Navigation – Plan du site

Jean-Jacques Thurneysen, un graveur protestant au service des catholiques

Yves Krumenacker
p. 23-38

Résumés

Jean-Jacques Thurneysen (1636-1711), graveur bâlois de confession réformée, travaille à Lyon de 1656 à 1659 puis de 1662 à 1681, à Turin (1659-1661), à Vienne (1695-1697), à Prague, à Nuremberg, à Augsbourg et à Bâle. Il est marié à Marie Armet, d’une grande famille protestante de Bourg-en-Bresse ; le couple a sept enfants, tous nés à Lyon. Il est très lié aux marchands protestants et aux pasteurs de Lyon. Mais il a surtout travaillé pour des commanditaires catholiques. Il a gravé de très nombreuses représentations de saints, de figures bibliques, d’allégories religieuses, des sujets de piété, des portraits d’ecclésiastiques ou d’autorités politiques catholiques. Il collabore avec des marchands d’estampes catholiques, il diffuse par la gravure les œuvres de Thomas Blanchet. Il illustre des thèses et des pièces de théâtre du collège jésuite de Lyon, ainsi que des ouvrages du Père Menestrier. Or la discipline réformée interdit de favoriser l’usage religieux des images. Mais Thurneysen semble ne jamais avoir été inquiété pour cela. Tout se passe comme si une totale dissociation entre foi et activité professionnelle était admise.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 En témoigne le dossier « Art et protestantisme » de la revue Arts sacrés, janvier-février 2013. Vo (...)
  • 2 Rembrandt est devenu, depuis le milieu du xixe siècle, l’artiste protestant par excellence, à la s (...)
  • 3 Frédéric Cousinié, Sébastien Bourdon : tactique des images, Paris, Éditions 1 : 1, 2011 ; Jacques (...)
  • 4 Notice en ligne : https://www.museeprotestant.org/notice/louis-testelin-1615-1655/ (consultée le 2 (...)
  • 5 Notice en ligne : https://www.museeprotestant.org/notice/isaac-moillon-1614-1673/ (consultée le 27 (...)
  • 6 Andrew Spicer, « The Huguenots and Art, c. 1560-1685 », dans Raymond A. Mentzer, Bertrand Van Ruym (...)
  • 7 Henry Wittenhove, Reynaud Levieux et la peinture classique en Provence, Paris, Édisud, 1990.
  • 8 Franck Lestringant, « Abraham Bosse, artiste protestant ? », dans Sophie Join-Lambert et Maxime Pr (...)
  • 9 De nombreux exemples sont donnés, pour toute l’Europe, par Benjamin J. Kaplan, Divided by Faith. R (...)

1Peut-on parler d’art protestant ? Au moins pour ce qui concerne le calvinisme, une telle question a longtemps semblé sans objet, tant il semblait évident que le protestantisme, marqué par l’iconoclasme de ses origines, refusait toute forme artistique. On est heureusement revenu largement là-dessus1, mais la question reste délicate et ne sera pas tranchée dans cet article. Ce qui est certain, en revanche, c’est qu’il y a des artistes de confession protestante, il n’y a qu’à songer aux peintres néerlandais du Siècle d’Or2. Mais, en France, en raison du caractère très minoritaire de la communauté réformée, ils honorent souvent des commandes catholiques afin de gagner leur vie. Parmi bien d’autres exemples, on peut citer Le Crucifiement de saint Pierre de Sébastien Bourdon pour le « May » de Notre-Dame de Paris3 et ses autres œuvres religieuses pour les cathédrales de Chartres et de Montpellier, Saint-Gervais à Paris, etc., La Flagellation de saint Paul et Silas ainsi que Saint Pierre ressuscite la veuve Tabitha de Louis Testelin, toujours pour le « May » de Notre-Dame de Paris4, les peintures d’Isaac Moillon pour l’Hôtel-Dieu de Beaune5, celles de Jacob Bunel pour diverses églises6, de Reynaud Levieux pour la chartreuse de Villeneuve-lès-Avignon7, l’illustration des Exercices spirituels de saint Ignace et de l’Imitation de Jésus-Christ par Abraham Bosse8, ou la représentation de l’offrande du royaume à la Vierge par Louis XIII et Anne d’Autriche de Juste d’Egmont, pour nous en tenir à quelques peintres et graveurs, car les exemples seraient aussi nombreux parmi les sculpteurs et architectes9.

  • 10 André Pelletier, Jacques Rossiaud et al. (dir.), Histoire de Lyon des origines à nos jours, Lyon, (...)
  • 11 Ibid., p. 553.
  • 12 On trouve aussi la graphie Thurneyser, notamment dans la signature de ses estampes à Lyon.

2Cette réponse d’artistes protestants à des commandes catholiques se retrouve évidemment aussi dans une des places-fortes de la Réforme catholique, Lyon. Le peintre néerlandais de confession luthérienne Karel Dujardin y aurait peint un monumental Christ en croix pour la cathédrale Saint-Jean10, Abraham de Vries un Saint Jérôme11. Jean-Jacques (ou Hans Jacob) Thurneysen12, graveur, éditeur et marchand d’estampes protestant né à Bâle, actif à Lyon de 1656 à 1659 puis de 1662 à 1681, n’est donc pas une exception.

Jean-Jacques Thurneysen : biographie sommaire

Ill. 1 : Jean-Jacques Thurneysen par Johann Rudolf Fuessli (Beste Künstler der Schweiz, Zurich, 1769).Zentralbibliothek Zürich, Thurneysen, Joh. Jak. I, 1, https://doi.org/​10.3931/​e-rara-55400

Ill. 1 : Jean-Jacques Thurneysen par Johann Rudolf Fuessli (Beste Künstler der Schweiz, Zurich, 1769).Zentralbibliothek Zürich, Thurneysen, Joh. Jak. I, 1, https://doi.org/​10.3931/​e-rara-55400
  • 13 Natalis Rondot, « Les Thurneysen, graveurs d’estampes lyonnais », Revue du Lyonnais, série 5, n° 2 (...)
  • 14 N. Rondot, op. cit., p. 158 ; Dictionnaire historique de la Suisse, « Johann Jakob Thurneysen », e (...)
  • 15 Ibid., p. 158-160.
  • 16 Ibid., p. 160.
  • 17 Ibid., p. 161-163 ; Marius Audin, Eugène Vial, Dictionnaire des artistes et ouvriers d’art du Lyon (...)

3La famille Thurneysen est originaire de Bâle. Jean-Jacques y est né le 15 juin 1636. Son père, André, y est conseiller d’État, ses ancêtres ont été membres du Grand Conseil ; sa mère, Anna, est la fille d’un bourgmestre de Mulhouse, Jean-Ulrich Schlumberger13. De 1647 à 1649, Jean-Jacques est envoyé à Yverdon pour y apprendre le français. Il étudie ensuite le dessin à Bâle, puis surtout à Strasbourg, dans l’atelier de Pierre Aubry, d’une célèbre dynastie de dessinateurs, graveurs et éditeurs strasbourgeois, pendant trois ans, de 1650 à 165314. De retour à Bâle, il n’y reste que quelques années puisqu’il part pour Lyon en avril 1656, passe par Berne, Genève, et arrive entre Saône et Rhône en août15. Il travaille à Lyon, mais aussi à Bourg-en-Bresse et dans d’autres petites villes de la région. Il commence en 1658 les gravures destinées à l’Histoire généalogique de la maison de Savoie de Guichenon, publiée en 1660 (pl. 116). Il part à Turin au début de 1659 et y reste jusqu’en mai 1661, au service du duc de Savoie17.

Pl. 1 : Sépulture en marbre blanc de Marguerite de Bourbon, monastère de Brou, Bourg-en-Bresse, gravé par Johann Jakob Thurneysen, Samuel Guichenon, Histoire généalogique de la royale maison de Savoie, G. Barbier, Lyon, 1660, p. 600.

Pl. 1 : Sépulture en marbre blanc de Marguerite de Bourbon, monastère de Brou, Bourg-en-Bresse, gravé par Johann Jakob Thurneysen, Samuel Guichenon, Histoire généalogique de la royale maison de Savoie, G. Barbier, Lyon, 1660, p. 600.

© Henriette Pommier, « Antoine de Pienne et Hans Jacob Thurneysen graveurs de l’Histoire généalogique de la maison de Savoie », Nouvelles de l’estampe, N° 260, 2017, Ill. 9, http://journals.openedition.org/​estampe/​ docannexe/image/332/img-9.jpg, cc-by.

  • 18 Natalis Rondot, op. cit., p. 164 ; AML, GG 719, f° 273 v°.
  • 19 Archives Municipales de Lyon (AML), GG 720, f° 131 v°, 140 v°, 145, 160, 168, 180, 248.

4Après un bref retour à Bâle, Jean-Jacques Thurneysen revient à Lyon, où il se marie à Reyssouze, au bord de la Saône, le 16 septembre 1662 avec Marie Armet (1631-1704), fille d’un conseiller au présidial de Bourg-en-Bresse ; l’acte est retranscrit quelques jours plus tard dans le registre des mariages des protestants de Lyon18. Dans les registres paroissiaux protestants, il apparaît comme « marchand graveur en taille douce ». Le couple aura sept enfants : Marie-Anne, née le 1er septembre 1664, baptisée le 4 ; Suzanne, née le 23 mai 1666, baptisée le 30 ; Marie, née le 6 mai 1667, baptisée le 15 ; Jean-Jacob, né le 9 décembre 1668, baptisé le 16 ; Henry, né le 12 décembre 1669, baptisé le 16 ; Marie-Élisabeth, née le 14 janvier 1671, baptisée le 18 ; Marguerite, née le 7 janvier 1674, baptisée le 8 février19.

  • 20 Tristan Boffard, La condition juridique des protestants de Lyon de l’édit de Nantes à sa révocatio (...)
  • 21 Natalis Rondot, op. cit., p. 166.
  • 22 Ibid., p. 168.
  • 23 Ibid., p. 170-171 ; M. Huber et C.C.H. Rost, Manuel des curieux et des amateurs de l’art, Zurich, (...)
  • 24 Ibid., p. 171-172.
  • 25 Ibid., p. 281-319, 403-431, 517-524.
  • 26 Bernard Montagnes, « Agnès de Jésus revisitée », dans Agnès de Langeac. Le souci de la vie en ses (...)

5Dans les années 1680, avec la persécution contre les protestants, Jean-Jacques Thurneysen songe à revenir à Bâle. En effet, bien qu’étranger et pouvant sans doute bénéficier du soutien des autorités bâloises, il peut juridiquement être considéré, lui et ses enfants, comme régnicole et donc soumis aux lois du royaume, car il s’est marié en France et ses enfants y ont été baptisés20. Il envoie à Bâle les deux aînés de ses enfants en 1680, puis sa femme en 1681, « avec les meilleurs témoignages des pasteurs et des anciens de l’église de Lyon21 ». Il les rejoint très peu de temps après22. Sa belle-mère, Marie Dupuis, quitte aussi la France au moment de la Révocation et se réfugie à Lausanne. Il reste à Bâle jusqu’en 1695, puis va à Vienne au service de l’empereur Léopold Ier, avec son fils Jean-Jacob qui étudiait alors à Rome ; il effectue entre autres, seul ou avec son fils, plusieurs portraits et des représentations de saints23. Il est sur les bords du Danube de 1695 à octobre 1697, il se rend ensuite à Prague, à Nuremberg, à Augsbourg (fin 1697) ; il rentre à Bâle en septembre 1699, où il meurt le 15 février 171124. C’est un artiste prolifique, puisque le catalogue de ses œuvres, dressé à la fin du xixe siècle par Natalis Rondot, compte 351 numéros, auxquels il faut ajouter vingt-quatre œuvres réalisées en commun avec son fils Jean-Jacob25. Ce catalogue n’est d’ailleurs pas exhaustif, puisqu’on connaît de lui au moins une autre gravure, le frontispice d’une Vie de la Venerable Mere Agnez de Iesus..., publiée au Puy en 1675, ce qui atteste d’ailleurs de la renommée de Thurneysen, puisque les dominicaines de Catherine de Langeac du Puy font appel à lui pour orner un de leurs ouvrages26.

Un graveur protestant

  • 27 Ibid., p. 294-295, 299-300.
  • 28 Ibid., p. 294.
  • 29 Ibid., p. 287.
  • 30 Ibid., p. 518.
  • 31 Ibid., p. 404.

6Né à Bâle, Jean-Jacques Thurneysen est de confession protestante. C’est là qu’il passe les douze dernières années de sa vie : par fidélité à sa ville natale et à ses parents ou par attachement religieux ? C’est difficile de le dire. Entre temps, il est retourné plusieurs fois à Bâle, de 1653 à 1656, en 1661-1662, de 1681 à 1695. Pendant cette dernière période, il grave de nombreux portraits, dont celui de la princesse palatine, des pasteurs de Bâle Gerulerus, Wollebius, Zvingerus, du théologien genevois François Turretini ou du célèbre professeur d’anatomie Harder27, mais aussi des portraits de catholiques comme l’ambassadeur de France auprès des cantons suisses, Robert Gravel de Marly, ou la duchesse de Bavière Catherine-Agathe28 et des images de piété, dont une Sancta Maria auxiliatrix29, une Piéta et un Christ au jardin des oliviers30. En 1689, il réalise une de ses gravures les plus connues, l’accueil des réfugiés huguenots à Potsdam (pl. 231).

Pl. 2 : Réception des Huguenots à Potsdam par le Grand Électeur, gravé par Johann Jakob Thurneysen.

Pl. 2 : Réception des Huguenots à Potsdam par le Grand Électeur, gravé par Johann Jakob Thurneysen.

© German Huguenot Museum Bad Karlshafen

  • 32 Ibid., p. 296.
  • 33 Ibid., p. 520-522.

7Lors de ses dernières années à Bâle, il grave le portrait d’Emanuel Socin32, du duc de Wurtemberg, du théologien Werenfels, du médecin König, du comte de Metternich, du seigneur Weiprecht von Gemmingen (pl. 3)33.

Pl. 3 : Portrait de Weiprecht Frhr. von Gemmingen d’après un sermon funèbre, dessinateur Johann Rudolf Huber, gravé par Johann Jakob Thurneysen, vers 1702, gravure sur cuivre, fol.

Pl. 3 : Portrait de Weiprecht Frhr. von Gemmingen d’après un sermon funèbre, dessinateur Johann Rudolf Huber, gravé par Johann Jakob Thurneysen, vers 1702, gravure sur cuivre, fol.

© Wolfenbüttel, Bibliothèque ducale d'août, inventaire n° A 7583, https://commons.wikimedia.org/​wiki/​File:Weiprecht_von_Gemmingen_(1642-1702).jpg#/​media/​File:Weiprecht_von_Gemmingen_(1642-1702).jpg, domaine public

Thurneysen, vers 1702, gravure sur cuivre, fol.

© Wolfenbüttel, Bibliothèque ducale d'août, inventaire n° A 7583, https://commons.wikimedia.org/​wiki/​File:Weiprecht_von_Gemmingen_(1642-1702).jpg#/​media/​File:Weiprecht_von_Gemmingen_(1642-1702).jpg, domaine public

8Notons, à propos de Bâle, l’ambiguïté religieuse de ses compositions. On y trouve des images de dévotion catholique et, si les portraits sont surtout de personnalités protestantes, certaines sont catholiques. Cela suggère un graveur soucieux avant tout d’avoir des commandes, quelle que soit l’appartenance confessionnelle du commanditaire.

  • 34 Dictionnaire historique de la Suisse, « Emanuel Socin », en ligne : https://hls-dhs-dss.ch/fr/arti (...)
  • 35 Les registres du consistoire de Lyon sont perdus. Mais ces noms de famille reviennent souvent dans (...)
  • 36 Natalis Rondot, op. cit., p. 293 ; AML, GG 87, 121.
  • 37 Ibid., p. 425-427.

9À Lyon, Thurneysen semble bien intégré dans l’Église réformée locale. À vrai dire, il est difficile de le mesurer exactement, dans la mesure où les registres du consistoire ont disparu. Mais des indices divers permettent de le supposer, et tout d’abord les liens spirituels avec d’autres membres de la communauté. Les parrains et marraines des enfants ont été, pour Marie-Anne, Matthieu Wolff, marchand, et Marie Dupuy, veuve Armet ; pour Suzanne, Jean-Antoine Huguetan, marchand libraire, et Susanne Chenaure, femme de Jean-Rodolphe Frey ; pour Marie, Antoine Tronchin, marchand, et Marie Huguetan, épouse Caze ; pour Jean-Jacob, Jacob Huber, marchand, et Clermonde Sermand, épouse Mussard ; pour Henry, Henry Locher, fils d’Antoine, marchand, et Esther Gonzebat, épouse Sellon ; pour Marie-Élisabeth, Philippe Silvestre Dufour, marchand, et Marie-Élisabeth Locher, épouse Gonzebat ; pour Marguerite, Emanuel Socin, de Bâle, et Marguerite de Loriol, Dame de la Grivilière. En dehors de Marie Dupuy, la grand-mère du premier enfant du couple, et d’Emanuel Socin, qui est un des principaux magistrats de Bâle, membre du Conseil des Treize et premier prévôt des corporations34, on retrouve tout le milieu des riches marchands protestants de Lyon. L’intégration dans la communauté réformée lyonnaise est manifeste : plusieurs de ces personnages ont sans doute été membres du consistoire35, Clermonde Sermand est l’épouse du pasteur Pierre Mussard. Thurneysen a par ailleurs gravé un portrait de Jean Caze, ancien du consistoire de Lyon, époux de la marraine d’une de ses filles36. Il bénéficie de commandes de plusieurs négociants protestants : Horuttener, Jean Huber, Étienne Seignoret, Henri Scherer, Jacques Solicoffre37 lui font faire des étiquettes pour leur commerce.

  • 38 Suzanne Stelling-Michaud, Le Livre du Recteur de l’Académie de Genève, Genève, Droz, 1966, t. 2, n (...)
  • 39 Bibliothèque de Genève, ms fr 433, f° 84v°.

10Quant à la famille Armet, c’est une des plus importantes familles protestantes de la région ; Marie Armet, l’épouse de Jean-Jacques Thurneysen, a un frère pasteur, Lazare Armet, ministre à Meyrin, en pays de Gex38. La mère de Marie, Marie Dupuy, veuve Armet, est chargée de la conservation des papiers de l’Église de Bourg-en-Bresse39.

11Le comportement de Thurneysen au moment de la persécution antiprotestante des années 1680 montre également qu’il est perçu, et se perçoit, comme un membre de la communauté réformée, dans la mesure où il envoie sa famille hors de France et que lui-même la rejoint à Bâle.

12Sur ces indices, il n’y a donc pas lieu de mettre en cause l’appartenance et l’attachement de notre graveur à la Réforme. Plusieurs éléments viennent néanmoins troubler ce portrait et tout d’abord le fait que, passé l’âge de l’enfance, il a surtout vécu en pays catholique et répondu à des commandes catholiques.

Au service de princes catholiques

  • 40 Natalis Rondot, op. cit., p. 161.
  • 41 Ibid., p. 308. Voir aussi Henriette Pommier, « Antoine de Pienne et Hans Jacob Thurneysen graveurs (...)
  • 42 Natalis Rondot, op. cit., p. 285-287.
  • 43 Ibid., p. 301-308.

13À Bourg-en-Bresse, il est apprécié des autorités catholiques, notamment de l’avocat du roi au présidial de Bourg, Claude-François Favier40. Peut-être est-ce par cette famille Favier, très liée à la cour de Savoie, ainsi que par sa participation à l’Histoire généalogique de la maison de Savoie de Guichenon41 qu’il peut entrer au service du duc de Savoie. Il est appelé à Turin au début de 1659. Il fait plusieurs portraits du duc, ainsi que de nombreux personnages de la cour. Il exécute également de nombreux sujets pieux (L’Annonciation, La Sainte Vierge avec l’enfant Jésus et Jean-Baptiste, La Sainte Famille42, etc.) Il grave aussi, avec la collaboration de Belgrano, Berey et Antonio de Piene, les illustrations du Del regno d’Italia sotto i Barbari epitome d’Emmanuel Tesauro43. Jean-Jacques Thurneysen semble avoir été très apprécié à la cour aussi bien pour son art que pour ses qualités humaines.

  • 44 Ibid., p. 518-519.
  • 45 Ibid., p. 295-296.
  • 46 Ibid., p. 288-289.
  • 47 Ibid., p. 284-285.

14En 1695, il est appelé à Vienne par l’empereur Léopold Ier et il s’y rend avec son fils Jean-Jacob, également graveur. Outre des portraits de l’empereur44, du roi de Pologne Frédéric Auguste45, il grave des planches d’un Saint François Xavier, d’un Saint Ignace de Loyola46, d’un Christ maltraité par les soldats (pl. 4), d’une Flagellation de Jésus-Christ, d’un Ecce Homo, d’une Mater dolorosa47.

Pl. 4 : Jésus-Christ maltraité par les soldats, gravé par Johann Jakob Thurneysen, 1699, gravure sur cuivre, fol.

Pl. 4 : Jésus-Christ maltraité par les soldats, gravé par Johann Jakob Thurneysen, 1699, gravure sur cuivre, fol.

© Universitätsbibliothek Basel, Kun Cv 54:4:16, dans Natalis Rondot, op. cit., 14, https://doi.org/​10.3931/​e-rara-27312, Domaine Public

  • 48 Ibid., p. 519-520.

15À Augsbourg ensuite, il travaille avec l’éditeur d’estampes Jérémie Wolff. C’est sans doute là qu’il grave un portrait du duc de Bavière48.

L’activité de Thurneysen à Lyon

  • 49 Yves Krumenacker, « Les minorités religieuses à Lyon à l’époque moderne », dans Jean-Dominique Dur (...)

16Lyon est alors une ville très catholique. Les protestants, au temps de Thurneysen, sont peut-être seize cents à dix-sept cents (sur soixante-quinze mille habitants, soit à peine plus de 2% de la population), en grande partie des étrangers venus d’Allemagne, de Suisse, de Genève, souvent des marchands-banquiers, des négociants, quelques artistes49.

  • 50 Marius Audin, Eugène Vial, Dictionnaire des artistes et ouvriers d’art du Lyonnais, Paris, Bibliot (...)
  • 51 Ibid. ; John Grand-Carteret, L’Enseigne, son histoire, sa philosophie, ses particularités, Grenobl (...)

17À Lyon, Thurneysen a eu plusieurs adresses : « au Change, à la Montre royale », « au coin de la Poulaillerie », « à l’Impératrice, en la ruë des Quatre Chapeaux », c’est-à-dire au cœur de la ville, à l’endroit où se trouvent la plupart des graveurs et libraires. Il est à la fois graveur, éditeur et marchand d’estampes. Il a un véritable atelier où il fait travailler des ouvriers dont il signe les planches50. Il grave lui-même à l’eau-forte, peut-être sur bois, mais surtout sur cuivre, en taille simple à ses débuts, puis à taille croisée51.

  • 52 Arch. Dép. du Rhône, 3 E 4260 (notaire Delhorme), f° 366-367 : accord de division de noms, 2 décem (...)
  • 53 Sylvie Martin-de Vesvrotte, Dictionnaire des graveurs-éditeurs et marchands d’estampes à Lyon aux (...)

18En décembre 1662, Thurneysen s’associe au graveur, imprimeur et marchand d’estampes François Cars52. Or, François Cars, né à Paris en 1631 d’une famille de peintres et de graveurs d’origine flamande, est un catholique. Il est à Lyon depuis le début des années 1660. C’est là qu’il épouse sa seconde femme, Anne Auroy, en 1666. Le couple a douze enfants, tous baptisés à l’église Saint-Nizier. François Cars habite dans le secteur commerçant de la ville, rue Thomassin, puis rue Mercière, rue Ferrandière et à nouveau rue Mercière, au cœur du quartier des libraires. Il a un atelier permettant une production d’estampes pour la librairie lyonnaise. L’association avec Thurneysen permet essentiellement la commercialisation des gravures de ce dernier qui, nous le verrons, collabore abondamment avec le peintre Thomas Blanchet. Cette association dure au moins jusqu’en 166753.

  • 54 Ibid., p. 4.
  • 55 Ibid., p. 8-9.

19La gravure et le commerce d’estampes sont alors en pleine expansion à Lyon. La ville compte vingt-trois graveurs-éditeurs-marchands pour le xviie siècle, la plupart de la seconde moitié, voire la fin du siècle. Les imprimeurs qui, jusque-là, utilisaient des estampes flamandes ou, s’ils les avaient commandées eux-mêmes, toujours les mêmes gravures, se mettent à faire faire et acheter des gravures à des artistes locaux. L’association Cars-Thurneysen est sans doute une des premières à s’engouffrer dans ce nouveau marché, en éditant directement des gravures au lieu de se contenter de les fournir aux libraires54. Unique également est leur lien avec un grand peintre, Blanchet, désireux de diffuser ses œuvres, la reproduction de dessins ou de tableaux d’artistes de la région étant alors très rare55.

  • 56 Ibid., p. 28.
  • 57 Lucie Galactéros de Boissier, Thomas Blanchet 1614-1689, Paris, Arthena, 1991.

20L’activité principale de Thurneysen consiste à reproduire par la gravure des œuvres des peintres de son temps. Il grave ainsi à Turin en 1659 une Annonciation d’après le peintre lorrain au service du duc de Savoie Charles-Claude Dauphin, gravure vendue à Lyon par François Cars56. D’autres œuvres de Dauphin ont été gravées par Thurneysen, comme le frontispice de la tragédie Hermegildo, conservé au Musée des Beaux-Arts de Nancy. Mais c’est Thomas Blanchet (1614-1689) qui lui fournit l’essentiel de ses sujets57. Blanchet, peintre né à Paris, formé d’abord par Simon Vouet puis en Italie et à Rome, domine la vie artistique lyonnaise depuis qu’il a gagné la capitale des Gaules pour orner les salons de réception du nouvel Hôtel de ville. De 1655 à 1674, il réalise les décors de l’ensemble du bâtiment. Il est également chargé de la reconstruction de l’abbaye des Dames de Saint-Pierre à partir de 1675, il dessine les tribunes et la chapelle des Messieurs dans l’église du collège de la Trinité, il intervient à l’église des carmélites, il s’occupe du chantier du palais de Roanne, destiné à la justice royale. Peintre ordinaire de la ville de Lyon, c’est par conséquent un des acteurs majeurs des transformations de la ville dans la seconde moitié du xviie siècle, chargé également des décors éphémères réalisés à l’occasion des manifestations organisées par le consulat de Lyon. On comprend l’intérêt pour Thurneysen d’être l’interprète attitré de Blanchet, même si celui-ci est catholique et importe à Lyon le style baroque italien.

  • 58 Ibid., p. 490.
  • 59 Ibid. et p. 284.
  • 60 N. Rondot, op. cit., p. 410-412.

21On connaît 45 gravures de Thurneysen d’après Blanchet auxquelles s’ajoutent 79 bandeaux, vignettes d’ouvrages, étiquettes, etc., reproduisant des modèles de Blanchet58. Dans cet ensemble, les allégories religieuses et les représentations issues de l’Ancien et du Nouveau Testament sont nombreuses, avec la Vierge, l’eucharistie, de nombreux saintes et saints (pl. 5a et 5b), traitées dans un style baroque, catholique, bien éloigné de l’image qu’on pourrait se faire d’un soi-disant style protestant, sobre, austère, refusant les effets dramatiques. Il semble que Thurneysen ait vraiment respecté la richesse des formes, la souplesse des modelés, la différenciation entre ombres et lumières de Blanchet. Lucie Galactéros de Boissier, la grande spécialiste de Blanchet, considère que la « vitalité ornementale, la fantaisie charnue » de Blanchet se retrouve même dans les gravures créées par Thurneysen seul59. Ce même style prévaut dans les représentations mythologiques. C’est également d’après Blanchet que Thurneysen orne un certain nombre de thèses soutenues au collège de la Trinité60.

Pl. 5a : Saint Luc écrivant son évangile devant un portait de la Vierge à l’Enfant, d’après Thomas Blanchet, appartient à une série de frises à la manière de Melan.
Pl. 5b : Saint Jean l’Évangéliste et Saint Paul d’après Thomas Blanchet.

Pl. 5a : Saint Luc écrivant son évangile devant un portait de la Vierge à l’Enfant, d’après Thomas Blanchet, appartient à une série de frises à la manière de Melan.Pl. 5b : Saint Jean l’Évangéliste et Saint Paul d’après Thomas Blanchet.

© British Museum, 1856,0112.351, AN579456001, Creative Commons CC BY-NC-SA 4.0.

22Les célèbres portraits de l’archevêque de Lyon Camille de Neufville, de l’intendant Du Gué, du président de la Cour des Monnaies Constant de Silvecane ont aussi été gravés à partir de Blanchet, ainsi que des célébrations du pouvoir monarchique, comme une représentation de Louis XIV (pl. 6) et du dauphin (pl. 7).

23De manière générale, Thurneysen a beaucoup gravé à Lyon. Sa renommée fait qu’on a souvent fait appel à lui pour illustrer des livres de piété (pl. 8 et 9).

Pl. 6 : Portrait de Louis XIV, en buste, Gravé par Johann Jakob Thurneysen.

Pl. 6 : Portrait de Louis XIV, en buste, Gravé par Johann Jakob Thurneysen.

© Bibliothèque nationale de France, département Estampes et photographie, Collection Michel Hennin. Estampes relatives à l'Histoire de France. Tome 46, 7564, département Estampes et photographie, RESERVE QB-201 (86)-FOL, Domaine Public, https://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​ btv1b84082697

Pl. 7 : Le Dauphin sur les genoux de la France regarde deux femmes agenouillées devant lui, Graveur : Johann Jakob Thurneysen, Auteur : Thomas Blanchet, Recueil. Lugduni 1663.

Pl. 7 : Le Dauphin sur les genoux de la France regarde deux femmes agenouillées devant lui, Graveur : Johann Jakob Thurneysen, Auteur : Thomas Blanchet, Recueil. Lugduni 1663.

© Bibliothèque nationale de France, département Estampes et photographie, Collection Michel Hennin. Estampes relatives à l'Histoire de France. Tome 46, 4156, Domaine Public, https://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​ btv1b8404737r.

Pl. 8 : Sainte Rose de Lima dans un encadrement floral, Gravé par Johann Jakob Thurneysen, Lyon.

Pl. 8 : Sainte Rose de Lima dans un encadrement floral, Gravé par Johann Jakob Thurneysen, Lyon.

© Rijksmuseum, Acquisition avec le soutien de F.G. Waller-Fonds, Domaine Public, http://hdl.handle.net/​10934/​RM0001.COLLECT.422412

Pl. 9 : Saint Norbert dans un encadrement de putti, Gravé par Johann Jakob Thurneysen, Lyon.

Pl. 9 : Saint Norbert dans un encadrement de putti, Gravé par Johann Jakob Thurneysen, Lyon.

© Rijksmuseum, Acquisition avec le soutien de F.G. Waller-Fonds, Domaine Public, http://hdl.handle.net/​10934/​RM0001.COLLECT.422412

  • 61 Sur cette pièce, voir Pierre-Jean Souriac (dir.), Lyon. Du collège de la Trinité au lycée Ampère. (...)
  • 62 Natalis Rondot, op. cit., p. 313-319.

24Il a également produit des estampes représentant la Vierge ou des saints. Le catalogue de ses œuvres comporte quarante-deux numéros de gravures de saints et saintes. Si l’on ajoute les représentations de l’Ancien et du Nouveau Testament, les allégories de l’Église, les sacrements, les sujets religieux, toujours à la gloire de l’Église catholique, sont nombreux. Thurneysen grave également de multiples portraits, y compris d’ecclésiastiques comme l’archevêque Camille de Neufville et le prieur de l’abbaye de Nantua ou de représentants du roi comme l’intendant Du Gué. Il illustre aussi des tragédies jouées au collège jésuite de la Trinité à Lyon en 1667, 1668 et 1670 : Lyon rebâti, ou le destin forcé, Epagathe, martyr de Lyon (pl. 10a et b)61, Remus62.

  • 63 Ibid., p. 410-412.

25Toujours pour le collège, il orne de nombreuses thèses qui y sont soutenues63 (pl. 11).

  • 64 Ibid., p. 407-410.

26Il grave des armoiries, dont celles des Neufville, de l’intendant de Lyon François Du Gué et de divers autres personnages, des emblèmes pour le consulat, pour l’archevêque64 (pl. 12a et 12b).

  • 65 Ibid., p. 413-414.

27Il fait des emblèmes, des frontispices de livres, dont ceux de l’Art des Emblèmes (pl. 13)(1662) et de l’Éloge historique de la ville de Lyon (1669) du jésuite Menestrier ainsi que d’une très belle Bible de 1669 (pl. 1465). Il exécute également des étiquettes de fabricants et de marchands (pl. 15), dont celles de plusieurs coreligionnaires, comme nous l’avons déjà noté.

  • 66 Ibid., p. 163.
  • 67 Ibid., p. 162-163, 172. Rondot s’appuie sur l’Album amicorum de Thurneysen, qui était alors conser (...)

28Tout cela dessine une sociabilité de Thurneysen bien différente de celle qui pouvait se dégager des seules relations protestantes du graveur. On découvre un homme en affaires avec un marchand d’estampes catholique, un grand diffuseur des œuvres d’un peintre catholique, un artiste qui dessine selon les canons du style baroque. C’est manifestement une personne affable ; Joseph-Amé Merle, un dignitaire de la cour de Savoie, dit de lui en 1661 : « L’ayant connu telement civil et bon, dans le terme de deux ans et demy que nous avons demeuré ensemble, qu’il se peut nommer la courtoisie et la civilité mesme66 » et ses amis ne tarissent pas d’éloges sur lui67.

  • 68 Andrew Spicer, art. cit., p. 219.

29Sans doute est-ce ce qui lui a permis d’avoir de bonnes relations avec les élites lyonnaises, même catholiques, et particulièrement avec les ecclésiastiques. Il semble en bons termes avec l’archevêque, il est en relations constantes avec les jésuites : on a vu qu’il œuvre beaucoup en faveur du collège de la Trinité, il illustre les livres d’un des jésuites les plus connus à Lyon, le P. Menestrier. Faut-il supposer que, sauf en privé ou au sein de la communauté réformée, il ne parle jamais de sa religion, et ne le fait de la religion catholique que de manière honnête, comme l’aurait fait le miniaturiste Louis Du Guernier68 ? Il est impossible de le dire.

© Bibliothèque municipale de Lyon, © books.google, https://books.google.fr/​books?id=jlOQSkCmbD4C&hl=fr&pg=PA1#v=onepage&q&f=false

Pl. 10a & b : Epagathe, martyr de Lyon, tragédie représentée le 27 may 1668 par les rhétoriciens du collége de la Trinité. (Prologues en prose et devises), Lyon (chez Jacques Canier), 1668

© Bibliothèque municipale de Lyon, © books.google, https://books.google.fr/​books?id=jlOQSkCmbD4C&hl=fr&pg=PA1#v=onepage&q&f=false

Pl. 11 : Thèse de Philosophie soutenue par François AmyoT D’Albigny, d’après Thomas Blanchet.

Pl. 11 : Thèse de Philosophie soutenue par François AmyoT D’Albigny, d’après Thomas Blanchet.

© Bibliothèque nationale de France, AA-5 (Thurneysen, Jean-Jacques) https://catalogue.bnf.fr/​ark:/12148/​cb40392566n

Pl. 12a : « Devise », dans Epagathe, martyr de Lyon, op cit.

Pl. 12a : « Devise », dans Epagathe, martyr de Lyon, op cit.

© Bibliothèque municipale de Lyon, © books.google, https://books.google.fr/​books?id=jlOQSkCmbD4C&hl=fr&pg=PA1#v=onepage&q&f=false

Pl. 12b : « Emble[me] », dans Epagathe, martyr de Lyon, op cit.

Pl. 12b : « Emble[me] », dans Epagathe, martyr de Lyon, op cit.

© Bibliothèque municipale de Lyon, © books.google, https://books.google.fr/​books?id=jlOQSkCmbD4C&hl=fr&pg=PA1#v=onepage&q&f=false

Pl. 13 : Claude-François Ménestrier, L’art des emblèmes, Lyon, chez Benoist Coral, 1662.

Pl. 13 : Claude-François Ménestrier, L’art des emblèmes, Lyon, chez Benoist Coral, 1662.

© Bibliothèque nationale de France, département Réserve des livres rares, Z-17489, Domaine Public, ark:/12148/bpt6k315274r.

Pl. 14 : Frontispice Biblia Sacra vulgatae editionis, sixti quinti pontificis maximi jussu recognita, atque in lucem edita : in duos tomos divisa, ad uniuscuiusque commodum; indi- céque epistolarum, & evangeliorum augmen..., Lugduni (Sumpt. Joannis Girin, & Barth. Riviere, via Mercatoria, sub signo Prudentiae) (ex typographia Petri Guillimin), 1669.

Pl. 14 : Frontispice Biblia Sacra vulgatae editionis, sixti quinti pontificis maximi jussu recognita, atque in lucem edita : in duos tomos divisa, ad uniuscuiusque commodum; indi- céque epistolarum, & evangeliorum augmen..., Lugduni (Sumpt. Joannis Girin, & Barth. Riviere, via Mercatoria, sub signo Prudentiae) (ex typographia Petri Guillimin), 1669.

© Numelyo, https://numelyo.bm-lyon.fr/​f_view/​BML:BML_00GOO 0100137001100480206/IMG00000001, Bibliothèque municipale de Lyon, 327490 T. 01

Pl. 15 : Étiquette de marchand. Fabricque de Jean Cabrier à Lyon : [estampe], Graveur Johann Jakob Thurneysen, Auteur : Ph. DUVAL, Lug. 1668.

Pl. 15 : Étiquette de marchand. Fabricque de Jean Cabrier à Lyon : [estampe], Graveur Johann Jakob Thurneysen, Auteur : Ph. DUVAL, Lug. 1668.

© Bibliothèque nationale de France, département Estampes et photographie, Collection Michel Hennin. Estampes relatives à l'Histoire de France. Tome 46, 4489, Domaine Public, https://gallica.bnf.fr/​ark:/ 12148/btv1b84050315

Conclusion : Thurneysen et l’« art protestant »

  • 69 Menna Prestwich, « Patronage and Protestants in France (1598-1661). Architects and Painters », dan (...)
  • 70 Patrick Cabanel, Histoire des protestants en France xvie-xxie siècle, Paris, Fayard, 2010, p. 504- (...)

30Les artistes protestants ne manquent pas, on le sait, au xviie siècle. Sur les vingt-trois membres initiaux de l’Académie royale de peinture et de sculpture, en 1648, sept appartiennent aux Églises réformées : Samuel Bernard, Louis Ferdinand Elle, Sébastien Bourdon, Louis du Guernier, Henri et Louis Testelin, Thomas Pinagier. Les deux frères Testelin en sont les deux premiers secrétaires particuliers. Treize autres artistes huguenots en sont membres jusqu’à 1681, dont Abraham Bosse qui y enseigne69. On peut évidemment repérer bien d’autres peintres ou graveurs protestants qui n’en ont pas fait partie. Certains ont représenté des natures mortes, qui peuvent apparaître comme le genre le plus approprié aux exigences de Calvin et de la Discipline, mais ce ne sont pas les plus nombreux. La nature morte est en effet au plus bas dans la hiérarchie des genres picturaux. Pour être vraiment reconnus, pour vivre de leur talent, les artistes doivent représenter des scènes historiques et surtout répondre aux commandes des églises et des institutions catholiques. Il leur faut par conséquent dissocier leur foi des exigences de leur carrière professionnelle. Thurneysen est allé très loin dans ce sens afin d’exploiter l’opportunité que représente le développement de l’image gravée à Lyon à partir des années 1660 ; sa particularité est peut-être que, contrairement à d’autres comme Bourdon ou Bosse70, il n’a pas, pendant ses périodes lyonnaise, turinoise ou viennoise, produit d’autres œuvres plus conformes à l’idéal iconographique protestant.

  • 71 Jean Calvin, Institution de la Religion Chrétienne [IRC], I, XI, 1, Aix-en-Provence, Éditions Kery (...)
  • 72 IRC, I, XI, 12, p. 71.

31Cet idéal est exprimé par Calvin. Le réformateur estime que « toutes les fois qu’on représente Dieu en image, sa gloire est faussement et méchamment corrompue71 » ; il ajoute cependant : « Je ne suis pas tant scrupuleux de juger qu’on ne doive endurer ni souffrir nulles images72 », les tableaux historiques, les représentations d’animaux, de villes et de régions sont licites, du moment que cela sert à se souvenir, apprendre et enseigner. Mais des images qui n’ont pour but que le plaisir sont condamnables, de même que celles que l’on risque d’idolâtrer, qui servent d’objets de dévotion ou à qui on prête des vertus particulières. C’est principalement l’usage religieux de l’image que Calvin dénonce. L’iconoclasme, qui se répand dans les villes suisses, à Genève, en France, aux Pays-Bas, non sans susciter des réticences de Calvin, inquiet des désordres et de la violence qui l’accompagne, vise bien à détruire les représentations religieuses.

  • 73 Jean Aymon, Tous les synodes nationaux des Églises réformées de France, La Haye, Charles Delo, 171 (...)
  • 74 Isaac D’Huisseau, La Discipline des Églises réformées de France, Genève, Isaac Desbordes, 1667, II (...)
  • 75 Jean Aymon, op. cit., t. I, p. 73.
  • 76 Andrew Spicer, art. cit., p. 176.

32La Discipline des Églises de France, telle qu’elle s’élabore lors des synodes nationaux, est tout aussi claire. Il s’agit d’empêcher un tel usage religieux, surtout si c’est en faveur de la « superstition », de l’Église catholique que l’on combat alors. Le synode d’Orléans, en 1562, précise : « Les imprimeurs, libraires, peintres et en général tous les fidèles, notamment tous ceux qui auront charge en l’Église, seront avertis de ne faire aucune chose de leur art, office ou emploi, qui dépende des superstitions de l’Église romaine, ou qui les favorise73. » ; cet article est repris dans le chapitre « Des Règlements particuliers » de la Discipline74. Le synode de Verteuil, en 1567, rappelle que tout ouvrage rappelant l’« idolâtrie » est interdit75. Les ministres rassemblés au synode du Bas-Languedoc de 1598 insistent sur ce point et demandent qu’on rappelle et qu’on complète l’article sur la condamnation des peintres et autres artistes qui favorisent l’idolâtrie. En 1618, le ministre du Dauphiné Daniel Chamier considère toujours que peindre Dieu est le plus grand crime qui puisse être76. C’est pourtant ce que font Thurneysen et de nombreux autres artistes protestants.

  • 77 Natalis Rondot, op. cit. p. 297.
  • 78 Ibid., p. 300-301.
  • 79 Élisabeth Labrousse, « La doctrine politique des huguenots, 1630-1685 » et « Les stratégies huguen (...)

33Tout aussi problématique peut apparaître la représentation de souverains catholiques, particulièrement ceux qui persécutent les protestants. Or, comme d’autres artistes protestants de son temps, Henri Testelin, Louis Ferdinand Elle, Isaac Moillon, Thurneysen a représenté au moins deux fois Louis XIV (pl. 6)77, ainsi que d’autres princes catholiques (l’empereur, le duc de Bavière, le roi de Pologne) et plusieurs papes78. Sans doute faut-il y voir non seulement la soumission aux nécessités du commerce – on répond aux commandes, d’où qu’elles viennent –, mais aussi une marque du loyalisme protestant, très marqué en France jusqu’à la Révocation, et même au-delà79.

  • 80 Yves Moreau, « Jacob Spon et les arts : un savant protestant dans la République des Lettres », Chr (...)
  • 81 Nicolas Schapira, Un professionnel des Lettres au xviie siècle. Valentin Conrart, une histoire soc (...)
  • 82 Yves Krumenacker (dir.), « La coexistence confessionnelle aux xviie-xviiie siècles. Quelques probl (...)

34Pour en revenir à Thurneysen, on aimerait évidemment savoir comment la communauté réformée, et principalement ses responsables, les ministres, les anciens, considèrent son activité. La disparition des registres du consistoire de Lyon représente, de ce point de vue, une perte considérable. Mais on peut noter que la question n’est jamais traitée dans les synodes provinciaux de Bourgogne, province dont dépend l’Église de Lyon, et que, comme nous l’avons vu, Thurneysen a parmi ses proches plusieurs ministres et anciens. Serait-ce à dire que, de façon très pragmatique, la dissociation entre foi et activité professionnelle est admise ? C’est là une hypothèse qui semble d’autant plus vraisemblable qu’elle s’applique à bien d’autres des artistes protestants que nous avons pu rencontrer. Pour ne prendre qu’un exemple, Abraham Bosse refuse le mariage catholique de sa fille, alors qu’il travaille constamment pour des catholiques. Inversement, il semble que, pour les commanditaires catholiques, faire appel à un artiste protestant ne pose pas problème, y compris pour illustrer des livres de piété. Et les liens entre François Cars, Thomas Blanchet et Jean-Jacques Thurneysen à Lyon montrent que, dans le domaine artistique, comme dans la République des Lettres (on peut penser à Jacob Spon80, mais aussi à Valentin Conrart81), la coexistence confessionnelle est un fait acquis au xviie siècle82. Sur le plan méthodologique, cela nous rappelle qu’il ne faut jamais se contenter des textes prescriptifs et qu’il faut, au contraire, examiner les pratiques avant de tirer des conclusions sur les comportements de la population protestante, comme du reste de tout groupe social ou religieux.

Haut de page

Notes

1 En témoigne le dossier « Art et protestantisme » de la revue Arts sacrés, janvier-février 2013. Voir surtout Jérôme Cottin, Le regard et la Parole. Une théologie protestante de l’image, Genève, Labor et Fides, 1994 ; Alain Joblin, Jacques Sys (dir.), Les Protestants et la création artistique et littéraire (des Réformateurs aux Romantiques), Arras, Artois Presses Université, 2008 ; Le calvinisme et les arts, n° spécial I de la revue Chrétiens et Sociétés xvie-xxie siècles, 2011. Un colloque a été récemment consacré à « l’art protestant en France avant la révocation de l’édit de Nantes », Musée National Port-Royal des Champs, 4-5 octobre 2018.

2 Rembrandt est devenu, depuis le milieu du xixe siècle, l’artiste protestant par excellence, à la suite de la publication d’Athanase Coquerel, Rembrandt et l’individualisme dans l’art, Paris, Sandoz et Fischbacher, 1869.

3 Frédéric Cousinié, Sébastien Bourdon : tactique des images, Paris, Éditions 1 : 1, 2011 ; Jacques Thuillier, Sébastien Bourdon, 1616-1671, Paris, 2000 ; Anne Imbert, Philippe Luez (éd.), Sébastien Bourdon, peintre protestant ?, catalogue de l’exposition du Musée de Port-Royal des Champs, Paris, Réunion des Musées nationaux, 2018.

4 Notice en ligne : https://www.museeprotestant.org/notice/louis-testelin-1615-1655/ (consultée le 27/09/2019).

5 Notice en ligne : https://www.museeprotestant.org/notice/isaac-moillon-1614-1673/ (consultée le 27/09/2019).

6 Andrew Spicer, « The Huguenots and Art, c. 1560-1685 », dans Raymond A. Mentzer, Bertrand Van Ruymbeke (dir.), A Companion to the Huguenots, Leyde, Brill, 2016, p. 192.

7 Henry Wittenhove, Reynaud Levieux et la peinture classique en Provence, Paris, Édisud, 1990.

8 Franck Lestringant, « Abraham Bosse, artiste protestant ? », dans Sophie Join-Lambert et Maxime Préaud (dir.), Abraham Bosse savant graveur. Tours, vers 1604-1676, Paris, BNF, Musée des Beaux-Arts de Tours, 2004, p. 21-26.

9 De nombreux exemples sont donnés, pour toute l’Europe, par Benjamin J. Kaplan, Divided by Faith. Religious Conflict and the Practice of Toleration in Early Modern Europe, Cambridge, Harvard University Press, 2007, p. 253.

10 André Pelletier, Jacques Rossiaud et al. (dir.), Histoire de Lyon des origines à nos jours, Lyon, Éditions Lyonnaises d’Art de d’Histoire, 2007, p. 554.

11 Ibid., p. 553.

12 On trouve aussi la graphie Thurneyser, notamment dans la signature de ses estampes à Lyon.

13 Natalis Rondot, « Les Thurneysen, graveurs d’estampes lyonnais », Revue du Lyonnais, série 5, n° 27, 1899, p. 153-195. Ici, p. 157-158. Cette biographie est suivie du catalogue des œuvres, p. 281-319, 403-431 et 517-548.

14 N. Rondot, op. cit., p. 158 ; Dictionnaire historique de la Suisse, « Johann Jakob Thurneysen », en ligne : https://hls-dhs-dss.ch/fr/articles/019161/2011-04-28/ [consulté le 30/09/2019].

15 Ibid., p. 158-160.

16 Ibid., p. 160.

17 Ibid., p. 161-163 ; Marius Audin, Eugène Vial, Dictionnaire des artistes et ouvriers d’art du Lyonnais, Paris, Bibliothèque d’Art et d’Archéologie, 1919, t. 2, p. 259.

18 Natalis Rondot, op. cit., p. 164 ; AML, GG 719, f° 273 v°.

19 Archives Municipales de Lyon (AML), GG 720, f° 131 v°, 140 v°, 145, 160, 168, 180, 248.

20 Tristan Boffard, La condition juridique des protestants de Lyon de l’édit de Nantes à sa révocation, thèse, Université Lyon 3, 1997, p. 466.

21 Natalis Rondot, op. cit., p. 166.

22 Ibid., p. 168.

23 Ibid., p. 170-171 ; M. Huber et C.C.H. Rost, Manuel des curieux et des amateurs de l’art, Zurich, chez Orell, Gessner, Fuessli et Comp., 1797, t. 2, p. 7.

24 Ibid., p. 171-172.

25 Ibid., p. 281-319, 403-431, 517-524.

26 Bernard Montagnes, « Agnès de Jésus revisitée », dans Agnès de Langeac. Le souci de la vie en ses commencements, Paris, Cerf, 2006, p. 32-33. Je remercie Claire Rousseau de m’avoir donné cette information.

27 Ibid., p. 294-295, 299-300.

28 Ibid., p. 294.

29 Ibid., p. 287.

30 Ibid., p. 518.

31 Ibid., p. 404.

32 Ibid., p. 296.

33 Ibid., p. 520-522.

34 Dictionnaire historique de la Suisse, « Emanuel Socin », en ligne : https://hls-dhs-dss.ch/fr/articles/019311/2012-09-11/ [consulté le 07/10/2019].

35 Les registres du consistoire de Lyon sont perdus. Mais ces noms de famille reviennent souvent dans les actes des synodes provinciaux.

36 Natalis Rondot, op. cit., p. 293 ; AML, GG 87, 121.

37 Ibid., p. 425-427.

38 Suzanne Stelling-Michaud, Le Livre du Recteur de l’Académie de Genève, Genève, Droz, 1966, t. 2, notice « Armet Lazare ».

39 Bibliothèque de Genève, ms fr 433, f° 84v°.

40 Natalis Rondot, op. cit., p. 161.

41 Ibid., p. 308. Voir aussi Henriette Pommier, « Antoine de Pienne et Hans Jacob Thurneysen graveurs de l’Histoire généalogique de la maison de Savoie », Nouvelles de l’estampe, 260 (automne 2017), p. 4-27.

42 Natalis Rondot, op. cit., p. 285-287.

43 Ibid., p. 301-308.

44 Ibid., p. 518-519.

45 Ibid., p. 295-296.

46 Ibid., p. 288-289.

47 Ibid., p. 284-285.

48 Ibid., p. 519-520.

49 Yves Krumenacker, « Les minorités religieuses à Lyon à l’époque moderne », dans Jean-Dominique Durand (dir.), Les minorités religieuses à Lyon (xvie-xxie siècles), Milan, Silvana Editoriale, 2016, p. 16.

50 Marius Audin, Eugène Vial, Dictionnaire des artistes et ouvriers d’art du Lyonnais, Paris, Bibliothèque d’art et d’archéologie, 1919, t. 2, p. 259.

51 Ibid. ; John Grand-Carteret, L’Enseigne, son histoire, sa philosophie, ses particularités, Grenoble-Moûtiers, Librairie dauphinoise-Librairie savoyarde, 1902, p. 331.

52 Arch. Dép. du Rhône, 3 E 4260 (notaire Delhorme), f° 366-367 : accord de division de noms, 2 décembre 1662.

53 Sylvie Martin-de Vesvrotte, Dictionnaire des graveurs-éditeurs et marchands d’estampes à Lyon aux xviie et xviiie siècles et catalogue des pièces éditées, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 2002, p. 24-28.

54 Ibid., p. 4.

55 Ibid., p. 8-9.

56 Ibid., p. 28.

57 Lucie Galactéros de Boissier, Thomas Blanchet 1614-1689, Paris, Arthena, 1991.

58 Ibid., p. 490.

59 Ibid. et p. 284.

60 N. Rondot, op. cit., p. 410-412.

61 Sur cette pièce, voir Pierre-Jean Souriac (dir.), Lyon. Du collège de la Trinité au lycée Ampère. Cinq siècles d’Histoire, Lyon, Éditions Lyonnaises d’Art de d’Histoire, 2019, p. 69-70.

62 Natalis Rondot, op. cit., p. 313-319.

63 Ibid., p. 410-412.

64 Ibid., p. 407-410.

65 Ibid., p. 413-414.

66 Ibid., p. 163.

67 Ibid., p. 162-163, 172. Rondot s’appuie sur l’Album amicorum de Thurneysen, qui était alors conservé dans la famille, mais qu’il a pu consulter.

68 Andrew Spicer, art. cit., p. 219.

69 Menna Prestwich, « Patronage and Protestants in France (1598-1661). Architects and Painters », dans Roland Mousnier, Jean Mesnard (dir.), L’âge d’or du mécénat (1598-1661), Paris, Éditions du CNRS, 1985, p. 82 ; Andrew Spicer, art. cit., p. 171.

70 Patrick Cabanel, Histoire des protestants en France xvie-xxie siècle, Paris, Fayard, 2010, p. 504-505.

71 Jean Calvin, Institution de la Religion Chrétienne [IRC], I, XI, 1, Aix-en-Provence, Éditions Kerygma-Farel, 1978, p. 62 (nous choisissons cette édition qui reprend celle de 1560, car la langue est modernisée, ce qui simplifie la lecture).

72 IRC, I, XI, 12, p. 71.

73 Jean Aymon, Tous les synodes nationaux des Églises réformées de France, La Haye, Charles Delo, 1710, t. I, p. 27.

74 Isaac D’Huisseau, La Discipline des Églises réformées de France, Genève, Isaac Desbordes, 1667, II, p. 417.

75 Jean Aymon, op. cit., t. I, p. 73.

76 Andrew Spicer, art. cit., p. 176.

77 Natalis Rondot, op. cit. p. 297.

78 Ibid., p. 300-301.

79 Élisabeth Labrousse, « La doctrine politique des huguenots, 1630-1685 » et « Les stratégies huguenotes face à Louis XIV, 1629-1685 », dans Conscience et conviction. Études sur le xviie siècle, Paris, Oxford, Universitas-Voltaire Foundation, 1996, p. 81-95.

80 Yves Moreau, « Jacob Spon et les arts : un savant protestant dans la République des Lettres », Chrétiens et Sociétés xvie-xxie siècles, n° spécial I, p. 91-113.

81 Nicolas Schapira, Un professionnel des Lettres au xviie siècle. Valentin Conrart, une histoire sociale, Seyssel, Champ Vallon, 2003.

82 Yves Krumenacker (dir.), « La coexistence confessionnelle aux xviie-xviiie siècles. Quelques problèmes de méthode », dans Didier Boisson, Yves Krumenacker (dir.), La coexistence confessionnelle à l’épreuve. Études sur les relations entre protestants et catholiques dans la France moderne, Lyon, Chrétiens et Sociétés, Documents et Mémoires n° 9, 2009, p. 107-125.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Ill. 1 : Jean-Jacques Thurneysen par Johann Rudolf Fuessli (Beste Künstler der Schweiz, Zurich, 1769).Zentralbibliothek Zürich, Thurneysen, Joh. Jak. I, 1, https://doi.org/​10.3931/​e-rara-55400
URL http://journals.openedition.org/chretienssocietes/docannexe/image/5382/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Titre Pl. 1 : Sépulture en marbre blanc de Marguerite de Bourbon, monastère de Brou, Bourg-en-Bresse, gravé par Johann Jakob Thurneysen, Samuel Guichenon, Histoire généalogique de la royale maison de Savoie, G. Barbier, Lyon, 1660, p. 600.
Crédits © Henriette Pommier, « Antoine de Pienne et Hans Jacob Thurneysen graveurs de l’Histoire généalogique de la maison de Savoie », Nouvelles de l’estampe, N° 260, 2017, Ill. 9, http://journals.openedition.org/​estampe/​ docannexe/image/332/img-9.jpg, cc-by.
URL http://journals.openedition.org/chretienssocietes/docannexe/image/5382/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 719k
Titre Pl. 2 : Réception des Huguenots à Potsdam par le Grand Électeur, gravé par Johann Jakob Thurneysen.
Crédits © German Huguenot Museum Bad Karlshafen
URL http://journals.openedition.org/chretienssocietes/docannexe/image/5382/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 545k
Titre Pl. 3 : Portrait de Weiprecht Frhr. von Gemmingen d’après un sermon funèbre, dessinateur Johann Rudolf Huber, gravé par Johann Jakob Thurneysen, vers 1702, gravure sur cuivre, fol.
Crédits © Wolfenbüttel, Bibliothèque ducale d'août, inventaire n° A 7583, https://commons.wikimedia.org/​wiki/​File:Weiprecht_von_Gemmingen_(1642-1702).jpg#/​media/​File:Weiprecht_von_Gemmingen_(1642-1702).jpg, domaine public
URL http://journals.openedition.org/chretienssocietes/docannexe/image/5382/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Pl. 4 : Jésus-Christ maltraité par les soldats, gravé par Johann Jakob Thurneysen, 1699, gravure sur cuivre, fol.
Crédits © Universitätsbibliothek Basel, Kun Cv 54:4:16, dans Natalis Rondot, op. cit., 14, https://doi.org/​10.3931/​e-rara-27312, Domaine Public
URL http://journals.openedition.org/chretienssocietes/docannexe/image/5382/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 2,6M
Titre Pl. 5a : Saint Luc écrivant son évangile devant un portait de la Vierge à l’Enfant, d’après Thomas Blanchet, appartient à une série de frises à la manière de Melan.Pl. 5b : Saint Jean l’Évangéliste et Saint Paul d’après Thomas Blanchet.
URL http://journals.openedition.org/chretienssocietes/docannexe/image/5382/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 419k
Crédits © British Museum, 1856,0112.351, AN579456001, Creative Commons CC BY-NC-SA 4.0.
URL http://journals.openedition.org/chretienssocietes/docannexe/image/5382/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 490k
Titre Pl. 6 : Portrait de Louis XIV, en buste, Gravé par Johann Jakob Thurneysen.
Crédits © Bibliothèque nationale de France, département Estampes et photographie, Collection Michel Hennin. Estampes relatives à l'Histoire de France. Tome 46, 7564, département Estampes et photographie, RESERVE QB-201 (86)-FOL, Domaine Public, https://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​ btv1b84082697
URL http://journals.openedition.org/chretienssocietes/docannexe/image/5382/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 668k
Titre Pl. 7 : Le Dauphin sur les genoux de la France regarde deux femmes agenouillées devant lui, Graveur : Johann Jakob Thurneysen, Auteur : Thomas Blanchet, Recueil. Lugduni 1663.
Crédits © Bibliothèque nationale de France, département Estampes et photographie, Collection Michel Hennin. Estampes relatives à l'Histoire de France. Tome 46, 4156, Domaine Public, https://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​ btv1b8404737r.
URL http://journals.openedition.org/chretienssocietes/docannexe/image/5382/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 963k
Titre Pl. 8 : Sainte Rose de Lima dans un encadrement floral, Gravé par Johann Jakob Thurneysen, Lyon.
Crédits © Rijksmuseum, Acquisition avec le soutien de F.G. Waller-Fonds, Domaine Public, http://hdl.handle.net/​10934/​RM0001.COLLECT.422412
URL http://journals.openedition.org/chretienssocietes/docannexe/image/5382/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre Pl. 9 : Saint Norbert dans un encadrement de putti, Gravé par Johann Jakob Thurneysen, Lyon.
Crédits © Rijksmuseum, Acquisition avec le soutien de F.G. Waller-Fonds, Domaine Public, http://hdl.handle.net/​10934/​RM0001.COLLECT.422412
URL http://journals.openedition.org/chretienssocietes/docannexe/image/5382/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
URL http://journals.openedition.org/chretienssocietes/docannexe/image/5382/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
URL http://journals.openedition.org/chretienssocietes/docannexe/image/5382/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 247k
Titre Pl. 11 : Thèse de Philosophie soutenue par François AmyoT D’Albigny, d’après Thomas Blanchet.
Crédits © Bibliothèque nationale de France, AA-5 (Thurneysen, Jean-Jacques) https://catalogue.bnf.fr/​ark:/12148/​cb40392566n
URL http://journals.openedition.org/chretienssocietes/docannexe/image/5382/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Pl. 12a : « Devise », dans Epagathe, martyr de Lyon, op cit.
Crédits © Bibliothèque municipale de Lyon, © books.google, https://books.google.fr/​books?id=jlOQSkCmbD4C&hl=fr&pg=PA1#v=onepage&q&f=false
URL http://journals.openedition.org/chretienssocietes/docannexe/image/5382/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre Pl. 12b : « Emble[me] », dans Epagathe, martyr de Lyon, op cit.
Crédits © Bibliothèque municipale de Lyon, © books.google, https://books.google.fr/​books?id=jlOQSkCmbD4C&hl=fr&pg=PA1#v=onepage&q&f=false
URL http://journals.openedition.org/chretienssocietes/docannexe/image/5382/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 299k
Titre Pl. 13 : Claude-François Ménestrier, L’art des emblèmes, Lyon, chez Benoist Coral, 1662.
Crédits © Bibliothèque nationale de France, département Réserve des livres rares, Z-17489, Domaine Public, ark:/12148/bpt6k315274r.
URL http://journals.openedition.org/chretienssocietes/docannexe/image/5382/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 753k
Titre Pl. 14 : Frontispice Biblia Sacra vulgatae editionis, sixti quinti pontificis maximi jussu recognita, atque in lucem edita : in duos tomos divisa, ad uniuscuiusque commodum; indi- céque epistolarum, & evangeliorum augmen..., Lugduni (Sumpt. Joannis Girin, & Barth. Riviere, via Mercatoria, sub signo Prudentiae) (ex typographia Petri Guillimin), 1669.
Crédits © Numelyo, https://numelyo.bm-lyon.fr/​f_view/​BML:BML_00GOO 0100137001100480206/IMG00000001, Bibliothèque municipale de Lyon, 327490 T. 01
URL http://journals.openedition.org/chretienssocietes/docannexe/image/5382/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 968k
Titre Pl. 15 : Étiquette de marchand. Fabricque de Jean Cabrier à Lyon : [estampe], Graveur Johann Jakob Thurneysen, Auteur : Ph. DUVAL, Lug. 1668.
Crédits © Bibliothèque nationale de France, département Estampes et photographie, Collection Michel Hennin. Estampes relatives à l'Histoire de France. Tome 46, 4489, Domaine Public, https://gallica.bnf.fr/​ark:/ 12148/btv1b84050315
URL http://journals.openedition.org/chretienssocietes/docannexe/image/5382/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 923k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yves Krumenacker, « Jean-Jacques Thurneysen, un graveur protestant au service des catholiques », Chrétiens et sociétés, 26 | 2020, 23-38.

Référence électronique

Yves Krumenacker, « Jean-Jacques Thurneysen, un graveur protestant au service des catholiques », Chrétiens et sociétés [En ligne], 26 | 2019, mis en ligne le 28 février 2020, consulté le 16 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/chretienssocietes/5382 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chretienssocietes.5382

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals