Navigation – Plan du site

Introduction

Introduction
Introducción
Olivier Chatelan, Gilles Routhier et Caroline Sappia
p. 5-13
Traduction(s) :
Introducción

Texte intégral

  • 1 Et des femmes, mais celles-ci, religieuses ou laïques, ne sont pas concernées initialement par ces (...)

1Les « organismes d’envoi de prêtres Fidei donum en Amérique latine » : qu’est-ce à dire ? Voilà un objet de recherche pour le moins curieux, quasiment un « ovni » historiographique, qu’on pourrait facilement suspecter d’exotisme un peu suranné, typique d’une histoire cléricale contre laquelle s’est construite la recherche francophone depuis plusieurs décennies et a priori d’un intérêt bien secondaire dans l’histoire du fait religieux contemporain. L’ambition de ce guide est de démontrer qu’il n’en est rien et, espérons-le, de convaincre au contraire de la richesse potentielle d’un tel champ d’étude. L’objet s’inscrit dans le renouvellement de l’histoire des missions mais également, bien au-delà, dans une perspective plus générale : celle des rapports entre l’histoire institutionnelle de la gouvernance de l’Église à l’échelle tricontinentale (Europe occidentale, Amérique anglo-saxonne et Amérique latine), l’histoire sociale de parcours migratoires (en l’occurrence ceux de clercs entre deux mondes et deux cultures) et l’histoire religieuse des sociétés de départ et des sociétés d’accueil. Dans le champ relativement récent d’une histoire transnationale du religieux qui n’est ni cléricale ni confessionnelle, l’attention est portée autant sur les échanges intellectuels et les emprunts institutionnels que sur les circulations des hommes1, à travers les trajectoires individuelles et collectives et dans un jeu d’allers-retours. Pour penser cette histoire, plusieurs échelles sont nécessaires : l’échelle « micro » des parcours et des engagements de ces prêtres avant, pendant et éventuellement après leur implantation en Amérique latine ; l’échelle « méso » des diocèses et des institutions ecclésiales de dimension nationale ; enfin, l’échelle « macro » des réseaux intercontinentaux de la Curie et des organismes structurants de l’Église latino-américaine.

2Les organismes d’envoi sont nés pendant la Guerre froide. Ils ont été chahutés par l’essor puis par les développements de la théologie de la libération. Conçus délibérément – et sur impulsion romaine – comme des supports logistiques et doctrinaux de circulations transatlantiques de forte intensité, ils n’échappent par conséquent ni à la structuration bipolaire de leur époque ni aux débats internes à l’Église. Plateformes missionnaires d’un nouveau type – puisque fondées sur la notion d’« entraide » ou de « coopération sacerdotale » entre Églises – et tournées vers un sous-continent marqué par de profondes et violentes oppositions idéologiques, ils sont de près ou de loin travaillés par la question politique et, parce qu’il s’agit en partie de l’époque des dictatures, par celle de l’engagement : jusqu’à quel point la « solidarité » avec les peuples d’Amérique latine peut-elle s’exercer ? La coopération entre Églises par une entraide sacerdotale doit-elle s’accompagner concrètement de « l’option préférentielle pour les pauvres » proclamée dans ses conclusions par la IIIème Conférence épiscopale du CELAM à Puebla en 1979 et en germe dès celle de Medellín onze ans plus tôt ? Faut-il choisir entre la « sécurité nationale » – qui prétend défendre la civilisation chrétienne – et la « révolution » – qui libèrerait les opprimés ? Au fond, c’est la question des usages et des recompositions de ces organismes d’envoi qui est posée : si tous répondent à leur vocation de support d’une assistance pastorale, certains d’entre eux deviennent les lieux d’un tiers-mondisme catholique qui relaient au Nord les revendications des Suds et participent à la critique de l’ordre économique international. Les responsables de ces différentes structures apportent des réponses variées aux problématiques ecclésiales de leur temps, que sont notamment : la crise de la figure du prêtre et le déclin des vocations sacerdotales ; les choix d’acculturation des Églises du Sud ; la question indigène et la reconnaissance de cultures opprimées ; ou encore la division politique des catholiques du sous-continent. En première analyse, il apparaît que ces structures d’envoi tentent à tout le moins de concilier les positions souvent prudentes des épiscopats nationaux (dont la plupart de ces organismes dépendent) avec les engagements extrêmement variables des prêtres Fidei donum confrontés sur le terrain à des situations politiques et socio-économiques très différentes de leurs pays d’origine et qui parfois transforment fondamentalement leur rapport au monde et à l’Église.

3Mais commençons par rappeler ou – c’est la première raison d’être de ce guide – par établir les faits les plus saillants, à savoir la chronologie des fondations de ces organismes d’envoi dans leur contexte. La création de ces « comité », « œuvre », « secrétariat », « collège » ou encore « société missionnaire » tournés vers l’Amérique latine est à situer dans l’effort de structuration institutionnelle de l’Église du sous-continent. Certes, la romanisation est amorcée très tôt, le concile qui se tient à Rome en 1899 constituant de ce point de vue un moment fondateur. Mais les années 1950 marquent une rupture car elles sont celles d’une visibilité accrue du catholicisme de la région. Les autorités romaines accueillent favorablement la naissance du Conseil épiscopal latino-américain (CELAM) en 1955, tandis que naît trois ans plus tard la Commission pontificale pour l’Amérique latine (CAL), auquel est ajouté un Conseil général (COGECAL) en 1963. Comment expliquer cette soudaine effervescence ? Si la question dépasse ici assez largement l’objet du guide, un facteur au moins peut retenir l’attention, tant il paraît structurant. Après la Seconde Guerre mondiale et avec la mise en place de la bipolarisation du monde à partir de 1947, la lutte contre le communisme est une priorité de Pie XII. L’Amérique latine apparaît dès lors comme un territoire de « marche » à défendre : le personnel sacerdotal en nombre insuffisant, tout comme la foi jugée fragile de ses fidèles ne peuvent faire face seuls au danger que représenterait l’athéisme marxiste, en plus des « sectes protestantes » et de la franc-maçonnerie, peurs ancestrales des élites catholiques du sous-continent depuis la période des indépendances et la fin du patronato.

4Cette angoisse explique la mobilisation particulière du préfet de la Congrégation des séminaires et universités, en la personne du cardinal Pizzardo, à l’origine de deux premières fondations d’organismes d’envoi qui constituent ce qu’on peut appeler une première phase de création. D’abord la Obra de cooperación sacerdotal hispanoamericana (OCSHA), installée en 1949 à Madrid. Puisant dans un vaste réservoir de vocations, l’épiscopat franquiste distille année après année des centaines de clercs séculiers dans les diocèses hispanophones du sous-continent (le Brésil est une destination plus ponctuelle) et reste pendant toute la seconde moitié du xxe siècle le principal fournisseur de prêtres diocésains étrangers en Amérique latine. Le Collège pour l’Amérique latine (COPAL) est ensuite créé en Belgique en 1953 à la demande du même cardinal Pizzardo devenu secrétaire de la Congrégation du Saint-Office, qui en confie la tâche à l’archevêque de Malines, le cardinal Van Roey. Madrid et Louvain, conçus sur des modèles assez proches, sont par conséquent les deux premières plateformes de l’envoi de prêtres séculiers par-delà l’Atlantique sud.

5Une deuxième phase s’ouvre avec l’encyclique Fidei donum promulguée le 21 avril 1957. La décolonisation en Afrique est en train de bouleverser les équilibres stratégiques et le sens même de la mission. La fermeture de l’Asie communiste (en 1949 pour la Chine continentale) oblige également à une réorientation des flux missionnaires. Le pape Pie XII encourage les évêques de vielle chrétienté à mettre à disposition des prêtres pour « les terres qui manquent de moyens apostoliques », en particulier sur le continent africain. Il s’agit d’un tournant dans l’histoire contemporaine des missions, puisqu’elle modifie la dynamique missionnaire classique – mouvement du centre vers la périphérie, prise en charge par des congrégations ad hoc – vers des collaborations entre Églises locales. Le souverain pontife propose en effet des formes de « prêts » de personnel ecclésiastique à court et à moyen terme : le candidat au départ accepte de se placer un temps sous l’autorité de l’évêque du diocèse d’accueil, tout en restant incardiné dans son diocèse d’origine. Il s’agit donc d’une mission bilatérale entre évêques et entre diocèses. L’expression « Fidei donum » qui s’impose rapidement pour nommer les prêtres volontaires renvoie par conséquent à une perspective missionnaire, mais sans spécificité latino-américaine. Elle s’applique toutefois rétroactivement, à vrai dire par commodité de langage, à tous les membres du clergé passés par Madrid ou Louvain, puis à l’ensemble des prêtres diocésains envoyés dans le cadre des organismes créés à cet effet par les différentes conférences épiscopales nationales, en Europe et en Amérique du Nord. Sans que la documentation dépouillée ne soit très explicite à ce sujet, on peut formuler l’hypothèse selon laquelle la victoire des barbudos à La Havane en janvier 1959 a accéléré la mobilisation des autorités romaines : au début des années 1960, les appels du pape Jean XXIII aux épiscopats canadien, français et italien en faveur d’un effort d’entraide sacerdotale vers l’Amérique latine sont suffisamment proches les uns des autres pour que l’on puisse parler d’une vision d’ensemble de caractère géopolitique. Sont donc fondés en moins de trois ans : la Commission épiscopale de coopération Canada-Amérique latine (CECAL), le Comité épiscopal France-Amérique latine (CEFAL) et le Comitato episcopale italiano per l’America latina (CEIAL).

  • 2 Un colloque récent réunissant des théologiens et des historiens a proposé un état des lieux sur les (...)

6Enfin, une troisième période de fondation s’ouvre au début des années 1970 : la création des organismes d’envoi ouest-allemand et suisse, respectivement en 1971 et 1972, complète le dispositif d’envoi. Simple coïncidence ? C’est le moment où sont publiés en Europe les premiers écrits des « théologiens de la libération ». Sans que le lien soit de cause à effet, l’attention de Rome est grande : depuis la IIème Conférence générale du CELAM à Medellín (1968), plusieurs évêques d’Amérique latine sont en train d’inventer ou de soutenir de nouvelles formes d’accompagnement des populations déshéritées qui vont très au-delà de la charité et des principes du catholicisme social2.

  • 3 Cette publication est l’un des résultats d’un projet « bourgeon » retenu et financé par l’Universit (...)

7Que sait-on au juste de l’histoire de ces organismes d’envoi de prêtres diocésains, qu’il faut donc distinguer des congrégations religieuses, pourvoyeuses elles aussi de personnel religieux et parfois mieux connues ? Ce guide est à comprendre comme un premier jalon dans la connaissance de ces organismes, sous la forme d’une production de repères chronologiques et bibliographiques. Le chercheur y trouvera des informations précises pour de potentielles analyses comparatives et des données structurelles sur chacun de ces organismes. À défaut de pouvoir pour l’instant les saisir ensemble, on a souhaité présenter l’ensemble des structures d’envoi. Une collaboration internationale s’est mise en place pour mettre en œuvre cette publication. C’est là un résultat que les coordinateurs ne se privent pas d’apprécier et de signaler3.

  • 4 Voir l’article de Gilles Routhier sur « la coopération apostolique nord-américaine » dans ce guide.
  • 5 Antonio Garrigós Meseguer, Evangelizadores de América. Historia de la OCSHA, Madrid, Biblioteca de (...)
  • 6 Par exemple : « Les “Fidei donum”, prêtres sans frontières », La Croix, 4 mai 2007.
  • 7 Carlos Alberto Pérez Méndez, Pontificia Comisión para América Latina, 50 años 1958-2008, 2008 (acce (...)
  • 8 Caroline Sappia, Le Collège pour l’Amérique latine de Louvain et son ancrage au Brésil : outil d’un (...)
  • 9 « La mission dans tous ses états (xxe et xxie siècles). Circulations, rencontres, échanges et hybri (...)

8Il fallait en particulier faire le point sur la bibliographie. Le lecteur la trouvera en fin de volume et constatera que les travaux sont encore peu nombreux. Un cas est emblématique : il n’existe quasiment aucun travail universitaire sur le Latin America Bureau de la Conférence des évêques américains, ce qui explique le choix de ne pas proposer de fiche de présentation sur cette structure, mais de s’en tenir à une approche plus globale sur la naissance des organismes nord-américains dans leur ensemble4. Les premiers livres parus sur les organismes d’envoi concernent le cas espagnol qui est aussi, on l’a vu, le plus ancien. Deux ouvrages ont en effet été publiés assez tôt sur l’histoire institutionnelle de la OCSHA5. Leurs auteurs ont été des acteurs et des témoins directs de la vie de la Obra, en tant que président pendant 20 ans (1953-1973) pour Antonio Garrigós Meseguer, et comme premier recteur du Séminaire théologique hispano-américain pour Andrès Melquiades. Bien qu’on ne puisse réduire ces histoires à de simples chroniques, elles sont cependant le fait d’hommes de l’intérieur, sans user du recul critique attendu. Au-delà de ces cercles, l’intérêt de ces ouvrages est limité. En 2007, à l’occasion du cinquantième anniversaire de l’encyclique Fidei donum, la presse religieuse consacre quelques articles à cette dynamique missionnaire encore vivante6 mais aucun travail historique ne porte sur le cas latino-américain. Un an plus tard, Carlos Alberto Pérez Méndez fait paraître une somme sur l’histoire de la Commission pontificale pour l’Amérique latine à partir des archives de la CAL, mais ce récit interne paraît très lisse, et élaboré à partir de documents romains pour l’heure inaccessibles aux autres chercheurs7. Soutenue en 2013, la thèse en histoire de Caroline Sappia sur le Collège pour l’Amérique latine de Louvain et son action au Brésil est le premier travail universitaire et d’envergure sur le sujet. Cette étude documente et détaille les liens entre les institutions vaticanes, le CELAM et les organismes d’aide à l’Église latino-américaine, tout en proposant une analyse du COPAL dans son contexte national, par le biais des différents réseaux institutionnels dans lequel il s’insère et en étudiant les parcours personnels de prêtres belges au Brésil8. Plus récemment, trois colloques internationaux ont aussi suscité des échanges et des collaborations entre chercheurs travaillant sur des thèmes communs des deux côtés de l’Atlantique9.

9Parallèlement à cette première salve de travaux, plusieurs témoignages ont été publiés depuis 2012, en particulier en France chez Karthala. Sans doute faut-il se réjouir de cet intérêt éditorial pour l’Église d’Amérique latine des années 1965-2015, alors que le journaliste et ancien prêtre Fidei donum Charles Antoine, fondateur du bulletin Dial, a longtemps été le seul à publier sur la question. Mais cette floraison est aussi le signe plus inquiétant d’une génération qui s’en va. En janvier 2018, les prêtres Fidei donum français travaillant au Brésil ont décidé de ne plus poursuivre leurs réunions annuelles, en raison du faible nombre de participants et de leur âge avancé. Depuis quelques années, le CEFAL est intégré au Service national de la Mission universelle de l’Église (SNMUE) comme « Pôle Amérique latine ». Le COPAL relève désormais de Missio Belgique. Il y a donc urgence à collecter des mémoires et à traiter en historien ce matériau, sans nostalgie ni dédain. Ce travail, initié depuis peu, est apte à susciter une certaine empathie du chercheur pour son objet, tant sont grandes la richesse des parcours individuels et la densité parfois méconnue des ramifications et des réseaux construits entre les trois continents.

  • 10 Tous les pays européens pourvoyeurs de prêtres Fidei donum n’ont hélas pu faire l’objet d’une fiche (...)
  • 11 Direcciones de los sacerdotes incorporados a las organisationes europeas de ayuda en personal a Amé (...)

10Le guide est structuré en quatre parties. La première rassemble les fiches de présentation de chaque organisme d’aide à l’Église latino-américaine, structurées selon des rubriques standardisées10. La deuxième se compose de trois éclairages historiques : la formation des prêtres Fidei donum, avec l’exemple belge du Centre latino-américain du COPAL et le cas brésilien du Centro de formação intercultural (CENFI) ; les interactions de la Commission pontificale pour l’Amérique latine avec les organismes d’envoi européens ; enfin une synthèse sur les origines de la mobilisation des organismes d’envoi canadien et états-unien en faveur des diocèses latino-américains. La troisième partie dresse un bref bilan statistique du nombre de prêtres Fidei donum européens présents sur le sous-continent en 1968 à partir de l’analyse du répertoire des prêtres européens en Amérique latine publié par la OCSHA11. Cette liste exhaustive des prêtres diocésains européens partis en Amérique latine est ensuite fournie par pays de destination, diocèse et organisme d’envoi, avec nom et prénom des individus. Enfin, en quatrième partie, une bibliographie clôture le volume.

11Reste donc le plus gros travail, celui qu’ouvre un tel guide de recherche, pour répondre à des questions en apparence simples mais qui ne trouvent pas pour l’heure de réponse fondée. La première est celle du nombre : les organismes d’envoi, combien de divisions ? La pesée démographique existe pour une seule année : 227 diocèses de 20 pays latino-américains accueillent au moins un prêtre européen en décembre 1968, pour un total de 1 302 prêtres issus de cinq organismes européens (OCSHA, COPAL, CEIAL, CEFAL et Secrétariat suisse). Est-ce là un apogée ? D’autres questions sont tout aussi nécessaires : quels objectifs servent ces organismes d’envoi ? Quelles évolutions sont à enregistrer à l’heure des dictatures puis de l’avènement de la démocratie à partir de la seconde moitié des années 1980, des débats sur la théologie de la libération, de l’implantation massive des Églises néo-pentecôtistes, des formes renouvelées de la mission et de l’engagement dans les ONG ? Quelle est la portée de ces organismes et de ces clercs dans l’histoire contemporaine de l’Amérique latine et dans les Églises et sociétés européennes et nord-américaines ? Le chantier est immense. Il participe à une histoire croisée des deux côtés du Río Grande et des deux rives de l’Atlantique.

Haut de page

Notes

1 Et des femmes, mais celles-ci, religieuses ou laïques, ne sont pas concernées initialement par ces organismes d’envoi. Elles le sont toutefois dès la fin des années 1950 dans le cas canadien, sans doute parce que l’envoi se fait à l’échelle des diocèses (et non par un collège ou un organisme de la Conférence épiscopale) en intégrant parfois des religieuses. En Belgique, l’ONG « Coopération des laïcs pour l’Amérique latine » créée à la fin des années 1950 envoie également des femmes.

2 Un colloque récent réunissant des théologiens et des historiens a proposé un état des lieux sur les usages de Medellín en Amérique latine et en France : « 50 ans après la conférence de Medellín : une Église pauvre pour les pauvres ? », Centre Sèvres, Paris, 5-6 octobre 2018 (organisé par Pierre Sauvage, Étienne Grieu et Yves Roullière).

3 Cette publication est l’un des résultats d’un projet « bourgeon » retenu et financé par l’Université Jean Moulin – Lyon 3 sous le titre « L’Amérique latine comme utopie missionnaire contemporaine. L’envoi de prêtres internationaux au Brésil (1950-1990) » porté par Olivier Chatelan. Les coordinateurs remercient également Christine Chadier, secrétaire de la revue Chrétiens et Sociétés, qui a apporté une aide précieuse au travail d’édition du guide.

4 Voir l’article de Gilles Routhier sur « la coopération apostolique nord-américaine » dans ce guide.

5 Antonio Garrigós Meseguer, Evangelizadores de América. Historia de la OCSHA, Madrid, Biblioteca de autores christanos, 1992 ; Andrés Melquiades, El Seminario teológico hispanoamericano (1953-1966), coll. « Historia-Memorias-Documentos », Madrid, Biblioteca de autores christanos, 2000.

6 Par exemple : « Les “Fidei donum”, prêtres sans frontières », La Croix, 4 mai 2007.

7 Carlos Alberto Pérez Méndez, Pontificia Comisión para América Latina, 50 años 1958-2008, 2008 (accessible seulement en ligne sur le site http://www.americalatina.va, consulté en septembre 2018).

8 Caroline Sappia, Le Collège pour l’Amérique latine de Louvain et son ancrage au Brésil : outil d’un projet d’Église, 1953-1983, thèse de doctorat d’histoire, art et archéologie, Université catholique de Louvain, Louvain-la-Neuve, 2013 (en cours de publication).

9 « La mission dans tous ses états (xxe et xxie siècles). Circulations, rencontres, échanges et hybridités », colloque international organisé par Catherine Foisy à l’UQAM, Montréal, 9-10 juin 2016 (réseau Transcath) ; « Clercs entre Europe et Amérique latine : acteurs, circulations, engagements (des années 1950 à la fin des années 1990) », colloque international organisé par Olivier Chatelan, Maria Paula Nascimento Araujo et Christian Sorrel avec le soutien du Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes (UMR 5190), l’Université de Lyon (Lumière - Lyon 2 et Jean Moulin - Lyon 3) et l’Institut des Amériques, Archives départementales du Rhône et de la Métropole de Lyon, 1er-2 juin 2017 ; « Progressive Catholicism in Europe and Latin America, 1950s-1980s. Social Movements and transnational Encounters », colloque organisé par Kim Christiaens, Jan De Maeyer, Jacques Haers, Peter Heyrman, Gerd-Rainer Horn, Kristien Justaert et Leo Kenis, KADOC-KU Leuven, 27-29 mai 2018 (dans les trois cas, actes en cours de publication).

10 Tous les pays européens pourvoyeurs de prêtres Fidei donum n’ont hélas pu faire l’objet d’une fiche de présentation. Outre le cas états-unien mentionné plus haut, il faut au minimum ajouter les structures d’envoi néerlandaise, autrichienne et polonaise dans le cadre desquelles des clercs diocésains travaillent sur le sous-continent et sont attestées dans les sources, mais pour lesquelles il n’a pas été possible de réunir un corpus de connaissances suffisamment précises pour être présentées dans le guide.

11 Direcciones de los sacerdotes incorporados a las organisationes europeas de ayuda en personal a América Latina. Diciembre 1968, Madrid, 1969, 184 p. 

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Chatelan, Gilles Routhier et Caroline Sappia, « Introduction », Chrétiens et sociétés, Numéro spécial III | -1, 5-13.

Référence électronique

Olivier Chatelan, Gilles Routhier et Caroline Sappia, « Introduction », Chrétiens et sociétés [En ligne], Numéro spécial III | 2019, mis en ligne le 28 juin 2019, consulté le 18 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/chretienssocietes/4773 ; DOI : 10.4000/chretienssocietes.4773

Haut de page

Auteurs

Olivier Chatelan

Université de Lyon, Jean Moulin - Lyon 3, LARHRA UMR 5190

Articles du même auteur

Gilles Routhier

Faculté de théologie et de sciences religieuses, Université Laval (Québec, Canada)

Articles du même auteur

Caroline Sappia

Laboratoire d’anthropologie prospective et Laboratoire de recherches historique, Université catholique de Louvain

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals