Navigation – Plan du site

Saint Matthias, Gaius Helvidius Priscus : la vertu et le sort (xvii-xviiie siècles)

Olivier Christin
p. 9-22

Résumés

L’élection de Matthias en remplacement de Judas (Actes 1 : 21-26) a fait l’objet de très nombreux commentaires. Aux xviie-xviiie siècles on s’emploie à refuser que ce précédent légitime l’élection par tirage au sort, sauf éventuellement pour départager des candidats d’égale valeur. Cela participe d’une disqualification plus générale du sort, accusé d’ignorer la vertu et de favoriser les médiocres, de méconnaître la liberté, l’esprit et la raison, d’abolir toute forme de responsabilité chez ceux qui élisent.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Arie W. Zwiep, Judas and the Choice of Matthias : A Study on Context and Concern of Acts 1:15-26, (...)

1L’éclipse moderne du sort en politique, qui contraste avec sa persistance, voire sa progression, en matière de justice (les jurys), de financement de l’État et des compagnies commerciales (tontines et loteries), de prévoyance ou de rétribution de l’argent, a fait au cours des dernières années l’objet d’analyses renouvelées et très suggestives. Elles ont permis de nuancer les interprétations trop générales – en rappelant que le sort peut constituer encore très tard dans le xixe siècle une manière légitime de choisir les dirigeants politiques ou les représentants du peuple dans un certain nombre de lieux, en montrant que la question du choix entre élection et sort est longtemps restée incertaine et qu’elle se joue en partie autour de l’essor du régime représentatif. Mon propos n’est pas de reprendre ces travaux – ceux de H. Buchstein, de Y. Sintomer ou du groupe lausannois conduit par A. Chollet1 – mais de revenir sur un débat précis, que l’on tiendrait à tort pour marginal dans le recul de la légitimité reconnue aux procédures de tirage au sort, notamment parce qu’il paraît ressurgir à des périodes différentes, par exemple à la fin du xviie siècle ou lors de la Constitution Civile du clergé en cristallisant des enjeux hétérogènes.

  • 2 Hubertus Buchstein, Demokratie und Lotterie. Das Los als politisches Entscheidungsinstrument von d (...)

2Il s’agit d’une question parfaitement étudiée par les spécialistes de l’Église primitive2, mais restée en partie confinée à ce cercle : le remplacement de l’apôtre Judas et la reconstitution du groupe des douze, tels que les rapportent les Actes des Apôtres 1 : 21-26. Dans la version de Le Maitre de Sacy, parue au xviie siècle, l’épisode est rappelé ainsi :

Il faut donc, qu’entre ceux qui ont été en notre compagnie pendant tout le temps que le Seigneur Jésus a vécu parmi nous […] on en choisisse un, qui soit avec nous témoin de sa Résurrection. Alors, ils en présentèrent deux : Joseph, appelé Barsabas, surnommé le Juste ; et Matthias. Et se mettant en prières, ils dirent Seigneur ! Vous qui connaissez le cœur de tous les hommes, montrez nous lequel de ces deux vous avez choisi […] Aussitôt, ils les tirèrent au sort ; et le sort tomba sur Matthias et il fut associé aux onze Apôtres.

3L’enjeu était important comme le rappelle le Missel de Paris, latin et français : par cette élection, Dieu réparait en effet « la perte du traistre apostat, de peur que le nombre sacré (des) apôtres ne demeura imparfait ».

« L’Apôtre du sort »

4Très vite, dès l’Antiquité tardive et ensuite tout au long du Moyen Âge, notamment chez Bède le Vénérable ou Thomas d’Aquin, ce passage plus ambigu qu’il n’y paraît était donc devenu un locus classicus de la réflexion sur la licéité du tirage au sort dans l’Église et sur la légitimité des ministres qui pouvaient être désignés par ce moyen, mais aussi, on le verra, un moyen de discerner mérite et vocation. Il y est en effet question à la fois de sélection et de présentation des deux impétrants, de l’attente d’un signe de la volonté de Dieu et d’un tirage au sort, sans qu’il soit facile ou même possible de distinguer très clairement ici des opérations ou des moments distincts. La volonté de Dieu, par exemple, se manifeste-t-elle aux Apôtres dans le seul résultat du sort ou s’accompagne-t-elle d’autre chose, d’autres signes comme un rayon lumineux, un son ou une colombe ? Faut-il alors un miracle, un signe, un indice, avant de procéder légitimement au tirage proprement dit ? Mais avant même de tomber en prière et de demander à Dieu de faire connaître sa volonté, les Apôtres et l’assemblée des disciples n’ont-ils pas déjà présenté deux candidats et pas un de plus ? Qui peut alors être tenu pour responsable du choix de cette procédure si complexe ? La désignation de Matthias s’apparente-t-elle in fine à une élection humaine (verset 23), à une inspiration céleste (verset 24) ou à un tirage au sort (verset 26) ?

  • 3 Les Panégyriques des saints et les sermons des dimanches, par M. l'abbé de Maruc, Paris, 1669, p. (...)
  • 4 Jacques-Bénigne Bossuet, Histoire des variations des Églises protestantes, Paris, 1688, livre XV.

5Il ne faut donc pas s’étonner de voir, au cours de l’époque moderne, ce passage des Actes susciter d’innombrables commentaires, dispersés entre des éditions savantes de la Bible, comme celle d’Augustin Calmet, des vies des saints et des martyrs, des sermons qui font de Matthias « l’Apôtre du sort », pour parler comme l’abbé Jean-Martial de Maruc qui publie un Panégyrique des Saints en 16693, des histoires de l’Église ou encore des traités de controverse. Car, dans le contexte spécifique de disparition de l’élection pour les bénéfices majeurs avec le concordat de Bologne et surtout de confrontation avec les Églises protestantes qui entendent faire élire les pasteurs par les communautés, l’épisode se prête à des analyses précises sur quelques-uns des enjeux les plus importants de la discipline ecclésiastique : le choix des ministres et surtout de la procédure, des critères et des acteurs de celui-ci, les rapports entre élection et vocation, entre mérites humains et vocation religieuse, etc. S’adressant aux protestants, Bossuet porte à pleine explicitation ces enjeux d’actualité, en faisant bien entendu référence à Matthias : « Ceux qui vous flattent de la pensée que votre consentement est absolument nécessaire pour établir vos Pasteurs ne croient pas ce qu’ils vous disent, puisqu’ils reconnaissent pour vrais pasteurs ceux d’Angleterre ». Surtout, « l’exemple de Saint Matthias, élu extraordinairement par un sort divin, ne doit pas être tiré à conséquence et néanmoins tout ne fut pas permis au peuple, et ce fut Saint Pierre, pasteur déjà établi par Jésus Christ, qui tint l’assemblée : aussi ne fut-ce pas l’élection qui établit Matthias ; ce fut le Ciel qui se déclara4 ». Le tour de force rhétorique, qui part de la prééminence de Pierre, et donc du vicaire du Christ établi par lui et non par les hommes, permet à Bossuet de ne pas « tirer à conséquence » le texte même des Actes et d’en faire un argument favorable à ce qu’imposait le concordat de Bologne et donc à l’investiture pontificale.

  • 5 Moyens de droit contre les prétensions absurdes de l'Assemblée Nationale relativement à l'organisa (...)

6On retrouve plus tard le même adossement à l’actualité et la même volonté farouche de refuser des procédures électives trop larges, qui seraient notamment ouvertes aux laïcs et potentiellement aux non-catholiques, chez certains ecclésiastiques qui prennent position contre la Constitution civile du clergé au début des années 1790 : pour l’auteur des Moyens de droit contre les prétentions absurdes de l’assemblée nationale relativement à l’organisation du clergé ou pour César Guillaume de la Luzerne, l’exemple de Matthias ne peut nullement justifier une élection par l’assemblée des fidèles, car on voit que seul un petit nombre de présents y prend une part active, sous la houlette de Pierre : l’élection y appartient manifestement aux seuls Apôtres, et donc aux clercs5. Ces positions sont si connues que les Entretiens d’un électeur de Paris avec un prêtre de l’Oratoire sur le choix des nouveaux pasteurs, parue en 1791, met tout naturellement dans la bouche du second l’affirmation selon laquelle « la première élection fut celle de S. Matthias, si toutefois on peut appeler ainsi sa promotion, puisque ce fut Dieu lui-même qui le désigna à la prière de l’assemblée. Saint Pierre présidait l’assemblée ».

  • 6 Voir, néanmoins, Louis Ellies Dupin et sa discussion de Pierre de Marca dans Nouvelle bibliotheque (...)
  • 7 Augustin Calmet, Commentaire litteral sur tous les livres de l'Ancien et du Nouveau Testament, vol (...)

7Tous les auteurs de l’époque moderne ne poursuivent pas forcément des fins aussi explicitement polémiques6. Mais leurs analyses, aussi dissemblables soient-elles, soulèvent les mêmes difficultés, ou presque, dans le texte des Actes. D’une part, l’éventuel usage du sort de la part des Apôtres, en contradiction complète avec les canons ecclésiastiques qui le prohibent pour les charges d’Église et avec la condamnation de la divination, des sortilèges, des jeux de hasard et de tout ce qui revient, d’une manière ou d’une autre, à « tenter Dieu » comme le disent Dom Calmet et Michel Mauduit7 ; d’autre part, l’articulation ou l’opposition entre les deux moments et les deux procédures de l’élection ou de la présélection de Matthias et de Joseph dans un premier temps, et de l’exclusion par le sort de ce dernier dans un second temps.

8Trois arguments sont employés pour justifier la manière de faire de l’assemblée des disciples et des Apôtres : mon hypothèse est qu’ils participent indirectement d’une critique du sort appliqué à la sélection des hommes et non au partage de biens et de richesses, à la répartition des terres ou à d’autres décisions de ce type qui ne font pas l’objet des mêmes jugements. Ce sont ces arguments – assez peu étudiés jusqu’ici – qui font de ces textes des jalons précieux dans l’histoire du tirage au sort et de son discrédit moderne : tout suggère, en effet, que ce moment particulier de l’érudition biblique de la fin du xviie et de la première moitié du xviiie siècle contribue sans doute à sceller le sort du sort, en participant au discrédit moderne de celui-ci, ne serait-ce que sur des points apparemment marginaux. Il faut donc commencer revenir en détail sur chacun de ces trois arguments avant d’en faire la démonstration précise.

  • 8 Raisonnement en partie similaire, mais moins net, chez Michel Le Faucheur, Sermons sur les onze pr (...)
  • 9 François Bourgoing, Les veritez et excellences de Iesus Christ Nostre Seigneur disposees par médit (...)

9Le premier argument tient à l’enjeu même de la reconstitution du groupe des douze Apôtres. Celle-ci, qui revêt une importance majeure pour des raisons qu’il faudrait développer, ne peut être résolue par une procédure exclusivement humaine, car ce serait faire des Apôtres les émissaires8 des hommes et non ceux de Dieu, affirme Mauduit dans son Analyse des Actes des Apôtres parue au début du xviiie siècle. Matthias devait donc être appelé par Dieu lui même et les Apôtres ont agi sagement en adoptant une procédure hybride, longue, qui compense le vote par le sort, et réussit ce faisant à congédier aussi bien « la vocation humaine » que la « tentation de Dieu ». La complexité – voire les contradictions – de cette procédure en plusieurs étapes, qui semble chercher à multiplier les épreuves et les confirmations, s’expliquerait ainsi par l’importance de l’enjeu lui-même, qui échappe aux seules capacités de discernement des hommes : ceux-ci peuvent bien juger du mérite de leurs semblables, apprécier leur vertu, leur zèle, leur savoir, comme l’exigeait d’ailleurs toute élection bien menée, mais ils ne peuvent se prononcer sur l’élection que Dieu fait de ceux qu’il appelle et donc sur la vocation. « Cette faveur dépend de son seul bon plaisir et non pas de nos mérites », estime François Bourgoing9. Par conséquent, l’élection de Matthias n’est que la confirmation ou l’exécution « de son élection faite en Dieu de toute éternité ». Adrien Baillet, théologien catholique et biographe de Descartes, et Sébastien le Nain de Tillemont emploient presque les mêmes termes dans leurs ouvrages parus à la fin du xviie et au tout début du xviiie siècles : « Cet exemple nous fait voir que les hommes pourraient sainement juger de la vertu, sans être néanmoins en état de juger de la vocation », écrit le premier. Le sort n’a donc pas été ici un recours au hasard, une manière de faire aléatoire, mais un moyen de rendre visible la volonté de Dieu et de manifester la prédestination éternelle de Matthias. À l’évidence, la désignation de Matthias est occasion pour ces théologiens de revenir sur quelques-uns des problèmes centraux des élections religieuses et de porter au jour la relation entre choix des hommes et volonté de Dieu que recèle le double sens du mot élection. Ici, la procédure retenue permet aux Apôtres de reconnaître dans la volonté de Dieu et de faire en sorte que leur élu soit l’Élu du Seigneur et ce dans un contexte très particulier.

  • 10 Augustin Calmet, Dissertations qui peuvent servir de prolégomènes de l’Écriture sainte, vol. 3, 17 (...)
  • 11 Pierre Lebrun, Superstitions anciennes et modernes, préjugés vulgaires qui ont induit les peuples (...)
  • 12 Sébastien Le Nain de Tillemont, Memoires Pour servir à L’Histoire Ecclesiastique Des six premiers (...)

10Car un deuxième argument est avancé par plusieurs auteurs, qui soulignent que le choix de Matthias se déroule dans un moment précis, se situant avant la Pentecôte, c’est-à-dire avant la pleine manifestation de la vérité. Augustin Calmet, par exemple, estime ainsi dans ses Dissertations qui peuvent servir de prolégomènes de l’Écriture Sainte que « les Apôtres eux-mêmes peu de temps après l’élection de Matthias ne le suivirent pas ce précédent dans le choix qu’ils firent des Diacres. Toute la multitude les élut suivant le mérite qu’ils connaissaient de leur personne ». Et d’ailleurs, ajoute-t-il, « on ne lit dans aucun endroit que depuis la Pentecôte les Apôtres s’en soient rapportez au sort pour établir aucun Évêque ni aucun ministre de l’Église »10. Le même raisonnement et la même chronologie se retrouvent chez Pierre Lebrun, prêtre de l’Oratoire : si les Apôtres ont choisi saint Matthias par le sort, « cela ne fut plus en usage après que l’Église eut été établie par la réception du Saint-Esprit le jour de la Pentecôte11 ». Pour Le Nain de Tillemont, « S. Chrysostome dit que S. Matthias fut élu par le sort, parce que les Apôtres n’avaient point encore receu le S. Esprit et ne s’estimaient pas dignes de connaître la volonté de Dieu par quelque miracle »12. Le sort n’est donc qu’un pis-aller provisoire pour des disciples qui ne peuvent pas encore parfaitement discerner le bien du mal et saisir la volonté de Dieu pour le choix de ceux dont il veut se servir pour annoncer l’Évangile : cette analyse est essentielle, car elle permet de surmonter la contradiction entre ce passage des Actes et la condamnation générale du sort dans les canons et donc d’écarter d’éventuelles critiques sur les variations de l’Église, mais au prix de développements parfois hasardeux, comme chez François Bourgoing qui estime que Dieu a préféré Matthias à Joseph-Barsabas, parce que ce dernier était surnommé « le Juste », afin justement de montrer la prééminence de la vocation sur le mérite, ou encore que Matthias a été le premier des Apôtres à être appelé par Jésus Christ glorieux, les autres l’ayant été par Jésus-Christ mortel. Le Christ de la Résurrection aurait ainsi manifesté sa volonté en choisissant le moins méritant des impétrants afin de rappeler la gratuité de l’élection. On verra que ce raisonnement rend difficile la constitution du sort en principe de justice et qu’il contribue à en affaiblir la légitimité.

  • 13 Alban Butler, Vies des pères, des martyrs, et des autres principaux saints, tr. par l'abbé Godesca (...)

11Enfin, plusieurs auteurs contemporains relèvent l’importance de l’association du sort et du choix électif dans la désignation de Matthias et surtout l’ordre des opérations, ici essentiel et qui permet de faire jouer pleinement l’une des propriétés généralement reconnues au sort : la possibilité de départager des candidats égaux ou équivalents, qu’aucune propriété comme le zèle, le mérite, la compétence ou le talent ne distingue et donc de trancher lorsque tout choix apparaît raisonnablement impossible. Quand tout est égal, le sort décide pour les hommes qui ne peuvent s’appuyer sur aucun critère de choix. C’est ce qu’affirme le catholique anglais Alban Butler à propos du choix de Matthias par les disciples et le collège des Apôtres : « L’usage du sort ne peut être légitime que quand il est impossible de se déterminer entre deux sujets d’un égal mérite. Il y aurait de la superstition à s’en servir dans d’autres cas13 ». Or, cette propriété éminente du sort est évoquée régulièrement en dehors même des débats propres à l’érudition biblique et à l’exégèse du passage des Actes concernant Matthias, notamment dans les ouvrages historiques qui traitent de l’histoire de Rome à partir d’exemples le plus souvent empruntés à Tacite.

  • 14 Tacite Avec Des Notes Politiques Et Historiques : Quatrieme Partie, Amsterdam, Chez les Freres Wet (...)
  • 15 Analyse des Actes des Apôtres, p. 340-341.

12Dans l’édition critique qu’il donne de ce dernier en 1709, l’historien Amelot de La Houssaye juge ainsi que, « quand les compétiteurs » en lice pour des charges publiques « sont à peu près égaux en suffisance, en fortune et en mérite, et que par conséquent, il est difficile de choisir précisément le meilleur, le sort est bon14 ». Pour ce grand connaisseur de Venise et de ses mœurs politiques, le sort départage donc ceux que rien ne distingue, et c’est la raison pour laquelle – contrairement à ce que suggèrent des lectures hâtives et polémiques des sources parues dans les dernières années – il ne s’oppose pas au choix ou à l’élection mais les complète : les Apôtres ont choisi les deux meilleurs remplaçants possibles, estimé que leurs mérites étaient équivalents et ils ont donc laissé Dieu et le sort les départager. « De ces deux disciples qu’ils avaient choisis aussi égaux qu’ils purent en toute sorte de vertus, il fut élu un par jugement divin ». En un mot, « les apôtres corrigèrent le sort vague par l’élection et l’élection par le sort15. »

  • 16 Sur ce point, Olivier Christin, Vox populi. Une histoire du vote avant le suffrage universel, Pari (...)

13On reconnaît ici parfaitement les raisonnements et les calculs des élites politiques des sociétés d’Ancien Régime comme des penseurs qui en justifiaient les positions de pouvoir : s’y exprime notamment l’idée que des procédures hybrides, mêlant, comme à Venise, élection et sort, devaient être préférées, notamment pour le renouvellement régulier des corps de ville, afin de départager des candidats issus d’une frange étroite de la population et présentant les mêmes propriétés sociologiques16. Le sort n’y était pas la marque du gouvernement populaire, mais bien un garde-fou nécessaire au fonctionnement des régimes oligarchiques qui entendaient empêcher ou limiter le succès des intrigues, des solidarités claniques et de la corruption dans le cercle très restreint des candidats possibles et éviter par là la confiscation totale des charges. Le sort devait déjouer les calculs de ceux qui participaient au jeu de la distribution des charges et empêcher une famille, un clan, un groupe d’en exclure totalement ses compétiteurs directs, non conduire à l’instauration d’une participation de tout un chacun à cette distribution et jeter les fondements d’un véritable régime populaire.

  • 17 Analyse des Actes des Apôtres, p. 333.

14L’analyse de la procédure suivie par les Apôtres pour remplacer Judas constitue ainsi un moment important de clarification lexicale et politique sur le sort, ses propriétés et ses qualités dès lors qu’il s’agit, pour une communauté, un corps ou une compagnie de désigner les personnes qui doivent le rejoindre ou le diriger. Cet effort de clarification est particulièrement net dans la dissertation V des Analyses des actes des Apôtres déjà citées, qui commence par une mise au point lexicale et une distinction nette du sort et du choix : « Tous les dictionnaires […] séparent les idées du scrutin et du sort, comme deux choses toutes différentes ». Si le premier « est une élection libre et préméditée17 », le seconde n’est pas autre chose qu’une « rencontre heureuse, qui dépend du hasard ». Or, ces réflexions, développées plus ou moins complètement par les clercs et les érudits catholiques des xviie et xviiie siècles qui s’emparent de cette question débouchent sur une condamnation quasi-unanime de l’utilisation du sort pour la sélection des hommes, notamment en matière bénéficiale. Qu’il s’agisse de rappeler que les Apôtres décident dans des circonstances exceptionnelles et pour désigner l’un d’entre eux et non un simple ministre – fût-il prélat –, que la Pentecôte et l’inspiration céleste guidant les clercs dans les grandes décisions qui engagent l’Église de Jésus-Christ rendent désormais caduques les anciennes manière de rendre manifeste la volonté divine ou encore de souligner que les honneurs et les bénéfices doivent aller à ceux qui en ont la vocation et le mérite, les auteurs tirent toujours la même. Comme le dit sans ambages l’Encyclopédie d’Yverdon à la fin du xviiie siècle : « Un colateur qui aurait aujourd’hui recours à la voie du sort … serait regardé comme extravagant ».

Vertu, raison, responsabilité ou le congé donné au hasard

  • 18 Jean Bechefer, La Biblioteque ov Tresor Dv Droit Francois, Paris, 1671, p. 100 : entrée « récusati (...)

15Les controverses de l’érudition ecclésiastique des xviie et xviiie siècles au sujet de l’interprétation de la sélection de Matthias n’ont donc rien d’anecdotique. Elles participent, en fait, au-delà du lieu biblique particulier qui les occupe, de l’érosion de la légitimité du tirage au sort dans le gouvernement des hommes et de l’Église. Car bien des indices suggèrent que celui-ci cesse progressivement d’être érigé en principe de justice. Nombre de critiques qui lui sont adressées et que l’on retrouve dans d’autres ouvrages, sur d’autres exemples, tirés de l’histoire profane, le montrent amplement, alors même que le prestige de la culture antique aurait pu conduire certains auteurs à en faire l’éloge en reprenant à leur compte les exemples athéniens et romains. Abrégés de l’histoire romaine, encyclopédies et dictionnaires d’histoire, éditions savantes des Histoires de Tacite, recueils de jurisprudence s’emparent ainsi des récits de l’histoire profane et sacrée, décrivant les péripéties de la désignation de Theomnaste comme grand prêtre à l’issue d’un tirage au sort dans lequel tous les billets portaient son nom seul18 ou la sélection de la commission sénatoriale qui devait rencontrer Vespasien. La même leçon y est sans cesse répétée, avec des nuances plus ou moins nettes : le sort ne garantit nulle équité ou transparence dans les procédures de sélection ; il aboutit souvent à des résultats contraires à la vertu et à l’intérêt général et il ne peut par conséquent constituer un principe de justice capable d’écarter les contestations et les manœuvres.

  • 19 Scipione Ammirato, Discours politiques et militaires sur Corneille Tacite ... contenans les fleurs (...)

16Certes, rares sont les auteurs qui, à l’instar de Scipione Ammirato, se lancent dans une comparaison systématique des avantages et des défauts du sort et de l’élection. À l’occasion de la relation des affrontements entre Gaius Helvidius Priscus et Marcellus Eprius – un autre locus classicus du débat sur le sort –, ses Discours politiques et militaires traduits en français en 1633 par Laurens Melliet examinent sur plusieurs pages les mérites respectifs des deux modes de désignation des hommes aux charges et aux honneurs : selon lui, Helvidius jugeait que « le sort que l’on tirait à l’adventure du profond d’une cruche ne faisoit jamais la distinction des mœurs et de la suffisance des Magistrats » ; « Marcellus disoit au contraire (…) que le sort coupoit chemin aux brigues, à la corruption, à l’ambition, aux inimitiez19 ». Mais Ammirato poursuit sa démonstration au-delà de cet épisode historique pour tenter de dégager des principes normatifs généraux, en imaginant l’exemple d’une cité qui doit renouveler ses magistrats : in fine les conditions concrètes de mise en œuvre de l’une ou l’autre méthode de sélection et de désignation, marquées par la succession des opérations de tri et d’exclusion qui doivent réserver les charges à une élite très restreinte présentant toutes les conditions exigibles pour les magistratures, sont telles que les deux méthodes peuvent être tenues pour équivalentes. Le choix est si borné qu’il tombera toujours sur les mêmes noms, qu’il soit fait par le sort ou par le scrutin.

17Si l’on reconnaît bien, ici, les modes de raisonnement propres aux sociétés oligarchiques d’Ancien Régime et à leur association du sort et de l’élection, il faut reconnaître que de tels développements restent rares. La plupart des textes opposent plus simplement les deux modes de sélection des dirigeants, sans décrire véritablement leur application concrète dans des univers sociaux qui ne poursuivent dans les deux cas de figure que leur propre perpétuation et la reproduction sociale de leurs élites dirigeantes. Sort ou élection servent avant tout cette double fin et peuvent ainsi se trouver combinés ou confondus dans des dispositifs qui étonnent par leur complexité. Pourtant, peu à peu, les auteurs profanes et sacrés de la fin du xviie et des débuts du xviiie siècle semblent bien adopter à l’égard du premier une position de plus en plus critique, qu’il faut décrire plus précisément.

18Trois arguments sont – inégalement – avancés par les auteurs de ces recueils de lieux communs de la politique.

  • 20 Dictionnaire Pour L'Intelligence Des Auteurs Classiques Grecs Et Latins, Tant Sacrés Que Profanes  (...)

19De manière presque systématique, comme dans les propos que Ammirato place dans la bouche de Helvidius, le tirage au sort est accusé d’ignorer le mérite, le zèle, les compétences des candidats et de conduire à des choix faits sans aucune considération de vertu. Sauf dans le cas des procédures mixtes dans lesquelles il faut départager des égaux déjà présélectionnés, notamment avec l’exemple de Matthias et Joseph, le sort peut ainsi faire accéder aux charges et aux honneurs des candidats indignes, incompétents ou malhonnêtes, qui mettront en péril la Compagnie ou la Cité. Secrétaire de l’Académie de Châlons-sur-Marne et auteur d’un Dictionnaire pour l’intelligence des auteurs classiques, François Sabbathier résume la position de Helvidius dans le conflit qui l’oppose à Marcellus en soulignant que « ce n’etoit pas par le sort, qui etoit toujours aveugle, qu’on pouvoit distinguer la vertu d’avec le vice, mais par le choix judicieux d’un Sénat éclairé20 ». Ce dernier terme n’est évidemment pas innocent sous la plume d’un représentant presque idéal typique des sociétés lettrées de province dans la France des Lumières, professeur de littérature latine, puis secrétaire d’une académie provinciale, récompensé par l’académie de Berlin pour une enquête historique sur le pouvoir pontifical : la relation établie entre élection et usage éclairé de la raison est ici cruciale, on le verra. Mais en dehors de celle-ci, il faut constater que le jugement sur le sort ignorant la vertu est largement répandu. D’autres auteurs y adhèrent, comme l’abbé de Maruc, par exemple, pour qui « se servir du sort pour les dignitez de l’Église afin d’éviter de faire le choix de celuy qu’on connaît le plus digne, c’est le trahir ». On retrouve cette conclusion plus tard, lors de la Révolution, dans les pages d’un traité des élections qui juge que « vouloir que le sort en décide, c’est choisir au hasard ses propres aliments, c’est croire que l’on rencontrera justement ainsi ceux qui conviennent à sa santé ». L’élection ne tombera par conséquent probablement pas sur les citoyens les plus vertueux et les plus éclairés. Mais c’est finalement le Dictionnaire critique de la langue française de Jean-François Féraud (Marseille, Mossy 1787-1788) qui le dit le plus abruptement : « Le mérite est toujours en guerre avec le sort. »

20Cet argument est bien connu et il pourrait sembler ne pas constituer un tournant radical dans la comparaison des modes de sélection et de désignation des hommes à l’exercice du pouvoir. Après tout, le sort jouit dans d’autres cas d’un prestige inentamé et il trouve même de nouvelles applications avec le progrès des connaissances en matière de probabilités qui favorise la vogue croissante des loteries et des tontines à partir du milieu du xviie siècle, mais aussi l’entrée en vigueur de nouvelles règles dans le recrutement des soldats de la milice provinciale dès 1691.

21Pourtant, la fréquence et la fermeté des réserves et critiques que l’on découvre dès lors qu’il s’agit de politique, de charges, d’offices ou de bénéfices surprennent : non seulement elle témoignent d’un très vif contraste avec les usages contemporains du sort alors en train de se propager dans les loteries, les tontines, les pratiques de levées militaires, mais elles s’accompagnent de plus en plus nettement d’une réprobation morale en partie nouvelle dans ses termes, voire d’une condamnation sans appel du sort contre lequel elles retournent les arguments traditionnellement avancés en sa faveur, en lui reprochant d’être au fond une arme au service des médiocres et des vicieux et non un simple outil, en soi neutre. Progressivement, le sort finit par être décrit comme la brigue des incapables, la stratégie de ceux qui savent qu’une élection les écarterait à coup sûr en procédant à l’examen des mérites respectifs des différents candidats.

  • 21 Tacite Avec Des Notes…, p. 188. Même analyse, bien plus tôt, chez Antoine Le Pois, dans son Discov (...)

22Pour François Sabbathier, dans le conflit entre Gaius Helvidius Priscus et Marcellus au sujet de la délégation devant se présenter à Vespasien, le second, « qui craignait la honte de se voir exclu par l’élection, voulut » un tirage au sort. C’est cette solution qui fut retenue, « appuyée des médiocres sénateurs, sur qui ne pouvait tomber l’élection ». Ceux qui savent qu’un choix des plus vertueux les écarterait à coup sûr font donc le calcul stratégique du sort. En se fondant lui aussi sur un épisode relaté par Tacite, Amelot de La Houssaye en tire une conclusion plus générale : « Tel se présente hardiment dans une élection qui se fait au sort … lequel auroit honte de se présenter dans une élection vocale21 ». Le sort n’est plus ici un principe de justice, qui départage des candidats également légitimes, et une technique de résolution des conflits ; il n’est plus cette entrée en jeu de la providence céleste qui rend vaines les querelles d’amour propres et les brigues : il est injuste et sert les intérêts des moins vertueux, qui voient en lui le moyen de retirer au processus de sélection toute sa dimension d’examen, d’évaluation et de comparaison. Le sort ne compare pas.

  • 22 Analyse des Actes des Apôtres, p. 333.
  • 23 Scipione Ammirato, Discours politiques et militaires sur Corneille Tacite, p. 779.

23Un deuxième argument, partiellement articulé à cette première critique, prend également forme, qui oppose le sort à la raison. Pour l’auteur de l’Analyse des actes des apôtres, le scrutin se distingue absolument du sort parce qu’il est « un ouvrage de l’esprit et de la volonté », « un effet de la préférence et de l’inclination » : les électeurs y exercent la liberté de juger, de comparer, de classer et d’appliquer à ces opérations leur intelligence22. Ce n’est nullement le cas du tirage au sort, « où la liberté ni l’esprit n’ont point de part ». Le même argument se reconnaît chez Ammirato, pour qui, dans le scrutin, « les voix et balottes ne se donnent qu’avec prudence, raison, jugement et connaissance de cause23 » : de telles obligations n’ont pas cours dans les procédures de tirage au sort, qui ne font pas peser les mêmes exigences sur ceux qui y prennent part. C’est sans doute dans ce système d’argumentation que l’on peut comprendre la référence de François Sabbathier aux formes de décision collective qui peuvent prévaloir à l’intérieur d’un « Sénat éclairé », d’autant plus évidentes à ses yeux que les académies sont justement l’un des lieux d’expression privilégiés des pratiques électives modernes.

24Amelot de La Houssaye peut alors ajouter à ces critiques assez largement répandues un dernier argument, qui me paraît constituer l’un des éléments qu’il faut prendre en compte pour comprendre le recul de la référence au tirage au sort dans le contexte même de la formation de la théorie du régime représentatif. Cet argument résume en effet de manière concise et ferme les analyses courantes des mérites respectifs du sort et du choix pour aboutir à une critique en bonne part inédite du premier : rappel de la force des intrigues et du risque de corruption de toute procédure de choix des hommes par les hommes, qui ne suffit pourtant pas à justifier entièrement le recours au tirage au sort, insistance sur l’engagement des candidats et des électeurs qui s’offrent eux-mêmes au jugement d’autrui dans l’élection et s’obligent à en accepter le verdict, supériorité du choix fait en connaissance de cause et rationnellement sans lequel il ne peut y avoir de véritable responsabilité des uns et des autres.

  • 24 Tacite Avec Des Notes…, p. 188.

Généralement parlant, les élections faites à la pluralité des voix valent toujours mieux que celles que l’ont fait au sort. Car quelque fortes que soient les brigues des prétendans, les élisans veulent au moins garder quelques mesures de bienséance, pour ne pas se ridiculiser eux-mêmes par une élection faite sans connaissance et sans raison, au lieu que personne ne rougit des extravagances du sort, dont il n’y a point de compte à rendre24.

25La force de l’élection ne tient donc pas seulement à l’examen des qualités des électeurs et des élus et au caractère du scrutin, qui est avant tout enquête ; elle repose également sur la responsabilité que chacun y prend et dont il doit pouvoir rendre compte.

  • 25 Bernard Manin, Principes du gouvernement représentatif, Paris, Flammarion, 1996.

26Ces débats de la fin du xviie siècle et des débuts du xviiie siècle montrent ainsi que les usages politiques du tirage au sort font alors l’objet de critiques renouvelées. Certes, des éléments anciens y jouent un rôle important, notamment pour exclure tout usage du sort en matière bénéficiale, mais une tonalité nouvelle et des arguments inédits s’y reconnaissent également, qui reprochent au sort de ne faire aucun cas de la vertu ou du mérite, en tenant pour indifférentes les qualités de ceux qui entendent servir la Res Publica, d’être une manière de s’en remettre au hasard pour des choses qui concernent le bien de tous et non le simple partage individuel de richesses divisibles, de renoncer à l’usage de la raison, de l’examen et de la liberté, mais également d’abolir toute forme de responsabilité ou d’accountability des uns et des autres. Le sort n’est plus juste : il est inquiétant, irrationnel, immoral dès lors qu’il concerne le gouvernement des hommes et le salut de la Res Publica. Aux arguments avancés par Bernard Manin pour expliquer la disparition ou la disqualification moderne du tirage au sort – notamment le fait qu’il ne comporte pas au même titre que le vote d’engagement implicite à l’obéissance –, il semble donc possible d’ajouter de nouveaux éléments25 : l’importance de la référence à la vertu comme condition du service de la Cité, l’obligation faite aux élus et aux électeurs de rendre compte de leur choix et de s’expliquer, sans laquelle tout pouvoir devient arbitraire.

Haut de page

Notes

1 Arie W. Zwiep, Judas and the Choice of Matthias : A Study on Context and Concern of Acts 1:15-26, Mohr, Siebeck, 2004 ; Daniel Marguerat, Les Actes des Apôtres (1-12), Genève, Labor et Fides, 2007, p. 56 sq.

2 Hubertus Buchstein, Demokratie und Lotterie. Das Los als politisches Entscheidungsinstrument von der Antike bis zur EU, Frankfurt/Main-New York, Campus, 2009 ; Yves Sintomer, Petite histoire de l'expérimentation démocratique, Paris, La Découverte, 2011. Voir également Antoine Chollet, Alexandre Fontaine (éd.), Expériences du tirage au sort en Suisse et en Europe (xvie-xxie siècle). Erfahrungen des Losverfahrens in der Schweiz und in Europa (16.-21. Jahrhundert), Schriftenreihe Bibliothek am Guisanplatz 223, Bibliothek am Guisanplatz, 2018.

3 Les Panégyriques des saints et les sermons des dimanches, par M. l'abbé de Maruc, Paris, 1669, p. 115 sq.

4 Jacques-Bénigne Bossuet, Histoire des variations des Églises protestantes, Paris, 1688, livre XV.

5 Moyens de droit contre les prétensions absurdes de l'Assemblée Nationale relativement à l'organisation du clergé, Paris, Dufresne, 1792 ; Entretiens d’un électeur de Paris avec un prêtre de l’Oratoire sur le choix des nouveaux pasteurs, Paris, Crapant, 1791 ; Instruction pastorale de M. l'évêque de Langres César Guillaume de La Luzerne, sur le schisme de France, s. l. 1793 (plusieurs éditions jusqu’en 1801).

6 Voir, néanmoins, Louis Ellies Dupin et sa discussion de Pierre de Marca dans Nouvelle bibliotheque des auteurs ecclesiastiques. Contenant l'histoire de leur vie. Le catalogue, la critique, et la chronologie de leurs ouvrages. Le sommaire de ce qu'ils contiennent, Amsterdam, chez Pierre Humbert, 1711, vol. 16, p. 161.

7 Augustin Calmet, Commentaire litteral sur tous les livres de l'Ancien et du Nouveau Testament, vol. 7, Paris, chez Emery et Saugrain l'aîné, 1726, p. 813 ; M. Mauduit, Analyse des actes des apôtres, avec des dissertations sur les lieux difficiles, Paris, Michallet, 1697, vol. 1, p. 350.

8 Raisonnement en partie similaire, mais moins net, chez Michel Le Faucheur, Sermons sur les onze premiers chapitres des Actes des apostres : divisés en quatre parties, vol. 1, Genève, 1663, p. 213-214.

9 François Bourgoing, Les veritez et excellences de Iesus Christ Nostre Seigneur disposees par méditations pour tous les iours de l'annee, et diuisees en quatre parties... par le R. P François Bourgoing, chez Sébastien Huré, 1639, p. 162 sq.

10 Augustin Calmet, Dissertations qui peuvent servir de prolégomènes de l’Écriture sainte, vol. 3, 1720, p. 470-472.

11 Pierre Lebrun, Superstitions anciennes et modernes, préjugés vulgaires qui ont induit les peuples à des usages et à des pratiques contraires à la religion, Amsterdam, Jean-Frédéric Bernard, 1736, p. 8.

12 Sébastien Le Nain de Tillemont, Memoires Pour servir à L’Histoire Ecclesiastique Des six premiers siecles : Justifiez par les Citations des Auteurs originaux : Avec une Chronologie, où l'on fait un abregé de l’Histoire Ecclesiastique & profane; .... Qui contient Saint Pierre et Saint Paul, vol. 1, n° 2, Bruxelles, Fricx, 1694, p. 377 sq.

13 Alban Butler, Vies des pères, des martyrs, et des autres principaux saints, tr. par l'abbé Godescard, 2e éd., revue & augmentée, 1783, p. 343-344.

14 Tacite Avec Des Notes Politiques Et Historiques : Quatrieme Partie, Amsterdam, Chez les Freres Wetstein, 1716, p. 187.

15 Analyse des Actes des Apôtres, p. 340-341.

16 Sur ce point, Olivier Christin, Vox populi. Une histoire du vote avant le suffrage universel, Paris, Seuil, 2014.

17 Analyse des Actes des Apôtres, p. 333.

18 Jean Bechefer, La Biblioteque ov Tresor Dv Droit Francois, Paris, 1671, p. 100 : entrée « récusation », qui porte sur le choix des juges et le bon usage du tirage au sort – ou sortition – en la matière.

19 Scipione Ammirato, Discours politiques et militaires sur Corneille Tacite ... contenans les fleurs des plus belles histoires du monde et des notables advertissemens concernans la conduitte des armées... traduits, paraphrasez et augmentez par Laurens Melliet, Rouen, J. Cailloué, 1633, p. 780 sq.

20 Dictionnaire Pour L'Intelligence Des Auteurs Classiques Grecs Et Latins, Tant Sacrés Que Profanes : Contenant La Géographie, L'Histoire, La Fable, Et Les Antiquités, Volume 35, Paris, 1789, p. 305.

21 Tacite Avec Des Notes…, p. 188. Même analyse, bien plus tôt, chez Antoine Le Pois, dans son Discovrs sur les medalles et gravevres antiques, principalement Romaines : Plus, vne exposition particuliere de quelques planches ou tables estans sur la fin de ce liure, esquelles sont monstrees diuerse medalles & graueures antiques, rare & exquises, Paris, Robert Estienne, 1579, p. 101 : « Le sort ou sortition est quelques fois permis aux Chrétiens, lorsque la raions et conseil humain n’ont point de lieu. »

22 Analyse des Actes des Apôtres, p. 333.

23 Scipione Ammirato, Discours politiques et militaires sur Corneille Tacite, p. 779.

24 Tacite Avec Des Notes…, p. 188.

25 Bernard Manin, Principes du gouvernement représentatif, Paris, Flammarion, 1996.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Christin, « Saint Matthias, Gaius Helvidius Priscus : la vertu et le sort (xvii-xviiie siècles) », Chrétiens et sociétés, 26 | 2020, 9-22.

Référence électronique

Olivier Christin, « Saint Matthias, Gaius Helvidius Priscus : la vertu et le sort (xvii-xviiie siècles) », Chrétiens et sociétés [En ligne], 26 | 2019, mis en ligne le 27 février 2020, consulté le 16 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/chretienssocietes/5400 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chretienssocietes.5400

Haut de page

Auteur

Olivier Christin

Université de NeuchâtelÉcole pratique des hautes études (EPHE – Paris)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals