Navigation – Plan du site
Dossier bibliographique
Recensions

Grégory Goudot, Les origines et le monde. Réformes des réguliers, pouvoirs et société dans le diocèse de Clermont (xve-xviie siècle)

Bernard Hours
p. 194-200
Référence(s) :

Grégory Goudot, Les origines et le monde. Réformes des réguliers, pouvoirs et société dans le diocèse de Clermont (xve-xviie siècle), Paris, Honoré Champion, 2016, 652 p.

Texte intégral

1L’auteur suit en même temps deux fils rouges en regard l’un de l’autre : d’une part les évolutions de la question de la réforme des réguliers de la fin du xve à la fin du xviie siècle dans le contexte de la société et des pouvoirs locaux, d’autre part la même problématique au prisme du même contexte mais à l’échelle des pouvoirs centraux de la monarchie. Il en résulte non seulement une étude précise du cas auvergnat, mais également une synthèse précieuse, à un niveau plus général, sur les rapports de la monarchie, des grands seigneurs, de la magistrature, de l’épiscopat, des clercs séculiers et des laïcs dévots avec la réforme des réguliers. L’ouvrage intéresse donc bien au-delà de l’histoire régionale.

2Il est organisé en trois parties, composées chacune de deux gros chapitres. La première étudie la période de la Renaissance (1420-1560), la seconde la « dynamique post-tridentine » (1560 – vers 1680), la dernière enfin parcourt à nouveaux frais le xviie depuis la pacification henricienne jusqu’au ralentissement de la dynamique réformatrice à la fin du siècle, en s’intéressant d’une part au rôle des laïcs dévots, d’autre part à celui des villes. Suit en annexes, la transcription d’une dizaine de documents d’archives sur la question de l’exemption, sur l’introduction des Jésuites par Guillaume Duprat, sur la visite épiscopale des établissements monastiques, sur les conflits de la réforme chez les Clarisses de Clermont, sur l’implantation des Minimes, sur la concurrence entre ordres nouveaux (en l’occurrence entre Capucins et Récollets), etc.

3Au début de la période considérée, le discours de dénonciation des abus des réguliers prend de l’ampleur et il est assorti parfois de poursuites judiciaires, mais on dénonce un mode de vie trop proche de celui des laïcs (autrement dit une crise de la clôture), plutôt qu’une richesse excessive. Les communautés féminines sont les plus visées. Jusqu’aux années 1540, Clermont apparaît comme une terre d’élection des réformes franciscaines, notamment de celle impulsée par Colette de Corbie. Les années 1530-1550 constituent l’apogée de la réforme régulière prétridentine dans le diocèse. À l’échelle du royaume, l’épiscopat, au moins pour une partie, joue un rôle moteur. En Auvergne, Guillaume Duprat développe une action décisive. Il favorise les fondations nouvelles, notamment celles des Minimes (il a pour directeur et conseiller leur supérieur général, Simon Guichard, supérieur de la maison implantée à Beauregard, résidence favorite de l’évêque), mais poursuit le combat de certains de ses prédécesseurs, tel Jacques de Comborn, pour se faire reconnaître le droit de visite dans les monastères. Duprat fait partie de ces commendataires qui démentent l’affirmation maintenant largement corrigée, mais vulgarisée pendant longtemps, selon laquelle la commende aurait été un facteur aggravant de la décadence régulière.

4Ce combat de Duprat, comme celui d’autres évêques contre l’exemption, est mené au nom des thèses conciliaristes qui affirment la juridiction totale de l’ordinaire dans son ressort. Cette conception n’est pas démentie par le concile de Latran V qui attribue la responsabilité de la réforme régulière conjointement aux évêques et à leur chapitre. Elle reçoit confirmation à Trente où les Pères conciliaires tonnent contre l’exemption, et dans l’ordonnance de Blois qui proclame en 1560 la juridiction de l’ordinaire sur les réguliers. L’action de la monarchie converge avec celle de l’épisocpat. À partir des années 1480, théologiens et juristes affirment le jus reformandi du roi à la fois comme un devoir pour les premiers, un droit pour les seconds. En Auvergne elle commence à se manifester avec Louis XII, sous le règne duquel s’exerce l’influence du cardinal d’Amboise. Elle se maintient dans la première décennie du règne de François 1er. Mais les motivations n’en sont peut-être pas seulement religieuses : la province constitue un enjeu politique jusqu’à la confiscation des biens du duc de Bourbon en 1527. D’ailleurs les interventions de François 1er vont plutôt dans le sens des intérêts du roi que dans celui de la réforme. Après cette date, d’autres préoccupations religieuses passent au premier plan pour le souverain. La monarchie se montre désormais plus soucieuse d’une réforme gallicane d’ensemble, comme le montre l’injonction faite aux évêques en 1551 de réformer leur diocèse, et d’une réforme qui commence par les séculiers.

5De leur côté, les princes, notamment le duc Jean 1er de Berry avec les Colétans et les Bourbons plus globalement, réactivent la tradition de soutien de leur lignage aux fondations et aux réformes. Ces dernières doivent aussi compter avec les cours souveraines. Le Parlement de Paris revendique en effet la juridiction sur les clercs et un droit de regard sur la réforme monastique. L’Église ne l’en décourage pas en faisant appel à la juridiction royale pour contrôler les clercs récalcitrants. C’est aussi la période où le nombre des appels comme d’abus explose, interjetés notamment par des réguliers contre leurs supérieurs ou contre la hiérarchie ecclésiastique. Concurrent du pouvoir royal, le Parlement multiplie ses interventions en Auvergne de façon croissante, notamment pour limiter l’exemption des réguliers. Les Grands Jours de 1546 symbolisent la détermination parlementaire à réformer : à Mozac, Saint-Pierre de Beaumont, Saint-Pourçain ou encore chez les Clarisses urbanistes de Clermont. Bien qu’en 1533, François 1er ait réservé au Grand Conseil la connaissance des troubles commis dans les églises et monastères du royaume, l’action du Parlement n’est guère entravée par cette juridiction rivale et honnie. Les juridictions royales secondes interviennent aussi, en l’occurrence de bailliage de Clermont régulièrement sollicité pour prêter main forte aux entreprises réformatrices, parfois lors d’interventions musclées.

6Dans son troisième chapitre, l’auteur commence par nuancer l’idée que la réforme régulière s’interrompt avec le temps des Troubles de religion. Cisterciens, Bénédictins de la congrégation des exempts de France ou de Chezal-Benoît, Prémontrés élisent des réformateurs ou adoptent des statuts de réforme dans la décennie 1580, les Capucins arrivent en France, les Minimes et les Jésuites multiplient leurs implantations. Mais le diocèse de Clermont est relativement peu touché. On assiste même à des échecs : par exemple celui de Jacques de La Roche qui ne parvient pas à imposer la réforme à La Chaise-Dieu en 1575-1576. Il faut aussi prendre en compte le succès des aliénations des biens du clergé, auxquelles procède à plusieurs reprises la monarchie entre 1563 et 1586. À la fin de cette « époque rude aux moines d’Auvergne », tous n’ont pas recouvré à la fin du xvie siècle les biens aliénés depuis 1563. Ne pas oublier non plus les ravages de la guerre civile qui ruine de nombreux bâtiments et provoque bien des désertions, entre trois vagues principales : à la fin des années 1560, au milieu de la décennie suivante, à partir de 1589 et dans la première moitié des années 1590.

7Au lendemain des troubles, l’essentiel de la réforme dans les ordres masculins est lié à l’action du cardinal François de La Rochefoucauld qui préside la commission mise en place en 1622. En Auvergne, où le prélat a été évêque de Clermont avant de partir à Senlis, le « réveil des réformes » est marqué d’abord par la tournée du clunisien Claude Bastier, commissaire pour la réforme monastique. Dans la foulée et jusqu’à la décennie 1650, plusieurs abbayes et prieurés se réforment. Après l’épisode éphémère de la congrégation Saint-Benoît sous la houlette de Richelieu, celle de Saint-Maur conserve Saint-Alyre de Clermont, La Chaise-Dieu et Saint-Austremoine d’Issoire. Cluny, Étroite et Ancienne Observance comprises, reste maîtresse de sept maisons, soit la majeure partie des établissements bénédictins du diocèse. Du côté des femmes, le succès de la réforme est largement tributaire de la personnalité des abbesses, soit qu’elles la favorisent, comme Diane de La Guiche à Cusset en 1624 ou Appolline Le Groing à Beaumont-lès-Clermont dans les années 1640, soit qu’elles enveniment les tensions à plaisir, comme dans le cas mouvementé et rocambolesque des Clarisses urbanistes de Clermont dont la réforme s’étale sur quasiment vingt ans. Les deux premiers tiers du xviie siècle sont surtout marqués par une véritable invasion conventuelle : 69 fondations durables sont opérées entre 1601 et 1666. La particularité auvergnate par rapport à la plupart des autres diocèses, ne réside pas dans cette « invasion », mais dans sa chronologie : la décennie 1640 est la plus féconde, alors qu’ailleurs elle marque généralement le début du ralentissement de la dynamique. Chez les hommes, les mendiants fournissent le gros du contingent, Capucins et Récollets presque la moitié. Avec 39 fondations, les femmes alimentent plus de la moitié des implantations nouvelles et le nombre des communautés féminines passe de 16 à 53, alors que les masculines n’augmentent « que » de 48 à 77. Dès la fin de cette période s’esquisse la mutation que l’on observe plus généralement à l’échelle du royaume : à l’invasion conventuelle, succède le temps des congrégations charitables et des congrégations de prêtres.

8Au cours de la deuxième moitié du xvie siècle, se défait le modèle réformateur pré-tridentin fondé sur la coopération de la monarchie et de l’épiscopat. En effet, après une éclipse depuis la deuxième partie du règne de François 1er, la couronne réinvestit la réforme des réguliers et la question de la discipline ecclésiastique à partir des années 1560. En témoignent de nombreuses interventions ponctuelles, l’ordonnance de Blois de 1576, les États généraux de 1588. Mais l’effet en Auvergne revient à peu de choses. Les Grands Jours de Clermont de 1582 ne s’intéressent guère à la question : le parlement ne sert plus d’appui à la monarchie pour la réforme des monastères. Quant à l’évêque, son rôle dans le diocèse connaît une éclipse depuis la mort de Guillaume Duprat jusqu’à la nomination de François de La Rochefoucauld en 1585. D’abord accaparé par le combat ligueur, celui-ci, de retour à Clermont de 1595 à 1608, apporte son appui aux Jésuites, aux Capucins et aux Récollets. Si Henri IV (Cordeliers et Capucins de Montferrand, réforme de Saint-Alyre), puis Marie de Médicis après son premier exil (Visitation, Dominicains et Carmes déchaux de Clermont) interviennent, leur action n’est plus connectée à celle de l’évêque. L’auteur réhabilite l’épiscopat de Joachim d’Estaing (1614-1650) durant lequel 40 fondations sont autorisées. Ce dernier entend prendre le contrôle de la réforme et de la régularité monastique ou conventuelle : il fait valoir son droit de visite sans craindre le conflit, use de la manière forte contre les récalcitrants, paye de sa poche s’il le faut l’installation de réformés dans son diocèse, mais n’évite pas les échecs notamment dans son soutien aux Récollets qu’il préfère aux Capucins en raison de leur investissement dans la confession. Si les congrégations féminines nouvelles ont aussi sa faveur, c’est qu’elles sont soumises à l’ordinaire. L’autonomie d’action qu’il manifeste, de même que ses successeurs Louis d’Estaing (1651-1664) et Gilbert de Veny d’Arbouze (1664-1682), est celle d’un épiscopat qui a plus généralement affirmé la sienne en recevant les décrets tridentins lors de l’assemblée du clergé de 1615 et n’hésite plus à entrer en conflit avec la Couronne pour préserver ses prérogatives.

9Pourtant, la première moitié du xviie siècle est celle de « l’apogée de la monarchie dévote ». Le règne de Louis XIII coïncide avec le vrai « retour de la réforme royale en Auvergne » en faveur des Capucins de Gannat (1620), des Prémontrés de Saint-André-les-Clermont (1627), des Cordeliers de Montferrand dont la pension est renouvelée de 1612 à 1636, des Mauristes à Mauriac (1628), des Dominicains de Clermont (1630), des Clarisses (1637-1638), du transfert du collège jésuite de Montferrand à Clermont, des Carmes déchaux de Clermont (1639). La présence d’Auvergnats dans l’entourage du couple royal explique peut-être en partie la complaisance de la Couronne : Jean Arnoux puis Jacques Sirmond, tous deux confesseurs du roi ; Marie-Catherine de La Rochefoucauld, dame d’honneur d’Anne d’Autriche et nièce du cardinal, la célèbre Louise Motier de La Fayette, dont la famille joue un rôle non négligeable en Auvergne.

10Le soutien de la monarchie s’interrompt après 1665. La priorité du roi est désormais de résorber l’hérésie et par les préoccupations mercantilistes d’utilité sociale l’emportent. La faveur passe désormais aux congrégations séculières à vœux simples, dédiées à l’assistance et à l’enseignement. La marche à l’absolutisme redonne paradoxalement un certain rôle, au moins jusqu’au milieu du siècle, à l’aristocratie qui retrouve plus d’emprise sur les provinces : en Auvergne, les Condé, les Bourbon-Montpensier, Gaston d’Orléans et la Grande Mademoiselle apportent leur appui aux Capucins et aux Oratoriens, aux Ursulines et aux Visitandines. La période est surtout marquée par l’émergence des élites laïques dévotes qui ne soutiennent cependant pas de la même façon toutes les facettes du renouveau de la vie régulière. Elles paraissent plus favorables aux fondations nouvelles qu’à la réforme des établissements anciens qui peut menacer les intérêts des familles, et elles encouragent volontiers l’essaimage des instituts féminins. Car ces dévots ne sont pas seulement des robins ou des marchands, tant s’en faut. La noblesse terrienne et militaire est à l’origine de la moitié des fondations entre 1600 et 1640. Les femmes jouent un rôle premier plan, en couple avec leur mari comme Fleurdelys de Nevrezé et Marie-Gabrielle de La Guiche, à l’origine respectivement du Carmel et de la Visitation de Riom, plus souvent veuves, à l’image de Jacqueline Motier de La Fayette, petite nièce de Michel de Marillac, qui réalise les projets de son mari Guy de Daillo. La question classique de la continuité entre engagement ligueur et engagement dévot est évidemment abordée. Si, au lendemain de la pacification henricienne, les accointances ligueuses de plusieurs fondateurs sont évidentes, elles ne l’emportent pas, la noblesse auvergnate ayant été largement attentiste. Après 1630, dévots de tous poils se réunissent dans le même idéal de renouvellement de régénération du clergé régulier. Après 1640, le rôle de la noblesse terrienne s’efface au profit des officiers royaux qui investissent la scène en force, en particulier lorsqu’il s’agit de soutenir l’installation des congrégations séculières. En réalité, c’est une frange de l’élite officière. Contrairement à la noblesse terrienne dont la progéniture alimentait le recrutement des communautés, la magistrature auvergnate, sauf exception, offre ses enfants avec plus de parcimonie. À partir du milieu du siècle, elle vise d’abord le disciplinement et la moralisation de la société, dans l’esprit de la Compagnie du Saint-Sacrement. Elle est en ordre de marche pour suivre le programme de la monarchie à partir de 1666.

11Dernier acteur dont le rôle est ici nuancé : les villes. Jusqu’au milieu du xvie siècle, où elles commencent à pouvoir se doter de consulats, leur action n’est pas très lisible, faute d’organisation politique. Le principe de leur consentement à toute fondation nouvelle s’impose progressivement, avec le soutien explicite de la monarchie à partir du début du xviie siècle. La taille des villes n’est pas un facteur vraiment déterminant des nouvelles implantations. Il faut en revanche prendre en compte, notamment pour les Mendiants, les prédications au moins jusqu’au milieu du xviie siècle, ensuite la promesse de ne pas quêter devint plus convaincante, quoiqu’elle ne soit pas toujours tenue. Il peut aussi être plus facile de persuader les villes lorsque les nouveaux essaims ne sont pas composés que de forains. Dès lors que les nouveaux venus, hommes ou femmes, ne perturbent pas la vie urbaine et les communautés déjà établies, les résistances sont faibles. Les cas sont très minoritaires dans les premières années du xviie siècle. L’émulation entre les trois villes principales, Clermont, Montferrand et Riom, tourne au profit de la première : la ville épiscopale se trouve au cœur de la réforme régulière. L’espace régulier semble s’organiser autour de deux constantes : les Mendiants s’implantent dans les faubourgs et les chapitres font le vide autour d’eux. Mais les réguliers eux-mêmes ne pèchent pas nécessairement par excès de solidarité. Si les cas d’entraide, notamment des établissements anciens aux nouveaux venus, ou d’association spirituelles entre maisons d’ordres différents, ne sont pas exceptionnels, il faut aussi reconnaître que certains se livrent à une véritable concurrence (en particulier Capucins et Récollets) ou que les Mendiants une fois installés font volontiers front commun contre de nouveaux venus qu’ils rejettent comme des intrus. L’attitude du clergé séculier évolue. Jusqu’aux États généraux de 1614, on repère le soutien de curés ou de chanoines à de nouvelles implantations, en nombre cependant assez limité. Ensuite, le ton est très vite donné, l’épiscopat, même réformateur, entend que les églises conventuelles ne concurrencent pas les paroisses, placées au centre de la pastorale par la réforme tridentine. Les prêtres communautaires, nombreux en Auvergne, se révèlent particulièrement sourcilleux.

12Pour l’auteur, après 1680, le temps des réguliers est passé ; vient celui des séculiers qui ont définitivement pris le relais pour l’encadrement des laïcs, dans la continuité de la pastorale tridentine : l’Église n’a jamais autant ressemblé à ce qu’elle voulait être. Au terme de l’évolution décrite, plus encore que sur la mutation d’une dynamique ici bien documentée, mais déjà connue par ailleurs, le beau livre de G. Goudot invite à réfléchir sur la diversification, l’autonomisation et la concurrence croissante entre les partenaires / interlocuteurs principaux des réguliers : monarchie, épiscopat, villes, dévots. L’intérêt principal et l’originalité de cette étude résident dans la réussite d’un jeu de miroir incessant qui prend les réguliers entre l’échelle nationale et l’échelle locale d’une part, entre un point de vue internaliste et un point de vue externaliste d’autre part.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Hours, « Grégory Goudot, Les origines et le monde. Réformes des réguliers, pouvoirs et société dans le diocèse de Clermont (xve-xviie siècle) », Chrétiens et sociétés, 26 | 2020, 194-200.

Référence électronique

Bernard Hours, « Grégory Goudot, Les origines et le monde. Réformes des réguliers, pouvoirs et société dans le diocèse de Clermont (xve-xviie siècle) », Chrétiens et sociétés [En ligne], 26 | 2019, mis en ligne le 28 février 2020, consulté le 16 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/chretienssocietes/6406

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals