Navigation – Plan du site

AccueilNuméros25DossierL’Église de Lyon en ses paroisses...

Dossier

L’Église de Lyon en ses paroisses : catholicisme et espace urbain sous l’épiscopat du cardinal de Bonald

The Church of Lyon in its parishes: Catholicism and urban space under the episcopate of Cardinal de Bonald
Christian Sorrel
p. 9-21

Résumés

L’article étudie la politique de création de paroisses sous l’épiscopat du cardinal de Bonald entre 1839 et 1870 (18 paroisses en 1839, 30 en 1870). Il met en évidence la capacité de réponse, au moins partielle, de l’Église catholique confrontée à une croissance urbaine rapide avec le soutien de l’administration préfectorale et des élites sociales, soucieuses de pacifier la cité. Il tente aussi d’évaluer, en termes statistiques, les disparités de l’encadrement clérical selon les quartiers. Puis il prend un exemple de création de paroisse, celle de l’Immaculée Conception, sur la rive gauche du Rhône.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 André Encrevé, Philippe Boutry (dir.), La Religion dans la ville, Bordeaux, Éditions Bière, 2003, 2 (...)
  • 2 Pierre-Yves Saunier, « L’Église catholique et l’espace de la grande ville au xixe siècle : Lyon et (...)
  • 3 Anne-Sophie Piquet, « L’activité paroissiale du cardinal de Bonald sur la rive gauche du Rhône », m (...)

1Une thèse a longtemps dominé l’historiographie du catholicisme à l’époque contemporaine : l’Église du xixe siècle n’aurait pas su prendre en compte la croissance urbaine et, de ce fait, aurait perdu le contact avec plusieurs groupes sociaux, en premier lieu les ouvriers1. Sans avoir totalement disparu, celle-ci a été largement révisée et la situation lyonnaise, des années 1840 aux années 1860, apparaît particulièrement révélatrice de la volonté de la hiérarchie ecclésiastique de suivre l’urbanisation en cours ou, tout au moins, de tenter de le faire en modifiant les circonscriptions paroissiales et en construisant des églises2. Un nouveau cadre pastoral est ainsi défini dont il est possible d’évoquer quelques caractéristiques, sans prétendre à l’exhaustivité, en dressant le bilan de l’œuvre du cardinal de Bonald à la fin de son épiscopat, qui coïncide avec les dernières heures du régime impérial, et en présentant un exemple de paroisse nouvelle sur la rive gauche du Rhône, celle de l’Immaculée Conception3.

L’œuvre du cardinal de Bonald

  • 4 Joannès Blanchon, Le Cardinal de Bonald, archevêque de Lyon, sa vie et ses œuvres, Lyon, Bauchu, 18 (...)

2Quand Mgr de Bonald, évêque du Puy, est transféré sur le siège primatial des Gaules le 4 décembre 1839, Lyon compte dix-huit paroisses. À sa mort, le 25 février 1870, elle en dénombre trente. Cette augmentation est une réponse immédiate à la croissance démographique de la cité qui absorbe en 1852 les communes de Vaise, La Croix-Rousse et La Guillotière. Elle a été voulue par l’archevêque, venu du légitimisme, administrateur et pasteur avant tout, attentif aux problèmes sociaux et désireux de s’entendre avec les autorités politiques, qui sont tout aussi décidées à prendre appui sur la hiérarchie catholique, par-delà les tensions ou les conflits, de la Monarchie de Juillet au Second Empire4.

  • 5 Jacques Gadille (dir.), Lyon, Paris, Beauchesne, 1983, p. 208-228 (coll. « Histoire des diocèses de (...)
  • 6 Bernard Delpal (dir.), Matériaux pour l’histoire religieuse du peuple français xixe-xxe siècles, t. (...)
  • 7 Jacques-Olivier Boudon, Paris capitale religieuse sous le Second Empire, Paris, Cerf, 2001, p. 220- (...)

3L’initiative lyonnaise s’inscrit dans une conjoncture favorable où l’Église commence à recueillir les fruits de la reconstruction post-révolutionnaire opérée dans le cadre concordataire de 1801-18025. L’appui d’une large fraction des notables lui est acquis, comme le montre la place prise dans la cité par la Congrégation des Messieurs. La pratique religieuse s’élève et les ordinations sacerdotales progressent, malgré un tassement de la courbe de 1825 à 1855, en attendant l’apogée de la décennie 18606. Mais Lyon n’est pas isolée et le mouvement de création de paroisses, dans les campagnes autant que dans les villes, est national. L’Église et l’État cherchent à suivre la poussée démographique et à corriger la forte réduction du nombre de paroisses par rapport à l’Ancien Régime décidée au début du siècle par le Premier Consul pour des raisons budgétaires. La spécificité urbaine n’est cependant pas ignorée, comme le confirme l’exemple de Paris où cinq paroisses sont créées entre 1852 et 1854 en attendant une restructuration globale des circonscriptions en 1856 puis 1860, après l’annexion des communes suburbaines7.

  • 8 Adolphe Vachet, Les Paroisses du diocèse de Lyon. Archives et antiquités, Abbaye de Lérins, Imp. Be (...)
  • 9 Jean-Michel Leniaud, L’Administration des Cultes pendant la période concordataire, Paris, Nouvelles (...)

4Le réaménagement du territoire lyonnais, plus précoce, mais aussi moins complet qu’à Paris, est engagé dès l’arrivée de Mgr de Bonald, qui anticipe la fusion communale de 1852. Le réseau paroissial dont il hérite a été mis en place pour l’essentiel par la création en 1803 de seize circonscriptions8 et retouché en 1826 par l’adjonction de deux autres (Saint-Charles, Saint-Pothin). Toutes, sauf deux (Notre-Dame – Saint-Louis, Saint-Pothin), se situent entre le Rhône et la Saône et sur la rive droite de la Saône. Conformément à la distinction prévue par le concordat, seize sont des cures, de première ou de seconde classe, neuf depuis 1803 et sept depuis 1827-1828, tandis que les deux dernières créations sont des succursales. Les premières disposent de moyens financiers plus importants et leurs titulaires (curés), dont la nomination est soumise à l’administration des Cultes, bénéficient de l’inamovibilité. Il n’en est pas de même pour les succursales, qui sont moins bien dotées par l’État et dont les pasteurs (desservants) sont librement nommés et déplacés par l’archevêque9.

  • 10 Françoise Bayard, Pierre Cayez (dir.), Histoire de Lyon, t. 2, Le Coteau, Horvath, 1990, p. 241-299

5De 1841 à 1861, Mgr de Bonald, promu cardinal en 1841, érige canoniquement douze paroisses, quatre de 1841 à 1846, huit de 1851 à 1861. La rive gauche du Rhône monopolise la moitié des créations (Saint-André, Saint-Maurice, Immaculée Conception, Rédemption, Saint-Vincent-de-Paul, Sainte-Anne du Sacré-Cœur). Les pentes et le plateau de la Croix-Rousse bénéficient de quatre nouvelles circonscriptions (Saint-Bernard, Bon Pasteur, Saint-Eucher, Saint-Augustin), tandis que Vaise en obtient une (Annonciation) et le sud de la Presqu’île une autre dans le voisinage de la gare de Perrache (Sainte-Blandine). La chronologie des érections suit de près les rythmes de la démographie et de la construction urbaine, tout en prenant sans doute aussi en compte les enjeux politiques autour de la Croix-Rousse, devenue une priorité de l’ordre urbain depuis 183110.

  • 11 Le mouvement de construction s’interrompt alors jusqu’à la Séparation des Églises et de l’État (36 (...)

6Au total, en vingt ans, la transformation du réseau paroissial est profonde avec une densification de la Presqu’île et de la rive droite de la Saône (22 paroisses au lieu de 16) et un quadrillage de la rive gauche du Rhône, où la taille de plusieurs paroisses laisse entrevoir des divisions ultérieures (8 au lieu de 2). L’année 1861 marque cependant le terme de la période de création voulue par le cardinal de Bonald, même si trois des six projets réalisés après la chute du régime impérial, à la faveur de l’Ordre moral, sont préparés à la fin de son épiscopat11. Il s’agit, pour l’heure, de stabiliser les acquis et d’achever la construction des édifices cultuels dans une conjoncture rendue moins favorable par les tensions politiques autour de la Question romaine et les difficultés économiques croissantes.

  • 12 Archives municipales de Lyon, 1 S 00007 (carte réalisée en 1868, avec indication de la population f (...)
  • 13 Ordo divini officii ad usum Sanctae Lugdunensis Ecclesiae, Lyon, Jean-Baptiste Pelagaud, 1868 (avec (...)

7Si le nombre moyen d’habitants par paroisse reste stable (10 215 en 1825, 9959 en 1866, soit le niveau de population des plus modestes circonscriptions parisiennes), il n’en est pas de même pour le différentiel entre la paroisse la moins peuplée et la paroisse la plus peuplée (18 335 en 1825, 21 759 en 186612). L’écart est tout aussi important, et même plus, si l’on se place dans le cadre des conférences ecclésiastiques, définies par l’autorité diocésaine13. La conférence de la Guillotière, qui couvre toute la rive gauche du Rhône, abrite en effet près de 31% de la population fixe recensée en 1866 dans ses huit paroisses, alors que les autres conférences en possèdent de 10% (Saint-Jean-Baptiste, quatre paroisses) à 19% (Saint-Nizier, cinq paroisses).

  • 14 Jacques-Olivier Boudon, op. cit., p. 229.
  • 15 Ordo divini officii…, 1850, 1860 et 1868.

8Ces données n’ont toutefois qu’une valeur relative et la notion de charge pastorale, proposée par le chanoine Boulard, pionnier de la sociologie religieuse, semble plus significative. En partant des postes reconnus et donc financés par l’État (curés, desservants et vicaires), on arrive en 1868 à une moyenne de 1 prêtre pour 2 644 habitants urbains, loin de l’optimum fixé en 1856 par l’archevêque de Paris Sibour à 1 pour 1 00014. Une fois encore, les écarts sont marqués, de 1 pour 1 976 dans la conférence Notre-Dame – Saint-Vincent à 1 pour 3 060 dans la conférence de la Guillotière. Celle-ci, avantagée par la création des postes associés à la nouvelle carte des paroisses (12 sur 82 en 1850, 25 sur 105 en 1860), souffre désormais de la stabilisation de la dotation étatique (30 sur 113 en 1868), alors que sa population ne cesse de progresser15.

9Le handicap de la rive gauche peut sembler toutefois relatif quand on compare son encadrement à celui de la conférence d’Ainay au cœur de la Presqu’île (1 pour 2943). Mais pour avoir une idée plus juste de la situation, il faut tenir compte de la présence des prêtres assistants et habitués, qui n’émargent pas au budget des Cultes, auxquels s’ajoutent les enseignants des écoles cléricales créées à partir de 1850. Ils sont 15 en 1850, 43 en 1860 (24 et 19) et 36 (17 et 19) en 1868. Leur présence profite en premier lieu aux paroisses aisées dont les fabriques ont assez de ressources pour les entretenir. L’écart se creuse dès lors entre la Guillotière (1 pour 2 782) et Saint-Nizier (1 pour 1 555) ou Ainay (1 pour 1 791). La conférence Saint-Jean-Baptiste, à cheval sur la Presqu’île et la rive droite de la Saône, semble pourtant apporter un contre-exemple (1 pour 2 391). Mais il faut considérer ici la présence du chapitre cathédral et des chapelains de Notre-Dame de Fourvière, même si leur rôle n’est pas paroissial. Et, plus généralement, la densité cléricale (aumôniers, professeurs, congréganistes masculins et féminins) reste bien plus élevée sur la rive droite du Rhône que sur la rive gauche, en dépit de la présence à la Guillotière d’œuvres comme la Cité de l’abbé Rambaud ou le Prado du Père Chevrier.

  • 16 De ce point de vue, les conclusions de Pierre-Yves Saunier, qui n’analyse pas en détail la charge p (...)

10La création de paroisses, sans retard important sur la croissance urbaine, n’a donc pas permis d’annuler, en termes d’encadrement pastoral, tous les déséquilibres qui pénalisent les quartiers moins intégrés sur le plan social et religieux16. L’effort consenti par les catholiques lyonnais, convaincus que planter l’Église, en France comme au-delà des mers, c’est d’abord édifier un lieu de culte autour duquel une communauté se structure, n’en est pas moins remarquable, comme le montre l’exemple de la paroisse de l’Immaculée Conception, érigée par le cardinal de Bonald en 1855.

Une nouvelle paroisse : l’Immaculée Conception

11La nouvelle paroisse, forte de 20 000 habitants à la fin de l’Empire, constitue, avec la Rédemption (1857) aux Brotteaux, l’un des deux pôles septentrionaux du réaménagement de la rive gauche qui a commencé au centre (Saint-André) et au Sud (Saint-Maurice) en 1843-1846 et qui se poursuit au Sud-Ouest (Saint-Vincent-de-Paul) et à l’Est (Sainte-Anne du Sacré-Cœur) en 1859-1860.

  • 17 Lettre du 27 juillet 1852, citée par Philippe Dufieux, Le Mythe de la Primatie des Gaules. Pierre B (...)
  • 18 Arrêté de création de la paroisse de l’Immaculée Conception, 21 août 1855, cité par Pierre-Yves Sau (...)
  • 19 Lettre du préfet Vaïsse au cardinal de Bonald, novembre 1854, citée par Anne-Sophie Piquet, op. cit(...)
  • 20 Cité par Pierre-Yves Saunier, op. cit., t. 3, p. 636.
  • 21 Lettre du cardinal de Bonald au préfet Vaïsse, 16 novembre 1855, citée ibid., p. 648.
  • 22 Instruction pastorale à l’occasion du Carême de 1853. La religion doit régler et sanctifier l’indus (...)
  • 23 Lettre de l’abbé Coudour au préfet Vaïsse, 25 novembre 1855, citée par Anne-Sophie Piquet, op. cit.(...)

12Ici, comme à la Croix-Rousse, les arguments religieux et les mobiles sociaux se mêlent pour promouvoir l’entreprise. « Lyon manque d’églises. Elles n’y sont souvent ni assez nombreuses, ni pour la plupart assez spacieuses. Il en résulte que la plus grande partie de notre population reste en dehors de notre sphère d’action, que la religion est muette pour elle », explique au prince-président l’abbé Chabert, curé de Notre-Dame – Saint-Louis, dont dépend le secteur du Plâtre, centre de la future paroisse17. Il constitue un bon exemple de ces quartiers en formation, où les populations ouvrières, peu stables, « ont des habitudes relâchées », ce qui « exige impérieusement la présence du prêtre », selon le sénateur Vaïsse, préfet du Rhône18. Évangéliser, c’est en effet aussi moraliser et, par là même, défendre les « intérêts de l’ordre public19 », une tâche rendue encore plus urgente, après les insurrections de 1831 et 1834, par les événements de 1848-1849. « Ce sont les remèdes moraux qu’il faut chercher », affirme le préfet Bret, prédécesseur de Vaïsse, en 185220. « Il est si important d’obtenir l’exactitude de l’accomplissement des devoirs religieux » dans « la classe ouvrière21 », ajoute le cardinal de Bonald qui ne se contente pourtant pas d’un appel à l’ordre et associe dans sa lettre de carême de 1853 le « progrès dans la justice » et le « progrès dans la religion22 ». Mais créer une paroisse, donc édifier un lieu de culte, c’est aussi embellir un quartier et le doter d’un centre d’attraction : « Autour de cette église se construiront des maisons moins précaires et viendront se grouper des habitants moins nomades et plus honorables », explique l’abbé Coudour, premier desservant de l’Immaculée Conception, pour convaincre les notables de prendre leur part de l’entreprise23.

  • 24 Jean-Michel Leniaud, « Les constructions d’églises sous le Second Empire : architecture et prix de (...)
  • 25 Anne-Sophie Piquet, op. cit, p. 18.

13Celle-ci revêt une dimension collective dans le cadre administratif contraignant posé par le concordat (article 9) et les articles organiques (articles 61 et 62) qui établissent le principe de la collaboration de l’autorité diocésaine et de l’autorité préfectorale pour créer une paroisse, avec une prééminence de cette dernière. Le dispositif est complété par le décret du 11 prairial an XII relatif à l’avis des conseils municipaux et celui du 30 décembre 1809 sur les fabriques avant d’être récapitulé et précisé par la circulaire du 12 août 184124. Dans le cas du quartier du Plâtre, le projet de paroisse est évoqué par le curé de Notre-Dame – Saint-Louis dès 1845-1846, au moment où les limites de la nouvelle paroisse Saint-André font débat, sans que la documentation atteste l’existence d’un vrai plan d’ensemble préétabli. Mais il ne prend forme qu’à partir d’août 1852 pour aboutir quarante mois plus tard, un délai exceptionnellement long au regard du délai moyen de douze à dix-huit mois25.

  • 26 Lettre au préfet Vaïsse du 27 mars 1854, citée ibid., p. 66.
  • 27 Ibid., p. 60.

14Dès le début, l’archevêque et le préfet, qui fait aussi fonction de maire, travaillent en étroite collaboration pour obtenir l’appui des notables du quartier et rechercher un terrain pour la future église. Une commission mixte est mise en place en 1853 pour étudier le dossier et prévenir les déboires financiers et judiciaires qui ont accompagné la construction des églises Saint-Maurice et Saint-André, principaux chantiers de la décennie précédente, trop abandonnés à l’initiative locale. Les notables eux-mêmes désirent obtenir des garanties, tout en se déclarant prêts, en mars 1854, à « seconder l’administration et amener à bonne fin un projet qui est le vœu le plus ardent de la généralité des habitants26 ». Ceux-ci sont en effet invités à participer à une souscription, lancée en 1854, et à contribuer à l’aménagement d’un lieu de culte provisoire comme la circulaire du 12 août 1841 l’exige pour poursuivre la procédure. Dans ce cas, la solution est aisément trouvée par l’agrandissement d’une chapelle congréganiste, édifiée en 1848 pour les Frères des écoles chrétiennes27.

  • 28 Délibération du conseil d’administration des Hospices civils de Lyon en date du 7 avril 1855, citée (...)

15Il n’en est pas de même pour le terrain destiné à bâtir l’église définitive, indispensable lui aussi pour continuer les démarches, ce qui explique la durée de la procédure. Il s’agit en effet de convaincre les Hospices civils de Lyon, principal propriétaire foncier de la rive gauche du Rhône, de céder la parcelle adéquate, louée pour l’heure, mais avec un bail révocable. Le préfet Vaïsse s’y emploie en usant du même argument que l’abbé Coudour et finit par convaincre, en avril 1855, le conseil d’administration que la perte du revenu annuel de 1 000 francs serait largement compensée « par la plus-value que donnera la nouvelle église aux nombreux emplacements à bâtir que [les Hospices] possèdent encore dans le quartier où elle sera bâtie28 ». La voie est ouverte dès lors à la délibération favorable du conseil municipal (15 juin 1855) et à l’érection canonique de la paroisse, déjà dotée d’un desservant (1er décembre 1855).

  • 29 Lettre de l’abbé Coudour publiée par Le Courrier de Lyon du 21 décembre 1855.
  • 30 Philippe Dufieux, op. cit., p. 159-165.
  • 31 Lettre de juillet 1867, citée par Anne-Sophie Piquet, op. cit, p. 128.

16Reste à construire l’église et à édifier une communauté autour d’elle. Alors que les réalisations architecturales de la décennie 1850 sont parfois modestes, l’abbé Coudour voit grand en plaçant sa paroisse sous le vocable de l’Immaculée Conception, un an après la définition du nouveau dogme par le pape Pie IX, et non sous celui de Saint-Jacques, choisi au départ. Il veut une « œuvre qui ne soit pas circonscrite dans un seul quartier actuellement pauvre et mal famé, […] une œuvre lyonnaise, nous dirions presque diocésaine », et propose un lieu de dévotion mariale aux « dévots que l’âge, les infirmités ou d’impérieuses affaires empêchent de gravir la sainte colline », telle « une vaste succursale » de Fourvière sur la rive gauche du Rhône29. Cette ambition, qui rejoint les plans d’urbanisme du préfet Vaïsse et peut susciter les dons, explique la durée du chantier (quarante ans) et le coût de l’édifice (700 000 francs) conçu par Pierre Bossan qui en fait le laboratoire de formules architecturales originales30. Les nefs sont édifiées dès 1857-1859. Mais le chœur et l’abside ne sortent de terre qu’en 1891-1892 et la façade en 1897-1898, malgré une quête d’argent incessante dans la décennie 1860, ce dont témoigne une lettre adressée par le conseil de fabrique au préfet en 1867 : « Il est impossible de déployer, pour un sanctuaire aussi restreint, aux jours des solennités religieuses, cette pompe qui remue les populations et les moralise en les attirant31. »

  • 32 Ordo divini officii…, 1868.
  • 33 Lettre du préfet Vaïsse au cardinal de Bonald, novembre 1854, citée par Anne-Sophie Piquet, op. cit(...)
  • 34 Cité ibid., p. 85-86.

17La dimension cultuelle est en effet essentielle dans la construction de la communauté paroissiale dont le personnel augmente rapidement pour atteindre six prêtres en 186832. Autour d’elle se dessine un réseau d’œuvres qui vise à conforter l’influence de l’Église et à obtenir « l’amélioration morale » que le préfet appelait de ses vœux en 185433. Une école cléricale est fondée en 1862. En 1871 au plus tard, une conférence de Saint-Vincent-de-Paul aide les pauvres en les visitant chez eux. Dans le même temps, l’Œuvre de Saint-François-Régis, qui dépend de la Congrégation des Messieurs, s’efforce de régulariser les couples illégitimes et de procéder à la célébration du mariage religieux. Pour la seule année 1863, elle obtient 73 succès dans la paroisse pour un total de 190 dans le 3e arrondissement. « On reconnaît là combien l’autorité religieuse [a été] sagement inspirée dans le choix du lieu et de l’heure pour venir au secours des âmes », alors que « le projet d’érection d’une grande église, sous le vocable de l’Immaculée Conception, au centre d’un quartier mal famé où le désordre des mœurs s’étalait publiquement aux regards » pouvait « être taxé de folie par la sagesse humaine », conclut le rédacteur du rapport annuel de l’Œuvre34.

  • 35 Jacqueline Lalouette, Christian Sorrel (dir.), Les Lieux de culte en France 1905-2008, Paris, Letou (...)

18La création des paroisses lyonnaises sous l’impulsion du cardinal de Bonald constitue un bon exemple du processus de prise en compte de la croissance urbaine par l’Église catholique au milieu du xixe siècle. Si le poids de la peur sociale et l’instrumentalisation politique du religieux y jouent un rôle, elle relève d’abord d’une dynamique propre au catholicisme soucieux d’apporter une réponse aux défis contemporains en recomposant ses territoires et en développant les œuvres, matrice d’une contre-société, notamment dans la lecture intransigeante de la modernité. Les efforts sont réels. Les limites le sont aussi et, à la génération suivante, les abbés démocrates, à l’écoute de l’encyclique sociale de Léon XIII Rerum novarum, prendront conscience qu’il ne suffit pas de tracer de nouvelles circonscriptions et de bâtir des églises pour rejoindre les populations les plus éloignées. La multiplication des clochers n’en demeurera pas moins un enjeu majeur du xxe siècle emporté par une urbanisation accélérée, surtout après la Seconde Guerre mondiale35.

Les paroisses de Lyon à la fin de l’épiscopat du cardinal de Bonald

Les paroisses de Lyon à la fin de l’épiscopat du cardinal de Bonald

1 Ordo divini officii…, op. cit., 1868. Un astérisque indique les cures de première classe, une croix les cures de seconde classe et un cercle les succursales.

2 Adolphe Vachet, Les Paroisses…, op. cit., p. 736-745.

3 Archives municipales de Lyon, 1 S 00007.

4 Voir note 1.

5 Voir note 1.

Les paroisses de Lyon à la fin de l’épiscopat du cardinal de Bonald (AML, 1 S 00007).
NB – Les numéros renvoient au tableau

Les paroisses de Lyon à la fin de l’épiscopat du cardinal de Bonald (AML, 1 S 00007). NB – Les numéros renvoient au tableau

Carte réalisée par Christine Chadier © LARHRA UMR 5190

Haut de page

Notes

1 André Encrevé, Philippe Boutry (dir.), La Religion dans la ville, Bordeaux, Éditions Bière, 2003, 270 p. ; Jacques-Olivier Boudon, Françoise Thalamon (dir.), Les Chrétiens dans la ville, Mont-Saint-Aignan, Presses des Universités de Rouen et du Havre, 2006, 354 p.

2 Pierre-Yves Saunier, « L’Église catholique et l’espace de la grande ville au xixe siècle : Lyon et ses paroisses », Revue historique, n° 584, 1992, p. 321-348 et « Lyon au xixe siècle : les espaces d’une cité », thèse, Université Lyon 2, 1992, 5 vol., 1209 p.

3 Anne-Sophie Piquet, « L’activité paroissiale du cardinal de Bonald sur la rive gauche du Rhône », mémoire de maîtrise, Université Lyon 3, 2000, 143 p.

4 Joannès Blanchon, Le Cardinal de Bonald, archevêque de Lyon, sa vie et ses œuvres, Lyon, Bauchu, 1870, 116 p. ; Josette Muller, « Les charmes trompeurs du Second Empire. Mgr de Bonald et le gouvernement de Napoléon III », thèse, Université Lyon 3, 1981, 2 vol., 419 et 123 p. ; Gabriel Mas, « Le cardinal de Bonald et la question du travail (1840-1870) », thèse, Université Lyon 2, 2007, 544 p.

5 Jacques Gadille (dir.), Lyon, Paris, Beauchesne, 1983, p. 208-228 (coll. « Histoire des diocèses de France »).

6 Bernard Delpal (dir.), Matériaux pour l’histoire religieuse du peuple français xixe-xxe siècles, t. 4, Lyon, LARHRA – RESEA, 2011, p. 248-262.

7 Jacques-Olivier Boudon, Paris capitale religieuse sous le Second Empire, Paris, Cerf, 2001, p. 220-239.

8 Adolphe Vachet, Les Paroisses du diocèse de Lyon. Archives et antiquités, Abbaye de Lérins, Imp. Bernard, 1899, p. 736-745 ; Paul Chopelin, Ville patriote et ville martyre. Lyon, l’Église et la Révolution (1788-1805), Paris, Letouzey et Ané, 2010, p. 399-402.

9 Jean-Michel Leniaud, L’Administration des Cultes pendant la période concordataire, Paris, Nouvelles Éditions latines, 1988, 428 p.

10 Françoise Bayard, Pierre Cayez (dir.), Histoire de Lyon, t. 2, Le Coteau, Horvath, 1990, p. 241-299.

11 Le mouvement de construction s’interrompt alors jusqu’à la Séparation des Églises et de l’État (36 paroisses en 1905, 40 en 1914).

12 Archives municipales de Lyon, 1 S 00007 (carte réalisée en 1868, avec indication de la population fixe d’après le recensement de 1866) ; Archives départementales du Rhône, 2 V 19 (copie de 1873, avec une évaluation de 19 000 habitants pour la paroisse Notre-Dame – Saint-Louis).

13 Ordo divini officii ad usum Sanctae Lugdunensis Ecclesiae, Lyon, Jean-Baptiste Pelagaud, 1868 (avec, en annexe, l’annuaire ecclésiastique du diocèse).

14 Jacques-Olivier Boudon, op. cit., p. 229.

15 Ordo divini officii…, 1850, 1860 et 1868.

16 De ce point de vue, les conclusions de Pierre-Yves Saunier, qui n’analyse pas en détail la charge pastorale dans ses travaux cités supra, sont trop optimistes.

17 Lettre du 27 juillet 1852, citée par Philippe Dufieux, Le Mythe de la Primatie des Gaules. Pierre Bossan (1814-1888) et l’architecture religieuse en Lyonnais au xixe siècle, Lyon, PUL, 2004, p. 43.

18 Arrêté de création de la paroisse de l’Immaculée Conception, 21 août 1855, cité par Pierre-Yves Saunier, op. cit., t. 3, p. 597.

19 Lettre du préfet Vaïsse au cardinal de Bonald, novembre 1854, citée par Anne-Sophie Piquet, op. cit., p. 78.

20 Cité par Pierre-Yves Saunier, op. cit., t. 3, p. 636.

21 Lettre du cardinal de Bonald au préfet Vaïsse, 16 novembre 1855, citée ibid., p. 648.

22 Instruction pastorale à l’occasion du Carême de 1853. La religion doit régler et sanctifier l’industrie, Lyon, Impr. A. Perisse, 1853, 28 p.

23 Lettre de l’abbé Coudour au préfet Vaïsse, 25 novembre 1855, citée par Anne-Sophie Piquet, op. cit., p. 48.

24 Jean-Michel Leniaud, « Les constructions d’églises sous le Second Empire : architecture et prix de revient », Revue d’histoire de l’Église de France, t. 65, 1979, p. 267-278.

25 Anne-Sophie Piquet, op. cit, p. 18.

26 Lettre au préfet Vaïsse du 27 mars 1854, citée ibid., p. 66.

27 Ibid., p. 60.

28 Délibération du conseil d’administration des Hospices civils de Lyon en date du 7 avril 1855, citée ibid., p. 62-63.

29 Lettre de l’abbé Coudour publiée par Le Courrier de Lyon du 21 décembre 1855.

30 Philippe Dufieux, op. cit., p. 159-165.

31 Lettre de juillet 1867, citée par Anne-Sophie Piquet, op. cit, p. 128.

32 Ordo divini officii…, 1868.

33 Lettre du préfet Vaïsse au cardinal de Bonald, novembre 1854, citée par Anne-Sophie Piquet, op. cit., p. 78.

34 Cité ibid., p. 85-86.

35 Jacqueline Lalouette, Christian Sorrel (dir.), Les Lieux de culte en France 1905-2008, Paris, Letouzey et Ané, 2008, 380 p. ; Olivier Chatelan, « Les catholiques et la croissance urbaine dans l’agglomération lyonnaise pendant les Trente Glorieuses 1945-1975 », thèse, Université Lyon 2, 2009, 2 vol., 793 p.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Les paroisses de Lyon à la fin de l’épiscopat du cardinal de Bonald
URL http://journals.openedition.org/chretienssocietes/docannexe/image/4346/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Titre Les paroisses de Lyon à la fin de l’épiscopat du cardinal de Bonald (AML, 1 S 00007). NB – Les numéros renvoient au tableau
Crédits Carte réalisée par Christine Chadier © LARHRA UMR 5190
URL http://journals.openedition.org/chretienssocietes/docannexe/image/4346/img-2.png
Fichier image/png, 601k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Sorrel, « L’Église de Lyon en ses paroisses : catholicisme et espace urbain sous l’épiscopat du cardinal de Bonald  »Chrétiens et sociétés, 25 | -1, 9-21.

Référence électronique

Christian Sorrel, « L’Église de Lyon en ses paroisses : catholicisme et espace urbain sous l’épiscopat du cardinal de Bonald  »Chrétiens et sociétés [En ligne], 25 | 2018, mis en ligne le 09 avril 2019, consulté le 07 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/chretienssocietes/4346 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chretienssocietes.4346

Haut de page

Auteur

Christian Sorrel

Université de Lyon, Lumière - Lyon 2

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search