Navigation – Plan du site
Lectures

Carine Guérandel, Éric Marlière (dir.), Filles et garçons des cités aujourd’hui

Lille, Presses Universitaires du Septentrion, 2017, 168 pages.
Isabelle Clair
Référence(s) :

Carine Guérandel, Éric Marlière (dir.), Filles et garçons des cités aujourd’hui, Lille, Presses Universitaires du Septentrion, 2017, 168 pages, ISBN : 978-2-7574-1640-2

Texte intégral

1L’ouvrage coordonné par Carine Guérandel et Éric Marlière propose de déconstruire la figure stéréotypée des « jeunes de cité ». En restituant dans une première partie des enquêtes de terrain sur la vie quotidienne de filles et de garçons vivant dans des cités d’habitat social en milieu urbain et péri-urbain : il s’agit de mettre au jour la complexité du réel contre la réduction opérée par le stéréotype. En analysant dans une deuxième partie différentes formes d’« institutionnalisation » du stéréotype et leurs effets sur les jeunes eux-mêmes : dans les arènes médiatique et politique, au travers de dispositifs de politique publique et dans l’espace judiciaire.

2La majorité des contributions portent sur des jeunes vivant dans des cités d’habitat social de la France contemporaine et sont fondées sur des enquêtes de terrain réalisées au cours des années 2010 – seul un article traite de la situation de jeunes vivant en Belgique et un autre n’a pas de réel fondement empirique, sur les huit qui composent l’ouvrage. À rebours des lieux communs, ces textes apportent la preuve empirique de la complexité du monde social : les jeunes de cité ne sont pas seulement des garçons et ces derniers n’ont pas le monopole de la violence. Scolarisé·e·s et mobiles, filles et garçons de cité ne sont pas captif·ve·s de leur lieu de vie ; ils et elles ne sont pas sans conscience politique et sont même susceptibles de s’engager dans des formes conventionnelles de militantisme ; ils et elles ne sont pas sans conscience de classe et de race, reprenant à leur compte, éventuellement pour les retourner, les assignations dont elles et ils font l’objet, et produisant un discours sur les rapports de domination qui les oppriment (au tribunal, à l’école, dans les partis politiques ou ailleurs).

3Si ce parti pris général, qui revient à répondre de manière un peu littérale à la caricature, n’est pas totalement convaincant, le livre comporte des textes intéressants actualisant la recherche consacrée aux jeunes vivant dans des cités d’habitat social. Je passerai en revue les différents chapitres avant de proposer une brève lecture critique de l’ensemble.

4Comme l’annonce le titre, on trouve dans l’ouvrage des chapitres sur des filles, d’autres sur des garçons, et d’autres sur des filles et des garçons.

5Le premier, intitulé « Des scènes, des trajectoires et des cas », est consacré aux garçons. Le propos de Fabien Truong est dans ce texte essentiellement méthodologique. Revenant sur son expérience d’enseignant de SES (Truong, 2013) et sur une enquête longitudinale réalisée à la suite de ce premier moment de « participation observante » (Truong, 2015), l’auteur formule trois garde-fous utiles pour l’enquête de terrain. Truong enjoint tout d’abord de prendre en compte la pluralité des scènes sur lesquelles se joue la vie des jeunes, en dehors du quartier d’habitation mais aussi en son sein ; le stéréotype du « jeune de cité » rive à une topographie des personnes qui en réalité circulent et se comportent diversement en fonction de leurs divers espaces de sociabilité. Il conseille ensuite, de manière assez classique, d’étendre l’enquête dans la durée et de prendre en compte « la pluralité des trajectoires » pour saisir un moment biographique qui n’est qu’un moment et ne prend sens qu’au regard d’un temps biographique individuel long, et d’une mémoire collective plus longue encore. Enfin, il défend la comparaison entre « cas », là encore assez classiquement : on comprend de manière d’autant plus fine les mécanismes de la domination sociale qu’on l’observe de près et de façon intensive.

6Les garçons closent aussi le livre, dans un texte consacré au « procès d’une ‘bande’ », Guillaume Teillet a observé le jugement de huit jeunes hommes racisés au tribunal pour enfants. Si le recours au concept de genre est un peu cosmétique dans son texte, comme dans celui de Truong, en revanche la race, articulée à la classe sociale, occupe une place centrale dans la « géographie des corps » (p. 152) qu’il propose. Teillet va jusqu’à représenter dans un schéma figurant la scénographie du jugement, non seulement le sexe et la « fonction » des personnes présentes (agents de justice, prévenus, famille, etc.), mais aussi les « catégories raciales » par lesquelles ces personnes se typifient mutuellement (« blanc », « noir », « arabe »). Il aurait été bienvenu qu’il soit un peu plus prolixe sur la façon dont il a codé son matériau et choisi de le restituer. Mais on ne lui reprochera pas d’avoir pris en compte dans son analyse les effets du rapport de race entre les différents acteurs et actrices de la scène observée, tant il est rare et difficile de seulement l’évoquer dans la sociologie française. Il montre, notamment, combien les postures corporelles, la mise en scène de la « bande » et l’agencement scénographique de l’audience pèsent sur la façon dont les rapports sociaux prennent forme entre les personnes qui jugent et les personnes jugées.

7Deux autres textes, à l’inverse des deux précédents, sont focalisés exclusivement sur des filles. Tout d’abord, celui de Pauline Beunardeau, « Quand les filles emploient la force ». S’il ne mobilise pas l’ouvrage dirigé par Coline Cardi et Geneviève Pruvost (2012) qui fait aujourd’hui référence pour « penser la violence des femmes », ce chapitre participe néanmoins à la réflexion sur le sujet. À partir d’une enquête ethnographique dans un collège, l’auteure montre de quelles façons certaines filles apprennent progressivement « le sens de la résistance, de l’intimidation et de la riposte physique » (p. 55). Très incarné par des scènes concrètes de conflits et de luttes physiques, le texte révèle comment des filles, en réponse aux épreuves d’humiliation et de harcèlement infligées par des garçons au sein de l’espace scolaire, intériorisent des pratiques corporelles de combat à leur contact et mettent en place des stratégies collectives de solidarité à leur encontre : elles s’entraînent, se rappellent mutuellement à l’ordre lorsque l’une d’entre elles montre des signes de faiblesse et s’appuient parfois sur les stéréotypes de genre pour neutraliser leurs adversaires.

8L’absence de référence à l’ouvrage de Cardi et Pruvost tient peut-être au fait que la recherche sur les jeunes de cité a tendance à se faire un peu auto-référentielle car elle constitue un domaine de recherche désormais institué avec sa propre bibliographie qui, parfois, semble lui suffire. Or dans ce domaine, ce qui fait référence en matière de violence des filles, c’est le travail de thèse de Stéphanie Rubi (2003, publiée en 2005) sur les « crapuleuses ». Cette recherche a constitué une rupture forte au sein de la sociologie des « jeunesses populaires » parce qu’elle était centrée sur les filles (Nacira Guénif-Souilamas, 1998 et 2000, avait ouvert la voie avec sa propre thèse, sur les descendantes des migrants nord-africains). Rubi y montrait non seulement que ces dernières existaient, étaient actives (et non de simples victimes ou personnages secondaires dans la vie des garçons), mais aussi qu’elles pouvaient être violentes. C’est sur ce point de rupture que s’ouvre d’ailleurs l’article qu’elle publie dans l’ouvrage de Guérandel et Marlière : « Les comportements déviants, violents, délictueux ne sont pas l’apanage des garçons » (p. 129). Dans la continuité de son travail de thèse, Rubi présente ici une nouvelle enquête, menée collectivement, en Seine-Saint-Denis, sur un dispositif « d’accueil pour collégien·ne·s temporairement exclu·e·s » de leur établissement scolaire (ACTE). À partir d’observations en collèges et d’un traitement quantitatif des exclusions recensées dans le cadre de ce dispositif, elle livre des analyses concernant « la manière différenciée de penser l’acte déviant selon qu’il provient d’un garçon ou d’une fille », également « les différences faites entre collégiennes et collégiens quant aux modalités de prise en charge de ces élèves par les acteurs des dispositifs » (p. 133). Pansement territorialisé (dépendant des ressources locales) destiné à juguler les violences qui sont susceptibles d’écraser l’expérience scolaire, ACTE apparaît dès lors à la fois comme une instance de médiation dans les conflits interpersonnels entre collégien·ne·s et comme un « sas d’attente », ouvrant des « espaces de décompression, ayant pour la plupart renoncé à l’objectif […] de continuité scolaire au profit de visées socialisatrices, d’approches comportementalistes » (p. 143).

9Dans son article « Distanciation et stigmatisation entre jeunesses urbaines », lui aussi consacré à l’école, Perrine Devleeshouwer aborde le recours à un discours ethnicisant de la part de jeunes vivant dans des « quartiers défavorisés » de la banlieue bruxelloise, nés de parents étrangers, et qui ont pour particularité d’être en « réussite scolaire ». L’auteure se fonde sur une analyse textuelle d’entretiens réalisés avec 40 personnes dont l’exploitation n’est pas très convaincante. Pour résumer, le logiciel NVivo met en avant trois regroupements qui, selon l’auteure, peuvent être identifiés comme « trois formes d’ethnicisation des rapports sociaux » : la mention explicite de l’ethnie pour décrire sa vie quotidienne, la prise en compte des « origines » dans les réputations des établissements scolaires et l’usage de catégories ethnicisantes pour qualifier des jeunes en échec scolaire. Comme NVivo ne dit rien de la domination en général, qu’il s’agisse du racisme ou du fait que filles et garçons puissent avoir des usages différenciés des catégories ethnicisantes, il n’est rien dit dans l’article du racisme ni d’éventuels effets du genre sur l’énoncé de ces catégories. L’auteure nous présente en fait une sorte de tri à plat des regroupements réalisés par le logiciel : ils sont décrits les uns à la suite des autres sans qu’on comprenne vraiment ce que signifie l’usage, plus ou moins explicite, que les jeunes font des catégories ethnicisantes.

10L’article d’Elsa Lagier nous fait momentanément quitter l’école, très présente dans l’ouvrage, pour contrer la représentation commune selon laquelle les cités d’habitat social seraient des « déserts politiques ». Intitulé « La stigmatisation comme moteur de l’engagement politique des jeunes de cités », il repose sur une étude de deux cas : la trajectoire et la pratique politiques d’un jeune homme et d’une jeune femme, ayant grandi dans la même cité, dont les parents sont originaires du Maghreb, tou·te·s deux militant·e·s dans des partis politiques au niveau local – lui à l’UMP, elle au PS. Le moteur de l’engagement est double. Militant d’abord contre la mauvaise image dont souffrent leur ville et les populations issues de migration, Yassine et Majda doivent leur ascension politique rapide à leur réussite scolaire mais aussi à leur identification à la population maghrébine, utile aux personnes politiques blanches en quête d’ancrage local et de crédibilité dans les quartiers. Cette contribution décrit avec détail les trajectoires et les relations entre les deux protagonistes, adversaires politiques mais voisins de toujours, proches du point de vue de la race et de la classe sociale, mais de sexe différent et, pour cette raison, embrassant différemment la carrière politique et sa mise en scène publique.

11Dans son texte « L’intégration par le sport dans les ‘cités’ », Carine Guérandel procède, quant à elle, à une sociohistoire synthétique de la prise en compte tardive des filles « de cité » par les politiques publiques consacrées à la pratique sportive. Ainsi qu’elle résume elle-même l’évolution en la matière : « La construction sociale du problème des banlieues articulée à l’idéologie sportive dominante participe à la promotion d’une politique d’intégration par le sport d’abord centrée implicitement sur ‘‘ les garçons des cités ’’ potentiellement dangereux puis, dans un deuxième temps, explicitement sur ‘‘ les filles des cités ’’ à émanciper et protéger » (p. 124-125). S’appuyant sur l’analyse de rapports officiels, d’outils pédagogiques mis en ligne par des groupes de travail nationaux et des appels à projet d’organismes promouvant la pratique sportive dans les cités d’habitat social, l’auteure propose une analyse fondée sur la prise en compte simultanée du genre et de la race pour mettre au jour les intentions politiques et les effets de cette évolution historique, et plus encore sur les liens entre sexisme et racisme : les espaces sportifs, particulièrement peu fréquentés par les filles vivant dans les cités d’habitat social au regard des statistiques en population générale, sont pensés par les politiques comme des espaces de libération de l’oppression masculine et de contrôle de garçons conçus comme naturellement ou culturellement dangereux.

12Avec un titre sonnant comme un manifeste, l’article de Fatima Khemilat, « Racialisation, religion et genre : quand l’intersectionnalité prend corps, elle vit en banlieue », tient à l’inverse plutôt de l’essai. Sans réel fondement empirique, il brosse à grands traits la façon dont race et religion se superposent dans les représentations communes des populations vivant dans les cités d’habitat social en banlieue. Celles-ci sont largement instrumentalisées par les politiques afin de construire comme autres irréductibles « les jeunes de cités », « les musulmans », « la femme voilée », ou encore « le garçon arabe ». Fondé sur un état de la littérature érudit, l’article permettra aux lecteurs et lectrices peu au fait de la prise en compte simultanée des divers rapports de domination (rassemblée sous le label de l’intersectionnalité) d’en saisir les enjeux au regard de la catégorie stéréotypée des « jeunes de cité ». Il permet également à l’ouvrage de ne pas faire l’impasse sur la figure de « la fille voilée », une figure qui non seulement est présentée comme un problème national mais qui pose également problème à de nombreux·se·s défenseur·e·s de l’analyse du quotidien et de l’attention aux voix minorisées contre les stéréotypes – parmi les sociologues « critiques », les féministes, les militant·e·s de gauche. Certes le texte déroge à l’exigence d’empirie de l’ensemble du livre, mais il est salutaire qu’il soit présent en son sein.

13En définitive, Filles et garçons des cités aujourd’hui, comme l’indique son titre, propose une mise à jour des connaissances sur les jeunes vivant dans des cités d’habitat social de la France contemporaine, au moyen d’études récentes globalement ancrées sur le plan empirique et soignées sur le plan de la forme. Cela n’est pas rien, et cela suffit à en faire un livre intéressant. On peut néanmoins regretter que la problématique de l’ouvrage ne soit pas plus affirmée et plus réflexive. Depuis les années 1980, les recherches sociologiques sur cette population sont si nombreuses qu’il aurait été utile d’en faire un bilan ; non seulement pour actualiser les savoirs à leur sujet mais aussi proposer une lecture critique de ce qui est désormais un domaine de recherche à part entière. Or, la problématisation du livre qui ne se positionne que contre « le sens commun » (alors même que celui-ci n’est pas réellement enquêté mais constitue un socle indéfini pour justifier l’entreprise de critique sociologique) empêche cette lecture rétrospective.

14Ainsi par exemple, la moitié des chapitres du livre présentent des enquêtes réalisées dans l’espace scolaire : dans un domaine de recherche ouvert par des spécialistes de la question scolaire (notamment François Dubet dans les années 1980, Stéphane Beaud dans les années 1990), cette permanence thématique et méthodologique « aujourd’hui » mériterait d’être interrogée.

15Par ailleurs, et de façon plus fondamentale, une exigence théorique est annoncée dans l’introduction générale qui ne fait pas l’objet d’une réelle analyse ni d’un réel positionnement au regard de la littérature existante. Il s’agit de prendre en compte la pluralité des rapports sociaux et leur imbrication, et ainsi de ne pas rabattre sous la classe sociale toute l’analyse de la domination. Le genre et la race sont pour cette raison présentés comme des concepts centraux, aux côtés de la classe sociale, pour l’ensemble de l’ouvrage. Et si les usages de l’un et l’autre sont plus ou moins forts selon les chapitres, il est vrai qu’ils n’en sont pas absents, comme cela a longtemps été le cas, et comme cela continue d’être le cas dans diverses monographies consacrées aux « jeunesses populaires ». On se demande alors pourquoi une telle exigence, présentée comme un fil rouge de l’ouvrage, n’est pas affirmée plus clairement dès son titre : celui-ci se contente de promouvoir la prise en compte des « filles » et des « garçons », de manière descriptive. Ce qui pose au moins deux problèmes.

16D’une part, un tel parti pris est pour partie défensif et il empêche de faire totalement voler en éclat le stéréotype, suggérant que celui-ci serait juste mais seulement pour une minorité des jeunes. Ainsi peut-on lire par exemple p. 12 : « […] la réalité empirique est plus complexe [que ce que laisse croire la catégorie ‘‘jeunes de cité’’]. Si une partie d’entre eux est connue et appréhendée comme dangereuse, une autre qui s’éloigne nettement de ces descriptions alarmistes reste tout simplement ignorée. Cette jeunesse ‘des cités’ dissimulée, camouflée, bref invisible, regrouperait une majorité de filles ou de jeunes femmes, d’étudiants et d’étudiantes, d’hommes et de femmes salariés, de militantes et de militants, d’entrepreneurs et d’entrepreneuses, etc. ». Le choix de faire reposer l’ensemble de l’ouvrage sur la mise au jour de la complexité du réel (des garçons et des filles) contre la caricature du stéréotype (les jeunes = les garçons), ou encore sur l’invisibilisation des « bons » jeunes au profit des « dangereux », valide en creux le bien-fondé du stéréotype pour décrire les individus qui ne sont pas étudiants, salariés, militants, entrepreneurs, etc.

17D’autre part, la description au cœur du titre de l’ouvrage est tronquée et dépolitisée, y compris au regard du champ de la recherche sociologique : point de race, ni même véritablement de genre (la mention des filles et des garçons n’est pas suffisante). Dans l’état de l’art proposé par Guérandel et Marlière en introduction, l’évolution des grilles d’analyse apparaît linéaire : « Si la question sociale a d’abord été largement privilégiée, la question raciale s’impose progressivement – mais non sans difficultés – comme une grille de lecture utile à l’analyse. Dans le même temps, des travaux déclinés au prisme du genre éclairent l’objet de façon nouvelle. De manière plus récente, des auteurs privilégient l’articulation des rapports de domination – le genre, la classe et la race – pour penser la singularité de la jeunesse des ‘‘cités’’ » (p. 13). Il semble ainsi que plus le temps passe, mieux on appréhende la complexité parce qu’on se dote d’une succession d’outils complémentaires : la race (« non sans difficultés » mais lesquelles ?), le genre (éternel nouveau dans la sociologie française) et maintenant l’intersectionnalité. En réalité, cela fait près de vingt ans que le genre, la race et l’analyse intersectionnelle s’efforcent de pénétrer un des bastions de la sociologie sans genre, sans race, à qui la classe sociale suffit à tout expliquer. Les tensions sont fortes à l’intérieur de ce domaine de recherche (et de la discipline sociologique en général) et ne sont pas sans faire écho à des tensions politiques qui participent à produire le stéréotype des « jeunes de cité ». Elles auraient mérité d’être réellement thématisées afin que la forme actuelle d’un domaine de recherche qui fait l’objet de nombreuses récupérations en dehors du monde académique soit plus précisément contextualisée.

Haut de page

Bibliographie

Cardi C., Pruvost G. (dir.), 2012, Penser la violence des femmes, Paris, La Découverte.

Guénif-Souilamas N., 1998, Artisanes de libertés tempérées, les descendants nord-africains en France entre sujétion et subjectivité, sous la direction de Michel Wieviorka, Paris, EHESS.

Guénif-Souilamas N., 2000, Des « beurettes » aux descendantes de migrants nord-africains, Paris, PUF.

Rubi S., 2003, De la loi du plus fort et de l’identité de « crapuleuses » : déviance et délinquance des adolescentes des quartiers populaires, sous la direction d'Éric Debarbieux, Bordeaux, université Bordeaux-II.

Rubi S., 2005, Les « crapuleuses », ces adolescentes déviantes, Paris, PUF.

Truong F., 2013, Des capuches et des hommes. Trajectoires de jeunes de banlieue, Paris, Buchet-Chastel.

Truong F., 2015, Jeunesses françaises. Bac+5 made in banlieue, Paris, La Découverte.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabelle Clair, « Carine Guérandel, Éric Marlière (dir.), Filles et garçons des cités aujourd’hui », Champ pénal/Penal field [En ligne], Vol. XV | 2018, mis en ligne le 17 avril 2018, consulté le 21 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/champpenal/9643

Haut de page

Auteur

Isabelle Clair

Chargée de recherche au CNRS - IRIS (UMR 8156 CNRS, EHESS, Paris-13, Inserm). Contact : isabelle.clair@cnrs.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Champ pénal

Haut de page
  • cnrs
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals