Navigation – Plan du site
Éclairages sur l’histoire religieuse et culturelle de Lyon sous la Seconde République et sous le Second Empire

Imprimerie et librairie à Lyon sous la Seconde République et le Second Empire

Printing and bookshop in Lyon during the Second Republic and the Second Empire
Dominique Varry
p. 69-92

Résumés

Malgré un cadre réglementaire très contraignant, les imprimeurs et les libraires, au sein desquels émergent quelques grandes figures, sont nombreux à Lyon et dispersés dans toute la ville. Ils publient beaucoup de livres d’histoire locale, mais ils sont surtout importants dans la production de livres catholiques ; ils se sont aussi tournés vers la presse et vers divers objets imprimés (factures, chèques, reçus, formulaires, etc.), ce qui a permis de sauver l’imprimerie lyonnaise face à la concurrence de l’édition parisienne.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

Imprimerie, Librairie, Lyon

Keywords :

Printing, Bookshop, Lyon

Géographie :

Lyon

Chronologie :

1848-1870
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Jean-Baptiste Monfalcon, Manuel du bibliophile et de l’archéologue lyonnais, Paris, 1857, p. XL.
  • 2 Nous nous permettons de renvoyer à plusieurs de nos publications consacrées au monde lyonnais du li (...)

1Lyon se complaît à considérer que les xve et xvie siècles ont constitué son âge d’or de ville du livre, un âge d’or qui n’aurait été suivi que d’un long et multiséculaire déclin. Les clichés ont la vie dure, même quand l’historien essaie de reconstituer une réalité disparue, mais plus nuancée que la légende. Évoquant son temps, Monfalcon n’écrivait-il pas, en 1857, dans son Manuel du bibliophile et de l’archéologue lyonnais : « Arrivé à l’époque de la décadence complète de l’imprimerie lyonnaise… »1 Cette affirmation est purement gratuite. Il est vrai que le monde lyonnais du livre a été jusqu’à présent assez peu étudié pour le xixe siècle… et que la période 1848-1870 est aujourd’hui la plus mal connue. Ce n’est pourtant pas une raison pour la considérer comme sans importance. Les pages qui suivent voudraient, sans prétention et de manière exploratoire2 en attendant l’étude qui fait encore défaut, en rappeler quelques-unes des caractéristiques principales : un cadre contraignant, un émiettement des établissements, un tournant dans la production imprimée, somme toute un monde en perpétuel renouvellement d’où émergent quelques personnages emblématiques.

Un carcan contraignant

  • 3 Arch. Dép. Rhône T 310-313 et 339-342 : série disparate et lacunaire de dossiers nominatifs. Les do (...)
  • 4 Jérémie Sigalat, Libraires et librairies à Lyon sous le Second Empire, mémoire de maîtrise d’histoi (...)
  • 5 Arch. Dép. Rhône 2 T 43.

2La première caractéristique, qui n’est pas propre à Lyon mais à tous les imprimeurs et libraires français, est celle d’un encadrement rigoureux de la profession par les pouvoirs publics, à travers tout un arsenal de mesures mises en place par un décret du 5 février 1810, entrées en vigueur en 1811, et qui durèrent jusqu’à la défaite de 1870. Elles imposaient en particulier aux imprimeurs typographes, aux imprimeurs lithographes et aux libraires d’obtenir un brevet et d’être assermentés. Le professionnel qui exerçait ces trois activités se devait d’obtenir trois brevets. Les dossiers des candidats sont aujourd’hui une mine pour l’historien3. Outre la production d’un certificat de capacité signé de trois confrères qui attestaient de ses compétences professionnelles, le candidat faisait l’objet d’une enquête sur sa vie, ses mœurs et ses opinions politiques. Une fois le brevet obtenu, il devait prêter serment au tribunal civil de son domicile. Le brevet n’était pas héréditaire. Il n’était valable que pour une activité précise et une ville d’exercice. Jérémie Sigalat4 rapporte le cas significatif du libraire Nicolas Scheuring, natif de Bavière, qui était employé chez Blanc et ouvrit en 1850 une librairie d’antiquariat au 15 de la rue Sala. Sa qualité d’étranger lui interdisait d’obtenir un brevet et de prêter serment de fidélité. Le 1er juin 1853, le commissaire de police rendait un avis défavorable : « Cet homme est peu connu, il fait de fréquents voyages, il a des relations très suivies avec les pères jésuites dont il paraît être un agent secret ; le sieur Scheuring ne me paraît pas présenter toutes les garanties désirables, et je ne crois pas que sa demande puisse être accueillie »5. Avec l’appui du commissaire de son quartier et du préfet du Rhône, il finit par obtenir du ministre une tolérance pour exercer. Difficile à obtenir, les autorités pouvaient retirer le brevet à la moindre incartade.

3Tout imprimeur était par ailleurs, en vertu du décret de 1810, tenu de faire une déclaration officielle avant toute impression, et à tenir un registre paraphé par le préfet de sa production. Le dépôt légal, supprimé en 1789, rétabli de manière facultative en 1793, puis obligatoire par le décret de 1810, constituait un autre mode de contrôle de la production. On ajoute enfin l’introduction, en 1852, d’une sévère réglementation du colportage, obligeant tous les livrets vendus par ce biais, après vérification de leur contenu, à recevoir une estampille préfectorale officielle. Malgré ce contrôle renforcé, une enquête de 1869 continuait de dénoncer le colportage comme favorisant la vente de mauvais livres.

4Supprimée en 1848, la censure préalable avait très vite été rétablie, avant d’être abolie à nouveau en 1871, puis rétablie quelques mois plus tard. À la préfecture du Rhône, un « Service de l’imprimerie et de la librairie » était chargé d’exercer le contrôle de l’Ètat sur les professions du livre. Depuis 1847, il dépendait de la quatrième division du secrétariat général.

5Ce carcan règlementaire fut aboli par le décret du 10 septembre 1870 dont l’article 1 affirmait : « les professions d’imprimeur et de libraire sont libres », tandis que l’article 2 précisait : « toute personne qui voudra exercer l’une ou l’autre de ces professions sera tenue à une simple déclaration faite au ministère de l’Intérieur », et que l’article 3 ajoutait : « toute publication portera le nom de l’imprimeur ». Le coup de grâce à la censure préalable devait lui être porté par la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse, qui nous faisait entrer dans le régime de la censure a posteriori, que nous connaissons encore.

6Mais avant ces textes libérateurs, certains imprimeurs-libraires, malgré la surveillance dont ils étaient l’objet, ont parfois posé des actes politiques qui ont pu être lourds de conséquences pour eux. Benoît Boursy, qui avait été poursuivi en 1831 pour avoir publié une pétition aux députés relative à la représentativité du Conseil des Prud’hommes de Lyon, imprima en 1848 la circulaire électorale de l’ouvrier typographe Esprit Doutre, candidat à la députation. La même année 1848, l’imprimerie Rey-Sézanne imprima la Déclaration des droits de l’Homme et du citoyen, et l’année suivante une déclaration de la Société des droits de l’Homme. Ses propriétaires furent arrêtés et internés, puis mis en surveillance, après le coup d’état de 1851. Cinq autres ouvriers typographes ou relieurs furent également arrêtés et condamnés à la suite de cet événement.

  • 6 Nathalie Lacroix, Les Imprimeurs lyonnais 1870-1900, mémoire de DEA, Villeurbanne, ENSB, 1991.
  • 7 Laure Pabot, « Le passage de la librairie “contrôlée” à la librairie “libérée” à Lyon 1870-1900 », (...)
  • 8 Jérémie Sigalat, Libraires et librairies à Lyon sous le Second Empire, op. cit.

7En 1869, Lyon comptait un total de soixante-dix-huit imprimeurs brevetés, qui se répartissaient comme suit : vingt imprimeurs typographes, trois imprimeurs-libraires, neuf imprimeurs en taille douce, et quarante-six imprimeurs lithographes. Comme l’a montré Nathalie Lacroix, qui a étudié les imprimeurs lyonnais des années 1870 à 19006, la législation postérieure à la chute du Second Empire devait aboutir à un quasi doublement et à l’atomisation des ateliers lyonnais. Cette même année 1869, la capitale des Gaules comptait quatre-vingt-un libraires7. Cette profession a été étudiée pour le Second Empire par Jérémie Sigalat8. Les libraires étaient quatre-vingt-onze en 1857, quatre-vingt-douze en 1870. Entretemps, leur nombre avait fléchi puisqu’il était de quatre-vingt-neuf en 1861 et 1866. De fait, cent cinquante-cinq brevets de libraire avaient été accordés pour la ville et ses faubourgs entre 1811 et 1850, dont trente-deux à des imprimeurs. Cent vingt et un brevets de librairie furent attribués sous le Second Empire, dont treize à des femmes. De 1851 à 1870, deux cent vingt-cinq libraires ont exercé concurremment ou successivement à Lyon. Durant tout le siècle, la majorité des titulaires de ces brevets de librairie avait vu le jour hors de Lyon et du Rhône, mais dans les départements voisins. La durée moyenne d’exercice d’un libraire lyonnais, qui était de dix-neuf ans avant 1851, passa à six années sous le Second Empire.

8La période 1870-1881 devait voir trois cent vingt-huit déclarations d’ouverture de librairies dans la ville, les années les plus fastes étant 1874, 1875 et 1877. En 1869, pourtant, les libraires étaient très attachés au brevet, ainsi que le rapporte une enquête menée cette année-là. Ils ne voyaient plus en lui un moyen de répression de la librairie clandestine et de contrôle du gouvernement en place, mais une véritable propriété qui était pour eux un gage de garantie de leur indépendance par rapport au capitalisme d’édition parisien et centralisateur. Ils n’ont par ailleurs cessé de dénoncer la concurrence à leurs yeux déloyale que leur faisaient les établissements scolaires religieux, et certains autres commerçants. C’est ainsi qu’en 1861, le libraire Briday s’élevait contre les achats en nombre considérable de livres faits par les Frères des écoles chrétiennes, les Frères maristes, et les Sœurs de Saint-Joseph pour les revendre dans leurs établissements dispersés dans une vingtaine de départements. Les libraires dénonçaient également les épiciers, grainetiers, merciers, papetiers et tabletiers qui débitaient de vieux livres de récupération, souvent incomplets, tels qu’almanachs, livres de piété, ou de jardinage.

  • 9 Sébastien Duc, « La famille Périsse à Lyon aux xviiie et xixe siècles », Bulletin de la Société his (...)

9Une autre caractéristique importante des métiers du livre à l’époque considérée est d’être sortis de leur géographie traditionnelle et multiséculaire, pour se disperser à travers toute la ville. Le primat de la rue Mercière et des rues adjacentes était battu en brèche. Les lourdes machines modernes ne permettaient plus les ateliers d’imprimerie dans les étages, comme on les avait connus à la période artisanale. Les ateliers essaimèrent dans toute la ville et dans sa périphérie. De cela devait résulter une double réalité : celle de gros ateliers de plus en plus industriels, rejetés vers les banlieues, et celle d’une multiplication des micro-ateliers à travers toute la ville. Les frontières de celle-ci avaient d’ailleurs bougé au cours de la période considérée, puisqu’en 1852, la cité avait absorbé les faubourgs de La Guillotière, de La Croix-Rousse et de Vaise, leurs imprimeurs récemment implantés (Bajat en 1831 à La Guillotière, Lépagnez en 1839 à La Croix Rousse). À la veille de l’absorption des faubourgs, la ville comptait soixante-neuf brevets de libraires, quatre à La Guillotière (le premier en 1838), trois à La Croix-Rousse (le premier en 1841), et deux à Vaise (le premier en 1840). Si la rue Mercière continuait, sous le Second Empire, à abriter neuf des principales librairies de la ville, dont celles des Périsse et de Pélagaud, les libraires de nouveautés et d’ouvrages scientifiques s’étaient déplacés vers Bellecour et vers les Terreaux. Trente-huit libraires, essentiellement catholiques, ont travaillé dans le quartier de Bellecour. Quelques-uns s’étaient établis à Ainay. À partir des années 1840, le quai de l’Hôpital attira bouquinistes et libraires d’antiquariat. Même si cette implantation est assez vite passée de mode, pas moins de dix-sept libraires y travaillèrent entre 1850 et 1870. Les nouvelles artères apparues avec les travaux d’urbanisme de la fin des années 1850 attirèrent de nouveaux venus rue de Bourbon (actuelle rue Victor Hugo), rue Impériale (actuelle rue de la République), passage de l’Argue… En 1870, il y avait cinq librairies à La Croix-Rousse. Sur la rive gauche du Rhône (La Guillotière, les Brotteaux), leur nombre était passé de quatre en 1851 à dix. En 1866, un libraire s’implantait également dans le quartier Saint-Irénée, jusqu’alors dépourvu de ce type de commerce. La multiplication et l’essaimage des micro-ateliers et des boutiques qui débitaient du livre, des périodiques et de la papeterie s’accompagna de la disparition de certaines grandes maisons multiséculaires. L’exemple le plus caractéristique étant sans doute celui de la maison Périsse, qui fut pourtant le premier imprimeur français d’ouvrages religieux entre 1851 et 1870. Cinq générations de libraires, puis d’imprimeurs, entrés dans le métier en 1692, s’éteignirent avec Antoine François, dit Antoine III (1787-1860) et son frère cadet Jules André, dit André II (1800-1864). À la mort de ce dernier, son gendre, le négociant Claude Aimé Duc, reprit le flambeau durant quelques mois, puis vendit l’imprimerie à un de ses employés, François Nicolle, et la librairie à Jacques Lecoffre, qui la transforma en succursale de sa librairie parisienne9.

  • 10 Ce mouvement ne s’inversa que vers 1900.

10On assista dans ces années médianes du siècle, et alors que surgissait à Paris la figure nouvelle de l’éditeur au sens moderne du terme, à la disparition des maisons d’imprimeurs-libraires traditionnels, au succès des ateliers lithographiques qui dépassaient en nombre les ateliers typographiques10, à l’émiettement et à l’essaimage dans toute la ville et ses banlieues tant des imprimeries que des boutiques de libraires également vendeurs de papeterie.

11Une des principales innovations du xixe siècle fut bien l’invention d’une nouvelle technique d’impression : la lithographie. Elle avait été inventée en 1797 par Senefelder et introduite à Paris par Godefroy Engelmann, qui y ouvrit son premier atelier en 1816. La lithographie arriva à Lyon vers 1820. La ville comptait deux ateliers lithographiques en 1820, sept en 1830, douze en 1837, quarante-six en 1869. Ce succès des ateliers lithographiques s’explique en partie par la nature de la production lyonnaise qui, comme nous le verrons, se spécialisa dans les « travaux de ville ».

12Parmi les ateliers typographiques, le plus important atelier du milieu du siècle demeurait celui de Pélagaud qui employait vingt-huit ouvriers faisant gémir dix presses, dont trois mécaniques. Quand, en 1872, Jean-Baptiste Chighizola alignait cinq presses réparties en deux ateliers, il pouvait se targuer de posséder une affaire relativement importante. Si le parc des machines demeurait pour l’essentiel traditionnel, certains investissaient dans la nouveauté. Ainsi pouvons-nous relever que Noël Thibaudier pouvait, en 1862, se targuer de posséder une machine Leboyer spécialement conçue pour l’impression des cartes de visite.

13Soulignons enfin que certains des principaux imprimeurs-libraires lyonnais ont ouvert au xixe siècle des succursales parisiennes. Tel avait été le cas des Périsse en 1812 et de Mathieu-Placide Rusand en 1820. Tel fut le cas de Pélagaud en 1854. Celles-ci se sont rapidement émancipées de leurs maisons-mères.

Les mutations de la production imprimée

14Si on essaie de caractériser la production imprimée lyonnaise des années 1848-1870, le premier constat sera de remarquer qu’elle n’est pas différente de celle des périodes qui la précèdent et lui succèdent immédiatement, durant lesquelles la production de livres est en retrait. L’Annuaire de l’imprimerie classait la maison Périsse au onzième rang national en 1854, et la maison Pélagaud au dix-septième. En 1874, il plaçait Lyon au second rang derrière Paris pour les journaux, mais au huitième pour les livres derrière Paris, Limoges, Tours, Corbeil, Coulommiers, Lagny et Saint-Germain. C’était alors le temps des éditeurs parisiens du sixième arrondissement, et des usines à livres de certaines villes de province ou de la périphérie de la capitale. Les imprimeurs lyonnais du temps se limitèrent à la réimpression des classiques, au débit assuré par les établissements scolaires, aux ouvrages d’histoire locale, en particulier chez Auguste et Louis Brun, aux publications des sociétés savantes, et à ce qu’il est depuis convenu de désigner sous le terme générique et condescendant de « lyonnaiseries ».

  • 11 Dominique Varry, « D’une revue l’autre : Imprimeurs et érudits lyonnais du xixe siècle », Gryphe, n (...)
  • 12 Noémi Cobolet, Les éditions d’histoire de Léon Boitel : l’invention d’une nouvelle histoire locale,(...)

15La publication de revues d’érudition lyonnaises11 a, en particulier, été la spécialité de Léon Boitel, imprimeur de 1833 à 185212, qui à partir des années 1840 a privilégié les publications historiques, et s’est entouré d’historiens et d’archéologues. Ami de Marceline Desbordes Valmore, rencontrée durant son séjour lyonnais, il s’était, par son intermédiaire, lié à Alexandre Dumas, Jacques Arago et Jules Michelet. Parmi ses grandes réalisations, on citera Lyon ancien et moderne (1838) et l’Album du Lyonnais (1842). Les livres imprimés par Boitel ont eu de petits tirages, de cent à cinq cents exemplaires en moyenne, ce qui est peu comparé à la production d’imprimeurs comme Périsse, Perrin ou Ayné, qui tiraient en moyenne à mille ou deux mille exemplaires.

16En 1835, Boitel avait lancé la Revue du Lyonnais. Celle-ci s’interrompit en 1848, en raison de la situation politique, puis reparut deux ans plus tard. Boitel en fut l’éditeur jusqu’à son retrait du métier en 1852, suivi quelques mois plus tard de son décès accidentel. Aimé Vingtrinier lui succéda dans cette tâche jusqu’à sa retraite en 1876, et continua ensuite de diriger la revue jusqu’en 1880. Pour sa part, la Société historique… de Lyon, créée en 1807, vit son premier périodique (Archives de la Société historique… de Lyon) paraître seulement en 1847. Ce fut un numéro unique, sans doute en raison de la conjoncture politique. Une nouvelle tentative se fit jour en 1861, à l’initiative d’Aimé Vingtrinier qui en assura l’édition jusqu’à sa retraite déjà évoquée.

  • 13 Laurent Guillo, Louis-Benoît Perrin et Alfred-Louis Perrin, imprimeurs à Lyon (1823-1863-1883), Dip (...)

17Un seul personnage, dont nous aurons à reparler, tranche vraiment sur cette atonie, Louis Perrin13 qui réédita Maurice Scève et Louise Labbé, et acquit la notoriété avec ses « caractères augustaux » imités des inscriptions antiques, qui rompaient avec l’omniprésence des caractères introduits au tournant du xixe siècle par les Didots.

  • 14 Claude Savart, Les Catholiques en France au xixe siècle. Le témoignage du livre religieux, Paris, B (...)

18Il est cependant un secteur de la production imprimée dans lequel Lyon demeura leader : celui du livre catholique. À l’exception de Perrin, la quasi-totalité des imprimeurs typographes en produisit. Comme le démontre Claude Savart14 dans sa thèse, Périsse et Pélagaud occupèrent respectivement la première et la troisième place nationale pour l’impression du livre catholique, entre 1851 et 1870. Le tourangeau Mame s’intercalait entre eux, à la seconde place. Durant cette période, et d’après les statistiques de la Bibliographie de la France, les frères Périsse publièrent 1895 titres religieux, Mame 1624, Pélagaud 1418. Ils étaient suivis par le lillois Lefort, avec 1185 titres, et Ardant de Limoges, avec 1054 titres. On rappellera qu’avant de s’intéresser à l’imprimerie, Pélagaud avait été le secrétaire général de la Propagation de la Foi fondée par Pauline Jaricot, puis de 1825 à 1835 le rédacteur de son journal, les Annales de la propagation de la foi. Pour sa part, Antoine III Périsse avait été, lui aussi, un proche de Pauline Jaricot, présent à ses côtés au début de son œuvre.

  • 15 Sur les liens entre le monde lyonnais du livre et la mission catholique en Nouvelle-Zélande, voir : (...)

19Au-delà de leurs publications catholiques traditionnelles, ces imprimeurs-libraires ont également soutenu les missionnaires lyonnais œuvrant dans des contrées lointaines. Ainsi, trois des quatre ouvrages publiés par Jean-Baptiste Pompallier (1801-1871) et consacrés à son apostolat auprès des Maoris ont-ils été publiés par Pélagaud en 1859 et 1870, ou par les Périsse. Ces derniers ont, en particulier, édité en 1849 ses Notes grammaticales sur la langue maorie ou néo-zélandaise. Pompallier, envoyé comme vicaire apostolique en Océanie, est arrivé en Nouvelle-Zélande avec une poignée de maristes lyonnais en janvier 1838. Il y séjourna jusqu’à début 1868. Une de ses premières initiatives fut d’établir à Russell une imprimerie et un atelier de reliure, qui sont aujourd’hui classés et considérés comme le premier bâtiment industriel néo-zélandais. Pour ce faire, il avait fait acheter à Paris et transporter une presse métallique Gaveaux à laquelle s’ajoutèrent ultérieurement deux autres presses traditionnelles en bois, elles aussi envoyées de France15. Une tradition invérifiée veut que l’une d’elles soit venue de Lyon.

20Si la production livresque lyonnaise du milieu du xixe siècle est demeurée, hormis le livre catholique, en retrait au moment où émergeait la figure de l’éditeur parisien, il faut pourtant constater que les imprimeurs lyonnais du temps ont su opter pour deux créneaux prometteurs : la presse et les travaux de ville.

21Jusqu’à la loi de juillet 1881 sur la liberté de la presse, le nombre de journaux et leur contenu demeurèrent très tributaires des autorisations des gouvernements successifs : limitation des titres, cautionnement… Lyon n’échappa pas à la règle. Le journal demeura un produit onéreux, et hors de portée de bien des bourses durant au moins la première moitié du siècle. La libéralisation politique, le développement des réseaux de transports et de communication, la mécanisation de l’impression, l’introduction du feuilleton et de la publicité finirent par en amoindrir les coûts et en faire un produit de large diffusion. À Lyon, une presse d’opinion avait commencé à se faire jour sous la Monarchie de Juillet. À côté de titres généralistes (Petites Affiches, Petit Lyonnais, Courrier de Lyon, Le Frondeur, Le Salut public…), d’autres étaient plus spécialisés (Moniteur des soies, Lyon médical), et certains religieux (Annales de la Propagation de la foi, Écho de Fourvières, Semaines religieuses de plusieurs diocèses…). Bien qu’il n’ait vu le jour qu’en 1870, et qu’il n’ait connu qu’une durée de vie limitée puisqu’il disparut en 1878, nous rappellerons le nom du Petit Lyonnais, qui fut le premier journal à un sou !

22Le grand titre local fut cependant Le Progrès, lancé le 12 décembre 1859 par Chanoine, fils d’un fabricant, ancien ouvrier typographe et correcteur qui avait reçu un brevet d’imprimeur en 1846, malgré l’opposition des imprimeurs en place ! Les débuts furent modestes, le journal, vendu 15 centimes, était tiré à cinq mille exemplaires. Il ne prit véritablement son essor qu’à partir des années 1880.

  • 16 Exposition organisée au Musée de l’imprimerie de Lyon du 21 avril au 29 juillet 2007, dont nous avo (...)

23L’autre grande orientation que surent prendre les imprimeurs lyonnais du XIXe siècle, et qui s’accentua encore après 1870 et à la fin du siècle, comme nous l’avons montré lors de l’exposition « L’imprimerie miroir de son temps »16 organisée en 2007 au Musée de l’imprimerie, fut celle de ce que les imprimeurs appellent des « travaux de ville », « bibelots » ou « bilboquets », et les bibliothécaires et collectionneurs des « ephemera ». Cette production à grande échelle fut d’ailleurs grandement facilitée par le recours à la lithographie. Lyon a alors fabriqué pour toute la France, mais aussi pour des régions lointaines comme l’Amérique du Sud, l’Empire ottoman, entre autres, de multiples objets imprimés des plus divers : papiers à en-tête, factures, reçus, chèques, bons au porteur, formulaires administratifs et commerciaux divers à compléter, étiquettes de produits les plus variés, et bien entendu affiches. C’est une reconversion méconnue, sur laquelle il est difficile de donner des statistiques, mais qui a constitué une spécialité lyonnaise, et qui, d’une certaine manière, a contribué à sauver l’imprimerie lyonnaise d’une disparition annoncée à plus ou moins brève échéance par le développement de l’édition parisienne.

Quelques figures tutélaires

  • 17 Marius Audin, Somme typographique, sixième volume : l’imprimerie à Lyon aux xviiie et xixe siècles,(...)
  • 18 http://www.imprimerie.lyon.fr/imprimerie/sections/fr/decouverte/la_somme_typographiq/
    sections/fr/do (...)

24On ne peut évoquer l’histoire de l’imprimerie et de la librairie lyonnaise des années 1848-1870 sans camper quelques-uns de ceux qui en furent les acteurs, même si leurs dates de vie et d’activité dépassent la période ici envisagée. Fort heureusement, nous disposons pour ce faire du matériau amassé par Marius Audin dans sa Somme typographique17, désormais consultable sur le site du Musée de l’imprimerie18.

25Benoît Boursy est aujourd’hui bien oublié. Né à Lyon le 5 août 1804, il y mourut le 8 janvier 1875. Il était le fils de Jean-Marie Boursy (1773-1837), imprimeur installé au 19 rue de la Poulaillerie de 1813 à 1834. Benoît secondait son père depuis 1817. Il lui succéda en 1834, alors que normalement le brevet de son père aurait dû s’éteindre avec lui. Comme nous l’avons signalé, son père et lui eurent maille à partir avec les autorités en 1831, et il imprima des textes républicains en 1848. Il avait transféré son atelier au 66 de la Grande Rue Mercière en 1846, puis au 90 rue Mercière en 1859. Il se retira en 1863. Il incarne le petit imprimeur traditionnel, dont la production tenait essentiellement aux travaux de ville.

26Nous ne mentionnerons que pour mémoire la personnalité déjà bien connue, et l’une des seules étudiées pour le xixe siècle, de Louis Benoît Perrin, né à Lyon le 13 mai 1799 et décédé en cette ville le 7 avril 1865. Il avait commencé sa carrière comme commis chez le libraire légitimiste Rusand, puis s’associa en 1824 avec Zacharie Durand pour reprendre aux halles de la Grenette un atelier créé sous l’Ancien Régime par les Baritel auxquels succédèrent les Cutty puis les Darnaud. En 1826, les deux associés s’installèrent rue Mercière, puis Durand se retira de l’affaire. Travaillant désormais seul, Louis Perrin sut renouer avec les grandes heures de l’imprimerie lyonnaise de la Renaissance. On sait comment sa réputation s’affermit bien au-delà de la capitale des Gaules lorsqu’en 1846, il créa les « caractères augustaux » d’après des dessins du peintre Pierre Révoil.

27Louis Perrin était très lié à un autre de ses confrères, Léonard Boitel, dit Léon Boitel, né à Rive-de-Gier le 27 octobre 1806. Il était fils d’un pharmacien qui l’envoya à Paris pour apprendre cet art. Il vint à Lyon en 1831 et se lança dans l’imprimerie. Deux ans plus tard, il rachetait l’atelier Pelzin. Nous avons évoqué son apport novateur avec la création de la Revue du Lyonnais en 1835, et la publication d’ouvrages historiques régionalistes. Il lança à Lyon la mode de la gravure de bois de bout. Son activité eut à souffrir des contrecoups des événements politiques de 1848. Il céda son atelier à Aimé Vingtrinier le 1er juillet 1852. Il avait entre-temps obtenu un poste d’inspecteur de la navigation du Rhône. Quelques semaines après la vente de son imprimerie, le 2 août 1852, il se noya accidentellement au cours d’une baignade dans le fleuve, devant sa maison de campagne d’Irigny.

  • 19 Bruno Benoît et Gilbert Gardes, Identité et régionalité. Être Lyonnais. Hommage à Aimé Vingtrinier,(...)
  • 20 Aimé Vingtrinier, Histoire de l’imprimerie à Lyon de l’origine jusqu’à nos jours, Lyon, Storck, 189 (...)

28Aimé Vingtrinier, le successeur de Boitel, fut un personnage aux multiples talents que rappelèrent en 2005 les actes d’un colloque qui lui rendit alors hommage19. Il était né à Lyon le 31 juillet 1812. Il fut le bibliothécaire du collectionneur Coste, dont il dressa le catalogue. Il devint également bibliothécaire de sa ville en 1874. Il avait racheté l’atelier Boitel sur les instances de Perrin, en 1852, et relança la Revue du Lyonnais. Il réussit à faire de son imprimerie la seconde de Lyon en importance, modernisant la fabrication, et remplaçant les presses à bras par des presses mécaniques. Depuis 1868, il imprimait seul le quotidien Le Courrier de Lyon. Il prit sa retraite en 1876, mais dirigea la Revue du Lyonnais jusqu’en 1880. On lui doit une Histoire de l’imprimerie à Lyon, parue en 189420. Il mourut à Lyon le 8 avril 1903.

29Une autre grande figure du temps est celle de François Pitrat l’aîné. Premier fils de l’imprimeur Claude-Théodore Pitrat, il naquit à Lyon le 8 janvier 1818. Il commença sa carrière auprès de son père, dont il dirigea bientôt les ateliers. En 1844, il partit travailler à Paris chez Lacrampe puis chez Raçon. De retour à Lyon, il succéda en 1866 à Simon Barret, chez qui il était entré l’année précédente. Cet atelier avait une longue histoire puisqu’il était issu de ceux de Delaroche et Ballanche, et de celui créé en 1682 par les Potin avant de passer aux Vignieu puis aux Barret. Il dirigea cette imprimerie de la rue Gentil jusqu’en 1891, année où elle fut reprise par Alexandre Rey. François Pitrat mourut à Lyon le 11 octobre 1893.

30Un dernier personnage peut clôturer cette rapide galerie de portraits : Benoît Arnaud, né à Lyon le 8 octobre 1823, fils d’un fabricant d’étoffes. Il fit ses premières armes chez l’imprimeur-lithographe Charles Baptiste Perrin. Après un séjour parisien, il revint à Lyon et se lança d’abord dans l’imprimerie lithographique sur soie. À partir de 1861, il se spécialisa dans l’imprimerie commerciale sur papier. Il ouvrit un premier atelier en 1856 rue des Capucins, puis le transféra en 1860 place Saint-Nizier. Dès 1866, il fut secondé par son neveu Rodolphe (1850-1927) qui devait lui succéder. En 1876, il ouvrit une succursale parisienne rue de Turbigo. Il mourut à Villennes (Yvelines) le 27 juillet 1903. L’imprimerie Arnaud ne se contenta pas du seul marché français. Elle exporta vers l’Afrique du Nord et l’Amérique latine. En 1872, elle avait obtenu la médaille d’argent de l’Exposition universelle de Lyon. Benoît Arnaud fut l’un des cinq fondateurs du Grand Bazar de Lyon en 1886. Un siècle plus tard, la fusion de l’imprimerie Arnaud, en 1984, avec trois autres sociétés aboutit à la disparition de cette enseigne.

  • 21 Nathalie Lacroix, Les imprimeurs lyonnais…, op. cit., p. 46-48.

31Même mal connues, les années 1848-1870 révèlent dans l’histoire de l’imprimerie et de la librairie lyonnaises un certain nombre de mutations et de réorientations importantes qui permirent sa survie. La chute du Second Empire, avec la disparition du système des brevets et les débuts d’une libéralisation que couronna la loi du 29 juillet 1881, marqua une rupture importante et inaugura une nouvelle ère, marquée, entre autres caractéristiques, par une amélioration des conditions de travail. Le syndicat patronal et les ouvriers imprimeurs s’étaient accordés sur un premier tarif des rémunérations le 8 avril 1848. Un second tarif fut adopté en juin 1872. Une Société de secours mutuels des typographes lyonnais avait été autorisée fin septembre 1822. Elle comptait soixante-dix-sept membres vingt ans plus tard. En mars 1873, le préfet autorisa la création d’une chambre syndicale des ouvriers lithographes. Quelques mois plus tôt, en 1872, les typographes firent une grève dure de quatre mois, qui devait avoir pour résultat le nouveau tarif que nous venons d’évoquer. C’est à la suite de ce conflit que Joseph Albert, qui ne supportait plus de voir son journal catholique Le Télégraphe sortir systématiquement avec trois heures de retard sur le journal radical Le Petit Lyonnais, alors que les deux feuilles étaient produites par la même imprimerie, décida de créer sa propre imprimerie catholique, l’« Œuvre de Saint-Paul »21. Pour ce faire, il embaucha une trentaine de jeunes femmes, innovation impensable en France où, depuis toujours, les métiers de l’imprimerie étaient fermés aux femmes. Une autre initiative collective mérite d’être rappelée. Le 4 mai 1864, trente-cinq typographes lyonnais se retrouvèrent en ayant réuni 20 000 francs destinés à acquérir une imprimerie. Ils se constituèrent en une société enregistrée le 17 juillet 1866, qui put acheter le matériel nécessaire. Ainsi naquit, sous forme coopérative, l’Association typographique lyonnaise (ATL) destinée à un bel avenir. Les trente dernières années du xixe siècle furent en effet marquées par de nouvelles mutations du monde lyonnais du livre, facilitées par la liberté d’exercice des métiers, qui renforcèrent l’orientation prise précédemment, à savoir la production d’imprimés commerciaux pour des contrées diverses et lointaines. Puissent ces quelques notations avoir permis de démentir l’affirmation fallacieuse de Monfalcon citée au début de ces pages. Mais on l’aura compris, l’histoire de l’imprimerie et de la librairie lyonnaises du xixe siècle est encore à écrire !

Haut de page

Notes

1 Jean-Baptiste Monfalcon, Manuel du bibliophile et de l’archéologue lyonnais, Paris, 1857, p. XL.

2 Nous nous permettons de renvoyer à plusieurs de nos publications consacrées au monde lyonnais du livre au xixe siècle : Dominique Varry, « L’imprimerie et la librairie à Lyon au xixe siècle », Le Commerce de la librairie en France au xixe siècle 1789-1914, dans Jean-Yves Mollier (dir.), Paris, IMEC Éditions et Éditions de la Maison des sciences de l’Homme, 1997, p. 61-69 ; Dominique Varry, « Lyon », dans Histoire de la Librairie française Patricia Sorel et Frédérique Leblanc (dir.), Paris, Éditions du Cercle de la Librairie, 2008, p. 108-109.

3 Arch. Dép. Rhône T 310-313 et 339-342 : série disparate et lacunaire de dossiers nominatifs. Les dossiers individuels des libraires sont conservés dans la sous-série 2 T. Arch. Nat. F18 2053A à 2061 : série complète des dossiers des imprimeurs typographes et lithographes et des libraires de Lyon.

4 Jérémie Sigalat, Libraires et librairies à Lyon sous le Second Empire, mémoire de maîtrise d’histoire, université Jean-Moulin Lyon 3, 2002, p. 37-38.

5 Arch. Dép. Rhône 2 T 43.

6 Nathalie Lacroix, Les Imprimeurs lyonnais 1870-1900, mémoire de DEA, Villeurbanne, ENSB, 1991.

7 Laure Pabot, « Le passage de la librairie “contrôlée” à la librairie “libérée” à Lyon 1870-1900 », Le Commerce de la librairie en France au xixe siècle 1789-1914, dans Jean-Yves Mollier (dir.), Paris, IMEC Éditions et Éditions de la Maison des sciences de l’Homme, 1997, p. 71-79.

8 Jérémie Sigalat, Libraires et librairies à Lyon sous le Second Empire, op. cit.

9 Sébastien Duc, « La famille Périsse à Lyon aux xviiie et xixe siècles », Bulletin de la Société historique, archéologique et littéraire de Lyon, tome 29, 2000, p. 185-212 ; Dominique Varry, « Les Périsse éditeurs de Madame Du Bocage », Forma venus, arte minerva, sur l’œuvre et la carrière d’Anne-Marie Du Bocage (1710-1802), dans François Bessire et Martine Reid (dir.), Le Havre, Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2017, p. 151‑167.

10 Ce mouvement ne s’inversa que vers 1900.

11 Dominique Varry, « D’une revue l’autre : Imprimeurs et érudits lyonnais du xixe siècle », Gryphe, n° 17, septembre 2007, p. 4-9.

12 Noémi Cobolet, Les éditions d’histoire de Léon Boitel : l’invention d’une nouvelle histoire locale, mémoire de master 2 Cultures de l’écrit et de l’image, Villeurbanne, Enssib, 2011.

13 Laurent Guillo, Louis-Benoît Perrin et Alfred-Louis Perrin, imprimeurs à Lyon (1823-1863-1883), Diplôme supérieur de bibliothécaire, Villeurbanne, ENSB, 1986 ; Louis Perrin ou L’Art du livre à Lyon au xixe siècle, Lyon, Musée de l’imprimerie, 1987 ; Jean-Baptiste Monfalcon, Étude sur Louis Perrin, imprimeur lyonnais, édition établie par Laurent Guillo, Paris, Éditions des Cendres, 1994 ; René Ponot, Louis Perrin et l’énigme des augustaux, Paris, Éditions des Cendres, 1998.

14 Claude Savart, Les Catholiques en France au xixe siècle. Le témoignage du livre religieux, Paris, Beauchesne, 1985, p. 103, 117-119 et 124-135.

15 Sur les liens entre le monde lyonnais du livre et la mission catholique en Nouvelle-Zélande, voir : Dominique Varry, « Lyon as a capital of Catholic printing in the nineteenth century », The French Place in the Bay of Islands. Te Urunga Mai o Te Iwi Wiwi. Essays from Pompallier’s Printery, edited by Kate Martin and Brad Mercer, Auckland (New Zealand), Rim Books, 2011, p. 244-255.

16 Exposition organisée au Musée de l’imprimerie de Lyon du 21 avril au 29 juillet 2007, dont nous avons été commissaire, dans le cadre de la manifestation « L’esprit d’un siècle : Lyon 1800-1914 ». Voir : Dominique Varry, « L’Imprimerie à Lyon au xixe siècle », L’Esprit d’un siècle : Lyon 1800-1914, catalogue des expositions organisées par la ville de Lyon, (avril-juillet 2007), Lyon, Fage Éditions, 2007, p. 262-277.

17 Marius Audin, Somme typographique, sixième volume : l’imprimerie à Lyon aux xviiie et xixe siècles, manuscrit conservé au Musée de l’imprimerie de Lyon, et mis en ligne sur son site.

18 http://www.imprimerie.lyon.fr/imprimerie/sections/fr/decouverte/la_somme_typographiq/
sections/fr/documentation/somme_typographique/ (consulté le 12 mars 2012).

19 Bruno Benoît et Gilbert Gardes, Identité et régionalité. Être Lyonnais. Hommage à Aimé Vingtrinier, Lyon, Jacques André, 2005. Voir en particulier les articles des pages 17-78 consacrés aux différentes facettes de la carrière de Vingtrinier.

20 Aimé Vingtrinier, Histoire de l’imprimerie à Lyon de l’origine jusqu’à nos jours, Lyon, Storck, 1894.

21 Nathalie Lacroix, Les imprimeurs lyonnais…, op. cit., p. 46-48.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dominique Varry, « Imprimerie et librairie à Lyon sous la Seconde République et le Second Empire », Chrétiens et sociétés, 25 | -1, 69-92.

Référence électronique

Dominique Varry, « Imprimerie et librairie à Lyon sous la Seconde République et le Second Empire », Chrétiens et sociétés [En ligne], 25 | 2018, mis en ligne le 09 avril 2019, consulté le 27 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/chretienssocietes/4431 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chretienssocietes.4431

Haut de page

Auteur

Dominique Varry

Université de Lyon (Enssib)Centre Gabriel Naudé

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals