Navigation – Plan du site

AccueilNuméros25Dossier bibliographiqueRecensionsRob Iliffe, Priest of Nature. The...

Dossier bibliographique
Recensions

Rob Iliffe, Priest of Nature. The religious worlds of Isaac Newton, New York, Oxford University Press, 2017, 522 p.

Noémie Recous
p. 228-232

Texte intégral

1Le travail de Rob Iliffe s’inscrit dans la lignée des travaux de ces trente dernières années qui, suite à la découverte de nouveaux manuscrits, se sont fixé pour objectifs de réhabiliter les recherches alchimiques et religieuses d’Isaac Newton. Si, depuis la fin du xviiie siècle, l’hagiographie puis l’historiographie newtoniennes s’étaient focalisées sur ses travaux mathématiques et astronomiques, reléguant au rang d’anecdotique les études bibliques du héros, historiennes et historiens sont aujourd’hui forcés de constater que sir Isaac a consacré beaucoup de temps et d’étude à ces questions, tout aussi importantes à ses yeux (voire davantage) que ses recherches de philosophie naturelle. Iliffe entend donc revaloriser ces recherches et pratiques, mais également en restaurer la chronologie. Contrairement à une partie de ses prédécesseurs, ce spécialiste affirme que l’intérêt de Newton pour les Écritures et les prophéties ne correspond pas à la fin de sa carrière savante, ni à l’activité d’un homme déclinant. Très tôt, Newton met en place un programme de recherche intensif sur l’histoire de l’Église, programme qui connaît son apogée avant sa nomination comme Maître de la Monnaie et son départ de l’université en 1696, et poursuivi tout au long de sa vie. L’ouvrage se focalise donc sur cette première partie de la vie de Newton. La méconnaissance de ces travaux newtoniens n’est pas seulement liée au regard positiviste qui s’impose à la fin du xviiie siècle, mais aussi aux choix délibérés de leur auteur. De sa vie, Newton s’est montré très réticent à publier ses travaux, quels qu’ils soient. C’est surtout par méfiance face à la République des Lettres et aux échanges qui s’y déroulent : expérimentations publiques et réitérées, controverses et débats sont des situations qu’il fuit, sans doute en lien avec son caractère, mais plus encore avec sa conception même de ses études. Pour lui, le savant ne peut communiquer ses trouvailles qu’une fois qu’il est absolument certain d’avoir atteint la vérité, vérité reposant sur une certitude aussi solide que la certitude mathématique. Il ne le fait qu’à un nombre réduit de proches qui partagent ses valeurs et son éthos de recherche : érudition constamment élargie, indépendance, attitude morale irréprochable et prières à Dieu.

2Quels sont ces fameux travaux religieux de Newton ? Il s’agit avant tout d’exégèse, d’histoire de l’Église des premiers siècles et d’une recherche sur la signification des images prophétiques bibliques. Rob Iliffe critique une démarche qui consisterait à chercher un élément reliant travaux religieux et travaux de philosophie naturelle au sein d’une vision globale et homogène du monde. Il rappelle que Newton lui-même divise son univers intellectuel en différentes catégories et consacre aux divers aspects de ses recherches des objectifs et méthodes distinctes. Cette précaution permet à l’auteur de ne plus considérer les travaux religieux comme une émanation secondaire et abstruse de la philosophie naturelle de Newton mais comme un champ en soi, qu’il réinscrit dans le contexte de la pensée newtonienne mais également dans le contexte intellectuel de l’époque. Quelques exigences et lignes de démarcation sont toutefois discernables dans l’ensemble de la production newtonienne de ces années : le refus des systèmes et hypothèses, productions trompeuses de l’imagination, la méfiance face à un public non initié et peu enclin à la moralité, la recherche de la certitude et l’idée qu’elle est accessible à l’homme, l’idée que l’homme est façonné à l’image de Dieu et que ces correspondances peuvent être élucidées. Comme d’autres de ses contemporains, Newton donne à l’identité de savant une dimension religieuse : son refus de l’ordination et son célibat sont les garants d’une liberté, d’une indépendance nécessaire à une vie morale et entièrement tournée vers l’étude du monde, et à travers lui, de Dieu.

3L’ouvrage suit une chronologie très fine des années 1660 au milieu des années 1690, doublée d’une approche thématique articulée aux différents travaux présents dans des sources manuscrites, que l’auteur analyse avec une très grande précision. Les deux premiers chapitres de l’ouvrage plantent le décor : y sont détaillés les contextes dans lesquels évolue le jeune Newton, proximités puritaines dans l’enfance puis influence presbytérienne à la Grammar School, et arrivée à Cambridge au moment des tensions et débats très vifs liés à la Restauration. La vie à Trinity College et les premières lectures et intérêts de Newton, la formation reçue ainsi que les liens avec ses professeurs et pairs y sont étudiés grâce à un important croisement de sources. Puis, c’est la rencontre avec Descartes et l’abandon de l’aristotélisme : à Cambridge, les thèses cartésiennes rencontrent un grand succès grâce aux travaux d’Henry More, avant d’être finalement critiquées, leur matérialisme étant accusé de conduire à l’athéisme. Descartes conserve néanmoins un certain succès chez les étudiants dans les années 1660, et les Principia Philosophiae sont une source de réflexion puis de critique très importante pour le jeune Newton sur des thèmes comme le vide, la nature de l’espace et des corps, le fini, l’indéfini et l’infini, l’imagination et la raison, les liens entre le Créateur et l’homme.

4Au début des années 1670, Newton affirme être dégoûté de la philosophie naturelle, et se lance dans l’alchimie et les études bibliques. L’obtention en 1675 d’une dispense lui permettant d’éviter l’ordination lui donne une liberté qu’il consacre à l’étude de l’histoire de l’Église. Il se focalise en particulier sur le ive siècle, et commence à développer de la suspicion face au dogme de la Trinité. Une étude approfondie du concile de Nicée à grand renfort de sources anciennes et d’écrits contemporains le conduit à considérer le trinitarisme comme une idolâtrie, et Athanase comme le principal corrupteur de l’Église. Il se donne alors pour mission d’en dénoncer les fraudes. Ces travaux sont entre autres stimulés par la haine viscérale que Newton développe pour le catholicisme, à commencer par les jésuites, avec certains desquels il controverse dans les années 1670, lors de la parution de son premier travail dans les Philosophical Transactions, et les moines, dont il dénonce les pratiques d’ascèse, propices selon lui à la stimulation de l’imagination, à l’oisiveté et à la luxure. Cette réflexion sur la corruption de l’Église chrétienne des premiers siècles se double à partir des années 1680 d’un travail approfondi sur la religion préchrétienne. S’inscrivant nettement dans l’héritage de la prisca sapientia développée par Marsile Ficin et dans les recherches de certains de ses contemporains, Newton entreprend de restaurer les bases de la religion de Noé et d’en comprendre les différentes étapes de corruption au fil du temps et des lieux. Pour lui, cette religion originelle est purement rationnelle et chevillée à la vraie philosophie naturelle, celle de l’héliocentrisme, dont il perçoit un indice dans le feu central du culte vestal. Il insiste sur la place des Égyptiens dans la transmission de ces savoirs aux Grecs, et en particulier aux Pythagoriciens. La corruption progressive de la religion originelle, qui s’explique notamment par une lecture littérale de textes allégoriques, s’accompagne de la perte de la vraie connaissance scientifique. Certains grands restaurateurs de ce savoir se sont néanmoins manifestés dans l’histoire, comme Moïse, puis le Christ. Newton se regarde lui-même comme l’un d’eux : il pense que les principes développés dans ses Principia Mathematica étaient connus des anciens, et constituent le cœur de cette prisca sapientia. Dès la fin des années 1670, il se lance également dans la recherche et l’interprétation des prophéties bibliques, inspiré par les travaux de Joseph Mede et Henry More. Avec eux, il identifie le ive siècle à celui de la Grande Apostasie, et à partir de ce point de départ, tente de déterminer les seuils et tournants qui doivent conduire au Jugement Dernier. Il n’hésite pas à chercher des traces de ces seuils dans l’histoire de l’humanité, à grand renfort de sources variées, sans reprendre forcément à son compte les topoï de l’exercice (par exemple, il n’envisage pas la Réforme comme un moment clef). Il place en outre le Millenium et le retour du Christ dans un futur non advenu mais imprécis, qu’il n’espère pas même voir de son vivant. Dans la deuxième moitié de la décennie 1680, il remanie ses travaux sur les prophéties et se questionne sur la fin des temps. Ce questionnement se retrouve dans ses travaux savants, puisqu’il envisage la destruction du cosmos et le remplacement des planètes par des comètes, du fait de leurs trajectoires et de la gravitation universelle.

5Malgré sa volonté de retrait et d’indépendance, Newton se trouve à plusieurs reprises impliqué dans des controverses, d’abord avec Robert Hooke, puis avec Leibniz. Pour contrer ses adversaires, il a alors recours à la rhétorique, qu’il abhorre par ailleurs dans le domaine des connaissances. Comme il le fait contre Athanase dans ses travaux d’histoire de l’Église, Newton monte des dossiers solides contre ses opposants et recourt à de nombreuses sources et documents pour les discréditer. Cela ne l’empêche pas, par ailleurs, de nouer de solides amitiés et, à la fin des années 1680, de chercher à s’impliquer dans la vie politique du royaume, en se faisant élire membre du parlement pour l’université. Il cherche en outre une source de revenus stable, voire un office, et il n’hésite pas à recourir au soutien d’aristocrates comme John Hampden, de diplomates comme Constantin Huygens, frère du mathématicien néerlandais. Il développe également une amitié intellectuelle forte avec John Locke. Au début de la décennie 1690, il se plonge dans des travaux d’alchimie tout en envisageant une nouvelle édition des Principia Mathematica. En 1693, quelques lettres étranges envoyées à des proches et des rumeurs multiples ont fait dire à ses biographes qu’il était devenu fou, avait sombré dans la dépression ou s’était durablement empoisonné au mercure. Rob Iliffe se garde de toute interprétation définitive, soulignant seulement qu’après un moment de flottement, Newton reprend ses travaux et ne semble avoir perdu aucune de ses capacités intellectuelles.

6En choisissant de prendre au sérieux les travaux de Newton dans le domaine religieux, Rob Iliffe révèle non seulement l’importance qu’ils avaient pour lui, le temps, l’énergie, l’assiduité et la rigueur qu’il leur a dévolus dès ses jeunes années, mais aussi le regard porté par cet homme sur son époque et sur lui-même, par-delà les hagiographies positivistes rédigées a posteriori. Newton se considérait comme un chrétien pieux, dont la vocation (au sens fort de « calling ») était d’utiliser son intelligence et ses extraordinaires capacités de raisonnement pour discerner la vérité dans tous les domaines de la connaissance, pour restaurer la religion originelle et la vraie philosophie naturelle dans leur pureté d’avant leur corruption, et de se rendre digne d’un Dieu à l’image duquel il avait été créé. Essentiel à la connaissance d’un personnage historique encore trop souvent idéalisé, l’ouvrage d’Iliffe permet en sus une plongée au cœur des enjeux des xviie et xviiie siècles, replace les préoccupations théologiques et métaphysiques au cœur de l’univers intellectuel des savants et contribue à nouveau à complexifier la prétendue « révolution scientifique ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Noémie Recous, « Rob Iliffe, Priest of Nature. The religious worlds of Isaac Newton, New York, Oxford University Press, 2017, 522 p. »Chrétiens et sociétés, 25 | -1, 228-232.

Référence électronique

Noémie Recous, « Rob Iliffe, Priest of Nature. The religious worlds of Isaac Newton, New York, Oxford University Press, 2017, 522 p. »Chrétiens et sociétés [En ligne], 25 | 2018, mis en ligne le 07 mai 2019, consulté le 28 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/chretienssocietes/4677 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chretienssocietes.4677

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search