Navigation – Plan du site

AccueilTous les volumes29L’école, foyer du traitement de l...De la dangerosité à la vulnérabil...

L’école, foyer du traitement de l’indiscipline

De la dangerosité à la vulnérabilité : les métamorphoses de la violence scolaire au Québec

From dangerousness to vulnerability: the transformations of school violence in Quebec
David Gaudreault

Résumés

La violence à l’école est vraisemblablement aussi vieille que l’école elle-même. Longtemps invisibilisée ou banalisée, la « violence scolaire » devient un problème public de première importance à la fin du XXe siècle occidental. Cet article propose une analyse qualitative (et secondairement quantitative) d’un vaste corpus de presse écrite québécoise retraçant la production discursive et morale des problèmes de violence juvénile. L’analyse montre que le thème des « gangs de rue » naît d’un contexte politique néoconservateur où l’approche de la « tolérance zéro » envers la petite délinquance est affirmée. Puis, à la fin du siècle, cette lutte aux incivilités colonise l’école. C’est au tour du « taxage », ou racket, de faire l’objet d’une importante inquiétude publique au Québec. Sous l’impulsion d’une lecture psychologique et comportementaliste des désordres scolaires, ces thèmes se métamorphosent et débouchent sur l’intimidation et le harcèlement tels que nous les connaissons aujourd’hui. Le traitement des indisciplines scolaires s’affranchit alors de la figure de l’adolescence dangereuse et se restructure autour de l’enfance vulnérable.

Haut de page

Texte intégral

1. Introduction

  • 1 Au Québec, le « school bullying » anglo-saxon est traduit par « intimidation ». Dans le reste de la (...)

1Jusqu’à la fin du XXe siècle, les problèmes publics juvéniles concernaient surtout l’adolescence, ce monde fantasmé par les adultes comme dominé par la rébellion, la déviance et l’excès. Depuis peu, on s’inquiète davantage de la vulnérabilité – plutôt que de la dangerosité – des jeunes chez qui on découvre de nouveaux risques nécessitant de nouvelles régulations (Best, 1994, 2013). Au sein de ce glissement, observable un peu partout en Occident, le problème de l’intimidation scolaire1 émerge au Québec comme une nouvelle catégorie permettant une surveillance et un contrôle plus fins des indisciplines juvéniles, en les redéfinissant dans le cadre scolaire et en faisant de l’institution d’enseignement le lieu privilégié de leur gestion. Dès lors, la récente préoccupation pour le harcèlement déborde les thèmes de la sécurité publique et de la délinquance jusqu’alors centraux ; c’est le sentiment d’une enfance vulnérable qui domine les scènes publiques étudiées.

2Cet article, en parallèle d’une enquête plus vaste portant sur la genèse des violences scolaires québécoises (Gaudreault, 2022), s’intéresse à la généalogie du problème de l’intimidation. Plus spécifiquement, il s’agira de montrer comment, des années 1985 à aujourd’hui, les problèmes publics relatifs à la jeunesse ont été successivement retraduits dans le sens d’une considération croissante pour l’intégrité psychologique des élèves. Au Québec, le problème social « du moment » (Lenoir, 1989) est effectivement passé des « gangs de rue » puis du « taxage » au problème de l’intimidation scolaire, qui met au jour le caractère intrinsèquement vulnérable des élèves. Cette période est aussi celle de l’affirmation d’autres « nouveaux » problèmes de l’enfance, comme la maltraitance (Serre, 2001) et le décrochage scolaire (Moignard, 2018).

3Parallèlement à l’élargissement de la « violence scolaire », les modalités de contrôle des indisciplines se reconfigurent : l’approche judiciaire et policière de la « tolérance zéro » est prolongée d’une idéologie de « l’éradication absolue du risque » (Castel, 1981) censée prévenir et redresser le désordre grâce à une intervention psychosociale précoce. Dans la foulée, l’inquiétude publique pour les violences physiques et matérielles cède le pas à la « découverte » de violences et souffrances morales chez les jeunes. Si la catégorie-problème et la lutte contre les « gangs » perdurent encore, elles sont aujourd’hui largement dissociées de la « question scolaire » qui, elle, s’articule autour de nouvelles formes de violence.

4Bien davantage qu’un changement de vocable, je soutiens que cette reconfiguration s’inscrit dans une économie morale de la vulnérabilité (Fernandez, Lézé, 2011) selon laquelle les personnes dont les conduites posent problème au sein des sociétés libérales contemporaines ne doivent plus seulement être contrôlées et disciplinées, mais aussi accompagnées pour faire face à leurs souffrances psychiques désormais dignes de considération aux yeux des institutions qui les prennent en charge. Ces reconfigurations de l’indiscipline juvénile permettent d’appréhender les contours d’une normativité sociale où les individus sont appelés, de plus en plus tôt, à faire l’apprentissage de la discipline de soi. L’élève d’aujourd’hui ne doit plus seulement se tenir à distance de la violence et de la délinquance. Il doit développer l’estime de soi, l’empathie et les habiletés favorisant son intégrité psychologique et sa dignité sociale – et celles de ses pairs.

  • 2 Becker définit l’entrepreneur de morale comme un « individu qui entreprend une croisade pour la réf (...)

5L’article est construit de manière chronologique afin de faire voir les processus par lesquels les indisciplines juvéniles ont été successivement définies, institutionnalisées et traitées. Dans la première section, il est question des « gangs de rue », thème qui émerge dans le dernier tiers du XXe siècle canadien dans le contexte de l’affirmation d’une volonté politique d’agir sur la délinquance et la criminalité juvéniles, jugées en augmentation. C’est alors une violence de groupe qui inquiète, violence incarnée par des populations pauvres ou issues de l’immigration qui représenteraient le danger de la « désorganisation sociale ». La seconde section montre comment la notion de « taxage » est construite, dans les années 1990, par les autorités policières et judiciaires qui retraduisent ces délinquances en contexte scolaire. La troisième section suggère que l’intimidation est l’héritière immédiate de ces problèmes antérieurs. Au tournant du XXIe siècle, alors que l’approche policière et judiciaire perd en popularité, des « entrepreneurs de morales2 » issus des milieux scolaires, psychosociaux et associatifs étendent la définition de l’inacceptable en matière d’agressivité juvénile et la redéfinissent autour de nouvelles violences interpersonnelles nécessitant des dispositifs de prévention, de « sensibilisation » et d’accompagnement.

2. Méthodes d’une généalogie de la violence scolaire

6L’approche développée implique que « les problèmes sociaux n'existent pas, en eux-mêmes, comme un ensemble de conditions sociales objectives, mais qu'ils sont fondamentalement les produits d'un processus de définition collective » (Blumer, 2004, 189). L’analyse concerne moins les « faits objectifs » que les « activités de revendication » [claim-making activities] et les processus définitionnels qui font exister un phénomène donné en tant que dimension problématique de la réalité sociale (Spector, Kitsuse, 1977). Les violences scolaires sont appréhendées de manière généalogique (Wotling, 1995 ; Koopman, 2003) afin de pénétrer les profondeurs du projet disciplinaire de nos sociétés et les transformations normatives qui s’y déploient. La discipline, ici, est à comprendre non pas comme un simple corps de règles qui soumet, mais l’ensemble des dispositifs de savoir et de pouvoir par lesquels les figures délinquantes sont produites et normalisées (Foucault, 1975).

  • 3 Depuis 2016, je construis une méthode d’analyse documentaire transversale et diachronique autour de (...)

7Au commencement de ma recherche, j’ai tâtonné entre diverses démarches méthodologiques. Ni les prescriptions de l’analyse de contenu traditionnelle (Bardin, 2013) ni celles de la sociologie des problèmes sociaux ne me satisfaisaient entièrement. Pour comprendre comment s’est constitué un nouvel objet de connaissance et de moralité, il me fallait l’envisager autrement qu’à la manière d’un univers de données aux frontières préalablement établies. Comme les problèmes publics sont des activités collectives, il faut, pour comprendre leur genèse et leur signification, prendre en considération toutes les parties concernées dans cette interaction généralisée (Blumer, 2004). C’est ce que j’ai fait ailleurs3 en m’intéressant aux champs médiatiques, politiques et scientifiques qui concourent tous, à leur manière, à la définition et la gestion des problèmes de société (Vienne, 2009). Le présent article propose une analyse qualitative (et tantôt quantitative) du corpus de presse écrite québécoise sur les violences scolaires.

8De telles données documentaires donnent à voir la production de la violence juvénile en actes. Dans les médias, les projets de loi, les programmes d’intervention, les recherches expertes, etc., l’intimidation est là en train de se faire. Il faut toutefois garder à l’esprit que les données documentaires tendent à masquer les tensions qui sont bien vivantes derrière le verni de consensus. Dans les discours médiatiques, les documents scolaires ou politiques, les antagonismes supposés ou réels sont atténués par des procédés argumentatifs fort sophistiqués (Bourdieu, 1982). Ces données sont des activités discursives et ne recouvrent que bien imparfaitement les expériences sensibles des acteurs sociaux dont elles parlent. Elles donnent mieux à voir ce qui est réputé être ou ce qui devrait être que ce qui est.

  • 4 http://www.banq.qc.ca/collections/collection_numerique/journaux-revues/
  • 5 Au sens large, l’intimidation signifie « remplir quelqu’un de peur, en imposant sa force, son autor (...)
  • 6 Après avoir identifié les différents champs sémantiques périphériques de l’intimidation, j’ai pu co (...)

9Les documents de presse écrite analysés dans cet article ont fait l’objet d’une recension systématique depuis la collection numérique Revues et journaux québécois de la Bibliothèque et Archive nationale du Québec4. Comme le mot intimidation est utilisé dans une myriade de contextes communicationnels5, il m’a fallu constituer un corpus capable de retracer la généalogie du problème scolaire de violence interpersonnelle. À l’aide de la recherche par mots clés dans le texte numérisé6, j’ai retenu toutes les occurrences où le terme « intimidation » prend le sens de la violence entre jeunes ou à l’école.

10Pour la période 1985 à 2016, le nombre total de documents retenus est de 3 335, répartis dans 55 journaux québécois francophones. En plus de nombreux quotidiens régionaux, le corpus comprend des grands titres comme La Presse, Le Devoir et Le Soleil, mais pas ceux du groupe Québécor (malheureusement inaccessibles à la BAnQ). Aucune limite temporelle n’a été préalablement déterminée : la construction du corpus a commencé avec l’année la plus récente disponible (2016) puis a été effectuée pour chaque année antérieure, jusqu’à ce que se perde la trace de l’acception contemporaine de l’intimidation (autour de 1985).

11Les documents ainsi recensés ont permis de remonter aux origines du problème public en retraçant la manière dont le mot « intimidation » est progressivement devenu une chose, soit un « fait social » problématique. Bien plus qu’un simple dénombrement des occurrences médiatiques de l’intimidation, cet article s’intéresse aux métamorphoses des significations prêtées à la violence juvénile. Autrement dit, il s’agit de restituer l’évolution qualitative et discursive derrière les fluctuations quantitatives.

12Puisqu’il s’est avéré que l’intimidation puisait ses origines dans des problèmes juvéniles antérieurs, les termes « gang(s) de rue » et « taxage » ont aussi fait l’objet d’une recension dans la collection Revues et journaux québécois. Ces vocables présentent l’avantage d’être spécifiquement associés aux paniques morales concernées et n’ont donc pas nécessité une sélection manuelle systématique (après lecture) visant à exclure les textes non liés à la violence juvénile, contrairement au corpus sur l’intimidation. En somme, j’ai voulu croiser le récit chronologique du problème public avec son récit catégoriel (Strauss, Corbin, 2004), dévoilant aussi bien la manière dont la catégorie s’est constituée dans le temps que les thèmes qui lui ont successivement donné consistance.

3. Une économie morale de la vulnérabilité

13À la fin du XXe siècle, en Amérique du Nord comme en Europe, de nouvelles formes de déviance scolaire font l’objet de luttes interprofessionnelles et interinstitutionnelles qui, sous l’égide du « partenariat », opèrent une articulation inédite entre les politiques répressives et sociales autour et dans l’école (Geay, 2003). La construction de la violence scolaire, comme celle du « décrochage » et de la « déscolarisation », doit être comprise à la lumière des conditions sociales et institutionnelles qui la rendent possible. Alors que l’école occidentale entame « la nouvelle étape de massification et d’homogénéisation formelle de l’enseignement secondaire [dans] les années 1980 » (ibid, p.21), la crise économique fait augmenter le chômage et la précarité des classes populaires. Ces dernières, invitées à la « mobilité », arrivent pourtant mal préparés dans une école fondée par et pour d’autres (Millet, Thin, 2012). La culture scolaire et la violence symbolique qu’elle sous-tend refoule les classes dominées et marginalisées ; la « démocratisation » cache en réalité une lourde tendance à la reproduction sociale (Bourdieu, Passeron, 1970). Dès lors, on s’inquiète et réprime le « sauvageon » (Geay, 2003), qu’il soit membre d’une « bande », « désaffilié » ou perturbateur de l’ordre scolaire (absentéisme, incivilités, comportements « anti-sociaux », etc.). En un mot, on s’inquiète des jeunes qui glissent entre les mailles de la discipline scolaire. Par l’articulation de politiques de répression et « d’insertion », on s’affaire à éviter la « déscolarisation » de ces jeunes et à normaliser leurs comportements.

14C’est ainsi que s’opère, au tournant du siècle, un déplacement du problème des « banlieues » et des « ghettos » vers celui de la « violence scolaire » et autres « incivilités » (Carra, Faggianelli, 2011). La préoccupation pour la violence dans l’école apparaît dans ce contexte particulier et concerne d’abord les « établissements difficiles » avant que professeurs, parents, politiques et journalistes découvrent le « harcèlement » et les « brimades » qui ont « aussi » lieu dans les « autres » écoles (Vienne, 2009). Ces métamorphoses, on le verra dans cet article, illustrent le traitement différentiel accordé à la déviance de « l’Autre » et celle attribuée au « Même ». De la « question sociale » (Castel, 1981) à la « question scolaire » s’opère aussi une dépolitisation des questions scolaires et de la rhétorique entourant leur contrôle (Mabilon-Bonfils, 2005). Le politique est nié et la politique s’appuie sur une gestion scientiste et administrative des « risques » (Castel, 1981).

15L’article soutient que ces récentes métamorphoses des discours et pratiques entourant l’indiscipline juvéniles soient instructrices des reconfigurations de notre économie morale contemporaine. Prolongeant les réflexions de E.P Thompson et de James C. Scott, Didier Fassin et Jean-Sébastien Eideliman définissent l’économie morale comme « la production, la répartition, la circulation et l’utilisation des sentiments moraux, des émotions et des valeurs, des normes et des obligations dans l’espace social » (2012, 12). Certes fort vaste, ce concept a l’avantage de porter le regard sur la manière dont les normes et sentiments moraux sont sans cesse joués et rejoués par et pour l’activité sociale – aussi bien dans le théâtre intime des interactions que sur les scènes publiques. Cette configuration morale n’est jamais donnée ; elle est constamment réaménagée sous l’effet de l’interaction entre les activités humaines et les significations qu’elles forgent. Cette approche est sensible aux rapports de forces inégaux qui structurent les échanges au sein des arènes publiques qui sont le théâtre de cette économie. Par l’utilisation de ce concept, j’entends éviter les écueils d’un « culturalisme » (l’économie morale n’est pas une entité culturelle) comme ceux d’un certain « sociologisme » (elle n’est pas non plus une abstraction comme « l’âme » ou la « psychologie » de « la société »).

16De leur côté, Fabrice Fernandez et Samuel Lézé donnent cette définition de l’économie morale : « the art of managing or treating populations within the constraints of a legal order, through moral sentiments » (2011, 1564). Dans leur enquête carcérale ethnographique, ces deux auteurs s’intéressent à la prise en charge de la vulnérabilité par l’institution et plus spécifiquement de la souffrance psychique. L’institution « s’humanise » encore une fois en accordant un intérêt nouveau au bien-être à la dignité de ses sujets ; les soins de santé mentale deviennent éducation morale, observent les auteurs. Il faut tout un travail moral, en effet, pour faire d’un prisonnier un patient. Ces analyses amènent les auteurs à développer la thèse forte d’une « économie morale contemporaine de la vulnérabilité » qui entend bien conserver les principes fondamentaux de l’incarcération, mais qui les édulcore d’une éthique compassionnelle et d’une « culture thérapeutique » (Nolan, 2001).

17L’étude généalogique de la violence scolaire montrera que cette thèse s’applique aussi aux dispositifs disciplinaires entourant la jeunesse. L’économie morale ne se cantonne pas à tel ou tel secteur d’activités, mais se montre transversale aux diverses institutions disciplinaires. À la manière de l’anatomie politique théorisée par Michel Foucault, le traitement des indisciplines juvéniles se diffuse bien au-delà du strict registre de la loi : c’est tout « le domaine indéfini du non conforme » qui devient punissable (Foucault, 1975, 210). Comme Nicolas Sallée et Benoit Décary-Secours (2020) l’ont montré quant au traitement pénal des mineurs à Montréal, les catégorisations contemporaines de l’indiscipline sont au service d’une logique de gestion des risques centrée sur la prévention de la criminalité par l’identification des enfants ayant des comportements antisociaux. La généalogie de l’intimidation permet d’illustrer le prolongement scolaire de ces « disciplines sous de nouveaux habits » (Sallée, 2021). Elle est également symptomatique d’une colonisation de l’école par le discours sécuritaire et criminologique – bien que les psychologues finissent par devenir, comme nous le verrons, les « propriétaires » (Gusfield, 1989) du nouveau problème.

18Les dispositifs d’intervention qui en découlent appartiennent à l’épistémè du contrôle (Deleuze, 1990) qui place l’évaluation de la personnalité du jeune au cœur du projet éducatif et, s’il le faut, punitif (Périssol, 2020). Des gangs de rue à l’intimidation en passant par le taxage, nous assistons à un net élargissement du domaine de l’inacceptable en matière d’indiscipline juvénile. Conséquemment, je démontre que le « poliçage » (policing) classique, soit le maintien de l’ordre par la « main droite » de l’État (Bourdieu, 1991 ; Wacquant, 2004), est prolongé d’un polissage des mœurs incarné par une volonté behavioriste et psychosociale d’endiguer la possibilité même du désordre. Dans cette économie morale, la vulnérabilité apparaît comme nouveau levier pour les dispositifs disciplinaires désireux d’appréhender l’individu jugé non-conforme, d’objectiver sa personnalité et de normaliser ses comportements.

4. Une adolescence dangereuse : les gangs de rue

19Au Canada comme ailleurs en Occident, la seconde moitié du XXe siècle est caractérisée par une forte préoccupation pour la dangerosité des jeunes (Best, 2013). D’une part, cette inquiétude est le corollaire de l’évolution de la notion « d’adolescence » qui fut développée et popularisée tout au long du siècle, débouchant dès 1940 sur une méfiance vis-à-vis d’un groupe d’âge perçu comme plus ou moins réfractaire à la reproduction de l’ordre social (Perreault, Bibeau, 2003). D’autre part, la peur est exacerbée par de multiples facteurs, variant selon les contextes nationaux, parmi lesquels il faut citer la hantise de la « désorganisation sociale », la réorganisation du monde du travail et l’allongement des études, la transformation des valeurs et modèles familiaux, l’affirmation de « contre-cultures » et « sous-cultures » diverses dont font grand cas les médias, experts et politiques, ainsi qu’une peur de l’immigration et de ses effets de « ghettoïsation ». Dans ce contexte, l’adolescence – et ses franges « marginales » en particulier – est construite comme une véritable figure de l’altérité.

20Au Québec, cette inquiétude pour la déviance et la violence adolescentes s’est beaucoup exprimée par l’intermédiaire de la notion de « gangs de rue » dans le contexte plus large de diffusion d’une rhétorique de l’insécurité (Sallée, Décary-Secours, 2020). Que ce soit en Europe (Mohammed, Mucchielli, 2007), aux États-Unis (Wang, 2020) ou au Québec (Décary-Secours, 2020), la catégorie de « gang » sous-tend une construction raciale et raciste de l’altérité où c’est toujours la figure d’un « Autre » qui est réputée menacer l’ordre. Au cours des dernières décennies, plusieurs recherches critiques ont analysé le phénomène des « bandes » et des « gangs » sous l’angle de la panique morale. Définie par Stanley Cohen (1972), ce concept désigne un objet sociomédiatique a) prenant la forme d’une préoccupation collective importante, voire d’une anxiété ; b) engendrant une hostilité envers des « folk devils », individus construits comme une menace à la société, ses normes, valeurs et intérêts ; c)  consensuel dans la mesure où l’ébullition discursive tend vers une condamnation unanime ; d) disproportionné puisque le phénomène et la menace qu’il représente sont exagérés ; e) et volatile, pouvant disparaître de l’espace public aussi soudainement qu’il est apparu (Garland, 2008).

4.1. Des peurs et des chiffres

21Dans un article récent, Benoit Décary-Secours (2020) retrace l’émergence médiatique de « l’événement discursif » des gangs de rue, à Montréal. À la fin des années 1980, la panique morale naît d’une « polyphonie » (Bakthine, 1963) des discours : alors que la presse impose un discours alarmiste sur la menace raciale d’une dérive délinquante « à l’américaine », les chefs de la police montréalaise (SPCUM) adoptent d’abord un discours prudent qui nierait l’existence du problème, selon leurs adversaires. Dès ses origines, le gang naît d’une tension entre son puissant pouvoir d’étiquetage et de répression d’une part, et la fragilité de sa définition d’autre part. Mais malgré les premiers discours hésitants et relativistes de la police, il demeure que la SPCUM met sur pied sa première escouade « anti-gang » dès 1987 (Perreault, Bibeau, 2003). Comme le montre le graphique 1, l’ébullition discursive et médiatique succède à l’affirmation d’un nouvel objet d’intérêt par les pouvoirs politiques et policiers.

Graphique 1 : Présence de l’expression « gang(s) de rue » dans trois journaux québécois (BAnQ), en nombre de fascicules, 1985-2016

22La couverture du phénomène explose après l’affirmation d’une volonté répressive, et non l’inverse : c’est la solution qui crée le problème public en initiant l’inquiétude. Eduardo González Castillo et Martin Goyette (2015) défendent la même thèse à propos des gangs montréalais : c’est le durcissement de la réponse punitive à l’égard d’une jeunesse réputée menaçante qui initie la peur médiatique et publique. En 1986, un an avant la création du « service spécialisé anti-gang » montréalais, le gouvernement canadien imitait son voisin du Sud en déclarant la « guerre à la drogue » (Erickson, 1992). S’il est vrai que les médias jouent un rôle central dans l’émergence des paniques morales, il faut aussi voir qu’ils agissent rarement seuls et que leurs prétentions prennent place dans le cadre plus vaste d’une économie morale donnée. Aux États-Unis comme au Canada, la catégorie des gangs de rue est le produit de ce contexte politique « néo-conservateur » (Garland, 2001) qui favorise une approche « tough on crime ».

  • 7 « B1 » correspond ici à la première page du cahier « B » du journal où est paru l’article cité, don (...)

23Selon le ministère de la Sécurité publique, « les gangs de rue sont nées à Montréal à la fin des années 1980 » (ministère de la Sécurité publique, 2016). Le champ lexical du corpus de presse est organisé autour de la dangerosité criminelle et de la violence de groupe. En 1989, par exemple, on s’inquiète « de la violence des jeunes » au pays depuis le décès d’un homme de 18 ans à Toronto, « premier meurtre que les journaux reliaient directement à l’activité des gangs de jeunes » (Leblanc, 1989, B17). D’autres faits divers, comme une agression contre un policier, du « vol à l’étalage en groupe » et des « combats violents » alimentent le sentiment que certains adolescents posent problème (Leblanc, 1989, B1). En juin de la même année, le quotidien La Presse consacre un dossier complet, intitulé Les gangs de jeunes, une menace ? (Bisson, 1989, B1), portant sur le mouvement « skinhead » dans la province.

4.2. Une construction raciale de l’altérité

  • 8 Par typification, j’entends aussi bien l’élaboration intersubjective des « schémas de pensée » néce (...)

24Mais plus encore que ces groupuscules d’extrême droite, c’est « la guerre que se livrent des gangs de rue haïtiens dans le nord de Montréal » qui préoccupent les autorités, puisque « les jeunes criminels haïtiens sont perçus par le SPCUM comme étant plus imprévisibles et spontanés que les motards, ce qui les rend particulièrement dangereux », rapporte Le Devoir (Myles, 2000, A3). Dès ses origines et pour longtemps encore, les gangs sont associés à des populations racisées touchées par la désindustrialisation et la pauvreté urbaine (Choo, 2007 ; Castillo, Goyette, 2015). Au Québec, un fait divers particulièrement médiatisé sert à typifier8 le phénomène – bien que rien, lorsque l’on s’y penche de près, ne permette de lier l’événement à l’existence de bandes criminelles structurées.

25Lors d’une soirée dansante organisée par un club social haïtien à la Plaza St-Hubert (Montréal), la tension monte lorsque des individus jugés indésirables sont expulsés de l’événement. Quelques instants plus tard, l’un d’eux revient armé et ouvre le feu sans toutefois atteindre quiconque. C’est suite à l’intervention des policiers que les choses tournent en « émeute » : une centaine d’individus, « gonflés à bloc après que les policiers eurent arrêté un jeune Noir armé » (Brunet, 1992, D3), encerclent les forces de l’ordre et leur lancent « tout ce qui leur tombe sous la main » (Gervais, 1992, A1), relatent les journalistes de La Presse. Plus tard, la foule se répand et gagne les rues commerçantes, fracasse des vitrines et vole de la marchandise. Le bilan de cet événement et le tapage médiatique qui l’entoure marquent l’imaginaire de la société québécoise, généralement considérée peu violente : « près de 25 commerces saccagés, quatre à cinq coups de feu tirés, des véhicules de police endommagés, quarante et un jeunes noirs arrêtés et deux policiers légèrement blessés » (Gervais, 1992, A1).

  • 9 En plus du dossier principal, il faut souligner l’encadré en bas à gauche. Les « Hell’s Angels » es (...)

26Deux semaines après les événements, la manchette9 de Photo Police, un hebdomadaire populaire spécialisé dans la couverture de faits divers, sème la controverse. La Ligue des Noirs du Québec porte plainte en diffamation et un débat sur la « liberté d’expression de la presse » est lancé (Noël, 1992, B4).

Figure : La une de Photo Police du 31 juillet 1992

27C’est dans ce contexte qu’en 1995, un sondage réalisé auprès des communautés immigrantes de Montréal dévoile que « le tiers des élèves d’une école avouent leur appartenance à des gangs de rue » (Berger, 1992, A5). Avec Wang (2020), il faut voir que la racialisation des violences urbaines obéit à la logique du biopouvoir qui, selon Foucault (1981), divise la population en sous-groupes hiérarchisés. Certains d’entre eux sont considérés néfastes par le pouvoir biopolitique et doivent de ce fait être étroitement surveillés, contrôlés, neutralisés, voire exclus. Les notions comme celles de « jeunes superprédateurs » et de « gangs », qui construisent la dangerosité selon une double catégorisation d’âge et de race, participent à ce « quadrillage de la population », soit l’identification de ses segments indésirables.

28Aux initiatives policières de sécurité publique s’ajoute dans les années 2000 l’affirmation d’une volonté gouvernementale de combattre le phénomène à tous les niveaux. Entre 2007 et 2012, deux plans d’action sont mis en place par le gouvernement du Québec (ministère de la Sécurité publique, 2007, 2012). Le graphique 1 nous montre que la discussion et l’adoption de ces plans d’action sont aussi celles de son apogée médiatique. Ce qui est jugé inacceptable, ce n'est pas uniquement la criminalité au sens strict, mais les « attitudes antisociales » – concept flou et sujet aux interprétations.

29De son côté, le Service de Renseignement Criminel du Québec définit le gang de rue comme « un regroupement plus ou moins structuré d’adolescents ou de jeunes adultes qui privilégie la force de l’intimidation du groupe et la violence pour accomplir des actes criminels, dans le but d’obtenir pouvoir et reconnaissance et/ou de contrôler des sphères d’activités lucratives » (Service de Renseignement Criminel du Québec, 2008, 32, je souligne). Si « l’intimidation » fait déjà partie du champ lexical des indisciplines adolescentes, elle demeure pour l’instant un aspect secondaire de la dangerosité qu’elles incarnent. Ces définitions officielles, souffrant d’importantes ambiguïtés, permettent mal de distinguer l’organisation criminelle du rassemblement d’adolescents (Perreault, Bibeau, 2003 ; Tichit, 2003). Au Québec, Cauchie et al. (2015) ont dévoilé les malaises et « enjeux définitionnels » qui préoccupent encore les acteurs (services de police, centres jeunesse et milieux scolaires) impliqués sur les « tables de concertation » initiées par le ministère de la Sécurité publique. Lorsque l’un de leurs répondants remarque « [qu’]on sait qu’il y a des jeunes qui fréquentent d’autres jeunes, mais après, est-ce que c’est des gangs de rue ? », il rejoint les analyses de Mohammed et Mucchielli (2007) pour qui, au fond, le principal dénominateur commun des « bandes de jeunes » réside peut-être dans l’inquiétude qu’elles suscitent.

30Malgré la popularité du thème des gangs de rue qui s’étend sur plus de deux décennies, l’association entre celui-ci et la violence juvénile s’estompe dans les années 2000. À mesure que le thème de l’intimidation sera produit et reconnu comme réalité autonome de violence interpersonnelle, la violence scolaire se dissocie des champs sémantiques de la délinquance et la criminalité juvéniles.

31La grammaire des gangs, elle, rejoint au début du xxie siècle celle de la criminalité adulte. Au moment de son apogée médiatique, le terme décrit en effet des organisations criminelles hautement structurées, et non plus des bandes marginales d’adolescents.

5. Le taxage ou quand la police s’invite à l’école

32Les liens entre les politiques « tough on crime » et les paniques morales entourant les violences urbaines ont bien été mis en lumière (Harcourt, 2006 ; Mohammed, Mucchielli, 2007 ; Vienne, 2009). Ce qui a été moins souligné et qui m’intéresse ici, c’est que cette attitude policière s’est par la suite immiscée dans l’école. Au début du 21e siècle, la « tolérance zéro » s’étend au-delà de la stricte criminalité et vise les « incivilités », les « comportements anti-sociaux » et autres menus désordres qui, sans être délictueux, préoccupent la cité et ses institutions (Carra, Faggianelli, 2003). Au Québec, le problème du « taxage » est une illustration exemplaire de la retraduction de la lutte policière à la délinquance en contexte scolaire. Le taxage est défini comme « un comportement violent pratiqué dans le dessein d’extorquer de l’argent ou des biens » (Le Blanc, Deguire, 2002, 160). Il est un vol qualifié perpétré dans un contexte supposé propre à la sociabilité adolescente : « le taxage fait référence, dans le vocabulaire populaire, à une forme de vol où des adolescents soutirent à d’autres adolescents des blousons, des souliers de course ou de l’argent par la menace et l’intimidation ; parfois, cette action est accompagnée de violence physique » (Le Blanc, Deguire, 202, 161, je souligne).

Graphique 2 : Présence médiatique du « taxage » selon trois journaux québécois (BAnQ), en nombre de fascicules (cahiers), 1985-2016

33Le graphique 2 montre la présence médiatique du vocable « taxage » pour trois grands journaux québécois. La trajectoire du taxage est étroitement liée aux activités du ministère de la Sécurité publique ; sa popularisation correspond à l’annonce et au lancement du programme « Opération taxage » (1995-1996). Dans les trois journaux, sa popularité atteint son apogée en 2003, année précise de la mise sur pied d’un vaste chantier de recherche et d’action sur le taxage par le biais du « programme de financement issu du partage des produits de la criminalité » (ministère de la Sécurité publique, 2002). À compter de 2004, lorsque les autorités gouvernementales délaissent le problème pour lui préférer l’intimidation scolaire, il connaît une chute médiatique abrupte et irrévocable.

5.1. La tolérance zéro

34« Notre mot d’ordre, c’est tolérance zéro » (Roy, 1995, A4), explique un agent de police à La Presse à propos d’Opération taxage. L’expression « tolérance zéro » est importée des États-Unis où elle désigne qu’aucun délit n’est acceptable et que tous doivent être punis (Harcourt, 2006). Au Canada comme ailleurs, les gouvernements l’ont adaptée à leur propre réalité dans le grand concert de la « frénésie sécuritaire » du tournant du siècle (Muchielli, 2008). Au Québec, le programme mise sur la concertation entre les milieux policiers, judiciaires, scolaires et familiaux. Concrètement, le programme prévoit « des visites de Police-jeunesse dans les écoles, où l’on prévient les jeunes contre ce type de criminalité et où l’on incite les victimes à porter plainte. Un support est également offert aux parents des victimes et des agresseurs » (Lamon, 1997, A4). Aussi, des policiers assurent une présence et une surveillance dans l’enceinte scolaire – surtout au nord de Montréal. Quant au volet judiciaire, deux procureurs de la Chambre de la jeunesse de la Cour du Québec sont libérés de leurs fonctions habituelles pour se consacrer à la poursuite des jeunes « taxeurs ».

  • 10 Traduction libre : Peu nombreux, mais fous.

35Au départ, le taxage est explicitement associé aux activités des gangs de rue. En 1995, par exemple, un « gang de latinos » perturberait la quiétude de l’école Louis-Joseph Papineau, au nord de Montréal, et fait la manchette. Le groupe, Pocos Pero Locos10, mènerait la vie dure aux élèves de l’école : « taxage, vols, agressions, menaces ; ils intimidaient pas mal tout le monde ». (Trottier, 1995, A1). La Presse publie la photo du tuyau d’écoulement qui servirait de « planque » aux jeunes délinquants, « bardé de graffitis de toutes sortes [dont] le nom d’une quinzaine de pays d’Amérique latine – peut-être les pays d’origine des membres des PPL ? » (Trottier, 1995, A2). Dès le lendemain, la direction et le personnel de l’école contestent ce traitement médiatique : « il y a peut-être des gangs à l’extérieur, mais pas dans l’école ! Ici personne ne dérange ! On n’a jamais vu de couteaux ou d’armes … Quelle réputation va-t-on avoir après ça ? C’est fatiguant ! » (Soulié, 1995, A3). Pourtant, insiste le quotidien, il y a bel et bien eu enquête et arrestations après que des jeunes aient « tenté d’intimider » une adolescente (Soulié, 1995, A3).

36Au fil du temps, le taxage cessera d’être présenté comme l’apanage des bandes criminelles marginalisées et racisées. En même temps, l’imaginaire de la violence juvénile se rajeunit. Dès 1991, par exemple, l’école secondaire Saint-Luc de Montréal se félicite d’avoir fait diminuer la violence en mettant sur pied des équipes sportives « pour attirer les jeunes d’origines jamaïcaines et les latinos » (Colpron, 1991, A4). Le directeur de l’établissement affirme que « l’aspect rivalité entre les gangs n’existe plus. Au lieu de se battre, les élèves se bousculent avec un ballon » (ibid.). Est-ce que cela signifie que le problème de la violence à l’école est chose du passé ? Bien sûr que non, puisqu’il en existe de nouvelles formes, avertit la direction :

37Le « taxage », autre forme de violence répandue dans les établissements scolaires, consiste à faire payer les enfants pour aller à l’école. Ce sont généralement les plus vieux qui exigent de l’argent des plus petits […]. Les ethnies représentent des proies faciles, constate le directeur adjoint Lapierre. Les enfants sont recrutés par des gens de leur communauté qui les incitent à pratiquer des formes de violence existantes dans leur pays d’origine. (ibid.)

38On retrouve, encore une fois, une racialisation évidente de la dangerosité et de la délinquance. Mais ici, les jeunes qualifiés « d’ethnies » apparaissent, pour la première fois, vulnérables : ils sont les « proies » des véritables délinquants « de leur communauté ». Selon de tels propos, le cœur du problème des gangs résiderait donc moins à l’intérieur de l’école qu’à l’extérieur de ses murs. Tout se passe comme si l’on s’apercevait que les élèves n’étaient au fond que peu impliqués dans ces fameux gangs, mais que ceux-ci constituaient néanmoins une menace pour la sécurité des élèves, devenus ici des « enfants » et des « petits ».

5.2. Une police communautaire à la recherche de sa raison d’être

39En plus d’être un produit dérivé de la lutte contre les « gangs », la catégorie du taxage est également liée à une réorganisation importante de la division Police-Jeunesse de Montréal, en 1993. Depuis ce moment, les affaires de crimes juvéniles sérieux ne lui sont plus confiées, mais transférées aux enquêteurs réguliers. « À l'avenir, [ces policiers « jeunesse »] ne traiteront donc que les "petits délits", tels que les vols ou méfaits de moins de 1000$ (cela exclut les vols à l'étalage, du ressort des patrouilleurs), les voies de fait simple et l'intimidation entre jeunes (le phénomène du "taxage" dans les cours d'école, par exemple) » (Cédilot, 1993, A4). En contrepartie, ils consacreront une plus grande portion de leurs tâches à des activités de discussion et de prévention auprès des jeunes, en particulier dans les écoles. Cette redéfinition de tâches de « Police-Jeunesse » correspond très exactement à l’émergence du thème du taxage et de la « violence scolaire » dans la presse québécoise.

40De tels développements discursifs et politiques suggèrent l’affirmation progressive d’une philosophie préventive en matière de délinquance juvénile, mais qui demeure, pour l’instant, du ressort de la police qui est amenée à diversifier ses activités. D’autre part, tout indique que le taxage est une catégorie produite par les organes policiers et judiciaires qui, invités à intervenir à l’échelle scolaire, définissent et circonscrivent de nouvelles catégories déviantes qui relèvent de leurs fonctions. En d’autres termes, leurs agents doivent définir l’objet même de leur raison d’être dans ce milieu et justifier leur présence. Le pouvoir n'est pas que négatif – au sens où il refoule, réprime et exclut –, mais aussi productif en cela qu’il produit de nouveaux illégalismes et les figures déviantes correspondantes (Foucault, 1981).

41En ce sens, la catégorie du taxage appartient à la mouvance plus vaste de la « police communautaire » [community policing]. Établis entre 1978 et 1999 à Montréal, les dispositifs de police communautaire ont pour objectif de redorer l’image des policiers (notamment leurs rapports avec les populations pauvres et racisées), de les rapprocher des citoyens en allant à leur rencontre et, surtout, d’obtenir leur collaboration pour la dénonciation des crimes et l’identification des potentiels délinquants (Rutland, 2021). Ces initiatives prennent aussi place dans le cadre d’un virage préventif des dispositifs disciplinaires, dont la violence scolaire est l’une des manifestations. L’implantation de « policiers d’école » a l’avantage de faciliter les plaintes des élèves victimes, de même qu’elle permet une intervention systématique auprès des élèves surpris en possession de drogues, par exemple. Mais le plus important réside peut-être dans le lien que ces policiers nouent avec les jeunes, en devenant leurs « amis », comme relaté dans La Presse du 15 mai 2006 (Néron, (2006), A4). On veut maintenir agir en amont des indisciplines juvéniles.

42Avec de tels dispositifs autour de l’école, la judiciarisation d’élèves impliqués dans le taxage ne se fait pas attendre. C’est en tout cas ce que rapporte La Presse : entre 1996 et avril 1997, 58 jeunes ont été arrêtés et accusés de vols qualifiés dans la métropole (Lamon, 1997, A4). Dans une chronique du même quotidien, on déplore qu’une trop faible proportion des méfaits soient effectivement punis : « sur 427 cas signalés au Service de police de la CUM entre janvier et septembre, seulement 97 ont donné lieu à des poursuites à la cour » (Malboeuf, 1997, B1). À cela s’ajoute le fait qu’une majorité de victimes de taxage serait « trop terrorisée pour parler ». On voit bien que l’émergence du problème de violence scolaire relève de l’espace discursif et normatif propre à lutte contre la délinquance et la petite criminalité.

43Mais au tournant du XXIe siècle, les agents de la sécurité publique perdront la « propriété » (Gusfield, 1989) du problème de violence puisque la définition et la gestion de l’intimidation passeront entre les mains des milieux psychosociaux et scolaires. Les catégories psychologiques remplaceront les catégories juridiques ; de toute façon, les nouveaux déviants n’auront même plus l’âge de la responsabilité criminelle. Mais la police, forte de son nouveau rôle auprès des jeunes, restera tout de même active dans la gestion des nouvelles indisciplines juvéniles en multipliant les conférences et les « activités de sensibilisation ».

  • 11 C’est aussi l’année de l’apogée médiatique des gangs de rue. Voir le graphique 1.

44Bien sûr, la répression et le profilage de groupes marginalisés perdurent, et d’ailleurs la « lutte » contre les gangs de rue est à ce jour encore active. La délinquance juvénile est toujours la cible du bras répressif de l’État, mais les données analysées montrent que celle-ci a perdu de sa visibilité et de sa force d’attraction dans les discours et politiques entourant la « question scolaire ». Les gangs de rue existeraient toujours, mais relèvent de la sécurité publique et de la pénalité adulte. Lorsqu’il en est question, c’est davantage pour désigner des organisations criminelles adultes, et non des bandes de jeunes s’adonnant à l’art du graffiti ou du taxage. En 200611, lors de l’annonce par le gouvernement de Jean Charest de l’octroi de six millions de dollar à la police de Montréal pour lutter contre les gangs de rue, on en justifie la nécessité en expliquant que « les gangs de rue ont dépassé le stade de l’intimidation et du taxage dans les cours d’école et les stations de métro. Certains de leurs membres sont dans la vingtaine avancée. Ils entretiennent des liens avec les familles traditionnelles du crime organisé, notamment les Hell’s Angels et la mafia italienne. » (06.09.23). Si la reconnaissance d’une intimidation entre jeunes émerge dans le creux de ces délinquances, celle-ci s’en dissocie pour connaître sa propre vie publique.

45Certaines formes de violence sont alors « dépolitisées », mais seulement celles attribuées à certains jeunes – contrairement à celle des « Autres ».

6. Une enfance vulnérable : l’intimidation

46Avant les années 2000, l’intimidation n’est pas posée comme un fait social problématique allant de soi. Dans le corpus étudié, elle est d’abord comprise comme un moyen par lequel les membres de gangs et autres « taxeurs » parviennent à leurs fins. Dans sa brochure intitulée « le taxage chez les jeunes au Québec », le ministère de la Sécurité publique précise que « le taxage, c’est lorsqu’on te prend quelque chose qui t’appartient contre ta volonté. Pour ce faire, l’agresseur peut utiliser la menace, l’intimidation, la force physique » (ministère de la Sécurité publique, 2002). Dans le champ de la violence scolaire, l’intimidation apparaît d’abord comme aspect secondaire des violences physiques, matérielles et criminelles. Ces usages renvoient aux définitions larges, littérales et juridiques de l’intimidation (Gaudreault, 2018).

  • 12 Les données sur l’intimidation s’expriment en nombre de textes tandis que celles sur le taxage s’ex (...)

47C’est autour de 2003 que l’intimidation devient, au Québec, une catégorie-problème allant de soi dotée d’une définition précise. Tout se passe comme si la surveillance accrue rendue possible par la lutte contre les gangs et le taxage avait permis la « découverte » de formes plus discrètes de violence et de souffrances dans l’enceinte scolaire. Ces nouvelles indisciplines échappant aux registres de la justice, ce sont les milieux scolaires, psychosociaux, associatifs et familiaux qui sont chargés de les réguler et surtout de les prévenir. De la même manière que le taxage est un produit dérivé de la lutte contre les « gangs », l’intimidation scolaire trouve ses conditions de possibilité dans les problèmes de violences juvéniles antérieurs. L’apogée médiatique du taxage, en 2003, correspond très exactement à la période d’émergence de l’intimidation entendue comme problème d’harcèlement scolaire. Le graphique 3 montre la médiatisation respective du taxage et de l’intimidation dans La Presse entre 1990 et 201612.

Graphique 3 : Présence médiatique du « taxage » (en nombre de fascicules) et de l’intimidation (en nombre de textes) dans La Presse, 1990-2016

48En 2003, le gouvernement du Québec met sur pied le Plan d’action gouvernementale contre le taxage. Ce plan gouvernemental est symptomatique d’un changement majeur de régime en matière de gestion des indisciplines juvéniles. À l’inverse de son prédécesseur (Opération taxage), cette nouvelle stratégie du ministère de la Sécurité publique délaisse la logique répressive auprès des « jeunes » – qui sont entre-temps devenus des « élèves » et des « enfants » – pour concentrer ses efforts sur la prévention et l’intervention psychosociale. Ce basculement est attesté par l’implication du ministère de l’Éducation qui lance une campagne nationale de « sensibilisation », en plus d’inciter les commissions scolaires à se munir de « mesures de lutte contre l’intimidation et le taxage » (Lévesque, 2003, A12) – sans toutefois injecter de nouvelles ressources à cette fin. Les ministres de la Sécurité et de l’Éducation, qui agissent désormais conjointement, se disent d’accord sur l’importance « d’éviter la judiciarisation à l’excès » (Chouinard, 2003, A2).

49Ce changement de stratégie disciplinaire est concomitant de la redéfinition de la violence juvénile autour de l’intimidation. Les « désordres scolaires » cessent d’être lus à travers le seul cadre du vol et, plus généralement, de la délinquance juvénile. Dans la foulée du Plan d’action gouvernementale contre le taxage, le ministère de l’Éducation organise à Montréal un « colloque sur le taxage et l’intimidation ». L’un des grands constats des experts réunis est que comparativement aux États-Unis et à l’Angleterre, le Québec est en « retard » en matière de lutte contre l’intimidation. Aux États-Unis, en effet, le bullying devient un problème public dès 1999 suite à l’enquête de la tuerie de Colombine qui met en cause le harcèlement qu’auraient subi les deux « tireurs fous » (Cohen, Brooks, 2014). C’est pour ces raisons que l’Ordre des psychologues du Québec presse les directions d’école à « se sortir la tête du sable et affronter le bullying » (Mathieu, 2001, A1). Pendant longtemps, ce sentiment agira comme motivation et argument pour les entrepreneurs de morale : « le Québec doit encore faire des pas de géant » ; « on en est encore aux balbutiements, mais les choses sont en train de changer » (Presse Canadienne, 2001, A5).

50C’est dans ce contexte que les agents des champs scolaires et psychosociaux, comme le psychologue Zopito Marini en 1999, développent l’argument que « la tolérance zéro ne doit pas s’appliquer qu’à la violence physique » (Pratte, 1999, A15). Au tournant du siècle, le slogan policier se répand au-delà de sa volonté originale de resserrer la surveillance et la contrainte pénale sur les délits mineurs. Le polissage des mœurs s’étend notamment aux couloirs de l’école où l’exigence de sécurité se complexifie et se ramifie. La sécurité ne signifie plus seulement d’être à l’abri de la petite criminalité et des passages à tabac, mais aussi des humiliations, exclusions, injures et diffamations. Le mot d’ordre « tolérance zéro » n’est plus seulement brandi par la « main droite de l’État » (Bourdieu, 2012 ; Wacquant, 2004) et ses agents de sécurité publique, mais par des spécialistes des sciences humaines dont les discours se veulent « humanistes ». Je propose de qualifier de polissage cette expansion du « policing » (plutôt que par la traduction « poliçage ») dans les milieux de vie et institutions. Les plus récents développements de l’obsession sécuritaire impliquent un net dépassement du policing classique, soit le maintien de la loi et de l’ordre par la police et la justice. Le nouveau problème de violence déborde les catégories juridiques. Il repose sur les épaules des enseignants, des intervenants, des psychologues, des employés de soutien, des parents et aussi des enfants qui tous doivent travailler à « polir » la surface de la vie scolaire, à faire disparaître ses aspérités qui sont autant de risques de voir poindre le désordre. Pour une « société du risque » (Beck, 1992) où la confiance en la capacité de nos institutions à nous garder en sécurité est ébranlée, la possibilité même que se manifeste l’imprévu est un risque de trop. Le polissage est la volonté de prévenir cette possibilité par des mécanismes de contrôle scientistes qui cherchent à identifier et à agir dès le bas âge sur les comportements non conformes. Pour cela, il a d’abord fallu rendre visibles ces déviances « invisibles ».

51À ce même colloque, en effet, le secrétaire de l’Association des psychologues scolaires du Québec soutient que « l’intimidation, cette "violence propre" qui, parce qu’elle est moins visible, est plus sournoise que le taxage […] C’est une "violence propre", l’intimidation, c’est-à-dire que ça ne dérange pas les adultes du tout. Les enfants ne saignent pas, l’école est "clean", les enfants ne brisent rien » (Chouinard, 2003, A3). C’est bien ce qui se joue dans l’économie morale du début du siècle : une part de plus en plus grande du « propre » bascule du côté de « l’impropre » et « l’invisible » est révélé au grand jour. Même lorsque l’école est « clean », les risques persistent. L’avènement de l’intimidation est symptomatique d’une extension du domaine de l’inacceptable en matière d’indiscipline juvénile, dans une l’optique de la « civilisation des mœurs » proposée par Norbert Élias (1973).

  • 13 Pour une analyse de la construction genrée de la violence inhérente à ces données, voir Gaudreault (...)

52Deux ans auparavant, les membres de la Table de concertation sur la violence, les jeunes et le milieu scolaire soutenaient que « les vois de fait grave ne montent pas en flèche dans les écoles, mais l’intimidation et les "petites violences" sont plus importantes, notamment chez les filles13 » (Mathieu, 2001, A1). La découverte de ces « petites » déviances « invisibles » en est une puissante et formidable : la violence physique et de groupe était certes spectaculaire et saisissante, mais elle était somme toute limitée à une altérité radicale et marginalisée. Avec l’intimidation, la mise en altérité se complexifie et « l’Autre » ne se réduit plus au petit voyou ou membre de gang racisé. Cette figure de la dangerosité est toujours bien présente et reste la cible des organes répressifs, mais elle est prolongée par la violence du « Même » qui subira un traitement différent. Les déviants « ordinaires » comme leurs victimes sont partout, potentiellement en chacun de nous.

53C’est ainsi que s’opère un renversement de l’intérêt accordé aux violences matérielles et morales. L’une des formulations la plus caractéristique de cette inflexion est celle de Marie-Claude Girard, journaliste à La Presse, qui titre en 2003 : « le taxage : quand on se fait voler l’estime de soi » (Girard, 2003, A3). La dimension problématique ne tient plus prioritairement du vol ou de la criminalité. La violence scolaire est désormais une affaire, à la fois plus large et plus subtile, d’intégrité psychologique des enfants et de l’irréductible reconnaissance individuelle que tout un chacun est en droit d’escompter, et ce, dès le plus jeune âge. D’une adolescence dangereuse, la préoccupation publique se reformule dans le registre d’une enfance vulnérable ; l’inquiétude n’est plus limitée à quelques jeunes « marginaux » et s’étend à tous les élèves devenus tous « à risque » de faire violence ou d’être violentés – ou d’être témoins.

54À cet égard, la compétence ministérielle de ces problèmes publics est à elle seule convaincante : les gangs étant jadis la propriété exclusive du ministère de la Sécurité publique, le taxage est quant à lui partagé entre ce dernier et le ministère de l’Éducation. Lorsque l’intimidation est consacrée au titre de problème public spécifique, il appartient d’abord au ministère de l’Éducation (MELS, 2009) avant de passer entre les mains du ministère de la Famille (ministère de la Famille, 2015).

6.1. Une déviance biopsychologique ordinaire

55En même temps qu’il s’autonomise du langage de la criminalité et de la logique répressive, le problème de l’intimidation trouve une définition qui lui est propre. S’appuyant sur la littérature experte internationale, le Conseil supérieur de l’éducation épouse cette définition du nouveau problème :

Pour bien différencier les brimades des autres types de comportements agressifs, Dan Olweus, l’un des premiers chercheurs à s’être intéressé à ce phénomène, propose trois critères principaux : "a) un comportement agressif ou visant délibérément à nuire, b) adopté de façon répétée et pendant longtemps, c) dans une relation interpersonnelle caractérisée par un rapport de force inégale." (Conseil supérieur de l’Éducation, 2001, 27).

56Celle-ci fait largement consensus dans le discours savant sur le bullying et l’intimidation (Pepler, Craig, 1995 ; Hawkins et al., 2001 ; Kljakovic, Hunt, 2016). Elle implique que l’intimidation tient du harcèlement en cela que les violences sont répétées sur une longue période de temps. Aussi, ces comportements sont réputés intentionnels : ils seraient le fait d’une mauvaise volonté qui occasionne des conséquences négatives. Enfin, l’intimidation est une violence caractérisée par l’inégalité du rapport de force entre les élèves impliqués. Cette asymétrie, fondée sur les caractéristiques physiques, psychologiques et sociales des protagonistes, est avant tout problématisée en contexte interindividuel. Ainsi définie, l’intimidation recouvre une multitude de formes de violence : elle est dite physique, verbale, relationnelle, psychologique, « cyber », etc. Ces comportements peuvent se manifester directement, dans la confrontation entre élèves, ou indirectement par l’exclusion ou l’ostracisation.

57Cette définition, s’appuyant sur une lecture biopsychologique de la déviance, innove par rapport aux problèmes antérieurs qui mettaient en scène des phénomènes de groupe, comme des bandes de jeunes s’affrontant entre elles, réputées porteuses d’une « question sociale » (Castel, 1995) construite autour des populations immigrantes et pauvres. Cette individualisation des phénomènes violents a été interprétée comme une « dépolitisation » des tensions vécues dans l’enceinte scolaire comme ailleurs (Mabilon-Bonfils, 2005). Les violences scolaires, comme nombre de problèmes sociaux contemporains, procèdent de ce que Robert Castel a appelé la « psychologisation » de la vie sociale, soit la « propension à mettre entre parenthèses et à réinterpréter complètement le poids des déterminismes sociohistoriques » (1973, 319). Du malaise personnel jusqu’aux violences du quotidien, tout peut désormais faire l’objet d’une intervention psychosociale. La progression du champ psychologique est concomitante à l’élargissement du domaine de la non-conformité :

« Encore récemment, la plupart des gens pouvaient statistiquement espérer ne jamais passer pour fous. Mais au fur et à mesure que s’accroît la juridiction des spécialistes de la prise en charge et de la manipulation psychologique, de moins en moins nombreux sont ceux qui peuvent jurer qu’ils ne relèvent pas d’une quelconque technique de rectification de leur conduite. » (Castel, Castel et Lovell, 1979, p.349).

6.2. Typifications de la déviance du « Même »

58Parallèlement, la construction raciale de la violence s’estompe quelque peu. Dans ses recherches fondatrices sur le bullying, le psychologue behavioriste Dan Olweus (1978, 1993) rejette l’idée commune selon laquelle les caractéristiques distinctives – comme les handicaps, la couleur de la peau, l’orientation sexuelle, la taille, le poids et les différents stigmates – sont des éléments déterminants dans l’identification des boucs émissaires par le groupe. Pour le comportementaliste, les bullied sont avant tout victimes de leur personnalité passive et soumise qui, comme l’agressivité des intimidateurs, est réputée stable dans le temps. Cette invisibilisation des rapports de domination traverse toute la vie publique et scientifique du phénomène – comme en témoignent aussi les faits divers et les productions culturelles où les victimes prennent les allures du « Même » et diffusent le sentiment de l’égalité devant la vulnérabilité (Gaudreault, 2022). Si les populations racisées n’ont cessé d’être construites comme figure de la dangerosité, le champ de la violence s’est élargi pour englober les écarts de conduite d’un « Même » à qui conviendrait un traitement comportemental.

59Vers 2010, une série de typifications du phénomène de l’intimidation, soit l’exemplification du problème par des faits divers, alimente l’inquiétude et fait pression sur les décideurs. Les représentations des jeunes et de leurs indisciplines sont radicalement différentes de celles relayées pendant les décennies précédentes. Ce sont principalement des cas de suicide et de disparition qui alimentent le sentiment que quelque chose pose problème ; la violence vécue mènerait à la violence contre soi. En 2009, l’un des garçons au centre de ces faits divers est comparé à « une proie inoffensive laissée seule parmi les hyènes » (St-Hilaire, 2009, par. 2). Deux ans plus tard, une élève s’étant donné la mort aurait « voulu que tout le monde l’aime » (Allard, 2011), selon ses proches. L’intimidation serait « la seule responsable » (Fournier, 2011, par.4) du drame puisque « son mal de vivre, c’était l’école » (Le Soleil, 2011, A19).

60Avant même le dépôt du rapport du coroner, qui rejettera l’explication par la seule intimidation dans ce dossier (Bureau du coroner, 2011), le gouvernement du Québec s’engage à déposer un projet de loi en réaction directe à ce suicide. Adoptée en juin 2012, l’essentiel de cette « Loi visant à prévenir et à combattre l’intimidation et la violence à l’école » est de contraindre les écoles à intervenir. Les programmes d’intervention relatifs à l’intimidation, inspirés des recherches comportementalistes et rendus obligatoires aux quatre coins du monde par suite de mesures législatives semblables (Limber, 2011 ; Catheline, 2014), partagent le postulat que les situations violentes trouvent leur source dans la structure de personnalité des élèves.

  • 14 Pour une analyse plus complète de la littérature behavioriste autour de l’intimidation et du bullyi (...)

61En plus du corpus médiatique québécois ici analysé, je me suis intéressé à la littérature experte internationale, en particulier psychologique14. Cette littérature a été choisie en fonction de sa centralité et de son influence dans le champ des violences scolaires. C’est sous la plume du behavioriste Dan Olweus (1978) que le bullying trouve sa première définition systématique. À mesure que la violence scolaire déborde la juridiction de la sécurité publique, les champs psychologiques, éducatifs et psychosociaux deviennent les réels « propriétaires du problème public » (Gusfield, 1989). Ces acteurs, comme les décideurs politiques après eux, s’entendent autour d’une lecture essentiellement comportementaliste des désordres scolaires. La définition d’Olweus figure dans de nombreuses lois, règlements et programmes et reste largement citée dans la littérature contemporaine – en particulier dans le monde anglo-saxon, ainsi qu’au Québec.

62Conformément aux « idéologies modernes de la prévention » (Castel, 1983), l’intervention vise à faire diminuer les « facteurs de risque » individuels corrélés aux situations de brimades, facteurs objectivés grâce à d’abondantes enquêtes par « victimisation autodéclarée ». Puisque les victimes présenteraient un « modèle de réaction anxieux ou soumis » (Olweus, 1993, 31), l’intervention vise à les responsabiliser (Poulin, Roy, 2015) par le développement d’habiletés sociales et de l’estime de soi ainsi que par la modification de leur attitude non verbale (Fox, Boulton, 2003).

63Les agresseurs, caractérisés par une personnalité agressive et un déficit d’autocontrôle (Galand, Baudoin, 2015), doivent faire l’apprentissage de l’empathie et de la communication non violente. Les témoins, réputés rendre possibles les brimades par leur connivence tacite ou active, sont eux aussi responsabilisés et doivent identifier la violence, intervenir et dénoncer (Hawkins et al., 2001). Enfin, les enfants qui sont à la fois victimes et auteurs de violence sont, d’un point de vue comportementaliste, les plus désorganisés et mésadaptés et doivent remédier à leur impulsivité (Yan, Salmivalli, 2013), sans quoi ils seraient les plus à risque de développer des troubles mentaux (Lereya et al., 2015). Ces catégorisations sur lesquelles prend appui la micropolitique des élèves sont symptomatiques d’une complexification des catégories déviantes et du raffinement des techniques disciplinaires qui s’appuient sur une lecture biopsychologique des rapports sociaux. Loin de se limiter à l’agresseur, l’intervention et la prévention visent tous les individus qui sont tenus de développer les « facteurs de protection » censés empêcher à sa source la potentialité même du conflit. Ce qui précède relève de l’analyse de discours ; la réalité peut différer des prescriptions béhavioristes. Le corpus étudié fait d’ailleurs état de nombreuses prises de parole du personnel enseignant québécois, qui regrette d’être incapable « d’agir sur l’intimidation » par manque de moyens et de ressources.

64Ces reconfigurations de la discipline, visant le « polissage » des mœurs, s’inscrivent dans une économie morale de la vulnérabilité (Fernandez, Lézé, 2011) selon laquelle les personnes dont les conduites sont jugées problématiques ne doivent plus seulement être contrôlées, mais aussi accompagnées pour faire face à leurs souffrances psychiques désormais dignes de considération aux yeux des institutions. Dans ce cadre, la vulnérabilité apparaît comme un nouveau levier grâce auquel l’institution peut appréhender l’individu devant être discipliné – ou, plus exactement, devant faire l’apprentissage de la discipline de soi.

7. Conclusion

65Cet article a permis d’offrir une compréhension généalogique des indisciplines scolaires québécoises en montrant comment l’inquiétude est passée des gangs de rue et du taxage à celle d’une jeunesse vulnérable. À la fin des années 1980, dans le contexte immédiat d’un durcissement néoconservateur de l’approche policière et judiciaire auprès des délinquants, les pouvoirs politiques, médiatiques et scientifiques construisent la catégorie des « gangs ». Les dispositifs disciplinaires qui en découlent et le développement de la police communautaire à Montréal mettent les projecteurs sur la « violence scolaire », à commencer par le taxage. Au début des années 2000, la catégorie du taxage est appropriée par les agents des champs psychosociaux et scolaires qui l’élargissent en définissant de nouvelles violences psychologiques et verbales, plus « invisibles » et « sournoises » mais non moins néfastes. Le nouveau problème abandonne les représentations de la dangerosité criminelle pour faire place à la volonté de prévenir des risques nouveaux, qui sont eux d’ordre symbolique et individuel comme l’atteinte à la dignité sociale et l’intégrité psychologique. De la même façon, la violence s’individualise sous l’effet du paradigme psychologique comportementaliste ; l’école « dépolitisée » (Mabilon-Bonfils, 2005) et ses experts n’y voient plus que des élèves aux prises avec des « troubles de comportement » ou « d’impulsivité ». L’agression et la victimisation, réputées toutes deux trouver leur condition de possibilité dans la personnalité non conforme des enfants, sont problématisées indépendamment des rapports de domination dont peuvent naître les conflits.

66Jusqu’au début du XXIe siècle, la figure prédominante des gangs et du taxage était celle de l’agresseur : un adolescent, voyou, « étranger », menaçant, violant les lois et les codes élémentaires du civisme. L’intimidation, elle, s’articule davantage autour d’une figure victimaire : un enfant, timide, replié sur lui-même, isolé et manquant d’estime de soi. Didier Fassin et Richard Rechtman ont aussi montré comment, dans le cas du syndrome post-traumatique, le statut de victime a été réhabilité et doté d’une reconnaissance inédite dans « l’espace moral des sociétés contemporaines » (Fassin, Retchman, 2007, 17). L’âge biologique des individus concernés n’est qu’un critère secondaire dans ce passage d’une préoccupation pour l’adolescence dangereuse à l’enfance vulnérable : c’est plutôt la manière dont ils sont construits et disciplinés qui change. L’adolescent, comme l’enfant avant lui (Ariès, 1960 ; Praz, 2005), devient cet être fragile et précieux qui nécessite protection et accompagnement. Les jeunes naguère menaçants sont désormais menacés. Délaissant les risques que pose la jeunesse, la rhétorique de l’intimidation se reconfigure autour des risques qui pèsent sur elle. Ce transfert dévoile les contours d’une normativité contemporaine où le « soi du groupe », référence obligée pour identifier les comportements problématiques (Otero, 2008), procède d’une lecture biopsychologique qui fait une place de plus en plus grande à la vulnérabilité des déviants. Au poliçage des communautés fait suite le polissage des mœurs et des milieux de vie.

67Mais cette reconfiguration n’est pas le simple remplacement du statut d’agresseur par celui de victime. La micropolitique s'affine et pénètre la sociabilité de nouvelles manières en même temps que les violences changent de définition. S’opère en particulier une complexification des catégories déviantes où tous les individus – et non plus seulement les « folk devils » d’hier (Cohen, 1972 ; Critcher, 2003) – sont distribués autour de la norme et incités à réformer leurs comportements. Cette micropolitique, adossée à un humanisme scientiste, fonctionne indépendamment du passage à l’acte violent : l’omniprésence des « facteurs de risque » dont sont porteurs les individus suffit à motiver et légitimer les modalités disciplinaires. La prévention et la lutte contre la violence concernent désormais « toutes les personnes », elle est une « responsabilité partagée » selon le slogan du gouvernement (ministère de la Famille, 2015). Le rôle des institutions chargées d’individus réputés non conformes dépasse la punition et le contrôle de la récidive violente. L’altérité « marginale » du jeune délinquant s’estompe au profit d’une déviance que l’on peut qualifier « d’ordinaire » tant elle est jugée fréquente et partout latente. Dans l’imaginaire de l’indiscipline juvénile, la violence est devenue intime et quotidienne ; la déviance, banale. Elles ont perdu de leur « exotisme social », de leur marginalité et de leur anormalité pour prendre les airs d’une épreuve ordinaire ; une déviance dont l’expérience est plus la norme que l’exception.

68L’analyse généalogique de la fabrication institutionnelle des violences s’avère instructive des transformations en cours dans l’économie morale de la vulnérabilité (Fernandez, Lézé, 2011 ; Fassin, Eideliman, 2012). Plusieurs basculements ont été soulignés dans cet article : de la répression à la prévention, de la judiciarisation à l’identification des facteurs de risque comportementaux, de la violence physique et criminelle à la violence morale, de la délinquance des « populations problématiques » aux indisciplines morales plus subtiles du quotidien. L’économie morale de la vulnérabilité traverse nombre de pratiques de pouvoir qui ont toutes en commun le souci « d’humaniser » le traitement institutionnel dans le respect des droits, de l’intégrité et de la dignité des personnes prises en charge. Les modalités de contrôle qui en découlent responsabilisent les usagers quant aux développements des « habiletés » appropriées et le personnel quant à la réussite de ce projet disciplinaire et éducatif.

Haut de page

Bibliographie

Allard M., 2011, 3 déc., Mort de Marjorie Raymond : elle voulait que tout le monde l’aime, Le Soleil, Québec, https://www.lesoleil.com/actualite/mort-de-marjorie-raymond-elle-voulait-que-tout-le-monde-laime-2b9ed884dd38cdc5606b4f23a375740d [consulté le 4 août 2017].

Ariès P., 1960, L’enfant et la vie familiale sous l’ancien régime, Paris, Plon.

Bakthine M., 1963, Problèmes de la poétique de Dostoïevski, Lausanne, L’Âge d’Homme.

Bardin L., 2013, L’analyse de contenu, Paris, PUF.

Beck U., 1992, Risk Society: Towards a New Modernity, London, Sage Publications.

Becker H.S., 1985, Outsiders. Étude de sociologie de la déviance, Paris, Métaillé.

Berger P., Luckmann T., [1966] 2014, La construction sociale de la réalité, Paris, Armand Colin.

Best J. (dir.), 1994, Troubling Children. Studies of Children and Social Problems, New-York, Walter de Gruyter.

Best J., 2005, Lies, calculations and constructions: beyond "how to lie with statistics", Statistical science, 20, 3, 210-214.

Best J., 2013, Social problems, New-York, W.W. Norton & Co.

Bisson B., 1989, 26 juin, Les gangs de jeunes, une menace ?, La Presse, Montréal, B1.

Blumer B., [1971] 2004, Les problèmes sociaux comme comportements collectifs, Politix, 17, 67, 185-199.

Bourdieu P., 2012, Sur l’État : cours au collège de France 1989-1992, Paris, Seuil.

Brunet A., 1992, 25 juil., Montréal : le rap est multi-racial et ne vise pas à provoquer, La Presse, Montréal, D3.

Bureau du Coroner, 2012, Rapport d’investigation du coroner. Avis #175756, Coroner #1790450, Québec, Gouvernement du Québec.

Carra C., Faggianelli D., 2003, Violences à l’école : tendances internationales de la recherche en sociologie, Déviance et société, 27, 2, 205-225.

Castel R., 1973, Le psychanalysme. L’ordre psychanalytique et le pouvoir, Paris, Maspéro.

Castel R., 1981, La gestion des risques : de l’antipsychiatrie à l’après-psychanalyse, Paris, Éditions de Minuit.

Castel R., 1995, Les métamorphoses de la question sociale. Une chronique du salariat, Paris, Fayard.

Castillo E.G., Goyette M., 2015, Gouvernance urbaine et rassemblements de jeunes à Montréal-Nord. Autour de la notion de gang de rue, Criminologie, 48, 2, 105-124.

Catheline N., 2015, Le harcèlement scolaire. Paris, PUF.

Cauchie J., Corriveau P., Tracqui H., Cyr K., 2015, Des p’tits culs aux gangs de rue. Action concertée et enjeux définitionnels, Criminologie, 48, 2, 65-82.

Cédilot A., 1993, 22 oct., Police-Jeunesse fera moins d’enquêtes et plus de prévention, La Presse, Montréal, A4.

Choo K.-S., 2007, Gangs and Immigrant Youth, New York, LFB Scholarly Publishing LLC.

Chouinard M., 2003, 23 janv., « Ménard et Simard sont favorables à une présence accrue de la police à l’école », La Presse, Montréal, A2.

Chouinard Marie-Andrée, 2003, 22 janv., « Un enfant sur dix est victime de "violence propre" ». Le Devoir, Montréal, A3.

Cohen J.W., Brooks R.A., 2014, Confronting school bullying: kids, culture, and the making of a social problem, Colorado, Lynne Rienner Publishers.

Cohen S., 1972, Folks devils and moral panics: the creation of the Mods and Rockers, Oxford, Robertson.

Colpron Suzanne, 1991, 27 juin, « Plus d’activités sportives, moins de violence », La Presse, Montréal, A4.

Conseil Supérieur de l’Éducation, 2001, Les élèves en difficulté de comportement à l’école primaire. Comprendre, prévenir, intervenir, Québec, Bibliothèque nationale du Québec.

Critcher C., 2003, Moral panics and the media, Buckingham, Open University Press.

Décary-Secours B., 2020, « Des adolescents terrorisent le nord de la ville » L’émergence médiatique du discours sur le gang de rue au Québec (1987-1989), Criminologie, 53, 2, 289-307.

Deleuze G., 1990, Post-scriptum sur les sociétés de contrôle in Deleuze, G., Pourparlers 1972-1990, Paris, Les Éditions de Minuit, 240-247.

Élias N., 1973, La civilisation des mœurs, Paris, Calmann-Lévy.

Erickson P.G., 1992, Recent trends in Canadian drug policy: The decline and resurgence of prohibitionism, Daedalus, 121, 3, 239-268.

Fassin D., Eideliman J-S., 2012, Introduction, in Fassin, D., Eideliman, J-S., (dir.), Économies morales contemporaines, Paris, La Découverte, 9-19.

Fassin D., Retchman R., 2007, L’empire du traumatisme. Enquête sur la condition de victime, Paris, Flammarion.

Fernandez F., Lézé S., 2011, Finding the hearth of carceral treatment. Mental heart care in a French prison, Social science and Medecine, 72, 9, 1563-1569.

Foucault M., 1975, Surveiller et punir, Paris, Gallimard.

Foucault M., 1981, Dits et Écrits II 1976-1988, Paris, Gallimard.

Fournier J., 2011, 1 déc., Suicide de Marjorie Raymond : l’intimidation, seule responsable, Le Soleil, Québec, https://www.lesoleil.com/actualite/education/suicide-de-marjorie-raymond-lintimidation-seule-responsable-96f8b78fae9b8a53e5ef3b16bad2701d [consulté le 4 février 2017].

Fox C.L., Boulton M., 2003, A social kills training (sst) Programme for victims of bullying, Pastoral Care in Education, 21, 2, 19-26.

Galand B., Baudoin N., 2015, Qu’est-ce qui anime les auteurs de harcèlement : pouvoir, déviance, détresse, protection ou compensation ? in Beaumont C., Galand B., Lucia S., Les violences en milieu scolaire : définir, prévenir, agir, Québec, Presses de l’Université Laval, 49-68.

Garland D., 2001, The culture of control. Crime and Social Order in Contemporary Society, Chicago, University of Chicago Press.

Garland D., 2008, On the concept of moral panic, Crime media culture, 4, 1, 9-30.

Gaudreault D., 2018, La carrière publique de l’intimidation au Québec. Incursion dans l’économie morale de l’enfance. https://corpus.ulaval.ca/jspui/handle/20.500.11794/32542?locale=fr [consulté le 1 décembre 2018], Québec, Université Laval.

Gaudreault D., 2022, Chronique de la violence : une généalogie de l’intimidation scolaire, Québec, Presses de l’Université Laval.

Geay B., 2003, Du cancre au sauvageon : les conditions institutionnelles de diffusion des politiques d’insertion et de tolérance zéro, Actes de la recherche en sciences sociales, 149, 4, 21-31.

Gervais R., 1992, 20 juil., Des commerces saccagés sur la Plaza St-Hubert, La Presse, Montréal, A1-A2.

Girard M-C., 2003, 25 janv., Le taxage : quand on se fait voler l’estime de soi, La Presse, Montréal, B1.

Glaser G.B., Strauss L. A., 1999, The discovery of grounded theory: strategies for qualitative research, Abindgon-on-Thames, Routledge.

Gusfield J., [1989] 2012, Significations disputées. Contester la propriété et l’autorité des problèmes sociaux » in Cefaï D., Terzi C. (dir.), L’expérience des problèmes publics. Perspectives pragmatistes, Paris, EHESS, 113-132.

Harcourt B., 2006, L’illusion de l’ordre. Incivilités et violences urbaines : tolérance zéro ?, Paris, Descartes & Cie.

Hawkins D.L., Pepler D.J., Craig W.M., 2001, Naturalistic observations of peer interventions in bullying, Social development, 10, 4, 512-527.

Kljakovic M., Hunt, C., 2016, A meta-analysis of predictors of bullying and victimization in adolescence, Journal of Adolescence, 49, 134-145.

Koopman C., 2013, Genealogy as critique: Foucault and the problems of modernity, Bloomington, Indiana University Press.

Lamon G., 1997, 16 mai, Le « taxage », un fléau à l’école. En sept mois, 58 jeunes ont été arrêtés pour extorsion, La Presse, Montréal, A4.

Le Blanc M., Deguire A-É., 2002, Le taxage : une forme inédite de vol ?, Criminologie, 35, 2, 159-178.

Le Soleil (sans mention d’auteur), 2011, 1 déc., « Son mal de vivre, c’était l’école », La Presse, Montréal, A19.

Leblanc G., 1989, 8 avril, Toronto nerveuse devant le spectre de la violence des jeunes, La Presse, Montréal, B1.

Lenoir R., 1989, Problème social et objet sociologique, in Champagne, P., Lenoir, R., Merllié, D., Initiation à la pratique sociologique. Paris, Dunod, 55-100.

Lévesque L., 2003, 24 janv., Plan d’action gouvernemental contre le taxage, La Presse, Montréal, A12.

Limber S., 2011, Development, evaluation, and future directions of the Olweus Bullying Prevention Program, Journal of School Violence, 10, 1, 71-87.

Mabilon-Bonfils B., 2005, L’invention de la violence scolaire, Toulouse, Érès.

Malboeuf M-C., 1997, 13 déc., La peur d’affronter son agresseur en cour, La Presse, Montréal, B1.

Mathieu I., 2001, 8 nov., L’intimidation gagne du terrain dans les cours d’école. Le bullying est sous-estimé par les directions, déplorent les psychologues, Le Soleil, Québec, A1.

Millet M., Thin D., 2005, Ruptures sociales : l’école à l’épreuve de la question sociale, Paris, PUF.

Ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport, 2009, La violence à l’école : ça vaut le coup d’agir ensemble ! Plan d’action pour prévenir et traiter la violence à l’école 2008-2011, Québec, Bibliothèque et Archives nationales du Québec.

Ministère de la Famille, 2015, Ensemble contre l’intimidation : une responsabilité partagée. Plan d’action concerté pour prévenir et contrer l’intimidation 2015-2018, Québec, Bibliothèque et Archives nationales du Québec.

Ministère de la Sécurité Publique, 2002, Les jeunes et le taxage au Québec. https://www.securitepublique.gouv.qc.ca/fileadmin/Documents/police/publications/jeunes_taxage/brochure.pdf [consulté le 10 juillet 2017].

Ministère de la Sécurité Publique, 2007, Plan d’intervention québécois sur les gangs de rue 2007-2010, Québec, Bibliothèque et Archives nationales du Québec.

Ministère de la Sécurité Publique, 2012, Plan d’intervention québécois sur les gangs de rue 2011-2014, Québec, Bibliothèque et Archives nationales du Québec.

Ministère de la Sécurité Publique, 2016, « Gangs de rue ». https://www.securitepublique.gouv.qc.ca/police/phenomenes-criminels/gangs-de-rue.html. [consulté le 11 novembre 2018].

Mohammed M., Muchielli L., 2007, Les bandes de jeunes : des ″blousons noirs″ à nos jours, Paris, La Découverte.

Mucchielli L. (dir.), 2008, La frénésie sécuritaire. Retour à l'ordre et nouveau contrôle social, Paris, La Découverte.

Myles D., 2000, 13 juil., Guerre des gangs dans le nord de Montréal : nouvel attentat à main armée, Le Devoir, Montréal, A3.

Noël A., 1990, 15 août, Propagande haineuse : La censure ferait plus de mal que de bien, La Presse, Montréal, B4.

Olweus D., 1978, Aggression in the schools : bullies and whipping boys, Washington, Hemisphere Pub. Corp.

Olweus D., 1993, Bullying at school : what we know and what we can do, Oxford, Blackwell Publishing.

Otero M., 2008, Vulnérabilité, folie et individualité : le nœud normatif in Châtel, V., Roy, S. (dir.), Penser la vulnérabilité. Visages de la fragilisation du social, Montréal, Presses de l'Université du Québec, 124-145.

Pepler D. J., Craig W. M., 1995, A peek behind the fence: Naturalistic observations of aggressive children with remote audiovisual recording, Developmental Psychology, 34, 4, 548-553.

Périssol G., 2020, Le droit chemin. Jeunes délinquants en France et aux États-Unis au milieu du XXe siècle, Paris, PUF.

Perreault M., Bibeau G., 2003, La gang : une chimère à apprivoiser. Marginalité et transnationalité chez les jeunes Québécois d’origine afro-antillaise, Montréal, Boréal.

Poulin M.M., Roy V., 2016, Intervenir auprès des victimes d’intimidation en milieu scolaire : l’empowerment comme approche alternative, Service social, 62, 1, 24-37.

Pratte A., 1999, 12 juin, L’intimidation entre enfants doit être prise au sérieux, avertit un spécialiste, La Presse, Montréal, A15.

Praz A-F., 2005, De l’enfant utile à l’enfant précieux : filles et garçons dans les cantons de Vaud et Fribourg 1860-1930, Lausanne, Éditions Antipodes.

Presse Canadienne, 2001, 8 nov., Lutte contre l’intimidation chez les jeunes, La Presse, Montréal, A5.

Roy, P., 1995, 19 mai, « taxage », La Presse, Montréal, A4.

Rutland T., 2021, From compromise to counter-insurgency : Variations in the racial politics of community policing in Montreal, Geoforum, 118, 180-189.

Sallée N., Décary-Secours B., 2020, De la panique morale à la production expertale. Les usages de la catégorie racialisée de gang de rue dans les mutations des politiques de traitement pénal de la jeunesse à Montréal, Politix, 130, 2, 165-190.

Service du renseignement criminel du Québec, 2008, Qu’est-ce qu’un gang de rue ? Québec, Ministère de la Sécurité publique du Québec.

Soulié J-P., 1995, 17 mars, L’école Louis-Joseph-Papineau sous le choc, La Presse, Montréal, A3.

Spector M., Kitsuse J.I., 1977, Constructing social problems, New York, Aldine De Gruyter.

Strauss A. L., Corbin J., 2004, Les fondements de la recherche qualitative : techniques et procédures de développement de la théorie enracinée, Fribourg, Academic Press Fribourg.

Trottier É., 1995, 16 mars, Les Poco Pero Locos terrorisaient les élèves d’une école et se planquaient dans un tuyau pluvial, La Presse, Montréal, A1-A2.

Vienne P., 2009, Violences à l’école : au bonheur des experts, Paris, Syllepse.

Wacquant L., 2004, Punir les pauvres. Le nouveau gouvernement de l’insécurité sociale, Marseille, Agone.

Wang J., 2020, Capitalisme carcéral, Montréal, Les éditions de la rue Dorion.

Wotling P., 1995, Nietzsche et le problème de la civilisation, Paris, PUF.

Haut de page

Notes

1 Au Québec, le « school bullying » anglo-saxon est traduit par « intimidation ». Dans le reste de la francophonie, les vocables « harcèlement scolaire » ou « brimades » sont plus courants.

2 Becker définit l’entrepreneur de morale comme un « individu qui entreprend une croisade pour la réforme des mœurs. Il se préoccupe du contenu des lois. Celles qui existent ne lui donnent pas satisfaction parce qu’il subsiste telle ou telle forme de mal qui le choque profondément. Il estime que le monde ne peut être en ordre tant que des normes n’auront pas été instaurées pour l’amender. Il s’inspire d’une éthique intransigeante : ce qu’il découvre lui paraît mauvais sans réserve ni nuances, et tous les moyens lui semblent justifiés pour l’éliminer. » (Becker, 1985, 171).

3 Depuis 2016, je construis une méthode d’analyse documentaire transversale et diachronique autour de ce corpus. Diverses sources ont été dépouillées : presse écrite ; littérature experte ; documents d’organisations officielles ; littérature « grand public », objets culturels et archives sur l’éducation au Québec. Cet article porte sur le corpus médiatique. Voir aussi Gaudreault (2018 ; 2022).

4 http://www.banq.qc.ca/collections/collection_numerique/journaux-revues/

5 Au sens large, l’intimidation signifie « remplir quelqu’un de peur, en imposant sa force, son autorité ». Étymologiquement, « intimider » provient du latin intimidare, de timidus. Il désigne le fait de rendre timide, de remplir de gêne, de trouble ou de confusion. Selon cette acception littérale, on dira par exemple qu’un enfant est intimidé par sa première journée d’école. De façon plus large, le mot appartient au champ sémantique des rapports de force pour décrire une influence indue, voire illégitime, qu’une partie exerce sur une autre. L’intimidation est aussi un crime, que le Code criminel canadien définit comme l’usage de violence ou de menaces pour « injustement et sans autorisation légitime, […] forcer une autre personne à s’abstenir de faire une chose qu’elle a légalement le droit de faire, ou à faire une chose qu’elle peut légalement s’abstenir de faire » (Code criminel, L.R.C., 1985, art. 423). Dans la presse, les utilisations traditionnelles du mot renvoient surtout aux conflits de travail, aux diverses formes de lutte politique et aux conflits géopolitiques. Il est aussi fréquemment employé dans le langage sportif pour décrire le fait, pour une équipe ou un joueur, d’imposer sa force à l’adversaire.

6 Après avoir identifié les différents champs sémantiques périphériques de l’intimidation, j’ai pu constituer un corpus en excluant les évocations ne concernant pas le harcèlement entre enfants. Dans un premier temps, j’ai testé plusieurs combinaisons de mots-clés avec l’outil de recherche de la collection numérique Revues et journaux québécois de la BAnQ. Deux collectes ont été effectuées. Une première en 2017, dans le cadre de mon mémoire de maîtrise, incluait les mots-clés « intimidation +école », « intimidation +enfant » et « bullying ». Après l’exclusion des hors sujets et des doublons, 343 documents ont été retenus. La deuxième collecte, en 2020, a été nécessaire à la suite d’une refonte complète de l’outil de la BAnQ, notamment la lemmatisation. Avec les mots clés « intimidation +école » et « bullying », l’outil bonifié de la BAnQ s’est avéré nettement plus généreux avec 3 335 documents pertinents.

7 « B1 » correspond ici à la première page du cahier « B » du journal où est paru l’article cité, dont on trouvera la référence complète en bibliographie. La plupart des journaux québécois analysés sont divisés en cahiers thématiques : actualités, faits divers, culture, sports, etc., chacun identifié par une lettre.

8 Par typification, j’entends aussi bien l’élaboration intersubjective des « schémas de pensée » nécessaires à l’institutionnalisation de la réalité sociale (Berger, Luckmann, 1966 [2014]) que l’exemplification des problèmes publics par des faits divers.

9 En plus du dossier principal, il faut souligner l’encadré en bas à gauche. Les « Hell’s Angels » est une organisation bien connue au Québec, composée d’adultes dits « motards » qui contrôleraient une part importante du marché criminel. L’actualité des « Hell’s » fait beaucoup la manchette au moment de la problématisation des gangs de rue racisés.

10 Traduction libre : Peu nombreux, mais fous.

11 C’est aussi l’année de l’apogée médiatique des gangs de rue. Voir le graphique 1.

12 Les données sur l’intimidation s’expriment en nombre de textes tandis que celles sur le taxage s’expriment en nombre de fascicules (cahiers). Cela a peu de conséquences, hormis une légère surreprésentation de l’intimidation comparée au taxage (surtout pour les années 2010 où il est plus fréquent qu’un même cahier présente plusieurs articles). Le graphique reste fidèle aux tendances respectives.

13 Pour une analyse de la construction genrée de la violence inhérente à ces données, voir Gaudreault (2022).

14 Pour une analyse plus complète de la littérature behavioriste autour de l’intimidation et du bullying, voir Gaudreault (2018 ; 2022).

Haut de page

Table des illustrations

Légende Graphique 1 : Présence de l’expression « gang(s) de rue » dans trois journaux québécois (BAnQ), en nombre de fascicules, 1985-2016
URL http://journals.openedition.org/champpenal/docannexe/image/14874/img-1.png
Fichier image/png, 127k
Légende Figure : La une de Photo Police du 31 juillet 1992
URL http://journals.openedition.org/champpenal/docannexe/image/14874/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 233k
Légende Graphique 2 : Présence médiatique du « taxage » selon trois journaux québécois (BAnQ), en nombre de fascicules (cahiers), 1985-2016
URL http://journals.openedition.org/champpenal/docannexe/image/14874/img-3.png
Fichier image/png, 165k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

David Gaudreault, « De la dangerosité à la vulnérabilité : les métamorphoses de la violence scolaire au Québec »Champ pénal/Penal field [En ligne], 29 | 2023, mis en ligne le 08 décembre 2023, consulté le 04 mars 2024. URL : http://journals.openedition.org/champpenal/14874 ; DOI : https://doi.org/10.4000/champpenal.14874

Haut de page

Auteur

David Gaudreault

Doctorant, Département de sociologie, Université de Laval. Contact : david.gaudreault.4@ulaval.ca

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search