Navigation – Plan du site
Dossier bibliographique
Recensions

Peter Litwan (dir.), Dem hochgeschätzten Sebastian Castellio zu Ehren. Reden an Basler Feiern zum Gedenken an den Vordenker des Toleranzgedankens

Ferdinand Schlie
p. 206-209
Référence(s) :

Peter Litwan (dir.), Dem hochgeschätzten Sebastian Castellio zu Ehren. Reden an Basler Feiern zum Gedenken an den Vordenker des Toleranzgedankens, Bâle, Schwabe Verlag, 2018.

Texte intégral

1Paru un an après le flot de commémorations qui s’est abattu sur l’Allemagne à l’occasion du 500e anniversaire des quatre-vingt-quinze thèses (2017), cet ouvrage dirigé par Peter Litwan cherche à attirer l’attention sur une figure de la Réforme protestante bien moins médiatisée que Martin Luther : le théologien et prédicateur Sébastien Castellion (1515-1563). L’objectif de l’ouvrage tel qu’il est défini dans la préface est de « maintenir en éveil et en vie » la mémoire de Castellion, « précurseur de l’idée de tolérance » ; cette tâche, nous dit-on, est particulièrement nécessaire « à une époque où le monde entier parle de tolérance sans beaucoup agir en fonction » (p. 8 ; nous traduisons toutes les citations). Le recueil cherche ainsi à pallier le manque que constitue selon Peter Litwan la faible présence de Castellion au sein de la culture mémorielle, particulièrement flagrante et regrettable dans la ville de Bâle où il vécut et travailla pendant dix-huit ans.

2Dans son propos liminaire, Peter Litwan, ancien professeur de lycée et auteur de travaux sur des textes latins des débuts de l’époque moderne, retrace la genèse du livre. Celui-ci reprend en vue de les diffuser largement les discours tenus lors de trois commémorations en l’honneur de Castellion à Bâle : le 400e anniversaire de sa nomination à l’université de la ville en tant que professeur de grec (1953), organisé par l’historien Werner Kaegi ; une cérémonie tenue à l’initiative d’Elsbeth Gutmann (2016), enseignante en histoire et ancienne doctorante de Kaegi ; enfin, l’inauguration d’une plaque dans le quartier bâlois de St Alban (en 2016 également), premier lieu de résidence de Castellion lors de son installation dans la ville. Ces occasions définissent la structure de l’ouvrage, divisé en trois sections. La préface fait apparaître ainsi que la publication s’inscrit dans une dynamique commémorative et constitue pour ainsi dire le pendant livresque d’autres supports mémoriels – rencontres, inscriptions destinées au public, associations telles que notamment la « Société Internationale Castellion » – présentés dans les premières pages.

3Introduits par une brève allocution du recteur de l’université de Bâle en 1953, le théologien protestant Walther Eichrodt, les propos de Werner Kaegi commencent par une esquisse de la réception française de Castellion : si Pierre de La Ramée et Pierre Bayle insistaient sur ses talents de traducteur et son admirable maîtrise des langues anciennes, Jules Michelet voyait en lui le fondateur de la « loi de la tolérance ». Les propos de Michelet et la mention que Montaigne fait de Castellion sont l’occasion de revenir sur le motif du « pauvre humaniste immigré » largement présent dans les représentations posthumes de Castellion : si sa misère matérielle fut tout à fait réelle jusqu’en 1533, elle fut fortement atténuée ensuite par son poste à l’université. Kaegi rappelle également que l’héritage de l’humaniste fut cultivé par Ferdinand Buisson, biographe de Castellion et prix Nobel de la paix en 1927. Après un bref rappel des principales étapes biographiques de Castellion jusqu’à la rédaction du célèbre Traité des hérétiques (1554), Kaegi revient sur la « gloire » (p. 23) posthume de Castellion ; on notera ici les passages qui mettent en garde contre une lecture anachronique et une mythisation trop hâtive du personnage, coupant court ainsi à des soupçons qui pourraient gagner le lecteur face à un ouvrage dont le titre et la préface traduisent une grande estime, voire une admiration à l’égard de Castellion. Kaegi rappelle ainsi que celui-ci ne fut pas un combattant solitaire mais s’établit en porte-parole d’un « mouvement » (p. 23) aux origines géographiques diverses. L’auteur souligne qu’il serait simpliste de voir en Castellion un avocat de l’« humanité », concept certes présent dans ses textes mais très loin d’être au centre de son propos dans le traité de 1554 : c’est le commandement christique de l’amour du prochain qui y fait référence, et l’auteur y condamne la prétention qui consiste à s’arroger la sagesse divine en distinguant les justes des injustes. Quant aux phénomènes du « libéralisme moderne » (p. 29) tels que la séparation de l’Église et de l’État, la « liberté d’expression » et « l’idée de tolérance » (p. 26), on peut y voir des « effets » sur le long terme des conceptions défendues par Castellion à condition de rester conscient des spécificités de celles-ci, caractérisées par une optique chrétienne et par le renvoi au texte biblique, notamment le Nouveau Testament. La première section du livre se clôt par une synthèse éclairante de Peter Litwan sur la recherche consacrée à Castellion à l’université de Bâle (où Rudolf Guggisberg, disciple de Werner Kaegi, se vit attribuer la chaire de son maître) ainsi qu’à l’échelle internationale ; sont également mentionnés quelques exemples d’hommages rendus au théologien en dehors du monde académique.

4La seconde section est dominée par la contribution d’Uwe Plath, auteur de plusieurs travaux sur Castellion et traducteur de certains de ses textes. À partir de quatre œuvres majeures de Castellion, Plath retrace le parcours intellectuel du penseur humaniste ; est mis en avant le développement de sa conception de la « tolérance », comprise comme un appel à ne pas mettre à mort les partisans d’autres convictions religieuses mais à « les instruire et à les rallier par la piété » (p. 56) dans une démarche guidée par l’amour du prochain. On est reconnaissant à l’auteur de finir sa contribution par des extraits de textes de Castellion traduits par Plath lui-même, choix qui permet de faire accéder le lecteur à l’art rhétorique de l’humaniste. La section est complétée par des témoignages de l’éditeur Wolfgang F. Stammler, qui publia plusieurs textes de Castellion par souci de les arracher à l’oubli, du pasteur Ueli Greminger qui œuvre à maintenir en vie la mémoire de Castellion, de Bernhard Vischer, membre fondateur de l’initiative citoyenne en faveur d’une plaque commémorative, ainsi que de quelques réflexions de Peter Litwan sur la tombe aujourd’hui disparue de Castellion et l’épitaphe en son honneur commandée par trois étudiants polonais, inscription qui n’a pas non plus résisté au passage du temps.

5La dernière section s’ouvre par des propos de Markus Ritter, citoyen bâlois qui précise les intentions de la plaque commémorative dont il a soutenu la création. La contribution de Lukas Kundert, pasteur et professeur à la faculté de théologie de l’université de Bâle, cherche à préciser la pensée de Castellion par une distinction éclairante entre une conception moderne de la « Toleranz » et la « Duldung » que préconisait l’humaniste, c’est-à-dire la disposition à permettre aux personnes dont les convictions religieuses diffèrent des nôtres d’exister, disposition fondée sur la conviction que seul Dieu pourra faire le départ entre les croyants et les impies. Sur le fond de ces précisions, Kundert met en garde contre une lecture trop naïve du fameux ouvrage de Stefan Zweig (1936) connu du public français sous le titre Conscience contre violence, essai dont le propos doit être replacé dans son contexte et qui « en di[t] davantage sur Stefan Zweig » et sa lutte contre le nazisme « que sur Sébastien Castellion » (p. 96). Le texte se clôt par le constat d’un double apport de Castellion : la matière à réflexion que peut constituer l’idée d’une « Duldung » dans notre société actuelle, marquée selon Kundert par une trop forte tendance à « l’intégration de ceux qui pensent différemment » et à taxer d’« intolérance » ceux qui ne partagent pas notre disposition d’esprit (ibid.) ; la conception de l’herméneutique biblique de l’humaniste, fondée sur la conviction que le texte sacré doit être approché par une démarche « empirique et philologique » (p. 97). Le texte fort intéressant de Michael Bangert, pasteur et chercheur habilité (Privatdozent), élucide les raisons qui expliquent la faible présence de Castellion dans la culture mémorielle du protestantisme réformé à Bâle : marquée par le piétisme et par le souci de se distancier vis-à-vis de « l’esprit de l’Aufklärung, critique à l’égard de la foi », la communauté bâloise assura sa cohésion par un « récit fondateur » dans lequel Castellion et son argumentation « rationnelle » étaient « non pertinents » et même « gênants » (p. 100) ; Bangert attire également l’attention sur « l’anthropologie assez optimiste » qui fut celle de Castellion et la juge « diamétralement opposée à la théologie réformée de la grâce » (p. 104). Le volume se clôt par une nouvelle allocution de Bernhard Vischer, qui présente le lieu choisi pour accueillir la plaque commémorative et le message qu’elle porte.

6L’ouvrage dirigé par Peter Litwan est une lecture stimulante et instructive. Proposant des éclairages divers et souvent nuancés rédigés par des acteurs issus de différents domaines de la société, il fournit de multiples pistes de réflexion tant sur Castellion lui-même que sur la réception dont il bénéficia – ou dont il ne bénéficia pas –, pistes qui pourront nourrir des recherches futures et / ou être approfondies par une consultation des travaux existants (voir la bibliographie à laquelle renvoie Peter Litwan : p. 37, notes 12 et 13). Si l’on peut éventuellement regretter l’absence d’une contribution qui retrace les grandes lignes de la mémoire de Castellion dans les espaces francophones et germanophones d’Europe – aspect qui n’est présent que par des renvois ponctuels –, on comprend aisément la volonté de centrer le volume sur la ville de Bâle, dont les auteurs cherchent pour ainsi dire à réparer « l’ingratitude ». On peut souhaiter à l’ouvrage, propice notamment – mais pas seulement – à piquer la curiosité d’un public encore peu familier de Sébastien Castellion, la diffusion à laquelle le destine M. Litwan dans sa préface.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ferdinand Schlie, « Peter Litwan (dir.), Dem hochgeschätzten Sebastian Castellio zu Ehren. Reden an Basler Feiern zum Gedenken an den Vordenker des Toleranzgedankens », Chrétiens et sociétés, 26 | 2020, 206-209.

Référence électronique

Ferdinand Schlie, « Peter Litwan (dir.), Dem hochgeschätzten Sebastian Castellio zu Ehren. Reden an Basler Feiern zum Gedenken an den Vordenker des Toleranzgedankens », Chrétiens et sociétés [En ligne], 26 | 2019, mis en ligne le 28 février 2020, consulté le 16 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/chretienssocietes/6431

Haut de page

Auteur

Ferdinand Schlie

Université Paris-Nanterre

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals