Navigation – Plan du site
Dossier bibliographique
Recensions

Sylvio Hermann De Franceschi, Morales du Carême. Essai sur les doctrines du jeûne et de l’abstinence dans le catholicisme latin xviie-xviiie siècle

Yves Krumenacker
p. 190-193
Référence(s) :

Sylvio Hermann De Franceschi, Morales du Carême. Essai sur les doctrines du jeûne et de l’abstinence dans le catholicisme latin xviie-xviiie siècle, Paris, Beauchesne (Théologie historique 126), 2018, 567 p.

Texte intégral

1Dans ce livre, S. De Franceschi, sans doute un des meilleurs connaisseurs actuels des questions doctrinales de l’époque moderne, s’intéresse à une pratique qui, malgré un récent léger rebond, peut sembler moribonde alors qu’elle a joué un rôle fondamental pendant des siècles dans le christianisme : le jeûne et l’abstinence. L’introduction générale rappelle l’assouplissement progressif des préceptes au xxe siècle depuis le décret du 7 septembre 1906 ; mais cette évolution ne faisait que répondre à un discrédit de plus en plus grand depuis les critiques des Lumières et à un réel relâchement des pratiques au moins dans les élites, les principaux verrous alimentaires sautant peu à peu en France au cours du xviiie siècle. Pourtant l’affirmation de pratiques mortificatoires à partir des pratiques alimentaires s’était particulièrement développée à la suite du choc de la Réforme protestante, la confessionnalisation renforçant l’importance de l’orthopraxie et du contrôle moral des clercs sur les laïcs. Là, comme ailleurs, les dispositions prises par Charles Borromée à Milan ont fait office de modèle. L’évolution des doctrines du jeûne et de l’abstinence, depuis ce renforcement qui en a fait un des éléments identitaires forts du catholicisme latin à son affaiblissement au cours du xixe siècle, est l’objet de l’enquête de l’auteur.

2Une première partie examine le cas français, où l’opposition à la morale relâchée est particulièrement forte au xviie siècle et où la morale sévère s’est installée particulièrement tôt, jusqu’aux années 1850. Dès la querelle des Provinciales, la casuistique est en perte de vitesse. Les évêques rigoristes et surtout ceux qui sont les plus proches du jansénisme insistent particulièrement sur la nécessité de respecter jeûne et abstinence et sur la régénération morale nécessaire ; mais un prélat moliniste comme Fénelon est tout aussi sévère. Autour de 1700, ce sont surtout les évêques philo-jansénistes qui rappellent la nécessité d’un jeûne sévère, tout en ayant le sentiment de rencontrer de fortes réticences chez les fidèles. Un demi-siècle plus tard, l’appel au respect du carême est général, aussi bien chez les prélats rigoristes que chez les anti-jansénistes ; pour tous, il s’agit de défendre la morale catholique contre l’incrédulité croissante : la lutte contre les Lumières passe par le respect du jeûne et de l’abstinence ! L’interdiction de la consommation de la viande en carême est rappelée jusque dans les années 1780, ce qui est d’autant plus remarquable que, dans les Pays-Bas voisins, les dispenses sont nombreuses sous la pression du gouvernement autrichien. À Lyon, Mgr Marbeuf est au moins aussi intransigeant que ne l’était le rigoriste Malvin de Montazet, et il se montre encore plus sévère quand il est dans l’émigration. Mais les évêques constitutionnels défendent eux aussi majoritairement la loi du carême ; même Gobel vante l’austérité et la mortification, tout en accordant il est vrai de nombreuses dispenses. Un certain nombre de conventionnels prônent eux aussi un carême « civique », pour remédier à la pénurie de viande ! Une fois la vague déchristianisatrice passée, la nouvelle Église constitutionnelle, autour de Grégoire, rappelle fortement les prescriptions quadragésimales et cette volonté de rétablissement disciplinaire est poursuivie par l’épiscopat concordataire, conscient cependant que les fidèles réclament des adoucissements. Sous la Restauration, les mandements de carême sont l’occasion pour les prélats de combattre l’incrédulité et de déplorer la montée de l’indifférence. Cela les amène à renouer avec le rigorisme de l’âge classique afin de faire le lien avec le passé chrétien de la France, bien qu’ils soient sans illusion sur la possibilité d’un retour aux pratiques austères du carême, au point que, dans les années 1830, les adoucissements s’imposent partout. Les évêques peuvent fustiger le relâchement moral et l’ignorance religieuse, le jeûne et l’abstinence n’apparaissent plus que comme de simples gestes de piété cultuelle, ils se « folklorisent ».

3La deuxième partie est consacrée aux débats théologiques sur le jeûne au xviiie siècle en Italie. Depuis Luther, le protestantisme conteste l’aspect satisfactoire du jeûne et l’origine divine ou apostolique du Carême. Baronius et surtout Bellarmin se chargent de défendre la doctrine catholique. La question devient ensuite surtout une affaire de morale et est traitée par les casuistes, notamment le théatin Pasqualigo, puis par les controversistes anti-protestants comme le franciscain Cozza en 1724. Au début du xviiie siècle, Rome et les évêques italiens défendent une discipline relativement sévère du carême, malgré des adoucissements de fait. L’archevêque de Bologne Lambertini, futur Benoît XIV, rappelle la rigueur disciplinaire, mais moins pour la renforcer que pour éviter de nouveaux accommodements. Ses instructions s’inscrivent dans la querelle du jeûne qui, à partir de la fin des années 1730, devient le lieu majeur d’affrontement entre théologiens laxistes et partisans d’une morale sévère ; la question est de savoir si la dispense du maigre, donc de l’abstinence, entraîne ou non la dispense du jeûne comme le prétend la casuistique relâchée. D’une certaine manière se rejoue alors en Italie ce qui avait eu lieu en France avec les Provinciales au siècle précédent. Ces années voient resurgir une crispation sur une question déjà ancienne. Les évêques italiens, avec l’appui de Benoît XIV, sont majoritairement du côté sévère même s’ils accordent des adoucissements quand les hivers sont rigoureux, mais Rome ne tranche pas sur le plan doctrinal ; néanmoins l’encyclique Libentissime quidem de 1745 recommande une pratique très rigoureuse du jeûne quadragésimal, à la grande satisfaction des prélats italiens comme du théologien dominicain Concina, protagoniste majeur des débats. En 1758, l’encyclique Appetente sacro de Clément XIII confirme cette orientation sévère et les querelles qui se développent sur le sujet autour de Milan montrent l’existence de réseaux rigoristes. Ceux-ci se maintiennent, et pas seulement dans les milieux jansénistes comme à Pistoia, alors même que la papauté, avec Pie VI, multiplie les adoucissements.

4Dans une troisième et dernière partie, la question du carême est replacée dans le débat plus vaste qui voit s’affronter théologiens moralistes probabilistes et rigoristes. C’est en effet un des principaux angles d’attaque contre la casuistique jésuite. L’affrontement est particulièrement vif en Espagne où la Bulle de Croisade permet de nombreux accommodements et le probabilisme espagnol se diffuse en Sicile. Cela suscite également l’inquiétude des rigoristes en France, d’où l’offensive des Provinciales qui parvient à ridiculiser les thèses laxistes. Les théologiens sévères, partisans du probabiliorisme, comme le dominicain Noël Alexandre, élaborent un corps doctrinal diffusé par les Conférences ecclésiastiques des différents diocèses. Les questions les plus pointues sont débattues, comme de savoir si les oiseaux aquatiques (macreuses, canards pilets) peuvent être assimilés au poisson. Au xviiie siècle les théologiens rigoristes triomphent, notamment les dominicains, le sommet étant atteint avec les ouvrages de Concina puis de son disciple Patuzzi. Mais ces positions extrêmes rendent audible un discours plus modéré, très pragmatique, élaboré par le rédemptoriste Alphonse de Liguori entre 1748 et 1767. La sévérité l’emporte cependant toujours et gagne même l’Allemagne et l’Espagne dans la seconde moitié du xviiie siècle. Mais le liguorisme finit par s’imposer dans les années 1840 en France et en Allemagne, 1850 en Italie, 1869 en Espagne, alors que les moralistes sévères répètent sans cesse les mêmes arguments. Dans les faits, la discipline est de plus en plus contournée tout en devenant une marque de distinction sociale, une valeur éminemment bourgeoise. Au milieu du xixe siècle, même les défenseurs de la tradition comme Dom Guéranger on le sentiment que le combat est perdu et ils ont la nostalgie de l’observance du Carême. Le respect du jeûne et de l’abstinence devient ainsi également marqueur d’une vision rigoriste et pénitentielle du christianisme. Son renouveau actuel, outre sa signification thérapeutique, apparaît comme un moyen d’affirmer une identité confessionnelle.

5On le voit, l’histoire des pratiques quadragésimales, au-delà des débats pittoresques sur la licéité de la consommation du chocolat, des tortues ou des alligators, au-delà des subtilités des casuistes, est un bon observatoire de l’évolution du catholicisme moderne et contemporain. On voit bien apparaître l’importance d’un catholicisme centré sur la nécessité de la mortification et de la pénitence et, face à lui, un courant désireux de s’ouvrir au monde tel qu’il est – avec, en arrière-plan, une réflexion sur les stratégies pour enrayer un déclin supposé du christianisme : restaurer les usages anciens dans toute leur rigueur ou adoucir les exigences pour mieux se faire accepter ? À l’époque étudiée par S. de Franceschi, le débat porte sur le jeûne et l’abstinence ; c’est ensuite la question du repos dominical, déjà bien discutée depuis le xviie siècle comme l’ont montré les études d’Alain Cabantous, qui est au centre des préoccupations des autorités ecclésiastiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yves Krumenacker, « Sylvio Hermann De Franceschi, Morales du Carême. Essai sur les doctrines du jeûne et de l’abstinence dans le catholicisme latin xviie-xviiie siècle », Chrétiens et sociétés, 26 | 2020, 190-193.

Référence électronique

Yves Krumenacker, « Sylvio Hermann De Franceschi, Morales du Carême. Essai sur les doctrines du jeûne et de l’abstinence dans le catholicisme latin xviie-xviiie siècle », Chrétiens et sociétés [En ligne], 26 | 2019, mis en ligne le 28 février 2020, consulté le 16 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/chretienssocietes/6396

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals