Navigation – Plan du site
Première partie : Fiches de présentation des organismes

La Commission épiscopale de coopération Canada-Amérique latine (CECAL) / The Canadian Episcopal Commission for Latin America

Gilles Routhier
p. 45-54

Texte intégral

Nom officiel suivi du nom usuel et anciennes dénominations éventuelles, lieu du siège

The Canadian Episcopal Commission for Latin America / Commission épiscopale de coopération Canada-Amérique latine (CECAL), Ottawa

Fondation : date, lieu, fondateurs

1Avant que l’épiscopat canadien ne mette sur pied la CECAL, les évêques du Québec, lors de leur session trimestrielle tenue à l’Archevêché de Québec le 9 décembre 1957, prennent la décision de créer une commission épiscopale chargée de coordonner l’effort de coopération apostolique du clergé séculier et du laïcat entre le Canada et l’Amérique latine. En effet, trois diocèses du Québec (Sherbrooke, Nicolet et Saint-Hyacinthe) se sont déjà engagés, depuis 1955, dans un projet de coopération avec des diocèses du Brésil.

  • 1 Voir les résolutions 27 (sur la création de la commission) et 28 (sur sa composition) de l’Assemblé (...)

2Le 12 octobre 1959, en marge de sa réunion plénière annuelle, la Conférence catholique canadienne (CCC) publie un communiqué déclarant que les évêques du Canada « se sont émus des appels angoissés du CELAM » et que l’épiscopat canadien entendait répondre aux vœux du Saint-Siège en contribuant toujours plus à la vie de l’Église en Amérique du Sud. Pour rendre effective la « coopération apostolique que le Canada peut apporter aux Églises sœurs d’Amérique latine », la CCC met sur pied une Commission épiscopale de coopération Canada-Amérique latine (CECAL1). Érigée formellement par un rescrit de la Consistoriale en date du 15 février 1960, la CECAL sera l’organisme officiel de l’épiscopat canadien chargé de venir en aide aux Églises d’Amérique latine.

Statut juridique

3Il s’agit d’une des commissions de la Conférence catholique canadienne. Elle rend compte de ses activités au Conseil d’administration de la CCC et fait rapport annuellement à son assemblée plénière.

4La restructuration de la CCC en 1968 entraîne une réorganisation complète des commissions. La coopération avec l’Amérique latine relève alors du nouveau Département des missions et de l’œcuménisme qui comporte trois offices, dont l’Office pour l’Amérique latine qui a une structure bilinguistique.

5Enfin, en 1972, on regroupa la Commission et le Bureau pour l’Amérique latine dans un ensemble générique, le Bureau des missions.

Structure interne et fonctionnement

6Comme les autres commissions de la CCC, la Commission adopte rapidement une structure bi-linguistique : une section de langue française et une section de langue anglaise, chacune ayant un président et un secrétaire.

7En 1960, la CECAL crée l’Office catholique canadien de l’Amérique latine (OCCAL). Il s’agit en quelque sorte du bras exécutif de la CECAL puisque cet office est chargé, sous la dépendance de la Commission épiscopale, de l’exécution du plan d’entraide de l’épiscopat canadien. Les premiers directeurs de cet office sont des prêtres appartenant à deux sociétés missionnaires canadiennes : Marcel Gérin des Missions étrangères de Québec et Francis O’Grady des Missions étrangères de Scarboro. En 1963, M. Gérin est envoyé au Honduras. Le P. O’Grady demeure alors le seul directeur, remplacé en 1967 par le P. Gérard Dionne.

8Les membres de la CECAL se réunissent au moins deux fois par année, souvent en marge des assemblées plénières de la conférence épiscopale. De plus, la CECAL dépose à l’Assemblée plénière son rapport annuel.

9Enfin, la coopération apostolique canadienne avec l’Amérique latine s’est faite de manière très décentralisée. Il revient aux diocèses canadiens d’élaborer un projet de coopération avec un diocèse d’Amérique latine. Aussi, la CECAL ne s’est jamais conçue comme un organisme d’envois de prêtres en Amérique latine. Elle s’est limitée à un rôle de sensibilisation et de coordination des efforts, laissant le soin aux diocèses et aux instituts de vie religieuse de prendre des initiatives en se liant à des Églises du Sud. En pratique, la CECAL n’a développé qu’un seul grand projet : l’établissement d’un grand séminaire régional au Honduras. De plus, elle s’est préoccupée de la formation des missionnaires canadiens envoyés en Amérique latine et elle a développé divers programmes de bourses pour soutenir la formation d’étudiants latino-américains (séminaristes ou laïcs) qui poursuivaient des études supérieures au Canada. Enfin, elle a été une instance qui entretenait des contacts avec le CELAM, la CAL et d’autres organismes de coopération avec l’Amérique latine.

Responsables (jusqu’en 2000)

  • 2 Il prépare également la fondation oblate du Chili, à Tocopilla. Nommé vicaire provincial des Oblats (...)

10Au moment de sa fondation, la CECAL est présidée par Marie-Joseph Lemieux (op), évêque d’Ottawa. Celui-ci a eu une expérience missionnaire au Japon. Outre son président, la Commission est alors composée de Georges Cabana, archevêque de Sherbrooke, qui avait ouvert une mission au Brésil en 1957 et de Paul Bernier, archevêque de Gaspé, qui après avoir été le premier secrétaire francophone de la CCC (1943-1947), avait travaillé à la Secrétairerie d’État (1947) avant d’être nommé chargé d’affaire (1948) puis nonce à Panama et au Costa Rica (1952). Il est alors président de la Conférence catholique canadienne. Trois autres évêques s’ajoutent à ceux-ci : John C. Cody, évêque de London, qui fonda une mission diocésaine au Pérou ; Albert Sanschagrin (omi), coadjuteur du diocèse d’Amos, missionnaire au Chili entre 1947 et 1953 où il participe à la mise en place de l’Action catholique2 ; et Francis V. Allen, évêque auxiliaire de Toronto. Ces deux derniers sont respectivement nommés secrétaire francophone et secrétaire anglophone de la Commission.

11La composition et la structure de la Commission ont été fréquemment modifiées. Le décès de Mgr Cody en 1963 conduit à une première modification et la paralysie partielle de Mgr Bernier en 1961 puis son décès en 1964 imposent de premiers changements dans la composition de la Commission. De fait, en 1964, la CECAL présente un nouveau profil, puisqu’elle est scindée en une section française et une section anglaise :

12Section française : Marie-Joseph Lemieux (op), président

Albert Sanschagrin (omi), secrétaire

Maurice Baudoux, archevêque de Saint-Boniface

13Section anglaise : Francis J. Klein, évêque de Saskatoon (ouvre une mission diocésaine au Brésil en 1964)

Alexandre Carter, évêque de Sault-Sainte-Marie, secrétaire

Francis V. Allen, évêque auxiliaire de Toronto

14La composition de la Commission évolue à nouveau en 1967, notamment à la suite de la nomination de Joseph Lemieux comme nonce apostolique en Haïti et délégué apostolique aux Antilles. Il poursuit ainsi son engagement en faveur de l’Amérique latine.

15Section française : Albert Sanschagrin (omi), évêque de Saint-Hyacinthe, président

Maurice Baudoux, archevêque de Saint-Boniface

Paul Piché (omi), évêque de MacKenzie-Fort Smith

16Section anglaise : Francis J. Klein, évêque de Calgary

Edward Jennings, évêque de Fort William

Joseph-Raymond Windle, évêque auxiliaire à Ottawa

17La restructuration de la CCC en 1968 entraîne une réorganisation complète des commissions. Comme mentionné plus haut, la coopération avec l’Amérique latine relève désormais du nouveau Département des missions et de l’œcuménisme qui comporte trois offices, dont l’Office pour l’Amérique latine qui a une structure bilinguistique :

18Office for Latin America :

James P. Mahoney (évêque de Saskatoon) président

Thomas Benjamin Fulton (évêque auxiliaire de Toronto) et Patrick James Skinner (archevêque de St John), consulteurs.

19Office de l’Amérique latine :

Albert Sanschagrin, président

Charles-Henri Lévesque (évêque de Sainte-Anne de la Pocatière) et Antoine Hacault (évêque auxiliaire de Saint-Boniface), consulteurs.

20La commission disparaît en 1972. On procède à un regroupement de divers organismes dans la nouvelle Commission pour les missions.

Dates principales marquant l’histoire de l’organisme

21La coopération avec l’Amérique latine connaît trois phases :

a. Les dix premières années de la Commission sont marquées par une très grande effervescence. Cette première phase connaît deux périodes : la préparation d’un plan d’action (octobre 1959-septembre 1960), puis sa mise en œuvre.

  • 3 Archives du diocèse de Saint-Hyacinthe, Albert Sanschagrin, « Orientations pastorales », 16 juin 19 (...)

b. À partir de 1970, la coopération entre la CCC et le CELAM étant bien établie, on entre dans une phase de routinisation. Le nombre de missionnaires canadiens envoyés en Amérique latine diminue. Cette phase correspond également au ralentissement du recrutement sacerdotal au Canada. En 1968, dans son bilan de l’effort missionnaire canadien en faveur de l’Amérique latine, le président de la CECAL Albert Sanschagrin observe : « L’enthousiasme d’il y a quelques années tend à se muer en lassitude chez les missionnaires. […] La diminution des vocations sacerdotales et religieuses se manifeste au Canada3. »

La Commission elle-même disparaît en 1972, fondue dans un organisme plus large, la Commission pour les missions.

c. Finalement, à la fin du millénaire, les diocèses rapatrient les derniers prêtres diocésains missionnaires en Amérique latine. Les publications diocésaines qui rendent compte des missions ouvertes par les diocèses canadiens en Amérique latine disparaissent les unes après les autres. De même, les collectes faites dans chaque diocèse passent de plus en plus inaperçues.

1959

Création de la Commission ; organisation d’un secrétariat (12 octobre)

Première réunion de la Commission. Élaboration d’un plan d’action provisoire (31 octobre).

Rencontre à Washington D.C. de représentants des épiscopats du Canada, des États-Unis et du CELAM.

  • 4 « Petit mémoire préparé pour son Excellence Révérendissime Monseigneur Sebastiano Baggio, délégué a (...)

Lettre du pape Jean XXIII aux évêques réunis à Washington. Lors de la rencontre de Washington, engagement de l’épiscopat canadien d’assumer « la fondation, la dotation en personnel et le soutien d’un grand séminaire qui rayonnerait sur toute la zone de l’Amérique centrale et des Antilles4 » (23 novembre).

Envoi aux évêques du Canada du compte rendu de la rencontre de Washington, d’une documentation leur permettant de se sensibiliser aux besoins de l’Église de l’Amérique latine et d’un questionnaire ; proposition d’une ébauche de plan d’entraide (12 décembre).

1960

Le conseil d’administration de la CCC établit un fonds d’aide à l’Amérique latine (13 janvier).

Publication d’une lettre pastorale collective des évêques du Canada sur la coopération apostolique Canada-Amérique latine. Cette lettre présente un plan de coopération apostolique entre les Églises du Nord et du Sud. L’une de ses dispositions est d’engager les diocèses d’ici à fournir des prêtres à l’Amérique du Sud (25 janvier).

La CCC crée l’Office catholique canadien de l’Amérique latine (OCCAL) chargé, sous la dépendance de la Commission épiscopale, de l’exécution du Programme d’entraide. L’OCCAL met sur pied un bulletin de liaison chargé de faire état des réalisations canadiennes en Amérique latine et faire valoir l’urgence des besoins de ce continent (mars).

Approbation d’un programme de formation de six semaines pendant l’été par l’Institut de pastorale de Sedes sapientiae à l’intention des prêtres, des laïcs et des religieux qui se préparent à partir pour l’Amérique latine (29 mars).

Voyage exploratoire en Amérique latine (Venezuela, Brésil, Pérou, Colombie et Mexique) du président de la CECAL, Mgr Joseph Lemieux, afin de mieux connaître les besoins (4 au 27 mai).

  • 5 Voir la lettre de Lemieux à Sanschagrin du 19 septembre 1960. Ce plan, rédigé par G. Cambron, F.T. (...)

Présentation d’un « Plan canadien pour l’apostolat en Amérique latine »5 dont les principales mesures sont l’établissement d’un grand séminaire au Honduras, l’accueil d’étudiants latino-américains au Canada et le jumelage de diocèses canadiens avec des diocèses de l’Amérique latine (septembre).

En vue de la prise en charge par l’épiscopat canadien d’un séminaire en Amérique latine, le secrétaire de la CECAL Albert Sanschagrin se rend au Honduras à deux reprises. De retour au Canada, Mgr Sanschagrin fait approuver par l’Assemblée plénière de la CCC le projet d’ouverture d’un séminaire à Tegucigalpa.

Les trois diocèses de la province ecclésiastique de Sherbrooke (Nicolet, Saint-Hyacinthe et Sherbrooke) présents en Amérique latine depuis 1955 renforcent leurs équipes déjà à l’œuvre au Brésil (Prélature de Pinheiro). Au total, à la fin de 1960, ce sont 59 Canadiens, en provenance de ces diocèses, qui travaillent au Brésil.

Quatre diocèses canadiens s’associent à des diocèses d’Amérique latine et y envoient des missionnaires : Québec ouvre sa mission au Paraguay (Asunción) ; Saint-Boniface dirige deux prêtres à São Paolo et les diocèses d’Ottawa et de Mont-Laurier envoient une équipe de cinq prêtres au vicariat de Tupi-Paulista (diocèse de Marilia, Brésil).

1959-1961 : Nouvelles fondations en Amérique latine : 8 par des instituts cléricaux, 17 par des communautés non cléricales et une de la part d’un institut séculier féminin. Plusieurs fondations sont en lien avec celles des diocèses. Par exemple les Sœurs missionnaires de Notre-Dame des Anges ou celles de la Sainte-Famille avec le diocèse de Sherbrooke au Brésil.

1961 : Signature par Mgr Sanschagrin (au Honduras du 19 janvier au 1er février) du contrat pour la construction du séminaire dans ce pays. Le président de la CECAL Joseph Lemieux séjourne à nouveau au Brésil, en fin d’année.

Inauguration officielle des travaux de construction du Séminaire régional Notre-Dame de Suyapa à Tegucigalpa (Honduras) pris en charge par l’épiscopat canadien. Première rentrée étudiante en février 1962 (17 décembre).

1963

Réunion organisée sous les auspices de la Conférence religieuse canadienne à Cuernavaca (Mexique) sur les problèmes que soulève l’entraide avec les Églises d’Amérique latine. Y participent deux évêques canadiens, le président de la CECAL, Marie-JosephLemieux et George Bernard Flahiff, archevêque de Winnipeg (27 mai-4 juin) .

20 des 48 diocèses canadiens sont associés à des diocèses de l’Amérique latine et y ont envoyé des prêtres diocésains et 4 diocèses ont fourni des prêtres pour le grand séminaire de Tegucigalpa. Des équipes diocésaines canadiennes travaillent dans huit pays de l’Amérique latine : Argentine, Brésil, Chili, Guatemala, Honduras, Nicaragua, Paraguay et Pérou. Les instituts religieux s’engagent également. Les principaux contingents sont : les Oblats de Marie-Immaculée (Est du Canada) qui comptent 79 prêtres en Amérique latine (37 au Chili, 28 en Bolivie, 3 au Pérou, 11 en Haïti) et les Prêtres des Missions-Étrangères de Québec avec 80 prêtres répartis en trois pays : Cuba, Honduras et Pérou (décembre) .

1963-1964 : Le séminaire de Tegucigalpa est le souci principal de la CECAL (financement, construction, cohérence de l’équipe). L’évêque responsable, Albert Sanschagrin, doit y faire à nouveau des séjours du 4 au 14 mars 1963 et du 2 au 17 mars 1964.

1964 : De nouveaux diocèses s’engagent en Amérique latine : London et St. John’s (Cayalti, Pérou) ; Hamilton (Bolivie et Guatemala) ; Saskatoon (Maceio, Brésil), religieuses hospitalières de Saint-Joseph d’Ottawa (Saint-Domingue, République dominicaine), Amos (Honduras), Saint-Jean (Valparaíso, Chili) et Vancouver.

1966 : L’épiscopat canadien confie la direction du Séminaire de Tegucigalpa aux prêtres des Missions étrangères du Québec. Fin de l’engagement financier des évêques canadiens en 1977.

1967 : Rencontre au Canada entre le président du CEFAL Guy-Marie Riobé et le président de la CECAL Albert Sanschagrin, afin d’élaborer une entente sur la formation des missionnaires aux centres de Cuernavaca et de Pétropolis. Un protocole d’accord est signé, prévoyant la location d’une maison pour étudiants français et canadiens à la proximité de ces deux centres afin d’y envoyer les missionnaires des deux pays pour une période de formation avant leur insertion missionnaire dans leur pays d’adoption (automne).

1968 : Un effort de rationalisation des structures et des activités de la conférence épiscopale conduisit à regrouper les diverses commissions intéressées par les missions et l’évangélisation et à fusionner le Fonds latino-américain (1961) et le Fonds des missions canadiennes dans un nouveau Fonds pastoral canadien pour l’évangélisation, créé en 1973.

  • 6 Hors assistance économique. Une enquête de l’OCCAL de 1965 indique que les congrégations religieuse (...)

22Bilan statistique sur la période 1961-19686 : en moins de dix ans, on passe de 1 157 missionnaires canadiens en Amérique du Sud à 2 078, soit une augmentation de 80 %. Parmi ces missionnaires, 144 sont des prêtres séculiers. Pour le reste, on compte : 7 évêques, 511 prêtres religieux, 249 religieux, 950 religieuses, 75 femmes membres d'un institut séculier, 104 missionnaires laïcs et 38 scolastiques.

23Ces 2 078 missionnaires se distribuent ainsi : 208 en Amérique centrale et Mexico ; 1 226 en Amérique du Sud et 644 dans les Antilles. Haïti accueille 406 missionnaires canadiens. Ce pays n’est dépassé que par le Pérou qui en reçoit 409, suivi par le Brésil (320) et le Chili (209). Les autres sont loin derrière. Seuls le Honduras et la Bolivie en comptent plus de 100 (131 dans chacun des pays). Pour le reste, on note quelques exceptions : la République dominicaine (89), le Guatemala (51), Cuba (41) et l’Argentine (40). Ailleurs, le nombre est inférieur à 30. Le nombre des missionnaires en partance pour l’Amérique du Sud est en croissance constante jusqu’en 1970. À partir du milieu des années 1970, il ralentira un peu sans pourtant décliner de manière significative avant les années 1980.

Sources

Annuaires, circulaires, bulletins de liaison

24À partir du mois de novembre 1960, l’OCCAL publie un bulletin mensuel rendant compte de la coopération missionnaire Canada – Amérique latine et faisant également état des demandes des Églises de l’Amérique latine. Le Bulletin de l’OCCAL, dont la forme évolue, est publié jusqu’en 1983. Par ailleurs, plusieurs diocèses publient leur propre bulletin. C’est le cas, à titre d’exemple, des diocèses de Saint-Hyacinthe (Entraide fraternelle au Brésil), Nicolet (Chronique des missionnaires nicolétains au Brésil) et de Québec (La Croix du Sud). Dans la presse religieuse, on trouve plusieurs références au travail missionnaire des Canadiens en Amérique latine. On se reportera principalement à la revue L’Église canadienne.

Principaux fonds d’archives

25Le fonds d’archives principal est celui de la Conférence des évêques catholiques du Canada (Ottawa). On y trouve les archives de la CECAL et de l’OCCAL, en plus des archives relatives à la rencontre de Washington (1959). On y trouve également, dans les procès-verbaux du Conseil d’administration de la CCC et de l’Assemblée plénière annuelle de la conférence, les délibérations relatives à la coopération avec l’Amérique latine. La coopération des Églises canadiennes avec l’Amérique latine s’étant effectuée principalement sur une base diocésaine, on trouve des archives relatives à la coopération missionnaire avec l’Amérique latine dans la plupart des fonds d’archives des diocèses du Canada.

26Enfin, on consultera avec profit plusieurs fonds d’archives des congrégations religieuses du Canada. La documentation y est vraiment très abondante.

Haut de page

Notes

1 Voir les résolutions 27 (sur la création de la commission) et 28 (sur sa composition) de l’Assemblée plénière de la CCC des 12-13 octobre 1959. Voir aussi le procès-verbal de la réunion du 29 mars 1960.

2 Il prépare également la fondation oblate du Chili, à Tocopilla. Nommé vicaire provincial des Oblats du Chili en octobre 1948, il fonde le petit séminaire à Antofagasta. Il contribue aussi à la fondation des missions oblates en Bolivie. Il entretient donc des liens étroits avec l’Amérique latine.

3 Archives du diocèse de Saint-Hyacinthe, Albert Sanschagrin, « Orientations pastorales », 16 juin 1969.

4 « Petit mémoire préparé pour son Excellence Révérendissime Monseigneur Sebastiano Baggio, délégué apostolique au Canada, concernant le projet d’un séminaire international dans la région des Caraïbes », 6 mai 1960.

5 Voir la lettre de Lemieux à Sanschagrin du 19 septembre 1960. Ce plan, rédigé par G. Cambron, F.T. O’Grady, M. Gérin, J. Champagne, R. Guindon et P. Nearing a été discuté en octobre par la CECAL, en marge de l’Assemblée plénière d’automne de la CCC. Voir lettre de Lemieux aux secrétaires de l’OCCAL (19 octobre 1960).

6 Hors assistance économique. Une enquête de l’OCCAL de 1965 indique que les congrégations religieuses et les diocèses canadiens donnent 3 millions de dollars canadiens par année à l’Amérique latine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gilles Routhier, « La Commission épiscopale de coopération Canada-Amérique latine (CECAL) / The Canadian Episcopal Commission for Latin America », Chrétiens et sociétés, Numéro spécial III | -1, 45-54.

Référence électronique

Gilles Routhier, « La Commission épiscopale de coopération Canada-Amérique latine (CECAL) / The Canadian Episcopal Commission for Latin America », Chrétiens et sociétés [En ligne], Numéro spécial III | 2019, mis en ligne le 21 juin 2019, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/chretienssocietes/4857 ; DOI : 10.4000/chretienssocietes.4857

Haut de page

Auteur

Gilles Routhier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals