Navigation – Plan du site

AccueilNuméros25Dossier bibliographiqueRecensionsOlivier Landron, Le cardinal Mart...

Dossier bibliographique
Recensions

Olivier Landron, Le cardinal Marty, Paris, Les Éditions du Cerf, 2017, 358 p.

Étienne Fouilloux
p. 234-236

Texte intégral

1Prêtre du diocèse de Rodez, évêque de Saint-Flour, archevêque de Reims (1959-1968) et archevêque de Paris (1968-1981), le cardinal Marty fut sans nul doute l’une des personnalités marquantes de l’Église catholique dans la France du XXe siècle. On attendait donc avec curiosité sa première grande biographie, due à Olivier Landron, professeur d’histoire à l’Université catholique de l’Ouest. La déception est à la mesure de l’attente, pour de multiples raisons.

2D’abord parce qu’il est bien difficile d’écrire une biographie sans accès aux papiers personnels de la personnalité choisie. Olivier Landron contourne la difficulté par le recours aux archives des diocèses dans lesquels le cardinal Marty a exercé son activité, Rodez et Paris principalement. Elles contiennent certes de la correspondance inédite, mais surtout les multiples interventions du prélat dans le domaine public, qui étaient connues. Ce qui fait que, souvent, on n’apprend rien qu’on ne sache déjà. Le manque est particulièrement préjudiciable sur le rôle du prélat au concile Vatican II, nettement sous-estimé, pour lequel on sait qu’il existe un journal inédit (et d’abondantes références dans l’Archivio Vaticano II).

3Ensuite du fait d’un « style sans grand relief », reproche que Landron adresse au chanoine Boulard (p. 54), mais qu’on peut lui retourner. Voire un style confus qui n’évite pas les erreurs de détail (l’évêque de Rodez qui a ordonné Marty s’appelait Challiol, pas Chaillol ; Mgr Kerlévéo n’a pas été évêque de Saint-Brieuc ; le village d’origine du président Pompidou est Montboudif, pas Montboutif ; la CFDT n’est pas une Conférence, mais une Confédération...) et qui manque surtout de précision au point d’induire en erreur : Mgr Maziers n’est pas nommé « évêque auxiliaire de Saint-Étienne », diocèse qui alors n’existe pas, mais évêque auxiliaire de Lyon en charge de Saint-Étienne (p. 77). On pourrait multiplier les exemples de même type.

4Enfin et surtout à cause de défauts structurels et de méthode. Sur les 300 pages de texte, hors introduction et conclusion, les deux tiers sont consacrés aux treize ans de l’épiscopat parisien, ce qui se conçoit, mais en un seul chapitre, démesuré par rapport aux autres et à l’intérieur duquel on peine à trouver une organisation logique. Il aurait fallu le scinder, ce qui aurait nécessité des choix qui font défaut. Le volume manque en effet cruellement de problématisation. La dialectique entre le personnage et les contextes qu’il traverse est une des clés de toute biographie. Pour avoir une idée juste de l’action de Mgr Marty, il aurait fallu une présentation sommaire des diocèses dans lesquels il a exercé ses fonctions. L’entame du massif chapitre parisien est emblématique d’une telle carence. Alors qu’on s’attendait à un état des lieux à l’arrivée de Marty, facile à faire grâce à la thèse de Luc Perrin (non citée), elle part sur... la nostalgie de l’Aveyron, tout petit bout de la lorgnette (p. 113) !

5Lorsque le biographe évoque les opinions de son héros sur des événements majeurs, il doit justifier ses affirmations. Or c’est loin d’être toujours le cas ici. Mgr Marty partisan de l’indépendance de l’Algérie ? Sur la base de quels documents ? Et quand ? Une telle position n’a pas le même sens en 1957 et en 1962... Mgr Marty adepte du concile Vatican II comme rupture ? Même remarque. Bien des passages sur l’amour de Marty pour les traditions de son Rouergue natal plaident d’ailleurs en sens contraire. Mgr Marty partisan de la théologie de la libération ? Idem. Nombre d’assertions, lourdes de conséquences, sont assénées sans preuve.

6La qualité d’une biographie se mesure aussi à la justesse de la distance que le biographe établit avec son modèle et à la finesse du portrait qui en résulte. Or cette distance n’est pas bien établie ce qui fait osciller Olivier Landron entre deux portraits difficilement compatibles. Le portrait à décharge de la mémoire ecclésiale : un pasteur accessible et jovial, soucieux des plus petits, un homme de paix qui n’aime pas les conflits et possède un art certain de les gérer (on regrette à cet égard que les multiples tâches de Marty à la tête de la Conférence épiscopale française n’aient pas fait l’objet d’un chapitre spécifique). Mais on peut aussi tirer de cette biographie un portrait à charge assez cruel : un carriériste tout à la fois roublard et naïf, ce qui est un comble, qui ne livre pas le fond de sa pensée, qui épie ses subordonnés, qui n’aime pas les riches et qui a échoué dans toutes ses entreprises en soutenant unilatéralement la pastorale d’ensemble et l’Action catholique spécialisée. Olivier Landron laisse son lecteur sur cette ambivalence sans lui donner les moyens de la dépasser.

7Le cardinal Marty méritait mieux que cet essai peu fiable, mal structuré et souvent discutable.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Étienne Fouilloux, « Olivier Landron, Le cardinal Marty, Paris, Les Éditions du Cerf, 2017, 358 p. »Chrétiens et sociétés, 25 | -1, 234-236.

Référence électronique

Étienne Fouilloux, « Olivier Landron, Le cardinal Marty, Paris, Les Éditions du Cerf, 2017, 358 p. »Chrétiens et sociétés [En ligne], 25 | 2018, mis en ligne le 07 mai 2019, consulté le 24 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/chretienssocietes/4690 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chretienssocietes.4690

Haut de page

Auteur

Étienne Fouilloux

LARHRA, UMR 5190

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search