Navigation – Plan du site

In Memoriam
Jean Delumeau (1923-2020)

Yves Krumenacker
p. 5-7

Texte intégral

1Jean Delumeau, qui nous a quittés le 13 janvier 2020, était un des derniers grands maîtres de l’histoire religieuse. Un parcours d’excellence (École Normale Supérieure, agrégation d’histoire, École Française de Rome) lui a permis d’écrire une thèse sous l’égide de Fernand Braudel, publiée en 1957-1959 (Vie économique et sociale de Rome dans la seconde moitié du xvie siècle), puis une thèse secondaire toujours sur Rome (L’Alun de Rome, xv-xviiie siècles) et d’être professeur en classes préparatoires à Rennes, puis à l’université de Rennes en 1955, enfin à la Sorbonne en 1970. Entre temps, il est passé de l’histoire économique et sociale à l’histoire religieuse, avec la publication de deux manuels qui, maintes fois réédités, deviendront des classiques : Naissance et affirmation de la Réforme en 1965, et Le Catholicisme entre Luther à Voltaire en 1971. Ce changement de direction provient de sa foi profonde, de la conviction que le christianisme a joué un rôle fondamental dans l’histoire, que la déchristianisation – qu’il redoutait – était un des phénomènes majeurs de notre époque, et du souvenir traumatisant d’une religion de la peur enseignée, lorsqu’il était enfant, chez les salésiens. Aucun historien n’est neutre, il ne peut que s’efforcer d’être le plus honnête possible. Sur ce point, Jean Delumeau nous laisse une vraie leçon : il n’a jamais caché sa foi ni son engagement chrétien ; il s’est expliqué, pour le grand public, sur la façon dont il voit la déchristianisation et les remèdes radicaux que devrait prendre l’Église pour tenter de l’enrayer (notamment dans Le Christianisme va-t-il mourir ? 1977) ; et je cite toujours à mes étudiants l’introduction à La peur en Occident où il explique comment le décès d’un voisin, puis l’éducation salésienne l’ont marqué et comment, quarante ans plus tard, ils ont guidé son enquête en six gros volumes sur la peur, le péché, le sentiment de sécurité et le paradis. Être conscient de ses présupposés est le meilleur moyen de s’en prémunir ou, au moins, de prévenir ses lecteurs des biais qu’ils pourraient introduire. C’est également en ce sens qu’il a demandé, en 1996, à plusieurs de ses collègues, de s’expliquer dans L’historien et la foi sur leurs rapports entre leur pratique historienne et leur foi.

2Jean Delumeau était un immense historien, il le savait et cela se voyait. Une anecdote : lorsque je suis allé chez lui, à Cesson-Sévigné, lui apporter ma thèse, qu’il avait dirigée, je l’ai trouvé en train de tondre sa pelouse. Il s’est immédiatement excusé, a disparu quelques instants et est revenu en costume-cravate, avant de nous offrir, à mon épouse et à moi, un rafraichissement dans le jardin ! Un professeur ne se présente pas n’importe comment devant un étudiant, mais cela ne l’empêche pas d’être simple et extrêmement bienveillant, toujours curieux aussi. Dans une des dernières longues lettres qu’il m’avait adressées, il me remerciait de lui avoir envoyé mon Purgatoire protestant ?, me disant y avoir beaucoup appris, alors qu’il avait travaillé sur le sujet bien plus que moi ! C’est sans doute cette science profonde alliée à une humilité et une grande modestie qui restera dans la mémoire de tous ceux qui l’ont connu, se souvenant aussi des séances au café de la rue Saint-Jacques qui terminaient invariablement ses séances de séminaire.

3On pourrait disserter très longtemps sur son œuvre. Je n’évoquerai deux aspects de sa carrière de chercheur. Tout d’abord ses séminaires du Collège de France, où il a enseigné de 1975 à 1994 : des modèles du genre où, chaque semaine, un historien confirmé ou un jeune docteur venait présenter son dernier livre ou sa thèse devant un auditoire nombreux d’enseignants, d’étudiants, de curieux et de retraités ; on y acquerrait rapidement une culture considérable en histoire religieuse, et pas seulement moderne. Ensuite son apport à l’histoire religieuse. Certes, on ne parle plus aussi simplement de déchristianisation, les médiévistes ont depuis longtemps balayé l’idée qu’il y ait eu une « légende du Moyen Âge chrétien », et l’histoire des mentalités, dont il a été un des plus éminents représentants, a été fortement critiquée ; mais c’est le prix à payer à l’avancée de la recherche. En revanche, son attention aux plus humbles, à leur foi et à leurs pratiques qu’il est nécessaire de distinguer des prescriptions de l’Église (Histoire vécue du peuple chrétien, 1979), et son esprit œcuménique qui l’a amené à être très attentif aux parentés entre protestantisme et catholicisme ont permis le développement d’une histoire religieuse réellement non confessionnelle, où sont traités de la même manière les membres des différentes confessions chrétiennes et ceux qui ne se reconnaissent pas dans les Églises, où les croyances religieuses sont intégrées dans une étude plus vaste d’éléments-clés de la psychologie humaine, la peur, le besoin de sécurité, l’espérance en un monde meilleur. Ce grand chrétien qu’a été Jean Delumeau a permis à l’histoire religieuse d’être une véritable discipline universitaire, labourée aussi bien par ceux qui croient au ciel que par ceux qui n’y croient pas.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yves Krumenacker, « In Memoriam
Jean Delumeau (1923-2020) », Chrétiens et sociétés, 26 | 2020, 5-7.

Référence électronique

Yves Krumenacker, « In Memoriam
Jean Delumeau (1923-2020) », Chrétiens et sociétés [En ligne], 26 | 2019, mis en ligne le 27 février 2020, consulté le 16 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/chretienssocietes/5395

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals