Navigation – Plan du site
Première partie : Fiches de présentation des organismes

La Obra de Cooperación Sacerdotal Hispanoamericana (OCSHA)

Santiago Casas Rabasa
Traduction de Olivier Chatelan

Texte intégral

Nom officiel suivi éventuellement du nom commun et des anciennes dénominations, siège

  • 1 Dans la documentation officielle, elle est aussi appelée « Obra de Cooperación Sacerdotal Hispano-A (...)

1Œuvre de coopération sacerdotale hispanoaméricaine [Obra de Cooperación Sacerdotal Hispanoamericana], (OCSHA)1. Madrid.

Fondation : date, lieu, fondateurs2

  • 2 On peut trouver les raisons de la fondation de la OCSHA dans le livre de Andrés Martín Melquíades, (...)
  • 3 Maximino Romero de Lema (1911-1996) a étudié le droit à Saint-Jacques de Compostelle et la théologi (...)

2La OCSHA est une initiative de Maximino Romero de Lema3, prêtre du diocèse de Saint-Jacques de Compostelle et aumônier du Collège supérieur Notre-Dame de Guadalupe de l’Université de Madrid. Depuis le début des années 1940, avec quelques intellectuels espagnols, il tente d’établir des liens de coopération culturelle entre l’Espagne et l’Amérique latine. En 1947, il fonde les Centres apostoliques ibéro-américains, prémisses de ce qui deviendra la OCSHA, avec l’objectif d’orienter la formation de ceux qui partent mettre en œuvre un travail pastoral dans les pays « hispano-portugais », en promouvant la fraternité spirituelle et la coordination de l’apostolat.

  • 4 La proposition faite à la Conférence ainsi que son approbation sont accessibles dans Vicente Cárcel (...)

3Le P. Romero de Lema commence une étude scientifique, juridique et ecclésiale sur ce type de coopération qu’il souhaiterait développer. Il engage des discussions avec plusieurs pesonnalités : le cardinal Caetano Cicognani, nonce en Espagne ; les archevêques et évêques espagnols ; la Secrétairerie d’État (Giovanni Battista Montini et Domenico Tardini) ; enfin le cardinal Giuseppe Pizzardo, Préfet de la Congrégation pour les Séminaires et Universités. En 1948, le P. Romero de Lema séjourne en Amérique latine (Cuba, Chili, Pérou, Argentine, Guatemala, Nicaragua, Salvador, Mexique) pour expliquer son projet aux évêques en place. Il présente une proposition à la Junta de Metropolitanos españoles (l’organe qui a précédé la Conférence épiscopale espagnole) qui est approuvée lors de la réunion des 23 et 24 novembre 19484. Malgré cette approbation, ce n’est que le 4 juin 1949 à Saragosse que la OCSHA se met officiellement en route, avec un règlement, une commission, un secrétaire exécutif, un secrétaire et un conseil consultatif. Au cours de cette même réunion est approuvée la création d’un Collège sacerdotal pour la préparation du personnel que l’on doit envoyer en Amérique.

Statut juridique

  • 5 Reglamento de la Obra de Cooperación Sacerdotal Hispano-Americana, Zaragoza, Tip. La Editorial, 194 (...)
  • 6 On peut consulter ce nouveau règlement dans Comisión Episcopal de la Obra de Cooperación Sacerdotal (...)

4La OCSHA n’a jamais eu d’identité juridique propre, bien qu’ait été étudiée en 1953 la possibilité que le Saint-Siège l’érige canoniquement. Elle a toujours dépendu de la Conférence épiscopale espagnole (et auparavant de la Junta de Metropolitanos españoles) et des différentes Commissions épiscopales chargées des missions. En 1949, un premier Règlement [Reglamento] est approuvé5, qui est modifié en 1953 quand la Junta de Metropolitanos españoles crée une Commission épiscopale ad hoc pour gérer la OCSHA6.

5En 1966, deux changements institutionnels interviennent :

a) la Commission épiscopale de la OCSHA devient la Commission épiscopale de coopération apostolique diocésaine extérieure [Comisión Episcopal de Cooperación Apostólica Diocesana Exterior] ou CECADE.

b) est créée la Commission épiscopale des Missions [Comisión Episcopal de Misiones] qui intègre la CECADE.

6En 1972, la CECADE et la Commission épiscopale des Missions disparaissent pour fusionner en une Commission épiscopale de coopération missionnaire entre les Églises qui devient en 1974 la Commission épiscopale des missions et de coopération entre les Églises [Comisión Episcopal de Misiones y Cooperación entre las Iglesias].

Structure interne et fonctionnement (tels que définis par les statuts)

7La OCSHA possède plusieurs instances : un prélat-directeur ; un secrétariat lui-même dirigé par un président ; un conseil assesseur consultatif.

  • 7 À partir de 1953, on dit de « l’organisme directeur de l’Œuvre » qu’il est une commission épiscopal (...)

8La OCSHA est placée en 1949 sous la haute direction de la Junta de Metropolitanos españoles (art. 1). Les Métropolitains nomment un prélat qui doit assumer directement la direction de l’Œuvre7 (art. 3).

  • 8 À partir de 1953, cet article sera l’article 5, avec une modification en fin d’article : « dont la (...)

9L’organe exécutif de l’Œuvre est un Secrétariat dirigé par quelques prêtres, nommés par le prélat délégué des Métropolitains8 (art. 4). À la tête de ce secrétariat est nommé un président qui est également le délégué du prélat-directeur. Pour cette charge de président du Secrétariat, un évêque peut être appelé (art. 6). Le Secrétariat est composé d’autant de départements que nécessaire. La Commission permanente est composée des chefs de ces départements, du président du secrétariat, le secrétaire et de l’administrateur (art. 7).

10L’Œuvre possède également un Conseil assesseur consultatif formé de personnalités du champ religieux. Sur le plan règlementaire, ce Conseil se réunit deux fois par an et toujours sur convocation du directeur (art. 8). Dans le Règlement de 1953, l’article 10 modifie la fin de l’article 8 en prévoyant trois types de réunion de l’Œuvre : a) les réunions ordinaires, auxquelles assistent le président, les membres de la commission épiscopale et la Commission permanente du Secrétariat. Le président les convoque autant de fois que nécessaire. b) les réunions plénières, auxquelles assistent les précédents nommés et tous les membres du Secrétariat et du Conseil assesseur consultatif. Ces réunions ont lieu une fois par an et toujours sur convocation du président. c) les évêques de la commission épiscopale peuvent se réunir quand ils le jugent nécessaire.

  • 9 La référence aux Philippines est maintenue dans le règlement de 1953 bien qu’aucun prêtre ne sera e (...)
  • 10 En 1953 s’ajoutent à ces catégories les prêtres qui, déjà en Amérique, sollicitent et sont admis à (...)

11Sont membres de droit de l’Œuvre : les prêtres qui, sous le patronage de la OCSHA, sont envoyés pour travailler en Amérique ou aux Philippines9 ; les prêtres qui travaillent en Espagne au service de l’Œuvre ; les laïcs qui partent en Amérique hispanique pour coopérer personnellement à l’apostolat de l’Œuvre. Le titre de membre d’honneur, avec les insignes correspondants, est attribué aux prélats et aux autres personnalités protectrices et bienfaitrices de l’Œuvre10 (art. 9).

  • 11 Dans le corps du texte, nous suivrons désormais le règlement de 1953, en mentionnant en note de bas (...)
  • 12 Dans le règlement de 1949, on disait : « pas inférieur à trois ans ni supérieur à cinq ».
  • 13 Exemple de ce contrat dans Antonio Garrigos Meseguer, Evangelizadores de América..., op. cit., p. 2 (...)
  • 14 Ces deux conditions requises n’étaient pas dans le Règlement de 1949 qui stipulait une préparation (...)
  • 15 En 1949, on parlait de « lettres dimmissoriales » et du décret Magni Senper. Il s’agit du Magni sem (...)

12Le Règlement de la OCSHA organise aussi le départ des prêtres pour l’Amérique11. Seuls sont envoyés les prêtres qui ont été sollicités par leurs évêques ou par l’évêque délégué d’un pays d’Amérique (art. 18). Avant de partir, le prêtre fait la promesse de se consacrer à l’apostolat sacerdotal dans le diocèse auquel il est destiné pour une durée au moins égale à cinq ans12, fixée par le contrat signé par le prêtre et l’évêque qui le reçoit13. Les conditions que doit réunir le prêtre candidat au départ sont les suivantes : avoir réalisé de façon satisfaisante un stage de préparation [cursillo] ; être âgé de moins de 45 ans14 ; obtenir des lettres recommandées de son évêque ; remplir les conditions requises par la constitution apostolique Exsul Familia Nazarethana15. Le Secrétariat doit s’efforcer de faire partir les prêtres par groupes, composés d’au moins trois personnes, à chaque fois que les conditions le permettent. De même, il doit veiller à ce que ces prêtres partis en groupe fassent vie commune en Amérique et communiquent fréquemment avec lui (art. 13).

13Le chapitre IV du Règlement est consacré aux relations entre les évêques et les prêtres envoyés. Il y est stipulé que le contrat peut être renouvelé si le prêtre le désire et si les deux évêques concernés donnent leur accord. Le prêtre, s’il réunit les conditions canoniques requises, pourra être incardiné dans le diocèse d’accueil. Cependant, il lui est conseillé de ne pas procéder à ce changement avant une durée de 10 ans de résidence dans le diocèse d’accueil (art. 15).

  • 16 L’article 23 ajoute que la OCSHA aura son propre patrimoine, ce qui fut le cas jusqu’en 1982.

14Les dépenses des voyages aller et retour sont à la charge de l’évêque récepteur (art. 16) et celui-ci s’engage à entretenir décemment le prêtre qu’il reçoit (art. 18). L’évêque de départ, et par sa délégation la direction de l’Œuvre, en accord avec l’évêque d’accueil, pourra réclamer le retour du prêtre quand il l’estimera opportun, pour des motifs prévus dans l’article 19 : « agissements politiques perturbateurs » [« actuación política perturbadora »], « esprit commercial qui porte préjudice à la sainteté de son apostolat », ou « inadaptation totale ». La direction de l’Œuvre sollicite et remercie les évêques d’accueil d’envoyer régulièrement des rapports au sujet des prêtres accueillis (art. 21). « Dans le but d’aider cette noble initiative », l’article 24 crée une association auxiliaire composée de laïcs prêts à faire parvenir des contributions régulières et des dons16 (art. 24).

  • 17 Dans le Règlement de 1949, on envisageait déjà la création de ce collège sacerdotal (« Vasco de Qui (...)
  • 18 Dans le Règlement de 1949, on n’envisageait pas encore cette possibilité de formation de séminarist (...)

15Pour atteindre ses objectifs, l’Œuvre possède un Collège sacerdotal par lequel doivent passer tous les candidats17 (art. 25). Le Secrétariat assiste les prêtres par le moyen d’une correspondance fréquente, de publications, de livres et de matériel pédagogique qui facilitent le travail apostolique (art. 26). Pour la préparation des séminaristes qui prêtent leurs services dans des diocèses américains ou philippins, l’Œuvre crée deux séminaires : celui de Notre-Dame du Pilar et de Guadalupe et de Saint-Jacques à Madrid, et celui du Bienheureux Pie X à Rome18 (art. 27).

  • 19 Textes du Directoire et de l’Accord dans La OCSHA, un servicio del clero secular español a la comun (...)

16Lors de l’Assemblée extraordinaire de la OCSHA en 1985, un directoire [Directorio] est approuvé, qui remplace le Règlement de 1953. Ce directoire, beaucoup plus étoffé, se compose de principes fondamentaux et de directives pour les échelle diocésaine et interdiocésaine. Il incorpore les textes du Concile Vatican II sur l’activité missionnaire et les dispositions du Code de droit canonique. L’Assemblée extraordinaire de 1985 approuve également un Accord [Acuerdo] qui remplace le contrat qui existait jusqu’à lors entre les deux évêques et le prêtre envoyé19.

Responsables (jusqu’en 2000)20

Évêques directeurs

1949-1955 : Rigoberto Doménech Valls, archevêque de Saragosse

1955-1966 : Casimiro Morcillo González, archevêque de Saragosse

1966-1969 : Juan Hervás Benet, évêque de Ciudad Real

De 1966 à 1972 : José Lecuona Labandíbar, évêque titulaire de Vagada et supérieur général de l’Institut Saint François-Xavier pour les missions étrangères, est le président de la Commission épiscopale des missions, structure qui dirige la OCSHA en 1966.

1969-1972 : Pablo Barrachina Estevan, évêque d’Orihuela.

1972-1978 : Emilio Benavent Escuín, évêque coadjuteur puis archevêque de Grenade

1978-1981 : José María Larrauri Lafuente, évêque de Vitoria

1981-1990 : José Capmany Casamitjana, évêque auxiliaire de Barcelone

1990-1999 : José Diéguez Reboredo, évêque d’Orense puis de Tui-Vigo

1999-2002 : Carlos Amigo Vallejo, archevêque de Séville

Présidents du secrétariat exécutif et membres de la haute administration

1949

Président : Casimiro Morcillo, évêque auxiliaire de Madrid-Alcalá

1950

Président : Casimiro Morcillo, évêque auxiliaire de Madrid-Alcalá

Vice-secrétaire et administrateur : Antonio Garrigós Meseguer

1951

Président : Casimiro Morcillo, évêque auxiliaire de Madrid-Alcalá

Administrateur : Antonio Garrigós Meseguer

Vice-président du secrétariat exécutif : Maximino Romero de Lema

1953

  • 21 Le nom officiel est : Comisión Episcopal de Cooperación Sacerdotal Hispano-Americana. Voir Actas de (...)
  • 22 Rigoberto Doménech décède en 1955. Il est remplacé à cette date par Casimiro Morcillo sur le siège (...)

[La OCSHA est élevée au rang de Commission épiscopale21]
Président : Rigoberto Doménech Valls, archevêque de Saragosse22

  • 23 Remplacé en 1956 par Rafael Álvarez Lara, évêque de Guadix.
  • 24 Remplacé en 1958 par Ramón Sanahuja y Marcé, évêque de Cartagena.

Membres de la Commission épiscopale : José María Bueno Monreal23, évêque de Vitoria ; Abilio del Campo Bárcenas24, évêque de Calahorra y La Calzada ; Juan Ricote Alonso, évêque auxiliaire de Madrid-Alcalá ; Casimiro Morcillo, évêque de Bilbao.

1966

À la suite des deux changements institutionnels évoqués plus haut :
Commission épiscopale de coopération apostolique diocésaine extérieure (CECADE)

Période triennale 1966-1969 (Ière Assemblée plénière, 26 février – 4 mars 1966)

Président : Juan Hervás Benet, prélat de Ciudad Real

Membres : Rafael Álvarez Lara ; Juan Ricote Alonso ; Pablo Barrachina Estevan ; Vicente Puchol Montis (†1967) ; Saturnino Rubio Montiel, adjoint ; Ramón Masnou Boixeda, adjoint ; Miguel Novoa Fuente, adjoint.

Période triennale 1969-1972 (IXème Assemblée plénière, 25-27 février 1969)

Président : Pablo Barrachina Estevan

Membres : Juan Hervás Benet ; Rafael Álvarez Lara ; Juan Ricote Alonso ; Teodoro Úbeda Gramaje (depuis février 1971).

Commission épiscopale des Missions

Période triennale 1966-1969 (Ière Assemblée plénière, 26 février – 4 mars 1966)

Président : José Lecuona Labandíbar

Membres : Ramón Iglesias Navarri ; José Souto Vizoso ; Francisco Peralta Ballabriga ; Ángel Riesco Carbajo ; Francisco Gómez Marijuan, adjoint ; Félix Erviti Barcelona, adjoint.

Période triennale 1969-1972 (IXème Assemblée plénière, 25-27 février 1969)

Président : José Lecuona Labandíbar

Membres : Ramón Iglesias Navarri ; José Souto Vizoso ; Jacinto Argaya Goicoechea ; Ángel Riesco Carbajo ; José María Cirarda Lachiondo ; Félix Erviti Barcelona ; Ricardo Blanco Granda (depuis juillet 1970).

Commission épiscopale de mission et de coopération entre les Églises

Période triennale 1972-1975 (XVIème Assemblée plénière, 6-11 mars 1972)

Président : Emilio Benavent Escuín

Membres : Ramón Buxarrais Ventura ; Luis María de Larrea y Legarreta ; José Lecuona Labandíbar ; Ricard Mª Carles Gordó ; José María Cirarda Lachiondo ; Anastasio Granados García ; José María Larrauri Lafuente (depuis juin 1974).

Période triennale 1975-1978 (XXIIème Assemblée plénière, 3-8 mars 1975)

Président : Emilio Benavent Escuín

Membres : Ricard Mª Carles Gordó ; José María Larrauri Lafuente ; Luis María de Larrea y Legarreta ; Ramón Buxarrais Ventura.

Période triennale 1978-1981 (XXVIIIème Assemblée plénière, 27 février - 3 mars 1978).

Président : José Larrauri Lafuente

Membres : Segundo García de Sierra y Méndez ; Ramón Malla Call ; Miguel Ángel Araújo Iglesias ; José María Cases Deordal ; Ignacio Noguer Carmona.

Période triennale 1981-1984 (XXXIVème Assemblée plénière, 23-28 février 1981)

Président : José Capmany Casamitjana

Membres : Segundo García de Sierra y Méndez ; Pablo Barrachina Estevan ; José Cerviño Cerviño ; Ramón Malla Call ; José Larrauri Lafuente.

Période triennale 1984-1987 (XLème Assemblée plénière, 20-25 février 1984)

Président : José Capmany Casamitjana

Membres : Pablo Barrachina Estevan ; José Cerviño Cerviño ; José María Larrauri Lafuente ; José María Cases Deordal.

Période triennale 1987-1990 (XLVIème Assemblée plénière, 23-27 février 1987)

Président : José Capmany Casamitjana

Membres : Pablo Barrachina Estevan ; José Cerviño Cerviño ; José María Cases Deordal ; José Diéguez Reboredo.

Période triennale 1990-1993 (LIIème Assemblée plénière, 19-24 février 1990).

Président : José Diéguez Reboredo.

Membres : José Capmany Casmitjana ; José María Cases Deordal ; Miguel Asurmendi Aramendía.

Période triennale 1993-1996 (LVIIIème Assemblée plénière, 15-20 février 1993)

Président : José Diéguez Reboredo

Membres : José Capmany Casamitjana ; Jaime Camprodón Rovira ; José María Cases Deordal ; Miguel Asurmendi Aramendía ; Santiago Martínez Acebes.

Période triennale 1996-1999 (LVXème Assemblée plénière, 12-16 février 1996)

Président : José Diéguez Reboredo

Membres : Rafael González Moralejo ; Santiago Martínez Acebes ; Jaime Camprodón Rovira ; Ramón del Hoyo López (depuis novembre 1996).

Période triennale 1999-2002 (LXXIème Assemblée plénière, 1er-5 mars 1999)

Président : Carlos Amigo Vallejo

Membres : Joan Martín Alanis ; Francisco Pérez González ; Ramón del Hoyo López.

Secrétaires généraux

1948-1950 : Maximino Romero de Lema et Casimiro Morcillo (1949)

1950 : Santos Beguiristain

1950-1973 : Antonio Garrigós Messeguer

1966-1972 : José Valdavida Lobo, secrétaire de la Commission épiscopale des Missions

1973-1981 : Jesús Ortuño Rodríguez

1981-1993 : Juan Robles Diosdado

1993-1996 : José Luis Irizar Artiach

1996-1999 : Gonzalo María Mazarrasa Martín

1999-2018 : Anastasio Gil García

Chronologie des principaux évènements dans l’histoire de l’organisme

1948 : Création de la OCSHA par la Junta de Metropolitanos españoles.

1949 : Session constitutive de la OCSHA. Approbation du Règlement.

1950 : Érection à Rome du Collège sacerdotal Pie X [Colegio Sacerdotal Pío X], dépendant de la Congrégation pour les Séminaires et Universités. Sa finalité est d’accueillir les prêtres de la OCSHA pour l’obtention de titres académiques dans les universités ecclésiastiques romaines.

1951 : Premier voyage officiel de responsables de la OCSHA pour rendre visite aux prêtres partis en Amérique.

1952 : Inauguration du Collège sacerdotal [Colegio Sacerdotal] « Vasco de Quiroga », la « maison » ou « quartier général » de la OCSHA [Casa de la OCSHA], siège du Secrétariat et lieu des cours de formation pour les candidats au départ pour l’Amérique. Approbation du contrat-type entre les évêques, la OCSHA et le prêtre envoyé.

1953 : Création du Séminaire théologique hispano-américain [Seminario Teológico Hispanoamericano] (1953-1966).

La OCSHA devient une Commission épiscopale.

1955 : Au sein du Secrétariat de la OCSHA, création du Bureau de collaboration apostolique [Oficina de Colaboración Apostólica], formé de trois sections : information et sociologie ; assistance ; publications. Création du CELAM et 1ère Conférence générale de l’épiscopat latino-américain à Rio de Janeiro.

1955-1960 : Création de sections hispano-américaines dans plusieurs séminaires espagnols.

1956 : Rattachement à la OCSHA du Colegio Mayor de Nuestra Señora de Guadalupe de l’Université pontificale de Salamanque, pour accueillir et former les grands séminaristes engagés avec la OCSHA ainsi que les séminaristes hispano-américains.

1957 : Publication de l’encyclique Fidei Donum du pape Pie XII.

  • 25 Dès ses débuts, la OCSHA a organisé des cours de formation missionnaire à Saragosse et a envoyé, ju (...)

1958 : Naissance de l’Œuvre de coopération apostolique laïque hispano-américaine [Obra de Cooperación Apostólica Seglar hispanoamericana] (OCASHA) pour la préparation et l’envoi de laïcs en Amérique hispanique25. Création du Centre biblique hispano-américain [Centro Bíblico Hispanoamericano] (CEBIHA) pour l’étude et la diffusion de la Bible. Création à Rome de la Commission pontificale pour l’Amérique latine (CAL).

  • 26 Les délégués diocésains sont nommés par les évêques et font le lien entre les diocèses et la OCSHA. (...)

1959 : Création du département de Pastorale et Catéchétique au sein du Secrétariat général de la OCSHA. Célébration de la 1ère journée des vocations hispano-américaines à l’échelle nationale, avec approbation par la Junta de Metropolitanos españoles. Apparition des délégués diocésains (en Espagne)26.

  • 27 Ils sont les représentants de la OCSHA dans les pays d’Amérique, nommés par la Commission épiscopal (...)

1960 : Apparition des délégués nationaux (en Amérique)27. Collaboration de la OCSHA à la Grande mission générale de Buenos Aires : envoi de 357 prêtres séculiers et de 323 religieux espagnols. Naissance de l’Œuvre catholique d’assistance aux étudiants ibéro-américains [Obra Católica de Asistencia a los Estudiantes Iberoamericanos] (OCASEI), avec pour objectif d’aider les étudiants latino-américains inscrits dans les universités espagnoles.

1962 : Lettre du pape Jean XXIII à l’épiscopat espagnol demandant un « effort spécial » de générosité envers l’Amérique. « Plan Jean XXIII » : la OCSHA prévoit l’envoi de 1 500 prêtres pour les trois années suivantes. Pendant le Concile Vatican II, la OCSHA ouvre un bureau permanent à Rome. Inauguration du nouveau bâtiment du Collège sacerdotal « Vasco de Quiroga ».

1964 : Création de l’Institut d’adaptation pastorale latinoaméricain [Instituto de Adaptación Pastoral Latinoamericano] (IAPLA) pour la préparation des prêtres qui désirent partir en Amérique hispanique. Le stage est remplacé par un cours d’une durée de huit mois.

Création de la Réunion des organismes épiscopaux européens pour l’Amérique latine (REEAL), dont le premier président est Casimiro Morcillo, président de la Commission épiscopale de la OCSHA.

Création par le pape Paul VI du Conseil général de la CAL (COGECAL).

1966 : Disparition du Séminaire théologique hispano-américain, remplacé par le IAPLA. Création de la Commission épiscopale de coopération apostolique diocésaine avec l’étranger [Comisión episcopal de cooperación apostólica diocesana con el extranjero] (CECADE) qui englobe la Commission épiscopale de la OCSHA. Célébration au « Vasco de Quiroga » de la 1ère Semaine européenne d’aide apostolique à l’Amérique latine, avec la participation d’Espagnols, de Belges, de Français, d’Italiens et de Latino-Américains.

1967 : Création de la Commission épiscopale des Missions qui fait concurrence à la CECADE.

1968 : IIème Assemblée générale du CELAM à Medellín.

1969 : Transformation de l’IAPLA en un Centre missionnaire d’adaptation pastorale [Centro Misionero de Adaptación Pastoral] (CMAP) : les cours sont désormais ouverts aux missionnaires religieux et aux candidats au départ vers de nouvelles destinations comme l’Afrique et les Philippines.

1972 : Disparition de la CECADE et de la Commission épiscopale des Missions qui fusionnent au sein de la Commission épiscopale de missions et de coopération entre les Églises. Á l’intérieur de cette nouvelle Commission, la OCSHA est considérée comme un « service spécial ».

1973 : Session de la COGECAL au siège de la OCSHA à Madrid.

1974 : Exhortation apostolique Evangelii Nuntiandi du pape Paul VI.

1979 : Publication par la Conférence épiscopale espagnole de la « Déclaration à tout le peuple de Dieu sur l’urgence d’intensifier les engagements missionnaires de nos Églises particulières ».

1980 : Publication du document de la Congrégation pour le Clergé Postquam apostoli qui énonce des normes pour une meilleure répartition du clergé dans le monde.

1982 : Transfert de tous les organismes de la Commission épiscopale de missions et de coopération entre les Églises au nouveau siège de la Conférence épiscopale espagnole. La OCSHA cesse d’avoir une autonomie patrimoniale. La Commission épiscopale est désormais dépendante financièrement de la Conférence épiscopale. Les bâtiments du Collège Sacerdotal « Vasco de Quiroga » sont vendus à l’Université Complutense de Madrid.

  • 28 Cette Assemblée est le fruit d’un processus de révision de la OCSHA initié en 1981. En vue de cette (...)

1985 : Assemblée extraordinaire de la OCSHA28.

1996 : Érection canonique de l’Association de prêtres de la OCSHA [Asociación de Sacerdotes de la OCSHA], association publique de fidèles de l’Église catholique. Approbation de ses statuts.

  • 29 Sur ces prêtres, quelque 205 déjà en Amérique se sont incorporés à la OCSHA. Sur le nombre d’envois (...)

17Le nombre de prêtres séculiers espagnols envoyés en Amérique entre 1949 et 2000 est estimé à 1 85929.

Sources

Publications internes

18Antonio Garrigós Meseguer, Evangelizadores de América, Madrid, BAC, 1992.

Livre qui parcourt les principales étapes de la OCSHA en s’appuyant sur une documentation diverse : la revue Mensaje Iberoamericano, des sources inédites (comptes-rendus de réunions, lettres de prêtres, mémoires de voyages...) et l’expérience personnelle de son auteur qui fut le secrétaire de la OCSHA durant presque 25 ans. La chronologie du livre s’arrête en 1980. Cet ouvrage très riche d’informations raconte les principales étapes de la OCSHA dans chaque pays latino-américain. Il fournit une liste de prêtres par diocèse, par année et par destination, ainsi qu’un tableau comparatif avec les différents organismes européens et nord-américains d’envoi de clercs séculiers en Amérique latine.

19Melquiades Andrés Martín, El seminario teológico hispanoamericano (1953-1966). Historia, Memoria, Documentos, Madrid, BAC, 2000.

L’ancien directeur du Séminaire raconte l’histoire de l’instrument qui a formé des centaines de séminaristes et de prêtres pour les préparer à leur mission américaine.

20Vicente Cárcel Ortí (ed.), Actas de las conferencias de Metropolitanos españoles (1921-1965), Madrid, BAC, 1994.

Annuaires, circulaires, bulletins de liaison

21La OCSHA a produit et diffusé diverses publications périodiques qui apportent une information sur son activité, sa structure ou son influence.

22Mensaje Iberoamericano (1947-1989) : la création de cette revue est donc antérieure à celle de la OCSHA et change plusieurs fois de nom : Mensaje de los círculos apostólicos iberoamericanos (1947-1949), Mensaje (1949-1965) puis Mensaje Iberoamericano. Au départ sporadique, elle acquiert à partir de 1955 une périodicité mensuelle. Cette revue est fondamentale pour connaître l’histoire de la OCSHA. Son tirage a atteint jusqu’à 3 000 exemplaires.

23Carta de Casa (1986-2012) : intitulée d’abord Cuaderno Ocsha (1976-1985) en tant que supplément de Mensaje Iberoamericano, cette publication est refondue après l’Assemblée extraordinaire de la OCSHA de 1985. Son but est de donner aux prêtres de la OCSHA une information sur le Saint-Siège et sur la situation ecclésiale, politique et sociale de l’Espagne.

  • 30 Ces deux tomes Bibliografías apportent des références bibliographiques sur les thèmes suivants : Cu (...)

24Boletín Bibliográfico Iberoamericano (1972-1978) : créé par le Centre d’information et de sociologie de la OCSHA, ce bulletin fournit des références bibliographiques sur des thèmes ou des pays à partir du dépouillement d’autres revues et publications périodiques. Deux tomes intitulés Bibliografías ont été publiés par le Centro de Documentación e Información de América Latina (1973-1974 et 1974-1977)30.

25Información Católica Ibero-americana (ICIA, 1956-1993) : publication à la lecture très accessible, bimensuelle, qui donne une information sur les différents pays d’Amérique pour un lectorat espagnol et européen. Ses auteurs sont les membres du Bureau de collaboration apostolique de la OCSHA [Oficina de Colaboración Apostólica de la OCSHA] et plus tard du Bureau d’information et de sociologie [Oficina de Información y Sociología]. Son tirage s’élève à 1 200 exemplaires.

26La OCSHA, un servicio del clero secular español a la comunión evangelizadora entre España y América : Guía práctica, Madrid, Conferencia Episcopal Española, 1987.

27Guía de la Iglesia en España (1954-1983). Publication triennale, à Madrid par l’Oficina General de Información y Estadística de la Iglesia en España. Continuée sous le titre Guía de la Iglesia Católica en España. Nomenclátor (1985-2013).

28Les publications périodiques de la OCSHA et celles qui n’étaient pas édités en format livre, cités dans ce texte (brochures, règlements...) se trouvent à la Bibliothèque de la Conférence épiscopale espagnole à Madrid. La Bibliothèque missionnaire qui appartient à la OCSHA (15 000 volumes) a été intégrée à la Bibliothèque de l’Université ecclésiastique San Dámaso de Madrid.

Principaux fonds d’archives

29Toutes les archives de la OCSHA se trouvent à Madrid aux Archives de la Conférence épiscopale espagnole (C/. Añastro 1, 28033, Madrid).
La responsable des Archives et de la Bibliothèque est Doña María del Carmen del Valle Sánchez. Tel : 913 439 639 - archivo@conferenciaepiscopal.es

  • 31 Reglamento de los archivos eclesiásticos españoles, Junta nacional del tesoro documental y bibliogr (...)

30Les archives ne sont pas consultables actuellement : le Règlement des Archives ecclésiastiques espagnoles de 2001 établit que la documentation des 75 années antérieures est fermée à la consultation libre et publique31. On ne dispose pas d’un guide de ces archives et leur contenu est inventorié sous une forme provisoire.

31Dans les Archives générales de l’Université de Navarre (AGUN) se trouvent les papiers personnels de Josep Capmany Casamitjana (Fond 012), qui fut le président de la Commission épiscopale de missions et de coopération entre les Églises entre 1981 et 1990. Dans ce fonds, hormis les Actas de la Conferencia episcopal española (assemblées plénières, commissions permanentes, comité exécutif), on trouve la documentation se référant à la Commission épiscopale (OCSHA, IEME, Obras misionales pontificias, Centros misionales) pour cette période.

Haut de page

Notes

1 Dans la documentation officielle, elle est aussi appelée « Obra de Cooperación Sacerdotal Hispano-Americana » (avec un tiret) dans les premières années de son existence.

2 On peut trouver les raisons de la fondation de la OCSHA dans le livre de Andrés Martín Melquíades, El Seminario Teológico Hispanoamericano (1953-1966), Madrid, BAC, 2000, p. 183-209, qui reprend un écrit de Maximino Romero de Lema daté du 15 octobre 1991. On trouve également un récit des origines dans le livre d’Antonio Garrigós Meseguer, Evangelizadores de América, Madrid, BAC, 1992, p. 15-22.

3 Maximino Romero de Lema (1911-1996) a étudié le droit à Saint-Jacques de Compostelle et la théologie à l’Université grégorienne de Rome. Ordonné prêtre en 1944, il est successivement nommé conseiller de l’Action catholique à Saint-Jacques, sous-directeur de l’Institut social Léon XIII et recteur de l’église nationale Notre-Dame de Montserrat à Rome. Il est également le fondateur de plusieurs établissements : le Centre espagnol des études ecclésiastiques pour la recherche scientifique, la Maison de Saint-Jacques (le Centre d’études bibliques à Jérusalem) et un séminaire pour les vocations tardives à Salamanque. Le 15 juin 1964 il est consacré évêque de Horta et prend la charge d’évêque auxiliaire de Madrid-Alcalá. Le 19 décembre 1968, il devient évêque d’Ávila. En 1971, il est choisi comme Grand Chancelier de l’Université pontificale de Salamanque et en 1973, il est nommé Secrétaire de la Congrégation pour le Clergé, charge qu’il occupe jusqu’à sa retraite en 1987.

4 La proposition faite à la Conférence ainsi que son approbation sont accessibles dans Vicente Cárcel Ortí (dir.), Actas de las conferencias de Metropolitanos españoles (1921-1965), Madrid, BAC, 1994, p. 701-705 et 440.

5 Reglamento de la Obra de Cooperación Sacerdotal Hispano-Americana, Zaragoza, Tip. La Editorial, 1949.

6 On peut consulter ce nouveau règlement dans Comisión Episcopal de la Obra de Cooperación Sacerdotal Hispanoamericana, Madrid, sans date (probablement 1954).

7 À partir de 1953, on dit de « l’organisme directeur de l’Œuvre » qu’il est une commission épiscopale. Les Métropolitains désignent parmi eux celui qui directement devra assumer la présidence, de même que les prélats qui intègrent la Commission. Un nouvel article 4 est approuvé : l’archevêque-président pourra designer quelques prélats de la Commission pour qu’ils supervisent spécialement ou président certains des organes ou activités de la OCSHA. À l’archevêque-président seront confiées les fonctions normales de gouvernement et il rend compte périodiquement à la Commission.

8 À partir de 1953, cet article sera l’article 5, avec une modification en fin d’article : « dont la nomination dépend de l’archevêque-président ».

9 La référence aux Philippines est maintenue dans le règlement de 1953 bien qu’aucun prêtre ne sera envoyé dans ce pays.

10 En 1953 s’ajoutent à ces catégories les prêtres qui, déjà en Amérique, sollicitent et sont admis à accepter la discipline de la OCSHA.

11 Dans le corps du texte, nous suivrons désormais le règlement de 1953, en mentionnant en note de bas de page les changements opérés par rapport à celui de 1949.

12 Dans le règlement de 1949, on disait : « pas inférieur à trois ans ni supérieur à cinq ».

13 Exemple de ce contrat dans Antonio Garrigos Meseguer, Evangelizadores de América..., op. cit., p. 28, note 8.

14 Ces deux conditions requises n’étaient pas dans le Règlement de 1949 qui stipulait une préparation adéquate, une connaissance claire du pays et de ses problèmes religieux mais, surtout, une formation spirituelle profonde (art. 10).

15 En 1949, on parlait de « lettres dimmissoriales » et du décret Magni Senper. Il s’agit du Magni semper negotii, Decretum de clericis in certa quasdam regiones de migrantibus du 30 décembre 1918 (AAS, 11, 1919, p. 39-43). Exsul familia Nazarethana est une constitution apostolique de Pie XII publiée le 1er août 1952 (AAS, 44, 1952, p. 694-704) qui traite de l’attention spirituelle à apporter aux immigrants. Dans le premier chapitre (point 3, paragraphe 3) sont précisées les conditions exigibles des prêtres de rite latin pour exercer leur travail dans d’autres pays, avec des références explicites au décret Magni Semper.

16 L’article 23 ajoute que la OCSHA aura son propre patrimoine, ce qui fut le cas jusqu’en 1982.

17 Dans le Règlement de 1949, on envisageait déjà la création de ce collège sacerdotal (« Vasco de Quiroga ») qui devient réalité en 1955.

18 Dans le Règlement de 1949, on n’envisageait pas encore cette possibilité de formation de séminaristes destinés à l’Amérique.

19 Textes du Directoire et de l’Accord dans La OCSHA, un servicio del clero secular español a la comunión evangelizadora entre España y América : Guía práctica, Conferencia Episcopal Española, Madrid, 1987.

20 Tout au long de l’histoire de la OCSHA, le nom et les fonctions des commissions épiscopales desquelles elle dépend ont changé. Les premières années de la OCSHA (1948-1953) présentent une certain flou dans le nombre et la typologie des charges.

21 Le nom officiel est : Comisión Episcopal de Cooperación Sacerdotal Hispano-Americana. Voir Actas de las conferencias de Metropolitanos españoles (1921-1965), p. 492.

22 Rigoberto Doménech décède en 1955. Il est remplacé à cette date par Casimiro Morcillo sur le siège archiépiscopal de Saragosse et à la présidence de la Commission épiscopale.

23 Remplacé en 1956 par Rafael Álvarez Lara, évêque de Guadix.

24 Remplacé en 1958 par Ramón Sanahuja y Marcé, évêque de Cartagena.

25 Dès ses débuts, la OCSHA a organisé des cours de formation missionnaire à Saragosse et a envoyé, jusqu’en 1987, 191 personnes dans les missions américaines. Jusqu’en 1973 ne partaient que des femmes. Depuis 1972 est publiée une revue qui paraît trois fois par an, intitulée OCASHA. En 1987, la OCASHA a reçu de nouveaux statuts et s’est constituée en ONG. Actuellement elle est connue sous le nom d’OCASHA-CCS [Ocasha Cristianos con el Sur].

26 Les délégués diocésains sont nommés par les évêques et font le lien entre les diocèses et la OCSHA. Ils sont membres de l’Assemblée générale de la OCSHA et forment une partie du Conseil assesseur consultatif.

27 Ils sont les représentants de la OCSHA dans les pays d’Amérique, nommés par la Commission épiscopale de la OCSHA. Ils sont chargés de maintenir le contact entre la Commission et les évêques américains, et d’être en lien avec les prêtres envoyés en Amérique, pour tout type de mission.

28 Cette Assemblée est le fruit d’un processus de révision de la OCSHA initié en 1981. En vue de cette révision, ont été préparés quatre rapports et trois enquêtes sur les prêtres anciens et actuels de la OCSHA et sur des évêques et prêtres qui ne sont pas en relation avec la OCSHA (1 919 personnes interrogées au total). Les participants sont 23 délégués diocésains, 8 délégués nationaux et 20 personnalités invitées pour des raisons historiques ou d’expertise.

29 Sur ces prêtres, quelque 205 déjà en Amérique se sont incorporés à la OCSHA. Sur le nombre d’envois annuels, voir Estadísticas de la Iglesia Católica, Madrid, Oficina de Estadística y Sociología de la Iglesia, 1989, p. 178. Cette publication est actualisée tous les trois ans. Dans la même édition de 1989, on peut voir la répartition des envois par année, par diocèse d’origine et par province ecclésiastique d’origine. Les éditions suivantes fournissent de nouvelles données statistiques, selon cette même typologie et en reportant les données antérieures.

30 Ces deux tomes Bibliografías apportent des références bibliographiques sur les thèmes suivants : Cuba et le socialisme ; le mariage et la famille en Amérique latine ; les lettres pastorales des évêques latino-américains sur les questions politiques et sociales ; la religiosité populaire en Amérique latine ; le CELAM ; la catéchèse ; les relations Église-État en Amérique latine ; les militaires en Amérique latine ; la famille en Amérique latine ; la femme en Amérique latine ; le Chili et le socialisme ; la théologie de la libération ; l’Amérique et le développement ; l’éducation en Amérique latine ; l’Église catholique en Amérique latine.

31 Reglamento de los archivos eclesiásticos españoles, Junta nacional del tesoro documental y bibliográfico de la Iglesia española, Asociación española de archiveros eclesiásticos, 1976, Art. 3.1.6.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Santiago Casas Rabasa, « La Obra de Cooperación Sacerdotal Hispanoamericana (OCSHA) », Chrétiens et sociétés [En ligne], Numéro spécial III | 2019, mis en ligne le 21 juin 2019, consulté le 15 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/chretienssocietes/4826 ; DOI : 10.4000/chretienssocietes.4826

Haut de page

Auteur

Santiago Casas Rabasa

Université de Navarre

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals