenet et al., 2008). La perversité générée par l’écart entre une exigence de plus en plus forte de responsabilisation des détenus et leur perte drastique de contrôle et d’autonomie fragilise encore les plus vulnérables (Chantraine, 2003, 2004 ; Rostaing, 2009 ; Sykes, 1958), alors que chaque partie prenante se déresponsabilise par ailleurs progressivement de l’expérience vécue par les prisonniers (Cauchie, Chantraine, 2005 ; Chantraine, 2003 ; Vacheret, 2001). La volonté de maintien de l’ordre et de contention des personnes, qui prime encore toujours, se fait donc au détriment de sa considération en tant que lieu social (Chantraine, 2003 ; Rostaing, 2009). Cette négation est en soi violente pour les détenus, puisque l’institution réduit leur existence en tant qu’individus (Chantraine, 2003 ; Martuccelli, 2002). De façon inquiétante, les personnes qui s’adaptent le mieux à la détention deviennent donc ceux dont la réinsertion sera la plus difficile, illustrant par-là l’étendue de l’impact de l’institution au plan individuel (Chantraine, 2003 ; Petitgas, 2016) et l’impossible double mission des professionnels, qui doivent assurer leur exclusion tout en favorisant leur réinsertion (Chauvenet, Orlic, 2002 ; Combessie, 2009 ; Rostaing, 2009).

2Dans ce contexte, les relations se développent en réaction à la répartition du rapport de force entre gardiens et détenus (Chauvenet, Orlic, 2002), mais aussi avec une certaine hiérarchisation entre détenus, chacun adoptant des rôles sociaux correspondant au milieu ; les plus stratèges récupérant au passage des bénéfices par rapport à leurs codétenus, et les moins chanceux étant contraints d’adhérer à leur propre objectification (Chantraine, 2004 ; Combessie, 2009). Cette hiérarchisation relationnelle est sue de l’institution, qui l’a même instrumentalisée au Canada pour contraindre les détenus à choisir entre le soutien mutuel ou les avantages individuels (Chantraine, 2006). La sous-culture carcérale (Sykes, 1958 ; Combessie, 2009) se distinguerait donc notamment par des relations en détention empreintes de méfiance, autant de la part des détenus que de leurs gardiens (Chauvenet, Orlic, 2002), d’un équilibre relationnel fragile entre les détenus et les professionnels pour tenter de maintenir le calme par des stratégies adaptatives (Rostaing, 2009 ; Sykes, 1958), d’une disparition de l’opposition entre rationalité et comportements violents parmi tous ces protagonistes (Chauvenet et al., 2008), de l’intensité des différents types de relations qui se développent malgré tout dans ce contexte, autant négatives que positives (Petitgas, 2016) et de l’évitement des risques (Rostaing, 2009). Pour Sykes (1958), l’expérience carcérale dépend donc avant tout de l’expérience relationnelle des détenus, qui peut s’avérer drastiquement différente mais toujours conséquente en termes d’effets individuels.

3Quand elles sont positives, les relations que les détenus parviennent à créer peuvent par exemple diminuer le sentiment d’insécurité (Boyd, 2010), favoriser l’adaptation au milieu et aux règlements, et même améliorer les perspectives de réinsertion (Woo et al., 2016). Cet article vise à poursuivre le travail de compréhension des relations entre détenus en brossant un portrait de la confiance entre détenus afin de développer les liens entre la confiance et différentes dimensions de l’expérience carcérale.

2. Littérature

2.1. Les relations en détention

4Le contexte carcéral et les règlements qui l’encadrent participent à la raréfaction des liens entre détenus, intensifiée par la volonté de ces derniers de se distancer de leur expérience carcérale dès leur sortie de prison (Rengifo, DeWitt, 2019). Toutefois, face au peu de ressources disponibles au niveau institutionnel, les personnes incarcérées n’ont que le choix de s’isoler ou se tourner vers leurs codétenus (Denney et al., 2014 ; Hobbs, Dear, 2000). Certains auteurs suggèrent que les individus ont pour la plupart tendance à opter pour l’isolement (Crewe, 2011) puisqu’avec des risques de violence élevés (Barbosa, 2015 ; Elshout et al., 2017 ; Kennedy, Pronin, 2012), chercher une ressource en son codétenu paraît peu avantageux. L’isolement n’apparait pourtant pas comme une solution satisfaisante, puisqu’elle participe à empirer les problèmes individuels sur le court et long terme, notamment la dépression et l’anxiété (Daigle, Naud, 2012 ; Kubiak et al., 2012). À l’inverse, la création de liens est un moyen de surmonter ce milieu hostile et privatif (Sykes, 1958).

5Ainsi, dans les faits et malgré un contexte défavorable, la majorité des détenus ont recours à leurs pairs pour traverser la détention. En 2017, Schaefer et al. ont d’ailleurs constaté que 98 % des 205 personnes interrogées entretenaient au moins un lien de bonne entente avec un codétenu. Or, ces relations positives exercent une influence sur l’expérience carcérale des individus (DeBerry, 1994 ; Kreager et al., 2016), à la fois sur les plans psychologique et physique puisque les mieux intégrés s’en sortent avec une meilleure santé (Haynie et al., 2018). Ces liens, souvent perçus comme la seule ressource disponible (Denney et al., 2014 ; Hobbs, Dear, 2000), aident aussi les détenus à développer leurs habiletés sociales ; leur bénéficiant ainsi sur le long terme (DeBerry, 1994). Plusieurs auteurs se sont spécifiquement penchés sur les relations de soutien en détention, démontrant qu’elles favorisent l’adoption de comportements pro-sociaux, moins violents et plus respectueux des règlements (Cochran, Mears, 2013 ; Shanhe et al., 2005 ; Siennick et al., 2013 ; Woo et al., 2016). Sur le plan psychologique, le soutien entre codétenus aide ces derniers à surmonter les difficultés rencontrées pendant la période d’incarcération et à envisager plus facilement une réinsertion satisfaisante (Woo et al., 2016).

6Ces bénéfices qui émergent des relations positives en détention font écho à la théorie du soutien social développée par Cullen (1994), selon laquelle le soutien, au sens global, facilite la réduction des comportements délictuels et les risques de récidive des individus (Cullen, 1994 ; Woo et al., 2016). Par-là, Cullen rejoint d’autres grandes théories sur l’influence sociale et des concepts importants comme le capital social (Bourdieu, 1986) ; à la différence qu’il place le soutien comme central plutôt que périphérique au processus de changement pro-social. Sa conception du soutien ne se réduit pas au réseau de la personne ciblée, mais celui-ci compose l’une des trois grandes dimensions du soutien social, avec les relations significatives et l’appartenance à une communauté (Cullen, 1994 ; Woo et al., 2016). Dans cette conceptualisation, les relations significatives sont associées aux relations de confiance que la personne entretient avec son entourage. C’est cette approche criminologique qui est adoptée dans le présent article.

2.2. La confiance, par définition rare en détention

7Si la confiance fait partie intégrante de la théorie du soutien social de Cullen (1994) et que les liens positifs, quel que soit leur type, apparaissent positifs en détention, pourquoi la recherche s’intéresse davantage aux liens de soutien qu’à ceux de confiance quand il est question des relations en détention ? Pour comprendre pourquoi la confiance ne dispose que de peu de place dans la recherche dans ce contexte, il faut en comprendre le sens. Définir la confiance n’est toutefois pas chose simple puisqu’elle est étudiée dans plusieurs disciplines, qu’elle peut parfois apparaître comme un ensemble d’éléments distincts et qu’aucune définition n’a été reconnue théoriquement dominante (Kappmeier, 2016 ; Rotenberg, 2010). Toutefois, l’empirie qui s’intéresse à la confiance pour ses enjeux relationnels impose la définition proposée par Rousseau et al. en 1998 comme prépondérante. D’après eux, la confiance correspond à un état psychologique où une personne se fait des attentes positives par rapport à autrui ; se rendant ainsi intentionnellement vulnérable par rapport aux comportements ou aux intentions d’autrui. En plus d’être largement admise dans la littérature (Biruski, 2016 ; Long, 2017 ; Sztompa, 2016 ; Tjosvold et al., 2016), cette définition est intéressante pour deux raisons. D’abord, car elle rejoint l’idée que les individus en détention pourraient se lier en raison d’attentes positives précises (ex. augmentation du sentiment de sécurité, collaboration en vue du trafic). Ensuite, cette définition de la confiance mentionne l’idée de vulnérabilité et du risque associé à faire confiance.

8Le milieu carcéral n’est toutefois pas un terreau fertile pour l’apparition de relations de confiance. Par essence, cette institution prédispose à la prudence relationnelle et à la méfiance, tant envers les gardiens que les codétenus (Chauvenet et Orlic, 2002). Par ailleurs, plusieurs éléments individuels la conditionnent, tels que l’âge, le genre ou l’expérience passée, qui agissent sur la propension des personnes à faire confiance (Zeffane, 2018), tout comme le style d’attachement développé dans l’enfance (Vaughn, 2012). Les perceptions individuelles vont aussi impacter cette propension, puisque le contrôle de soi dégagé par autrui peut par exemple déterminer s’il est perçu comme une personne de confiance (Righetti, Finkenauer, 2011). Or, en retirant aux individus le contrôle de leurs actions, leur pouvoir de décision et la prévisibilité du futur, l’institution carcérale enlise les individus qui y sont maintenus dans un sentiment d’impuissance (Chantraine, 2003 ; Goodstein et al., 1984). La détresse qui en découle, couplée à la confrontation à de multiples formes de violences relationnelles caractéristiques du milieu (Chauvenet et al., 2008), tendent donc au développement de symptômes dépressifs chez les personnes détenues, qui peuvent effectivement altérer leur contrôle d’eux-mêmes (McMurran, Christopher, 2009 ; Remster, 2014 ; Steiner, Meade, 2016). À l’inverse, les humeurs positives rendent les individus plus propices à faire confiance (Lount, 2010) : on comprend donc que la confiance s’observe contre toute attente en détention.

2.3. Intérêts à la confiance en détention

9Si la confiance est supposée plus rare en contexte carcéral, pourquoi s’y attarder ? D’abord, car les bénéfices potentiels sont grands. En effet, en contexte ouvert, la confiance est généralement associée à un meilleur capital social pour les individus (Kozyreva, 2009) et rend les individus plus ouverts et réceptifs aux apprentissages (Lumineau, 2015 ; Molleman et al., 2007), ce qui est souhaitable si l’on veut engendrer un changement chez les détenus. De plus, la confiance est aussi indicatrice d’un plus grand bien-être des personnes qui en jouissent (Mironova, 2015), ce qui peut s’avérer utile pour diminuer les symptômes anxieux et dépressifs chez les détenus, qui ont tendance à adopter une attitude de défiance envers l’aide proposée par l’institution carcérale. En effet, la distance avec les gardiens, intrinsèquement reliée à la liberté dont ils jouissent par rapport aux personnes qu’ils surveillent, participe à développer entre ces deux groupes une communication fermée, voire hostile, faisant écho à l’enfermement physique subi, et ce indépendamment de la bienveillance de certains professionnels (Chauvenet, Orlic, 2002 ; Crewe, 2011 ; Nicollet, 1972 ; Hobbs, Dear, 2000).

10Par ailleurs, la confiance permet de favoriser un climat de groupe positif, lui-même associé à de meilleures perspectives de réinsertion (Gendreau, Boscoville, 2003 ; Mignon, Ouellet, 2022 ; van der Helm et al., 2011). Or, le climat de groupe est beaucoup moins favorisé dans un environnement carcéral que dans d’autres types de milieux restrictifs, tels que les unités de soins psychiatriques (Reading, Ross, 2020 ; Schalast et al., 2008 ; Schalast, Laan, 2017 ; Tonkin, 2016 ; Williams et al., 2019). Au sein des différents outils d’évaluation du climat de groupe (Moos, 2007 ; van der Helm et al., 2011 ; Schalast, Laan, 2017), la confiance n’est pas comptabilisée comme un critère à part entière mais est reconnue pour participer à la qualité de l’atmosphère qui caractérise le réseau (Van der Helm et al., 2011). Elle se retrouve dans la sphère relationnelle qui participe au climat de groupe au sens de Moos (2008), à l’origine des premières mesures célèbres dudit climat. Au vu de la relative juxtaposition entre ces deux notions, il apparaît donc logique de se questionner quant au lien qui peut être fait, en milieu carcéral, entre l’apparition de liens de confiance entre détenus et une amélioration de leur perception du climat social.

11Finalement, il est possible de croire que l’influence négative reconnue entre pairs criminalisés devrait être présente dans les mêmes proportions, sinon plus, à l’intérieur de la détention qu’à l’extérieur, et que les liens de confiance entretenus seraient néfastes pendant mais aussi après le séjour des détenus, leur créant un réseau d’opportunités criminelles. Toutefois, sous la contrainte des contrôles formel et informel de l’environnement (Caldwell, 1956), les liens créés en contexte carcéral ont une force plus faible que les liens créés à l’extérieur de la détention (Rengifo, DeWitt, 2019). La théorie des liens faibles de Granovetter (1973) montre que ce type de liens peut être profitable au capital social des individus en leur donnant accès à une plus grande variété de ressources potentielles (Aral, 2016 ; Borgatti, Feld, 1994 ; Weng et al., 2018) pendant le temps qui est nécessaire, en fonction des besoins des individus. On pourrait donc associer ces liens de confiance en détention à des liens faibles, utiles pour répondre aux défis psychologiques représentés par l’incarcération, tout en restant contextuels à la durée de placement (Rengifo, DeWitt, 2019). Par ailleurs, argumenter que les liens de confiance en détention peuvent être considérés comme des liens faibles les rapproche davantage des liens de soutien définis dans la théorie de Cullen (1994), où ces derniers participent à faciliter l’expérience individuelle vécue pour le contrevenant.

12L’autre intérêt d’étudier la confiance en milieu carcéral n’est pas issue de ses effets potentiellement bénéfiques, mais des risques induits pour les personnes impliquées dans ce type de relations, qui pourraient entraîner des conséquences lourdes dans ce type de milieu, et qu’ils cherchent eux-mêmes à anticiper (Rostaing, 2009). En pratique, ce risque relié à la vulnérabilité induite par la relation de confiance se concrétise par des relations non-réciproques. Elle se perçoit aussi à travers les erreurs de perception que commettent les individus, qui peuvent percevoir à tort que la relation de confiance qu’ils entretiennent est réciproque. Non seulement le risque de déception est fort, mais il est répandu, puisque les individus peuvent facilement sous ou surestimer leur place et leurs connexions dans un réseau donné, et ce d’autant plus dans des milieux restrictifs de liberté dédiés aux personnes contrevenantes, où la méfiance relationnelle inhérente et les enjeux de pouvoir, même entre détenus, biaisent a priori la communication (Chantraine, 2004 ; Chauvenet, Orlic, 2002 ; Combessie, 2009 ; Kumbasar et al., 1994 ; François et al., 2018 ; Mignon, Ouellet, 2022). Les risques reliés à cette vulnérabilité pourraient donc entrainer des conséquences accrues en contexte carcéral, puisque le milieu est empreint de violence interpersonnelle.

13Sachant que la violence est un enjeu majeur pour les décideurs du milieu carcéral aujourd’hui, il serait erroné d’étudier les liens de confiance sans contrôler leur potentiel rapport avec les liens de conflits et les agressions dans les secteurs. En effet, si les liens de confiance pourraient réduire l’insécurité ressentie à travers le climat social, on peut se questionner quant aux conflits engendrés, que ce soit par système de vengeances et d’alliances entre détenus, ou par les tensions issues de perception déçues. Il faut toutefois distinguer conflit avec et sans violence. En effet, à l’extérieur de la détention, la confiance apporte son lot de conflits, simplement car un environnement de confiance, sécurisant, facilite l’expression des désaccords dans les relations interpersonnelles (Curseu, Schruijer, 2010). Pour Forrester-Jones (2006), ces interactions conflictuelles en milieu de détention adolescent font partie d’un processus sain d’adaptation au système pénitencier, et devraient être encadrées plutôt que réprimées, afin qu’elles se fassent de façon adéquate (Skarbek, Freire, 2017). Il faut donc garder à l’esprit cette distinction entre les conflits au sens de désaccords par rapport aux idées ou aux valeurs, et les conflits qui mènent à des actions violentes, qui préoccupent le milieu carcéral. Cette idée de prévention de conflits violents, issus de trahisons d’un lien de confiance, justifie aussi la pertinence de l’étude de ce type de liens pour éclairer les milieux concernés.

3. Problématique

14Aujourd’hui, les milieux carcéraux découragent logiquement le développement de liens significatifs entre les détenus puisque les liens positifs entre contrevenants sont reconnus pour empirer la gravité et/ou la fréquence de leurs actes délictuels. Les liens de confiance ne font pas exception à la règle, mais ils ont des vertus qui pourraient s’avérer utiles aux détenus aux prises avec des difficultés d’adaptation. En effet, le milieu carcéral possède des caractéristiques structurelles propices au développement ou à l’aggravation de problèmes individuels, amoindrissant les chances de réinsertion des personnes. Or, recevoir des liens de confiance de la part de son réseau lors d’une période d’incarcération augmenterait l’espoir de la personne dans ses chances de réinsertion futures (Cid et al., 2021 ; Kras, 2014 ; Shanhe, Winfree, 2006). Indirectement aussi, la confiance pourrait s’avérer positive pour les individus évoluant en milieu carcéral, puisque ces relations leur permettraient d’améliorer leur expérience relationnelle, qui se traduirait par un meilleur ressenti du climat de groupe.

15Dans ce contexte, la question se pose quant à la prépondérance et à l’impact des liens de confiance entre détenus sur d’autres enjeux relationnels microsociaux, tels que les problèmes relationnels et la perception du climat social dans les unités. Notre premier objectif sera de brosser un portrait descriptif des liens de confiance. Ensuite, nous explorerons leur impact sur les problèmes relationnels vécus par les détenus dans les unités et sur le climat de groupe de celles-ci. Finalement, une discussion s’ouvrira sur les enjeux qui découlent des résultats obtenus pour le milieu carcéral.

4. Méthodologie

16Afin de rencontrer nos objectifs, la méthodologie employée s’appuie majoritairement sur des analyses de réseaux. Cette méthodologie consiste à mettre au second plan les analyses de variables individuelles pour plutôt considérer les relations qui se tissent entre les personnes d’un milieu donné (Morselli, 2009 ; Scott, 2017).

4.1. Collecte de données et échantillon

17Les données ont été recueillies au sein de 16 secteurs de deux établissements de détention de niveau provincial, Rivière-des-Prairies et Bordeaux, hébergeant des hommes adultes condamnés à des peines d’incarcération de deux ans moins un jour en vertu du Code Criminel, ou prévenus en attente de leur jugement. Ces pénitenciers situés à Montréal connaissent donc un va-et-vient important d’individus, dont la majorité ne reste que quelques mois. En tout, 59 détenus ont volontairement participé à la recherche. Le consentement des détenus volontaires à participer à la recherche avait été obtenu par écrit au préalable par l’intermédiaire d’une personne ressource dans les établissements ciblés. Si la méfiance par rapport à l’institution est répandue chez les détenus, elle a pu être exacerbée dans le cadre de cette récolte de données, puisqu’une partie a été faite par téléphone, les chercheurs n’ayant pas été admis pour des visites en raison de la pandémie de COVID-19 ; pandémie qui a durci encore les conditions de la détention et l’isolement des prisonniers (OMCT, 2022). Parmi ces participants, 28 étaient prévenus, 27 étaient détenus et 4 individus possédaient un autre statut. Aucun type de délit commis n’est plus ressorti que les autres parmi notre échantillon, même si les crimes impliquant de la violence (n = 24), de la prédation lucrative (n = 23) ou des délits de marché (n = 21) étaient souvent représentés. Une majorité de personnes interrogées (n = 40) avait aussi commis d’autres types de délits (comme ceux reliés à de la consommation ou des bris de condition).

4.2. Questionnaire

18Le questionnaire utilisé a été d’abord développé dans des recherches antérieures (François et al., 2018 ; Morselli et al., 2016 ; Morselli, Tremblay, 2010), puis il a été ajusté au contexte carcéral afin de permettre des entrevues plus courtes. Il était composé de six sections, dont trois sont utilisées dans cet article. La première section concerne les caractéristiques sociodémographiques des participants. Le temps accordé à cette section a été réduit puisque certaines informations (ex. date de naissance, antécédents judiciaires) ont été trouvées directement dans le dossier des participants. La deuxième section se centre sur le climat social de l’unité tel que perçu par l’individu. Le climat social a été mesuré à partir de la conceptualisation établie par Schalast et al. (2008), révisée pour le milieu carcéral en 2010 (Schalast, Laan, 2017) à travers l’outil de mesure nommé EssenCES, qui identifie à travers 15 questions les trois dimensions principales pour l’identification du climat social. Ces dimensions sont la cohésion du groupe, le sentiment de sécurité et le lien thérapeutique avec le personnel du milieu. Chaque dimension regroupe cinq questions auxquelles les répondants indiquent, selon une échelle de type Likert, leur degré d’accord de 0 (pas du tout en accord) à 4 (tout à fait en accord). La troisième section invite les participants à évaluer les relations entretenues avec leurs codétenus sur la base notamment de la présence (ou l’absence) de liens de confiance, de conflit, et l’occurrence d’agressions verbales et/ou physiques. Les participants devaient estimer les deux premiers types de relation à partir d’une échelle de type Likert, allant de 0 (pas du tout d’accord) à 3 (tout à fait d’accord), par rapport à chacun de leurs codétenus, puis attester ou contester de l’occurrence d’agressions antérieures. Ils devaient également estimer qui leur faisait confiance ou au contraire se considérait en conflit avec eux.

4.3. Opérationnalisation

19À partir des données relationnelles de confiance et de conflit récoltés, les relations ont été dichotomisées de sorte que les liens cotés 0 ou 1 (pas du tout et peu en accord par rapport à la présence dudit lien) ont été comptabilisés comme une absence de liens (cotée 0), alors que les liens cotés 2 et 3 (assez et très en accord) ont été retenu comme une présence de liens (cotée 1). Cela a par la suite facilité la création de 6 variables individuelles reliées à la confiance et utiles aux analyses pour les participants.

20La centralité InDegree est une donnée normalisée qui consiste à faire le rapport entre le nombre de liens reçus par une personne et le nombre de liens possibles en fonction du nombre d’acteurs dans le réseau. Elle représente ainsi la tendance d’une personne à recevoir de la confiance de la part de son réseau. Variant de 0 à 1, elle a été convertie de 0 à 100 en vue des analyses. Plus le score d’un individu se rapproche de 100, plus cet individu a tendance à attirer la confiance de son unité. Au contraire, plus son score est proche de 0, moins l’individu a tendance à recevoir ce type de liens.

21La centralité OutDegree est aussi une donnée normalisée, calculée en faisant le rapport entre le nombre de liens donnés et le nombre de liens possibles en fonction du nombre d’acteurs dans le secteur. Elle représente la tendance d’un individu à émettre des liens de confiance à son unité. Elle varie de 0 à 1 et a été convertie de 0 à 100 en vue des analyses statistiques. Plus elle est proche de 100, plus un individu a tendance à émettre des liens de confiance aux autres, et vice-versa.

22Le taux d’erreurs de perception a été calculé à partir des différences existantes entre les liens perçus par les individus et les liens qu’ils recevaient réellement, ramenés en pourcentage par rapport à la totalité des liens possibles. Ce calcul correspond à la formule suivante :

23Ainsi, dans un réseau de 5 personnes, où chaque individu a 4 liens de confiance possibles, si la personne interrogée pensait recevoir un lien de confiance qui ne lui était pas donné de la part d’un codétenu (1ère erreur de perception), et qu’elle ne pensait pas par ailleurs recevoir un lien de confiance qui lui était en fait envoyé de la part d’un autre codétenu (2ème erreur de perception), tout en percevant correctement ne pas entretenir de relation de confiance avec les deux individus restants (0 erreur de perception) ; alors le taux correspondant d’erreurs de perception revenait à : 2/4*100 = 50 %.

24Les autres données reliées à la confiance concernent le nombre réel de liens de confiance justement estimé, sous-estimé et surestimé.

  • 1 Définies aux participants comme « une opposition de sentiments, d'opinions entre vous et cette pers (...)

25Deux autres variables individuelles ont été créées en fonction des liens de conflit rapportés, soit la présence de conflits et la présence de problèmes relationnels. Peu de relations de conflit1 ont été rapportées. Conséquemment, la variable qui apparaissait la plus pertinente à retenir était la variable dichotomique de présence de conflits dans le réseau d’un participant (0 = non, 1 = oui), puisque l’immense majorité de ceux qui rapportaient des conflits n’en rapportaient qu’un seul. À partir des relations de conflit mentionnées par les individus, mais aussi des altercations et des agressions physiques, une variable dichotomique nommée “présence de problèmes relationnels” a été construite pour chaque participant. Si l’individu était concerné par l’une des trois composantes de cette donnée, alors la présence de problèmes relationnels était cotée positivement (oui = 1), et elle était autrement considérée nulle (0).

  • 2 L’échelle adressant la cohésion entre détenus correspond aux items suivants : « les personnes incar (...)
  • 3 L’échelle adressant le sentiment de sécurité se compose des items suivants : « des situations vraim (...)
  • 4 L’échelle visant le soutien reçu du personnel correspond aux items suivants : « dans ce secteur, le (...)

26Plusieurs échelles ont aussi été construites à partir du climat de groupe afin de mener nos analyses. Il peut se diviser en trois dimensions, composées chacune de cinq variables, formant ainsi trois échelles indépendantes : la cohésion entre détenus2 (⍺ de Cronbach = 0,814), le sentiment de sécurité3 (⍺ de Cronbach = 0,739) et le soutien reçu par des membres du personnel4 (⍺ de Cronbach = 0,693). À noter que les items qui adressent le sentiment de sécurité ont vu leur cote renversée afin qu’un score élevé dans l’échelle représente un sentiment qui penche davantage vers la sécurité que l’insécurité. De ce fait, plus les scores sont élevés dans chacune de ces dimensions, plus cela est bénéfique pour le climat social ressenti par les participants au sein de leurs unités.

4.4. Analyses

27Les analyses utilisées sont quantitatives. La première section de nos résultats se centre sur les dynamiques de confiance dans les unités. Les démarches se centrent avant tout sur des analyses descriptives des liens de confiance et des erreurs de perception qui y sont associées. Les corrélations possibles entre la centralité de confiance InDegree et OutDegree des individus avec leur taux d’erreurs de perceptions ont été testés à l’aide du Rho de Spearman, puisque les variables en jeu présentaient en majorité des distributions asymétriques positives.

28La seconde partie des analyses tentait plutôt d’identifier d’éventuels liens entre les éléments de confiance qui caractérisent les participants et l’existence de problèmes relationnels. Nous commençons par comparer si le groupe d’individus qui rencontre des problèmes relationnels est caractérisé par des centralités de confiance et des erreurs de perception de confiance significativement différentes du groupe de détenus qui n’a pas ce genre de difficultés. Pour ce faire, des tests U de Mann-Whitney ont été menés, car la distribution des variables est asymétrique positive. De ce fait, les médianes de chacun des deux groupes sont présentées plutôt que leurs moyennes. Par la suite, les problèmes relationnels sont décomposés selon leur nature : conflits, altercations physiques et agressions. De là, la proportion des problèmes de chaque type a été recensée et comparée aux centralités de degré et aux erreurs de perception de confiance. L’objectif était de vérifier si une place plus importante dans le réseau de confiance ou un degré élevé d’erreurs de perception pouvaient être associés à davantage de risques relationnels. Le tout a été testé avec une corrélation fondée sur le Rho de Spearman en raison de l’asymétrie des distributions de variables. Le même calcul a été fait en lien avec le nombre brut de problèmes relationnels mis en commun, quel que soit leur type.

29La troisième partie de notre démonstration s’est quant à elle centrée sur les liens potentiels entre les données de confiance des participants et leurs perceptions par rapport aux trois dimensions qui composent le climat de groupe. Les tests de corrélation se sont appuyés sur le Rho de Spearman, puisque la distribution de la majorité de nos variables est asymétrique positive.

4.5. Limites

30Plusieurs points viennent contraindre les analyses effectuées ainsi que leur interprétation et leur portée. Il faut d’abord considérer que les 59 participants sont répartis dans des réseaux incomplets, puisque dans chacun des 14 secteurs où la recherche a été proposée, 47 à 88 % des détenus ont refusé de participer à la recherche, illustrant peut-être la méfiance structurelle qui règne dans l’institution envers celle-ci et parmi les acteurs qui y évoluent. D’ailleurs, le clivage entre les remarques de certains participants, allant de « c’est familial comme ambiance » à « It’s like a farm, like animals », peut remettre en question la représentativité de l’échantillon, et la difficulté de représenter la complexité des relations en jeu, qui se reflète dans ces perceptions diamétralement opposées, à travers une méthode quantitative ; complexité que cet article ne prétend pas saisir par ailleurs puisque sa méthodologie ne le permet pas. En termes d’analyse de réseaux spécifiquement, la critique principale relative à cette faible participation tient au fait que les données de centralité sont relatives aux réseaux de participants, et non aux réseaux complets. De ce fait, bien que les centralités soient des données normalisées, elles ne reflètent pas forcément la réalité de l’individu au sein de l’ensemble de son unité, mais plutôt avec les autres participants de son secteur.

31Toujours par rapport à l’échantillon, il est important de mentionner que peu d’individus recensaient au moins un conflit (n =5) ou au moins un problème relationnel (n =8) avec d’autres participants de leurs secteurs, de sorte que la seconde partie de notre argumentaire se fonde sur des cas potentiellement anecdotiques et devrait être considérée comme sujet à de plus amples vérifications et pistes de réflexion.

32Sur le plan des analyses, il faut rappeler que les variables de sous-estimation, surestimation et estimation juste des liens de confiance, de même que le nombre total de problèmes relationnels, sont des chiffres réels et non normalisés, c’est pourquoi ils sont peu utilisés au travers de l’étude et doivent être interprétés avec précaution.

33De façon générale, l’échantillon est relativement restreint une fois les individus seuls dans leur secteur supprimés de la base de données (n =56), de sorte que la généralisation de nos résultats s’en trouve limité et ce, malgré le fait que les participants appartenaient à plusieurs secteurs de deux établissements carcéraux différents. L’argumentaire doit donc être perçu comme davantage exploratoire et aspire à amener des éléments de compréhension sur les réseaux en milieu carcéral.

5. Résultats

34Les résultats sont présentés en trois parties. D’abord, les réseaux de confiance entre détenus sont décrits. Ensuite, les risques qu’entraine la confiance par rapport aux conflits et autres problèmes relationnels sont explorés. Finalement, les relations de confiance entre codétenus sont analysées en lien avec le climat de groupe, réputé généralement faible dans ce type de milieux.

5.1. Portrait de la confiance en milieu carcéral

35Un premier constat qui se dégage des analyses est que la confiance entre personnes incarcérées est rare. Parmi les participants interrogés, la majorité n’entretient aucun (36,5 %) ou un seul (36,5 %) lien de confiance avec les autres résidents de son unité. De plus, 63,5 % des participants ne reçoit aucun lien de confiance de la part des autres.

36Si les liens de confiance sont généralement peu présents, les erreurs de perception des liens de confiance sont assez élevées. En effet, moins de la moitié des détenus sondés (38,5 %) ne commettent pas d’erreur quant à la confiance qu’ils perçoivent recevoir de leurs pairs. Les 61,5 % sondés restants se caractérisent en revanche par un taux d’erreur variant de 11 à 100 %. 11,9 % des contrevenants interrogés se trompent sur au moins 50 % des liens de confiance reçus. Parmi ces détenus relationnellement biaisés, dont les distorsions font écho à la neutralisation institutionnalisée de l’expression individuelle et aux tensions communicationnelles avec les professionnels du milieu (Chantraine, 2004 ; Chauvenet, Orlic, 2002), seuls 12,8 % ignorent un ou deux liens qu’ils reçoivent ; les cas de sous-estimation sont donc peu répandus. En fait, les erreurs de perception s’accordent davantage avec une certaine surestimation du réseau de confiance, puisque 43,6 % des détenus estiment recevoir entre 1 et 9 liens de plus que ce qu’ils reçoivent réellement. Les cas de sous-estimation de confiance sont donc plus rares et plus nuancés en proportion d’erreurs de perception que les cas de surestimation.

37La crainte qui se fonde sur l’utilisation des réseaux relationnels pour faciliter les activités illégales en détention est récurrente dans ce type de milieu (Kreager et al., 2016 ; Skarberk, 2014). Cela dit, nos résultats nuancent la dangerosité de ces réseaux de confiance par rapport à la facilitation de telles activités. En effet, les participants pouvaient ressortir centraux soit parce qu’ils reçoivent beaucoup de confiance, soit parce qu’ils en émettent plus que leurs pairs. Dans les deux cas, ces individus ont une vision erronée de leur réseau, que ce soit parce qu’ils surestiment ou sous-estiment leurs relations. Précisément, l’augmentation des liens de confiance émis aux autres participants (centralité OutDegree) est directement associée à une augmentation de leur proportion d’erreurs de perception et au nombre de liens qu’ils surestiment (Tableau I). En parallèle, les individus qui reçoivent davantage de liens de la part des autres participants (centralité InDegree) cumulent plus de liens de confiance sous-estimés que les autres participants de la recherche, même si leur taux d’erreurs de perception ne se distinguait pas des autres (Tableau I).

Centralité de confiance

n

OutDegree émis vers participants

OutDegree émis vers unité

InDegree reçus des participants

Proportion d’erreurs de perception

51

0,419**

0,164

0,231

Nombre de liens surestimés

52

0,398**

0,098

-0,031

Nombre de liens justement estimés

52

-0,215

-0,209

-0,017

Nombre de liens sous-estimés

52

0,053

0,004

0,504***

*p<,05 ; **p<,01 ; ***p<,001

Tableau I – Erreurs de perception en fonction des centralités InDegree et OutDegree

38De ce fait, on ne devrait pas s’attendre à ce que les individus les mieux intégrés soient problématiques quant aux profits qu’ils pourraient tirer de leurs relations, car les erreurs de perception des personnes les plus intégrés empêchent potentiellement la bonne circulation de l’information, amoindrissant d’office les bénéfices pouvant être exploités du réseau.

5.2. Confiance et problèmes relationnels

39La section précédente a permis de constater que la confiance est rare dans les réseaux à l’étude mais que les erreurs de perception sont fréquentes. Cela ne cause-t-il pas un risque en termes de conflits et de problèmes relationnels ?

40Globalement, peu de problèmes relationnels ont été recensés. En effet, 91 % des contrevenants interrogés ne rapportent aucun conflit, 94,6 % des participants rapportent ne jamais avoir été victimes d’une agression physique et 85,7 % n’ont jamais vécu d’altercation physique au sein de leur secteur. Ainsi, 80,4 % des individus interrogés étaient exempts de tout problème relationnel, quel qu’en soit le type, au sein de son unité.

41On pourrait s’attendre à ce que les individus qui entretiennent des réseaux de confiance plus importants ou qui commettent plus d’erreurs de perception vers une surestimation de liens, aient tendance à connaître plus de problèmes relationnels que les autres afin de défendre leur place dans le réseau et le prestige ou le pouvoir qui peut y être associé (Castelfranchi et al., 2006). Or, les données employées ne permettent de déterminer que les différences de médianes sont significatives au niveau des centralités InDegree et OutDegree de confiance et des erreurs de perception entre les individus qui connaissent au moins un problème relationnel et les autres (Tableau II). Même constat pour ceux qui entretenaient au moins un conflit dans leur réseau et les autres (Tableau II).

Indices de confiance

Médiane des participants selon le nombre de problèmes relationnels

Médiane des participants selon le nombre d’implications dans des conflits

0 problème

1 problème ou +

U M-W

Sig

0 conflit

1 conflit ou +

U M-W

Sig

OutDegree confiance réseau

5,6

n =45

16,1

n =8

237,000

n =53

0,163

6,7

n =48

7,1

n =5

126,500

n =53

0,848

OutDegree confiance participants

0

n =44

12,5

n =8

222,000

n =52

0,254

0

n =47

0

n =5

128,500

n =52

0,740

InDegree confiance participants

0

n =44

0

n =8

196,500

n =52

0,610

0

n =47

0

n =5

98,500

n =52

0,566

Proportion erreurs de perception confiance

21,11

n =44

50

n =8

199,500

n =52

0,558

23,61

n =46

50

n =5

115,000

n =51

1,000

Tableau II – Caractéristiques des liens de confiance en fonction de la présence de problèmes relationnels dans le réseau interne

42La proportion des différents types de problèmes relationnels vécus par chaque individu n’était pas non plus corrélée avec une variation particulière en ce qui concerne les centralités de confiance ou les erreurs de perception qui pouvaient y être associées (Tableau III).

n

Proportion de relations de conflits

Proportion d’altercations physiques

Proportion d’agressions physiques

Nombre de problèmes relationnels cumulés

Centralité OutDegree vers réseau

53

-0,012

0,208

0,053

0,208

Centralité OutDegree vers participants

52

-0,022

0,218

0,112

0,203

Centralité

InDegree reçue participants

52

0,000

0,247

-0,147

0,080

Proportion d’erreurs de perception

51

-0,016

0,148

0,179

0,090

*p<,05 ; **p<,01 ; ***p<,001

Tableau III – Données de confiance en fonction des problèmes relationnels

43On constate donc que les données de confiance de notre échantillon ne se différencient pas selon la présence de problèmes relationnels. Ces conclusions montrent que l’intégration au réseau de confiance n’est pas systématiquement un gage de problèmes relationnels. Certains pourraient s’étonner de ce résultat, mais il faut rappeler que les erreurs de perception des détenus les mieux intégrés les empêchent de profiter de leur réseau de confiance de façon optimale pour s’allier contre quelqu’un, ce qui pourrait expliquer en partie que les liens de confiance et les problèmes relationnels ne soient pas statistiquement reliés. Comme la confiance ne paraît pas affecter les relations de conflit ou les problèmes interpersonnels au sein des unités, il appert donc difficile de justifier une politique qui empêcherait de laisser les liens de confiance entre détenus se développer, d’autant plus que les liens de confiance pourraient éclairer le milieu par rapport au climat de groupe des unités.

5.3. Confiance et climat de groupe

44On peut se questionner par rapport à l’impact de la confiance sur le climat de groupe puisque le climat social est relié au soutien échangé par les individus (Schalast et al., 2008) et qu’un climat positif est profitable autant aux détenus qu’aux intervenants du milieu (Gibson, 2020 ; Day et al., 2011). Les résultats montrent que dans le contexte étudié, le climat de groupe est ressenti comme faible, particulièrement en ce qui concerne la dimension du soutien thérapeutique, puisque 61 % des participants à l’étude ont évalué ce dernier comme étant inexistant ou faible. 30 % des interrogés ne se sentent pas non plus en sécurité dans leur unité. Seule la cohésion entre codétenus se distinguait positivement, avec 62 % de participants estimant celle-ci plutôt satisfaisante ou meilleure.

45Pour améliorer le climat de groupe, une option serait de s’attarder davantage à la compréhension des enjeux individuels et structurels amenant les acteurs à développer des biais relationnels, afin de tenter de limiter ces erreurs dans un second temps. En effet, le nombre de liens de confiance justement estimé par les détenus explique une partie, plutôt faible (Evans, 1996), de leur sentiment de cohésion de l’unité (= 0,357 ; p = 0,008). En fait, plus les individus accumulent de perceptions justes des liens de confiance qu’ils reçoivent, plus leur sentiment de cohésion augmente (Tableau IV). À l’inverse, le nombre de liens surestimés par les participants corrèle négativement avec le sentiment de sécurité des détenus (r = -0,325 ; p = 0,019), même si là encore la force de la relation entre les variables est faible (Evans, 1996). Donc, plus les détenus surestiment les liens de confiance qu’ils reçoivent, moins leur sentiment de sécurité dans l’unité est élevé (Tableau IV), ce qui participe ultimement à diminuer le climat de groupe.

Climat de groupe EssenCES

Rho de Spearman

Dimension 1

Sentiment de sécurité

Dimension 2 Soutien thérapeutique

Dimension 3 Cohésion

Items relatifs aux liens de confiance

Confiance centralité OutDegree

-0,233

n =51

-0,045

n = 52

0,046

n =52

Confiance centralité InDegree

0,020

n =51

0,088

n = 52

-0,032

= 52

Proportion d’erreurs de perception

-0,204

n = 50

0,039

n = 52

-0,115

n = 52

Nombre de liens surestimés

-0,325*

n = 52

-0,036

n = 55

-0,022

n = 55

Nombre de liens justement estimés

0,133

n = 52

0,023

= 55

0,357**

n = 55

Nombre de liens sous-estimés

0,124

= 52

0,078

n = 55

0,151

n = 55

*p<,05 ; **p<,01 ; ***p<,001

Tableau IV – Dimensions du climat de groupe en fonction des items relatifs aux liens de confiance

46Pour expliquer un tel phénomène, on peut émettre l’hypothèse que les individus qui se sentent le moins en sécurité tentent d’entretenir des relations de confiance, ou de se persuader plus facilement qu’ils en reçoivent, afin de se « protéger » contre ce sentiment d’insécurité et d’éventuels individus qui leur feraient craindre pour leur sécurité. Or, ces liens souhaités ne seraient pas effectivement des liens de confiance réels, ce qui correspondrait au fait qu’ils se voudraient plutôt utilitaires et contextuels.

6. Discussion et conclusions

47L’objectif de cet article était d’analyser la prépondérance et l’impact des liens de confiance entre détenus. Plusieurs constats méritent d’être dressés. D’abord, dans les secteurs de détention, la confiance est rare et les erreurs de perception de la confiance sont fréquentes. La rareté des liens de confiance peut s’expliquer par le fonctionnement institutionnel qui décourage généralement les relations interpersonnelles pour éviter de gérer par la suite des problématiques en résultant, cadrant avec la primauté des objectifs de contrôle (Chantraine, 2003 ; Moreland, 2020 ; Rostaing, 2009). Dans un tel contexte, aux privations identifiées par Sykes (1958) pourrait s’ajouter une privation relationnelle. Nos résultats permettent de questionner cette tendance à vouloir décourager le développement de liens de confiance : les liens de confiance qui se développent dans les secteurs ne sont pas liés aux relations problématiques. Les problèmes relationnels et les conflits seraient donc associés à d’autres facteurs que les liens de confiance entre codétenus, notamment à des facteurs structurels dont la violence s’appliquerait sur l’ensemble de la population carcérale (Chantraine, 2004). Cela vient donc déconstruire l’idée selon laquelle l’association positive entre personnes contrevenantes dans un contexte carcéral poserait systématiquement des risques de comportements agressifs pouvant nuire à la sécurité de tous.

48Quant au fort taux d’erreur de perception de la confiance, il faut d’abord souligner qu’il ne s’agit pas d’une particularité du milieu carcéral (Byron, Landis, 2020 ; Chambers, Melnyk, 2006 ; Kumbasar et al., 1994) et qu’il ne devrait pas être utilisé pour discréditer les compétences sociales des personnes incarcérées. La notion d’erreur de perception est cependant particulièrement intéressante en milieu carcéral, puisque les conditions de vie et l’enfermement sont particulièrement propices aux erreurs de perception. En effet, le contrôle social informel, que l’on retrouve dans toute relation, est perturbé par le contrôle social formel institutionnel, les enjeux de pouvoir entre détenus et avec les gardiens, et par la contention forcée des individus. Logiquement, ces derniers abordent donc a priori toute interaction avec méfiance pour ne pas faire l’objet des tentatives de reprise de contrôle d’autres détenus sur leur existence, qui peuvent prendre la forme d’actes marqueurs de domination, souvent violents, moralement justifiés selon la culture carcérale (Caldwell, 1956 ; Chantraine, 2003, 2004 ; Chauvenet, Orlic, 2002 ; Chauvenet et al., 2008). Les ambiguïtés liées au contrôle social et à la fugacité des liens entre détenus exacerbent ainsi le risque de commettre des erreurs de perceptions relationnelles. Pourtant, le grand nombre d’erreurs de perception est non-négligeable pour les objectifs du milieu, puisqu’avoir des gens de confiance sur qui s’appuyer en détention peut améliorer l’adaptation des détenus et leurs perspectives de réinsertion (Cid et al., 2021 ; Kras, 2014 ; Shanhe, Winfree, 2006), de même que leur permettre d’améliorer leurs habiletés sociales (DeBerry, 1994). D’ailleurs, les détenus qui ont une perception juste de leurs liens ont une vision plus positive de la cohésion dans leur secteur. Il est donc dans l’intérêt de ces personnes d’avoir une vision juste de leur réseau. Au contraire, le fait de surestimer les liens reçus (croire que les autres accordent plus de confiance qu’ils ne le font en réalité) est associé à un sentiment de sécurité affaibli, entraînant par ce fait même la diminution du score général du climat de groupe. La relation entre un faible sentiment de sécurité et une surévaluation des liens de confiance pourrait refléter une stratégie (plus ou moins consciente) de défense de la part des individus qui sont le moins sécurisés parmi ceux interrogés, l’objectif étant de ne pas tomber en bas de la hiérarchie relationnelle carcérale (Chantraine, 2004). Cette hypothèse rejoint la superficialité des liens en milieu pénitentiaire telle que décrite par Rengifo et DeWitt (2019) ; liens qui deviennent une stratégie d’adaptation au milieu carcéral. Toutefois, en surestimant ce type de liens, les détenus concernés s’exposent à des déceptions relationnelles qui pourraient favoriser les tensions ou les conflits, renforçant par là le sentiment d’insécurité chez ces personnes. Ce risque est d’autant plus réel que, dans une stratégie de survie en contexte carcéral, chacun adopte un rôle par rapport aux autres acteurs du système institutionnel pour sa propre préservation dans cet équilibre social précaire (Chantraine, 2004 ; Sykes, 1958), rôle qui pourrait volontairement induire les autres en erreur (Goffman, 1956). Cela nous amène ainsi à questionner la part de responsabilité de l’institution carcérale dans ces dynamiques relationnelles potentiellement problématiques pour les individus qui y sont retenus. Dans de futures études, une méthodologie mixte mariant l’analyse de réseaux et l’analyse qualitative est donc recommandée pour explorer davantage les enjeux sous-jacents de ces biais relationnels.

49De façon générale, il a été constaté que les hommes interrogés ne perçoivent pas le climat de leur unité positivement, avec notamment un score de satisfaction très faible concernant le soutien thérapeutique qui leur est offert, ce qui coïncide avec le rôle de contrôle prédominant des gardiens et des autres intervenants (Chauvenet, Orlic, 2002). Puisque le milieu carcéral laisse moins de place au lien thérapeutique que les milieux psychiatriques ou les établissements de détention pour mineurs (Schalast, Laan, 2017 ; Tonkin, 2016), sans changement majeur dans la façon de concevoir l’intervention en milieu carcéral, le soutien social a donc un potentiel d’amélioration limité tant que les fonctions contradictoires de l’institution carcérale, et a fortiori des professionnels qui y évoluent, ne seront pas structurellement reconsidérées.

50Cette recherche se voulait exploratoire et aspirait à sensibiliser le milieu carcéral à s’ouvrir à l’analyse de réseaux afin de tenter d’approfondir sa compréhension par rapport à certains de ses défis actuels. En prenant l’exemple des liens de confiance associés aux enjeux d’insécurité, de violence et de faible climat de groupe en détention, les auteurs espèrent convaincre d’autres chercheurs et les décideurs à se questionner davantage quant aux apports que l’analyse de réseaux a à offrir en complément d’autres approches pour tenter de représenter la réalité vécue par les personnes incarcérées au Québec aujourd’hui.

Haut de page

Bibliographie

Aral S., 2016, The future of weak ties, American Journal of Sociology, 121, 6, 1931-1939.

Barbosa R.B., 2015, Interactional Vulnerabilities. An ethnographic reflection on the weaknesses of interactional order, Revista Brasileira de Sociologia da Emocao, 14, 41, 57‑72.

Biruski D.C., 2016, Determinants of post-conflict trust: The role of ethnic identity, personal and collective victimization and intergroup emotions, Dans The role of trust in conflict resolution: The Israeli-Palestinian case and beyond, 59-80. Springer International Publishing.

Borgatti S.P., Feld S.L., 1994, How to test the strength of weak ties theory, Connections, 17, 1, 45-46.

Bourdieu, P., 1986, The forms of capital, in J. Richardson (dir.), Handbook of Theory and Research for the Sociology of Education, Westport, CT: Greenwood, 241-258.

Boyd S.E., 2010, Implementing the missing peace: Reconsidering prison gang management, QLR, 28, 969.

Byron K., Landis B., 2020, Relational misperceptions in the workplace: new frontiers and challenges, Organization Science, 31, 1, 223‑242.

Caldwell M.G., 1956, Group dynamics in the prison community, Journal of Criminal Law, Criminology & Police Science, 46, 5, 648-657.

Castelfranchi C., Falcone R., Marzo F., 2006, Being trusted in a social network: Trust as relational capital, Proceedings of the 4th International conference on Trust Management, Springer, Berlin, Heidelberg,19-32.

Cauchie J-F., Chantraine G., 2005, De l’usage du risque dans le gouvernement du crime. Nouveau prudentialisme et nouvelle pénologie, Champ pénal/Penal Field, 2, 1-14, https://doi.org/10.4000/champpenal.80

Cid J., Pedrosa A., Ibàñez A., Martí J., 2021, Does the experience of imprisonment affect optimism about reentry?, The Prison Journal, 101, 1, 80-101.

Chambers J.R., Melnyk D., 2006, Why do I hate thee? Conflict misperceptions and intergroup mistrust, Personality and Social Psychology Bulletin, 32, 10, 1295-1311.

Chantraine G., 2003, Prison, Désaffiliation, Stigmates. L’engrenage carcéral de l’ « inutile au monde » contemporain, Déviance et Société, 27, 363-387.

Chantraine G., 2004, Par-delà les murs : Expériences et trajectoires en maison d’arrêt, Paris, Presses Universitaires de France.

Chantraine, G., 2006, La prison post-disciplinaire, Déviance et Société, 3, 273-288.

Chauvenet A., Orlic F., 2002, Sens de la peine et contraintes en milieu ouvert et en prison, Déviance et Société, 26, 443-461.

Chauvenet A., Rostaing C., Orlic F., 2008, La violence carcérale en question, Paris, Presses Universitaires de France.

Cochran J.C., Mears D.P., 2013, Social isolation and inmate behavior: A conceptual framework for theorizing prison visitation and guiding and assessing research, Journal of Criminal Justice, 41, 252-261.

Combessie P., 2009, Sociologie de la prison (3è éd.), Paris, Editions La Découverte.

Crewe B., 2011, Soft power in prison: Implications for staff–prisoner relationships, liberty and legitimacy, European Journal of Criminology, 8, 6, 455‑468.

Cullen F.T., 1994, Social support as an organizing concept for criminology: Presidential address to the academy of criminal justice sciences, Justice Quarterly, 11, 4, 527–559, https://doi.org/10.1080/07418829400092421

Curşeu P.L., Schruijer S.G.L., 2010, Does conflict shatter trust or does trust obliterate conflict? Revisiting the relationships between team diversity, conflict, and trust, Group Dynamics: Theory, Research, and Practice, 14, 1, 66-79, https://doi.org/10.1037/a0017104

Daigle M.S., Naud H., 2012, Risk of dying by suicide inside or outside prison: The shortened lives of male offenders, Canadian Journal of Criminology and Criminal Justice, 54, 4, 511-528.

Day A., Casey S., Vess J., Huisy G., 2011, Assessing the social climate of prisons, Criminology Research Council, Canberra, ACT. http://hdl.handle.net/10536/DRO/DU:30036920

Denney A.S., Tewksbury R., Jones R.S., 2014, Beyond basic needs: Social support and structure for successful offender reentry, Journal of Quantitative Criminal Justice & Criminology, 2, 1, 39-67.

DeBerry C.E., 1994, Blacks in Corrections: Understanding Network Systems in Prison Society, Bristol, Wyndham Hall Pr.

Elshout M., Nelissen R.M.A., van Beest I., 2017, Your act is worse than mine: Perception bias in revenge situations, Aggressive Behavior, 43, 6, 553-557.

Evans J.D., 1996, Straightforward statistics for the behavioral sciences, Pacific Grove, Thomson Brooks/Cole Publishing Co.

Forrester-Jones R., 2006, Reflections on a Young Offenders Institution: Communication - A Need, a Want, a Right, International Journal of Offender Therapy and Comparative Criminology, 50, 2, 218-231.

François A., Nolet A.-M., Morselli C., 2018, Sociabilité carcérale et réinsertion. Déviance et Société, 42, 2, 389 419.

Gendreau G., Boscoville 2000, 2003, Le modèle psychoéducatif : Module 6 : Autres professionnels et le groupe de jeunes (pairs) : La composante groupe de pairs [DVD], Montréal, Boscoville 2000 et les recherches actions Gilles Gendreau.

Gibson S., 2021, Social climate and hope amongst staff and prisoners in a high security male prison, The Journal of Forensic Practice, 23, 1, 26-38. https://doi.org/10.1108/JFP-06-2020-0027

Goffman E., 1956, The presentation of self in everyday life, Edinburgh, University of Edinburgh.

Goodstein L., McKenzie D.L., Shotland R.L., 1984, Personal Control and Inmate Adjustment to Prison, Criminology, 22, 3, 343-369.

Granovetter M.S., 1973, The strength of weak ties, American journal of sociology, 78, 6, 1360-1380.

Haynie D.L., Whichard C., Kreager D.A., Schaefer, D.R., Wakefield S., 2018, Social networks and health in a prison unit, Journal of Health and Social Behavior, 59, 3, 318-334.

Hobbs G.S., Dear G.E., 2000, Prisoners’ Perceptions of Prison Officers as Sources of Support, Journal of Offender Rehabilitation, 31, 1/2, 127.

Kappmeier M., 2016, Trusting the enemy - Towards a comprehensive understanding of trust in intergroup conflict, Peace and Conflict: Journal of Peace Psychology, 22, 2, 134-144.

Kennedy K.A., Pronin E., 2012, Bias perception and the spiral of conflict, Ideology, psychology, and law, 410-446.

Kozyreva P.M., 2009, Interpersonal Trust in the Context of Social Capital Making, Sotsiologicheskie Issledovaniya, 35, 1, 43-54.

Kras K.R., 2014, Social support and offender re-entry: Focusing on offender social networks to influence positive outcomes, Perspectives (0821-1507), 38, 4, 54-60.

Kreager D.A., Schaefer D.R., Bouchard M., Haynie D.L., Wakefield S., Young J., Zajac G., 2016, Toward a criminology of inmate networks, Justice Quarterly, 33, 6, 1000-1028.

Kubiak S.P., Beeble M., Bybee D., 2012, Comparing the validity of the K6 when assessing depression, anxiety, and PTSD among male and female jail detainees, International journal of offender therapy and comparative criminology, 56, 8, 1220-1238.

Kumbasar E., Romney A.K., Batchelder W.H., 1994, Systematic Biases in Social Perception, American Journal of Sociology, 100, 2, 477-505.

Long C.P., 2017, Conflict management in leader development: The roles of control, trust, and fairness, in M.G. Clark, C.W. Gruber (dir.), Leader development deconstructed, Cham, Springer International Publishing, 163-187.

Lount R.B.Jr, 2010, The Impact of Positive Mood on Trust in Interpersonal and Intergroup Interactions, Journal of Personality and Social Psychology, 98, 3, 420, https://dx.doi.org/10.1037/a0017344

Lumineau F., 2015, How Contracts Influence Trust and Distrust, Journal of Management, 43, https://doi.org/10.1177/0149206314556656

Martuccelli, D., 2002, Grammaires de l’individu, Paris, Gallimard.

McMurran M., Christopher G., 2009, Social Problem Solving, Anxiety, and Depression in Adult Male Prisoners, Legal and Criminological Psychology, 14, 1, 101-107.

Mignon F., Ouellet F., 2023, La confiance pour intervenir avec les jeunes contrevenants : examen des réseaux internes en milieu de garde. Criminologie, 56, 1, 411-440.

Mironova A.A., 2015, Trust, Social Capital, and Subjective Individual Well-Being. Sociological Research, 54, 2, 121-133.

Molleman E., Nauta A., Buunk B.P., 2007, Social Comparison-Based Thoughts in Groups: Their Associations With Interpersonal Trust and Learning Outcomes, Journal of Applied Social Psychology, 37, 6, 1163-1180, http://dx.doi.org/10.1111/j.1559-1816.2007.00207.x

Moos R.H., 2007, Social Climate Scales, in N. Salkind (éd.), Encyclopedia of Measurement and Statistics, vol. 1, Thousand Oaks, Sage Publications.

Moos R.H., 2008, Conversation with Rudolf Moos, Addiction, 103, 13-23. https://doi.org/10.1111/j.1360-0443.2007.02069.x

Moreland M., 2020, Strong Social Networks Are Healthy- Except When They Are Not : Social Networks and Health in a Prison Unit, Correctional Health Care Report, 21, 3, 52‑51.

Morselli C., 2009, Inside criminal networks (Vol. 8), New York, Springer.

Morselli C., Tremblay P., 2010, Interviewing and validity issues in self-report research with incarcerated offenders: the Quebec inmate survey, Offenders on offending: Learning about crime from criminals, 90-105.

Morselli C., Gariépy A., Gagnon C., 2016, L’enchâssement social et la délinquance des pairs, Revue canadienne de criminologie et de justice pénale, 58, 385-414.

Nicollet M., 1972, Peut-on instaurer des relations ouvertes en milieu fermé ?, Esprit, 415, 7/8, 70-79.

Organisation Mondiale Contre la Torture (OMCT), 2022, Annual Report 2022 – Covid-19 and detention, https://www.omct.org/en/annual-report-2022/covid-19-and-detention

Petitgas, B., 2016, Ce qui se donne en prison. Relations et socialisations en institution totalisante, Revue du MAUSS, 47, 369-379.

Reading L., Ross G.E., 2020, Comparing social climate across therapeutically distinct prison wings, The Journal of Forensic Practice, 22, 3, 185-197, https://doi.org/10.1108/JFP-04-2020-0017

Remster B., 2014, Self-Control and the Depression-Delinquency Link, Deviant Behavior, 35, 1, 66-84, http://dx.doi.org/10.1080/01639625.2013.822226

Rengifo A.F., DeWitt S.E., 2019, Incarceration and Personal Networks: Unpacking Measures and Meanings of Tie Strength, Journal of Quantitative Criminology, 35, 2, 393-431.

Righetti F., Finkenauer C., 2011, If you are able to control yourself, I will trust you: The role of perceived self-control in interpersonal trust, Journal of Personality and Social Psychology, 100, 5, 874-886, https://doi.org/10.1037/a0021827

Rostaing C., 2009, Interroger les changements de la prison. Des processus de déprise et de reprise institutionnelle, Tracés, Revue de Sciences humaines, 17, 89-108.

Rotenberg K. (Ed.), 2010, Interpersonal trust during childhood and adolescence, New York, Cambridge University Press.

Rousseau D.M., Sitkin S.B., Burt R.S., Camerer C., 1998, Not so different after all: A cross-discipline view of trust, Academy of Management Review, 23, 393-404.

Schaefer D.R., Bouchard M., Young J.T.N., Kreager D.A., 2017, Friends in locked places: An investigation of prison inmate network structure, Crime and Networks, 51, 88‑103, https://doi.org/10.1016/j.socnet.2016.12.006

Schalast N., Redies M., Collins M., Stacey J., Howells K., 2008, EssenCES, a short questionnaire for assessing the social climate of forensic psychiatric wards, Criminal Behaviour and Mental Health, 18, 1, 49-58.

Schalast N., Laan J.M., 2017, Measuring Social Climate in German Prisons Using the Essen Climate Evaluation Schema, The Prison Journal, 97, 2, 166-180, https://doi.org/10.1177/0032885517692792

Scott J., 2017, Social network analysis, Thousand Oaks, Sage publications.

Shanhe J., Fisher-Giorlando M., Liping M.O., 2005, Social Support and Inmate Rule Violations: A Multilevel Analysis, American Journal of Criminal Justice, 30, 1, 71-86, https://doi.org/10.1007/BF02885882

Shanhe J., Winfree L.T.Jr., 2006, Social Support, Gender, and Inmate Adjustment to Prison Life, Prison Journal, 86, 1, 32-55, https://doi.org/10.1177/0032885505283876

Siennick S.E., Mears D.P., Bales W.D., 2013, Here and gone: Anticipation and separation effects of prison visits on inmate infractions, Journal of Research in Crime and Delinquency, 50, 3, 417-444, https://doi.org/10.1177/0022427812449470

Skarbek D., 2014, The social order of the underworld: How prison gangs govern the American penal system, Oxford, Oxford University Press.

Skarbek D., Freire D., 2017, Prison gangs, in O.H. Griffin, V.H. Woodward (éds.), Routledge handbook of corrections in the United States, New-York, Routledge, 399-408.

Steiner B., Meade B., 2016, Assessing the Link Between Exposure to a Violent Prison Context and Inmate Maladjustment, Journal of Contemporary Criminal Justice, 32, 4, 328-356.

Sztompka P., 2016, Two theoretical approaches to trust; their implications for the resolution of intergroup conflict, in I. Alon, D. Bar-Tal (éds.), The role of trust in conflict resolution: The Israeli-Palestinian case and beyond, Cham, Springer International Publishing, 15-21, https://doi.org/10.1007/978-3-319-43355-4_2

Sykes G., 1958, The society of Captives. A study of a maximum-Security Prison, Princeton, Princeton University Press.

Tjosvold D., Wan P., Tang M.M.L., 2016, Trust and managing conflict: Partners in developing organizations, in P. Elgoibar, M. Euwema, L. Munduate (éds.), Building trust and constructive conflict management in organizations, Cham, Springer International Publishing, 53-74.

Tonkin M., 2016, A Review of Questionnaire Measures for Assessing the Social Climate in Prisons and Forensic Psychiatric Hospitals, International Journal of Offender Therapy and Comparative Criminology, 60, 12, 1376-1405, https://doi.org/10.1177/0306624X15578834

Vacheret, M., 2001, La société carcérale, une étude de la vie quotidienne et des interactions sociales dans les pénitenciers canadiens, Thèse de doctorat de criminologie, Montréal, Université de Montréal.

van der Helm P., Stams G.J., van der Laan P., 2011, Measuring group climate in prison, The prison journal, 91, 2, 158-176.

Vaughn K.S., 2012, The constructs of trust in close interpersonal relationships, thèse de doctorat en philosophie, Oklahoma, University of Oklahoma, https://shareok.org/handle/11244/319238

Weng L., Karsai M., Perra N., Menczer F., Flammini A., 2018, Attention on weak ties in social and communication networks, in S. Lehmann, Y.-Y. Ahn (éds), Complex spreading phenomena in social systems, Cham, Springer, 213-228.

Williams L.S., Green E.L.W., Chernoff W.A., 2019, “There’s More to It Than Just a Box Check”: Measuring Prison Climate in Three Correctional Facilities, International Journal of Offender Therapy and Comparative Criminology, 63, 8, 1354-1383, https://doi.org/10.1177/0306624X18821090

Woo Y., Stohr M.K., Hemmens C., Lutze F., Hamilton Z. Yoon O.K., 2016, An empirical test of the social support paradigm on male inmate society, International Journal of Comparative and Applied Criminal Justice, 40, 2, 145-169, https://doi.org/10.1080/01924036.2015.1089518

Zeffane R., 2018, Do age, work experience and gender affect individuals’ propensity to trust others? An exploratory study in the United Arab Emirates, The International Journal of Sociology and Social Policy, 38, 3, 210-223.

Haut de page

Notes

1 Définies aux participants comme « une opposition de sentiments, d'opinions entre vous et cette personne ».

2 L’échelle adressant la cohésion entre détenus correspond aux items suivants : « les personnes incarcérées prennent soin des unes et des autres », « même la personne incarcérée la plus faible trouve du soutien auprès des autres détenus », « les personnes incarcérées se sentent concernées par les problèmes des autres détenus », « quand les personnes incarcérées ont une préoccupation sérieuse, elles trouvent du soutien auprès des autres personnes incarcérées » et « il y a un bon soutien mutuel entre personnes incarcérées ».

3 L’échelle adressant le sentiment de sécurité se compose des items suivants : « des situations vraiment menaçantes peuvent se produire ici », « il y a des personnes incarcérées vraiment agressives dans ce secteur », « certaines personnes incarcérées ont peur d’autres personnes incarcérées », « parfois, des membres du personnel ont peur de certaines personnes incarcérées » et « certaines personnes incarcérées sont si nerveuses qu’il faut agir très prudemment avec elles ».

4 L’échelle visant le soutien reçu du personnel correspond aux items suivants : « dans ce secteur, les personnes incarcérées peuvent parler ouvertement au personnel de tous leurs problèmes », « le personnel s’intéresse personnellement aux progrès des personnes incarcérées » et « les membres du personnel passent beaucoup de temps pour s’occuper des personnes incarcérées ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fanny Mignon, Anne-Marie Nolet et Rémi Boivin, « La confiance entre détenus et ses implications pour l’expérience carcérale à l’échelle individuelle »Champ pénal/Penal field [En ligne], 30 | 2023, mis en ligne le 04 décembre 2023, consulté le 04 mars 2024. URL : http://journals.openedition.org/champpenal/14733 ; DOI : https://doi.org/10.4000/champpenal.14733

Haut de page

Auteurs

Fanny Mignon

Candidate au doctorat en criminologie, Université de Montréal. Contact : fanny.mignon@umontreal.ca

Anne-Marie Nolet

Chercheure post-doctorale, Université de Moncton, CICC. Contact : anne-marie.nolet@umontreal.ca

Rémi Boivin

Professeur agrégé, École de criminologie, Université de Montréal. Contact : remi.boivin@umontreal.ca

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search