Navigation – Plan du site
Dossier bibliographique
Recensions

Xavier Perrot (dir.), Les reliques en action. Variations juridiques sur la force agissante des choses sacrées,

Nicolas Guyard
p. 221-224
Référence(s) :

Xavier Perrot (dir.), Les reliques en action. Variations juridiques sur la force agissante des choses sacrées, Limoges, Cahiers internationaux d’Anthropologie Juridique, 2019, 216 p.

Texte intégral

  • 1 Voir par exemple Daniel-Odon Hurel et Anne Massoni (dir.), Des reliques et des hommes. Ostensions (...)
  • 2 Nicole Herrmann-Mascard, Les reliques des saints : formation coutumière d’un droit, Paris Klincksi (...)

1Parmi les colloques et autres ouvrages liés aux ostensions septennales limousines de 20161, les Cahiers internationaux d’Anthropologie Juridique publient les actes d’un colloque tenu à Limoges en 2016, proposant une double approche originale, juridique et anthropologique, de l’étude des reliques. Ce choix dans l’approche des corps saints renvoie à un courant historiographique relativement ancien en histoire du droit, marqué par la thèse de Nicole Herrmann-Mascard pour l’époque médiévale puis par les travaux de Stéphane Boiron2, ainsi qu’au renouveau de l’anthropologie des images et des objets, autour des travaux fondateurs d’Alfred Gell, David Freedberg, Carlo Severi ou encore Gil Bartholeyns. C’est donc sans surprise que la notion d’agentivité (agency), utilisée pour qualifier la capacité de certains objets et/ou images à être « doués d’intentionnalité » (p. 10), revient à de très nombreuses reprises en introduction et dans les différentes contributions, témoignant également du dynamisme actuel de l’anthropologie juridique. Le volume contient ainsi des communications d’historiens ainsi que d’historiens du droit, dont les méthodes d’investigation varient.

2L’ouvrage est divisé en trois parties, trois verbes d’action, censées témoigner de trois grandes actions anthropologiques autour des reliques : vénérer, réagir, douter. Même si les petites introductions précisent quelque peu le sens de ces verbes, le risque d’une forme d’essentialisation de ces actions autour des corps saints demeure, à rebours de la méthode historique. Néanmoins, ces trois directions d’études ont le mérite de saisir trois enjeux anthropologiques autour des reliques.

  • 3 Stéphane Baciocchi et Christophe Duhamelle (dir.), Reliques romaines. Invention et circulation des (...)

3Le premier est l’acte même de dévotion, difficile à saisir tant les sources, pour le christianisme de la fin du Moyen Âge et de l’époque moderne, insistent principalement sur le contexte matériel de l’objet. Les deux premiers articles interrogent ainsi la mise en dévotion, que l’on pourrait autrement qualifier de consécration de reliques, dans la lignée du vocabulaire utilisé par l’enquête sur les corps saints des catacombes de Rome3. Stéphane Boiron interroge ainsi l’agency du corps de sainte Catherine de Bologne à la fin du xve siècle, dans sa capacité à créer et articuler des dévotions et une réputation de sainteté. Tous les moyens de l’agentivité sont étudiés, depuis la matérialité corporelle jusqu’à la mise en image. Le choix d’une mise en perspective historique avec la restitution et l’analyse des débats médicinaux autour de l’incorruptibilité des corps saints permet de bien comprendre l’évolution de cette agency au gré des contextes scientifiques et culturels. L’article de Valérie Hayaert interroge lui la consécration d’un objet profane au service d’une communauté civique : le manuscrit de la lettre florentine des Pandectes. Outre une utilisation très pertinente du concept pourtant critiqué de « religion civique », l’auteure restitue, à travers les sources disponibles, l’évolution du statut de l’objet, notamment à travers son acclimatation à Florence. Toujours dans cette séquence « vénérer », le troisième article de Virginie Saint-James interroge, non pas à cause de sa qualité intrinsèque – l’article étant excellent – mais par sa place dans l’ouvrage. En effet, Virginie Saint-James revient sur la problématique d’inscrire un objet a priori religieux, les ostensions septennales limousines, dans la liste du patrimoine immatériel de l’UNESCO en 2016. Cette réflexion pertinente et stimulante autour de la patrimonialisation d’une manifestation religieuse est essentiellement juridique, sans lien évident avec le thème de la vénération.

4La deuxième partie est consacrée au verbe « réagir », ici toujours entendu au prisme de l’agentivité des corps saints, c’est-à-dire « leur capacité à faire agir » (p. 65). Ici, l’étude des réactions se fait par l’intermédiaire de quatre articles. Les deux premiers sont consacrés à des réactions aux xviie et xviiie siècles au niveau paroissial face à des prélèvements sur les reliques, souvent ordonnés par l’ordinaire du lieu. Pascal Texier s’intéresse à deux translations dans les paroisses de Limoges. La première se déroule à l’intérieur de la paroisse Saint-Domnolet en 1670, sans anicroches, tandis que la seconde concerne toujours la même paroisse, un siècle plus tard, mais cette fois-ci à l’intérieur du diocèse. Ce changement d’échelle constitue pour Pascal Texier un des principaux facteurs explicatifs de la résistance des paroissiens face à cette translation. Les deux dossiers étudiés sont relativement complets en matière de sources et permettent de bien appréhender les enjeux locaux de la réaction. Albrecht Burkardt, spécialiste reconnu de l’histoire religieuse pour le xviie siècle, explore longuement le cas d’une demande d’une relique de saint Julien d’Alexandre à Mont-Saint-Jean en Bourgogne par le Pape Clément XI en 1705, donnant lieu à une émeute. Sa minutieuse enquête permet bien de saisir les motivations des différents acteurs ainsi que la valeur que prend la relique, jusqu’aux causes profondes de l’émeute. Cette contribution, très complète, fera sans nul doute date dans l’historiographie sur ce sujet peu traité. Toujours dans cette même deuxième partie, l’article d’Ivan Biliarsky décentre le propos vers le monde orthodoxe, autour des translations de saint Jean de Rila, en contexte ottoman, à la fin du xve siècle. L’auteur interroge principalement les « modèles scripturaires » de la translation et ses rapports au pouvoir. La partie « réagir » se conclut par un article de Dominique Gaurier consacré à l’appréhension des corps saints par les principaux réformateurs protestants du xvie siècle. Si l’on conçoit aisément la pertinence d’une telle mise en contexte dans le cadre d’un colloque, la présence de ce texte dans la publication pose quelque peu question, car il n’intègre pas les recherches sur ce sujet, se limitant à une reformulation des critiques de Luther ou Calvin.

5Enfin, la troisième partie, consacrée au verbe « douter » débute par une stimulante réflexion menée par Laura Viaut sur les apports des analyses scientifiques des objets-reliques, notamment sur la question de l’ADN, qui permet de sortir du couple identité/authenticité, strictement à l’œuvre dans la reconnaissance des reliques par l’Église depuis le Concile de Trente. Ensuite, Anne-Blandine Caire propose une communication autour du statut juridique des corps saints, à travers les processus d’objectivation, de patrimonialisation et de sacralisation. Enfin, l’article de Jean Morange revient sur le statut trouble des ostensions limousines, entre manifestation culturelle et cérémonie religieuse, entre objet patrimonialisé et objet cultuel, à travers l’arrêt pris par le Conseil d’État à leur sujet en 2013.

6Au final, ces actes de colloques apparaissent comme disparates, tant dans la cohérence de l’ensemble que dans les articles proposés. En effet, l’entrée juridique de l’objet relique n’est pas évident, même s’il sert de toile de fond pour la majorité des communications. Ensuite, force est de constater certaines lacunes historiographiques, souvent dues aux positions des auteurs dans le champ scientifique. On regrettera également la récurrence de l’expression « religion populaire » pour qualifier l’attitude des fidèles face aux corps saints, malgré les nombreux travaux récents sur ce sujet.

Haut de page

Notes

1 Voir par exemple Daniel-Odon Hurel et Anne Massoni (dir.), Des reliques et des hommes. Ostensions limousines et fait religieux (xvie

-xxe siècle), Limoges, PULIM, 2018.

2 Nicole Herrmann-Mascard, Les reliques des saints : formation coutumière d’un droit, Paris Klincksieck, 1975.

3 Stéphane Baciocchi et Christophe Duhamelle (dir.), Reliques romaines. Invention et circulation des corps saints des catacombes à l'époque moderne, Rome, École française de Rome, 2016.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Guyard, « Xavier Perrot (dir.), Les reliques en action. Variations juridiques sur la force agissante des choses sacrées, », Chrétiens et sociétés, 26 | 2020, 221-224.

Référence électronique

Nicolas Guyard, « Xavier Perrot (dir.), Les reliques en action. Variations juridiques sur la force agissante des choses sacrées, », Chrétiens et sociétés [En ligne], 26 | 2019, mis en ligne le 28 février 2020, consulté le 16 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/chretienssocietes/6491

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals