Navigation – Plan du site

AccueilTous les volumes31L’expression des normes de genre ...

L’expression des normes de genre et d’orientation sexuelle dans la réhabilitation des mineur·e·s en privation de liberté

The expression of gender and sexual orientation norms in the rehabilitation of detained juveniles
Fabrice Crégut et Julie Durand

Résumés

Cette recherche s’intéresse à la façon dont l’expression des normes de genre et d’orientation sexuelle interagit avec la réhabilitation des mineur·e·s en privation de liberté. Elle explore la façon dont les constructions sociales liées à ces problématiques sont manifestées dans des centres de détention pour garçons et pour filles à Bogota en Colombie. Elle met en évidence les champs de tensions qui existent entre une approche non-discriminatoire prônée par les politiques institutionnelles face à une approche individualisée et inclusive de la réhabilitation des mineur·e·s.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1L’orientation sexuelle et l’identité de genre sont centrales dans le développement des jeunes, qu’ils et elles soient impliqué·e·s ou non dans la délinquance. Ces questions, objet des études de genre, intéressent particulièrement le droit pénal des mineurs et connaissent un intérêt croissant dans la recherche scientifique. Le droit est à cet égard particulièrement riche puisque le droit est fondé sur le genre, le droit produit du genre (Cardi et Devreux, 2014; Haase-Dubosc, 2017).

2Les études sur le genre conduites dans des centres de détention pour mineur·e·s restent cependant largement isolées, surtout dans les pays du Sud Global, alors même que les lieux de privation de liberté ne sont pas strictement isolés de l’extérieur. Chantraine (2003) rappelait que « les conditions de vie en prison n’apparaissent pas comme propres à l’univers carcéral, mais plutôt comme le théâtre d’expression de formes exacerbées de rapports sociaux perceptibles à l’extérieur ». Et pourtant, il existe globalement peu de littérature examinant les discriminations de genre dans les environnements correctionnels pour mineur·e·s, en particulier lorsqu'il s'agit de prendre en compte les besoins spécifiques liés au genre dans le cadre de leur réhabilitation.

3Depuis le début du 20ème siècle, le droit pénal des mineur·e·s entend adapter ses réponses aux besoins de chacun·e (Junger-Tas, Ribeaud et Cruyff, 2004). Cela signifie que face à une approche fondée sur les droits qui cherche à ce que tou·te·s soient traité·e·s de façon égale, s’élève une approche de prise en charge qui s’efforce d’individualiser le plus possible les interventions en réhabilitation. Mais cela peut-il vraiment l’être en ce qui concerne les questions de genre chez les adolescent·e·s en conflit avec la loi ?

  • 1 Le concept de système de justice pénal pour mineurs se réfère à l’ensemble de « la législation, les (...)

4Dans cet article, nous nous intéressons donc à l’espace carcéral pour mineur·e·s comme générateur et régulateur de normes de genre chez les adolescent·e·s en conflit avec la loi qui y font un séjour. La fonction principale de la détention est en effet de faire un travail de fond avec le/la contrevenant·e dont le but ultime est de le/la réinsérer dans la société (McNeill, 2012). Or, Holsinger et Hodge (2016) affirment que l’identité sexuelle impacte profondément l’expérience que les jeunes font du système de justice1. Les attitudes hétérosexistes, les violences de la part du personnel pénal et des autres détenus et le manque de sensibilisation et de reconnaissance des diversités de genre et de sexualité peuvent induire un manque de prise en considération des besoins spécifiques des jeunes lors de la réhabilitation en détention (Belknap, Holsinger et Little, 2014). Comment donc s’expriment-elles en détention et quel rôle jouent-elles dans la réhabilitation des détenus ? Nous estimons qu’il s’agit d’un thème contemporain majeur pour une prise en charge efficace et en adéquation avec son temps.

  • 2 Définition traduite de l’espagnol, issue des Lignes techniques de l’Institut colombien du bien-être (...)

5Pour explorer ce thème nous nous sommes intéressés à la façon dont les normes de genre se reflètent à trois niveaux de la prise en charge : dans les pratiques institutionnelles, dans les relations entre les détenu·e·s et dans les interactions entre jeunes et intervenant·e·s. L’étude est menée dans des centres de détention pour mineur·e·s en Colombie où ces problématiques sont visibles et discutées. La réhabilitation ou la « finalité restauratrice » du système de justice colombien pour adolescent·e·s est un processus qui prend en compte la capacité de l’adolescent·e à se reconnaitre responsable de ses actes, à les assumer et à agir, conjointement avec la victime, pour résoudre le conflit résultant de ses actions. A ce titre, les sanctions, dont la détention, doivent promouvoir des processus de réflexion et un travail avec l’adolescent·e et la victime, afin de trouver un accord visant à répondre aux responsabilités et besoins individuels et collectifs des parties, et d’assurer la réinsertion de la victime et du/de la contrevenant·e dans la communauté, en vue de restaurer le lien social2.

  • 3 Par discrimination, on entend une discrimination en droit, mais en ce qui concerne les mineur·e·s e (...)

6Ce travail mais aussi l’environnement dans lequel se trouvent les jeunes comportent une dimension de genre dont nous allons montrer qu’elle a une influence profonde sur la réhabilitation de ces jeunes. Les résultats montrent en effet un champ de tension entre les principes de non-discrimination3 et l’approche différenciée promue par les politiques institutionnelles en Colombie. Celui-ci révèle d’une part la difficulté pour les intervenant·e·s de se positionner à la fois comme figure normative et guidante pour les jeunes, traitant chacun·e·s de la même façon, et d’autre part les problèmes posés par les normes sociales parfois clivantes importées du « dehors » et omniprésentes dans les relations. Cette tension apparait alors dans le travail de réhabilitation en détention qui implique d’aider les jeunes à comprendre et à s’adapter à des repères identitaires et sociaux présents dans la société, là où une approche basée sur le genre inviterait au contraire à remettre en question les normes sociales traditionnelles et potentiellement génératrices de discriminations.

7Finalement, ces résultats révèlent l’omniprésence des questions de genre dans la prise en charge des jeunes en réhabilitation et la grande ambiguïté qui peut exister pour les intervenant·e·s en privation de liberté sur ces questions.

Revue de littérature

8La littérature scientifique sur les questions de genre dans la justice pénale se situe à la jonction entre plusieurs champs scientifiques : la sociologie du droit, la sociologie des institutions, la sociologie féministe et les études sur le genre.

9Les prismes d’étude sont nombreux sur ces questions : des études ont examiné les différences de traitement basées sur le genre dans les systèmes de justice pour mineur·e·s (Fedders, 2013; Junger-Tas et al., 2004), certaines se focalisant sur la phase d’exécution des jugements par exemple (Erez, 1989; Goodkind, 2005; Niget, 2011). D’autres se sont intéressées aux différents schémas de discrimination basés sur le genre, en étudiant les différences de traitement entre garçons et filles, ou en lien avec l’appartenance des jeunes à des minorités sexuelles ou de genre (Chernoff, 2021; Daly, 1987).

10Il apparaît dans ces études que les questions de genre et d’orientation sexuelle sont centrales dans la vie des adolescent·e·s, en particulier dans la transition entre l’enfance et l’âge adulte où se construisent et se consolident leurs identités. Les adolescent·e·s doivent apprendre à intégrer leurs pulsions, besoins et désirs sexuels dans une identité personnelle mature (Moore et Rosenthal, 2007). Ce processus transformatif comporte des dimensions biologiques et psychologiques complexes qui sont centrales dans les interactions entre l’adolescent·e et le monde qui l’entoure. Or la sexualité des adolescent·e·s est largement influencée par les valeurs et les attentes sociales en matière de genre. Amsellem-Mainguy et Dumollard (2016) montrent en effet, combien l’intégration des normes hétéronormatives et cisnormatives socialement dominantes est forte, notamment chez les mineur·e·s en détention en France. La compréhension des valeurs et des sous-cultures qui entourent les jeunes dans ce processus de définition de leurs identités, de leurs croyances et de leurs pratiques est alors fondamentale.

11De plus, Carr et al. (2008) affirment, dans une perspective féministe, que les constructions sociales traditionnelles qui influencent les normes de genre impactent de façon différente les individus en fonction de leur genre. Ils soutiennent notamment que l’adhésion à des normes de genre plaçant la masculinité en haut de la hiérarchie sociale risquent de favoriser les violences contre les femmes et de délégitimer les revendications des filles et des femmes, qui sont surcontrôlées et jugées de façon discriminatoire. Ils estiment, en outre, que les politiques pénales devraient promouvoir des niveaux d’exigence comportementales similaires entre garçons et filles, y compris en matière d’agressivité et de gestion de soi.  Solini, Neyrand et Basson (2011) ajoutent que dans les centres de détention pour mineurs français, les comportements interdits aux filles sont différents de ceux interdits aux garçons : par exemple, les insultes sont plus sanctionnées lorsqu’elles sont prononcées par des filles. Ils y voient une « représentation sexuée des bienséances carcérales » partagée par une partie des acteur·trice·s professionnel·le·s et des détenu·e·s, participant d’un traitement différencié entre une fille et un garçon. Ainsi, pour eux, les programmes basés sur le genre qui perpétuent les normes de genre traditionnelles, ont toutes les chances d’aboutir aux mêmes résultats en matière de taux élevés de récidive chez les garçons, de surcontrôle des filles et de différences de considérations dans la délinquance des filles et celle des garçons.

12Ces problématiques sont exacerbées pour les jeunes appartenant à des minorités sexuelles ou de genre qui, une fois dans le système de justice pour mineur·e·s, ont plus de chances de faire l’objet de discriminations et de biais dans la façon dont ils et elles sont pris·es en charge. Hunt et Moodie-Mills (2012) notent une surreprésentation des jeunes appartenant à des minorités sexuelles ou de genre dans le système de justice liée selon eux à des rejets par les familles et des politiques scolaires stigmatisantes, mais également à des pratiques discriminatoires dans les systèmes de justice. La détention serait aussi surutilisée à l’égard des jeunes LGBT+ en l’absence de parent ou tuteur·trice pour les accueillir. Par ailleurs, ils soulignent aussi un rejet des femmes non hétérosexuelles et cisgenre, en particulier lorsqu’elles présentent des traits considérés comme masculins, alors même qu’ils notent une certaine acceptation des orientations sexuelles non-hétérosexuelles et de la non-binarité dans la population générale (Hunt et Moodie-Mills, 2012). Dans ce cadre, en détention, Irvine (2010) affirme que les jeunes LGBT+ ont tendance à cacher leur identité et se conformer aux normes de genre dominantes, ce qui conduit les professionnel·le·s à croire qu’ils et elles « n’existent pas ». Cette tendance peut aussi se traduire par l’adoption, par les jeunes, d’un « surcodage sexué », c’est-à-dire une surreprésentation des attributs de genre pour affirmer leur appartenance au masculin ou au féminin. Cela peut se révéler, par exemple, par une attitude très machiste chez les jeunes s’affirmant comme des garçons (Solini et al., 2011).

13Cela devrait être un point d’attention majeur pour les intervenant·e·s, qui sont eux-mêmes vecteurs de normes de genre. Les interventions, mais aussi les normes, les fiches de postes, les formations et les attentes, sont en effet produites par des individus qui ont expérimenté une certaine forme de socialisation genrée et qui interviennent dans un contexte institutionnel particulier reflétant un ordre social genré (Connell, 2002). Ces normes se retrouvent dans la prise en charge par les intervenant·e·s, qui interagissent de façon différente avec les garçons et les filles en raison de leur genre (Carr et al., 2008). Ces éléments se manifestent notamment par un manque de cohérence entre politique et pratique, qui peut se traduire par un manque de sensibilité aux besoins spécifiques de chacun·e.

  • 4 Si il n’existe pas de définition officielle, le terme désistance se réfère à l’abandon des activité (...)

14Cela s’explique entre autres par le fait que les personnes travaillant dans le domaine de la désistance4 sont parfois peu à même d’identifier les façons dont les normes hétéronormatives et cisnormatives affectent les programmes (Panfil, 2018). En effet, dans les contextes de privation de liberté, le personnel est souvent amené à travailler avec des individus du sexe opposé ou des minorités sexuelles ou de genre, sans forcément être à l’aise avec les situations rencontrées ou y avoir été préparé, voir formé. Une des conséquences de cela, c’est le maintien de stéréotypes, tels que « les filles sont plus hystériques, les garçons plus violents », « une fille qui est violente, c’est une fille qui se défend ; un gars qui est violent, c’est un gars qui attaque », ce qui peut faire obstacle à une intervention non-discriminante et réhabilitative (Fredette, 2002).

Méthodologie

15La recherche à laquelle se réfère cet article a été réalisée dans le cadre d’un programme de réinsertion sociale de jeunes détenu·e·s dans deux centres de détention pour mineur·e·s bogotanais, conduit par une organisation non-gouvernementale (ONG) spécialisée dans la protection de l’enfance (ci-après « le programme »). L’équipe du programme (ci-après « les professionnel·le·s du programme ») était composée de neuf personnes (six femmes et deux hommes) et issue de plusieurs horizons professionnels (notamment : avocate, psychologue, consultant spécialisé dans la justice pour mineur·e·s, assistante sociale, technicien cycle). Ce programme se divisait en deux phases : des ateliers dans les centres pendant la détention et un suivi post-libération des jeunes pour répondre à leurs besoins et faciliter leur insertion professionnelle. Ces ateliers permettaient aux professionel·le·s du programme de développer des relations de confiance avec les jeunes, d’aborder de nombreuses thématiques, parmi lesquelles la parentalité, l’identité, les inégalités sociales, la discrimination, le genre et l’orientation sexuelle, mais aussi de comprendre le contexte dans lequel ils et elles évoluaient et de connaître le personnel qui travaillait dans les centres.

16Les deux centres étaient réservés aux mineur·e·s, l’un aux filles, l’autre aux garçons (en fonction de leur sexe biologique). Dans ces deux centres, les jeunes étaient hébergé·e·s dans des dortoirs collectifs et passaient la plupart de leurs journées en collectif. Nous étudions dans cet article les différences existantes entre les modèles et activités proposées pour préparer les jeunes à se réinsérer dans la société. Notons quand même qu’en dehors d’une distinction fille/garçon, les jeunes des deux centres n’avaient pas le même profil social : les jeunes présents dans le centre pour garçons étaient pour la plupart issus de milieux socio-économiques plus avantagés et comptaient moins de condamnations et de poursuites que les jeunes filles du centre féminin ou que d’autres centres pour garçons. Cette différence des milieux sociaux s’expliquait notamment par la localisation géographique des deux centres dans deux quartiers socialement différents de la ville, ainsi que parce que les garçons en conflit avec la loi étaient divisés entre plusieurs centres de détention, le centre étudié accueillant dans cette répartition des profils issus de milieux socio-économique globalement plus élevés.

17L’échantillonnage a ciblé les professionel·le·s du programme et les jeunes détenu·e·s, dans la limite des possibilités d’accès. Nous avons pris le parti d’étudier, au regard des problématiques de genre et d’orientation sexuelle, l’ensemble des jeunes dans leurs interactions, sans focaliser notre étude sur un groupe d’individus spécifique en fonction de son identité de genre ou de son orientation sexuelle.

18La méthodologie utilisée est une triangulation de trois approches qualitatives, mieux à même de remplir les objectifs d’une étude de petite envergure utilisant des modes d’analyse inductifs (Holsinger et Hodge, 2016). Sept entretiens semi-directifs ont été réalisés avec la quasi-intégralité du personnel du programme : deux travailleuses sociales, une psychologue, une conseillère juridique, une avocate, et un consultant programmatique ; ainsi que trois entretiens semi-structurés avec des ancien·ne·s détenu·e·s (deux garçons et une fille) devenu·e·s adultes. Les entretiens semi-structurés de 30 à 90 minutes ont été conduits directement par nos soins, à travers des questions thématiques sur le cadre de travail, l’approche différentielle de genre, la prise en charge dans le centre et la réinsertion des jeunes à la sortie de prison, au regard de leur sexe biologique, de leur identité de genre et de leur orientation sexuelle, la place des questions de genre et d’orientation sexuelle dans l’intervention et les relations entre les jeunes. Le nombre d’entretiens conduit a été réalisé pour tenir compte d’un bon équilibre entre le temps consacré par les équipes du programme et les jeunes, et les besoins de la recherche, selon les principes de l’échantillonnage théorique intentionnel (Glaser et Strauss, 1967; Strauss et Corbin, 1998).

  • 5 La mission avait pour objet d’organiser des ateliers de restitutions et de retour d’expériences sur (...)

19En parallèle, une observation participante de deux mois et demi dans le programme a été conduite selon les principes de la prise de note ethnographique (Emerson, Fretz et Shaw, 2011). Elle a pu être menée grâce à la participation d’une des co-auteures de cette recherche (Durand) à une mission de compilation des retours d’expériences et de capitalisation sur le programme, réalisée pendant la dernière phase du programme5. Cela a permis de nombreux échanges informels et la participation aux ateliers réalisés avec des équipes qui connaissaient très bien les centres et qui échangeaient régulièrement sur les thématiques de discrimination, stigmatisation, notamment en relation avec le genre et l’orientation sexuelle. Par ailleurs, l’observation participante a pu être réalisée dans chacun des deux centres, dans le cadre d’un atelier collectif pour le centre pour garçons (avec 7 jeunes), et dans le cadre d’une visite du centre, d’un atelier avec trois jeunes et d’un entretien individuel dans le centre pour filles.

20Concernant la réflexivité, en tant que chercheur·se·s cisgenres, hétérosexuel·le·s, blanc·he·s et occidentaux·les, nous avons porté notre attention à ne pas teinter l’analyse des données de nos points de vue personnels, ni valoriser certaines constructions sociales par rapport à d’autres. Par ailleurs, dans le cadre des observations participantes, la position de jeune femme française a pu impacter certaines interactions, et nous avons pris soin de recouper les données avec les entretiens et la littérature existante.

1. Résultats

1.2. Les centres de détention pour mineur·e·s : un lieu de reproduction des représentations et discriminations sociales de genre et d’orientation sexuelle

21Des dynamiques de stigmatisation – voire de discrimination – de certains groupes sociaux existent dans la société bogotanaise. Parmi ces groupes sociaux, les mineur·e·s en conflit avec la loi, et en particulier les ex-détenu·e·s, sont stigmatisé·e·s en raison de leur séjour carcéral. Cette nouvelle stigmatisation et l’étiquetage qui en découle se révèlent notamment au moment de leur réintégration dans la société. Les données recueillies montrent bien cette tendance : « c’est comme une réputation qu’ils m’ont donnée, "elle c’est celle qui a volé”. Du coup, on me juge parce qu’on ne sait pas comment je suis sortie », nous confiait une des jeunes interrogé·e·s. Cette stigmatisation des jeunes ex-détenu·e·s comme dangereux·ses ou indignes de confiance peut rendre difficile leur réinsertion, notamment dans le monde du travail. Les professionnel·le·s que nous avons suivi·e·s ont en effet identifié ce type de préjugés chez les employeur·se·s potentiel·le·s, avec des réticences d’embauche liées à l’image que ces jeunes pourraient renvoyer pour leur entreprise, ou des préjugés en termes d’efficacité et de réputation, créant ainsi une discrimination à l’embauche.

22On observe également que cette stigmatisation n’est pas toujours la même en fonction de l’identité de genre de la personne. Par exemple, pour les adolescentes, cela se manifeste à travers deux tendances contraires. La première est une tendance paternaliste qui minimise la gravité des infractions commises par les jeunes femmes par rapport à celles commises par les jeunes hommes, en les justifiant : « c’est comme s’il existait plus de possibilités, socialement, pour justifier [les actes délinquants] pour la femme en disant "elle a commis une erreur, elle était seule, etc." » (Professionnelle du programme). L’idée qui la sous-tend, c’est que la délinquance féminine est tournée contre la femme elle-même plus que contre la société, comme un appel à l’aide, une erreur, là où celle des hommes serait plus violente et tournée contre les autres. A l’inverse, certaines représentations de la délinquance féminine ont tendance à exagérer la dangerosité de celle-ci. La violence étant incompatible avec les attentes sociales envers les femmes (gentillesse, douceur, attention), ces adolescentes délinquantes « non conformes » seraient particulièrement dangereuses.

Ça surprend qu’une femme vole de manière agressive comme volerait un homme. […] Il y a une stigmatisation un peu plus forte des femmes délinquantes. Un homme, on le juge juste pour être délinquant. Elle, on la juge pour être une femme délinquante, une mauvaise femme, c’est à dire qui ne remplit pas son rôle.
(Professionnelle du programme)

23Au regard des documents dont nous disposions et des échanges avec les professionnel·le·s du programme, il n’y a a priori pas de différence significative entre les infractions commises par les filles et les garçons des deux centres étudiés. Et pourtant, le regard porté par les professionnel·le·s du centre et les jeunes eux-mêmes sur les adolescent·e·s en conflit avec la loi est différent : les garçons sont considérés comme des « durs », des « forts ». Les filles, elles, sont considérées comme dangereuses, et parfois comparées à « des chiennes ». Finalement, ces différences sont liées à des perceptions ancrées dans la société colombienne sur des conceptions normatives de ce que sont et ce que doivent être un homme et une femme.

  • 6 Dans le texte de l’ICBF, LGBTI renvoie à : lesbiennes, gays, bissexuel·le·s, travesti·e·s, transsex (...)

24En effet, la société colombienne est marquée par des représentations liées à la distinction femme/homme et à l’hétéronormativité, qui ont pour conséquence la promotion de modèles de genre, et parfois de discriminations. L’Instituto Colombiano de Bienestar Familiar (ICBF) rappelle à ce titre les traitements inégaux et discriminatoires rencontrés par les femmes, fondés sur un ensemble de normes sociales auxquelles elles sont confrontées : normes de comportement, de stéréotypes, de valeurs, différentes des hommes et désavantageuses (ICBF, 2020, p.48). De même, les personnes LGBTI6 sont sanctionnées par la société colombienne car leurs « caractéristiques physiques et sexuelles ne correspondent pas au modèle culturel prédominant » (ICBF, 2020, p.48). De fait, le rôle social attendu des femmes et des hommes n’est pas le même (Bouvier, 2016). Le modèle socialement attendu de la femme est celui d’une personne douce et attentionnée qui s’occupe des autres. Pour ce qui est des hommes, c’est la virilité, la force, le contrôle (Evason, 2018).

Cette société a des stéréotypes d’hommes et de femmes. Et les stéréotypes des hommes sont très machistes : « l’homme est imposant, l’homme détermine, l’homme est celui qui a raison, l’homme est celui qui domine ».
(Professionnel du programme).

25Ces modèles d’hommes et de femmes dominants dans la société colombienne (Ramirez, Palacio-Espinosa, Ferroni et Alejandra Beltran, 2023) correspondent ainsi en partie aux modèles dominants qui s’observent en privation de liberté, bien que d’autres modèles de féminité et de masculinité peuvent coexister (Clair, 2012).

26Les données recueillies montrent que ces représentations de genre s’expriment et se reproduisent parfois dans les communautés de jeunes détenu·e·s. Ces comportements sont en effet observés par l’ensemble des professionnel·le·s interrogé·e·s.

27Chez les jeunes, on retrouve des constructions de figures de genre normées caractérisées par le fait que la virilité est associée au masculin. L’homme est décrit comme fort, grand, dynamique, agressif, entreprenant sexuellement, etc. Pour les adolescents, les conquêtes sexuelles sont un gage de succès et de fierté, là où l’engagement sentimental et les démonstrations d’affections peuvent être synonymes de faiblesse et de soumission, et donc de féminité. Masculinité rime alors avec domination, alors que la féminité est associée aux émotions et aux sentiments. Pour les femmes, la sexualité promue est conjugale et essentiellement procréative et la virginité est présentée comme un élément de fierté. A l’inverse des garçons, le nombre de partenaires sexuels est corrélé à des traits négatifs (« la salope », « la pute »).

28Ce qui ressort des entretiens, tant avec les jeunes qu’avec l’équipe du programme, c’est que la reproduction de ces constructions sociales aboutit à des conséquences similaires en termes d’acceptation et d’intégration à la communauté qu’à l’extérieur du centre. L’organisation des jeunes dans les centres reproduit une grande partie des normes cisgenre et hétérosexuelle, et des attentes sociales différenciées qui en découlent, ce qui donne lieu à des stigmatisations, voire un isolement ou un rejet des jeunes qui n’entrent pas dans ces normes dominantes.

  • 7 Cette centralité de la maternité, alors même que la charge éducative et de soin des enfants repose (...)

29Par exemple, les attentes des jeunes concernant les femmes reprennent de nombreux éléments identifiés ci-dessus.  « Chez les garçons, il existe une idée prédéfinie de la façon dont la femme est une femme. Sinon ils les critiquent », confie une professionnelle. C'est-à-dire que les jeunes hommes du centre ont des attentes esthétiques, comportementales et sociales concernant les femmes. Pour eux, une femme doit être mère et s’occuper des enfants et une femme délinquante est plus dangereuse qu’un homme délinquant. Les garçons des centres ont finalement une vision très stéréotypée de la femme. Les filles revendiquent davantage une égalité des droits et d’accès aux opportunités, dans la sphère publique. Elles tendent à critiquer une vision trop traditionnelle de la division sexuée des tâches et à reconnaître leur droit d’accéder aux mêmes opportunités que les hommes. Mais quand il s’agit de la sphère privée, elles semblent avoir intériorisé les représentations traditionnelles de ce que doit être une femme et on retrouve dans leur discours les attentes sociales liées à la maternité7 et à la sexualité.

[Pour les filles du centre], la question n’est pas de savoir si elles veulent avoir des enfants, parce qu’elles sont dédiées de toute façon à être mères. La femme peut faire ce qu’elle veut, mais pas concernant sa liberté sexuelle parce qu’elle sera qualifiée de pute si elle a une trop grande liberté sexuelle. Il y a deux types de femmes qui existent : tu es une pute ou tu ne l’es pas. Et elles oscillent entre ces deux pôles. C’est une ouverture qui ressemble aux premières heures du féminisme : pour elles, les femmes peuvent travailler, elles peuvent voter et étudier, mais sur les questions personnelles, elles doivent rester dans les normes féminines et hyper hétéronormées. Notamment sur les thèmes de la maternité, car la figure de la mère, dans toute l’Amérique du Sud, est au centre du monde. Au centre de leur vie en tout cas.
(Professionnelle du programme). 

30Du côté des représentations sociales de l’homme, on retrouve aussi les stéréotypes que nous identifions dans la société colombienne dans les discours des jeunes détenu·e·s. Par exemple, certaines filles considèrent comme naturels certains comportements sexuels car les hommes auraient une libido naturellement plus élevée. Les jeunes hommes, valorisent eux certaines conduites « dures », voire violentes.

Les représentations sociales qui constituent l’imaginaire des jeunes et adolescents face aux identités de genre et à la diversité sont orientées vers la prohibition ou la dissimulation des conduites non masculines, et vers des conduites masculines violentes spécifiques, comme les « coups », le manque de dialogue et le bullying.
(Professionnelle du programme)

  • 8 De nombreuses insultes existent dans l’argot espagnol, comme « marica » ou « loca » (folle), ou « n (...)

31Chez les jeunes hommes, il y a un rejet des conduites socialement identifiées comme « féminines », et un rejet absolu de l’homosexualité. Ainsi, comme l’identifie Clair (2012), là où la figure repoussoir des femmes est la « pute », celle des hommes est le « pédé ». Les données recueillies confirment ce rejet catégorique de l’homosexualité masculine, de la part des filles comme de celle des garçons. Dans le centre pour les garçons, être traité d’homosexuel est une insulte. Les garçons qui ont une gestuelle, une esthétique ou des paroles socialement attribuées aux femmes (cheveux longs, sensibilité, gentillesse, etc.) sont assimilés à des « pédés8 ». Les garçons reçoivent même une injonction de se montrer « comme des hommes », pour éviter d’être traité d’homosexuel : « il faut se montrer super rude, je ne peux pas être affectueux avec un autre garçon parce les autres vont me traiter d’homosexuel », déclare un des jeunes interrogés. Or un jeune qui est soupçonné d’être homosexuel peut être sujet à un isolement de la part des autres jeunes, des moqueries, voire de la violence. On observe même une assimilation de l’homosexualité à une maladie contagieuse qui se manifeste à travers des blagues et une mise à l’écart. Dans ce cadre, une des professionnelles confirme que certains jeunes masquent leur homosexualité pour éviter d’être stigmatisés voire violentés : « je crois qu’il y a plein de garçons qui ont une orientation sexuelle diverse mais qui se montrent super masculinisés. Tout est très caché ». Et pourtant, cette même professionnelle affirme que lorsque certains jeunes se reconnaissent ouvertement homosexuels, les autres garçons finissent par accepter cette différence et les intègrent comme des membres de la communauté à part entière. Si des blagues et surnoms demeurent, ils sont toutefois acceptés tels qu’ils sont. Plus encore, certain·e·s professionnel·le·s interrogé·e·s affirment que ces jeunes sont mieux préparés à se confronter à la société à la sortie du centre, car ils ont développé les stratégies nécessaires pour s’affirmer et faire face à la réaction et au rejet des autres.

32Il est intéressant de noter que l’homosexualité féminine est bien plus acceptée que celle des hommes. La même professionnelle ajoute d’ailleurs qu’au sein du centre de détention pour filles, l’homosexualité ou la bisexualité sont fréquentes et largement acceptées par les jeunes filles : « avec les filles, c’est excessivement visible. […] il y a tant de filles qui ont ce genre de relations et d’interactions avec les autres, que ça ne se questionne pas ». A titre d’exemple, quand de nouvelles jeunes filles entrent dans le centre, certaines des codétenues demandent si elles sont « confuses », c’est-à-dire si elles ont potentiellement des relations avec des filles. Un des professionnels interrogés avance l’hypothèse que cette forte présence de relations amoureuses et/ou sexuelles entre les filles serait aussi une forme d’acceptation de la situation d’enfermement, dans laquelle elles ne fréquentent que des femmes.

33Plusieurs éléments semblent expliquer cette différence d’acceptation entre l’homosexualité féminine et l’homosexualité masculine. La société colombienne a des exigences sociales différentes entre les hommes et les femmes, et parmi celles-ci il existe une prohibition de tout contact physique entre les hommes, contrairement aux femmes. « Il est plus accepté qu’une femme aie des contacts physiques avec une autre femme. [...] Alors que les hommes ne s’embrassent pas et ne se rapprochent pas physiquement d’un autre homme », explique un professionnel interrogé. Il semble donc ici qu’au-delà de l’homosexualité, ce sont les comportements qui s’apparentent à la douceur et l’affection qui sont sanctionnés par les jeunes, l’homosexualité étant finalement le paroxysme de cette proximité entre les hommes. Si l’on va plus loin, le rejet de l’homosexualité masculine, notamment de la part des jeunes hommes, se combinerait finalement avec un rejet plus large de la féminité. C’est-à-dire que les représentations sociales de ces jeunes associent l’homosexualité à l’adoption de comportements, postures, et une attirance sexuelle pour les hommes, traditionnellement associés aux femmes, et c’est cette assimilation à la féminité qui est l’objet de moquerie et de stigmatisation.

C’est-à-dire que [pour eux] être homosexuel, c’est être une fille, et être une fille c’est mal parce qu’être une fille, c’est être faible.
(Une professionnelle du programme)

34Cette différence de vision des jeunes sur l’homosexualité féminine et masculine semble donc reproduire les représentations sociales de genre, marquant à la fois une différence entre les hommes et les femmes, mais également une hiérarchie entre elles et eux : l’homme domine, et pour être reconnu comme un homme, il ne doit pas s’associer à des représentations féminines. Pour Isabelle Clair, l’identité masculine est construite en opposition à l’identité féminine : « qu’est-ce qu’un garçon ? Tout sauf une fille ! » explique-t-elle (Clair, 2012).

35On retrouve aussi certaines de ces manifestations face aux transitions de genre. Il existe dans le centre des filles une tolérance et un relatif respect vis-à-vis des garçons transgenres. Ils sont « traités comme des hommes, parce qu’on n’aurait pas aimé être à leur place et qu’on nous dise fillette » confie une jeune interrogée. Les professionnel·le·s du programme confirment cela : ils sont considérés comme différents, on leur donne des surnoms, mais dans l’ensemble, leur identité est respectée par les jeunes filles. Ce qui se manifeste, cependant, c’est une exacerbation des stéréotypes masculins de la part de ces garçons transgenre, autant dans leur esthétique, leurs comportements. C’est-à-dire que ces jeunes tentent d’entrer dans le modèle d’homme stéréotypé, alors même que les autres hommes ne les considèrent pas toujours comme des membres de la « communauté masculine » pour autant. Dans le centre pour adolescents, nous n’avons pas pu comparer la situation.

36Ce qui ressort finalement, c’est que les jeunes détenu·e·s dans les centres ne semblent pas être outillés pour prendre du recul vis-à-vis des normes de genre présentes dans la société colombienne. Ce manque de prise de recul contribue à la reproduction, voire l’exacerbation des normes de genre, qui opposent féminin et masculin, et enferment les jeunes dans des catégories de genre stéréotypées.

Il n’y a pas de processus de formation suffisant pour comprendre que le genre ne se réduit pas à des formes fermées d’homme ou de femmes. [...] Ils doivent correspondre, rentrer dans l’une ou l’autre des catégories stéréotypées. (Professionnel du programme)

37Cela explique la promotion de ces modèles genrés, mais aussi la difficulté à sortir de ces stéréotypes. Cela confirme donc que les questions de genre comprennent un enjeu identitaire pour ces jeunes qui interagit avec la question de leur réhabilitation dans la société. Le constat est qu’il existe dans la société bogotanaise un modèle dominant de normes et valeurs qui promeuvent l’existence de deux genres, féminin et masculin, qui s’excluent l’un/l’autre, et de l’hétérosexualité. En découlent des attentes sociales différentes sur les jeunes, ainsi que des réalités, traitements et opportunités différentes selon leur genre et orientation sexuelle. Sur la base de ce constat, il est alors pertinent d’étudier dans quelle mesure ces représentations sociales se traduisent et ont des conséquences sur la réintégration des jeunes en termes d’attentes, de rôle social et de traitement, et donc s’ils affectent les programmes de réhabilitation des jeunes détenu·e·s.

1.2. De l’impact des représentations sociales de genre sur la réintégration à la nécessité d’une approche différenciée intégrant les problématiques de genre et d’orientation sexuelle

38Une des observations notables de cette étude est que les stigmatisations et représentations sociales de genre impactent les facteurs de vulnérabilité, de risque et de protection des jeunes face à leur réintégration.

  • 9 Par exemple, une des attentes sociales qui pèse sur les femmes et ajoute un facteur important à pre (...)

39Par exemple, le modèle attendu de femme fait peser certaines responsabilités sur les jeunes filles qui sortent des centres, que les garçons n’ont pas à assumer, ce qui les rend finalement plus vulnérables dans leur réintégration. Une professionnelle nous confirme qu’il y a une exigence plus forte pour les filles qui sortent par exemple pour fournir des soins aux membres de leur famille, et que ces attentes compliquent leur reprise d’études ou leur recherche de travail, et agissent donc sur les facteurs de risque et de protection qui permettent une bonne réintégration. Un des professionnels nous affirme que « les filles sont plus vulnérables du fait d’être des femmes » : du fait des situations de violence auxquelles sont soumises les femmes (violence sexuelle, violence conjugale), mais aussi des inégalités existant concernant la recherche d’un emploi pérenne face aux charges domestiques qui leur incombent9. On pourrait, à l’inverse, questionner l’adaptation pour les femmes de modèles de réinsertion basés sur l’emploi, là où certaines études montrent que c’est pour elles un facteur moins important dans la désistance que pour les hommes (Picot, 2023), mais nous n’avons pas pu davantage explorer cette hypothèse ici.

40Par ailleurs, une des professionnelles affirme que le modèle d’homme promu dans la société colombienne offre davantage d’opportunités aux jeunes hommes qu’aux jeunes filles qui sortent des centres, car on attend d’eux qu’ils subviennent aux besoins du foyer, ce qui leur donne un accès plus aisé au travail, à l’éducation, et ils sont moins enfermés dans un rôle domestique, y compris lorsqu’ils sont pères. Elle souligne toutefois d’autres facteurs de risque auxquels sont exposés les jeunes hommes :

« L’être homme » exige aussi des choses : être plus fort, résister plus, prendre plus de risques. Je crois que les hommes, dans une certaine mesure et en raison de cette conception de l’homme, se mettent plus dans des situations plus risquées.
(Professionnelle du programme)

41Ce qui ressort de cette comparaison, c’est qu’en raison des représentations sociales colombiennes et des stéréotypes de genre, les filles et les garçons, lorsqu’ils et elles sortent des centres, n’ont pas les mêmes difficultés pour se réinsérer.

Il y a des facteurs qui te rendent plus vulnérables. Par exemple, l’âge, auquel s’ajoute le fait d’être privé de la liberté, et parfois de consommer des substances psychoactives. Et pour les femmes, à tous ces facteurs de vulnérabilité s’ajoute « l’être femme ». […] Et c’est encore pire si elles sont lesbiennes.
(Professionnelle du programme)

  • 10 Il ressort des entretiens que la réintégration de jeunes dont l’identité de genre ou l’orientation (...)

42Elle souligne l’intersectionnalité des facteurs de vulnérabilité, voire de discrimination, qui s’ajoutent en fonction de l’appartenance à des groupes sociaux minoritaires. Ainsi les minorités de genre et minorités sexuelles connaissent des difficultés de réinsertion supplémentaires10. Dans ce cadre, les professionnel·le·s du programme insistent sur la nécessité de donner aux jeunes les outils pour se positionner, reconnaître et faire reconnaître leur identité, et faire face au rejet et à la stigmatisation de la société. Ils et elles affirment également la nécessité de prendre en compte ces différences de vulnérabilité dans le cadre de la réintégration des mineur·e·s, afin de les préparer au mieux à leur retour dans la société. La situation sociale de ces jeunes entraine des besoins spécifiques, et donc les ressources nécessaires pour les prendre en charge sont différentes. « C’est là que se trouve l’approche « genre », dans les particularités, la compréhension des contextes historiques », affirme un des professionnels du programme.

43L’approche différenciée a été retenue par l’ICBF (organisme chargé des centres de détention pour mineur·e·s). En effet, en Colombie, la Constitution de 1991 protège les droits fondamentaux des individus, y compris le libre développement de la personnalité, l'égalité et la non-discrimination. Le genre et l'orientation sexuelle sont clairement identifiés comme des facteurs discriminatoires, que l'État doit contribuer, par ses interventions, à réduire voire à éradiquer (ICBF, 2020). Cette mission de non-discrimination justifie donc une intervention de l'État sur les questions de genre et de sexualité, dans une optique de protection davantage que d'obligation morale.

  • 11 Notre traduction.

44Ainsi l’ICBF garantit dans ses lignes directrices le respect de la non-discrimination et appelle à l'adoption d'une « approche genre » qui considère « les besoins spécifiques liés au genre et à l'orientation sexuelle » dans ses programmes de réhabilitation des mineur·e·s en conflit avec la loi (ICBF, 2020). Selon la politique colombienne sur les centres de détention pour mineur·e·s, cela se traduit par une approche différenciée – comprise comme basée sur les besoins – en fonction du genre et de la sexualité. Par conséquent, les programmes de détention et de réhabilitation ciblant les jeunes doivent « tenir compte des besoins et des particularités des personnes discriminées en raison de leur sexe, de leur identité de genre ou de leur orientation sexuelle » (ICBF, 2020), et donc questionner le genre et la sexualité dans le but de fournir aux détenu·e·s « tous les outils et garanties pour le libre développement de leur personnalité, de leur identité de genre et de leur orientation sexuelle, afin de prévenir tout type de stéréotypes ou de discrimination à leur encontre11 » (ICBF, 2020).

45Dans le programme étudié, l’approche différenciée se manifestait par une personnalisation de l’intervention, afin d’aller au plus près des préoccupations de l’individu et de ses difficultés.

Chaque jeune est particulier dans ses conditions, ses besoins, son contexte, son histoire de vie. Il est donc nécessaire d’agir sur la base des besoins de chaque sujet, en comprenant ses besoins mais aussi les possibilités structurelles qui viennent de son contexte [de vie].
(Professionnelle du programme)

46Ce témoignage va dans le sens de la prise en considération de la réalité de chacun·e, afin de proposer aux jeunes un accompagnement sur mesure dans leur réintégration. Toutefois, cet accompagnement ne va pas nécessairement de soi.

47En effet, tout en personnalisant les interventions, les professionnel·le·s sont soumis·es à l’exigence, pour des raisons matérielles et organisationnelles, d’identifier des priorités dans le cadre des programmes. Par ailleurs, l’approche personnalisée ne doit pas conduire à sous-estimer les grands déterminants sociaux bogotanais : il est nécessaire de replacer l’individu dans les dynamiques structurelles et politiques existantes dans la société, pour comprendre son contexte et la manière dont ces dynamiques impactent sa trajectoire individuelle. C’est-à-dire que les facteurs de vulnérabilité que les jeunes rencontrent sont liés aux dynamiques structurelles d’inégalités sociales, d’inégalités femmes-hommes, de discriminations raciales auxquelles ils et elles sont confronté·e·s, entre autres, et ces dynamiques sont des clés de lecture de la situation individuelle des jeunes.

48S’il apparait donc que les textes encadrant la prise en charge des jeunes dans le cadre de leur détention et de leur réhabilitation prennent en compte la singularité de leurs situations, la mise en place de l’approche genre dans ces centres est complexe et génère un ensemble de contradictions pour les intervenant·e·s qui doivent à la fois accepter et aider chaque jeune à s’accepter dans son individualité, mais également les aider à faire face à des dynamiques carcérales et sociales qui ne leur sont pas forcément favorables. Dans la pratique, nous allons voir qu’apparaissent des stigmatisations et des biais dans la prise en charge qu’il est pertinent de relever et de discuter.

1.3. La mise en œuvre de l’approche différenciée : de la prise en compte des problématiques de genre à leur potentielle reproduction

49Si l’on comprend les besoins et la volonté qui sous-tendent cette approche genre, sa mise en œuvre est parfois difficile. En effet, les résultats font apparaitre des difficultés, voire une mauvaise compréhension, par les détenu·e·s comme par les intervenant·e·s des centres de détention, des termes et des réalités que recouvrent le genre et l’orientation sexuelle. Ces mésinterprétations se traduisent parfois en une perception stéréotypée des besoins des jeunes, qui peut être à l’origine de différences non-justifiées de traitement et de prise en charge problématiques pour leur réhabilitation.

50Il ressort en effet des observations et entretiens menés que la prise en compte des différences de genre dans les programmes proposés et les institutions que représentent les centres eux-mêmes résulte parfois davantage de stéréotypes sur les différences de genre que de réponses effectives aux besoins et difficultés rencontrés par les jeunes en raison de leur genre et de leur sexualité.

51Il suffit d’observer les activités proposées aux jeunes pour se rendre compte que l’offre est différente dans le centre pour filles et celui pour garçons. Et ce alors même que, selon une des professionnelles interrogées, ces différences ne reflètent pas les besoins ou intérêts des jeunes de ces centres : « pour les garçons il y a une offre, pour les filles il y en a une autre, mais en y réfléchissant, cette différence n’est pas fonction de leurs intérêts ». Ainsi, les filles ont par exemple des ateliers de coiffure et de beauté, alors que les garçons non, alors même que plusieurs manifestent de l’intérêt pour le métier de barbier. Les ateliers manuels pour les filles sont considérés comme des ateliers de professionnalisation, là où ceux des garçons sont des ateliers de loisirs. La professionnelle interrogée raconte aussi le désarroi de l’intervenante d’un atelier de couture où aucune fille n’était inscrite, alors que pour elle, elles « auraient dû » être intéressées par la couture. Elle conclut que « les ateliers sont pensés en fonction des rôles que chacun, tant les hommes que les femmes, doivent remplir socialement ». Selon elle, le choix des ateliers ne répond donc pas nécessairement aux besoins ou désirs des jeunes pri·se·s en charge, mais est plutôt le résultat de ce qui est considéré nécessaire d’apprendre aux femmes et aux hommes dans la société compte tenu de la division sexuée du travail.

52Par ailleurs, les échanges avec l’équipe du programme ont montré que les thématiques abordées dans les deux centres n’étaient pas abordées de la même façon avec les filles et les garçons. L’exemple le plus cité est celui de la parentalité : pour les filles, la maternité est une thématique centrale, présentée non pas comme un choix mais comme quelque chose d’inéluctable. L’enjeu semble donc être de reculer l’échéance et de préparer les filles à assumer ces responsabilités. Pour les garçons, la parentalité est peu abordée et les questions relatives à la sexualité sont principalement axées sur la prévention des maladies sexuellement transmissibles.

53La façon dont le modèle de femme traditionnel est promu dans le cadre du centre pour les jeunes filles illustre aussi ces tendances : les affichages, à l’intérieur du centre, proclament ouvertement qu’« être femme c’est être : princesse à 5 ans, jolie à 25 ans, passionnelle à 35 ans, inoubliable à 45 ans, dame à 60 ans, spéciale à 75 ans, belle toute la vie ». Cette définition de la femme a pour but de susciter un sens de l’amour-propre chez les jeunes filles, mais n’en demeure pas moins basée sur des exigences de beauté superficielles, représentatives du modèle féminin traditionnel qui ne répond pas nécessairement aux aspirations et aux possibilités de chacune, pouvant alors attiser des projets de vie dont certaines pourraient avoir envie de faire le deuil.

54Par ailleurs, une des professionnelles du programme explique que le modèle d’attention spécialisé (modelo de atención especializado – cadre d’action posé pour la prise en charge des jeunes dans le centre) du centre pour filles, tend à « renforcer "l’être" plutôt que "l’était". C’est-à-dire que dans le modèle, il y a une affirmation de comment doivent être les femmes ». Le modèle d’attention spécialisé ne semble donc pas construit pour répondre aux spécificités des filles qui sont dans le centre et pour reconnaitre leur individualité et leurs besoins spécifiques, mais pour les modeler à l’image de ce qui est attendu d’une femme.

Le modèle ne questionne pas, ne se demande pas qui bénéficie des actions pour s’adapter aux individus, mais définit ce qu’il faut faire avec les jeunes qui sont là-bas, pour qu’ils développent leur « être » d’une certaine façon. Ce n’est pas un être que l’on reconnaît. C’est un être à qui on dit comment il doit être.
(Professionnel du programme)

55A ces stéréotypes imposés par le modèle d’intervention s’ajoutent des biais et comportements des intervenant·e·s, problématiques dans le cadre d’une approche genre.

56En général, les professionnels qui travaillent avec les filles et les garçons du système peuvent renforcer ces hégémonies de pensée, ces stéréotypes de genre (Professionnelle du programme).

57Or l’approche différenciée s’incarne en partie dans la façon dont le personnel se saisit, au quotidien, de ces sujets dans l’intervention. Ainsi, ils et elles participent parfois, en raison notamment de leurs représentations sociales, à la reproduction des stéréotypes, et donc du modèle stéréotypé de femme, à travers leurs interactions avec les jeunes du centre. Il s’agit de convertir les filles en « bonnes femmes ».

58Quand nous questionnons les professionnels [qui travaillent dans le centre], ils affirment qu’il y arrive beaucoup de filles avec des problèmes de consommation, de situations de rue et « elles oublient ce que c’est que d’être une femme ». En conséquence, ils renforcent les stéréotypes de l’être femme pour qu’elles redeviennent belles, délicates… des femmes dans la norme (Professionnelle du programme).

59Cela passe par des remarques sur l’esthétique et le comportement des filles, au quotidien, pour les faire entrer dans une certaine norme. Ce que l’équipe du programme affirme, c’est que ce modèle imposé ne prend pas en compte l’ensemble des identités féminines. Il biaise donc la définition de la féminité proposée dans le centre, renforçant les stéréotypes et le modèle normé de la femme, impactant les représentations sociales, la formation et les outils offerts aux jeunes pour leur réintégration. Or cette promotion d’un modèle d’être genré, qui implique un contrôle social et du corps, est plus présent dans le centre pour filles que dans celui pour garçons.

60Finalement, il semble qu’il s’agisse de préparer les garçons délinquants à entrer dans les normes sociales et de convertir les filles délinquantes non seulement en non délinquantes mais aussi en « bonnes filles ».

Avec les garçons on entend plutôt : « vous devez changer votre façon de parler, vous devez changer votre façon de vous habiller, parce que vous allez être libérés et que vous devez être un individu responsable qui contribue à la société ». Pour les filles c’est « vous devez changer votre façon de parler et de vous habiller parce que vous êtes des femmes ».
(Professionnelle du programme)

  • 12 La présence de la religion se manifestait dans les deux centres. Le centre pour garçons était tenu (...)

61Ces représentations sociales sont parfois renforcées par le rôle joué par la religion. Les professionnel·le·s interrogé·e·s s’accordent pour dire que la religion, notamment catholique, est présente dans la plupart des institutions colombiennes. C’est le cas dans les deux centres12, ce qui influence parfois les jeunes dans leur réintégration. Des messages sont ainsi promus dans le matériel éducatif, comme dans cet atelier dans laquelle une jeune femme témoigne :

« Tout a été fait par Dieu, qui nous a fait femme parce que nous avons des seins et un vagin. De fait, nous ne pouvons pas penser comme les hommes, nous ne pouvons pas nous habiller comme des hommes. J’ai été lesbienne et j’ai fait pleins de choses, mais heureusement j’ai trouvé Dieu et Dieu m’a appris le chemin ».
(Paroles rapportées par une professionnelle du programme)

62Ce témoignage montre que dans le centre féminin, le discours est prescriptif et moralisateur en ce qu’il exprime ce qui est bien et mal et définit le « droit chemin » pour être une « bonne femme ». Une des professionnelles du programme résume l’impact potentiel des représentations des intervenant·e·s sur l’intervention ainsi :

Les directives de l’institution peuvent dire quelque chose, mais si moi, Pépita Perez (pseudonyme), je considère qu’être gay est un péché, je ne vais pas parler tant à partir de l’institution qu’à partir de ma propre subjectivité. Du coup, mes interventions vont être biaisées par mes croyances. Donc je vais dire « ah c’est terrible », « quel péché », « comment c’est possible que tu sois née femme, que Dieu t’ait créée ainsi et que maintenant tu deviennes un homme ? », « que tu aimes les femmes », ce genre de chose.
(Professionnelle du programme)

63On retrouve l’ensemble de ces problématiques dans le cadre de la prise en charge de jeunes homosexuel·le·s ou transgenres, même si ici encore, les pratiques diffèrent largement selon le centre étudié.

64Dans le centre pour les garçons, il apparait que les discours des professionnel·le·s sont moins issus d’un jugement de leur part sur la sexualité des jeunes, que d’une crainte de représailles de la part des autres jeunes du centre. Ainsi, le discours adopté auprès des jeunes homosexuels s’apparente plutôt à dire : « régule-toi, tu ne peux pas être autant homosexuel ici, dans ce contexte, parce que les autres vont te blesser » (paroles rapportées par une professionnelle du programme). Par ailleurs, il semble que dans la prise en charge des filles transgenre dans le centre pour garçons, des aménagements ont été faits pour prendre en compte leurs besoins propres, afin de les protéger : aménagements dans la répartition dans les chambres, les salles de bains, mise en place d’une sensibilisation auprès des jeunes du centre pour qu’ils comprennent et respectent leurs codétenues.

65L’exemple du centre pour jeunes filles illustre, cependant, certains biais potentiels d’une approche genre qui serait basée sur un modèle de femme prédéfini et des préjugés sociaux. Il semble que le personnel du centre n’est pas préparé à rencontrer des identités de genre et orientations sexuelles sortant des modèles prédéfinis, alors même que l’homosexualité, la bisexualité ou la transition de genre sont relativement fréquentes dans le centre. L’une des professionnelles du programme, affirme d’ailleurs que les intervenant·e·s du centre ont parfois du mal à accepter la tendance qu'ont les adolescentes d’explorer leur sexualité, en expérimentant des formes diverses et non hétérosexuelles, sans se revendiquer homosexuelles pour autant. Ce qu’elle souligne, c’est que les intervenant·e·s des centres demandent parfois aux filles de « se décider », c’est-à-dire d’entrer dans l’une des catégories homosexuelle ou hétérosexuelle.

66On retrouve aussi ces biais et stéréotypes dans l’intervention auprès des jeunes non cisgenres. Un des professionnels du programme affirme que dans certains cas, les garçons transgenres sont « traités comme s’ils étaient malades ». Un exemple : celui du nom utilisé pour interpeler un jeune transgenre. Certains l’appellent par le nom qu’il souhaite (Ricardo), d’autres refusent de l’appeler par un prénom qui n’est pas celui de sa carte d’identité et donc l’appellent Maria, d’autres enfin l’appellent en général Ricardo, mais utilisent Maria quand il se comporte mal. C’est-à-dire que parfois, en gage de sanction, le personnel du centre le renvoie à son sexe biologique féminin. Ce refus soudain de reconnaissance de l’identité de genre peut être très violent pour ces jeunes.

67Par ailleurs, une autre professionnelle du programme évoque le fait que, dans certains cas, les intervenant·e·s du centre attendent des garçons transgenres qu’ils se comportent « comme des vrais garçons », en leur demandant des travaux nécessitant une force physique supérieure, ou en attendant d’eux d’être moins sensibles, plus « virils » que les filles. Ce qui ressort des éléments ci-dessus génère un contexte de détention hostile et agressif pour les jeunes qui ne se reconnaissent pas dans ces catégories, par exemple les jeunes transgenres à qui il est inculqué un modèle qui ne correspond pas et ne reconnaît pas toujours leur identité. Ils sont de ce fait dans un exercice permanent de résistance et d’opposition aux normes imposées. A la recherche de leur identité et en réaction au modèle stéréotypé de femme, ces garçons transgenres vont parfois adopter de nombreux artifices sexuellement connotés, c’est à dire les attributs physiques et comportementaux traditionnellement attribués à l’homme. Solini, Neyrand et Basson (2011) parlent ainsi d’exacerbation des stéréotypes masculins qui sont utilisés afin de « coller » à l’ensemble des stéréotypes masculins. Un des professionnels du programme affirme même que dans certains cas, on observe une reproduction de la domination masculine au sein du centre de filles, avec des jeunes transgenres qui adoptent des comportements de domination traditionnellement masculins. Or, ces jeunes devront se réinsérer dans une société qui ne respecte pas toujours leur identité de genre et se retrouveront confrontés à des hommes dont l’identité masculine correspond à leur sexe biologique masculin, qui ne les reconnaîtront pas nécessairement comme leurs égaux, sans avoir été préparés à reconnaitre et affirmer leur identité face au rejet. Un des professionnels du programme nous l’explique ainsi :

On ne leur donne pas les outils pour qu’ils puissent se positionner dans les différents contextes quand ils sont en liberté. Parce que dans le centre, ce qu’ils font, c’est s’imposer [face aux filles] et non se positionner [par rapport aux autres], ce qui est différent. Du coup, quand ils sont libérés, ils sont surpris, ils font face à des grands obstacles et limitations, et finissent avec des droits non garantis.
(Professionnel du programme)

68Par ailleurs, le poids normatif du modèle imposé de femme génère aussi nombre de frustrations chez les jeunes filles qui ne se reconnaissent pas dans ce modèle dit de délicatesse, d’amour et de douceur. Il apparaît finalement que, sans généraliser ni caricaturer, malgré la volonté affichée de reconnaître les besoins spécifiques de chaque jeune, les jeunes des deux centres n’ont pas les mêmes outils pour se réinsérer, reconnaître et faire reconnaître leur identité ou leur orientation sexuelle.

69En effet, on attend de la réhabilitation qu’elle permette aux jeunes de se définir, reconnaître leur identité pour ensuite se positionner dans la société. Or, ce qu’affirment certain·e·s professionnel·le·s du programme, c’est que ceux qui veulent s’exprimer différemment, qui ont une identité de genre ou une orientation sexuelle différente de la norme, finissent parfois par la nier ou la modifier pour correspondre à ce qui est attendu socialement.

2. Discussion

70Il ressort de cette étude, avant tout, que les centres de détention pour mineur·e·s sont des lieux de production et de reproduction de normes de genre. Ces normes sont à la fois le fruit d’une introduction, dans le centre, des représentations genrées et de la dominance des normes hétérosexuelles et cisgenres présentes dans la société bogotanaise, et des interactions existantes au sein des établissements, entre les mineur·e·s incarcéré·e·s et entre les jeunes et les intervenant·e·s. Cela confirme les résultats de recherches menées à ce sujet en France (Amsellem-Mainguy et Dumollard, 2016) ou aux Etats-Unis (Katz, 2014).

71Alors que Amsellem-Mainguy et Dumollard (2016) questionnaient la pertinence d’aborder les questions de genre et de sexualité avec les jeunes dans les centres, les observations de cette étude montrent le besoin pour les jeunes d’adresser ces questions. Ils et elles les vivent en effet à la fois dans des dynamiques de stigmatisation-rejet-acceptation chez l’autre et comme éléments de définition identitaire pour eux-mêmes. La réhabilitation peut alors devenir – si elle est bien menée – un outil de lutte contre la perpétuation des stéréotypes et de normes stigmatisantes ou excluantes, et une porte vers la connaissance de soi et l’exploration de son identité de façon libre et dans un cadre protecteur.

72Par ailleurs, nous avons observé que les normes impactent de façon différente les jeunes en fonction de leur genre (Carr et al., 2008), mais aussi de leur orientation sexuelle. Ces résultats confirment l’importance de l’identité de genre pour les adolescent·e·s ainsi que leur potentiel impact sur le succès de leur réhabilitation. La domination de l’hétéronormativité peut conduire à des comportements néfastes de la part des adolescent·e·s en conflit avec la loi : l’accentuation des comportements et esthétiques genrés afin de marquer l’appartenance à l’un ou l’autre des genres pour les un·e·s (le « surcodage sexué » de Solini, Neyrand et Basson (2011)) ou encore l’invisibilisation des orientations sexuelles non hétérosexuelles pour les autres.

73Il apparait que les jeunes sortant des centres de détention n’ont, de fait, pas tous les mêmes outils pour se réinsérer dans la société, selon leur genre, leur orientation sexuelle et la possibilité qu’ils et elles ont eu·e·s pour affirmer leur identité. Ces éléments sont confirmés par les professionnel·le·s du programme, selon qui les jeunes qui ne rentrent pas dans les stéréotypes dominants de genre rencontrent donc des difficultés supplémentaires à surmonter dans le cadre de leur remise en liberté, que les programmes de réinsertion ne parviennent pas toujours à adresser.

74Finalement, il ressort de l’étude que même quand le contexte réglementaire impose une prise en charge différentielle qui prend en considération les questions de genre et d’orientation sexuelle, sa mise en pratique est loin d’être assurée. Au-delà du cadre théorique de prise en charge, c’est la pratique même des intervenant·e·s qui peut être à l’origine de biais dans la prise en charge des jeunes qui n’appartiennent pas aux modèles sociaux traditionnels. Si cette étude n’a pas ici pour ambition de tirer des conclusions générales sur la prise en compte du genre et de la sexualité dans la réhabilitation des mineur·e·s en détention, elle offre en revanche une mise en lumière de la complexité des problématiques qui existent dans la mise en place de l’approche genre, pertinente pour la mise en place de politiques sectorielles inclusives.

75Elle montre ainsi la nécessité d’affiner les différentes interventions afin de réguler les constructions sociales prévalentes et offrir aux jeunes les outils dont ils et elles ont besoin pour faire face aux violences qu’ils et elles peuvent expérimenter en détention d’une part, et les armer pour faire face à la société dans son ensemble une fois en liberté. La privation de liberté offre à ce titre un environnement privilégié puisqu’il permet une mise en contexte de différentes problématiques liées au genre, tout en donnant les possibilités d’un accompagnement.

2.1. La complexité de réconcilier non-discrimination et approche différenciée 

76Des inégalités sociales existent entre filles et garçons, les personnes hétérosexuelles et non-hétérosexuelles, cisgenres et non-cisgenres. Ces inégalités peuvent donc créer des besoins différents qui justifient la mise en place d’approches différenciées.

Égalité ne signifie pas similitude ; l’égalité des services ne signifie pas qu’il faut offrir aux femmes les services traditionnellement réservés aux hommes. L’égalité doit être définie comme pouvant offrir des chances qui soient pertinentes aux deux sexes. Par conséquent, les services et les interventions pourraient être très différents selon à qui ils sont offerts (Bloom, 1999).

77Toutefois, il existe donc un champ de tension entre, d’une part, l’impératif pour les intervenant·e·s d’adopter une approche non-discriminatoire concernant le genre et l’orientation sexuelle, et d’autre part la nécessité, réaffirmée par les politiques institutionnelles, d’adopter une approche différenciée dont le but est de prendre en considération les besoins individuels de chacun·e et, surtout, de les aider à construire une identité propre et de s’affirmer.

78En effet, la conciliation de ces approches autour de la thématique du genre présente des défis pour les intervenant·e·s. Les modèles traditionnels sont à la fois utilisés pour donner des repères aux jeunes dans le cadre de leur réinsertion dans la société, et en même temps, la promotion de certains stéréotypes complique, à l’inverse, la réhabilitation de celles et ceux qui ne s’inscrivent pas dans le modèle dominant. Cela est apparu comme particulièrement manifeste pour la minorité LGBT+ qui ne se reconnait pas forcément dans le modèle social traditionnel. Pour reprendre les mots d’une professionnelle : « tu peux avoir les croyances que tu veux, faire les choix que tu veux dans ta vie, peu importe, parce que ça ne doit pas influencer ton travail auprès des jeunes ».

79Ces réflexions posent aussi la question de la légitimité et des limites d’une intervention pénale sur les questions relatives au genre et à la sexualité, en dehors de la santé reproductive. Il s’agit de la sphère privée et intime de ces jeunes personnes et toute intrusion de l’autorité publique doit être justifiée et proportionnée, tout en s’inscrivant dans une intention acceptable. Cependant, comme le soulignent Solini, Neyrand et Basson (2011), il semble que cette légitimité se trouve dans le fait que les formes exacerbées de genre et la reproduction des inégalités de genre contrarient le projet même de la réinsertion, qui vise à pacifier les rapports sociaux. Dans ce cadre, cette légitimité d’intervention existe, pourvu qu’elle ait un caractère éducatif et qu’elle soit accompagnée par une formation appropriée des intervenant·e·s.

80Par ailleurs, l’identité est souvent construite dans l’appartenance à un groupe, et par opposition aux autres groupes, ce qui a tendance à créer une catégorisation, par exemple concernant le genre (homme/femme) ou l’orientation sexuelle (hétérosexuel/homosexuel). Or les identités sont diverses et les groupes hétérogènes : les femmes ne sont pas toutes des femmes de la « même façon ». La perception de ces normes sociales de genre est propre aux individus. De fait, la complexité de ces identités est un terrain sensible pour les intervenant·e·s.

Il est possible qu’il y ait des filles avec toute une garde-robe masculine et cela ne doit pas être questionné ni jugé. C’est un processus, ça fait partie des moyens que cette personne utilise pour se définir. […] On ne juge pas les comportements parce qu’ils ne nous correspondent pas, nous comprenons, à partir de l’approche genre, que l’être humain a de nombreuses possibilités pour définir son identité et son orientation sexuelle. On reconnaît qu’il y a des processus tant sociaux que biologiques qui peuvent s’arrêter à un moment, ou continuer jusqu’à ce que l’identité se consolide.
(Professionnel du programme)

81Or le pouvoir des intervenant·e·s est remarquable puisqu’ils et elles incarnent la politique institutionnelle dans l’interaction avec les jeunes concerné·e·s par leurs actions et interactions quotidiennes avec ces dernier·e·s. Ils et elles n’y sont cependant pas toujours bien préparé·e·s, alors même qu’aborder ces thématiques est particulièrement complexe.

2.2. Lutter contre l’homogénéisation des catégories par le dialogue

82Les jeunes détenu·e·s n’ont pas forcément conscience des nuances et de la complexité des thématiques relatives au genre et à l’orientation sexuelle, ni des conséquences de certaines actions et moqueries ou des difficultés rencontrées par celles et ceux qui n’entrent pas dans les catégories dominantes. Par conséquent, il est indispensable de leur donner les clés de compréhension de ces thématiques, par des explications simples, sans tendre vers une schématisation et homogénéisation des catégories.

83Il peut s'avérer judicieux d'initier des dialogues et de fournir aux éducateur·trice·s des clés pour saisir la nature d'une approche axée sur le genre, des instruments pour repérer des cas épineux et les former à trouver des solutions adéquates. Il est également crucial d'encourager les intervenant·e·s à reconnaître leurs préjugés personnels. De ce fait, démanteler les stéréotypes devient pertinent afin d'encourager les jeunes à les questionner. Un professionnel du programme explique comment il s’y prend :

[Le professionnel s’assoit en croisant les jambes] Normalement, tu ne t’assois pas comme ça. C’est une posture qui est assimilée au féminin. Quand, en tant qu’homme, je m’assois comme ça, les jeunes réagissent. Les filles me disent « oh, tu es si délicat ! ». Du coup je leur réponds que oui, je suis un homme délicat. Traditionnellement les hommes doivent être forts, les hommes doivent être durs, donc ici nous questionnons cette façon qu’elles ont de comprendre le monde. […] Les garçons disent « il a changé de bord, il est devenu pédé ». Du coup je réponds « j’ai changé de côté, je me suis tourné dans l’autre position je n’étais pas bien alors que dans cette position je me sens bien ». Et ils rigolent, alors je leur demande « vous n’aimez pas être bien installés, vous ? ». Donc ils se calment et acceptent cette position, tout en reconnaissant que je suis un homme, comme eux.
(Professionnel du programme)

84Il ressort de l’expérience du programme qu’au-delà des ateliers spécifiques sur le genre, il est intéressant d’aborder ces thématiques de société dans le cadre d’interactions informelles. Cette approche permet de cadrer les jeunes sans chercher à les normer, et tout en laissant place à la découverte. Dans ce cadre, les tensions entre les différentes injonctions sociales et réhabilitatives constituent un défi pour les intervenant·e·s qui vivent « un conditionnement moral du travail, pour établir si un garçon ou une fille, en fonction de ses paramètres moraux, est bien préparé·e pour la liberté, et si à partir de cette logique il ou elle va réussir à faire un processus complet de réintégration » (professionnelle du programme). Ainsi, l’équipe du programme affirme l’importance de mettre en place « une approche différenciée, mais qui ne reproduise pas les stéréotypes de genre tels qu’ils ont été construits ».

85L'instrument reconnu pour briser ces cycles d'inertie est la réflexivité. Son but est de favoriser chez l'intervenant·e une prise de conscience de ses propres schémas de pensée sociale et de leur possible influence sur son activité professionnelle. Cela inclut également sa capacité à se former pour guider efficacement les jeunes dans leurs interrogations et leur compréhension de la société où ils se développent, ainsi que dans leurs interactions avec autrui. L’équipe du programme, formée dans en grande partie aux problématiques de genre, propose dans son travail des alternatives, qui pourraient faire réfléchir les jeunes sur ces problématiques, promouvoir la compréhension et la tolérance de la différence.

Ma proposition est de montrer une figure de l’homme différente de celle qu’elles [les filles du centre] ont. Nous parlons du type d’hommes qu’elles voudraient avoir dans leurs vies. Et je pense que les filles me voient vraiment comme un type d’homme associé au papa qu’elles auraient voulu avoir, qu’elles n’ont pas eu et qu’elles n’auraient jamais pensé possible d’avoir. Ou au frère ainé qu’elles auraient voulu avoir et qu’elles n’auraient jamais pensé possible d’avoir. Un homme qui fait attention à elles, qui les accompagne, qui partage des choses avec elles, qui s’intéresse à ce qu’elles projettent, etc.
(Professionnel du programme)

86Or les intervenant·e·s qui encadrent les jeunes dans les centres n’ont pas toujours, voire rarement, de formation qui leur permette de prendre du recul sur leurs propres représentations et l’impact de celles-ci dans leur travail. Ce manque de formation ne leur permet pas toujours d’avoir un regard critique sur leur pratique et de comprendre les concepts de sexe, de genre, d’identité de genre, d’orientation sexuelle. Dans ce cadre, il est difficile d’appliquer les approches demandées par l’ICBF et la mise en place d’outils pratiques pour appliquer cette approche genrée correctement sans reproduire des préjugés.

Normalement, l’éducation et la formation favorisent une autoréflexion. Ce n’est pas seulement un exercice externe. L’éducation et l’expérience te permettent d’avoir une réflexion sur toi et notamment de modifier tes représentations sociales et redonner du sens à certaines choses. Et ça t’aide à proposer une meilleure intervention.
(Professionnelle du programme)

87L’équipe du programme met aussi en exergue l’importance de l’échange entre professionnel·le·s, qui permet de révéler d’éventuelles pratiques préjudiciables. Ce processus de co-apprentissage dans l’équipe leur permet d’affiner leur prise en compte du genre dans l’intervention.

88Ainsi face à l’évidence de former le personnel, des difficultés apparaissent du fait de champs de tension entre constructions sociales, croyances personnelles, et le meilleur intérêt des mineur·e·s qui sont pris en charge. Comme le soulignaient Holsinger & Hodge (2016) ce type de formation peut être plus difficile à mettre en place que les autres formations continues qui sont dispensées au personnel pénitentiaire, puisqu’il exige un minimum d’introspection et de compréhension de ses propres croyances et biais en lien avec l’orientation sexuelle et l’identité de genre, non seulement pour le personnel, mais également pour les facilitateur·trice·s de ces formations. Finalement ces formations devraient couvrir les terminologies appropriées, des connaissances à propos des difficultés rencontrées par les jeunes LGBT+, des instructions sur comment éviter les propos stigmatisants, ainsi qu’une aide à l’identification des valeurs personnelles et des biais existants.

Haut de page

Bibliographie

Amsellem-Mainguy, Y. et Dumollard, M. (2016). Dits et non-dits sur la sexualité dans la relation entre jeunes et professionnels de la Protection Judiciaire de la Jeunesse. Champ pénal/Penal field, (Vol. XIII). doi :10.4000/champpenal.9379

Belknap, J., Holsinger, K. et Little, J. S. (2014). Lesbian, Gay, and Bisexual Youth Incarcerated in Delinquent Facilities. Dans D. Peterson et V. R. Panfil (dir.), Handbook of LGBT Communities, Crime, and Justice (p. 207‑228). New York, NY : Springer. doi :10.1007/978-1-4614-9188-0_11

Besson, S. (2005). The Principle of Non-Discrimination in the Convention on the Rights of the Child. The International Journal of Children’s Rights, 13(4), 433‑461. doi :10.1163/157181805774976068

Bloom, B. (1999). Les programmes conçus spécialement pour les délinquantes : principes directeurs et pratiques. Forum – Recherche sur l’Actualité Correctionnelle : « Les délinquantes », 11(3), 23.

Bouvier, D. V. M. (2016, 4 mars). L’égalité des sexes et le rôle des femmes dans le processus de paix colombien. ONU Femmes.

Cardi, C. et Devreux, A.-M. (2014). Le genre et le droit : une coproduction. Introduction. Cahiers du Genre, 57(2), 5‑18. doi :10.3917/cdge.057.0005

Carr, N. T., Hudson, K., Hanks, R. S. et Hunt, A. N. (2008). Gender Effects Along the Juvenile Justice System: Evidence of a Gendered Organization. Feminist Criminology, 3(1), 25‑43. doi :10.1177/1557085107311390

Chantraine, G. (2003). Prison, désaffiliation, stigmates. Deviance et Societe, Vol. 27(4), 363‑387.

Chernoff, W. A. (2021). Treating Girls Like Boys: The Juvenile Court and the Burden of Gender Neutral Programming. Child & Youth Services, 1‑37. doi :10.1080/0145935X.2021.1918542

Clair, I. (2012). Le pédé, la pute et l’ordre hétérosexuel. Agora debats/jeunesses, N° 60(1), 67‑78.

Connell, R. W. (2002). Gender. Wiley.

Daly, K. (1987). Discrimination in the Criminal Courts: Family, Gender, and the Problem of Equal Treatment. Social Forces, 66(1), 152‑175. doi :10.1093/sf/66.1.152

Emerson, R. M., Fretz, R. I. et Shaw, L. L. (2011). Writing Ethnographic Fieldnotes, Second Edition. University of Chicago Press.

Erez, E. (1989). Gender, Rehabilitation, and Probation Decisions. Criminology, 27(2), 307‑327. doi :https://doi.org/10.1111/j.1745-9125.1989.tb01034.x

Evason, N. (2018). Colombian Culture - Family. Cultural Atlas. Récupéré le 9 janvier 2024, de http://culturalatlas.sbs.com.au/colombian-culture/colombian-culture-family

Fedders, B. (2013). LGBT Youth in the Child Welfare and Juvenile Justice Systems: Charting a Way Forward. Temple Political & Civil Rights Law Review, 23(2), 431‑450.

Fredette, C. (2002). Les programmes de prévention en milieux marginalisés doivent-ils être spécifiques selon le genre. Communication présentée au Prévention de la violence envers les filles  : les programmes doivent-ils être spécifiques selon le genre ?, Montréal : Centre de recherche interdisciplinaire sur la violence familiale et la violence faite aux femmes (CRI-VIFF). Récupéré de https://www.raiv.ulaval.ca/sites/raiv.ulaval.ca/files/publications/fichiers/pub_122.pdf

Glaser, B. et Strauss, A. (1967). Chapter III: theoretical sampling. Dans The discovery of grounded theory strategies for qualitative research. Chicago : Aldine.

Goodkind, S. (2005). Gender-Specific Services in the Juvenile Justice System: A Critical Examination. Affilia, 20(1), 52‑70. doi :10.1177/0886109904272061

Haase-Dubosc, D. (2017). Les Cahiers du Genre, Coline Cardi et Anne-Marie Devreux (coord.), L’engendrement du droit. Nouvelles Questions Féministes, 36(1), 131‑134. doi :10.3917/nqf.361.0131

Holsinger, K. et Hodge, J. P. (2016). The Experiences of Lesbian, Gay, Bisexual, and Transgender Girls in Juvenile Justice Systems. Feminist Criminology, 11(1), 23‑47. doi :10.1177/1557085114557071

Hunt, J. et Moodie-Mills, A. (2012). Unfair Criminalization of Gay and Transgender Youth: An Overview of the Experiences of LGBT Youth in the Juvenile Justice System | Office of Justice Programs (no 245623) (p. 12). Washington DC : Center for American Progress. Récupéré de https://www.ojp.gov/ncjrs/virtual-library/abstracts/unfair-criminalization-gay-and-transgender-youth-overview

ICBF. (2020). Lineamiento modelo de atención para adolescentes y jóvenes en conflicto con la ley – SRPA. Bogotá DC. Récupéré de https://www.icbf.gov.co/system/files/procesos/lm15.p_lineamiento_tecnico_modelo_de_atencion_para_adolescentes_y_jovenes_en_conflicto_con_la_ley-srpa_v4_0.pdf

Irvine, A. (2010). We’ve Had Three of Them: Addressing the Invisibility of Lesbian, Gay, Bisexual, and Gender Nonconforming Youths in the Juvenile Justice System Symposium Volume: Gender on the Frontiers - Confronting Intersectionalities. Columbia Journal of Gender and Law, 19(3), 675‑702.

Junger-Tas, J., Ribeaud, D. et Cruyff, M. J. L. F. (2004). Juvenile Delinquency and Gender. European Journal of Criminology, 1(3), 333‑375. doi :10.1177/1477370804044007

Katz, A. B. (2014). LGBT Youth in the Juvenile Justice System: Overrepresented Yet Unheard. Law School Student Scholarship, (503). Récupéré de https://scholarship.shu.edu/student_scholarship/503

Lochak, D. (1987). Réflexion sur la notion de discrimination. Droit social, 778‑790.

McNeill, F. (2012). Four forms of ‘offender’ rehabilitation: Towards an interdisciplinary perspective. Legal and Criminological Psychology, 17(1), 18‑36. doi :10.1111/j.2044-8333.2011.02039.x

Moore, S. M. et Rosenthal, D. A. (2007). Sexuality in Adolescence: Current Trends. Routledge.

Niget, D. (2011). De l’hystérie à la révolte. Champ pénal/Penal field, (Vol. VIII). doi :10.4000/champpenal.8056

Panfil, V. R. (2018). Young and unafraid: queer criminology’s unbounded potential. Palgrave Communications, 4(1), 1‑5. doi :10.1057/s41599-018-0165-x

Picot, P. (2023). Revue de littérature : les sorties de délinquance au prisme du genre. Champ pénal/Penal field, (28). doi :10.4000/champpenal.14593

Ramirez, L., Palacio-Espinosa, X., Ferroni, P. et Alejandra Beltran, C. (2023). EBSCOhost | 164733715 | Social Representations of Gender: A Contextual Construction in Schools. Revista Colombiana de Psicología, 32(2), 65‑84.

Solini, L., Neyrand, G. et Basson, J.-C. (2011). Le surcodage sexué en établissement pénitentiaire pour mineurs. Deviance et Societe, Vol. 35(2), 195‑215.

Stoll, A. et Jendly, M. (2018). (Re) connaître les mécanismes de la désistance : un état des savoirs. Jusletter, 1‑23.

Strauss, A. et Corbin, J. (1998). Basics of Qualitative Research: Techniques and Procedures for Developing Grounded Theory. Thousand Oaks, CA : SAGE Publications, Inc.

Haut de page

Notes

1 Le concept de système de justice pénal pour mineurs se réfère à l’ensemble de « la législation, les normes et règles, les procédures, les mécanismes et les dispositions spécifiquement applicables aux enfants considérés comme des auteurs d’infractions, et les institutions et organes mis en place pour s’occuper de ces enfants » (Comité des droits de l’enfant, 18 septembre 2019, CRC/C/GC/24).

2 Définition traduite de l’espagnol, issue des Lignes techniques de l’Institut colombien du bien-être familial (organisme en charge du système de responsabilité pénal pour adolescent·e·s colombien), Lineamento técnico modelo de atención para adolescentes y jóvenes en conflicto con la ley-SRPA, Instituto colombiano de Bienestar Familiar, 2020, p.69

3 Par discrimination, on entend une discrimination en droit, mais en ce qui concerne les mineur·e·s en conflit avec la loi, la problématique dépasse celle des discriminations stricto sensu. D’une part, la mise en œuvre du droit à la non-discrimination est considérée comme plus difficile pour les mineurs du fait de l’inégalité de pouvoir entre l’Etat – ici représenté par la justice pénale – et les enfants, qui sont en position de vulnérabilité de fait (Besson, 2005). D’autre part, toute différence de traitement ne se traduit pas nécessairement par une discrimination en droits (Lochak, 1987). En effet, c’est ce que nous aborderons ici, des difficultés apparaissent dans la recherche d’une approche prenant en considération les problématiques personnelles de chaque individu.

4 Si il n’existe pas de définition officielle, le terme désistance se réfère à l’abandon des activités criminelles (Stoll et Jendly, 2018).

5 La mission avait pour objet d’organiser des ateliers de restitutions et de retour d’expériences sur le projet, en vue de sa clôture. Il s’agissait d’en identifier les dates, actions et thématiques phares en vue d’en faire un document de capitalisation interne à la structure. Cette mission s’est étendue sur trois mois (rédaction comprise). Elle comprenait l’organisation d’ateliers collectifs avec l’ensemble des équipes du programme, pour identifier les réussites et les difficultés, et aborder nombre de thématiques ayant émergé pendant sa mise en œuvre.

6 Dans le texte de l’ICBF, LGBTI renvoie à : lesbiennes, gays, bissexuel·le·s, travesti·e·s, transsexuel·le·s, transgenres et intersexuel·le·s (ICBF, 2020, p.49)

7 Cette centralité de la maternité, alors même que la charge éducative et de soin des enfants repose essentiellement sur les femmes, est un facteur de risque bien identifié pour la réinsertion des jeunes filles. Avoir des enfants rend plus difficile l’accès au marché du travail, et donc l’accès à une situation économique pérenne. 

8 De nombreuses insultes existent dans l’argot espagnol, comme « marica » ou « loca » (folle), ou « nina » (fillette), qui font référence à la prétendue homosexualité des jeunes hommes.

9 Par exemple, une des attentes sociales qui pèse sur les femmes et ajoute un facteur important à prendre en considération dans la réintégration est celle de maternité, qui est au cœur du modèle de femme défini dans la société colombienne. Or avoir des enfants, c’est aussi une charge supplémentaire, principalement pour les femmes qui portent socialement la responsabilité de s’occuper d’eux et de les éduquer. 

10 Il ressort des entretiens que la réintégration de jeunes dont l’identité de genre ou l’orientation sexuelle ne sont pas reconnues dans la société colombienne, ou stigmatisées, est rendue compliquée, car ces jeunes rencontrent des facteurs de risque supplémentaires : difficultés familiales et rejet du foyer plus fréquents, tentative de dissimulation de leur identité, stigmatisation, discrimination, voire violence à leur égard.

11 Notre traduction.

12 La présence de la religion se manifestait dans les deux centres. Le centre pour garçons était tenu par une congrégation religieuse masculine catholique, ayant pour mission l’accompagnement des mineurs dans leur développement. L’institution en charge du centre pour fille se définissait comme une organisation non gouvernementale à vocation humaniste chrétienne, orientée vers l’éducation. Par ailleurs, lors de la visite du centre féminin, nous avons observé des éléments religieux (pancartes, statues) dans les espaces collectifs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabrice Crégut et Julie Durand, « L’expression des normes de genre et d’orientation sexuelle dans la réhabilitation des mineur·e·s en privation de liberté »Champ pénal/Penal field [En ligne], 31 | 2024, mis en ligne le 03 avril 2024, consulté le 24 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/champpenal/15372 ; DOI : https://doi.org/10.4000/champpenal.15372

Haut de page

Auteurs

Fabrice Crégut

Docteur, université de Genève. Contact : fabrice.cregut@etu.unige.ch

Julie Durand

Diplômée de l’Institut d’études politiques de Toulouse. Contact : julie.drnd@hotmail.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search