Navigation – Plan du site
Dossier bibliographique
Recensions

Olivier Andurand, Myriam Deniel-Ternant, Caroline Galland, Valérie Guitienne-Mürger (dir.), Histoires croisées. Politique, religion et culture du Moyen Âge aux Lumières

Yves Krumenacker
p. 181-183
Référence(s) :

Olivier Andurand, Myriam Deniel-Ternant, Caroline Galland, Valérie Guitienne-Mürger (dir.), Histoires croisées. Politique, religion et culture du Moyen Âge aux Lumières, Nanterre, Presses Universitaires de Paris-Nanterre, 2019, 601 p.

Texte intégral

1Ce beau volume est une collection de mélanges offerts à Monique Cottret à l’occasion de son départ à la retraite. Comme le rappellent l’introduction de C. Galland et l’épilogue de B. Cottret, la récipiendaire tient une grande place dans l’histoire politique, l’histoire religieuse, principalement des jansénismes, et l’histoire des Lumières. Le livre est à l’image de ses multiples intérêts et aborde toutes sortes de sujets. Pour ce compte rendu, nous nous contenterons d’évoquer ceux qui touchent à l’histoire religieuse moderne ou contemporaine.

2A. Walch attire l’attention sur les Refuges, ces lieux de vie en dehors de la famille pour certaines femmes sous l’Ancien Régime, des huguenotes converties, des prostituées, des pécheresses diverses. Pour les femmes mariées et dévotes, l’appartenance à un Tiers Ordre est une possibilité de vivre sa piété sans rompre les liens du mariage. C’est ce que fait Louise Thomas en s’affiliant au Tiers Ordre des récollets au Dorat en 1619 ; après douze ans de vie religieuse édifiante, elle meurt de la peste mais apparaît et parle à ses proches après sa mort jusqu’à ce qu’ils aient honoré les œuvres pies qu’elle avait prévues, la délivrant ainsi du purgatoire ; le récit fait par son époux, présenté par M. Cassan, est un exemple très particulier et riche d’écrit du for privé. L’attentat de Damiens, en 1757, a eu un retentissement considérable ; C. Galland montre comment l’avocat janséniste Le Paige le lit comme le résultat d’un complot jésuite et recherche, complète et diffuse le plus de témoignages possibles afin de mobiliser l’opinion et d’entrainer, en vain, la Grande Chambre du Parlement à en faire le procès de la Compagnie de Jésus. Tous les ecclésiastiques ne sont pas irréprochables : M. Deniel-Ternant évoque certains d’entre eux enfermés à la Bastille à cause de leur comportement scandaleux, en attendant souvent d’être jugés. D’autres, bien plus honorables, s’opposent à Jean-Jacques Rousseau : O. Andurand montre les difficultés de Mgr de Beaumont, de Lefranc de Pompignan et des jansénistes à s’opposer à cette pensée qu’ils jugent antichrétienne, mais qui est pourtant bien proche du christianisme. Deux textes concernent l’histoire religieuse de la Révolution. Dans le premier, M. Belissa montre un Robespierre déiste, croyant en la Providence, avec un Dieu (ou « Être Suprême ») voulant le bonheur de l’homme ; mais il analyse toujours les questions religieuses sur un plan politique, d’où les nombreux malentendus sur ces positions. Dans le second, M. Hermant reste très près du terrain et analyse la déchristianisation, ou « défanatisation », à Provins et montre qu’une grande ambiguïté législative rend les choses très confuses.

3La dernière partie du livre porte sur les jansénismes, dont M. Cottret a profondément renouvelé la compréhension. P. Martin s’intéresse aux nuits des religieuses de Port-Royal, passées dans des cellules, ce que Mère Angélique considère comme des « délicatesses », mais souvent abrégées, interrompues, par esprit de mortification ; Dieu s’y manifeste dans les rêves dévots qu’elles peuvent avoir. Un des foyers de résistance janséniste, au xviiie siècle, est la congrégation des calvairiennes. Grâce aux lettres de Françoise de Coëtquen, supérieure générale morte exilée en 1745, F. de Noirfontaine peut montrer leur combat en faveur de l’œuvre des convulsions, la prudence des évêques qui les soutiennent et les persécutions qu’elles doivent souffrir. Sur le plan de l’ornementation des églises, en revanche, les jansénistes se distinguent peu : C. Gouzi montre, à propos de l’œuvre du curé Labbé à Saint-André-des-Arts (de 1706 à 1738), qu’il cherche surtout une décoration décente, « convenable au lieu », pouvant éduquer dans la foi ; son successeur, pourtant chargé d’arracher la paroisse au jansénisme, n’en modifie pas le décor. Jansénisme et Lumières se rencontrent de multiples manières, a montré M. Cottret. G. Rideau l’illustre à travers l’exemple des processions, condamnées aussi bien par les philosophes que par les Nouvelles Ecclésiastiques pour leur côté superstitieux, fanatique, politique, rappelant la Ligue ; mais alors que Voltaire les condamne par principe, les jansénistes attaquent plutôt le dévoiement des processions opéré par les jésuites. Un autre lieu commun sur le jansénisme est le rapport à la déchristianisation. D. Van Kley estime que les condamnations du jansénisme y ont aussi contribué en développant dans toute une partie du clergé français un profond sentiment de culpabilité d’avoir cédé aux injonctions royales de condamnation des doctrines de la prédestination gratuite et de la grâce efficace ; il s’appuie pour cela sur un dossier de lettres adressées à partir de 1735 à l’Église (janséniste) d’Utrecht par des pénitents désireux d’exprimer leur communion avec elle. Les deux derniers textes portent sur le lien, souvent affirmé, entre jansénisme et Révolution. L. Croq s’intéresse de près à certains acteurs. Elle étudie notamment le principal promoteur de la Constitution civile du clergé, Martineau et montre qu’il n’a rien à voir avec les jansénistes, même s’il a pu en croiser avant 1789 au cours de sa carrière ; de même, les opposants à la panthéonisation de Voltaire se retrouvent aussi bien chez les jansénistes que chez les dévots et il en est de même pour la prestation du serment à la Constitution civile dans le clergé parisien. Il faudrait donc relativiser l’influence du jansénisme au début de la Révolution. Il n’empêche que les Nouvelles Ecclésiastiques puis, de 1819 à 1821, la Chronique religieuse où s’exprime Grégoire défendent la Constitution civile du clergé, considérée comme légitime et répondant à un besoin de réforme de l’Église ; elles dénoncent aussi les contre-révolutionnaires qui, en s’y opposant, ont favorisé la guerre civile et la déchristianisation ; c’est cet argumentaire, explique V. Guittienne-Mürger, qui est repris par les premiers historiens libéraux de la Révolution comme Mignet ou Thiers.

4Ce compte rendu n’est que partiel : il passe sous silence les articles portant sur le Moyen Âge ou ceux qui ne concernent pas l’histoire religieuse. Cela montre bien la variété des centres d’intérêt de M. Cottret, auxquels ses collègues et amis, hommes et femmes, rendent un bel hommage. Le volume comprend également une liste de ses publications, liste appelée à être complétée, car il n’y a aucun doute que la récipiendaire de ces mélanges va continuer à publier.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yves Krumenacker, « Olivier Andurand, Myriam Deniel-Ternant, Caroline Galland, Valérie Guitienne-Mürger (dir.), Histoires croisées. Politique, religion et culture du Moyen Âge aux Lumières », Chrétiens et sociétés, 26 | 2020, 181-183.

Référence électronique

Yves Krumenacker, « Olivier Andurand, Myriam Deniel-Ternant, Caroline Galland, Valérie Guitienne-Mürger (dir.), Histoires croisées. Politique, religion et culture du Moyen Âge aux Lumières », Chrétiens et sociétés [En ligne], 26 | 2019, mis en ligne le 28 février 2020, consulté le 16 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/chretienssocietes/6351

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals