Navigation – Plan du site

AccueilTous les volumes29IntroductionDes vieilles pratiques en mutatio...

Introduction

Des vieilles pratiques en mutations : un nouvel âge du traitement de l’indiscipline ?

Nicolas Sallée, Fabrice Fernandez et Dahlia Namian

Notes de l’auteur

Les prémisses de cette réflexion sur l’indiscipline ont émergé dans le cadre de l’atelier Micro-politiques de l’indiscipline. Le traitement informel des indisciplinés organisé par Fabrice Fernandez dans le cadre du colloque (In)disciplines : savoirs, récurrences, émergences de l’Association canadienne des sociologues et des anthropologues de langue française (ACSALF). Ce colloque s’est tenu du 1er au 3 novembre 2017 à l’université Laval de Québec.

Texte intégral

1En sociologie, on a longtemps considéré le rôle moral de la discipline – « sa raison d’être », écrivait Émile Durkheim (2012, 52) – comme un moyen d’inculquer le respect des règles impersonnelles et abstraites afin de faire en sorte que chacun s’habitue à se dominer et à se contenir. « L’esprit de discipline », selon Durkheim, devait venir en nous non tant par crainte de la punition que par respect de l’autorité morale, pour parvenir à la maitrise de soi, à la modération et à la contenance de nos passions, désirs, habitudes et instincts. Mais la discipline ne se réduit pas à un simple contrôle moral. Elle pénètre les corps et la chair, au cœur de notre intégrité physique et psychique et de notre intimité émotionnelle (Fernandez, Gariépy, 2018 ; Fernandez, 2022).

  • 1 On peut dire, en ce sens, que l’approche foucaldienne prolonge, en les déplaçant, les questionnemen (...)

2Dans Surveiller et punir (1975), Michel Foucault a ouvert la voie à cette autre lecture, en appréhendant la discipline dans sa matérialité, soit comme une « microphysique du pouvoir », agissant directement sur les corps pour régulariser les conduites. Il décrit l’émergence, dans l’ombre des libertés formelles, d’une machinerie fine du pouvoir qui, au moyen d’un réglage de l’espace et du temps, vise à produire des individus « dociles et utiles » (Foucault, 1975, 233). Dans son approche, les savoirs sur l’homme eux-mêmes, et les sciences du crime, mais aussi de la folie, de l’éducation et du travail sont fondées sur cette « prise du corps » primitive. La discipline va, de fait, bien au-delà du champ pénal. Elle est non seulement constitutive de la prison et, plus fondamentalement, de la technique pénitentiaire, mais aussi d’un ensemble d’autres institutions, formant ce que Foucault nomme « l’archipel carcéral » (Foucault, 1975, 304) : écoles, pensionnats et orphelinats, asiles, ateliers, casernes militaires, etc. Au sein de cet archipel, les disciplines, de plus en plus rigoureuses et minutieuses dans leur application, deviennent un principe normalisé d’organisation sociale, dont Erving Goffman (1968) avait déjà, quelques années plus tôt, décrypté d’importants rouages dans son travail sur les « institutions totales »1. Quinze ans après la publication de Surveiller et Punir, Gilles Deleuze diagnostiquait « la crise des institutions disciplinaires », déjà repérée avant lui par Foucault, pour mettre en lumière « l’installation progressive et dispersée d’un nouveau régime de domination » (Deleuze, 2018, 12). Ce régime, qui substitue aux « vieilles disciplines opérant dans la durée d’un système clos » (Deleuze, 2018, 5-6) des modalités de contrôle œuvrant dans des circuits diffus et ouverts, viserait moins à dresser les individus et leurs conduites, qu’à traquer leurs virtualités et tracer leurs risques, ou les inciter à se contrôler eux-mêmes. Ce célèbre texte de Deleuze sur les « sociétés de contrôle » (voir aussi Razac, 2008, 2023) s’inscrit dans un ensemble de travaux qui, depuis le début des années 1980, ont analysé les chemins par lesquels la discipline s’est transformée pour être soit dépassée par l’avènement d’un « ordre post-disciplinaire » (Castel, 1981), soit reconfigurée par l’émergence de nouvelles formes de gouvernementalité ou de conduite des conduites (O’Malley, 1992 ; Barry et al., 1996 ; Chantraine, 2006). Au-delà de leurs distinctions, ces réflexions ont en commun d’avoir fait état de mutations à l’œuvre dans les modalités du pouvoir visant à réguler les conduites.

3Dans un livre récent consacré aux mutations du traitement des déviances juvéniles en France et aux États-Unis, l’historien Guillaume Périssol (2020) traque ainsi les signes, des années 1940 aux années 1960, du « basculement dans une nouvelle épistémè » : à la verticalité des systèmes de discipline, se serait progressivement substituée, dans des sociétés d’après-guerre marquées par une double crise de la tradition et de l’autorité, l’horizontalité d’un modèle de contrôle plus souple et insidieux, centré sur la « liberté surveillée » plutôt que sur la prison (sur ce point, voir aussi de Larminat, 2014a, 2014b ; Bugnon, 2020 ; Sallée, 2023). Dans le domaine du traitement des « délinquants » ou des « cancres », des « toxicomanes », des « fous » ou des « pauvres », divers travaux montrent comment ce passage vers une gestion du risque s’illustre par l’injonction à devenir autonome et responsable dans la gestion de ses propres conduites. Cette mutation s’est accompagnée, en parallèle, d’injonctions à l’humanisation des institutions et des pratiques d’intervention. Si les « milieux d’enfermement » dont Gilles Deleuze évoquait la crise existent encore, ils composent aujourd’hui, entre leurs murs comme en dehors, avec une pluralité de dispositifs qui témoignent de la place croissante accordée aux droits et à la reconnaissance des personnes enfermées (Bérard, 2014 ; Fernandez et al., 2015a), mais aussi accueillies, accompagnées, soignées, éduquées ou réhabilitées (voir par exemple Astier, 2009 ; Fassin et al., 2013 ; Roy et al., 2018 ; Dubois, 2021). L’intégrité physique et mentale, la confidentialité et le consentement (Brossard, 2017 ; Vilpry et al., 2018), de même que l’attention envers les émotions (Fernandez et al., 2015b ; Virat, Lenzi, 2018 ; Grimard et al., 2022), la souffrance (Otero, Namian, 2008 ; Moreau, Larose, 2013) et la singularité des personnes (Martuccelli, 2010 ; Namian, 2011), font désormais partie de la grammaire des institutions, appelées à s’émanciper de pratiques jugées d’un autre temps.

4La discipline, en tant que mode de régulation des conduites, ne disparaît cependant pas dans ce nouveau cadre normatif (Otero, 2021). Elle prend de nouvelles formes ou adopte un nouveau langage, témoignant de la capacité de certaines institutions à draper dans des « habits neufs » (Sallée, 2022), et plus respectables, leurs pratiques pourtant les plus controversées (Otero et al., 2017). Elle est aussi, et parallèlement, l’objet d’une formalisation croissante, dont témoigne la centralité désormais accordée aux « conseils » ou autres « commissions de discipline » dans les écoles (Geay et al., 2009), le sport (Penin et al., 2011 ; Demazière, Nuytens, 2018) ou les institutions pénales, en particulier les prisons (Chantraine, Sallée, 2013 ; Fernandez, 2015 ; Bouagga, 2015 ; Durand, 2019). Cette formalisation, qui laisse évidemment ouverte la question des usages du droit dans des institutions fondamentalement dissymétriques (Rostaing, 2007 ; Salle et Chantraine, 2008), peut également toucher directement les acteurs et actrices (gestionnaires, intervenant·e·s) susceptibles d’être rappelé·e·s à l’ordre des « bonnes pratiques » professionnelles s’ils ou elles dévient des règles censées désormais encadrer leur travail.

5S’il ne fait donc pas de doute que la discipline existe encore, comment se manifeste-t-elle et se justifie-t-elle aujourd’hui ? Quels en sont les règles et les protagonistes, les mots et les finalités, les modalités et les effets ? Conserve-t-elle, pleinement ou au moins partiellement, le sens que leur donnaient Émile Durkheim ou, dans un autre registre, Michel Foucault ? Si tel n’est pas le cas, quels concepts permettent de la saisir au plus proche de ce qu’elle est, ou de ce qu’elle est devenue ? Pour répondre à cette série de questions, ce numéro rassemble un ensemble de contributions consacrées, sous des angles méthodologiques et analytiques variés, aux modalités concrètes de traitement de l’indiscipline.

1. De la déviance à l’indiscipline

6Comme la notion de déviance (Becker, 1985), avec laquelle elle entretient d’importantes affinités, la notion d’indiscipline réfère, en première instance, à un acte ou un comportement dont on estime qu’il s’écarte non pas uniquement des lois, mais des normes sociales, soit des règles de conduite (plus ou moins codifiées) nécessaires au maintien d’un ordre institutionnel. Elle met cependant en lumière, plus que ne le fait celle de déviance, les déstabilisations potentielles de l’ordre et les défiances, volontaires ou non, de l’autorité de ses garants. Comme le souligne l’écrivain Driss Ksikes, l’indiscipline, si l’on succombe à la tentation d’en « circonscrire le sens », indique « le refus, le rejet voire la soustraction au devoir de soumission à une série de règles [considérées comme] immuables, indiscutables » (Ksikes, 2021, 19). Analysant les critiques de la pénalité développées dans les cercles fouriéristes au milieu du 19e siècle, Michel Foucault souligne que ce qui fait rupture, face à « la discipline au visage de la loi », est moins l’infraction que l’indiscipline, cet ordre désordonné qui s’affranchit des normes pour faire valoir la liberté (l’absence d’habitat, de travail, de parents et même d’emploi du temps) : « à travers toutes ces menues indisciplines, c’est finalement la “civilisation” toute entière qui est récusée, et la “sauvagerie” qui se fait jour » (Foucault, 1975, 298). L’indiscipline révèle dès lors les rapports de pouvoir qui structurent la production des règles de conduite à travers une économie de gestes, d’émotions, de discours, de relations et d’espaces normés. Plutôt qu’à une forme d’« évasion » qui, telle qu’on peut la trouver chez Robert K. Merton (1965), suppose une extériorité absolue de l’individu vis-à-vis des normes, l’indiscipline surgit dans ce qui résiste, en pratique, aux normes et aux pouvoirs, rendant possible, par le fait même, l’émergence de nouveaux discours, ou de contre-discours (Scott, 2019).

  • 2 Il s’agit là de la simple définition que donne la version en ligne du dictionnaire Larousse au mot (...)

7L’indiscipline suppose, dans sa désignation même, un ensemble de jugements plus ou moins stabilisés sur l’individu qui en est l’auteur, dont il est estimé, parce qu’il ne se soumet pas (intentionnellement ou non) à l’ordre imposé, qu’il « manque de discipline2 ». Cet individu peut être tantôt perçu comme inattentif, maladroit ou ignorant des règles en vigueur, tantôt comme réfractaire, résistant, insoumis ou rebelle aux cadres normatifs, tantôt encore comme incorrigible, mal-élevé ou impénitent, quand il n’est pas incurable, intraitable voire irrécupérable. Le traitement de l’indiscipline, qu’il s’agisse, selon les cas et les époques, de corriger, de relever ou de redresser, d’éduquer ou de rééduquer, de resocialiser, de soigner ou de réadapter, ne renvoie dès lors pas seulement à l’imposition de la norme, mais à la défense de la supériorité et de la légitimité de l’autorité qui la fonde, quitte à adapter ses champs d’action à ce qui la conteste ou lui résiste. Son étude implique ainsi d’examiner les conditions d’émergence et de formalisation, ou de contestation et de transformation des règles morales, des normes ou des sensibilités qui définissent et redéfinissent, en des lieux, à des époques et dans des champs variés, les frontières du tolérable et de l’intolérable.

8Le traitement de l’indiscipline est, de fait, indissociable d’un processus sociohistorique marqué par un rehaussement du seuil de notre sensibilité à l’intolérable (Elias, 1973). Le seuil de la gêne, du malaise et du trouble comme celui de la violence permise ont évolué, au sein des sociétés occidentales, à partir d’une maîtrise croissante de soi fondée sur la civilité, la pudeur et la régulation de nos pulsions et émotions. Ces mutations se cristallisent aujourd’hui dans un « gouvernement des sensibilités » (Fernandez, 2022) qui procède par la délimitation et la catégorisation de nos affects. Témoigne de ce gouvernement l’injonction faite aux individus indisciplinés, comme part intégrante de leur traitement, de travailler, moduler, exprimer ou apaiser leurs émotions. Il se manifeste aussi dans le travail qu’opèrent – ou que doivent opérer – les acteurs et actrices du traitement de l’indiscipline sur leurs propres émotions (Fernandez, Lézé, 2011 ; Lenzi, Virat, 2018 ; Grimard et al., 2022), qu’il s’agisse de les mettre à distance pour contrôler leurs affects, ou au contraire de les convoquer, quitte à les réguler, pour aviver leur regard sur les situations auxquelles ils font face. Traiter l’indiscipline revient dès lors, inévitablement, à travailler avec et sur les émotions (Hochschild, 2017) – les siennes et celles d’autrui.

9Si le traitement de l’indiscipline, suivant les tendances que nous avons esquissées plus haut, repose sur des règles de plus en plus formalisées (Brossard, 2017), des droits de plus en plus encadrés et des injonctions croissantes au « professionnalisme » (Boussard et al., 2010), il engage donc également, et simultanément, un ensemble de règles informelles, moins visibles sinon invisibilisées. Ces règles peuvent se tisser dans la complexité des relations qu’entretiennent les acteurs et actrices du traitement de l’indiscipline avec les individus qui leur font face, et des émotions qui les traversent. Elles peuvent aussi se loger dans les jugements moraux, et socialement différenciés, qu’ils et elles peuvent avoir sur des conduites perçues, selon un ensemble de facteurs à décrypter, comme plus ou moins légitimes, tolérables ou acceptables. L’étude de ces jugements moraux révèle la prégnance d’un ensemble de rapports sociaux inégalitaires. Dans un livre récent consacré au traitement des adolescents et des adolescentes dans les tribunaux pour enfants, Arthur Vuattoux (2021) montre ainsi comment les professionnel·le·s des systèmes de justice des mineurs (juges, personnel éducatif, psychologues et psychiatres, etc.), en évaluant et en qualifiant les formes d’indiscipline qu’ils et elles rencontrent, produisent et reproduisent des rapports de genre naturalisés (voir aussi Chesney-Lind, 1997 ; Myers, 2006 ; Cardi, 2007) qui s’articulent à des rapports d’âge, de classe, de race, de genre et de sexualité (sur ce point, dans le champ du traitement des personnes en situation d’itinérance, voir aussi Namian, 2020). 

2. L’école, foyer du traitement de l’indiscipline

10L’école joue un rôle central parmi les institutions du traitement de l’indiscipline. Dès le plus jeune âge, les enfants y découvrent les exigences d’un apprentissage en groupe, dans un espace ordonné, structuré par diverses règles et leurs échelles de sanction. Au début du 20e siècle, dans ses réflexions sur la pédagogie, Émile Durkheim attribuait ainsi aux maitres le rôle d’inculquer aux enfants « l’esprit de discipline » indispensable à l’intériorisation des éléments de moralité nécessaires à leur éducation et, in fine, à la « santé morale » d’une « grande nation » (Durkheim, 2012, 15) : « à la racine de la vie morale, il y a, outre le goût de la régularité, le sens de l'autorité morale. D'ailleurs, entre ces deux aspects, il y a une étroite affinité, et ils trouvent leur unité dans une notion plus complexe qui les embrasse. C'est la notion de discipline. La discipline, en effet, a pour objet de régulariser la conduite ; elle implique des actes qui se répètent eux-mêmes dans des conditions déterminées ; mais elle ne va pas sans autorité » (Durkheim, 2012, 27-28).

11La discipline scolaire, au début du 21e siècle, n’est cependant plus la même qu’un siècle auparavant (Zaffran, 2006 ; Prairat, 2007) : tandis que l’école s’est massifiée, la pédagogie scolaire se veut plus individualisée, les droits des enfants ont été affirmés, et l’administration des sanctions est de plus en plus réglementée. C’est aussi le contenu de l’indiscipline scolaire qui a évolué, comme le montrent divers travaux consacrés aux « désordres scolaires » (pour un état de l’art exhaustif, voir Moignard, Rubi, 2020). En s’appuyant sur les travaux classiques de Jean Testanière (1967), Anne Barrère rappelle, dans un travail consacré aux établissements secondaires, que le « chahut traditionnel » des lycées bourgeois, qui était « collectivement organisé », « [mettant] à mal provisoirement les normes scolaires pour mieux les conforter dans l’ensemble » (Barrère, 2002, 4), a peu à peu laissé place, à la fin des années 1960, à un « chahut anomique », « dirigé contre des réalités plus vagues » : « désintérêt ou fatigue devant la course scolaire, incompréhension ou distance face aux exercices scolaires eux-mêmes, il se nourrit des déficits ou des aléas du sens que les élèves attribuent à l’école » (Barrère, 2002, 4). À ce chahut anomique se superpose désormais, dans ce qu’elle nomme le « nouvel âge des désordres scolaires », une multiplication des « incidents perturbateurs » (agressivité entre élèves ou contre les enseignants, en classe ou à la porte, etc.) mettant à l’épreuve l’autorité des enseignants, confrontés à une hétérogénéité croissante des publics et « aux difficultés scolaires et sociales cumulées d’un petit nombre d’élèves » (Barrère, 2002, 4 ; Moignard, Rubi, 2018). Dans ce contexte, ce sont aussi les figures-types de l’élève indiscipliné qui se déplace. Cette figure a longtemps été celle du « cancre », ou de « l’élève relégué au fond de la classe, traditionnel chahuteur aux allures sympathiques mais promis à une espérance scolaire des plus réduites » (Geay, 2003, 21). S’y superpose désormais celle du « sauvageon », dont il est considéré, dans une forme répétée de responsabilisation des familles de classes populaires (Neyrand, 2011), et en particulier des mères (Cardi, 2012), que « faute d’avoir été correctement “socialisé” par l’institution familiale, [il] transporte avec lui toute la précarité et l’instabilité du monde social environnant » (Geay, 2003, 21 ; voir aussi Debarbieux, 1998 ; Douat, 2000 ; Sallée, 2014). Cette seconde figure permet de rendre compte du rôle joué par l’institution scolaire dans l’identification et l’orientation institutionnelle précoce des futur·e·s client·e·s des institutions pénales – ce que de nombreux travaux sociologiques ont identifié par l’expression « school-to-prison pipeline » (voir par exemple Skiba et al., 2014 ; pour une discussion du concept et de sa portée empirique, voir McGrew, 2016).

12Le texte de Laura Foy nous permet d’entrer de plain-pied dans les questions posées par le traitement précoce de ces formes d’indiscipline, à partir d’un travail ethnographique mené au sein de diverses classes d’une école primaire du Réseau d’éducation prioritaire renforcé (REP+) de la ville de Marseille. L’autrice montre, à partir de données ethnographiques, le poids des rapports sociaux de classe, de genre et de race dans le déploiement de pratiques disciplinaires informelles, et parfois inavouables, pouvant ouvrir à l’usage de la violence ou, plus exactement, de différentes formes de violences : « le territoire d’exercice professionnel (les “quartiers”) et les caractéristiques socio-économiques et raciales des élèves induisent dans ces écoles la production d’un continuum disciplinaire au sein duquel la violence symbolique est routinisée et banalisée, ouvrant la potentialité à des formes plus rares, le plus souvent rapportées en entretien, de violences verbales et/ou physiques ». Ce texte témoigne ainsi de la stricte surveillance dont sont l’objet les jeunes de classes populaires, renvoyés aux inadéquations de leur « culture » – ou de celle de leurs parents – quand ils sont issus de l’immigration (sur ce point, dans le champ pénal, voir aussi Terrio, 2009). Dans les interstices de cette production disciplinaire, le texte propose aussi une analyse de la professionnalité enseignante. Pour les enseignant·e·s de ces écoles, souvent jeunes et précaires, qui cultivent le sentiment d’être envoyé·e·s « au front » dans les écoles les plus défavorisées, la disciplinarisation des élèves apparaît comme un « mode de socialisation professionnelle ». Face à l’alternative dans laquelle ils perçoivent être pris (« bouffer » ou « se faire bouffer »), « tenir tête » aux élèves devient le levier d’une forme de valorisation entre pairs qui permet de justifier (et de se justifier) des pratiques pourtant situées aux limites de la déontologie professionnelle.

13Le texte de Laura Foy montre bien que si une partie de cette disciplinarisation vise à répondre à des incidents, une autre vise seulement à « poser le cadre » et à inculquer aux enfants leur « métier d’élève » jusqu’à leurs habitudes corporelles a priori les plus banales (ne pas bouger, se tenir droit, ne pas baver, etc.) : la discipline vise ici « à fabriquer des corps à la fois dociles et capables » (Foucault, 1975, 301). Cette discipline des corps est au fondement du texte de François Brasdefer, centré sur un type singulier de situation : « celui d’être surveillé, puni ou sanctionné pour graffiti au collège et au lycée ». En s’appuyant sur huit récits de vie menés, en France, avec des jeunes graffeurs aux propriétés sociales contrastées, l’auteur met en avant le poids des rapports sociaux de classe, de genre et d’âge dans la production de ce qu’il nomme, paraphrasant Michel Foucault, une « gestion différentielle de l’indiscipline ». Ne ciblant pas les individus au hasard, la discipline vise non seulement à « prévenir ou réprimer les transgressions des normes », mais également à hiérarchiser les cas, en différenciant les types d’indiscipline et d’élèves indisciplinés. Tandis que certains graffeurs apparaissent comme des « sauvageons » ou des « mauvais canards », défiant l’autorité scolaire en écrivant sur des supports variés dans une épreuve de virilité proche des masculinités valorisées dans les classes populaires, d’autres performent leur « adhésion aux masculinités de classes supérieures », valorisant « la technique et l’art de peindre, se posant à distance des “cramés” ou des “mecs” qui se battent pour leur “territoire” ». Ces derniers, appréhendés par l’institution scolaire comme des « gentils vandales », échappent alors aux sanctions en faisant la démonstration de leur respect des normes constitutives du « métier d’élève ». Cette gestion différentielle de l’indiscipline peut même conduire certains élèves à participer à la production de fresques explicitement valorisées par les établissements scolaires.

14La gestion de l’indiscipline scolaire ne vise donc pas seulement à identifier les élèves à punir, à sanctionner ou à exclure, mais également à distinguer ceux qui, respectant l’institution et ses attentes morales et comportementales, méritent sa clémence. Le texte de David Gaudreault permet de faire un pas supplémentaire dans cette direction en examinant la genèse, au Québec, d’une politique scolaire de prévention de l’intimidation fondée sur une « économie morale de la vulnérabilité ». En s’appuyant sur une analyse documentaire à visée généalogique, l’auteur montre comment « le “poliçage” (policing) classique », marqué par une répression du « taxage » (ou racket), a été prolongé par « un polissage des mœurs » qu’incarne la prééminence croissante, depuis le début des années 2000, d’une politique de prévention de l’intimidation scolaire inscrite dans un cadrage psychosocial, et non plus seulement policier et judiciaire, de la gestion de ces « nouvelles indisciplines ». Ces dernières « échappant aux registres de la justice, ce sont les milieux scolaires, psychosociaux, associatifs et familiaux qui sont chargés de les réguler et surtout de les prévenir ». L’intimidation procède d’une psychologisation du regard sur les indisciplines, « [partageant] le postulat que les situations violentes trouvent leur source dans la structure de personnalité des élèves ». Victimes et agresseurs doivent être responsabilisés, les premières pour travailler leur estime de soi, les seconds leur empathie et leur communication. Les jeunes ne sont plus seulement contrôlés, ou disciplinés, mais doivent faire l’apprentissage de nouvelles formes de « discipline de soi ».

3. Les mutations du traitement de l’indiscipline

15Suivant les tendances historiques que nous avons esquissées plus haut dans l’introduction, les réflexions développées par le texte de David Gaudreault nous conduisent à poser la question de nouveaux paradigmes de traitement de l’indiscipline qui s’affichent à distance, du moins en apparence, des pratiques de contrôle par l’exclusion ou l’enfermement. Si ces dernières, pourtant jugées désuètes du point de vue des valeurs et des droits en vigueur, ne disparaissent pas, elles s’accompagnent de discours qui visent à les justifier ou les légitimer. Plusieurs textes du numéro mettent ainsi au jour les continuités et les ruptures dans la grammaire de l’indiscipline et des pratiques qui tentent de la réguler, de la traiter ou de la prévenir, sinon de la prédire. Ils montrent comment les logiques pénales et répressives se recomposent en un ensemble disparate de savoirs psycho-sanitaires et de techniques d’auto-contrôle centrées sur la production de sujets autonomes et responsables. Cette sanitarisation du traitement de l’indiscipline caractérise, comme le montre l’article de Sophie Marois, l’émergence, au tournant des années 1990, des tribunaux d’un nouveau genre qui proposent des alternatives à l’incarcération aux personnes aux prises avec diverses « problématiques » spécifiques, telles que l’itinérance, la toxicomanie ou des troubles de santé mentale. À travers l’étude des justifications institutionnelles qui ont accompagné le développement de ces tribunaux au sein de la Ville de Québec, l’autrice met en lumière les dynamiques de remodelage des régimes discursifs qui entourent les pratiques de production de l’ordre urbain. Aux discours traditionnels axés sur le contrôle et le traitement pénal des indésirables, se substitue un régime discursif structuré par ce qu’elle nomme une « saine gestion de l’indiscipline urbaine », appelant tant les institutions psychiatriques et carcérales que l’administration publique et les services policiers à reconfigurer – et à re-légitimer – leur mandat. Ce régime discursif est marqué par deux éléments principaux. D’une part, une compassion à l’égard des personnes vulnérables, non sans rappeler les traits constitutifs de l’économie morale décryptée par David Gaudreault. D’autre part, une préoccupation pour les couts associés aux institutions de prise en charge, et par la prééminence croissante « des injonctions d’efficacité, de rendement et de clientélisme » : « la saine gestion de l’indiscipline procède d’une logique complémentaire, sinon concomitante, à l’urbanisme néolibéral ».

16Des questions proches sont posées par le texte de Silvia Rochet, qui souligne que l’émergence, vers la fin du 20e siècle, du champ disciplinaire de « l’addictologie », a contribué à reconfigurer le problème public de la consommation, en l’inscrivant au cœur d’un processus de « sanitarisation du traitement des addictions ». L’intervention déployée, au carrefour de cet ensemble nébuleux de pratiques, de structures, de programmes et de savoirs (psychiatrie, santé publique, santé mentale, éducation spécialisée, travail social, etc.), est prise en tension entre le « vieux » traitement pénal de l’usage de stupéfiants, qui continue d’influencer aujourd’hui la compréhension de l’usage de drogues, et le traitement médico-social du comportement des usager centré sur les paradigmes contemporains du « rétablissement » et du « soin ». L’autrice analyse, par l’étude du fonctionnement des Centres Thérapeutiques Résidentiels (CTR) en France, la manière dont les logiques de prise en charge des addictions se constituent autour de « l’autocontrainte » et de la « discipline de soi ». L’enfermement paradoxal qui caractérise la structure des CTR, car tourné vers le soin, passerait alors moins par la coercition que par la « mobilisation volontaire ». Dans ce cadre, les règles doivent être connues, même si elles ne sont pas toujours respectées. À la stricte discipline symbolisée par les tests urinaires pratiqués à l’entrée des institutions « à l’ancienne », se substitue une discipline à géométrie variable, négociée et individualisée, qui autorise certains écarts au règlement, à condition que ces derniers constituent, pour l’usager, la promesse d’un travail sur soi : la gestion différentielle de l’indiscipline se trouve ici au fondement même d’une nouvelle forme de disciplinarisation « par la motivation et la responsabilité ». Dans ce cadre, les usagers sont l’objet d’un « tri » qui semble peser d’abord sur les plus précaires, qui ne disposent pas des capitaux nécessaires à faire valoir leur motivation : les membres exclus de l’institution ne sont pas nécessairement ceux qui n’en respectent pas les règles, mais qui ne réussissent pas à se les approprier conformément aux attentes du traitement auquel ils sont appelés à se soumettre.

17Cette question du « tri » et de la sélection des publics est également centrale dans le texte de Romain Paumier, consacré à l’observation d’un programme de réduction des méfaits d’un organisme communautaire situé à Montréal. Fondé au début des années 2000 en opposition aux pratiques de contrôle des usagers de drogue des institutions policières, carcérales ou hospitalières, le programme visait à offrir un espace d’implication sociale, au sein duquel « les personnes usagères de drogues pouvaient collectivement décider de leurs actions et de leurs règles communes, ainsi que des modes d’intervention des équipes de l’organisme ». Prenant pour point de départ la perte de deux financements qui, au milieu des années 2010, ont fortement affecté la place du programme au sein de l’organisme, l’auteur pose alors la question des effets du déclassement organisationnel et symbolique des intervenant·e·s sur les relations quotidiennes qu’ils nouent avec les usagers. Dans un lieu peu à peu réduit à être une « garderie », destinée à l’organisation et à l’animation d’activités vidées du sens politique initialement dévolu au programme, les enjeux de sécurité au travail deviennent centraux pour les intervenant·e·s, qui usent alors de leur pouvoir discrétionnaire pour « retrouver un contrôle sur leurs lieux et conditions de travail », jusqu’à trier les publics pour mettre à l’écart, par diverses méthodes de sanction, les usagers jugés indésirables.

4. Les jeunes au carrefour des mutations disciplinaires

18Au détour du texte de Romain Paumier, l’un des usagers du programme étudié se plaint de « l’infantilisation » dont ils sont l’objet dans l’attribution des sanctions. Cette critique renvoie à l’importance, aux côtés des rapports sociaux de classe, de genre et de race, des rapports sociaux d’âge, et en particulier des rapports entre « adultes » et « enfants » (ou considérés comme tels) dans la production des formes les plus traditionnelles de discipline. L’importance – soulignée plus haut – de l’institution scolaire comme foyer du traitement de l’indiscipline renvoie à cette question : les « enfants » et les « écoliers », en plus des « fous » et des « colonisés » (sur ce point, voir Lavault, 2019), sont les premiers sur qui le pouvoir disciplinaire s’exerce, à des fins de correction et non seulement de punition (Foucault, 1975, 34). Dans ses réflexions sur ce qu’il nomme « la domination adulte », Yves Bonnardel dénonce ainsi, Ivan Illich à l’appui, « le “programme occulte” de l’école, le dressage du corps et l’apprentissage contraint de la discipline » : « gestion de politesse, apprentissage des normes sociales, des normes de genre, de l’obéissance, et transmission d’un bagage de connaissances pour le futur marché du travail » (Bonnardel, 2020, 6).

19Les enfants ne sont cependant pas épargnés par les dynamiques « post-disciplinaires » (Castel, 1981) qui reconfigurent, sous l’angle d’une grammaire de la responsabilisation, les pratiques de traitement de l’indiscipline. La friction entre « infantilisation » et « responsabilisation » est au cœur du texte de Nicolas Sallée, qui pose la question de ce que devient l’enfermement des jeunes délinquants, et le vieux modèle de rééducation totale auquel il a été historiquement associé, dans le contexte d’une valorisation croissante, au nom d’une logique néolibérale de gestion des risques, des modalités de suivi des jeunes dans la collectivité. Fondé sur une enquête menée dans une unité dite de « garde fermée » du centre de réadaptation montréalais de Cité-des-Prairies, son texte met en lumière l’ambivalence d’une institution qui cherche à camoufler sa dimension carcérale, tout en y étant quotidiennement ramenée. Il montre, dans ce contexte, la valorisation, par l’institution, de nouvelles formes de régulation des conduites, fondées sur la prééminence croissante des approches cognitivo-comportementales. En contre-point des vieilles méthodes disciplinaires symbolisées par la pratique de l’isolement, celles-ci valorisent au contraire l’implication des jeunes dans leur propre démarche de réhabilitation : tenus de respecter un « contrat comportemental » pour accumuler de faux billets de banque (les « cognitivo-dollars ») et accéder aux « privilèges » nécessaires à leur confort quotidien, ces derniers sont alors conçus comme les garants responsables de leurs propres risques et besoins. Mais dans les faits, l’auteur montre que ces nouvelles techniques prolongent les vieilles méthodes, plus qu’elles ne s’y opposent réellement, témoignant des « ambivalences d’une institution qui, tout en imposant de nouvelles formes de contrôle par l’autocontrôle, recycle, dans les interstices de ce nouveau paradigme, les plus vieilles recettes disciplinaires de l’enfermement des jeunes ».

20Si la prison, et plus généralement le traitement des jeunes délinquants, apparaît comme l’un des terrains privilégiés pour explorer les mutations du traitement des diverses formes d’indiscipline juvénile, le texte de Jonathan Binet permet de prolonger le questionnement sur le terrain des politiques d’emploi. Tandis que des travaux récents, menés en France, mettent en évidence le retour de la « forme militaire » dans certains dispositifs d’encadrement des jeunes sans diplôme (Zaffran, 2015, 2019), le texte, fondé sur des données québécoises, pose de son côté la question d’une « extension du néolibéralisme ». L’auteur aborde ainsi, dans son article, le traitement des jeunes jugés « en difficulté d’insertion » et catégorisés, dans le langage de l’action publique, comme des « NEEF » : « ni en emploi, ni aux études, ni en formation ». L’article se fonde sur des données ethnographiques collectées au Québec, au sein d’un programme, dit « Programme spécialisé jeune », qui adopte une politique de workfare. Si ce dernier est qualifié de « doux », sollicitant l’insertion volontaire des personnes à l’aide d’incitatifs et de récompenses plutôt que de contraintes et de sanctions, il incarne une économie morale fondée sur la « responsabilité individuelle » et « l’injonction à s’activer dans l’adoption de conduites utiles à l’ordre capitaliste néolibéral ». Cette politique prend alors la forme, dans le programme observé, d’un ensemble de mises en situation au cours desquelles les jeunes sont l’objet d’une double discipline. À une discipline classique, et quasi-scolaire, ciblant « les absences, le présentéisme, les pauses trop longues, le bavardage, l’utilisation du téléphone cellulaire », s’articule une discipline plus spécifiquement néolibérale, les enjoignant à « s’adapter », à faire preuve de « flexibilité », à témoigner un « souci des clients » et à s’inscrire dans un « projet ». Les difficultés rencontrées par les jeunes pour trouver des stages ou des emplois adaptés à leurs aspirations et leurs intérêts les confrontent cependant à la réalité de leur situation matérielle, le programme apparaissant in fine comme une sorte « d’initiation à l’entrepreneuriat de soi en situation de précarité ».

21Le dernier article du numéro, rédigé par Émilie Potin, Gaël Hennaf et Aurélie Seznec, propose une réflexion sur le traitement d’une nouvelle forme d’indiscipline juvénile, à l’importance croissante : les infractions numériques. À partir d’une enquête menée au sein d’un service de milieu ouvert de la Protection judiciaire de la jeunesse (PJJ), en France, l’article interroge les dispositifs disciplinaires auxquels ces infractions donnent lieu. Il montre que ces dispositifs dépendent notamment du type d’infraction commise. Quand l’infraction numérique est une primo-infraction, mobilisant des systèmes techniques licites (plateforme d’achat, réseaux sociaux, etc.), le dispositif, qualifié d’« inter-disciplinaire », mobilise une réponse institutionnelle diffuse, impliquant non seulement la justice mais également l’école, la famille, les groupes de pairs, etc., pour responsabiliser le jeune au regard d’une infraction qui, du fait d’un « écran qui fait écran », n’est pas toujours comprise comme telle. Quand l’infraction numérique fait suite à un ensemble d’autres infractions le dispositif, qualifié de « mono-disciplinaire non-spécifique », conduit à une réponse judiciaire plus forte dans l’échelle des sanctions : l’infraction numérique, noyée dans un ensemble d’autres comportements jugés problématiques ou inquiétants, devient alors secondaire, et donne pas lieu à un traitement spécifique. Enfin, quand l’infraction numérique est considérée comme de « haut niveau », impliquant des systèmes techniques illicites complexes (dark net, réseaux de hackers, pornographie, etc.), le dispositif, qualifié de « mono-disciplinaire spécifique », vise moins à surveiller les activités en ligne qu’à chercher à transférer les compétences des jeunes, jugées hors-normes, vers des domaines licites et acceptables. Dans ces situations atypiques, qui marquent « la mémoire collective du service », l’indiscipline se mue alors paradoxalement en prouesse, voire en exploit.

*

22Rappelons d’abord ce qui peut apparaître comme une évidence : le traitement de l’indiscipline, au tournant du 21e siècle, ne peut plus être ce qu’il a été au temps du « grand renfermement », tel qu’il s’est déployé, à l’époque moderne, dans les asiles, les prisons, les pensionnaires et les internats scolaires – là où, comme le soulignait Michel Foucault, « on enferme dans les cités de la moralité pure, où la loi qui devrait régner sur les cœurs sera appliquée sans compromission, ni adoucissement, sous les espèces rigoureuses de la politique des corps » (Foucault, 1976 : 87). L’attention toujours croissante portée au droit et aux droits, à la souffrance et aux émotions, depuis le milieu du 20e siècle, suppose l’émancipation de cette moralisation jugée obsolète, dépassée et, semblerait-t-il, d’un autre temps, inscrite dans cette économie morale de l’acte de punir, fondamentalement dissymétrique et assujettissante, que Michel Foucault (1975) a qualifié de disciplinaire. Ces mutations ont contribué à circonscrire, ainsi qu’à encadrer et à juridiciser le traitement de l’indiscipline, devenant le mandat d’instances spécialisées qui, à l’image des « commissions » ou autres « conseils de discipline » dans un ensemble d’institutions, sont chargées de maintenir ou de rétablir l’ordre bafoué en suivant, de façon plus ou moins stricte selon les cas, des règles procédurales préétablies.

23Ces processus d’encadrement et de juridicisation du traitement de l’indiscipline se sont cependant accompagnées, comme le suggèrent plusieurs textes du numéro, de l’émergence de nouvelles formes de surveillance, portées par un ensemble croissant – et de plus en plus disparate – de savoirs et de professionnel·le·s, issu·e·s non seulement du champ judiciaire et pénal, mais également des champs du travail social, de l’éducation ou de la santé mentale. En témoigne notamment la sophistication croissante des dispositifs de gestion des risques, associant les individus à des agrégats statistiques (des populations-types, elles-mêmes liées à des zones, des niveaux et des cotes de risque) destinés à accroitre, dans une logique néolibérale (Jeanpierre, 2006) ou « post-disciplinaire » (Castel, 1981), l’efficience d’un contrôle qui peut désormais, au moins partiellement, se déployer à distance des corps, et en dehors des strictes frontières des institutions fermées. Comme l’observait déjà Michel Foucault, les « disciplines massives et compactes » se décomposent alors en un ensemble de « procédés souples » (Foucault, 1975, 213), exigeant moins des corps fixes, sur lesquels pèserait la verticalité d’un pouvoir descendant, que des individus en mouvement dans un espace ouvert, sans dedans ni dehors, susceptibles non seulement d’être repérés, identifiés et tracés (Deleuze, 2018), mais également orientés, conduits et canalisés dans des directions négociées. Plutôt que de faire « marcher droit » les indisciplinés, comme le suppose la vieille morale du redressement, il s’agit désormais de les faire « marcher tout court, quitte à claudiquer et à prendre des chemins de traverse » (Périssol, 2020, 520). Les individus eux-mêmes sont dès lors tenus à un travail sur soi pour aboutir à un changement véritable qui ne saurait venir d’une autorité extérieure – un processus que de nombreux textes du numéro saisissent par le concept de responsabilisation.

24Dans ces rationalités émergentes, les pratiques disciplinaires se transforment plus qu’elles ne disparaissent, dessinant les contours de ce que l’on propose de nommer un nouvel âge du traitement de l’indiscipline. Les stratégies de responsabilisation elles-mêmes, que l’on peut saisir comme la clef de voute d’un « ordre post-disciplinaire » (Castel, 1981), contribuent moins à un dépassement des disciplines qu’à une reconfiguration de leurs finalités et à une complexification de leurs modalités d’exercice, dessinant de nouvelles formes de « discipline de soi », de ses affects et de ses pensées. Ces mutations épousent les transformations de ce que, suivant Danilo Martuccelli, on peut nommer les épreuves de la domination (Martuccelli, 2000). Concomitamment à la fragilisation de l’idée même d’une société qui, surplombant les expériences individuelles, inculquerait dès le plus jeune âge « l’esprit de discipline » (Durkheim, 2012), ces épreuves ne consistent plus seulement à faire face à des modèles sociaux externes, mais aussi – et surtout – à répondre à l’exigence croissante de valoriser ses propres ressources internes : s’adapter, se réguler, se prendre en main, travailler sur soi.

  • 3 Richard Godin, « Encadrement militaire des jeunes délinquants : de Royal à Borne en passant par Sar (...)

25Plusieurs textes du numéro, décrivant dans le détail un agir disciplinaire qui porte, au cas par cas, sur des bons comportements à récompenser et des déviances à hiérarchiser, contrôler et sanctionner, ainsi que des interdictions, des obligations, des limites et des attentes morales à formuler, mettent en évidence le déploiement quotidien d’une gestion différentielle de l’indiscipline. Si celle-ci a ses contingences pratiques, elle dépend aussi de la position des individus dans un ensemble de rapports sociaux – d’âge, de classe, de genre, de race. Ce dernier point permet de comprendre la survivance, dans certains espaces sociaux ségrégués (des centres fermés, des prisons ou des écoles de quartiers défavorisés), et auprès d’individus que l’on juge insuffisamment socialisés aux nouvelles « règles de l’individualité » (Otero, 2003), de pratiques disciplinaires verticales, et parfois à ce point violentes qu’elles deviennent inavouables. Ainsi ressurgissent, ponctuellement, des utopies disciplinaires qui ne viennent pas seulement d’un autre temps, mais qui épousent les lignes de fracture inégalitaires, très actuelles, de nos sociétés. Dernière en date, fin octobre 2023 : la proposition par la première ministre française, Elizabeth Borne, d’élargir la « palette de sanctions » pour les jeunes délinquants, en envisageant leur « encadrement […] par des militaires, qui pourront notamment transmettre des valeurs de discipline et de dépassement de soi3 ».

26De l’école à la prison, en passant par des tribunaux spécialisés, des centres de réadaptation, de réinsertion en emploi et de traitement de la toxicomanie, les textes rassemblés dans ce numéro révèlent ainsi les déplacements de l’attention publique, comme une boussole morale qui n’aurait de cesse de chercher des indisciplines à punir, à réguler, à traiter ou à prévenir. Ils décryptent, ce faisant, les mutations contemporaines d’un ensemble d’actions répressives, éducatives, rééducatives ou préventives, de dispositifs, d’ordres et d’arrangements négociés, de gestions différentielles et de catégorisations morales qui se greffent sur les corps, les émotions et les conduites indisciplinées.

Haut de page

Bibliographie

Astier I., 2009, Les transformations de la relation d’aide dans l’intervention sociale, Informations sociales, 152, 2, 52-58.

Barrère A., 2000, Un nouvel âge du désordre scolaire : les enseignants face aux incidents, Déviance et société, 26, 1, 3-19.

Barry A., Osborne T., Rose N. (Eds.), 1996, Foucault and Political Reason: Liberalism, Neo-Liberalism, and Rationalities of Government, Chicago, The University of Chicago Press.

Becker H.-S., 1985, Outsiders. Études de sociologie de la déviance, Paris, Métailié.

Bérard J., 2014, Genèse et structure des conflits politiques sur les droits des détenus dans la France contemporaine, Déviance et société, 38, 4, 449-468.

Bonnardel Y., 2015, La domination adulte. L’oppression des mineurs, Paris, Myriadis.

Bouagga Y., 2015, Humaniser la peine. Enquête en maison d’arrêt, Rennes, Presses Universitaires de Rennes.

Boussard V., Demazière D., Milburn P., 2010, L’injonction au professionnalisme. Analyse d’une dynamique plurielle, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Brossard B., 2017, Le travail de déférence. Une perspective goffmanienne sur l’« humanisation » des services dans le secteur sanitaire et social, in Garneau S., Namian D. (Eds), Erving Goffman et le travail social, Ottawa, Presses de l’Université d’Ottawa, 137-158.

Cardi C., 2007, Le contrôle social réservé aux femmes : entre prison, justice et travail social, Déviance et société, 31, 1, 3-23.

Cardi C., 2012, La « mauvaise mère » : figure féminine du danger, Mouvements, 49, 1, 27-37.

Castel R., 1981, La gestion des risques. De l’anti-psychiatrie à l’après-psychanalyse, Paris, Minuit.

Chesney-Lind M., 1997, The Female Offender. Girls, Women and Crime, Thousand Oaks, Sage Publications.

Chantraine G., 2006, La prison post-disciplinaire, Déviance et société, 30, 3, 273-288.

Chantraine G., Sallée N., 2013, Éduquer et punir. Travail éducatif, sécurité et discipline en établissement pénitentiaire pour mineurs, Revue française de sociologie, 54, 3, 437-464.

De Larminat X., 2014a, Un continuum pénal hybride. Discipline, contrôle, responsabilisation, Champ pénal / Penal field, XI, https://journals.openedition.org/champpenal/8965

De Larminat X., 2014b, Hors des murs. L’exécution des peines en milieu ouvert, Paris, Puf.

Debarbieux É, 1998, Le professeur et le sauvageon. Violence à l’école, incivilité et postmodernité, Revue française de pédagogie, 123, 7-19.

Deleuze G., 2018, Les sociétés de contrôle, EcoRev', 46, 1, 5-12.

Demazière D., Nuytens, W., 2018, Que faire avec des matériaux incertains ? Le cas d’une sociologie des violences dans le football amateur, Staps, 122, 4, 31-44.

Douat É, 2007, La construction de l’absentéisme scolaire comme problème de sécurité intérieure dans la France des années 1990-2000, Déviance et société, 31, 2, 149-171.

Dubois V., 2021, Contrôler les assistés. Genèse et actualité d’un mot d’ordre, Paris, Raisons d’agir.

Durand C., 2019, Les reconfigurations de la relation carcérale. Sociologie des espaces de communication entre prisonnier·e·s et autorités pénitentiaires, Thèse de sociologie, Paris, École des hautes études en sciences sociales.

Durkheim É., 2012, L’éducation morale, Paris, Presses universitaires de France, 1ère édition 1925.

Elias N., 1973, La civilisation des mœurs, Paris, Calmann- Lévy.

Fassin D., Bouagga Y., Courant I., Eideliman J.-S., Fernandez F., Fischer N., Kobelinsky C., Makaremi C., Mazouz S., Roux S., 2013, Juger, réprimer, accompagner. Essai sur la morale de l'État, Paris, Seuil.

Fernandez F., 2015, Lorsque la prison (se) rend justice. Le traitement contemporain de l’indiscipline carcérale, Déviance et société, 39, 4, 379-404.

Fernandez F., 2022, L’enfance renversée ou le gouvernement moral des sensibilités, préface à Gaudreault D., Chronique de la violence. Une généalogie de l’intimidation scolaire, Québec, Presses de l’Université Laval, XIII-XXIII.

Fernandez F., Gariépy S., 2018, Les failles affectives. Ethnographie politique de l’enquête sur remise en liberté, TSANTSA, Journal of the Swiss Anthropological Association, 28, 43-52

Fernandez F., Lézé S., 2011, Finding the Moral Heart of Carceral Treatment. Mental Health Care in a French Prison, Social Science and Medicine, 72, 9, 1563-1569.

Fernandez F., Fischer N., Kobelinsky C., Michalon B., 2015, Traiter, humaniser, judiciariser : Les transformations contemporaines de l’enfermement, Déviance et société, 39, 4, 371-377.

Fernandez F., Lézé S., Marche H. (dir.), 2015b, Les émotions : une approche de la vie sociale, Paris, Les archives contemporaines.

Foucault M., 1976, Histoire de la folie à l’âge classique, Paris, Gallimard.

Foucault M., 1975, Surveiller et Punir, Paris, Gallimard.

Goffman E., 1968, Asiles. Études sur la condition sociale des malades mentaux et autres reclus, Paris, Minuit.

Geay B., 2003, Du « cancre » au « sauvageon ». Les conditions institutionnelles de diffusion des politiques d’« insertion » et de « tolérance zéro », Actes de la recherche en sciences sociales, 149, 4, 21-31.

Geay B., Oriat N., Fromard L., 2009, La remise en ordre symbolique de l'institution. Les conseils de discipline dans l'enseignement secondaire, Actes de la recherche en sciences sociales, 178, 3, 62-79.

Grimard C., Le Pain I., Namian D, Larose-Hébert K., 2022, Le travail émotionnel sous la loupe : des pistes de réflexion et d’application variées, Service social, 68, 1, 1-6.

Hochschild A.-R., 2017, Le prix des sentiments. Au cœur du travail émotionnel, Paris, La découverte.

Jeanpierre L., 2006, Une sociologie foucaldienne du néolibéralisme est-elle possible ?, Sociologie et sociétés, 38, 2, 87-111.

Ksikes D., 2021, Les sentiers de l’indiscipline, Casablanca, En toutes lettres.

Lavault T., 2019, La fabrique de l’étranger intérieur : généalogie d’une gouvernementalité coloniale, Thèse de doctorat en philosophie, Université Paris 1.

Moreau N., Larose-Hébert K., 2013, La souffrance à l’épreuve de la pensée, Québec, Presses Universitaires du Québec.

Martuccelli D., 2000, Dominations ordinaires. Explorations de la condition moderne, Paris, Balland.

Martuccelli D., 2010, La société singulariste, Paris, Arman Colin.

McGrew K., 2016, The Dangers of Pipeline Thinking: How the School-To-Prison Pipeline Metaphor Squeezes Out Complexity, Educational Theory, 66, 3, 341-367.

Moignard B., Rubi S., 2018, Les figures de la déviance à l’école : les « élèves perturbateurs » comme analyseur de la transformation des milieux éducatifs et scolaires, Éducation et sociétés, 41, 1, 43-61.

Moignard B., Rubi S., 2020, Lectures sociologiques des désordres scolaires dans la recherche française. 30 ans de construction de l’objet. 1985-2015. Première partie. Les désordres scolaires en sociologie de l’éducation : cartographie et transformations d’un objet de recherche, Revue française de pédagogie, 208, 3, 97-134.

Myers T., 2006, Caught: Montreal’s Modern Girls and the Law, 1869-1945, Toronto, University of Toronto Press.

Namian D., 2011, Psychologisation ou singularisation ? L’intervention sociale au temps de l’accompagnement, Reflets : revue d'intervention sociale et communautaire, 17, 1, 58-89.

Namian D., 2020, Governing homelessness through instruments: a critical perspective on housing first’s policy instrumentation, Critical Policy Studies, 14, 3, 303-318.

O’Malley, P., 1992, Risk, power and crime prevention, Economy and Society, 21, 3, 252‑275.

Osborne T., 2013, Inter That Discipline!, in Barry A., Born G. (eds.), Interdisciplinarity: Reconfigurations of the Social and Natural Sciences, New-York, Routledge, 82-98.

Otero M., 2003, Les règles de l’individualité contemporaine. Santé mentale et société, Québec, Presses de l’Université Laval.

Otero M., 2021, Foucault sociologue. Critique de la raison impure, Québec, Presses de l’Université du Québec.

Otero M., Namian D., Grammaires sociales de la souffrance, Cahiers du cercle interdisciplinaire de recherches phénoménologiques, 2, 226-236.

Otero M., Dumais-Michaud A.-A., Paumier R. (Eds.), 2017, L’institution éventrée, Québec, Presses de l’Université du Québec.

Penin N., Terfous F., Hidri Neys O., 2011, Quand les footballeuses en viennent aux mains… Le traitement institutionnel des violences des femmes dans le football amateur, Champ pénal/Penal field, VIII, https://journals.openedition.org/champpenal/8083

Périssol G., 2020, Le droit chemin. Jeunes délinquants en France et aux États-Unis au milieu du XXe siècle, Paris, Presses universitaires de France.

Prairat E., 2007, Questions de discipline à l’école. Et ailleurs…, Toulouse, Érès.

Razac O., 2008, Avec Foucault, après Foucault. Disséquer la société de contrôle, Paris, L’Harmattan, Esthétiques.

Razac O., 2023, Une société de contrôle ? Enfermements, surveillance électronique, gestion des risques et gouvernementalité algorithmique, Paris, Éditions Kimé.

Roy S., Namian D., Grimard C., 2018, Innommables, inclassables, ingouvernables : aux frontières du social, Québec, Presses de l’Université du Québec.

Salle G., Chantraine G., 2008, Le droit emprisonné. Sociologie des usages sociaux du droit en prison, Politix, 87, 3, 93-117.

Sallée N., 2014, Les mineurs délinquants sous éducation contrainte. Responsabilisation, discipline et retour de l'utopie républicaine dans la justice des mineurs française, Déviance et société, 38, 1, 77-102.

Sallée N., 2022, Discipline in New Clothes: The Controversial Use of Punishment in a Montreal Youth Rehabilitation Centre for Young Offenders, The British journal of criminology, 62, 1380-1394.

Sallée N., 2023, Sous la réhabilitation, le contrôle. La justice des mineurs au 21e siècle, Québec, Presses de l’Université du Québec.

Scott J.-C., 2019, La domination et les arts de la résistance. Fragments du discours subalterne, Paris, Amsterdam.

Skiba R.-J., Arredondo N.-I., Williams N.-T., 2014, More Than a Metaphor: The Contribution of Exclusionary Discipline to a School-to-Prison Pipeline, Equity & Excellence in Education, 47, 4, 546-564.

Terrio S., 2009, Judging Mohammed. Juvenile Delinquency, Immigration, and Exclusion at the Paris Palace of Justice, Stanford, Stanford University Press.

Testanière J., 1967, Chahut traditionnel et chahut anomique dans l’enseignement du second degré, Revue française de sociologie, VIII, 17-33.

Vilpry L., Vidal-Naquet P., Eyraud B. (dir.), Contrainte et consentement en santé mentale. Forcer, influencer, coopérer, Rennes, Presses de l’Université de Rennes.

Virat M., Lenzi C., 2018, La place des émotions dans le travail socio-éducatif, Société et jeunesse en difficulté, 20, https://journals.openedition.org/sejed/8925?lang=en

Vuattoux A., 2021, Adolescences sous contrôle. Genre, race, classe et âge au tribunal pour enfants, Paris, Presses de Sciences Po.

Zaffran J., 2006, La discipline et la régularité à l’école républicaine et à l’école démocratique de masse, Éducations et société, 17, 1, 141-158.

Zaffran J., 2015, Raccrocher et s’accrocher à un internat d’inspiration militaire. Le cas des décrocheurs scolaires qui s’engagent à l’Epide, Revue française de sociologie, 56, 2, 331-356.

Zaffran J., 2019, La force de la forme. Discipline et socialisation des jeunes sans diplôme en internat d’inspiration militaire, Formation et Emploi, 148, 47-67.

Haut de page

Notes

1 On peut dire, en ce sens, que l’approche foucaldienne prolonge, en les déplaçant, les questionnements de Goffman. Tandis que ce dernier fait de l’asile un objet à questionner, le premier met en question l’objet lui-même. Pour reprendre les termes de Thomas Osborne, « Goffman questionne l’asile, là où Foucault met l’asile en question » (Osborne, 2013, 84).

2 Il s’agit là de la simple définition que donne la version en ligne du dictionnaire Larousse au mot « indiscipline » : https://www.larousse.fr/dictionnaires/synonymes/indiscipline/11718

3 Richard Godin, « Encadrement militaire des jeunes délinquants : de Royal à Borne en passant par Sarkozy, itinéraire d’un serpent de mer politique », L’Obs, publié le 27 octobre 2023. Sur la manière dont la discipline devrait soutenir l’autonomie dans les internats français d’inspiration militaire destinés aux jeunes sans emploi, voir Zaffran, 2015, 2019.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Sallée, Fabrice Fernandez et Dahlia Namian, « Des vieilles pratiques en mutations : un nouvel âge du traitement de l’indiscipline ? »Champ pénal/Penal field [En ligne], 29 | 2023, mis en ligne le 20 décembre 2023, consulté le 04 mars 2024. URL : http://journals.openedition.org/champpenal/15078 ; DOI : https://doi.org/10.4000/champpenal.15078

Haut de page

Auteurs

Nicolas Sallée

Département de sociologie, Université de Montréal / Centre de recherche de Montréal sur les inégalités sociales, les discriminations et les pratiques alternatives de citoyenneté (CREMIS). Contact : nicolas.sallee@umontreal.ca

Articles du même auteur

Fabrice Fernandez

Département de sociologie, Université Laval (Canada), Centre de recherche VITAM (U. Laval), Observatoire des profilages (U. Montréal), IRHIM (UMR CNRS 5317 - ENS de Lyon). Contact : fabrice.fernandez@soc.ulaval.ca

Dahlia Namian

École de travail social/School of social work, Université d'Ottawa/University of Ottawa, Faculté des sciences sociales/Social Sciences Faculty. Contact : dahlia.namian@uottawa.ca

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search