Navigation – Plan du site

AccueilTous les volumes29Les jeunes au carrefour des mutat...Le Workfare comme entrepreneuriat...

Les jeunes au carrefour des mutations disciplinaires

Le Workfare comme entrepreneuriat de soi

Un traitement disciplinaire des jeunes NEEF en contexte néolibéral
Workfare as self-entrepreneurship: A disciplinary treatment of young NEET in a neoliberal context
Jonathan Binet

Résumés

À l’aide d’un cadre théorique mettant l’accent sur l’extension du néolibéralisme, cet article analyse des données d’une recherche au sein du programme québécois Service spécialisé jeune. Il décrit la manière dont le workfare doux québécois insère des jeunes en difficulté d’insertion qui sont catégorisés comme n’étant ni en emploi, ni aux études, ni en formation au sein de dispositifs disciplinaires néolibéraux qui imitent le monde du travail. Dans ces dispositifs, ces jeunes sont accompagnés dans l’autogouvernement de leur insertion, notamment alors qu’ils poursuivent des objectifs et des projets professionnels. Il s’interroge finalement sur la capacité de ces politiques québécoises du workfare doux à insérer et à maintenir ces jeunes en emploi, aux études et en formation, alors que plusieurs d’entre eux composent avec des situations de précarité ainsi qu’avec des configurations du travail et des systèmes éducatifs qui sont fort complexes et imprévisibles.

Haut de page

Plan

Haut de page

Texte intégral

1. Introduction

  • 1 En Europe, c’est plutôt l’appellation anglophone « NEET » qui est couramment utilisée pour désigner (...)

1En Amérique du Nord comme en Europe, depuis près de 40 ans, l’ouverture de l’économie nationale, la flexibilisation du travail, la tertiarisation des économies, le développement du numérique et des nouvelles technologies, puis l’institution du paradigme de la compétence, notamment, contribuent à transformer en profondeur les attentes envers les travailleurs ainsi que les trajectoires d’insertion socioprofessionnelle (Le Boterf, 2016 ; Verdier, Vultur, 2016). Les travailleurs se retrouvent à devoir s’ajuster constamment et à forger leurs trajectoires dans les configurations flexibles du travail où s’accélèrent les structures organisationnelles, puis se transforment les statuts d’emploi, les salaires, les protections sociales ainsi que les emplois disponibles (Kirouac, 2015 ; Noiseux, 2012 ; René et al., 2002). Certains groupes tels que les jeunes peuvent alors être confrontés à des difficultés complémentaires lorsqu’ils tentent de s’insérer ou de se maintenir dans ces configurations concurrentielles du travail. Plusieurs jeunes en viennent effectivement à faire l’expérience de trajectoires atypiques, non linéaires, qui peuvent les amener à se faire catégoriser comme n’étant ni en emploi, ni aux études et ni en formation (NEEF)1 (Binet, 2019). Au Canada, en 2021, 14 % des jeunes âgés de 15 à 29 ans étaient catégorisés comme NEEF (Statistique Canada, 2022). Dans la province québécoise, lors de la même année, près de 200 800 jeunes étaient catégorisés comme NEEF, soit 10,9 % des 1 842 600 individus âgés de 17 à 34 ans (Longo et al., 2021).

2Dans cette lancée, plusieurs politiques, programmes et pratiques d’intervention ont été mis en place, en vue d’inciter les jeunes catégorisés comme NEEF à s’insérer notamment en poursuivant des objectifs et des projets professionnels sur les voies de l’emploi, des études et de la formation (Binet, 2019). À l’échelle internationale, ces reconfigurations des politiques sociales d’assistance se sont principalement structurées autour de l’insertion et ont pris forme dans les programmes et les pratiques du workfare (Namian, Binet, 2016 ; Angers, 2011 ; Castel, 2009 ; Laval, 2014 ; René et al., 2001). Introduit aux États-Unis à la fin des années 1960 en contrepartie au welfare, le terme workfare fait référence à l’idée que le bien-être de plusieurs des publics des politiques d’assistance dépend de leur participation active au travail (Morel, 2002 ; Wacquant, 2009). Le workfare s’inscrit en ce sens plus globalement dans la lignée des réformes d’activation des protections sociales et des publics auxquels elles sont destinées, dans lesquelles ce sont engagées depuis les années 1980 plusieurs pays (Barbier, 2009). Dans cette optique, le workfare a été déployé, jusqu’à ce jour, dans différents pays, sous la forme d’une série de lois, de politiques, de programmes, d’organisations et de pratiques qui ont comme objectif de solliciter les personnes à s’insérer et à se maintenir dans des activités estimées utiles (Barbier, 2009 ; Bartholomé,Vrancken, 2005 ; Dufour et al., 2003).

3Dans les pays anglo-saxons comme le Canada, le terme workfare désigne ainsi les programmes sociaux d’assistance de dernier recours qui prévoient des responsabilités pour les personnes ciblées (Dufour et al., 2003). En fonction des pays, des provinces et des localités observées, le workfare permet de repérer un continuum de programmes et de pratiques qui sont fortement hétérogènes, mais qui ont comme objectif d’activer les personnes bénéficiaires des programmes d’assistance vers les configurations du travail (Dufour et al., 2003 ; Morel, 2002 ; Namian, Binet, 2016). À une extrémité de ce continuum apparaissent des programmes et des pratiques d’un workfare dur qui visent à activer les personnes vers l’emploi en mobilisant des obligations, des contraintes et des sanctions (Michaud, 2005 ; Morel, 2002 ; Snyder, 2006 ; Wamsley, 2018). À l’autre extrémité de ce continuum apparaissent des programmes et des pratiques d’un workfare doux qui sollicitent l’insertion volontaire des personnes à l’aide d’incitatifs et de récompenses (Binet, 2020 ; White, 2008). Au Canada, par exemple, si certaines provinces, comme l’Alberta et l’Ontario, sont réputées pour mobiliser des formes de workfare dur, le Québec est fréquemment décrit dans la littérature scientifique comme mobilisant un workfare doux faisant appel à des incitatifs financiers ainsi qu’à des interventions psychosociales pour amener les personnes à s’insérer (Namian, Binet, 2016 ; Michaud, 2005 ; Morel, 2002 ; White, 2008).

4Dans tous les cas, le workfare introduit, contrairement au welfare, des relations de type donnant-donnant, fondé sur un principe de conditionnalité entre les personnes ciblées, les politiques, les programmes, les organisations et les pratiques (Dufour et al., 2003). Les individus doivent adopter des activités considérées utiles économiquement pour recevoir des prestations de dernier recours, donc être activement impliqués dans un retour aux études ou dans des démarches de recherche d’emploi (Hamzoui, 2009 ; Michaud, 2007 ; Morel, 2002). Le workfare actualise en ce sens un traitement moral des personnes, au nom de la responsabilité individuelle et de l’injonction à s’activer dans l’adoption de conduites utiles à l’ordre capitaliste néolibéral (Mary, 2003 ; Sallée, 2023 ; Wacquant, 2009).

5Cet article interroge ces reconfigurations qui ont trait à l’activation des protections sociales et de plusieurs des publics estimés comme étant éloignés du travail. Il s’intéresse plus particulièrement à la mise en œuvre des politiques québécoises du workfare doux auprès des jeunes en difficulté d’insertion qui sont catégorisés comme NEEF. Il pose l’hypothèse que ce type particulier de workfare, même s’il est parfois qualifié de doux dans la littérature scientifique, actualise au plus près des jeunes en difficulté d’insertion qui sont catégorisés comme NEEF, une discipline néolibérale qui mobilise une injonction au projet professionnel en vue de constituer des sujets entrepreneuriaux, capables de confronter par eux-mêmes les différents risques présents dans leur vie, de se projeter dans l’avenir, de s’adapter et de contribuer continuellement à la dynamique économique concurrentielle du travail.

  • 2 Cet article découle d’une recherche doctorale réalisée par l’auteur dans le cadre du programme de d (...)
  • 3 Service Québec est la nouvelle dénomination pour l’instance du Gouvernement du Québec qui s’occupe (...)

6Dans un premier temps, après avoir présenté la catégorie d’action publique des jeunes NEEF comme problème public contemporain, cet article définit conceptuellement le néolibéralisme pour illustrer comment il fait référence à un art contemporain de gouverner visant à reconduire la dynamique économique concurrentielle notamment par l’extension dans la société du modèle de l’entreprise et de la figure de l’entrepreneur de soi (Boltanski, Chiapello, 1999 ; Dardot, Laval, 2014 ; Vrancken, 2007). Dans un deuxième temps, il décrit le dispositif méthodologique qualitatif mobilisé pendant un an pour documenter, à distance des discours officiels et de l’appareil étatique, les pratiques québécoises du workfare doux qui sont déployées au Carrefour jeunesse emploi de l’Outaouais, dans le cadre du programme provincial Service spécialisé jeune2. Ce programme de Service Québec (2023)3 vise à permettre à des jeunes âgés de 18 à 29 ans qui sont confrontés à des difficultés d’insertion de développer une « autonomie », en poursuivant des « objectifs » et des « projets professionnels » qui sont susceptibles de les mener vers l’emploi, les études ou la formation. Dans un troisième temps, il illustre à partir de données qualitatives comment le workfare doux québécois donne lieu en Outaouais, par l’intermédiaire du Service spécialisé jeune, à l’administration d’un type particulier de dispositif — la « simili-entreprise » —, qui superpose à la discipline classique une discipline néolibérale. Dans ce type de dispositif disciplinaire, les jeunes qui sont catégorisés comme NEEF sont situés en situation de concurrence, invités à évaluer leurs situations de vie et leur employabilité, puis amener à se tenir comme des entrepreneurs de soi, devant prendre en charge les risques présents dans leur vie, se projeter dans l’avenir ainsi que s’adapter aux exigences de la dynamique concurrentielle du travail. Devant l’imprévisibilité des configurations du travail et des conditions de vie précaires de plusieurs jeunes, cet article interroge finalement la capacité des politiques québécoises du workfare doux à insérer les jeunes en difficulté catégorisés comme NEEF en les invitant à poursuivre des objectifs et des projets professionnels sur les voies de l’emploi, des études et de la formation. Plus que de fabriquer des sujets assujettis à la dynamique économique néolibérale, cet article tentera de montrer comment cette discipline participe à la socialisation des jeunes ainsi qu’à leur adaptation à la précarisation des conditions d’existence des classes populaires.

2. La catégorie d’action publique des jeunes NEEF dans le champ du workfare : genèse d’un problème public et ambivalence d’une intervention

7La catégorie des jeunes NEEF est apparue au Royaume-Uni en 1994 en vue de désigner une frange d’individus âgés de 16 à 17 ans qui, en raison de leur âge et de leur statut, échappaient aux radars statistiques et ne cadraient pas avec les attentes des politiques de soutien au revenu existantes (Carcillo et al., 2015 ; Furlong, 2006 ; Istance et al., 1994 ; Van de Velde, 2016 ; Wilkinson, 1995). Depuis, cette catégorie a connu une extension dans plusieurs pays et en est venue à désigner plus largement des personnes d’âges variant entre 16 et 35 ans et qui se retrouvent en marge des voies de l’école, de la formation et du travail (Carcillo et al., 2015 ; Furlong, 2006 ; Istance et al., 1994 ; Vultur, 2016). Dans ce contexte, la catégorie d’action publique des jeunes NEEF représente aujourd’hui au Canada, comme ailleurs en Amérique du Nord et en Europe, un véritable « problème public » (Gusfield, 1981). Cette dernière suscite effectivement un intérêt scientifique, politique, médiatique, économique et clinique croissant en raison de sa capacité à mettre en évidence les brèches des formes traditionnelles d’insertion par l’école et le travail, les risques que pose le fait d'être NEEF pour les jeunes ainsi qu’un bassin potentiel de travailleurs dans un contexte de pénurie de main-d’œuvre (Binet, 2020 ; Van de Velde, 2016 ; Vultur, 2016). Dans cette lignée, plusieurs politiques, programmes et interventions s’inscrivant dans la perspective du workfare ont été mis en place aux échelles fédérale et provinciales pour gouverner ces jeunes catégorisés comme NEEF et pour les inviter à s’insérer sur les voies de l’emploi, des études et de la formation en poursuivant des objectifs et des projets professionnels (Bancroft, 2017 ; Binet, 2019).

8Les recherches qui se sont intéressées à ces politiques, programmes et pratiques d’interventions ainsi qu’à leur arrimage avec les réalités et les trajectoires de jeunes en difficultés d’insertion qui sont en marge de l’emploi, des études et de la formation sont jusqu’à ce jour peu nombreuses et particulièrement critiques. La catégorie d’action publique des jeunes NEEF a comme principale limite de désigner une population « négativement » en faisant allusion dans l’ensemble à des personnes qui sont « ni » en emploi « ni » aux études « ni » en formation, sans tenir compte de l’hétérogénéité des profils qu’elle recouvre (Van de Velde, 2016). Si les données existantes permettent alors d’estimer la présence de ces jeunes, elles s’avèrent particulièrement limitées pour la compréhension de leurs profils, trajectoires, situations, relations, occupations, difficultés, besoins, motivations et aspirations (Binet, 2020 ; Longo, Gallant, 2021 ; Van de Velde, 2016). De même, ces données rendent particulièrement difficile l’identification des jeunes NEEF qui sont en difficulté, en regroupant sous une même catégorie des individus en transition entre des programmes d’étude ou des emplois, des personnes qui ont « décroché » du travail, de l’école et des centres de formation « par choix » (pour s’occuper de leurs enfants, pour voyager, pour démarrer une entreprise, etc.), puis des publics qui sont confrontés à des problèmes d’insertion et qui nécessitent des interventions spécifiques (Binet, 2019 ; Vultur, 2016). Ces limites des données existantes complexifient les tentatives d’évaluer les politiques, les programmes et les pratiques du workfare qui ciblent les jeunes qui sont en difficulté alors que les fluctuations des taux des NEEF témoignent davantage des transitions ordinaires vécues par l’ensemble de ces individus que des résultats obtenus avec leur mise en œuvre (Hodgson, Spours, 2011). Dès lors, en plus de reconduire sur l’ensemble de ces jeunes une pression indue à participer aux activités prévues sur les voies normées de l’éducation, de la formation et du travail, la catégorie des jeunes NEEF ne permettrait pas de rendre compte des réalités des jeunes en difficulté d’insertion ainsi que de l’efficacité des politiques du workfare qui leur sont destinées (Binet, 2019 ; Furlong, 2006 ; Van de Velde, 2016 ; Yates, Paynes, 2006).

9La catégorie des jeunes NEEF et les dispositifs du workfare qui y sont attachés tendent aussi souvent à articuler des services individualisés pour répondre aux risques, aux difficultés et aux barrières individuelles vécus par les personnes en difficulté, mais à faire fi des conditions socioéconomiques avec lesquelles elles composent (Noh, Lee, 2017). De même, la catégorie des jeunes NEEF et les dispositifs du workfare qui y sont liés contribuent à camoufler les configurations du travail et des systèmes éducatifs ainsi que les responsabilités sociales des personnes qui y sont engagées (Hodgson, Spours, 2011). Ces tendances ont comme effet que plusieurs des jeunes catégorisés comme NEEF vivent des trajectoires atypiques, complexes et non linéaires, qui sont marquées par des expériences de mobilité multiples et répétées, qui échappent souvent à une logique visant l’activation des personnes dans la poursuite d’objectifs et de projets professionnels (Binet, 2020). Les questions de l’arrimage des politiques québécoises du workfare doux avec les réalités de ces jeunes en difficulté d’insertion qui sont considérés comme NEEF ainsi que de l’individualisation des risques se posent alors avec acuité dans des contextes néolibéraux où l’injonction à s’investir dans la poursuite d’objectifs et de projets professionnels rencontre les enjeux de la précarité.

3. La « discipline » en contexte néolibéral : entre extension du modèle de l’entreprise, injonction à l’entrepreneuriat de soi et individualisation par la sollicitation au projet

10Le concept de néolibéralisme émerge durant la période de l’entre-deux-guerres articulé avec le projet de sociétés concurrentielles. S’il a suscité, depuis, un vif intérêt dans la littérature scientifique, il ne fait pas, jusqu’à aujourd’hui, l’objet d’un consensus. Il désigne pour certains une doctrine, une politique ou un modèle économique dominant, faisant la promotion d’un marché libre et concurrentiel (Amin et al., 2006 ; Maroy, 2020 ; Puel, 2005). Pour d’autres, le néolibéralisme est tout cela à la fois, alors qu’il est défini comme une idéologie historiquement imposée dans la vie économique, politique et sociale, par les classes dominantes et leurs représentants (Harvey, 2005). Cette imposition de l’idéologie néolibérale se serait effectuée lentement, en prenant appui sur les traditions et valeurs culturelles des différents pays, mais aussi sur une diversité de vecteurs tels que les entreprises, les médias, les réseaux numériques et les institutions de la société civile (Harvey, 2005). Or, cette imposition du néolibéralisme par les classes dominantes ne va pourtant pas de soi alors que, comme l’indiquent Boltanski et Chiapello (1999), la quête de la concurrence effrénée apparaît absurde pour plusieurs acteurs qui ne perçoivent aucune raison valable d’y participer. Les auteurs, s’inspirant entre autres de Weber, suggèrent alors que le néolibéralisme puisse être perçu comme un « nouvel esprit du capitalisme » (42), regroupant un éventail de croyances historiquement constituées en vue de justifier la poursuite par le plus grand nombre de la concurrence ainsi que leur adhésion à des modes de vie favorables à l’ordre capitaliste. Dans ce nouvel esprit du capitalisme, les croyances associées au néolibéralisme ne sont ainsi pas le propre des classes dominantes, mais un schème partagé collectivement qui se décline de différentes façons parmi les individus, les populations et les institutions qui sont invités à justifier et à soutenir leur adhésion à l’ordre capitaliste néolibéral (Boltanski, Chiapello, 1999 ; Chiapello, 2013 ; Giraud, 2018). Ce schème donne aujourd’hui lieu à une multiplicité de croyances, de conduites et de modes de vie favorables à la dynamique concurrentielle capitaliste (Boltanski, Chiapello, 1999).

11Le néolibéralisme n’apparaît ainsi non pas comme une idéologie cherchant à tromper, manipuler ou berner la masse de travailleurs pour que leurs conduites contribuent aux profits des classes dominantes, mais plutôt comme un projet collectif de longue date visant la refondation du social (Laval, 2014). Boltanski et Chiapello (1999), dans la perspective ouverte par ce nouvel esprit du capitalisme, qualifient cette refondation du social comme un passage à la « cité par projets » dans l’optique où, à tous les niveaux, elle s’actualise par l’intermédiaire de l’activation des acteurs et des institutions, au nom de l’adaptation à s’engager, à s’autonomiser et à se responsabiliser dans la poursuite de projets divers. Le projet apparaît en ce sens comme l’un des principaux vecteurs de production de l’adhésion des individus, des populations et des institutions aux croyances, conduites et modes de vie favorables à la dynamique concurrentielle capitaliste (Boltanski, 2006 ; Boltanski, Chiapello, 1999). Bref, à ce nouvel esprit du capitalisme. Il apparaît fécond de rappeler qu’à la fin des années 1970, dans un cours intitulé Naissance de la biopolitique, Foucault (2004b) illustrait déjà comment le néolibéralisme avait pour projet de restructurer progressivement le social par l’intermédiaire d’une politique entrepreneuriale cultivant dans la société l’extension du modèle de l’entreprise et de la figure de l’entrepreneur de soi, au nom de la concurrence. La concurrence apparaît en somme dans cette politique entrepreneuriale comme une logique économique qui est co-construite activement par des savoirs et des pratiques de gouvernement néolibéraux, donc par une gouvernementalité, qui suscite un jeu formel entre des intérêts et des inégalités, puis qui reconduit ses effets seulement si elle est honorée (Foucault, 2004b). Elle n’apparaît donc pas comme un consensus ou comme une finalité, mais comme une dynamique sociale devant être sans cesse fabriquée par divers savoirs et pratiques de gouvernement. Dans le nouvel esprit du capitalisme, cette politique entrepreneuriale constitue une réponse partielle au problème qui est posé par Boltanski et Chiapello (1999) de la non-adhésion d’individus aux modes de vie capitalistes en mettant au jour un ensemble de savoirs et de pratiques de gouvernement entrepreneuriaux qui mobilisent le social par l’intermédiaire de projets en vue de susciter la participation du plus grand nombre au renouvellement d’une dynamique économique qui est concurrentielle.

12Dans cette perspective, le néolibéralisme constitue une gouvernementalité qui reconfigure activement, par le prisme de sa politique entrepreneuriale, les différentes pratiques de gouvernement, allant de l’administration des États, des dispositifs de sécurité, des lois, des pratiques disciplinaires aux techniques de soi, en vue de les impliquer dans la fabrication et dans le renouvellement de la dynamique économique concurrentielle (Castel, 2009 ; Dardot, Laval, 2010 ; Foucault, 2004a, 2004b ; Jeanpierre, 2006 ; Laval, 2014 ; Lemke, 2004 ; Macmillan, 2010; Rose, 1996 ; Rose, Miller, 1992 ; Vrancken, 2007 ; Vrancken, Macquet, 2006). Pour ce faire, de manière non exhaustive, la gouvernementalité néolibérale alimente l’extension dans les pratiques de gouvernement des savoirs, des lignes directrices et d’une grammaire provenant de l’économie de marché (compétition, projet, objectif, rentabilité, flexibilité, etc.) (Dardot, Laval, 2010 ; Jeanpierre, 2006 ; Namian, Binet, 2016). Par le prisme de diverses perspectives managériales, comme la nouvelle gestion publique et la gestion axée sur les résultats, il transforme les pratiques de gouvernement des États, de la manière dont ils doivent se gouverner aux manières qu’ils doivent gouverner (Laval, 2014 ; Maroy, 2020). Il sollicite les États à intervenir plus activement pour produire des conditions (la stabilité des prix et la valeur des biens et services) et des cadres (population, circulation, éducation, loi, politiques sociales, discipline, territoires, ressources, etc.) favorables au renouvellement de la dynamique économique concurrentielle (Foucault, 2004a ; 2004b). Il somme en outre les régulations classiques du libéralisme que sont les lois, les dispositifs de sécurité et la discipline à s’adapter pour contribuer toujours plus activement à la fabrication de la dynamique économique concurrentielle (Foucault, 2004b ; Jeanpierre, 2006 ; Lemke, 2004 ; Macmillan, 2010). Il sollicite enfin les individus à mener leurs existences comme des entrepreneurs de soi, afin qu’ils adhèrent autant que possible au nouvel esprit du capitalisme et adoptent des conduites et modes de vie utiles à la concurrence économique (Boltanski, Chiapello, 1999 ; Dardot, Laval, 2010 ; Namian, Binet, 2016 ; Vrancken, 2007 ; Vrancken, Macquet, 2006).

13Selon Foucault (2004b), avec le néolibéralisme, la discipline continue ainsi d’exister, mais elle est adaptée plus activement, plus continuellement, à la dynamique concurrentielle du marché. Dans cette perspective, les pratiques disciplinaires revêtent les traits nouveaux et hautement valorisés de ce que l'auteur désigne comme une « forme “entreprise’’ » (154), puis œuvrent à normer toujours plus les conduites individuelles pour accroître la contribution des individus à la compétition économique (Foucault, 2004b). Chaque institution est dorénavant amenée, conformément au modèle de l’entreprise, à situer l’individu en situation de concurrence (Coutrot, 1998 ; Dardot, Laval, 2010 ; Foucault, 2004b ; Laval, 2014). L’individu est sollicité, partout et à chaque fois, pour s’en sortir et pour protéger ses intérêts, à être concurrentiel, voire compétitif et conquérant, et à organiser ses conduites par lui-même en lien avec les normes de la concurrence (activité, performativité, efficacité, connectivité, flexibilité, mobilité, projet, autonomie, responsabilité, etc.) (Boltanski, Chiapello, 1999 ; Dardot, Laval, 2010 ; Ehrenberg, 1998 ; Foucault, 2004a ; Jeanpierre, 2004 ; Lemke, 2004 ; Otero, 2007). La forme entreprise véhicule et impose ainsi dans divers milieux les normes de conduites de la concurrence auprès des individus en vue de les solliciter à devenir toujours plus utiles et adaptés à la dynamique économique concurrentielle (Dardot, Laval, 2010 ; Foucault, 2004a ; 2004b ; Jeanpierre, 2006 ; Lemke, 2004 ; Rose, 1996 ; Vrancken, 2007 ; Vrancken, Maquet, 2006). La figure normative de l’homo oeconomicus, que plusieurs désignent aujourd’hui d’entrepreneur de soi (Boltanski, Chiapello, 1999 ; Ehrenberg, 1998 ; Laval, 2014) ou d’individu-entreprise (Vrancken, 2007), constitue le nouvel idéal disciplinaire en contexte néolibéral, référant à l’individu sommé de s’autogouverner et de s’adapter, dans son propre intérêt, aux exigences de la concurrence économique. Le projet apparaît, dans les mains de l’entrepreneur de soi, comme une nouvelle activité disciplinaire, voire une nouvelle technologie de soi, alors qu’il est sans cesse appelé à se fabriquer subjectivement en lien avec les normes contemporaines de la concurrence qui sont véhiculées dans ce nouvel esprit du capitalisme, par l’intermédiaire de sa participation dans une diversité de projets (Boltanski, 2006 ; Boltanski, Chiapello, 1999 ; Delory-Momberger, 2007; Moreau, 2009).

14L’extension du néolibéralisme n’a pas été sans effets sur le monde du travail, qui a été l’objet de plusieurs reconfigurations à mesure que la quête de concurrence laissait place à l’ouverture des économies nationales, à la flexibilisation du travail, à la diversification des secteurs économiques, puis au développement du numérique et des nouvelles technologies (Bouchez, 2014 ; Polèse, 2012 ; Sennett, 2000 ; Teboul, 2016). Ces reconfigurations ont accentué, entre autres, le besoin d’une main-d’œuvre composée d’individus concurrentiels, capables de s’adapter aux exigences économiques et de renouveler leurs connaissances, leurs compétences, bref leur employabilité (Deprez, 2002 ; Jenson, Saint-Martin, 2006 ; Laval, 2014 ; Le Boterf, 2015 ; Reynaud, 2001). Le travailleur est ainsi devenu le sujet actif, ou l’entrepreneur, tenu de gouverner, comme une entreprise, sa propre capacité de production ainsi que son inscription dans les configurations flexibles et concurrentielles du travail (Dardot, Laval, 2018 ; Sennett, 2000 ; Stroobants, 1993 ; Vrancken, 2007). Dès la petite enfance, l’individu est préparé à participer aux configurations concurrentielles du travail, que cela soit dans la famille, dans les milieux de garde ou au sein de divers programmes sociaux (Jenson, 2000 ; Jenson, Saint-Martin, 2006). Cette fabrication de sujets entrepreneuriaux s’actualise notamment par le prisme du développement de l’autonomie dans ces institutions et programmes où, dès la petite enfance, les personnes sont sollicitées à apprendre progressivement à s’orienter et à s’adapter par elles-mêmes aux attentes des différents milieux (Séverac, Moisset, 2015). L’éducation, du primaire à l’universitaire, a aussi connu diverses reconfigurations en lien avec l’extension du néolibéralisme, alors que ses institutions sont confrontées aux injonctions à s’activer, à se réajuster et à produire massivement un capital humain doté de connaissances et de compétences particulières (Déniger, 2012 ; Lenoir, 2010 ; 2012 ; Lessard, 2019 ; Maroy, 2021 ; Merrigan, 2018 ; White, Levesques, 2001). Les apprenants y sont de plus en plus sommés d’arrimer leurs conduites avec les normes de la concurrence, en se positionnant comme des étudiants actifs, participatifs et engagés, de curriculums, de programmes et de cours, sollicitant leur mise en action dans des situations, activités et progressions qui les engagent dans une amélioration continue de leurs connaissances et compétences (Aouni, 2011 ; Lenoir, 2012 ; Perrenoud, 2000). Plus globalement, bien qu’elles aient pris ancrage d’abord au sein des configurations du travail et de l’éducation, les attentes et les normes de la concurrence en sont venues à connaître une extension au sein de l’État social, que plusieurs désignent aujourd’hui d’État social actif, dont les politiques, même d’assistance, sollicitent de plus en plus les individus à se tenir, là encore, comme les entrepreneurs de leur propre personne (de leurs intérêts, connaissances, compétences, besoins et risques) (Angers, 2011 ; Castel, 2009 ; De Maillard, 2002 ; Giddens, Blair, 2002 ; Honta, 2008 ; Murray et al., 2006 ; Namian, Binet, 2016).

15À travers ces reconfigurations qui touchent autant la famille, l’éducation, le travail que l’État social, le néolibéralisme actualise ainsi le projet d’une société concurrentielle, sommant chaque individu, et tout au long de sa vie, à adopter des conduites utiles au marché (Dardot, Laval, 2010 ; Ehrenberg, 1998 ; Jeanpierre, 2006 ; Jenson, Saint-Martin, 2006). Si certains individus tirent sans doute leur épingle du jeu, d’autres, comme les jeunes NEEF qui sont en difficulté, ne réussissent ni à s’insérer ni à se maintenir dans ces configurations fortement concurrentielles (Binet, 2020 ; Castel, 2009 ; Ulysse, 2014). Certains se retrouvent, dans ces circonstances, en situation de marginalité, en viennent à constituer des figures contemporaines de l’« indiscipline », voire de l’« inutilité », car ils ne participent pas activement aux activités hautement valorisées des voies de l’emploi, des études et de la formation (Giraud, 2018 ; Van de Velde, 2016). S’inscrivant dans ce que Wacquant (2009) décrit comme le « nouveau gouvernement de l’insécurité sociale » (201), le workfare est en ce sens le fruit d’une colonisation insidieuse du social par le champ pénal et constitue de ce fait une extension de sa logique paternaliste néolibérale axée sur la surveillance et la punition des publics cibles de la protection sociale en vue de les soumettre aux impératifs de la dynamique économique concurrentielle. Cette logique procède par l’intermédiaire d’un traitement moral des personnes, au nom de la responsabilité individuelle et de l’injonction à s’activer dans l’adoption de conduites utiles à l’ordre du capitalisme néolibéral (Mary, 2003; Sallée, 2023; Wacquant, 2009). Bien que ces obligations morales ciblent particulièrement les publics du workfare, ce dernier contribue plus largement à l’affermissement des frontières symboliques entre les citoyens « méritants » et « non méritants », « responsables » et « irresponsables », ainsi qu’à figer les identités des citoyens « méritants » qui sont issus des classes sociales basses et moyennes, qui sont susceptibles d’appréhender des pertes de statuts et de privilèges dans une dynamique économique et politique précarisante (Namian, Binet, 2016). Le workfare constitue dans cette optique une double régulation, ciblant individuellement les individus composant les publics de l’assistance et plus largement les citoyens de différentes classes sociales en vue de susciter l’adhésion de leurs conduites aux besoins du capitalisme néolibéral. Ainsi, par exemple, si la catégorie des jeunes qui sont catégorisés comme NEEF s’inscrit dans le cadre des politiques, programmes et interventions du workfare, elle participe ainsi, en même temps, à reconduire une pression indue envers l’ensemble des personnes à s’engager dans des activités sur les voies de l’emploi, des études et de la formation (Van de Velde, 2016). Cet article vise en ce sens à analyser l’extension de ce néolibéralisme dans le champ de l’assistance au Québec en s’intéressant au workfare doux et aux interventions qui ciblent une frange de jeunes NEEF qui sont en difficulté d’insertion, en le considérant comme un ensemble de pratiques disciplinaires qui tentent de les rallier à ce nouvel esprit du capitalisme en les impliquant dans la poursuite de « projets professionnels » visant à les réinsérer sur les voies de l’emploi, des études et de la formation.

4. Le « workfare doux » du Service spécialisé jeune : terrain, population et méthode

16Au Québec, l’action publique dans le champ du workfare est coordonnée par Service Québec qui administre différents programmes d’aide financière et qui assure l’offre d’interventions auprès de diverses populations en partenariat avec un ensemble d’organisations locales, parmi lesquelles figurent notamment les Carrefours jeunesse emploi. Le Carrefour jeunesse emploi de l’Outaouais, fondé en 1983, est la première organisation communautaire de ce nom, dont le modèle fut ensuite institutionnalisé sur le territoire québécois en collaboration avec le Gouvernement du Québec (Assogba, 2000). Aujourd’hui, 111 Carrefours jeunesse emploi sont répartis sur les territoires des 17 régions administratives de la province, puis offrent des services d’aide à l’employabilité, à l’orientation, au retour aux études, à l’insertion en emploi tant en milieux urbain que rural (RCJEQ, 2022, en ligne). Plusieurs des services offerts par les Carrefours jeunesse emploi découlent de partenariats avec le Gouvernement du Québec et constituent, en ce sens, les principales portes d’accès pour les jeunes aux programmes gouvernementaux de Service Québec.

17Le Service spécialisé jeune, plus précisément, est un programme de Service Québec qui est offert aux jeunes en difficulté d’insertion de 18 à 29 ans qui sont catégorisés comme NEEF par l’entremise des Carrefours jeunesse emploi. Il a pour but de permettre à ces jeunes de s’activer dans la définition d’un « projet professionnel » et dans la poursuite d’« objectifs » susceptibles de les mener en emploi, aux études ou en formation (Service Québec, 2016).

18Selon le Cadre de référence du Service spécialisé jeune, les jeunes ciblés par ce programme sont confrontés à des obstacles et à des risques propres aux divers environnements dans lesquels ils circulent, qui interfèrent avec leurs processus d’insertion sur les voies de l’emploi, des études et de la formation (Service Québec, 2016). Ils constituent, pour reprendre les mots utilisés par plusieurs conseillères en employabilité et en orientation rencontrées en cours d’enquête, une « clientèle lourde », « multiproblématique » et fortement « hypothéquée ». Ils cumulent en somme, selon plusieurs d’entre elles, un ensemble de « problématiques» et de « déficits» sur les plans des ressources cognitives, sociales, culturelles et financières. Comme le mentionne une conseillère en employabilité rencontrée pendant un entretien de groupe, ils sont plusieurs à être confrontés à des limites importantes sur le plan de l’accès à divers types de ressources aujourd’hui nécessaires pour demeurer inséré : « Ce sont des jeunes qui ont un bagage différent, qui ont souvent une bonne volonté, mais entre-le “je voudrais dont”, puis le “je vais avoir les capacités, puis le soutien puis le support nécessaire, pour”, y’a comme une marge. ». Cette marge donne lieu, comme indiqué précédemment, à un éventail de trajectoires dans lesquelles plusieurs jeunes NEEF en difficulté tentent de s’insérer et de se maintenir sur les voies de l’emploi, des études et de la formation, mais en viennent plutôt à vivre, souvent de manières répétées, plusieurs bifurcations biographiques, puis à se retrouver en marge des voies de l’emploi, des études et de la formation. Ainsi, non seulement ces jeunes apparaissent comme « problématiques » devant les attentes normatives des instances disciplinaires classiques que sont l’école et le travail, mais en plus ils résistent aux pratiques courantes des services d’insertion, en raison de leurs « déficits de ressources » et de leurs « manquements » sur les plans de la « motivation », de la « participation » et de « l’engagement ».

19En vue d’activer ces jeunes dans la définition de projets professionnels et dans la poursuite d’objectifs, Service Québec mise, par l’intermédiaire du Service spécialisé jeune, sur un ensemble de partenaires locaux destinés à offrir des interventions de proximité, parmi lesquels figurent les Carrefours jeunesse emploi. Ces partenaires sont sommés d’offrir des services d’intervention individualisés répondant aux attentes, méthodes et objectifs formulés au sein du Cadre de référence du Service spécialisé jeune et de rendre des comptes à Service Québec sur le nombre d’insertions réussies (2016). En parallèle, selon une logique inspirée du workfare doux, Service Québec (2016) propose aux jeunes inscrits au programme un incitatif financier (± 200 $ par mois) en échange de leur « engagement » et de leur « participation active » aux services d’insertion offerts par les Carrefours jeunesse emploi (Binet, 2020 ; Dufour et al., 2003 ; Namian, Binet, 2016).

20Les données empiriques qualitatives présentées dans cet article proviennent de séances d’observation participante de ces interventions réalisées pendant un an au Service spécialisé jeune qui est offert par le Carrefour jeunesse emploi de l’Outaouais, de juin 2016 à juin 2017 (Binet, 2020). Le Service spécialisé jeune, tel qu’offert au Carrefour jeunesse emploi de l’Outaouais constitue un cas pertinent pour l’analyse des politiques québécoises du workfare doux qui sont destinées aux jeunes catégorisés comme NEEF pour au moins trois raisons : 1) Le Carrefour jeunesse emploi de l’Outaouais partage avec les autres organisations de ce nom la mission d’intervenir « […] auprès des personnes majoritairement âgées de 16 à 35 ans qui veulent cheminer vers l’emploi, les études, l’entrepreneuriat ou réaliser un projet d’avenir » (CJEO, 2022, en ligne) ; 2) Il offre aussi, comme ces dernières, sous un même toit, des services financés par Service Québec comme de l’aide à la recherche d’emploi, à l’employabilité, à l’orientation, à l’éducation financière, mais aussi du soutien à l’entrepreneuriat ; 3) Il offre également le programme Service spécialisé jeune selon les paramètres préétablis par Service Québec, à l’instar des autres Carrefours jeunesse emploi du Québec. Si ce cas est certes limité sur le plan de la représentativité de la diversité territoriale des Carrefours jeunesse emploi du Québec et des enjeux et disparités régionales, il apparait néanmoins de ce fait comme une porte d’entrée intéressante pour l’analyse de la mise en œuvre des politiques québécoises du workfare doux auprès des jeunes NEEF en difficulté d’insertion en Outaouais.

21Les séances d’observation participantes se sont étalées sur une période d’un an, à raison de 4 jours par semaine, puis ont été modulées selon les différentes personnes et les activités qui se déroulaient au Service spécialisé jeune. Elles ont été organisées aussi dans le temps et dans l’espace selon les différentes phases du Service spécialisé jeune, en collaboration avec l’équipe d’employabilité et d’orientation du Carrefour jeunesse emploi de l’Outaouais ainsi qu’avec plusieurs des jeunes qui y sont inscrits. En plus de permettre au chercheur de se tenir à distance des discours officiels, l’observation participante de la mise en œuvre quotidienne du Service spécialisé jeune au Carrefour jeunesse emploi de l’Outaouais lui a permis de décrire finement les milieux et les interventions prévus aux différentes phases de ce programme pour encadrer l’insertion en emploi, aux études ou en formation des jeunes NEEF en difficulté d’insertion (Binet, 2020). En parallèle à ces séances d’observation-participante, la collecte des données a été complétée par 10 entretiens individuels auprès de jeunes pour documenter les manières dont ils en sont venus à se retrouver inscrits au Service spécialisé jeune, ainsi que par trois entretiens de groupe destinés à mieux comprendre comment les jeunes, les conseillères en employabilité et en orientation et les coordonnatrices perçoivent ce programme. Dans le cadre de cet article, les propos de ces participants ont été anonymisés pour protéger leur confidentialité. Les résultats obtenus montrent, comme il sera illustré dans la partie suivante, que le workfare doux québécois, procédant selon des intentions et valeurs positives, donne lieu à des milieux qui calquent le modèle de l’entreprise : les jeunes en difficulté d’insertion qui sont catégorisés comme NEEF y sont sommés d’apprendre à se conduire comme des sujets entrepreneuriaux, capables de gérer les divers risques présents dans leur vie, de se projeter dans l’avenir et de demeurer assujettis et utiles à la dynamique économique concurrentielle.

5. La « simili-entreprise » comme dispositif disciplinaire néolibéral : de l’accompagnement au projet professionnel à la production de sujets entrepreneuriaux

5.1. La « simili-entreprise » : un dispositif disciplinaire néolibéral imitant le monde du travail

22Dès leur arrivée au Carrefour jeunesse Emploi de l’Outaouais, les jeunes en difficulté d’insertion catégorisés comme NEEF sont invités à se représenter l’organisation communautaire comme s’il était un milieu de travail et à adopter des conduites valorisées en entreprise. Le Service spécialisé jeune entretient en ce sens des relations partenariales entre Service Québec et un milieu qui se présente comme une « simili-entreprise ». L’objectif de ce milieu est de simuler le monde du travail en vue d’amener ces jeunes à adopter des conduites qui sont concurrentielles et susceptibles de majorer leur potentiel d’insertion et de maintien en emploi, comme l’indiquait une coordonnatrice du programme dans le cadre d’un entretien de groupe : « Le but c’est de développer des habiletés, c’est de développer des compétences, c’est de développer une attitude, c’est ça le savoir-être, pour avoir un emploi, mais aussi pour le garder, donc se maintenir en emploi. ». L’observation participante de ce milieu et des pratiques d’intervention qui y sont déployées permet d’illustrer comment le workfare doux québécois, qui s’adresse à des publics précarisés comme les jeunes en difficulté d’insertion qui sont catégorisés comme NEEF, articule à une discipline plus classique une discipline néolibérale, voire entrepreneuriale. Cette dernière revêt à plusieurs égards les contours du modèle de l’entreprise, puis reconduit auprès de ces jeunes l’injonction au projet et la figure normative de l’entrepreneur de soi, en vue de faire d’eux des sujets entrepreneuriaux. Par l’intermédiaire de la poursuite d’un projet professionnel, comme il sera illustré, cette discipline ne vise pas aujourd’hui qu’à fabriquer des sujets assujettis à la dynamique concurrentielle néolibérale, mais aussi à co-construire des individus socialisés et disposés à s’adapter à la dynamique de précarisation des conditions d’existence à laquelle sont confrontées plusieurs populations aujourd’hui. En somme, la simili-entreprise constitue un dispositif disciplinaire qui vise à majorer les conduites des jeunes qui sont considérées comme nécessaires pour qu’ils puissent prendre leur place et se maintenir au sein de la dynamique économique concurrentielle.

5.2. L’intervention dans la « simili-entreprise » : accompagner le projet professionnel pour susciter l’adhésion des jeunes catégorisés comme NEEF à l’entrepreneuriat de soi et aux normes néolibérales de la concurrence

23Cette initiation à l’entrepreneuriat de soi débute au Service spécialisé jeune dès la phase d’accueil dans le cadre d’un accompagnement. Les jeunes catégorisés comme NEEF sont amenés par les conseillères en employabilité à définir des « projets professionnels », susceptibles de les mobiliser et d’encadrer leur poursuite d’« objectifs ». Ces termes, qui sont d’ailleurs présents au sein du cadre de référence du Service Québec (2016), témoignent de l’utilisation contemporaine au sein des politiques québécoises du workfare de concepts visant à reconduire au plus près des jeunes catégorisés comme NEEF un langage et des normes issus du marché (Tremblay, 2006). Ils illustrent en outre l’extension du nouvel esprit du capitalisme dans les politiques d’assistance, auprès des personnes les plus éloignées du travail (Boltanski, Chiapello, 1999 ; Namian, Binet, 2016). Le projet professionnel constitue effectivement un prétexte dans l’accompagnement pour insérer les personnes dans des réseaux relationnels établissant, — comme des contrats de travail —, des relations de conditionnalité entre le Service spécialisé jeune, les conseillères et les jeunes (Dufour, et al., 2003 ; Vrancken, Macquet, 2006). Dans ces relations de conditionnalité, les jeunes catégorisés comme NEEF sont invités à consentir à la poursuite d’objectifs et de projets professionnels, puis à adopter des conduites qui sont susceptibles de faciliter leur poursuite ainsi que leur insertion sur les voies de l’emploi, des études et de la formation.

24Plus qu’une base contractuelle, l’accompagnement des projets professionnels est réalisé dans le cadre de rencontres individuelles et d’activités de groupe qui sont prévues aux phases subséquentes du programme. Ces dernières visent à chaque instant à cultiver le « volontariat », l’« engagement », la « motivation » et l’« activité » des jeunes catégorisés comme NEEF en lien avec la poursuite d’objectifs qui sont honorés en contextes néolibéraux et qui sont ancrés vers l’emploi, les études et la formation. Si cet accompagnement est modulé selon les conseillères, les jeunes, les situations rencontrées et les différentes phases du programme, il s’inscrit dans un programme institutionnel diffusant au plus près des jeunes catégorisés comme NEEF la figure de l’entrepreneur de soi et les invitant à faire preuve d’un engagement actif envers des configurations organisationnelles et provinciales (Dubet, 2010 ; Vrancken, Macquet, 2006). La conditionnalité des relations qui sous-tendent cet accompagnement fait en sorte que les jeunes qui sont catégorisés comme NEEF doivent se tenir comme des individus actifs et engagés dans leurs rapports aux conseillères, au Service spécialisé jeune ainsi qu’à leurs objectifs et projets professionnels (Dufour et al., 2003 ; Namian, Binet, 2016 ; Vrancken, Macquet, 2007). Si en principe ces jeunes sont invités à s’autogouverner, ils sont, comme l’indique Martin dans un entretien de groupe, invités à le faire de manière progressive dans des rapports d’assujettissement avec des conseillères pour répondre positivement aux attentes du Service spécialisé jeune et pour se maintenir dans ce programme :

Une fois par semaine, tu as une rencontre pour voir si ça a changé ou si tes besoins restent les mêmes, ce que tu as appris, puis si tu continues ou pas. Tu fais par exemple, l’orientation, puis quand tu as terminé, elle te demande comment tu as trouvé ça, puis elle t’amène vers la prochaine étape dans le fond. Elle refait encore une évaluation pour saisir où tu es, puis la prochaine étape. Chaque fois que tu fais quelque chose, elles viennent t’en parler ensuite pour voir si tu avances ou si tu restes toujours au même point — là. 

25L’accompagnement dans la poursuite de projets et d’objectifs professionnels constitue en ce sens dans la simili-entreprise une intervention d’activation visant la production de l’adhésion des jeunes à une grammaire normative misant sur l’entrepreneuriat de soi et sur les normes néolibérales de la concurrence. Cette adhésion s’effectue progressivement au sein de la simili-entreprise au cours de l’accompagnement, en relation avec le milieu, les conseillères et des injonctions à participer activement au Service spécialisé jeune. Plus précisément, cette intervention d’activation repose sur la confrontation conditionnelle et progressive par les jeunes NEEF à différents risques, tant en ce qui concerne leur vie privée que leur vie professionnelle et leur capacité à se projeter dans un avenir et dans les configurations du travail. Comme l’indique Julie, une jeune femme rencontrée pendant un entretien de groupe, « ce n’est pas juste une question de travail-là, c’est ta vie personnelle qui est en jeu. ». L’expression « en jeu », loin ici d’être banale, souligne que selon la logique du workfare doux, dans le cadre qu’est l’accompagnement du projet professionnel, les jeunes catégorisés comme NEEF sont invités à réaménager l’ensemble de leur vie autour de l’entrepreneuriat de soi et des normes de la concurrence, donc à adopter des croyances, des conduites et des modes de vie qui sont favorables à l’ordre capitaliste néolibéral (Boltanski, Chiapello, 1999 ; Dardot, Laval, 2018 ; Van de Velde, 2016). Dans cette optique, le workfare doux témoigne d’un déplacement des frontières sociales et symboliques entre les univers de l’assistance et du travail (Namian, Binet, 2016) ainsi que de l’extension dans le champ de la jeunesse de l’injonction à faire de sa vie un projet utile à la dynamique économique concurrentielle (Van de Velde, 2016).

5.3. La stabilisation des conditions de vie : une initiation à la gestion entrepreneuriale des risques liés à la vie personnelle et sociale

26Au fil des deux phases subséquentes de cet accompagnement, il s’agit en somme d’amener les jeunes qui sont catégorisés comme NEEF à apprendre à autogérer leur vie en les confrontant aux risques qui y sont présents, et qui sont susceptibles d’interférer avec la poursuite de leur projet et de leurs objectifs professionnels. Plus précisément, dans la phase d’évaluation des besoins, les jeunes catégorisés comme NEEF sont invités à « stabiliser des conditions de vie », une expression fréquemment employée par les coordonnatrices, conseillères en employabilité et conseillères d’orientation du programme. Ces pratiques de stabilisation des conditions de vie consistent en un ensemble d’interventions individuelles déployées en vue de :

s’assurer que les conditions de vie de ces jeunes-là sont convenables, qu’elles répondent à leurs besoins de base, pour à la limite rendre les jeunes disponibles à se mettre en action dans un projet professionnel que cela soit pour un retour à l’école ou au travail.  (Emilie, conseillère en orientation)

27Comme l’explique Julie, citée précédemment, ces pratiques sont fortement hétérogènes et difficilement définissables : « tout dépend là des personnes, elles varient ». Ces pratiques ont pour particularité de n’être pas seulement l’œuvre des conseillères elles-mêmes. Dans une perspective d’accompagnement, elles impliquent en effet la « participation active » des jeunes catégorisés comme NEEF qui sont sommés de prendre en charge la stabilisation de leurs propres conditions de vie (Bartholomé, Vrancken, 2005 ; Vrancken, Macquet, 2006). Julie explique dans cette optique que « la conseillère, c’est comme un petit guide là. Tu lui parles, puis elle te guide vers ce que tu veux. ». Pour illustrer son propos, elle pointe Roxanne, une jeune femme présente dans le même entretien de groupe, puis ajoute : « Admettons qu’elle a besoin d’un appartement, c’est vraiment un besoin, la conseillère va le mettre en priorité sur la liste, puis elles vont essayer d’agir ensemble là-dessus ». Les différents risques présents dans les conditions de vie des jeunes NEEF sont ainsi réduits à des problèmes individuels qu’ils peuvent gérer par eux-mêmes, tels des entrepreneurs de soi, tout en étant accompagnés (Namian, Binet, 2016 ; Ehrenberg, 1998 ; Tremblay, 2006 ; Vrancken, 2007). La phase d’évaluation des besoins prend fin lorsque les conseillères estiment « avec » les jeunes qui sont catégorisés comme NEEF que leurs conditions de vie sont suffisamment réorganisées et stables pour qu’ils puissent poursuivre leur cheminement au sein du programme, leurs objectifs et leur projet professionnel.

5.4. L’employabilité : une introduction à l’autogestion des risques de l’insertion et du maintien en emploi, aux études et en formation

28Dans la phase de production des compétences, cette initiation à l’entrepreneuriat de soi se poursuit alors que les jeunes NEEF sont plutôt amenés en groupe à gérer les risques qui ont trait à leur employabilité, à développer leurs capacités à s’insérer, à se maintenir en entreprise et à maximiser leur travail effectif. Pour permettre aux jeunes en difficulté qui sont catégorisés comme NEEF d’effectuer ces apprentissages, le Carrefour jeunesse emploi de l’Outaouais aménage depuis 2012 un plateau de travail de restauration, le Croque-en-bouche. Les jeunes y sont invités à participer à des activités de cuisine, de jardinage, de restauration et de gestion. Ce plateau de travail constitue en soi une actualisation contemporaine de l’articulation entre des disciplines classiques et néolibérales. Il revêt effectivement, en plus de sa perspective éducative, les contours de la forme de la simili-entreprise pour normer les conduites individuelles des jeunes et les arrimer aux normes de la concurrence économique.

29Dès leur arrivée au Croque-en-bouche, les jeunes sont en effet invités à faire « comme si » ils étaient déjà en emploi sous les regards des conseillères, des autres participants et des personnes qui circulent au sein du Carrefour jeunesse emploi de l’Outaouais (Vrancken, Macquet, 2006). Ils sont sommés de signer une convention d’engagement qui définit plus précisément les droits et responsabilités des personnes au sein du plateau de travail. Cette convention d’engagement inclut aussi les règles disciplinaires auxquelles les jeunes sont tenus ainsi que les compétences qu’ils doivent développer. Les attentes en matière d’assiduité, de ponctualité, de présentation de soi, d’hygiène et de travail effectif sont précisées (heures de travail, rôles, tâches, rapport avec les superviseur(e)s, collaboration avec les autres, etc.). Au quotidien, les absences, le présentéisme, les pauses trop longues, le bavardage, l’utilisation du téléphone cellulaire au travail, les conflits entre jeunes et les mécontentements à l’égard des configurations du travail sont régulièrement sanctionnés par les pairs et par les conseillères, notamment par des regards, des commentaires, des avertissements, des retraits, et sont discutés collectivement dans le cadre de rencontres d’équipes matinales et de réunions hebdomadaires.

30L’application de ces règles disciplinaires plutôt classiques soulève des formes d’indisciplines, voire de résistances. Annie, une jeune femme présente pendant les observations, s’est ainsi fait réprimander par une conseillère devant ses pairs, car elle utilisait son téléphone pendant son temps de travail à la cuisine. Elle a attendu que la conseillère quitte la cuisine pour sortir à nouveau son cellulaire en affirmant avec un ton sarcastique : « Je l’ai rangé mon téléphone ». De telles indisciplines ont aussi lieu au jardin, notamment, lors des moments d’absence de supervision, certains jeunes se cachant derrière les fenêtres et les rideaux des conseillères pour utiliser leurs téléphones, bavarder et plaisanter. Ces exemples d’indisciplines révèlent la jonction entre une discipline scolaire classique, qui déconnecte l’individu de la vie quotidienne, à une discipline néolibérale où il s’agit en somme de le déconnecter de sa vie personnelle tout en le connectant davantage avec le travail (Boltanski, Chiapello, 1999 ; Dubet, 2010 ; Giddens et Blair, 2002).

31Pour maximiser l’adoption par les jeunes catégorisés comme NEEF des conduites valorisées au sein de cette simili-entreprise, les conseillères formulent aussi des compliments en lien avec leurs choix, comportements, initiatives et réussites. Elles offrent à certains jeunes des privilèges (choisir ses tâches, quitter plus tôt le lieu de travail, etc.), et remettent à ceux en fin de parcours des certificats pour souligner la qualité de leur participation au Croque-en-bouche. Elles proposent aussi à certains jeunes d’agir à titre de référence dans leurs démarches futures de recherche d’emploi en vue d’encourager des employeurs potentiels à les engager. En somme, au même titre qu’au sein de la discipline classique analysée par Foucault (1975), les règles disciplinaires sont instituées à titre de normes, puis mobilisées en vue de départager les conduites à adopter, réactualisant ainsi les frontières entre les bons et mauvais prestataires. Ajustées aux attentes de la simili-entreprise, ces règles ciblent en effet, en prenant appui sur des justifications positives, des conduites à proscrire en ce qu’elles seraient susceptibles de compromettre l’insertion, le maintien en entreprise et le travail effectif réalisé par chaque jeune.

32Au Croque-en-bouche, les jeunes sont en outre amenés à développer par eux-mêmes des compétences génériques et techniques en s’engageant dans le travail. Les compétences techniques visent à permettre aux jeunes d’explorer certains intérêts, en lien avec des secteurs du marché en quête de main-d’œuvre afin de clarifier leurs projets et leurs objectifs professionnels (gestion des finances, gestion des ressources humaines, cuisine, publicité, vente, agriculture, etc.). L’incitation à cultiver des compétences génériques s’articule pour sa part aux règles disciplinaires classiques, en constituant un ensemble d’injonctions néolibérales destinées à renforcer l’adoption des conduites valorisées dans la dynamique économique concurrentielle par les jeunes catégorisés comme NEEF telles que : « le travail d’équipe, la capacité de résolution de problème, la capacité d’adaptation, le sens de l’initiative, le sens des responsabilités, la volonté d’apprendre, la capacité à communiquer et le souci des clients » (Notes d’observation). Ces injonctions réfèrent effectivement, plus ou moins directement, aux normes de la concurrence mises en évidence dans la littérature scientifique, dessinant les contours de la figure de l’entrepreneur de soi (Boltanski, Chiappello, 1999 ; Dardot, Laval, 2010 ; Jeanpierre, 2004 ; Otero, 2007). En guise d’exemples, l’une des compétences génériques les plus ciblées au quotidien est la capacité d’adaptation à un mode flexible d’organisation du travail (Sennett, 2000) ; une autre consiste à faire preuve d’initiative en vue de maximiser le travail effectif réalisé. Le travail d’équipe, la capacité à communiquer et le souci des clients témoignent d’une norme de connectivité visant l’entretien d’une dynamique relationnelle concurrentielle au sein de l’entreprise (Boltanski, Chiapello, 1999 ; Dardot, Laval, 2010 ; Jeanpierre, 2004). En parallèle, dans les rencontres d’accompagnement prévues au Service spécialisé jeune, des grilles d’évaluation sont utilisées par les conseillères pour statuer sur le respect des règles, sur l’actualisation des différentes compétences dans les conduites des jeunes et pour réfléchir aux voies qui permettraient de les développer davantage.

5.5. L’entrepreneuriat de sa propre trajectoire et la projection dans l’avenir

33Dans les phases d’évaluation des besoins et de production des compétences, les jeunes NEEF sont donc amenés à apprendre à gouverner leur vie en prenant en charge, tels des entrepreneurs de soi, les risques qui ont trait à leurs conditions de vie et à leur employabilité. Les phases subséquentes du programme poursuivent cette initiation à l’entrepreneuriat de soi en les amenant à circonscrire l’avenir de leurs trajectoires sur les voies de l’emploi, des études et de la formation.

34Dans la phase d’orientation, les jeunes NEEF sont invités à réaliser en groupe un travail sur soi, une sorte de planification stratégique, en vue de les conduire à mieux se connaître (intérêts, aspirations, forces, compétences, limites, contraintes, etc.), à identifier des emplois potentiels et adaptés à leurs réalités ainsi qu’à préciser des objectifs et des projets professionnels toujours plus réalistes et réalisables. En ce sens, l’orientation est une phase qui vise à fixer avec chaque jeune NEEF, en amont, son projet et ses objectifs professionnels. La phase d’employabilité vise pour sa part, comme l’explique Joanie, conseillère en employabilité, à un groupe de jeunes durant les observations, à équiper les personnes de « l’ensemble des aptitudes, des attributs et des comportements qui entrent en interaction lorsque vient le temps de se trouver, d’occuper et de se maintenir en emploi ». Les jeunes catégorisés comme NEEF sont invités à maîtriser, par la réalisation d’une série d’activités, la production des principaux documents reliés à la recherche d’emploi tels que des curriculums vitae, des lettres de présentation et des listes de références. On leur apprend également plus théoriquement, par des cours magistraux, mais aussi en administrant leur présence dans ces cours, l’art d’effectuer des recherches d’emploi, la réalisation d’entrevues d’embauche ainsi que la discipline de base en entreprise comme la « ponctualité », le « travail d’équipe », la « capacité d’adaptation », la « quantité de travail », la « qualité de travail », la « communication », la « présentation de soi » et le « respect des consignes ». Il s’agit ainsi, dans ces deux phases, d’accompagner les jeunes NEEF dans l’apprentissage des procédés, des savoirs et des outils qu’ils pourront mobiliser à l’avenir pour poursuivre leurs objectifs et projets professionnels ainsi que leur insertion et leur maintien à l’école ou en emploi.

35Les jeunes en difficulté d’insertion qui sont catégorisés comme NEEF, puis qui ont complété l’ensemble de ces apprentissages de base ont accès, à condition qu’ils réussissent à convaincre des employeurs de les recruter, à des expériences de stage pendant lesquelles ils seront insérés temporairement, de manière supervisée et non rémunérée, dans des milieux réels de travail. L’épreuve de la recherche d’un stage constitue une phase qui permet en principe aux jeunes d’actualiser, de manière accompagnée, les apprentissages effectués au préalable et de se confronter à la tâche de s’insérer en faisant comme s’ils étaient en recherche active d’un emploi (Astier, 2007 ; Vrancken, 2007 ; Vrancken, Macquet, 2006) : appels téléphoniques, visites en entreprise, distribution de curriculums vitae et entrevues d’embauche sont quelques-unes des activités que les jeunes sont amenés à réaliser par eux-mêmes, avec l’accompagnement des conseillères en employabilité, en relation avec des milieux réels de travail.

36Les jeunes en difficulté d’insertion qui sont catégorisés comme NEEF, puis qui ont réussi à accéder à des expériences de stage au fil des observations ont eu pour la plupart accès à des milieux qui, s’ils étaient associés à des expériences réelles de travail, seraient considérés comme offrant des emplois précaires et faiblement rémunérés (restauration rapide, commis à la vente de détail, etc.) (Ulysse, 2014). Plusieurs conseillères en employabilité perçoivent ces expériences de stage en situation de précarité comme des transitions vers des formes de mobilités ascendantes :

Nous, on va trouver des milieux qui vont vous permettre de développer des compétences, trouver des milieux qui vont vous faire sentir bien, puis des fois, ça peut être des stages qui ne donnent pas de job à la fin, mais qui vont être comme un tremplin. (Marianne, conseillère en employabilité)

37Une fois en stage, les jeunes sont invités à établir, en collaboration avec une conseillère en employabilité et un représentant de l’entreprise, un « plan de développement des compétences ». Ce plan vise à encadrer plus précisément les activités des jeunes dans l’entreprise, mais aussi le développement de leurs compétences techniques et génériques en milieu réel de travail. Le développement de ces compétences techniques et génériques est considéré comme une condition pour que le stage soit un tremplin vers des formes de mobilités ascendantes. Comme l’indique Émilie, conseillère en employabilité, ces compétences renvoient, au même titre que dans le Croque-en-bouche, « à des comportements que les jeunes doivent adopter pendant qu’ils sont en stage, c’est ça qui est important pour qu’on puisse évaluer la progression des jeunes, puis s’assurer que le stage soit un tremplin ». La poursuite du plan de développement des compétences est ainsi présentée aux jeunes comme une condition pour acquérir des compétences, mais aussi pour les préparer à discuter avec des employeurs potentiels, en faisant référence à des exemples concrets de comportements qu’ils ont eus alors qu’ils agissaient en milieux réels de travail.

38Dans le cadre du nouvel esprit du capitalisme, le projet professionnel, plus particulièrement le stage en milieu réel de travail et le plan de développement des compétences, servent ainsi à amener les jeunes catégorisés comme NEEF et qui sont confrontés à des difficultés d’insertion non seulement à adopter des croyances, conduites et modes de vie favorables à l’ordre capitaliste néolibéral, mais aussi à justifier leur insertion et leur place dans les configurations du travail devant des employeurs potentiels (Boltanski, Chiapello, 1999). Pour reprendre les mots de plusieurs conseillères rencontrées lors des séances d’observation, tant la recherche d’un stage que l’expérience en milieu de travail sont des occasions pour les jeunes d’apprendre « à se vendre » aux employeurs. L’expérience de stage, plus particulièrement du plan de développement des compétences, fait en ce sens partie intégrante des apprentissages à effectuer par les jeunes qui sont catégorisés comme NEEF afin qu’ils puissent, ultérieurement, se conduire comme des sujets capables de gérer eux-mêmes leur insertion et leur maintien en emploi, mais aussi pour qu’ils en viennent à vivre potentiellement des formes de mobilités ascendantes sur les voies du travail. Les pratiques de gouvernement des conduites qui sont articulées au projet professionnel, telles que le stage en entreprise, illustrent ainsi comment le nouvel esprit du capitalisme repose sur la rhétorique méritocratique pour justifier la poursuite par les jeunes du travail, même précaire, en faisant comme s’il est dans leur intérêt d’y participer et comme si la poursuite d’un plan de développement des compétences constitue un gage pour une expérience future de mobilité économique et sociale ascendante (Boltanski, Chiapello, 1999 ; de Gaulejac, Léonetti, 1994).

39En principe, l’expérience de stage en milieu réel de travail devrait clore formellement la participation des jeunes catégorisés comme NEEF au Service spécialisé jeune, puis avoir comme résultat leur insertion à l’école, en formation ou en emploi. Or, certains jeunes, pour diverses raisons, n’y ont pas accès et ne vivent pas cette expérience de mobilité ascendante, mêmes s’ils ont répondu positivement aux différentes phases et attentes du programme. Alexandre, rencontré dans le cadre d’un entretien individuel, par exemple, n’a tout simplement pas réussi à se faire embaucher comme stagiaire ni à s’insérer dans un emploi adapté à sa réalité et à ses intérêts :

Au début je m’attendais à faire un stage, pis après à avoir un job dans ce que j’aurais aimé avoir comme job. Comme, je ne sais pas moi, comme travailler dans un vidéoclub ou dans une place de jeux. Moi, je me voyais là-dedans, mais ça n’a pas tourné comme je le voulais là. J’ai su qu’eux autres ont dit qu’ils n’acceptaient pas de stagiaire. Là, Joanie [conseillère en employabilité] a appelé à un couple de places pour moi, pis ils ne cherchaient pas de stagiaire. Pis c’est ça, pendant un couple de mois on a fouillé, pis ça n’a rien donné.

40Dans cette situation, Alexandre s’est fait rediriger vers un autre programme de Service Québec qui vise à permettre aux jeunes d’acquérir des compétences par la poursuite d’un projet menant vers la création d’une entreprise ou vers le travail autonome (Jeunes volontaires). En ce sens, les difficultés rencontrées dans la poursuite du projet professionnel, durant le programme, devient un facteur d’attraction, une opportunité ou une contrainte, pour certains jeunes qui sont catégorisés comme NEEF à s’engager dans la création d’entreprise ou dans le travail indépendant. Ces types de programmes et d’avenues, sont réputés pour exiger des personnes l’arrimage de leurs croyances, conduites et modes de vie aux mêmes normes de la concurrence, mais de manière plus accrue que le travail salarié (Tremblay, Genin, 2008). Pour certains jeunes qui ont réussi à se faire embaucher comme stagiaire et à compléter un stage en entreprise, comme Maude, la fin du stage est une période de déception, voire de deuil ou de découragement, alors qu’ils doivent quitter les milieux de travail qu’ils ont récemment intégrés, mais qui ne peuvent les embaucher comme employés pour diverses raisons (financières, syndicales, etc.). Ils doivent alors, dans le cadre d’un suivi personnalisé, effectuer des recherches d’emploi et tenter de faire de leur expérience de stage un tremplin vers une mobilité ascendante dans le monde du travail, ou se réengager dans des études ou dans un programme de Service Québec. Pour d’autres jeunes NEEF, qui ont non seulement réussi leurs expériences de stage, mais qui ont aussi trouvé en son sein un emploi, c’est le temps de consolider leur position et d’œuvrer à leur maintien en emploi avec le soutien ponctuel d’une conseillère en employabilité.

41Peu importe leur situation et leur position à la fin du programme, les jeunes catégorisés comme NEEF sont en ce sens invités à poursuivre leurs apprentissages et invités à gérer, par eux-mêmes, leurs trajectoires sur les voies de l’emploi, des études et de la formation. Compte tenu des profils des jeunes, des issues du programme, des milieux de stage impliqués et de l’incertitude qui a trait au « tremplin » vers une mobilité future ascendante, l’observation du Service spécialisé jeune illustre ainsi comment les pratiques québécoises du workfare, a priori plus douces, apparaissent comme des périodes d’initiation à l’entrepreneuriat de soi en situation de précarité. Les jeunes qui ne réussissent ni à s’insérer ni à se maintenir en stage ou en emploi, sont ainsi néanmoins amenés à passer d’un programme ou d’un emploi précaire à l’autre.

6. Conclusion : Le caractère illusoire de la mise en œuvre du « workfare doux » auprès des jeunes NEEF en difficulté d’insertion : entre injonction au projet professionnel et imprévisibilité

42Après avoir investigué la catégorie des jeunes NEEF, puis le concept de néolibéralisme, cet article pose l’hypothèse que les interventions mobilisées dans les politiques québécoises du workfare doux constituent un dispositif qui articule des milieux et des pratiques disciplinaires scolaires classiques à une discipline néolibérale qui reconduit au plus près des jeunes NEEF en difficulté d’insertion la figure de l’entrepreneur de soi. Cette initiation à l’entrepreneuriat de soi se décline dans les différentes phases du programme Service spécialisé jeune qui invitent les personnes à poursuivre des projets professionnels et des objectifs sur les voies de l’emploi, des études et de la formation, tout en affrontant les différents risques présents dans leur vie personnelle et professionnelle, puis en se projetant dans l’avenir.

43Ce mode d’apprentissage contemporain de la gestion des risques procède sommairement par l’occupation de milieux et par l’accompagnement des jeunes dans l’autogouvernement de soi par la poursuite d’un projet et d’objectifs professionnels. Stabiliser leurs conditions de vie en affrontant les divers risques qui y sont présents, évaluer les risques pour leur employabilité en vue de majorer leur potentiel d’insertion, ancrer leur projet professionnel dans la réalité, faire l’épreuve de leur potentiel d’insertion et de maintien en emploi par un stage en entreprise et se projeter dans sa future trajectoire au travail : voici ce que sont les principales tâches qu’ont à accomplir les jeunes catégorisés comme NEEF qui sont en difficulté d’insertion au fil des différentes phases du Service spécialisé jeune. L’objectif est finalement d’amener progressivement ces jeunes en difficulté qui sont catégorisés comme NEEF, à l’aide du projet professionnel, à construire des conditions favorables à l’insertion, à effectuer des apprentissages, à acquérir des savoirs, des outils, des stratégies et des pratiques, qui leur permettront de gouverner par eux-mêmes leurs trajectoires tout en menant des vies utiles à la dynamique économique concurrentielle (Castel, 2009 ; Dardot, Laval, 2010 ; Ehrenberg, 1998 ; Jeanpierre, 2006 ; Vrancken, Macquet, 2006). L’accompagnement des jeunes dans la poursuite de leur projet professionnel apparaît en ce sens comme une pratique disciplinaire qui vise à encadrer l’adhésion progressive des jeunes qui sont catégorisés comme NEEF aux croyances du nouvel esprit du capitalisme et à leur faire adopter des conduites et des modes de vie qui sont favorables à l’ordre néolibéral de la concurrence (Boltanski, 2006 ; Boltanski, Chiapello, 1999 ; Foucault, 2004b ; Laval, 2014).

44Pourtant, les résultats et analyses présentés dans cet article remettent en question la capacité des politiques québécoises du workfare doux à soutenir l’insertion et le maintien des jeunes par la poursuite d’objectifs et de projets professionnels, notamment lorsqu’ils sont dans des situations de précarité où tant la stabilisation des conditions de vie, la gestion des trajectoires d’employabilité que la projection dans l’avenir sont des activités fort complexes et imprévisibles. Effectivement, lorsque la dynamique de précarité sociale dans laquelle plusieurs jeunes forgent leurs trajectoires est considérée et que les différentes phases et issues du programme sont analysées, l’observation des pratiques québécoises du workfare doux comme celles du Service spécialisé jeune, permet de mettre au jour une gouvernementalité qui, par le biais d’un dispositif disciplinaire, — la simili-entreprise —, et d’une technologie de soi spécifique, — le projet professionnel —, tente de façonner des sujets certes assujettis à la dynamique économique néolibérale, mais aussi à la précarisation des conditions d’existence des classes populaires (Boltanski, 2006 ; Dardot, Laval, 2010 ; Foucault, 2004b ; Ulysse, 2014). Le projet professionnel, en tant que producteur de sens, apparaît effectivement comme une technologie de soi mobilisée pour amener les jeunes qui sont catégorisés comme NEEF et qui sont en difficulté d’insertion, à adhérer dans leur propre intérêt au nouvel esprit du capitalisme, puis à adopter des conduites et des modes de vie favorables à la dynamique économique néolibérale, même si ceux-ci sont marqués par la précarité sociale (Boltanski, 2006 ; Castel, 2009 ; Foucault, 2004b ; Ulysse, 2014). Ceci dit, il apparait que même si plusieurs de ces jeunes répondent positivement aux exigences de conditionnalité de ces politiques québécoises du workfare doux (Dufour et al., 2003), plusieurs d’entre eux ne réussissent ni à s’insérer ni à se maintenir en stage ou en emploi, et se retrouvent à passer d’un programme scolaire, d’un programme d’insertion ou d’un emploi précaire à l’autre. En ce sens, les politiques québécoises du workfare doux participent de manière insidieuse à l’entretien d’une forme d’activité en deçà du travail dans laquelle plusieurs jeunes sont sommés de demeurer actifs, tout en étant confrontés à des conditions précaires qui interfèrent avec leurs objectifs et projets professionnels (Binet, 2019 ; Castel, 2009 ; Delory-Momberger, 2007). Ainsi, plus que de fabriquer des sujets assujettis à la dynamique économique néolibérale, cette discipline participe à la socialisation des jeunes ainsi qu’à leur adaptation à la précarisation des conditions d’existence des classes populaires.

Haut de page

Bibliographie

Amin, S., Arrighi G., Chesnais F., Harvey D., Itoh M., Katz C., 2006, Qu’est-ce que le néolibéralisme, Actuel Marx, 2, 40, 12-23.

Angers K., 2011, La gouvernance des politiques d’activation en Europe: qu’est-ce qu’une revue de littérature nous apprend?, Canada-Europe : Dialogue transatlantic, 30.

Aouni Z., 2011, Démystification d’une pédagogie émergente : l’approche par les compétences, Entreprendre et Innover, 3, 12, 120-126.

Assogba Y., 2000, Insertion des jeunes, organisation communautaire et société : L’expérience fondatrice des Carrefours jeunesse-emploi du Québec, Québec, Presses de l’Université du Québec.

Astier, I., 2007, Les nouvelles règles du social, Paris, Presses de l’Université de France.

Bancroft L., 2017, Not so NEET : A Critical Policy Analysis of Ontario’s Youth Job Connexion Program, Waterloo, Wilfrid Laurier University.

Barbier J-C., 2009, Le workfare et l’activation de la protection sociale, vingt ans après : beaucoup de bruit pour rien ? Contribution à un bilan qui reste à faire, Lien social et Politiques, 61, 23-36.

Barrow C.W, Didou-Aupetit S., Mallea J., 2003, Globalisation, Trade Liberalisation and Higher Education in North America: The Emergence of a New Market under NAFTA?, New York, Springer, 280.

Bartholomé C., Vrancken S., 2005, L’accompagnement : un concept au cœur de l’État social actif. Le cas des pratiques d’accompagnement des personnes handicapées, Pensée plurielle, 2, 10, 85-95.

Beck U., 1986, La société du risque : sur la voie d’une autre modernité, Paris, Flammarion.

Binet, J., 2020, Aux frontières de la vie active : gouvernementalité et politiques d’activation des jeunes NEEF, Ottawa, Université d’Ottawa, 367 p.

Binet, J., 2019, Les jeunes NEEF : enjeux de définition et d’usage d’une catégorie d’action publique, Reflets, 25, 1, 94-110.

Boltanski L., Chiapello E., 1999, Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard.

Bouchez J-P., 2014, Autour de « l’économie du savoir » : ses composantes, ses dynamiques et ses enjeux, Savoirs, 1, 34, 9-45.

Bourdon S., Bélisle R., 2016, Jeunes sans emploi et sans diplôme, aspirations scolaires et besoins de soutien, Bulletin d’information de l’Observatoire Jeunes et société, 13, 2, 4-5.

Burke R., 2009, Working to Live or Living to Work: Should Individuals and Organizations Care?, Journal of Business Ethics, 84,167-172.

Carcillo S., Fernandez R., Konigs S., Minea A., 2015, NEET Youth in the Aftermath of the Crisis : Challenges and Policies, OECD Social, Employment and Migration Working Paper. [en ligne] http://dx.doi.org/10.1787/5js6363503f6-en

Carrefour jeunesse emploi de l’Outaouais, 2022, À propos – CJE de l’Outaouais, [en ligne]. https://cjeo.qc.ca/a-propos/

Castel R., 2009, La montée des incertitudes : travail, protection, statut de l’individu, Paris, Seuil.

Chiapello É., 2013, Esprit du capitalisme, in N. Postel, R. Sobel (dir.), Dictionnaire critique de la RSE, Lille, Presses universitaires du Septentrion, 182-187.

Dardot P., Laval C., 2010, La nouvelle raison du monde : essai sur la société néolibérale, Paris, La Découverte.

De Gaulejac V., Léonetti I.T., 1994, La lutte des places, Marseille, ÉPI : Hommes et Perspectives.

De Maillard J., 2002, Les associations dans l’action publique locale : participation fonctionnalisée ou ouverture démocratique ?, Lien social et politiques, 48, 53-65.

Déniger M-A., 2012, Les politiques québécoises d’intervention en milieux scolaires défavorisés : regard historique et bilan critique, Revue française de pédagogie, 178, 67-84.

Delory-Momberger C., 2007, Biographisation des parcours : entre projet de soi et cadrage institutionnel, L’orientation scolaire et professionnelle, 36, 1, p. 9-17.

Desprez A., 2002, Compétence et qualifications. Mise en perspective et positions d’acteurs, Service des Études et de la Statistique du Ministère de la Région wallonne, Discussion papier 0208.

Dubet F., 2010, Déclin de l’institution et/ou néolibéralisme ?, Éducation et Sociétés, 1, 25, 17-34.

Dubois V., 2015, La vie au guichet : Administrer la misère, Lonrai, Éditions Points.

Dufour P., Boismenu G., Noel A., 2003, L’aide au conditionnel. La contrepartie dans les mesures envers les personnes sans emploi en Europe et en Amérique du Nord, Montréal, Presses de l’Université de Montréal.

Ehrenberg A., 1998, La fatigue d’être soi : dépression et société, Paris, Odile Jacob.

Emploi-Québec, 2016, Cadre de référence : Service spécialisé jeune, 1-6.

Foucault M., 2004a, Sécurité, territoire, population : Cours au Collège de France. 1977-1978, Paris, Gallimard.

Foucault M., 2004b, Naissance de la biopolitique : Cours au Collège de France. 1978-1979, Paris, Gallimard.

Foucault M., 1975, Surveiller et punir, Paris, Gallimard.

Furlong A., 2006, Not a very NEET solution: representing problematic labour market transitions among early school-leavers, Work, Employment & Society, 20, 3, 553-569.

Gagnon J., 2007, Rapport 4 – La relation commerce-travail : à la recherche de l’équilibre entre les politiques économiques et sociales, Analyse des impacts de la mondialisation sur l’économie au Québec, Québec, Laboratoire d’étude sur les politiques publiques et la mondialisation, 1-16.

Giddens A., Blair T., 2002, La troisième voie : Le renouveau de la socialdémocratie, Paris, Seuil.

Giraud P.-N., 2018, L’Homme inutile. Du bon usage de l’économie, Paris, Odile Jacob.

Gusfield 1981, La culture des problèmes publics. L’alcool au volant : la production d’un ordre symbolique, Chicago, Université de Chicago.

Hamzoui M., 2009, La démocratie à l’épreuve de l’implication des personnes en difficulté : Illustration en Belgique francophone, Nouvelles pratiques sociales, 22, 1, 52-62.

Harvey D., 2005, A brief history of neoliberalism, Oxford, Oxford University Press.

Istance D., Rees G., Williamson H., 1994, Young People Not in Education, Training or Employment in South Glamorgan, Cardiff, Social Research Unit.

Jeanpierre L., 2006, Une sociologie foucaldienne du néolibéralisme est-elle possible ?, Sociologie et sociétés, 38, 2, 87-111.

Jenson J., Saint-Martin D., 2006, Building blocks for a new social architecture: the LEGOtm paradigm of an active society, Policy and Politics, 34, 2, 429-451.

Jenson J., 2000, Le nouveau régime de citoyenneté du Canada : investir dans l’enfance, Lien social et Politiques, 44, 11-23.

Kirouac L., 2015, L’individu face au travail-sans-fin. Sociologie de l’épuisement professionnel, Québec, Presses de l’Université Laval.

Laval C., 2014, L’entreprise comme nouvelle forme de gouvernement, in H. Oulc’Hen (dir.), Usages de Foucault, p. 143-158

Le Boterf G., 2015, Construire les compétences individuelles et collectives, Paris, Eyrolles.

Lemke T., 2011, Biopolitics: An Advanced Introduction, New York, NYU Press.

Lenoir Y., 2012, Éducation scolaire, performance et équité sociale : des relations problématiques, Lingvarvm Arena, 3, 9-36.

Lessard C., 2019, Égalité des chances et stratification dans le champ scolaire : quid de l’équité du système d’éducation?, Éthique en éducation et en formation, 2, 38, 71-86.

Longo M. E., Gallant N., Lechaume A., Fleury C., Vachon N., Kepnou A.K., Noel M., 2021, Portrait statistique des jeunes de 17 à 34 ans ni en emploi, ni aux études, ni en formation (NEEF) au Québec : Dix stéréotypes à déconstruire, [en ligne], http://www.chairejeunesse.ca/node/1358

Macmillan A., 2010, La biopolitique et le dressage des populations, Cultures et conflits, 2, 78, 39-53.

Maroy C., 2020, L’école québécoise à l’épreuve de la gestion axée sur les résultats : sociologie de la mise en œuvre d’une politique néolibérale, Québec, Presses de l’Université Laval.

Mary P., 2003, Insécurité et pénalisation du social, Genève, Labor et Fides.

Merrigan P., 2018, Trois évaluations de politique de capital humain visant les jeunes enfants et adolescents du Québec : constats et pistes pour l’avenir, Montréal, Groupe de recherche en capital humain, 1-21

Michaud G., Dionne P., Beaulieu G., 2007, Le bilan des compétences : Regards croisés entre la théorie et la pratique, Québec, Septembre.

Moreau N., 2009, État dépressif et temporalité : contribution à la sociologie de la santé mentale, Cap-Saint-Ignace, Liber.

Morel S., 2002, Modèle du workfare ou modèle de l’insertion. La transformation de l’assistance sociale au Canada et au Québec, 1-203.

Murray K. B., Low J., Waite A., 2006, The voluntary sector and the realignment of government: a street-level study, Canadian Public Administration, 29, 3, 375-392.

Namian, D., Binet, J., 2016, Politiques d’activation et nouvelles « frontières » du travail social, dans Negura L. (dir), L’intervention en sciences humaines : l’importance des représentations, Québec, Centre de recherche et d’intervention sur l’éducation et la vie au travail, 99-127.

Noh H., Lee B.J., 2017, Risk factors of NEET (Not in Employment, Education or Training) in South Korea: an empirical study using panel date, Asia Pacific Journal of Social Work and Development, 27, 1, 28-38.

Noiseux Y., 2012, Le travail atypique au Québec : les jeunes au coeur de la dynamique de précarisation par la centrifugation de l’emploi, Revue multidisciplinaire sur l’emploi, le syndicalisme et le travail, 7, 1, 28-54.

Otero M., 2007, Les règles de l’individualité contemporaine. Santé mentale et société, Québec, Presses de l’Université Laval.

Perrenoud P., 2000, L’école saisi par les compétences, in C. Bosman, F-M. Girard (dir.), Quel avenir pour les compétences ?, Bruxelles, De Boeck Supérieur.

Peretz H., 1998, La réalisation de l’observation », dans Les méthodes en sociologie : l’observation, Paris, La Découverte.

Polèse M., 2012, L’autre « mystère de Québec ». Regard sur une mutation économique étonnate, Recherche sociographique, 53, 1, 133-156.

Puel H., 2005, « Le néolibéralisme, modèle économique dominant », Revue d’éthique et de théologie morale, 1, 233, 29-51.

Ulysse, P-J., 2014, Les travailleurs pauvres. Précarisation du marché du travail, érosion des protections sociales et initiatives citoyennes, Québec, Presses de l’Université du Québec.

René J-F., Goyette M., Bellot C., Dallaire N., Panet-Raymond J., 2001, L’insertion socioprofessionnelle des jeunes : le prisme du partenariat comme catalyseur de la responsabilité, Lien social et Politiques, 46,125-139.

Réseau des Carrefours jeunesse-emploi du Québec, 2022, à propos, [en ligne], https://www.rcjeq.org/fr/a-propos.

Reynaud J-D., 2001, Le management par les compétences : essai d’analyse, Sociologie du travail, 43, 1, 7-31.

Rose N., 1996, Governing ‘advanced’ liberal democracies », in A. Barry, T. Osborne, N. Rose (dir.), Foucault and political reason: liberalism, neoliberalism and rationalizes of governement, Chicago, University of Chicago Press.

Rose N., Miller P., 1992, Political Power beyond the State: Problematics of Government, British Journal of Sociology, 43, 2, 173-205.

Sallée N., 2023, Sous la réhabilitation, le contrôle : la justice des mineurs au XXIe siècle, Québec, Presses de l’Université du Québec.

Savard S., Proulx J., 2012, Les organismes communautaires au Québec : De la coexistence à la supplémentarité, Canadian Journal of Nonprofit and Social Economy Research, 3, 2, 24-42.

Sennett R., 2000, Le travail sans qualités : Les conséquences humaines de la flexibilité, Paris, Albin Michel.

Snyder L., 2006, Workfare: Ten Years of Pickin’on the Poor, in A. WESTHUES, Canadian social policy: Issues and perspectives, Waterloo, Wilfrid-Laurier University Press.

Statistique Canada, 2023, Percentage of 15-29-year-olds in education and not in education by labour force status, highest level of education attained, age group and sex, en ligne, https://www150.statcan.gc.ca/t1/tbl1/en/tv.action?pid=3710019601

Stroobants M., 1993, Savoir-faire et compétence au travail. Une sociologie de la fabrication des aptitudes, Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles.

Teboul B., 2016, L’Uberisation, l’automatisation… Le travail, les emplois de la seconde vague du numérique, Séminaire GE 90, Compiègne, Université de Technologie Compiègne.

Tremblay D., 2006, Une nouvelle légitimité pour l’État social : par-delà le bien-être, le plaisir d’agir, Service social, 52, 1, 47-64.

Ulysse P-J., 2014, Les dynamiques de précarisation du marché du travail : l’érosion des protections sociales et les conséquences sur les travailleurs pauvres, in P-J. Ulysse, F. Lesemann, F. J. Pires de Sousa (dir.), Les travailleurs pauvres : précarisation du marché du travail, érosion des protections sociales et initiatives citoyennes, Québec, Presses de l’Université du Québec.

Van de Velde C.,2016, Visages et expériences de NEEF : J’aimerais que quelqu’un m’attende quelque part, Centre de recherche de Montréal sur les inégalités sociales et les discriminations, 9,1, [en ligne], http://cremis.ca/visages-etexperiences-des-neet-jaimerais-que-quelquun-mattende-quelque-part

Verdier É., Vultur M., 2016, L’insertion professionnelle des jeunes : un concept historique, ambigu et sociétal, Revue Jeunes et Société, 1, 2, 4-28.

Vrancken D., 2007, La société du travail sur soi, La revue nouvelle, 10, 40-45.

Vrancken D., Macquet C., 2006, Le travail sur soi : vers une psychologisation de la société? Paris, Belin Éditeur.

Vultur M., 2016, Les NEETS, ces « casse-têtes » des politiques sociales, Bulletin d’information de l’Observatoire Jeunes et société, 13, 2, 2-3.

Wacquant L., 2009, Punir les pauvres : le nouveau gouvernement de l’insécurité sociale, Marseille, Agone.

Wamsley D., 2018, Neoliberalism, mass incarceration, and the US dept-criminal justice complexes, Critical Social Policy, 39, 2, 1-20.

White D., 2008, L’impact sur la santé et bien-être des prestataires d’aide sociale de l’intégration des services de sécurité du revenu et d’employabilité : rapport final, Rapport de recherche : programme actions concertées, Montréal, Université de Montréal.

White D., Levesque M, 2001, Les paradoxes du développement de l’employabilité des personnes assistées sociales », in H. Dorvil et R. Mayer (dir.), Problèmes sociaux : Nouvelles configurations et interventions, Québec, Presses de l’Université du Québec, 209-235.

Wilkinson C.,1995, The Drop Out Society: Young People on the Margin, Leicester, Youth Work Press.

Yates S., Paynes M., 2006, Not so NEET? A Critique of the Use of ‘NEET’ in Setting Targets for Interventions with Young People, Journal of Youth Studies, 9, 3, 329-344.

Haut de page

Notes

1 En Europe, c’est plutôt l’appellation anglophone « NEET » qui est couramment utilisée pour désigner des individus qui sont « Not in Education, Employment or Training ».

2 Cet article découle d’une recherche doctorale réalisée par l’auteur dans le cadre du programme de doctorat en service social de l’Université d’Ottawa et soutenu avec succès devant jury en avril 2020 (Binet, 2020).

3 Service Québec est la nouvelle dénomination pour l’instance du Gouvernement du Québec qui s’occupe des politiques d’assistance et d’emploi. Autrefois, c’était l’appellation Emploi-Québec qui était utilisée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jonathan Binet, « Le Workfare comme entrepreneuriat de soi »Champ pénal/Penal field [En ligne], 29 | 2023, mis en ligne le 20 décembre 2023, consulté le 04 mars 2024. URL : http://journals.openedition.org/champpenal/15114 ; DOI : https://doi.org/10.4000/champpenal.15114

Haut de page

Auteur

Jonathan Binet

Doctorant, Université du Québec à Chicoutimi. Contact : jbinet@uqac.ca  

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search