Navigation – Plan du site
Lectures

Laurent Solini, Faire sa peine à l’Établissement pénitentiaire pour mineurs de Lavaur

Nîmes, Champ social, 2017, 222 pages.
Rita Carlos
Référence(s) :

Laurent Solini, Faire sa peine à l’Établissement pénitentiaire pour mineurs de Lavaur, Nîmes, Champ social, coll. « Questions de société », dirigée par Laurent Muchielli, 2017, 222 pages, ISBN : 9791034603848

Texte intégral

  • 1 Il est choisi ici d'utiliser une écriture inclusive afin d'attirer l'attention sur la mixité des ad (...)

1Peut-on considérer la prison comme un théâtre où décors, masques, jeux d'acteurs et spectateurs déterminent les vécus ? Le premier ouvrage de Laurent Solini, issu de sa thèse, invite le lecteur à pénétrer le quotidien de l’Établissement pénitentiaire pour mineur·e·s1 (EPM) de Lavaur pour y saisir la portée des multiples face-à-face entre ses protagonistes au cœur d'arènes symboliques propices aux jeux de façades qui alimentent la scénographie carcérale (p. 6 et 26). Tout au long d'une monographie comportant cinq chapitres, l'auteur démontre comment la configuration d'une prison pour adolescent·e·s et sa porosité aux socialisations antérieures du public captif conditionnent les relations et ainsi les expériences carcérales jusqu'à remettre en cause sa prétention à être une prison d'un nouveau type, réconciliant peine privative de liberté et pratique éducative. Après une introduction du cadre théorique et méthodologique de la recherche, l’ethnologue traite, dans le premier chapitre, des spécificités de cette prison, enceinte d’une dramaturgie stratégique. Il aborde au cours des chapitres suivants respectivement chacune des quatre formes de représentations mises en pratique par les prisonniers, avant de conclure sur les mutations de l’institution et le dévoilement de ses simulacres.

2Le livre s'appuie sur une enquête effectuée entre 2008 et 2010, peu de temps après l’ouverture de l’EPM de Lavaur : longues observations, nombreux entretiens, tenue d’un journal de terrain, recueils documentaires (dossiers avant et pendant l’incarcération) sont les bases, des plus riches, de l'analyse des pratiques et représentations des jeunes incarcéré·e·s. Après une immersion continue et approfondie, financée par la Protection judiciaire de la jeunesse sous le statut ambivalent de sociologue et d’intervenant sportif, l'auteur détaille avec clarté et précision le processus ainsi que le sens de fabrication de la peine par chaque détenu·e. Qualifiée ici de résistance au cadre établi, la façon dont l'adolescent·e se présente aux autres, et ajuste son image, répond aussi bien aux coercitions institutionnelles qu'à celles tenant à l'entre soi des détenus (p. 34) en « redéfinissant à son tour la nature et le degré d’intensité de ces contraintes » (p. 33).

3L'ouvrage amorce la réflexion sur cette nouvelle structure d'enfermement de la jeunesse à partir d'un rapide rappel historique de la création des EPM, dans le cadre de la multiplication des dispositifs d'encadrement coercitifs d'une frange de la population. Ce au cœur de la panique morale à laquelle donne lieu, depuis plus d'une vingtaine d'années en France, la figure du jeune issu de quartiers défavorisés et d'origine immigrée. L'auteur inscrit ses travaux dans une sociologie carcérale qui, sur la même période, a tenté de sonder la subjectivité des détenu·e·s aux prises avec un ordre négocié. À rebours d'une vision totalisante, monolithique et figée de l'institution carcérale, Laurent Solini utilise les travaux d'Erving Goffman autour de la présentation de soi afin de révéler les stratégies dont usent les mineurs écroués, rappelant que « Ce n'est pas le modèle qui détermine la réalité, mais l'inverse » (Faugeron et al., 1996, 36).

4Les propos de Yassine, jeune prisonnier, présentent d'entrée l'intérêt majeur de l'ouvrage qui interroge la polysémie de l'expression « faire sa peine ». Entre l'hypervisibilité (p. 101) des détenu·e·s permise par ce type de prison et sa perméabilité aux parcours déviants qui l'habitent, quatre idéaux-types de figures employées par les adolescents pour faire sa place (p. 84) sont alors énoncés comme piliers de l'expérience carcérale : celle du bonhomme, du bon détenu, du trafiquant et de la victime (p. 34). À cette présentation fait suite celle de la posture de l’auteur qui précise les conditions d’enquête et leurs vertus heuristiques, notamment son choix d’observer les transgressions des jeunes plutôt que de les réprimer, en dépit de ses impératifs professionnels, ou encore la façon dont la distance avec les enquêté·e·s et la perturbation du terrain ont pu être réduites sans jamais être totalement dépassées en raison d’asymétries et d’écarts sociaux persistants.

5Dans le premier chapitre, Laurent Solini reprend les discours de légitimation des EPM présentés comme un progrès en raison de la séparation stricte d'avec les détenus adultes et de l'architecture relativement ouverte complétée par la variété des encadrants et des activités. Cet agencement nouveau, tentant de reproduire celui du milieu ouvert, est désigné par l'auteur comme le socle localisé de la mise en scène des comportements des adolescent·e·s enfermé·e·s. L'organisation de l'espace et du temps rompt avec l'isolement traditionnel de la prison vis-à-vis de l'extérieur et des prisonnier·e·s entre eux, jusqu'à produire « des acteurs devant un public » (p. 24) à la merci du collectif et de ses regards, pris en étau entre les normes et lois environnantes. Le système de régimes différenciés qui a cours dans l'établissement favorise par ailleurs l'institutionnalisation des catégorisations visant les détenu·e·s. En creux, on aperçoit les résistances, aussi bien symboliques que matérielles, des adolescent·e·s au cadre, et les détournements, par les professionnel·le·s, des règles au profit du maintien de l'ordre. Cette rencontre de l'infra-politique et de l'infra-pénal (Foucault, 1994) n'aboutit pourtant pas à une analyse de la gestion différenciée des illégalismes ni de son instrumentalisation disciplinaire (Salle, Chantraine 2009).

6La richesse ethnographique de l'ensemble de la recherche apparaît surtout au cours des chapitres suivants - 2, 3, 4 et 5 - où alternent récits de situations, témoignages de détenu·e·s, et analyses des ressorts propres aux quatre figures retenues. Le situationnisme méthodologique (p. 15) employé, prenant comme objet les circonstances de l'interaction, étaye une description fouillée des marges de manœuvre incarnées et contextualisées. Le processus de production de la première façade, passer pour le bonhomme, en lien étroit avec l’affirmation de l’engagement dans la délinquance, demeure le plus longuement détaillé et documenté, probablement parce qu'à la différence de celui du trafiquant, du bon détenu ou de la victime, la masculinité subalterne se veut par essence démonstrative, en particulier à l'EPM, durant la pratique sportive. Cependant, cette exhibition de la virilité - fruit de dispositions incorporées sur lesquelles reposent l'honneur et la réputation - ne suffit pas, selon l'auteur, à expliquer la position de leadership (p. 128 et 129) endossée par certains détenus, qui nécessite l'imbrication de toutes les postures énoncées précédemment à l'exception de celle de victime, au contraire discréditée.

7L'expérience des filles détenues à l'EPM vient illustrer le contre-pied de la nécessité de porter ses couilles (p. 129) et l'injonction similaire, bien qu'inversée, de se conformer au genre déterminé par son sexe biologique ainsi qu'à l’hétéro-normativité (re)produite. Écartelée entre l'obligation de laisser transparaître sa féminité sans pour autant céder à l'excessif, l'adolescente incarcérée se doit d'être une fille mais pas trop (p. 125), tension qui aurait gagné à être conceptualisée pour ne pas exclure les prisonnières de l'ensemble des idéaux-types présentés. L'analyse donne suite habilement à l'hypothèse de permanence (Chantraine, 2000, 306) et fait appel à de nombreux travaux de sociologie urbaine et de la déviance afin de rappeler l’importation intra-muros d'habitus précédant l'incarcération. Toutefois, on peut regretter le peu de références à la sociologie du sport ou encore à la sociologie de la jeunesse de façon à illustrer des phénomènes largement partagés en dehors des zones de relégation urbaine tels que la division sociale du travail musculaire (p. 112) ou plus généralement la réification du genre à travers des pratiques sportives différenciées.

8La seconde performance évoquée dans l'ouvrage, celle de bon détenu, vise à feindre le respect du cadre imposé, notamment scolaire, dans le but de se voir octroyer des privilèges censés faciliter la peine : accès à plus d'activités, de matériels, de temps hors cellule et collectifs. Ces récompenses peuvent être systématisées grâce au placement en unité dite de confiance. L'usage de l'humour sert à la conjugaison de la figure transgressive du bonhomme et de celle, méritante, du bon détenu – toutes deux apanages du genre masculin. Toutefois, le spectacle peut se solder par un échec et son rendement demeurer nul, à l'exemple de Fadh : l'épisode du jeune détruisant sa cellule est présentée comme un pétage de plomb (p. 155) en réponse à une relation conflictuelle (p. 154) avec un surveillant, et interprétée, par l'auteur, sous l’angle des représentations de rapports de pouvoirs au détriment des dimensions structurelles de ces derniers. Au-delà de la violence institutionnelle, l'analyse élude malheureusement également - comme pour Yassine, qui prétend être un élève studieux - les capitaux sociaux, culturels voire économiques qui précèdent et accompagnent l'expérience de la détention et ses faux-semblants.

9La construction de la troisième figure, celle du trafiquant, correspond à la participation au système d'échange entre détenus interdit au sein de l'EPM, mais qui a lieu dans ses régions antérieures comme postérieures (p. 163 et 165), c'est-à-dire exposée sur la scène carcérale et/ou dissimulée dans ses coulisses. L'appropriation de l'espace et la personnalisation des relations avec les professionnel·le·s permettent ainsi d'effectuer les transactions - parfois même facilitées par les adultes - nécessaires à la reconnaissance des pairs. La dépossession et l'insuffisance propre à la prison sont proposées comme modèle explicatif de la respectabilité que les prisonniers acquièrent grâce à leurs accumulations matérielles, il est dommage, cependant, que l'absence de liens entre ces activités capitalistes illégitimes (Newton, The Black Panther Party, 2004, 68), et l'ère néolibérale limite la lecture sociologique des relations sociales. À la marge de ces trafics se trouvent les jeunes indigents (p. 178), dépourvus de ressources et qui peuvent faire l'objet de solidarités gratifiantes pour les donateurs ; les mineurs en proie aux vols et rackets ; et les mules (p. 173), outils de passage du trafic, qui subissent le stigmate de victime et le risque de sanction, profitant simultanément d'une certaine protection de la part de leur exploiteur et de la rétribution symbolique d'une activité socialement utile.

10La formation de la dernière figure diffère des précédentes en ce qu'elle ne met nullement en jeu la représentation que se fait de lui-même le détenu mais lui est complètement extérieure. La qualification dévalorisée de victime s'avère aussi bien subie qu'immuable dans cet univers, en raison des faits sur lesquels elle s'appuie : les actes à l'origine de l'incarcération. Chaque détenu·e fait l'objet d'inspections par ses pairs afin d'évaluer son honorabilité et, ainsi, sa place dans la prison. Le cas de Julien, incarcéré pour le viol de sa mère, ou celui de Mickaël, détenu pour le viol d'un jeune garçon, sont à cet égard significatifs du discrédit du pointeur (p. 188), de l'isolement et de la violence auxquels ils font face, reflet inversé de l'identité estimée du braqueur (p. 185). Face à ce traitement, la victime n'a d'autre choix que de fuir le collectif et, à défaut, de se rendre invisible pour endurer le moins possible les châtiments que les adultes indiquent laisser passer (p. 199). Si les professionnel·le·s peuvent être à l'origine de la divulgation du crime ou des commérages, ils concourent également à la protection des victimes, ce qui participe à leur stigmatisation et ajoute au discrédit de ce statut celui des conduites d'un collabo.

11Pour finir, l'auteur revient sur les évolutions propres à l’EPM durant les années qui ont suivi son travail de terrain. L'architecture et le programme d'activités se sont vus modifiés, poursuivant un objectif de sécurisation (p. 206) de la prison, notamment après les événements de 2011, qualifiés de mutineries, mais également après les retours d'expériences des cinq autres EPM. La procédure de fermeture des espaces, initialisée moins d'un an après l'inauguration, a été rapidement complétée par la réduction des activités qui continue d'éloigner l'EPM de ses objectifs d'innovation carcérale pour le rapprocher du modèle qu'il tentait de dépasser : celui du quartier pour mineurs et de l'encellulement quasi permanent de son public. Ainsi, malgré quelques écueils carcéralo-centrés (Salle, 2003, 406), faire sa peine dessine la figure illusoire d'une prison moderne et de ses prétentions à l'humanisation. À partir de l'analyse minutieuse des normes et des valeurs sur lesquelles repose la théâtralisation des comportements des adolescent·e·s enfermé·e·s, l'ouvrage relève le pari de qualifier les évolutions pénales par le bas, redéfinissant cette prison pour mineur·e·s à travers ses usages indigènes.

12En définitive, cette immersion au cœur de l'univers des détenu·e·s, en soulignant l'importance des apparences dans le quotidien pénitentiaire, apparaît comme un ajout essentiel à l'état des savoirs sur l'enfermement carcéral des mineur·e·s en France. L'ouvrage vient compléter les débats et analyses sur la combinaison de la claustration et de l'éducation en questionnant les apprentissages qui ont cours dans ce cadre. Il ouvre ainsi la voie à de futures études des socialisations et catégorisations en présence sur la scène carcérale juvénile, afin d'en restituer les coulisses. À l'appui d'une approche structurelle et historiquement située, la prise en compte d'autres acteurs aux côtés d'enfants judiciarisés - famille, professionnels divers et dispositif institutionnel dans son ensemble - permettrait « la comparaison du texte caché des faibles et des puissants » (Scott, 2009, 12), pour replacer la prison et ses effets grossissants en arrière-plan d'un ordre social qu'elle éclaire autant qu'elle perpétue.

Haut de page

Bibliographie

Chantraine G., 2000, La sociologie carcérale : approches et débats théoriques en France, Déviance et société, 24, 3, 297-318.

Faugeron C., Chauvenet A. et Combessie Ph., (dir.), 1996, Approches de la prison, Paris, De Boeck et Larder.

Foucault M., 1994, « La société punitive », Dits et Écrits, Paris, Gallimard, t. II, 456-470.

Newton H.P, The Black Panther Party, 2004, Prison, où est ta victoire ?, Cultures & Conflits, 55, 67-70.

Salle G., 2003, Situation(s) carcérale(s) en Allemagne. Prison et politique, Déviance et Société, 27, 4, 389-411.

Salle G., Chantraine G., 2009, Le droit emprisonné ? Sociologie des usages sociaux du droit en prison, Politix, 3, 87, 93-117.

Scott J.C., 2009, La domination et les arts de la résistance. Fragments du discours subalterne, Paris, Éditions Amsterdam.

Haut de page

Notes

1 Il est choisi ici d'utiliser une écriture inclusive afin d'attirer l'attention sur la mixité des adolescent·e·s dont il est question. Cette méthode participe également à insister sur l'absence de prise en compte de la condition féminine lorsqu'elle a cours dans l'analyse.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rita Carlos, « Laurent Solini, Faire sa peine à l’Établissement pénitentiaire pour mineurs de Lavaur », Champ pénal/Penal field [En ligne], Vol. XV | 2018, mis en ligne le 16 avril 2018, consulté le 19 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/champpenal/9640

Haut de page

Auteur

Rita Carlos

Centre de recherches sociologiques sur le droit et les institutions pénales (CESDIP) - Université Versailles-St Quentin. Contact : rita.carlos@cesdip.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Champ pénal

Haut de page
  • cnrs
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals