Navigation – Plan du site

Les enjeux spirituels de l’avortement, de la doctrine à la pratique : l’exemple de l’Abrégé de l’embryologie sacrée de F. E. Cangiamila traduit par l’abbé Dinouart (1762)

Laura Tatoueix
p. 39-54

Résumés

En 1762, en France, paraît un des rares ouvrages consacrés entièrement aux enjeux spirituels de la grossesse et de l’accouchement : l’Abrégé de l’embryologie sacrée du jésuite sicilien Francesco-Emmanuele Cangiamila. Cet article propose d’analyser les enjeux spirituels liés spécifiquement à la question de l’avortement dans cet ouvrage centré sur la pratique religieuse. Il donne une importance considérable à la nécessité du baptême pour tous. Cette perspective pratique contraint l’auteur à adopter un positionnement tranché sur certaines questions comme celle de l’animation du fœtus, quitte à s’éloigner de certains textes doctrinaux au profit de textes scientifiques contemporains ordinairement absents de la littérature théologique. Dans un premier temps, cet article explore la position théorique de Cangiamila avant d’interroger l’importance qu’il donne au rôle des prêtres tant dans sa dimension sociale (prévention des avortements, prise en charge matérielle des grossesses non désirées) que dans sa dimension spirituelle (accomplissement du baptême des avortons, qualification du péché d’avortement et sacrement de pénitence).

Haut de page

Texte intégral

  • 1 John T. Noonan, Contraception et mariage : évolution ou contradiction dans la pensée chrétienne, P (...)
  • 2 Ibid., p. 463.
  • 3 Ibid.
  • 4 Les auteurs de la période moderne ne considèrent pas de distinction entre « fœtus » et « embryon » (...)
  • 5 Marcel Bernos, « Des sources maltraitées pour l’époque moderne : manuels de confessions et recueil (...)
  • 6 L’ouvrage cité supra de Jean-Pascal Gay reste la référence historiographique récente sur cette que (...)
  • 7 Voir à ce sujet plus précisément L. Tatoueix, op. cit., p. 143-155.

1À l’époque moderne, la doctrine catholique est claire : l’avortement volontaire doit être considéré comme un homicide. Deux bulles successives produites à la fin du xvie siècle se chargent de valider ce point : la bulle Effraenatam de Sixte Quint affirme que contraception et avortement doivent être considérés comme des homicides1, tandis que la bulle Sedes Apostolica de Grégoire XIV, promulguée quelques années plus tard, nuance celle de son prédécesseur, jugée trop rigoureuse. Seul l’avortement d’un fœtus de plus de 40 jours est alors considéré comme un homicide à proprement parler. Toutefois, même avant ce stade, l’avortement et la contraception restent interdits et considérés comme des péchés très graves2. Un important travail de recensement de ces textes doctrinaux a d’ailleurs été fait par le juriste John Noonan dans les années 19603. Néanmoins, l’avortement reste un sujet relativement marginal, il est donc peu abordé par les textes doctrinaux qui laissent des parts d’ombre, notamment lorsqu’il s’agit de certaines situations pratiques. Quelques points ambigus continuent donc d’être discutés par les théologiens tout au long de l’époque moderne. Le sujet s’invite principalement dès lors qu’il s’agit d’envisager les modalités relatives à l’administration de deux sacrements : le baptême des avortons et le sacrement de pénitence. Comment qualifier le péché d’avortement en fonction des situations ? Si l’on ne doit baptiser que des enfants vivants, à partir de quand peut-on considérer qu’un fœtus4 est une personne d’un point de vue spirituel ? La littérature casuistique, qui se développe et se répand à partir du xviie siècle en France et en Europe5, apporte un intérêt renouvelé à la question de l’avortement et des enjeux spirituels qui lui sont liés. Alors que s’ouvre une longue période de querelle entre les casuistes et leurs détracteurs6, une question problématique concernant l’avortement est évoquée : peut-on donner un remède abortif à une femme enceinte pour la sauver ? Ou doit-on préférer le salut de son enfant à naître ? L’avortement reste un sujet marginal de cette controverse, et bien plus un simple prétexte à la dénonciation du laxisme moral des Jésuites, mais le sujet est abordé plus systématiquement dans la littérature théologique en général, à partir de la seconde moitié du xviie siècle7, et jusqu’à la fin du xviiie siècle.

  • 8 Jean Chrétien Ferdinand Hoefer, Nouvelle biographie universelle depuis les temps les plus reculés (...)
  • 9 Dans son « avis du traducteur », l’abbé Dinouart déclare que le choix du français était éditorial (...)
  • 10 J.-C.-F. Hoefer, Nouvelle biographie universelle…, op. cit., p. 472-473.
  • 11 « Livre premier. De la vigilance des Curés & de tous les Ecclésiastiques envers les femmes enceint (...)

2En 1762, paraît en France une traduction abrégée de l’ouvrage du jésuite italien Francesco-Emmanuele Cangiamila (1702-1763), initialement paru en italien en 1745 puis traduit en latin dans une version augmentée8. C’est l’abbé Dinouart qui donne cette traduction abrégée en français sous la pression de son imprimeur9. Deux autres éditions françaises succèdent à cette première traduction, en 1766 et 1774, témoignant du succès de l’ouvrage – succès à l’échelle européenne puisqu’il donne également lieu à des versions en espagnol ou encore en grec moderne10. L’ouvrage de Cangiamila est exceptionnel à bien des égards. Il s’agit d’un des rares textes théologiques en français consacrés au seul sujet de la grossesse et de l’enfantement et par conséquent un des rares textes à évoquer de façon si étendue le sujet de l’avortement. Le livre premier est consacré en entier à la question de la grossesse et aux moyens à mettre en œuvre pour empêcher l’avortement et prendre en charge spirituellement l’avortement – de la qualification du péché au baptême de l’avorton11. Le second livre se consacre entièrement à un sujet également controversé, la césarienne, et se place en faveur de la césarienne post-mortem. Le troisième livre évoque enfin les enjeux spirituels liés aux tout premiers moments de vie d’un enfant et des accouchements difficiles. Cet article s’intéresse donc spécifiquement au premier livre dans lequel il s’agit de recenser les différents enjeux spirituels concernant l’avortement chez les catholiques ainsi que d’examiner particulièrement la place des positions du jésuite sicilien dans le paysage théologique du xviiie siècle.

  • 12 Charles-Louis Richard, Jean-Joseph Giraud, Dictionnaire universel, dogmatique, canonique, historiq (...)
  • 13 « Avertissement », C.-L. Richard, J.-J. Giraud, Dictionnaire universel…, op. cit., vol. 6.

3Si l’ouvrage ne passe pas inaperçu, c’est aussi en raison de sa dimension controversée. En 1765, Charles-Louis Richard et Jean-Joseph Giraud publient un tome 6 en forme de supplément à leur Dictionnaire des sciences ecclésiastiques. Les auteurs proposent à la toute fin de l’ouvrage un résumé « apologétique » du texte de Cangiamila, ajouté in extremis, à la demande de l’abbé Dinouart12. Il s’agissait de contester les « bruits calomnieux et injurieux » circulant autour du texte et d’éclaircir certains points mal reçus autour du baptême, comme l’annonce l’avertissement de Charles-Louis Richard13.

4Comme beaucoup d’ouvrages de théologie tournés vers la pratique religieuse (par exemple les manuels de confesseur ou encore les statuts synodaux), le texte du jésuite italien cherche moins à commenter des éléments de doctrine qu’à fournir des conseils et des prescriptions tournés vers la pratique spirituelle. Il s’adresse avant tout aux prêtres, qui sont la figure centrale de ses recommandations. L’originalité du texte réside notamment dans la place réservée au sujet, qui l’amène à balayer la majorité des enjeux spirituels rencontrés par les théologiens catholiques de l’époque moderne, tout en essayant de sortir de l’ambiguïté pratique, et permet de réfléchir aux difficultés posées par l’articulation entre doctrine et pratique.

5Dans un premier temps, il s’agit d’analyser les positionnements de l’auteur sur des questions parfois controversées afin de montrer comment tout son discours s’articule autour du rôle des prêtres dans la surveillance des ventres et la prise en charge des avortements.

Un positionnement tranché ?

6La perspective de l’ouvrage est celle de la pratique religieuse guidée par la nécessité de voir se réduire concrètement le nombre des avortements volontaires et surtout celui des fœtus morts sans recevoir le baptême. L’auteur revient alors sur les enjeux spirituels de l’avortement en évoquant deux situations où l’articulation entre doctrine et pratique est parfois problématique pour les théologiens eux-mêmes : d’une part la question de ce que l’on peut qualifier anachroniquement d’« avortement thérapeutique » (c'est-à-dire de la possibilité de donner un remède à une femme enceinte pour la sauver en risquant de lui faire perdre son « fruit ») ; d’autre part la question du moment de l’animation du fœtus, permettant ou non de lui conférer le baptême.

  • 14 C’est ce que la faculté de théologie de Paris reproche en 1644 au Père Airault, jésuite enseignant (...)
  • 15 Martino Fornari, Instructions pour les confesseurs, par le Révérend Père Martin Fornari, De la Com (...)

7Un important débat s’ouvre à l’époque moderne autour de la question de savoir s’il est possible de donner un remède pour soigner une femme enceinte quand bien-même celui-ci pourrait la faire avorter. C’est un débat qui émerge au cœur de la controverse entre les casuistes et leurs détracteurs au xviie siècle14. Certains auteurs laissent penser que quelques théologiens autoriseraient justement l’avortement dans un but thérapeutique, s’il permet de sauver la mère, et donc autoriseraient l’avortement sous condition. Effectivement, certains jésuites, comme Martin Fornari, admettent qu’on peut donner un remède pour soigner une femme enceinte s’il est probable que le fœtus n’est pas animé15. L’avortement est donc un dommage collatéral envisageable, mais jamais défendu en tant que tel, bien que certains y aient vu une brèche dans la condamnation absolue de l’avortement par l’Église. Par ailleurs, si la perspective probabiliste ouvre cette possibilité, elle reste, dans la pratique, quasiment impossible à mettre en œuvre.

  • 16 F. E. Cangiamila, Abrégé de l’embryologie sacrée…, op. cit., p. 23.
  • 17 Ibid., p. 24.

8La position de Cangiamila est ici conventionnelle, ce qui ne l’empêche pas d’être nuancée. Il rappelle d’abord le caractère théorique et absolu de l’exemple utilisé dans le débat. Selon lui, dans les faits, il « arrive rarement dans la pratique que le médecin & la mère pèchent en même temps ; l’un en ordonnant des remèdes contraires au fœtus, & l’autre en en faisant usage16 ». Comme dans l’ensemble de l’ouvrage, sa position se veut pragmatique : il ne faut pas donner de remède abortif ou qui puisse tuer le fœtus à une femme enceinte, même s’il s’agit de lui sauver la vie, mais, dans les faits, les remèdes potentiellement dangereux comme la saignée ou les purgations sont administrés avec prudence. Selon lui, on utilise des purgatifs plus doux que ceux employés par les Anciens17. Par conséquent, les risques sont minimes.

  • 18 Ibid., p. 17-22.

9Le chapitre sur le sujet fait néanmoins suite à un chapitre entier consacré à la prudence dont doivent user les médecins pour soigner les femmes enceintes18. Sa conclusion demeure malgré tout marquée par une forme d’intransigeance, signe qu’il adopte sur le sujet une position tranchée, en accord avec le positionnement de la majorité des théologiens :

  • 19 Ibid., p. 28-29.

On objectera peut-être qu’il est bien dur pour une femme enceinte de mourir dépourvue de tous secours, quoique la médecine puisse lui en donner. Il est bien dur, je l’avoue ; mais elle n’a qu’à faire attention à ce que le Saint Esprit dit à tous les malades : mon fils, ne te considère pas toi-même dans ton infirmité, mais prie le Seigneur, & il te guérira19.

10Cangiamila tranche le débat de façon très rapide. Si le sujet a agité les théologiens qui l’ont précédé et semble mériter d’être mentionné, il est relégué à un rang moins élevé qu’une autre question, dont les enjeux paraissent beaucoup plus forts pour le jésuite palermitain : celle du moment de l’infusion de l’âme dans le fœtus, appelé « animation ». Comme beaucoup de théologiens ayant écrit sur l’avortement, la question de l’animation du fœtus occupe une place importante dans l’Abrégé de l’Embryologie Sacrée. L’auteur y tient un double discours, l’un centré sur la pratique, l’autre théorique, qu’il traite dans deux chapitres séparés.

  • 20 « Chapitre VII. Opinions différentes sur le temps de l’animation », F. E. Cangiamila, op. cit. p.  (...)
  • 21 Tertullien, Apologétique ou défense des chrétiens contre les accusations des Gentils, traduit par (...)
  • 22 Maaike van der Lugt, « L’animation de l’embryon humain dans la pensée médiévale », dans L’embryon, (...)
  • 23 Magnum Bullarium Romanum  : A Beato Leone Magno Usque Ad S.D.N. Benedictum XIII. A Pio IV. Ad Inno (...)

11D’un point de vue théorique20, la notion d’animation, construction intellectuelle initiée par les penseurs antiques, pose la question du commencement de l’humanité. Dans une perspective spirituelle, c’est la résolution de ce problème qui permet de qualifier précisément l’homicide – le fœtus est-il un « homme » ou une « espérance d’homme21 » comme le qualifie Tertullien dans une formule largement reprise par les théologiens ? – ainsi que d’établir la possibilité de son baptême et donc de son salut. Alors que le moment de l’animation fait encore débat au Moyen Âge22, le pape Grégoire XIV a validé l’idée que le fœtus était animé au bout de 40 jours, introduisant une hiérarchie entre l’avortement d’un fœtus inanimé et celui d’un fœtus animé dans la bulle Sedes Apostolica de 159123.

  • 24 Wolfgang P. Müller, The criminalization of abortion in the West : its origins in medieval law, Ith (...)
  • 25 F. E. Cangiamila, Abrégé de l’embryologie sacrée…, op. cit., p. 35.

12À partir de la seconde moitié du xviie siècle, on assiste à une remise en cause de ce modèle théorique fixant l’animation à 40 jours et hérité d’Aristote24 : c’est le parti que choisit de prendre Francesco-Emmanuele Cangiamila dans son traité. Il se contente dans ce court chapitre d’évoquer la théorie d’Aristote pour mieux la réfuter. Trois arguments sont utilisés : le premier consiste en l’évocation en filigrane du paganisme d’Aristote, qui ne considérait pas le fœtus de moins de 40 jours inanimé, mais ayant une âme végétative, c’est-à-dire « considéré comme une plante25 » d’après Cangiamila. Or, cette conception de l’âme est relativement éloignée de celle des chrétiens. Il mentionne ensuite les découvertes scientifiques récentes qui contredisent le discours d’Aristote concernant la taille et l’état d’un fœtus de 40 jours :

  • 26 Il s’agit ici du savant français Pierre Gassendi (1592-1655), de l’anatomiste néerlandais Théodore (...)
  • 27 F. E. Cangiamila, Abrégé de l’embryologie sacrée…, op. cit., p. 35.

Mais [Aristote] a contre lui les observations faites sur des fœtus abortifs, par Gassendi, Kerkringius, Drelincourt26 & Bianchi de Turin, sur l’accroissement du fœtus depuis sa naissance, jusqu’au quarantième jour & au-delà27.

  • 28 Marie-France Morel, « Fœtus virtuels dans les traités médicaux des siècles classiques (xvie-xviiie(...)
  • 29 F. E. Cangiamila, Abrégé de l’embryologie sacrée…, op. cit., p. 36.
  • 30 Le journal des sçavans, combiné avec les mémoires de Trévoux, Amsterdam, chez Marc Michel Rey, 176 (...)

13Cet argument, dans un texte théologique du xviiie siècle, est relativement original. Si le recours aux médecins et aux philosophes n’est pas rare, il se fait le plus souvent avec parcimonie et les auteurs ont plutôt tendance à ne mentionner que ceux dont l’autorité est incontestable, comme les auteurs antiques. L’ouvrage original de Cangiamila était du reste accompagné de planches de l’anatomiste italien Giovanni Battista Bianchi (1681-1761)28 et l’édition française de 1766 fait également figurer une planche anatomique de ce dernier, représentant des embryons et des fœtus à différents stades de développement29. Un compte-rendu de l’édition française de 1762 est d’ailleurs proposé dans le Journal des sçavans, qui salue justement le fait que le prêtre s’appuie sur des découvertes expérimentales pour appuyer son propos30. L’auteur a aussi recours lui-même à une forme de démarche expérimentale. En effet, selon lui, il est possible d’expérimenter à quel point le fœtus peut être « vivant » et donc animé même à un très faible stade de grossesse. Il rapporte un exemple indirect à ce propos :

  • 31 F. E. Cangiamila, Abrégé de l’embryologie sacrée…, op. cit., p. 30.

En 1745, dans le temps où on imprimoit en italien la dernière feuille de cet ouvrage, une femme réduite dans une extrême pauvreté, eut une fausse couche ; de trop pénibles travaux en furent la cause : sans faire attention à l’embryon, on le jetta comme un grumeau de sang. La femme de l’ouvrier compositeur qui travailloit à l’impression de ce livre, instruite par ce que son mari lui rapportoit en composant cet ouvrage, ramassa ce qu’on avoit jetté, pour en faire un examen attentif : elle reconnut un enfant mâle, bien formé, à qui elle donna le baptême, & qui ne mourut que quatre minutes après : elle vint m’apprendre cette nouvelle, & je donnai la sépulture à l’enfant31.

  • 32 Ibid., p. 35-36.
  • 33 Ibid., p. 37.

14Il utilise enfin l’argument d’autorité en mentionnant saint Basile, qui aurait refusé la distinction entre fœtus animé et inanimé. Mais il n’en appelle pas seulement à l’autorité patristique de Basile et convoque également le médecin italien Paolo Zacchias (1584-1659), pour qui l’animation apparaissait au moment de la conception32. Là encore, la démarche de Cangiamila est originale dans la mesure où ce ne sont pas tant les textes doctrinaux ou les penseurs antiques que les écrits de médecins contemporains qui sont mobilisés pour éclairer son propos. Il finit par conclure que « le droit canon n’a point décidé que le fœtus dût être formé avant la création de l’âme ; il est sage d’incliner pour la plus prompte animation ; ce sentiment a beaucoup d’avantages, & n’a nul inconvenient33 ». C’est dans la pratique que ces avantages s’illustrent.

  • 34 Jean-François Brezillac, Dictionnaire ecclésiastique et canonique portatif, ou Abrégé méthodique d (...)
  • 35 M. Bernos, « Des sources maltraitées… », art cit.
  • 36 Pons-Augustin Alletz, L’art d’instruire et de toucher les âmes dans le tribunal de la pénitence, 3(...)
  • 37 Ibid.

15En effet, chez beaucoup d’auteurs, comme chez le prêtre sicilien, il s’agit avant tout de questionner la pertinence pratique de ce modèle, plutôt que de remettre en cause l’idée d’un moment d’infusion de l’âme en lui-même. Chez certains auteurs, la question de l’animation scelle une rupture indépassable entre la théorie et la pratique : la distinction entre l’avortement d’un fœtus animé et celui d’un fœtus inanimé est pertinente dès qu’il s’agit de morale, elle est importante pour savoir comment qualifier au mieux le péché, mais elle devient inutile, voire problématique, dès lors qu’il s’agit de savoir si l’on doit baptiser un fœtus. Francesco-Emmanuele Cangiamila, comme d’autres, va plus loin. Selon lui, le moment de l’animation est vraisemblablement « impénétrable » à l’homme. D’autres textes vont dans ce sens au xviiie siècle. C’est par exemple ce que défend le dominicain Jean-François Brézillac dans l’article « animation » de son Dictionnaire ecclésiastique et canonique34. C’est également ce que défendent des auteurs de textes résolument tournés vers la pratique religieuse comme les manuels de confesseur, qui se multiplient à l’époque moderne35. C’est le cas de celui de Pons-Augustin Alletz36, qui refuse « la subtilité » visant à distinguer l’avortement d’un fœtus animé de celui d’un fœtus inanimé37. Cette position nouvelle sur l’animation, détachée de la position prise par la papauté au xvie siècle, témoigne d’un doute nouveau qui apparaît au xviiie siècle : c’est avant tout l’incertitude des connaissances concernant ce moment qui est mise en avant. Paradoxalement, chez Cangiamila, c’est par la mise en avant de nouvelles connaissances scientifiques que cela est démontré. Dans ce cas-là, c’est la nécessité pratique qui dicte la conduite à tenir : le salut des avortons doit primer par-dessus tout.

16Ce sont donc les conséquences pratiques de cette théorie de l’animation que Cangiamila examine dans d’autres chapitres. Elles sont de deux sortes. D’une part, cette théorie de l’animation serait à l’origine de certains avortements et, d’autre part, elle priverait de salut des avortons pourtant déjà vivants.

17L’idée que l’animation justifie les avortements est assez répandue, c’est d’ailleurs ce point qu’utilisent les auteurs pour contester la pertinence pratique de la théorie de l’animation à 40 jours de grossesse. Cangiamila affirme ainsi :

  • 38 F. E. Cangiamila, Abrégé de l’embryologie sacrée…, op. cit., p. 30.

Une femme enceinte, & qui l’est avec regret, dès qu’elle s’aperçoit de sa grossesse, médite quelquefois les moyens de s’en délivrer par l’avortement : elle exécute ce criminel dessein vers les premiers temps de la conception, faussement persuadée que le fœtus n’est point encore animé ; & cette fausse persuasion, qui la porte à commettre ce crime, le rend moins affreux à ses yeux38.

  • 39 Ibid.

18Il ajoute d’ailleurs qu’« on ne doit donc pas être surpris de voir si fréquemment des avortemens dans les premiers mois de la grossesse39 », utilisant ici le terme avortement au sens large et incluant donc les fausses-couches qui sont effectivement fréquentes au premier trimestre de grossesse.

  • 40 Session VII du 3 mars 1547, cité par Jacques Gélis, Les enfants des limbes : mort-nés et parents d (...)
  • 41 Voir infra.
  • 42 F. E. Cangiamila, Abrégé de l’embryologie sacrée…, op. cit., p. 30.
  • 43 Jean-Louis Quantin, Le rigorisme chrétien, Paris, Éd. du Cerf, 2001, p. 57.
  • 44 Voir infra.
  • 45 De nouveau, pour comprendre les enjeux de cette querelle morale beaucoup plus large, voir par exem (...)
  • 46 J. Gélis, Les enfants des limbes, op. cit., p. 120-121.
  • 47 F. E. Cangiamila, Abrégé de l’embryologie sacrée…, op. cit., p. 32.
  • 48 Ibid., p. 44.

19En revanche, l’auteur va plus loin dans sa remise en cause, puisque, selon lui, elle empêche le baptême de certains avortons jugés comme de simples résidus de fausse-couche, alors qu’ils sont vivants, privant ainsi certaines âmes innocentes du salut, puisque, comme il est établi lors du concile de Trente, « les enfants n’ont aucun autre moyen de salut que le baptême40 ». C’est ce que l’exemple de l’embryon baptisé par la femme de l’imprimeur cherche à illustrer41. Il affirme du reste, à la suite de cet exemple, qu’un « pasteur doit donc avertir le peuple qu’il est assez probable que le fœtus est animé dès les premiers jours, & peut-être au moment même qui suit la conception42 ». L’usage du terme « probable » est intéressant dans la mesure où il illustre autant qu’il révèle la position pragmatique de l’auteur. En effet, Cangiamila est un prêtre jésuite, marqué par la tradition probabiliste de son ordre. Cette conception de la morale est basée sur la nécessité de sortir de situations ambiguës : en cas de doute il est donc permis de suivre l’opinion la plus « probable ». Le probabilisme est tourné vers la pratique et cherche à dicter la conduite à tenir en cas d’incertitude théorique43. Cette position des jésuites a été fortement critiquée et associée au laxisme moral. C’est ce principe qui a fait dire à l’inverse à certains jésuites qu’il était probable que l’embryon ne soit pas animé, et qu’il était possible dans certains cas de traiter la mère, bien que cela nuise à son fruit44. Ici, le probabilisme est utilisé dans l’autre sens, pour justifier un usage étendu du baptême qui est assez original45. Chez les catholiques, l’usage du baptême doit être restreint aux personnes vivantes. L’administration du sacrement à des personnes mortes ou à autre chose que des personnes est un sacrilège. Alors que l’Église a largement élargi les conditions d’administration du baptême, afin que le moins de personnes meurent sans pouvoir obtenir le salut, elle encourage cependant les prêtres à éviter les dérives. Chez certains, c’est donc un baptême sous condition qui doit être effectué sur les avortons, le mouvement ne pouvant pas toujours être perceptible de façon claire. Il s’agit d’ajouter la formule « si tu es homo » à la formule usuelle « ego te baptiso ». C’est ce que prescrivent plusieurs statuts synodaux au xviiie siècle46. La position de Cangiamila est relativement radicale à ce sujet, puisqu’il utilise l’argument probabiliste pour légitimer la nécessité de baptiser en cas de mouvement47. Le baptême des avortons est souvent encouragé et sollicité par les prêtres et les évêques, mais avec plus de réserve que ce que ne fait Cangiamila, dans la mesure où, s’il s’agit de ne priver personne de la possibilité du salut, il faut également empêcher que la possibilité du baptême apparaisse comme un compromis spirituel rassurant et encourage certains avortements. L’auteur affirme que, selon son opinion, si un fœtus n’est pas formé, mais montre des signes de mouvement, il doit être baptisé sans condition, puisqu’il y a des chances qu’il soit animé dès la conception. En revanche, il admet tout de même que l’on puisse baptiser sous condition en cas de doute, notamment lorsqu’un embryon n’est ni formé, ni ne montre de signe de mouvement, cas où il est difficile de savoir s’il est vivant, bien qu’il puisse l’être48.

20La nécessité du salut à travers la question du baptême des avortons donne un rôle central au curé dans la prise en charge des avortements. L’ouvrage oriente tout son discours autour du rôle du prêtre dans la prévention des avortements, ainsi que dans leur prise en charge lorsqu’ils surviennent.

Le rôle du curé dans la surveillance

21Ouvrage centré sur la pratique, il s’adresse à ceux qui ont charge d’âmes, piliers centraux de l’articulation entre doctrine et pratique. La préoccupation principale de l’auteur est la nécessité du salut pour tous et le prêtre doit en être l’acteur principal. Il commente ainsi en début d’ouvrage :

  • 49 Ibid., p. 5-6.

Le zèle des ministres de l’église doit s’occuper du salut éternel des enfans mêmes qui sont encore dans le sein de leur mère ; & cette attention est un des plus importans devoirs que la religion impose aux Curés49.

22Ce rôle accordé aux curés dès qu’il s’agit d’évoquer l’avortement se manifeste de deux façons. D’une part, les prêtres doivent être acteurs d’une politique de prévention dont les modalités sont multiples et vivre au plus près de leur communauté, afin d’exercer un rôle de surveillance ; d’autre part, ils doivent être à même d’administrer correctement les sacrements de baptême et de pénitence en ce qui concerne les avortements.

  • 50 Ibid., p. 8.

23La prévention passe d’abord par l’instruction aux couples mariés afin de leur rappeler la dimension homicide du crime d’avortement50 et doit être faite par tous les prêtres. Cet aspect est souvent négligé dans les traités religieux qui ont plutôt tendance à envisager l’avortement uniquement comme une conséquence d’une sexualité illégitime. Elle passe également par une prévention directe auprès des femmes enceintes, notamment en cas de grossesse illégitime, lors de la confession :

  • 51 Ibid., p. 17.

Quand une fille s’accuse, dans le tribunal de la pénitence, d’un commerce illicite, il faut agir de prudence en l’interrogeant, pour sçavoir si elle n’est point enceinte : si elle avoue sa grossesse, il faut l’engager, par la crainte de l’excommunication & des autres peines, à éviter avec attention tout ce qui pourroit nuire à son fruit51.

24Le rôle du curé est d’être en partie dans l’anticipation, ce qui se traduit par une place importante laissée à la surveillance rapprochée de sa communauté. Elle se caractérise aussi par une attention encore plus grande envers les femmes qui ont déjà fait des fausses-couches, ou encore par l’encouragement à la dénonciation de comportements suspects :

  • 52 Ibid., p. 15.

Les personnes qui ont connoissance que des femmes enceintes cherchent à se faire avorter, ou que d’autres leur fournissent des drogues à ce sujet, ou qu’elles sont dans le cas de craindre un avortement, soit par des travaux pénibles, ou parce qu’on les maltraite, doivent en avertir le pasteur, pour qu’il s’efforce d’y remédier, si elles sont dans l’impossibilité de le faire par elles-mêmes52.

  • 53 Ibid., p. 14.
  • 54 J. Gélis, La Sage-femme ou le médecin : une nouvelle conception de la vie, Paris, Fayard, 1988, p. (...)

25Cette prévention passe enfin par le caractère irréprochable du pasteur et la nécessité pour lui de vivre au plus près de ses ouailles. Selon l’auteur, le curé doit inspirer la confiance pour devenir une personne-ressource en cas de grossesse non désirée. Il est par exemple encouragé à prendre le relais si c’est la famille qui pousse à l’avortement. Bien plus que la simple prise en charge spirituelle, Cangiamila incite les prêtres à prendre en charge matériellement une femme enceinte que l’on voudrait pousser à avorter et à lui trouver une sage-femme qui maintienne le secret en cas de grossesse illégitime53. Il invite enfin les prêtres à surveiller les médecins et les apothicaires. Si le texte de Cangiamila mentionne les sages-femmes à plusieurs reprises, elles ne font pas, contrairement aux médecins ou aux apothicaires, l’objet d’une suspicion explicite dans son texte. Bien souvent, ce sont pourtant elles, bien plus que les autres praticiens de santé, qui font l’objet d’une attention particulière et sont considérées comme suspectes par les théologiens54. L’auteur insiste donc sur la dimension sociale de la mission du prêtre et l’importance de son implication dans la prévention des avortements. Néanmoins, c’est aussi sur le plan de la pratique spirituelle que son rôle est absolument crucial, une fois les avortements survenus.

  • 55 F. E. Cangiamila, Abrégé de l’embryologie sacrée…, op. cit., p. 37.
  • 56 J. T. Noonan, Contraception et mariage…, op. cit., p. 461-463.

26Les deux aspects de la pratique religieuse qui concernent l’avortement et impliquent directement les prêtres sont les deux sacrements de baptême et de pénitence. Cangiamila rappelle que la visée de son ouvrage n’est pas punitive et qu’il est né d’une nécessité pratique concernant le salut des âmes des avortons : « L’objet de l’examen qu’on vient de faire n’est pas de chercher à infliger des peines contre l’avortement, mais de procurer la vie spirituelle aux avortons par le sacrement de baptême55. » Par conséquent, contrairement à d’autres ouvrages théologiques évoquant les enjeux spirituels de l’avortement, son texte mentionne seulement de façon succincte ce qui relève de la qualification du péché d’avortement, et donc du sacrement de pénitence. Il suit à ce propos ce que les bulles des papes Sixte Quint et Grégoire XIV prescrivent56. Néanmoins, il adopte une position assez sévère à cet égard. Il commence par rappeler que l’avortement volontaire est un cas réservé, c'est-à-dire un péché dont l’absolution ne peut pas être donnée par le simple prêtre de la paroisse, mais uniquement par l’évêque comme l’a décidé Grégoire XIV :

  • 57 F. E. Cangiamila, Abrégé de l’embryologie sacrée…, op. cit., p. 12.

Le pape Sixte V a prononcé, par une Constitution, les plus grandes peines contre tous ceux qui procuroient l’avortement, même avant que le fœtus soit animé. Quoique l’excommunication majeure & la réserve de ce cas au SP [Saint-Père] ait été restreinte, par l’indulgence de Grégoire XIV, à l’avortement du fœtus animé, dont il a laissé aux évêque le pouvoir d’absoudre, la peine en elle-même n’est point infirmée à l’égard du fœtus inanimé57.

  • 58 J. T. Noonan, Contraception et mariage…, op. cit., p. 462.
  • 59 Ibid., p. 463.

27Pour John Noonan, les dispositions de la bulle de Sixte Quint, et notamment la réserve au pape, la rendait inapplicable58, ce qui explique le choix de Grégoire XIV de rappeler la hiérarchie entre un fœtus animé et un fœtus inanimé et de permettre aux évêques d’absoudre l’avortement volontaire d’un fœtus animé. Cangiamila tient ici une position assez radicale dans la mesure où, selon lui, la bulle de Grégoire XIV ne modifie que la réserve, et non pas la peine. Or, la bulle annule bien les châtiments concernant la contraception et l’avortement d’un fœtus inanimés, qui ne sont plus assimilés à des homicides, bien qu’ils restent des crimes très graves59.

  • 60 F. E. Cangiamila, Abrégé de l’embryologie sacrée… op. cit., p. 12.
  • 61 Barthelemy Bouchet, La Discipline de l’église  ; tirée du Nouveau Testament, et de quelques ancien (...)
  • 62 C.-L. Richard, Analyse des conciles…, op. cit., p. 230.
  • 63 Charles Borromée, Avis donnez aux confesseurs par S. Charles Borromée, Archevesque de Milan [trad. (...)

28La radicalité de la position du jésuite sicilien concernant la qualification du péché d’avortement est également visible dans le choix des textes doctrinaires qu’il s’attache à mentionner à ce sujet. Il insiste notamment sur la virulence des premiers textes et affirme que, « dans les premiers siècles de l’église, une femme coupable de ce crime étoit condamnée à la pénitence publique, & n’en recevoit l’absolution qu’à la mort60 ». Il s’agit là très certainement d’une référence à un canon du concile d’Elvire de 305, assez peu connu, mais dont on trouve la trace chez d’autres théologiens du xviiie siècle61. Cet article prône l’excommunication des femmes adultères ayant fait périr leur fruit et affirme que l’absolution ne peut leur être donnée qu’à la mort. Cette disposition est adoucie dès le concile d’Ancyre de 314, qui réduit le délai pour obtenir l’absolution dans cette-même situation à dix ans seulement62. Il ne mentionne pas les autres textes produits par la suite à ce propos. Sa position est plutôt à contre-courant par rapport aux pénitentiels médiévaux et modernes. Chez les théologiens français, la référence reste le pénitentiel de l’archevêque de Milan Charles Borromée (1538-1584), qui propose trois ans de pénitence en cas d’avortement volontaire et seulement un an si l’avortement survient avant 40 jours de conception63. Mais cette absence s’explique très probablement parce que le jésuite rejette cette dernière distinction.

  • 64 Laura Tatoueix, « L’avortement dans le discours médical (XVIe-XVIIe siècle) : entre prescription, (...)

29Enfin, sa radicalité s’illustre aussi dans la façon dont il moralise l’avortement involontaire, qu’il envisage comme une simple variante de l’avortement volontaire. Son discours est ici similaire au discours médical, qui envisage bien souvent fausse-couche et avortement volontaire dans une sorte de continuum de causes qui impliquent toujours plus ou moins la responsabilité de la femme enceinte64. Selon lui, avortement volontaire et avortement involontaire ne sont pas différents de nature, mais seulement de degré : les femmes qui font des fausses-couches doivent être tenues pour responsables, que celles-ci soient survenues à la suite de mauvais agissements ou par manque de précaution à l’égard du « fruit ». Le comportement de la femme enceinte est très fortement moralisé. Il énumère ainsi les causes potentielles des fausses-couches, qui ont toute une connotation morale :

  • 65 F. E. Cangiamila, Abrégé de l’embryologie sacrée…, op. cit., p. 7.

1. La brutalité des époux, en 2. L’imprudence des femmes, les autres liées à des péchés, la nourriture, l’intempérance, les querelles, et autres passions, les jeûnes excessifs. Rappelle que les femmes sont dispensées de jeûnes après leur 3e mois de grossesse. En 7. Les danses, en 8. Les habits trop étroits65.

  • 66 Ibid., p. 8.

30Au-delà de la simple responsabilisation, il y a également une forme de culpabilisation, puisque la fausse-couche, ou avortement involontaire, est considérée par l’auteur comme un péché66.

  • 67 Les registres paroissiaux parisiens attestent de cette pratique et révèlent la mort de nouveau-nés (...)

31La position du jésuite sicilien concernant le sacrement de baptême administré aux avortons a déjà été évoquée précédemment. Elle témoigne d’une grande latitude laissée aux prêtres et d’une injonction à administrer le baptême de façon très large. Comme d’autres théologiens, il affirme la nécessité de former les sages-femmes à ce sacrement. Lorsque le baptême ne peut être conféré par des personnes ordonnées, il s’agit plutôt d’apprendre à conférer le baptême sous forme d’un ondoiement (c’est-à-dire un baptême sans cérémonies), bien que l’auteur ne le précise pas. En effet, en cas d’absence de prêtre, il est nécessaire de conférer le baptême si la mort est imminente : ce baptême par défaut conféré par un laïc vaut autant qu’un baptême en cas de mort, mais dans la mesure du possible, on enjoint à le doubler d’un véritable baptême si l’état de nouveau-né le permet67.

32Concernant les sacrements, si le texte de Cangiamila n’apparaît pas mu d’une volonté punitive, force est de constater la sévérité avec laquelle le péché d’avortement doit être qualifié, bien qu’il ne donne pas explicitement de conseil pratique en ce sens et ne s’attache pas à évoquer trop longuement la question de la culpabilité des personnes qui avortent ou font avorter, en revanche, il est clair que le baptême apparaît ici comme le sacrement fondamental en ce qui concerne l’avortement. En définitive, le prêtre est au cœur de l’articulation entre doctrine et pratique. Cangiamila insiste énormément sur l’importance accordée à la prévention de l’avortement et sur la mission sociale accordée au curé, autant que sur sa mission spirituelle, qui prend cependant part à un moment différent, une fois l’avortement survenu.

  • 68 Paul Hoffmann, La femme dans la pensée des Lumières, Paris, Ophrys, 1977, p. 201-213.

33Original par son approche exclusive d’un sujet souvent marginalisé dans les écrits théologiques, l’Abrégé de l’embryologie sacrée balaie la pluralité des enjeux spirituels liés à l’avortement, qu’il soit volontaire ou involontaire. Reprenant à son compte la notion de « nécessité spirituelle » définie par Théophile Raynaud pour défendre la césarienne68, Cangiamila affirme la nécessité absolue de sauver les âmes des fœtus abortifs et de baptiser de la façon la plus large possible. Résolument tourné vers la pratique, la traduction française de son ouvrage offre des positions tranchées au regard d’autres textes publiés ou traduits en français au xviiie siècle. L’originalité de son approche réside enfin aussi dans une forme de liberté vis-à-vis de certains textes doctrinaux – pour un ouvrage qui ne se montre absolument pas exhaustif, bien au contraire – au profit de textes scientifiques contemporains.

Haut de page

Notes

1 John T. Noonan, Contraception et mariage : évolution ou contradiction dans la pensée chrétienne, Paris, Éd. du Cerf, 1969, p. 461.

2 Ibid., p. 463.

3 Ibid.

4 Les auteurs de la période moderne ne considèrent pas de distinction entre « fœtus » et « embryon » en fonction du terme de grossesse comme il est d’usage de le faire aujourd’hui. Les deux termes sont plus ou moins synonymes en fonction des auteurs. Le terme fœtus est plus fréquent, bien que les théologiens emploient plus souvent le simple terme « enfant ». Voir Laura Tatoueix L’avortement en France à l’époque moderne. Entre normes et pratiques (mi xvie s.-1791), thèse de doctorat, Rouen, 2018, p. 50.

5 Marcel Bernos, « Des sources maltraitées pour l’époque moderne : manuels de confessions et recueils de cas de conscience », Revue d’histoire de l’Église de France, 2000, vol. 86, n° 217, p. 479-492 ; Jean-Pascal Gay, Morales en conflit : théologie et polémique au Grand Siècle, 1640-1700, Paris, Éd. du Cerf, 2011.

6 L’ouvrage cité supra de Jean-Pascal Gay reste la référence historiographique récente sur cette querelle entre les casuistes jésuites et leurs détracteurs.

7 Voir à ce sujet plus précisément L. Tatoueix, op. cit., p. 143-155.

8 Jean Chrétien Ferdinand Hoefer, Nouvelle biographie universelle depuis les temps les plus reculés jusqu’à nos jours, avec les renseignements bibliographiques et l’indication des sources à consulter, Paris, Firmin Didot frères, 1852, vol. 8, p. 472-473.

9 Dans son « avis du traducteur », l’abbé Dinouart déclare que le choix du français était éditorial et qu’il lui laisse moins de marge de manœuvre, l’obligeant à censurer certains passages ou à les laisser dans leur langue originale, Francesco Emmanuele Cangiamila, Abrégé de l’embryologie sacrée, ou du traité du devoir des prêtres, des medecins et autres, sur le salut éternel des enfans qui sont dans le ventre de leur mère, traduit par Abbé Dinouart, Paris, Nyon, 1762.

10 J.-C.-F. Hoefer, Nouvelle biographie universelle…, op. cit., p. 472-473.

11 « Livre premier. De la vigilance des Curés & de tous les Ecclésiastiques envers les femmes enceintes ; des moyens d’empêcher les avortemens, & du baptême des avortons », F. E. Cangiamila, Abrégé de l’embryologie sacrée…, op. cit., p. 5-44.

12 Charles-Louis Richard, Jean-Joseph Giraud, Dictionnaire universel, dogmatique, canonique, historique, géographique et chronologique des sciences ecclésiastiques, Paris, chez Charles-Antoine Jombert, 1765, vol. 6, p. 653.

13 « Avertissement », C.-L. Richard, J.-J. Giraud, Dictionnaire universel…, op. cit., vol. 6.

14 C’est ce que la faculté de théologie de Paris reproche en 1644 au Père Airault, jésuite enseignant au collège de Clermont à Paris. Cette polémique marque les prémices des attaques à l’égard des Jésuites et de leur prétendu laxisme moral. Voir J.-P. Gay, Morales en conflit, op. cit., p. 145-146.

15 Martino Fornari, Instructions pour les confesseurs, par le Révérend Père Martin Fornari, De la Compagnie de Jesus. Nouvellement traduites du Latin en François [par M. B.], s. l., Chez Pierre Guillimin, 1674, p. 88.

16 F. E. Cangiamila, Abrégé de l’embryologie sacrée…, op. cit., p. 23.

17 Ibid., p. 24.

18 Ibid., p. 17-22.

19 Ibid., p. 28-29.

20 « Chapitre VII. Opinions différentes sur le temps de l’animation », F. E. Cangiamila, op. cit. p. 33.

21 Tertullien, Apologétique ou défense des chrétiens contre les accusations des Gentils, traduit par Louis Giry, 5e éd., Paris, Lepetit, 1660, p. 62.

22 Maaike van der Lugt, « L’animation de l’embryon humain dans la pensée médiévale », dans L’embryon, formation et animation : antiquité grecque et latine, tradition hébraïque, chrétienne et islamique, Paris, J. Vrin, 2008, p. 233-254.

23 Magnum Bullarium Romanum  : A Beato Leone Magno Usque Ad S.D.N. Benedictum XIII. A Pio IV. Ad Innocentium IX., Luxembourg, Chevalier, 1727, vol. 2, p. 766-767.

24 Wolfgang P. Müller, The criminalization of abortion in the West : its origins in medieval law, Ithaca, 2012, p. 114.

25 F. E. Cangiamila, Abrégé de l’embryologie sacrée…, op. cit., p. 35.

26 Il s’agit ici du savant français Pierre Gassendi (1592-1655), de l’anatomiste néerlandais Théodore Kerckring (1638-1693), connu notamment pour ses observations sur les embryons en tout début de développement et la formation des os chez le fœtus, et de l’anatomiste français Charles Drelincourt (1633-1697).

27 F. E. Cangiamila, Abrégé de l’embryologie sacrée…, op. cit., p. 35.

28 Marie-France Morel, « Fœtus virtuels dans les traités médicaux des siècles classiques (xvie-xviiie siècles) », Spirale, 15 avril 2012, n° 60, p. 42.

29 F. E. Cangiamila, Abrégé de l’embryologie sacrée…, op. cit., p. 36.

30 Le journal des sçavans, combiné avec les mémoires de Trévoux, Amsterdam, chez Marc Michel Rey, 1762, vol. 68, p. 482.

31 F. E. Cangiamila, Abrégé de l’embryologie sacrée…, op. cit., p. 30.

32 Ibid., p. 35-36.

33 Ibid., p. 37.

34 Jean-François Brezillac, Dictionnaire ecclésiastique et canonique portatif, ou Abrégé méthodique de toutes les connoissances nécessaires aux ministres de l’église, Nouvelle édition corrigée et augmentée, Paris, Dehansy, Musier, Durand, Panckoucke, 1766, vol. 1, p. 100.

35 M. Bernos, « Des sources maltraitées… », art cit.

36 Pons-Augustin Alletz, L’art d’instruire et de toucher les âmes dans le tribunal de la pénitence, 3e édition, s. l., 1775, vol. 1, p. 145.

37 Ibid.

38 F. E. Cangiamila, Abrégé de l’embryologie sacrée…, op. cit., p. 30.

39 Ibid.

40 Session VII du 3 mars 1547, cité par Jacques Gélis, Les enfants des limbes : mort-nés et parents dans l’Europe chrétienne, Paris, L. Audibert, 2006, p. 169.

41 Voir infra.

42 F. E. Cangiamila, Abrégé de l’embryologie sacrée…, op. cit., p. 30.

43 Jean-Louis Quantin, Le rigorisme chrétien, Paris, Éd. du Cerf, 2001, p. 57.

44 Voir infra.

45 De nouveau, pour comprendre les enjeux de cette querelle morale beaucoup plus large, voir par exemple J.-L. Quantin, Le rigorisme chrétien, op. cit. ; J.-P. Gay, Morales en conflit, op. cit. Pour comprendre plus particulièrement la façon dont l’avortement apparaît dans cette querelle, voir Laura Tatoueix, op. cit., p. 143-155.

46 J. Gélis, Les enfants des limbes, op. cit., p. 120-121.

47 F. E. Cangiamila, Abrégé de l’embryologie sacrée…, op. cit., p. 32.

48 Ibid., p. 44.

49 Ibid., p. 5-6.

50 Ibid., p. 8.

51 Ibid., p. 17.

52 Ibid., p. 15.

53 Ibid., p. 14.

54 J. Gélis, La Sage-femme ou le médecin : une nouvelle conception de la vie, Paris, Fayard, 1988, p. 18.

55 F. E. Cangiamila, Abrégé de l’embryologie sacrée…, op. cit., p. 37.

56 J. T. Noonan, Contraception et mariage…, op. cit., p. 461-463.

57 F. E. Cangiamila, Abrégé de l’embryologie sacrée…, op. cit., p. 12.

58 J. T. Noonan, Contraception et mariage…, op. cit., p. 462.

59 Ibid., p. 463.

60 F. E. Cangiamila, Abrégé de l’embryologie sacrée… op. cit., p. 12.

61 Barthelemy Bouchet, La Discipline de l’église  ; tirée du Nouveau Testament, et de quelques anciens conciles, Lyon, chez Jean Certe, 1689, vol. 2, p. 410 ; C.-L. Richard, Analyse des conciles généraux et particuliers, contenant leurs canons sur le dogme, la morale et la discipline, Paris, chez Vincent, 1772, vol. 1, p. 206.

62 C.-L. Richard, Analyse des conciles…, op. cit., p. 230.

63 Charles Borromée, Avis donnez aux confesseurs par S. Charles Borromée, Archevesque de Milan [trad. par Ch. de Montchal], Lyon, chez Claude Bachelu, 1672, p. 82.

64 Laura Tatoueix, « L’avortement dans le discours médical (XVIe-XVIIe siècle) : entre prescription, condamnation et tabou » dans Laetitia Dion et al. (dir.), Enfanter dans la France d’Ancien Régime, Arras, Artois Presses Université, 2017, p. 69-80.

65 F. E. Cangiamila, Abrégé de l’embryologie sacrée…, op. cit., p. 7.

66 Ibid., p. 8.

67 Les registres paroissiaux parisiens attestent de cette pratique et révèlent la mort de nouveau-nés ayant été ondoyés en danger de mort puis baptisés quelques jours plus tard avant de mourir, Pierre Chaunu, La mort à Paris. 16e, 17e et 18e siècles, Paris, Fayard, 1978, p. 174.

68 Paul Hoffmann, La femme dans la pensée des Lumières, Paris, Ophrys, 1977, p. 201-213.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laura Tatoueix, « Les enjeux spirituels de l’avortement, de la doctrine à la pratique : l’exemple de l’Abrégé de l’embryologie sacrée de F. E. Cangiamila traduit par l’abbé Dinouart (1762) », Chrétiens et sociétés, 26 | 2020, 39-54.

Référence électronique

Laura Tatoueix, « Les enjeux spirituels de l’avortement, de la doctrine à la pratique : l’exemple de l’Abrégé de l’embryologie sacrée de F. E. Cangiamila traduit par l’abbé Dinouart (1762) », Chrétiens et sociétés [En ligne], 26 | 2019, mis en ligne le 28 février 2020, consulté le 16 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/chretienssocietes/5371 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chretienssocietes.5371

Haut de page

Auteur

Laura Tatoueix

Centre de recherches historiques – EHESS

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals