Navigation – Plan du site

De l’accueil à la contre-révolution

Clergé en exil et politisation sous la Révolution française
Sabine Adrien
p. 99-116

Résumés

À partir de 1792, la proximité idéologique du clergé réfractaire en exil avec tout ou partie de l’idée contre-révolutionnaire est claire. Pour autant, la participation active aux réseaux et aux combats de la Contre-Révolution est loin d’être automatique. Les modalités de l’action politique, évaluées à l’aune des ressources mobilisables par le clergé dans les conditions exceptionnelles de l’exil, se révèlent plus complexes et moins systématiques que les inclinaisons politiques du groupe ne le laisse penser. Au cœur de la vie en exil, les conditions matérielles, le contexte politique et les nécessités de la survie individuelle se conjuguent pour faire de l’engagement contre-révolutionnaire une ressource privilégiée de l’action et un outil d’avancement individuel. Les ressorts de la politisation du groupe dans l’exil sont mis en évidence par trois catégories d’acteurs : les évêques, au cœur des réseaux de pouvoir, les polémistes, qui font avancer la cause par leurs écrits, et les simples prêtres.

Haut de page

Texte intégral

1En 1796, Jean-Baptiste du Chilleau, évêque réfractaire de Chalon-sur-Saône en exil à Fribourg, est le premier évêque à être expulsé de Suisse, à la demande du représentant du gouvernement français, François Barthélémy, qui voit en lui un dangereux agitateur contre-révolutionnaire. Dans une missive à l’évêque réfractaire de Nancy, Mgr de la Fare, il se justifie :

  • 1 Lettre de Du Chilleau à La Fare, 27 mars 1794, citée dans Bernard De Brye, Consciences épiscopales (...)

Depuis six ans que je suis habitant de la ville de Fribourg-en-Suisse, je ne m’en suis absenté que pour le service de nos prêtres et travailler plus efficacement à lui procurer des moyens de subsistance […]. C’est le seul objet qui m’ait occupé, surtout depuis deux ans. Mais les courses que j’ai faites pour cela m’ont rendu suspect au vigilant Barthélémy […]1.

  • 2 Lettre de Du Chilleau à La Fare, 2 juillet 1796, ibid., p. 172.

2Si, comme l’a démontré l’historien Bernard de Brye, l’activité de Du Chilleau en Suisse a effectivement d’abord consisté à obtenir des logements, de la nourriture et des emplois au clergé français exilé, il a aussi régulièrement fréquenté un agent du gouvernement anglais, William Wickham, connu pour organiser les réseaux contre-révolutionnaires au profit de son pays. Des traces de cette ambiguïté subsistent dans sa correspondance. Ainsi, alors que Du Chilleau et La Fare ont mis sur pied une mission d’aumônerie des prêtres exilés auprès des prisonniers français en Hongrie, les comptes rendus de Du Chilleau dévoilent une intention plus politique que spirituelle. En mars 1794, il écrit ainsi à La Fare : « Le changement de climat parait en avoir fait beaucoup dans leurs opinions. Dieu veuille que tout cela soit bienfaisant et qu’ils puissent être dans la suite des royalistes honnêtes et vertueux2. »

3Entre assistance charitable et participation à des réseaux contre-révolutionnaires, les lignes semblent ici irrémédiablement brouillées. La Fare et Du Chilleau, comme d’autres évêques réfractaires exilés, organisent l’accueil en terre étrangère des prêtres français en s’appuyant sur leurs réseaux de sociabilité aristocratique, leurs amis dans les cours européennes, leur statut dans l’Église. Ils se trouvent dès lors au cœur d’enjeux de pouvoirs qu’ils sollicitent ou utilisent à leur profit. Les ressources sociales mobilisées pour obtenir des places pour les prêtres français peuvent être réactivées ensuite en faveur des intérêts des princes, de la liaison entre les insurgés de l’intérieur et les cours européennes, enfin de la constitution d’espaces politiques dont le but est de briser l’expansion révolutionnaire et de contrer les idées véhiculées par le nouveau régime français.

  • 3 Jean-Clément Martin, Contre-révolution, révolution et nation en France, 1789 - 1799, Paris, Seuil, (...)

4Mais si une grande partie des évêques réfractaires appartient initialement au noyau dur de la Contre-Révolution en émigration, qu’en est-il du clergé insermenté contraint d’émigrer ? Le décret du 26 août 1792 enjoint à tous les prêtres ayant refusé de prêter les différents serments de fidélité depuis l’été 1790 de quitter le territoire. Ils sont environ 30 000 à prendre la route en septembre 1792. Ce clergé vient s’ajouter à la première vague d’émigration nobiliaire et ecclésiastique ; il est la « base sociale élargie » de la Contre-Révolution, « l’adjonction » d’un groupe « résistant à la marche de la Révolution [et] rejet[é] par elle3» dont parle Jean-Clément Martin à propos du renforcement progressif de la Contre-Révolution en Europe.

  • 4 Jean-Clément Martin, Révolution et Contre-Révolution en France de 1789 à 1995. Les rouages de l’Hi (...)
  • 5 Karine Rance, « La Contre-révolution à l’œuvre en Europe », dans Jean-Clément Martin (dir.), La Ré (...)

5En effet, entre la réaction aristocratique, à laquelle participent certains évêques, et l’opposition dans laquelle le clergé réfractaire entre progressivement, plus ou moins rapidement et à des degrés divers, les nuances dans l’engagement contre-révolutionnaires sont réelles. L’unité d’action et de pensée entre les différents acteurs de la nébuleuse contre-révolutionnaire existe seulement, d’après l’historiographie récente de la Contre-Révolution, dans l’esprit de ses adversaires4. Pour Karine Rance, « le contre-révolutionnaire est donc d’abord celui qui est désigné comme tel, dans l’action, dans la mémoire et dans l’histoire ». Ce sont les accusations de fanatisme portées contre les prêtres réfractaires, ainsi que leur assimilation aux émigrés de la noblesse, qui les désigne a posteriori comme un groupe uni politiquement. L’historienne ajoute que, dans l’autre camp s’opère aussi une unification postérieure, à travers les « discours apologétiques, les martyrologes et les anathèmes » ; elle se fait « au prix d’une distorsion des faits5 ». Les actions et idées attribuées au clergé réfractaire sont celles du répertoire contre-révolutionnaire classique, avec une insistance sur l’aspect religieux : un attachement à l’Ancien Régime politique et religieux et une dénonciation morale des modernités révolutionnaires, une glorification des régimes monarchiques étrangers, des activités séditieuses sous forme de participation aux complots à l’étranger ou de propagande interne sous couvert de ministère pastoral, des rêves de théocratie.

  • 6 Sur l’organisation de l’accueil dans les différents pays européens, voir pour les États pontificau (...)

6Il est certain qu’une partie au moins de ces idées se retrouve dans les écrits des prêtres réfractaires, mais on ne peut les supposer présentes de manière systématique chez tous. Au-delà des anathèmes jetés par chaque camp, il s’agit donc de comprendre la réalité de l’implication de chacun dans le large mouvement d’opposition à la Révolution, depuis le ressentiment lié à des conditions d’existence chaotiques jusqu’à l’opposition idéologique fondamentale. L’étude des mémoires et journaux d’exil de ce clergé exilé, au prisme des monographies sur l’organisation de l’accueil dans les différents pays européens, permet donc de dégager, outre les évêques, deux catégories d’acteurs qui vont utiliser de manière politique les ressources fournies par l’exil6. D’une part, les polémistes, qui mettent leurs talents d’écriture au service de la Contre-Révolution, parfois dans l’espoir d’améliorer l’accueil qui leur est fait. De l’autre, les simples prêtres émigrés qui, s’ils ne s’engagent pas tous dans l’opposition active à la Révolution, mettent à profit le temps de l’exil pour la comprendre, l’interpréter et trouver le moyen de continuer leur vie d’Église malgré elle. Il s’agit alors de voir comment l’exil amène les prêtres à réajuster leurs opinions politiques et permet un processus de politisation commencé en France lors de la préparation des États généraux puis poursuivi lors des débats autour de la Constitution civile du clergé.

  • 7 Nan Lin, « Les ressources sociales : une théorie du capital social », Revue française de sociologi (...)

7Ces différences dans l’engagement contre-révolutionnaire s’expliquent, au-delà des statuts et des convictions individuelles, par le type de ressources mobilisables en émigration. La sociologue Nan Lin définit ainsi l’idée de ressources : « Les ressources sont définies comme des biens dont la valeur est déterminée socialement et dont la possession permet à l'individu de survivre ou de préserver des acquis7. » Ces ressources peuvent être « personnelles », c’est-à-dire « possédées par l’individu qui peut en disposer avec beaucoup de liberté » (c’est le cas ici des polémistes, qui utilisent leurs capacités intellectuelles au service d’une cause politique) ou « sociales », c’est-à-dire « insérées dans son réseau » (cette catégorie est mobilisée davantage par les évêques). L’approche par les ressources et, plus généralement, par la sociologie des migrations permet de nuancer l’idée selon laquelle l’engagement contre-révolutionnaire serait, pour le clergé, inéluctable. Sans en négliger l’aspect idéologique, cet engagement politique doit aussi se comprendre comme une étape dans un parcours migratoire, un outil parmi d’autres dans l’arsenal des nombreuses ressources auxquelles les émigrés ont recours pour s’adapter à leur nouvelle situation. L’activité politique permet aux acteurs de mieux se positionner dans la société des émigrés ou de répondre à des contraintes spécifiques liées à l’exil. Il s’agit donc de lier les ressources trouvées dans l’exil et les modalités d’accueil avec le type d’engagement possible pour chaque acteur. Ainsi, les nuances des pratiques mobilisées par les prêtres et évêques en exil se dessinent plus nettement. Les causes et mécanismes qui président aux engagements individuels se révèlent, en même temps que se fissure la vision d’un bloc contre-révolutionnaire monolithique.

Les évêques : organisation des réseaux d’accueil et ambiguïté politique

8Les évêques et vicaires généraux sont, au sein du clergé émigré, les plus susceptibles de se trouver au cœur des réseaux contre-révolutionnaires. Membres de l’aristocratie, ils partagent avec les émigrés nobles des liens de famille, des relations, des pratiques sociales et des habitudes culturelles (le voyage par exemple). Ils correspondent donc à l’image de l’émigré telle que l’a retenue l’histoire, d’autant qu’à leur origine sociale et à leurs convictions politiques s’ajoute la volonté de défendre ce qu’ils voient comme la vraie religion face aux innovations ecclésiales de l’Assemblée nationale.

  • 8 Yann Fauchois, « Les évêques émigrés et le royalisme pendant la Révolution française », dans Fran (...)
  • 9 Ibid., p. 391. Sur la question des rapports entre l’épiscopat émigré et les princes en exil, voir (...)

9Les évêques sont aussi au cœur d’une stratégie de reconquête de la France élaborée dans l’entourage des Princes. Le comte de Provence sait que, dans les départements où s’élaborent des oppositions sérieuses aux lois votées par l’Assemblée nationale, la religion joue souvent un rôle central. La défense du catholicisme peut être, dans certaines régions, un argument plus fédérateur que l’attachement à la monarchie8. La religion est un élément clé dans le discours contre-révolutionnaire en ce qu’il lui permet de se présenter comme une pensée unifiée sur le monde, et non pas la simple défense de privilèges désormais révolus. En mars 1796, le comte de Provence, devenu Louis XVIII, demande aux évêques émigrés en Suisse, en Allemagne et en Autriche de faire partie de son conseil religieux pour déterminer la politique à mettre en œuvre en France et faire la liaison avec la papauté. Beaucoup refusent, car ils comprennent le danger qu’il y aurait à lier irrémédiablement la cause de la religion à celle de la monarchie, quelles que soient leurs opinions personnelles. Yann Fauchois détaille les raisons de cette circonspection épiscopale : « L’argument de l’indépendance Religion/Régime politique occupe une place nodale dans les polémiques autour des différentes promesses de soumission, à partir du serment de liberté-égalité, avec une acuité accrue à l’an VIII, à l’approche pressentie d’un accord entre le pape et Bonaparte9. »  Se basant sur le demi-échec du conseil ecclésiastique, du refus opposé par Talleyrand, évêque d’Autun, et Asseline, de Boulogne, à la proposition du comte de Provence de profiter des missions ecclésiastiques dans les diocèses de France pour faire de la propagande royaliste, Yann Fauchois conclut que l’accusation de Contre-Révolution portée contre les évêques est à nuancer. L’ambiguïté des parcours demeure pourtant, que la nature mouvante de la Contre-Révolution vient encore renforcer. L’étude des liens entre organisation de l’exil et actions politiques permet d’entrer plus avant dans les rapports complexes que les évêques entretiennent avec la Contre-Révolution.

  • 10 D. A. Bellenger, op. cit., p. 17.

10C'est en organisant le dispositif d'accueil que certains évêques trouvent les moyens (humains, matériels, sociaux) de la propagande contre-révolutionnaire. En effet, ils restent dans l’exil les supérieurs de leur clergé réfractaire ; ils deviennent aussi des points de référence pour les prêtres dont l'évêque a émigré ailleurs en Europe. On se tourne vers eux lorsque l'on a besoin d’un logement, ou d’une aide financière, mais aussi lorsque les demandes sont de nature plus politique. Ainsi de l’évêque de Saint Pol de Léon, Mgr de la Marche, qui organise le dispositif d’accueil en Angleterre, depuis Londres. Grâce à sa connaissance personnelle des émigrés, il met en place une structure de soutien matériel doublée, d’après Dominic Bellenger, d’un service efficace de surveillance et d’observation. Il est donc au centre des relations qui se tissent entre le gouvernement anglais, les émigrés français à Londres et la Contre-Révolution intérieure. Jean Brumauld de Beauregard, vicaire général de Luçon, exilé en Angleterre, le considère comme le « père des prêtres exilés dans la Grande-Bretagne10 ». Il s’adresse à lui en octobre 1793 avec une demande spécifique :

  • 11 Jean Brumauld de Beauregard, Mémoires de Mgr J. Brumauld de Beauregard,... précédés de sa vie, écr (...)

À la fin d'octobre, toutes les feuilles publiques annoncèrent l’insurrection de la Vendée […]. À cette occasion, j'écrivis à Mgr de Saint-Pol-de-Léon : je lui disais […] qu'étant grand vicaire de ce pays, je me repentais bien de n'y être pas resté caché dans les campagnes ; que s’il jugeait que je pusse ou dusse m’y rendre, je lui demandais ses ordres. Sa réponse me revint sur-le-champ ; elle contenait ce peu de mots : J’ai besoin de vous. Si vous ne redoutez pas la mort, tenez-vous prêt ; je vous avertirai11.

11Il confirme ainsi implicitement que c’est bien par lui qu'une telle demande doit passer. La suite du récit montre que La Marche entretient des relations étroites avec les adversaires du régime républicain :

  • 12 Ibid. Sur l’affaire Folleville, voir Jean-Marie Augustin, Le faux évêque de la Vendée, Paris, Perr (...)

Il m’apprit qu’un évêque intrus, nommé de Folleville, trompait les armées royalistes en se donnant le titre d’évêque, qu’il n’avait point, et se disant commissaire apostolique, qu’il n'était pas davantage ; que le souverain pontife avait été instruit de ce fait, et qu’il venait d’adresser un bref aux chefs de l’armée catholique pour les engager à repousser cet impie faussaire. Vous serez chargé de notifier ce bref, me dit le prélat ; le ministère anglais m’a promis de vous laisser passer. Il me remit aussi un pli de Mgr de Mercy, qui contenait une lettre pour moi et des ordonnances pour son diocèse12.

12Ainsi, La Marche est au cœur d’un réseau contre-révolutionnaire d’échelle européenne : en liaison avec le gouvernement anglais, il charge son émissaire d’une mission suivie avec intérêt par la papauté, et lui donne l’instruction d’entrer en contact avec Charrette et les autres chefs de l’insurrection vendéenne, le tout avec l’approbation de Mgr de Mercy, évêque réfractaire de Luçon. À travers Brumauld de Beauregard, il cherche à étendre son réseau en établissant le contact avec les armées royalistes, tout en faisant avancer la cause de la Contre-Révolution. La mission échouera, puisque Brumauld ne pourra débarquer en France que deux ans plus tard, à l’occasion de l’expédition de Quiberon en juin 1795, et à l’insu de Mgr de La Marche.

  • 13 B. De Brye, op. cit., p. 170-172.
  • 14 Ibid. p. 170.
  • 15 Charles Chapelier, « Monseigneur de La Fare et les prisonniers français en Hongrie (1794-1796), ex (...)

13Mgr de La Fare, évêque de Nancy, illustre tout aussi bien cette ambiguïté. Son parcours en émigration débute par une tentative prudente de s’insérer dans la cour de Vienne, où il intercède pour les prêtres de son diocèse, et tente de leur trouver des lieux de refuge dans l’Empire autrichien. Sa correspondance avec d’autres évêques émigrés comme Du Chilleau, de Chalon-sur-Saône, ou La Luzerne, de Langres, témoigne abondamment de cet effort. Après un séjour en Hongrie au cours duquel il rencontre des soldats français prisonniers, il met sur pied, à l’automne 1793, un programme d’envoi de prêtres réfractaires aux soldats républicains, en accord et sous la surveillance du gouvernement autrichien13. La nécessité de trouver un travail et un asile à ses prêtres, conjuguée à son esprit missionnaire, le conduisent à mettre sur pied un projet qui dépasse l’assistance spirituelle, même si l’intention affichée n’est pas ouvertement contre-révolutionnaire. D’une part, comme le souligne Bernard de Brye, les prêtres réfractaires deviennent de facto les émissaires d’une puissance étrangère, ennemie de la France. C’est d’ailleurs de cette manière que les soldats français prisonniers les considèrent14. D’autre part, dans les instructions données par La Fare au vicaire Jacques, originaire de Franconville en Lorraine, envoyé comme aumônier en Hongrie, on trouve la demande suivante, formulée par les prêtres en mission : « Doit-on exiger de tous les prisonniers qu'ils promettent, en cas de retour en France, de ne point porter les armes en faveur des systèmes nouveaux adoptés par l’Assemblée, dite nationale, soit contre la Monarchie, soit contre la Religion ? ». À cette question, La Fare répond d’un laconique : « Oui15. »

  • 16 B. De Brye, op. cit., p. 451. Sur l’activisme contre-révolutionnaire de la Fare, voir le même ouvr (...)

14Après 1795, à l’inverse de ses collègues de l’épiscopat qui refusent de donner des gages aux Princes et veulent éviter l’impression de collusion, La Fare passe nettement du côté de la Contre-Révolution. L’impossibilité de communiquer avec son diocèse et de le gouverner à distance l’amène à se focaliser sur ses activités politiques. Son statut d’intercesseur du clergé français auprès de l’empereur d’Autriche lui a permis de s’introduire à la cour de Vienne et d’y développer son réseau. Alors qu’il défendait depuis 1794 la cause du prince de Condé à Vienne, il attire l’attention du comte de Provence, qui lui demande en octobre 1795 d’y être son émissaire officiel. Il continuera à « transformer les couvents de la capitale autrichienne en officines de la contre-révolution » jusqu’en septembre 1814, date de son retour à Paris16.

15Les témoignages de l'époque tendent à montrer que la hiérarchie ecclésiastique est maintenue en émigration, ce qui permet aux évêques et vicaires généraux de préserver un ascendant sur leur clergé et ainsi de lui confier des missions de nature religieuse et politique. La visibilité de leurs actions envers les émigrés attire toujours plus de requêtes en tous genres et accroît manifestement leur influence auprès des prêtres en exil. D'autre part, dans le cas de Mgr de La Marche comme dans ceux de La Fare et de Du Chilleau, l'organisation de l'accueil donne un second souffle à leur positionnement sur l’échiquier politique de l'émigration et fait d'eux des interlocuteurs incontournables pour les gouvernements des pays d’accueil. Les réseaux de secours deviennent alors un atout qui vient suppléer à leur aura de « confesseurs de la foi » ou à leur prestige social, deux ressources insuffisantes dès lors qu'ils demandent à avoir un rôle actif dans les lieux où ils émigrent. Ils se donnent ainsi les moyens de connaître et comprendre les intentions des gouvernements européens et d’ajuster leurs actions en conséquence, notamment dans la mise en place de réseaux contre-révolutionnaires.

Les ressources de l’exil au service de la propagande contre-révolutionnaire

  • 17 G. Andrey, Les Émigrés français, op. cit., p. 242. Les voyages de ces collecteurs sont retracés da (...)

16Le passage d’une logique d’accueil à une logique politique se fait donc globalement au service d’une stratégie de pouvoir : pour les évêques, l’organisation de l’accueil est un atout pour la reconquête d’un pouvoir perdu dans l’émigration. Certains prêtres utilisent, comme les évêques, la voie du détournement des structures et systèmes d’accueil. En 1793, l’abbé Moushaut, exilé en Suisse, met sur pied, avec l’approbation des évêques réfugiés dans les différents cantons, un plan de collectes européennes pour le clergé émigré. Ces collectes doivent servir un double objectif : récolter de l’argent pour secourir les prêtres et « instruire les peuples étrangers sur les véritables causes des maux qui [désolent] la France et le vrai caractère de la Révolution17 ».

17Pour le reste du clergé cependant, la problématique de l’accueil se vit à un niveau plus matériel : ils doivent trouver un pays qui accepte de les accueillir, de les loger, de leur fournir des ressources financières ou un travail. Un autre moyen d’action est alors privilégié : les plus actifs polémistes vont utiliser leurs talents d’écriture dans le contexte spécifique de l’exil. Certains militent activement au sein des réseaux créés dans l’émigration, en rédigeant des brochures destinées à mobiliser l’opinion publique européenne ou à être envoyées en France pour contrer la propagande républicaine. Chez d’autres, les travaux intellectuels visant à propager les doctrines contre-révolutionnaires, et plus généralement à témoigner du « martyre » du clergé français, servent au contraire de monnaie d’échange pour obtenir des avantages de la part des gouvernements étrangers : logement, augmentation des ressources, placement dans un autre monastère, passeport pour se déplacer, etc. Il s’agit moins d’acquérir du pouvoir que de se distinguer de la masse du clergé émigré, de se faire remarquer par l’épiscopat français et les gouvernements étrangers. L’écriture politique se met au service d’une stratégie de distinction.

  • 18 Pierre D’Hesmivy d’Auribeau, Mémoires pour servir à l'histoire de la persécution françoise, recuei (...)
  • 19 Pierre D’Hesmivy d’Auribeau, Extraits de quelques écrits de l’auteur des Mémoires pour servir à l’ (...)

18Pierre d'Hesmivy d'Auribeau, vicaire général du diocèse de Digne, multiplie les travaux au service et à la gloire de la papauté, jusqu'à devenir un rouage essentiel de la machine de propagande romaine. Il est l'auteur des célèbres Mémoires pour servir à l'histoire de la persécution française, ouvrage écrit à la demande du pape Pie VI, qui a pour objet de récolter le plus grand nombre de témoignages possible sur la persécution du clergé en France18. Dans la lettre qu’il envoie à tous les évêques de France pour leur demander de lui envoyer des exemples et récits de la persécution en France, il apparaît clairement que cette œuvre se fait en défense de la monarchie et de la religion : « Je mettrai tout mon zèle, Monseigneur, à conserver ce qui peut consoler l’Église et son auguste Chef, honorer le Clergé de France, confondre les faux pasteurs, instruire les nations, et entretenir leur estime en faveur des émigrés, qui ont tout sacrifié pour la défense du trône et de la foi. » Plus loin, il ajoute : « On peut me communiquer […] les faits authentiques et relatifs à un travail qui n’a d’autre objet que de conserver le souvenir des crimes et des vertus, des martyrs et des monstres qu’a produits cette fatale révolution, source intarissable de nos pleurs19. »

  • 20 Paolo Leardi, Oraison funèbre de Louis XVI, prononcée en latin, dans la chapelle du Quirinal, trad (...)
  • 21 Gérard Dessolle, L’abbé Pierre d’Auribeau (1756-1843) : les fleurs, les ronces, la monarchie, Asso (...)

19D’Auribeau s'emploie aussi à traduire pour les prêtres français exilés de grands discours, comme les oraisons funèbres de Louis XVI et Pie VI20. Il envoie des copies de ces traductions à toute personne qui peut lui être utile, tant au sein de l’émigration française que du gouvernement pontifical. Gérard Dessolle, auteur d’une biographie du grand vicaire de Digne note qu’en janvier 1793, il réalise la traduction du latin vers le français de l’éloge funèbre de Louis XVI, qu’il fait précéder d’une dédicace à Mesdames de France, Adélaïde et Victoire, tantes du roi défunt. À la suite de cet hommage, Madame Adélaïde lui propose de devenir son professeur de latin21.

  • 22 R. Picheloup, op.cit.
  • 23 G. Dessolle, op. cit., p. 75.
  • 24 Voir, par exemple, Archivio apostolico vaticano, Emigrati Rivoluzione Francese, dossier 33.

20Ces travaux lui servent donc en retour de monnaie d'échange, lui qui, depuis le début de son émigration, rêve d'obtenir l’autorisation d'habiter à Rome. Il demande à de nombreuses reprises de pouvoir s’installer dans la Ville sainte, qui est pourtant fermée à la grande majorité des ecclésiastiques français. Ces derniers ont été répartis par l’œuvre d’hospitalité dans d’autres villes ou monastère des États du pape22. Après de nombreuses requêtes et recours auprès de personnalités influentes, dont le cardinal Borromeo, Mgr Caleppi, en charge de l’accueil des prêtres français, accède à contrecœur à sa demande et organise l’échange avec un autre prêtre qui vivait à Rome, en mars 1793. L’agacement du prélat vis-à-vis des faveurs accordées au protégé du pape transparaît dans sa correspondance : « Il m’a fallu pourvoir à M. d’Auribeau : les ordres exprès du Saint-Père, répétés même plusieurs fois me faisaient une loi de lui livrer la première place qu’il y aurait à Rome23 ». D’Auribeau prend encore l'initiative de mettre en place un système de surveillance de ses confrères prêtres, afin de repérer ceux qui pourraient avoir des idées politiques déviantes ou qui auraient prêté un des serments exigés par la République. On retrouve dans le fonds Emigrati Rivoluzione Francesi des Archives apostoliques vaticanes des listes dressées par d’Auribeau détaillant la conduite de certains prêtres arrivés dans les États Pontificaux et précisant notamment les serments qu’ils ont prêtés24. Le travail contre-révolutionnaire devient un moyen de se rendre indispensable au gouvernement pontifical, et ainsi d’obtenir de meilleures conditions d’accueil.

  • 25 Charles-François De Lubersac de Livron, Journal historique et religieux de l’émigration et déporta (...)
  • 26 Ibid., p. ii.
  • 27 D. A. Bellenger, op. cit., p. 5.

21Cette stratégie de distinction, qui permet de séparer le polémiste de la masse du clergé exilé, est adoptée dans différents territoires d’accueil, par des hommes qui savent pouvoir faire de leur plume un atout dans leur trajectoire migratoire. C’est le cas de Charles-François de Lubersac de Livron, vicaire du diocèse de Narbonne. D’après les travaux de Dominic Bellenger sur l’émigration en Angleterre, il obtient une revalorisation de sa pension à la suite de la publication de son Journal historique et religieux de l’émigration et déportation du clergé de France en Angleterre, dédié à George III. L'exergue rend au roi d’Angleterre l’hommage suivant : « Contenant les sentiments expressifs de sa reconnaissance, offerts en hommage à Sa Majesté Georges III, à son Gouvernement et à la Nation Britannique, pour les Bienfaits généreux qu’il en a reçus jusqu’à ce Jour25 ». Sous le portrait de Georges III, une inscription en latin et en français : « Regi beneficio et pater et columen profugis fuit, hospes et ultor. Il nous ouvrit ses ports, ses trésors et son cœur / Et fut pour nous un père, un soutien, un vengeur26. » Lorsqu’en 1803, soit un an après la parution de son ouvrage, le gouvernement lui accorde une augmentation de sa pension, c’est parce qu’il est « of a Superior Order, of a very advanced age, and a man of Literature27. »

22Dans ces deux cas, servir la cause de l'émigration ecclésiastique en soulignant le sacrifice héroïque de ses membres est une ressource stratégique dont dépend parfois la survie ou le confort matériel de son auteur. Les auteurs produisent des contenus contre-révolutionnaires dans le but de contourner à leur avantage les systèmes d'accueil mis en place. Mais ces systèmes, puisqu’ils mettent en relation des personnes qui ne se seraient pas nécessairement fréquentées en France, ouvrent aussi de nouvelles opportunités ; ils sont un réseau de transmission idéal pour donner un plus grand écho à des écrits contre-révolutionnaire destinés à toucher un large public.

  • 28 Aimé Guillon de Montleon, Les martyrs de la foi pendant la Révolution française, Paris, Mathiot, 1 (...)

23Aimé Guillon, auteur d’un des martyrologes les plus célèbres de la période, Les Martyrs de la foi pendant la Révolution, tente de mobiliser la société émigrée dans laquelle il vit pour faire la promotion de ses écrits et disposer favorablement la Suisse à recueillir les Lyonnais qui voudraient se réfugier au-delà des Alpes28 :

  • 29 Aimé Guillon de Montleon, Souvenirs d’un presqu’octogénaire, Bibliothèque municipale de Lyon, fond (...)

Dès la fin de l’an 1793, pour disposer la Suisse à bien accueillir ceux des Lyonnais qui, échappant à la mort, par les faulx de laquelle étaient moissonnés leurs concitoyens, se réfugiaient en cette contrée, j’avais composé, fait imprimer à Berne et répandu un abrégé historique de leur bravoure pendant le siège qu’ils avaient soutenu et de l’atrocité de leur vainqueur29.

24Il tente de s’insérer dans les lieux de décision et les milieux diplomatiques pour être au courant des intentions des princes quant à un éventuel soutien de la rébellion lyonnaise :

Je me rapprochais autant que possible des ambassadeurs que tenaient extraordinairement à Berne l’empereur d’Autriche, le cabinet de Londres et le Roi de Sardaigne, tant j’étais jaloux de savoir comment leurs cours envisageaient les événemens de Lyon, et quelle assistance les Lyonnais pouvaient espérer d’elles.

25Pour obtenir la bénédiction de sa hiérarchie et assurer une diffusion efficace de son ouvrage Sur le siège de Lyon et sur les malheurs qui l’ont suivi, qui paraît en janvier 1794, Guillon fait appel à ses réseaux, et notamment à son évêque, Mgr de Marbeuf :

  • 30 Ibid.

J’envoyai mon opuscule à M. de Marbeuf, archevêque de Lyon, pour lors à Buchoven, en Saxe, de qui, en réponse à chaque envoi que je lui avais fait de mes écrits depuis 1790, j’avais eu sept réponses fort encourageantes à continuer de combattre pour une cause qui au fond n’était que celle de l’épiscopat français30.

26L’insertion de Guillon dans les réseaux de l’émigration, liée à sa réputation de pamphlétaire et à son habileté à se faire des amis hauts placés, lui permet donc d’assurer une meilleure diffusion à ses écrits et, par conséquent, de tenter d’obtenir des secours pour les Lyonnais. Le pamphlet Sur le siège de Lyon est taillé sur mesure pour les élites de l’émigration française et des diplomaties européennes ; c’est une profession de foi catholique et royaliste. Il ouvre son plaidoyer sur une histoire des liens entre la ville de Lyon et la monarchie française, et dépeint Lyon comme un bastion intemporel du royalisme :

  • 31 Aimé Guillon de Montléon, Sur le siège de Lyon et sur les malheurs qui l’ont suivi, [s. l.], 1794, (...)

Ce n’est pas le premier effort que la révolution ait vu faire aux Lyonnois en faveur de l’antique monarchie françoise. On connoit celui qui échoua si malheureusement en décembre 1790. Depuis la réunion de cette ville à la couronne de France, elle a constamment montré le royalisme le plus décidé. […] Le royalisme des Lyonnois était si connu de Henri le Grand qu’il répondit à ceux qui lui proposoient d’établir une citadelle au milieu d’eux qu’il n’en avoit pas besoin, parce qu’il n’en vouloit pas d’autre quel leur cœur. C’est lui qui appelloit leur cité SA BONNE VILLE DE LYON31.

  • 32 Ibid.

27Dans le paragraphe suivant, il semble faire le lien entre la révolte lyonnaise contre la Convention et l’insurrection vendéenne, dont les armées ont pour devise « Pour Dieu et le roi », omettant par là-même la complexité des circonstances qui ont mené à la révolte lyonnaise et les différences fondamentales qui empêchent de l’assimiler à la Vendée : « Depuis l’entrée mémorable d’Henri III dans ses murs, on lisoit sur la porte principale cette inscription qui annonçoit aux arrivans l’esprit des citoyens : UN DIEU, UN ROI, UNE FOI, UNE LOI32» Guillon le sait, la mise en parallèle de ces deux événements est susceptible de renforcer l’idée que la population française soutient très largement la Contre-Révolution et cherche à mobiliser les milieux émigrés et les gouvernements étrangers pour les faire passer à l’action.

28Contrairement à l’épiscopat, qui commence à réfléchir à partir de 1795 aux bénéfices d’une séparation entre l’Église et l’État, les prêtres qui se font propagandistes n’hésitent pas, dans la lignée de Maistre ou Bonald, à mêler l’un et l’autre dans une critique irrévocable de la modernité apportée par la Révolution.

Le clergé en exil : entre-soi et politisation

  • 33 Paul Chopelin, « Des loups déguisés en agneaux  ? L’accueil des prêtres constitutionnels émigrés d (...)

29Les opinions du clergé exilé sur la Contre-Révolution sont moins uniformes qu’il n’y paraît. Paul Chopelin a montré que, parmi les prêtres émigrés dans les États pontificaux, se trouvent un certain nombre de constitutionnels ayant choisi de quitter la France33. D’autre part, d’après les mémoires et journaux personnels des clercs, leur priorité est bien souvent, après avoir passé du temps en exil, de rentrer dans leurs paroisses, quels que soient le gouvernement en place et les enjeux politico-religieux du moment. Georges Andrey, dans son étude de l’émigration ecclésiastique en Suisse, a dépouillé la correspondance de William Wickham, envoyé extraordinaire du gouvernement anglais en Suisse. Un de ses agents donne l’avis suivant sur le clergé français :

  • 34 G. Andrey, op. cit., p. 215.

Les trois quarts au moins des curés qui rentrent ne songent qu’à eux, et s’embarrassent très peu du gouvernement qu’aura la France […]. Dans leur étroite politique, ils ne voyent pas la liaison qui existe entre la religion catholique et la monarchie. On m’a assuré que plusieurs avaient dit que leurs évêques ne rentreraient jamais, parce qu’ils étaient nobles ; que d’autres, renchérissant sur les premiers, disaient qu’ils étaient démocrates partout, exceptés pour la religion34. »

  • 35 D. A. Bellenger, op. cit., p. 22-23.
  • 36 Charles Robert, Urbain de Hercé, dernier évêque et comte de Dol, grand-aumônier de l’armée catholi (...)

30Bien sûr, la majorité d’entre eux condamnent sinon les idées, du moins les conséquences de la Révolution, et les théories de Maistre et Bonald font leur chemin parmi le clergé émigré. Certains sont extrêmement virulents dans leur opposition aux nouveautés révolutionnaires, d’autres s’engagent activement. Dominic Bellenger relate la présence de prêtres émigrés dans le groupe chargé par le comte de Puisaye, agent royaliste et futur lieutenant général de l’armée catholique et royale de Bretagne, de produire de faux assignats35. Mgr Urbain-René de Hercé, ancien évêque de Dol, condamné pour sa participation à l’expédition de Quiberon, est fusillé à Vannes en juillet 1795, aux côtés d’une dizaine de prêtres émigrés rentrés pour se battre ou exercer leur ministère dans les rangs des armées royalistes36. Au sein de l’émigration ecclésiastique s’exprime donc un certain nombre de positions, sinon divergentes, du moins variées.

31Les prêtres qui vivent l’exil comme un temps d’attente et se tiennent éloignés de tout engagement politique actif ne renoncent pas pour autant à réfléchir aux événements de France. Souvent accueillis avec plusieurs dizaines, voire centaines de confrères dans les mêmes villes, ils n’ont pas à leur disposition les mêmes ressources sociales ou intellectuelles que les membres de la hiérarchie ecclésiastique ou les polémistes. Pourtant, l’exil est, pour eux aussi, occasion de politisation. Cette dernière est le produit de deux ressources fournies en abondance par l’exil : le temps de la réflexion et l’entre-soi. La sociabilité spécifique de l’exil, qui induit la fréquentation de personnes dont les opinions politiques sont globalement similaires, entraîne des réflexions individuelles et collectives qui trouvent des débouchés plus ou moins concrets.

  • 37 Michele Bianco, « Ecclesiastici francesi a Ferrara 1792-1796 », Annalecta Pomposiana, 1988, vol. 1 (...)
  • 38 Brigitte Waché, « Projets de vie mûris dans l’émigration », dans Yves Krumenacker (dir.), Religieu (...)
  • 39 Alexis Saussol, Traité de la conduite à tenir après la persécution, Florence, Ciardetti, 1800, 2 v (...)
  • 40 B. Waché, op. cit., p. 199-200.

32À Saragosse et Compostelle, comme à Bologne et ailleurs en Europe, des conférences de prêtres s’organisent. Chacune détermine ses propres objectifs différents : vie spirituelle communautaire et formation à Bologne, accents plus politiques de reconstruction de l’Église en Espagne37. En Espagne, circule le plan de Bernard Daries, ancien professeur de philosophie d’un séminaire de Dordogne, dans lequel il réfléchit à la manière dont pourront s’organiser, autour d’une spiritualité mariale, les congrégations missionnaires à leur retour en France38. Les ouvrages comme celui de l’abbé Saussol, vicaire de Lavaur, auteur du Traité de la conduite à tenir après la persécution, se multiplient39. L’élan missionnaire constitué par toutes ces initiatives répond principalement à des inquiétudes d’ordre spirituel, liées à l’absence de prêtres et à la déchristianisation en cours en France. Cependant, elles s’inscrivent sur un fond théologico-politique angoissé ; la réponse missionnaire n’est pas sans lien avec l’idée maistrienne de réparation que le clergé et les fidèles doivent opérer pour calmer la colère divine. L’institut des Filles du Verbe Incarné, créé en 1803 par le père Louis-Marie Baudoin, qui avait rencontré Bernard Daries en Espagne, s’inscrit dans la filiation des intuitions de ce dernier ; les consacrées y sont appelées à « s’unir en victimes à la passion de Jésus le Nazaréen pour apaiser la colère divine à cause des infidélités de son peuple40 ».

  • 41 R. Picheloup, op. cit., p. 158-159.
  • 42 Sur la question des modes de vie et de pensée en émigration, voir Ferdinand Baldensperger, Le mouv (...)

33Mais à l’exception de ceux qui sont emportés par la ferveur missionnaire, les discussions et rencontres de prêtres débouchent rarement sur des actions concrètes. L’opposition entre Révolution et Contre-Révolution ne sert souvent que de toile de fond à l’ennui, aux contingences matérielles de l’exil, au désir du retour. Cependant, puisque qu’il laisse du temps aux prêtres pour la réflexion collective, les échanges et la lecture, l’exil participe à une politisation des individus et permet aux idées politiques de s’affiner. René Picheloup affirme, à propos des prêtres exilés dans les États pontificaux : « Dans la mesure où ils ont eu en main les écrits qui circulaient dans les milieux émigrés, il se créa une certaine mentalité, une prise de conscience, une façon de voir particulière aux émigrés41. » La circulation de la littérature et des idées contre-révolutionnaires vient offrir une explication globale à un événement qu’ils n’avaient perçu qu’à travers les conséquences pour leur propre vie42.

  • 43 Sylvain Rochet, « Les prêtres de l’ancien diocèse de Belley sur le chemin de l’exil. Mémoires de M (...)

34L’entre-soi du monde des émigrés ecclésiastiques favorise ce pessimisme vis-à-vis de changements politiques et de défis religieux difficilement compréhensibles. Les événements et les rencontres occasionnés par l’exil, loin de bouleverser leurs horizons politiques, viennent souvent les renforcer dans leur sentiment de persécution, dans l’incompréhension de la Révolution et la conviction que la monarchie est le seul régime capable de s’accorder avec le christianisme. Claude Berlioz, chanoine français originaire de l'Ain, passe une partie de son exil dans une dépendance du palais de la Vénerie, près de Turin, où il a l'occasion de rencontrer, en mai 1793, le prince et la princesse de Savoie, sœur et beau-frère de Louis XVI. Il partage son émerveillement d'avoir été reçu par un couple dont il admire « les différentes qualités de l'esprit et du cœur », et la « piété », « la religion également solide et éclairée dont ils nous donnaient tous les jours de nouvelles preuves ». Il conclut son récit laudateur par cette phrase révélatrice : « Heureux les peuples qui ont à leur tête des princes et des princesses de caractère, pourvu qu’ils connaissent et qu’ils sentent leur bonheur !43 » L’allusion à la situation française est claire, et la nostalgie d’une monarchie chrétienne, pieuse et bienveillante, idéalisée dans l’exil, transparaît fortement.

35Au contraire, lorsqu’il est forcé de cohabiter, toujours à La Vénerie, avec des soldats piémontais acquis aux idées révolutionnaires, il tire de cette expérience des conclusions qui le confortent dans sa vision du monde :

Quelques-uns de ces messieurs s'étaient trouvés en Savoie au commencement de cette Révolution et ne l’avaient envisagée, à l’exemple d’un grand nombre de braves et bons Français, que sous un point de vue favorable […]. S’ils avaient pu lire les excellents ouvrages qui ont été faits contre les principes et les suites du système français, s’ils avaient été bien persuadés des maux infinis qu’il traînait après lui, ils auraient certainement changé d’avis.

36Dans ces circonstances, la méfiance envers les personnes qui ne partagent pas les mêmes idées politiques est de mise. Berlioz poursuit :

  • 44 Ibid., p. 384-386.

Nous crûmes, dans une pareille circonstance, devoir user de la plus grande circonspection à l’égard de tous ces messieurs et surtout de ceux qui étaient imbus des opinons du temps. Ces derniers venaient rarement chez nous, nous n’allions jamais chez eux […]. Nous avions des égards et des politesses pour tous, des liaisons bien étroites avec aucun, nous étions à la vérité plus souvent […] avec ceux à qui nous devions la reconnaissance et avec nos compatriotes44.

37La mise en relation des conditions d’accueil de chaque ecclésiastique avec les ressources dont il dispose et les stratégies développées pour améliorer les conditions de son exil, a donc mis en lumière trois d’acteurs, et autant de modalités d’engagement au sein de la Contre-Révolution. Des ressources politiques, sociales et intellectuelles sont mobilisées dans le cadre de l’exil à des fins d’avancement personnel, que ce soit pour la vie en émigration ou en vue du retour en France. Les missions spirituelles à connotation politique organisées par les évêques, comme les martyrologes dressés par les polémistes, sont des engagements forts qui posent la question de la place de l’argument religieux dans l’arsenal contre-révolutionnaire. La posture plus pragmatique des curés de paroisse ne doit pas occulter l’hostilité de la majorité des prêtres émigrés vis-à-vis de la Révolution, et leur volonté de reconstruire l’Église de France peut cacher un désir de reconquête porté par les thèses providentialistes des théoriciens de la Contre-Révolution. L’engagement contre-révolutionnaire peut alors se lire à la lumière de la complexité des parcours personnels en exil, entre stratégies de survie et convictions politiques. Ensemble, ils donnent corps à une opposition religieuse à la modernité révolutionnaire.

Haut de page

Notes

1 Lettre de Du Chilleau à La Fare, 27 mars 1794, citée dans Bernard De Brye, Consciences épiscopales en exil, 1789-1814 : à travers la correspondance de Mgr de la Fare, évêque de Nancy, Paris, Éditions du Cerf, 2004, p. 189-190.

2 Lettre de Du Chilleau à La Fare, 2 juillet 1796, ibid., p. 172.

3 Jean-Clément Martin, Contre-révolution, révolution et nation en France, 1789 - 1799, Paris, Seuil, 1998, p. 301.

4 Jean-Clément Martin, Révolution et Contre-Révolution en France de 1789 à 1995. Les rouages de l’Histoire, Rennes, PUR, 2006, p. 137-150 ; Jean-Clément Martin (dir.), Dictionnaire de la Contre-Révolution, Paris, Perrin, 2011, 552 p.

5 Karine Rance, « La Contre-révolution à l’œuvre en Europe », dans Jean-Clément Martin (dir.), La Révolution à l'œuvre : Perspectives actuelles dans l’histoire de la Révolution française, Rennes, PUR, 2005, consulté le 01 novembre 2019, http://books.openedition.org/pur/16037.

6 Sur l’organisation de l’accueil dans les différents pays européens, voir pour les États pontificaux, René Picheloup, Les ecclésiastiques français émigrés ou déportés dans l’État pontifical 1792-1800, Toulouse, Association des publications de l’Université de Toulouse-Le-Mirail, 1972, 302 p. ; pour l’Angleterre, Dominic Aidan Bellenger, The French exiled clergy : In the British Isles after 1789. An historical introduction and working list, Bath, Downside abbey, 1986, 301 p. ; pour la Suisse, Georges Andrey, Les émigrés français dans le canton de Fribourg (1789-1815). Effectifs, activités, portraits, Neuchâtel, Editions de la Baconnière, 1972, 407 p. ; pour l’Espagne, Manuel Gutiérrez García-Brazales, L’exil du clergé français en Espagne durant la Révolution (1791-1815), Neuvic, Éditions Les Livres de l’Îlot, 2017, 814 p.

7 Nan Lin, « Les ressources sociales : une théorie du capital social », Revue française de sociologie, 1995, t. 36-4, p. 687.

8 Yann Fauchois, « Les évêques émigrés et le royalisme pendant la Révolution française », dans François Lebrun et Roger Dupuy (dir.), Les Résistances à la Révolution, Imago, Paris, 1987, p. 388‑389.

9 Ibid., p. 391. Sur la question des rapports entre l’épiscopat émigré et les princes en exil, voir aussi Arnaud Decroix, « La formule “bon chrétien, fidèle sujet” à l’épreuve des bouleversements révolutionnaires. Les linéaments de la politique d’alliance du trône et de l’autel au sein de la noblesse française émigrée (1789-1801) », dans Philippe Bourdin (dir.), Les noblesses françaises dans l’Europe de la Révolution, Rennes, PUR, 2010, p. 369-378 ; Gérard Pelletier, Rome et la Révolution française. La théologie politique et la politique du Saint-Siège devant la Révolution française (1789-1799), Rome, Publications de l’École française de Rome, 2004, 769 p.

10 D. A. Bellenger, op. cit., p. 17.

11 Jean Brumauld de Beauregard, Mémoires de Mgr J. Brumauld de Beauregard,... précédés de sa vie, écrite sur des notes et des documents authentiques, Poitiers, impr. de Saurin frères, 1842, vol. 2, p. 30.

12 Ibid. Sur l’affaire Folleville, voir Jean-Marie Augustin, Le faux évêque de la Vendée, Paris, Perrin, 1994, 368 p.

13 B. De Brye, op. cit., p. 170-172.

14 Ibid. p. 170.

15 Charles Chapelier, « Monseigneur de La Fare et les prisonniers français en Hongrie (1794-1796), extraits des Mémoires rédigés par J. Jacques, prêtre, vicaire et frère du curé de Franconville », Semaine religieuse du diocèse de Nancy et de Toul, 1919, p. 670.

16 B. De Brye, op. cit., p. 451. Sur l’activisme contre-révolutionnaire de la Fare, voir le même ouvrage à partir du chapitre VIII.

17 G. Andrey, Les Émigrés français, op. cit., p. 242. Les voyages de ces collecteurs sont retracés dans Léon Jérôme (éd.), Collectes à travers l’Europe pour les prêtres français déportés en Suisse pendant la Révolution (1794-1797), Paris, A. Picard et fils, 1897, 434 p.

18 Pierre D’Hesmivy d’Auribeau, Mémoires pour servir à l'histoire de la persécution françoise, recueillis par les ordres de Pie VI par M. l’abbé d'Hesmivy d'Auribeau, Rome, L. Perego Salvioni, 1794-1795, 2 vol.

19 Pierre D’Hesmivy d’Auribeau, Extraits de quelques écrits de l’auteur des Mémoires pour servir à l’histoire de la persécution française, [s.l.], 2 vol., 1814, p. 117-118.

20 Paolo Leardi, Oraison funèbre de Louis XVI, prononcée en latin, dans la chapelle du Quirinal, traduite par M. l’abbé d’Hesmivy d’Auribeau, Rome, Impr. des Lazarini, 1793, 50 p. ; Cesare Brancadoro, Oraison funèbre de N. T. S. P. le pape Pie VI, prononcée en latin dans l’église patriarcale de Venise en présence du Sacré Collège des cardinaux, traduite en français avec des notes historiques, par M. l’abbé d’Auribeau, Venise, A. Curti, 1800, 448 p.

21 Gérard Dessolle, L’abbé Pierre d’Auribeau (1756-1843) : les fleurs, les ronces, la monarchie, Association pour l'étude et la sauvegarde du patrimoine religieux de la Haute-Provence, 2004, p. 74-75.

22 R. Picheloup, op.cit.

23 G. Dessolle, op. cit., p. 75.

24 Voir, par exemple, Archivio apostolico vaticano, Emigrati Rivoluzione Francese, dossier 33.

25 Charles-François De Lubersac de Livron, Journal historique et religieux de l’émigration et déportation du clergé de France en Angleterre, Londres, 1802, 272 p.

26 Ibid., p. ii.

27 D. A. Bellenger, op. cit., p. 5.

28 Aimé Guillon de Montleon, Les martyrs de la foi pendant la Révolution française, Paris, Mathiot, 1821, 4 vol.

29 Aimé Guillon de Montleon, Souvenirs d’un presqu’octogénaire, Bibliothèque municipale de Lyon, fonds général, ms. 5953, ff° 119-122.

30 Ibid.

31 Aimé Guillon de Montléon, Sur le siège de Lyon et sur les malheurs qui l’ont suivi, [s. l.], 1794, p. 3.

32 Ibid.

33 Paul Chopelin, « Des loups déguisés en agneaux  ? L’accueil des prêtres constitutionnels émigrés dans l’État pontifical (1792-1799) », Annales historiques de la Révolution française, n° 341, 2005, p. 85-109.

34 G. Andrey, op. cit., p. 215.

35 D. A. Bellenger, op. cit., p. 22-23.

36 Charles Robert, Urbain de Hercé, dernier évêque et comte de Dol, grand-aumônier de l’armée catholique et royale, fusillé à Vannes en 1795, Paris, V. Retaux, 1900, 498 p.

37 Michele Bianco, « Ecclesiastici francesi a Ferrara 1792-1796 », Annalecta Pomposiana, 1988, vol. 13, p. 121‑198.

38 Brigitte Waché, « Projets de vie mûris dans l’émigration », dans Yves Krumenacker (dir.), Religieux et religieuses pendant la Révolution (1770-1820, Lyon, Profac, 1995, t. 2, p. 161-174.

39 Alexis Saussol, Traité de la conduite à tenir après la persécution, Florence, Ciardetti, 1800, 2 vol., cité dans J. Delbrel, Études religieuses, historiques et littéraires. Par des pères de la Compagnie de Jésus, 1891, p. 459.

40 B. Waché, op. cit., p. 199-200.

41 R. Picheloup, op. cit., p. 158-159.

42 Sur la question des modes de vie et de pensée en émigration, voir Ferdinand Baldensperger, Le mouvement des idées dans l’émigration française (1789-1815), Paris, Plon, 1924, 2 vol.

43 Sylvain Rochet, « Les prêtres de l’ancien diocèse de Belley sur le chemin de l’exil. Mémoires de M. le chanoine Berlioz (22 septembre 1792-novembre 1794) », Bulletin de la Société Gorini, 1908, p. 406-407.

44 Ibid., p. 384-386.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sabine Adrien, « De l’accueil à la contre-révolution », Chrétiens et sociétés, 26 | 2020, 99-116.

Référence électronique

Sabine Adrien, « De l’accueil à la contre-révolution », Chrétiens et sociétés [En ligne], 26 | 2019, mis en ligne le 27 février 2020, consulté le 16 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/chretienssocietes/5425 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chretienssocietes.5425

Haut de page

Auteur

Sabine Adrien

Université de Lyon, LARHRA UMR 5190

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals