Navigation – Plan du site
Nouvelles recherches sur le catholicisme moderne, dossier coordonné par Bernard Hours

Femmes mystiques, femmes fondatrices : Marie du Bienheureux Amédée (1610-1670) et Antea Gianetti (1577-1630)

Mystical women, founding women : Marie du Bienheureux Amédée (1610-1670) et Antea Gianetti (1577-1630)
Elisabetta Lurgo
p. 7-96

Résumés

Au début du XVIIe siècle, la veuve Antea Gianetti est une figure familière de la vie religieuse de Turin. Fondatrice de confréries et directrice d’une ferme aux portes de la ville, gérée par les jésuites, qu’elle dirige avec une piété exemplaire, elle est également connue dans la capitale, où elle prêche parfois dans les rues, prônant la dévotion aux âmes du Purgatoire. À la cour de Victor-Amédée I de Savoie, on apprécie ses qualités de guérisseuse et son esprit de prophétie ; selon son hagiographe, elle aurait agi en ambassadrice des ducs de Savoie entre les cours de Mantoue, Modène, Florence, Milan et Rome. Aujourd’hui, elle est presque totalement oubliée : aucune biographie a été publiée après son décès et les sources qui la regardent sont très rares. Cependant, avec l’appui de la duchesse Christine, elle fut la fondatrice en titre du monastère des Capucines de Turin, qui ont gardé son souvenir : c’est de ce même monastère qui provient Marie du Bienheureux Amédée (Caterina Vercellone). Autrice d’une autobiographie dont nous pouvons lire le manuscrit autographe, Marie décrit longuement ses visions et ses colloques avec Dieu, ainsi que tous ce qui se passe à l'intérieur dans la petite communauté de religieuses. Elle finit par fonder elle-même un nouveau monastère de capucines, dans la ville de Mondovì. L’article suivant veut présenter ces deux singulières figures de femmes visionnaires dans leur rôle commun de fondatrices.

Haut de page

Texte intégral

1Dans cet article, j’aborderai brièvement le rôle de l’expérience mystique extatique dans le duché de Savoie entre le xviiᵉ et le xviiiᵉ siècles, notamment dans la fondation de monastères. Je m’intéresserai en particulier à deux figures de femmes fondatrices, la capucine Marie du Bienheureux Amédée et la laïque Antea Gianetti. Chacune à leur manière, elles profitent de leur renommée de visionnaires et de prophétesses pour promouvoir la fondation d’un monastère et pour plaider leur cause auprès des princes et de la noblesse : elles utilisent donc consciemment les dons que leur itinéraire mystique est censé leur conférer, pour parvenir à la fondation d’une nouvelle maison religieuse.

Marie du Bienheureux Amédée, les fondations monastiques au service de la pacification

  • 1 Voir Sabaudian studies : political culture, dynasty and territory, 1400-1700, Matthew Vester (éd.), (...)
  • 2 Voir Guido Quazza, « Guerra civile in Piemonte, 1637-1642 (nuove ricerche) », Bollettino Storico Bi (...)
  • 3 Voir Maria Teresa Silvestrini, La politica della religione. Il governo ecclesiastico nello Stato sa (...)
  • 4 Sur Christine de France (1606-1663) et sa régence, voir Alain Becchia et Florine Vital-Durand (éd.) (...)
  • 5 Voir Casa Savoia e Curia romana dal Cinquecento al Risorgimento, Jean-François Chauvard, Andrea Mer (...)

2Jusqu’à la fin du xviii siècle, le domaine piémontais de l’État de Savoie demeure un réseau de juridictions dont une bonne part est représentée par les fiefs impériaux et pontificaux. C’est pourquoi la définition complexe des domaines juridictionnels de l’Église et de l’État, notamment en ce qui concerne l’administration de la justice, est à l’origine de très longues controverses1. Avec Victor-Amédée Ier (1630-1637) puis avec la régence de Christine de France (1637-1642)2 et l’accession au pouvoir de Charles-Emmanuel II (1638-1675), l’autorité ducale commence à refuser les juges des tribunaux de l’Inquisition envoyés par Rome : parallèlement, on demande que les évêques des diocèses du duché soient approuvés par le duc3. Le conflit sur les tribunaux ecclésiastiques fait suite à la guerre entre Christine de France et ses beaux-frères, les cardinaux Thomas et Maurice de Savoie (1638-1642), guerre qui a de graves conséquences sur les rapports avec Rome4. À partir du règne de Charles-Emmanuel II, se déchaîne aussi un énorme débat autour de l’immunité ecclésiastique, favorisé par la réforme du système fiscal imposée par le duc ; cette réforme va être achevée par son fils, Victor-Amédée II (1675-1730), grâce à deux accords avec Rome, qui laissent néanmoins encore beaucoup de questions en suspens, notamment celle des immunités, qui ne sera tranchée qu’à la fin du xviii siècle5.

  • 6 Sur le mysticisme extatique et le prophétisme dans l’État de Savoie à l’époque moderne, je me perme (...)

3Il faut tenir compte de ce cadre lorsqu’on se rapporte aux deux femmes dont il sera question dans les paragraphes suivants, qui se situent en équilibre sur la frontière entre fidélité à Rome et loyauté au souverain6.

  • 7 Luigi Borriello et al. (éd.), Nuovo dizionario di mistica, Rome, Libreria Editrice Vaticana, 2016 ; (...)
  • 8 Originale delle Memorie in ordine alla Vita della vener. Madre suor Maria del B. Amedeo Vercellona, (...)
  • 9 Turin, Archivio di Stato [désormais AsTo], Materie politiche per rapporto all’interno, Lettere dive (...)

4Marie du Bienheureux Amédée semble reproduire les traits typiques du mysticisme féminin de l’âge baroque, sur lequel existe une très riche littérature7. La source principale sur cette personnalité est constituée par ses mémoires, qui tiennent à la fois de la biographie, du journal spirituel et de la chronique de la vie dans une communauté capucine : le manuscrit autographe a été découvert en 1999, chez un antiquaire ; il est conservé aujourd’hui dans le monastère des Capucines à Turin8. On possède également un fonds assez considérable de lettres de Marie, adressées à la famille des ducs de Savoie9.

  • 10 Voir Michel Merle, « The model of the holy Savoyard Prince. A religious discours for political ends (...)

5Née en 1610 d’une noble famille de Biella, petite ville située dans le duché de Savoie, Marie est baptisée sous le nom de Catherine Vercellone. Son père est un juriste célèbre de la ville et, tout comme sa femme, il appartient à la noblesse locale. Le 24 octobre 1627 Catherine entre dans le monastère du Saint Suffrage à Turin : elle est parmi les 15 premières novices du nouveau monastère qui vient d’être fondé. Elle prend le nom de Marie du Bienheureux Amédée : il s’agit d’un hommage au duc Amédée IX, dont la maison de Savoie propageait diffuser le culte, comme archétype du souverain dont l’action puise aux principes de la justice et de la piété, entendue à la fois comme dévotion à l’Église et comme exercice de la charité10.

  • 11 Voir Simona Cerutti, Mestieri e privilegi: nascita delle corporazioni a Torino (secoli xvii-xviii), (...)
  • 12 Constitutioni delle monache Cappuccine della Prima Regola di Santa Chiara del monastero della Madon (...)

6En 1639, au cours de la guerre contre la France, le monastère est détruit : jusqu’en 1650, les capucines sont accueillies d’abord dans une propriété du comte Solaro de Moretta, parent de la famille Vercellone, ensuite dans une maison appartenant à Antonio Carello, issu d’une famille de banquiers et marchands de Turin11. En 1641 Marie du Bienheureux Amédée est élue abbesse et elle rédige les constitutions du monastère, approuvées en 164212.

  • 13 Sur la culture biblique de Marie du Bienheureux Amédée, voir Sabrina Stroppa, « Le mistiche e la Bi (...)
  • 14 Voir Alfredo Cioni, Bibliografia de Le vite dei santi Padri volgarizzate da fra Domenico Cavalca, F (...)

7Marie commence à écrire ses mémoires le 15 juillet 1654. À l’évidence, elle a lu plus de livres qu’elle ne veut bien l’avouer13. Dans ses Mémoires, elle fait coïncider son premier souvenir avec la lecture d’un livre des saint Pères, imposée par la mère à la fille ; peut-être s’agit-il des Vitae Patrum dans la vulgarisation de Domenico Cavalca, réélaborée par Giovan Mario Verdizotti et imprimée en plusieurs éditions à partir du 157414 : par ailleurs, Marie reproche à sa mère de ne garder chez elle d’autres livres spirituels en dehors de celui-là et de l’Office de la Vierge.

  • 15 Voir S. Maria Maddalena de’ Pazzi : Revelationes et intelligentie, éd. Chiara Vasciavevo, Florence, (...)

8Lorsqu’elle décrit son itinéraire spirituel, avec ses visions et ses « conoscenze », ses pressentiments prophétiques, lorsqu’elle décrit ses pratiques de dévotion et ses éblouissantes méditations, Marie manifeste une réelle maîtrise du langage et du vocabulaire mystiques, fruit d’une sorte d’autoapprentissage laborieux. Même si elle ne cite explicitement aucune œuvre, elle connaît sans doute les écrits de Thérèse d’Avila et sa théorie des quatre passages dans la contemplation mystique ; et peut-être a-t-elle lu quelque chose à propos des extases de Maria Maddalena de’ Pazzi, ce qui n’aurait rien d’étonnant, vu qu’elle est dirigée presque exclusivement par des Carmes, si l’on exclut le père barnabite qui la dirigeait avant son entrée en religion15.

9Malgré ses déclarations d’obéissance et d’humilité, malgré son insistance presque obsessionnelle sur ses multiples péchés et sur son indignité, qui sont d’ailleurs topiques dans ce type de textes, Marie est tout à fait consciente du caractère exceptionnel de son expérience et bien persuadée que Dieu l’a choisie comme sa porte-parole. Elle écrit sur l’ordre de son directeur, le maître provincial des Carmes Déchaux en Piémont, et de Michele Beggiami, vicaire de l’archevêque de Turin, qui en 1657 devient à son tour évêque de Mondovì. En effet, la renommée de ses dons mystiques, notamment ses prophéties et ses visions, s’était déjà répandue au dehors du monastère, et n’avait pas manqué de susciter les soupçons de ses supérieurs. En 1655, on l’avait prévenue que l’archevêque de Turin envisageait de constituer auprès une commission auprès des pères jésuites du collège de Turin, afin pour examiner sa conduite et ses écrits : son directeur et le père provincial des Carmes lui avaient commandé d’être plus prudente et de ne plus se mêler des affaires qui ne concernaient pas la vie du monastère.

10Dans l’écriture de ses mémoires, Marie se dit assistée par la Vierge, Saint Joseph et le Saint Esprit : aux deux hommes qui lui ont ordonné d’écrire, fait écho cette sorte de sainte trinité qui lui apparaît en vision le jour même qu’elle va commencer son récit, pour l’assurer que tout se fait à la gloire de Dieu.

  • 16 Voir Enrico Stumpo, Finanza e Stato moderno nel Piemonte del Seicento, Rome, Istituto Storico per l (...)

11Marie du Bienheureux Amédée est consultée par la noblesse de cour car ses prières sont censées avoir un pouvoir thaumaturgique ; on lui attribue également le pouvoir de favoriser la fertilité et la naissance d’enfants. Dans ses visions, on retrouve quelques timides tentatives de critique de l’action politique des souverains, notamment dans le domaine des relations entre État et Église : elles plaident en faveur des intérêts de l’Église dans la controverse autour des immunités ecclésiastiques, controverse provoquée par la réforme fiscale prônée par Christine de France, qui vise à réduire les privilèges fiscaux de l’Église et à l’abolition du for ecclésiastique16.

  • 17 Voir Constitutioni delle monache Cappuccine della Prima Regola di Santa Chiara, del Monastero della (...)

12En 1654, Christine demande à Marie la guérison d’une de ses filles : en échange, celle-ci lui demande de solliciter la fondation d’un monastère de capucines dans le duché. La construction du nouveau monastère, sous la dédicace de Sainte Marie de la Consolation, est achevé en 165917. Avec la reconstruction du monastère de Saint Suffrage à Turin entre 1639 et 1650, elle Marie du Bienheureux Amédée pendant de longues années : dans ses lettres à Christine et à ses filles, elle revient plus d’une fois sur les difficultés qui accompagnent les deux entreprises.

13Lorsque la duchesse de Savoie, encouragée par Marie, entreprend les pourparlers pour fonder un nouveau monastère de capucines, elle songe d’abord à la ville d’Asti. Dans un premier temps, le Conseil de la ville apparaît favorable à l’idée d’accueillir une nouvelle institution religieuse au sein de la communauté d’habitants, au point que Marie du Bienheureux Amédée écrit à Christine :

  • 18 Lettere scritte dal monastero di Torino : à Christine de France, 6 août 1654.

Dalle risposte di lettere che hanno fatto quelli signori di Asti a V.A.R. circa il negozio che con affetto desidera di fondare il monastero di Cappuccine in quella città, ho veduto, come accettando il favor che V.A.R. li fa in prevalersi d’essi in opera tanto pia, danno volentieri il loro placito, per poter avere con il loro quello di Sua Santità18.

  • 19 Sur Amédée de Castellamonte (1613-1683), voir Andrea Merlotti et Costanza Roggero (éd.), Carlo e Am (...)

14Pour l’étude préparatoire à établissement destiné à la communauté religieuse, Marie demande à la duchesse d’envoyer à Asti le célèbre architecte Amédée de Castellamonte19. En novembre 1655, on signe un accord de vente valable pour six mois : quinze familles se disent disposées à envoyer leurs filles comme novices dans le monastère. Cependant, au printemps 1656, Marie, inquiète, écrit à Christine qu’on a réuni la somme demandée, mais que le Conseil de la ville n’a encore rien délibéré :

  • 20 Lettere scritte dal monastero di Torino : à Christine de France, 24 mars 1656.

Si è provveduto il danaro per pagar detta casa, hora che il tutto è pronto ho inteso che detti signori non ne vogliano far altro, e che a tal fine vanno prolongando di mandar tal atto di promessa, acciò non si mandi a Roma […] Perché V.A.R. deve sapere che il tempo della capitolazione della casa è non più di sei mesi, quali terminati sono nulle tali capitolazioni20.

15En effet, les conseillers de la ville, n’osant pas s’opposer directement à la volonté de la duchesse, ont tout simplement décidé de laisser passer le temps convenu, afin de rompre les termes de l’accord.

  • 21 Sur la diffusion de l’ordre de la Visitation, en France et dans l’État de Savoie, voir Bernard Domp (...)
  • 22 Voir Giorgio Lombardi (dir.), La guerra del sale (1680-1699). Rivolte e frontiere del Piemonte Baro (...)

16En mai 1656, Michele Beggiami devient l’évêque de Mondovì : il connaît très bien les capucines de Turin et il plaide leur cause auprès de la ville. Christine écrit au Conseil, afin d’éviter toute opposition à la fondation, qui est approuvée en décembre de la même année. La communauté s’installe dans une maison qui appartient à la famille Faussone, très influente dans la ville : le nouveau monastère est situé dans le quartier principal de Mondovì. Tant les Faussone que les Carello, qui avaient cédé aux capucines de Turin des maisons de leur propriété, appartiennent aux patriciats locaux et ont une longue tradition de conflits avec la cour. La famille Carello avait financé les cardinaux Maurice et Thomas, lors de la guerre qui les avait opposés à la régente : par ailleurs, en 1638 ils avaient vendu également deux de leurs maisons à Jeanne de Chantal, afin d’y installer le monastère de la Visitation21. À Mondovì, entre 1680 et 1699, les tensions avec l’autorité centrale avaient entraîné une révolte armée du patriciat local contre Turin : les prophéties et les visions de la mystique laïque Anna Maria Faussone avaient alors encouragé les inspirateurs de la révolte22. On pourrait émettre l’hypothèse, en effet, d’une stratégie de pacification mise en œuvre par l’autorité centrale, représentée dans ce cas par la régente, qui encourage les fondations d’instituts de réguliers, même à travers la stipulation de contrats de vente et les transferts de biens aux communautés religieuses.

17Le monastère de Sainte Marie de la Consolation à Mondovì est enfin ouvert en 1659 : Marie du Bienheureux Amédée en devient la supérieure. Elle continue d’avoir des visions mystiques et elle meurt en 1670 ; son corps est encore aujourd’hui exposé au monastère des capucines de Turin.

Antea Gianetti et le Saint-Suffrage de Turin

  • 23 Sur Antea Gianetti (1570-1630), voir Daniele Bolognini, « Madonna Antea da Brissago, tra le anime d (...)
  • 24 Turin, Archives du Monastère des Capucines de Borgo Po, Breve narratione di alcune azioni di Antea (...)

18Le monastère du Saint Suffrage, où Marie avait vécu ses premières décennies en religion, avait été établi à Turin au début du xvii siècle, à l’initiative d’Antea Gianetti23. D’origine très modeste, Antea est née à Lucques, en Toscane en 1577 : elle travaille elle-même comme tisseur et se marie à seize ans. Dès 1602, restée veuve, elle entre en relations avec les jésuites du collège d’Arone, près de Novare, notamment avec le père Girolamo Villani, qui devient son directeur spirituel. En 1617, bien avant sa mort, Villani rédige une biographie d’Antea demeurée inédite, principale source qui nous reste sur cette figure24.

  • 25 Breve narratione, livre III, chapitre XXIV.

19Antea se fait bientôt remarquer par ses expériences mystiques et par son existence ascétique : elle pratique également des exorcismes. Elle répugne à entrer dans une communauté religieuse, car « da Dio nostro Signore si sentiva chiamata a non rinchiudersi in luogho determinato25 ». Antea réunit des groupes de fidèles afin de gérer deux confréries qu’elle avait créées près de la ville de Novare, à Arone est à Sesto Calende, consacrées à la prière pour les âmes du purgatoire. Après un pèlerinage au Sacromonte de Varallo, elle rejoint son directeur, le jésuite Girolamo Villani, à Turin, sur le conseil d’un ange qui lui apparaît en vision, ainsi que le raconte elle-même à Villani :

  • 26 Idem, livre II, chapitre VII.

Mi trovava quattro giorni sono in Novara e, sentendomi stracca, havea determinato fermarmi due o tre giorni ; la notte, mentre dormiva, mi parve veder un angelo, che pigliatomi per un braccio, mi destava e diceva : vattene quanto prima per il tuo cammino, perché dopo cinque giorni si mostrerà quella reliquia [le Saint Suaire, qui devait être exposé à Turin] per la quale ti sei posta in cammino26.

  • 27 Idem, livre II, chapitre VIII.

20Les jésuites lui confient la direction d’une de leurs fermes à Settimo Torinese, aux portes de Turin : la renommée de Antea se répand rapidement, si bien que « si sparse voce come li padri havevano alla lor possessione mandato una donna di molta virtù, onde ogni giorno vi concorrevano povere donne afflitte e travagliate, per aiuto e consiglio27 ». Antea apprend la doctrine chrétienne aux gens qui travaillent dans la ferme, « che la temevano e l’amavano insieme » :

  • 28 Ibid.

Ogni sera prima che i servitori andassero a letto voleva che nella cappella si dicessero le litanie della Madonna e facesse ciascuno un poco di esame di coscienza e che ogni quindi giorni almeno una volta si confessassero. […] Introdusse in quei contorni, ove non era il lodevol costume, di sonare la sera intorno a mezz’hora l’Ave Maria de’ morti, e persuase a’ curati che le feste tutte dopo la messa per gl’istessi facesse da tutti recitare un De Profundis28.

  • 29 Idem, livre III, chapitre XXII.
  • 30 Idem, livre III, chapitre II.

21Elle prêche parfois dans les rues de Turin, ce qui apparaît déjà étonnant pour une femme et a fortiori pour une femme qui n’est affiliée à aucun ordre religieux : elle utilise des affiches ou des placards représentant des épisodes des évangiles et des vies des saints, sortes de drame figuré, et « fece stampar alcuni cartelli del seguente tenore : Pregate per le anime del purgatorio. Quali si attaccarono in luoghi pubblici della città, e principalmente alle porte delle chiese. Parte di questi mandò anche in varie terre, acciò maggiormente si propagasse questa sua santa divotione ». Elle est également l’auteur d’une sorte de feuille volante, imprimée en nombreux exemplaires et intitulée Scala della pazienza, qu’elle distribue « nelle case a particolari, dandoli loro il modo di poter resistere alle cose avverse di questo mondo29 ». Sur le conseil d’Antea, les frères de Saint Dominique consacrent un jour de chaque semaine aux prières en suffrage des defunts, devant le Saint Sacrement exposé dans leur église de Turin : « hebbero insieme vari discorsi, dopo quali si conchiuse di procurar che un giorno della settimana si esponesse il Santissimo Sacramento ad intenzione che si pregasse per le anime de’ defunti et all’istessa intenzione si dicessero parimente delle messe30. »

22Antea se fait bientôt des amitiés influentes à Turin : elle est appelée à la cour lorsqu’une des filles de Charles-Emmanuel Ier, la princesse Catherine, tombe malade. Antea prophétise sa guérison et la princesse la voit dans son rêve, lui donnant un médicament qui la libère de son mal :

  • 31 Idem, livre III, cap. I.

Antea sin dal principio del male mai se le partì di camera, anzi non permetteva l’inferma che si scostasse dal letto, volendo che di continuo sopra la fronte le tenesse la mano. Quanto più si disperavano della sua salute i medici, tanta maggior speranza concepiva Antea, qual hebbe più volte a dire al signor Duca, nella presenza de’ medici, si sarebbe nel sesto giorno partita la febbre […] Poco dopo la partenza de’ medici, prese sonno la principessa, e le parve che Antea le desse una bevanda, che ricevuta tutto il male cacciasse alle parti esterne e che l’istessa con un panno sottile le rasciugasse il corpo e del tutto la rendesse sana. Dormì ben due hore, dopo le quali sopravvenendo i medici con il signor Duca per un poco di strepito che si fece, si risvegliò, gridando ad alta voce : Antea m’ha risanata. S’accostarono al letto i medici e con stupor grande trovarono veramente che ella era senza febbre31.

23Sur l’ordre de Charles-Emmanuel, Antea commence une sorte de pèlerinage à la cour des Gonzague à Mantoue, à Milan auprès de l’évêque Frédéric Borromée, à la cour des Este à Modène, où elle prophétise la mort du duc François IV, à Florence, et à Rome. Partout, elle prend soin des intérêts des Savoie, encourageant les alliances et cherchant à introduire la paix entre la maison de Savoie et Rome grâce à son autorité de visionnaire et de thaumaturge.

  • 32 Les deux princesses étaient célèbres pour leurs pratiques de dévotion : voir Blythe Alice Raviola, (...)
  • 33 Voir E. Ann Matter, « Le cappuccine di Pavia: povertà, potere e patrocinio », in Gianna Pomata, Gab (...)
  • 34 Sur le monastère du Saint Suffrage à Turin, voir Luciano Tamburini, Le chiese di Torino dal Rinasci (...)

24Grâce à la protection des princesses Catherine et Marie de Savoie, filles de Charles-Emmanuel I32, Antea se consacre la fondation d’un monastère de capucines à Turin : les cinq premières mères proviennent de l’ancien monastère de Sainte Maria delle Pertiche à Pavie, fondé par les bénédictines aux VIIe siècle, ensuite géré par les cisterciennes et enfin, à partir de 1589, devenu un monastère de capucines33. En 1627, elles s’installent aux portes de Turin et elles accueillent quinze novices, dont Catherine Vercellone34.

25Antea séjourne avec régularité dans le monastère et apprend elle-même aux novices la dévotion aux âmes du purgatoire, se chargeant également de l’entretien de la communauté par le biais d’aumônes qu’elle sollicite auprès des dames de la cour et de la noblesse :

  • 35 Pier Giacinto Gallizia, Vita della venerabile serva di Dio, p. 182. Le monastère de Turin et celui (...)

Avendo molto contribuito alla fondazione di Torino la madre Antea, donna secolare di santa vita, e molto accreditata nella corte, da questa impararono le religiose la vera divozione alle anime purganti. Era Antea molto familiare di esse, che bene spesso le comparivano e però le soccorreva a tutto potere, e dimandava per esse limosine, con le quali faceva celebrare delle messe. Ma non contenta delle preghiere e penitenze ch’essa faceva, inspirava alle altre la stessa pratica35.

26Parmi les religieuses, se répand la voix qu’elle aurait reçu les stigmates :

  • 36 Breve narratione, livre IV, chapitre IV.

Una volta, per il freddo, se li erano gonfiate le mani, in modo che nel mezzo della parte di sopra, nell’una e nell’altra, si vedevano due come cicatrici. Pensarono diverse religiose, che le videro, che il Signore, come già a san Francesco et a santa Caterina da Siena, le havesse concesse le stigmate36.

27Dans une de ses lettres, Marie du Bienheureux Amédée évoque la dévotion qu’Antea a enseignée aux sœurs du monastère :

  • 37 Lettere scritte dal monastero : à Christine de France, 19 juin 1642.

Facio sapere a V.A.R. come già molti giorni sono si sono finite le messe qua alla nostra chiesa per l’elemosina che mandò di dieci doppie, conforme l’intenzione sua per la devotione fatta a madonna Antea et all’anime del purgatorio37.

28En effet, à Turin comme à la cour, Antea est regardée comme la fondatrice du monastère du Saint Suffrage. Dans une lettre patente de Charles-Emmanuel II, par laquelle il lui lègue des robes destinées aux capucines de Turin, on mentionne Antea comme la « fondatrice del convento delle cappuccine » :

  • 38 AsTo Camera dei conti Piemonte, Patenti controllo finanze, art. 689, v. 95, 1627, c. 179v : 22 mai (...)

Entrati e fatte passare in quelli del magnifico consigliere e tesoriere nostro general di militia signor Alberto Marchisio la somma di scudi cento d’oro e fiorini vintiquattro et ducatoni sessanta e fiorini deci otto e mezzo l’uno, per altre tanti che egli del denaro del partito de’ Carelli e particolari delli ducatoni delle stoffe, ci ha sborsati in proprie mani, e da noi fatti dare in tante robbe ad Antea fondatrice del convento delle cappuccine fuori di questa Città per servitio de’ vestiti e spesa del viver loro38.

29En effet, le duc ne manque pas de subventionner les aumônes d’Antea. Dans une lettre à la trésorerie ducale, en septembre 1626, il prescrit le versement d’une somme en sa faveur :

  • 39 Idem, v. 93, 1626, c. 42v : 12 septembre 1626.

Passate e entrate in quelli del magnifico illustre consigliere e tesoriere nostro generale di militia Marchisio duecento fiorini tredeci l’uno, da lui sborsati nelle nostre proprie mani e da noi fatti dare in limosina a madonna Antea39.

30En octobre 1628, à la demande d’Antea, Charles-Emmanuel lui règle une autre somme pour ses aumônes et pour l’entretien du monastère :

  • 40 Idem, v. 115, 1628, c. 122 : 24 octobre 1628.

Passate in quelli del magnifico consigliere e tesoriere nostro generale di militia signor Gioanni Ferrero la somma di ducatoni quattrocento da fiorini tredici l’uno, per altri tanti ch’egli ch’ha sborsati in proprie mani, e da noi fatti dare a madonna Antea in elemosina. De’ quali ducatoni 400 come sopra vogliamo che detto tesoriere con questo senz’altro resti appresso di noi scaricato ne’ suoi conti, sì come noi sin d’hora ve lo scarichiamo, che tal è nostra mente40.

  • 41 Bolognini, Madonna Antea, p. 171.

31Antea Gianetti meurt à Turin, le 7 mai 1630 : elle est inhumée dans la crypte du monastère du Saint Suffrage. Une inscription sur sa pierre tombale évoque sa figure, « singolare per l’integrità della vita, celebre per la pietà verso i defunti, promotrice indefessa di questa casa »41.

32La mémoire d’Antea est gardée par les capucines de Turin, mais elle s’efface rapidement au dehors de la communauté religieuse : sa biographie, que Villani n’avait pas achevée, demeure manuscrite et aucun autre auteur se charge de raviver la mémoire de ses actions et des dons mystiques qui l’avaient rendu célèbre. Pas plus que sur Marie du Bienheureux Amédée, sur Antea Gianetti ne s’ouvrira aucune enquête en vue d’une reconnaissance par l’Église de sa sainteté.

  • 42 Sur Miguel de Molinos, voir Adelisa Malena, « Molinos, Miguel de », in Adriano Prosperi (dir.), Diz (...)

33Après la mort de Marie du Bienheureux Amédée, les capucines et leurs directeurs, avec l’appui de la noblesse locale, solliciteront auprès de Michele Beggiami l’ouverture d’une enquête sur la vie et les vertus de Marie. Cependant, en 1687, l’Église de Rome condamne les œuvres de Miguel de Molinos, considéré comme le théoricien du « quiétisme »42 : les « quiétistes » étaient soupçonnés de mépriser l’autorité ecclésiastique, la contemplation se faisant en dehors de toute cadre institutionnel, et de prôner le refus de toute autre pratique à l’exception de l’oraison mentale ; par cette voie, l’oraison quiétiste parvenait à l’abandon au pêché sans consentement, car l’âme se retrouve dans un repos parfait et ne doit produire aucun acte, ni même opposer de la résistance face à la tentation.

34Dans les Mémoires de Marie du Bienheureux Amédée on ne relève, évidemment, aucune référence aux théories de Molinos : lorsque Marie parle de sa « preghiera di quiete », elle songe sans doute aux degrés de l’oraison résumés par la tradition carmélite, et notamment par Thérèse d’Avila. Mais plus d’un passage, dans son texte, est désormais devenu suspect, car elle semble, en effet atteindre ce que les autorités romaines reprochent aux femmes mystiques soupçonnées de « quiétisme » :

  • 43 Originale delle Memorie, p. 41, 83-85.

Mi cominciò la Regina de’ Cieli ad essermi così famigliare, che in tutte l’orazioni mie la sentivo appresso di me […] Con così bella e dolce assistenza, avevo io una lena grandissima nell’orazione mentale, che in quanto a me averei voluto che tutte quelle hore che si spendevano a dir l’officio in choro, l’avessimo spese in orazione mentale […] Parmi sin da quel ora sentissi nel mio interno gran mutazione, e risoluzioni di cominciar con altro modo di quello che sin all’ora avevo servito al Signore : sentivo però dentro di me che tal risoluzioni non procedevano da miei proponimenti, come segue nelle meditazioni ordinarie, ma erami state impresse nell’anima mia senza fatica, essendo effetti e vestigii cagionati da quel lume, con che Nostro Signore m’aveva con la predetta orazione illuminata […] questo giorno dunque fu come principio d’una nuova vita, perché piacque al Signore che da quell’ora in poi mi sentissi uno staccamento d’ogni affetto terreno, in modo che né anco alle cose ordinarie del monastero io non pensavo più […] Giunsi a termine che più non era in me discorso d’intelletto, o vero molto poco, atteso che, a pena entrata nell’orazione con picciol discorso, subito cessava, e mi trovavo trasportata in orazione di quiete, nella quale erano tanto efficaci gli effetti che operava in me, che sensibilmente mi sentivo infonder la grazia divina, la quale stampava nell’anima mia così vivi sentimenti di Dio, che posso dire in verità che anco in un anno, con tutte le diligenze possibili non sarebbe modo, o maniera d’imprimerli con tanta chiarezza così sode verità [...] Tali dunque furono l’orazioni, in che mi tratteneva quella divina bontà, in tutto il tempo ch’io non mi palesavo ancora col detto Padre [le confesseur ordinaire du monastère] ; perché se ben era di già confessore nostro, non di meno io avevo molto timore e rossore in scoprirli quello mi passava nell’anima43.

  • 44 Voir Gabriella Zarri, « Dalla profezia alla disciplina. 1450-1650 », in Lucetta Scaraffia, Gabriell (...)

35Quant à Antea Gianetti, femme laïque qui prêche dans les rues de Turin et apprend la dévotion aux religieuses, elle ne peut trouver aucune place dans une Église qui affiche la plus grande méfiance à l’égard des manifestations du mysticisme féminin, qui devraient demeurer reléguées derrières les murs des monastères, rigoureusement surveillées par les supérieurs ecclésiastiques44

Haut de page

Notes

1 Voir Sabaudian studies : political culture, dynasty and territory, 1400-1700, Matthew Vester (éd.), Kirksville, Truman State University Press, 2013 ; Marc Ortolani, Olivier Vernier et Michel Bottin, (dir.), Pouvoirs et territoires dans les États de Savoie : Actes du colloque international de Nice, 29 novembre-1er decembre 2007, Nice, Serre, 2010 ; Paola Bianchi (dir.), Piemonte come eccezione ? Riflessioni sulla « Piemontese exeception», Turin, Centro Studi Piemontesi, 2008 ; Paola Bianchi (éd.), Il Piemonte in età moderna : linee storiografiche e prospettive di ricerca, Turin, Centro studi piemontesi, 2007 ; Paola Bianchi (éd.), Enrico Stumpo : dall'Europa all'Italia. Studi sul Piemonte in età moderna, Turin, Zamorani, 2015 ; Paolo Cozzo, « Il confine fra geografia politica e geografia ecclesiastica nel Piemonte di età moderna : una complessa evoluzione », in Blythe Alice Raviola (éd.), Lo spazio sabaudo. Intersezioni, frontiere e confini in età moderna, Milan, Carocci, 2007, p. 195-206 ; Vittorio Tigrino, « Istituzioni imperiali per lo Stato sabaudo tra fine dell’Antico Regime e Restaurazione », in Matthias Schnettger, Marcello Verga (dir.), L’Impero e l’Italia nella prima età moderna, Bologne, Il Mulino, 2006, p. 179-240 ; Pierpaolo Merlin (éd.), Il Piemonte Sabaudo. Stato e territori in età moderna, in Giuseppe Galasso (dir.) Storia d’Italia, vol. VIII, Turin, UTET, 1994 ; Angelo Torre, « Faide, fazioni e partiti, ovvero la ridefinizione della politica nei feudi imperiali della Langhe tra Sei e Settecento », Quaderni Storici 63, 1986, p. 775-810. Sur la vie religieuse dans l’État de Savoie, voir Paolo Cozzo, Le geografia celeste dei duchi di Savoia. Religione, devozioni e sacralità in uno Stato di età moderna (secoli xvi-xvii), Bologne, Il Mulino, 2006, centré sur les dévotions de cour et les rituels civiques ; le point de vue des communautés locales est pris en compte, au contraire, par Angelo Torre, « Faith's boundaries: ritual and territory in rural Piedmont in the early modern period», in Nicholas Terpstra (dir.), Confraternities and Social Order in Early Modern Italy, Cambridge, Cambridge University Press, 1999, p. 243-261.

2 Voir Guido Quazza, « Guerra civile in Piemonte, 1637-1642 (nuove ricerche) », Bollettino Storico Bibliografico Subalpino 57-58, 1959-60

3 Voir Maria Teresa Silvestrini, La politica della religione. Il governo ecclesiastico nello Stato sabaudo del xviii secolo, Florence, Olschki, 1997 ; Guido Quazza, Le riforme in Piemonte nella prima metà del Settecento, Modène, Stem, 1957, 2 vol.

4 Sur Christine de France (1606-1663) et sa régence, voir Alain Becchia et Florine Vital-Durand (éd.), Édifier l’État : politique et culture en Savoie au temps de Christine de France, Publication du Laboratoire LLSETI - Université Savoie Mont Blanc, Chambéry, 2014 ; Claudio Rosso, « Le due Cristine : Madama Reale fra agiografia e leggenda nera », in In assenza del re : le reggenti dal xiv al xvii secolo (Piemonte ed Europa), Florence, Olschki, 2008, p. 367-392 ; Robert Oresko, « Princesses in Power and European Dynasticism : Marie-Christine of France and Navarre and Maria Giovanna Battista of Savoy-Genevois-Nemours, the Last Regents of the House of Savoy in their International Context », Ibid., p. 393-441 ; Alessia Porpiglia, « L’immagine storiografica di Cristina di Francia dall’Ottocento ad oggi », Ibid., p. 559-579 ; Gaudenzio Claretta, Storia della reggenza di Cristina di Francia duchessa di Savoia, con annotazioni e documenti, vol. I-II, Turin, Stab. Civelli, 1869. Sur Charles-Emmanuel II (1634-1675), voir Kristine Kolrud, The prolonged minority of Charles Emmanuel II, in Sabaudian Studies, op. cit., p. 191‑212 ; Gaudenzio Claretta, Storia del regno e dei tempi di Carlo Emanuele II, Turin, Regio Istituto de’ sordo-muti, 1877.

5 Voir Casa Savoia e Curia romana dal Cinquecento al Risorgimento, Jean-François Chauvard, Andrea Merlotti et Maria Antonietta Visceglia (dir.), Rome, École Française de Rome, 2015, notamment les articles de Paolo Prodi, « I concordati tra Savoia e Santa Sede. Linee interpretative generali », et Claudio Rosso, « La più gelosa materia che s’habbia la corte di Roma. I contrasti secenteschi fra Torino e Roma sull’immunità fiscale del clero », p. 293-300, 341-356 ; Angelo Torre, « Terre separate e immunità nel Piemonte di età moderna», Quaderni Storici, 131, 2009, p. 461‑492.

6 Sur le mysticisme extatique et le prophétisme dans l’État de Savoie à l’époque moderne, je me permets de renvoyer à mon article : « Prophétie féminine et autorité institutionnelle dans l’État de Savoie à l’époque moderne: hypothèses de recherche », Genre & Histoire, 14 (2014), [en ligne], http://genrehistoire.revues.org/194.

7 Luigi Borriello et al. (éd.), Nuovo dizionario di mistica, Rome, Libreria Editrice Vaticana, 2016 ; Giacomo Jori, Mistici italiani dell'età moderna, Turin, Einaudi, 2007 ; Jean-Pierre Albert, Le sang et le Ciel. Les saintes mystiques dans le monde chrétien, Paris, Aubier, 1997 ; Carlo Ossola (éd.), L’Anima in Barocco. Testi del Seicento italiano, Turin, Scriptorium, 1995 ; Giovani Pozzi et Claudio Leonardi (dir.), Scrittrici mistiche italiane, Gênes, Marietti, 1996 (première édition 1988).

8 Originale delle Memorie in ordine alla Vita della vener. Madre suor Maria del B. Amedeo Vercellona, Fondatrice delle Monache Capucine del Mondovì. Scritto di proprio pugno e charattere dalla Medema, ca. 1654-56. Il s’agît d’un volume de 176 pages ; la reliure est de la fin du xvii siècle et le texte, divisé en 72 chapitres, s’interrompt assez brusquement, on ne sait s’il existait un autre volume de mémoires ou si Marie les a laissées inachevées. Il en existe une copie du début du xviii siècle, aux archives du diocèse de Mondovì. Voir Nicola Gori (dir.), Nulla temo nell'obbedienza. Memorie della Venerabile Madre Maria del Beato Amedeo Vercellone, clarissa cappuccina del monastero di Nostra Signora del Suffragio di Torino, Rome, Edizioni San Clemente, 2007. Le livre de Nicola Gori présente une version révisée de l’autobiographie de Catherine, ainsi que ses lettres à la famille des ducs de Savoie. Voir également la biographie par Piergiacinto Gallizia, Vita della venerabile serva di Dio suor Maria del Beato Amedeo detta la Madre Vercellona di Biella, Turin, Stamperia Gianfrancesco Mairesse, 1726.

9 Turin, Archivio di Stato [désormais AsTo], Materie politiche per rapporto all’interno, Lettere diverse Real Casa, Lettere Santi, mazzo 1, fasc. 13 : Lettere scritte dal monastero di Torino e di Mondovì a Madama Reale da suor Maria Vercellone del Beato Amedeo cappuccina.

10 Voir Michel Merle, « The model of the holy Savoyard Prince. A religious discours for political ends », in Matthew Vester (ed.), Sabaudian Studies, op. cit., p. 151-66 ; Angelo Torre, « Atti per i santi, discorsi di santità. La beatificazione di Amedeo IX », Quaderni Storici, 102, 1999, p. 705-31.

11 Voir Simona Cerutti, Mestieri e privilegi: nascita delle corporazioni a Torino (secoli xvii-xviii), Turin, Einaudi, 1992 ; AsTo, Materie ecclesiastiche, Monache di qua da’ monti, Mazzo 2, Torino, Cappuccine : Atti di Antonio Carello contro le monache cappuccine di Torino, Turin, Biblioteca Reale, Manoscritti, Misc. 161, doc. 474 : Acquisto di casa in Torino pel convento delle Cappuccine, 1650.

12 Constitutioni delle monache Cappuccine della Prima Regola di Santa Chiara del monastero della Madonna Santissima del Suffragio eretto nella città di Torino, Turin, P. Francesco Zappata, 1695, M. Couret de Villeneuve & Joannes Rouzeau, Bibliotheca Carmelitana, notis criticis et dissertationibus.

13 Sur la culture biblique de Marie du Bienheureux Amédée, voir Sabrina Stroppa, « Le mistiche e la Bibbia nel Seicento », in Pietro Gibellini et Tiziana Piras (éd.), La Bibbia e la letteratura italiana, VI. Dalla Controriforma all’età napoleonica, Brescia, Morcelliana, 2017 ; Id., « Les cloîtrées italiennes et la lecture : les livres et le Livre », in Fabienne Henryot et Philippe Martin (éd.), Les femmes dans le cloître et la lecture (xvie-xixe s.), Paris, Beauchesne, 2017. Je remercie madame Stroppa, qui m’a permis de lire les deux textes avant leur publication.

14 Voir Alfredo Cioni, Bibliografia de Le vite dei santi Padri volgarizzate da fra Domenico Cavalca, Florence, Sansoni, 1962 ; voir aussi l’édition critique par Carlo Delcorno, Domenico Cavalca : Vite dei santi Padri, Florence, SISMEL-Edizioni del Galluzzo, 2009, 2 vol.

15 Voir S. Maria Maddalena de’ Pazzi : Revelationes et intelligentie, éd. Chiara Vasciavevo, Florence, Pagnini, 2016.

16 Voir Enrico Stumpo, Finanza e Stato moderno nel Piemonte del Seicento, Rome, Istituto Storico per la Storia Moderna e Contemporanea, 1979.

17 Voir Constitutioni delle monache Cappuccine della Prima Regola di Santa Chiara, del Monastero della Madonna Santissima della Consolata, eretto nella città di Mondovì, Mondovì, par F. Ghislandi, 1675.

18 Lettere scritte dal monastero di Torino : à Christine de France, 6 août 1654.

19 Sur Amédée de Castellamonte (1613-1683), voir Andrea Merlotti et Costanza Roggero (éd.), Carlo e Amedeo di Castellamonte : 1571-1683, ingegneri e architetti per i duchi di Savoia, Rome, Campisano, 2016.

20 Lettere scritte dal monastero di Torino : à Christine de France, 24 mars 1656.

21 Sur la diffusion de l’ordre de la Visitation, en France et dans l’État de Savoie, voir Bernard Dompnier et Dominique Julia (éd.), Visitation et Visitandines au xvii et xviii siècles, Université Jean Monnet, Saint-Étienne, 2001.

22 Voir Giorgio Lombardi (dir.), La guerra del sale (1680-1699). Rivolte e frontiere del Piemonte Barocco, Milan, Franco Angeli, 1986, 3 vol. Sur Anna Maria Faussone (1637-1697), voir Rosalba Davico, « L’anonimo mondovita e la sua storia : la “Relazione dei successi seguiti nella città e mandamento di Mondovì” », in La guerra del sale (1680-1699), op. cit., vol. III, p. 123-139.

23 Sur Antea Gianetti (1570-1630), voir Daniele Bolognini, « Madonna Antea da Brissago, tra le anime del Purgatorio e le corti italiane. Notizia e brani di un manoscritto inedito del 1617 », Rivista di Storia e Letteratura Religiosa, 47, 2011, p. 157-172.

24 Turin, Archives du Monastère des Capucines de Borgo Po, Breve narratione di alcune azioni di Antea Gianetti da Bressago. Villani est également l’auteur d’une Vita di Aurelio Archinto vescovo di Como (1544-1594), qui se trouve manuscrite à la Bibliothèque Universitaire de Pavie.

25 Breve narratione, livre III, chapitre XXIV.

26 Idem, livre II, chapitre VII.

27 Idem, livre II, chapitre VIII.

28 Ibid.

29 Idem, livre III, chapitre XXII.

30 Idem, livre III, chapitre II.

31 Idem, livre III, cap. I.

32 Les deux princesses étaient célèbres pour leurs pratiques de dévotion : voir Blythe Alice Raviola, « Venerabili figlie : Maria Apollonia e Francesca Caterina di Savoia, monache francescane, fra la corte di Torino e gli interessi di Madrid (1594-1656) », in José Martínez Millán, Manuel Rivero Rodríguez & Gijs Versteegen (éd.), La Corte en Europa: Política y Religión (Siglos xvi-xviii), II, Madrid, Polifemo, 2012, p. 887-910.

33 Voir E. Ann Matter, « Le cappuccine di Pavia: povertà, potere e patrocinio », in Gianna Pomata, Gabriella Zarri (éd.), I monasteri femminili come centri di cultura fra Rinascimento e Barocco, Rome, Edizioni di Storia e Letteratura, 2005, p. 313-326.

34 Sur le monastère du Saint Suffrage à Turin, voir Luciano Tamburini, Le chiese di Torino dal Rinascimento al Barocco, Turin, L’Angolo Manzoni, 2002², p. 148-150.

35 Pier Giacinto Gallizia, Vita della venerabile serva di Dio, p. 182. Le monastère de Turin et celui de Mondovì sont supprimés en 1802 ; les capucines rentrent à Turin en 1872.

36 Breve narratione, livre IV, chapitre IV.

37 Lettere scritte dal monastero : à Christine de France, 19 juin 1642.

38 AsTo Camera dei conti Piemonte, Patenti controllo finanze, art. 689, v. 95, 1627, c. 179v : 22 mai 1627.

39 Idem, v. 93, 1626, c. 42v : 12 septembre 1626.

40 Idem, v. 115, 1628, c. 122 : 24 octobre 1628.

41 Bolognini, Madonna Antea, p. 171.

42 Sur Miguel de Molinos, voir Adelisa Malena, « Molinos, Miguel de », in Adriano Prosperi (dir.), Dizionario storico dell’Inquisizione, Pise 2010, vol. 2, p. 1059-1060 ; sur la diffusion du quiétisme en Europe, voir Jean-Robert Armogathe, Le quiétisme, Paris, P.U.F., 1973 ; pour l’Italie, voir notamment Adelisa Malena, L’eresia dei perfetti. Inquisizione romana ed esperienze mistiche nel Seicento italiano, Rome, Edizioni di Storia e Letteratura, 2003 ; Sbrina Stroppa, Sic arescit. Letteratura mistica del Seicento italiano, Florence, Olschki, 1998, p. 79-125.

43 Originale delle Memorie, p. 41, 83-85.

44 Voir Gabriella Zarri, « Dalla profezia alla disciplina. 1450-1650 », in Lucetta Scaraffia, Gabriella Zarri (dir.), Donne e fede. Santità e vita religiosa in Italia, Rome-Bari, Laterza, 1994, p. 177-225 ; Ottavia Niccoli, « The end of prophecy », Journal of Modern History, 61/4, 1989, p. 667-682.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Elisabetta Lurgo, « Femmes mystiques, femmes fondatrices : Marie du Bienheureux Amédée (1610-1670) et Antea Gianetti (1577-1630) », Chrétiens et sociétés, 24 | 2017, 7-96.

Référence électronique

Elisabetta Lurgo, « Femmes mystiques, femmes fondatrices : Marie du Bienheureux Amédée (1610-1670) et Antea Gianetti (1577-1630) », Chrétiens et sociétés [En ligne], 24 | 2017, mis en ligne le 03 avril 2018, consulté le 22 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/chretienssocietes/4213 ; DOI : 10.4000/chretienssocietes.4213

Haut de page

Auteur

Elisabetta Lurgo

Université Savoie – Mont Blanc, LLSETI

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • OpenEdition Journals