Navigation – Plan du site
Approches transnationales du catholicisme contemporain, dossier coordonné par Bruno Dumons

Les circulations intra-ecclésiales europe-amérique latine au XXe siècle : un repérage dans l’historiographie francophone récente

Intra-ecclesial circulations between European and Latin American churches in the twentieth century: a survey in recent French-speaking historiography
Olivier Chatelan
p. 133-145

Résumés

Cet article propose un repérage historiographique sur la question pour le XXe siècle dans le but d’y voir un peu plus clair dans une production qui n’est certes pas très abondante s’agissant du nombre de publications francophones mais qui est suffisamment éclatée sur les plans éditorial, géographique et thématique pour qu’une telle synthèse soit devenue aujourd’hui utile. Les travaux récents se concentrent principalement autour de trois axes : l’activité des ordres religieux et des congrégations ; les contacts intellectuels vus comme des importations, du concile Vatican II à la théologie de la libération ; enfin de nouveaux chantiers : réseaux et inversion des termes de l’échange.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Par exemple : Jean-Pierre Bastian (dir.), La modernité religieuse en perspective comparée. Europe l (...)
  • 2 Christian Sorrel (dir.), Renouveau conciliaire et crise doctrinale. Rome et les Églises nationales (...)
  • 3 Bruno Dumons et Christian Sorrel (dir.), Gouverner l’Église catholique au xxe siècle. Perspectives (...)

1Le fait est paradoxal : si par son organisation bimillénaire et sa prétention à l’universalité, l’Église catholique semble devoir nécessairement être saisie à une échelle mondiale par les sciences humaines qui la prennent pour objet, il n’en a pas été ainsi si l’on en juge par les travaux des historiens français et plus largement européens. Dans l’historiographie du fait religieux contemporain, l’approche par le prisme national a été et reste largement dominante. Les tentatives de synthèse plus larges adoptent le plus souvent un cadre par grandes aires géographiques, identifiant explicitement des centres (Rome, l’Europe et ses marges anciennement christianisées) et des périphéries (terres de mission plus ou moins récentes), voire des « aires culturelles » existant en soi et présentées comme auto-suffisantes. Depuis quelques années, dans le sillage d’une histoire « globale » ou « connectée », mais sans s’y restreindre, des travaux en sciences humaines et sociales ont démontré à la fois l’intérêt heuristique d’un décloisonnement spatial et la fécondité d’une histoire du fait religieux par les circulations et les réseaux d’acteurs, qui met davantage en lumière transferts culturels, contacts et médiations, selon des logiques autant horizontales que pyramidales1. Plusieurs colloques organisés par des historiens ces deux dernières années ont clairement montré l’évidence d’une approche comparatiste englobant l’ensemble du monde catholique, qu’il s’agisse du fonctionnement et de la réception du concile Vatican II (1962-1965) et de ses lendemains2, de la gouvernance des évêques ou des réseaux d’experts3.

2Cet effort de relecture des échanges intra-ecclésiaux à une échelle transnationale est visible en particulier dans l’étude des rapports entre Europe et Amérique latine. Historiens, mais aussi sociologues, politistes et théologiens portent une attention croissante aux circulations transatlantiques dans le monde catholique. On proposera ici comme définition commode de ces circulations l’ensemble des déplacements d’hommes et de productions écrites (échanges de lettres, publications et traductions, rapports) qui s’effectuent en tous sens, donc en de possibles allers et retours et entre de multiples polarités : lieux d’enseignement et de formation, maisons religieuses, instances de décision de type Commission pontificale pour l’Amérique latine (CAL) ou CELAM, évêchés… Il ne s’agit pas seulement de flux, puisque sont pris en considération l’épaisseur culturelle et la dimension affinitaire des réseaux existants ou émergents. L’étude qualitative de ces circulations (statuts des acteurs, motifs du déplacement, place des « passeurs » et des intermédiaires religieux ou intellectuels) est donc considérée comme aussi pertinente, sinon davantage, que le seul recensement des déplacements d’un point à un autre.

3On souhaiterait par conséquent proposer ici un repérage historiographique sur la question pour le xxe siècle dans le but d’y voir un peu plus clair dans une production qui n’est certes pas très abondante s’agissant du nombre de publications francophones, mais suffisamment éclatée sur les plans éditorial, géographique et thématique pour qu’une telle synthèse soit devenue aujourd’hui utile.

  • 4 Pour le xxe siècle : Jean-André Meyer, Les chrétiens d’Amérique latine (xixe-xxe siècles), Paris, D (...)
  • 5 Richard Marin, Dom Helder Camara, les puissants et les pauvres. Pour une histoire de l’Église des p (...)
  • 6 Charles Antoine, Le sang des justes. Mgr Romero, les jésuites et l’Amérique latine, Paris, DDB, 200 (...)
  • 7 Anne Haller, Jean-Paul II et l’Amérique latine. La politique religieuse du Saint-Siège : mise au pa (...)
  • 8 Claudia F. Touris (éd.), « Religions et dictatures », Archives de sciences sociales des religions, (...)

4L’histoire de l’Église et plus largement des catholiques en Amérique latine au xxe siècle intéresse les historiens francophones du fait religieux contemporain depuis plusieurs années4. En témoignent à l’évidence les études centrées sur quelques grandes figures de l’épiscopat du sous-continent, dom Helder Câmara surtout5, mais aussi plus récemment Mgr Oscar Romero dans le contexte de son procès en béatification achevé en 20156. Les prises de position et le gouvernement des papes eux-mêmes sur le sous-continent ont également fait l’objet de travaux universitaires récents7. La période des dictatures, plus largement, malgré la question cruciale de l’accès aux sources, fait l’objet de relectures qui ne sont pas sans lien avec la demande très forte des familles de disparus pour retrouver la mémoire de ces années de plomb8.

5Concernant la question spécifique des circulations entre Europe et Amérique latine, les travaux récents se concentrent principalement autour de trois thématiques : l’activité des ordres et des congrégations ; les contacts intellectuels vus comme des importations, du concile Vatican II à la théologie de la libération ; enfin de nouveaux chantiers : réseaux et inversion des termes de l’échange.

Le rôle des ordres et des congrégations en Amérique latine au xxe siècle

  • 9 Signalons cependant, bien que les contacts soient abordés par la question des relations Amérique la (...)
  • 10 Denis Rolland, L’Amérique latine et la France. Acteurs et réseaux d’une relation culturelle, Rennes (...)

6L’histoire du clergé régulier en Amérique latine est un secteur traditionnel de l’histoire des missions et de l’acculturation. Nombreuses pour la période coloniale puis celle des indépendances, les études sont plus rares pour le xxe siècle9. Les effets du « moment 1905 » en France avec le grand exil des congrégations religieuses et ses prolongements dans l’entre-deux-guerres ont fait l’objet de plusieurs études, générales ou par pays, y compris dans le champ de l’histoire culturelle. Ainsi, dans son ouvrage sur l’histoire de l’influence de la France en Amérique latine, Denis Rolland propose un chapitre sur la place des congrégations françaises sur le sous-continent. La petite trentaine de congrégations masculines et féminines présentes dans les années 1920 dirigent pour la plupart d’entre elles des établissements d’enseignement à destination des élites et plusieurs contribuent à la formation des enseignants et du clergé local. L’historien perçoit dans ces contacts intellectuels le renforcement du conservatisme traditionnel des notables locaux. Religieux et religieuses distillent en effet généralement une vision de la France assez éloignée des Lumières. Cependant, la progressive intégration des communautés françaises et la baisse du recrutement amorcent un lent déclin de la francophonie et avec elle celle des échanges transatlantiques, visible par exemple dans la baisse sensible de l’achat de livres pour les bibliothèques. Au total, vues d’Europe, les relations entre la France et l’Amérique latine au cours des années 1920-1960 restent très périphériques, après des échanges intellectuels et religieux réguliers au xixe siècle et avant la fascination du modèle cubain à partir de 195910.

  • 11 Camille Foulard, « Les congrégations enseignantes françaises dans la tourmente mexicaine : un exemp (...)
  • 12 Claire Pic, Les dominicains de Toulouse au Brésil (1881-1952) : de la mission à l’apostolat intelle (...)
  • 13 Jeffrey Klaiber, Historia contemporánea de la Iglesia católica en el Perú, Lima, Fondo editorial de (...)

7La première moitié du siècle fait cependant l’objet d’études récentes par pays, qui nuancent une vision homogène du sous-continent. Au Mexique étudié par Camille Foulard, de nombreuses congrégations enseignantes s’implantent entre 1880 et 1906, prolongeant une tradition missionnaire française ancienne. Mais à partir de 1910, la Révolution prend pour cible privilégiée l’Église catholique accusée d’obscurantisme et d’entrave à l’unité du pays. Dans l’entre-deux-guerres, les religieux se trouvent progressivement écartelés entre l’injonction romaine de boycott des institutions scolaires socialistes et le maintien d’une œuvre par ailleurs fortement soutenue par la République laïque française en raison du rayonnement culturel que permet, à frais réduits, la présence des congrégations11. La thèse récente de Claire Pic sur les dominicains au Brésil, qui débute avec l’installation de frères de la province de Toulouse dans le diocèse de Goiás en 1881, examine quant à elle les stratégies missionnaires mises en œuvre sur plus d’un demi-siècle. L’apostolat intellectuel des frères prêcheurs, au départ empreint de romanité et de rejet d’un catholicisme teinté d’idolâtrie, se heurte à des difficultés d’incompréhension culturelle qui obligent à un changement de regard. L’échec de l’imposition d’un modèle a pour effet une ouverture au recrutement local qui redéfinit les contours de la mission et explique la création d’une province brésilienne en 195212. Le cas des congrégations européennes et nord-américaines présentes au Pérou est plus particulièrement documenté grâce à une synthèse récente (en langue espagnole) de l’historien Jeffrey Klaiber. Lors de la période du renacimiento católico comme après les encycliques de Pie XII et Jean XXIII appelant à l’aide le clergé européen et nord-américain (à l’origine d’une nueva ola misional), religieux et religieuses venus de l’étranger participent directement et activement à la vie religieuse des diocèses, des Augustins aux Jésuites, des Salésiens aux Ursulines13.

L’importation de contacts intellectuels, du Concile Vatican II à la théologie de la libération

  • 14 Olivier Compagnon, Jacques Maritain et l’Amérique du Sud. Le modèle malgré lui, Villeneuve d’Ascq, (...)
  • 15 Denis Pelletier, Économie et Humanisme. De l’utopie communautaire au combat pour le tiers-monde 194 (...)

8Cette tendance séculaire d’importation, sinon systématiquement des modèles, du moins des pratiques et des courants intellectuels en vogue en Europe, souvent avec des décalages chronologiques, se manifeste également par d’autres formes et d’autres types de militantisme catholique. Olivier Compagnon s’est fait l’historien de la diffusion de la pensée néo-thomiste de Jacques Maritain en Amérique du Sud en prenant en considération à la fois l’évolution de la pensée du philosophe et sa réception par le biais de supports d’influence variés (publications, conférences, cours, rencontres, correspondances, visites de part et d’autre de l’Atlantique), le conduisant à démontrer l’existence certes de filiations mais aussi de quiproquos ou de franches résistances de la part de disciples de la première heure14. De la même façon, à partir de la fin des années 1940 et un premier séjour de Louis-Joseph Lebret au Brésil, l’implantation d’équipes Économie et Humanisme via la SAGMACS et ses enquêtes pour le compte d’autorités civiles (États du Brésil, ministères de l’Éducation dans les pays andins) témoigne elle aussi d’une européanisation de méthodes et de positionnements théoriques dans le petit monde des aménageurs et des agents de la planification dans plusieurs pays d’Amérique latine jusque dans les années 1960, avant la généralisation des dictatures15.

  • 16 Olivier Compagnon, « L’Amérique latine », op. cit.
  • 17 Pierre Sauvage, « Les Latino-américains dans le groupe “Jésus, l’Église et les pauvres” durant le C (...)
  • 18 Silvia Scatena, In populo pauperum. La Chiesa latinoamericana dal Concilio a Medellín (1962-1968), (...)

9Le Concile marque une autre étape-clé de ces échanges. En rassemblant à plusieurs reprises dans une même unité de lieu une bonne partie de l’épiscopat mondial, Vatican II marque un tournant dans les échanges entre Églises latino-américaines et européennes. Une mise au point bien documentée figure dans le tome 13 de l’Histoire du christianisme des origines à nos jours sous la plume d’Olivier Compagnon16. Les différentes commémorations qui ont accompagné le cinquantième anniversaire du Concile ont donné lieu à quelques études un peu fines sur les contacts établis entre les épiscopats latino-américains et européens (et aussi nord-américains) lors de sessions romaines. Il faut citer d’abord les actes publiés de la journée internationale d’étude « Vatican II et l’Amérique latine » organisée par le Centre d’études missiologiques Vincent Lebbe de Louvain-la-Neuve en juin 2013. La contribution de Pierre Sauvage en particulier recense les interventions et les demandes émanant du groupe « Jésus, l’Église et les pauvres » dans lequel les évêques latino-américains sont actifs, au premier rang desquels dom Helder Câmara17. De façon plus générale, la création de la Conférence épiscopale brésilienne (CNBB) en 1952 puis celle du Conseil épiscopal latino-américain (CELAM) en 1955 ont très probablement apporté aux évêques du sous-continent présents au Concile une expérience de la collégialité qui a pu faciliter les échanges et les rencontres, dans les différentes commissions dans lesquelles ces évêques sont présents comme en dehors. Enfin, la traduction et l’adaptation des décisions conciliaires aux réalités du sous-continent, lors de la IIe Conférence générale de l’épiscopat latino-américain à Medellín à l’été 1968, a retenu l’attention des chercheurs à juste titre, donnant lieu à des travaux récents de grande ampleur, hélas non disponibles en français18.

10Cependant, c’est surtout la théologie de la libération qui apparaît comme un point de contact entre les deux rives de l’Atlantique. Il serait hors de propos dans le cadre de ce repérage de redonner les principaux traits et les jalons de l’histoire d’un courant qui n’est pas seulement une pensée théologique par ailleurs plurielle, mais également un mouvement social qui a précédé, nourri et accompagné pour une large part les publications des théologiens. On se contentera ici de signaler des travaux universitaires qui soulignent les circulations transatlantiques (et au-delà) dans l’élaboration et la diffusion de la théologie de la libération, alors même que sur le moment, bien des théologiens ont prétendu construire une théologie à distance de l’Europe à partir de constats élaborés régionalement.

  • 19 Michaël Löwy et Jesús Garcia-Ruiz, « Les sources françaises du christianisme de libération au Brési (...)
  • 20 Voir l’entretien éclairant mené par Sabine Rousseau, Henri Burin des Roziers, Comme une rage de jus (...)
  • 21 Michael Löwy, La guerre des dieux. Religion et politique en Amérique latine, Paris, Éditions du Fél (...)

11À vrai dire, la mise en évidence de racines extra-latino-américaines de la théologie de la libération n’est pas nouvelle. Dans un article de 1997, Michael Löwy et Jesús Garcia Ruiz identifiaient des continuités entre, d’une part, la diffusion au Brésil de plusieurs courants de la pensée théologique ou plus largement intellectuelle française depuis la fin du xixe siècle et, d’autre part, l’émergence de la démocratie chrétienne par les réseaux maritainiens évoqués plus haut, puis la constitution d’une gauche catholique sensible aux idées de Mounier ou de Lebret et l’essor de théologies de la libération à partir de 197019. Cette intuition fondamentale a été prolongée. Dans son essai sur le christianisme de libération, Michael Löwy a montré les convergences historiques entre un contexte de profonds bouleversements sociaux et politiques en Amérique latine (industrialisation, critique du développementisme, intensification des luttes sociales sur fond de guerre froide) et un processus de radicalisation de la culture catholique chez certains mouvements laïques, en particulier la Jeunesse universitaire catholique (JUC) brésilienne, et la présence ou l’influence directe de groupes européens engagés dans le « changement social » du sous-continent : des experts (économistes, sociologues, avocats20, urbanistes) ; prêtres, religieux et religieuses œuvrant dans les paroisses et les communautés ecclésiales de base (CEB) dans les quartiers pauvres des grandes villes ou au contraire dans les zones rurales dominées par les grands propriétaires21. De façon récurrente, ces travaux insistent donc sur des échanges entre Europe et Amérique latine qui, au fond, s’effectuent avec un sens de prédilection : de l’Europe vers l’Amérique latine. Ce modèle centre-périphérie tend toutefois à être nuancé par la mise au jour de circulations plus complexes, comme le démontrent plusieurs travaux récents ou en cours.

Un nouveau chantier : réseaux et inversion des termes de l’échange

  • 22 Olivier Compagnon, « Le 68 des catholiques latino-américains dans une perspective transatlantique » (...)
  • 23 Edwige Lino, L’Amérique latine d’après les revues Études, Esprit, Économie et Humanisme entre 1950 (...)
  • 24 Olivier Chatelan et Pedro Tapia, « La CFDT du Rhône en contexte international : l’aide aux réfugiés (...)
  • 25 Olivier Compagnon, « Le 68 des catholiques latino-américains », op. cit. ; Élodie Giraudier, « Le t (...)

12Pour le second xxe siècle tout particulièrement, les échanges intra-ecclésiaux entre Europe et Amérique latine ne se limitent plus à des mobilités à sens unique – globalement de Rome ou des vieilles chrétientés vers le Nouveau monde – mais empruntent des chemins de traverse voire s’inversent. C’est ce que montre Olivier Compagnon de façon très suggestive à propos de circulations transatlantiques très diverses22 : celles par exemple liées à la théologie de la libération, que des travaux universitaires récents et en cours envisagent depuis la France ou en allers et retours23 ; d’autres moins connues, comme les réseaux de l’intégrisme catholique ou, à l’inverse, les « catholiques de gauche » que fréquente par exemple le fondateur du MAPU chilien Jacques Chonchol après son exil en France. Hors de l’Église, mais sur ses marges, les circulations existent bel et bien dans les deux sens. Ainsi, à la CFDT (où militent un grand nombre de classes moyennes catholiques dans les années 1970), des visites transatlantiques sont organisées au début des années 1980 entre sections locales françaises et chiliennes pour soutenir le syndicalisme réprimé par le régime de Pinochet24. De même, les développements de la démocratie chrétienne en Amérique latine sont envisagés par leurs réseaux transnationaux25.

  • 26 Camila Bessa, Qu’est-ce que le christianisme de libération ? Charles Antoine, un passeur entre la F (...)
  • 27 Caroline Sappia et Paul Servais (dir.), Les relations entre Louvain et l’Amérique latine. Entre éva (...)
  • 28 Caroline Sappia, Le Collège pour l’Amérique latine de Louvain et son ancrage au Brésil : outil d’un (...)
  • 29 Pour les plus importantes : Obra de cooperación sacerdotal hispano-americana (OCSHA), Collegium pro (...)
  • 30 Luis Martinez Saavedra, La conversion des Églises latino-américaines. De Medellín à Aparecida, 1968 (...)
  • 31 Pour le CEFAL : Olivier Landron, « Les prêtres Fidei Donum : l’exemple français », Histoire et Miss (...)

13Dans cette perspective, certains lieux jouent le rôle de plaque tournante et leur étude permet d’envisager véritablement les circulations dans les deux sens. Ces lieux peuvent être des revues, à l’instar de DIAL (1971-2000), fondée par le prêtre Charles Antoine à son retour du Brésil après six ans de travail à São Paulo comme « Fidei Donum » et qui a constitué une source majeure d’information pour l’Église de France et plus largement pour les médias français sur la situation politique des pays d’Amérique latine26. Ils peuvent être aussi des institutions comme l’Université catholique de Louvain. Fréquenté par des étudiants latino-américains, ce pôle d’enseignement et de recherche constitue un relais majeur des échanges catholiques transatlantiques. Tout ce qui compte comme personnalités de premier plan à cheval entre les deux rives de l’Atlantique au cours des années 1950-1980 (sociologues, théologiens, évêques, cadres de l’Action catholique ou de la démocratie chrétienne) sont passées par ses murs pour leur formation, leurs engagements professionnels ou des conférences, sans pour autant que Louvain devienne un foyer de la théologie de la libération27. C’est également à Louvain que le Collège pour l’Amérique latine forme et envoie vers l’Amérique latine les prêtres diocésains belges, voire ponctuellement des clercs venus d’autres pays européens : depuis 1952, date de sa création, le COPAL est un puissant vecteur des échanges missionnaires transatlantiques dans le monde catholique28. Mais, à l’exception du cas belge, on en sait relativement peu sur l’histoire des organismes d’envoi de prêtres diocésains créés par les épiscopats européens (et nord-américains) après la publication de l’encyclique Fidei Donum de 195729. Un bel effort de publication des témoignages de membres du clergé français partis en Amérique latine depuis les années 1960 a été réalisé par les éditions Karthala dans la collection « Signes des temps »30. Mais les travaux scientifiques ne sont pas très nombreux31.

  • 32 « Clercs entre Europe et Amérique latine : acteurs, circulations, engagements (des années 1950 à la (...)
  • 33 Maurice Cheza, Luis Martínez Saavedra, Pierre Sauvage (dir.), Dictionnaire historique de la théolog (...)
  • 34 Maurice Demers, La parole militante ! L’engagement missionnaire contre les dictatures latino-améric (...)

14Il est délicat de conclure sur un sujet qui retient l’attention d’un nombre croissant de chercheurs et pour lequel les chantiers commencent à s’ouvrir (colloques sur les circulations et les engagements du clergé entre Europe et Amérique latine dans la seconde moitié du xxe siècle et sur catholicisme progressiste en Europe et en Amérique latine entre les années 1950 et 198032, publication d’un Dictionnaire historique de la théologie de la libération33). Enfin, il faut signaler que des recherches similaires se développent au Québec. Plusieurs travaux envisagent l’histoire missionnaire contemporaine des prêtres canadiens-français en Amérique latine dans la perspective d’échanges en allers et retours34.

  • 35 Olivier Chatelan, « Michel Quoist, François Houtart. Deux itinéraires entre sociologie religieuse e (...)

15Il s’en faut de beaucoup que cet engouement ne soit qu’un effet de mode à l’heure de plusieurs anniversaires liés à cette thématique (60 ans de l’encyclique Fidei Donum du pape Pie XII en 2017, 50 ans de la Conférence générale de l’épiscopat latino-américain de Medellín en 2018), voire un simple opportunisme éditorial au moment où un Latino-américain occupe le siège pontifical. Au contraire : les travaux qui s’amorcent exigeront une rigueur toujours plus fine tant ces circulations paraissent complexes et diverses, structurées par des pôles intellectuels à la fois européens (Rome et Louvain, mais aussi Madrid, Paris, Lyon, Vérone) et latino-américains (Cuernavaca, Petrópolis, Bogotá, les sièges des principales conférences épiscopales et les diocèses d’accueil) et par des personnalités fréquemment entre deux mondes et deux cultures (comme bien des théologiens de la libération ou nombre d’experts35). À condition toutefois que de tels chantiers soient rendus possibles par l’accessibilité des fonds d’archives : celle-ci est souvent problématique dès lors que l’historien s’intéresse à des événements d’un passé pas si lointain et encore très sensible sur les plans politique et religieux.

Haut de page

Notes

1 Par exemple : Jean-Pierre Bastian (dir.), La modernité religieuse en perspective comparée. Europe latine-Amérique latine, Paris, Karthala, 2002 ; Ariel Colonomos, Églises en réseaux : trajectoires politiques entre Europe et Amérique, Paris, Presses de Sciences Po, 2000 ; Florian Michel, La pensée catholique en Amérique du Nord. Réseaux intellectuels et échanges culturels entre l’Europe, le Canada et les États-Unis (années 1920-1960), Paris, DDB, 2010 ; Paulo G. Pinto, « Religious Pilgrimage », in Akira Iriye and Pierre-Yves Saunier (ed.), The Palgrave Dictionnary of Transnational History. From the mid-19th Century to the Present Day, New York, Palgrave Macmillan, 2009, p. 901-904.

2 Christian Sorrel (dir.), Renouveau conciliaire et crise doctrinale. Rome et les Églises nationales (1966-1968), Lyon, LARHRA, 2017.

3 Bruno Dumons et Christian Sorrel (dir.), Gouverner l’Église catholique au xxe siècle. Perspectives de recherches, Lyon, LARHRA, 2015 ; Olivier Chatelan (dir.), L’expertise urbaine dans le monde catholique francophone au xxe siècle, Chrétiens et Sociétés xvie-xxie siècles, 21, 2014. Voir également le dossier « L’espace de la mission » coordonné par Jean-Michel Vasquez dans Histoire, Monde et Cultures religieuses, 37, mars 2016.

4 Pour le xxe siècle : Jean-André Meyer, Les chrétiens d’Amérique latine (xixe-xxe siècles), Paris, DDB, 1991 ; « L’Amérique latine », in Jean-Marie Mayeur, Charles Piétri, André Vauchez, Marc Vénard (dir.), Histoire du christianisme des origines à nos jours, t. 12 Guerres mondiales et totalitarismes (1914-1958), Paris, Desclée-Fayard, 1990, p. 941-1022 ; Olivier Compagnon, « L’Amérique latine », ibid., t. 13 Crises et renouveau : de 1958 à nos jours, Paris, DDB, p. 509-577.

5 Richard Marin, Dom Helder Camara, les puissants et les pauvres. Pour une histoire de l’Église des pauvres dans le Nordeste brésilien, Paris, Éditions de l’Atelier, 1995 ; dans une ligne moins scientifique : François Lefeuvre (dir.), Guy-Marie Riobé, Helder Camara. Ruptures et fidélité d’hier et d’aujourd’hui, Paris, Karthala, 2011.

6 Charles Antoine, Le sang des justes. Mgr Romero, les jésuites et l’Amérique latine, Paris, DDB, 2000 ; Roberto Morozzo della Rocca, Mgr Oscar Romero, Paris, DDB, 2015. Pour une étude plus large des modèles de martyr en Amérique latine, de José Marti à Camilo Torres Restrepo : Caroline Sappia (dir.), À l’image d’Oscar Romero : héros, prophètes et martyrs d’Amérique latine, Louvain-la-Neuve, Éditions Academia, 2010.

7 Anne Haller, Jean-Paul II et l’Amérique latine. La politique religieuse du Saint-Siège : mise au pas, restauration, dynamiques, Paris, L’Harmattan, 2008.

8 Claudia F. Touris (éd.), « Religions et dictatures », Archives de sciences sociales des religions, 170, avril-juin 2015 ; Stéphane Boisard et al. (éd.), « L’Amérique latine des régimes militaires », Vingtième Siècle, 105, janvier-mars 2010, avec en particulier les contributions de Loris Zanatta sur le mythe de la nation catholique en Argentine et de Richard Marin sur le revirement de l’Église catholique pendant la dictature brésilienne ; Agnès Casado, « Le pèlerinage des jeunes à Luján (Argentine) durant la dictature militaire », in Luc Chantre, Paul d’Hollander et Jérôme Grévy (dir.), Politiques de pèlerinage du xviie siècle à nos jours, Rennes, PUR, 2014, p. 189-197.

9 Signalons cependant, bien que les contacts soient abordés par la question des relations Amérique latine-Afrique : Amérique latine et initiatives missionnaires (xvie-xxe siècles). Actes de la XIIIe session du CREDIC à Huelva, collection du CREDIC, n° 11, Lyon, 1994.

10 Denis Rolland, L’Amérique latine et la France. Acteurs et réseaux d’une relation culturelle, Rennes, PUR, 2011.

11 Camille Foulard, « Les congrégations enseignantes françaises dans la tourmente mexicaine : un exemple de politique internationale (1900-1940) », Bulletin de l’Institut Pierre Renouvin, 22, automne 2005, p. 141-154.

12 Claire Pic, Les dominicains de Toulouse au Brésil (1881-1952) : de la mission à l’apostolat intellectuel, thèse, Université Toulouse 2-Le Mirail, 2014.

13 Jeffrey Klaiber, Historia contemporánea de la Iglesia católica en el Perú, Lima, Fondo editorial de la Pontificia Universidad Católica del Perú, 2016, en particulier p. 13-50 et 113-130.

14 Olivier Compagnon, Jacques Maritain et l’Amérique du Sud. Le modèle malgré lui, Villeneuve d’Ascq, Septentrion, 2003.

15 Denis Pelletier, Économie et Humanisme. De l’utopie communautaire au combat pour le tiers-monde 1941-1966, Paris, Cerf, 1996, p. 289-328 ; Licia Valladares, « Louis-Joseph Lebret et les favelas de Rio de Janeiro (1957-1959) : enquêter pour l’action », Genèses, 60, 2005/3, p. 31-56.

16 Olivier Compagnon, « L’Amérique latine », op. cit.

17 Pierre Sauvage, « Les Latino-américains dans le groupe “Jésus, l’Église et les pauvres” durant le Concile Vatican II », in Henri Derroitte (dir.), Vatican II et l’Amérique latine, Cahiers internationaux de théologie pratique (série « Actes », n° 10), 2016, p. 17-44.

18 Silvia Scatena, In populo pauperum. La Chiesa latinoamericana dal Concilio a Medellín (1962-1968), Bologne, Il Mulino, 2007.

19 Michaël Löwy et Jesús Garcia-Ruiz, « Les sources françaises du christianisme de libération au Brésil », Archives de sciences sociales des religions, 97, 1997, p. 9-32. Voir également le travail de prosopographie plus récent de Malik Tahar Chaouch, La théologie de la libération en Amérique latine. Champ et paradigme d’une expression historique, thèse de doctorat en sociologie, Université Paris 3 – Institut des Hautes Études de l’Amérique latine, 2005.

20 Voir l’entretien éclairant mené par Sabine Rousseau, Henri Burin des Roziers, Comme une rage de justice, Paris, Cerf, 2016.

21 Michael Löwy, La guerre des dieux. Religion et politique en Amérique latine, Paris, Éditions du Félin, 1998, p. 62-77.

22 Olivier Compagnon, « Le 68 des catholiques latino-américains dans une perspective transatlantique », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [en ligne], Materiales de seminarios, 2008 (http://nuevomundo.revues.org/47243).

23 Edwige Lino, L’Amérique latine d’après les revues Études, Esprit, Économie et Humanisme entre 1950 et 1973, maîtrise d’histoire, Université Paris 1-Panthéon Sorbonne, 2002 ; Bérénice Velez, La réception française de la théologie de la libération. Dynamique et enjeux du transfert culturel en temps de « crise » (1965-1979), mémoire de master en histoire, Université Paris 1-Panthéon Sorbonne Paris 1, 2006. Ce travail est significatif de ce changement de paradigme puisque cette chercheuse a soutenu un mémoire de maîtrise portant sur la dynamique inverse : Bérénice Velez, Les Pères Congar et Chenu et l’Amérique latine. Contribution à la généalogie de la théologie de la libération, maîtrise d’histoire, Université Paris 1-Panthéon Sorbonne, 2005. À suivre également la thèse de doctorat d’histoire en cours de Guillermo Augusto Munera Dueñas sur la réception de la théologie de la libération en France.

24 Olivier Chatelan et Pedro Tapia, « La CFDT du Rhône en contexte international : l’aide aux réfugiés chiliens », dans Jean-François Cullafroz et Yves Krumenacker (dir.), CFDT 1968-2018 Rhône-Alpes-Auvergne. Transformer le travail, transformer la société ? Des luttes autogestionnaires au réformisme, Lyon, Éditions de la Chronique sociale, 2018 (à paraître).

25 Olivier Compagnon, « Le 68 des catholiques latino-américains », op. cit. ; Élodie Giraudier, « Le transnationalisme démocrate-chrétien. L’exemple du Chili », Matériaux pour l’histoire de notre temps, n° 119-120, 1er semestre 2016, p. 17-23 ; « À la gauche du Christ ? Le 68 des catholiques chiliens », L’Ordinaire des Amériques, n° 217, 2014 [en ligne] (http://orda.revues.org/1580).

26 Camila Bessa, Qu’est-ce que le christianisme de libération ? Charles Antoine, un passeur entre la France et l’Amérique latine, Paris, Karthala, 2016.

27 Caroline Sappia et Paul Servais (dir.), Les relations entre Louvain et l’Amérique latine. Entre évangélisation, théologie de la libération et mouvements étudiants, Louvain-la-Neuve, Academia Bruylant, 2006 ; Caroline Sappia, « Un Institut des hautes études doctrinales pour l’Amérique latine à Louvain ? Reflet des conflits idéologiques latino-américains à l’Université catholique de Louvain (1964-1970) », Histoire et Missions Chrétiennes, 14, 2010/2, p. 125-144.

28 Caroline Sappia, Le Collège pour l’Amérique latine de Louvain et son ancrage au Brésil : outil d’un projet d’Église, 1953-1983, thèse de doctorat, Université catholique de Louvain, 2013 (en cours de publication).

29 Pour les plus importantes : Obra de cooperación sacerdotal hispano-americana (OCSHA), Collegium pro America Latina (COPAL, Louvain), Comitato episcopale italiano per l’America Latina (CEIAL), Latin America Bureau (LAB) états-unien, Canadian Catholic Office for Latin America (OCCAL), Bischöfliche Kommission für Lateinamerika (pour la République fédérale allemande).

30 Luis Martinez Saavedra, La conversion des Églises latino-américaines. De Medellín à Aparecida, 1968-2007 (2011) ; Petites Sœurs de Jésus, En Amazonie, renaissance de la tribu indienne des Tapirapé (2011) ; Susana Bleil, Vie et luttes des Sans-Terre au sud du Brésil : une occupation au Paraná (2012) ; Pierre Dubois, Un prêtre français au Chili, 50 ans au service du monde ouvrier (2012) ; François d’Alteroche, Des Monts d’Aubrac au cœur des Andes, semeur d’espérance, 50 ans en Amérique Latine (2012) ; Gabriel Maire, Un prêtre français assassiné au Brésil, 1936-1989 (2013) ; José Fuquen et Marie Legrand, Michel Jeanne : un prêtre français en terre ouvrière de Colombie, 1970-2003 (2014) ; Luis Martinez (dir.), Chemin de la théologie chrétienne en Amérique latine (2014) ; Jean-Louis Genoud, Éducateur de la solidarité, un prêtre français en Amérique centrale de 1969 à 2012 (2014) ; Gabrielle Etchebarne, Sur les pas des disparus en Argentine (1976-1983) (2015) ; Robert Dumont (dir.), Femmes uruguayennes sous la dictature (1973-1985) : enlèvements, viols et tortures (2015) ; Sylvie Viaud, Teresita, la théologie de la tendresse (2015) ; Chantal Gourdon, Marie-Thérèse Grimault et Jacqueline Louvigné, Femmes en chemin avec les peuples de l’Équateur et du Nicaragua : des religieuses françaises en Amérique latine (2016) ; Diana Beatriz Viñoles, Lettres d’Alice Domon, une disparue d’Argentine (2016) ; François Glory, Mes trente ans en Amazonie brésilienne au service des communautés de base (2016) ; Bernardo Colmenares Gomez (dir.), Échange entre les diocèses de Troyes et de Medellin (2016) ; Marie Emmanuel Crahay, Nos soixante ans au Brésil, Un sacerdoce vécu au féminin (2016) ; Xavier de Maupeou, Un Français évêque au Brésil questionne son Église (2017). Signalons également, par un ancien responsable du CEFAL : Bertrand Jégouzo, Tous frères et sœurs. Chroniques d’un prêtre du xxe siècle, Edilivre, 2017.

31 Pour le CEFAL : Olivier Landron, « Les prêtres Fidei Donum : l’exemple français », Histoire et Missions Chrétiennes, 5, 2008/1, p. 153-171 ; Xavier Garbit, L'activité missionnaire de l’Église de France en Amérique latine. Du CEFAL au « Pôle Amérique latine » du Service national de la Mission universelle, mémoire de master 2 de droit canonique, Université de Strasbourg, 2015 ; Céline Burnel, Les prêtres Fidei Donum du diocèse de Quimper de 1957 à nos jours, mémoire de master 1, Université de Bretagne occidentale, 2012 ; Thomas Lalire, Au nom du Père, du Fils et de l’Unité. Entre engagement local et réseau transnational : la place des prêtres Fidei Donum français au sein de l’Église catholique chilienne (1963-1987), mémoire de séminaire, IEP, Lyon, 2012 ; Olivier Chatelan, « Rationaliser et développer des circulations missionnaires de prêtres séculiers français par-delà l’Atlantique : aux origines du Comité épiscopal France-Amérique latine », in Catherine Foisy (dir.), La mission dans tous ses états. Circulations et échanges transnationaux au xxe siècle, Paris, Karthala (à paraître). Pour le CEIAL : Maria Chiara Rioli, « Una Caminhada nel solco del Concilio. L’esperienza dei sacerdoti e laici fidei donum in Brasile », in Matteo Al Kalak (a cura di), Una chiesa nel tempo. Clero, cattolici ed episcopato a Modena dalla restaurazione al Concilio Vaticano II, Roma, Edizioni di Storia e Letteratura, 2014, p. 169-186.

32 « Clercs entre Europe et Amérique latine : acteurs, circulations, engagements (des années 1950 à la fin des années 1990) », colloque international organisé par Olivier Chatelan, Maria Paula Nascimento Araujo et Christian Sorrel, Lyon, 1er et 2 juin 2017 ; « Progressive Catholicism in Europe and Latin America, 1950s-1980s. Social Movements and transnational Encounters », colloque organisé par Kim Christiaens, Jan De Maeyer, Jacques Haers, Peter Heyrman, Gerd-Rainer Horn, Kristien Justaert et Leo Kenis, KU Leuven, 27-29 mai 2018.

33 Maurice Cheza, Luis Martínez Saavedra, Pierre Sauvage (dir.), Dictionnaire historique de la théologie de la libération. Les thèmes, les lieux, les acteurs, Paris, Lessius, 2017.

34 Maurice Demers, La parole militante ! L’engagement missionnaire contre les dictatures latino-américaines (1959-1990), Québec, PU de Laval, 2015 ; Catherine LeGrand, « L’axe missionnaire catholique entre le Québec et l’Amérique latine. Une exploration préliminaire », Globe : revue internationale d’études québécoises, vol. 12, n° 1, 2009, p. 43-66 ; Catherine LeGrand and Fred Burrill, « Progressive Catholicism at Home and Abroad : The “Double Solidarité” of Quebec Missionaries in Honduras (1955-1975) », in Karen Dubinsky, Adele Perry and Henry Yu (ed.), Within and Without the Nation : Canadian History as Transnational History, Toronto, University of Toronto Press, 2015 ; Gilles Routhier, « L’Amérique du Sud : nouvel horizon missionnaire de l’Église du Québec au xxe siècle » (inédit, gracieusement communiqué par l’auteur).

35 Olivier Chatelan, « Michel Quoist, François Houtart. Deux itinéraires entre sociologie religieuse et désir d’Amérique latine », Revue d’histoire ecclésiastique, 112, 1-2/2017, p. 215-238.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Chatelan, « Les circulations intra-ecclésiales europe-amérique latine au XXe siècle : un repérage dans l’historiographie francophone récente », Chrétiens et sociétés, 24 | 2017, 133-145.

Référence électronique

Olivier Chatelan, « Les circulations intra-ecclésiales europe-amérique latine au XXe siècle : un repérage dans l’historiographie francophone récente », Chrétiens et sociétés [En ligne], 24 | 2017, mis en ligne le 04 avril 2018, consulté le 19 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/chretienssocietes/4222 ; DOI : 10.4000/chretienssocietes.4222

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • OpenEdition Journals