Navigation – Plan du site
Dossier bibliographique
Recensions

William R. Newman, Newton the Alchemist. Science, enigma and the quest for Nature’s « secret fire »

Noémie Recous
p. 213-217
Référence(s) :

William R. Newman, Newton the Alchemist. Science, enigma and the quest for Nature’s « secret fire », Princeton, Princeton University Press, 2019, 537 p.

Texte intégral

1Depuis le milieu du xxe siècle, le goût de Newton pour l’alchimie est un fait que les historiennes et historiens ne peuvent plus ignorer. Toutefois, l’interprétation de ce fait a beaucoup varié, révélant en creux les prismes de lecture liés aux courants historiographiques qui se sont succédé. Si en 1947 Keynes destituait Newton de son statut de premier scientifique moderne pour en faire plutôt le dernier rejeton de la magie médiévale et renaissante, d’autres ont plutôt cherché à faire le lien entre les pratiques alchimiques de Newton et ses autres activités. L’alchimie aurait donc été pour Newton une voie vers Dieu à mettre en lien avec son hétérodoxie antitrinitaire, ou une forme de rébellion romantique contre la diffusion du matérialisme cartésien, et aurait été à l’origine de sa théorie de la gravitation ; elle aurait aussi été, avec sa théorie de la matière et son travail sur les prophéties une étape dans un processus holistique de décodage du monde. William R. Newman s’oppose ici à ces interprétations, rappelant que l’alchimie à l’époque moderne n’est pas corrélée nécessairement à des préoccupations extrascientifiques et que beaucoup des contemporains de Newton s’y intéressent pour ses productions pharmaceutiques et technologiques. Il rappelle le lien inhérent qui existe à l’époque entre les recherches chimiques des savants et la quête hermétique menée par certains, qui partagent des procédés et expérimentations. Newman propose ainsi de rendre justice aux travaux alchimiques de Newton, soulignant le sérieux et la rigueur déployées dans ses recherches, et prenant au sérieux son but ultime, celui de s’inscrire dans la tradition des adeptes philosophiques qui ont su accéder à la pierre des philosophes.

2S’attaquer au corpus alchimique de Newton est une gageure. L’auteur rappelle que la plupart des notes n’ayant pas été rédigées pour être publiées, ni même souvent pour être lues par d’autres que Newton lui-même, elles sont particulièrement absconses. Le corpus réuni se compose de compilations de textes issus de la tradition hermétique, dictionnaires et index, de traités restés manuscrits, de feuilles volantes, de carnets de laboratoire décrivant des expérimentations menées, mais aussi d’extraits de correspondance et de textes plus connus et publiés du savant. Si l’analyse scrupuleuse des démarches menées par Newton est au cœur de la recherche, l’auteur a également entrepris de croiser ces sources, entre elles et avec les textes dont sont extraits les passages commentés, croisement facilité par l’existence de versions numériques des divers documents. Il a également réalisé en laboratoire plusieurs répliques des expérimentations menées, qui lui ont permis d’identifier des composants chimiques ou des procédés dissimulés dans les textes sous des appellations hermétiques héritées de la tradition ou créées par Newton lui-même.

3Pour restituer le sens de cet immense travail mené par Newton tout au long de sa carrière, l’auteur propose tout d’abord de mettre en lumière le portrait de ces adeptes dans l’héritage desquels ce savant souhaite si ardemment s’inscrire (chapitre 2). La figure de l’adepte à l’époque moderne est traversée par une tension majeure : dépositaire d’un savoir extraordinaire obtenu grâce à de longs travaux, une intelligence hors du commun et la volonté divine, l’adepte qui a découvert la pierre des philosophes se heurte à la vénalité, la cruauté et la suspicion du commun des mortels. Il dissimule alors ses connaissances dans un langage si complexe que seuls quelques-uns, les plus dignes, pourront décoder tandis que le reste de l’humanité restera dans l’ignorance. La première tâche pour l’adepte en devenir qu’est Newton est donc de parvenir à décoder ce langage, en s’appropriant les techniques littéraires mises en œuvre pour garder le secret. Reprenant ensuite les théories qui l’ont précédé pour les critiquer, Newman questionne les liens qui pourraient exister entre l’alchimie, l’exégèse biblique, l’élucidation des prophéties et les recherches sur la mythologie, pour arriver à la conclusion que ce sont pour Newton des domaines séparés avec leurs propres buts et méthodes herméneutiques (chapitre 3). Les mentions religieuses et mythologiques présentes dans le corpus alchimique newtonien relèvent davantage de la convention littéraire et de la figure de style que d’une référence réelle. Parcourant le corpus, l’auteur offre enfin une image globale des sources utilisées par Newton, à la fois des chimistes proposant des théories minéralogiques et des auteurs hermétiques bien connus à l’époque moderne comme Sendivogius, Basile Valentin et Philalèthe entre autres (chapitre 4). Ayant démontré que, contrairement à ce qui est habituellement présenté, l’intérêt de Newton pour l’alchimie remonte en amont de sa rencontre avec Robert Boyle (chapitre 5), puis en soulignant néanmoins l’influence de ce dernier sur les travaux de Newton, et en particulier sur ses premiers travaux d’optique (chapitre 6), l’auteur se lance dans l’analyse précise de deux traités rédigés par Newton au début de la décennie 1670, et en particulier sur les liens qu’ils entretiennent avec la philosophie naturelle (chapitres 7 et 8).

4Les chapitres suivants sont dédiés à l’évolution des travaux d’interprétation et d’exégèse de la littérature alchimique menés par Newton, au fur et à mesure de ses rencontres avec différents auteurs. Très marqué d’abord par Sendivogius et Philalèthe (chapitre 9), Newton éprouve la nécessité de faire davantage de liens entre les différents auteurs alchimiques, et crée alors un premier florilège, recueil d’extraits, pour organiser la masse de ses lectures et permettre aux différents textes de s’éclairer mutuellement (chapitre 10). Au fil du temps, différents auteurs semblent guider ses démarches, Monte-Snyders (chapitre 11 et 12) puis Raymond Lulle (chapitre 13) en particulier. L’auteur se penche ensuite plus spécifiquement sur les pratiques de laboratoires de Newton, s’appuyant principalement sur ses carnets et recréant également certaines expérimentations en laboratoire, en proposant des illustrations en couleurs de certains résultats obtenus (chapitre 14 à 16). Il met en lumière l’importance que certaines collaborations ont pu avoir dans les recherches effectuées par Newton, et en particulier celle avec le jeune savant genevois Nicolas Fatio de Duillier entre 1689 et 1694, par l’intermédiaire duquel Newton acquiert les savoirs d’un adepte français réfugié en Angleterre (chapitre 17). Cette collaboration vient en outre donner un éclairage nouveau à certains travaux, considérés jusque-là comme extravagants et liés à la période de dépression de Newton (dépression remise en question par l’auteur), qui prennent un sens nouveau une fois mis en lien avec les recherches menées avec Fatio de Duillier et mentionnées dans la correspondance (chapitre 18). Après 1696 et le déménagement de Newton vers Londres pour occuper la charge de Gardien de la Monnaie, deux autres collaborations alchimiques ont lieu, avec le Capitaine Hylliard et avec William Yworth (chapitre 19). Enfin, afin de réinscrire Newton dans le contexte savant qui est le sien, Newman se penche plus précisément sur les liens qui existent entre ses travaux privés de chrysopoeia (transmutation) et les sciences « publiques » des xviie et xviiie siècles. Ces liens sont visibles dans les recherches menées par Newton sur l’éther, les substances subtiles, la combustion, la microstructure de la matière, les causes de la fermentation et de la putréfaction, en particulier dans ses travaux d’optique (chapitre 20). Newton est influencé par l’évolution des théories répandues dans la communauté des chimistes britanniques et continentaux, et il joue lui-même un rôle important dans le développement de la théorie des affinités entre les substances (chapitre 21). Mais ce rapport au public, et la tension entre les savoirs à communiquer au public et ceux à conserver hors de sa portée car trop dangereux pour les non-initiés restent complexes pour Newton ; cela apparaît nettement dans sa relation avec Boyle, qu’il considère trop ouvert et en quête de reconnaissance et de gloire (chapitre 22).

5Que conclure de ce long parcours ? Newman considère que l’alchimie occupe une place centrale dans la vie et la carrière de Newton, dès la première moitié de la décennie 1660, et ce jusqu’à sa mort. Si ses théories alchimiques ont pu permettre au savant d’élargir la philosophie naturelle, et d’y apporter de nouveaux éléments, l’auteur est convaincu que Newton ne s’est jamais éloigné de son but initial : devenir un adepte, trouver le caducée de Mercure et accéder à la pierre des philosophes, qui transforme le métal en or et guérit les maladies. Cette quête, et l’image idéalisée que Newton se fait des adeptes, pourrait même être à l’origine de son caractère distant et froid, et de sa conviction d’être nettement supérieur au commun des mortels. Avant d’être un savant, Newton aurait été avant tout, et intimement, alchimiste.

  • 1 Rob Iliffe, Priest of Nature. The religious worlds of Isaac Newton, New-York, Oxford University Pr (...)

6Outre cette conclusion un peu absolue, et la position théâtrale de l’auteur, qui compare le déchiffrage des textes alchimiques newtonien à rien de moins que celui des hiéroglyphes et du linéaire B (p.11), l’ouvrage apporte de nombreuses réflexions intéressantes à différents niveaux. Dans le sillage du Priest of Nature de Rob Iliffe, qui entendait remettre les travaux religieux de Newton au cœur de sa carrière1, la présente étude fait de même avec les pratiques alchimiques, les faisant passer d’un secret un peu honteux à une pratique raisonnée et structurante dans la vie intellectuelle et les pratiques du célèbre savant. Newman participe ainsi à l’effort actuel de « complexification » de la figure de Newton, et à l’abolition définitive du mythe de la « révolution scientifique ». Mais l’ouvrage éclaire également l’histoire de l’alchimie à l’époque moderne, en fournissant un exemple très concret et très détaillé de son fonctionnement à l’époque moderne. On découvre ainsi qu’une grande partie du travail, en tout cas chez Newton, ne se fait pas dans le laboratoire, mais le nez dans les livres, à tenter de décoder les textes des adeptes et tous leurs subterfuges littéraires de dissimulation, pour trouver les substances et procédés qui conduiront ultimement à la pierre des philosophes. Cela ne se fait toutefois pas sans lien avec les théories chimiques de la matière et de la génération souterraine des métaux alors en vogue dans la communauté savante et technicienne. L’alchimie moderne n’est donc pas coupée des recherches savantes de l’époque, et se caractérise par une grande rigueur intellectuelle. Enfin, l’ouvrage propose une démarche intéressante d’histoire des savoirs, se détachant des disciplines telles qu’on les connaît actuellement pour rendre leur valeur à des pratiques aujourd’hui discréditées. En croisant les croyances et connaissances de Newton au fil du temps aux pratiques et techniques parfois reproduites en laboratoire, l’auteur donne une vision dynamique des savoirs et de la manière dont ils se structurent et circulent. De ce point de vue, cet ouvrage vient confirmer le grand intérêt de l’étude de cas individuel en histoire des savoirs.

Haut de page

Notes

1 Rob Iliffe, Priest of Nature. The religious worlds of Isaac Newton, New-York, Oxford University Press, 2017. Voir le compte rendu dans Chrétiens et Sociétés xvie

-xxie siècles : https://journals.openedition.org/chretienssocietes/4677Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Noémie Recous, « William R. Newman, Newton the Alchemist. Science, enigma and the quest for Nature’s « secret fire » », Chrétiens et sociétés, 26 | 2020, 213-217.

Référence électronique

Noémie Recous, « William R. Newman, Newton the Alchemist. Science, enigma and the quest for Nature’s « secret fire » », Chrétiens et sociétés [En ligne], 26 | 2019, mis en ligne le 28 février 2020, consulté le 16 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/chretienssocietes/6456

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals