Navigation – Plan du site
Dossier bibliographique

Résumés et notices brèves

Olivier Chatelan, Gilles Routhier et Caroline Sappia (dir.), Prêtres Fidei Donum en Amérique latine, 1949-2000…

Olivier Chatelan, Gilles Routhier et Caroline Sappia (dir.), Prêtres Fidei Donum en Amérique latine, 1949-2000. Guide de recherche, Chrétiens et Sociétés xvie- xxie siècles, Numéro spécial III, 2019, 205 p. [en ligne : https://journals.openedition.org/chretienssocietes/4742]

Les organismes d’envoi européens et nord-américains de prêtres diocésains vers l’Amérique latine sont très peu connus. Nés pour certains avant l’encyclique pontificale Fidei Donum (1957) qui définit leur rôle, ils constituent au départ une réponse au sous-encadrement religieux sur le continent latino-américain. Conçus comme des supports logistiques de circulations transatlantiques de forte intensité, ils n’échappent ni à la structuration bipolaire de leur époque ni aux débats internes de l’Église catholique, en particulier autour de la théologie de la libération.

Fondés sur la notion d’« entraide » ou de « coopération sacerdotale » entre diocèses, ces organismes sont des plateformes missionnaires d’un nouveau type, tournées vers une Amérique latine déchirée par de profondes et violentes oppositions idéologiques. Tous sont de près ou de loin travaillés par la question politique de l’engagement : jusqu’à quel point la « solidarité » avec les peuples d’Amérique latine peut-elle s’exercer ? Faut-il choisir entre la « sécurité nationale » – qui prétend défendre la civilisation chrétienne – et la « révolution » –qui libérerait les opprimés ?

Ce guide de recherche scientifique écrit à plusieurs mains est un premier jalon dans la connaissance de ces organismes. Il a pour ambition de proposer un état des lieux sous la forme de fiches et d’éclairages sur quelques enjeux. Le lecteur y trouvera notamment : des données structurelles et statistiques sur chacun de ces dix organismes européens et nord-américains ; de brèves études sur la formation des prêtres Fidei Donum ou les relations avec Rome ; la liste exhaustive des prêtres diocésains européens présents en Amérique latine en 1968 ; une bibliographie internationale sur le sujet.

***

Paul Chopelin et Bruno Dumons (dir.), Transmettre une fidélité…

Paul Chopelin et Bruno Dumons (dir.), Transmettre une fidélité. La Contre-Révolution et les usages du passé (France, Espagne, Italie ‒ xixe-xxe siècles), Berne, Peter Lang, 2019, 186 p.

Ce volume collectif interroge les modalités d’élaboration, de diffusion et de perception des souvenirs historiques dans les milieux contre-révolutionnaires français, italiens et espagnols à l’époque contemporaine. Si la tradition historiographique contre-révolutionnaire, en tant que système de pensée, est aujourd’hui assez bien connue, elle ne doit pas dissimuler la multiplicité des usages militants du passé, à l’échelle individuelle ou collective. Pour ne pas rompre le « fil de l’histoire » et transmettre le flambeau aux nouvelles générations, les contre-révolutionnaires ont tout à la fois exalté la légitimité historique des princes et valorisé le comportement exemplaire de ceux qui ont su leur rester fidèles dans l’adversité. La construction de généalogies, d’armoriaux ou d’histoires familiales permet de conjurer la rupture révolutionnaire ou « l’usurpation » dynastique, tandis que les pèlerinages, auprès des princes en exil, sur des tombeaux ou sur des sites de bataille, se doublent souvent d’une collecte de souvenirs et de reliques. Les contributions réunies dans ce volume témoignent de l’émergence, à l’échelle européenne, d’une véritable contre-culture historique, fondée sur la célébration de la fidélité, érigée en vertu politique fondamentale face à « l’opportunisme libéral » et à la « subversion révolutionnaire ». Tout autant qu’aux supports – livres, monuments ou musées –, une grande attention a été portée aux acteurs de cette « histoire en blanc », leurs circulations et leur insertion dans les réseaux contre-révolutionnaires de leur temps.

***

Paul Chopelin et Pierre-Jean Souriac (dir.), Nouvelle Histoire de Lyon et de la métropole

Paul Chopelin et Pierre-Jean Souriac (dir.), Nouvelle Histoire de Lyon et de la métropole, Toulouse, Privat, 2019, 958 p.

Plusieurs chercheurs du LARHRA ont participé à une récente publication sur l’histoire lyonnaise aux éditions Privat. Sous la direction de Paul Chopelin et Pierre-Jean Souriac, des textes de Jean-Pierre Chantin, Olivier Chatelan, Jean-Dominique Durand, Olivier Faure et Jean-Michel Vasquez proposent une Nouvelle histoire de Lyon et de la métropole, dans la lignée de la collection de l’Histoire des villes et des régions.

Conformément à son esprit initial, cette collection vise à rendre accessible au grand public les dernières avancées des travaux de recherche en histoire et en archéologie, de l’Antiquité à nos jours. Ce livre propose de suivre, selon un déroulé chronologique classique, les étapes de la construction de l’espace urbain lyonnais, en croisant les échelles locales, nationale et internationale. Le temps long n’est cependant pas oublié, par le moyen de chapitres transversaux sur le poids des héritages historiques dans la construction de l’identité politique et sociale de Lyon. Complétés par des encarts biographiques et thématiques, ils constituent des points saillants de cette nouvelle histoire de la ville et de ses habitants, de Lugdunum, à l’actuelle métropole de rang européen.

Cette Histoire de Lyon et de la métropole remplace une précédente Histoire de Lyon et du Lyonnais publiée par Privat en 1975, dans sa collection d’histoire des villes de France, sous la direction du doyen André Latreille, professeur d’histoire contemporaine à l’université Lyon 2. Reflet des préoccupations de la recherche universitaire de cette époque, elle était centrée sur les aspects sociaux, démographiques et économiques d’un territoire élargi au département du Rhône. Sur un format similaire, Les directeurs ont voulu proposer une mise à jour historiographique, recentrée sur le territoire de l’actuelle métropole. Si l’Histoire de Lyon publiées par un collectif d’universitaires lyonnais (Pierre Cayez, Françoise Bayard, André Pelletier) en 1990 ou l’incontournable Dictionnaire historique de Lyon (2009), de Patrice Béghain, Bruno Benoît, Gérard Corneloup et Bruno Thévenon, ont marqué durablement le paysage éditorial, il a paru utile de proposer une nouvelle synthèse, à jour des dernières avancées de l’histoire universitaire. Cet ouvrage ne réinvente pas l’histoire de Lyon et de la métropole. Les directeurs ont voulu cependant interpeller le lecteur sur la question des permanences, de ces continuités historiques qui transcendent les césures politiques, sociales et économiques et qui inscrivent l’histoire lyonnaise dans le temps long.

Les découvertes récentes des historiens et des archéologues ont permis de réévaluer l’importance de périodes négligées et pourtant cruciales dans le développement de la ville. Le Moyen Âge a ainsi longtemps été le grand oublié de la mémoire lyonnaise. Qui se souvient de l’évêque carolingien Agobard (v. 769-840) ? À l’occasion du douzième centenaire de son accession à l’épiscopat, en 2016, de nombreux travaux, études ou édition de textes, ont permis de confirmer que Lyon fut, grâce à lui, l’une des grandes capitales intellectuelles de l’Europe carolingienne. De la même façon, le sept-centième anniversaire du rattachement de Lyon au royaume de France, en 2012, a donné lieu à une réévaluation fine d’un processus politique attestant de l’importance du carrefour lyonnais dans l’Europe médiévale. Largement ignorée, la ville du xviiie siècle ressort également de l’oubli. Alors que les nouvelles technologies permettent la reconstitution en trois dimensions d’un tissu urbain qui était alors le plus dense d’Europe, la rénovation de l’Hôtel-Dieu, chantier phare des années 2010, remet le Siècle des Lumières à l’honneur à travers l’œuvre de l’architecte Soufflot. Période plus récente, longtemps vouée aux gémonies, les Trente Glorieuses, de la fin des années 1940 à la fin des années 1970, suscitent un intérêt de plus en plus marqué. Les années de gestion du maire Louis Pradel ne se limitent pas à la plaie vive de l’autoroute en plein centre-ville. C’est une période décisive, dont on redécouvre aujourd’hui toute la richesse en termes d’architecture, d’urbanisme et de création culturelle. Mais les progrès de l’historiographie ont aussi permis de réévaluer certaines périodes de l’histoire lyonnaise que l’on croyait bien connaître : le passé romain de la ville ne cesse de se dévoiler, permettant de reconsidérer la place de Lugdunum au carrefour des trois Gaules ; les heures de prospérité de la Renaissance ne doivent pas faire oublier l’importance des violences des Guerres de Religion ; la période révolutionnaire n’est plus lue comme un affrontement entre Lyon et Paris, mais avant tout comme une guerre civile intra-lyonnaise ; tandis que la Seconde Guerre mondiale est de moins en moins assimilée à la seule action de la Résistance, pour évoquer d’autres événements tragiques, comme la persécution des juifs ou les bombardements américains de 1944.

Ce livre rappelle, au fil des pages, que l’histoire de Lyon est un chantier permanent. C’est pourquoi l’ouvrage se termine par un chapitre consacré à l’histoire de l’histoire de Lyon qui explique comment, depuis la Renaissance, les Lyonnais se sont investis dans une inlassable quête des origines. L’histoire est devenue une passion, un passe-temps nécessaire dans une ville en perpétuel mouvement. Ville de commerce et d’industrie, ville de piété, ville de révolte, ville de paix, Lyon a toujours été tournée vers l’avenir, pour assurer sa place dans l’Europe et dans le monde. Mais les Lyonnais, anciens ou récents, ont toujours voulu entretenir le souvenir de celles et ceux qui ont bâti la ville au cours des siècles. Construire et apprendre l’histoire de la ville permet de cultiver une passion commune et inclusive. Davantage qu’une nostalgie ou une quête identitaire, elle est une invitation à l’ouverture d’esprit et à la curiosité, participant à la cohésion du corps civique. L’histoire est une passion lyonnaise qui n’est pas prête de s’épuiser. Le dynamisme des associations locales à vocation patrimoniale est là pour en témoigner.

***

Jean-Dominique Durand, Les apports du christianisme à l'unité de l'Europe

Jean-Dominique Durand, Les apports du christianisme à l'unité de l’Europe, Paris, Fondation pour l’Innovation Politique, 2018, 48 p.

L’Europe navigue entre unité et diversité, et c’est cette dialectique qui a présidé à sa formalisation institutionnelle au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Mais d’où vient cette aspiration à l’unité ? Pour répondre à cette question, il est essentiel de rappeler les apports essentiels du christianisme dans la modélisation de la culture européenne. La philosophie chrétienne a historiquement produit les composants essentiels du projet européen d’unification politique et culturelle du continent à travers deux concepts clés : la personne – et les droits fondamentaux centrés autour de celle-ci – et la paix. L’organisation des territoires et le développement des connaissances, avec la création des universités, puisent également leurs racines dans le christianisme. C’est bien cette diversité d’apports, mélangés et mutuellement nourris, qui a sensiblement marqué le fonctionnement de nos sociétés les plus contemporaines.

Cependant, une certaine unité culturelle forgée par le christianisme ne signifie pas qu’une identité européenne émerge réellement. Face aux identités nationales, l’identité européenne paraît bien fragile. Force est de constater que le christianisme n’est pas un ferment suffisant pour surmonter les divisions nationales.

***

Bernard Hours, Jean-Baptiste de la Salle, un mystique en action

Bernard Hours, Jean-Baptiste de la Salle, un mystique en action, Salvator, 2019, 700 p.

Le 7 avril 1719 mourait Jean-Baptiste de La Salle, fondateur des Frères des Écoles chrétiennes, la congrégation enseignante catholique aujourd'hui la plus nombreuse, implantée sur tous les continents. Cette biographie propose de redécouvrir sa personnalité, son itinéraire et son œuvre qui lui ont valu d'être canonisé en 1900 par Léon XIII et déclaré « patron de tous les éducateurs » en 1950 par Pie XII.

Figure déroutante et paradoxale à bien des égards, né en 1651 au sein du patriciat qui contrôle la ville de Reims, il est promis à une prestigieuse carrière ecclésiastique. Mais il lui tourne délibérément le dos pour se consacrer à l'éducation populaire et se faire pauvre parmi les pauvres. Tout en demeurant jusqu'au bout attiré par la vie contemplative, il organise les Frères en une société de laïcs consacrés, qu'il développe jusqu'à sa mort en dehors de toute reconnaissance légale et canonique.

Et pour les écoles qu'il fonde, il formalise avec les membres de cette nouvelle congrégation un projet pédagogique promis à un grand avenir : Ferdinand Buisson, le père de l'école laïque républicaine, ne voyait-il pas en lui son véritable précurseur ? À partir des recherches documentaires patientes et érudites qui ont été conduites depuis plusieurs décennies par les Frères, il est possible aujourd'hui de présenter un nouveau visage de Jean- Baptiste de La Salle : celui d'un mystique en action.

***

Yves Krumenacker et Philippe Martin (dir.), Jésuites et protestantisme xvie-xxie siècles

Yves Krumenacker et Philippe Martin (dir.), Jésuites et protestantisme xvie-xxie siècles [Actes du colloque de Lyon (24-25 mai 2018)], Lyon, LARHRA, 2019, 360 p.

Face à la naissance du protestantisme au xvie siècle, l’Église catholique a développé deux stratégies : la lutte contre la réforme ; la transformation du catholicisme. Une institution semble résumer ces deux politiques : la Compagnie de Jésus, qui mène des missions contre les protestants, participe à des controverses, créé des collèges pour former l’élite catholique... Mais placer « protestants » et « jésuites » dans un affrontement systématique est un des a priori de l’historiographie qui a été mis en place dès le xvie siècle. Mais, bien qu’elle ait été régulièrement reprise et développée, cette opposition est en grande partie fausse, et d’abord parce que l’objectif premier de la Compagnie de Jésus n’est pas la lutte contre le protestantisme, mais la rénovation de l’Église grâce à une nouvelle spiritualité, une spiritualité d’ailleurs en partie commune à Luther et aux réformateurs protestants, ce que les historiens et les théologiens redécouvrent depuis quelques dizaines d’années

Cet ouvrage, issu des sixièmes journées d’études organisées en par le Conseil scientifique de la Collection jésuite des Fontaines avec le concours du Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes, entend dépasser ces a priori qui ne reposent que sur la volonté de simplifier les choses ou sur un cloisonnement des études, puisque l’historiographie a l’habitude d’envisager séparément les jésuites ou les protestants. Tout en accordant malgré tout une part importante aux diverses formes de concurrence et d’affrontement, les différents contributeurs montrent également les similitudes et les rapprochements sur un temps long, du xvie au xxie siècle, à travers des cas précis.

***

Philippe Martin, Les Secrets de Saint-Jacques-de-Compostelle

Philippe Martin, Les Secrets de Saint-Jacques-de-Compostelle, Paris, Librairie Vuibert, 2018, 319 p.

Depuis une trentaine d’années, Saint-Jacques de Compostelle s’est imposé comme un des grands pèlerinages européens. En 201è, 278 000 pèlerins y sont parvenus après avoir parcouru plus de 100 kilomètres à pied ou 200 à vélo. Ils viennent du monde entier : 36% d’Espagne, 12% d’Italie, 10% d’Allemagne, 9% de Corée, 6% de France, 4% du Brésil… Le phénomène est universel. Surtout il est récent : en 1995, ils n’étaient que 55 504 !

Le succès s’accompagne du développement d’un discours qui patrimonialise le sanctuaire et, plus encore, le Camino, ce chemin qui y mène. La doxa veut que les pèlerins aient emprunté quatre chemins en France, convergents en Espagne pour devenir la Camino Frances. Les faits historiques tendent à disparaître derrière les a-priori, les innombrables études locales. Cet ouvrage se propose trois objectifs.

Le premier est de revisiter les poncifs. Il montre que Jacques apôtre n’a jamais été en Espagne et que sa mémoire est une invention des royaumes chrétiens qui mobilisent les Européens pour lancer la Reconquista de la péninsule ibérique. Se construit, en grande partie sous l’influence de religieux français, une légende qui, lentement, s’impose pour devenir une réalité aux yeux de certains croyants. Le doute existe cependant puisque bien des cités revendiquent aussi la possession des reliques du saint. Compostelle finit cependant par s’imposer au xvie siècle. A cette époque, près du tombeau visité par les pèlerins, trois gardes proclament : « Ici sont les véritables reliques de l’apôtre. Celui qui le nie aura fait le pèlerinage en vain. » Il s’agit donc, au sens étymologique du terme, d’une invention du sacré. Malgré le désir de fossiliser ce récit, Compostelle doit faire face à d’innombrables critiques : critiques politiques car le saint est un des soutiens de la monarchie ; critique anti-cléricale face à des reliques invisibles… Chaque époque investit le sanctuaire de ses espoirs. Ainsi Franco le mobilise pour appuyer les nationalistes, puis pour tenter d’imposer l’Espagne dans l’Europe de l’après-guerre. La communauté européenne utilise le Camino pour en faire un itinéraire culturel européen et un des symboles de la construction politique

Le second but de cet ouvrage est de donner la parole aux pèlerins. En se servant des écrits et des souvenirs individuels, les différentes étapes de l’acte pèlerin sont présentées depuis la résolution de partir, jusqu’à l’arrivée devant le tombeau du saint. A toutes les époques, le fidèle vit une « expérience liminoïde », selon le mot de Victor Turner. Il franchit un seuil, provoque une rupture, prélude à une initiation. Jadis, certains changeaient de noms, le patronyme Leroy étant adopté par le premier d’un groupe voyant la cathédrale. Tous adhéraient à des confréries où ils honoraient le « baron Jacques », dans une sorte de lien vassalique symbolique. Aujourd’hui encore, les marcheurs décrivent leur expérience qui aurait transformé leur vie. Antoine Bertrandy, dans Vers Compostelle. Drôles de rencontres, avoue « Partir sur le Chemin de Saint-Jacques de Compostelle, c’est quitter son confort et ses habitudes, découvrir ses limites, traverser de grands espaces, admirer, au rythme de ses pas, de nouveaux horizons. »

Le dernier axe de cet ouvrage est un dialogue permanent entre le passé et le présent. Sont en effet utilisées les ressources de l’histoire, de la sociologie, de l’anthropologie…. Bien évidemment, il ne s’agit pas de créer un pèlerin universel, un croyant identique qui du xvie siècle au xxie traverserait le temps. Le pèlerinage est un fait historique avec ses évolutions, ses retraits et ses développements. Les routes elles-mêmes ne cessent de changer. Vouloir les enfermer dans quelques parcours bien déterminés est une erreur.

Ce livre est une synthèse sur près de quinze siècles du pèlerinage désormais destination spirituelle et touristique majeure. Il redonne sa liberté à l’histoire en discutant les clichés qui envahissent les discours actuels. Il montre comment le déplacement jacquaire a créé une partie de nos sociétés, les papiers d’identité sont ainsi inventés pour encadrer les pèlerins. Il rappelle que l’historien ne doit pas s’enfermer dans des carcans d’une mémoire qu’on voudrait imposer.

***

Philippe Martin et Philippe Desmette (dir.), Le miracle de guerre dans la chrétienté occidentale

Philippe Martin et Philippe Desmette (dir.), Le miracle de guerre dans la chrétienté occidentale, Paris, Hémisphères/Maisonneuve & Larose, 2019, 339 p.

Le miracle peut se produire dans le cadre conflictuel au sens large (fait d’armes, affrontement militaire au cours d’un conflit, d’une bataille), mais les échelles sont en la matière des plus variables (de la guerre privée à la guerre publique dans toutes ses extensions). Le miracle peut se produire également dans le cadre d’une opposition confessionnelle ; la « divinité » soutient ici ses partisans – séparant d’initiative le bon grain de l’ivraie. La lutte catholicisme/ protestantisme ou christianisme/Islam en sont des illustrations.

Le miracle est destiné à des individus qui, dans un monde bouleversé où ils ont perdu leurs repères traditionnels, se sentent « dans la main de Dieu » comme l’affirment bien des protagonistes de la guerre de Trente Ans. Il est aussi collectif lorsqu’une statue « sauve » une cité de l’invasion, que le Ciel épargne une localité face à la cruauté d’un envahisseur… Il est porté par une dévotion ancienne quand on voit nombre d’images mariales urbaines arrêter les tirs d’un ennemi. Mais le conflit est également créateur de piété avec, par exemple, l’apparition de Notre-Dame des tranchées protectrice miraculeuse des soldats français et belges dès 1914.

Se pose alors la question du déroulement. Pourquoi, d’abord, le fait se produit-il ? Résulte-t-il d’une requête, d’une sollicitation du futur bénéficiaire et sous quelle forme (prière, vœu, mise en avant de reliques,…) ? Ou l’initiative appartient-elle au dispensateur (apparitions). Ensuite en quoi consiste l’action miraculeuse ? S’agit-il d’une modification du cours des choses, par un acte concret, éventuellement même violent, ou d’une pression exercée par une apparition « opportune » ? Quelle est la nature de cette apparition ? Est-elle publique (elle s’adresse à tous) ou privée (elle s’adresse au chef) ? S’adresse-t-elle davantage au camp favorisé (par la galvanisation qu’elle lui apporte) qu’au camp adverse (par la terreur qu’elle lui inspire). Mais il peut s’agir aussi d’un message, d’un avertissement lié à un conflit à venir.

***

Caroline Muller, Au plus près des âmes et des corps…

Caroline Muller, Au plus près des âmes et des corps : Une histoire intime des catholiques au xixe, Paris, Presses Universitaires de France, 2019, 372 p.

Depuis l'avènement et le développement de la psychologie, les sociétés contemporaines ont compris les vertus thérapeutiques de la parole, du récit de soi à un autre. Dès le xixe siècle cependant, des hommes et des femmes ont pour habitude de livrer le récit de leur vie personnelle à un directeur de conscience à qui l'on confie ses tourments intimes. La direction de conscience est une pratique catholique qui connaît un nouveau succès à cette période. Dans ce cadre, femmes et hommes détaillent à leur directeur leur vie personnelle et les mouvements de leur âme, à des fins de moralisation et de progression spirituelle. On évoque avec son directeur ce dont on ne peut parler ailleurs : les secrets de l'âme et du corps. De son côté, le directeur doit guider sur la voie du progrès moral. Bien loin cependant de toujours se soumettre à cette exigence de progrès, hommes et femmes dirigés y voient une occasion de parler d'eux-mêmes et de s'observer, d'ouvrir une « chambre à soi » : les femmes y content les pesanteurs de la vie conjugale et domestique, les hommes leur difficulté à remplir leurs devoirs : se marier, entretenir une famille. Préoccupations morales et spirituelles, inquiétudes existentielles, désirs de liberté se lisent dans ces lettres qui portent bien souvent la mention « à brûler ».

***

Christian Sorrel et Philippe Chenaux (dir.), Le Saint-Siège, les Églises et l'Europe…

Christian Sorrel et Philippe Chenaux (dir.), Le Saint-Siège, les Églises et l'Europe / La Santa Sede, le Chiese e l'Europa [Études en l'honneur de Jean-Dominique Durand], Roma, Studium Edizioni, 2019, 589 p.

Historien, chrétien, citoyen engagé... Les visages publics de Jean-Dominique Durand sont divers et, si ce volume d'hommage concerne d'abord sa profession d'historien, le lecteur ne peut pas oublier les autres dimensions de l'homme qui se joignent pour dessiner sa personnalité et porter son itinéraire, sans confusion des objets, mais aussi sans dissociation, en tension féconde. L'Italie, la papauté, la démocratie chrétienne, l'Europe, ses penseurs et ses cultures, le catholicisme français, et surtout son pôle lyonnais, doté d'une forte identité sociale, les lignes directrices de son oeuvre sont fermes, qui n'empêchent pas un renouvellement incessant, débouchant sur un bilan impressionnant. De cette fécondité scientifique témoignent les nombreux chercheurs (près de cinquante) qui ont participé à ce volume d'hommage.

***

Christian Sorrel, Textes réunis par, Le Concile de Vatican II et le monde des religieux…

Christian Sorrel, Textes réunis par, Le Concile de Vatican II et le monde des religieux. Europe occidentale et Amérique du Nord, 1950-1980, Lyon, LARHRA, 2019, 400 p.

L’historiographie du Concile Vatican II accorde une place limitée au monde des religieux. Ce constat a guidé le projet du colloque international réuni à Rome en 2014 à l’initiative du LARHRA pour proposer une approche globale et évaluer les variables liées à la diversité des familles religieuses, des contextes sociaux ou ecclésiaux et des réalités nationales ou transnationales.

Les contributions retenues pour ce volume et distribuées en deux ensembles autour de l’événement conciliaire et des entreprises réformatrices, des années 1950 aux années 1970, se situent dans une perspective d’histoire comparée des pays de l’Europe occidentale et de l’Amérique du Nord, terres d’ancrage de nombreux instituts, acteurs majeurs du Concile et épicentres de la crise ecclésiale postconciliaire. Elles privilé-gient l’analyse de cas, nécessaire pour faire progresser un chantier encore neuf et permise par l’accès à des fonds d’archives rarement exploités. Elles sont guidées par la double préoccupation de comprendre les mécanismes d’ensemble et d’évaluer les variables liées à la diversité des familles religieuses, des contextes sociaux et ecclésiaux et des réalités nationales et transnationales et rendent ainsi possible une meilleure connaissance de l’histoire des acteurs religieux du monde contemporain.

***

Paola Vismara, L’Église et l’argent à l’époque moderne

Paola Vismara, L’Église et l’argent à l’époque moderne, Lyon, LARHRA, 2019, 213 p.

Au cours de son histoire deux fois millénaire, l’Église a dû rendre des comptes sur l’économie, les usages de l’argent et toutes les problématiques qui leur sont associées. Les théologiens et d’illustres penseurs s’en sont chargés. Mais, au fond, il s’agit d’une question qui intéresse tout un chacun. C’est donc une question qui interpelle les consciences et en même temps, si on l’examine dans son environnement religieux, elle ne peut être séparée d’autres éléments auxquels elle est inextricablement liée : l’économie, la politique, le droit…

L’ouvrage se concentre sur la période moderne, qui a hérité du Moyen Âge quelques importantes incitations, provenant en particulier du monde franciscain et, pour certains, déjà du monde monastique. Dans l’Italie de la fin du Moyen Âge naissent les assurances et les banques modernes ; les Flandres et d’autres aires européennes connaissent également un impressionnant développement. Ces nouveautés sont rendues possibles par les grandes mutations du temps, à commencer par la découverte du Nouveau monde et ses incidences sur le plan économique. Il est alors indispensable de repenser, de rénover et de proposer des réflexions inédites, en mesure de répondre à la mutation et aux enjeux en cours.

L’objet central du livre est le prêt à intérêt. Ce n’est qu’avec le temps qu’on distingue l’usure du prêt à intérêt légitime et non condamnable. C’est une affaire d’importance. En elle se reflètent les grands confits qui agitent l’intérieur même de l’Église, surtout dans la seconde moitié du xviie siècle. Elle représente aussi une grille de lecture très intéressante pour mieux comprendre l’évolution générale de l’Église. Cela concerne tous les membres de la société : les riches qui possèdent un capital à investir ; les marchands qui, même riches, ont besoin d’un capital liquide afin de développer leurs affaires. Cela concerne aussi les pauvres qui ont besoin d’argent pour subvenir à leurs premières nécessités ; cela concerne enfin les petites institutions ecclésiastiques et les personnes aux faibles ressources, qui possèdent néanmoins quelques liquidités et doivent vivre sur le profit généré par celles-ci.

  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals