Navigation – Plan du site

Les mandements de Wagram et le gallicanisme épiscopal (été 1809)

Maxime Patissier
p. 117-138

Résumés

L’aggravation du conflit entre Pie VII et Napoléon, à l’été 1809, impose à ce dernier de justifier sa conduite, notamment l’arrestation récente du pape le 6 juillet et son transfert à Savone, dans un contexte militaire pourtant victorieux contre l’Autriche. Le mandement de Wagram et la lettre qu’il adresse à cette occasion aux évêques permettent ainsi à l’Empereur de mesurer leur fidélité, en leur présentant les lignes de sa politique et en attendant une preuve de dévouement au gouvernement. Dans un contexte de surveillance croissante de leurs discours, les évêques, s’appuyant tous sur un gallicanisme plus ou moins prononcé, entendent pourtant bien faire valoir leurs idées. Si, pour certains, la glorification du souverain apparaît comme un devoir, d’autres nuancent beaucoup leurs propos, refusant d’aller au bout de la logique impériale, qui pourrait provoquer une rupture avec le pape. L’analyse des mandements publiés par les évêques en juillet 1809 et de leur réception par le ministre des Cultes offre ainsi un panorama de la pensée épiscopale dans les diocèses belges et français à cette période qui marque un tournant profond dans cette querelle. L’attitude de chaque membre de l’épiscopat, face à ce mandement exigé par l’Empereur, permet d’esquisser la conduite et le positionnement qu’il entend adopter dans ce conflit. Les textes apparaissent comme l’expression d’un réel attachement au restaurateur des cultes, à la condition du maintien de l’autorité spirituelle du pape.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Ernest d’Hauterive, « Napoléon et la police du clergé », Revue des deux mondes, Paris, 1943, p. 14 (...)

Pendant son séjour à Schönbrunn, apprenant qu’à Lyon, un membre de sa famille, le cardinal Fesch, demi-frère de sa mère, se dispose à publier un mandement relatif au Te Deum à chanter à l’occasion de la victoire de Wagram, sans le faire précéder, selon l’usage, de la lettre écrite par lui, [Napoléon] ordonne à Fouché de voir le cardinal, de lui laisser entendre que, s’il ne rétablit pas cette lettre dans son mandement, il le regardera comme son ennemi et celui de l’État1.

  • 2 Michèle Fogel, Les cérémonies de l’information dans la France du xvie au xviiie siècle, Paris, Fay (...)
  • 3 Jacques-Olivier Boudon, « Les fondements religieux du pouvoir impérial », dans Nathalie Petiteau ( (...)
  • 4 Bernard Plongeron, Des résistances religieuses à Napoléon (1799-1813), Paris, Letouzey et Ané, 200 (...)

1Par ces mots, Ernest d’Hauterive mentionne différents aspects de cet épisode des mandements de Wagram de l’été 1809 et souligne notamment les tensions que le Te Deum a pu créer au sein de l’épiscopat impérial, même parmi les évêques les plus fidèles à Napoléon, comme son oncle l’archevêque de Lyon. Ce Te Deum s’inscrit, comme les autres, dans le cadre du culte impérial mis en place par l’Empereur, en reprenant la tradition monarchique développée au xvie siècle, qui associait à la gloire de Dieu celle de l’Élu de Dieu, lors de ses victoires militaires. Les prières appelant à la conservation de l’Empereur et du régime impérial se multiplient donc au gré des succès militaires et des événements marquant la vie de Napoléon2. Jusqu’en 1809, les évêques collaborent à ces célébrations lors de chaque victoire militaire, en diffusant largement l’image d’un prince restaurateur des Cultes et bienfaiteur de la religion catholique3. À partir de l’été 1809 et des prières exigées lors de la victoire de Wagram, le soutien de l’épiscopat à Napoléon commence pourtant à se fissurer en raison de l’aggravation du conflit avec la papauté. Les discussions entre les deux prestigieux adversaires semblent alors s’interrompre temporairement et les évêques témoignent de leurs inquiétudes face à ces événements dont la connaissance se diffuse, malgré toutes les précautions prises par le gouvernement pour maintenir le silence et faire taire les rumeurs4.

  • 5 Jacques-Olivier Boudon, « Bigot de Préameneu, ministre des cultes de Napoléon face à la crise du S (...)

2Il n’est pas étonnant, dans ce cadre, que Napoléon exige que le Te Deum, chanté à l’office du dimanche, soit accompagné de la lecture d’une de ses lettres, dans laquelle il justifie sa politique religieuse. Il espère, par ce biais, rassurer les évêques sur les récents événements survenus, mais aussi faire taire les premières oppositions qui commencent à apparaître dans les milieux catholiques de l’Empire. Ces résistances se traduisent, dans certaines paroisses et évêchés, par le refus du clergé d’inclure aux sermons la circulaire impériale. À l’inverse, il convient aussi de constater que l’absence de cette lettre découle parfois plutôt d’une volonté de certains évêques de ne pas créer de troubles au sein de diocèses marqués par l’agitation des réseaux fidèles au pape. Le mandement célébrant la victoire de Wagram, qui fait l’objet d’une surveillance accrue de la part de Napoléon et du ministre des Cultes, Bigot de Préameneu5, donne ainsi la possibilité de dresser un tableau relativement précis de l’état d’esprit de l’épiscopat impérial, à l’heure où se durcit clairement la crise du Sacerdoce et de l’Empire. Face à un mandement particulier devant justifier la conduite de l’Empereur face à Pie VII, il n’est pas étonnant, dans un contexte où le gallicanisme reste majoritaire, d’observer une obéissance globale de la part des évêques. Cependant, les exceptions doivent être mises en valeur pour illustrer cette opposition naissante qui prend parfois la forme d’un simple silence ou de formules jugées maladroites par le gouvernement. Cette étude tient compte des cinquante-huit diocèses français et belges dont les mandements ont été analysés par Bigot de Préameneu dans un compte-rendu à l’Empereur. Parmi eux, un échantillon d’une dizaine de mandements a été plus spécialement dépouillé, en prenant en compte les différents avis, positifs et négatifs, exprimés par le ministre des Cultes dans son rapport. Il s’agit des mandements des archevêques de Tours, Lyon et Besançon et de ceux des évêques de Nantes, Clermont, Limoges, Namur, Bayonne et Grenoble.

Un mandement exigé dans un contexte de crise diplomatique avec la Papauté

Une victoire sur l’Autriche, des tensions avec Rome

  • 6 Jacques-Olivier Boudon, « Grand homme ou demi-dieu ? », op. cit., p. 136.
  • 7 Jean Godel, « L’Église selon Napoléon », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 17‑3, 1970, p. (...)

3Les 5 et 6 juillet 1809, alors qu’à Rome, Pie VII est arrêté par le général Radet au Quirinal, Napoléon remporte les victoires d’Enzersdorf et de Wagram. Celles-ci marquent la fin de la campagne de 1809, ce que confirme la signature de l’armistice de Znaïm entre Français et Autrichiens le 12 juillet. Dans le cadre du culte impérial, Napoléon exige des évêques la célébration d’un Te Deum en l’honneur de ces deux batailles. Les prières en l’honneur de l’Empereur et de son action ont un rôle extrêmement important durant la période ; elles permettent l’affirmation du rôle de Napoléon comme restaurateur des Cultes, expression souvent usitée dans les mandements de l’épiscopat. Par ce biais, le souverain devient le garant de la paix militaire et religieuse et de la concorde sociale dans le pays6. Dans ce cadre, le clergé endosse volontiers son rôle de soutien du gouvernement afin d’empêcher toute possibilité de retour aux crises et aux divisions passées, notamment celles de la Révolution7.

  • 8 Correspondance de Napoléon Ier, publiée par ordre de l’Empereur Napoléon III, Paris, Imprimerie Im (...)
  • 9 Arch. Nat., F19 1925 : Bulle d’excommunication du pape Pie VII (10 juin 1809)
  • 10 Michel Laurencin, Les relations Église-État sous le Premier Empire : l’attitude de Mgr Louis-Mathi (...)
  • 11 Philip Dwyer, Citizen Emperor : Napoleon in power, Yale, University Press, 2013, 816 p. ; Michael (...)

4Or, le contexte à l’été 1809 est bien loin de celui de la restauration du culte catholique des années 1801-1802. En effet, les événements des mois de mai, juin et juillet 1809, quand ils parviennent à la connaissance des évêques et de la population, font ressurgir les spectres d’un nouveau schisme avec la papauté et craindre l’apparition de troubles au sein de l’Église. Le 17 mai 1809, soit quatre jours après l’entrée des Français dans Vienne, un décret impérial prononce l’annexion et le rattachement des États pontificaux et de Rome à l’Empire8. Cette décision entraîne pour Pie VII la perte de son pouvoir temporel, conformément aux volontés de Napoléon. La réponse du pape ne se fait pas attendre, puisque, dès le 10 juin, jour où le décret prend concrètement effet avec l’entrée du général Miollis dans Rome, une bulle d’excommunication9 est affichée sur les portes des églises de la ville. Si Napoléon n’est pas cité nommément dans cette bulle, la diffusion clandestine de ce document, dès la fin du mois de juillet en France, crée naturellement un malaise chez les évêques et de l’agitation dans certaines villes. La majorité des évêques dissipe néanmoins rapidement les doutes qui auraient pu naître à la suite de cette bulle, en s’appuyant sur les auteurs gallicans comme Héricourt ou Bossuet pour affirmer la nullité de cette sentence10. Après un mois de juin durant lequel Napoléon exprime à plusieurs reprises sa colère contre Pie VII, la décision est prise, sans que les responsabilités soient clairement identifiées, d’arrêter le pape et son secrétaire d’État, le cardinal Pacca. L’action prend forme dans la nuit du 5 au 6 juillet, pendant laquelle le général Radet s’introduit au Quirinal, arrête le souverain pontife, qui est emmené au cours d’un long voyage jusqu’à Savone, où il arrive le 17 août. Cette arrestation, renvoyant à celle de Pie VI dix ans plus tôt, ne fait qu’accroître la crainte des évêques de voir de nouvelles divisions se créer au sein de l’Église, malgré toutes les précautions prises par Napoléon pour contrôler les informations sur ces événements11.

  • 12 Léon Lecestre, Lettres inédites de Napoléon Ier, Paris, Plon-Nourrit, 1897, p. 329-330.
  • 13 Arch. Nat., AFIV 1046 : Lettre de Bigot de Préameneu à Napoléon (20 juillet 1809).
  • 14 Ibid.
  • 15 Ibid.

5En effet, le 24 juillet 1809, Napoléon écrit à Fouché, alors ministre de la Police : « Donnez aussi des ordres positifs pour qu’aucune gazette ne fasse mention du Pape12. » Cela semble peine perdue, puisque, dès le 20 juillet, le ministre des Cultes informe l’Empereur que « le bruit du voyage du Pape est répandu13 », les évêques et le clergé exprimant leur étonnement et « le désir que cela ne fût pas arrivé ». Voulant rassurer cependant le souverain sur l’écho qu’ont eu ces nouvelles sur l’épiscopat, Bigot de Préameneu poursuit en affirmant que « tous les évêques donneront, dans ces circonstances difficiles pour eux, des preuves de fidélité à leurs devoirs et de dévouement à votre auguste personne14 ». L’information prend une portée d’autant plus forte que c’est par cette même lettre du 20 juillet que le ministre annonce qu’il transmet aux évêques l’ordre de faire chanter un Te Deum en l’honneur des victoires d’Enzersdorf et de Wagram, afin que cela soit fait dès le dimanche suivant à Paris et celui d’après en province15. Ce mandement, exigé à la fin du mois de juillet 1809, se fait donc dans un contexte particulier de tensions entre le gouvernement français et la papauté. Cette situation confère au Te Deum de Wagram, dont les objectifs dépassent le simple cadre de la glorification militaire, un vrai rôle de test pour connaître les premières réactions et les premières prises de position de l’épiscopat face à l’aggravation de la crise du Sacerdoce et de l’Empire.

La circulaire impériale du 13 juillet : une volonté de justification

  • 16 Jean Godel, La reconstruction concordataire dans le diocèse de Grenoble après la Révolution (1802- (...)
  • 17 Léon Levy-Schneider, L’application du Concordat par un prélat d’Ancien Régime, Mgr Champion de Cic (...)
  • 18 Jean Godel, La reconstruction concordataire…, op. cit., p. 341-342.

6Napoléon, conscient de ce qui se joue, même s’il cherche à taire ou amoindrir la gravité des récents événements, entend rassurer son épiscopat par l’envoi d’une circulaire à tous les évêques, qui doit accompagner le Te Deum et être lue dans toutes les églises de France. Si le mandement prend une portée plus large en raison du contexte, il en est de même pour la lettre impériale qui l’accompagne. Comme l’explique Jean Godel, « la lettre de l’Empereur, au lieu d’être une simple annonce de la victoire, comme à l’accoutumée, était un véritable exposé de sa politique religieuse16 ». Si cette circulaire, datée du 13 juillet 1809, est bien sûr une justification faite par Napoléon de sa conduite, elle devient aussi rapidement un outil pour vérifier la fidélité du clergé français. Obtenir l’adhésion et le soutien de l’épiscopat permettrait d’isoler davantage le Pape captif afin de le faire plier. Il faut noter que ce mandement est aussi doublé de l’ordre donné par le ministre des Cultes à plusieurs évêques d’écrire à Pie VII pour le pousser à conférer l’institution canonique à ceux récemment nommés par Napoléon. À l’inverse, le danger pour le gouvernement est d’entraîner une résistance plus forte du haut clergé, sachant qu’un refus de publier cette lettre apparaîtrait immédiatement comme une forme d’opposition à sa politique17. Les premiers destinataires de cette lettre sont donc bien les évêques, qui ont été les plus troublés par l’arrestation du pape et son passage à Grenoble entre le 21 juillet et le 2 août 1809, plus que les fidèles qui, hormis dans les réseaux d’opposition catholiques, sont surtout préoccupés par les conséquences de la guerre sur leurs enfants18.

  • 19 Victor Bindel, Un rêve de Napoléon : le Vatican à Paris (1809-1814), Paris, Editions Alsatia, 1942 (...)

7Napoléon, par cette véritable « dissertation sur les droits de Jésus-Christ et le pouvoir de César19 », entend aussi raviver le gallicanisme des évêques dans le cadre d’une politique plus large, qu’il accroît en 1808 et qui atteint son sommet le 17 février 1810 lorsque la Déclaration des Quatre Articles de 1682 est proclamée loi d’Empire. Cet objectif passe, d’une part par la réaffirmation de la défense de l’Église catholique par l’Empereur mais aussi l’assurance de la protection des pouvoirs spirituels des évêques :

  • 20 Correspondance de Napoléon Ier, op. cit., tome 19, n° 15518.

Héritier du pouvoir de César, nous sommes résolu à maintenir l’indépendance de notre trône et l’intégrité de nos droits. Nous persévérerons dans la grande œuvre du rétablissement de la religion. Nous environnerons ses ministres de la considération que nous seul pouvons leur donner. Nous écouterons leur voix dans tout ce qui a rapport au spirituel et au règlement des consciences20.

8D’autre part, on retrouve, dans cette lettre, la volonté impériale de faire taire les rumeurs et les prémices d’une opposition qui pourraient naître au sein des milieux catholiques :

  • 21 Ibid.

Au milieu des soins des camps, des alarmes et des sollicitudes de la guerre, nous avons été bien aise de vous donner connaissance de ces sentiments, afin de faire tomber dans le mépris ces œuvres de l’ignorance et de la faiblesse, de la méchanceté ou de la démence par lesquelles on voudrait semer le trouble et le désordre dans nos provinces21.

  • 22 Ibid.

9Enfin, en s’appuyant toujours sur les doctrines gallicanes, Napoléon réaffirme la nécessité de mettre fin au pouvoir temporel du pape pour assurer un meilleur exercice de sa puissance spirituelle. Citant dans cette lettre l’Évangile selon saint Jean, l’Empereur écrit : « Nous savons que ceux qui voudraient faire dépendre de l’intérêt d’un temporel périssable l’intérêt éternel des consciences et des affaires spirituelles sont hors de la charité, de l’esprit et de la religion de celui qui a dit : Mon empire n’est pas de ce monde22. » On retrouve ici l’un des thèmes au cœur des échanges entre Rome et Paris depuis le début de l’année 1808 avec l’occupation de Rome par les troupes françaises et la question du maintien du pouvoir temporel du pape. Là où Pie VII affirme l’utilité de la domination des États pontificaux par la papauté pour assurer l’indépendance de l’exercice de son pouvoir spirituel, Napoléon y voit une entrave pour sa politique militaire et pour le blocus continental qu’il mène. Il convient aussi de rappeler que le 13 juillet, alors qu’il adresse ce courrier aux évêques, l’Empereur ignore encore l’arrestation du pape et son départ forcé.

10Contrairement aux lettres impériales jointes aux mandements en l’honneur des victoires militaires napoléoniennes, qui appellent le plus souvent à des prières publiques en remerciement du succès remporté, la circulaire du 13 juillet 1809 apparaît plus comme le résumé de la politique religieuse et du gallicanisme prôné par l’Empereur. Ce mandement devient un outil du souverain pour s’assurer du soutien constant de son épiscopat et pour contrôler la fidélité de chacun de ses membres.

Le mandement de Wagram, objet d’une attention particulière

  • 23 Jean Godel, La reconstruction concordataire…, op. cit., p. 343.

11L’importance et la spécificité de ce mandement de Wagram se confirment aussi par l’attention portée par le gouvernement, notamment le ministre des Cultes et l’Empereur, à son traitement par les évêques. Le ministre de la Police est également impliqué rapidement au mois d’août pour obtenir des explications ou prononcer des sanctions contre les membres du clergé qui auraient montré des réticences ou exprimé des formules maladroites dans leur discours. Si les évêques sont chargés lors de chaque mandement de faire parvenir une copie au ministre des Cultes, Napoléon, conscient de l’importance de cet épisode dans sa lutte contre Pie VII, demande cette fois à Bigot de Préameneu de faire relier et de lui faire parvenir le mandement de chaque évêque de l’Empire23.

  • 24 Arch. Nat., AFIV 1046 : Compte-rendu des mandements des évêques à l’occasion de la victoire de Wag (...)
  • 25 Ibid.
  • 26 Arch. Nat., AFIV 1046 : Lettre de Bigot de Préameneu à Napoléon (3 août 1809).

12Ce dernier joint à ces documents un tableau récapitulatif, dressant pour chaque diocèse, un résumé et une analyse rapide du mandement publié à l’occasion de la victoire de Wagram24. Ce compte-rendu témoigne des premières divergences d’opinions au sein de l’épiscopat. L’étude de cette pièce permet tout d’abord de mettre au jour une différence nette entre ceux ayant publié la lettre impériale avec leur mandement et ceux ne l’ayant pas jointe. Il convient évidemment, pour ces derniers, d’aller chercher les causes de cet « oubli », qui est parfois justifié très rapidement durant le mois d’août. Il se dégage pourtant un groupe d’évêques qui font de cet acte une première manifestation de leur malaise face à la politique de l’Empereur. De plus, il faut noter que le ministre des Cultes, dans son rapport, met clairement en évidence, ceux qui ont pleinement rempli leur mission, associant la lettre de Napoléon à un mandement plein de dévouement pour leur souverain, et ceux ayant témoigné peu de zèle pour cette tâche et dont le discours « n’est relatif qu’aux victoires de Sa Majesté25 ». Sur les cinquante-huit diocèses retenus pour cette étude, quarante-huit ont publié la lettre. Dix d’entre eux ne l’ont donc pas jointe avec, parmi eux, des prélats de premier rang, comme le cardinal Fesch ou l’abbé de Pradt, archevêque nommé de Malines, tous deux aumôniers de l’Empereur. L’absence de ce document ne témoigne pas nécessairement d’un désaccord avec le gouvernement, puisque, dans le mois d’août, cinq évêques envoient à Bigot de Préameneu une justification de cet oubli. Cependant, sur les quarante-huit prélats qui ont joint la lettre, le ministre des cultes signale dix-huit d’entre eux, soit environ 40%, qui se sont contentés de parler des victoires militaires sans aller plus loin dans leur discours. Là encore, cela ne constitue pas obligatoirement une contestation de la politique religieuse napoléonienne, mais ce fait peut confirmer un certain malaise face à l’attitude adoptée à l’égard du pape. Si quelques évêques commencent à faire preuve de résistance de manière plus visible, une part importante de l’épiscopat préfère ainsi garder le silence face aux événements et se contenter de respecter les ordres pour ne pas s’attirer la colère de l’Empereur. Un premier bilan dressé par le ministre des Cultes affirme pourtant que tous les mandements sont rédigés selon un bon esprit, « à l’exception d’un seul, celui de l’évêque de Namur26 ».

  • 27 Jean Godel, La reconstruction concordataire…, op. cit., p. 343-344.

13À l’image du diocèse de Grenoble27, où la surveillance du clergé devient plus active à partir du mandement de Wagram, la police intervient de manière toujours plus forte dans les milieux religieux pour contrôler les idées qui circulent, confirmant ainsi le rôle charnière qu’a joué cet épisode dans un contexte diplomatique de plus en plus tendu avec la papauté.

Une obéissance majoritaire et silencieuse de l’épiscopat

Des mandements pleins de dévouement pour l’Empereur

  • 28 Émile Gabory, Un grand évêque oublié, Mgr Duvoisin, évêque de Nantes, aumônier de l’Impératrice Ma (...)

14Il se détache du compte-rendu de ces mandements, dressé par Bigot de Préameneu, une première catégorie d’évêques, qui sont ceux ayant montré le plus de dévouement envers l’Empereur et le plus de zèle pour servir sa cause. L’évêque de Nantes, Mgr Duvoisin, figure au premier rang de ceux-ci. Napoléon a pris conscience de sa fidélité lors de son passage à Nantes en 1808 et le nomme conseiller dès 180928. Le ministre des Cultes rapporte les propos de l’évêque dans son compte-rendu :

  • 29 Arch. Nat., AFIV 1046 : Compte-rendu des mandements des évêques à l’occasion de la victoire de Wag (...)

Vous êtes trop instruits, vous connaissez trop bien l’esprit et les principes de notre Sainte Religion pour ignorer que le Prince ne doit compte de l’exercice de son autorité qu’à Dieu seul, parce que c’est de Dieu qu’il l’a reçue ; que nulle autorité sur la terre ne peut, sous quelque prétexte que ce soit, vous dispenser de l’obéissance due au souverain, si expressément, si vivement recommandé par J.-C. et ses Apôtres, que l’Église n’a pas plus de juridiction sur ce qui est de l’ordre temporel que le souverain n’en a sur ce qui est de l’ordre spirituel, sur ce qui a rapport au grand objet de la rédemption et au salut des âmes29.

15Dans cet extrait, Mgr Duvoisin prend clairement la défense de la politique religieuse napoléonienne, l’Empereur ne reconnaissant nulle autorité au-dessus de lui, les pouvoirs du pape devant se limiter au strict domaine spirituel, toute puissance temporelle étant exclue de ses prérogatives. Son mandement devient un outil dans la lutte contre les troubles que pourraient occasionner certains opposants, puisqu’il écrit :

  • 30 Arch. Dioc. de Nantes, 1E01/0040 : Mandement de Mgr Duvoisin pour la victoire de Wagram (27 juille (...)

Pour entrer dans les vues de S.M. et vous prémunir contre les suggestions que pourraient vous présenter la malveillance et un faux zèle de Religion, nous croyons devoir mettre sous vos yeux ce que nous disions, il y a quelques années, dans un ouvrage où nous avions été conduits, par notre sujet, à traiter des droits respectifs et des limites des deux Puissances30.

  • 31 Arch. Nat., AFIV 1046 : Observations de Bigot de Préameneu sur « les mandements de quelques évêque (...)

16Cette référence à son Essai sur la Tolérance, publié en 1805, lui vaut les compliments de Bigot de Préameneu, pour qui l’évêque a parfaitement développé le point souhaité par Napoléon le 13 juillet 1809, à savoir « signaler les insinuations perfides de quelques mauvais théologiens dont le but serait de donner au chef de l’Église de l’autorité sur les princes temporels31. » En ce mois de juillet 1809, l’évêque de Nantes utilise donc toute sa science théologique et son gallicanisme pour soutenir et renforcer la politique impériale. S’appuyant sur la Bible et les paroles de Napoléon, Mgr Duvoisin rappelle :

  • 32 Arch. Dioc. De Nantes, 1E01/0040 : Mandement de Mgr Duvoisin pour la victoire de Wagram (27 juille (...)

Je sais que l’ignorance et l’ambition ont souvent déplacé les bornes qui séparent les deux Puissances. Mais ces bornes sont posées dans l’Évangile, où Jésus-Christ déclare qu’il faut rendre à César, c’est-à-dire la puissance établie, ce qui est à César ; que son royaume n’est pas de ce monde ; et qu’il n’a pas le pouvoir de partager un héritage entre deux frères. Elles ont été connues et révérées de toute l’antiquité ecclésiastique, toujours défendues par l’Église gallicane et inébranlablement affermies par la célèbre déclaration de 168232.

  • 33 Arch. Nat., AFIV 1046 : Compte-rendu des mandements des évêques à l’occasion de la victoire de Wag (...)

17Le dévouement dont fait preuve l’évêque lui vaut d’être cité en exemple par le ministre des Cultes, qui conseille à Mgr Enoch à Rennes, dont le mandement manque « de discernement et de zèle », de publier « aussi dans son diocèse le mandement de l’évêque de Nantes, qui est fait dans un bon esprit33. » Le thème de la limitation des deux pouvoirs, bien évoqué par Mgr Duvoisin, est central dans plusieurs écrits épiscopaux salués par Bigot de Préameneu, tels que ceux des évêques d’Avignon et d’Angoulême, tous deux anciens constitutionnels. Ce dernier, Mgr Lacombe, écrit dans son mandement :

  • 34 Ibid.

Le premier Pasteur de la Sainte Église dont nous avons le bonheur d’être membre, l’apôtre St Pierre, en recevant la mission de J. Ch. n’avait été appelé que pour un Royaume Spirituel... Nous disons quand nous voyons la souveraineté temporelle ôtée et soustraite de N.S.P. le Pape : c’est là le doigt de Dieu34.

18Mgr Barral, aumônier de l’impératrice Joséphine, voit aussi son mandement salué par le ministre des Cultes, même si l’archevêque de Tours a « éludé la question » (relative à l’autorité du pape sur les princes temporels) pour traiter surtout de la réorganisation du culte catholique en France grâce à l’action impériale. Il rappelle que

  • 35 Arch. Dioc. de Tours, 1E1 : Mandement de Mgr Barral pour la victoire de Wagram (25 juillet 1809).

l’Empereur semble déposer tous les soins et toutes les sollicitudes de la guerre pour s’occuper principalement des intérêts de la Religion. Au milieu du tumulte des camps, SA MAJESTÉ daigne nous confirmer qu’Elle persévérera dans le grand œuvre du rétablissement de la Religion de JÉSUS-CHRIST dans son Empire, et que rien ne la détournera de ce but qu’Elle a déjà en partie atteint. Elle veut que ce témoignage d’attachement à la foi de nos pères soit publié dans toutes les Chaires, afin que rien ne trouble et n’altère la sécurité des peuples en ce qui tient aux objets chers et sacrés de leur croyance35.

19Ce thème et la volonté de rassurer les fidèles par la reprise des arguments impériaux, dans un contexte pourtant troublé, sont récurrents chez plusieurs évêques, puisqu’on les retrouve notamment chez ceux de Saint-Flour et de Mende. Enfin, il faut aussi signaler les compliments parfois adressés aux vicaires généraux des diocèses, qui ont été chargés à plusieurs reprises, en l’absence de leur évêque, de rédiger le mandement. Ainsi, à Dijon, l’abbé Collin, vicaire général, fait l’objet d’une lettre adressée à Bigot de Préameneu par le président par intérim de la Cour d’appel de Dijon. Ce dernier souligne que l’abbé Collin « s’est empressé de dissiper ces inquiétudes en prouvant que la Souveraineté temporelle du chef de l’Église n’a rien de commun avec la Religion ». Le mandement de Wagram peut donc aussi témoigner de la fidélité de membres du haut clergé, en dehors de l’épiscopat, phénomène pourtant loin d’être majoritaire.

Un strict respect des ordres

20Parmi l’ensemble des mandements étudiés, beaucoup d’entre eux ont été rédigés en effet sans excès de zèle et de volonté glorificatrice. Si aucun reproche n’est adressé à leurs auteurs, il est néanmoins intéressant de comprendre les raisons expliquant ce manque d’enthousiasme croissant parmi l’épiscopat. Plusieurs motivations peuvent expliquer ce phénomène.

21Dans la majorité des cas, les évêques concernés rendent hommage à Dieu pour apporter autant de victoires à l’Empereur, qui poursuit continuellement son œuvre de restauration du culte catholique. C’est le cas de Mgr Champion de Cicé, à Aix, dont Bigot de Préameneu cite ces lignes dans son rapport :

  • 36 Arch. Nat., AFIV 1046 : Compte-rendu des mandements des évêques à l’occasion de la victoire de Wag (...)

À ces traits éclatants de la protection divine, qui pourrait méconnaître cette puissance invincible qui place et déplace les pouvoirs ; qui distribue les succès et les revers ; qui détruit ou relève les Empires. Adorons la main toute puissante qui daigne protéger et rendre invincible notre auguste Empereur36.

  • 37 Léon Levy-Schneider, L’application du Concordat par un prélat…, op. cit., p. 498.
  • 38 Ibid., p. 495.
  • 39 Thierry Blot, Reconstruire l’Église après la Révolution. Le diocèse de Bayeux sous l’épiscopat de (...)

22« Principes sages ; style mou et sans couleur37 », écrit Permon, le commissaire général de police à Marseille à propos de ce mandement. L’évêque espérait surtout éviter de se placer en opposition avec Napoléon pour ne pas s’attirer sa colère. De plus, Mgr Champion de Cicé vit avec un certain malaise le traitement réservé au pape, ce dernier ayant même traversé la ville d’Aix lors de son trajet vers Savone. L’évêque lui-même, fin septembre, parle de « quelques apparences d’inquiétude et de légères fermentations38 » ayant parcouru son diocèse à l’été 1809. On retrouve peut-être dans ce mandement la volonté de ne pas accroître les tensions parmi ses fidèles. Même situation dans le diocèse de Bayeux, où Mgr Brault continue lui aussi de suivre les directives impériales à la lettre. Le schéma semble identique, avec un évêque ne voulant pas agiter le peuple à un moment où l’Empire est à son apogée, ni déplaire à l’Empereur39. Cette dernière motivation, qui revient chez plusieurs membres de l’épiscopat, peut sûrement en partie s’expliquer par la récente décision de Napoléon, en mars 1809, de donner le titre de baron d’Empire à tous les évêques français.

  • 40 Charles Ledre, Le cardinal Cambacérès, archevêque de Rouen (1802-1818), Paris, Plon, 1943, p. 457- (...)
  • 41 Antoine Du Bourg, Mgr Du Bourg évêque de Limoges, 1751-1822, Paris, Perrin, 1907, p. 397.

23Le cas est différent dans les diocèses de Rouen et de Limoges, où le malaise et le mécontentement des évêques semblent plus nets. Dans les deux cas, ils publient cependant un mandement pour la victoire de Wagram et l’accompagnent de la lettre circulaire de Napoléon. Mgr Cambacérès et Mgr Dubourg désapprouvent de plus en plus la politique menée par Napoléon à l’égard de Pie VII au point que leur mandement marque un tournant dans leur épiscopat, les deux choisissant ensuite de se replier progressivement sur leur diocèse et de souligner toujours plus leur désaccord avec la conduite de l’Empereur. Mgr Cambacérès fait partie l’année suivante des « cardinaux noirs » refusant d’assister au mariage avec Marie-Louise40, alors que Mgr Dubourg tente d’exprimer ses inquiétudes dans la correspondance qu’il entretient avec M. Emery, supérieur de Saint-Sulpice, sans obtenir de véritable soutien de sa part41.

24Le dernier thème revenant fréquemment dans le mandement de ces évêques est celui de la paix. Cette paix doit être d’abord politique, afin de mettre fin à tous les morts causés par la conscription, mais aussi religieuse, notamment dans le contexte troublé de l’année 1809. Mais la place centrale donnée à Dieu dans ce processus pourrait être perçue aussi comme un moyen détourné pour critiquer l’action de Napoléon et amoindrir son rôle. Cette idée est visible notamment chez Mgr Duwalk de Dampierre, évêque de Clermont :

  • 42 Arch. Dioc. de Clermont, 1E 2/2 : Mandement de Mgr Duwalk de Dampierre pour la victoire de Wagram (...)

Rendons, N.T.C.F., la gloire à celui à qui seul elle appartient. C’est le Dieu des armées, le Dieu des arts qui affaiblit la sagesse des uns, ranime le courage des autres, donne l’intelligence et le génie à ceux-ci ; lui seul mérite notre reconnaissance.
Sans doute, nous ne pouvons refuser des larmes au trop grand nombre de victimes du sang desquels nos lauriers sont teints ; mais un sentiment d’espérance se réveille dans notre cœur ; un armistice, une suspension d’armes, suite de ces victoires, semblent nous présager des dispositions plus pacifiques. Puisse-t-elle, cette cessation momentanée d’hostilités, nous conduire enfin à une paix solide et durable ! Puisse cette continuité de bienfaits, que la divine miséricorde nous prodigue, nous ouvrir les yeux et nous inspirer la reconnaissance, l’amour et la fidélité qu’il a tant de droit d’exiger de nous42.

25Ainsi, même parmi les évêques qui obéissent aux directives, les situations varient énormément, de ceux qui se contentent du minimum pour appeler à la paix et ne pas alarmer des fidèles parfois déjà troublés dans leur diocèse à ceux qui témoignent d’une première forme de rejet de la politique religieuse menée par l’Empereur.

L’attachement au gallicanisme et au restaurateur des cultes

  • 43 Auguste-Jacques Lemierre d’argy, Relation authentique de l’assaut donné le 6 juillet 1809 au palai (...)

26Malgré les inquiétudes qui se multiplient au sein de la population catholique durant les mois de l’été 1809, la plupart des membres de l’épiscopat, qu’ils aient été prêtres ou évêques avant ou pendant la Révolution, restent des gallicans convaincus. Il n’est donc pas étonnant que beaucoup d’entre eux défendent l’action impériale et poursuivent leur soutien sans faille au gouvernement. C’est le cas notamment des anciens constitutionnels, comme Mgr Périer à Avignon, qui a pourtant vu quelques jours auparavant le tumulte créé dans sa ville par le passage du pape. Le camérier du pape, Giuseppe Moiraghi, raconte, à propos de cette épisode, l’attitude des Avignonnais : « Tous jurèrent fidélité et obéissance au Pape, tous exprimèrent leur horreur pour le gouvernement existant, comme illégal et tyrannique43. » Pourtant, cette agitation n’empêche pas l’évêque dans son mandement de justifier les décisions de Napoléon, notamment la suppression du pouvoir temporel :

  • 44 Arch. Nat., AFIV 1046 : Compte-rendu des mandements des évêques à l’occasion de la victoire de Wag (...)

L’Église toute entière, quoique revêtue de la plénitude de la puissance spirituelle, n’a, par elle-même, aucun empire sur les objets civils et temporels… Ces pouvoirs spirituels que St Pierre et les apôtres devaient transmettre à leurs successeurs ne sauraient donner la moindre atteinte à l’indépendance des trônes et des nations44

  • 45 Georges Maurin, « Un évêque d’Avignon et de Nîmes sous le Premier Empire, 1802-1817 », Revue du Mi (...)
  • 46 Arch. Nat., AFIV 1046 : Compte-rendu des mandements des évêques à l’occasion de la victoire de Wag (...)

27Mgr Périer traduit la pensée d’un grand nombre d’évêques, même si certains auteurs ont aussi souligné l’importance de son passage à l’Oratoire pour expliquer son attitude45. Les évêques sont pourtant nombreux à tenir ce discours, qui est partagé également par Mgr d’Osmond à Nancy, qui, s’appuyant sur les idées du pape Gélase, affirme : « Il l’a ainsi réglé afin que les pontifes chargés du spirituel n’entreprissent pas sur le temporel, car celui qui sert Dieu ne doit point s’embarrasser d’affaires séculières, et aussi afin que l’Empereur chargé du temporel n’envahît point les fonctions du Sacerdoce46. »

  • 47 Jean Godel, La reconstruction concordataire…, op. cit., p. 346.

28Or, c’est là une des idées de Napoléon, pour renforcer son autorité, que de s’appuyer sur le courant de pensée majoritaire au sein de l’épiscopat et de réveiller le gallicanisme du haut clergé d’Ancien Régime. Reprenant à son compte le premier article de la Déclaration de 1682, qui affirme que les souverains français ne reconnaissent aucun supérieur d’un point de vue temporel, le pouvoir de l’Empereur ne peut donc être remis en cause par le pape, même en cas d’excommunication, cela étant extrêmement important dans le contexte de juillet 1809, un mois et demi seulement après la publication de la bulle du 10 juin. Dans ce cadre, les évêques ne s’intéressent que peu à la question du pouvoir temporel romain, y voyant une affaire politique entre deux souverains qui ne les concerne pas47. C’est en tout cas le point de vue de Mgr Le Coz, archevêque de Besançon, qui écrit au maire de Valempoulières, le 27 août 1809 :

  • 48 Arch. Dioc. de Besançon, L1 12 : Lettre de Mgr Le Coz au maire de Valempoulières (27 août 1809).

Vous êtes peut-être comme beaucoup d’autres détournés de bâtir ou d’acheter un presbytère par des alarmistes de mauvaise foi, hommes ennemis de la patrie ou de la Religion et peut être de l’une et de l’autre également, les odieux tartuffes vont débitant que notre sainte religion est menacée de nouveaux troubles, de nouvelles persécutions à cause des contestations de la Cour de Rome et de la Cour de France. Mais l’objet de ces malheureuses contestations n’est pas moins temporel, moins étranger à la Religion que l’objet des guerres actuelles entre l’Empereur d’Autriche et l’Empereur des Français48.

  • 49 Quelques mandements de Mgr l’évêque de Troyes, Étienne-Antoine de Boulogne, Paris, Chez les marcha (...)

29Enfin, le dernier aspect pouvant expliquer la volonté de nombreux évêques de prendre parti pour l’empereur en ce mois de juillet 1809 est la crainte de l’apparition d’un schisme au sein de l’Église de France. Certains d’entre eux, en rédigeant un mandement favorable accompagné de la lettre impériale, espèrent peut-être ne pas froisser Napoléon et ne pas accentuer les troubles qui pèsent déjà sur la religion catholique. Pour d’autres, éviter un schisme passe par le rappel de la nécessité d’une alliance entre l’Église et l’État pour ne pas risquer un retour aux divisions traversées durant la période révolutionnaire. Mgr de Boulogne, évêque de Troyes et aumônier de l’Empereur, affirme ainsi que la présence de Dieu est nécessaire à la stabilité des trônes : « Que serait encore, sans l’idée de Dieu et de sa Providence, la vie entière du Monarque qui nous gouverne ? Qu’une suite de problèmes plus insolubles les uns que les autres49. »

Les prémices d’une opposition épiscopale ?

Des mandements incomplets

30Dix évêques sur les cinquante-huit de cette étude ne publient pas, avec leur mandement, la circulaire de l’Empereur. Ce sont ceux des diocèses français de Chambéry, Digne, Lyon, Grenoble, Quimper, Soissons et des diocèses belges de Gand, Namur, Malines et Tournai. Cela n’indique pas automatiquement une opposition claire à la politique napoléonienne, mais permet plutôt de comprendre les mécanismes pouvant influencer et guider l’action des évêques et leur pensée, au point, parfois, de les faire s’écarter de la doctrine souhaitée par Napoléon.

  • 50 Arch. Nat., AFI 1046 : Lettre de Bigot de Préameneu à Napoléon (16 août 1809).
  • 51 Arch. Nat., AFIV 1046 : Compte-rendu des mandements des évêques à l’occasion de la victoire de Wag (...)
  • 52 Joseph Lenfant, « Maurice de Broglie, évêque de Gand (1766-1821) », Revue d’histoire de l’Église d (...)

31Le cas des diocèses belges est très intéressant, car il regroupe des évêques subissant d’importants reproches de la part du gouvernement à propos de leur mandement et de l’oubli de joindre la lettre, mais aussi d’autres ne faisant face qu’à quelques réprimandes. Le cas de l’archevêque de Malines, qui exalte dans son mandement le pouvoir temporel de Napoléon et son œuvre en faveur de la religion, sans pour autant publier la lettre, témoigne des justifications pouvant être apportées au gouvernement. Mgr de Pradt met en avant les contestations nombreuses du clergé et des paroissiens, qui auraient déserté les églises si le texte impérial avait été lu. Le ministre des Cultes salue son dévouement, son zèle et « son courage50 » face au mauvais esprit de son clergé et son implication pour veiller aux bonnes intentions de tous. À l’inverse, les évêques de Namur, Gand et Tournai sont très critiqués par le gouvernement. Pour ce dernier, Mgr Hirn, Bigot de Préameneu rappelle dans son compte-rendu l’absence de la lettre et souligne qu’il en a « fait des reproches à l’évêque51 ». Pour l’évêque de Gand, Mgr de Broglie, déjà gêné par les interventions de Napoléon dans le spirituel depuis le début de 1809, la sanction est plus lourde car l’Empereur exige le départ de son vicaire général, l’abbé Lesurre, dès le 2 août. Il écrit, ce jour-là, au ministre des Cultes : « Vous ferez connaître à l’évêque de Gand que je suis mécontent de la manière dont il dirige son diocèse ; que, depuis qu’il est évêque de Gand, l’esprit de son clergé, déjà mauvais, a empiré52. »

  • 53 Arch. Nat. AFIV 1046 : Lettre du cardinal Fesch à Bigot de Préameneu (25 août 1809).

32L’absence de la lettre, dans le mandement du cardinal Fesch, fait également réagir Napoléon qui demande rapidement, par le biais de son ministre, des explications à son oncle. Ce dernier se justifie le 25 août, dans une lettre à Bigot de Préameneu dans laquelle il rappelle d’abord que ce sont ses vicaires généraux qui ont publié le mandement, lui-même étant alors en tournée pastorale. Dès la fin juillet, ils lui exprimaient « la nécessité de citer cette lettre et d’en tirer avantage pour la gloire de l’Empereur sans cependant la transcrire toute entière53 ». Plusieurs raisons expliquent ce choix : le refus de lire au prône une lettre destinée aux évêques, l’impossibilité de la commenter en raison de l’interdiction de l’archevêque et la crainte qui en découlait d’une mauvaise interprétation susceptible de créer des divisions dans le clergé. Mais le cardinal Fesch, pour se justifier, souligne aussi la présence de nombreux groupes d’opposition dans son diocèse, ce qui complique sa gestion :

  • 54 Ibid.

Du reste, Monsieur le Ministre, d’autres lettres postérieures m’ont convaincu que cette omission de la part de mes grands vicaires n’a déplu qu’aux têtes exaltées, aux anticoncordatistes, aux jansénistes et aux ennemis du gouvernement qui espéraient voir les prêtres se diviser et s’attirer l’indignation de l’Empereur. En effet, tous ceux qui, dans cette circonstance, ont répandu l’alarme appartiennent aux classes que je viens de désigner54.

  • 55 Arch. Nat. AFIV 1046 : Lettre du cardinal Fesch à Napoléon (27 août 1809).
  • 56 Ibid.
  • 57 Arch. Nat. AFIV 1046 : Lettre de Bigot de Préameneu à Napoléon (26 août 1809).

33Les mêmes arguments sont repris dans une lettre adressée à Napoléon le 27 août, le cardinal ajoutant que ses vicaires généraux n’ont agi que par prudence, eux qui « sont accoutumés à prêcher toute la journée la confiance que les Catholiques doivent avoir en votre Majesté55 ». L’archevêque de Lyon, dans sa volonté d’éviter un schisme entre l’Église de France et son neveu, demande à ce dernier d’effectuer un voyage à Rome afin de calmer toutes les tensions : « Oui, Sire, non seulement le clergé, mais tous vos sujets catholiques s’affligent, se désolent, s’exaltent56. » Le 26 août, le problème semble résolu, puisque Bigot de Préameneu affirme à Napoléon que, si la décision du cardinal Fesch de ne pas publier la lettre, constitue bien une « erreur très grave », aucune arrière-pensée n’est visible dans ce choix, les vicaires généraux faisant preuve par ailleurs d’un grand dévouement à l’Empereur57.

  • 58 Yves Le Gallo, Clergé, religion et société en Basse-Bretagne. De la fin de l’Ancien Régime à 1840, (...)
  • 59 Arch. Nat. AFIV 1046 : Lettre de Bigot de Préameneu à Napoléon (16 août 1809).
  • 60 Jean Godel, La reconstruction concordataire…, op. cit., p. 343.
  • 61 Arch. Nat. AFIV 1046 : Lettre de Bigot de Préameneu à Napoléon (16 août 1809).

34Dans le diocèse de Quimper, le vicaire général de Poulpiquet rédige lui aussi le mandement au nom de son évêque, en tournée pastorale. Là encore, seul le Te Deum est chanté, ce qui attire à Mgr Dombideau de Crouseilhes de vifs reproches de la part du ministre : « Il est résulté de la marche faite un grave inconvénient. L’intention de Sa Majesté en écrivant cette lettre était de manifester ses sentiments et par conséquent qu’elle fût rendue publique : ce qui n’a point été fait58. » Plus encore, Bigot de Préameneu se dit mécontent des rapports entretenus par l’évêque de Quimper avec le cardinal Fesch et de l’influence de ce dernier59. Le poids de l’oncle de l’Empereur se fait également sentir au sein des diocèses voisins, puisque l’archevêque de Lyon serait une des raisons justifiant l’absence de la lettre chez Mgr Simon à Grenoble60. La publication de la circulaire a dû être rendue encore plus difficile pour lui en raison de la présence de Pie VII à cette période dans sa ville, dans le cadre de son trajet vers Savone. L’omission de la lettre semble cependant, là aussi, relever d’un malaise vis-à-vis de la politique religieuse napoléonienne plus que d’une véritable opposition. Il en est de même dans le diocèse de Soissons, où Bigot souligne le statut d’ancien constitutionnel de Mgr Leblanc de Beaulieu et affirme n’avoir aucun soupçon sur lui61. À Chambéry, les difficultés de Mgr Dessoles pour s’imposer face à ses vicaires généraux, ainsi que son absence lors du mandement de Wagram, laissent penser que l’omission de la circulaire est plutôt le fait de ces derniers, qui soulignaient ainsi leur opposition au conflit entre Pie VII et Napoléon. Dans la plupart des cas, les lettres oubliées ne témoignent donc pas d’une réelle résistance face à l’Empereur, mais plus souvent d’une situation particulière à un diocèse, d’un malentendu ou d’une mauvaise décision de la part des vicaires généraux.

Des tournures négatives à l’encontre de la politique impériale

  • 62 Arch. Nat. AFIV 1046 : Lettre de Bigot de Préameneu à Napoléon (3 août 1809).

35Deux évêques voient leur mandement signalé par le ministre des Cultes en raison des formules maladroites qu’ils contiennent. Dans une lettre à Napoléon, Bigot de Préameneu affirme que tous les mandements sont rédigés dans un esprit de dévouement au gouvernement, « à l’exception d’un seul, celui de l’évêque de Namur62 ». Le ministre lui reproche de s’appesantir trop longuement sur les maux et les conséquences négatives de la guerre, mais également un choix de texte qu’il juge fait avec une mauvaise intention. En effet, décrivant le champ de bataille, l’évêque écrit :

  • 63 Mandement de l’évêque de Namur (24 juillet 1809).

Quel spectacle horrible et attendrissant a frappé tout à coup leurs yeux et oppressé leurs cœurs ! Ils y ont vu des frères ensanglantés, ou morts, ou mourants, ou blessés. Car, après la bataille, il n’y a plus d’ennemis sur le champ où elle a été livrée ; la religion, l’humanité n’y aperçoivent plus que des frères dont les uns privés de la vie réclament la sépulture de leurs cadavres, les autres, par leurs cris déchirants, appellent les secours les plus prompts de leurs semblables63.

36De plus, la situation des diocèses belges, marquée par une population extrêmement attachée au pape et à Rome, fait craindre l’apparition de nouveaux troubles à la suite d’un tel discours. Dès l’ouverture de son mandement, Mgr Pisani de la Gaude écrit :

  • 64 Ibid.

Depuis l’ouverture de la dernière campagne de nos troupes vers le Nord, trois mois à peine écoulés, nous vous appelons, N.T.C.F., pour la troisième fois dans nos Temples. Les chants purs de l’allégresse, seuls destinés à célébrer le retour de la paix, n’y retentiront point encore : ce seront les chants accoutumés de la victoire et vous savez, N.T.C.F., qu’ils sont toujours mêlés à des accents de douleur64.

  • 65 Ibid.
  • 66 Marcel Chappin, Pie VII et les Pays-Bas, tensions religieuses et tolérance civile, 1814-1817, Rome (...)

37En jugeant les paroles de l’évêque sur les récents événements militaires, Bigot de Préameneu estime que « ce qu’il dit à cet égard parait assez propre à exalter les têtes, dans un pays déjà assez agité par les manœuvres du fanatique Stevens65 ». Les idées de ce dernier, ancien vicaire général de Namur, connaissent, il est vrai, un écho au sein du clergé belge, qui accepte à sa suite de reconnaître le Concordat, mais refuse l’obéissance aux Articles organiques jugés comme illégitimes et comme une restriction des libertés du pape66.

  • 67 Yves Le Gallo, Clergé, religion et société en Basse-Bretagne…, op. cit., p. 398.
  • 68 Arch. Nat. AFIV 1046 : Lettre de Bigot de Préameneu à Napoléon (26 septembre 1809).
  • 69 Ibid.
  • 70 Ibid.

38Un autre mandement critiqué par le ministre des Cultes et faisant l’objet d’un rapport particulier est celui de l’évêque de Saint-Brieuc. S’écartant des discours conventionnels du reste de l’épiscopat, Mgr Caffarelli s’inspire du sermon de Bossuet sur l’unité de l’Église pour démontrer que les libertés de l’Église gallicane résident aussi dans cette unité avec Rome : « Si je t’oublie Église romaine, puissé-je m’oublier moi-même ! Que ma langue sèche et demeure immobile dans ma bouche, si tu n’es pas la première dans mon souvenir, si je ne te mets pas en tête de tous mes cantiques de réjouissance67. » Si ce mandement est fait d’après Bigot de Préameneu sans « esprit incendiaire », l’évêque ne se référant jamais à la situation de Pie VII à cette période, le ministre regrette néanmoins des « inexactitudes et de la maladresse dans ces citations68 ». Il déplore également le manque d’explication de Mgr Caffarelli qui a pu entraîner une mauvaise compréhension des fidèles et rappelle au sujet de la souveraineté sur les États pontificaux : « Les Papes portés pour la cour de Rome ont sacrifié les principes au temporel ; les Papes attachés à la chaire de Rome ont mis plus de zèle à maintenir les principes qu’à s’occuper du temporel69. » Bigot de Préameneu demande cependant de ne pas juger trop sévèrement l’évêque qui est, par ailleurs, « un des meilleurs évêques et des plus dévoués au gouvernement70 ».

Un avertissement lancé à l’Empereur

  • 71 Jean Godel, La reconstruction concordataire…, op. cit., p. 343.
  • 72 Ibid., p. 345.
  • 73 Bernard Plongeron, « Cyrus ou les lectures d’une figure biblique dans la rhétorique religieuse de (...)
  • 74 Ernest d’Hauterive, « Napoléon et la police du Clergé », art. cit., p. 154.

39Si parler d’une opposition à la politique napoléonienne est prématuré pour l’épiscopat, une résistance commence à devenir plus visible au sein du clergé de second ordre, comme parmi les vicaires généraux ou les curés. Ainsi, dans le diocèse de Grenoble, le curé de Chevrières refuse de chanter le Te Deum à la fin du mois de juillet71. Relatant l’état d’esprit du clergé dans son département, le sous-préfet de Saint-Marcellin écrit un an plus tard : « Le clergé paraît paisible et soumis, quoiqu’il soit impossible de ne pas penser avec fondement qu’il n’est peut-être aucun prêtre qui ne ressente une profonde affliction des événements relatifs au temporel romain et une inquiétude que rien ne peut calmer à ses yeux72. » Le mandement et la lettre impériale font également réagir dans le diocèse de Besançon, où le desservant de la succursale de Mont les François a reçu, puis transmis à Bigot de Préameneu un libelle « contre la réunion des États Romains à l’Empire. L’auteur y commente la lettre dans laquelle S.M. l’Empereur et Roi fait part à MM. les archevêques et évêques de sa résolution à maintenir l’indépendance de son trône et l’intégrité de ses droits ». Une étude des références bibliques présentes dans ces mandements permettrait également de confirmer l’analyse de Bernard Plongeron, selon laquelle les orateurs, par ces stéréotypes, « savaient adresser les avertissements les plus sévères aux rois oublieux de leurs devoirs, rappeler aux peuples leurs devoirs envers le roi, exalter la fonction royale quand elle s’identifiait au service de Dieu, dénoncer en termes voilées les injustices, les exactions, les violences73 ». Le mécontentement grandissant du clergé à l’égard de l’action menée par Napoléon contre le pape pousse donc le gouvernement à renforcer les mesures d’autorité et la surveillance des prêtres dans l’Empire74.

  • 75 André Latreille, « Le gallicanisme ecclésiastique sous le Premier Empire : vers le concile nationa (...)

40Il découle de cet enchevêtrement d’événements dans l’été 1809 deux conséquences pour les évêques dans leur attitude face au gouvernement. D’une part, une volonté de ne pas s’immiscer dans un conflit qui reste, pour le moment, de leur point de vue, une querelle entre deux souverains dans un but temporel, ce qui, à ce titre, ne les concerne pas. Leur souhait de ne pas revenir sur les événements récents, ainsi que celui de pas donner une publicité et un commentaire trop importants à la lettre de Napoléon, témoignent de leurs efforts pour ne pas créer de divisions au sein du clergé et de nouveaux schismes, alors que l’Empire est à son apogée. C’est le cas du cardinal Fesch qui met en garde le ministre des Cultes contre l’agitation croissante dans les milieux catholiques et la difficulté à maintenir la cohésion et l’unité. D’autre part, le mandement de Mgr Caffarelli, par ses nombreuses références à Bossuet, témoigne du positionnement de la majorité de l’épiscopat impérial relativement à la doctrine gallicane. Si ses membres ne souhaitent pas interférer dans le conflit en cours, admettant même que Pie VII ne peut refuser d’appliquer le Concordat pour des motifs temporels, toute idée de schisme est exclue dans leur esprit. Qu’ils se contentent de rappeler que le pape n’est qu’un souverain spirituel, et non temporel, ou qu’ils défendent la nécessité d’une unité au sein de l’Église, tous adressent un exposé clair de leur doctrine à l’Empereur. Si ce dernier persiste dans sa politique, jusqu’à la rupture avec Rome, le gallicanisme qu’il cherche à raviver depuis le Concordat risque de se retourner contre lui75. Les évêques, forts de l’affirmation de ce gallicanisme épiscopal, souhaitent continuer à soutenir l’Empereur et maintiennent en grande majorité leur loyalisme, ce dont témoignent les rapports de Bigot de Préameneu. En revanche, et c’est là un des profonds changements visibles dans les mandements de Wagram, ils rappellent leur refus du schisme et la place centrale du pape dans les affaires spirituelles. Pour certains, la non-reconnaissance du pouvoir temporel du pape revient à une affirmation indirecte de sa souveraineté spirituelle. Pour d’autres, le choix de se mettre en retrait après l’été 1809 confirme aussi ce malaise et ce souhait de mettre en garde l’Empereur sur ces volontés de domination de la papauté.

  • 76 Antoine Ricard, Le concile national de 1811, Paris, E. Dentu, 1894, 306 p. ; Charles Ledre, « Un a (...)

41L’épisode de l’été 1809, à l’occasion du mandement pour les victoires d’Enzersdorf et de Wagram, se révèle extrêmement important, car il permet de tracer les lignes générales de l’état d’esprit de l’épiscopat impérial au moment où s’aggrave le conflit entre Napoléon et Pie VII. La lettre impériale du 13 juillet, qui tente d’expliquer et de justifier l’action menée par l’Empereur, est, dans ce cadre, essentielle, car elle impose aux évêques de se positionner face à la stratégie de domination temporelle et spirituelle en interrogeant leur gallicanisme. Plusieurs d’entre eux choisissent de maintenir leur fidélité et leur soutien au restaurateur des Cultes en France. Nul étonnement donc de voir, à l’automne 1809, les principaux évêques félicités par le ministre des Cultes pour leur mandement, récompensés par une place dans le comité ecclésiastique qui s’ouvre en 1809 et dans les députations envoyés auprès du pape en 1811. C’est le cas par exemple pour Mgr Duvoisin et Mgr Barral. D’autres profitent de l’occasion pour redéfinir les contours de leur gallicanisme, reconnaissant l’autorité du souverain temporel tant que la politique de ce dernier ne met pas en péril la prépondérance spirituelle du pape et l’unité de l’Église. Les remous créés par la non-publication de la lettre impériale dans certains diocèses témoignent quant à eux, de l’inquiétude croissante du gouvernement face à cette crise et de la surveillance toujours plus forte qui s’exerce sur le clergé et les milieux catholiques à partir de cette période et jusqu’à la fin du conflit en 1814. Les avertissements lancés par quelques évêques à l’été 1809 se transformeront, pour certains d’entre eux, en une véritable opposition qui se cristallisera notamment à l’occasion du concile national de Paris en 181176.

Haut de page

Notes

1 Ernest d’Hauterive, « Napoléon et la police du clergé », Revue des deux mondes, Paris, 1943, p. 143-144.

2 Michèle Fogel, Les cérémonies de l’information dans la France du xvie au xviiie siècle, Paris, Fayard, 1989 ; Vincent Petit, « Liturgie et Politique en France (xviiiexxe siècles). De la prière pour l’État à la prière pour la Nation », Revue suisse d’histoire religieuse et culturelle, 2012, p. 31-50.

3 Jacques-Olivier Boudon, « Les fondements religieux du pouvoir impérial », dans Nathalie Petiteau (dir.), Voies nouvelles pour l’histoire du Premier Empire. Territoires, pouvoirs, identités, Paris, La Boutique de l’Histoire, 2003, p. 195-212 et « Grand homme ou demi-dieu ? La mise en place d’une religion napoléonienne », Romantisme, n° 100, 1998, p. 131-141.

4 Bernard Plongeron, Des résistances religieuses à Napoléon (1799-1813), Paris, Letouzey et Ané, 2006, 364 p. ; Jacques-Olivier Boudon, Napoléon et les cultes, Paris, Fayard, 2002, 362 p. et, plus ancien, Henri Welschinger, Le Pape et l’Empereur 1804-1815¸ Paris, Plon-Nourrit, 1905, 473 p.

5 Jacques-Olivier Boudon, « Bigot de Préameneu, ministre des cultes de Napoléon face à la crise du Sacerdoce et de l’Empire », dans Jacques-Olivier Boudon, Rémy Hême de Lacotte (dir.), La crise concordataire. Catholiques français et italiens entre Pie VII et Napoléon, 1800-1814, Paris, Éditions SPM, 2016, p. 41-60.

6 Jacques-Olivier Boudon, « Grand homme ou demi-dieu ? », op. cit., p. 136.

7 Jean Godel, « L’Église selon Napoléon », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 17‑3, 1970, p. 838.

8 Correspondance de Napoléon Ier, publiée par ordre de l’Empereur Napoléon III, Paris, Imprimerie Impériale, 1858, t. 19, n° 15218-15219-15220. Voir aussi la nouvelle édition de Patrick Gueniffey (dir.), Correspondance générale de Napoléon Bonaparte, Paris, Fayard, 2013, t. 9.

9 Arch. Nat., F19 1925 : Bulle d’excommunication du pape Pie VII (10 juin 1809)

10 Michel Laurencin, Les relations Église-État sous le Premier Empire : l’attitude de Mgr Louis-Mathias de Barral, archevêque de Tours (1746-1816), thèse, Université Jean Moulin Lyon 3, 1975. Michel Laurencin ne revient pas plus sur la question spécifique du mandement de Wagram.

11 Philip Dwyer, Citizen Emperor : Napoleon in power, Yale, University Press, 2013, 816 p. ; Michael Broers, Napoleon : The spirit of the Age (1805-1810), Londres, Pegasus Books, 2018, 544 p.

12 Léon Lecestre, Lettres inédites de Napoléon Ier, Paris, Plon-Nourrit, 1897, p. 329-330.

13 Arch. Nat., AFIV 1046 : Lettre de Bigot de Préameneu à Napoléon (20 juillet 1809).

14 Ibid.

15 Ibid.

16 Jean Godel, La reconstruction concordataire dans le diocèse de Grenoble après la Révolution (1802-1809), Grenoble, CNRS, 1968, p. 342.

17 Léon Levy-Schneider, L’application du Concordat par un prélat d’Ancien Régime, Mgr Champion de Cicé, archevêque d’Aix et d’Arles (1802-1810), Paris, Rieder et Cie, 1921, p. 497.

18 Jean Godel, La reconstruction concordataire…, op. cit., p. 341-342.

19 Victor Bindel, Un rêve de Napoléon : le Vatican à Paris (1809-1814), Paris, Editions Alsatia, 1942, p. 31.

20 Correspondance de Napoléon Ier, op. cit., tome 19, n° 15518.

21 Ibid.

22 Ibid.

23 Jean Godel, La reconstruction concordataire…, op. cit., p. 343.

24 Arch. Nat., AFIV 1046 : Compte-rendu des mandements des évêques à l’occasion de la victoire de Wagram (août 1809).

25 Ibid.

26 Arch. Nat., AFIV 1046 : Lettre de Bigot de Préameneu à Napoléon (3 août 1809).

27 Jean Godel, La reconstruction concordataire…, op. cit., p. 343-344.

28 Émile Gabory, Un grand évêque oublié, Mgr Duvoisin, évêque de Nantes, aumônier de l’Impératrice Marie-Louise, Nantes, Aux portes du large, 1947, 184 p. ; Jacques-Olivier Boudon, « Vers un premier ralliement : Jean-Baptiste Duvoisin (1744-1813), théologien de la Sorbonne et premier évêque concordataire de Nantes », dans Bernard Plongeron, Isabelle Emeriau, Jean Riaud (dir.), Catholiques entre monarchie et république : Monseigneur Freppel en son temps, Paris, Letouzey et Ané, 1995, p. 147-164.

29 Arch. Nat., AFIV 1046 : Compte-rendu des mandements des évêques à l’occasion de la victoire de Wagram, par le ministre des Cultes (août 1809).

30 Arch. Dioc. de Nantes, 1E01/0040 : Mandement de Mgr Duvoisin pour la victoire de Wagram (27 juillet 1809).

31 Arch. Nat., AFIV 1046 : Observations de Bigot de Préameneu sur « les mandements de quelques évêques relatifs à la dernière circulaire de Sa Majesté » (30 août 1809).

32 Arch. Dioc. De Nantes, 1E01/0040 : Mandement de Mgr Duvoisin pour la victoire de Wagram (27 juillet 1809).

33 Arch. Nat., AFIV 1046 : Compte-rendu des mandements des évêques à l’occasion de la victoire de Wagram, par le ministre des Cultes (août 1809).

34 Ibid.

35 Arch. Dioc. de Tours, 1E1 : Mandement de Mgr Barral pour la victoire de Wagram (25 juillet 1809).

36 Arch. Nat., AFIV 1046 : Compte-rendu des mandements des évêques à l’occasion de la victoire de Wagram, par le ministre des Cultes (août 1809).

37 Léon Levy-Schneider, L’application du Concordat par un prélat…, op. cit., p. 498.

38 Ibid., p. 495.

39 Thierry Blot, Reconstruire l’Église après la Révolution. Le diocèse de Bayeux sous l’épiscopat de Mgr Charles Brault (1802-1823), Paris, Cerf, 1997, p. 171.

40 Charles Ledre, Le cardinal Cambacérès, archevêque de Rouen (1802-1818), Paris, Plon, 1943, p. 457-458.

41 Antoine Du Bourg, Mgr Du Bourg évêque de Limoges, 1751-1822, Paris, Perrin, 1907, p. 397.

42 Arch. Dioc. de Clermont, 1E 2/2 : Mandement de Mgr Duwalk de Dampierre pour la victoire de Wagram (26 juillet 1809).

43 Auguste-Jacques Lemierre d’argy, Relation authentique de l’assaut donné le 6 juillet 1809 au palais Quirinal et de l’enlèvement du souverain pontife le Pape Pie VII par les généraux Miollis et Radet ; suivie du Journal circonstancié du voyage de Sa Sainteté de Rome en France et de son retour à Rome, Paris, A. Belin, 1814, p. 38.

44 Arch. Nat., AFIV 1046 : Compte-rendu des mandements des évêques à l’occasion de la victoire de Wagram, par le ministre des Cultes (août 1809).

45 Georges Maurin, « Un évêque d’Avignon et de Nîmes sous le Premier Empire, 1802-1817 », Revue du Midi, 1903, p. 63.

46 Arch. Nat., AFIV 1046 : Compte-rendu des mandements des évêques à l’occasion de la victoire de Wagram, par le ministre des Cultes (août 1809).

47 Jean Godel, La reconstruction concordataire…, op. cit., p. 346.

48 Arch. Dioc. de Besançon, L1 12 : Lettre de Mgr Le Coz au maire de Valempoulières (27 août 1809).

49 Quelques mandements de Mgr l’évêque de Troyes, Étienne-Antoine de Boulogne, Paris, Chez les marchands de nouveautés, 1821, p. 15.

50 Arch. Nat., AFI 1046 : Lettre de Bigot de Préameneu à Napoléon (16 août 1809).

51 Arch. Nat., AFIV 1046 : Compte-rendu des mandements des évêques à l’occasion de la victoire de Wagram, par le ministre des Cultes (août 1809).

52 Joseph Lenfant, « Maurice de Broglie, évêque de Gand (1766-1821) », Revue d’histoire de l’Église de France, t. 17-76, 1931, p. 322.

53 Arch. Nat. AFIV 1046 : Lettre du cardinal Fesch à Bigot de Préameneu (25 août 1809).

54 Ibid.

55 Arch. Nat. AFIV 1046 : Lettre du cardinal Fesch à Napoléon (27 août 1809).

56 Ibid.

57 Arch. Nat. AFIV 1046 : Lettre de Bigot de Préameneu à Napoléon (26 août 1809).

58 Yves Le Gallo, Clergé, religion et société en Basse-Bretagne. De la fin de l’Ancien Régime à 1840, Paris, Éditions de l’Atelier, 1991, t. 2, p. 398.

59 Arch. Nat. AFIV 1046 : Lettre de Bigot de Préameneu à Napoléon (16 août 1809).

60 Jean Godel, La reconstruction concordataire…, op. cit., p. 343.

61 Arch. Nat. AFIV 1046 : Lettre de Bigot de Préameneu à Napoléon (16 août 1809).

62 Arch. Nat. AFIV 1046 : Lettre de Bigot de Préameneu à Napoléon (3 août 1809).

63 Mandement de l’évêque de Namur (24 juillet 1809).

64 Ibid.

65 Ibid.

66 Marcel Chappin, Pie VII et les Pays-Bas, tensions religieuses et tolérance civile, 1814-1817, Rome, Università Gregoriana Editrice, 1984, p. 79.

67 Yves Le Gallo, Clergé, religion et société en Basse-Bretagne…, op. cit., p. 398.

68 Arch. Nat. AFIV 1046 : Lettre de Bigot de Préameneu à Napoléon (26 septembre 1809).

69 Ibid.

70 Ibid.

71 Jean Godel, La reconstruction concordataire…, op. cit., p. 343.

72 Ibid., p. 345.

73 Bernard Plongeron, « Cyrus ou les lectures d’une figure biblique dans la rhétorique religieuse de l’Ancien Régime à Napoléon », dans Revue d’histoire de l’Église de France, t ; 68, n° 180, 1982, p. 31-67.

74 Ernest d’Hauterive, « Napoléon et la police du Clergé », art. cit., p. 154.

75 André Latreille, « Le gallicanisme ecclésiastique sous le Premier Empire : vers le concile national de 1811 », Revue Historique, n° 194, 1944, p. 10.

76 Antoine Ricard, Le concile national de 1811, Paris, E. Dentu, 1894, 306 p. ; Charles Ledre, « Un archevêque français au concile de 1811 », Revue d’histoire de l’Église de France, t. 32, n° 120, 1946, p. 84-102 ; Ambrogio Caiani, « The Concile National of 1811 : Napoleon, Gallicanism and the failure of Neo-Conciliarism », The Journal of Ecclesiastical History, 2019, p. 1-19.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maxime Patissier, « Les mandements de Wagram et le gallicanisme épiscopal (été 1809) », Chrétiens et sociétés, 26 | 2020, 117-138.

Référence électronique

Maxime Patissier, « Les mandements de Wagram et le gallicanisme épiscopal (été 1809) », Chrétiens et sociétés [En ligne], 26 | 2019, mis en ligne le 27 février 2020, consulté le 16 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/chretienssocietes/5431 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chretienssocietes.5431

Haut de page

Auteur

Maxime Patissier

Université de Lyon – Lumière Lyon 2LARHRA UMR 5190

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals