Navigation – Plan du site

Écrire l'histoire du temps présent : Loménie de Brienne et la fabrique des archives de la Commission des réguliers

Caroline Galland
p. 55-74

Résumés

Pour étudier la Commission des réguliers (1766-1780) et la Commission des unions (1780-1784), l’historien disposait, jusqu’au début du XXe siècle, de deux fonds : les papiers des dites commissions (Arch. nat., G9 6-77) ainsi que les rapports de la Commission des réguliers conservés pour les années 1769-1774 (BnF, Ms, Fr. 13 846-13 856). Mais en 1931 de nouvelles archives furent mises au jour lorsque le duc de Bauffremont, dernier possesseur du château de Brienne, versa aux Archives nationales les papiers conservés dans le château familial. Au total, 360 cartons (Arch. nat., 4AP 1-360) au sein desquels se trouvait une centaine de registres reliés aux armes du cardinal de Brienne. Ces registres ne sont pas à proprement parler les « papiers » de ces deux commissions mais des copies réalisées à la demande d’Étienne-Charles de Loménie de Brienne.
L’objet de cet article porte précisément sur l’étude de ces registres qui posent tout une série de questions : pourquoi Loménie de Brienne fit-il copier la quasi totalité des papiers de la Commission des réguliers et de la Commission des unions ? Quand entreprit-il de réaliser la copie et comment procéda-t-il ?
Il s’agit donc d’interroger et de contextualiser le geste même de Loménie de Brienne qui procède d’une double dynamique : d’un côté, s’inscrire dans l’histoire familiale et apporter sa pierre, monumentale, à l’entreprise de légitimation de la dynastie, à la fois par la copie d’archives et par la fabrique d’une véritable « collection » ; de l’autre, affirmer et défendre le rôle politique qui fut le sien au sein de de ces deux commissions au point d’en présenter une version de l’histoire qui en faisait son œuvre. Mais au-delà du bilan de réformes qu’il assumait et défendait, Loménie de Brienne ne cherchait-t-il pas aussi, par la constitution de cette vaste collection, à recouvrer une position politique ?

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cette réflexion s’inscrit dans un projet plus large qui porte sur l’étude de la Commission des rég (...)
  • 2 Arrêt du 23 mai 1766, reproduit dans Suzanne Lemaire, La commission des Réguliers, 1766-1780, Pari (...)
  • 3 La Roche Aymon, archevêque de Reims et grand aumônier de France, président de la Commission ; Jumi (...)
  • 4 D’Aguesseau, d’Ormesson, Joly de Fleury, Gilbert de Voisins, Bourgeois de Boynes.
  • 5 Thurin, greffier, et Thiériot, secrétaire, tous deux avocats au Parlement.
  • 6 Riballier, grand maître du Collège Mazarin, Le Gros, chanoine de la Sainte-Chapelle, Bouret, profe (...)
  • 7 Présidée cette fois par le garde des sceaux.

1En 1765, l’Assemblée du clergé mit la question des réguliers à l’ordre du jour : par la voix du rapporteur de la commission de juridiction, Étienne-Charles de Loménie de Brienne, alors archevêque de Toulouse, elle s’émut de la « décadence » des religieux et suggéra de recourir au Saint-Siège pour rétablir la régularité dans les cloîtres1. Louis XV retint l’idée mais procéda d’une tout autre manière : par son arrêt du Conseil d’État du 23 mai 1766, il annonça la création d’une commission « pour conférer […] sur tous les abus qui se sont introduits dans les monastères des différents ordres religieux de son royaume et sur les moyens les plus efficaces d’y remédier et de rappeler le bon ordre et la discipline la plus régulière2 ». De ce constat d’une décadence à l’intérieur des cloîtres, partagé aussi bien par l’épiscopat que le pouvoir royal, résulta l’arrêt du 31 juillet 1766, qui nommait des commissaires, choisis à parité au sein de l’épiscopat3 et du Conseil d’État4, aidés de greffiers5 et de théologiens6. La Commission dite des réguliers était née. Le 19 mars 1780, un arrêt du Conseil la supprima tandis qu’un autre arrêt mit en place, le même jour, la Commission des unions7, active jusqu’en 1784, chargée de régler la question de la suppression et de la dévolution des bénéfices concernés par la disparition des maisons.

  • 8 Archives nationales (désormais Arch. nat.), G9 6-77.
  • 9 Bibliothèque nationale de France (désormais BnF), Ms, Fr. 13 846-13 856, « Rapports de la Commissi (...)
  • 10 Conformément au testament de son père le duc Eugène de Bauffremont († 1917), le duc Théodore de Ba (...)
  • 11 Arch. nat., 4AP 1-360, Chartrier du comté de Brienne (xie-xixsiècles).
  • 12 Pierre Chevallier, contrairement à Suzanne Lemaire, disposa donc du chartrier du comté de Brienne (...)

2Pour étudier ces deux commissions, l’historien disposait, jusqu’au début du xxsiècle, de deux fonds : les papiers des dites commissions8 ainsi que les rapports de la Commission des réguliers conservés pour les années 1769-17749. Mais en 1931 de nouvelles archives furent mises au jour : le duc de Bauffremont, dernier possesseur du château de Brienne, versa aux Archives nationales les papiers conservés dans le château familial10. Au total, 360 cartons11 au sein desquels se trouvait une centaine de registres reliés aux armes du cardinal de Brienne. Ces registres ne sont pas à proprement parler les « papiers » de ces deux commissions – lesquels sont conservés dans la sous-série G9 des Archives nationales – mais des copies réalisées à la demande d’Étienne-Charles de Loménie de Brienne et conservées dans le château familial jusqu’en 193112 – raison pour laquelle ces manuscrits font aujourd’hui partie des archives privées de la maison de Brienne.

3L’objet de cet article porte précisément sur l’étude de ces registres qui posent tout une série de questions : pourquoi Loménie de Brienne fit-il copier la quasi totalité des papiers de la Commission des réguliers et de la Commission des unions ? Quand entreprit-il de réaliser la copie et comment procéda-t-il ?

  • 13 Une « collection » est la « réunion artificielle de documents en fonction de critères communs li (...)

4Il s’agit donc d’interroger et de contextualiser le geste même de Loménie de Brienne qui procède d’une double dynamique : d’un côté, s’inscrire dans l’histoire familiale et apporter sa pierre, monumentale, à l’entreprise de légitimation de la dynastie, à la fois par la copie d’archives et par la fabrique d’une véritable « collection13 » ; de l’autre, affirmer et défendre le rôle politique qui fut le sien au sein de de ces deux commissions au point d’en présenter une version de l’histoire qui en faisait son œuvre. Mais au-delà du bilan de réformes qu’il assumait et défendait, Loménie de Brienne ne cherchait-t-il pas aussi, par la constitution de cette vaste collection, à recouvrer une position politique ?

Des archives d’État à la fabrique d’une collection familiale

5À l’origine de cette réflexion se trouve la centaine de volumes qui, au sein du chartrier de Brienne, recèle la copie des archives des deux commissions royales : celle des réguliers et celle des unions. Ces registres, aujourd’hui dispersés dans la sous-série 4AP, ne doivent pas être appréhendés comme des éléments séparés, indépendants les uns des autres : fruit d’un patient travail de copie des archives, sans doute constituaient-ils à l’origine une véritable « collection », pensée comme telle par Loménie de Brienne. Dès lors, le premier défi consiste à reconstituer cette collection en identifiant les volumes qui lui appartiennent et à déterminer les raisons qui poussèrent Loménie de Brienne à entreprendre ce projet.

Identification et présentation de la collection

  • 14 Prince de Courtenay, duc de Bauffremont, il est né en 1793 à Madrid et mort en 1853 à Paris. Son e (...)

6Comment repérer, au sein des archives privées de la maison de Brienne, tous les volumes de cette collection ? L’identification est d’abord matérielle : il s’agit de registres in-folio, somptueusement reliés en maroquin rouge, frappés au centre des armes du cardinal de Brienne, avec un dos à six nerfs portant les titres en inscriptions dorées, et tous munis sur le replat de l’ex-libris de Théodore de Bauffremont-Courtenay14.

  • 15 Les Archives nationales ont numéroté ce premier groupe de 1 à 91 en suivant l’ordre alphabétique d (...)
  • 16 À titre d’exemple, les exempts, les mineurs conventuels, les chanoines réguliers de Saint-Augustin (...)

7Trois ensembles distincts composent cette collection : tout d’abord, les 92 volumes qui correspondent à la copie des archives de la Commission des réguliers (4AP 1-91). La copie étant réalisée par ordre religieux, la tomaison de ces 92 volumes n’est pas continue mais propre à chaque ordre15 ; on peut compter entre un et neuf volumes par ordre16.

  • 17 4AP 92  : A ; 4AP 93  : B ; 4AP 94 : C ; 4AP 95 : D–L ; 4AP 96  : M–O ; 4AP 97 : P-R ; 4AP 98  : S (...)
  • 18 Les titres que je mentionne sont ceux inscrits sur le dos des volumes en lettres dorées.
  • 19 Ces volumes contiennent des extraits de conciles, de décrets et de bulles, d’édits, de déclaration (...)
  • 20 Des trois volumes consacrés à l’édit de mars 1768, seuls deux sont conservés (le volume II est man (...)

8À ce premier ensemble s’ajoutent 21 volumes, non plus consacrés à des ordres en particulier mais plutôt thématiques : 8 volumes correspondent à un inventaire des réguliers classés par ordre alphabétique de diocèses (4AP 92-99)17 ; 7 volumes sont intitulés « Affaires des réguliers18 » et rassemblent, sous cette appellation générique, un volume dédié à l’Assemblée du clergé de 1765 (4AP 100) et six autres destinés à servir d’instruments de travail19 (4AP 100-106) ; 2 volumes traitent exclusivement de l’édit de mars 176820 (4AP 354-355) et trois autres de celui de février 1773 (4AP 356-358) ; un volume est intitulé « juridiction royale » (4AP 359).

9Enfin, le troisième et dernier ensemble correspond aux 5 volumes de la Commission des unions, numérotés I à V (4AP 107-111).

10Au total, on compte donc 118 volumes au sein de cette collection, auxquels il faudrait en ajouter deux autres qui aujourd’hui sont manquants.

11Au-delà de leur homogénéité matérielle, ces registres présentent une unité thématique dans la mesure où ils rendent compte des questions traitées par la Commission des réguliers et par la Commission des unions : si l’on excepte à la rigueur les quelques volumes qui constituent des instruments de travail, tous ces registres contiennent la copie de papiers qui traitent de la réforme des ordres religieux et monastiques. Par leur unité matérielle et thématique, ils forment donc une véritable « collection ».

La délicate question de la datation

12Quand Loménie de Brienne entreprit-il de constituer cette collection ? La question de la datation est en effet centrale pour cerner au plus près les raisons qui le poussèrent à se lancer dans cette aventure, aussi difficile que coûteuse.

13Deux hypothèses peuvent être envisagées : ou il fit copier les papiers au fur et à mesure du travail des commissions ; ou il les fit copier a posteriori. La première hypothèse ne peut être retenue puisque les volumes sont le résultat d’une construction thématique. Preuves en sont les deux volumes consacrés aux récollets (4AP 56-57) qui ne contiennent pas la copie des archives selon un ordre chronologique mais distinguent d’un côté les papiers relatifs à la conventualité et de l’autre ceux relatifs aux constitutions. Pour chacun de ces deux thèmes, le classement se fait ensuite par province. Chacun des deux volumes est, par ailleurs, doté d’une table des matières particulièrement précise. À lire les registres, on comprend qu’il fallait donc disposer de l’ensemble des archives des récollets pour construire les deux volumes tels qu’ils se présentent. Cette architecture globale se retrouve à peu près pour chaque ordre. On peut donc en déduire que Loménie de Brienne entreprend ce chantier après 1784 – date de la dissolution de la Commission des unions – et avant 1794 – date de sa mort, à Sens.

  • 21 « Lettre de M. le garde des sceaux à M. l’archevêque de Toulouse, 2 février 1785 », 4AP 110, fol.  (...)
  • 22 Joseph Perrin, Le cardinal de Loménie de Brienne, archevêque de Sens : ses dernières années, épiso (...)
  • 23 Voir par exemple 4AP 100, Arrest du conseil d’État du Roi du 23 mai 1766, fol. 361-363.
  • 24 Voir par exemple 4AP 101, Extraits du concile de 598, page de droite.
  • 25 Je remercie Alexis Douchin, aux Archives nationales, qui m’a fourni une aide précieuse pour mener (...)

14Est-il possible d’affiner davantage la chronologie en se fondant sur le contenu des registres et leur analyse matérielle ? Premier élément à prendre en compte : la date des pièces que contiennent les volumes. La dernière pièce copiée se trouve dans l’un des volumes consacrés à la Commission des unions : il s’agit d’un document de février 178521. On en déduit donc que la copie commence après cette date. Second élément à prendre en compte : la reliure. Comme je l’ai déjà signalé, tous les registres sont frappés aux armes du cardinal. Ils ont donc été reliés après le 15 décembre 1788, date à laquelle Loménie de Brienne reçoit la pourpre et avant le 26 mars 1791 – date à laquelle il renvoie son chapeau de cardinal au pape22. Or plusieurs indices – comme l’inclusion dans la couture de pièces imprimées23 ou encore l’écriture manuscrite qui, lorsqu’elle s’approche trop de la marge interne, disparaît dans la reliure24 – permettent de savoir que la copie est antérieure à la reliure25. On en déduit que la copie est achevée au moment de la reliure, soit entre décembre 1788 et mars 1791. Par conséquent, la copie a certainement été réalisée entre février 1785 et mars 1791.

15Au regard de la documentation disponible, il est impossible de préciser davantage la chronologie. Mais cette fourchette (1785-1791) n’interdit pas de penser que Loménie de Brienne commença à faire copier les archives des commissions après avoir quitté le gouvernement le 25 août 1788. Je reviendrai sur les éléments qui étaient cette hypothèse.

De l’archive à la collection : l’activité historienne à l’œuvre

16Quant aux modalités pratiques de la copie, plusieurs questions se posent : comment Loménie de Brienne put-il avoir accès aux archives de ces deux commissions royales ? Quels rapports peut-on établir entre les documents qu’il fit copier dans ses registres et ceux conservés dans les deux autres fonds d’archives relatifs à ces commissions ? Qui réalisa la copie ?

  • 26 Dans les papiers de la sous-série G9, on trouve les instructions aux commissaires, la préparation (...)
  • 27 Gustave Desjardins, « Le fonds du Conseil d’État de l’Ancien Régime aux Archives nationales », Bib (...)

17On retrouve, dans les registres de Loménie de Brienne, la copie de la plupart des archives contenues dans les deux autres fonds, à savoir les rapports de la Commission des réguliers et les papiers de la sous-série G9 qui correspondent aux documents reçus ou produits par les deux commissions26. Mais les registres contiennent également des documents qui ne sont pas –  ou plus ? – dans les deux autres fonds, que ce soient des pièces issues de la correspondance, des actes officiels (procès-verbaux de chapitres généraux, lettres patentes écrites pour chaque suppression de couvent) ou encore des témoignages envoyés par les religieux. De l’étude du contenu des registres, il ressort donc deux éléments importants : tout d’abord, Loménie de Brienne – ou du moins ses copistes – eut un accès illimité aux archives des commissions royales, conservées au dépôt royal du Louvre où étaient centralisées toutes les archives des commissions extraordinaires créées à la suite du Conseil27. Ensuite, des prélèvements furent manifestement opérés dans ces archives. Furent-ils effectués par Loménie de Brienne au moment de la copie ? C’est bien sûr une hypothèse vraisemblable mais impossible à vérifier puisqu’on ne dispose pas des inventaires de ces archives avant leur entrée aux Archives nationales au moment de la Révolution française.

  • 28 La correspondance échangée entre le bibliothécaire de Loménie de Brienne, le père Laire, et son se (...)

18Quant aux copistes, qui sont-ils ? Faute de sources, il est malheureusement bien difficile de répondre à cette question. On peut néanmoins avancer que M. Robert, secrétaire de l’archevêque de Toulouse à partir de 1763, dirigea l’entreprise28 et employa pour ce faire plusieurs copistes.

19Composés par et pour Loménie de Brienne, les registres de la sous-série 4AP des Archives nationales constituent donc l’ensemble le plus important pour qui s’intéresse à l’histoire des deux commissions de réforme des ordres réguliers. Mais il ne faut jamais perdre de vue qu’ils sont déjà le fruit d’un travail sur les archives et offrent, par conséquent, un point de vue sur les deux commissions royales. En effet, les copistes ne se sont pas contentés « d’enregistrer » au sens littéral du terme les archives ; ils ont construit les registres en procédant à des sélections, en ordonnançant les volumes et en élaborant des tables des matières. Si l’activité historienne n’est pas flagrante à l’échelle de chaque document, elle est en revanche évidente dès lors qu’on considère un registre tout entier et plus encore l’ensemble de la collection. En d’autres termes, les registres écrivent déjà une version de l’histoire par les choix qui ont été opérés – à la différence des papiers conservés dans la sous-série G9.

20En créant cette collection, Loménie de Brienne met ainsi ses pas dans ceux de son illustre aïeul, Antoine de Loménie qui, le premier, avait créé une collection que Richelieu, Mazarin et le roi lui-même jalousaient. Au début du xviisiècle comme à la fin du siècle suivant, ce fut par l’invention de collections composées de papiers d’État que la famille des Loménie cherchait autant à laisser une trace dans l’histoire qu’à témoigner de son rôle dans l’appareil d’État.

L’archive et la collection au cœur des pratiques de légitimation : une histoire de famille

21Quand l’archevêque de Toulouse décida de faire copier les archives des commissions des réguliers et des unions, il n’en était pas à son coup d’essai. Quelques années plus tôt, il n’avait pas ménagé sa peine pour reconstituer la célèbre « collection de Brienne », élaborée par l’un de ses célèbres aïeux. Si cette première expérience lui permit de mettre au point une méthode qu’il réinvestit ensuite avec les archives des deux commissions, elle atteste surtout le rôle que joua la transformation d’archives d’État en collection patrimoniale dans la légitimation dynastique.

La « collection de Brienne » : le regret d’un patrimoine familial perdu

  • 29 Sur le père et le fils, voir notamment Cécile Figliuzzi, « Antoine et Henri-Auguste de Loménie, se (...)
  • 30 « Notice sur les manuscrits de Brienne et sur cette collection », BnF, Ms, NAF 23567, fol. 1-7. Ce (...)
  • 31 À la fois écrivain, juriste gallican proche du président de Thou, et surtout garde de la Bibliothè (...)
  • 32 La transcription des pièces fut dirigée par un nommé Vallier, qui travaillait sous Vivot, premier (...)
  • 33 BnF, Ms, NAF 23567, fol. 2.
  • 34 Preuve en est cet extrait de la notice écrite par Henri-Louis de Loménie : « Cet amas avoit une gr (...)

22La « collection de Brienne » fut constituée au xviisiècle par Antoine de Loménie29 (1560-1638), seigneur de la Ville-aux-Clercs, secrétaire d’État sous Henri IV et Louis XIII, un illustre aiëul à la cinquième génération d’Étienne-Charles. L’histoire de cette collection est bien connue grâce à une notice écrite par le petit-fils d’Antoine, Henri-Louis de Loménie, comte de Brienne (1636-1698), notice retranscrite et commentée par Étienne-Charles de Loménie de Brienne30. On y apprend qu’Antoine de Loménie conçut l’idée de réunir dans un recueil méthodique les documents les plus utiles pour l’étude des affaires étrangères et de l’administration intérieure du royaume. Il fut aidé dans le choix des pièces par le célèbre Pierre Dupuy31, qui connaissait parfaitement le Trésor des chartes et les principaux dépôts d’archives, à Paris comme en province32. Antoine de Loménie avait pensé sa collection comme un outil de formation et de travail pour son fils, Henri-Auguste, destiné à lui succéder aux fonctions de secrétaire d’État33. Cette collection, qu’on nomma dès le xviisiècle la « collection de Brienne », fut particulièrement réputée34 en raison des 358 volumes qui la composaient et de la nature des papiers qu’elle contenait.

  • 35 La France ne suit pas le modèle centralisateur que l’Espagne met en place dès le xvisiècle (en 1 (...)
  • 36 C’était le cas par exemple au xvisiècle des archives des États de Provence qui étaient confiées (...)
  • 37 Les cas les plus connus sont sans doute ceux des ministères de la guerre et de la marine dont des (...)
  • 38 Il n’est pas étonnant que les domaines sensibles de la diplomatie et de la défense constituent le (...)

23En réunissant et en copiant des archives d’État, Antoine de Loménie les transformait en patrimoine familial. De ce point de vue, la collection illustre la porosité entre papiers d’État et archives personnelles. La pratique n’avait rien d’exceptionnel à cette époque, au moins dans le cas de la France35, puisqu’il n’était pas rare que des agents de la monarchie conservassent chez eux les archives de l’institution dont ils s’occupaient, même au plus haut niveau de l’État36. Néanmoins, au même moment, les départements ministériels commençaient à manifester un intérêt croissant pour organiser et conserver leurs fonds d’archives37. D’une certaine manière, l’entreprise d’Antoine de Loménie coïncida avec les premiers frémissements d’un mouvement de centralisation des archives dans les différents ministères38, ce qui peut contribuer à expliquer les convoitises que suscita sa collection – au point de ne pas rester dans les mains de celui pour qui elle avait été réalisée, Henri-Auguste de Loménie.

  • 39 BnF, Ms, NAF 23567, fol. 2.
  • 40 « A la première guerre de Paris, comme sa bibliothèque et ses meubles [Mazarin] furent vendus à l’ (...)

24En effet, après la mort d’Antoine de Loménie, Richelieu contraignit Henri-Auguste à vendre la collection au roi pour 36 000 livres tout en l’intégrant à sa propre bibliothèque39 – le prix, particulièrement élevé, révèle à lui seul l’importance de la collection. À la mort du cardinal, celle-ci repassa dans la bibliothèque du roi avant d’être à nouveau captée par Mazarin et de revenir enfin, en 1661, prendre sa place dans le grand dépôt que constituait alors Louis XIV. Si cette collection contribua à la gloire des Loménie, elle n’en constitua donc pas moins, dès l’origine, une source de tension avec les plus grands serviteurs de l’État. La posséder devint un enjeu de pouvoir, ce qui explique que diverses copies en furent faites dès le xviisiècle, non seulement par Henri-Auguste avant que Richelieu ne la lui confisquât, mais aussi par Foucquet, Colbert, ou encore Wolfenbüttel40.

25Pourtant, au moment où Étienne-Charles de Loménie de Brienne parvenait à l’âge adulte et cherchait à se faire une situation dans le monde, la copie de la collection qu’avait faite Henri-Auguste n’appartenait plus à la famille :

  • 41 BnF, Ms, NAF 23567, fol. 5.

Je ne sçais par quel hazard cette dernière copie est sortie de notre famille […]. Quoiqu’il en soit, il ne nous restoit de ces manuscrits que la notice que je viens de faire transcrire [celle d’Henri-Louis] et le regret de n’avoir pas conservé un ouvrage qui étoit en quelque sorte notre patrimoine41.

Réparer et reconstruire la gloire familiale : la « nouvelle collection de Brienne »

26Étienne-Charles de Loménie de Brienne ne se contenta pas d’émettre des regrets. Il entreprit de reconstituer littéralement la collection perdue :

  • 42 Ibid., fol. 5-6.

J’ai conçu, dès ma jeunesse, le projet de réparer cette perte mais, comme l’entreprise étoit coûteuse, il a fallu attendre, et je n’ai pu me livrer à cette dépense que depuis quelques années.
J’ai suivi la copie qui est à la bibliothèque du roi : c’est la seule complette et la plus exacte [...]. M. Caperonnier, garde de la bibliothèque du roi, m’en a prêté tous les volumes avec toute sorte de facilité et de complaisance42.

  • 43 Voir à ce sujet, le témoignage de l’abbé Morellet : « Fils d’un père et d’une mère qui n’avaient p (...)
  • 44 La mère d’Étienne-Charles, comme souvent dans les familles de la haute noblesse, semble avoir joué (...)
  • 45 Sa nomination se fit notamment grâce à l’appui du cardinal de Sens, le duc de Luynes, et de Choise (...)
  • 46 En 1760, le revenu cumulé de l’archevêché de Toulouse atteignait plus de 800 000 livres tournoi (...)
  • 47 Le registre BnF, Ms, NAF 23567 s’ouvre sur un frontispice allégorique, dessiné à la plume. Est rep (...)
  • 48 Précisons en outre que la reliure des manuscrits ne porte pas, contrairement aux volumes de la Com (...)

27Cet extrait de la notice livre deux informations qui, croisées l’une avec l’autre, permettent de savoir que Loménie de Brienne commença à reconstituer la collection de son aïeul dans les années 1760. On apprend en premier lieu que « comme l’entreprise étoit coûteuse, il a fallu attendre ». Il est vrai que, depuis la disgrâce d’Henri-Louis sous Louis XIV (dit le jeune Brienne), la fortune familiale n’était plus ce qu’elle avait été43 – ce qui n’empêchait pas les Loménie de Brienne de jouir d’un capital culturel encore considérable44. Ce fut sans aucun doute l’élévation à l’épiscopat qui apporta à Étienne-Charles une augmentation significative de ses revenus : d’abord sacré évêque de Condom en 1760, il devint en 1763 archevêque de Toulouse45 – l’un des sièges les plus rémunérateurs du royaume46. À partir de ce moment-là, il put entreprendre de « réparer cette perte » familiale en reconstituant la collection de Brienne qu’il nomma lui-même « Manuscrits de Brienne. Nouvelle collection47 ». L’hypothèse est confirmée en second lieu par la mention de celui qui rendit le projet possible : un certain « M. Caperonnier, garde de la bibliothèque du roi », en poste de 1761 à sa mort en 177548.

28Dans ce cas, les pratiques d’écriture et d’archivage s’inscrivent dans une trajectoire sociale et politique : une fois sacré archevêque de Toulouse, Étienne-Charles de Loménie de Brienne pouvait rétablir le nom de sa maison par la reconstitution des archives familiales qui disaient la place de sa famille dans l’appareil d’État.

29Il l’affirmait lui-même sans ambages dans une note qu’il écrivit vraisemblablement au crépuscule de sa vie :

  • 49 Charlotte Éléonore Madeleine de La Mothe-Houdancourt, duchesse de Ventadour (1654-1744), gouvernan (...)
  • 50 Au moment où la révolution éclata, Loménie de Brienne avait projeté de publier les Mémoires de Lou (...)

M. de Brienne, qui fut disgracié en 1663, sous Louis XIV, avait laissé des papiers importants. Ni mon grand-père ni mon père ne s’en étaient occupés. Ils avaient oublié ce qu’étaient leurs aïeux. Tous deux négligèrent l’administration de leurs biens : tous deux vécurent dans l’obscurité ; si bien que quand ma mère mena mon frère aîné, qui était tout jeune, à Versailles, madame de Ventadour49, qui vivait encore et qui avait vu messieurs de Brienne, fut étonnée d’apprendre qu’il y eût encore quelqu’un de ce nom. Ma mère, femme remplie d’esprit et de caractère, regarda comme un devoir de nous ouvrir de nouveau, par une bonne éducation, la carrière dont nous semblions écartés mon frère et moi. Elle rassembla pour nous, non seulement les débuts d’une ancienne fortune, mais tous les papiers et manuscrits qu’elle put retrouver. Ce genre de richesse était considérable dans notre famille, où chaque secrétaire d’État avait eu les siens50.

30Dans cet extrait, Étienne-Charles rend un hommage appuyé à sa mère qui, avant lui, œuvra à rassembler les « papiers et manuscrits » qui avaient constitué une véritable « richesse » familiale. Le fils reprit et poursuivit une tradition que le père et le grand-père avaient interrompue.

  • 51 Entreprise rendue possible par le mariage en octobre 1757 de son frère avec une très riche héritiè (...)

31Un peu plus tard, Étienne-Charles poursuivit son grand œuvre par la reconstruction d’un autre type de monument : le château familial51. Se faire une place dans le monde, c’était aussi se faire une place dans l’histoire, par les archives et par la pierre.

La « nouvelle collection de Brienne » et l’invention d’une méthode : l’archivistique à l’œuvre

32En reconstituant la collection qui avait faire la gloire de sa famille, l’archevêque de Toulouse ne se contenta pas de reproduire à l’identique. Ce fut l’occasion de parfaire la collection originelle :

  • 52 BnF, Ms, NAF 23567, fol. 6.

En faisant faire une nouvelle copie, j’ai voulu qu’elle méritât la préférence sur celle même qui servoit d’original, tant par la netteté des titres, que par celle de l’écriture, et même par la correction. Le caractère de la copie [...] à la bibliothèque du roi est peu facile à lire ; il y a beaucoup d’abbréviations [sic] pénibles, et il s’y est même glissé des fautes52.

  • 53 Ces additions ne furent pas nombreuses : seuls 6 volumes du « Supplément » figurent dans la collec (...)

33Et de préciser comment rendre sa copie meilleure que l’originale : parfaire c’était d’abord et avant tout compléter la collection en l’enrichissant de nouveaux manuscrits53.

  • 54 BnF, Ms, NAF 23567, fol. 6-7.

J’ai fait plus : j’ai pensé que ce précieux recueil devoit être dans ma famille la base et, pour ainsi dire, le principe d’un ouvrage perpétuel, qui s’augmenteroit successivement par la réunion de pièces du même genre et de la même importance. […]
Le premier supplément et le plus naturel est celui que je pourrai tirer des manuscrits de Henry-Louis de Loménie, le dernier des secrétaires d’État et petit-fils d’Antoine. [...]
Je ferai ce qui sera en moi pour en recouvrer une partie, et perfectionner ainsi l’ouvrage de mes ancêtres. Je crois, par les soins que j’y donnerai, leur rendre hommage, et je désire que cet exemple soit suivi par ceux à qui cette collection passera54.

34Mais parfaire, c’était également classer et ordonner :

  • 55 Ibid.

En suivant la même méthode et la même division [que celle de MM. Du Puy distinguant les affaires du dehors et les affaires de l’intérieur], j’ai classé les objets et par là divisé le recueil en plusieurs, qui donneront plus de facilité, si on veut les consulter ou les continuer.
Je me suis permis quelquefois de transposer des pièces qui m’ont paru devoir être réunies à d’autres dont elles étoient séparées. […]
J’ai donc mis plusieurs titres au dos de chaque volume. Un de ces titres annonce les volumes de l’ancienne collection. […]
La division que j’ai indiquée donnera lieu à placer des supplémens55.

35Loménie ne se contenta donc pas de soigner l’écriture ou de résoudre les abréviations, il introduisit un ordre méthodique différent de celui qu’avait adopté Dupuy pour la collection d’Antoine de Loménie et qui prit deux formes très concrètes : les titres et les tables.

  • 56 Mentionnons par exemple la fondation du Cabinet des chartes en 1769, « une des plus vastes entrepr (...)
  • 57 Voir sa correspondance avec le père Laire déjà mentionnée supra, très instructive sur ce point.
  • 58 Léon Dutil, « Philosophie ou religion : Loménie de Brienne, Archevêque de Toulouse », Annales du M (...)

36La démarche de l’archevêque de Toulouse n’avait, en ce milieu de xviiisiècle, rien d’original ; elle s’inscrivait dans la continuité des pratiques des érudits du xviisiècle qui avaient élaboré les méthodes de l’archivistique moderne, lesquelles s’étaient développées au siècle suivant56. Bien sûr, l’entreprise disait aussi quelque chose du niveau d’érudition de l’archevêque, homme des Lumières, bibliophile57, proche des philosophes58, directement en prise avec cette culture écrite liée au développement d’appareils de pouvoirs et de pratiques administratives. Or, c’est précisément cette méthode que Loménie de Brienne réinvestit quand il fit copier les archives de la Commission des réguliers et de celle des unions.

Faire du passé un présent utile : défendre un bilan, assurer l’avenir

37Si Loménie de Brienne s’emploie à faire des archives des deux commissions royales une véritable collection, ce n’est pas seulement pour affirmer et légitimer une identité dynastique. Le geste recouvre également un sens politique fort que seule une contextualisation précise permet de comprendre.

Défendre un bilan

  • 59 s.l.n.n., [1767]. L’auteur, d’après Barbier, serait Dom Charles Clemencet ou un dominicain de la r (...)
  • 60 Voir par exemple Réflexions sur un Cas de conscience, proposé et décidé par de soi-disant théologi (...)
  • 61 Sur ce point, voir Pierre Chevallier, Loménie de Brienne et l’ordre monastique, op. cit., t. 2, p. (...)

38La collection de Loménie de Brienne vise tout d’abord à défendre un bilan en exposant, par le menu, l’œuvre des deux commissions. D’une certaine manière, il s’agit d’une posture défensive qui s’explique d’abord par les attaques dont les commissions furent l’objet. En effet, dès l’arrêt de création de la Commission des réguliers en 1766, celle-ci suscita une opposition très vive, notamment de la part d’un certain nombre de religieux. Preuve en est le Cas de conscience sur la commission établie pour réformer les corps réguliers59 publié dès 1767, dans lequel « on demande si Nosseigneurs les Archevêques commis à la réforme des Réguliers sont compétens pour cet œuvre, et si les religieux sont obligés de leur obéir en tout ce qu’ils jugeront à propos d’ordonner à cet égard ? ». Sans surprise, la brochure suscita de nombreuses réponses60 – peut-être inspirées par Loménie de Brienne lui-même61 – qui donnèrent lieu à une polémique en règle.

  • 62 Mémoire sur l’état religieux et sur la commission établie pour les réguliers, s.l.n.d., 1781, p. 1 (...)
  • 63 Procès-verbal de l’Assemblée générale du clergé de France tenue en 1770, Paris, Guillaume Desprez, (...)
  • 64 Mémoire sur l’état religieux, op. cit.,p. 12.
  • 65 Procès-verbal de l’Assemblée Générale du clergé de France tenue en 1775, Paris, Guillaume Desprez, (...)
  • 66 Lors de la séance du 25 octobre 1775, des députés de plusieurs ordres mendiants demandèrent audien (...)

39Mais l’opposition prit une tournure nouvelle après la publication des deux édits de mars 1768 et février 1773, qui faisaient porter la réforme sur trois points : l'âge des vœux – la profession solennelle étant reportée à 21 ans pour les hommes et à 18 ans pour les filles ; la révision des constitutions ; le rétablissement de la conventualité par l'exigence de neuf religieux au moins dans chaque maison. Dès lors, l’Assemblée du clergé qui, en 1765, avait réclamé de ses vœux une réforme des réguliers, se montra de plus en plus réticente aux mesures prises par la Commission. Le changement de cap fut initié par l’assemblée provinciale qui se tint à Paris en 1770 : celle-ci voulut attirer l’attention de l’Assemblée du clergé sur l’édit de 1768, en particulier sur l’âge de la profession62. Pourtant, le procès-verbal de l’Assemblée de 1770 évacue toute trace de ces discussions63 – signe sans doute de la place prééminente des archevêques de Reims et de Toulouse au sein de l’institution, qui parvinrent à étouffer les voix dissidentes64. Mais la gronde ne pouvait être contenue plus longtemps. En 1775, l’Assemblée du clergé adressa des « Remontrances au roi sur l’âge requis pour l’émission des vœux65 ». Faut-il voir dans ce changement de positionnement, dont le procès-verbal de 1775 porte cette fois la trace, une reconquête du terrain par l’archevêque de Paris, Christophe de Beaumont, et par ses partisans66 ? C’est très probable. Quoi qu’il en soit, l’Assemblée du clergé de 1775 marqua un moment de rupture dans la mesure où la défiance des évêques à l’égard de la Commission des réguliers s’exprimait haut et fort. L’intervention de l’institution qui représentait le clergé – ou du moins sa major pars – joua même un rôle déterminant dans la dissolution de la Commission en 1780.

40Dans ce contexte de vives contestations, la collection fabriquée de toutes pièces par Loménie de Brienne peut se lire comme une réponse à tous ses détracteurs : elle rassemble toutes les preuves qui doivent attester la nécessaire réforme des réguliers. Elle représente, de ce point de vue, une entreprise de justification et de légitimation.

  • 67 Le 1er mai 1787, l’archevêque de Toulouse avait remplacé Calonne – dont il était l’un des principa (...)
  • 68 Les pamphlets publiés contre le gouvernement de Loménie de Brienne augmentèrent de manière signifi (...)
  • 69 BnF, Estampe, RESERVE ZF-92-BOITE FOL, Philippe Joseph Maillart, 28 aout [sic]. L’Effigie du p.r m (...)
  • 70 BnF, Estampe, IFN-6942630 (image numérisée), [I. Cruikshank ?], Le Defecit , [London], S W Fores, (...)
  • 71 Graziano Ruffini, La chasse aux livres : bibliografia e collezionismo nel viaggio in Italia di Éti (...)
  • 72 La suite était composée de son neveu, l’abbé Martial de Loménie ; sa nièce, Mme de Canisi ; sa bel (...)

41C’est précisément pour cette raison qu’il est permis de penser que Loménie de Brienne commença la fabrique de cette collection après sa démission du 25 août 178867. Son remplacement par Necker et l’annonce de la convocation des États Généraux n’étaient pas tant perçus comme l’incapacité de la monarchie à mettre en œuvre – et surtout à faire accepter – une réforme qu’elle appelait pourtant de ses vœux que l’échec personnel du principal ministre qui avait coalisé contre lui tous les mécontents. En effet, après seize mois à la tête du gouvernement, Loménie de Brienne fit l’objet d’une campagne particulièrement violente dans l’opinion publique68. Ainsi la foule parisienne célébra-t-elle son renvoi en brûlant l’effigie69 de celui qu’elle tenait pour responsable du déficit70. Il n’est donc pas impossible que cette conjoncture particulièrement difficile, au milieu de l’année 1788, fut l’élément déclencheur : alors que Loménie de Brienne, devenu entre-temps archevêque de Sens, partit pour l’Italie71 où il resta deux ans, accompagné d’une suite nombreuse72, pour assouvir sa passion de bibliophile, son secrétaire, M. Robert, restait à Paris pour s’occuper des affaires du cardinal et commencer, très vraisemblablement, à copier les archives des deux commissions dans lesquelles Loménie de Brienne avait incontestablement mené une action réformatrice.

Assurer l’avenir : reconquérir le pouvoir ?

42Dans quelle mesure Loménie de Brienne entreprit-il également de copier les archives des deux commissions royales pour tenter de conserver malgré tout une position qu’il savait très menacée par l’ascension de Necker ? Il est bien entendu difficile de répondre à cette question dans la mesure où l’archevêque de Sens ne laissa pas de témoignage sur ce point précis. Toutefois, l’annonce de la convocation des États Généraux suscita sans doute chez le ministre disgracié l’idée d’un possible retour sur la scène politique. Il ne fallait pas être grand clerc pour comprendre que les États Généraux remettraient à l’ordre du jour la question du clergé en général et des ordres religieux en particulier. Or Loménie de Brienne jouissait dans ce domaine d’une expérience et d’une expertise indiscutables. Fallait-il encore le faire savoir. En réunissant les preuves de son bon gouvernement au sein de la Commission des réguliers et de la Commission des unions, Loménie de Brienne ne se contentait pas de justifier son action ; il se donnait à voir comme un homme des Lumières à un moment où précisément la campagne d’opinion tendait à le présenter comme un homme du passé. D’une certaine manière, la fabrique de la collection représente à la fois un signe manifeste de sa fragilité politique – pour ne pas dire de sa gloire déchue – que sa volonté de reconquérir le pouvoir, au moins à titre d’experts des réguliers.

43Pour conclure, que dire de l’utilisation par les historiens de telles sources ? Tout d’abord, il me semble essentiel de prendre en compte le contexte dans lequel Loménie de Brienne conçut sa collection : ce fut en tant que ministre disgracié et historien de sa propre famille qu’il recourut aux archives des deux commissions et les utilisa dans la lutte pour le pouvoir. En d’autres termes, l’écriture et la maîtrise de l’histoire sont, dans ce cas, étroitement liées à la conquête et à la perte du pouvoir.

  • 73 Voir en particulier Nicolas Schapira, « Les secrétaires particuliers dans la France d’Ancien Régim (...)
  • 74 Ibid., p. 290.

44Par ailleurs, la collection de Loménie de Brienne pourrait servir à une histoire des pratiques administratives pour décrire le développement d’un univers bureaucratique auquel la Commission des réguliers comme la Commission des unions participèrent sans aucun doute. Mais, comme l’a montré Nicolas Schapira dans son étude sur les secrétaires particuliers dans la France d’Ancien Régime en général et sur les Mémoires du jeune Brienne (1636-1698) en particulier73, une telle approche pourrait conduire à « une vision dépolitisée de l’exercice du pouvoir réduit à la mise en place, la pérennisation et la transformation des procédures74 ». Or, l’intérêt de la collection constituée par Loménie de Brienne, de la même manière que les Mémoires de son aïeul, est bien plutôt d’associer en permanence des pratiques d’écriture et d’archivages à des luttes d’influence.

45Enfin, la production d’une telle collection n’est pas seulement susceptible de nous renseigner sur des choix politiques ; elle doit être envisagée, en elle-même, comme une action politique et c’est ce qui fait son prix pour une histoire des pouvoirs. La collection conçue par Loménie de Brienne ne se résume donc pas seulement à la copie de papiers officiels produits par une institution. Elle dit quelque chose de l’œuvre politique et en constitue, d’une certaine manière, l’accomplissement ultime.

Haut de page

Notes

1 Cette réflexion s’inscrit dans un projet plus large qui porte sur l’étude de la Commission des réguliers. Je remercie le LARHRA qui m’a accueillie en délégation pendant une année (septembre 2018-août 2019) et m’a permis de présenter les prémices de ce travail dans le cadre du séminaire « Religion et croyances » (2 mai 2019).

2 Arrêt du 23 mai 1766, reproduit dans Suzanne Lemaire, La commission des Réguliers, 1766-1780, Paris, Société Anonyme du Recueil Sirey, 1926, p. 219-220.

3 La Roche Aymon, archevêque de Reims et grand aumônier de France, président de la Commission ; Jumilhac, archevêque d’Arles ; Phélypeaux d’Herbault, archevêque de Bourges ; Dillon, archevêque de Narbonne ; Loménie de Brienne, archevêque de Toulouse et rapporteur.

4 D’Aguesseau, d’Ormesson, Joly de Fleury, Gilbert de Voisins, Bourgeois de Boynes.

5 Thurin, greffier, et Thiériot, secrétaire, tous deux avocats au Parlement.

6 Riballier, grand maître du Collège Mazarin, Le Gros, chanoine de la Sainte-Chapelle, Bouret, professeur de théologie au Collège de Navarre et de Vermond, lecteur de Madame la Dauphine, bibliothécaire du collège Mazarin.

7 Présidée cette fois par le garde des sceaux.

8 Archives nationales (désormais Arch. nat.), G9 6-77.

9 Bibliothèque nationale de France (désormais BnF), Ms, Fr. 13 846-13 856, « Rapports de la Commission des Réguliers, pour les années 1769-1774 ».

10 Conformément au testament de son père le duc Eugène de Bauffremont († 1917), le duc Théodore de Bauffremont légua en 1931 à la Bibliothèque nationale et aux Archives nationales tous ses papiers de famille conservés à Paris et à Brienne. À la suite du partage effectué entre ces deux établissements, les archives du château de Brienne (chartrier) entrèrent aux Archives nationales pour former la sous-série 4AP tandis que la Bibliothèque nationale reçut 282 volumes in-folio qui constituèrent la Collection Bauffremont (Nouvelles acquisitions françaises – désormais NAF – 23350-23631). Sur le premier fonds, voir Georges Bourgin et Isabelle Aristide-Hastir, Répertoire numérique détaillé de la sous-série 4AP (4AP/1-4AP/360), Pierrefitte-sur-Seine, Archives nationales (France), 2014, p. 5 ; sur le second fonds, voir Paul-Marie Bondois, « Inventaire de la Collection Bauffremont à la Bibliothèque nationale », Bibliothèque de l’École des Chartes, 1931, vol. 92, n1, p. 70‑120, ici p. 70-71.

11 Arch. nat., 4AP 1-360, Chartrier du comté de Brienne (xie-xixsiècles).

12 Pierre Chevallier, contrairement à Suzanne Lemaire, disposa donc du chartrier du comté de Brienne pour mener son étude. Voir Suzanne Lemaire, La commission des Réguliers, op. cit., et Pierre Chevallier, Loménie de Brienne et l’ordre monastique, 1766-1789, Paris, J. Vrin, 1959, 2 vol.

13 Une « collection » est la « réunion artificielle de documents en fonction de critères communs liés à leur contenu ou à leur support et dont la juxtaposition est le fruit de la volonté ou du hasard, par opposition au fonds d’archives constitué de façon organique par un producteur », Direction des Archives de France, « Dictionnaire de terminologie archivistique », 2002, [En ligne], consulté le 15 décembre 2019. URL : https://francearchives.fr › file › dictionnaire-de-terminologie-archivistique.

14 Prince de Courtenay, duc de Bauffremont, il est né en 1793 à Madrid et mort en 1853 à Paris. Son ex-libris se compose de sa devise (« Dieu ayde au premier chrestien. Plus de deuil que de joye ») ainsi que de son blason.

15 Les Archives nationales ont numéroté ce premier groupe de 1 à 91 en suivant l’ordre alphabétique des ordres religieux : les premiers volumes sont dédiés aux augustins (4AP 1-3) et les derniers aux trinitaires (4AP 90-91).

16 À titre d’exemple, les exempts, les mineurs conventuels, les chanoines réguliers de Saint-Augustin ou encore la congrégation du Saint-Sauveur comptent respectivement un volume tandis que les célestins, les cordeliers ou la congrégation de Saint-Maur en comptent chacun neuf.

17 4AP 92  : A ; 4AP 93  : B ; 4AP 94 : C ; 4AP 95 : D–L ; 4AP 96  : M–O ; 4AP 97 : P-R ; 4AP 98  : S ;. 4AP 99 : T-V.

18 Les titres que je mentionne sont ceux inscrits sur le dos des volumes en lettres dorées.

19 Ces volumes contiennent des extraits de conciles, de décrets et de bulles, d’édits, de déclarations et d’arrêts et enfin de la Gallia christiana. Ils étaient au départ au nombre de 7, numérotés de I à VII. Le volume II est manquant.

20 Des trois volumes consacrés à l’édit de mars 1768, seuls deux sont conservés (le volume II est manquant).

21 « Lettre de M. le garde des sceaux à M. l’archevêque de Toulouse, 2 février 1785 », 4AP 110, fol. 239. Le Répertoire numérique détaillé de la sous-série 4AP mériterait sur ce point d’être corrigé.

22 Joseph Perrin, Le cardinal de Loménie de Brienne, archevêque de Sens : ses dernières années, épisodes de la Révolution, Sens, Impr. de P. Duchemin, 1896.

23 Voir par exemple 4AP 100, Arrest du conseil d’État du Roi du 23 mai 1766, fol. 361-363.

24 Voir par exemple 4AP 101, Extraits du concile de 598, page de droite.

25 Je remercie Alexis Douchin, aux Archives nationales, qui m’a fourni une aide précieuse pour mener l’analyse matérielle des registres.

26 Dans les papiers de la sous-série G9, on trouve les instructions aux commissaires, la préparation des édits ou les lettres patentes, les lettres envoyées par les religieux, les particuliers ou les villes, et plus généralement toute la correspondance échangée entre ces différents acteurs.

27 Gustave Desjardins, « Le fonds du Conseil d’État de l’Ancien Régime aux Archives nationales », Bibliothèque de l’École des Chartes, 1898, vol. 59, n° 1, p. 5‑55. En revanche, les archives des commissions extraordinaires nommées dans les provinces étaient versées localement dans les greffes des cours ou juridictions dont dépendaient les commissaires désignés par le pouvoir royal, ce qui en rend la recherche évidemment plus difficile.

28 La correspondance échangée entre le bibliothécaire de Loménie de Brienne, le père Laire, et son secrétaire, M. Robert, laisse entrevoir le rôle fondamental joué par ce dernier. Voir BM Besançon, Ms 615, Correspondance du cardinal Loménie de Brienne [et de son secrétaire, M. Robert] avec le P. Laire, son bibliothécaire.

29 Sur le père et le fils, voir notamment Cécile Figliuzzi, « Antoine et Henri-Auguste de Loménie, secrétaires d’État de la Maison du roi sous Henri IV et Louis XIII : carrière politique et ascension sociale  », Thèse de l’École des Chartes, 2012.

30 « Notice sur les manuscrits de Brienne et sur cette collection », BnF, Ms, NAF 23567, fol. 1-7. Cette notice fut éditée par le père Adry dans le Bulletin du bibliophile, 10série, 1851-1852, p. 108-114 ; on en trouve également une copie dans le BnF, Ms, Latin 17172, fol. 44. C’est à partir de ce document que Léopold Delisle et Paul-Marie Bondois retracent l’histoire de la collection. Voir Léopold Delisle, Le cabinet des manuscrits de la Bibliothèque impériale [puis nationale] : étude sur la formation de ce dépôt, comprenant les éléments d’une histoire de la calligraphie, de la miniature, de la reliure et du commerce des livres à Paris avant l’invention de l’imprimerie, Paris, Imprimerie impériale, coll. « Histoire générale de Paris », n˚ 7, 1868, t. 1, p. 215 ; et Paul-Marie Bondois, « Inventaire de la Collection Bauffremont à la Bibliothèque nationale », art. cit.

31 À la fois écrivain, juriste gallican proche du président de Thou, et surtout garde de la Bibliothèque du roi. Entre 1615 et 1630, Pierre Dupuy et Théodore Godefroy dressèrent un inventaire du Trésor des chartes. Sur ce point, voir Yann Potin, « La mise en archives du trésor des chartes (xiiie-xixe siècle) », Thèse de l’École des Chartes, 2007.

32 La transcription des pièces fut dirigée par un nommé Vallier, qui travaillait sous Vivot, premier commis d’Antoine de Loménie. Le Gascon relia les volumes en maroquin rouge, aux armes de Loménie.

33 BnF, Ms, NAF 23567, fol. 2.

34 Preuve en est cet extrait de la notice écrite par Henri-Louis de Loménie : « Cet amas avoit une grande réputation dans le royaume et dans les pays étrangers d’où MM. du Puy par leurs correspondances avoient fait venir plusieurs pièces très considérables, de manière qu’Antoine de Loménie, mon grand-père, étant mort dans une très heureuse vieillesse et dans la réputation d’un très homme de bien [sic] (ce que j’estime infiniment plus que son long âge et sa fortune), mon père se trouva, avec sa charge, ses terres, ses maisons et ses autres biens, possesseur du trésor de ses manuscrits et, qui plus est, de ses vertus et de ses amis. », BnF, Ms, NAF 23567, fol. 3.

35 La France ne suit pas le modèle centralisateur que l’Espagne met en place dès le xvisiècle (en 1588, naissance du premier dépôt central d’archives d’un État, concrétisée par la promulgation d’une ordonnance royale du 24 août 1588, qui constitue la première réglementation archivistique moderne), modèle qui se diffuse ensuite à Florence sous Côme de Médicis, en Angleterre sous Jacques Ier, à Rome sous Paul V, ou encore à Venise. Voir Bruno Galland, Les archives, Paris, Presses Universitaires de France, coll. « Que sais-je  ? », 2016, p. 20-26.

36 C’était le cas par exemple au xvisiècle des archives des États de Provence qui étaient confiées aux greffiers et aux avocats-conseils qui les emportaient chez eux pour travailler. C’était encore le cas à Lyon jusque dans les années 1730 où les archives de la ville étaient conservées en partie chez le notaire qui était en même temps secrétaire de la ville. Voir Paul Delsalle, « L’archivistique sous l’Ancien Régime, le Trésor, l’Arsenal, et l’Histoire », Histoire, économie & société, 1993, vol. 12, n° 4, p. 447‑472, ici p. 462.

37 Les cas les plus connus sont sans doute ceux des ministères de la guerre et de la marine dont des dépôts d’archives spécifiques virent le jour respectivement en 1688 et 1699, à l’instigation des secrétaires d’État Louvois et Pontchartrain. Plus intéressant encore est le cas du ministère des Affaires étrangères qui, à partir des années 1680, chercha également à conserver ses archives. Il revint par exemple à Charles Colbert de Croissy, frère de Jean-Baptiste et secrétaire d’État de 1680 à 1696, de faire relier les papiers de ses correspondances et de celles de ses prédécesseurs.

38 Il n’est pas étonnant que les domaines sensibles de la diplomatie et de la défense constituent les exemples les plus anciens de revendication des papiers d’État. Les archives diplomatiques ont ainsi conservé la trace des appositions de scellés et des restitutions effectuées depuis le règne de Louis XIV : par exemple la récupération d’une partie des papiers du cardinal de Richelieu, lors de la succession de sa nièce la duchesse d’Aiguillon, morte en 1675.

39 BnF, Ms, NAF 23567, fol. 2.

40 « A la première guerre de Paris, comme sa bibliothèque et ses meubles [Mazarin] furent vendus à l’encan par arrêt du Parlement, il fut ordonné par une clause expresse que les susdits manuscrits de Loménie ne seroient point vendus, mais remis dans la bibliothèque du Roi, pour y être gardés comme papiers concernant l’État et les secrets du prince qu’il étoit bon de ne pas divulguer. Mais la précaution du Parlement n’empêcha pas que durant ces troubles plusieurs Particuliers ne fissent tirer des copies des principaux livres, et que M. Fouquet alors procureur général n’en fit faire pour lui une complette de toute cette collection. Wiquefort en fit avoir une pareillement au duc de Wolfenbutel, et ainsi les secrets de la France furent transportés dans les pays étrangers. [...] Après la paix, le cardinal Mazarini [sic] se fit rendre les manuscrits en question, et les a conservés jusqu’à sa mort, à laquelle le roi les a repris, comme il étoit juste, et a fait remettre dans sa bibliothèque, dont il n’y a pas d’apparence qu’ils sortent jamais. », BnF, Ms, NAF 23567, fol. 4.

41 BnF, Ms, NAF 23567, fol. 5.

42 Ibid., fol. 5-6.

43 Voir à ce sujet, le témoignage de l’abbé Morellet : « Fils d’un père et d’une mère qui n’avaient pas 15 000 livres de rente de patrimoine, sans avoir de place à la cour, [l’abbé de Brienne] n’était encore qu’un petit abbé de vingt et un ans, étudiant la théologie en Sorbonne ; il n’avait qu’un mince prieuré en Languedoc, qui lui rendait 1 500 livres et quelques barils de cuisses d’oie. », Abbé Morellet, Mémoires inédits de l’abbé Morellet, sur le dix-huitième siècle et sur la Révolution, Paris, Ladvocat, 1822, t. 1, p. 262-263. Et le même de relater sa rencontre avec Étienne-Charles à « la Maison de Sorbonne » en 1748 : « L’abbé de Brienne, descendant des Loménie, [...] encore écolier, pensait déjà à devenir ministre, et paraissait sûr de l’avenir. Il avait une grande application ; étudiant la théologie comme un Hibernois, pour devenir évêque, et les Mémoires du cardinal de Retz, pour être homme d’État [...] ; dépensier et généreux, quoiqu’alors fort peu riche, mais, comme tous les abbés de condition, appelés aux bénéfices de l’épiscopat, se tenant assuré de payer un jour ses dettes par son mariage, comme on disait, avec une église bien dotée. », ibid., p. 18.

44 La mère d’Étienne-Charles, comme souvent dans les familles de la haute noblesse, semble avoir joué un rôle déterminant dans la conservation et la transmission de ce capital culturel. Voir infra.

45 Sa nomination se fit notamment grâce à l’appui du cardinal de Sens, le duc de Luynes, et de Choiseul qui, depuis 1758 remplaçait Bernis aux affaires étrangères et obtint en sus en 1761 les ministères de la guerre et de la marine.

46 En 1760, le revenu cumulé de l’archevêché de Toulouse atteignait plus de 800 000 livres tournois, soit en moyenne quatre fois plus que les évêchés de la province ecclésiastique. Voir Michel Péronnet, « Les évêques de l’ancienne France  : 1516-1789 », Thèse de doctorat, Université Paris IV, 1976.

47 Le registre BnF, Ms, NAF 23567 s’ouvre sur un frontispice allégorique, dessiné à la plume. Est représentée au centre d’une tholos, Clio, la plume à la main, un grand registre devant elle posé sur le dos d’un vieil homme, Chronos, reconnaissable à son aile noire, sa faux et son sablier. À leurs pieds, plusieurs volumes sont dispersés et un ange nu tient un livre ouvert dans lequel sont inscrits les mots « Manuscrits de Brienne. Nouvelle Collection ». Dans les cieux, deux anges aident Hermès, muni de son caducée, à emporter le portrait d’Antoine de Loménie (celui peint par Ferdinand et gravé en 1638 par Michel Lasne).

48 Précisons en outre que la reliure des manuscrits ne porte pas, contrairement aux volumes de la Commission des réguliers, les armes du cardinal ce qui confirme dans tous les cas une reliure faite avant 1788.

49 Charlotte Éléonore Madeleine de La Mothe-Houdancourt, duchesse de Ventadour (1654-1744), gouvernante des enfants de France.

50 Au moment où la révolution éclata, Loménie de Brienne avait projeté de publier les Mémoires de Louis-Henri de Loménie dont il possédait deux manuscrits. L’un fut remis à son secrétaire, M. Robert, qui le transmit lui-même à son fils devenu conservateur de la Bibliothèque Sainte-Geneviève. La note ici citée, de la main d’Étienne-Charles, précède le manuscrit des Mémoires et fut publiée par l’éditeur. Voir Louis-Henri de Loménie, comte de Brienne, Mémoires inédits de Louis-Henri de Loménie, comte de Brienne, secrétaire d’État sous Louis XIV, Paris-Leipzig, Ponthieu-Michelsen et Cie, 1828, t. 1, p. 191.

51 Entreprise rendue possible par le mariage en octobre 1757 de son frère avec une très riche héritière, Marie-Anne de Clémont, et plus encore par la mort, en 1771, du père de celle-ci, Monsieur de Clémont, qui plaça les deux époux à la tête dune immense fortune de plus de trois millions de livres. C’est d’ailleurs aussi à ce moment-là que les frères achetèrent l’hôtel particulier de la rue Saint-Dominique, qui abrite aujourd’hui le Ministère des armées.

52 BnF, Ms, NAF 23567, fol. 6.

53 Ces additions ne furent pas nombreuses : seuls 6 volumes du « Supplément » figurent dans la collection Bauffremont (BnF, Ms, NAF 23368, 23369, 23370, 23430, 23506 et 23584).

54 BnF, Ms, NAF 23567, fol. 6-7.

55 Ibid.

56 Mentionnons par exemple la fondation du Cabinet des chartes en 1769, « une des plus vastes entreprises de documentation historique jamais réalisées. Elle consistait à aller copier chez tous les détenteurs d’archives, tant en France qu’à l’étranger, les documents qui intéressaient l’histoire de France pour en constituer, au sein de la Bibliothèque royale, une collection immense qu’on voulait, à l’origine, exhaustive. », Bruno Delmas, « Naissance et renaissance de l’archivistique française », Gazette des archives, 2006, vol. 204, n° 4, p. 5‑32, ici p. 6.

57 Voir sa correspondance avec le père Laire déjà mentionnée supra, très instructive sur ce point.

58 Léon Dutil, « Philosophie ou religion : Loménie de Brienne, Archevêque de Toulouse », Annales du Midi, 1948, vol.61, n° 1, p. 33‑70.

59 s.l.n.n., [1767]. L’auteur, d’après Barbier, serait Dom Charles Clemencet ou un dominicain de la rue du Bac.

60 Voir par exemple Réflexions sur un Cas de conscience, proposé et décidé par de soi-disant théologiens et canonistes, au sujet de la commission royale établie par Arrêt du Conseil d’État, du 31 juillet 1766, en exécution de celui du 23 mai précédent pour l’examen des réguliers, Londres, s.n., 1767 ; Autorité légitime des évêques et des souverains, pour procéder à la réformation des réguliers, sans le concours de l’autorité du Pape, s.l.n.n., 1767 ; Idées réfléchies sur la commission établie par Arrêt du Conseil d’État du roi, du 23 mai 1766, pour l’examen des corps réguliers..., Amsterdam, s.n., 1768.

61 Sur ce point, voir Pierre Chevallier, Loménie de Brienne et l’ordre monastique, op. cit., t. 2, p. 272.

62 Mémoire sur l’état religieux et sur la commission établie pour les réguliers, s.l.n.d., 1781, p. 10-11.

63 Procès-verbal de l’Assemblée générale du clergé de France tenue en 1770, Paris, Guillaume Desprez, 1776.

64 Mémoire sur l’état religieux, op. cit.,p. 12.

65 Procès-verbal de l’Assemblée Générale du clergé de France tenue en 1775, Paris, Guillaume Desprez, 1777, p. 867 sq.

66 Lors de la séance du 25 octobre 1775, des députés de plusieurs ordres mendiants demandèrent audience à l’Assemblée du clergé ; reçus, ils présentèrent un « Mémoire en forme de requête d'un sur l'âge nécessaire pour l'émission des vœux, et ils ont demandé la protection de l'Assemblée ». Leur réclamation fut sinon écrite du moins soutenue par l’archevêque de Paris. Sur ce point, voir Collection des procès-verbaux des Assemblées-générales du clergé de France…, Paris, Guillaume Desprez, 1767, t. 8-2, col. 2334 sq.

67 Le 1er mai 1787, l’archevêque de Toulouse avait remplacé Calonne – dont il était l’un des principaux détracteurs – à la tête du Conseil royal des finances.

68 Les pamphlets publiés contre le gouvernement de Loménie de Brienne augmentèrent de manière significative à partir du mois de juillet 1788 en raison d’un relâchement de la censure. Sur ce point, voir Raymond Birn, Censure royale des livres dans la France des Lumières, Paris, Odile Jacob, 2007.

69 BnF, Estampe, RESERVE ZF-92-BOITE FOL, Philippe Joseph Maillart, 28 aout [sic]. L’Effigie du p.r ministre, Mr de Brienne, [Bruxelles], J. Chateigner, [entre 1795 et 1798].

70 BnF, Estampe, IFN-6942630 (image numérisée), [I. Cruikshank ?], Le Defecit , [London], S W Fores, 12 nov. 1788.

71 Graziano Ruffini, La chasse aux livres : bibliografia e collezionismo nel viaggio in Italia di Étienne-Charles de Loménie de Brienne e François-Xavier Laire (1789-1790), Firenze, Firenze University Press, coll.« Fonti storiche e letterarie », n˚ 32, 2012.

72 La suite était composée de son neveu, l’abbé Martial de Loménie ; sa nièce, Mme de Canisi ; sa belle-sœur, Marie-Anne de Clémont ; François-Xavier Laire, engagé en 1785 engagé pour enrichir sa bibliothèque.

73 Voir en particulier Nicolas Schapira, « Les secrétaires particuliers dans la France d’Ancien Régime », HDR, Mémoire inédit, EHESS, Paris, 2014. Je le remercie de m’avoir permis de lire son travail avant publication.

Ibid., p. 290.

74 Ibid., p. 290.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Caroline Galland, « Écrire l'histoire du temps présent : Loménie de Brienne et la fabrique des archives de la Commission des réguliers », Chrétiens et sociétés, 26 | 2020, 55-74.

Référence électronique

Caroline Galland, « Écrire l'histoire du temps présent : Loménie de Brienne et la fabrique des archives de la Commission des réguliers », Chrétiens et sociétés [En ligne], 26 | 2019, mis en ligne le 27 février 2020, consulté le 16 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/chretienssocietes/5406 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chretienssocietes.5406

Haut de page

Auteur

Caroline Galland

Université Paris Nanterre, MéMo

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals