Navigation – Plan du site
Troisième partie : les prêtres Fidei Donum présents en Amérique Latine en 1968

Bilan statistique des prêtres Fidei Donum européens présents en Amérique latine en décembre 1968

Statistical review of the European Fidei Donum priests present in Latin America in December 1968Repaso estadístico de los sacerdotes europeos Fidei Donum presentes en América Latina en diciembre de 1968
Caroline Sappia

Texte intégral

  • 1 Caroline Sappia, Le Collège pour l’Amérique latine…, op. cit.
  • 2 Cette perspective seulement continentale explique que le répertoire produit par la OCSHA ne donne p (...)

1Qui sont les prêtres Fidei Donum partis en Amérique latine entre les années 1950 et les années 1990 ? Combien sont-ils ? De quels pays et de quels diocèses sont-ils originaires et quelles sont leurs destinations ? Peut-on discerner des tropismes particuliers chez certains organismes d’envoi ? L’état des connaissances actuelles ne permet pas de répondre à ces questions, sauf pour le COPAL qui a fait l’objet d’un travail de fond1. Toutefois, un répertoire annuel des prêtres envoyés en Amérique latine par les organismes épiscopaux européens d’aide à l’Amérique latine est publié dès 1966 par la OCSHA, dans la perspective de resserrer à l’échelle européenne la coordination entre organismes d’envoi2. Les réunions entre ces organismes débutent en effet peu de temps auparavant, en 1965.

  • 3 Direcciones de los sacerdotes incorporados a las organisationes europeas de ayuda en personal a Amé (...)

2Un exemplaire de la version publiée en 1969, qui donne les effectifs de décembre 1968, a pu être exhumé et retranscrit dans un fichier simple de données3 (cf. infra). Ce répertoire établit un recensement à vocation exhaustive de tous les prêtres séculiers envoyés par cinq organismes : Ocsha, Copal, Cefal, Ceial et Secrétariat suisse Fidei Donum (ce dernier n’apparaissait pas dans les versions des années précédentes).

  • 4 C’est cette liste de la deuxième partie du livre qui a fait l’objet d’une saisie informatique.

3S’il n’est pas exhaustif – puisque manquent notamment les clercs allemands, suisses ou irlandais – ce répertoire n’en reste pas moins un document de premier plan. Au total, ce sont les prénoms, noms et adresses postales de 1 302 prêtres qui sont répertoriés. Dans une brève introduction, les auteurs – anonymes ! – insistent sur le témoignage de vitalité de la collaboration apostolique Europe-Amérique latine que cet outil d’information donne à voir. Suit une première partie dans laquelle sont mentionnés les diocèses de destination des prêtres pour chacun des cinq organismes d’envoi européens. Dans une deuxième partie, les auteurs ont dressé la liste alphabétique des noms des prêtres par pays latino-américain, par diocèse et par organisme épiscopal européen4. Dans une troisième et dernière partie, on trouve une liste alphabétique par noms de famille de tous les prêtres européens en Amérique latine, indépendamment des pays d’origine ou de départ. Pour chaque nom figurent les prénoms, l’organisme d’envoi, le diocèse d’accueil et l’adresse postale précise.

  • 5 Ne sont pas inclus dans ces chiffres les six diocèses des États-Unis (Brownsville, Miami, Orlando, (...)

4Ce répertoire offre ainsi un panorama général de l’état de l’aide sacerdotale séculière européenne à l’Amérique latine en 1968, ce qui permet deux types d’analyse. Premièrement une étude générale présentant les chiffres de tous les organismes d’envoi afin de donner une vision globale de la présence des Fidei Donum en Amérique latine pour l’année 1968 ; deuxièmement, une analyse statistique plus ciblée reprenant les chiffres par organisme d’envoi et donc par pays d’origine. Au total, 227 diocèses de 20 pays latino-américains5 accueillent au moins un prêtre européen en décembre 1968.

5Un premier graphique permet de croiser le nombre de prêtres européens par pays de destination et par organisme européen, ainsi que leur pourcentage (voir graphique n°1). Ces chiffres constituent un bilan comptable qui révèle de fortes disparités entre ces organismes. L’ancienneté de l’institution, le réservoir de vocations sacerdotales et le budget des différentes structures d’envoi sont autant de facteurs susceptibles d’expliquer les écarts. La Ocsha, qui a une longue tradition de collaboration sacerdotale avec l’Amérique latine, dépasse largement les autres pays avec 817 prêtres sur le continent latino-américain, soit 62,7 % de la collaboration européenne. Le Copal représente quant à lui 10,1 % des prêtres européens, avec 131 de ses représentants sur le sol latino-américain. Les autres organismes oscillent entre 10 et 15 %, excepté le Secrétariat suisse assez loin derrière (2,1 % de la collaboration européenne) avec seulement 27 prêtres en Amérique latine.

6Quels sont les principaux pays d’implantation en 1968 ? Le graphique n° 2 montre que quatre pays d’accueil se démarquent nettement en regroupant 65,5 % des prêtres européens en Amérique latine : le Brésil avec près d’un quart des effectifs (24,7 % pour 322 prêtres), suivi du Chili (14,8 % pour 193 prêtres), du Venezuela (13,5 % pour 176 prêtres) et de l’Argentine (12,5 % pour 163 prêtres). Le Pérou (7,1 %), la Colombie (6,1 %) et la Bolivie (4,7 %) restent à distance, pour ensuite laisser la place aux destinations moins communes qui oscillent entre 0,2 % et 2,2 % : États-Unis (2,2 %), l’Uruguay (2 %), le Guatemala (2 %), l’Équateur (1,7 %), le Mexique (1,6 %), Porto Rico (1,3 %), la République Dominicaine (1,1 %), Panama (0,9 %), le Costa Rica (0,7 %), Cuba (0,4 %), le Honduras (0,3 %), le Nicaragua (0,3 %), et le Salvador (0,2 %).

Graphique n  1 : Nombre de prêtres Fidei Donum présents en Amérique latine en 1968 par organisme d’envoi.

Graphique n° 2. Nombre de prêtres Fidei Donum présents en Amérique latine en 1968 par pays de destination.

7Pourquoi certains pays accueillent-ils plus de prêtres que d’autres ? Là encore, les facteurs sont multiples : immensité des territoires à couvrir et des « besoins » à satisfaire, récurrence des demandes envoyées en Europe par l’intermédiaire des conférences épiscopales nationales ou du CELAM, réseaux d’amitié entre évêques européens et latino-américains, présence de communautés religieuses sur place ou de confrères déjà implantés qui fonctionnent comme des « têtes de pont » dans certains diocèses, prises de contacts à l’occasion de séjours, de retraites ou de conférences à Rome, Madrid ou Louvain… Sans doute faut-il réfléchir à l’échelle des diocèses, voire des évêques eux-mêmes, plutôt qu’à celle des pays : les situations sont très variables et peuvent changer au gré des nominations épiscopales.

8Les graphiques suivants (n° 3 à 7) témoignent de la présence de chaque organisme européen par pays de destination. Ils mettent en évidence les relations privilégiées ou, au contraire, les faibles contacts établis au cas par cas avec les pays d’accueil. En décembre 1968, certains pays d’Amérique latine comptent des prêtres diocésains étrangers qui sont tous venus avec le même organisme. C’est le cas du Costa Rica, du Honduras, du Nicaragua, de Porto Rico et de la République dominicaine fournis exclusivement par la OCSHA. Le Copal est lui le seul organisme épiscopal européen représenté au Salvador avec trois prêtres présents dans le pays.

9Chaque organisme épiscopal européen a donc ses pays de destination privilégiés, et se démarque plus ou moins des tendances générales de la présence sacerdotale européenne par pays d’accueil (graphique n° 2). Le COPAL présente une répartition relativement conforme, comptant 28 prêtres au Brésil (21,4 % des effectifs du COPAL), 27 au Chili (20,6 %) et 25 au Venezuela (19,1 %). En revanche, l’Argentine ne compte que 8 prêtres, soit la moitié des effectifs du COPAL présents en Bolivie. Les autres pays comptent moins de 10 prêtres du COPAL mais on a dit plus haut que la présence de cet organisme est parfois exclusive (au Salvador). Le cas de la OCSHA est également proche de la distribution générale des prêtres en Amérique latine. Pour des raisons historiques et linguistiques, le Brésil ne figure qu’en 4ème position dans les pays de destination, alors que ce pays représente près du quart des arrivées des prêtres européens. Fin 1968, l’organisme espagnol compte 817 prêtres en Amérique latine. Trois pays accueillent un nombre sensiblement égal de prêtres séculiers espagnols : 132 prêtres (16,2 % des effectifs de la Ocsha) vivent au Venezuela, 131 (16 %) au Chili et 128 en Argentine (15,7 %). En dehors du Pérou et de la Colombie pour lesquels les effectifs sont supérieurs à 60 unités, les autres pays sont bien moins servis, en particulier en Amérique centrale.

10En 1968, les prêtres du CEFAL sont au nombre de 146. La destination privilégiée est le Brésil avec 62 Fidei Donum, soit 42,5 % des effectifs français : c’est près de 20 points de plus que le pourcentage de destination du Brésil des prêtres européens dans leur ensemble (24,7%). Les autres pays suivent de façon échelonnée : le Chili, l’Argentine et le Pérou comptent entre 12 et 32 prêtres. Le Brésil pèse donc autant, sur le plan des effectifs, que ces trois pays réunis. La Bolivie et, de façon plus surprenante, la Colombie sont très peu investies par l’organisme français.

11Le CEIAL envoie quant à lui près de trois quarts de ses membres au Brésil : 132 prêtres sur un total de 181 pour toute l’Amérique latine, soit 72,9 % de ses effectifs. Le Venezuela est le deuxième pays de destination des prêtres italiens mais loin derrière, avec seulement 11 membres. Le Cône sud est peu représenté, de même que l’Amérique centrale.

12Enfin, le Secrétariat suisse peut être considéré comme un nouveau venu dans la collaboration épiscopale européenne avec l’Amérique latine. C’est donc la première année que ses membres apparaissent dans le répertoire. Seuls 27 prêtres y sont dénombrés. Plus de 80 % d’entre eux travaillent au Brésil et en Colombie. Les autres se répartissent à parts sensiblement égales entre les principaux pays (par leur superficie) d’Amérique latine.

13La majorité des prêtres envoyés par les organismes européens de coopération épiscopale avec l’Amérique latine ont pour destination de prédilection le Brésil, le Chili, le Venezuela et l’Argentine. À l’exception notable des Espagnols, les prêtres Fidei Donum des autres pays européens partent prioritairement au Brésil, en particulier les Italiens et les Français.

Graphique n° 3. Nombre de prêtres du COPAL présents en Amérique latine par pays de destination, 1968.

Graphique n° 4. Nombre de prêtres de la Ocsha présents en Amérique latine par pays de destination, 1968.

Graphique n° 5. Nombre de prêtres du Cefal présents en Amérique latine par pays de destination, 1968.

Graphique n° 6. Nombre de prêtres du Ceial présents en Amérique latine par pays de destination, 1968.

Graphique n° 7. Nombre de prêtres du Secrétariat suisse Fidei Donum présents en Amérique latine par pays de destination, 1968.

Haut de page

Notes

1 Caroline Sappia, Le Collège pour l’Amérique latine…, op. cit.

2 Cette perspective seulement continentale explique que le répertoire produit par la OCSHA ne donne pas les noms, prénoms et adresses postales des prêtres Fidei Donum partis avec les organismes nord-américains. D’après la documentation canadienne consultée (cf. fiche CECAL), on dénombre 2 078 missionnaires canadiens en Amérique latine en 1968 parmi lesquels 144 prêtres Fidei donum.

3 Direcciones de los sacerdotes incorporados a las organisationes europeas de ayuda en personal a América Latina. Diciembre 1968, Madrid, 1969, 184 p. Nous n’avons pas trouvé de répertoire du même type pour les années suivantes. Est-ce dû à la crise que connaissent les réunions européennes entre 1969 et 1973 ?

4 C’est cette liste de la deuxième partie du livre qui a fait l’objet d’une saisie informatique.

5 Ne sont pas inclus dans ces chiffres les six diocèses des États-Unis (Brownsville, Miami, Orlando, San Agustín de la Florida, San Diego et St Petersburg) qui accueillent à cette date 29 prêtres Fidei Donum (au total). Parce qu’ils sont envoyés par la OCSHA, le répertoire recense également ces prêtres. En revanche, l’étude statistique proposée ici a inclus ces prêtres américains dans les calculs. Les États-Unis sont donc à la fois pourvoyeurs et récepteurs de prêtres Fidei Donum.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Graphique n  1 : Nombre de prêtres Fidei Donum présents en Amérique latine en 1968 par organisme d’envoi.
URL http://journals.openedition.org/chretienssocietes/docannexe/image/5004/img-1.png
Fichier image/png, 55k
Légende Graphique n° 2. Nombre de prêtres Fidei Donum présents en Amérique latine en 1968 par pays de destination.
URL http://journals.openedition.org/chretienssocietes/docannexe/image/5004/img-2.png
Fichier image/png, 69k
Légende Graphique n° 3. Nombre de prêtres du COPAL présents en Amérique latine par pays de destination, 1968.
URL http://journals.openedition.org/chretienssocietes/docannexe/image/5004/img-3.png
Fichier image/png, 49k
Légende Graphique n° 4. Nombre de prêtres de la Ocsha présents en Amérique latine par pays de destination, 1968.
URL http://journals.openedition.org/chretienssocietes/docannexe/image/5004/img-4.png
Fichier image/png, 68k
Légende Graphique n° 5. Nombre de prêtres du Cefal présents en Amérique latine par pays de destination, 1968.
URL http://journals.openedition.org/chretienssocietes/docannexe/image/5004/img-5.png
Fichier image/png, 64k
Légende Graphique n° 6. Nombre de prêtres du Ceial présents en Amérique latine par pays de destination, 1968.
URL http://journals.openedition.org/chretienssocietes/docannexe/image/5004/img-6.png
Fichier image/png, 56k
Légende Graphique n° 7. Nombre de prêtres du Secrétariat suisse Fidei Donum présents en Amérique latine par pays de destination, 1968.
URL http://journals.openedition.org/chretienssocietes/docannexe/image/5004/img-7.png
Fichier image/png, 34k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Caroline Sappia, « Bilan statistique des prêtres Fidei Donum européens présents en Amérique latine en décembre 1968 », Chrétiens et sociétés [En ligne], Numéro spécial III | 2019, mis en ligne le 26 juin 2019, consulté le 21 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/chretienssocietes/5004 ; DOI : 10.4000/chretienssocietes.5004

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals