Navigation – Plan du site
Première partie : Fiches de présentation des organismes

Le Collège pour l’Amérique latine (de Louvain)

Caroline Sappia
p. 35-43

Texte intégral

Nom officiel suivi éventuellement du nom commun et des anciennes dénominations, siège

Collège pour l’Amérique latine (COPAL), Louvain.

Intégré en 2000 à Missio, association qui a pour objectif de sensibiliser les catholiques belges aux missions.

Fondation : date, lieu, fondateurs

  • 1 Pour l’ensemble des références précises aux fonds d’archives consultés pour cette fiche, voir Carol (...)
  • 2 Le Collège américain (1857-2010), situé Naamsestraat à Louvain, a joué un rôle très important dans (...)

1Le Collège pour l’Amérique latine de Louvain est fondé en 1953 à Louvain sous l’impulsion du Saint-Siège et à la demande du cardinal Van Roey. Lors d’un voyage à Rome en 1952, le cardinal Pizzardo, préfet de l’Œuvre pontificale de la vocation sacerdotale près de la Congrégation des Séminaires et Universités1, sensibilise le cardinal van Roey à la situation de l’Église en Amérique latine, en manque de personnel ecclésiastique et face à « la propagande intense qu’y font les protestants et les communistes ». Dans la première lettre à destination du cardinal van Roey datée du 5 juillet 1952, le cardinal Pizzardo demande, vu « la grande abondance de prêtres en Belgique », « s’il y aurait la possibilité d’envoyer immédiatement dans ces régions des prêtres européens dûment formés, animés de zèle, qui seraient de véritables aides pour les évêques – sans toutefois susciter des susceptibilités locales. Dans ce but, elle prépare un projet en vue d’établir l’accord entre les diocèses d’origine de ces prêtres et les diocèses qui les recevraient ». Trois semaines plus tard, à l’occasion de la réunion annuelle des évêques belges des 27 et 28 juillet 1952, le cardinal Van Roey propose la fondation d’une institution préparant les prêtres à l’Amérique latine sur le modèle du Collège nord-américain de Louvain2, où le cardinal avait vécu pendant la période durant laquelle il était professeur à l’Université.

2Quelques mois plus tard, Albert Sireau, prêtre belge arrivé en Argentine en 1949 et incardiné au diocèse de Mercedes, est envoyé en Europe par son évêque, Mgr Serafini, pour recruter des prêtres. Sensibilisé à cette question lors du premier Congrès latino-américain des vocations sacerdotales en 1950 à Rosario en Argentine, Albert Sireau se présente au cardinal Van Roey sur les conseils du nonce apostolique à Bruxelles, Mgr Cento, dans le but de créer une institution de formation sacerdotale pour l’Amérique latine.

3La conjonction de la demande du Saint-Siège et de l’initiative d’un prêtre « de la base » prêt à s’engager pour l’Église latino-américaine est perçue comme « providentielle » par le cardinal Van Roey. Il profite de la réunion des évêques belges du 25 février 1953 pour leur parler de l’audience auprès du cardinal Pizzardo et de la rencontre avec Albert Sireau. L’Assemblée des évêques décide alors de « la fondation à Louvain d’un Séminaire conçu comme le fut à ses débuts le Collège américain » et charge le cardinal Van Roey de rechercher un prêtre qui serait « chargé de faire le nécessaire pour cette fondation ». L’homme est alors tout trouvé : Albert Sireau devient la cheville ouvrière du Collège.

4L’Université catholique de Louvain annonce la fondation du nouveau Collège pour l’Amérique latine lors de la rentrée universitaire du 5 octobre 1953. L’institution universitaire met à disposition une maison rue Vésale à Louvain pour ses débuts. Après les deux premières années du COPAL souvent décrite comme une organisation peu structurée (« à la scoute »), le COPAL acquiert un nouveau bâtiment, le couvent des Rédemptoristines, 56 rue de Tervuren à Louvain. Les montages financiers pour entretenir et rénover le bâtiment commencent alors.

5Après un an de fonctionnement et alors que les premiers départs de prêtres du COPAL en Amérique latine sont prévus pour l’année 1955, on dénombre 11 « élèves » vivant au COPAL, sans compter le recteur : 9 Belges – 7 séminaristes et 2 prêtres – et 2 Latino-américains – un Péruvien et un séminariste argentin autorisé par l’évêque de Mercedes à terminer sa théologie à Louvain pour seconder Albert Sireau comme recteur du COPAL. Le primat de Belgique décrit la présence des Latino-américains comme « témoins de l’Amérique latine [au sein du Collège et permettant] […] d’écarter tout soupçon de colonialisme, fût-il européen ». En outre, 12 nouvelles recrues sont annoncées pour l’année suivante.

6Le nouveau Collège dépend alors de la Congrégation des Séminaires et Universités, en raison de sa vocation de formation et de sa visée pastorale. Son objectif spécifiquement latino-américain ne trouve pas d’organe représentatif au Vatican avant 1958 et la création de la Commission pontificale pour l’Amérique latine (CAL).

Statut juridique

7Le 21 novembre 1958, le cardinal Van Roey promulgue les Statuta Collegii pro America Latina, publiés dans un livret début 1959. Le Collège pour l’Amérique latine est un séminaire interdiocésain de formation spécifique à l’Amérique latine, placé sous l’autorité de l’archevêque de Malines et sous le patronage de l’Université catholique de Louvain.

8La question du statut canonique des prêtres en Amérique latine est posée dès décembre 1954 par le cardinal Van Roey, qui adresse à ce sujet un courrier au cardinal Pizzardo. L’année 1957-1958 est marquée par des discussions au sein de l’Église belge sur cette question. En effet, la pratique de l’incardination des séminaristes dans les diocèses latino-américains, établie à la fondation du Copal par le cardinal Van Roey, semble peu adaptée à l’envoi de prêtres belges en Amérique latine. Cette situation engendre de nombreux problèmes notamment dans le cas où les prêtres souhaitent un retour dans le pays d’origine. Plusieurs solutions sont alors envisagées par le Saint-Siège, dont celle de créer un statut juridique spécifique au Copal – analogue à celui de la Mission de France – afin « que les séminaristes [soient] incardinés au Collège de Louvain, constitué en “prelature nullius” sous l’autorité de l’archevêque de Malines ». Cependant le cardinal Mimmi, secrétaire de la Congrégation consistoriale, demande aux évêques belges de reprendre le système en vigueur dans l’institution équivalente en Espagne, la Ocsha : les candidats au départ sont incardinés dans leur diocèse d’origine. Cette transposition ne se fait pas sans difficulté. La décision de s’inscrire dans la logique de l’encyclique Fidei Donum est finalement provisoirement confirmée lors des réunions des évêques de janvier et de juillet 1959. Malgré son caractère transitoire, cette disposition n’a cependant jamais été remise en question par la suite.

Structure interne et fonctionnement (tels que définis dans les statuts)

9Le Collège pour l’Amérique latine est divisé en deux structures :

10Le Séminaire de formation sacerdotale dont l’originalité est, outre sa dimension interdiocésaine, la formation spécifique à l’Amérique latine des candidats à l’ordination sacerdotale, notamment au sein du Centre latino-américain. Le séminaire est dirigé par un président, assisté d’un directeur spirituel, d’un préfet de discipline et d’un économe. Il a pour objectif la formation sacerdotale des séminaristes selon les normes canoniques classiques et les règles promulguées par le cardinal Van Roey.

11Le Centre latino-américain, composé d’un centre de documentation et d’un laboratoire d’apprentissage de l’espagnol et du portugais. Il abrite un stage annuel de trois mois de formation à l’Amérique latine à destination des religieux, religieuses, prêtres et laïcs candidats au départ au service de projets en lien avec l’Église latino-américaine, ou des ONG catholiques. Le Centre latino-américain est dirigé par un directeur assisté d’un secrétaire et d’éventuels collaborateurs. Il est responsable pour sa part des relations avec plusieurs partenaires : le Saint-Siège, la curie romaine, le CELAM, les évêques latino-américains et les organismes européens d’aide à l’Amérique latine. Il a également la charge de la formation linguistique et culturelle des candidats au départ. Il gère également la bibliothèque et le bulletin, ainsi que les dons en faveur du Collège.

12Le Conseil du Collège a un rôle consultatif et est composé du président du séminaire, du directeur du Centre latino-américain et des collaborateurs de ce dernier. Le président garde donc la pleine autorité au sein du Collège.

Responsables (jusqu’en 2000)

Évêques « délégués pour l’aide sacerdotale vers l’Amérique latine »

1953-1961 : Joseph-Ernest van Roey, en tant qu’archevêque de Malines (1926-1961)

1961-1965 : Léon-Joseph Suenens, en tant qu’archevêque de Malines-Bruxelles (1961-1979)

1965-1984 : Émile-Joseph Desmedt, évêque de Bruges (1965-1984), nommé responsable des relations avec l’Amérique latine.

1985-1987 : Paul Schruers, évêque auxiliaire de Hasselt (1972-1989)

1987-2000 : Jan De Bie, évêque auxiliaire de Malines-Bruxelles (1987-2009), ancien prêtre du COPAL à Salvador de Bahia (Brésil)

Présidents du Séminaire

1953-1956 : Albert Sireau

1956-1961 : Fernand van Steenberghen

1961-1982 : Adolphe Vander Perre

1982-1986 : Jan De Bie

1987-1995 : Jean-Pierre Van Schoote

1995-2000 : Van den Ouweland Jef

Membres du Conseil du Collège

1964-1965 : Flor Hofmans, responsable Chili

1964-1969 : Abel Ceulemans, responsable Bolivie

1964-1972 : André Rummens, directeur spirituel adjoint du Copal

1964-1975 : Milijov Blaslov, responsable Venezuela

1964-1981 : Adolphe Vander Perre, président du Copal

1964-1988 : Frans De Vos, responsable Argentine

1965-1967 : Lucien De Wulf, responsable Cuba

1965-1971 : Émile Grossman, Comité financier 

1965-1977 : Victor Marit, responsable Pérou

1966-1968 : Piet Vanovermeire, responsable Chili

1966-1972 : Jean van der Vaeren, responsable Guatemala

1968-1988 : Louis Borremans, responsable Chili

1969-1977 : Jan Deplancke, responsable El Salvador

1971-1972 : F. Gistelink

1971-1973 : Frans Massant, responsable Brésil

1971-1975 : Jean-Pierre Van Schoote (sj) au Copal

1971-1981 : Paul Bouvy, responsable Bolivie

1973-1979 : Michel Schooyans, responsable Brésil

1980-1981 : Jean-Pierre Van Schoote (sj) au Copal

1980-1988 : Jacky Caroen, responsable Venezuela

1982-1986 : Michel Schooyans, responsable Brésil

1983-1986 : Maurice Leveugle, responsable Brésil – État São Paulo

1983-1988 : Georges Deleye, responsable Pérou

1987-1988 : G. Evens, responsable Bolivie

1987-1988 : Hugues d’Ans, responsable Brésil

Directeurs/directrices du Centre latino-américain

1956-1961 : Albert Sireau

1961-1967 : Mercedes Blazquez (accord avec de l’Institution thérésienne)

1967-1968 : Maria Pilar Maicas

1968-1983 : Maria del Carmen del Blas

1983-1986 : Maria Lucinda Oliveira Lusitano e Andrade

13À partir du répertoire de 1987-1988, il n’y a plus de mention du Centre latino-américain.

Dates principales marquant l’histoire de l’organisme

1952 : Le cardinal Pizzardo évoque la situation de l’Église d’Amérique latine au cardinal Van Roey en voyage à Rome (mai). Lettre du cardinal Pizzardo au cardinal J. E. Van Roey demandant l’envoi de prêtres belges en Amérique latine (5 juillet).

1953 : Premiers contacts entre Albert Sireau, prêtre belge incardiné dans le diocèse de Mercedes (Argentine) et sensibilisé à la question du manque de vocations sacerdotales en Amérique latine, et le cardinal Van Roey sur les conseils de Mgr Cento. Le but est de fonder une institution de formation sacerdotale spécifique à l’Amérique latine (janvier) ; réunion des évêques belges. Le cardinal Van Roey informe les évêques de la demande du cardinal Pizzardo et de la rencontre avec Albert Sireau. Décision de fonder à Louvain un Collège pour l’Amérique latine sur le modèle du Collège nord-américain (25 février) ; Albert Sireau est nommé recteur provisoire du nouveau séminaire pour l’Amérique latine (27-28 juillet) ; Mgr van Wayenbergh, recteur de l’Université catholique de Louvain, met à disposition provisoirement une maison, rue Vésale à Louvain, pour les débuts de la nouvelle institution (2 août) ; Première rentrée académique du nouveau Collège pour l’Amérique latine (5 octobre).

1955 : Achat du couvent des Rédemptoristines. Premiers départs.

1956 : Fernand van Steenberghen président du COPAL.

1958 : Publication des statuts juridiques du COPAL.

1961 : Adolphe Vander Perre président du COPAL.

1965 : 10ème anniversaire du Collège : fête et bilan. Début des Réunions des organismes épiscopaux européens pour l’Amérique latine (Reeal).

1966 : Ordination par Paul VI à la basilique Saint-Pierre de Rome, de 70 prêtres dont 8 du COPAL destinés à un apostolat en Amérique latine (3 juillet).

1967 : Apogée du nombre de séminaristes (voir graphique infra).

1969 : Scission de l’UCL en deux entités linguistiques : l’Université flamande, Katholieke Universtieit Leuven, reste dans la ville de Louvain, tandis que la ville universitaire de Louvain-la-Neuve est fondée dans le Brabant wallon en 1972 pour abriter l’université francophone, l’Université catholique de Louvain.

1975 : Division du COPAL en deux ailes linguistiques : l’une reste à Louvain dans les bâtiments du COPAL (couvent des Rédemptoristines) intégrés aux propriétés de l’Université flamande en 1969, l’autre déménage à Louvain-la-Neuve dans un appartement, dans l’attente d’un lieu plus adéquat.

1980 : Intégration du COPAL francophone dans le Séminaire Saint-Paul de Louvain-la-Neuve (2 ou 3 séminaristes du COPAL y séjournent).

1982 : Jan de Bie nouveau président du COPAL.

1983-1983 : Adolphe Vander Perre directeur de la partie francophone du COPAL à Louvain-la-Neuve.

1987-1995 : Jean-Pierre Van Schoote président du COPAL.

1995-2000 : Jef Van den Ouweland président du COPAL.

2000-2009 : Intégration dans Missio-COPAL ; Jan Dumon, directeur de Missio-Belgique, devient le président du COPAL.

Évolution du nombre de prêtres du Copal en Amérique latine par année académique de 1954-1955 à 1987-1988 (Sources : Répertoires annuels du Collège pour l’Amérique latine de Louvain).

Évolution du nombre de séminaristes au Copal en Amérique latine par année académique de 1954-1955 à 1987-1988 (Sources : Répertoires annuels du Collège pour l’Amérique latine de Louvain).

Sources

14Les archives du Collège pour l’Amérique latine de Louvain sont conservées au KADOC à Leuven. Elles ont été transférées dans le courant de l’année 2015. L’inventaire du fonds n’a pas encore été publié.

Annuaires, circulaires, bulletins de liaison

Bulletin de liaison Aux Amis de l’Amérique latine…

Principaux fonds d’archives

KADOC, Vlamingenstraat 39, 3000 Leuven (Belgique)

Fonds du COPAL

Archives archidiocésaines de Malines (Belgique).

Fonds du cardinal Van Roey

Fonds Acta episcopalia Cameracensia, Leodiensa, Mechliniensia et provincialia in het aartbisschoppelijk archief te Mechelen. 14de eeuw-1960

Fonds du Cardinal Suenens : Amérique latine

Papiers Joseph Comblin

Archives diocésaines de Bruges (Belgique)

Fonds Mgr De Smedt

Archives de l’Université catholique de Louvain (AUcl)

Centro de documentação e de informaçõ da Conferênça nacional dos Bispos do Brasil (Cnbb), Brasilia (Brésil)

Arquivos do Centro Cultural Missionário (ACcm) – Serviço de cooperação apostólica internacional (AScai), Brasilia (Brésil)

Arquivos da Cúria metropolitana de São Paulo (ACMSP) (Brésil)

Haut de page

Notes

1 Pour l’ensemble des références précises aux fonds d’archives consultés pour cette fiche, voir Caroline Sappia, Le Collège pour l’Amérique latine de Louvain et son ancrage au Brésil : outil d’un projet d’Église, 1953-1983, thèse de doctorat d’histoire, art et archéologie, Université catholique de Louvain, 2013 (en cours de publication), p. 133 sqq. Les principaux fonds consultés sont les fonds Van Roey (n°IV, 12), Suenens, Acta episcopalia Cameracensia, Leodiensa, Mechliniensia et provincialia in het aartbisschoppelijk archief te Mechelen. 14de eeuw-1960 aux Archives du diocèse de Malines-Bruxelles et le fonds du Copal aux archives du Kadoc (dossier n°2). Nous avons également puisé nombre d’informations dans les Répertoires annuels du Collège pour l’Amérique latine et le bulletin du Collège Aux Amis de l’Amérique latine, publié à partir de 1956.

2 Le Collège américain (1857-2010), situé Naamsestraat à Louvain, a joué un rôle très important dans l’Église américaine : il lui a fourni des centaines de prêtres, d’origine belge pour l’essentiel, dont une vingtaine deviendront évêques. Voir en particulier K.A. Codd et D. Brian, The American College of Louvain. Americas Seminary in the Heart of Europe, Leuven, 2007 ; K.A. Codd, « The American College of Louvain », The Catholic Historical Review, t. XCIII, n°1, 2007, p. 47-83.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Évolution du nombre de prêtres du Copal en Amérique latine par année académique de 1954-1955 à 1987-1988 (Sources : Répertoires annuels du Collège pour l’Amérique latine de Louvain).
URL http://journals.openedition.org/chretienssocietes/docannexe/image/4852/img-1.png
Fichier image/png, 50k
Légende Évolution du nombre de séminaristes au Copal en Amérique latine par année académique de 1954-1955 à 1987-1988 (Sources : Répertoires annuels du Collège pour l’Amérique latine de Louvain).
URL http://journals.openedition.org/chretienssocietes/docannexe/image/4852/img-2.png
Fichier image/png, 77k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Caroline Sappia, « Le Collège pour l’Amérique latine (de Louvain) », Chrétiens et sociétés, Numéro spécial III | -1, 35-43.

Référence électronique

Caroline Sappia, « Le Collège pour l’Amérique latine (de Louvain) », Chrétiens et sociétés [En ligne], Numéro spécial III | 2019, mis en ligne le 21 juin 2019, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/chretienssocietes/4852 ; DOI : 10.4000/chretienssocietes.4852

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals