Navigation – Plan du site
Dossier bibliographique
Recensions

Laurent Jalabert et Julien Léonard (dir.), Les protestantismes en Lorraine, xvie-xxie siècle

Didier Boissson
p. 201-205
Référence(s) :

Laurent Jalabert et Julien Léonard (dir.), Les protestantismes en Lorraine, xvie-xxie siècle, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2019, 718 p.

Texte intégral

1Dans cet ouvrage collectif réunissant les contributions de quelque vingt-trois auteurs, un des objectifs est de réévaluer la place des protestantismes (calvinisme, anabaptisme, luthéranisme ou évangéliques) en Lorraine entre le XVIe siècle et le XXIe siècle, dans cet espace de la « Dorsale catholique ». La première partie intitulée « Mise en perspective » permet de définir le contexte du développement des protestantismes à l’époque moderne. Tout d’abord, Philip Benedict s’interroge sur la première diffusion de la Réforme dans l’espace francophone, c’est-à-dire quelque vingt à trente entités politiques de langue française ou bilingues, distinguant ainsi les premières conquêtes (1530-1539), le temps d’une diffusion souterraine et limitée (1535-1555), le « printemps français et ses séquelles » (1555-1571). Il observe ainsi plus particulièrement que les principaux réformateurs de langue française sont issus surtout de la moitié est de l’aire francophone, ce qui a facilité leurs contacts avec l’aire germanophone ; l’importance de Berne « comme courroie de transmission des courants zwinglien et réformé vers l’aire francophone » ; l’influence de la Réforme française hors des frontières du royaume ; et l’instauration de la tolérance par des petits princes souverains qui se convertissent au protestantisme. Ensuite, la situation de minorité confessionnelle est étudiée dans l’Empire par Christophe Duhamelle, et en France par Yves Krumenacker. Christophe Duhamelle insiste sur le fait que dans la diversité confessionnelle que connait le Saint-Empire, la notion de minorité constitue d’abord un statut face à une confession instituée qui peut être en nombre majoritaire ou minoritaire, minorités qui voient leurs droits définis en 1555 puis en 1648. Quant à Yves Krumenacker, il constate que la situation du protestantisme minoritaire connait une très grande diversité entre les provinces françaises, tant dans son implantation que dans sa diversité sociale, ou dans le comportement des communautés face à la répression. La Lorraine connait ainsi l’influence des deux modèles germanique et francophone et cette « mise en perspective » permet de mieux comprendre les spécificités des protestantismes lorrains à l’époque moderne qui sont ensuite abordés.

2Le lien entre noblesse lorraine et Réforme au xvie siècle est étudié par Hugues Marsat qui recense quelque 95 individus dans la deuxième moitié du siècle et qui insiste sur la diversité autant géographique que sociale de ces nobles protestants lorrains : s’ils sont peu nombreux, ils appartiennent en revanche à d’illustres familles, comme les Haraucourt ou les Choiseul. Dans une longue contribution, Laurent Jalabert aborde la question de la présence du protestantisme dans les marges du duché et des possessions des ducs de Lorraine qui constituent des « espaces de porosité à la Réforme protestante », présence avec laquelle les ducs de Lorraine puis les rois de France après 1766 ont dû composer. Et si des mesures répressives sont prises par les pouvoirs lorrains puis français, elles ne sont jamais appliquées « sur le temps long, ce qui explique la pérennité de la plupart des communautés ». Cette étude est complétée par une seconde contribution de Laurent Jalabert concernant cette fois-ci de façon plus générale le protestantisme des duchés de Lorraine : si certaines conclusions sont naturellement communes, l’auteur souligne que ce n’est qu’à la suite des Articles organiques de 1802 que le protestantisme peut véritablement se développer. Le comté lorrain de Créhange, marqué par une situation de pluriconfessionnalité entre des comtes luthériens puis calvinistes, une majorité de la population catholique et des minorités luthérienne, calviniste et juive, donne lieu à une étude de Claudia Ulbrich qui s’intéresse aux rapports confessionnels, entre conflits, solutions de coexistence et arrangements, comme dans cette affaire très intéressante d’agrandissement de cimetière catholique. Julien Léonard présente ensuite le protestantisme messin en mettant bien évidence que l’Église réformée, avant la Révocation de l’édit de Nantes, vit dans « une situation d’entre-deux » n’étant pas officiellement intégrée dans les Églises réformées de France, mais n’étant pas non plus considérée comme une Église établie à l’étranger. Si cette intégration institutionnelle est souhaitée par la monarchie, les protestants messins revendiquent une identité particulière, tout en se considérant comme des réformés français.

3Dans « les protestantismes vus depuis la Lorraine catholique », Alain Cullière traite tout d’abord de « Protestantisme et esprit de réforme dans l’entourage de Charles III au milieu du xvie siècle, mettant en avant le fait que le duc « a traité la question du protestantisme avec beaucoup d’intelligence pratique », et s’il se considère comme le protecteur de la foi catholique, c’est un adepte de l’humanisme et un érasmien. En revanche, les antiprotestantismes lorrains étudiés par Stefano Simiz sont bien présents, en particulier à travers la controverse confessionnelle et l’apologétique. Mais comme le souligne l’auteur, cette hostilité « masque d’autres réalités en jeu, tournées sur la convivance et les formes de coexistence ». Enfin, Raphaël Tassin se demande si la Contre-Réforme romaine en Lorraine dans le dernier tiers du XVIIe siècle est une réaction catholique au protestantisme. Ainsi, d’une part, deux artistes romains, Vignole et le Bernin, connaissent une influence précoce et durable en Lorraine. D’autre part, des monuments, comme la chapelle de l’église des carmes déchaussés de Nancy construite par l’Italien Betto en 1669, sont inspirés de la Contre-Réforme. Ainsi, « on ne peut ignorer la force symbolique de l’iconographie choisie qui apparait indéniablement liée à une opposition en catholiques et non-catholiques », même si le lien entre Contre-Réforme et protestantisme n’est pas toujours exprimé.

4À partir du consulat, les Articles organiques réorganisent les Églises protestantes. Donatus E. Düsterhaus constate que les protestants de l’Est de la France sont pris « entre autonomie et dépendance ». En effet, si les Églises accueillent favorablement ces mesures, cela permet surtout à Napoléon « d’instrumentaliser les Églises protestantes pour servir ses intérêts politiques et ses objectifs de propagande par la pratique des sermons sur commande et des jours fériés instaurés par l’Etat ». Parmi les protestants qui bénéficient de ces mesures, on trouve le patronat industriel protestant lorrain présent surtout dans les Vosges (Saint-Dié, Sainte-Marie-aux-Mines) mais aussi à Sarreguemines et à Nancy, Nicolas Stoskopf et Éric Tisserand définissant leur forte empreinte dans la société lorraine et s’interrogeant sur la dimension confessionnelle de cette empreinte par des familles ouvertes à la mixité interconfessionnelles tant par les mariages que par la constitution de sociétés.

5Étudiant les attitudes face à la mort des Articles organique à 1914, Nicolas Champ constate que dans les cimetières les carrés confessionnels, ignorés dans un premier temps, sont institués à partir des années 1840, faisant ainsi que « le protestant, à maints égard, reste un étranger », un dissident. Cette ségrégation s’atténue avec la République, même si des tensions subsistent en raison du prosélytisme du clergé catholique auprès des mourants, et surtout la première guerre mondiale. Dans la Lorraine occupée par l’Allemagne après 1871, face à l’augmentation de la population protestante, de nouveaux édifices religieux sont construits. Christiane Pignon-Feller souligne les succès du style néo-gothique en Lorraine, selon les prescriptions fixées en 1861 à la conférence d’Eisenach. Le temple de la garnison de Metz en constitue un exemple. Ce modèle est remis en cause en 1890 par le programme de Wiesbaden qui plaçait au centre de la réflexion architecturale le culte protestant (temple de Montigny-lès-Metz ou de Queuleu), puis à partir de 1905 par Johannes Ficker et les architectes berlinois qui s’imposent en Lorraine (temple de Nilvange). L’architecture des temples dans la partie restée française de la Lorraine est étudiée par Mireille-Bénédicte Bouvet qui relève dans un espace où il y a peu de temples construits et aménagés, la diversité des références, entre « la réutilisation d’une église conventuelle et d’une synagogue, ‘‘l’architecture chrétienne’’ néo-médiévale, le gothique anglican, la pauvreté évangélique des églises-baraques, la simplicité de la Réforme française… ».

6Dans « Protestantisme et politique », c’est l’attitude des protestants pendant la IIIe République qui est surtout étudiée. Deux figures sont plus particulièrement présentées. D’une part, à travers l’itinéraire d’Othon Cuvier, pasteur de Metz puis de Nancy entre 1838 et 1883, issu d’une dynastie de pasteurs depuis le xviie siècle, Pierre Bronn présente les transformations du protestantisme lorrain au xixe siècle, transformations dues à la fois à l’adoption des articles organiques de 1802 et à l’annexion d’une partie de la Lorraine par l’Allemagne. Si la population protestante s’accroit, les protestants restent très minoritaires en Lorraine française (1%), alors qu’en Lorraine allemande, en raison de mouvements migratoires internes, ils représentent désormais 17% des habitants. D’autre part, la carrière d’Oscar Burckhardt (1855-1934) est abordée par Jean-Noël Grandhomme : Alsacien optant, il fait carrière dans l’armée, toujours soucieux du retour des « Provinces perdues ». Ensuite la culture politique protestante est abordée par les communications de Jean El Gammal, traitant de l’ensemble de la Lorraine, et de Gilles Grivel s’intéressant au département des Vosges. Ce dernier montre que si les liens des hommes politiques protestants avec leur confession sont plus ou moins étroits, ils soutiennent la République, s’engageant souvent en faveur de la gauche radicale, soutenant Dreyfus. En revanche, entre les deux guerres, on observe un rapprochement entre une partie des hommes politiques protestants du département et la droite, en particulier lors des élections du Front populaire. Enfin, la question de l’épuration des pasteurs luthériens mosellans et alsaciens est traitée par Christiane Kohser-Spohn : le clergé protestant est jugé « antinational » par les administrateurs de l’épuration. Les pasteurs sont relégués dans des coins reculés des départements de l’Est de la France, mais ils jugent que cette politique d’épuration « comme un acte de vengeance politique envers l’Église protestante, voire contre la foi évangélique », cherchant ainsi à déprécier cette politique d’épuration.

7Dans la dernière partie « Diversités protestantes », Frédéric Schwindt aborde de la question des anabaptistes-mennonites en Lorraine du xvie siècle au xxie siècle. En 2016, 9 des 32 Églises évangéliques mennonites françaises sont situées en Lorraine. L’auteur retrace dans une longue contribution de près de 90 pages l’histoire de ces familles et de courant amish depuis la rupture de 1693 entre Jacob Amman et le courant baptiste des Frères suisses. On suit avec beaucoup d’intérêt la façon dont sont décrits les « fronts pionniers », c’est-à-dire la progression et l’installation de ces familles en Lorraine, leur ancrage rural autour des moulins, leurs rapports avec les autres confessions, les tensions persistantes et les persécutions subies, les protections obtenues – voir les développements sur l’affaire Gosselming (1761-1763) et l’intervention de Choiseul qui demande aux juges de cesser « sur le champ toutes poursuites contre ces anabaptistes », ou l’intégration à la nation avec les questions des cimetières, de l’école et le citoyenneté. Enfin, Sébastien Fath dans « Les nouveaux protestantismes en Lorraine. L’essor évangélique » souligne les dynamiques porteuses des xixe et xxe siècles : une dynamique baptiste et piétiste avant 1914, une dynamique pentecôtiste avant 1939, et une dynamique charismatique et prophétique au cours des années 1960 et 1970. Si nos jours les évangéliques sont peu nombreux – quelque 17 000 fidèles en Lorraine dans 90 lieux de culte –, les communautés présentent des caractéristiques différentes des autres confessions : elles sont plus jeunes et « séduisent » dans des milieux « là où d’autres peinent ».

8Cet ouvrage représente plus que les actes d’un colloque car il permet de disposer d’un certain nombre de communications longues et approfondies. Il permet de bien mettre en avant, avec cohérence, l’ensemble des spécificités du protestantisme lorrain – minorité, frontières, migrations – et de rendre ainsi compte de l’état de la recherche aussi bien pour la période moderne que pour la période contemporaine. On peut regretter seulement que le xviiie siècle soit un peu délaissé et que la période révolutionnaire soit elle totalement absente, ce qui laisse aux historiens encore des champs de recherche à explorer.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Didier Boissson, « Laurent Jalabert et Julien Léonard (dir.), Les protestantismes en Lorraine, xvie-xxie siècle », Chrétiens et sociétés, 26 | 2020, 201-205.

Référence électronique

Didier Boissson, « Laurent Jalabert et Julien Léonard (dir.), Les protestantismes en Lorraine, xvie-xxie siècle », Chrétiens et sociétés [En ligne], 26 | 2019, mis en ligne le 28 février 2020, consulté le 16 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/chretienssocietes/6416

Haut de page

Auteur

Didier Boissson

TEMOS FRE 2015,
Université d’Angers

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals