Navigation – Plan du site
Dossier bibliographique
Recensions

Bruno Maës, Les livrets de pèlerinage. Imprimerie et culture dans la France moderne, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2016, 342 p.

Yves Krumenacker
p. 188-190

Texte intégral

1Ce livre est la version remaniée d’un mémoire d’habilitation à la direction de recherches, soutenu en 2013 à l’université Lyon 2. Il repose sur un corpus de 596 livrets de pèlerinage, allant de 1483 à la Révolution, destinés à un seul sanctuaire, ayant une taille variable (de 4 à plus de 800 pages) et d’un format permettant de les porter sur soi. Ce corpus est décrit à la fin de l’ouvrage selon un découpage géographique par département, sans malheureusement toujours assez de précision (il manque quelquefois le nombre de pages, ou le format). L’aire géographique retenue est la France actuelle, ce qui pose problème car cela fait coexister des territoires qui communiquaient peu entre eux et, surtout, mutile la « dorsale catholique » ; or la confrontation avec les protestants et la formation d’une identité confessionnelle sont au cœur du questionnement de B. Maës. L’essentiel est en effet la problématique : l’auteur entend se situer dans le sillage d’Alphonse Dupront et il se propose, à partir de ces livrets, de réfléchir au passage d’une culture orale, où les contes mythiques sont associés à des gestes et des paroles magiques, à une culture écrite, où les livrets peuvent être lus en solitaire, avant ou après, aussi bien que pendant le pèlerinage. En ce sens, peu importe que l’étude ne porte que sur une toute petite minorité de lieux de pèlerinage, car ne l’intéressent que ceux qui ont fait naître des manuels. Une très importante bibliographie est mise à contribution par l’auteur, ce qui lui permet de mettre constamment en rapport les livrets avec l’évolution de la piété, de l’hagiographie, du culte des reliques et des saints, des dévotions catholiques, au risque cependant que disparaisse leur spécificité ; ces sources s’ajoutent alors à d’autres, étudiées par d’autres historiens, notamment les livres de piété, et renforcent – ce qui n’est évidemment pas négligeable – les grandes conclusions de l’historiographie la plus contemporaine (par exemple, sur l’apprentissage de la lecture, ou sur la critique des reliques au temps des Lumières).

2Une première partie examine les livrets par eux-mêmes, en séparant bien ceux qui relèvent d’une culture humaniste et ceux qui appartiennent à une culture partagée, expressions préférées avec raison à celles de culture des élites et culture populaire. On en apprend beaucoup : sur les auteurs d’abord, qui appartiennent à toutes les familles spirituelles ; en revanche, on a du mal à savoir pourquoi ils écrivent, en dehors de la recharge en sacralité et de la publicité pour les sanctuaires ; peut-être une recherche systématique des liens entre les auteurs de livrets et les gestionnaires des sanctuaires aurait-elle permis d’aller plus loin. L’étude de l’évolution de la forme des livrets est également très intéressante, avec l’apparition progressive de notes marginales et infrapaginales, le recours à des miracles historiques plus qu’à des légendaires, le développement de la partie consacrée aux prières, etc. On voit bien comment les livrets concourent au processus de civilisation décrit par N. Elias, une référence très présente chez B. Maës, en proposant une intériorisation de la piété à l’occasion d’une démarche, le pèlerinage, qui se situe en principe à l’opposé d’une piété intérieure, mais qui la favorise pourtant à la fin de la période. La seconde partie propose un découpage en trois séquences qui ont une certaine pertinence, non sans poser problème : si les périodes 1480-1560 et 1660-1790 se défendent (encore que, pour la dernière, une coupure vers 1740 aurait pu apparaître), la phase 1560-1660 est problématique : ce serait « le temps des controverses », alors qu’il est souvent question de « religion baroque » à partir de 1600. La conclusion de cette partie, p. 218, montre que la question n’est pas simple : « au temps des controverses, et surtout à l’âge baroque, [les livrets] deviennent le support d’une pratique dévotionnelle qui fait fonction de figure de proue de l’identité catholique ». La question est d’importance, car il s’agit de savoir ce qui est l’essentiel : la dévotion véhiculée par les livrets, et dans ce cas le passage à l’âge baroque serait à valoriser, ou l’affrontement confessionnel, qui justifie la périodisation finalement retenue, mais pose problème : pourquoi ne pas aller alors jusqu’à la révocation de l’édit de Nantes ? Il faudrait préciser en quoi le protestantisme est important ; certes, l’insistance sur les points contestés, les reliques, l’intercession des saints et de la Vierge, les miracles, contribuent à renforcer l’identité catholique, mais il est frappant de constater qu’il y a peu de livrets en zone de confrontation confessionnelle, en dehors du cas de Saumur. De manière générale, la carte des livrets par département montre que le « croissant protestant » a relativement peu de livrets de pèlerinage. Invoquer, comme le fait l’auteur, la « frontière de catholicité », est trop général, car cela peut renvoyer aussi bien à une présence proche des protestants qu’à une présence fantasmée ou, dans des zones de reconquête, à une présence ancienne.

3On voit bien, à travers cette étude, une tension croissante entre les progrès d’un discours institutionnel logique et rationnel (encore que, même à la fin du xviiie, il soit assez divers), et la résistance des croyances et des pratiques pèlerines, entre une volonté grandissante d’apporter des preuves des « vrais » miracles et un besoin de sacralité qui ne s’embarrasse pas de vérité formelle. Mais quelle est la part des livrets de pèlerinage dans ce passage d’une religion orale, collective, magique, à une religion plus intellectualisée, plus personnelle, plus spirituelle ? Le livre ne nous le dit pas vraiment. Trop souvent, on a l’impression d’avoir une réflexion générale sur l’évolution des dévotions catholiques à l’époque moderne, fondée certes sur les livrets de pèlerinage, mais aussi sur bien d’autres sources et sur les travaux de nombreux historiens du christianisme. Le sujet est important, mais on voit mal alors en quoi ces livrets font mieux qu’accompagner le processus. Il n’en reste pas moins qu’à la fin de l’ouvrage, nous en avons appris beaucoup sur ce genre particulier et jusque-là assez délaissé par les historiens.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yves Krumenacker, « Bruno Maës, Les livrets de pèlerinage. Imprimerie et culture dans la France moderne, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2016, 342 p. », Chrétiens et sociétés, 24 | 2017, 188-190.

Référence électronique

Yves Krumenacker, « Bruno Maës, Les livrets de pèlerinage. Imprimerie et culture dans la France moderne, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2016, 342 p. », Chrétiens et sociétés [En ligne], 24 | 2017, mis en ligne le 12 avril 2018, consulté le 21 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/chretienssocietes/4253

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • OpenEdition Journals